Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Annexes

Annexe 3 : Portrait du sultan Maḥammad Ḥanfaté par l’émissaire du gouvernement italien, Pietro Antonelli

Texte intégral

1« Le 7 mars à l’aube, la réponse nous parvînt que le sultan nous attendait et qu’il se préparait à nous faire un accueil solennel. À 7h30 du matin, j’étais devant le village du sultan où plus de 2000 guerriers, en parade, exécutaient un bal fantastique accompagné de chants, comme c’est l'usage dans les combats fictifs. Au milieu des guerriers, se trouvaient les principaux chefs et les parents d’Anfari, mais je n’aperçus pas le sultan. On m’assigna comme terrain de campement la Vallée de Gambo-Kuma [Gambo-Koma], à un km au sud du village sur les bords de la rivière Awash. Cette journée qui fut pour moi pleine d’émotions, ne le fut pas moins pour Anfari. Je pensais que j’étais le premier européen à bénéficier de tant d’honneurs et lui devaient penser que j’étais le premier blanc dont il ne se soit pas débarrassé. Un oracle terrible pesait sur son règne : toutes les divinations lui avaient prédit qu’il mourrait le jour où il aurait condescendu à voir un blanc. Le sultan Berehan [Burhan] et l’oeuvre intelligente d’Abderhaman et de Georges Negussié devait démentir cette prédiction, mais Anfari n’était pas tranquille. Avant d’arriver, il s’était retiré sur les hauteurs d'une montagne du haut de laquelle il observait l’impression que me faisait tant d’hommes armés placés devant moi, et il fut surpris que non seulement je n’en fus nullement alarmé, mais qu’au contraire, je traversais tranquillement leurs rangs. Après deux jours de repos et de généreuse hospitalité, je fus admis à l’audience auprès de l’Anfari. Il était assis sur un tas de pierres les genoux pliés et se brossait délicatement les dents avec une tige de « Salvaldora persica ». Anfari est un homme d’aspect avenant, frisant la cinquantaine, de forte et robuste constitution, aux larges épaules et aux bras musclés. Sa peau tirait sur le brun foncé, ses cheveux ras, sa barbe peu touffue et frisée, le regard est sévère et l’expression de sa physionomie celle d’un homme satisfait de lui-même, qui se croit peut-être le plus puissant et le plus intelligent parmi tous les hommes. Il s’habille comme le dernier de ses sujets, et malgré ses richesses, il mène toujours la vie d'un pauvre nomade, et non d’un riche sultan. Je lui présentais les cadeaux. Il me remercia sans y toucher, et par l’entremise d’Abderhaman, il me posait de nombreuses questions en me fixant furtivement comme s’il craignait de rencontrer mon regard. Il voulut avoir à sa façon une autre preuve de ma tranquillité en me présentant un homme qui était assis à sa gauche comme le chef des hommes qui ont la faculté de se transformer en hyènes. Je demandais alors à l’Anfari de donner immédiatement l’ordre de cette métamorphose intéressante, mais il me fut répondu que cela ne pouvait se faire sur le champ, en revanche il demanda à cet homme de faire entendre sa voix, le dit personnage écarquillant des yeux et gonflant son visage poussa un hurlement à faire réellement croire à la présence de l'animal rebutant. À ce cri, mes serviteurs qui étaient au loin, crurent qu'on m'avait tué et se précipitèrent vers moi. Le sultan, qui n’avait cessé de me suivre du regard, fut surpris de mon indifférence naturelle et pour récompenser mon succès devant l’épreuve, il fit porter une boîte musicale, et la mettant entre mes mains, me dit : « Amusez-vous avec ça, et prenez le café. »

2Dans l’audience nocturne avec le sultan, en l’absence de témoins, je l’entretins d’affaires et de ce qui constituait le principal objet de mon voyage. Je trouvais en lui un homme d’une intelligence supérieure, nullement sauvage mais amoureux de sa liberté et de son indépendance. Il aurait préféré se tuer plutôt que de se soumettre. »

3Source : Pietro Antonelli, « Il primo viaggio di un Europeo attraverso l’Aussa », Bolletino della Società Geografica Italiana, XXVI, vol. 3, fasc. 2, 1889.

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires