Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Première partie : L’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré dit « Illalta » de la dynastie Aydâḥisso d’Awsa

III. Les territoires de l’Awsa

Texte intégral

1L’administration du sultanat d’Awsa est décentralisée. Contrairement aux affirmations d'Édouard Chedeville (1966 : 182) parfois reprises aveuglement d'un auteur à un autre, l’Awsa ne vit pas sous un régime absolu et son Amoyta est loin d'être un maître tout puissant, ayant des droits illimités sur ses sujets et sur leurs biens. La titulature Amoyta que l’on traduit par « chef suprême » rend compte plutôt de la réalité de la structure politique gouvernant le pays que d'un quelconque absolutisme. Le sultanat est formé de trois provinces dont les contours épousent, grosso modo, les limites des entités pré-existantes.

1. « Babra Modayto » : la province centrale

2La première est la province pastorale, habitée principalement par les Modayto, lesquels se répartissent entre huit tribus communément désignées sous le nom Baḥra Ka‘âda (huit lits ou piliers du trône) et dont les noms sont cités par groupes de deux : Afki‘é et Ma‘ad, Kî‘u et Ḥenkebba ; ‘Arabta et ‘Asabbakari ; Nassâr et ‘Agginni.

  • 1 Excepté pour les ‘Arabta-k ‘Asabbakari pour qui c’est l’inverse.

3Entre ces tribus et en leur sein, la préséance est bien définie et suit l’ordre de citation1. Par exemple, Afki‘é et Ma‘ad est le groupe aîné et au sein de celui-ci, c'est la descendance d’Afki‘é. Des clans issus de ces huit tribus dirigent une multitude de chefferies, autonomes les unes des autres, et englobant des tribus ou groupes tribaux non-Modayto. Pour faciliter l'intégration dans ce groupe central de la tribu Ulu‘to, à la démographie très forte, un rang d'honneur, appelé kaḍḍa-‘ammî (lit., le grand-oncle) lui est conférée. Cette préséance dans le protocole est immortalisée par un poète anonyme dans le vers suivant du kassow (chants de défi) : Uluqto bacra Moodaytok kaxxa qammi (La tribu Ulu‘to est l’aînesse des huit [tribus] Modayto).

  • 2 Le droit jurisprudentiel des Modayto.

4Toutes ces confédérations tribales sont soumises au même droit jurisprudentiel appelé Modayto-m Mad‘a2, à l'exception des ‘Arabta-k ‘Asabbakari lesquels appliquent en plus, entre eux, leur propre barème de sanctions.

5Les voyageurs européens du début du 19ème siècle mentionnent dans leur récit de voyage une capitale permanente pour le sultanat d’Awsa. Ainsi, l’émissaire du gouvernement britannique le capitaine William Cornwallis Harris (1844 : 179-180) la décrit comme « une tache éclatante de beauté dans un environnement stérile », et une « ville importante », « principal siège » du gouvernement ‘Afar, et un endroit de « la sagesse et de la connaissance ». Ces écrits sont trop souvent pris au pied de la lettre encore aujourd'hui pour parler d'une sédentarisation des Modayto concomitante à leur prise de pouvoir (Dubois, 2003 : 46-47). Marc Fontrier parle, quant-à-lui, d’une agglomération des Modayto qui peut être considérée comme une ville sur la rive du lac ‘Uddumi :

Selon certains voyageurs, c'est une localité de plus d’un millier de huttes qui rassemble environ cinq mille habitants, marchands et chameliers pour la plupart de la tribu afar des Modayto (Fontrier, 2003 : 171).

  • 3 Étymologiquement « camp profond », une des résidences du sultan dans le Kalo, située derrière les c (...)
  • 4 Un lieu de résidence d'été dans la région de ‘Alta mentionné entre autres par les Italiens Luigi Ca (...)
  • 5 Mentionné par Antonelli (1883 : 24) qui, à son retour fin juillet du Shewa, trouve Addalé-Gûb aband (...)

6La réalité était assez différente et plus modeste. La vie de cette dynastie pastorale continue d’être rythmée jusqu'au début des années 1960 par des mouvements saisonniers du bétail entre les riches pâturages d'été des deltas de l’Awash et ceux des régions des plaines de ‘Alta. Contrairement à Tadjourah ou à Raḥayto où le sultan habite un village, l’Amoyta du sultanat d’Awsa mène une vie nomade et a au moins deux lieux de résidence (gûbu), l'un servant l'été et l'autre en hiver, et tous deux situés aux périphéries de l'oasis d’Awsa, dans les régions de Kalo et de ‘Alta. Sa résidence est dite Amoyti-g goso (le camp du sultan). La principale résidence de Kaḍḍâfo, le fondateur de la dynastie était à Gargori. Au temps de son arrière-petit-fils, Ḥanfaré Aydâḥis, c’était Addalé-Gûb et à l'époque de son fils Maḥammad Ḥanfaré dit Illalta, c'est toujours à Addalé-Gûb3. Ce dernier a des résidences secondaires à Buldugum4, Alḥalnaba5et à Gargori.

Fig. 1 : Vue partielle du fleuve Awash au niveau d’Aysa‘eyta

Fig. 1 : Vue partielle du fleuve Awash au niveau d’Aysa‘eyta

2. Baḥra-Awsa : la province agricole

7La seconde province du sultanat d’Awsa est circonscrite à l’oasis d’Awsa, en aval d’Aysa‘eyta, dans le district d’Afambo, près de l'embouchure de la rivière Awash. Elle a pour limites au nord la plaine de Sardo, au nord-est le plateau de Gamarri et au sud, le cône volcanique de Dam‘-‘Alé. Cette province bénéficie d'un statut particulier, grâce à une autonomie juridique négociée en échange de son intégration au moment de la formation de la nouvelle entité politique. Ainsi, elle a conservé sa structure d'administration et son droit jurisprudentiel, différent de celui des Modayto.

  • 6 Il existe sur le plateau qui succède aux massifs de Billâdi-g Goda, une région appelée Awsa- ḥiné e (...)
  • 7 Il peut bien s’agir d’Auçagurrele que des sources portugaises présentent comme la capitale de l’Ada (...)

8Awsa6 est à la fois le nom d'une région, la seule zone agricole traditionnelle du pays ‘Afar où sont cultivés le maïs et le sorgho, et de ses habitants agro-pasteurs communément appelées Baḥra Awsa (la fédération des (huit) Awsa). L’existence d'un toponyme Baye Awsa (Awsa la Perdue) laisse penser que c'était aussi le nom d'une agglomération7.

  • 8 Elle est formée des tribus et groupes tribaux suivants : Ma‘arra, ‘Ali Sûmitté, ‘Ad-Lâlé, ‘As-lâlé, (...)

9L’ensemble des écrits qui traitent de l’Imamat d’Awsa laissent croire que ses habitants sédentaires sont venus d'ailleurs et ont une identité ethnique distincte des ‘Afar. Richard Pankhurst (1997) parle de l'assimilation des populations de l'Awsa par les ‘Afar, à la suite du coup de force des Modayto. Ces informations ne reflètent pas la réalité. L’oasis d’Awsa où Maḥammad Gâsa, le petit-cousin de l’Imam Aḥmad Ibrahim ‘Umar dit « Gragn » (le Gaucher) dans les chroniques éthiopiennes, a transféré en 1577 le siège de ce qui restait du royaume d’Adal n'était pas à l'époque une terre vierge. Elle était peuplée de deux groupes. Le premier est les groupes tribaux purement autochtones auxquels sont venus se greffer les Haralla à une époque non déterminée mais par plusieurs vagues. Le second groupe est la confédération des Bayḍî‘o8, formée des autochtones et des éléments dont le groupe dirigeant, issus d'une immigration Dambahoyta, antérieure à l’installation du siège de l’Imamat dans la région. Une chose est certaine : le recentrage du siège du pouvoir vers cette région, qui est le centre du pays ‘afar, ne s'est pas fait au hasard. La décision témoigne de l'existence d'un lien fort ancien entre les immigrants et les habitants de la région. Nous ne savons rien de la structure politique qui prévalait chez cette communauté des sédentaires avant l'installation des Imam.

10Contrairement aux opinions que continuent de véhiculer certains écrits récents, à la suite des voyageurs européens du début du 19ème siècle (Isenberg &Krapf, 1968 (1843) ; Harris, 1844), la prise du contrôle politique de l’Awsa par la dynastie Aydâḥisso n'a pas signifié l’installation des vainqueurs dans l’oasis. Chaque tribu sédentaire a conservé sa portion de terres et son chef de tribu. L’Amoyta s’est adjugé les terres agricoles de surplus et ses successeurs ont acquis les terres neuves (gayyà-h ḥâra), apparues après le changement de la direction d'écoulement de certains défluents de la rivière. Ces propriétés du trône sont appelées amoytitteh-ardi (les terres des Amoyta). Elles font l’objet des corvées pour les labours et les moissons de la part des sédentaires. Ces derniers subissent aussi des prélèvements d'impôt sur leur récolte.

11L’Amoyta est représenté dans l’Awsa par un homme investi de la délégation de pouvoirs appelé Malâk. Cette fonction échoit à un homme sélectionné parmi les Modayto pour sa sagesse. Ses prérogatives consistent à contrôler les tribus sédentaires dont chacune a son chef et à assurer annuellement la collecte du tribut. Les plus célèbres d’entre eux sont le Malâk Allasa et le Malâk Ḥammadu dont les noms continuent d'être associés à leur localité de résidence : Allasa-b-Bolo et Ḥammadi-b Buri.

12De par le fait que l’oasis d’Awsa constitue le grenier du pays afar, elle est toujours vue par tous les ‘Afar, quelle que soit leur région d'origine, comme un lieu de recours où ils pourraient venir en temps de crise grave. Elle est célèbre aussi comme le centre de la connaissance islamique (Isenberg & Krapf, 1968 (1843) : 39 ; Harris, 1844, t. I : 184). Le peuple Ꜥafar est redevable aux Ꜥuléma d’Awsa pour ses premiers écrits en ‘afar transcrits en caractères arabes mais aussi pour une riche littérature religieuse antérieure d'au moins un siècle à la chute de l’Imamat.

  • 9 Il s’agit d’une population que John Trimingbam (1976 : 81) présente comme une tribu de souche afar (...)
  • 10 Littéralement : Ḥamma (fils du) brave.

13Les sédentaires de l’Awsa ont aussi un corpus des chants en ‘afar dont certains racontent leur épopée comme par exemple Dôba‘a-‘adara (la poésie des Dôba‘a9) dont ce court extrait est consacré aux faits d'armes de leur héroïne, Wadé-m Mayro (Mayro [fille de] Wadé) et de leur héros, Agri- Ḥamma10, son frère :

Anu abem maabbooy
Kiqi sarri isih abem warisa
Anaa Borkala'yye Agri Camma
Agri Camma, amay yoo qika'yye
Agri Camma qeebi goobut abe…
Agri Camma sahad feeral abe
Wade-m Mayro agbi namma barra
Wade-m Mayroy, agbi koo mayyakka
Wade-m Mayroy agabuk tayse barray
Amay yoo kataya'tte Wade-m Mayro
Amay yoo qika'tte Wade-m Mayro
Cane geyneh
Xinta cane mannu...

  • 11 Terme arabe désignant le bref témoignage par lequel le musulman fait verbalement profession de sa f (...)

N’ayant pas entendu mes exploits
La branche de Kî'u parle des siens
« Moi ! Des Borkala », a crié Ḥamma, fils du brave
Ḥamma, [fils du] brave fit parvenir un message
Ḥamma, [fils du] brave combattit d'une main en utilisant le bouclier
Et de l’autre, il rendit le shahâda11. Il mourut au gué…
O ! Mayro [fille de] Wadé, toi, qui vaut deux femmes
O ! Mayro [fille de] Wadé, les femmes ne seront pas à tes hauteurs
O ! Toi qui vaut deux femmes, ô ! Toi, la meilleure des femmes
« Suivez-moi maintenant », a dit Mayro [fille de] Wadé
« Aidez-moi maintenant », a dit Mayro [fille de] Wadé
Nous nous sommes vengés
Nous n’avons pas une vengeance qui reste inassouvie…

  • 12 L’appellation « Dardorti » employée par Didier Morin (2004 : 134 et 177) pour désigner le lignage d (...)

14Depuis une génération, au moment de l’avènement au pouvoir du sultan Maḥammad Ḥanfaré, un membre de la famille de Salman ibn Maḥammad, le dernier souverain de la dynastie des Imams, est gouverneur de la province. Il porte le titre de Dardar. Dans le domaine de l'administration de la justice et les questions foncières, la primauté revient au chef des Haralla12. Ce dernier exerce la fonction de Baddah-Abba (chef de la zone inondable) qui fait de lui le garant des règles judiciaires (Mad‘ah-Abba) et ce, on ne sait depuis quand, mais en tout cas bien avant l'intégration politique de l’Awsa dans cette entité nouvelle qu'est le sultanat d’Awsa.

3. Babra Ad‘ali-k Ayroyta la province de la périphérie

  • 13 Littéralement : Les huit (tribus ou groupes tribaux) Ad‘ali et Ayroyta. Cette province englobe les (...)

15La troisième province qui occupe la périphérie sud est habitée par les Baḥra Ad‘ali-k Ayroyta13. Elle bénéficie d'une plus large autonomie par rapport au pouvoir central, en raison surtout de sa position géographique mais aussi de l’histoire du regroupement de ses composantes et de leur implication dans les évènements inter-‘afar mouvementés des 18ème et 19ème siècles. Cette entité politique décentralisée, dirigée par un chef issu du groupe tribal Ulu‘to, est la gardienne de la frontière méridionale du sultanat.

Notes

1 Excepté pour les ‘Arabta-k ‘Asabbakari pour qui c’est l’inverse.

2 Le droit jurisprudentiel des Modayto.

3 Étymologiquement « camp profond », une des résidences du sultan dans le Kalo, située derrière les crêtes de Gargori et au pied du mont Sengêra, au nord-est de la plaine d’Awsa. C’est le lieu de la signature de deux conventions "d'amitié et de commerce" entre le sultan Maḥammad Ḥanfaré dit Illalta et le comte Pietro Antonelli, le représentant du gouvernement italien, l’une le 13 mars 1883 et l’autre, le 9 décembre 1888. La première convention a ouvert les communications entre le port de ‘Asab et le Shewa.

4 Un lieu de résidence d'été dans la région de ‘Alta mentionné entre autres par les Italiens Luigi Capucci et Luigi Cicognani dans leur récit de voyage et par l'officier d'artillerie, le lieutenant Carlo Giannini dans le compte-rendu de son séjour en Awsa. Voir Zagbi (1935 : 26) et Giannini (1943 : 232).

5 Mentionné par Antonelli (1883 : 24) qui, à son retour fin juillet du Shewa, trouve Addalé-Gûb abandonné.

6 Il existe sur le plateau qui succède aux massifs de Billâdi-g Goda, une région appelée Awsa- ḥiné et dont une des localités porte le nom Aysa‘eyta. Awsa-ḥiné veut dire litt., « le refus d’Awsa », ce qui semble sous-entendre le refus de la sédentarité. Cette région est la propriété d'une tribu Sugêt, Barga, qu'on retrouve aussi en Awsa où elle fait partie de la confédération Bay ḍî‘o. Son classement par Gamaladdin al-Chami et Ḥachim Gamaladdin (1997 : 503, 1ère de la liste) comme étant un groupe tribal issu de la branche Data Ḥiggi, de la tribu Hadarmo est infondée. Une précision, Billâdi-g Goda [Goda des Billadi] désigne le versant nord des Monts Goda par opposition à son versant sud appelée Songo-g Goda (Goda des Songo). Dans le premier cas comme dans le second, la région a été désignée associé du groupe dirigeant de l'entité politique. L'affirmation selon laquelle la chefferie formée par les différents groupes tribaux habitant les massifs du Songo Goda aurait pris son nom, reprise d'un auteur à un autre, sans critique et parfois même avec beaucoup du sérieux, est sans fondement. Celle-ci est connue sous le nom de Baḥra-awdi [buit enclos] ainsi appelée parce que constituée de buit groupes tribaux suivants : Mafâ, Daḥrûma, Gittîrisso, Ayrolasso, Fadîḥitte, Data buḍa [Ad‘ali], ‘Ablé et Ḥasôba). Le nom Songo est porté actuellement dans l'Awsa, non pas par une tribu mais par une confédération tribale dont le chef porte le titre de sultan. (Entretien avec le shaykh Ayfaral Ḥamza à Addis Abeba, août 2004). Ce que confirme Robert Ferry (1988 : 467, n. 9) qui mentionne la rencontre d'Édouard Chédeville avec un « sultan des Songo » en Awsa.

7 Il peut bien s’agir d’Auçagurrele que des sources portugaises présentent comme la capitale de l’Adal et qui d’après les mêmes sources aurait été détruite par un incendie dû à la foudre en 1631. Auçagurrele peut se lire comme Awsa gurra‘alé, qui peut avoir été ainsi appelée d’après une colline (gurra‘alé) pour la différencier des autres parties de l’Awsa. Le nom de cette colline a été reporté, sur la carte du British War Office, NC 37, comme se situant à neuf miles au nord-est du lac Abbé.

8 Elle est formée des tribus et groupes tribaux suivants : Ma‘arra, ‘Ali Sûmitté, ‘Ad-Lâlé, ‘As-lâlé, Orba, ‘Uddûma, Barga, Waddaru, Gas-me‘é, Hâmanto et Hêrisso.

9 Il s’agit d’une population que John Trimingbam (1976 : 81) présente comme une tribu de souche afar qui s’est éteinte. La tribu Dôba‘a habite actuellement dans le sud de l’Awsa, dans la localité de Ḥammadi-b Bûri. Elle fait partie des Intégeri-k Haralla ou Sidîḥa Haralla (les 3 Haralla), l’une de deux grandes confédérations des sédentaires de l’Awsa.

10 Littéralement : Ḥamma (fils du) brave.

11 Terme arabe désignant le bref témoignage par lequel le musulman fait verbalement profession de sa foi en proclamant, en pointant l’index vers le bas : « Il n'y a pas d'autre divinité que Dieu et Muḥammad est son envoyé. »

12 L’appellation « Dardorti » employée par Didier Morin (2004 : 134 et 177) pour désigner le lignage des Haralla qui fournit le Baddah-Abba est inconnue. Ce terme sert plutôt à designer les lignages régnants des Ad‘ali de Tadjourah et de Raḥayto. Contrairement à ce qu'avance le même auteur (2004 : 176), le mot raïs utilisé dans la chronique arabe pour désigner le chef des Haralla est tout simplement une traduction du terme ‘afar abba qui est usité dans la vie courante pour ce qui le concerne associé à badda « zone inondable » et d’où Baddah-Abba.

13 Littéralement : Les huit (tribus ou groupes tribaux) Ad‘ali et Ayroyta. Cette province englobe les groupes tribaux originaires du nord du golfe de Tadjourah communément désignés Ad‘ali, d'après la tribu dont est issu le groupe dirigeant de ce sultanat et ceux, originaires du sud du golfe de Tadjourah communément appelés Ayroyta, littéralement : « ceux du Levant. » Parmi les tribus ou groupes tribaux membres lesquels font plus que huit, on trouve 4 tribus se réclamant de la descendance d'un certain Aḍayta, présentée comme un frère utérin de ‘Unḍa ‘Ali, l’ancêtre éponyme d'une branche d’Afki‘é-s sarra dont fait partie le lignage Aydâḥisso. Ce sont les Kutubla, ‘Arkalto, Al‘ayto et Mafâ. Ces derniers, bien que d’origine ‘Adobyabmara, ont fait cause commune avec les Modayto ‘Asahyahmara lors des conflits des 18ème et 19ème siècles.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Vue partielle du fleuve Awash au niveau d’Aysa‘eyta
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/975/img-1.png
Fichier image/png, 381k

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires