Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Première partie : L’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré dit « Illalta » de la dynastie Aydâḥisso d’Awsa

I. Les ‘Afar et le sultanat d’Awsa

Texte intégral

1Le 18ème siècle est une période charnière dans l’histoire du peuple ‘afar car c’est l’époque où, à une ou deux exceptions près, ses différentes entités politiques actuelles se mettent en place et où la répartition tribale de l’occupation spatiale que nous trouvons dans la configuration actuelle du pays ‘afar s’établit. Bien que proche, l’histoire des événements ayant marqué ce siècle est mal connue ou ne l’est pas du tout, à l’exception des échos diffus des affrontements sanglants inter-‘afar, motivés tant par des raisons politiques qu’économiques et que la tradition orale a retenu sous le nom de naharsi ‘idi-k ‘isi (‘eebi) qui veut dire « le premier (conflit) Blancs et Rouges » par opposition au second qui se situe dans la seconde moitié du 19ème siècle.

  • 1 La prononciation des noms des prophètes par les ‘Afar est proche de celle des hébreux : Arbâhim (Ab (...)
  • 2 Littéralement : « Celui qui se trouva un matin sur un arbre ». Pour la légende, voir Édouard Chedev (...)

2Les mouvements de populations qui sont les principaux protagonistes de ces événements semblent bien plus antérieurs que les 17ème et 18ème siècles avancés par Édouard Chédeville (1966). C’est le cas des huit tribus formant la fédération des Modayto, lesquelles se réclament de la descendance de Modaylé Arbâhim1, présenté par la tradition orale encore vivace comme l’un des fils de Ḥaḍalmâḥis2 ; les autres sont Ada‘al, Sambol-lak‘oli et Ulu‘, ancêtres respectivement des Ad‘ali, des Dambahoyta et des Ulu‘to (Voir Cassim Ahmed Dini, 1984 : 63, 68-69).

  • 3 Par autochtones, nous voulons dire les Sugêt, ce qui veut dire littéralement : « Ceux qui étaient l (...)
  • 4 La formation de ces chefferies mixtes ‘Asahyahmara-immigrants et ‘Adohyahmara-autochtones avait eu (...)
  • 5 C’est un autre mouvement des populations, celui dans lequel est impliqué les Rukba-k Derméla qui pa (...)

3On ignore à quelle époque les Modayto quittent la haute vallée de Wé‘ima et à quand remonte leur séparation avec leurs cousins Ad‘ali et Dambahoyta et ses causes. Ils gardent plus d’affinités avec les descendants d’un autre fils de Ḥaḍalmâḥis, les Ulu’to qui les accompagnent dans leur émigration. Les Modayto connaissent une démographie très forte. Leur mouvement, qui semble avoir été graduel, se fait dans trois directions : vers le nord-est, la région en arrière-pays des cités portuaires de ‘Asab et de Beylul, vers le centre et vers l’ouest, des monts Siyyaru à la vallée d’Obno, en passant par la plaine de Ḥanlé. Sur leur lieu d’installation, ils se marient avec les tribus autochtones3 qui possèdent les terres et avec lesquelles ils forment des chefferies, s’adjugeant le pouvoir politico-judiciaire, sans dévoiler leur jeu. Contrairement aux affirmations de Georges Clovis Savard4 (1970 : 94), les récits des Modayto ne mentionnent pas au cours de cette phase l’utilisation de la force pour soumettre les autochtones. Le dépeuplement consécutif à la guerre islamo-chrétienne et par la suite la menace pressante de l’invasion des Oromo semblent être les principaux facteurs de leur acceptation. Ils créent une multitude de chefferies indépendantes, tout en gardant entre eux les liens du sang. C’est d’ailleurs l’un de leur point fort qui aide à expliquer le succès face à leurs concurrents ‘Adohyahmara, et plus précisément les Debné-k Wé‘ima, de composition hétérogène, quand il s’agira de se disputer la dépouille de l’Imamat d’Awsa, héritier de l’Adal comme nous le verrons plus loin. Le mouvement des seconds semble provenir principalement de plus au sud, c’est-à-dire de l’arrière-pays de Zeyla‘ plutôt que de la région de la haute vallée de Wé‘ima5. Il est encore possible aujourd’hui de retracer, par le biais de la collecte d’informations sur le terrain, ces mouvements de populations connus jusque-là d’après les hypothèses hâtivement formulées par Édouard Chedeville (1966).

  • 6 À cette date, les Ad‘ali dirigent une seule entité politique, le sultanat de Tadjourah. Raḥayto se (...)
  • 7 Le royaume Ankala a continué d’exister jusqu’au 18ème siècle. À cette date, il a fait les frais de (...)
  • 8 Une localité située dans le Biru, à trois jours de marche de Beylul, dans l’arrière-pays de cette c (...)
  • 9 Nom générique pour une zone géographique, formée de grosses plaines et des dépressions.
  • 10 Ethnique, qualificatif qui permet de savoir non seulement l’origine du personnage et de sa famille, (...)
  • 11 Al-Modayti pourrait être une altération d’al-Modayto qui veut dire « des Modayto ». C’est une prati (...)
  • 12 Selon le sultan ‘Ali-Miraḥ, l’appartenance de ses sujets à deux écoles différentes s’explique par l (...)

4Dès le 16ème siècle et même peut-être avant, les Modayto se constituent en confédérations indépendantes des Ad‘ali du La‘o6 et des Ankala7 établis à Gunnubu8 et ce, dans les régions situées entre Beylul, Musa-‘Ali et dans les périphéries nord et nord-est de l’oasis d’Awsa (‘Alta). À l’époque, les zones d’épandages de la basse vallée de l’Awash (Kalo) sont marécageuses et infectées des moustiques. Pour cette raison, elles ne semblent pas avoir été habitées de façon permanente. Les Modayto, du moins certains de leurs clans, aident à partir de leur position des plaines de ‘Alta9 la dynastie des imams et ses sujets dans leur lutte contre les incursions des Oromo à laquelle l’oasis est soumise à l’époque. C’est de cette réalité que témoigne l’utilisation par l’auteur anonyme d’une chronique des guerres pour le contrôle de l’Awsa des expressions Rasi Modayto (les Modayto du pays) et Da’ar Modayto (les Modayto de la région) pour les différencier entre eux. Il est probable que l’Imam ‘Umaraddin al-Modayti al-Shafi‘i qui règne de 1600 à 1611 soit d’origine de cette fédération tribale. Outre sa nisba10 al-Modayti11, son affiliation au rite shâfé‘ite, une des écoles islamiques de jurisprudence, renforce cette hypothèse. En effet, les sédentaires de l’oasis d’Awsa sont majoritairement ḥanafites alors que les Modayto sont shâfé‘ites12. Une chose est certaine. Il n’est pas apparenté à ses prédécesseurs, membres de la famille de l’Imam Aḥmed Ibrahim lesquels paraissent avoir été de l’école juridique ḥânafite. La nisba al- Shâfi‘i accolée au nom de ‘Umaraddin montre d’ailleurs qu’il est le premier Imam appartenant à cette école juridique. Cet emploi se vérifie chez le shaykh Ayfaraḥ as-Shafi‘iyyi lequel fut le premier shaykh issu de cette école juridique dans l’Awsa.

  • 13 Petit-cousin de l’Imam Aḥmad Ibrahim ‘Umar, Balaw, celui-ci avait transféré en 1577 le siège de ce (...)

5De nombreux imams de l’Awsa tels Maḥammad Ibrahim Gâsa (1583)13, l’émir Aḥmaddin bin Asma’addin (1590) et Adam ‘Îsa (1648), pour ne citer qu’eux, trouvent la mort à leurs frontières occidentales et septentrionales en défendant leur pays contre les incursions des Oromo.

  • 14 Terme de titulature utilisé par les sédentaires de l’Awsa, il semble renvoyer à l’origine à un grad (...)
  • 15 Une cité portuaire commerçante de l’actuelle Yémen. Durant cette période, elle est occupée par les (...)

6L’avènement au pouvoir des membres de la famille du Garad14 ‘Isa en 1628 et la fin de la lutte intestine qui s’ensuit n’empêchent pas cependant la perte par l’Awsa de ces deux principaux pôles, Zeyla’, le port et le point des contacts avec l’extérieur en 1630, et la cité de Harar, le centre religieux en 1648. Zeyla’ passe sous le contrôle de Mokha15 et Harar fait sécession sous la férule d’un émir indépendant. Au seuil du 18ème siècle, la désunion s’installe au sein des familles dirigeantes et de la petite communauté des sédentaires.

  • 16 Deux des huit tribus formant l’ossature du pouvoir, désignées sous le terme de Baḥra ka‘âda (huit l (...)

7Les Modayto, plus précisément leur branche aînée, les Afki ‘é-k Ma’ad (Afki’é et Ma’ad)16 dont certains clans vivent aux périphéries nord et nord-est de l’Awsa lorgnent l’oasis dont ils savent que le contrôle politique allait leur donner une position dominante dans le monde ‘Afar. Le moment venu, ils saisissent l’occasion pour réaliser cet objectif qui aurait été à l’origine de leur mouvement comme le souligne ce poète anonyme dont la mémoire collective a retenu ces deux vers de kassow :

Qidi baaxoh abbaxah yerde
Les mouvements des Blancs ont été motivés par la mainmise sur la terre
Qisi madqah abbaxah yerde
Ceux des Rouges, par la mainmise sur le pouvoir.

  • 17 L’adjectif ‘unḍa qui précède le nom propre veut dire « petit » comme son contraire kaḍḍa qui veut d (...)

8Un petit retour en arrière s’impose pour voir le processus de cette prise de pouvoir qui commence par l’établissement d’un pouvoir fort par Awdaḥis Maské Ḥamad, issu de la fraction ‘Unḍa ‘Ali17, de la tribu Afik’ésarra, laquelle forme avec les Ma’assarra l’union privilégiée des Afki’é-k Ma’ad.

Notes

1 La prononciation des noms des prophètes par les ‘Afar est proche de celle des hébreux : Arbâhim (Abraham), Môsé (Moïse), Yôsif (Yosif).

2 Littéralement : « Celui qui se trouva un matin sur un arbre ». Pour la légende, voir Édouard Chedeville (1966 :178).

3 Par autochtones, nous voulons dire les Sugêt, ce qui veut dire littéralement : « Ceux qui étaient là ». Il s’agit en gros des tribus formant l’une des deux principales divisions des ‘Adohyahmara, lesquelles composaient le peuplement du pays avant l’avènement des Yeméti (lit. les arrivants), nom sous lequel peuvent être désignés les ‘Asahyahmara (les Rouges), descendants de Ḥaḍalmâḥis et les membres des tribus issues des migrations suivantes. Précisons toutefois que ce mot ne fait pas partie du vocabulaire ‘afar courant.

4 La formation de ces chefferies mixtes ‘Asahyahmara-immigrants et ‘Adohyahmara-autochtones avait eu lieu avant la guerre entre ces deux grandes divisions du peuple ‘afar aux 18ème et 19ème siècles dont l’auteur fait mention dans la note de bas de page. Ces guerres ont opposé d’une part les Modayto, leurs grands-cousins Ulu‘to et leurs alliés Kutubla, Gal‘éla, ‘Arkalto et d’autre part les Debné-k We‘ima, vocable sous lequel sont désignés les sujets du sultanat de Tadjourah et de la chefferie Debné de Goba‘ad.

5 C’est un autre mouvement des populations, celui dans lequel est impliqué les Rukba-k Derméla qui partira du haut We‘ima pour s’installer dans l’Errer.

6 À cette date, les Ad‘ali dirigent une seule entité politique, le sultanat de Tadjourah. Raḥayto se constituera en une entité politique indépendante de ce dernier entre la fin du 17ème et le début du 18ème siècle.

7 Le royaume Ankala a continué d’exister jusqu’au 18ème siècle. À cette date, il a fait les frais de l’expansion des Dambahoyta. La disparition du royaume Ankala ou l’extermination des Ankala, après la défaite subie face aux Ad‘ali, est une interprétation hâtivement attribuée par certains à la tradition orale.

8 Une localité située dans le Biru, à trois jours de marche de Beylul, dans l’arrière-pays de cette cité portuaire. Le père jésuite portugais Jeromino Lobo avait décrit en 1625 son arrivée dans ce village royal : « Nous sommes arrivés enfin sur le bord d’une petite rivière, près de laquelle le roi possède d’habitude sa résidence et base son palais au pied d’une petite montagne. Il consistait en six tentes et 20 cabanes environ » (Le Grand, 1728 : 51). Le shaykh Gamaladdin al-Chami parle de sa visite des ruines de ce village royal en 1927. Cf. Gamaladdin al-Chami et Hachim Gamaladdin (1997 : 367).

9 Nom générique pour une zone géographique, formée de grosses plaines et des dépressions.

10 Ethnique, qualificatif qui permet de savoir non seulement l’origine du personnage et de sa famille, c’est-à-dire sa tribu ou son clan aussi bien que son lieu de naissance ou de résidence mais aussi de préciser à quelle école juridique et à quelle confrérie, il se rattache.

11 Al-Modayti pourrait être une altération d’al-Modayto qui veut dire « des Modayto ». C’est une pratique fréquente des lettrés de faire suivre le nom de celui de la tribu, du clan ou de la région d’origine ou des deux. C’est une façon de sauvegarder son identité tribale, régionale ou les deux.

12 Selon le sultan ‘Ali-Miraḥ, l’appartenance de ses sujets à deux écoles différentes s’explique par le fait qu’ils ont subi deux influences différentes. Les Modayto proviennent de la région côtière occidentale de la mer Rouge où le rite shâfé’ite a pénétré via le Yémen. Les habitants de l’oasis d’Awsa avaient des liens, quand ils n’étaient pas originaires des régions de Harar et de Zeyla’, où sous l’influence de l’empire ottoman, l’école ḥanafite était prédominante. Entretien à Addis Abeba, août 2004.

13 Petit-cousin de l’Imam Aḥmad Ibrahim ‘Umar, Balaw, celui-ci avait transféré en 1577 le siège de ce qu’il restait du royaume d’Adal, de Harar vers cette oasis pour la protéger des Oromo non encore islamisés qui l’assiégeait. Il avait laissé son frère en charge de la cité avec le titre de wazir (vizir).

14 Terme de titulature utilisé par les sédentaires de l’Awsa, il semble renvoyer à l’origine à un grade militaire.

15 Une cité portuaire commerçante de l’actuelle Yémen. Durant cette période, elle est occupée par les Turcs avant d’être reconquise en 1636 par l’Imam du Yémen qui l’érige en gouvernorat autonome.

16 Deux des huit tribus formant l’ossature du pouvoir, désignées sous le terme de Baḥra ka‘âda (huit lits), toutes issues des descendants de Modaylé Arbâhim, l’un des quatre fils de Ḥaḍalmâḥis, l’ancêtre éponyme d’une partie des ‘Afar. Cf. Chédeville (1966 : 178-179).

17 L’adjectif ‘unḍa qui précède le nom propre veut dire « petit » comme son contraire kaḍḍa qui veut dire grand.

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires