Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Première partie : L’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré dit « Illalta » de la dynastie Aydâḥisso d’Awsa

Introduction de la première partie

Texte intégral

  • 1 Ce nom est transcrit différemment par les auteurs des récits de voyage et de la littérature colonia (...)
  • 2 Les dates indiquées entre parenthèses sont celles du règne.
  • 3 Ce mot désigne en ‘afar un point d’eau permanent dont l’accès est ouvert à tout le monde. Il est em (...)
  • 4 Voir Isenberg et Krapf (1968 (1843) : 35) ; Krapf (1860 : 21) ; Merid Wolde Aregay (1974 : 267) et (...)

1L’Amoyta Maḥammad Ḥanfaré1 (règne : 1861-1898)2 plus connu parmi les ‘Afar sous son nom de règne Illalta3 est le seul souverain dont le nom est remémoré aujourd’hui avec une force d’évocation aussi considérable dans l’ensemble de l’espace ‘afar. C’est le signe évident d’un grand règne qui a marqué de son empreinte la mémoire collective. À son époque, ce monarque est à la tête du sultanat d’Awsa, une des entités politiques ‘afar la plus importante, héritière historique du célèbre royaume musulman dit d’Adal4 des 15ème-16ème siècles.

2Le nom Awsa désigne une entité géographique formée par le delta terminal de l’Awash, entre Aysa’eyta et les lacs ainsi que ses habitants originels qui sont sédentaires. Il est aussi utilisé dans les sources écrites pour désigner la plus vaste entité politique ‘afar, répartie entre trois États (Éthiopie, Djibouti et Érythrée) et comprenant les terres fertiles de la basse vallée de l’Awash ainsi que celles d’une partie de ‘Aléragid, l’escarpement des plateaux abyssins (en Éthiopie). Elle atteint le littoral de la mer Rouge sur une bande de terre côtière située entre Bardalé Ḍâ, au nord de la baie de Barri ‘Asolé et Kibiyé ‘Ungayto, la palmeraie-doum située à l’entrée septentrionale de la cité portuaire de ‘Asab. Elle comprend dans ses limites l’antique port de Beylul (Érythrée). Enfin, elle inclut la majeure partie des territoires du nord-ouest et de l’ouest de l’actuelle République de Djibouti. Pour éviter une confusion du sultanat d’Awsa avec l’Awsa proprement dite, nous utilisons pour cette dernière la dénomination oasis d’Awsa.

3Ce sultanat est l’héritier du royaume Adal dont le nom apparaît pour la première fois au 13ème siècle dans une chronique éthiopienne pour désigner une entité politique qui se trouve intégrée dans un État plus vaste, l’Ifat. Au siècle suivant, elle s’étend du plateau du Shewa au littoral de Zeyla’. Cet État est célèbre chez les musulmans de la Corne de l’Afrique pour avoir disposé d’une force guerrière ayant dominé celle des Abyssins du temps de l’Imam Aḥmad Ibrahim ‘Umar (16ème siècle). Un consensus existe chez les voyageurs et les chercheurs contemporains sur le fait que le nom Adel ou Adal est dérivé du nom de la tribu ‘afar Ad’ali.

4La maîtrise de deux des trois routes caravanières reliant les ports côtiers ‘afar du sud de la mer Rouge à l’Abyssinie du sud (Shewa) et du centre (Wello), la fertilité de sa terre arrosée par le fleuve Awash ainsi que l’importance de sa force armée assurent sa prééminence économique et politique sur les autres sultanats ‘afar. Maḥammad Ḥanfaré tire cependant sa réputation non pas de ces atouts mais de sa farouche résistance aux ambitions impérialistes, d’une part les anciennes, celles de l’empire abyssin qui sont le fait d’une entité régionale motivée par des facteurs aussi bien religieux qu’économiques ; mais aussi les plus modernes, celles des Égyptiens puis des Européens. L’histoire de ce souverain qui est un personnage clé sur l’échiquier régional pendant plus de quarante ans au cours de la seconde moitié du 19ème siècle reste très mal connue. Le présent travail se veut une modeste contribution pour réparer cette injustice. Il est fait à partir des écrits parcellaires parmi lesquels des correspondances d’archives diplomatiques italiennes ainsi que d’une riche tradition orale collectée sur le terrain. Parmi ces derniers matériaux, une attention particulière est accordée à une tradition historique conservée sous forme de chronique orale que nous intitulons « les récits des Modayto ». Elle relate les principaux événements survenus sous le règne des différents sultans de la dynastie Aydâḥisso et fournit à l’historien un certain nombre de repères. Une autre source orale que nous utilisons porte sur les productions de kassow (chants de défi) et d’adal (vaticination), deux genres de littérature orale que la mémoire collective ‘afar conserve sur une très longue période sous forme de fragments, rappelant faits mais aussi de jugements et de prédictions importants vérifiés ultérieurement.

5Dans un premier temps, nous essayerons de retracer l’histoire de cette dynastie, de sa naissance jusqu’au règne de Ḥanfaré al-’Adil (Ḥanfaré, le Juste), soit à la veille de l’avènement au pouvoir de Maḥammad Ḥanfaré mais aussi de présenter l’organisation socio-politique du sultanat. Dans un second temps, nous présenterons Maḥammad Ḥanfaré et nous verrons le contexte dans lequel se déroule l’accession au pouvoir de cette grande figure ainsi que les objectifs politiques qu’il s’assigne. Enfin, nous retracerons les faits saillants de son règne que nous analyserons dans le contexte de son époque.

6Cette étude se présente comme une modeste contribution à l’histoire de la région en général et en particulier à l’historiographie de l’Éthiopie. Celle-ci a tendance à ignorer l’apport historique des peuples de ses périphéries et notamment celui des ‘Afar dont la région présente pourtant un intérêt stratégique même si son intégration demeure à ce jour bien aléatoire.

Notes

1 Ce nom est transcrit différemment par les auteurs des récits de voyage et de la littérature coloniale : Anfarie, Amfari, Hamphallé, Ampharé, Amphalé, Amphari, Hanfari et Hanfadé.

2 Les dates indiquées entre parenthèses sont celles du règne.

3 Ce mot désigne en ‘afar un point d’eau permanent dont l’accès est ouvert à tout le monde. Il est employé ici dans le sens d’une autorité unique à laquelle se réfère l’ensemble du peuple ‘afar.

4 Voir Isenberg et Krapf (1968 (1843) : 35) ; Krapf (1860 : 21) ; Merid Wolde Aregay (1974 : 267) et Abdoulkader Moussa Ali (1981 : 32).

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires