Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux vies dans l’histoire de la Corne de l'Afrique

 | 
Aramis Houmed Soulé

Introduction

Texte intégral

  • 1 Ce nom est celui que se donne ce peuple comme n’ont pas manqué de le relever la plupart des voyageu (...)

1Les ‘Afar1 habitent une région située entre les côtes de la mer Rouge et du golfe de Tadjourah d’une part et le rebord oriental des plateaux éthiopiens d’autre part. Bien que cette position géographique les prédispose à être connus, tel n’est pas le cas. Cette situation fait dire à Didier Morin (1999 : 4e de couv.) dans un livre consacré à la poésie traditionnelle des ‘Afar que « peu des sociétés africaines comme les Afar, fait l’expérience d’une négociation culturelle aussi radicale ». Pour restituer à ce peuple son passé, il nous a paru nécessaire d’entreprendre des recherches. Ce travail qui porte sur deux sultans : Maḥammad Ḥanfaré dit Illalta (sultan de 1861 à 1902) et son arrière-petit-fils ‘Ali-Miraḥ Ḥanfaré (de 1944 à 2011) s’inscrit dans cette démarche.

2J’ai rencontré ce dernier, pour la première fois, à l’hôtel Hilton d’Addis Abeba pendant l’été 1992, une année après son retour au pays. En 1993, je fus son hôte pendant deux semaines à Dubti (une ville de la région ‘Afar de l’Éthiopie). À l’époque, en tant que correspondant régional du SYFIA (système francophone d’information agricole), une agence d’informations axée sur le développement, mon intérêt premier était d’enquêter sur les mutations sociales chez les pasteurs transhumants ‘afar. J’ai profité de mes rencontres avec lui pour recueillir des informations sur Maḥammad Ḥanfarédit Illalta dont je projetais d’écrire une biographie. J’ai revu le sultan douze ans plus tard, cette fois-ci à son domicile du quartier Abware d’Addis Abeba pour finaliser ce travail que j’avais par la suite interrompu. J’ai été émerveillé par le fait qu’il garde une bonne mémoire à plus de 82 ans.

  • 2 (Lit., celui de la tête), roi, chef suprême.

3Au fil de mes entretiens avec lui, l’idée d’écrire un livre d’entretiens m’est venue. J’étais conscient de l’urgence d’entreprendre ce travail avant qu’il ne soit trop tard car comme le disait le regretté Amadou Hampâthé Bâ : « En Afrique, un vieux qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle. » Même si le risque de mourir ne dépend pas uniquement du facteur âge, la chose est quand même plus probable pour la personne âgée. Ainsi est né cet ouvrage dont la première partie est consacrée à l’Amoyta2 Maḥammad Ḥanfaré dont le règne se situe dans la seconde moitié du 19ème siècle, marqué ici comme partout en Afrique, par la ruée des puissances européennes. L’étude est surtout focalisée sur l’attitude de ce souverain face à ces ambitions impérialistes, résistance qui demeure largement méconnue quand elle n’est pas dénaturée.

4Pour ce faire, la démarche que j’ai choisie est de combiner deux sources d’informations (l’oral et l’écrit), en faisant de l’une la source principale et de l’autre une ressource additionnelle. Ainsi, parmi les matériaux récoltés au cours de mes enquêtes sur le terrain, auprès des anciens, j’ai privilégié le recueil des productions de kassow (chants de défi) et de l’adal (vaticination), deux genres de littérature orale ‘afar dont la mémoire collective conserve sur une très longue période des fragments rappelant les faits mais aussi des jugements et prédictions importants qui furent vérifiés ultérieurement.

5Au cours de mon enquête sur plusieurs années, j’ai pu interviewer de nombreux anciens (tukasa), dépositaires de la mémoire collective, tant à Djibouti qu’en Éthiopie. Parmi eux, je citerai le nom du sultan Ali-Miraḥ Ḥanfaré, arrière-petit-fils de Maḥammad Ḥanfaré, 82 ans dont 60 ans sur le trône du sultanat d’Awsa (y compris les 17 ans d’exil en Arabie saoudite sous le régime du Derg en Éthiopie) que j’ai interviewé à plusieurs reprises à Dubti en août 1993 et à Addis Abeba en août-septembre 2004. Les informations que j’ai recueillies auprès de lui m’ont beaucoup servi pour la rédaction de ce texte. Le sultan ‘Ali-Miraḥ, il faut le dire, puisqu’il n’en manque pas lui-même de le mentionner, a eu la chance d’être secondé pendant plus de 28 ans par un érudit en histoire des ‘Afar, Fitawrari Yayyo Ḥammadu (1892-1972), de 30 ans son aîné, dont il a beaucoup appris. Ce dernier a été le principal informateur de Georges Clovis Savard (1966 et 1970) et de Mordechai Abir (1966 et 1968).

6J’ai utilisé comme sources additionnelles deux types d’écrits : les récits des voyageurs, commerçants et représentants des États du 19ème siècle et les travaux desauteurs contemporains, lesquels ont utilisé ces matériaux pour restituer l’histoire de cette période. Cependant, nous sommes loin d’estimer avoir fait un travail parfait, exempt d’omissions et d’erreurs. Par les remarques que nous portons sur les travaux de nos devanciers, notre intention est d’améliorer la connaissance de ce peuple que la plupart d’entre eux partagent avec nous.

7La seconde partie de l’ouvrage porte sur les entretiens que nous avons eus avec le sultan ‘Ali-Miraḥ à son domicile d’Addis Abeba fin 2004 et début 2005. Les entretiens se sont déroulés en ‘afar et ont été enregistrés sur magnétophone. Nous avons fait en sorte que les réponses du sultan aux questions que nous lui avons posées soient celles de la spontanéité et de la simplicité, en faisant appel directement au souvenir. Il nous est arrivé de reposer une même question, et ce à plusieurs jours d’intervalle, de façon à nous assurer de la cohérence de sa réponse concernant tel ou tel événement. Nous n'avons pas cherché à influencer sesréponses comme en témoigne par exemple son jugement sur Hayle Sïllasé qui se révèle parfaitement contradictoire selon l’angle sous lequel on le considère. De même, son jugement sévère sur le Premier ministre Aklilu Habte Weld, à propos duquel il ne cache pas son hostilité. Le sultan ‘Ali-Miraḥ s’est abstenu de parler, parce qu'il l’estime comme normal, de la redistribution des bénéfices engrangés par la culture de coton par lui-même mais aussi par les autres fermiers ‘afar, lesquels étaient soumis au paiement d’un pourcentage de leurs bénéfices au profit du développement du secteur social (construction des écoles et des centres de santé, soutien aux étudiants en Éthiopie mais aussi à l'étranger, etc.). Cet aspect des actions du sultan ‘Ali-Miraḥ a été largement commenté par N.J. Cossins (1973) et nous renvoyons le lecteur à son étude.

8Parallèlement, au fur et à mesure que nous traduisions les entretiens en français, nous avons pris le maximum de précautions pour demeurer fidèle à sa pensée en mettant les annotations mais aussi en cherchant à les éclairer, quand c’était possible, par le recours aux citations, tant de la tradition orale que des sources écrites. Également, j’ai eu à faire des recherches pour présenter les personnalités citées par le sultan et pour dater les événements auxquels il se réfère par le biais de recherches au centre de documentation du CFEE et à celui de l’Institut d’Études éthiopiennes. J’ai eu de nombreux entretiens avec les personnes que j’estimais susceptibles de m’aider comme par exemple Ḥabib, le fils du sultan.

9Pour cette réédition, j’ai revu les traductions avec un minimum d’adaptation pour passer d’une langue à une autre et du récit oral à un texte écrit.

10Cette réédition est enrichie par une interview exclusive de Ḥanfaré ‘Ali-Miraḥ qui vise à éclairer les propos du sultan ‘Ali-Miraḥ, surtout pour ce qui concerne le développement agricole, ses rapports avec le pouvoir central mais également ses relations extérieures. Diplômé de sciences politiques d’une université américaine, celui-ci a été un assistant de son père depuis la fin des années 1960. D’ailleurs, il est question de lui à plusieurs reprises dans l’interview du sultan. Cette réédition comprend également les témoignages de plusieurs personnalités qui font ressortir certaines facettes de la personnalité riche et plurielle du sultan ou qui éclairent des événements évoqués dans son interview.

11En « annexes », nous avons sélectionné une description du sultan Maḥammad Ḥanfaré, le tract annonçant la nomination du sultan ‘Ali-Miraḥ Ḥanfaré, un éditorial du journal Addis-Soir dont l’intérêt est de présenter la perception du sultan par une frange des ressortissants des hautes terres chrétiennes associée à l’État, les généalogies des sultans et de la famille du sultan Maḥammad Ḥanfaré.

12Enfin, j’ai inclus une bibliographie contenant, outre des ouvrages, thèses, mémoires et articles des journaux cités en référence dans les notes de bas de page ceux qui ne l’étaient pas mais qui présentaient un intérêt général pour la période étudiée et les personnages évoqués. Ce travail se veut une modeste contribution pour attirer l’attention sur l’histoire du peuple afar qui reste à écrire en cette aube du troisième millénaire.

Notes

1 Ce nom est celui que se donne ce peuple comme n’ont pas manqué de le relever la plupart des voyageurs du 19ème siècle (cf. Isenberg & Krapf (1968 (1843)) ; Munzinger (1869 : 188-232) ; Reinicb (1885, t.1 : 112 ; 1887, t.2 : 82). À propos de l’utilisation d’une autre appellation pour désigner ce peuple, Antoine d’Abbadie écrit : « Les étrangers paraissent avoir d'abord connu la nation Afar par une de ses tribus qui se nomme Dankala. Selon la grammaire des Arabes, ceux-ci ont formé le terme Dankali et Danakil au pluriel. Les voyageurs français ont écrit les « Dankalis » au pluriel, d’autres ont préféré « les Danakils » ; des Italiens en ont fait « i Danakili » selon le génie de leur langue » (1890 : 16).

2 (Lit., celui de la tête), roi, chef suprême.

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires