Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bulletin de la Maison des études éthiopiennes | Novembre 1993. N°3

 | 
Jacques Bureau

Quatre textes relatifs à l’histoire des peuples ometo, à la fin du XXe siècle

Jacques Bureau

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le recueil des textes Gamo établi par Eshetu Wombera et moi-même fera l’objet d’une prochaine éditi (...)

1Nous avons choisi quatre des textes collectés et traduits par Eshetou Wombera et moi-même dans les pays des montagnes Gamo et à Koucha, aujourd’hui dans la région du Nord-Omo qui rassemble les peuples du groupe Ométo. Tous ces récits illustrent un évènement majeur de l’histoire moderne éthiopienne ; l’intégration à l’Empire, dans les dernières années du xixe siècle, de l’actuelle partie méridionale de l’Éthiopie1.

  • 2 Guèbrè-Sellassie, Chronique du règne de Ménélik, Paris, 1930-1932, p. 360-364.
  • 3 Vanderheym, J.G., Une expédition avec le Négous Ménélik, Paris, 1896.

2Les faits concernant la conquête du plus important des peuples ométo, le Wolayta, et la soumission qui s’en suivit de ses voisins de moindres dimensions, sont relativement bien connus du point de vue de l’historiographie nationale éthiopienne; le chroniqueur de Ménélik mentionne avec quelques détails la conquête du Wolayta, par l’Empereur en personne2, et le journaliste Vanderheym nous a laissé une description détaillée de cette campagne, puisqu’il en a été le témoin direct3.

3En bref, trois des armées envoyées par l’Empereur Ménélik afin de soumettre le royaume du Wolayta ayant été repoussées, l’Empereur décida, de manière exceptionnelle, d’assurer en personne la direction d’une quatrième expédition (Novembre 1893 – janvier 1894). Malgré la résistance des Wolayta, qui avaient par exemple organisé la défense de leur territoire en élevant des murailles de pierre de plusieurs dizaines kilomètres de longueur, et en creusant des fossés hérissés de pieux taillés en pointe et camouflés par des branchages, le petit royaume fut écrasé, plusieurs dizaines de milliers de captifs et de têtes de bétail conduits vers Addis Abeba, et son roi, Tona, fait prisonnier.

4Puis, dans les quelques mois qui suivirent, la totalité des petites principautés situées au sud du Wolayta, et appartenant à l’ensemble culturel Ométo, se soumettaient sans combats marquants. Ce fut notamment le cas des Borroda, Koucha et Gamo, dont nous rapportons ici quatre traditions historiques.

  • 4 Doham, D. & James, S., The Southern Marches of Imprial Ethiopia, Cambridge, 1986.

5Cette conquête des Ométo qui devait sceller le sort de ces sociétés constitue un épisode majeur, mais non pas exclusif, de l’entreprise ambitieuse de reconstruction de l’Empire par Ménélik. Ayant fait l’objet de nombreuses études, notamment celles que publièrent voici quelques années Wendy James et Donald Donham qui ont mis en valeur les rapports qu’ont dès lors entretenus les peuples périphériques de l’Empire avec son centre, de culture chrétienne amhara, cette entreprise réduisit les nouveaux sujets à l’état de dépendants corvéables à merci, avant que le lent processus d’intégration nationale, se développant beaucoup plus tard, n’en fasse enfin des citoyens à part entière4.

6Je ne reviendrai donc pas sur cette conséquence majeure de la conquête et je m’en tiendrai à deux de ses conséquences secondaires, mais non moins importantes du point de vue de la connaissance historique comme de la compréhension des enjeux politiques contemporains de cette région : à savoir la transformation des rapports qu’entretenaient entre eux ces petits royaumes ou ces petites principautés, et la différentiation des rôles qu’ils joueront, et qu’ils jouent encore vis-à-vis de l’État éthiopien.

7Si l’intégration de ces peuples de culture Ométo à l’Éthiopie est aujourd’hui acquise [à l’inverse des Oromo, il n’en ait aucun qui revendique une quelconque indépendance], nombre de questions se posent en effet quant au rôle de chacun d’eux dans l’ensemble national, et quant aux tactiques que chacun emploie.

8Un bref rappel de l’état politique de cette région à la veille des conquêtes de Ménélik s’impose afin de saisir la portée des textes suivants.

  • 5 C’est sous le règne du roi Damoté que ses défenses furent construites. Voir Bureau, J., « Un fragme (...)

9Bien que partageant une même langue [les dialectes des différents peuples Ométo sont en effet intercompréhensibles] ainsi que tout un ensemble de traits culturels et de traditions historiques qui les lient, les pays Ométo n’avaient pas atteint, à la fin du siècle dernier, le même degré de cohésion politique. Alors qu’au sud et à l’ouest, chez les Borroda, Gamo, Koucha, Koulo et Konta, quelques dizaines de principautés minuscules perpétuaient leur système de gouvernement fondé sur le droit de tous les hommes libres de participer au processus visant à l’établissement des lois, et à leur exécution, et que leurs « rois », ou ka’o, n’avaient qu’une fonction symbolique et rituelle, le Wolayta se transformait en État, autour d’une dynastie qui réussit à imposer un système de taxe et de douane à ses sujets, à lever une armée, et à faire établir des des défenses de dimensions considérables5. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, avant de pouvoir seul résister militairement aux conquérants éthiopiens, le Wolayta tenta aussi à plusieurs reprises de soumettre les principautés l’entourant.

10Ces deux faits, partiellement illustrés par nos textes, n’ont pas seulement une importance historique ; ils nous permettent aussi de comprendre les luttes politiques actuelles dans la région Nord-Omo.

11Notons à cet égard les faits suivants.

12Dans le cadre de la politique des nationalités, sous les régimes de Mengistu Hailé-Mariam, comme de Meles Zenawi, un programme d’enseignement en langue vernaculaire a été mis en place. Or, au sein de la nouvelle région Nord-Omo regroupant les Ométo, les Wolayta ont voulu imposer leur propre dialecte comme étant seul représentatif de la langue régionale. Les peuples voisins n’ont pas accepté ce diktat et ont opté pour un enseignement en langue amharique. En fait, parmi les quelques dizaines de « nationalités » que compte le sud-ouest éthiopien, les Wolayta sont pratiquement les seuls à avoir choisi leur propre langue comme langue d’enseignement général depuis 1992 ; ils rejoignent en cela l’ensemble Oromo.

13Dans le domaine religieux, de même, la volonté de l’Église Protestante du Wolayta, fondée avant l’occupation italienne par la Soudan Intérieur Mission, de s’étendre dans tout l’ensemble ométo n’a guère eu de succès. Et l’on constate aujourd’hui que nombre de sociétés ométo préfèrent être rattachées à l’Église Nationale Éthiopienne.

14Remarquons, enfin, que, dès la formation de la région Nord-Omo, ce sont pour l’essentiel des Wolayta qui ont pris en main les postes clés de l’administration régionale, ou des sections locales des partis gouvernementaux; de sorte qu’ils posent en représentants exclusifs de l’ensemble ométo.

15Ces faits ne sont pas fondamentalement niés par les intellectuels Wolayta qui en donnent la justification suivante : à l’époque de Ménélik, affirment-ils en substance, nous avons été les seuls à résister à l’envahisseur ; et, ajoutent-ils si Ménélik ne nous avait pas vaincus grâce à la supériorité des ses armes à feu, nous contrôlerions effectivement toute la région ométo.

16Le choix des quatre textes suivants s’explique en conséquence par les thèmes que chacun d’entre eux illustre. Bien que l’action se déroule à la fin du xixe siècle, et que ces textes nous aient été dictés voici plusieurs années, nous ne pouvons que constater en effet leur extrême actualité.

17Voici ce thème dans l’ordre de présentation des textes :

  1. La volonté de domination, avant l’époque de Ménélik, des Wolayta sur leurs voisins immédiats [On trouve des textes similaires chez d’autres voisins du Wolayta, dont les Tambaro du nord]. L’épisode raconté ici se passe sous le règne d’Amado Damoté, le père du célèbre Damoté qui fit construire les défenses de son royaume. On notera aussi, qu’en dépit des querelles opposant les différentes principautés du Gamo, celles-ci pouvaient s’unir contre les Wolayta.

  2. Suite aux guerres aboutissant à la soumission des chefs du Wolatya et de Djimma, les Koucha, mais aussi les Gamo et les Borroda, choisirent de négocier leur réédition [Notre narrateur fait ici une erreur chronologique, voir note 8]. Ils évitèrent ainsi que le sang ne coule et l’Empereur leur offrit quelques armes qui leur servirent ensuite à se défendre contre leurs voisins.

  3. Alors que les principautés Gamo et Koucha étaient chroniquement en guerre, l’introduction de quelques armes à feu modifia les rapports de force et conduisit les intéressés à s’engager dans un processus de paix par des pactes solennels.

  4. La présence du conquérant amhara n’en fut pas moins ressentie comme une injustice, au Gamo ou à Koucha, de même qu’au Wolayta. De fait, lorsque l’Éthiopie fut occupée par l’Italie en 1936, nous voyons là-aussi une partie de la population locale prendre les armes contre l’Amhara alors en déroute.

18Je ne peux conclure cette brève introduction sans rappeler aussi que, malgré les tensions entre les peuples ométo et le centre shoan du pouvoir, ces peuples ont néanmoins largement contribué à la défense du nouvel empire créé par Ménélik. Comme nous le rappelle ainsi un dicton de la fin du siècle dernier, tous ces peuples, ainsi que les Sidama, répondirent à l’appel de Ménélik pour aller défendre l’Éthiopie sur ses frontières du nord :

  • 6 Baeteman, J., Dictionnaire Amarigna-Français, Dire-Daoua, 1929, p. 1063. Notre traduction de :
    ውላሞ ሲ (...)

19Oui, oui ! Répond le Wolamo (Wolayta) à l’appel
Oui, oui ! Répond le Sidamo à l’appel
Oui, oui! Répond le Gamo à l’appel
Mais le Tigré, voisin des Italiens, n’a de cesse de me poser des problèmes6.

Texte amharique

20ዎላይታ ካኦ አማዶ ዳሞቴኔ ቆጎ ካኦ ዬልአ ሳጋሮኔ ናአይ ካአ ጊዲዲ ናአይ ውድድሬ ውድድሬቲራ ሀይሲያ፡፡ ዎላይታ ካአይ አማዶ ዳሞቴ ኩነታሌ ኩሚዳ ጋሺያ ፓራን ጫኒዲ ቆጎ ካኦ ዬልአ ሳጋሮ ሶ ዬዲዴስ፡፡ ቆጎ ካኦ ዬልአ ሳጋሮ ሶ አማዶ ዳሞቲ ዬዲዲ ታ ዴሬይካ ሀይሳ ማላ ታና ካኡዋ ጼሎፓታ ዴሬይ ሀጋ ማላ ጮራ ታኒ ኦላ ዶናና፡፡ ታኒ ኔና ዶናናይሳ ኤራ ያጊቺ ኩንታሌ ጋሺያ አሺካሬታ ቦላ ዬዲዶሶና፡፡ ቆጎ ካኦይ ሳጋ ሮይ ዬዲዳ አሽካሬታ ቦራ ሹኪዲ አሾ ዶይሲዲ ሚዚዲ፡፡ ኦዬቶና ዲዲ ቦንቺሪ አሳታ ሞይሲዲ ዎላይታ ካኦ አማዶ ዳሞቴ ታኒ አሳ ጮራ ጊዲኬሺን ታኒ ሀጋን ዶናናሺን ያ ጊዲ ቢዛ ኮሲያኔ ቢዛ ዎንቆቆኔ አሺካሬታ ቦሊ ፔዴ ዬቻን ቃቺዲ ሀማዶ ዳሞቴስ አፂዲ ዬዲዴስ፡፡ አማቶ ዳሞቴስ አፂዲ ዬዲን አማዶ ዳሞቴስ ኤፊን ቢዛ ኮሱዋኔ ዎንቆቁዋኔ ኡዩዲ ጼሊዴሲ፡፡ ማንቲያን ዲያ አሲያካ ማፆካ ኡሺዴስ፡፡ ዎንቆቆኔ ኮሶን ዳሮ አሳ ባዳሊዴስ፡፡ ባዳሊንካ ባ ኬታ አኬኮ ጊዲ ዬዲዳጌይ አኬኮና ኢጺዲ፡፡ ባ ጮራን ጮቂዲ ስፑን ዳና ዎላይታ ዴኢያ አሳ ፓራ ማጫሲ አቱኩ ኩሜታ ሶላስ ኤኪዲ ቆጎ ካኦይ ኦላስ ያና ጊን ባሬ ኤኮና ዴኢሺን ኬኢ ዎዷዳጌይ ቆጎ ላቬኖ ዲኢዲ ታማዬጊስ ኬታን፡፡ ካኦይ ጋዷዋፔ ኦላይ ጌሊ ኢቺስ ዎላይታይ ፓራራ ጌሊ ኢቺስ ያጊን ዎጺዳይሲ ሲራ ኤቂያ ጨንቻ ሶ ዎጺዲ ጋኪስ፡፡ ጮንቾ ኔ አዋይ ዳሮ ኔ ማይዛይ ዳሮ ታና ቆጎ ካኦ ዬልአ ሳካሮ ታና ማዳ፡፡ ኔና ታና ሜቲሬስ ማሻ ጋርጻ ጊኬ ቶራ ፓራ ጋርጻ ጊኬ፡፡ ሳሎፔ ታው ኢራኔ ሻቻን ኢማና ማላኔና ታ ዎሳይሲ ኔ አዋይ ኤቃ ኔ ማይዛይ ኤቃ ኔ አዋይ ታ አዋራ ኢሲፔ ዴኤስ ኑ ጎንዶሮን ዶስሺን ታስ ኢራ ሻቻን ኢማ፡፡ ያ ጊዲ ጨንቻ ሶ ቢዴስ ቆጎ ካኦይ ዬልአ ሳጋሮይ፡፡ ቆጎን ኬኢዲ ላሼኒን ታማ ዬዶዶይሳፔ ሄኒ ባጋን ጨንቻይ ሳሉዋፔ ሻቻኔ ኢራይ ዎዷዴስ፡፡ ሻቻይ ዎዷዳጌይ ሳሉዋፔ ጉልአራ ዴኢያጌ ይ ዎዷስ፡፡ ዎላይታ ፓራስ ኦይዲ ቶሆይ ኢሲ ቦሊ ሺቂስ፡፡ ሀፃ ሉሀን ኦላቲያጋ አጊዲ አዷ ኡቲስ ሳሀን ኤቂዳጌይ ሀጻ ጊዶን ጌለን፡፡ ቦላን ዴኢያጌይ ኦዶሩዋ ካሆን ኬኢ ኡቲዴስ፡፡ ዎሳ ቦሊ ዎላይታ ናአይ ኬኢ ኡቲስ፡፡ ሻቻይ ሳሉዋፔ ጋላስ ዎዷዳጌይ ዎንታ ኦማርስ ጋካናሼ ኡታጊስ፡፡ ናአንቶ ጋላሲ ሳሀይ ዎንቲዴስ ኢራይ አጊዴስ፡፡ ዎላይታይ ቃጻና ጊን ኤዞ ሞጬይ ኩሼኔ ቶሀኔ ጉንዲሲዲ ጾኒዴስ፡፡ ኤዞይ ቶራን ማሻን ሶን ዎታጊዲ ዎሻ ቆጪያ ዎ ቶራ ኬሲ ኤኪዲ፡፡ ጎይራና ማሻ ኤኪዲ ኬኢዳጌይ ኡፃ ዴራን ዴኢያጋ ጫዲዲ፡፡ ኦዶሪያ ካሮን ዴኢያጋ ቦላፔ ጫዲዲ ኢሲ ጼታ ኢሲ ማታፔ ውርሲሲ፡፡ ኡታን ዴኢያሳ ፓራዎፂ ኤኪስ፡፡ ሀጾ ኡፃን ዴኢያይሳ ቃንጺ ውርሲስ፡፡ ሆስፑን ዳና ዎላይታ ኩንታሌ ኬና ጊዲ ዎቲዳ ካኡዋ አማዶ ዳሞቴ ባጌዶ ካሊዳ ኦይዳንታ ኤኪዲ ባርካ አቲስ፡፡ ያፔ ዴንዲዲ ዳራሳ ኮዶ ጊያሳ ኬኢዲ ሄጋራ ካንቲከዳጌይ ቢሺን ኢቻቺ ዎታዳሬ ዴኢያይሳ ቦሊ፡፡ ጼላ ጊያ ጼላፔ ኬኢዳይሳቲ ካሊዲ ካኡዋ ቦሌና ሼታራ ሞይዚዲ ዴሚ ፒንፂዳ፡፡ ካኡዋ ካኡዋ ጋዷአ ኤዞን ዎዷሶና ዲዲ ዎዚዲ ዎላይታ ፒንፂዲ የየዲዶሶና፡፡ ዎላይታ አሳይ ኤዞ ቢታን ውሪዶሶና፡፡ ዳቡዋ ዳራዲስ ያጊያ ኡራይ ሜሂያ ዳራዲስ ጊያ ኡራይ ተማ ቦሊ ጫቆና ማላ፡፡ ዎላይታ ካኦ አማቶ ዳሞቴ ኦቶሩዋን ዩዲ ኤዞ ካኦ ኡታን ውሪዲ ሀይቂዳይሳዳን፡፡ ሀጋዴን ዳቦ ዳሪዳ ኡራይ ሜሄ ዳሪዳ ኡራ ዶሳ ናጋራና ውሮና ማላ ጉታ ጫፓ ቦንቻ ያጊዶሳና፡፡

21ኢሲ ቦታ ጭማይ ጋኢዲ ሚንሊኬይ ቤኒ ዴሬ ውርሲ ኦላቲሪ ዶኒሪ ዬኢዲ፡፡ ኢዛፌ ዳውሮ ሶላ ዎላይፃ ካኦ ዶናራ ኦላ ኦላቲሬስ፡፡ ኦላ ኦላቲሪ ኦሊቼን ናሚ ላይፅ ኩሜሽ ኮኦ ዶናራ ዎላፃ ካኦራ ኦላቲ ጊዚሪ ዎላይታ ካኦ ዶና ጾኒራፌ ጉንዴን ኩሼ ኤኪሪ ሂዚሪ ናማንፄ ሂአ ሀሪቲሪ ጊያና ሲሬ ዩሪ ዮቲራፌ ጉንዴን፡፡ ኢዛፌ አሴካ ዴንዲሪ ጂማ ጋካናው ዲማ ካኦ ጂፋሬዳ አባ ጂፋሬዳ ጋካናው ኦሊሬስ፡፡ ጂፋሬዳ ኦሊራፌ ጉንዴን ጂፋሬራ ኩሼ ኢንጋ ጊን ጂፋሬይ ኩሼ ኢንጎንታ ኢጺን፡፡ ታ ታኮኤቴፅ ዬዲኬ ታ አሳ ጋርሳን ዬኢኬ ታኒ ታዴሬን ካኦክ፡፡ ዩሪ ዬኢዞንዴ ኢዛራ ኦላቲሪ ኦላቲሪ ዳሮ ኦላቲራፌ ጉንዴን ጂፋሬ ኢንደገና ዶኒሪ ጂፋሬ ኢንደገና ጾኒሪ ጂፋሬ ባኩሼን ጋዲራፌ ጉንዴን፡፡ ኢዛ ዎሪቼ ሹኢራሲ ቁጫ ካኦ ካኦ ጎባናይ፡፡ አዋ ዬን ዎላይፃ ካኦ ዶና ዬቂራይሲ አሴካ ጂማዶ አባ ጂፋሬ ጾኒራ ኼ ጂማን ጂፋሬ ጾኒራይሲ አሴ ሺሪቲሪ ታ ዴሬ ዬዛ ጊዲኩ ታናራኔ ታ ዲሪቼ ውርሲ ዋዬ ቤሳናክ፡፡ ውርሲ ኦሌሪ ኑና ዎዷናክ ዩሪ ቆፒን ኢዚ ያናፔ ቁጪ ጌላናፔ ሲንፃን ሀይሳ ታ ዎዞ፡፡ አዋ ኦፂን ሳሮ፡፡ አሀይ ታ ኦፃናዚ ሀ ካኢቼይ ዩሪ ኢሲታ ናሚኢ ካኤታ ጾኒራይሲ ታናኮ ዶናናክ ኢዛ ጊሺ ኦፃና ዎርጊዛዚ አዋ ኢዛር ማኼ ጋልባ ጋሞ ኢቴ ሜንፃ ካጬ ሂታ ውርሳ ኢዛር ዬዲራ ጊዱኩ ኢዛ ታኢዛ ዶናርስ፡፡ ሀይሲ ታ ዴሬን ጌሊሬስ፡፡ ታ ጋርሳን ጌሊሬስ ዩሪ ታና አጋና ዳነዳኤስ፡፡ ዩሪ ቆፒሪ ባር ዎዛና አስ ሎኦፂ ባና ፔቪዛ ኢዛር ሞቴቲዛ አሴታር ኤኪሪ ሀይሳ ሆዴ ማሄ ጋልቢቼን ጋሞ ኢቴን ሜንፃ ካጪቼ ኢዛር ኢንጊቴ፡፡ ሂዚሪ ታኒኔ ታዴሪቼን ኔ ጋርሳን ዬኦዲ ኔ ጋርሳን ኒኒ አቃና ዩሪ ሂዝጋኢሬስ ዩሪ ኪታ ጋዒቴ፡፡ ዩሪ ኡሱፑን አስ ሄና ጂማ ጋካናው አባ ጂፋሬ ዴሬ ጋኪሪ ሄ ሀኢ ሚኒሊክ ዴሚሪ ሚኒሊኬር ሀይሳ ቤአ ኑ ዴሬ ካኦይ ኔር ሀይሳ ጋሞ ኢቴ ማሄ ኢቴኔ ሜንፃ ካጫን ዬዲሬስ፡፡ ሀይሳ ሀይሳ ጊሪ ዎን ኪቲቼ ኢዚ ጋኢራይሳ ውርሲ ኤኪሪ ሀንጺ ጋፂሪ ጋኢራ፡፡ ሂዚኩ ሀኢካኢቼይ ታናራ ኤኖ ዩራይሲ ኢዛርካ ታ አዋ ኦፄኔ ኢሳር ዛራና ዩዛ ቆፓይ ዬስ፡፡ ዩሪ ኢስታ ሄዚ አይና ኩሜፅ ሄ ዎዴ ኢስታ ዴሬ ኢሲ ጠመንጃ ኤሮንታይሳ ጊሺ ጠመንጃ ሄ አሴታ ሄዚ አይና ኩሜፅ ኤታ ታማርሲሪ፡፡ ዎዚ ዷሳና ዳንዳኢዛኮን ውርሲ ቤሲሬስ፡፡ ቤሲራፌ ጉንዴን ሄ ጺቲቼ ቶኮሶ ኤሪራፌ ጉንዴን ኢስታር ኡሱፑኔታር ኡሱፑን ጠ፤ንጃኔ ኡሱፑን እሱፑን ጼቴራ ኢንጊሪ ሆዴ ኢንቴ ዴሬ ጌሊቴ ዩሪ ዬዲሬስ፡፡ ኤኖ ዩሪ ዎን ፒኒራ ሀፅ ኡሞ ፒኒሪ ሂዚሪ ዩሪ ካኦ ጎባናር ኤኪሪ ሀይሳ ቤአ ኔ ዎን ኢንጊራ ማሄ ኢቲቼን ጋሞ ኢቲቼርኔ ምንፃ ካጪቼር ኔ ኤኪራይሲ ሀይሳክ ዩሪ ኤኪሪ ኢንጊራ፡፡ ሀይሲ አዋ ታ ሜንፃ ካጫኔ ታኒ ኢንጊራ ጋሞ ኢቺቼኔ ማሄ ኢቲቼን ታኒ ኢንጊራይሲ ሀይቲ ውሪ ሀይሳ ሀ ጉርባ ኤካና ሲሬ፤፤ ኢንጊሪ ሀ ጉርቢቼይ አዋ ኦጺዛዜ፡፡ ሀ ጉርቢቼ ጌቼ ባር ኤኪሬኔ፡፡ ሳሮ ሳሮ ዩሪ አጊራ አዋ ዬአይ ዮን፡፡ ሀይሲ አካይ ጎዳንቶ ሳሎፌ ዳዳይ ዷኢዛ ጊዳ ዷኢሪ አሳ ዎዷዛሳክ፡፡ ኢሲኖ ሀይሳ ዷሲዛ ጊዱኩ ሄዚ ኦዲ አስ ኤኪሪ ውሊስ፡፡ ሀይሳ ሀያ ኑና ታማርሲሪ ዬዲራይሲ ሀይሲ ኑና አቲን ኦናካ ማዳናዛኪ፡፡ ዴሪቼ ኩሜፅ ማዳናዛክ፡ ሀኢ ሀይሲ ዷኢሪ ጉርባይ ዷኡኩ አሲ አና ቢታን ሀይአዜ ሪ ሂዝጋኢሬስ፡፡ ሄ ዎዴ አውኮካ ተ፤ንጃ አስዎዷዛዝ ኤሬና፡፡ ሂዚን ሀኢ ሀይሲ ዷኡኩ ታኒ ዳጋሞ፡፡ ኤ፡፡ ኢንቴኒካ ዳጋማና ዴሪቼይካ ዳጋማና፡፡ አካይ ዷሶካ ዩሪ ኢጺራ እሴቲ፡፡ ዷሲቴ ዮሬስ፡፡ ሂዙኩ ሀይሳ ኡሱፑኔታ ማቄ ዴሬይ አዋሜዷቲሬ ካኦና ጎባና ጋፃን አዋይ ዷኢ ዴኢሬ ይዛ ጊዱኩ ዩሪ ዳሮ አስ ውርሲዛ ጊዱኩ ማቄ ኑኒካ ኦይቺቶንታ ሲሬ ሀኢቼቼታ ኢቼቼታር ኢንጊቲራ ኡሱፑን ኡሱፑን ጺቲቼ ሞጊሪኔ፡፡ ኢሲ ጺቲን ጠ፤ንጂቼን ናሚኢ ጺቂቼን ኤሲዞይኔ ኢዛ ሂአ ኬሲዞኔ ቶኮሲሪ ሹሻና ዬን፡፡ ሆዴ ሂአ ጎዳንቶ ኢንቴ ሂአ ቶኮሲቴ ሪ ሂዝጋኢሬታ ሺን ሂአ ኑኒ ዎዛሄ ቶኮሳናፌ አቲን ዩዲ ኤኖ ዮዲ ቶኮሲራ፡፡ ቶኮሲዛ ዎዴ ካኦ ጎባናይ ኤሲራ ሶይቼፌ ሞኪ ውሊሬስ፡፡ ሀይሲ አዋ ሜንጌ ታ ሶ ኤኪሪ ዮቴቲኬሲቴ ዳውሲቴ ዮዞንዴ ዷኢራይሳ ሹኢራይ ዮዮ አዳናው ሄ ዎዴ ካኦ ዮዬ አዳናው ናጊዛይ ላቻ ጊዳ ቤኒ ዎዴ ዎጋጬ ዩቲዛ እቲ ማሻ ቆጺሪኔ፡፡ ቶራ ሊፊዛዮቲ ውሪ ኢዛር ማሻኔ ቶራን ኦላር ጊዲአዚዛ ሌፊዛይሳ ጊሺ ኢሲታ አዷሪ ሐራ አሲ ዬኦንታይሳ ጊሺ ሄ እሴቲ ኤኪሪ ሂዚሪ ሄንደገና ኢሲታ ሜንፂሪ ዴሬይ ጌሊሬስ፡፡ አዋ ዷኢራይ፡፡ ካኦና ጎባና ጋፃን አዋይ ዷኢራይ፡፡ ዮሪ ሀሚሼይ አዋኮ ኑና ቤሳ ዮሪ ዴሪቼይ አይኬን፡፡ ሆዴ ሀይሲ ዷኢራይሲ ሀይሳ ሀ ጉርቢቼክ ዷኢራይ ሀኢ ጉርቢቼይ ዷኢራይሳ ጊሺ ሀ ጉርብቼ ሀኢ ሂአ ዴንፂሪ ዎዛኔ፡፡ ኤኪሪ ኢንቴና ሹሻና ናማንጼ ታ ዴሬፌ ኢዚ ደዎ፡፡ ኢንቴንካ ማቼም ውሪ ኩሜፅ ኢፂራ ጊሺ ሀኢ ኤካራ ሀይሳ ዳውሳና፡፡ ሀይሳክ ዳኢራይ ዩሪ ዳሲሬስ፡፡ ዳሲን ሴሬይ ባጊዶን ውሪ ዮሊቲሪ ሹኦንታዝ ዳዳይ ሳሎፔ ዎዳሬስ ጊዳ ኩንዲቲን ኤኪሪ ሆዴ ኑ ዴሬፌ ኬሶ ዩራ ሲሬ ሴክ ንፂሪ ኡ፤ና ኦሊቴ ዮን፡፡ ኤኖ ዮዲ ኡሞ ሀንጺሪ ሶሊራ፡፡ ኦሊራፌ ጉንዴን ሱሞን ኦሊራ ሶፌ ሂአ አዋ ሳሮይ ኑር ዮን፡፡ ሆዴ ሲካራ ዛዷ ኦላር ዴንዲሬስ፡፡ ዮን ጎፋራ ጎፋ ካኦይ ኦላ ዴንዲሬስ፡፡ አዋ ኑር ሳሮይ ዮን ዎን ኑኒ ኦሊራ ሚሼይ ኑና ማዳና ዳንዳኢ ቤኤና፡፡ ዬን አዋ ዬን ሆዴ ካኦንቶ ሂዚቴ ዬን ዎዞ ዬን ላፑን ቃማጋ ካናው አሲ ባሶፌ ካናይካ ካፎይካ ጊዲን ካሬ ኬኦንታ ሲሬ፡፡ ሚዚካ ኤፃፌ ካሬ ኬኦንታ ሲሬ፡፡ ኦማዷን ካሬ ኬኢዛይ ጾንፔ ዮዊ ኤኪሪ ኬአና ሲሬ፡፡ አዋጂቴ ላፑን ቃማ ጋካናው ዬን አዋጂቲን አሲ ኬኦንታ ሲሬ ሂዚራፌ ጉንዴን ሀሚሪ ሂዚሪ ሄ ጠ፤ንጂቼ ኡሞፌ ኤኪሪ ዮን፡፡ ኦላይ ዛዷራ ዮራይሳ ዎን ኡሱፑንቃውቼራ ኤኪሪ ቶኮሲሪ ዎዛናራ ዎዛናራ ሂዚሪ አሴ ኩንዲሲን፡፡ ዛደዋ ዛዷ ካኦይ አዋ ዮሬ ሀይቶ፡፡ አልፓን ጎባና ጉርባይ ዷኡኩ ኢንቴና ሀን ጊዶን ዬኢራ አስ ኩንዲሲን ኩንዲሲ ዎዷዛ ሚሺ አዋ ፓላይ ዮሬ፡፡ ኦናራ ሀይሲ ጋጊሪ ኑር ሜዷሪ ዮሬ፡፡ ዮሪ ሂንደገና ባባጋራ ዴንዳጊራይ ዴንዴሬስ፡፡ ዴንዴን ሂዚን ኢዛፌ ጉንዴን ሀይኢራይ ሀይኢን ጎፋ ቶራካ ሂያራ ዛሪን አሴ ዛዷራ ዮራዝ ዛሪን፡፡ ሀይሲ ቤኒ ሚኒሊኬ ዮዛይሲ ሄናራ ዮራይሳራ ጋ ጊሬስ፡፡ ኢዛ ጊሽ ኑና ሀይሲ ዶኒሬስ ዮሪ ኢዛንዶፌ ጠመንጃ ዋኪ ጠቃሚዛኮ አሲ ኤራና ዳነዳኢሬስ፡፡

22ቁጫኔ ጋሞኔ ሀፔ ቢዲኔ ቁጫው ቢዲ ታ ኦላና ያና ናጌታ ዳንጨታ ቁጫው ቁጫው ዳንጨታ ያ ጌስ፡፡ ቢዲ ቦሆ ዛሎን ቦሀን ሀፒንፃን ጋሞይ ኤቄስ፡፡ ያ ፒንፃን ቁጫይ ያራ ኤቄስ፡፡ ያቲን ሀፔ ጉፒዲ ቢዲ ጫዲኔ ጉፋንፂ ዬጌስ፡፡ ያ ፔካ ጉፋንፂ ዬግስ፡፡ ያፔ ሀ ፔ ቦሀን ኦሌቴስ፡፡ ኦሌቲስ ኦሌቴስ ኑ አሳይ ውርሲዲ ዛሉዋ ቦሀ ፒንፂዲ ቦላፔ ጉዬ ጋካናሼ ቁጫ ዲፒ ሂስቲ ውርሲሪ ኢሶይ ሄዛ ኢሶይ ናምአ ኢሶይ ኦይዳ ዎዷዷ ኦላቲዲ ኦሌቲዲ ኤኪዲ ዛሎ ቦሀራ ፒንፂ ኤሲዴስ፡፡ ያፔ ሲሚዲ ጾኒዲ ዬስ፡፡ ያቲን ቁጫይ ቃሴካ ዛሪዲ ጋጺ ጋ ጺን ዲያይሳ ሺሺዲ ጋሞ ጋሞ ኩሎ ኩሎ ታ ኦላና ያ ባይስ ጊዲ ኪቲስ፡፡ ሎኦ አውኮይ ባ ታካ ባና ኔካ ያራ ያ፡፡ ኔ ባጋራ ጊጊሳ ማሻ ቶራ፡፡ ማሻ ኦይኪዲ ቶራ ኦይኪዲ ጎንዳሌራ ኦይኪዲ ሄ ዎዴ ቢራታይ ባ ቶራኔ ጎንዳሌኔ ባኢዲ ኦሌቲዲ ኦሌቲዲ ኦሌቲዲ ያና ሀኒሺን ቃሴካ ቁጫይ ኦሌቲዲ ጾኒስ ጋሞይ፡፡ ጋሞይ ዶኒን ዛሪዲ ዞኒን ጉዬ ቤዲ ፓሻ ጎባኒ ካሴ ሻሚን ጎራ ጎባኒ ካሴ ሻሚን ጎይራ፡፡ ካሴ ጊዮጌ ጉዬ ቢዲ ዴሬፔ ዴንፂሪ ሻሚዲ ጋይ ጾኒዶ ጊሻሲ፡፡ ኤሂን ዎና ሻፋ ፒንፂ ዛሪን ቦሊ ጋካናሼ ቁጫ ሺን ቦላ ቦሆይ ዛሪን ጋሞይ ኦሊ ጾኒዲ ውርሲ ዷይሲዲ ባው ኤኪዲ ቁጫ ኦሊዲ ውርሲዲ ዳውሮ ፒንጺዲ ያኒን አታ ዴሬ ቢዲ ጎባኒ ካሳ ሻሚን ጎይራ፡፡ ጊዮጋ ኢንዲዖ ዱዌ ዳንጪን ጎባኒ ካሳ ሻሚን ኢንዶዖ ዱዌ ዳንጪን ሻሀ ኤሮናጋ ቃሚሴ ማይኦናጋ ጺባቤ ማይኢዮጋ ያቲ ቤዲ ጉዬፌ አማራ ሻሚዲ ኤሂሪ ጎባና ካሴ ሻሚን ጊሺን ኦሌቲዲ ሲማያቲዲኔ ጋሞይ ቁጫ ጾኒዲ ባሳ ዛሪዲኔ ቦሔ ዛሪን ባውኤኪዲ ዲሺን፡፡ አማራ ኤሂዲ ጎባኒ አማራ ሻሚዲኔ፡፡ ጉዬፌ አማራ ኤሂዲ ኦሌቲዲ ኦሌቲዳ ኦሌቲዳ ላፑን ላይፅ ጋፂዲ ሀኒን ያፔ ጋና ሀፔ ጋና ታ ዴሚን ኔ ታና ጫዶና ማላ ታኔና ጫዶና ማላ ኔስ ታስ ዴሚጫቆ ጊዶ፡፡ ታ ጫቃ አዷዳኔ ጊዶራ ኤራዳ አዷራኔ ጫዲያ ጊዲኮ ታና ቶራይ ጫዶ፡፡ ቃሴ ኔጫቃራኔ ዛራራኔ ታና ኦላና ጋርሳራ ካይሶ ሀሚዛ ጊዲኩ ኔቶራይ ኔና ጫዶ፡፡ ጊን ጊዶዋን ቁጫ ጋናይ ሀፔ ጋና ኢሚን ያፔ ጋና ኢሚን፡፡ ዴሚን ጫቁዋ ኢሚን አማራይ ኑ ዴሪያን አቲ አጊን ኑ ካ ጫቁዋ ዎፂዳሬ ሄኒ ባጋን ኑካ ሀኒ ጋፃናው ሲጋ ጊዲዲ አጊዳ፡፡

23አማራይ ዴንዲዲ ጻሊያ ኦላ ቢስ፡፡ ኮዶን ጨንቻን ጋሞ ጎፋንዷያ አማራይ ውሪ ቆጲያ አማራይ ዴንዲሪኔ ፓራንጄ ኦላና ቢስ፡፡ ሀን ኡቲራይ ማጫ ኬታ ናጊያይሲካ ባ ቦታ ናጊዛይሲካ ሀን አቲ አጊስ፡፡ ሄ ዎዴ ሚፃ አማራስ ሚፄስ ካፃ ጋቺዲ ዷሊያ ቆሌቴስ ቢዲ ጎቴስ፡፡ ኦፂዮጋካ ውሪ ኦፆካ ኑናካ አሀይ ጺንቄስ አማሪ ሀይቂ ውሪስ ጻሊያይ ውርሲሬስ ሀን ዲያ ሱፓስ ኦጾካ ባው አጺራፌ ቁንጹሮ፡፡ ባ አጺራፌ ቁንጺሪሪ ኤኬኔ ታኒ አስ ሚጺን ማኔ ቢታ ሞ፡፡ ታኒ ሂና አቲራራ አይ ኦፃኔ ታኒ ኡባ ዷውሲኪና ሚፃካ ሚጺኬ አ ማታካ ቡቺኬ አስ ጎሻካ ጎዬኬ ቃላባ ቆሪኬ፡፡ ኡባካ ኢሚኬ ያጊስ ዛዷ፡፡ ዛቷራ ታናራጼላራ ኡባይ ኢስዋ ሺን ሀይ ኮዶ ሂና ኢሲ ሂና ጾናኔ ባውካ ጻሊያ ኦላን ሀይኢኪሊሬስ ሀኖ ታ ውርሳና ጊስ፡፡ ኬአ ጊስ ኩሎ ሀያ ጊስ ዴንዲዲ ዛዷ ቢዳ፡፡ ዛዷ ጫሬ ኢሺሮ ጊን ዛዷ ኦላሀኖ ኮዶ ዳይሳና ጎስ ጊን፡፡ አጋ ዛዷ ኔ ታና ዷዬሳና ያራ ጨንቻይ ዴስ ያራ ኤዞይ ዴስ ያራ ቁጫይ ዴስ ቁጫይ አማራይ ዴስ ኤዞን አማራይ ዴስ ጨንቻን አማራይ ዴስ፡፡ ሄጌይ አማራይ ዮኮ ያራ ኡባይ ዴንዲኮ ያራ ጊዶን ቾ ዷይሳና አጋ ያራ አሆ ቦሮዳይ ዴስ ያራ አሆ ቁጫይ ዴስ ያራ አሆ ዎላይፃይ ዴስ ያራ አሆ ዶርዜይ ዴስ አሆ ዶካይ ዴንዲ ቤኤናሺን ሂኖ ኢሲ ላፑናይ ዛዷ ዴንዲኔ ያራ ቁጫይ ዴንዳና ኤዞይ ዴንዳና ጨንቻይ ዴንዳና ጉልታይ ዴንዳና ዛላን ጎፋን አማራይ አማራይ ቀበሌን ቀበሌን ዲያ አማራይ ዴንዳና ሄጌይ ኡባይ ዴንዲዲ ታና ጮ ዷይሳና አጋ አጋ ዛዷ ጊን፡፡ አካይ አካይ ሀኒንታ ዳንዳያና ሀኒንታ ታ ዳንዳያና ጊስ፡፡ አካይ አጋ አጋ ጊን አጋ አጋ ኦላ ጊን፡፡ አጊኬ ኦላ፡፡ አጊኪ ጊን፡፡ ኤ አጊኬ አጊኬ ጌን ኤ አጊኬ፡፡ ሆዴ አጋ አጋ አሆ ቦሮዳይ ዴንዲ ቤኤና አሆ ወላይታይ ዴንዲ ቤኤና ሺን ኔ ታና ዴንዳራ ዷይሳና ጋራ ኦፃሳ ታማራ ታ ኬታ ታ ዬሎ ዷይሳና ጋዳ ሀናሳ ሺን አጋ አጋ ጊን፡፡ አጊኬ አይካና ዴንዳና ኢጺኮ ኮዶ ውርሳራ ኔናራ ታ ኦላና፡፡ ሀኒኮ ታናራ ያራ አይካ ማንጋዳይ ማንጋዳራ ዴንዳ ኩሎ ኔ ኩሎራ ዴንዳ ፓንጎራ ፓንጎይ ዴንዳ ሀላሀይ ሀላሀራ ዴንዳ ያራሀ ዴንዶ ሀራ ኩሎይ ጌዴ ዴንዶ ማንጋዳይ ማንጋዳራ ሀ አይኮ ያራ ቃሴ ዛዷይ ሀራ ፑዴ አይካና ያቱኩ ቁጫራ ኮዶ ኦንጊሪ አጋና፡፡ አጋ ቁጫይ ዴንዳና ያራ ሀራይ ኤቃና አጊኪ ጊን፡፡ ኤጌን ሎኦ ጊን ዴንዲስ ዮዴስ ኮዶይ ውሪ ጊቢራ ጌሌስ፡፡ ጊቢራ ጌሊዲ ፊታውራሬ ጊቢራ ጌሊዳጌይ ቢራታን ቢራታን ሾጪስ፡፡ ኮይሮፌ ሀጋ ሀናናሼ ሄጋ ኦላ አይኮቲዮዴ ሀይቴ ጊዲ ኦፃንቻይ ካንቼ ዲዮጋን ዳና ዳና ኤፊዴስ፡፡ ኤፊዳጋ ቢራታን ቃቺስ፡፡ ቃቺዲኔ ኡባ ቃቺ ቃቺ ኡባስ ናሚኢ ቶሆ ቃቺዲኔ ሶ ቤ ሊሲዶፌ ሄኒን ባጋ ዲሪሳን ጌሊሲዲ ቃቺ ዎፄስ፡፡ ዳና ጊዮጋ ቃቺ ዎቺዲኔ ኦላካ ዛዷይ ዴንዲስ፡፡ ዴንዲዳፌ ሄኒ ባጋን ሂሳካ ሹኪስ ዛዷይካ ሄኒን ኡቲዳጌይ ሾጪስ ሾጪስ ኮዶይ ሾኢስ፡፡ ሾቼ ኢሲ ቃማ አይሲዲ ፔሺሪኔ ያራ ኤዞ አማራይ ዴንዲስ የጨንቻ አማራ ቁጫ አማራይ ዴንዲስ፡፡ ሀራ ጹጌስ፡፡ ሚዛ ዲኤስ አሳ ዲኤስ ታማ ኬታን ዬዲዲደ ውርሲስ፡፡ ሀጋራ ቁጫ አማራይ ኬኢዮቆዷስ ያራ ማሎ አማራይ ኬኢ ዎዷስ ኤዞይ ሀ ዴንዲስ ሾጮራይ ሀ ዴንዲስ ጨንቻይ ዴንዲስ ዛዷ አሳ ጾሲ አሺን አቲስ፡፡ ኩሎ ጊዮታ ፓንጎ ሀላሀ ጊዮጋ ሀዴሪያ ውርሲ ዳሮ አሳ ውርሲዴስ፡፡ ቁጫይ ሀፔ ላሊቲዲ ቢዴስ ዎላፂ ፔ ላሌቲዲ ቢዴስ፡፡ ዛሪዲኔ ቃሴ ኢሲ ሻሮ ጊዮ ፊታውራሬ ዴሬይ ፊታውራሬ ጌስ ሺን ዎዜ ሻሮ ጌስ ሚታፌ ኬኢዲ ዳራፔ ኬኢዳጌይ ዎዜ ጌስ ዎዜ ጌስ፡፡ ሻሮ ዎዜ ጌስ ዎዜ ጌስ፡፡ ሻሮ ዎዜ ጊዲ ጊዲ ዴንዲዲኔ ቦላ ዙማ ጋካናሼ ዎዜ ሻሮ ጌስ ማጫይ ኢሊሌስ አዴይ ዎዜ ጌስ፡፡ ዎዜ ጊዲ ሻሮ ጊዮጋ ካሊዲ ካሊዲ አታ ዴሬይ ሀይቂስ ኬታይ ጹጌቲስ ሜሄይ ቦንቄቲስ ቢዲንታ ቢታ ጊዲስ፡፡ አታይ ኬኢዲ ዎዚዲ ፊታውራሬ ሻሮ ጊዮይሳ ዎዚዲ ዎዚዲ ቢዴስ፡፡ ቢዲ ሲሚሺን ያቲን ሲማ ቦኦታ አፋላ ቶኪሰ፡፡ ያን ቦአፃ አፍላ ቶኪስ ያን ማዳ ቶኪስ ኦላፒቴ ያጊዲ ዙማን ዙማን ዙማን ዙማን ያራዮያይሳ፡፡ ሃላሀፌ ይያይሳ አማራ ቃሴ ኤዞፌ ዮያይሳ ቶኪስ ዙማ ዙማን ሀ ሺቃ ሀ ሺቃ ኦሎፓ ኩሼ ኢሚስ፡፡ ሲማ ዴሬይ ዴንዲዳጌይ ሻንዶ ባራታ ጊያጌይ ኩሼ ኤካ ጊስ ያፌ ባቾ ጊዮጌይ ኩሼ ኤካ ጊስ፡፡ ዶዴ ሶሬ ጊዮጌይ ኩሼ ኤካ ጊስ ጩልቴ ማጆ ጊዮጌይ ኩሼ ኤካ ጊስ፡፡ ሄጋቲ ቢዳጌቲ ኩሼ ኤካ ኩሼካኑ ዴሪያፔ ኤካ ዴሪያስ ኑኒ ሀላፌ የ ጊዳ ኩሻ ኢሚስ፡፡ ኢሚን ኦሎፓ ኦሎፓ ኩሻ ኤካ ኩሻ ኤካ ዙማን ዙማን አፋላ ዙማን ዙማን አፋላ ዎፂዲ ያቲዲ ሀጋዳን አጊዲኔ ዳሮ አሳይ ውሪ አቲስ፡፡ ጹጌቲ ጹጌቲን ሄጋ ማላ ዛሪዲኔ ሻሮ ጊዮ ፊታውራሬይ ሼንፓ ጌቲያጋ አሺስ፡፡

Traduction

Le roi du Wolayta et le roi de Kogo

24Le roi du Wolayta, Amado Damoté, et le roi de Kogo, Yela Sagaro, étaient tous les deux rois et rivaux. Amado Damoté, roi du Wolayta, envoya à Yela Sagaro, roi de Kogo, un cheval chargé d’un sac de millet; ce qui voulait dire :

25« Regarde ! Les gens de mon pays sont nombreux, je ne suis pas seul. Nous sommes nombreux et je te vaincrai ! »

26Voilà le message qu’envoyait Amado Damoté à Yela Sagaro qui le reçut d’un domestique pour lequel il fit tuer un bœuf et qu’il nourrit.

27Yela Sagaro fit à son tour envoyer à Amado Damoté, roi du Wolaya, le message suivant :

28« Mes gens ne sont pas nombreux, mais ils ne seront pas vaincus ! »

29Et il fit accompagner son message d’un petit paquet de vermifuge et de laxatif enroulés dans une feuille d’outsa (Ensete Edulis).

30Il envoya tout cela à Amado Damoté qui, avec ses gens et leurs femmes, voulut goûter du vermifuge et du laxatif. Ils en tombèrent malade. Amado Damoté ne comprit pourtant pas le sens de ce message et il fit rassembler les hommes des huit chefferies du Wolayta. Laissant les femmes au pays, les Wolayta partirent attaquer le pays de Kogo sans avoir déclarer la guerre et ils commencèrent par y brûler les maisons du côté de Lashéno.

31Voyant les Wolayta attaquer, le roi de Kogo s’en alla consulter un maître de la pluie, à Chencha.

32« Vous, les gens de Chencha, lui dit-il, vous êtes forts et nombreux. Aidez-moi, moi, Yelo Sagaro, roi de Kogo. Je ne suis pas venu chercher des couteaux, je ne suis pas venu chercher des lances ; je suis venu vous demander la pluie du ciel. Vos pères sont forts et vos familles nombreuses ; donnez-moi ce que je vous demande. Nous sommes alliés. »

33Voilà ce que dit aux Chencha le roi de Kogo, Yela Sagaro.

34Après que les gens du Wolayta aient mis le feu aux maisons de Lashéno, ceux de Chencha firent s’abattre du ciel la pluie et la grêle. Celle-ci tomba si fort que les chevaux des Wolayta ne pouvaient plus tenir sur leurs quatre pattes et que les Wolayta, transis de froid, allèrent se réfugier sous les ousta. De toute la nuit la grêle qui était tombée du ciel ne devait pas fondre et, à l’aube, les Wolayta avaient les mains et les pieds paralysés. Quant aux gens de Kogo-Ewo, prenant leurs lances et leurs couteaux de bambou, ils allèrent se battre. Entrant dans les plantations d’outsa avec leurs couteaux de bambou, ils allèrent couper le sexe de ceux qui s’étaient mis à l’abri. Ils les achevèrent et prirent leurs chevaux.

35Les huit chefferies du Wolayta étaient venues attaquer Kogo. Mais voilà qu’Amado Damoté s’en retournait avec quatre hommes seulement. On ne l’avait pas tué, mais tous ses gens avaient été eux tués et on le renvoyait chez lui en le conduisant jusqu’à la rivière Dimé.

36Voilà ce qui arrive à ceux qui ont une parenté nombreuse et qui disent avoir beaucoup de biens. Ceux-là ne devraient pas montrer leur force et vouloir l’imposer aux faibles.

37Amado Damoté, roi du Wolayta, était venu montrer sa force, mais tous ses gens avaient été tués. Sur cette terre, ceux qui ont une grande famille et beaucoup de biens doivent aussi respecter les pauvres.

L’arrivée des armes à feu

38Les anciens racontent que dans le temps, à l’époque de Ménélik, les pays qui s’étaient battus contre lui avaient été tous vaincus.

  • 7 Les Wolayta dissent Tona.
  • 8 La mémoire du narrateur lui fait ici défaut : la soumission de Jimma et antérieure à celle du Wolay (...)

39Le premier à s’être battu fut Tsona7, le roi du Wolayta. Il s’était battu deux ans contre Ménélik, mais il avait été enfin vaincu, et il s’était rendu. Il accepta un pacte avec son vainqueur qui partit ensuite se battre contre Abba Jiffar, le roi de Jimma8.

40– Rends-toi ! avait dit Ménélik à Abba Jiffar.

41Mais celui-ci refusa de se rendre et dit :

42– Je suis roi dans mon royaume ! Je n’abandonnerai pas ma royauté. Je ne veux pas vivre sous la domination d’un autre homme !

43La guerre reprit, et Abba Jiffar fut à son tour vaincu. Apprenant ces nouvelles, le roi Gobana de Koucha voulut en savoir plus.

44– Tsona, le roi du Wolayta, a été battu ! Jiffar, le roi de Jimma, a aussi été battu ! lui dit-on.

45Rassemblant ses hommes, Gobana dit :

46– Si Ménélik se tourne contre nous après avoir battu Jiffar de Jimma, il va nous faire souffir, nous tous, moi et les miens. Il les a tous vaincus et il nous tuera ensuite. Que faire avant qu’il arrive à Koucha ? Qu’est-ce que je peux faire ? Il a déjà vaincu deux rois ; il me vaincra aussi. Si, par contre, je lui envoie des cornes de rhinocéros ainsi que des peaux de lion et de léopard, il pensera que nous sommes soumis et il nous laissera en paix.

47Gobana décida d’envoyer quelqu’un pour parler à Ménélik en son nom, et pour lui présenter des cornes de rhinocéros ainsi que des peaux de lion et de léopard. Il envoya six hommes à Jimma, le pays d’Abba Jiffar, de l’autre côté de l’Omo.

48– Voici mon message pour Ménélik, leur dit-il. Moi et mes gens, nous te sommes soumis !

49Après avoir traversé l’Omo sur des outres gonflées d’air, les hommes de Gobana arrivèrent au pays d’Abba Jiffar où ils rencontrèrent Ménélik.

50– Notre roi, lui dirent-ils, vous envoie ces cornes de rhinocéros et ces peaux de lion et de léopard. Il nous fait dire qu’il se soumet !

51– Et qu’est-ce que je peux faire en retour pour ce roi qui s’est rendu à moi ? demanda Ménélik qui décida d’entraîner les six hommes de Gobana au maniement des armes à feu, et cela pendant trois mois.

52Ayant formé ces hommes qui n’avaient jusqu’alors jamais vu d’armes à feu, Ménélik leur donna à chacun un fusil et six balles en leur disant :

53– Retournez maintenant dans votre pays de Koucha !

54Lorsqu’après avoir traversé l’Omo, ceux-ci arrivèrent chez le roi Gobana, ils lui dirent :

55– Vous nous aviez donné des cornes de rhinocéros et des peaux de lion et de léopard ; voilà maintenant ce que nous vous rapportons.

56– Qu’est-ce que c’est que ça ? J’ai envoyé des cornes de rhinocéros, des peaux de lion et de léopard, et on me renvoie des bouts de bois. Qu’est-ce que je vais en faire ? Pourquoi est-ce qu’on ne m’a pas simplement renvoyé un salut à la place de ces bouts de bois ?

57– Non, maître ! répondirent les émissaires. C’est comme le tonnerre qui tombe du ciel ; ça explose et ça tue. Si l’on fait feu, ça peut tuer trois ou quatre personnes. C’est parce que cela pourrait nous aider que Ménélik nous a appris à nous servir de ces bouts de bois.

58Personne ne savait ce qu’était un fusil et Gobana demanda :

59– Si l’on fait feu avec ce bout de bois, à quelle distance un autre homme mourra-t-il ? Et si on faisait feu maintenant, est-ce que j’aurai peur ?

60– Oh oui, vous auriez peur. Et tout le monde aurait peur. D’ailleurs, on ne fera pas feu !

61Comme le roi leur ordonnait tout de même de faire feu, les six hommes se dirent que les gens seraient tous pris de panique s’ils tiraient, que ceux-ci viendraient alors tous chez Gobana et s’empareraient d’eux. Aussi cachèrent-ils les fusils et les balles de cinq d’entre eux, ne gardant qu’un seul fusil et six balles.

62– Puisque vous l’ordonnez, dirent-ils au roi, nous ne pouvons pas refuser de faire feu !

63Au moment où ils faisaient feu, le roi tomba à la renverse.

64– Voilà qui est étrange ! dit celui-ci en retournant chez lui.

  • 9 Il s’agit vraisemblablement des mêmes personnages, les gardes royaux étant en l’occurrence, comme a (...)

65Mis à part les forgerons qui fabriquaient les couteaux, les marteaux et les lances (et) mis à part ceux qui étaient les gardes du roi9, tout le monde se précipita pour savoir ce qui se passait.

66– Qu’est-ce qui a explosé ? Est-ce que c’est la maison de Gobana ?

67– Non ! C’est ça, ce bout de bois !

68– Qu’est-ce qu’on va faire de ce bout de bois qui explose ?

69– Écoutez-le encore une fois ; et puis on le fera disparaître du pays.

70À nouveau on fit feu. Mais, n’ayant jamais rien entendu d’autre que le tonnerre depuis leur naissance, tous tombèrent à terre.

71– Sortez ça du pays ! Jetez le dans l’Omo ! s’écria-t-on.

72– Bien, bien ! répondirent les six hommes qui allèrent cacher les armes sur les rives de l’Omo.

73Quelques temps après, les pays de Zada et de Gofa se soulevèrent pour faire la guerre à Koucha.

74– Qu’est ce qu’on va faire maintenant ? nos lances sont aiguisées mais jamais nous ne résisterons à cette guerre. Ce que nous avons jeté sur les rives de l’Omo pourrait nous être utile. Que faire ?

75On décida que personne ne sortirait des maisons durant sept jours, ni les hommes ni les femmes, ni les chiens ni les volailles. On ne devait aussi aller chercher du feu que pendant la nuit. Ensuite, tout le monde étant resté cantonné, et les sept jours étant passés, on partit chercher les fusils sur les rives de l’Omo ; ainsi, au moment où il fallut se battre contre Zada et Gofa, les fusils et les balles étaient prêts. On se battit d’abord avec les lances et avec tout ce qui était disponible, mais sans réussir à vaincre. Prenant alors les fusils, on tira les adversaires au cœur et tous tombèrent.

76Tous ceux qui étaient tombés à terre n’étaient pas morts et certains se relevèrent. C’est ainsi que ceux qui restaient des deux armées de Zada et Gofa retournèrent au pays.

77– Nous avons rencontré Ménélik, disent les anciens. Il nous a vaincus, mais nous avons depuis lors appris ce qu’étaient les fusils, et comment nous en servir.

La paix entre Gamo et Koucha

78Les Gamo dirent aux gens de Koucha :

79– Nous allons nous battre; soyez prêts !

80Les Gamo se tinrent d’un côté des fossés faisant office de frontières et les Koucha se tinrent de l’autre. À l’époque, chacun des deux pays opposés pouvaient franchir le fossé et aller transpercer l’ennemi. On se battait comme ça et ce furent les Gamo qui franchirent le fossé, tuant nombre de Koucha et forçant l’ennemi à reculer. Ils avaient donc gagné mais les Koucha préparèrent à nouveau leurs provisions de route.

81– Gens du Gamo et de Koulo ! dirent les Koucha. Venez donc vous battre !

82– Bien ! répondirent ces derniers. Préparons nos lances et nos couteaux !

83À cette époque, où il n’y avait pas de fusil, les hommes allaient se battre avec leurs couteaux, leurs lances et leurs boucliers. Le combat reprit entre les Gamo et les Koucha qui furent à nouveau vaincus.

84C’est à ce moment que le roi de Koucha, Pocha Gobana, partit demander l’aide des Amhara qui, eux, possédaient des fusils. Ce fut grâce à ces fusils que pendant sept ans les Koucha purent harceler les Gamo. Enfin les deux pays s’envoyèrent des émissaires pour faire la paix. C’est au bord de la rivière Dimé que ceux-ci se rencontrèrent.

85– Je m’engage devant toi, la Dimé, à ne plus tuer de Gamo ! déclara l’émissaire de Koucha.

86– Je m’engage devant toi, la Dimé, à ne plus tuer de Koucha! Déclara l’émissaire des Gamo.

87– Si je tue, ajoutèrent les émissaires, que toi, la Dimé, emporte ma vie car tu es entre nous, Gamo et Koucha. Si je mens, que ma propre lance me transperce ; et toi, si tu reprends la guerre contre nous, que la vie te soit enlevée par ta lance !

88C’est ainsi que les émissaires de Koucha et Gamo se rencontrèrent sur la Dimé et s’engagèrent à ne plus se battre. De leur côté, les Amhara restèrent dans le pays ; mais sans plus se mêler des affaires des uns et des autres. C’est ainsi que tous vécurent en paix.

Une révolte contre les Amhara

89À l’époque, les Amhara partirent se battre contre les Italiens. À l’exception de leurs femmes et de quelques uns d’entre eux qui devaient rester pour contrôler le pays Gamo, tous ceux de Chencha et de Kodo, du Gamo et du Gofa, partirent se battre contre les Farenj (les Européens). C’était l’époque où nous étions obligés de travailler pour nos maîtres, les Amhara ; il fallait ramasser leur bois, labourer leurs champs, moudre leurs grains. Aussi, quand ils partirent à la guerre, beaucoup de Gamo se soulevèrent contre les Amhara.

90– Voilà que ça sent la mort ! disait-on. Il paraît que beaucoup d’Amhara ont déjà été tués par les Italiens. Pourquoi continuer à travailler pour ceux qui restent ? Pourquoi se soumettre à la corvée de bois ? Qu’ils abattent leurs clôtures et qu’ils en fassent du feu ! Qu’est-ce qu’ils peuvent d’ailleurs faire contre nous, maintenant qu’ils sont tous partis ? Non ! Nous ne ramasserons plus leur bois et nous ne couperons plus leur herbe. Pourquoi labourer pour eux ? Pourquoi les nourrir ?

91Les gens de Zada se soulevèrent contre les Amhara, refusant de continuer de travailler pour eux.

92– Vous, de Zada ! dit l’un d’entre eux. Vous aussi, de Tselo, unissons-nous. Les Amhara qui étaient à Kodo ont été battus par les Italiens ; qu’est-ce que peuvent faire ceux qui restent ? Allons à Kodo et tuons-les !

93– Laissez tomber ! répliquèrent certains autres. Laissez tomber parce qu’il y a encore des Amhara à Chencha, à Ezo et à Koucha. Il y a encore des Amhara un peu partout ; s’ils se lèvent tous contre nous, ils nous extermineront. Il y a en plus des gens à Dorzé et à Doko, au Borroda, au Wolayta et à Koucha qui ne veulent pas se battre contre les Amhara. Vous, les sept districts de Zada, vous n’êtes pas assez nombreux. Si vous vous révolterz, les gens des pays voisins de Koucha, Ezo, Chencha, Goulta, Gofa et Zala vont se joindre aux Amhara pour vous exterminer. Ne pensez plus à cette guerre !

94– Non ! Nous nous soulèverons et nous saurons nous défendre. Nous nous battrons !

95– Laissez ça ! Comment est-ce que vous allez vous battre sans l’aide des borroda et des Wolayta ! Si vous commencez cette guerre, vous serez éliminés. On brûlera vos maisons et on tuera vos enfants. Voilà ce qui va arriver.

96– Non ! Nous nous battrons. Si vous n’êtes pas d’accord avec nous, nous nous retournerons contre vous quand on en aura fini avec les autres. Si vous êtes de notre côté, attaquez les Amhara de Koucha, Koulo, Pango, Alaha ; nous, les Zada, on s’occupera des Amhara de Kodo et on les exterminera !

97– Laissez les Amhara de Koucha et d’ailleurs ; ils se lèveront contre vous.

98– Bon ! Bon !

99Les Zada partirent tout de même pour Kodo où ils arrivèrent au milieu d’une fête où les Amhara étaient rassemblés autour d’un de leur chef, un fitaorari. À l’arrivée des Zada, les Amhara ouvrirent le feu. Avant l’attaque, ceux-ci avaient d’ailleurs pris en otage tous les chefs gamo travaillant pour eux : les chika-shoum et les dana. Ils les avaient enchaînés par les pieds et mis dans une étable. Au moment où les Zada attaquèrent, les Amhara tuèrent tous leurs otages. Le combat dura toute la journée ; ensuite, les Amhara de Koucha, Chencha et Ezo arrivèrent à leur tour. Ils brûlèrent les maisons, s’emparèrent du bétail et des gens. Les Amhara arrivaient de partout, de Chencha, d’Ezo, de Malo, de Koucha, de Chochora ; mais Dieu était avec les Zada et il y eut beaucoup de morts.

100Sortant des bois et remontant des basses-terres où ils s’étaient cachés, les gens firent appel à un certain Sharo, un fitaorari honoré dans toute la région.

101– Vive Sharo ! Vive Sharo ! s’écriait-on.

102Remontant des basses-terres, hommes et femmes faisaient appel à lui. Et leur nombre grossissait.

103– Beaucoup sont morts, disait-on. Leurs maisons ont été brûlées et leur bétail a été pris. Le pays est détruit.

104Tous, même ceux qui n’avaient pas pris la fuite, allèrent chez Sharo qui tenait sa toge rouge tendue entre ses bras.

105– Arrêtez de vous battre ! disait celui-ci.

106Et, de collines en collines, il allait demander la paix.

107– Amhara d’Alaha et d’Ezo ! appelait-il. Venez ici et arrêtez de vous battre. Les autres se sont rendus !

108Et tout le monde de se rendre : Shando Berato, Bacho, Dodé Soré et Tchoulé Madjo. Sharo allait de collines en collines et disait devant sa Toge tendue :

109– Arrêtez de vous battre !

110C’est ainsi que celui-ci sauva beaucoup de gens après que nos maisons aient été brûlées.

Notes

1 Le recueil des textes Gamo établi par Eshetu Wombera et moi-même fera l’objet d’une prochaine édition par la MEE. Il s’agit d’un ensemble de textes dont les transcriptions originales ont été déposées à l’Institut des Études Éthiopiennes en 1984. Les quatre textes repris dans cet article correspondent aux entrées suivantes des manuscrits déposés : No 177, 31, 52 et 54. Ils ont été collectés à Dorzé et Koucha, en 1982-1984. Nous donnons ici leur transcription en caractères éthiopien.

2 Guèbrè-Sellassie, Chronique du règne de Ménélik, Paris, 1930-1932, p. 360-364.

3 Vanderheym, J.G., Une expédition avec le Négous Ménélik, Paris, 1896.

4 Doham, D. & James, S., The Southern Marches of Imprial Ethiopia, Cambridge, 1986.

5 C’est sous le règne du roi Damoté que ses défenses furent construites. Voir Bureau, J., « Un fragment de l’histoire du peuple Wollaita d’Afework Gebre-Sellassie », Annales d’Éthiopie, Vol. XV, p. 47-81.

6 Baeteman, J., Dictionnaire Amarigna-Français, Dire-Daoua, 1929, p. 1063. Notre traduction de :
ውላሞ ሲል አቤት አቤት
ሲዳሞ ሲል አቤት አቤት
ገሞ ሲል አቤት አቤት
ትግሬ ጎረበጠኝ የጣልያን ጎረቤት፡፡

7 Les Wolayta dissent Tona.

8 La mémoire du narrateur lui fait ici défaut : la soumission de Jimma et antérieure à celle du Wolayta, et Abba Jiffar offrit ses services à Ménélik en contribuant, notamment, à la conquête du Wolayta.

9 Il s’agit vraisemblablement des mêmes personnages, les gardes royaux étant en l’occurrence, comme au Wolayta, issus de la « caste » des forgerons.

© Centre français des études éthiopiennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter