Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bulletin de la Maison des études éthiopiennes | Novembre 1993. N°3

 | 
Jacques Bureau

Conseils sur le voyage d'Europe

Le voyage d’Europe

Alain Rouaud

Note de l’auteur

Je remercie le professeur J. Tubiana d’avoir accepté de relire cet article, ainsi que Yemeserach Getachew et Makonnen Argaw d’avoir répondu à mes questions.

Texte intégral

1À partir des années 1850, l’Éthiopie vit une véritable révolution culturelle : la principale langue d’expression littéraire cesse progressivement mais rapidement d’être le guèze pour devenir l’amharique. Vouée principalement jusqu’alors à l’édification de ses lecteurs, la littérature commence à s’intéresser à leur vie terrestre. Des publications qui abordent des sujets nouveaux voient le jour : des grammaires des langues éthiopiennes, des méthodes d’apprentissage des langues européennes, de petits traités d’arithmétique, de géographie, d’agriculture, d’hygiène, de bienséance européenne, des récits de voyages, etc. Toutes visent à participer à l’éducation populaire.

2Je voudrais présenter quelques remarques sur un opuscule qui appartient à cette floraison et proposer une traduction de sa deuxième édition dont seuls les titres courants ne seront pas reproduits.

  • 1 Trois essais, p. 203 ; Gérard, « Amharique Creative Literature », p. 57 ; id., Four African Literat (...)

3L’ouvrage intitulé ስለ አውሮጳ መንገድ የምክር ቃል፡፡ Selä Awropa mängäd yä-meker qal (« Conseils sur le voyage d’Europe1 ») est souvent mentionné en raison de son originalité. Il se présente comme un recueil de brefs conseils regroupés sous 56 entrées numérotées. Le contenu des 37 premières entrée est destiné à aider le voyageur à se débrouiller au cours de son voyage d’Addis Ababa jusqu’au port européen d’arrivée et à se comporter pendant le trajet en passager de bonne éducation. L’ensemble des 19 autres entrées est précédé du titre suivant : « Ce qu’il ne faut pas faire dans le bateau, dans le train, à l’hôtel, n’importe où ». Les recommandations qu’elles contiennent initient notre voyageur aux règles générales de la bonne conduite européenne. Le texte relève du genre traditionnel du ምክር : meker (« conseil »). Genre resté vivant mais rénové en ce sens qu’il ne traite plus ici de questions morales mais de problèmes concrets, presque terre-à-terre.

4Ce vade-mecum a évidemment été rendu utile et nécessaire par l’augmentation du nombre des Éthiopiens amenés à se rendre à l’étranger. Il est intéressant d’observer ce que l’auteur, sûrement un Éthiopien rompu aux voyages et à la fréquentation des Européens, jugeait utile d’inculquer à ses compatriotes novices dans ces domaines. Notons particulièrement les conseils de politesse à l’égard des femmes, les recommandations visant la propreté personnelle et celles concernant l’utilisation des lieux d’aisance, l’abus de la boisson, la fréquentation des prostituées. Au total, le propos de l’auteur est de transformer ses compatriotes en compagnons de route fréquentables. Mas à vouloir appliquer toutes ces consignes, le voyageur scrupuleux devait se gâter le plaisir du voyage !

5À ma connaissance ce petit ouvrage a connu deux éditions au moins, en 1916 am / 1924 et en 1948 am / 1956, toutes deux dans un format 15 x 21 cm environ. Que ces éditions soient séparées par un quart de siècle montre quel succès durable l’opuscule a rencontré. Les années de publication aussi sont significatives. La première marque la consolidation du pouvoir du régent Täfäri. Il voyage lui-même et multiplie les relations de son pays avec l’extérieur en y envoyant diplomate et étudiant. La deuxième correspond à l’apogée de la seconde partie de son règne impérial sous le nom de Haylä-Sellasé, quinze ans après la fin de l’intermède italien et sa restauration sur le trône. Quelques années avant que les difficultés ne commencent.

6Ces éditions sont sorties respectivement de l’Imprimerie du Prince héritier d’Éthiopie Täfäri Mäwännen (የልዑል ኢትዮጵያ መንግሥት አልጋ ወራሽ ተፈሪ መኮንን ማተሚያ ቤት) et de l’Imprimerie Berhan-enna Sälam (ብርሃንና ሰላም ማተሚያ ቤት). Deux imprimeries bien connues qui sous deux noms différents, représentent en fait la même institution toujours vivante : l’imprimerie officielle de l’État éthiopien. Les deux éditions ne différent que par d’infimes détails. Les mots ne sont séparés par deux points que dans la seconde édition qui est imprimée à l’aide d’un type plus élégant que celui utilisé pour l’impression de la première, mais avec moins de soin et avec quelques fautes en plus. La première édition est paginée de la seconde page du texte à la dernière (pages 4 à 10). La deuxième édition aussi (pages 6 à 12). Cette dernière a conservé un portrait du ras Täfäri et la locomotive illustrant la couverture est d’un modèle plus moderne que sur l’édition précédent.

7Tant d’années séparent ces éditions qu’une mise à jour se serait sûrement révélée utile, pas tant du fond (le transport aérien n’avait encore tué ni le train ni la navigation de ligne) que de l’expression. Certains termes ou certaines périphrases utilisées en 1924 devaient, en effet, déjà paraître un peu désuets en 1956.

  • 2 Dans Aevum (I, 3, 1927, p. 500, no 2860) C. Conti Rossini signale l’ouvrage sans nom d’auteur.
  • 3 በኢትዮጵያ የሚገኙ በግዕዝ እና ባማሪኛ ቋንቋ የተጻፈ የመጻሕፍት ካተሎግ፡፡ Bä-Ityopya yämmiggännu bä-geez-enna bamarinna qwanq (...)
  • 4 Wright, S., Ethiopian incunabula, (Addis Abeba), 1967, C 13, p. 13.

8Qui est donc le rédacteur de ce recueil anonyme2 ? La plupart des éthiopisants désignent ኅሩይ ወልደ ሥላሴ : Heruy Wäldä-Sellasé qui les y encourage en revendiquant lui-même la paternité dans son ካታሎግ : katalog3 sous le titre légèrement différent de የአውሮጳ መንገደኞች ምክር : Yä-Awropa mängädännoct meker (« Conseils aux voyageurs d’Europe »). En tête de ces éthiopisants, Wright4 qui parle d’autorité sans mentionner que l’opuscule, qu’il décrit par ailleurs parfaitement, est anonyme et sans nous expliquer sur quels indices il appuie son identification.

  • 5 Gérard, Four African Literatures, p. 286.
  • 6 Id., “Amharique Creative Literature”, p. 57.

9Gérard fait en revanche cavalier seul en lui donnant pour auteur ተክለ ሐዋሪያት : Täklä-Hawaryat. À propos du départ de ce dernier pour la France en 1933, il écrit en effet : « On that occasion, he wrote a book of advice for Ethiopian travellers in Europe5 ». La même attribution à Täklä-Hawaryat se trouve déjà dans un article antérieur6 mais dans cet autre texte Gérard date bien les Conseils de 1924. Täklä-Hawaryat peut-il avoir écrit en 1933 un livre paru en 1924 ? Soit il s’agit d’un ouvrage différent, soit Gérard s’est trompé.

10[……………………………………………………………………………………]

11(L’auteur des Conseils écrit dans un style simple et utilise peu de néologismes. On trouvera ci-dessous les termes amhariques qu’il a choisis pour désigner les réalités étrangères à la culture éthiopienne, ou bien ceux qui appellent une remarque.)

Remarques linguistiques

  • 7 Baeteman, partie française col. 312.
  • 8 Fusella, p. 84.

12ይለፍ ወረቀት : yelä wäräqät. « Papier (pour) qu’il passe », passeport (no 1, 2, 14, 17).
L’expression est connue dans ce sens par Baeteman7 (የይለፍ ወረቀት : ÿa-yeläf wäräqät) et par Fussella8. Le second sous-titre porte ይለፍ ወረቀት ፓስፖርት : yeläf wäräqät pasport. Aujourd’hui yeläf wäräqät, désigne un laissez-passer intérieur et pasport le passeport international.

13ሌጋሲዎን : légasiwon. Légation (no 2).
La demi-douzaine de pays représentés alors en Éthiopie l’étaient par des ministres. Le terme peut encore être employé aujourd’hui à Addis-Abeba sous la forme ሌጋሲዎን : légasiwon pour désigner les ambassades actuelles de ces pays (Italie, France, Angleterre, etc.) et les quartiers où elles se trouvent.

  • 9 Baeteman, col. 422.

14ፊርማ : firma (Signature), visa (n° 2).
Baeteman connaît le mot dans ce sens9. Aujourd’hui : ቪዛ : visa.

15ቆንስል : qonsel. Consul (no 2).

16ቴሌግራም : télégram. Télégramme (no 3).

17ቆንስል ቤት : qonsel bét. Consulat (no 3).

18ቦታ : bota. Place de train ou de bateau (no 4).

  • 10 Dillmann, Lexicon, col. 969.

19መጀመሪያ ማዕረግ : mägämmäriya maereg. Première classe (no 4, 21, 23).
ማዕረግ : maereg employé aussi dans le conseil no 55 est une forme guèze10. Aujourd’hui : አንደኛ ማዕረግ : andänna maeräg.

20ሁለተኛ ማዕረግ : hulätänna maeräg. Seconde classe (no 4, 21, 23).

21ሦስተኛ ማዕረግ : sostänna maereg. Troisième classe (no 4, 21).

  • 11 Voir par exemple Strelcyn, S., « Incunables éthiopiens de la collection Faïtlovich (Univ. de Tel-Av (...)

22ኩምፓኒያ : kumpaniya. Compagnie (no 4, 6, 14, 20, 22).
የመርከብ ኩምፓኒያ : yä-märkäb kumpaniya (no 20, 22, 37). Compagnie de bateau, c’est-à-dire de navigation. Le terme de ኩባኒያ : kubaniya (ou ኩባኒያ : kubanya) était alors déjà connu comme l’atteste dès avant la Première Guerre mondiale les documents produits par la compagnie du chemin de fer franco-éthiopien11. C’est lui qui s’est maintenu aujourd’hui mais il ne vient pas spontanément à l’esprit. Chez le locuteur de culture moyenne et bien à tort il est en concurrence avec ድርጅት : deregget (firme, institution, etc.) et avec ማሕበር : mahbär (association, groupement).

23ባቡር : babur. Train (no 5 à 13).
La quatrième sous-titre précise የምድር ባቡር : yä-meder babur, c’est-à-dire « vapeur de terre » par opposition au « vapeur de mer ». Certains locuteurs modernes qui ont vécu à l’étranger prétendent que la précision est trompeuse puisqu’elle pourrait induire à comprendre qu’il s’agit d’un train circulant dans la terre (comme le vers) donc d’un métro !

24ባቡር መቋሚያ : babur mäqwmiya. Gare (no 6).
L’appellation ለገሃር : lägähar ou ላጋር : lagar (français « la gare ») ne désigne que celle d’Addis-Ababa. ጣቢያ : tabiya (voir infra) est plus utilisé pour un train መቋሚያ : mäqwmiya qui serait réservé aux autobus (ባስ : bas). Pour ces derniers véhicules les emprunts respectivement anglais et italien de ባስ ስቴሽን : bas stéšen (« bus station ») et de ፌርማታ : férmata s’entendent aussi.

  • 12 Fusella, p. 82.

25መግቢያ ወራት : mägbiya wäräqät. Billet (no 6, 14, 17).
Au no 14 l’emprunt français ቢዬ : biyé (billet12) est ajouté entre parenthèses pour plus de clarté. Mais il n’a pas pris : on utilise aujourd’hui l’anglais ቲኬት : tikét (ticket).

  • 13 Fusella, p. 84.

26የደረሰኝ መቀበል : yä-därräsänn mäqqäbäl. « Réception de ce qui m’est parvenu », reçu (no 6, 15, 20, 37). Cette périphrase abrégée en ደረሰኝ : därräsänn, s’est fixée dans la langue pour signifier le reçu13.

27ባቡር የሚሳፈር ሰው : babur yämmissaffär säw. « Homme qui voyage en train », passager, voyageur (no7). Du même verbe ተሳፈረ : täsaffärä provient ተሳፋሪ : täsafari qui désigne aujourd’hui un voyageur en bus ou en autocar. Le terme actuel de መንገደኛ : mängädännä (forgé sur መንገድ : mängäd « chemin, voyage » utilisé dans le titre de l’opuscule) qui désigne un voyageur en général existait déjà. Heruy – nous l’avons dit – l’emploie en 1928 dans son Katalog pour désigner ces Conseils.

28መግባት : mägbat. « Entrer, monter » (no 7, passim) dans le train ou à bord du bateau, embarquer. Aujourd’hui : ተሳፈረ : täsaffära c’est-à-dire « prendre place, s’installer, s’asseoir » d’où « voyager » (voir : entrée précédente, 4e sous-titre, no 6, 7) qui a un causatif አሳፈረ : assaffärä (voir no 7).

29ጣቢያ : tabiya. Gare (no 9).

30ሠገራ ቤት : sägära bét. « Local à excrément », latrines (no 10, 27, 35). Peut-être le terme de ሽንት ቤት : šent bét (« local à urine ») est-il plus fréquent (aujourd’hui ?).

31ጉዳይ : gudday. « Affaire » (no 10, 17).
Il est inconvenant de dire qui l’on va aux toilettes et pour quelle raison précise. L’amharique raffiné utilise gudday « affaire » dans le sens où nous utilisons « commission ».

  • 14 Yale, H. and A.C. Burnell, A Glossary of Anglo-indian Colloquial Words and Phrases, London, 1886, p (...)

32ኩሌ : kulé. Porteur, portefaix, coolie (no 12).
Il faut lire ኩሊ : kuli. C’est un mot indien venu par Aden qui désigne à l’origine un laboureur de basse caste14. Les porteurs étaient autrefois aussi appelés ጉራጌ. Guragé, du nom de cette ethnie à laquelle ils appartenaient parfois. Chacun de ces mots est devenu péjoratif dans ce sens-là.

33ኑሜሮ : numéro, numéro (no 12).
Emprunt au français ou à l’italien, inutile et sans lendemain. Les jeunes disent parfois aujourd’hui, tout aussi inutilement ነምበር : nämbär (anglais « number »). L’amharique utilise normalement ቁጥር : quter ou ቊጥር : qweter « chiffre, nombre, numéro ».

34ቆብ : qob. Bonnet, casquette, képi (no 12).

35ጉምሩክ : gumruk. Douane(s) (no 13).

36ሆቴል : hotél. Hôtel (no 13).

37ዘበኛ : zäbäñä. Policier (no 14).
Se trouve dans Baeteman dans ce sens (col. 836, 838, partie française 328). Le terme ne désigne plus aujourd’hui qu’un gardien. Il a été supplanté par le mot ፖሊስ : polis. Mais à quelle époque précise ?

38የመርከብ ሹሞች : yä-märkäb šumoc (plur). « Chefs du bateau », officiers de bord (no 17). Au singulier désigne le seul commandant de bord (voir infra). Aujourd’hui : መኮንን : mäkwännen est le terme général pour « officier ».

39የመኝታ ስፍራ : yä-männeta sefra, ou የመኝታ ቤት : yä-männeta bét. « Lieu, local pour dormir » d’où cabine (no 18, 28, 30, 33).

40የመጻሕፍት ማንበቢያ ቤት : yä-mäsaheft (plur.) manbäbiya bét ou የመጽሐፍ ማንበቢያ ስፍራ : mäsehaf (sing.) manbäbiya sefra. « Local, lieu pour lire (des) livre(s), salon de lecture » (no 18, 30).

  • 15 Kane, p. 1467.

41የመርከብ ሹም : yä-märkäb šum. Capitaine (no 20, 37).
Aujourd’hui: የመርከብ አዛዥ : yä-märkäb azzaz, ካፕቴን : kaptén. Kane15 donne ካፒቴን : kapitén et le présente curieusement comme emprunt à l’anglais et non au français.

42መርከብ የሚገባ ሰው : märkäb yämmigäbba säw. « Homme qui entre dans le bateau », passager (no 22). Voir supra.

43አዳራሽ : addaraš (no 24).
Le terme désigne une grande salle de réunion et de banquet. L’auteur a précisé le sens qu’il voulait donner ici à ce terme en écrivant entre parenthèses le français « salon » (ሳሎን) déjà compris donc, et qui s’est maintenu.

44የመናፈሻ ስፍራ : männafäš sefra. « Endroit pour prendre l’air », pont promenade (no 24). L’auteur n’envisage le pont que comme lieu d’agrément pour le passager. Le nom technique de cette partie du bateau serait ደርብ : därb (de ደረበ : därräbä ? « couvrir en étendant par-dessus, doubler » Baeteman, col. 892 ; Kane, 1747) ou መርከብ መድረክ : yä-märkäb mädräk (Kane, p. 326).

45የኤሌክትሪክ መብራት : yä-éléktrik mäbrat. Lumière électrique, électricité (no 25).

46የመብራት መኪና : yä-mäbrat mäkina. « Machine à lumière », lampe, éclairage (no 25).

47ነፋስ የሚየመጣ የኤሌክትሪክ መኪና : näfas yämmiyamätta yä-éléktrik mäkina. « Machine électrique qui fait venir l’air », ventilateur électrique (no 26).

48የተሰቀለ ውኃ : hä-täsäqqälä weha. « Eau suspendue », chasse d’eau (no 27).

49ጫማ ጠራጊ : chamma täragi. « Balayeur de maison », homme ou femme de ménage (no 29).

50መኪና : mäkina. Machine, moteur (no 33, 34).

51የሚያስኬድ መኪና : yämmiyaskéd mäkina. « Machine qui fait aller », moteur (no 34, 35). Aujourd’hui : ሞተር : motär.

52ጥርስ ብሩሽ : ters burš. Brosse à dent (no 39).
Brosse européenne qui concurrence le bâtonnet traditionnel avec lequel on se frotte des dents (የጥርስ መፋቂያ : yä-ters mäfaqiya). Le terme ብሩሽ : burs est resté dans la langue sous la forme plus conforme à son original de ብሩሽ : bruš.

53ጋዜጣ : gazéta. Journal (no 42).

54ፋብሪካ : fabrika. Usine, atelier, manufacture (no 42).

55አረቄ : aräqé. Alcool fort, de miel ou de divers grains (no 42).

56መለኪያ : mäläkkiya. Verre à alcool (no 51).
Mesure, d’où petit verre pour des alcools tels que l’አረቄ.

57የመሸታ ቤት : yä-mäšäta bét. « Bar » (no 54).
Débit de boissons traditionnelles. De መሸተ: mäššätä « préparer des boissons » telles que le ጠጅ : täg (hydromel) ou le ጠላ : tälla (bière). Le terme fait vieilli comme l’institution elle-même supplantée dans les agglomérations par le ቡና ቤት : bunna bét qui débite des boissons de type européen et dont les serveuses sont souvent de jeunes prostituées.

  • 16 Racontant son passage à Marseille en juin 1905, አለቃ ታየ : aläqa Tayyä, utilise le terme de galämota (...)

58ጋለሞታ : galämota. Prostituée (no 54).
Femme vivant seule, sans mari, qui peut ajouter à différents revenus ceux de ses charmes. Une galämota est socialement mieux considérée qu’une ሸርሙጣ : šärmuta dont les activités sont plus professionnelles16.

Abréviations

59Amh : amharique.

60Baeteman : Baeteman, J., Dictionnaire amarigna-français suivi d’un vocabulaire français amarigna, Diré-Daoua, 1929.

61Coppet : Guèbrè Sellassé, Chronique du règne de Ménélik II, roi des rois d’Éthiopie (Trad. Par Tèsfa Sellassié, publiée et annotée par M. de Coppet), Paris, 1930, 1932.

62Fussela, L., « Osservazioni linguistiche sull’amarico moderno », Atti conv. Intern. Di Studi Etiopici, Roma, 1960, p. 81-88.

63Kane : Kane, T.L., Amharic-English dictionary, Wiesbaden, 1990.

64Trois essais : Tubiana, J. (éd.), Trois essais sur la littérature éthiopienne, Inalco, Paris, 1984.

65N.B. am (ዓመተ ምሕረት : amätä mehrät) suit les dates exprimées dans le comput éthiopien. Ces dates précèdent les dates grégoriennes placées entre crochets ou après une barre oblique.

Notes

1 Trois essais, p. 203 ; Gérard, « Amharique Creative Literature », p. 57 ; id., Four African Literatures, Berkeley, 1971, p. 286 ; Rouaud, « Sur le genre voyage dans les débuts de la littérature imprisée amharique », Proceedings of the 8th International Conference of Ethiopian Studies (Addis Abeba, 1984), Addis Abeba, t. 2, 1989, p. 579.

2 Dans Aevum (I, 3, 1927, p. 500, no 2860) C. Conti Rossini signale l’ouvrage sans nom d’auteur.

3 በኢትዮጵያ የሚገኙ በግዕዝ እና ባማሪኛ ቋንቋ የተጻፈ የመጻሕፍት ካተሎግ፡፡ Bä-Ityopya yämmiggännu bä-geez-enna bamarinna qwanqwa yä-tässfä mäsaheft katalog, (2e édition) Addis Abäba, 1928, p. 26. Heruy était de plus un grand voyageur (voir aussi : Tedeschi, S., « La carrière et les idées de Heruy Wäldä-Sellasié (1878-1938) », Trois essais, p. 39-104 ; Rouaud, « Sur le genre voyage », p. 576-577).

4 Wright, S., Ethiopian incunabula, (Addis Abeba), 1967, C 13, p. 13.

5 Gérard, Four African Literatures, p. 286.

6 Id., “Amharique Creative Literature”, p. 57.

7 Baeteman, partie française col. 312.

8 Fusella, p. 84.

9 Baeteman, col. 422.

10 Dillmann, Lexicon, col. 969.

11 Voir par exemple Strelcyn, S., « Incunables éthiopiens de la collection Faïtlovich (Univ. de Tel-Aviv) et de l’Istituto Orientale de Napoli », R.S.E., 27, 1978-1879 (1979), S9, p. 98.

12 Fusella, p. 82.

13 Fusella, p. 84.

14 Yale, H. and A.C. Burnell, A Glossary of Anglo-indian Colloquial Words and Phrases, London, 1886, p. 192-193.

15 Kane, p. 1467.

16 Racontant son passage à Marseille en juin 1905, አለቃ ታየ : aläqa Tayyä, utilise le terme de galämota pour désigner les prostituées qu’il a vu racoler sur la voie publique.

Auteur

© Centre français des études éthiopiennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter