Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bulletin de la Maison des études éthiopiennes | Novembre 1993. N°3

 | 
Jacques Bureau

Le mégalithisme en Éthiopie : les objectifs d’une recherche

Roger Joussaume

Texte intégral

Définition

1Le mégalithisme concerne des monuments appelés de termes inadaptés, mais commodes : « dolmens » et « menhirs ».

2Les dolmens sont formés d’une chambre funéraire à laquelle on peut avoir accès par un couloir plus ou moins long. Ils sont faits de pierres dressées juxtaposées et/ou de murs en pierre sèche qui soutiennent une ou plusieurs dalles de pierre servant de toit à l’édifice. L’ensemble est généralement enfoui à l’intérieur d’un tumulus de terre ou de pierre plus ou moins bien structuré. En Éthiopie le plus bel exemple de dolmen est à n’en pas douter le monument de Nefas Mawcha à Axoum tel que N. Chittick l’a graphiquement restitué. Il aurait été édifié vers 250 de notre ère selon Munro-Hay (1989) et se compose d’une chambre rectangulaire allongée recouverte d’une dalle unique de 17,30 m de long pour 6,50 m de large et 1,30 m d’épaisseur. C’est l’un des plus gros « dolmens » du monde.

3Les menhirs sont des pierres dressées relativement brutes de taille. Ils peuvent être seuls ou groupés en files plus ou moins longues, ou former des figures géométriques (cercles, rectangles…). Leurs fonctions sont multiples (funéraires, commémoratives, limites territoriales etc.).

4Les tumulus sont souvent associés aux monuments mégalithiques dans la mesure où ils cachent un dolmen.

5En fait ces définitions sont très conventionnelles et pas toujours aisées à appliquer. Nous savons en effet maintenant qu’il existe dans le monde des monuments absolument comparables aux dolmens et aux menhirs, tant dans leurs formes qui dans leurs finalités, qui étaient en bois. On pourrait parler de mégacycles. C’est ainsi que dans le sud de Madagascar un peuple qui dut se déplacer a élevé des menhirs en pierre dans les régions où la pierre existait et en bois ailleurs. C’est ainsi aussi que dans un même alignement de menhirs récemment fouillé en Bretagne, on a pu constater qu’il y avait à la fois, à l’origine, des pierres dressées et de gros poteaux de bois.

Les monuments mégalithiques dans le monde

6Les monuments mégalithiques de type dolmen ou menhir, ou les deux à la fois, sont nombreux dans le monde. Citons brièvement l’Europe atlantique, de la Pologne au sud de l’Espagne en passant par l’Allemagne, le Danemark, les Îles Britanniques, la France et le Portugal ; le pourtour de la Méditerranée : Afrique du Nord, Espagne, France, Italie, Corse, Sardaigne, Malte, Palestine ; le Caucase, l’Inde, la Corée, la Mandchourie, le Japon, l’Indonésie, Madagascar, l’Éthiopie, le Soudan, la République Centrafricaine, la Sénégambie… et jusqu’en Colombie.

7Il s’agit donc d’un phénomène pratiquement mondial et pendant longtemps on a cru y voir le résultat du déplacement soit d’un peuple, soit d’une idée qui, comme une religion, aurait été véhiculée par des missionnaires.

8Il faut dire qu’à l’époque on ne s’était pas trop attaché à la datation de tous ces monuments. Le progrès des sciences a permis de savoir que les premiers dolmens d’Europe remontent au Ve millénaire avant J.C., que ceux d’Afrique du Nord, comme de l’Inde et du Japon ne datent que du 1er millénaire avant J.C., alors qu’il n’y a pas si longtemps encore on édifiait des dolmens à Madagascar, qui sont toujours en usage, comme d’ailleurs dans certaines îles d’Indonésie (Sumba). Des monuments mégalithiques ont donc été construits pendant 6000 ans à travers le monde par des populations qui, le plus souvent, n’ont jamais eu de contact entre elles, ni dans le temps, ni dans l’espace. Certes l’idée mégalithique a pu circuler dans certaines régions relativement vastes et il est sûr qu’il y a eu des contacts entre les différents mégalithismes d’Europe par exemple. Il y a de fortes probabilités pour que le mégalithisme malgache trouve ses origines en Indonésie, mais que dire de la Colombie complètement isolée en Amérique du Sud ?

9Nous devons donc admettre qu’il y a des mégalithismes et qu’ils sont probablement les réponses à des questions identiques que se sont posées différents peuples.

10Ce sont ces questions et ces réponses que nous cherchons à étudier. Il ne peut donc y avoir d’exclusive, toutes les formes mégalithiques doivent être étudiées pour elles-mêmes et pour éclairer les autres. C’est la raison pour laquelle, travaillant d’abord et toujours sur le mégalithisme atlantique et ceux qui l’ont conçu, car les monuments fonctionnent dans une société, nous avons tenté d’étudier un mégalithisme actuel à Madagascar, et un mégalithisme quelque peu différent en Éthiopie où il est très abondant.

11Il faut bien comprendre que si étudier le mégalithisme de l’Éthiopie c’est aussi étudier le passé de l’Éthiopie, tant mieux mais ce n’est pas notre but principal. Il faut bien comprendre également que ces mégalithismes se développant dans des contextes de civilisations différentes, notre approche peut être celle d’un préhistorien, d’un protohistorien, d’un archéologue classique, voire d’un ethnoarchéologue…

Le mégalithisme en Éthiopie

12Le mégalithisme en Éthiopie concerne essentiellement trois régions :

  • au nord, la civilisation axoumite

  • à l’est, les monts du Harrar

  • au sud, du Soddo au Sidamo

Les stèles axoumites

13Elles sont nombreuses et très variées depuis la simple dalle de pierre dressée jusqu’à d’immenses monolithes de 20 à 30 m de hauteur dont certains dépassent les plus hauts obélisques égyptiens, et qui sont magnifiquement ouvragés. Un seul de ces derniers est encore debout, un autre a été redressé à Rome. Deux grands cimetières se partagent les stèles d’Axoum et leur édification paraît se situer ici entre le iie et le ive siècle de notre ère. Il en existe probablement de plus anciennes. Elles sont en rapport avec des tombes mais tout cela n’est pas très clair dans les rapports de fouille que nous possédons. Il serait très intéressant, par une analyse en profondeur, d’étudier le passage des stèles brutes aux stèles ouvragées. Est-ce une question de chronologie ou de hiérarchie ?

14Nous avons déjà parlé de cette tombe dite Nefas Mawcha, située près des grandes stèles, dont la table de couverture dépasse 17 m de longueur pour 6,50 m de large et 1,30 m d’épaisseur. Avec ses 150 m3 et un poids de plus de 350 tonnes, voilà bien un mégalithe.

Les monts du Harrar

15Deux types d’architectures différentes se rencontrent dans le Harrar : des dolmens et des tumulus.

16Les dolmens sont considérés comme étant antérieurs à la civilisation sabéenne qui s’est mise en place au début du 1er millénaire avant J.C. D’autres indices de contacts entre les deux côtés de la Mer Rouge sont perçus antérieurement aux civilisations sabéenne et préaxoumite en particulier dans les gravures rupestres. Dans le Harrar deux datations pour deux foyers d’un même dolmen indiquent une édification au milieu du IIe millénaire avant J.C.

17Malheureusement nos recherches n’ont pas été conduites plus en avant et nous ne savons rien de ceux qui ont utilisé ces nécropoles dolméniques.

18Les tumulus représentent des masses de pierres accumulées formant un tas plus ou moins important. A priori on ne peut savoir ce qu’ils contiennent et nous avons vu que les dolmens étaient, à l’origine, enfouis dans un tumulus de pierres.

19Certains tumulus recouvrent uniquement un corps placé dans une petite fosse, en position fléchie, entouré de nombreuses poteries. Ils n’ont rien de mégalithique et nous ne nous y attarderons pas, d’autant que leur âge est comparable à celui des tumulus dont nous allons parler maintenant.

20Il s’agit en fait d’une chambre circulaire de 2 à 4 m de diamètre, creusée dans le sol et limitée par un mur en pierre sèche ou par des dalles dressées dont certaines peuvent dépasser 2 m de hauteur et autant de large. L’accès à une petite cellule latérale, construite de la même manière se fait par un porche trilithe, deux dalles dressées en supportant une troisième. L’intérieur de la chambre principale était partagé en plusieurs logettes, limitées par des dalles dressées. Elles contenaient les corps entassés des défunts. Les dalles dressées des logettes supportaient les dalles de couverture de la chambre funéraire qui était ensuite recouverte d’une masse de pierres. Ainsi à chaque introduction d’un nouveau corps fallait-il démonter le tumulus et soulever la dalle qui recouvrait une logette. Le mort était accompagné d’un nombre relativement important d’objets divers : poteries de types différents, perles en verre, en cornaline, en métal (parfois en or), de pointes de javelines en fer, de bracelets en bronze ou en fer, etc… Une série de datations situe ces monuments du Harrar entre le viiie et le xive siècle de notre ère. Les objets rencontrés sont identiques à ceux que nous avons recueillis lors de sondages dans des sites muraillés défensifs (abusivement nommés « vieilles villes aux murs cyclopéens » par Azaïs), nombreux sur les hauteurs.

Les stèles du sud éthiopien

21Taillées dans la rhyolite, les stèles sont nombreuses et variées dans leur décoration. Dans le Sidamo et plus spécialement à l’est du lac Abaya se dressaient des milliers de stèles par ensembles plus ou moins importants, sur des monticules de pierrailles peu élevés. Les plus nombreuses sont des stèles phalloïdes à l’aspect réaliste souvent bien marqué. Leur hauteur moyenne varie de 3 à 4 m, la plus grande atteignant 8 m. D’autres, dont la hauteur ne dépasse pas 2 m, présentent un aspect anthropomorphe au visage plus ou moins sculpté et au corps couvert de croisillons superposés. L’étude archéologique de cet immense ensemble de stèles reste à effectuer.

22À l’ouest du lac Zway, deux zones se partagent les stèles gravées :

  • Au sud (canton de Meskan et Silté) s’étend le domaine des stèles figuratives dont cinq types ont été recensés:
    - stèles plates présentant un grand nombre de dessins figuratifs (arcs, lances, flacons…) et des tracés géométriques symbolisant une sorte de draperie. Elles représentent un personnage dont la tête a souvent disparu.
    - stèles anthropomorphes avec collier fréquemment en forme de peigne, qui parait lié à un contrepoids (en forme d’épée) dans le dos du personnage.
    Des figurations symboliques accompagnent les décors de ces deux types de stèles: signe ramifié, X ou W versé et deux cercles.
    - stèles colonnes; fûts cylindriques de 0,50m à 1,80m de hauteur.
    - stèles phalloïdes qu’il faut rapprocher des milliers connues dans le Sidamo.
    - des monolithes de forme hémisphérique ou conique à surface plane ou légèrement bombée.

  • Au nord, dans le Soddo, on rencontre trois types de stèles, auxquelles il faut ajouter des cimetières plus ou moins vastes dont les tombes sont marquées en surface par des pierres plantées de chant dans le sol.
    - Les stèles à épées occupent plus spécialement la partie est de cette zone. Elles peuvent atteindre 5m de hauteur et sont caractérisées par des gravures d’épées en champlevé associées à la trilogie symbolique déjà signalée.
    - Les stèles anthropomorphes, faites d’une dalle de pierre, d’où une tête se dégage alors que deux évidements latéraux oblongs libèrent les bras. Elles se trouvent essentiellement au nord au bord du fleuve Aouache.
    - enfin des monolithes hémisphériques ou coniques occupent une surface assez vaste à l’ouest des deux ensembles précédents.

23Il y a donc dans le Soddo, trois groupes juxtaposés, chacun ayant son propre style de stèles. On note cependant quelques recouvrements plus ou moins marginaux qui peuvent marquer des fluctuations territoriales au cours du temps.

24Les fouilles que nous avons dirigées sur le site de Tiya au cours de trois campagnes de deux mois chacune ont montré que les stèles à épées étaient associées à des tombes creusées dans le sol. Le corps était placé en position fléchie au fond de la fosse recouverte d’une dalle de pierre où de grosses branches juxtaposées. Aucun matériel n’accompagnait le corps dans la sépulture si ce n’est quelques perles en verre multicolores et parfois des boucles d’oreilles en bronze. Des offrandes (poteries, obsidiennes) étaient déposées sur la sépulture marquée en surface par des pierres dressées limitant une cellule qui positionnait ainsi l’emplacement du sépulcre. La stèle décorée est une des ces dalles dressées périphériques. D’autres tombes forment autant d’alvéoles accolées à la première comme dans une ruche. La série de datations obtenues montre une utilisation de ce cimetière du xie au xiiie siècle de notre ère.

Les recherches futures

25Dans toutes les directions dont nous venons de parler des recherches ont besoin d’être poursuivies.

  • Des civilisations préaxoumite et axoumite, il reste encore beaucoup à apprendre. Ces civilisations historiques, dans la mesure où elles connaissent l’écriture, ont été étudiées par des archéologues « classiques » et des épigraphistes. Il n’est qu’à voir l’ouvrage de Munro Hay (1989) pour apprécier l’absence d’un préhistorien et d’un anthropologue « physique » dans cette étude. L’industrie lithique est pratiquement passée sous silence, quant aux relevés osseux leur manque de précision empêche de reconnaître la moindre position primitive des corps dans les tombes.
    Si l’on sait assez bien quel était le rôle des stèles, on n’en connait pas leur origine et les recherches récemment conduites par Rodolfo Fattovich au Soudan (1987) non loin de la frontière éthiopienne sont prometteuses en ce sens mais ont besoin d’être largement développées. Une origine locale du mégalithisme axoumite n’est en effet pas à rejeter. On comprendrait mieux ce fonds autochtone sur lequel sont venues se greffer de fortes influences sabéennes ou pré axoumite. Il existe une population néolithisée bien antérieure dont certaines gravures rupestres et quelques fouilles réduites laissent entrevoir l’existence.

  • Les « dolmens » du Harrar méritent une attention particulière leur datation au IIe millénaire avant J.C, bien que tout à fait acceptable si l’on se réfère à ce qui se passe de l’autre côté de la Mer Rouge à la même époque, mérite d’être confirmée. Ces monuments ont besoin d’être situés dans un contexte social encore complément méconnu. Il faut chercher et étudier les villages correspondant à ces nécropoles. Il est nécessaire de voir également quels sont les rapports qui peuvent exister avec l’art rupestre si abondant au Harrar. À ce sujet plusieurs fouilles des niveaux archéologiques seraient utiles dans ces abris décorés.

  • Les tumulus du Harrar abritent fréquemment des constructions mégalithiques circulaires à but funéraire. Ceux que nous avons étudiés sont beaucoup plus récents que les dolmens et datent du Moyen Âge (viiie - xive siècle). Ils n’en sont pas moins intéressants et leurs rapports assurés aux sites muraillés défensifs des hauteurs du Harrar permettront une connaissance nouvelle de ces périodes.

  • Les stèles du Soddo, par les travaux que nous avons effectués à Tiya en particulier, sont éclairées d’un jour nouveau. Nous savons désormais qu’elles ne sont pas d’une haute antiquité (xe - xiiie siècle) et ont un rôle funéraire pour honorer certains grands personnages. Mais une fois encore, de quel type de société s’agit-il ? Quelles sont les origines de ce mégalithisme. Il faudrait pouvoir étudier un village de l’époque. Il faudrait aussi étudier d’autres types de stèles de cette aire mégalithique.

  • 1 Notons, ce mois-ci, la découverte par Roger Joussaume d’un site de stèles exceptionnel en pays Sida (...)

26Le Sidamo enfin reste une terre inconnue en ce qui concerne les milliers de stèles phalliques qui jonchent son sol. Tout y est à entreprendre et ce ne sont pas les deux ou trois sondages du début du siècle qui suffisent à y comprendre quelque chose. C’est certainement dans cette région qu’il faut désormais commencer à travailler, d’autant que des travaux récents inédits semblent indiquer l’existence de stèles d’âge néolithique (?) au Kenya1. Il ne serait dès lors pas impossible de trouver régionalement l’origine du mégalithisme du sud de l’Éthiopie, qui se serait éteint dans le Soddo avec l’avènement du christianisme au xive siècle, alors qu’il persistait chez les peuples tels que les Oromo-Arsi jusqu’à ce jour.

Pourquoi étudier le mégalithisme éthiopien ?

27L’étude du mégalithisme éthiopien sert une double cause :
- C’est un apport à la connaissance du passé préhistorique et historique de l’Éthiopie ;
- C’est un éclairage particulier du mégalithisme qui aide à la perception des autres mégalithismes dans le monde.

28Les monuments de type « dolmen » au Harrar sont datés du IIe millénaire avant J.C. Que savons-nous des populations de ces périodes dans la Corne de l’Afrique ? Pratiquement rien, ou si peu.

29Des travaux dans l’arbi à gravures rupestres de Laga-Oda dans les monts du Harrar (Clark & Prince, 1978) ont montré que les bovidés et les chairs des poissons étaient réduites en farine si l’on en juge par le nombre particulièrement abondant de meules et molettes qui gisent dans les 50 cm d’épaisseur de la couche archéologique. Parmi les animaux chassés, le chacal tient une large place. Le bœuf était domestiqué mais aucune preuve d’agriculture n’a été mise en évidence. La céramique est abondante ; d’excellente qualité, elle est décorée de motifs imprimés très variés. Toujours à fond rond, elle ne possède aucun moyen de préhension. Peu de choses sont encore connues de l’habitat lui-même ; les morts eux étaient déposés sous de petits tumulus de pierre en position fléchie sur la côté. Quant au matériel archéologique, en dehors des meules et des molettes, il se compose d’outils en obsidienne (microlithes en forme de segments de cercles), en os (poinçons, ciseaux, lissoirs) et d’objets de parure (perles en coquille d’œufs d’autruches, coquillages perforées…).

30Une autre étude, commencée par notre équipe au fond du Goubet, toujours à Djibouti, montre qu’un groupe de « mangeurs d’huîtres » connaissait également la céramique dès 4000 ans avant J.C. Nous n’en savons guère plus pour le moment. Et que devient le plateau éthiopien pendant ce temps-là ? A quel moment situer le début de la domestication des animaux, et celui des premières cultures dont certaines sont spécifique à ce pays ? Il ne faut pas hésiter à dire que dans ce domaine nos connaissances sont nulles. Or ces premières sociétés pastorales et agricoles sont aussi celles qui parfois ont élaboré les premiers monuments mégalithiques (Harrar, nord de l’Éthiopie, peut-être au sud également) ; vaste domaine d’investigation encore presque vierge !

31Étudier le mégalithisme éthiopien c’est aussi contribuer à la connaissance du mégalithisme en général. Pourquoi des peuples aussi différents dans le monde ont-ils élevé des monuments mégalithiques ? Les réponses sont souvent identiques et en rapport avec la mort dans bien des cas. Mais la stèle qui honore le mort n’a pas le même sens que le dolmen qui le contient. Dans le premier cas c’est la mémoire du mort qui l’on perpétue ou que l’on honore, dans le second c’est la préservation même du corps qui est importante : le dolmen est la maison perpétuelle du mort et souvent des siens qui le rejoindront.

32Il serait trop long de développer ici ces concepts liés à la mort et à l’idée que les sociétés s’en fond au cours des âges ou selon les régions, mais rien n’est gratuit et tenter de comprendre ce qui se passe, ou s’est passé dans un coin du monde, oblige à réfléchir sur des situations comparables (ou différentes) ailleurs. J’ai personnellement quelques doutes sur une approche qui ne serait limitée qu’à un seul éclairage quand on veut tenter de comprendre l’Homme et les sociétés. Bien sûr, l’archéologie n’est qu’une petite partie de cette approche. Combien j’aurais aimé pouvoir être à la fois archéologue, ethnologue, sociologue, philosophe… autant d’étiquettes qui créent des barrières ridicules entre les chercheurs !

Conclusion

33Si j’ai écrit ce petit article, qui nécessiterait de longs développements, c’est évidemment par besoin de justification. Nos recherches n’ont pas l’impact médiatique de celles conduites sur l’étude des premiers hominidés. Faut-il pour autant qu’elles demeurent le parent pauvre de l’archéologie, voire qu’on les arrête purement et simplement ?

34L’avenir répondra à ces questions ; en attendant, après la première publication d’un ouvrage sur le mégalithisme du Harrar en 1980, sortira dès 1994 un second volume qui concernera le résultat de notre travail d’équipe sur le cimetière à stèles décorées de Tiya dans le Soddo.

Bibliographie

Anfray F., 1982, « Les stèles du sud (Shoa et Sidamo) », Annales d’Éthiopie, t. 12, p. 43-211.

Anfray F., 1990, Les anciens Éthiopiens, A. Colin, Paris, 227 p.

Anfray F., Joussaume R. & Bouville C., 1983, « Des milliers de stèles en Éthiopie », Archéologia, n.185, p. 34-47.

Clark J.D. & Prince G.R., 1978, “Use-Wear on later Stone Age microliths from Laga Oda, Harghi, Ethiopia, and possible functional interpretations”, Azania, vol. XIII, p. 101-110.

Fattovich R., 1987, “Some remarks on the origins of Aksumite stelae”, Annales d’Éthiopie, XIV, p. 43-69.

Joussaume R., 1974, Le mégalithisme en Éthiopie; les monuments protohistoriques du Harrar, Addis-Abeba, 1980, 115 p., 136 fig. et 27 pl.

Joussaume R., 1985, Des dolmens pour les morts, Hachette, Paris, 400 p.

Joussaume R., 1987, Dolmens for the dead, Londres (Traduction du précédent).

Munro Hay S.C., 1989, Excavations at Akxum. An account of research at the ancient Ethiopian Capital directed in 1972-74 by the late Dr. Neville Chittik, Londres.

Notes

1 Notons, ce mois-ci, la découverte par Roger Joussaume d’un site de stèles exceptionnel en pays Sidamo. Celui-ci fera l’objet des prochaines missions de l’intéressé et son exploration devrait enfin répondre à nombre de questions posées dans cet article (J.B).

Auteur

Directeur de recherches au C.N.R.S. U.P.R. 404 - Les Sables d’Olonne (France)

© Centre français des études éthiopiennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter