Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gabriel, une église médiévale d’Éthiopie

 | 
Marie-Laure Derat
, 
Anne-Marie Jouquand

Annexe 1. Documents de l’évangile de l’église de Mesḥāla Māryām

Ms. 2850, collection Schøyen, Londres et Oslo

Marie-Laure Derat et Deresse Ayenachew

Résumé

L’évangéliaire de Mesḥāla Māryām a été acheté à Sam Fogg à Londres par le collectionneur privé Martin Schøyen. Ce manuscrit de 128 folios dans lequel figure une seule peinture, une représentation de l’évangéliste Mathieu au début de son évangile, a probablement été donnée à l’église de Mesḥāla Māryām par le roi Ba’eda Māryām (1468-1478), son fondateur. Mais aucune note de donation ne permet d’attester ce qui n’est qu’une hypothèse fondée sur la logique. Nous ne savons pas comment ce manuscrit a été emporté de Mesḥāla Māryām pour se trouver ensuite sur le marché.
Le manuscrit 2850 de la collection Schøyen est d’une grande richesse parce qu’il conserve des donations faites par les souverains de la fin du XVe et du début du XVIe siècle à l’église de Mesḥāla Māryām, mais aussi à des personnes de la région qui ne sont pas identifiées pour le moment. Ce sont une partie de ces notes de donation que nous publions ici, accompagnées d’une traduction. Certains actes inscrits sur les folios vierges du manuscrit des évangiles ne sont pas toujours lisibles à cause de traces d’humidité. Nous avons donc choisi de ne pas les publier. Nous avons choisi de restituer les textes qui nous paraissaient les plus utiles pour l’histoire du Manz, même incomplets, dans la mesure où ils sont historiquement très riches : les noms des témoins mentionnés, des gouverneurs régionaux, des chefs ecclésiastiques sont des informations rares qui méritent d’être publiées.
Les traductions que nous proposons sont le fruit d’un travail en commun, auquel ont participé Daniel Assefa, Claire Bosc-Tiessé, Emmanuel Fritsch, Manfred Kropp et Anaïs Wion. Nous les remercions chaleureusement de leur disponibilité et de leur aide. Toutefois, les erreurs, contresens, ou fautes sont les nôtres

Texte intégral

  • 1 Le pronom personnel suffixe pluriel désigne ici Itē Dāwit Zamadā et Wayzero Ṣeyon Samrā, voir acte (...)
  • 2 On retrouve cette localisation, sous une forme identique, dans l’acte du fol. 3r ligne 6.
  • 3 Incompréhensible.
  • 4 Anaphore de Cyrille de Behnesa (Macro Daoud, 1959, p. 134, n° 29).

Note 11
Note 2
2
Note 3
3
Note 4
4

  • 1 Nous avons choisi de traduire l’expression Walda Akrosyā, par fils d’Akrosyā - sous-entendant ainsi (...)
  • 2 Cette information est particulièrement intéressante du point de vue de la pratique. Il faut sans do (...)
  • 3 Le nom des terres figurent en effet dans l’acte inscrit au fol. 3r.

1Par la puissance du Père, du Fils et de l’Esprit Saint, et par le pacte ferme de Marie qui, vierge, a enfanté le feu de la divinité afin qu’il soit son Fils, Dieu et homme, et afin que tous vivent par Sa vie. J’ai renouvelé les terres de Tomās, fils d’Akrosyā1, comme les avait renouvelées mon père le roi Ba’eda Māryām qui, par la grâce de Dieu, est nommé Dāwit alors qu’il les faisait transférer par l’ordre de sa voix du pays du Manzeh Makāna Abaharo qui s’appelle Arāta Māryām, gult qui existait auparavant par ḥaṣē Dāwit et par ḥaṣē Yesḥaq. Et ḥaṣē Zar’a Yā‘eqob, lui, l’a renouvelé en sa faveur et l’a confirmé(e) par son ordre formidable et majestueux, pour Tomās fils d’Akros[yā] conformément à sa volonté. Et moi, le roi Eskender qui m’appelle Constantin par la grâce de Dieu, je l’ai renouvelé pour lui après que les gens du Manzeḥ aient détruit son gult dans la superbe de leur cœur et sans que j’en ai donné l’ordre, ayant coupé le bois qui était marqué et déterré le cadavre de chèvre qui était enfoui2. J’ai renouvelé toutes les terres de Tomās et les noms de ses terres ont été écrits auparavant dans cet Évangile lorsque cela fut renouvelé à l’époque de mon père3. Désormais, celui qui viole et qui transgresse (ceci) que son âme soit coupée de son peuple et que son souvenir disparaisse de la terre. Qu’il soit excommunié et effacé par la bouche du Père, du Fils et de l’Esprit Saint, et par la bouche de toutes les armées de la Trinité, hommes et anges, et surtout par la bouche de Marie, mère de Dieu, redoutable métier à tisser, mère du Feu de la divinité. Vie du monde, amen, ainsi soit-il. J’ai renouvelé la terre de Tomās, moi le roi Eskender, à Mesḥāla Māryām, (quand) le gantā liqā kāhenāt (était) Ṣen’eya Māryām, et (quand) le qaysa gabaz (était) ‘Eda Warq, (quand) le ‘eraq māśarā (était) Zaberhān, (quand) le dabtarā [était] Musē, (quand) le yabēt tabāq gētā (était) ’Erdebu, et (quand) le ḫedug (était) Gabra Māryām, (quand) le gantanā (était) Zēnā awāryāt et (que) Feśśeḥaya (était) le [qā]la ḥaṣē, (quand) le ba’ala tagwozgwaza (était) Tasfā Māryām, et le wes (illisible), (quand) le baer wāğat (était) ‘Erḍebākun, (quand) le ‘erās bahldarabā (était) Man[.]deb et (quand) le Manzeh qāṣ (était) Balaw Ra‘āya, le grā be(ḥet wadda)d (était) Habta Māryām, le qani’e beḥt (waddad) (était) Walda Krestos.

  • 4 Nous avons choisi de traduire le terme p̣āp̣p̣ās, qui littéralement signifie pape, par métropolite (...)

2À la louange du Père, du Fils et de l’Esprit Saint. Au temps où Mesḥāla ‘Egze’etna Māryām fut fondée au mois de miyāzyā (avril) et où les règles furent établies pour Ṣagā Za’ab et ‘Eda Warq, le roi Ba’eda Māryām était là et la fondation de léglise eut lieu. La nomination de ces deux-là [Ṣagā Za’ab et ‘Eda Warq] eut lieu au mois de ḥamlē (juillet), lorsque le roi Ba’eda Māryām était à Atronsa Māryām, afin qu’ils [Ṣagā Za’ab et ‘Eda Warq] instituent des règles pour l’église et qu’ils nomment, destituent, lèvent la dîme et jugent. [Que cela soit] un pacte ferme pendant leur vie et après leur mort pour leurs enfants. Quant à notre roi Eskender, nommé par la grâce de Dieu Constantin, il a renouvelé leurs nominations – leurs nominations et leurs terres – afin qu’elles soient un héritage [rest] pour leurs enfants et les enfants de leurs enfants. Nous excommunions par la bouche du Père, du Fils et de l’Esprit Saint : quiconque viole et transgresse [cet acte], qu’il soit excommunié par la bouche des anges zélés, par la bouche des prophètes et des apôtres, par la bouche des saints et des martyrs, par la bouche de notre patriarche (liqa p̣̣āp̣p̣ās) abbā Yoḥannes et par la bouche de notre métropolite4 (p̣āp̣p̣ās) honoré abbā Yesḥaq. Qu’il soit excommunié pour l’éternité. Amen. Le grā beḥet waddad (était) Habtena Qāl, le ḫedug ‘erās (était) Ferē Māḥbar, Habta Māryām (était) grā gētā, le qani ḫedug ‘erās (était) Krestos Meslēna. Les messagers du roi (étaient) Aygamer, le zān weś saw, Yarēd, le zān masarē, Zayto, le zān darabā. C’est moi, le prêtre Zar’a Ṣeyon qui ai écrit avec Zakāryās et Esṭifānos. Nous excommunions par la bouche du Père, de Fils et de l’Esprit Saint. Qu’ils soient excommuniés pour les siècles des siècles. Amen et amen. Ainsi soit-il, ainsi soit-il.

  • 5 Certains de ces noms de terre sont parfois difficiles à lire (l’orthographe n’est pas vérifiable). (...)

Note 55

  • 5 Décompte toujours employé dans le rite de l’encens ((...)
  • 6 Littéralement, quelle que soit la femme qui engendre.

3À la louange du Père, du Fils et de l’Esprit Saint. En l’an de la miséricorde 8918, épacte 23, enteyon 1, indiction 15, année de Jean l’évangéliste, dans la septième année où Dieu nous a fait roi, à la tombée de la nuit du 6 du mois de maggābit (mars) et au lever du jour le 105, j’ai renouvelé le gult à Tomās le fils de Wayzaro Akrosyā lorsque nous avons transféré la reine (itē) Dāwit Zamadā et Wayzaro Ṣeyon Samrā de là où elles avaient été enterrées, depuis le pays de Manzeḥ à Makāna Abaharo que nous appelons Arāta Māryām. Moi, le roi Ba’eda Māryām, qui m’appelle Dāwit par la grâce de Dieu, j’ai renouvelé leur terre [...] à partir de Magwe’a, Zaha, Masqayā, Yacaya, jusqu’à Bamehala, agaw, Gazez, Teyāt, Afqerā, Ganzār, Semot, Hēhā, Kaliyek, Ayna, Qē du Manzeh, du Gedem et Tāgā (?) ; du Tagwelat, Qāqa, Wergemā, Ṣamurē, Yadedā. Leur terre a été renouvelée par le gantā de Dabra Berhān et le liqa kāhenāt de Dabra Meṭmāq Gab (illisible) et le qaysa gabaz Gabra Ṣeyon, le ‘erāq māsarā Na’akweto, le yabēt ṭabāqi gēta Bakwera Ṣeyon, le porte-parole du liqa kāhenāt Tanse’a Krestos et de Mesḥāla Māryām, le liqa kāhenāt Ferē Wangēl et le qaysa gabaz ‘Eda Warq, le ‘erāq māsarā Ṣagā Za’ab, le yabēt ṭabāqi gēta ‘Erṣebu et les envoyés, le ba’al tagwazagwāza gētā Gabra Mar‘awi, le qan‘a ṭeqāqenāt Gabra Madḫen, le zan ḥaṣenā Gabra Ṣeyon, le zan māsarē Melu(?) Anbasā et le Sēwā ṣaḥafa lām Gabra Ṣeyon, le Tagwalat qāṣ Amdu, l’aqat re’ay Wasan Anbasā et le Gaz’e (?) qāṣ Abtu et le Manzeḫ qāṣ Takla Masih et le Gedem aqānsen Gabra Māryām. Et s’il se trouve quelqu’un qui viole et qui transgresse (cet acte), qu’il soit roi, métropolite (p̣āp̣p̣ās), gouverneur (makwannen) ou chef (śeyum), ou quelle que soit son origine6, qu’il soit excommunié par la bouche du Père, du Fils et de l’Esprit Saint, par la bouche de Notre-Dame Marie, la mère de Dieu, par la bouche des prophètes, des apôtres et par la bouche des justes et des martyrs, par la bouche des vierges et des moines, par la bouche de tous les anges zélés, qu’il soit excommunié et effacé pour les siècles des siècles, amen.

  • 6 Expression identique au texte du fol. 3r col. ab.

Note 66

4À la louange du Père, du Fils et de l’Esprit Saint. Quand Dabra Meṭmāq fut fondée, mon arrière-grand-père le roi Zar’a Yā‘eqob, par la grâce de Dieu nommé Constantin, nomma à la fonction de qays gabaznat Gabra Ṣeyon afin que cela soit un rest [héritage] pour sa descendance de génération en génération. Et il ordonna que [cela] soit écrit en sa faveur dans l’Évangile de Dabra Meṭmāq parce que cela n’avait pas été écrit en ce temps-là. Encore mon père le roi Ba’eda Māryām ordonna que [cela] soit écrit en sa faveur parce que cela n’avait pas été écrit en ce temps-là. Ensuite quand il plut à Dieu, j’ai ordonné, moi, Eskender, qui m’appelle Constantin par la grâce de Dieu, que [cela] soit écrit en sa faveur et [cela] fut écrit dans l’Évangile de Dabra Berhān et à Dabra Meṭmāq ainsi que l’homme qui a pris son office avait entendu. Comme le dit le livre : qu’il soit excommunié celui qui viole et transgresse [cet acte] qu’il soit roi ou métropolite (p̣āp̣p̣ās), qu’il soit chef (śeyum) ou gouverneur (makwānnen) ou quelle que soit la femme à son origine, qu’il soit excommunié par la bouche du Père, du Fils et de l’Esprit Saint, par la bouche de Notre Dame Marie, mère de Dieu, par la bouche des justes et des martyrs, par la bouche des vierges et des moines et par la bouche de toute l’assemblée des anges, qu’il soit excommunié et effacé, pour les siècles des siècles, amen. Et celui qui a fait écrire : le qāla aṣay [le porte-parole du roi] Bāsra, d’Atronsa Māryām, le dabtarā Gabra Ṣeyon de Mesḥāla Māryām, Maraḥ Bulad de Walda Gētā.

  • 7 Pour une analyse du contenu de ces ouvrages, voir le chapitre 2, supra.

5Notre roi Ba’eda Māryām, nommé par la grâce de Dieu Dāwit, a donné à Mesḥāla Notre Dame doublement Vierge Marie [Mesḥāla Māryām] : 3 Orit, [...] évangile, 2 Gebra Ḥemāmāt, 2 Nagaśt, 4 gadla Ḥawāryāt, 1 Dāwit, 1 Maṣḥafa Milād, 1 Dersāna P̣̣arāqliṭos, 2 P̣̣āwlos avec les Actes [des Apôtres], 2 Ezrā, 2 Sirāk, 1 Hēnok, 1 Ermās, 2 Isāyeyyās, 2 Dan’ēl, 1 Ḥezqē’l, 2 lyob, 1 Rā’eya Bārok, 1 Sinodos, 1 Didesqelyā, 2 Kidāna Orit des Lévites, 1 gadla Gabra Krestos, 1 gadla Enṭons, 1 gadla Takla Ṣeyon, [...] Hēnok, 3 Beḥēr Salomon, [...] Abu Qalamses, 2 Maṣḥafa Krestinā, 1 Ta’amra Māryām, 3 Beḥēr, 1 Kebra Nagaśt, 1 Ṭomār Tesbe’et Zemer, 1 Zemārē, 1 Qalēmentos, 1 Tergwāmē P̣̣āwlos, 1 Tergwāmē Isāyeyyās, 1 Yodit, 1 Tergwāmē Wangēl, 1 [...] Nabiyāt, 1 asāb7.

Notes

1 Nous avons choisi de traduire l’expression Walda Akrosyā, par fils d’Akrosyā - sous-entendant ainsi qu’Akrosyā était le nom d’une femme - en nous appuyant sur l’acte inscrit au fol. 3r col. ab, ligne 4, où Tomās est présenté comme le fils de Wayzero Akrosyā.

2 Cette information est particulièrement intéressante du point de vue de la pratique. Il faut sans doute voir dans des piquets (?) en bois et le cadavre de la chèvre, les bornes délimitant une terre.

3 Le nom des terres figurent en effet dans l’acte inscrit au fol. 3r.

4 Nous avons choisi de traduire le terme p̣āp̣p̣ās, qui littéralement signifie pape, par métropolite qui est un terme d’usage courant dans les études sur l’histoire éthiopienne et qui désigne le chef de l’Église éthiopienne, nommé par le patriarche d’Alexandrie.

5 Décompte toujours employé dans le rite de l’encens (Image 100000000000003C0000000E7E40B981.jpg) qui indique la date du jour dans plusieurs calendriers, afin de la borner très précisément.

6 Littéralement, quelle que soit la femme qui engendre.

7 Pour une analyse du contenu de ces ouvrages, voir le chapitre 2, supra.

Notes de fin

1 Le pronom personnel suffixe pluriel désigne ici Itē Dāwit Zamadā et Wayzero Ṣeyon Samrā, voir acte inscrit au fol. 3r ligne 5 où ces noms sont clairement exposés.

2 On retrouve cette localisation, sous une forme identique, dans l’acte du fol. 3r ligne 6.

3 Incompréhensible.

4 Anaphore de Cyrille de Behnesa (Macro Daoud, 1959, p. 134, n° 29).

5 Certains de ces noms de terre sont parfois difficiles à lire (l’orthographe n’est pas vérifiable). Il faut donc les prendre avec prudence.

6 Expression identique au texte du fol. 3r col. ab.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/881/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Note 11Note 22Note 33Note 44
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/881/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Note 55
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/881/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/881/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Note 66
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/881/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

Auteurs

Historienne, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), affectée au Centre français des études éthiopiennes (CFEE, USR 3137-IFRE 23, CNRS, ministère des Affaires étrangères) depuis 2008

Assistant professor au département d’histoire et gestion du patrimoine de l’université de Dabra Berhan en Éthiopie

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable