Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gabriel, une église médiévale d’Éthiopie

 | 
Marie-Laure Derat
, 
Anne-Marie Jouquand

10. Le cas Mesḥāla Māryām

Analyse d’un paysage archéologique

François-Xavier Fauvelle-Aymar

Texte intégral

  • 1 L’auteur de ces pages a participé aux deux dernières campagnes de terrain à Mesḥāla Māryām, en 200 (...)
  • 2 Voir à ce sujet les précisions de Marie-Laure Derat, p. 9 note 1 du présent ouvrage.

1Mesḥāla Māryām est un « pays » (meder en langue amharique), un terroir d’Éthiopie centrale, situé dans le Manz, sur le haut plateau1. Le paysage y a des allures de vaste épandage basaltique : les champs de terre noire sont ponctués de tas d’épierrage que l’on peut confondre avec des tumulus, nombreux, eux aussi formés de cônes de blocs noirs dont la silhouette se détache au sommet des collines ou en bout d’éperon. Les habitants, dispersés, vivent dans des hameaux de quelques dizaines d’unités domestiques au plus, constitués de maisons circulaires de pierre noire encore, surmontées de toits de chaume, entourées d’enclos à bétail et de greniers, le plus souvent liées les unes aux autres par des grappes de murets. Minéral, froid et venteux : le paysage a conféré aux habitants de cette région leur apparente rudesse. Rudement, les hommes conduisent l’araire que tirent deux bœufs, en poussant des cris que l’on jurerait d’effroi et en faisant claquer le fouet. Ils sont chrétiens, d’une très ancienne piété qui dit mieux leur identité que tout autre caractère. Mesḥāla Māryām est la « Nappe de Marie », nappe d’autel ou bien suaire2.

  • 3 Merci à François Verdeaux (Institut de recherche pour le développement) pour les déterminations bo (...)

2Entre la terre haute et le ciel bas, sur un plateau incliné qu’incise la rivière Šay (éponyme d’une culture à tumulus du haut Moyen Âge qui commence à être bien documentée dans la même région), sur l’ourlet qui borde une entaille de près de mille mètres d’à-pic, voici l’église de Raphaël ; c’est une église circulaire avec un toit de tôle, semblable à des milliers d’autres églises de construction récente dans le pays. À vrai dire, c’est d’abord le bosquet au milieu duquel elle est sise qui attire l’attention. Planté de genévriers géants (ted en amharique, Juniperus procera) et d’oliviers (Olea africana), augustes vieillards plusieurs fois centenaires qui donnent au lieu l’allure d’un parc serein, on ne sait s’il est la relique de la forêt ancienne, témoin végétal d’une église médiévale dont les ruines seraient sous l’actuelle (on trouve parfois en Éthiopie de ces conservatoires naturels autour des monastères perchés à flanc de montagne), ou bien s’il fut épargné en vertu de quelque autre forme d’inaliénabilité de la terre, ou bien encore s’il fut planté de rien, en guise de couvert destiné à protéger le lieu des regards3.

  • 4 Des signalements de ces églises attribuables au XVe siècle d’après les sources historiques et arch (...)
  • 5 Hirsch & Poissonnier (2000 : 61) écrivent que les fondations de l’édifice ancien peuvent être obse (...)

3Un roi du XVe siècle fonda dans ce terroir une église dédiée à Marie, des chartes en portent témoignage ; il s’agit de Ba’eda Māryām (r. 1468-1478), fils et successeur de Zar’a Yā‘eqob (r. 1434-1468). Cette église fut appelée Mesḥāla Māryām, nom qui a donc survécu dans la toponymie actuelle. De cette église, nous retrouvons pris dans la maçonnerie de Raphaël et des habitations des environs quelques éléments remployés, des pierres gravées de motifs en moulure que l’on attribue avec une relative confiance au XVe siècle4. Il faut supposer que l’église médiévale est là quelque part, inaccessible aux investigations archéologiques, ses fondations reposant peut-être encore sous l’embasement de béton de l’église actuelle. Mais nous n’y sommes pas obligé. Après tout, nous n’avons que des pierres errantes et pas de structures vraiment discriminantes identifiables au sol5, ni de culture matérielle en surface plaidant en faveur de cette identification. Et nous ne sommes pas non plus obligés de croire les récits collectés oralement qui affirment leur certitude d’une continuité in situ, pendant plus de cinq siècles et au gré des reconstructions successives, de l’église naguère fondée par le souverain d’Éthiopie.

  • 6 Voir les références citées dans les chapitres initiaux du présent ouvrage, et en particulier Deres (...)
  • 7 L’expression est de Hirsch & Poissonnier, 2000 : 67.
  • 8 Cet ouvrage, chap. 2 (p. 25-63).

4Ba’eda Māryām établit son camp dans ces parages, c’est cette fois la tradition locale qui l’affirme. Le camp royal chrétien, connu par force descriptions du XIVe au début du XVIe siècle, à présent bien étudié à partir des sources écrites et sous les aspects de son organisation spatiale et sociale6, échappe encore aux investigations de terrain. À Mesḥāla Māryām, il a été cherché et n’a pas été trouvé. Camp de toile et de bois, temporaire et mobile, le « camp royal », dépourvu de matérialité archéologique, mérite de garder ses guillemets quelque temps encore : nous ne savons pas encore ce qu’il faut se représenter sous cette appellation. À moins qu’il ne faille pas plus pour le camp que pour l’église se fier a priori à la mémoire collective. Circonstances troublantes, cependant : les informations orales collectées sur place ont gardé la trace d’une microtoponymie extrêmement précise se rapportant aux espaces fonctionnels d’un authentique camp royal : la plaine que domine le bosquet de Raphaël apparaît remplie de lieux que la mémoire rapporte au souverain, aux écuries royales, aux espaces de réception, au lieu de résidence des étrangers, aux chantres « de gauche » et « de droite », au chef de l’armée, aux soldats, aux esclaves, etc. On s’écrie : ils n’ont pas pu l’inventer ! Certes pas complètement. Mais Marie-Laure Derat et Deresse Ayenachew ont magistralement montré de quelle façon la mémoire, s’emparant de signes de diverse nature présents dans le paysage, a suscité la « géographie légendaire7 » d’un camp royal du Moyen Âge à partir de noms de parcelles ressortissant pour beaucoup à des statuts fonciers hérités de la fin du XVIIe siècle8.

5Ou aussi bien, dira-t-on, ressuscité la géographie tout court du camp royal ? Avouons cependant qu’aucun des noms de personnes cristallisées dans cette géographie ne peut aujourd’hui être rapporté à des personnages du temps de Ba’eda Māryām. Mais avant de renoncer à chercher le « camp royal », au double argument ou au double prétexte qu’un légendaire s’est intercalé entre le Moyen Âge et le présent et de la fugacité des traces susceptibles d’avoir été laissées et de s’être conservées dans le sol, il faut se demander si nous avons su voir, ou si nous avons su regarder ce que nous avons vu. Car à vrai dire, nous ne savions pas ce que nous cherchions, et nous comptions sur le terrain pour nous l’apprendre. Fallait-il se courber davantage pour mieux lorgner d’éventuels tessons d’une vaisselle de prestige ; décaper le sol végétal sur de larges espaces à la recherche de trous de poteaux témoignant d’installations de tentes et de palissades ; se hausser à la hauteur de vues aériennes pour repérer dans le paysage des aménagements tels que fossés, terrassements, remblais ? Parions que d’autres camps royaux, plus sûrement documentés par les sources, sauront un jour se livrer aux chercheurs, et peut-être alors certaines des observations publiées dans ces pages auront à fournir rétrospectivement des clés qui nous ont échappé.

6Cet échec fut deux fois fertile. Commençons donc par redire tout bonnement que nous n’avons pas trouvé sur le mamelon de Raphaël, dans le bosquet aussi bien qu’aux alentours, l’établissement du XVe siècle (« camp royal » ou église) pourtant ardemment recherché. Ni d’ailleurs la moindre structure attribuable au XVe siècle. Mais nous avons trouvé autre chose.

  • 9 Cet ouvrage, chap. 3 (p. 87-91).
  • 10 Hirsch & Poissonnier, 2000 : 70-85 (voir tout particulièrement la carte p. 73 pour une localisatio (...)
  • 11 Pour le tumulus 2 de Mesḥāla Māryām, voir le compte rendu dans Hirsch & Poissonnier 2000 : 82-85. (...)
  • 12 Cet ouvrage, chap. 3 (p. 99-100).

7Tout d’abord, en scrutant le sous-sol à la recherche des témoins du passé, et comme à la faveur des réglages de focale un peu hasardeux que le biologiste effectue au microscope, ont été mis au jour des horizons antérieurs et postérieurs à l’étage recherché. Aux millénaires antérieurs appartiennent les témoins ubiquistes d’un outillage lithique Late Stone Age, voire Middle Stone Age, qui constitue le « bruit de fond » des artefacts retrouvés dans le sol. À une époque plus proche de notre XVe siècle, mais encore antérieure, appartient sans doute la structure 324, tumulus très dégradé, détruit à une époque ancienne9 ; il n’a pas livré d’éléments discriminants permettant une attribution chronologique, mais certains aspects préservés de sa morphologie évoquent les tumulus de la culture Say, documentés en grand nombre à Mesḥāla Māryām et dans le Manz ; ils appartiennent à la période allant du VIIIe au XIIe siècle10. Deux autres de ces structures funéraires ont été fouillées au cours des campagnes archéologiques de Mesḥāla Māryām ; étant donné qu’elles s’inscrivent dans un contexte archéologique et historique désormais mieux connu, les résultats seront publiés séparément11. Nous avons aussi une petite habitation (complexe 4) donnant des datations non concordantes entre elles, mais de toute façon antérieures au XVe siècle12.

  • 13 Cet ouvrage, chap. 3 (p. 67-83).
  • 14 Cet ouvrage, chap. 3 (p. 94-99).
  • 15 Comparons avec la céramique issue des ruines de l’église d’Enselalé : il s’agit dans ce dernier ca (...)

8Que faire du complexe 1 sur lequel se sont concentrées plusieurs campagnes de fouilles13 ? Indiscutablement, il s’agit d’un enclos domestique, qui ne présente pas les caractères d’une résidence d’élite. De façon très convaincante, Bertrand Poissonnier a argumenté, sur la foi d’une comparaison avec un bâtiment contemporain situé à quelques minutes à pied du site, qu’il s’agirait d’une ancienne maison de prêtre14. La datation calibrée d’un piquet de bois carbonisé appartenant à la structure de la cloison circulaire intérieure de l’habitation, qui livre un intervalle de 1448 à 1637 AD (LY-10195) à deux σ (soit avec une probabilité de 95 %), rend cette structure compatible avec un bâtiment de l’époque de Ba’eda Māryām, qui pourrait bien du même coup avoir été dressé à quelques dizaines de mètres seulement de l’église invisible, peut-être même au cœur des dispositifs centraux de l’impalpable « camp royal ». Mais il est encore plus conforme à la logique probabiliste des datations au carbone 14 de dire que la date de construction de cette structure est égale ou postérieure (jusqu’à un siècle et demi) au règne de Ba’eda Māryām. Et que l’absence de tout indice, tant en collecte de surface qu’en fouille, tant dans cette structure que sur l’ensemble du secteur de Raphaël, d’une culture matérielle témoignant d’usages liturgiques et/ou de prestige, tels qu’on en attendrait des voisinages d’une église royale, souligne plutôt l’absence d’évidence en faveur du XVe siècle15. À refaire mentalement la démarche de cette fouille, sans flatter d’emblée au col l’hypothèse d’un établissement royal des alentours de 1470, ne serions-nous pas naturellement conduit à y voir un enclos domestique, pourquoi pas même, en effet, une demeure de prêtre, du XVIe ou du XVIIe siècle ?

9Mais nous n’avons pas fait que tourner nerveusement la focale ; nous l’avons aussi déplacée. Un peu partout dans les environs se sont révélés ces curieux cercles ou ellipses de pierres de petites ou de grandes dimensions affleurant du sol en lignes simples ou doubles. Ces structures sont, pour la mémoire locale, des signes auxquels s’arrime le récit d’un « souvenir » collectif vivace : ici est le lieu des écuries royales, là est un espace dédié à l’enseignement religieux. Quelques-uns de ces aménagements anthropiques ont fait l’objet de sondages : un fond de cabane (structure 301) émergea du sol, tandis que les autres cas (structures 300, 311, 315) ne livrèrent aucun matériel ni aucune stratigraphie. Si ces structures sont bien des signes, on ne saura dire de quoi. Sans doute faut-il faire appel à une typologie diverse : enclos à petit bétail, greniers surélevés, plateforme de séchage des flans de bouse pour ce qui concerne les plus petites structures ; parcs à bestiaux ceinturés de branches d’épineux, aires de battage pour les plus larges.

  • 16 Hirsch & Poissonnier, 2000 : 72-73, cartes (point 25), 74.
  • 17 Fauvelle-Aymar et al., 2007-2008 : 334-336.
  • 18 Le récit de la conquête musulmane du royaume chrétien a été fait dans le Futuh al-Habasha par un a (...)

10Plus parlante quoique inattendue fut la découverte, à quelque deux kilomètres à vol d’oiseau du bosquet de Raphaël, sur une petite éminence tabulaire, un ambā aux parois verticales dominant d’une quinzaine de mètres les champs avoisinants, des ruines d’une petite église. Encore serait-il plus exact de dire que, si découverte il y eut, ce fut d’abord celle de quelques arases de maçonnerie et de petits reliefs laissant seulement deviner, sous la végétation et le sédiment, des aménagements de main d’homme. Si ceux-ci portent le nom d’église de Gabriel dans les relevés de sites pratiqués avant la fouille16, c’est bien moins par reconnaissance d’une authentique église qu’en vertu du souci de cartographier la « géographie légendaire » de l’espace de Mesḥāla Māryām. Voilà donc qu’une petite église secondaire du camp faisait son apparition dans le paysage, complétant le tableau de ruines idéal dans lequel pouvait vaquer à sa guise le fantôme du glorieux roi. Vrai souvenir d’un bâtiment enfoui, qu’allait entériner la fouille ? On peut en douter : presque toute ruine, partout dans le Manz et plus largement dans l’Éthiopie des hauts plateaux, fait l’objet d’un légendaire local qui l’associe à une ancienne église détruite au temps du ğihād de l’imam Ahmad, au tiers du XVIe siècle, ou à une relique d’habitat ou de cairn de dénombrement attribué à ses troupes musulmanes17. Combien de tumulus ont ainsi été détruits et le sont encore, nous en faisons l’expérience fréquemment, par des groupes de villageois ou des pillards organisés à la recherche d’un tābot ou d’un trésor d’église, que l’on ne trouve pas, ou que l’on croit trouver sous la forme de quelques poteries, ossements ou parures d’un autre Moyen Âge ? La fréquence et la répartition de ce motif, et son association avec les restes archéologiques les plus improbables (ici un tumulus) et les moins nettement convaincants (là, un simple chaos de roche en pied de corniche) suggèrent d’y voir un faux souvenir collectif, qui peut-être porte la marque du formidable traumatisme qu’a connu la société chrétienne avec les ravages causés par les guerres saintes du début du XVIe siècle et les mouvements de population qui s’en sont suivis durant plusieurs décennies. Que ce faux souvenir ait pris partout la même forme ne doit pas étonner : il procède d’une commune expérience, celle des villages razziés, des femmes et des enfants emportés, des églises pillées, incendiées et rasées jusqu’aux fondations18. En un pays et en un temps où l’église n’est pas seulement le point focal dont l’autorité règle la vie des fidèles, mais aussi et bien davantage le maillon spirituel qui rattache les communautés paysannes au reste du territoire chrétien et au cœur du royaume, la destruction d’une église, la disparition d’un tābot ou l’élimination d’une éventuelle communauté de desservants signifiaient davantage qu’une déprédation : c’était une rupture du lien mystique avec le souverain et les saints ; c’était un abandon. Pour une génération fauchée par l’état de guerre continu, le traumatisme collectif le plus profond vint d’une mémoire interrompue qui la privait de son ascendance. Il imposait, plus qu’une perpétuation de la vie après la chaîne d’épisodes de destruction du XVIe siècle, un recommencement de la société, qui signifiait, après que les événements furent passés, oubliés, de la refonder par des récits qui inauguraient un nouveau temps présent : pour la mémoire des communautés chrétiennes jusqu’à nos jours, cette ère d’avant le traumatisme appartient à un temps des héros, soit impuissants soit malfaisants, qui s’affrontent en de redoutables gigantomachies. Lesquelles virent la victoire totale des malfaisants. On ne vous montrera dans le pays aucun vestige chrétien de ce temps qui soit encore debout, mais des ruines de choses chrétiennes, mais des traces de pieds de l’imam inscrites dans la roche, mais des pierres dressées où le terrible « Gaucher » nouait le licou de ses montures. Pour l’identité de ces communautés, le musulman, qu’elles n’ont jamais vu, devint non pas tant l’ennemi, ce qu’il n’était plus, que le symétrique culturel, l’incompatible, l’autre imaginé en face de quoi se construisent les valeurs présentes. S’il y avait des ruines sur ce chicot, il fallait donc qu’elles fussent, comme toutes les autres traces archéologiques du Manz, et a fortiori de Mesḥāla Māryām, tout à la fois des signes de l’âge glorieux et des attestations de sa disparition. C’est ainsi que naît une nouvelle église.

  • 19 Cet ouvrage, chap. 7 (p. 103-136).
  • 20 À ce sujet, voir la synthèse sur les datations, annexe 6, p. 394 note 4.

11L’ironie veut que le site ait révélé, après débroussaillage et décapage des décimètres supérieurs de sédimentation, et après encore qu’eurent été dégagés les premiers murs et fouillées plusieurs des sépultures qui se superposaient à eux, les ruines d’une église19. À quelle époque l’attribuer et dans quelle chronologie caler les phases d’occupation antérieures et postérieures ? Les datations obtenues sur le site sont difficiles à interpréter et les auteurs de la fouille font justement assaut de prudence. La raison en est qu’aux plateaux fréquents que présente la courbe de calibration pour cette époque (qui induisent des intervalles larges, voire des intervalles multiples), s’ajoutent l’effet « vieux bois20 » et le remploi des bois architecturaux, deux problèmes particulièrement aigus avec des essences à grande longévité et résistantes aux xylophages, comme c’est le cas ici. Mais les données méticuleusement produites par la fouille permettent tout de même, à partir des ante quem et des post quem, de poser les bases d’une chronoséquence. La phase la plus récente est une phase d’inactivité anthropique du site depuis l’installation des tombes les plus tardives. 89 tombes ont en effet été repérées sur l’ambā, 72 d’entre elles étant à coup sûr postérieures à la destruction de l’édifice car elles sont venues coloniser les ruines du sanctuaire. Une seule analyse au carbone 14 a été effectuée dans cette phase. Elle livre, sur une sépulture (S 50), une datation calibrée de 1525 à 1643 AD (Beta-257098) à 1 σ (66 %), mais la calibration à 2 σ (95 %) rencontre un plateau et livre un intervalle de près de deux siècles (1490-1670 AD) auquel s’ajoute un petit intervalle d’une décennie à la fin du XVIIIe siècle (1780-1790 AD). Sans prendre de trop gros risques, on peut cependant postuler, compte tenu des séquences induites par les recoupements successifs de sépultures, une utilisation funéraire continue du lieu par une communauté chrétienne, depuis la destruction de l’église (la sépulture S 31 perce les couches de démolition et d’incendie) jusqu’au XVIIe siècle, voire jusqu’au XVIIIe. Chose intéressante, cette utilisation funéraire maintient rituellement la mémoire de l’église détruite et contribue dans le même temps à en masquer les restes jusqu’à l’oubli.

12La petite église ne s’était pas immédiatement éboulée après l’incendie : elle fut sans doute débarrassée des restes de poutraison carbonisée et servit peut-être encore quelque temps au culte, avant que les écroulements des élévations ne préparent le lit des morts. Avant sa destruction, elle donne l’impression de n’avoir été en usage qu’un temps assez bref, quelques décennies, encore qu’elle ait peut-être connu des épisodes de réhabilitation qui n’ont pas forcément laissé de marques visibles. Elle n’a malheureusement pu être datée directement de façon fiable. Tout au plus pourrait-on la situer, s’il n’y avait d’autres arguments, entre le XIVe et le XVIe siècle. Mais un faisceau d’autres arguments, l’organisation des espaces liturgiques, le riche mobilier découvert, l’utilisation funéraire du lieu pour l’aménagement de plusieurs tombes, dont la sépulture d’un personnage de rang social élevé pratiquée dans un cercueil monoxyle (S08), plaide pour une église d’un statut particulier et richement dotée, qui au vu des données historiques et du matériel comparatif actuellement disponibles ne peut trouver sa place que dans la seconde moitié du XVe siècle. Il ne manquerait que peu de chose, à vrai dire, pour qu’on la déclare même typique de cette période : un appareil architectural constitué d’un bâti de gros blocs taillés et montés sur podium, un dallage et des moulures. Mais avouons ici que notre échantillon d’églises du XVe siècle est biaisé en ceci que le temps n’a peut-être préservé que ceux des édifices présentant ce type de traits, au détriment des monuments de structure plus « légère » comme l’église Gabriel. Deux sépultures (S08 et S62) contemporaines de l’église, c’est-à-dire aménagées dans le sol des espaces intérieurs avant sa destruction, ont été datées. L’une (Beta-278483) donne une datation pleinement compatible avec une utilisation funéraire du lieu dans la seconde moitié du XVe siècle. L’autre (Beta-282532) croise plusieurs paliers de calibration et offre des intervalles allant de 1530 jusqu’au présent ; elle n’est, à l’extrême rigueur, compatible qu’avec une utilisation funéraire immédiatement antérieure à la période présumée de la destruction (voir plus loin).

  • 21 La fosse F 10, creusée dans le socle rocheux de la galerie sud et apparemment en position sous-jac (...)
  • 22 La fosse F10 est scellée par une couche d’incendie (US 8091) qui matérialise un sol contemporain d (...)

13Cette église à son tour faisait suite à une occupation, peut-être également funéraire, dont témoignerait le remploi, dans la maçonnerie de l’église, de plusieurs prismes basaltiques portant des traces de façonnage, et qui évoquent des stèles païennes, fréquentes en Éthiopie. À cette première occupation mal caractérisée appartiendrait aussi, selon les fouilleurs, une fosse qui a livré des datations calibrées de respectivement 1410-1470 AD (Beta-257096) et 1450-1650 AD (Beta 282531) à 2 σ, ce qui fournirait un témoin païen très tardif, un argument de continuité entre les derniers aménagements de l’horizon païen et l’horizon chrétien, ainsi qu’un post quem quelque peu problématique (quoique encore concevable) pour la construction de l’église. On m’autorisera ici à émettre une interprétation divergente, permise par l’excellent état d’enregistrement des données de la fouille, en suggérant d’une part que rien ne s’oppose à ce que la fosse soit très antérieure à l’église, d’autre part que la datation en question fixe non pas l’âge de la structure sous-jacente mais celui des aménagements contemporains de la construction de l’église21. Par ailleurs, des indices ténus suggèrent ici l’existence non pas d’un mais de deux épisodes d’incendie22. Cette hypothèse serait de nature à fournir une explication à l’existence de la mystérieuse fosse F1 située dans le maqdas, fosse qui fut creusée dans le socle rocheux à une période qui n’a pu être déterminée stratigraphiquement et où a été rassemblé, peut-être lors de l’aménagement du second état de l’église, l’essentiel du mobilier de prestige qui a été retrouvé (récipients en verre, céramique à glaçure, perles importées). Ces objets, réunis là sous forme de bris, appartiendraient donc à un premier état de l’édifice, qui n’a cependant pas été observé.

  • 23 Voir les références citées en introduction (cet ouvrage, chap. 1, p. 17-18) par Marie-Laure Derat.

14Nous voici donc aux prises avec une église authentique, qui à mesure de l’avancement de la fouille accrédite le faux souvenir des habitants du lieu. Allons même plus loin et ajoutons, pour être tout à fait rigoureux dans le paradoxe, que cette église fut peut-être en effet détruite par les musulmans. Certes, aucune source ne nous indique expressément ce fait, et l’archéologie ne dit pas à qui était la main qui mit le feu au bâtiment. Mais ce serait bien le diable si cet édifice chrétien, qui fut brutalement détruit au cours de cette période, ne le fut pas par les hommes de l’imam Ahmed b. Ibrahim, qui ravagea la région à partir de 153123 et n’avait aucune raison de laisser une église debout.

15Il semble qu’ici nous en ayons fini de notre détour archéologique et en même temps de notre vaine convocation des souvenirs du temps des héros. Du camp royal de Bae’da Māryām, rien ne s’est présenté à l’enquête, pas le plus petit indice, et le soupçon nous est venu qu’il s’agissait là d’un roman communautaire tenant lieu d’histoire originelle. Du reste, avions-nous des motifs de croire les récits oraux sur parole quand ils prétendaient faire remonter leurs souvenirs à des âges si anciens ? Bien plutôt, il fallait peut-être voir qu’aucune source ne confirmait cette assertion d’autant plus suspecte qu’elle paraissait aller de soi. Et si le camp royal de Mesḥāla Māryām n’avait pas existé ?

16En fait d’anamnèse, nous avons récolté une église que rien n’annonçait, là aussi, qu’un faux souvenir. Lequel a libéré des tombes par dizaines. Que ces tombes aient longtemps occulté, par leur simple présence, puis que leur remobilisation ait fini par mettre au jour, par leur démontage archéologique, une église ancienne est une coïncidence historique. Mais ce n’en est pas une sur le plan de l’analyse. Si les tombes sont là, installées sur les ruines de l’église, c’est parce qu’une petite communauté isolée y a pendant des décennies inhumé ses morts, perpétuant la vocation funéraire du lieu, tâchant de ranimer par ses gestes et ses prières la communauté mystique de la chrétienté éthiopienne, comme elle meurtrie, laissée pour morte. Ces tombes ont longtemps servi à commémorer l’église détruite, la faisant bientôt disparaître sous l’accumulation des marques de cette commémoration, sans que le souvenir allant s’estompant de l’église ancienne n’ébranle la nécessité d’une pratique devenue rituelle.

17Que faire de cette église revenue au jour ? Sans doute fournit-elle, s’agissant de l’une des rares églises médiévales d’Éthiopie à avoir fait l’objet d’investigations archéologiques, un référentiel utile pour de futures recherches sur le bâti, l’organisation des espaces en lien avec la liturgie, le mobilier, auquel s’ajoute l’étude de la cinquantaine de tombes fouillées sur l’ambā, qui documente pour la première fois à l’aide d’un corpus un peu conséquent les pratiques funéraires chrétiennes. C’est une pierre d’attente. Mais aussi une pierre encombrante, que cette soudaine trouvaille : comment faudrait-il y voir une église secondaire du camp royal s’il n’y a pas eu de camp royal ? Et nous voici aux prises avec ces images irréconciliables : d’un côté, l’église de Marie, documentée de sources sûres comme fondation royale dans les environs, et dont l’absence est d’autant plus frustrante que nous voudrions qu’elle n’ait jamais été effacée de la mémoire de ces lieux ; de l’autre, l’église de l’ambā, qui présente tous les attraits du prestige que lui confère une riche dotation, si ce n’est qu’elle accuse une apparence physique un peu plus ingrate que ce que nous désirerions. Les deux églises, celle des mémoires et celle des archéologues, sont contemporaines. Celle-là n’a pas été trouvée, celle-ci fut trouvée sans être cherchée. La mère et la marâtre. L’une des deux est de trop s’il n’y a pas de camp royal pour faire une place aux deux. À moins que l’une et l’autre ne soient le même personnage. Et si, en effet, l’église de Mesḥāla Māryām avait été celle dressée au XVe siècle sur l’ambā ? à l’instar du soulier de vair, la vaisselle de prestige trouvée dans les ruines de l’ambā ne constitue-t-elle pas l’épreuve parfaite de sa qualité éminente ?

  • 24 Voir l’étude Marie-Laure Derat et Deresse Ayenachew dans cet ouvrage, chap. 2, p. 25-63.

18À la fin du XVIIe siècle, c’est à partir du Manz qu’une nouvelle dynastie royale organise la reconquête du Choa sur les populations oromo qui s’étaient infiltrées dans le sillage des guerres de religion, et leur christianisation. Le Manz, région restée amharophone et chrétienne, fait alors figure de bastion identitaire ; c’est la vieille terre où l’on cultive sans doute encore le souvenir, peut-être alors plus vivace que légendaire, de la lignée de Ba’eda Māryām. Souvenir doublement utile, car il renforce la légitimité généalogique des nouveaux souverains autant qu’il conforte la loyauté de leurs sujets. C’est en ce temps neuf que sont fondées de nouvelles églises, qu’essaiment des tābot. C’est en tout cas à ce contexte de renouveau, où durent se former de si puissants espoirs, qu’appartiennent les plus anciens lambeaux de mémoire des habitants de Mesḥāla Māryām : il n’est pas anodin que certains noms conservés dans la mémoire comme liés à la Mesḥāla Māryām originelle soient précisément des personnages importants de cette époque24. On aura donc fondé une nouvelle église. On l’aura établie peut-être à un emplacement où, comme pour les archéologues trois siècles plus tard, se sera cristallisée autour de quelques traces affleurant du sol la croyance en une continuité sacrée du lieu. Et comme il n’y avait plus depuis longtemps de tābot dédié à Marie, on y aura apporté d’ailleurs un tābot consacré à l’archange Raphaël. Seule cette force régénérative put stopper l’utilisation à des fins rituelles du piton rocheux et permettre le transfert de l’investissement mystique des fidèles vers la nouvelle église. Le refoulement de la première fut bientôt complet. Longtemps après qu’on eut abandonné les tombes à la sédimentation, on voulut voir sur l’ambā une église qui par symétrie fut celle de l’archange Gabriel, et le lieu se repeupla de fantômes enfin inoffensifs. Un souvenir était devenu un site.

Notes

1 L’auteur de ces pages a participé aux deux dernières campagnes de terrain à Mesḥāla Māryām, en 2000 (dix jours) et 2001 (toute la campagne). Mobilisant le souvenir d’une expérience de terrain moindre que celle des autres participants, dont le travail patient est réuni dans le présent ouvrage, cet essai n’a pas la prétention, en suggérant ici ou là une ligne d’interprétation différente de celle suivie par les éditeurs et auteurs de l’ouvrage, de faire jaillir la vérité d’une lecture attentive mais tardive du manuscrit, mais seulement de faire apparaître d’autres points de vue possibles sur les faits observés.

2 Voir à ce sujet les précisions de Marie-Laure Derat, p. 9 note 1 du présent ouvrage.

3 Merci à François Verdeaux (Institut de recherche pour le développement) pour les déterminations botaniques. Sur le genévrier, voir Duplaquet, 1954. Imputrescible, résistant aux insectes et possédant des qualités mécaniques reconnues, le ted ou genévrier de l’Est africain, un arbre pouvant atteindre 30 mètres de hauteur, est couramment un bois d’œuvre en Éthiopie. On le rencontre entre 1 200 et 3 000 m d’altitude. Depuis le Moyen Âge, on le retrouve dans les linteaux et les seuils des structures bâties, qu’elles soient de tradition chrétienne ou musulmane. C’était un arbre disponible dans les environs de Mesḥāla Māryām il y a cinq siècles, ainsi qu’en témoignent les différentes pièces en ted retrouvées dans les ruines de l’église Gabriel. L’olivier sauvage africain connaît quant à lui des usages multiples : matière première pour la production de manches d’outils, bois de chauffe, production de charbon, installation de ruches (informations aimablement communiquées par François Verdeaux). Rencontré entre 700 et 3 000 m d’altitude, on le décrit aussi comme bois d’œuvre. Voir Noad & Birnie, 1989. Ces deux essences sont couramment présentes dans les jardins d’églises et de monastères à travers l’Éthiopie des hauts plateaux. Il semble que la forêt primaire des régions d’altitude de la Corne soit précisément constituée de genévriers, d’oliviers et de buis. Voir Duplaquet, 1953.

4 Des signalements de ces églises attribuables au XVe siècle d’après les sources historiques et archéologiques ont été effectués par Anfray 1978, Anfray 1983, Derat 2003 : 224-236 ; Deresse Ayenachew 2009 : 454-459.

5 Hirsch & Poissonnier (2000 : 61) écrivent que les fondations de l’édifice ancien peuvent être observées au sol. Ces témoins sont-ils ceux d’une église ancienne ou ceux d’une autre structure ? S’agissant d’une église de plaine, nous attendrions les reliques d’un vaste podium quadrangulaire en pierres de taille et à plusieurs gradins, comme il s’en est conservé à Makāna Selāssē dans l’Amḥarā ou à Day Giyorgis dans le Choa. Mais il est vrai que l’expérience prouve que de telles fondations monumentales peuvent avoir été complètement déracinées par les habitants au cours des remplois successifs. Une visite à Enselalé (Sud du Choa) en février 2010 (François-Xavier Fauvelle-Aymar, Marie-Laure Derat, Romain Mensan) a permis d’observer que plus aucune structure ne subsistait des ruines mises au jour et fouillées par Francis Anfray trente ans auparavant.

6 Voir les références citées dans les chapitres initiaux du présent ouvrage, et en particulier Deresse Ayenachew, 2009.

7 L’expression est de Hirsch & Poissonnier, 2000 : 67.

8 Cet ouvrage, chap. 2 (p. 25-63).

9 Cet ouvrage, chap. 3 (p. 87-91).

10 Hirsch & Poissonnier, 2000 : 70-85 (voir tout particulièrement la carte p. 73 pour une localisation des nombreuses structures mégalithiques de Mesḥāla Māryām) ; Fauvelle-Aymar et al., 2007-2008.

11 Pour le tumulus 2 de Mesḥāla Māryām, voir le compte rendu dans Hirsch & Poissonnier 2000 : 82-85. Des résultats plus complets de cette fouille, ainsi que les résultats de la fouille du dolmen de Tater Gur, seront présentés dans une monographie en préparation sur la « Culture Šay ».

12 Cet ouvrage, chap. 3 (p. 99-100).

13 Cet ouvrage, chap. 3 (p. 67-83).

14 Cet ouvrage, chap. 3 (p. 94-99).

15 Comparons avec la céramique issue des ruines de l’église d’Enselalé : il s’agit dans ce dernier cas d’une céramique rougeâtre à noire, présentant parfois un lustre, avec des décorations de moulures et de bossettes, parfois d’incisions. Cette qualité de céramique est à la fois distincte de la céramique rouge ubiquiste dans les champs alentour et de la céramique actuelle. Le même site livre en outre, toujours parmi les gravats, plusieurs fragments de porcelaine chinoise, de nombreux crochets de fer, des plaquettes d’or et des fragments de verre. Voir Anfray, 1978 : 154-157 ; et observations personnelles sur le site (voir supra, note 5). Notons bien que la richesse relative de la culture matérielle d’Enselalé, archéologiquement attestée, est dans ce cas un argument fort pour justifier l’hypothèse d’une église royale.

16 Hirsch & Poissonnier, 2000 : 72-73, cartes (point 25), 74.

17 Fauvelle-Aymar et al., 2007-2008 : 334-336.

18 Le récit de la conquête musulmane du royaume chrétien a été fait dans le Futuh al-Habasha par un auteur arabe contemporain des événements ; voir Basset, 1897.

19 Cet ouvrage, chap. 7 (p. 103-136).

20 À ce sujet, voir la synthèse sur les datations, annexe 6, p. 394 note 4.

21 La fosse F 10, creusée dans le socle rocheux de la galerie sud et apparemment en position sous-jacente par rapport au mur M4, est comblée d’un premier remplissage de nature funéraire (US 8061), semble-t-il en place, la sépulture contenant les restes de deux corps. Un échantillon d’ossement provenant de ce contexte aurait seul permis de dater l’aménagement et l’utilisation de la fosse, ce qui n’a pas été le cas en raison de la quasi-dissolution de la matière osseuse. Une fine couche sus-jacente (US 8060) par rapport à ce remplissage funéraire témoigne de l’existence initiale d’un coffrage de bois. Le comblement supérieur (US 8059) de la fosse est constitué de blocs de basalte informes emballés dans un sédiment limoneux évoquant le sol naturel formé par l’altération du basalte (cf. par exemple US 8090 au contact du socle dans un sondage profond dans la partie ouest de la plateforme). Ceci tend à suggérer que ce comblement pourrait être issu d’un décapage de surface ou d’un remblai, ce que corrobore la présence d’ossements humains en vrac. Cette opération pourrait être directement associée à la construction du mur M4 ou M6, et donc appartenir à la phase de construction de l’église. Il est du reste intéressant de constater que les échantillons datés (Beta-257096 et Beta 282531), qui proviennent d’ossements récoltés dans ce comblement supérieur, fournissent une datation en plein XVe siècle. Ce serait une date tardive et particulièrement intéressante si ces datations dataient la fosse « païenne » et plus généralement la période 1 d’utilisation du site, mais ce ne semble pas être le cas. La fosse païenne (pour peu qu’il soit effectivement possible de la qualifier ainsi), c’est-à-dire précisément l’US 8061, peut fort bien être ancienne (elle n’a pu en tout cas être datée et rien n’autorise à l’attribuer au XVe siècle), tandis que les datations effectuées datent un événement quelconque pouvant être immédiatement antérieur à la construction de l’église.

22 La fosse F10 est scellée par une couche d’incendie (US 8091) qui matérialise un sol contemporain de l’église. Celui-ci est surmonté d’une couche épaisse (US 8054) constituée de blocs de basalte auxquels sont mêlés charbons et tessons de céramique, ce qui, compte tenu du pendage de cette couche au pied du parement externe du mur M4, plaide pour un cône d’éboulement laissé en place. Celui-ci est surmonté d’une deuxième couche d’incendie (US 8018) qui matérialise un deuxième sol. C’est ce sol qui est transgressé par les sépultures (S 29) de la dernière phase d’occupation du site et progressivement colmaté par les effondrements des élévations.

23 Voir les références citées en introduction (cet ouvrage, chap. 1, p. 17-18) par Marie-Laure Derat.

24 Voir l’étude Marie-Laure Derat et Deresse Ayenachew dans cet ouvrage, chap. 2, p. 25-63.

Auteur

Historien, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Ancien directeur du Centre français des études éthiopiennes (CFEE) de 2006 à 2009, il est membre du laboratoire TRACES (UMR 5608, CNRS et université de Toulouse-le-Mirail) à Toulouse et Honorary research fellow à la School of Geography, Archaeology and Environmental Studies de l’université du Witwatersrand à Johannesburg

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540