Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gabriel, une église médiévale d’Éthiopie

 | 
Marie-Laure Derat
, 
Anne-Marie Jouquand

9. Étude des assemblages lithiques des fouilles du Manz

Stéphan Hinguant

Résumé

Le matériel lithique mis au jour lors des fouilles du tumulus et du sondage C de Mesḥāla Māryām ainsi que sur le site de l’ambā Gabriel est présenté dans ce chapitre. Celui-ci fait le point sur les matériaux employés et sur les aspects typotechnologiques dont témoignent ces différents corpus, mais aucune tentative de chronologie n’a été effectuée, faute d’éléments de comparaison avec d’autres corpus connus

Texte intégral

Katja Douze (université Bordeaux-I, UMR5199 - PACEA (De la préhistoire à l’actuel : culture, environnement, anthropologie) a bien voulu relire et amender cet article. Nous la remercions chaleureusement pour ce travail.

1La documentation des industries lithiques de ces trois localités des fouilles du Manz est particulièrement intéressante puisque les données se rapportant aux contextes funéraires et « domestiques » sont rares et parfois mal cernées. Dans le cas de cette étude, l’homogénéité chronologique des séries n’est pas toujours avérée, mais les analyses pétrographiques, technologiques et typologiques révèlent cependant une cohérence entre les assemblages. Il s’agit donc d’établir un diagnostic exhaustif permettant certainement à terme de contribuer à une meilleure résolution chronoculturelle des industries lithiques des derniers millénaires.

L’assemblage lithique de la structure 324 (tumulus) de Mesḥāla Māryām

2La collecte des éléments lithiques a été réalisée dans différentes zones du tumulus, tumulus qui s’étend sur 28 mètres de diamètre pour une élévation de 1,5 mètre. De manière générale, la structure a subi une forte érosion et un remaniement des niveaux archéologiques dus à des pillages et au remploi des blocs à des périodes postérieures. Dans la chambre funéraire, qui a livrée 160 artefacts lithiques, aucun niveau de sol n’est conservé. La chambre étant comblée de matériaux hétéroclites (cf. chap. 4, supra), l’assemblage ne peut pas être considéré comme une série homogène associée à la structure. En revanche, à l’ouest de la chambre funéraire, dans la zone nommée le « parvis », trois unités stratigraphiques ont pu être reconnues. Les niveaux identifiés sont fortement anthropisés et ont livré un total de 253 pièces lithiques. Enfin, 105 artefacts proviennent de la périphérie du tumulus, incluant les parements externes et la masse caillouteuse du tertre.

3Au total, 518 éléments lithiques taillés ont été collectés dans les sondages effectués sous la forme d’une tranchée de 3 mètres de large dans l’axe est-ouest de la structure et d’une tranchée perpendiculaire.

4Dans le cadre de cette étude, la recherche de raccords ou remontages n’a pas été entreprise, travail qui permettrait sans doute d’évaluer pour partie la contemporanéité de la série.

  • 1 Finneran & al., 2005.

5Si l’homogénéité d’une partie de l’assemblage est à interroger ainsi que sa contemporanéité avec la structure, il est cependant nécessaire d’en décrire les caractères typologiques et d’aborder les aspects technologiques et pétrographiques au vu de la rareté des données actuelles sur ce type de collection1.

Matières premières

  • 2 Joussaume, 1976 ; Briois & Midant-Reynes, 2006.
  • 3 Briois & Midant-Reynes, 2006.

6Comme sur d’autres sites d’épandage lithique ou dans les corpus associés à des sites funéraires de la région2, les matières premières inventoriées sur le tumulus présentent une grande diversité. L’assemblage lithique témoigne de l’exploitation d’une dizaine de roches aux propriétés clastiques et colorimétriques variées. L’utilisation du jaspe jaune (42 %) et des basaltes locaux (22 %) est prédominante bien que le bois silicifié (9,4 %) ainsi que l’obsidienne (9 %) soient bien représentés. Le corpus est également composé d’artefacts en rhyolithe, en calcédoine et en matériaux siliceux divers ainsi que de rares pièces produites à partir de jaspe vert, de quartz et de quartzite (Tabl. 10.1). Les sources potentielles de ces matières premières siliceuses ou volcaniques n’ont pas été recherchées lors des différentes missions de terrain mais compte tenu du contexte géologique régional, celles-ci peuvent se situer dans l’environnement proche du site. La représentativité de ces matériaux évoque la distribution pétrographique observée au sein de la collection du site de Mesḥāla Māryām 2, un épandage de surface situé sur la pente orientale du « camp royal3 ».

7Le taux de pièces brûlées sur le site du tumulus est relativement important (18,3 %). Une grande partie de ces pièces provient de la zone située devant l’entrée de la chambre funéraire et des terres issues du comblement de cette dernière (Tabl. 10.1). L’hypothèse de la présence d’un foyer cérémoniel à l’entrée de la chambre ne peut être démontrée. Aucune structure de combustion n’a été identifiée au cours de la fouille et les éventuelles traces de rubéfaction sur les blocs composants l’architecture du monument à cet endroit sont totalement absentes. En outre, ces pièces ne proviennent pas d’une concentration, excluant l’action éventuelle d’un incendie. Il est donc plus probable que ces pièces aient été importées sur le site après avoir été brûlées ou encore qu’elles soient issues d’un rejet postérieur, après l’abandon du monument, considérant l’épisode de pillage du site et son utilisation comme carrière et dépotoir.

Tableau 10.1 — Répartition des matières premières lithiques taillés par secteur

Tableau 10.1 — Répartition des matières premières lithiques taillés par secteur

Diagnostic technotypologique de l’industrie lithique

8L’assemblage lithique taillé du tumulus de Mesḥāla Māryām provient majoritairement du comblement de la chambre et du « parvis » (80 %). Notons par ailleurs que sur la périphérie du tumulus c’est également le quart occidental qui livre le plus d’objets, renforçant l’idée d’une zone privilégiée dans ce secteur peut-être en liaison avec l’entrée de la chambre et/ou d’une aire d’activité spécifique dans cette partie du monument. Pourtant, l’ensemble ou une grande partie des pièces collectées peuvent tout à fait correspondre à des occupations antérieures à l’édification du tertre et avoir été repris dans les terres de construction, que l’origine de celles-ci soit locale ou éloignée du site. Ce cas de figure, fréquent dans l’étude des tumulus, pour lesquels seules les pièces véritablement en dépôts ou clairement associées à une couche devraient être prises en compte, fragilise toute conclusion chronologique sur les assemblages qui en sont issus.

  • 4 Hirsch & Poissonnier, 2000 ; Briois & Midant-Reynes, 2006.

9La synchronie de l’assemblage n’étant pas assurée, la chaîne opératoire mise en œuvre pour l’obtention de supports d’outils ne nous parvient que de manière tronquée. Par analogie avec les collections mises au jour lors des prospections locales et au cours de la fouille d’autres tumulus4, nous pouvons cependant établir un diagnostic technotypologique de la collection et tenter quelques comparaisons.

10Notons en premier lieu la présence d’éclats et de nucléus en basalte atteignant de grandes dimensions. Certaines de ces pièces, d’un point de vue morphologique, évoquent un débitage unidirectionnel à un seul plan de frappe qui est certainement mis en œuvre lors de l’équarrissage des blocs de basalte utilisés pour l’édification du tumulus. Plusieurs de ces pièces ont été dénombrées au sein de la masse du tumulus de Mesḥāla Māryām. Il est également envisageable que ces gros éclats soient issus de la gestion des blocs lors de la fabrication de moellons, également découverts au sein du tumulus.

  • 5 Joussaume, 1974.

11Cependant, il existe une production intentionnelle de grands éclats en basalte qui sont ensuite retouchés en racloirs simples (Fig. 10.3 n° 1, Fig. 10.5 n° 1), doubles convergents (Fig. 10.5 n° 2), denticulés (Fig. 10.4 n° 2) ou simplement encochés (Fig. 10.4 n° 1). En premier lieu, les caractères technologiques et typologiques de ces artefacts évoquent en tout point les industries acheuléennes voire du Middle Stone Age ancien. Il semble cependant que cette industrie bien particulière soit l’apanage des constructeurs de tumulus. Des associations similaires ont été découvertes, par exemple dans des monuments funéraires de la région d’Harar5.

12D’autre part, l’exploitation de volumes réduits pour la production de lames, de lamelles et d’éclats a également été mise en œuvre. La trentaine de nucléus découverts évoque un débitage centripète, qui tend parfois à sembler opportuniste, avec de fréquentes traces d’acharnement. Les nombreux déchets de taille, d’éclats corticaux, et de cassons, représentant plus de 70 % du corpus, indiquent que l’intégralité ou une grande partie de la chaîne opératoire a été réalisée sur un même lieu. Les produits issus de ce débitage, qu’il s’agisse d’éclats ou des quelques produits lamino-lamellaires, conservent pour partie des plages corticales, plus ou moins étendues. Les pièces de plein débitage sont rares, certainement en raison de la petitesse des volumes initiaux, et ont été choisies comme support à des outils peu investis.

13L’assemblage lithique du tumulus de Mesḥāla Māryām témoigne donc d’un débitage simple, le plus souvent en percussion directe dure lancée, mais également posée sur enclume comme l’atteste la présence de pièces esquillées (Fig. 10.1, n° 8) et la forte proportion de petits éclats et débris. Les volumes initiaux, quand il ne s’agit pas de galets, ont une morphologie irrégulière et sont de dimension réduite. Les blocs bruts présentent toutefois des surfaces lisses naturelles utilisées comme plans de frappe naturels. Par conséquent, les talons ne montrent aucune préparation particulière. Les éclats courts sont dominants au sein de l’assemblage bien que l’obtention de produits allongés semble également recherchée de manière sporadique.

14Les pièces retouchées sont peu nombreuses et représentent seulement 7,5 % du corpus (soit 40 pièces), auxquelles s’ajoutent les cinq pièces du macro-outillage (Tabl. 10.2). Les racloirs et les grattoirs sont les mieux représentés, par huit et quatre pièces respectivement. Les premiers, tous confectionnés sur des éclats de basalte, ont essentiellement fait l’objet de l’aménagement de bords droits (Fig. 10.5, n° 1) parfois convergents (Fig. 10.5, n° 2), mais l’on compte également une pièce épaisse sur rhyolite apparentée à une limace (Fig. 10.3, n° 2). Les grattoirs sont quant à eux réalisés sur des éclats épais de jaspe et présentent des fronts semi-circulaires (Fig. 10.2, nos 5-7). Quelques pièces esquillées, des lames et lamelles retouchées, des éclats à retouche abrupte ou encore des denticulés complètent la panoplie (Fig. 10.1, nos 5 et 7-8 ; Fig. 10.2, nos 1-3-8-9). Le seul burin de la série est réalisé à partir d’une cassure sur un éclat de silex brun (Fig. 10.1, n°4). Aucune chute n’a été trouvée. Enfin, une seule pièce microlithique a été découverte dans le comblement de la chambre funéraire. Il s’agit d’une pièce à dos abattu par retouches directes de 21 mm de longueur, confectionnée sur une lamelle en calcédoine ou une silicification indéterminée (Fig. 10.1, n° 7).

15Il est intéressant de noter qu’il existe une césure typologique en lien avec la matière première employée. Les pièces de type racloir et limace étant aménagées à partir de matériaux volcaniques à grains moyens ou grossiers (basaltes et rhyolite) alors que les pièces de type grattoirs et lamino-lamellaires retouchées sont réalisées sur des matériaux plus fins et se réfèrent à une chaîne opératoire différente décrite précédemment. Cette césure nous renseigne certainement sur la disparité des activités effectuées sur le site tumulaire en relation avec les volumes de matière première disponibles sans pour autant mettre en cause la contemporanéité des différentes composantes lithiques de l’assemblage recueilli sur l’étendue du tumulus. En outre, une catégorie de pièces à vocation principalement domestique ont également été mises au jour.

Tableau 10.2 — Typologie de l’assemblage par secteur

Tableau 10.2 — Typologie de l’assemblage par secteur

Les instruments de mouture et objets domestiques

16Quelques fragments d’instruments de mouture ont été retrouvés en remploi dans la blocaille du tertre. Une meule dormante, réalisée sur un gros bloc de basalte, provient du parement est. On compte plusieurs pièces fragmentaires présentant des surfaces légèrement bouchardées ou polies, probables broyons ou molettes, dont une pièce particulièrement volumineuse, chauffée, issue de la zone du parvis. Un lissoir, découvert dans le même secteur, présente une section en « fer à repasser » avec deux bords équarris et une surface active légèrement convexe. Toutes ces pièces sont en basalte. Seul un probable affûtoir cassé, provenant du parement sud, est en bois silicifié. Une des faces du bloc présente deux incisions en V, parallèles, façonnées dans le sens des fibres du bois encore bien perceptibles.

17La fonction domestique qu’elles évoquent suggère que des activités liées à la vie quotidienne ont bien eu lieu sur le site du camp royal, au moment de l’érection du tumulus ou lors d’une phase antérieure.

18Pour conclure, l’assemblage lithique provenant de la structure 324 de Mesḥāla Māryām présente des caractéristiques variées, qui sont peut-être en partie le résultat des nombreux remaniements qu’a subis la structure après son édification comme au moment de la mise en place de celle-ci. Les instruments de mouture et les objets domestiques témoignent d’une activité ante quem voire contemporaine à la structure tumulaire. Les artefacts produits à partir de matériaux variés et représentés par des méthodes de débitage relativement simples pourvoyant majoritairement des éclats se réfèrent certainement à la phase de mise en place de la structure et à son remaniement compte tenu de leur découverte dans des unités stratigraphiques en place dans la zone du « parvis ». Une seconde zone de Mesḥāla Māryām a également fait l’objet d’un sondage, permettant une comparaison entre les industries des deux aires de fouille.

Diagnostic de l’assemblage lithique de la structure 323 (sondage C) de Mesḥāla Māryām

19Le sondage C se réfère à une des structures dispersées (structure 323) de Mesḥāla Māryām. La structure semble représenter un enclos à fonction domestique ou artisanale où se dessine un plan à creusements en fossés curvilignes interrompus. Ils présentent un profil en cuvette, avec une ouverture de 30 à 40 cm au sommet et ne conservent que 30 cm de profondeur. Néanmoins, leur comblement par sédimentation lente est homogène. L’assemblage provient en partie de ces comblements, mais la majorité est issue du décapage du sondage C2 qui a livré un total de 340 pièces lithiques (Fig. 4.26, supra).

  • 6 Briois et Midant-Reynes, 2006.

20Ici, l’utilisation du jaspe jaune est quasi exclusive, et représente 93,5 % (hors brûlées) de la production lithique (Tabl. 10.3)6. Cette prédominance du jaspe jaune rappelle la forte représentation, bien qu’un peu moindre, de ce matériau au sein de la collection de la structure 324 décrite précédemment. La diversité pétrographique observée pour le tumulus n’est d’ailleurs pas aussi marquée dans le sondage C puisque certains matériaux tels que le jaspe vert ou la rhyolite sont totalement absents du corpus et que les calcédoines, le silex ou l’obsidienne sont représentés de manière anecdotique.

Tableau 10.3 — Ensemble C. Répartition des matières premières lithiques taillées par secteur

Tableau 10.3 — Ensemble C. Répartition des matières premières lithiques taillées par secteur

21L’ensemble s’apparente néanmoins sur un plan technotypologique à ce que nous observons dans la série du tumulus. Il s’agit d’une exploitation simple de petits volumes, pour l’obtention de produits courts. L’abondance des débris et déchets suggère une mise en œuvre sur place. L’outillage est à nouveau peu représenté avec néanmoins une absence de pièces esquillées et une présence plus forte de lames ou lamelles retouchées (Tabl. 10.4 et Fig. 10.1, nos 1-3, 5-6 ; Fig. 10.2, nos 1-4 et 8).

  • 7 Briois et Midant-Reynes, 2006.

22Les éléments typotechnologiques permettant de dissocier les deux séries de Mesḥāla Māryām sont donc peu nombreux. L’absence de pièces esquillées et l’augmentation de la présence d’éléments allongés retouchés sont pourtant surprenants, sachant que c’est la tendance inverse qui est observée sur le site tumulaire et sur les prospections aux alentours du site7 Il est cependant difficile de savoir si ce profil inverse est imputable à un décalage chronologique ou si cette différence est liée au type d’activité entrepris sur les sites.

Tableau 10.4 — Ensemble C. Typologie de l’assemblage par secteur

Tableau 10.4 — Ensemble C. Typologie de l’assemblage par secteur

23Les industries lithiques découvertes au sein des sondages de Mesḥāla Māryām peuvent également être mises en relation avec l’assemblage lithique issu des fouilles de l’éminence rocheuse (350 m2) de l’ambā Gabriel, située à environ 1,8 km de Mesḥāla Māryām.

L’assemblage lithique de l’ambā Gabriel

24Le nombre de pièces lithiques collectées sur le site de l’ambā Gabriel s’élève à 131 vestiges, provenant pour l’essentiel du nettoyage et des décapages successifs de la surface de fouille par unité stratigraphique ainsi que du comblement de structures excavées, dont trois sépultures (voir chap. 5, supra). S’il s’agit d’un corpus réduit en termes quantitatifs, son contexte particulier et son homogénéité justifient d’en réaliser ici une petite analyse technotypologique. L’étude porte donc sur l’ensemble des pièces, considérant que nous sommes en présence d’un corpus issu d’une seule et même occupation à vocation funéraire, du moins de la même sphère chronologique, totalement indépendante de la mise en place de l’église et de la nécropole postérieure.

  • 8 Comblement de la fosse F1. Voir tabl. 8.6.

25Signalons ici que près de 68 % du corpus lithique provient de deux unités stratigraphiques différentes (8052 et 8057 avec respectivement 37 et 35 pièces, en majorité des débris brûlés). L’hypothèse que la série de l’ambā Gabriel puisse provenir d’une occupation de l’éminence rocheuse antérieure à l’édification de l’église, par exemple par un groupe de la culture Šāy (ou assimilé), pourrait trouver confirmation dans la présence de céramiques attribuables à cette période, mais celles-ci sont trop peu nombreuses pour que l’on puisse tirer des conclusions8.

Matières premières

26Sur le site, les matières premières lithiques employées pour le débitage reflètent à nouveau une grande diversité d’approvisionnement (Tabl. 10.5).

27On notera toutefois l’absence de bois silicifié dans cet échantillon, matière pourtant présente dans de nombreux assemblages locaux, ainsi que celle des quartz et quartzite. La proportion de pièces brûlées, pour lesquelles la détermination pétrographique est difficile ou impossible à établir, est en revanche importante. Avec près de 35 % de l’ensemble, ce lot s’individualise quelque peu mais n’apporte pourtant aucune information complémentaire à la compréhension de la répartition spatiale d’origine des vestiges sur le site. Ces pièces brûlées, collectées pour l’essentiel dans deux US distinctes (8051-1 et 8057-2), ne témoignent pas forcément de la présence de structures de combustion. L’action d’incendies n’est pas à écarter et est d’ailleurs attestée par celui de l’église, même si certaines pièces brûlées sont blanchies ou faïencées, ce qui est rarement compatible avec un feu non entretenu. La plupart de ces pièces sont des fragments et des débris.

Tableau 10.5 — Réparation des matières premières lithiques taillées par US

Tableau 10.5 — Réparation des matières premières lithiques taillées par US

28Parmi les roches siliceuses, les jaspes ont été privilégiés par les tailleurs, notamment dans leur coloration jaune (39 %, Tabl. 10.5). Dans le corpus, le silex et la calcédoine constituent le choix suivant mais l’on note une proportion non négligeable d’artefacts produits à partir de matériaux à silicification variée non déterminée. Les autres roches sont quant à elles représentées de manière anecdotique, comme l’obsidienne ou le grès. Enfin, le basalte et la rhyolite, essentiellement dévolus à la confection du macro-outillage, représentent 23 % de l’assemblage. Un débitage d’éclats, voire de supports laminaires, a cependant été recherché à partir de ces blocs aux qualités clastiques moindres mais présentant certainement les dimensions recherchées. On note ainsi la présence d’une lame brute en basalte provenant de l’US 8057-2 et de plusieurs débris ou fragments témoignant de l’intention d’obtenir des produits allongés.

29Des galets de très petits modules, vraisemblablement issus de terrasses fluviales proches, ont été utilisés. Les formes sont ovoïdes à globulaires. Peu aptes à l’obtention d’éclats ou de véritables lames, ces petits galets ont fait l’objet d’un débitage sur enclume ou par percussion directe lancée.

Diagnostic technotypologique de l’assemblage lithique

30L’assemblage lithique taillé de l’ambā Gabriel se caractérise par sa dispersion sur l’emprise de la zone de fouille et par une absence totale d’aire d’activité spécifique. Aucun amas de débitage, ou de zone particulière témoignant de phases distinctives de la chaîne opératoire n’ont été identifiés. Cette vision incomplète ne nous permet pas d’interpréter l’occupation d’origine. Mais les séquences technologiques très courtes employées par les tailleurs, compte tenu des volumes réduits des blocs initiaux, simplifient de manière significative la lecture de cet assemblage.

31Quelques galets de silex et autres roches siliceuses ont été rapportés sur le site sans faire l’objet d’un quelconque débitage (cinq exemplaires). D’autres, au cortex moins épais ou sans cortex, ont été taillés. Il ne reste comme témoignage de cette exploitation qu’un seul petit nucléus lamellaire en jaspe montrant des traces d’acharnement (US 8007-13) ainsi que des déchets de taille (calottes, éclats corticaux, cassons, esquilles...) et une tablette d’avivage. Les produits issus de ce débitage, qu’il s’agisse d’éclats ou de produits lamino-lamellaires, conservent pour partie des plages corticales, plus ou moins étendues. Les pièces de plein débitage non corticales sont rares, toujours du fait de la petitesse des volumes initiaux, et ont servi de support à des outils peu investis.

32L’assemblage du site de l’ambā Gabriel témoigne d’un débitage simple, en percussion directe dure. La présence de pièces esquillées atteste également la présence de débitage sur enclume (Fig. 10.6, n° 7). à l’instar des sites de Mesḥāla Māryām, les volumes initiaux, quand il ne s’agit pas de galets, sont des blocs de matières brutes de petite dimension présentant des surfaces lisses naturelles opportunément utilisées comme plans de frappe. Les produits issus de ce débitage montrent des talons lisses non préparés. Seul un éclat laminaire porte un talon facetté (Fig. 10.6, n° 4). La recherche de quelques produits allongés est évidente, mais là encore les éclats courts dominent le corpus. Les débris et fragments témoignent par ailleurs qu’une phase, sinon la totalité du débitage, a eu lieu sur le site.

33Les outils sont très peu nombreux (16 pièces, Tabl. 10.6) auxquels s’ajoute le macro-outillage (trois objets). Il résulte des décomptes qu’aucun outil n’est véritablement dominant en termes de représentativité (Tabl. 10.6). Deux grattoirs, réalisés sur des éclats épais de jaspe, présentent des fronts semi-circulaires (Fig. 10.6, nos 1 et 2). On note l’absence de racloir et autre pièce à retouche continue. Ce sont les pièces esquillées qui dominent la panoplie mais avec seulement six exemplaires (Fig. 10.6, n° 7). Avec respectivement quatre puis trois représentants pour chaque catégorie, les lames/lamelles retouchées et les éclats retouchés ou encochés complètent le corpus des outils (Fig. 10.6, nos 4, 5 et 6). Enfin, le seul burin de la série est sur cassure, effectué sur un éclat laminaire de silex ayant subi le feu, provient du comblement de la sépulture S.60 (Fig. 10.6, n° 3).

Les instruments de mouture et objets domestiques

  • 9 Voir l’étude de la céramique réalisée par Kristell Chuniaud, supra (p. 249-292).

34Les macro-outils sont au nombre de trois et proviennent de contextes précis : deux broyons dans l’US 8009 et un peson à gorge ou lest probable dans l’US 8000-4 (Fig. 10.6, n° 8). Les deux broyons, sphéroïdes et de dimension modeste (10 cm de diamètre), sont façonnés sur des blocs de basalte. Le lest pourrait être en grès mais l’action du feu en altère la lecture pétrographique. Compte tenu du caractère ubiquiste de ce type d’instrument dans la chronologie pré- et protohistorique, comme historique, il est difficile d’attribuer ces trois pièces à une phase précise de l’occupation du site. Le caractère domestique de certaines céramiques identifiées sur le site9 n’est pas incompatible avec des activités utilisant ce type d’instruments, même si l’essentiel du corpus céramique fait référence au lieu de culte qu’est devenu l’ambā Gabriel.

Tableau 10.6 — Typologie de l’outillage par matière première, tous lots confondus

Tableau 10.6 — Typologie de l’outillage par matière première, tous lots confondus

Sur l’attribution chronoculturelle des industries lithiques des structures 324 et 323 de Mesḥāla Māryām et de l’ambā Gabriel

35Les trois assemblages lithiques proviennent de contextes pour partie remaniés et ne présentent pas de répartition spatiale particulière. Cependant, dans le cas de l’ambā Gabriel, le contexte topographique suggère une certaine homogénéité et les similitudes technotypologiques des lots de Mesḥāla Māryām évoquent une certaine unicité.

  • 10 Phillipson, 2009.
  • 11 Joussaume, 1974.

36Dans l’état des connaissances sur les vestiges lithiques holocènes et médiévaux, il n’existe que peu de pièces aux caractères morphotechniques diagnostiques permettant de caler chronologiquement les assemblages. En suivant une démarche discriminante, il est possible d’affirmer que les assemblages présentés ici ne se réfèrent pas aux phases paléolithiques, souvent beaucoup mieux cernées d’un point de vue archéologique. Les seules pièces équivoques qui, sorties de leur contexte, pourraient rappeler des industries Early ou Middle Stone Age, sont les grands racloirs et éclats en basalte produits à partir de chaînes opératoires se distinguant du reste de l’assemblage. Cependant, l’association d’une industrie macrolithique avec une industrie à petits éclats a été mentionnée dans d’autres contextes où elle paraît assez commune et couvrant une large période, depuis quelques siècles avant J.-C. et perdurant jusqu’à des périodes récentes10. Elle a également été observée dans les contextes mégalithiques dans la région de Harar, au sein d’ensembles sépulcraux clos n’étant malheureusement pas datés11.

  • 12 Finneran et al., 2005 ; Phillipson, 2009.
  • 13 Joussaume, 1974.
  • 14 Brandt, 1980.
  • 15 Weedman, 2006.

37D’autres éléments typologiques, comme les grattoirs unguiformes (Fig. 10.6, nos 1-2), sont à la fois morphologiquement très caractéristiques mais présents sur une très large échelle chronologique. Ils sont parfois nommés Gudit scrapers ou short convex endscraper dans les contextes aksumites12, mais ont également été mentionnés dans des contextes protohistoriques13, à la fin du Late Stone Age14 et pour des périodes subactuelles15.

38La production d’éclats débités sur des galets et des petits modules de blocs par une gestion plus ou moins opportuniste, ainsi que l’utilisation de la percussion posée sur enclume sont des caractères technologiques reconnus sur les vestiges collectés en surface dans l’environnement proche des sites. Le faible taux de produits allongés, la présence de pièces esquillées et la grande diversité des roches employées sont autant de caractéristiques partagées entre les assemblages étudiés ici et les prospections de surface. Seuls les vestiges du sondage C peuvent éventuellement être isolés en raison de l’absence de pièces esquillées et du taux plus élevé d’éléments lamino-lamellaires retouchés. Nous n’expliquons pas cet écart typologique, n’ayant pour l’instant aucun point de comparaison. Il est cependant avéré que les productions allongées se réfèrent plutôt à des phases très récentes de la préhistoire.

39Finalement, s’il nous est possible de rapprocher les assemblages de Mesḥāla Māryām et de l’ambā Gabriel sur le plan culturel, il est difficile au demeurant d’en estimer la profondeur chronologique. Par conséquent, la contemporanéité des différents corpus ne peut être établie à partir de l’étude des vestiges lithiques. Elle participe néanmoins à étoffer l’inventaire des données lithiques dans des contextes similaires. La multiplication de prospections et de fouilles est nécessaire pour mieux cerner les subtilités de ces assemblages lithiques souvent ignorés ou n’ayant suscité que peu d’intérêt. Il sera alors certainement possible d’affiner la résolution chronologique à laquelle se rapportent les assemblages mis au jour dans le Manz.

Fig. 10.1 — Mesḥāla Māryām, industrie lithique : n° 1, distal de lame retouchée, jaspe jaune orangé ; n° 2, éclat à encoches alternes, jaspe brun jaune marbré noir ; n° 3, pièce composite racloir-burin double, jaspe jaune orangé ; n° 4, burin double, silex brun foncé ; n° 5, éclat lamellaire, jaspe jaune translucide ; n° 6, lamelle brute, jaspe jaune orangé ; n° 7, lamelle à dos, calcédoine ou silicification blanchâtre translucide ; n° 8, pièce esquillée, jaspe jaune orangé. Nos 1-3, 5 et 6, structure 323 ; nos 4, 7 et 8, tumulus

Fig. 10.2 — Mesḥāla Māryām, industrie lithique : n° 1, éclat à retouche abrupte, jaspe jaune orangé veiné rouge ; n° 2, racloir convergent sur éclat à talon ôté, jaspe jaune orangé ; n° 3, éclat à retouche verticale, type raclette, jaspe jaune orangé ; n° 4, grattoir latéral sur éclat à dos aminci, jaspe jaune orangé ; n° 5, 6, 7, grattoirs, jaspes jaune orangé ; n° 8, éclat épais à retouche abrupte, jaspe jaune orangé veiné orange ; n° 9, denticulé sur éclat, jaspe orangé veiné noir. Nos 1-4 et 8, structure 323 ; nos 5-7 et 9, tumulus

Fig. 10.3 — Mesḥāla Māryām, tumulus, remplissage chambre, industrie lithique : n° 1, racloir sur éclat, basalte ; n° 2, racloir ou limace, rhyolite gris rosâtre

Fig. 10.4 — Mesḥāla Māryām, tumulus, parement externe, industrie lithique : n° 1, grand éclat cortical à retouches marginales, galet basalte gris bleuté ; n° 2, éclat épais à encoches, basalte gris bleuté

Fig. 10.5 — Mesḥāla Māryām, tumulus, « parvis », industrie lithique : n° 1, racloir sur éclat, basalte gris bleuté (décapage) ; n° 2, racloir convergent sur éclat, basalte gris bleuté (surface paléosol)

Fig. 10.6Ambā Gabriel, industrie lithique : nos 1 et 2, grattoirs en éventait, jaspe (US 8007-13 et 8065) ; n° 3, burin sur cassure, silex chauffé (S.60-2) ; n° 4, éclat allongé convergent à talon facetté et retouche d’utilisation, silex brun-noir (US 8047) ; n° 5, éclat allongé à retouche d’utilisation, jaspe vert clair ; n° 6, mésial de lame encoché, silex brun (US 8066-F13-2) ; n° 7, pièce esquillée, silex brun-jaune veiné rouge sang (S.60-2) ; n° 8, lest ou peson à gorge, basalte ou grès brûlé (US 8000-4)

Notes

1 Finneran & al., 2005.

2 Joussaume, 1976 ; Briois & Midant-Reynes, 2006.

3 Briois & Midant-Reynes, 2006.

4 Hirsch & Poissonnier, 2000 ; Briois & Midant-Reynes, 2006.

5 Joussaume, 1974.

6 Briois et Midant-Reynes, 2006.

7 Briois et Midant-Reynes, 2006.

8 Comblement de la fosse F1. Voir tabl. 8.6.

9 Voir l’étude de la céramique réalisée par Kristell Chuniaud, supra (p. 249-292).

10 Phillipson, 2009.

11 Joussaume, 1974.

12 Finneran et al., 2005 ; Phillipson, 2009.

13 Joussaume, 1974.

14 Brandt, 1980.

15 Weedman, 2006.

Table des illustrations

Titre Tableau 10.1 — Répartition des matières premières lithiques taillés par secteur
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/879/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau 10.2 — Typologie de l’assemblage par secteur
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/879/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau 10.3 — Ensemble C. Répartition des matières premières lithiques taillées par secteur
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/879/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Tableau 10.4 — Ensemble C. Typologie de l’assemblage par secteur
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/879/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/879/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Tableau 10.5 — Réparation des matières premières lithiques taillées par US
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/879/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/879/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Tableau 10.6 — Typologie de l’outillage par matière première, tous lots confondus
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/879/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 10.1 — Mesḥāla Māryām, industrie lithique : n° 1, distal de lame retouchée, jaspe jaune orangé ; n° 2, éclat à encoches alternes, jaspe brun jaune marbré noir ; n° 3, pièce composite racloir-burin double, jaspe jaune orangé ; n° 4, burin double, silex brun foncé ; n° 5, éclat lamellaire, jaspe jaune translucide ; n° 6, lamelle brute, jaspe jaune orangé ; n° 7, lamelle à dos, calcédoine ou silicification blanchâtre translucide ; n° 8, pièce esquillée, jaspe jaune orangé. Nos 1-3, 5 et 6, structure 323 ; nos 4, 7 et 8, tumulus
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/879/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 10.2 — Mesḥāla Māryām, industrie lithique : n° 1, éclat à retouche abrupte, jaspe jaune orangé veiné rouge ; n° 2, racloir convergent sur éclat à talon ôté, jaspe jaune orangé ; n° 3, éclat à retouche verticale, type raclette, jaspe jaune orangé ; n° 4, grattoir latéral sur éclat à dos aminci, jaspe jaune orangé ; n° 5, 6, 7, grattoirs, jaspes jaune orangé ; n° 8, éclat épais à retouche abrupte, jaspe jaune orangé veiné orange ; n° 9, denticulé sur éclat, jaspe orangé veiné noir. Nos 1-4 et 8, structure 323 ; nos 5-7 et 9, tumulus
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/879/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 10.3 — Mesḥāla Māryām, tumulus, remplissage chambre, industrie lithique : n° 1, racloir sur éclat, basalte ; n° 2, racloir ou limace, rhyolite gris rosâtre
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/879/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 10.4 — Mesḥāla Māryām, tumulus, parement externe, industrie lithique : n° 1, grand éclat cortical à retouches marginales, galet basalte gris bleuté ; n° 2, éclat épais à encoches, basalte gris bleuté
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/879/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 10.5 — Mesḥāla Māryām, tumulus, « parvis », industrie lithique : n° 1, racloir sur éclat, basalte gris bleuté (décapage) ; n° 2, racloir convergent sur éclat, basalte gris bleuté (surface paléosol)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/879/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 10.6Ambā Gabriel, industrie lithique : nos 1 et 2, grattoirs en éventait, jaspe (US 8007-13 et 8065) ; n° 3, burin sur cassure, silex chauffé (S.60-2) ; n° 4, éclat allongé convergent à talon facetté et retouche d’utilisation, silex brun-noir (US 8047) ; n° 5, éclat allongé à retouche d’utilisation, jaspe vert clair ; n° 6, mésial de lame encoché, silex brun (US 8066-F13-2) ; n° 7, pièce esquillée, silex brun-jaune veiné rouge sang (S.60-2) ; n° 8, lest ou peson à gorge, basalte ou grès brûlé (US 8000-4)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/879/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

Auteur

Archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), Cesson-Sévigné, et membre du Centre de recherches en archéologie, archéosciences, histoire (UMR 6566, CNRS et université de Rennes)

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540