Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gabriel, une église médiévale d’Éthiopie

 | 
Marie-Laure Derat
, 
Anne-Marie Jouquand

8. Étude des céramiques des fouilles du Manz

Kristell Chuniaud

Résumé

Le mobilier céramique mis au jour lors des fouilles de l’église de Gabriel, du « camp royal » et du tumulus de Mesḥāla Māryām est analysé dans ce chapitre. L’étude fournit un corpus des vases présents sur chacun des sites et permet d’établir quelques correspondances d’un site à l’autre, mais n’apporte pas de précisions d’ordre chronologique qui seraient intrinsèquement déduites des céramiques elles-mêmes, puisque des comparaisons avec d’autres corpus céramiques — inexistants pour cette période dans le contexte éthiopien — ne sont pas possibles. Ce travail pose les premiers jalons dans la connaissance de la culture matérielle des hauts-plateaux éthiopiens entre les XVe et XXIe siècles

Texte intégral

Remarques générales

Inventaire et conditionnement du mobilier archéologique

1L’ensemble du mobilier archéologique issu de la fouille des sites du Manz est conservé au musée national d’Addis Abeba. Il se compose des découvertes des sites de l’ambā Gabriel (campagnes 2000 et 2001) et, pour Mesḥāla Māryām du camp royal (campagnes 1998 à 2001) et du tumulus (campagne 2001).

  • 1 Base de données de format FileMaker Pro.

2Le mobilier, rattaché à son contexte de provenance (unité stratigraphique abrégée en US, fait archéologique, sépulture ou sondage), a été trié par grandes catégories et conditionné en sacs plastiques. Chaque lot ainsi individualisé a reçu un numéro d’inventaire qui se compose du numéro du contexte suivi d’un numéro d’isolation de 1 à n. Cet identifiant est marqué sur les sacs plastiques et sur une étiquette à l’intérieur. Les sacs sont rangés soit dans des tiroirs en bois numérotés construits à cet effet, soit, faute d’un conditionnement mieux approprié, dans des cartons de rangement également numérotés. L’inventaire complet est informatisé dans une base de données1.

Cadre de l’étude du mobilier céramique

  • 2 La mise au propre des dessins (profils et décors), l’informatisation de l’inventaire et le traitem (...)

3Au total, dans le cadre des missions ACI, trois mois ont été affectés en 2001 à la réalisation de l’inventaire complet du mobilier et à l’examen des céramiques de ces sites. Ce délai n’a pas permis de prendre en compte l’ensemble des céramiques recueillies. L’intégralité du mobilier céramique de l’ambā Gabriel (6 982 tessons) et du tumulus de Mesḥāla Māryām (2 010 tessons) a pu être traitée, tandis que pour le camp royal, seul le mobilier exhumé lors de la campagne 2001 (12 912 tessons) a fait l’objet d’observations. Celui des campagnes 1998 à 2000 reste en attente de traitement. L’étude proprement dite porte uniquement sur les sites de l’ambā Gabriel et du « camp royal2 ».

Intérêts et limites des données recueillies sur un mobilier inédit

4Il est important de noter le caractère pionnier des recherches archéologiques dans le Nord du Šawā et l’absence de références antérieures dans le domaine céramologique. Le traitement des céramiques des différents sites s’est donc effectué seulement à partir du matériau brut et inédit que constituent les collections recueillies sur le terrain. Les poteries ont été abordées le plus objectivement possible, d’un point de vue purement descriptif et morphologique, sans aucune connaissance préalable de la datation précise des sites, au sein de la période du Moyen Âge, ni de l’éventuel décalage chronologique pouvant exister entre eux.

5L’étude a porté sur deux sites dont la nature de l’occupation diffère radicalement : un lieu à vocation cultuelle et funéraire sur l’ambā Gabriel, et le site de Mesḥāla Māryām, identifié d’après la tradition orale comme le siège d’un camp royal. L’un des enjeux était d’identifier d’éventuelles variations dans les faciès céramiques des deux sites et, le cas échéant, de tenter d’attribuer ces divergences soit à une évolution liée à un décalage chronologique, soit à la nature des activités pratiquées dans ces lieux.

Méthode et présentation des contextes

  • 3 Il nous a été très agréable de mener cette étude au musée national d’Addis Ababa, et nous sommes r (...)

6Au musée national d’Addis Abeba, toutes les étapes d’acquisition des données ont été réalisées3 : observations, dessins, tri et inventaire. Les principales formes rencontrées ont été décrites et un numéro leur a été attribué. Les tessons ont été classés par forme quand cela était possible et comptabilisés en nombre de tessons (NR, soit nombre de restes, sans prise en compte des éventuelles cassures fraîches). Le délai imparti n’a pas permis un dénombrement par la méthode du nombre minimum d’individus (NMI). Chaque lot de tessons et toute individualisation (dessin du profil et/ou du décor) porte, à l’instar des catégories non céramiques, un numéro d’inventaire qui se compose du contexte de provenance suivi d’un numéro d’isolation. Sur les planches, les profils sont présentés à l’échelle 1/3 et les décors à l’échelle 1, sauf mention contraire.

7Le travail effectué s’est nécessairement limité à la caractérisation générale des céramiques, à la description morphologique des vases et à leur quantification dans chaque contexte. L’identification de productions distinctes, l’évaluation de la part éventuelle de céramiques résiduelles dans les ensembles examinés, la mise en évidence d’une évolution au sein de chacun des sites d’après la chronologie relative fournie par la stratigraphie, sont autant de sujets qui n’ont pas été abordés au cours de cette première étape.

8La présente étude fournit donc un corpus des vases présents sur chacun des sites et permet d’établir quelques correspondances d’un site à l’autre, mais n’apporte pas de précisions d’ordre chronologique qui seraient intrinsèquement déduites des céramiques elles-mêmes. En outre, l’exercice s’est compliqué par le fait que le mode de fabrication et certaines formes de vases semblent perdurer, sans changement majeur, jusqu’à aujourd’hui.

9L’étude des céramiques de l’ambā Gabriel a été privilégiée car le site se prête davantage à l’établissement d’un corpus de référence, pour cette région et pour la période considérée. D’une part, la fouille a mis en évidence trois périodes d’occupation successives. D’autre part, du fait de son caractère sacré et funéraire, et peut-être aussi en raison de son isolement topographique, l’ambā Gabriel n’a pas connu un changement radical de vocation après son abandon. Il est impossible d’exclure une fréquentation du site jusqu’à nos jours, mais la dernière période ne comprend pas de réoccupation majeure de nature résidentielle par exemple. Le mobilier recueilli est donc susceptible de fournir une image assez juste des céramiques utilisées dans l’église pendant ses différentes périodes d’occupation. Le corpus ainsi obtenu pourra servir de base de comparaison pour des recherches futures dans le Manz, en vue notamment d’établir des parallèles chronologiques. Il faut toutefois garder à l’esprit que les poteries présentes dans un lieu de culte relèvent d’activités spécifiques et ne recoupent sans doute que partiellement le répertoire du vaisselier domestique en usage à la même période.

10Le site du camp royal de Mesḥāla Māryām ne présente pas de telles caractéristiques : le mobilier y est plus fragmenté, plus érodé et l’illisibilité de la stratigraphie sur le terrain ne garantit pas toujours la fiabilité chronologique des contextes. Dans certains cas, l’hypothèse de remaniements postérieurs à l’enfouissement des vestiges n’est pas à exclure.

  • 4 Mobilier céramique étudié par Alain Wittmann et conservé au musée national d’Addis Abeba.

11Quelques comparaisons ont été tentées avec la céramique issue du tumulus de Tater Gur4, site funéraire antérieur de plusieurs siècles, situé à peu de distance de Mesḥāla Māryām, à proximité de la rivière Šay (voir Fig. 2.2). Les différences morphologiques ne permettent pas d’établir des parallèles probants avec les céramiques des sites étudiés ici. Cependant, la présence sur le site de l’ambā Gabriel de quelques fragments attribuables à deux des formes de la morphotypologie établie pour Tater Gur a été mise en évidence et sera discutée plus loin. De même, plusieurs contextes du « camp royal » ont livré des tessons de ces vases, toujours en proportion infime par rapport au reste du mobilier.

Présentation générale des céramiques

Caractéristiques techniques et généralités

12À l’exception de deux vases importés recueillis sur l’ambā Gabriel (voir chapitre 8), aucune poterie n’est tournée. La méthode de montage des vases au colombin n’est pas attestée. La régularisation des surfaces, notamment externe, n’est pas systématique. Elle semble obtenue par lissage voire par polissage ; l’emploi de galets est attesté sur quelques individus.

13D’après un simple examen à l’œil nu, les pâtes sont semi-fines à semi-grossières, et l’on remarque fréquemment l’emploi, comme dégraissant de l’argile, de grains d’une même roche (basalte ?) qui a été finement broyée.

  • 5 Après une visite, en 2001, auprès des potières du village d’Embwāyē Bado (Manz), nous avons été fr (...)

14La cuisson a sans doute lieu en meule (comme c’est encore le cas aujourd’hui dans cette région5). Les couleurs de pâte vont de l’orangé au brun.

15Quel que soit le site considéré, la plupart des vases offre un aspect très homogène. Les modes de fabrication et de cuisson, tout comme l’argile employée, sont sans doute similaires si ce n’est identiques. Dans ces conditions, il n’est pas pertinent, sans analyse plus poussée des pâtes, d’identifier d’éventuelles productions ou catégories distinctes. Par ailleurs, il est plus que vraisemblable que la production des poteries s’effectue localement, au sein d’ateliers dont les aires de diffusion sont restreintes.

16Quelques constantes dans le façonnage ou la cuisson sont en relation avec la forme du vase, ce qui témoigne notamment de la maîtrise des potiers lors de la cuisson. Ainsi, les vases de grand module, qui comprennent vraisemblablement des vases de stockage et des pots à eau (aujourd’hui appelés enserā), ont une surface brute qui n’a reçu aucun traitement particulier à l’exception d’un lissage parfois approximatif. La cuisson aboutit à une oxydation des argiles et la teinte de la pâte varie du beige à l’orange, ce qui n’est presque jamais observé pour les autres formes, de module inférieur.

17Deux familles de formes se distinguent par un traitement de surface soigné et l’existence très fréquente de décors ; elles sont présentes sur l’ambā Gabriel et, en moindre proportion, sur le camp royal. Il s’agit de cruches ou vases à panse globulaire ou ovalaire et col bien marqué et, pour les formes ouvertes, de grandes coupes carénées. Les surfaces de ces poteries sont très bien lissées (aspect parfois lustré) et présentent souvent une teinte noire ou gris anthracite. Cette coloration nous semble davantage due à un traitement de la surface extérieure du vase qu’à la pose d’un engobe ; après séchage partiel de l’argile, la surface est sans doute soigneusement polie et l’atmosphère de cuisson et/ou la pratique d’un enfumage lui donne sa teinte. Les décors rencontrés comportent des pastilles, cordons et mamelons en relief, des gravures ou motifs en creux, et des décors non palpables obtenus en surface par une différence de lustrage. Différents types d’ornementation peuvent être associés sur un même vase.

Ornementation des vases

18Les décors observés sont de plusieurs types. Nous en donnons une description sommaire. Les procédés proposés restent des hypothèses, sauf pour la gravure.

  • Gravure : les motifs en creux sont gravés avec un objet à l’extrémité pointue et fine dans l’argile encore fraîche ; le trait est net. Les motifs les plus fréquents sont des traits horizontaux, verticaux ou obliques, et des zigzags.
  • Impression : les motifs, en creux, sont obtenus par l’impression dans la pâte encore fraîche de petits objets (bâtonnets ?).
  • Différence de lustrage ? Ce mode décoratif est uniquement visuel et ne présente aucun relief ; il joue sur les renvois de lumière depuis la surface externe du vase. Des bandes ondulées ou droites, d’une largeur de quelques millimètres, se détachent visuellement et par contraste sur le reste de la panse entièrement lustrée ; elles sont mates comparativement à l’aspect luisant de la surface. Il est plausible qu’elles soient obtenues à un stade où le vase est séché, lustré et en attente de cuisson, par appui d’un élément (galet ? bâtonnet ?) qui élimine le lustrage sur son passage.
  • Décor en creux de nature indéterminée : impression ou gravure. Il a été observé très fréquemment des décors en creux dont le mode de fabrication reste indéterminé. Ils sont caractérisés par le fait que le bord du motif en creux n’est pas net ou encore par la juxtaposition répétée de petits motifs de forme similaire. Dans ce cas, le décor pourrait être obtenu par l’impression d’une cordelette ou d’un élément végétal. S’il s’agit d’une gravure dont le bord n’est pas net, il est possible d’envisager qu’elle est pratiquée sur une argile déjà partiellement (ou totalement) séchée, entraînant l’écaillage de la surface. Il pourrait également s’agir d’enlèvements de matière de superficie minuscule (des microcupules), dont la juxtaposition forme des motifs linéaires (traits ou zigzags).
  • Décor en relief : pastilles, cordons ou mamelons. Les éléments en relief sont appliqués sur le vase après son façonnage. Dans l’un des cas, les pastilles en relief sont obtenues depuis l’intérieur du vase par enfoncement ; l’argile repoussée forme des pastilles qui ressortent en relief sur la face externe.
  • Décor par enlèvement de matière : des enlèvements de matières sont pratiqués dans l’argile crue et forment de petites cupules. Il est possible, compte tenu de la taille et de la forme des enlèvements, d’envisager l’emploi de l’ongle pour quelques exemplaires. Dans certains cas, la matière extraite est laissée en place, sans régularisation : le creux est alors bordé par une excroissance d’argile, équivalant à une barbelure.

Le mobilier céramique de l’ambā Gabriel

  • 6 Informations inexistantes au moment du tri-inventaire.

19L’examen des céramiques de l’ambā Gabriel a conduit à définir des formes auxquelles nous avons attribué les numéros 1 à 10, initialement dans l’ordre de leur « apparition » lors du tri-inventaire. Il s’agit davantage d’un outil destiné à faciliter le classement et l’analyse des ensembles que d’une véritable morphotypologie. Par ailleurs, aucune donnée d’ordre chronologique6 n’a été prise en compte dans l’élaboration de ce corpus. Les formes se partagent en deux grandes classes morphologiques : les récipients ouverts (formes 1, 2, 4, 5, 9 et 10), auxquels s’ajoutent les couvercles, et les récipients fermés (formes 3, 6, 7 et 8).

20À l’exception des coupelles, compactes et de petite taille, aucune forme complète ne peut être présentée, ce qui reflète sans doute autant la nature des contextes (fragmentation liée à des remaniements) que l’insuffisance des remontages, impossibles à tenter du fait des délais impartis.

21De façon récurrente, un problème de différenciation s’est posé lors du tri pour les formes fermées 6 et 8 et les grands vases de formes 3 et 7, en l’absence des éléments caractéristiques : anse ou bec verseur pour les cruches, anses pour les pots à eau, bords des vases de stockage. Cet état de fait reflète l’imprécision de la définition des formes ; nous ne disposons pas sur le site de séries bien documentées avec des formes complètes. La discrimination de formes différentes mais apparentées n’a pu s’établir à partir des éléments recueillis.

22Parmi les coupelles à encens, des récipients à pied creux ajouré et/ou décoré ont été différenciés des coupelles de forme 1.

  • 7 Respectivement formes F B1 / F B2 et type Ο E-102 de la morpho-typologie établie pour ce site par (...)

23Lors du tri-inventaire, des formes fermées à panse bivalve et des jattes à bord très rentrant ont été repérées. Aucun numéro de forme ne leur a été attribué compte tenu de leur très faible représentation sur le site en nombre de restes, mais leur présence a été systématiquement signalée. En cours d’étude, il est apparu que ces formes trouvent des parallèles dans les vases recueillis sur le tumulus de Tater Gur7 et pourraient donc correspondre à un mobilier plus ancien.

Les formes identifiées

• Les formes ouvertes

24Forme 1 : coupelle à encens ? — Coupelle évasée à profil épais et lèvre arrondie non marquée. Le fond ou le pied n’est apparemment jamais conservé en entier. La cassure particulière toujours observée sur le fond semble indiquer que la coupelle pourrait reposer sur un socle creux, donnant au vase une forme bitronconique (deux troncs de cône opposés). Cette forme se rapproche des coupelles à encens sur socle creux utilisées actuellement, ce qui explique notre proposition fonctionnelle. Cependant, la cassure systématique du récipient amène à s’interroger : ne pourrait-il s’agir du pied creux d’autres formes (gobelets ?), tronquées en vue d’une réutilisation comme coupelle ? Il est à noter que, dans le cas où cette hypothèse serait vraie, aucun élément céramique qui pourrait correspondre à la partie manquante du récipient n’a été retrouvé, malgré la grande fréquence de ces « coupelles ». Aucun décor n’a été recensé sur les coupelles de forme 1. Compte tenu de l’épaisseur des parois, la fragmentation de ce type de vase est faible.

Fig. 9.1 — Classification des céramiques du site de l’ambā Gabriel : formes ouvertes

  • 8 L’enğerā est une galette faite de tēf ou de blé, qui est la base de la nourriture sur les hauts-pl (...)

25Forme 2 : plat type « plat à enğerā8 » — Plat de grand diamètre, apode, dont seule la face interne et le bord sont lissés, voire lustrés. Les bords sont généralement épaissis et infléchis vers le haut. Ces caractéristiques sont moins marquées pour les exemplaires les plus petits. Les exemplaires recueillis dans les fouilles archéologiques ne présentent que peu de différences morphologiques avec leurs homologues contemporains que nous avons pu voir en 2001. Il est fort probable que la forme de ces plats n’ait pas ou guère évolué. Le calcul du diamètre de ces plats reste aléatoire en l’absence de fragments suffisamment grands.

26Forme 4 : coupe carénée — Coupe carénée, qui présente de nombreuses variantes dans l’inclinaison du bandeau supérieur. La lèvre n’est pas marquée (aucun bourrelet ou surépaisseur), la carène est généralement franche. La présence éventuelle d’un pied n’a jamais été vérifiée. Cependant, l’absence significative de fragments de pied annulaire lors du tri rend cette hypothèse fort peu probable ; la coupe a sans doute un fond bombé apode. Les coupes carénées présentent toujours un traitement soigné des surfaces ; lissage ou lustrage et teinte gris anthracite ou noire. Cette forme est également fréquemment décorée ; le décor, en relief (pastilles) et/ou en creux, orne le plus souvent l’extérieur du bandeau, au dessus de la carène. Une ligne incisée peut aussi être présente juste en dessous de la carène. Sur un seul individu, le bandeau est orné à la fois à l’extérieur et à l’intérieur par des motifs gravés.

27Forme 5 : coupelle apode — Récipient apode de petit module, à panse concave peu profonde et à lèvre non marquée. Ce type de coupelle, qui ne comporte ni décor ni élément de préhension, présente souvent un façonnage grossier, avec une irrégularité marquée de l’épaisseur des parois. La fragmentation de cette forme massive est très faible.

28Forme 10 : coupelle ou écuelle retaillée dans un tesson — Récipient approximativement circulaire, très peu profond, de petit diamètre, obtenu dans le tesson de panse d’un vase globulaire de grand module. Les bords ne sont ni régularisés ni polis et la taille est assez grossière. Le module moyen est comparable à celui des coupelles de forme 5. Il s’agit d’ailleurs de la même forme, seule la technique de fabrication diffère.

29Deux exemplaires de la forme 11, essentiellement identifiée sur le site du « camp royal » (voir infra) ont été recueillis dans des contextes de la période 3.

• Les formes fermées

Fig. 9.2 — Classification des céramiques du site de l’ambā Gabriel : formes fermées et couvercles

30Forme 3 : vase de stockage — Pot de grand module caractérisé par son ouverture assez large et par sa lèvre droite non marquée. Un léger bandeau rapporté souligne la liaison panse/lèvre et peut présenter de part en part de petites cupules obtenues vraisemblablement par des impressions digitées. La taille de ces récipients leur confère sans doute une fonction de stockage. Le fond des vases n’a pas été identifié.

31Forme 6 : cruche — Forme fermée à une anse, à panse globulaire, col droit et lèvre évasée. Le façonnage de ces vases est soigné, avec notamment un lissage de bonne qualité, et les surfaces externes ont une teinte gris anthracite à noire. L’anse peut être pincée ou perforée. La panse peut porter un décor. Ce type de vase est vraisemblablement destiné au service des liquides, voire à leur transport et/ou à leur stockage.

32Forme 7 : pot à eau (non représenté) — Pot de grand module à fond bombé apode, à col rétréci qui s’évase légèrement à l’ouverture. De petites anses verticales permettent la préhension et le transport (à l’aide de cordes ?). Ce sont essentiellement les anses qui ont permis d’identifier ces vases, très fragmentés sur les sites et dont aucun individu complet n’a pu être remonté. Cette forme existe aujourd’hui pour transporter l’eau (enserā) et comporte trois anses.

33Forme 8 : pot — Forme fermée de grand module, dont le col cylindrique forme un angle presque droit avec le départ de la panse. La lèvre est évasée mais non marquée. Cette forme incomplète (fond non identifié) ne comporte vraisemblablement pas d’anse de préhension. Le profil général est ovalaire. Le façonnage est soigné. Le traitement de la surface externe confère à ces vases une teinte gris anthracite à noire et un aspect lissé ou lustré. La liaison col/panse peut être soulignée par une série de fines gorges voire par un décor gravé, tandis que des cordons ou des mamelons en relief ornent la panse tout en facilitant sans doute la préhension du vase. Certains exemplaires comportent dans la partie supérieure de la panse un décor de lignes ondulées ou en zigzag obtenu par une différence de lustrage.

34Forme 9 : bouchon ou couvercle — Objet circulaire de petit module, dont le profil est épais et irrégulier. Forme concave mais très peu profonde avec présence d’un bombement central : amorce d’un tenon pour la préhension ? Les exemplaires de cette forme sont fabriqués dans une céramique très sableuse, sans aucun traitement de surface (ou traitement non conservé). à l’exception d’un individu, aucun décor n’a été observé sur ces couvercles.

L’utilisation des vases

35Des hypothèses d’utilisation pour certains récipients se sont basées sur leur similitude avec des céramiques contemporaines de morphologie identique ou approchante. C’est le cas des plat à enğerā (forme 2), des pots à eau (forme 7) et des coupelles à encens (forme 1).

36Il a été observé des dépôts de carbone sur certaines formes, notamment les petites coupelles de forme 1, 5 et 10 mais aussi sur des formes fermées. Ces traces pourraient témoigner de l’emploi du feu dans l’utilisation de ces récipients. Cependant, dans la mesure où de nombreux contextes sont incendiés à la fin de la période 2, la question du rôle qu’a pu jouer l’incendie du site dans la constitution de ces dépôts reste posée.

37À titre d’hypothèse de travail, une distinction a été faite entre les formes 1, 5, 10 et les formes 2, 3-7, 4, 6-8 et 9. Le premier ensemble regroupe des récipients de petite taille, compacts et massifs, qui pourraient avoir un lien étroit avec les activités pratiquées dans un lieu de culte. La fonction de coupelle à encens est proposée pour la forme 1, principalement par analogie formelle avec des vases contemporains. L’usage qui peut être fait des nombreuses petites coupelles peu profondes reste indéterminé. Même si les récipients façonnés (forme 5) ont été distingués de ceux retaillés dans des tessons (forme 10), leur fonction est très probablement la même.

38Les autres formes paraissent relever d’une utilisation domestique de la céramique, en lien avec des denrées consommables : cuisson des aliments (« plats à enğerā » de forme 2), stockage des denrées (forme 3), préparation et présentation des aliments (coupes carénées de forme 4 et autres plats), approvisionnement et stockage de l’eau (pots à eau de forme 7), service des liquides avec les cruches et/ou vases de forme 6-8, voire préparation de laitages avec des panses perforées assimilables à des faisselles. Cependant, ce type d’approche est freiné par l’ignorance où nous nous trouvons des gestes pratiqués dans une église ou un lieu à vocation funéraire, notamment l’utilisation d’eau et d’aliments.

39La partition proposée est renforcée en comparant les proportions de ces formes sur les deux sites étudiés (Fig. 9.25) ; les petits récipients de forme 1, 5 et 10 sont beaucoup moins représentés dans les contextes du « camp royal » qu’à l’ambā Gabriel. Le nombre de tessons qui peut leur être attribué autorise même à qualifier leur présence sur ce site d’anecdotique : 15 tessons de la forme 1, 22 tessons de la forme 5, aucun de la forme 10. Elle est également confirmée par le fait que la distribution de cette famille de formes pour les trois périodes définies sur l’ambā montre leur prédominance au cours de la période 2.

Données quantitatives d’ordre général, paramètres de l’analyse

40Pour le site de l’ambā Gabriel, les céramiques étudiées ont été classées a posteriori suivant les trois périodes d’occupation définies par la fouille archéologique. L’examen ayant été réalisé en amont de l’étude stratigraphique, aucune information d’ordre chronologique n’a orienté le choix des pièces dessinées. Le seul critère d’individualisation a été leur représentativité proprement céramologique (forme la plus complète possible, objet atypique, décor intelligible ou restituable).

41Dans la mesure où seul le décompte des céramiques en NR a été réalisé, sans évaluation des NMI, la représentativité des pourcentages obtenus pour les formes est biaisée. Le taux de fragmentation des formes 1, 5 et 10 est très faible. À un tesson correspond le plus souvent un individu, ce qui n’est pas le cas des autres formes, moins compactes. Les proportions relatives de ces petits récipients sont donc sans doute sous-estimées.

Tableau 9.1 — Ensemble des céramiques de l’ambā Gabriel, avec pourcentages des formes identifiées

Forme

NR

%/ formes identifiées

 %/ total NR

1 (« coupelle à encens »)

81

3,4

1,2

2 (plat type plat à enğerā)

349

14,8

5

4 (coupe carénée)

324

13,7

4,7

5 (coupelle apode)

145

6,1

2,1

10 (coupelle)

23

1

0,3

3-7 (vase de transport et/ou de stockage)

652

27,6

9,4

3 (vase de stockage)

51

2,2

0,7

7 (pot à eau)

144

6,1

2,1

6-8 (cruche ou bouteille)

445

18,9

6,4

9 (couvercle ou bouchon)

7

0,3

coupelle à encens à pied ajouré

12

0,5

« faisselle »

16

0,7

gobelet, dont profil en bobine

22

0,9

encensoir ?

3

0,1

11 (coupe évasée)

3

0,1

objet : rondelle taillée dans un tesson

8

0,3

forme fermée bivalve (Tater Gur F B1/F B2)

63

2,7

0,9

jatte à bord rentrant (Tater Gur Ο E-102)

10

0,4

céramique importée (céladon et faïence)

4

0,2

Total des formes identifiées

2 362

100

33,8

Forme indéterminée

4 620

66,2

Total en NR

6 982

100

Fig. 9.3 — Histogramme de distribution des formes pour l’ensemble du mobilier

42Au total, près de 7 000 tessons ont été recueillis lors des deux campagnes de fouille. Les tessons de forme indéterminée représentent les deux tiers du total en NR. Les formes fermées sont majoritaires, la part des plats à enğerā (15 % des formes identifiées) n’est pas négligeable. Des formes « atypiques », qui n’ont pas été intégrées à l’ébauche de typologie en raison de leur très faible représentation sur le plan quantitatif, sont tout de même extraites du lot des indéterminés. En effet, certains de ces vases ont été recueillis uniquement dans les contextes de fonctionnement de l’église (période 2) et ont vraisemblablement une place à part parmi la poterie en usage à cette période. D’autres sont supposés plus anciens. Leurs caractéristiques seront développées dans les paragraphes correspondants.

Le mobilier de la période 1

  • 9 Pour cette raison, les céramiques dessinées de l’US 8007 sont présentées plus bas.

43Six unités stratigraphiques attribuées à la période 1 ont livré du mobilier céramique, totalisant seulement 120 tessons : il s’agit des US 8011, 8036, 8050, 8051, 8052, 8057. Deux contextes (US 8007 et 8059) appartiennent peut-être à la période 1, mais sans certitude9.

Tableau 9.2 — Quantification et répartition des formes des contextes de la période 1 du site de l’ambā Gabriel

Forme

NR

%/ formes identifiées

%/ total NR

1 (« coupelle à encens »)

1

2,7

0,8

2 (plat type plat à enğerā)

4

10,8

3,3

4 (coupe carénée)

13

35,2

10,8

5 (coupelle apode)

5

13,5

4,2

6-8 (cruche ou bouteille)

10

27

8,3

3 (vase de stockage)

2

5,4

1,7

objet : rondelle taillée dans un tesson

2

5,4

1,7

Total des formes identifiées

37

100

30,8

Forme indéterminée

83

69,2

Total en NR

120

100

Fig. 9.4 — Histogramme de distribution des formes des contextes de la période 1

44Le mobilier de la période 1 est peu abondant, fragmenté, et les indéterminés atteignent près de 70 % du total. Parmi les formes identifiées, les coupes carénées de forme 4 (Fig. 9.5) et les cruches (ou vases) de forme 6-8 sont les plus représentées. Les coupelles (uniquement de forme 1 et 5) forment 16 % des formes identifiées. Il apparaît important de signaler la présence, dès cette première phase, de fragments de grands plats de type plat à enğerā. Les quatre tessons de cette forme représentent tout de même 10,8 % des formes identifiées.

Fig. 9.5 — Céramique de la période 1 (US 8011) ; décor gravé sur bandeau de coupe carénée de forme 4 (ambā Gabriel)

Le mobilier de la période 2

45Les US 8013 = 8020, 8021 = 8049, 8031, 8033 et le comblement de la fosse F1 (8023 et 8024) sont rattachés à la période 2, qui concerne l’occupation du lieu de culte. Il s’agit des sols antérieurs à l’incendie. Parmi ces contextes, le mobilier recueilli dans la fosse F1 présente des caractères particuliers et sera décrit à part.

46Les céramiques de la période 2 (Fig. 9.6) sont plus diversifiées que celles de la période précédente ; toutes les formes identifiées sur le site y sont représentées. Les formes fermées et les coupes carénées restent majoritaires mais il faut noter l’accroissement des pots à eau (forme 7). La part cumulée des coupelles de formes 1, 5 et 10 atteint un cinquième des formes identifiées (21,1 %). De nombreuses formes « atypiques » doivent sans doute leur présence au rôle qu’elles jouent dans les activités spécifiques du lieu, eu égard notamment à leur concentration dans la fosse F1.

47Les commentaires généraux qui suivent l’histogramme de distribution des formes (Fig. 9.6) sont valables dans leurs grandes lignes pour les US 8013 = 8020 et 8021 = 8049, notamment la part importante des coupelles 1, 5 et 10 (n° 1 à 8). Les profils n° 12 et 13 illustrent la variabilité des modules pour la forme 6-8. Enfin, des coupelles atypiques (n° 9 et 10) et un petit pot ansé (n° 14) ont été dessinés (Fig. 9.7).

48Les coupes carénées recueillies dans l’US 8007 (Fig. 9.8) permettent d’illustrer les types de décor les plus fréquemment employés pour cette forme : décor gravé (n° 1) et association de la gravure et de pastilles en relief (n° 2). Le pied ajouré d’une coupelle à encens (n° 3) est similaire aux vases issus de la fosse F1. Cet exemplaire porte un décor en creux dont les contours ne sont pas nets ; il est obtenu soit par gravure sur un vase déjà partiellement séché, soit par impression. Les décors sur forme fermée présentés sur cette planche (n° 4 à 8) illustrent également ce mode de décor, associé sur le n° 4 à une ligne d’impressions ou d’excisions en forme de grains de riz.

Tableau 9.3 — Quantification et répartition des formes des contextes de la période 2 du site de l’ambā Gabriel

Forme

NR

%/formes identifiées

%/total NR

1 (« coupelle à encens »)

32

7,7

2

2 (plat type plat à enğerā)

21

5

1,3

4 (coupe carénée)

50

12

3,2

5 (coupelle apode)

50

12

3,2

10 (coupelle)

6

1,4

0,4

3-7 (vase de transport et/ou de stockage)

6

1,4

0,4

3 (vase de stockage)

1

0,2

7 (pot à eau)

79

18,9

5

6-8 (cruche ou bouteille)

96

23

6,1

9 (couvercle ou bouchon)

3

0,7

0,2

coupelle à encens à pied ajouré

11

2,6

0,7

« faisselle »

10

2,4

0,6

gobelet à profil en bobine

19

4,6

1,2

encensoir ?

1

0,2

forme fermée bivalve (Tater Gur F Bl/F B2)

26

6,2

1,7

jatte à bord rentrant (Tater Gur O E-102)

3

0,7

0,2

céramique importée (céladon et faïence)

4

1

0,3

Total des formes identifiées

418

100

26,6

Forme indéterminée

1 154

73,4

Total en NR

1 572

100

Fig. 9.6 — Histogramme de distribution des formes

  • 10 D’autres fragments du même objet ont été recueillis dans les US 8010 et 8016, qui correspondent à (...)

49Seuls sept tessons ont été recueillis dans l’US 8031. Les formes identifiées sont un vase fermé 6-8 avec mamelon tronconique sur la panse et une coupelle à encens de forme 1. Ce contexte renfermait également un tesson de céladon importé de Chine et un fragment d’un vase de forme atypique interprété, sans aucune certitude en l’absence de référence, comme un encensoir10.

Fig. 9.7 — Mobilier céramique des contextes de la période 2

Fig. 9.8 — Mobilier céramique recueilli dans l’US 8007

50Le rare mobilier de l’US 8033 (14 tessons) ne présente aucune spécificité en rapport avec la phase d’occupation de l’église. Tout au plus faut-il noter deux tessons d’une coupelle à encens (?) identique à l’individu 8021.19.

• La fosse F1 : un mobilier prestigieux et des objets de différentes périodes

51Les deux US de comblement de la fosse F1 ont livré 872 tessons : 526 tessons dans l’US 8023 et 346 dans l’US 8024.

Tableau 9.4 — Site de l’ambā Gabriel, période 2, mobilier céramique de la fosse F1 (US 8023 et 8024)

Tableau 9.4 — Site de l’ambā Gabriel, période 2, mobilier céramique de la fosse F1 (US 8023 et 8024)

52Les tessons de forme indéterminée sont nombreux (73 % du total) et le lot est très fragmenté. Il s’agit de tessons de panse, appartenant pour certains à des grands pots à cuisson oxydante de type pot à eau mais dans leur immense majorité à des récipients de module inférieur, à pâte brun foncé à noire avec traitement de surface par lissage ou polissage. Les formes les plus fréquentes dans cet ensemble sont vraisemblablement des coupes carénées et des formes fermées à panse bivalve.

  • 11 Cette forme présente des similitudes avec les actuels bunā magāfiyā, petites poêles pour diffuser (...)

53Parmi les formes identifiées, un grand nombre de tessons de coupelles apodes de forme 5, dont l’une avec décor gravé, ont été recueillis. Dix fragments de panse perforée de faisselles et deux tessons de plat à enğerā se rattachent à de la vaisselle domestique, tout comme peut-être les nombreux tessons de coupes carénées. À noter la présence d’une coupelle ou écuelle, ouverte et peu profonde, qui comporte un manche plat qui s’accroche sur la lèvre11.

54Une coupe hémisphérique perforée (Fig. 9.9 n° 5) et quatre coupelles à encens à pied creux ajouré (nos 1, 2 et 3) ont été recueillies dans la fosse. Contrairement à la majorité du mobilier, ces vases peuvent présenter les caractéristiques d’un dépôt. Ils sont entiers ou moins fragmentés que le reste du mobilier. La coupe est perforée en son centre, avant cuisson ; l’utilisation qui peut être faite de ce vase reste indéterminée.

55La fosse renfermait également des fragments d’une céramique importée à glaçure bleu roi et motifs dorés (à l’or ?) et deux gobelets carénés de forme atypique (non représentés), à profil en bobine, à paroi mince et lèvre non marquée, portant un décor de lignes gravées. La panse de l’un des individus associe gravure et petites impressions juxtaposées.

  • 12 Wittmann, à paraître.

56Enfin, des tessons de formes fermées carénées à panse bivalve et col haut, appartenant au moins à deux individus, côtoyaient des jattes à bord très rentrant (dont le n° 4). L’un des vases à panse bivalve possède un col de 10,7 cm de hauteur, avec décor de lignes ondulées et horizontales gravées, l’une des jattes comporte un décor de pastilles en relief alignées au dessus de la carène. Ce mobilier trouve des parallèles dans sa morphologie auprès de céramiques de la culture Shay, illustrée par les vases du tumulus de Tater Gur : les formes F B1/F B2 pour les vases à panse bivalve et le type Ο Ε-102 pour les jattes12.

Fig. 9.9 — Céramiques de la fosse F1 (US 8023)

  • 13 Un tesson de pied creux d’une coupelle à encens de ce type, décoré de motifs en creux, provient ég (...)

57Les vases à encens à pied ajouré diffèrent fortement de la forme 1, bien qu’une fonction identique leur soit supposée. Le façonnage soigné et la qualité de l’ornementation, particulièrement les gravures sur l’individu 8023.9 (n° 3), ajoutent encore à la distinction et leur confèrent un caractère exceptionnel, peut-être dû à leur appartenance à la culture Šay13.

  • 14 La coupe hémisphérique perforée et les gobelets ne trouvent aucun équivalent parmi l’ensemble du m (...)
  • 15 Voir la contribution de Bertrand Poissonnier, Kristell Chuniaud et Anne-Marie Jouquand, « Le petit (...)

58Leur présence, associée à de la céramique importée, des formes atypiques14 et des vases supposés bien antérieurs à la période d’occupation de l’église, permet de poser l’hypothèse d’un mobilier liturgique prestigieux, dont l’usage est réservé aux prêtres. Les vases les plus anciens pourraient devoir leur présence et leur conservation à la nature sacrée du lieu. Outre la céramique, la fosse F1 renfermait des perles en verre et en pierre, des fragments de tôle décorée en alliage cuivreux, des objets en fer et de la vaisselle en verre15.

59L’absence de petites coupelles évasées de forme 1, interprétées comme des coupelles à encens et fréquentes sur le site, est remarquable dans cet ensemble. Les informations issues de l’examen des céramiques confirment la nature exceptionnelle de la fosse F1 et son lien avec l’activité religieuse, tout en mettant en lumière quelques paradoxes : la grande fragmentation d’une partie du mobilier et la présence de formes attribuables à de la vaisselle domestique s’accordent peu avec le caractère prestigieux de certaines pièces déposées dans cette fosse. En outre, certaines de ces pièces ne sont pas entières et pourraient être en position secondaire dans le comblement.

• Bilan sur le mobilier de la période 2

60L’examen des céramiques correspondant à la phase d’occupation de l’église avant son incendie permettent d’établir le faciès des poteries qui ont été utilisées sur l’ambā : toutes les formes identifiées sont recensées pour cette période. C’est cependant uniquement durant cette phase que sont présents des vases prestigieux, que ce soit par leur rareté (faïence et céladon importés de Chine) ou par leur ancienneté supposée (vases de la culture Šay).

61La répartition des formes, approchée uniquement en NR, montre que la part du groupe des formes 1, 5 et 10, interprétées comme pouvant relever de l’activité liturgique, atteint 21,1 % des formes identifiées. A contrario, les plats à enğerā, assimilables uniquement à de la vaisselle domestique, représentent seulement 5 % des formes.

Le mobilier de la période 3

62La grande majorité des contextes de la fouille appartiennent à cette période et les céramiques qui s’y rattachent représentent les deux tiers du total en NR. Ils se situent entre l’incendie de l’église et la campagne de fouille archéologique de l’an 2000 ; la dispersion chronologique du mobilier rattaché à cette période peut donc atteindre plusieurs siècles.

63Certains contextes correspondent à la phase de démolition et d’abandon de l’église, d’autres aux sépultures, d’autres encore à des sédimentations de terre végétale homogène (dans lesquelles d’éventuels dépôts stratifiés sont illisibles) dont la durée de constitution équivaut à celle de la période dans son ensemble. La présence d’éléments issus d’une éventuelle fréquentation contemporaine ne peut être exclue voire est attestée pour certaines US. Pour certains contextes, les céramiques de la période 3 peuvent potentiellement appartenir à toutes les périodes. La part de résidualité, sans doute importante, est impossible à évaluer.

Tableau 9.5 — Quantification et répartition des formes des contextes de la période 3 du site de l’ambā Gabriel

Forme

NR

%/ formes identifiées

%/ total NR

1 (« coupelle à encens »)

33

1,9

0,72

2 (plat type plat à enğerā)

290

16,8

6,33

4 (coupe carénée)

218

12,7

4,76

5 (coupelle apode)

75

4,4

1,64

10 (coupelle)

17

1

3-7 (vase de transport et/ou de stockage)

638

37,1

13,93

3 (vase de stockage)

44

2,6

0,96

7(pot à eau)

54

3,1

1,18

6-8 (cruche ou bouteille)

288

16,7

6,29

9 (couvercle ou bouchon)

4

0,2

« faisselle »

5

0,3

gobelet

3

0,2

encensoir ?

2

0,1

11 (jatte)

3

0,2

objet : rondelle taillée dans un tesson

5

0,3

forme fermée bivalve (Tater Gur F Bl/F B2)

37

2,1

0,81

jatte à bord rentrant (Tater Gur O E-102)

4

0,2

Total des formes identifiées

1 720

100

37,6

Forme indéterminée

2 858

62,4

Total en NR

4 578

100

Fig. 9.10 — Histogramme de distribution des formes

64Toutes les formes identifiées sur le site sont présentes dans les contextes de la période 3. Le tri-inventaire des céramiques de cette période fait apparaître une répartition des formes différente de celle de la période précédente. La part des coupelles de formes 1, 5 et 10 atteint seulement 7,2 % des formes identifiées. Celle des grands vases de stockage et de transport de l’eau est de l’ordre de 43 % et celle des plats à enğerā représente 16 %. Il est vraisemblable que cette inversion traduise le changement de vocation du lieu. Les traits d’une occupation de nature autre que cultuelle s’affirment-ils au travers de l’accroissement de ces formes, liées aux stockage de denrées et à la préparation des repas ?

65Les figures 9.11 à 9.16 livrent un aperçu des céramiques de la période 3.

66Sur la figure 9.11, outre les exemplaires des coupelles de formes 5(nos 1 à 8), 1(nos 12 et 13) et 10 (n° 9) et des plats à enğerā (nos 17 à 20), quelques formes spécifiques ont été dessinées ; une coupelle à manche latéral (n° 10), un couvercle décoré par impressions (n° 14), une coupelle à pied annulaire (n° 11), un gobelet à décor gravé rehaussé d’incrustations (n° 16) : les fines gravures de ce dernier conservent en quantité infime un matériau de teinte vert bronze. Le façonnage de ce gobelet est très soigné. Compte tenu de la durée de la période 3 et de la nature des contextes, il est impossible d’affirmer que ces vases ont un lien certain avec la phase d’occupation de l’église, hypothèse à tout le moins séduisante pour le gobelet à décor gravé et incrusté.

67En dehors des exemplaires n° 3 et 4 qui appartiennent à la série des coupes carénées de forme 4, la figure 9.12 présente l’ensemble des coupes ou jattes ne répondant pas à cette définition. Ces formes ouvertes n’ont pas été rencontrées en quantité suffisante pour qu’un numéro de forme leur soit attribué au moment du tri-inventaire. Les n° 2 et 5 restent carénées, mais la coupe n° 1 a un profil très évasé, tandis que les individus n° 6, 7 et 8 sont concaves. à noter le décor de croix gravées à l’intérieur de la coupe n° 6.

Fig. 9.11 — Céramiques des contextes de la période 3. Formes ouvertes : coupelles, couvercle, plats à enğerā

Fig. 9.12 — Céramiques des contextes de la période 3. Formes ouvertes : plats et coupes

Fig. 9.13 — Décors sur coupes carénées de forme 4 des contextes de la période 3

68La figure 9.13 rassemble les décors sur coupes carénées. Les coupes carénées nos 1 à 10 sont ornées par des gravures réalisées avant cuisson. Lignes horizontales, en zigzag ou obliques se conjuguent sur le bandeau des coupes, et associent parfois des pastilles en relief, comme sur l’individu n° 2. Les exemplaires nos 11 à 15 comportent des décors en creux linéaires dont le mode d’obtention est soit la gravure sur un vase partiellement séché, soit l’impression.

Fig. 9.14 : Céramiques des contextes de la période 3. Formes ouvertes : plats ou jattes atypiques

69La figure 9.14 présente des plats ou jattes atypiques, trop faiblement représentés sur le plan quantitatif pour qu’un numéro de forme leur ait été attribué. Le fond de ces formes est vraisemblablement bombé et apode, les bords sont caractérisés par une grande variation morphologique.

Fig. 9.15 : Céramiques des contextes de la période 3. Formes fermées : cruches, pots

70L’ensemble des formes fermées dessinées, issues de contextes de la période 3, sont présentées sur la figure 9.15. Les individus nos 1 et 2, à partir desquels a été définie la forme n° 6, se sont finalement avérés faiblement représentés, quelle que soit la période considérée. Les vases nos 3 à 6 sont classés dans la famille de formes fermées 6-8 et illustrent bien les variations morphologiques de cette série. Ce caractère disparate empêche d’aboutir à des classements d’ordre chronologique. Tous ces vases sont caractérisés par un traitement de surface soigné et par la fréquence des décors. Le façonnage des pots ansés (nos 7 et 8) est plus brut, tout comme celui du grand pot de stockage de forme 3 (n° 9).

71Sur la figure 9.16, le décor des formes fermées nos 1 à 4 est obtenu par gravure avant cuisson dans l’argile encore fraîche. Les quatre branches rayées de l’individu n° 1 se disposent en croix autour d’une pastille en relief. La forme fermée n° 3 (cruche ou vase) porte un décor gravé à incrustation. La pâte brune légèrement orangée comporte un dégraissant formé d’un minéral vraisemblablement sélectionné et broyé (grains opaques, brillant, de teinte gris souris : basalte ?). La gravure est très fine et réalisée avant cuisson. Les traits horizontaux et les frises de zigzag soulignent l’horizontalité du vase et s’associent à un cordon en relief, tandis qu’une série de traits verticaux comprenant aussi des lignes en zigzag ornent la panse. Les motifs en creux sont vraisemblablement rehaussés par l’incrustation d’un matériau de teinte vert bronze. Ce matériau, dont la nature est indéterminée, est préservé dans les gravures en quantité infime. Enfin, les décors des vases nos 5 et 6, (Fig. 9.16) représentés en grisé, illustrent une technique de décoration que nous pensons obtenue par « lustrage différentiel ». Les lignes droites ou ondulées ne présentent aucun relief et se distinguent visuellement de la surface du vase par un aspect plus mat, comme si le lustrage de la surface externe y avait été supprimé ou atténué par le passage d’un galet ou d’un bâtonnet (?).

Interrogations sur le mobilier plus ancien

72Une partie des céramiques issues du comblement de la fosse F1 posent la question d’un mobilier antérieur à l’occupation de l’ambā. Forme-t-il le témoignage résiduel d’une occupation antérieure, datant de la culture Šay, identifiée sur des sites mégalithiques avoisinants ? Rien ne permet de l’affirmer avec certitude. En dehors de la fosse F1, l’US 8007, qui appartient à la période 1 ou 2, a livré également deux tessons de jatte à bord très rentrant, assimilable, d’ailleurs sans certitude, au type Ο Ε-102 de la morphotypologie de Tater Gur. Les autres contextes dans lesquels a été notée la présence de ces vases appartiennent tous à la période 3 ; il s’agit de la couche de démolition US 8039, des couches d’abandon US 8037, 8042, 8043, 8045, 8047, 8048, 8055, 8056, 8062 et des comblements des sépultures S5 et S48. À noter également, dans l’US 8009 de la période 3, un tesson de forme fermée qui porte un appendice proche des languettes perforées caractéristiques de plusieurs types identifiés sur le site de Tater Gur. De toute évidence, les tessons de vases fermés à panse bivalve ou de jattes à bord très rentrant, toujours quantitativement anecdotiques (un à deux tessons), sont en position résiduelle dans ces US de décapage de terre végétale ou de sédiment tombé au pied de l’ambā. Ce mobilier doit sans doute sa présence aux contextes de la période 2 qui en ont livré (principalement la fosse F1).

Fig. 9.16 : Décors sur formes fermées des contextes de la période 3

Le mobilier céramique du « camp royal » de Mesḥāla Māryām

L’examen du mobilier céramique

73Seul le mobilier recueilli durant la campagne de fouille de 2001 a fait l’objet d’un examen. Les céramiques de ce site sont fragmentées et témoignent du remaniement des contextes, avéré également par la fouille : les tessons sont roulés et dégradés. La pauvreté des sols, l’absence de protections en élévation (murs, haies), la fréquentation humaine continue du site (l’église contemporaine dédiée à Raphaël est édifiée au cœur du site de Mesḥāla Māryām) et le régime biannuel des pluies se conjuguent et aboutissent à une dégradation des sols qui peut expliquer le mauvais état de conservation du mobilier archéologique et l’illisibilité stratigraphique des sédiments.

74Les informations relatives aux contextes (interprétation des espaces fouillés, relations que ces espaces ou les faits archéologiques entretenaient entre eux) n’étaient pas accessibles au moment de cette étude et aucune chronologie relative entre les vestiges n’était établie. Ces différents paramètres nous ont amenée, pour l’examen des céramiques de ce site, à une approche purement descriptive et quantitative (cantonnée au nombre de restes : NR). Les comparaisons avec le mobilier céramique du site de l’ambā Gabriel permettront toutefois quelques commentaires.

• Les formes identifiées

75Les formes 1 à 9 décrites pour le site de l’ambā Gabriel ont été recueillies également sur le « camp royal » de Mesḥāla Māryām (voir supra). En revanche, les formes 11 à 13 (Fig. 9.17) ont été identifiées exclusivement sur le « camp » (à l’exception toutefois de trois tessons de la forme 11 issus de contextes de la période 3 sur l’ambā Gabriel).

76Forme 11 : Coupe à panse tronconique — Coupe évasée, dont la lèvre épaissie et régularisée affecte un profil approximativement horizontal et peut présenter une fine gorge à l’intérieur. Le lissage de la paroi est effectué uniquement à l’intérieur et déborde sur la lèvre à l’extérieur. Des « boutons » pleins ou mamelons sont appliqués sur la panse à l’extérieur, à quelques centimètres du bord ; il s’agit de boules de pâte parfois pincées lors de leur application sur le vase. Aucun décor n’est associé. Le fond n’est pas identifié.

  • 16 L’absence de fragments de fonds (deux tessons de fonds annulaires sont identifiés sur l’ensemble d (...)

77Forme 12 : jatte ou coupe à bandeau rapporté — Forme ouverte et profonde avec une lèvre en bourrelet. Sous la lèvre, de l’argile rapportée en bandeau étroit forme un épaississement du bord. Ce bandeau peut porter un décor par incisions répétées ou impressions digitées. Le fond de ces vases n’est pas connu16.

Fig. 9.17 — Classification des céramiques spécifiques au site de Mesḥāla Māryām « camp royal » : formes ouvertes

78Forme 13 : râpe ? ou ustensile à mouture ? (non représenté) — Récipient de forme ouverte, à panse évasée voire tronconique, caractérisé par la présence, à l’intérieur, de multiples cupules obtenues par enlèvement de matière. Les cupules, de taille inférieure au cm2, sont oblongues ou ovales et réparties uniformément et densément sur la face interne. La présence de « barbelures » d’argile laissées en place sur leurs bords lors des enlèvements de matière confère à ces vases une surface interne hérissée d’aspérités relativement acérées. La forme exacte du vase est indéterminée mais s’apparente sans doute à la morphologie des coupes évasées de forme 12. à l’exception de deux bords qui permettent de proposer cette similitude morphologique, ce sont uniquement de petits tessons plats ou presque plats qui ont été retrouvés en fouille. Les exemplaires les plus complets des formes 11 et 12 sont présentés sur la figure 9.22.

• L’utilisation des vases

  • 17 Par exemple, il existe aujourd’hui dans le monde méditerranéen des coupelles en céramique, dont le (...)

79Les remarques effectuées à propos des formes identifiées sur le site de l’ambā Gabriel restent bien sûr valables pour les formes identiques recueillies à Mesḥāla Māryām. Les formes 11 et 12 appartiennent toutes deux à la classe des coupes évasées. Aucune trace d’un passage au feu n’a été observé sur ces récipients ; il est possible de leur affecter une fonction dans la préparation et/ou la présentation des aliments. Nous avons d’emblée attribué aux tessons de forme 13 une fonction de râpe. Il est également possible d’imaginer un ustensile destiné à séparer par frottement le son de céréales ou l’enveloppe de légumineuses (pois ou fèves), voire encore à écraser des bulbes ou tout autre denrée non sèche17. Cependant, à notre connaissance, aucun parallèle dans les céramiques contemporaines ne vient confirmer cette éventualité.

• Données quantitatives d’ordre général

80La première donnée qui ressort de l’examen des ensembles recueillis (tous contextes confondus) lors de la campagne de fouille 2001 du site de Mesḥāla Māryām est la très forte part (plus de 80 %) des tessons de forme indéterminée. Elle exprime à elle seule le degré de dégradation du mobilier céramique.

Tableau 9.6 — Ensemble des céramiques de Mesḥāla Māryām « camp royal », avec pourcentages des formes identifiées

Forme

NR

%/ formes identifiées

%/ total NR

1 (« coupelle à encens »)

16

0,6

0,1

2 (plat type plat à enğerā)

1 145

46

8,5

4 (coupe carénée)

93

3,7

0,7

5 (coupelle apode)

22

0,9

0,2

3-7 (vase de transport et/ou de stockage)

249

10

1,4

3 (vase de stockage)

9

0,4

7 (pot à eau)

136

5,5

1

6-8 (cruche ou bouteille)

454

18,3

3,4

9 (couvercle ou bouchon)

9

0,4

11 (coupe évasée)

103

4,4

0,8

12 (jatte ou coupe)

84

3,4

0,6

13 (râpe ?)

31

1,2

0,2

bol hémisphérique

2

« faisselle »

22

0,9

0,2

gobelet

2

plat ou coupe

33

1,3

0,2

décor à incrustation

3

0,1

objet : rondelle taillée dans un tesson

17

0,7

0,1

objet : fusaïole ?

2

forme fermée bivalve (Tater Gur F B1/F B2)

44

1,8

0,3

jatte à bord rentrant (Tater Gur O E-102) 8

8

0,3

Total des formes identifiées

2 484

100

18,4

Forme indéterminée

11 021

81,6

Total en NR

13 505

100

  • 18 Les deux possibles fusaïoles, en tant qu’objets, sont exclues de cet histogramme, ainsi que les te (...)

Fig. 9.18 : Histogramme de distribution des formes pour l’ensemble du mobilier du « camp royal », campagne 200118

81Tous contextes confondus, les plats à enğerā (forme 2) atteignent 46 % des formes identifiées, suivis par les cruches ou bouteilles (forme 6-8 : 18,3 %) et les vases de transport et/ou de stockage (forme 3-7 : 15,9 %). Les pots à eau (forme 7), identifiés par leurs anses, constituent 30 % de ces derniers vases. À elles trois, ces formes totalisent les quatre cinquièmes des vases identifiés. Tout comme l’immense majorité du répertoire, elles relèvent d’une utilisation domestique de la céramique : cuisson alimentaire, approvisionnement et stockage de l’eau, stockage de denrées, service des liquides. Il convient sans doute d’y ajouter les faisselles et les coupes de forme 11 et 12, que nous assimilons à de la vaisselle destinée à la préparation-présentation des aliments, ainsi que les « râpes » (forme 13).

• Le mobilier de F44

  • 19 Lors de l’étude, l’homogénéité remarquable du mobilier des US 2086 et 2073, ainsi que la quantité (...)

82La « structure de combustion » F44 forme un contexte à part sur le site du « camp », par la quantité et la qualité du mobilier céramique recueilli dans son comblement. À elle seule, cette structure a livré près de 1 000 tessons (US 207319), dont environ la moitié est constituée de fragments de plats à enğerā. Le lot est très homogène sur le plan morphologique. À l’exception d’une coupe carénée (forme 4) et d’un bouchon (forme 9), représentés chacun par un unique tesson, ainsi que d’un plat atypique (Fig. 9.19, n° 1), seuls des plats à enğerā (forme 2), des cruches (forme 6-8) et des vases de stockage et/ou des pots à eau (forme 3-7) ont été identifiés. Cette uniformité milite pour l’interprétation de F44 comme four de potiers, mais il s’agit là, du point de vue strictement céramologique, du seul argument en faveur de cette hypothèse : le mobilier ne présente aucune des caractéristiques propres à les interpréter comme des ratés de cuisson : surcuisson ou déformations. Cependant nous devons préciser, pour être complet, que nous ne connaissons pas la nature des ratés générés lors des cuissons en meule, dans un type de four où les températures atteintes ne sont jamais très élevées.

Présentation du corpus (figures 9.19 à 9.24)

• Plats et coupes

83Les plats à enğerā (Fig. 9.19, n° 2 à 5) ont un diamètre maximal évalué à 65 cm. Les trois exemplaires les plus complets proviennent de l’US 2073 (F44). La pâte brun foncé à brun orangé est lissée uniquement à l’intérieur, vraisemblablement à l’aide d’un galet après séchage partiel de l’argile pour l’individu 2079.9. Bien qu’avec un profil plus creux, le plat 2073.8 a été classé parmi les plats à enğerā ; il présente toutes leurs caractéristiques et sa surface est ponctuellement noircie (traces d’un passage au feu ?). Le vase n° 1, plat ou coupe évasée, trouve un unique parallèle sur le site de l’ambā Gabriel, dans un contexte daté de la période 3 (cf. Fig. 9.14, n° 2).

84Des plats et/ou des coupes à fond bombé et de diamètre plus petit sont présentés sur la Fig. 9.20. La coupe carénée à décor gravé (n° 3) est en tous points identique à de nombreux vases recueillis sur l’ambā Gabriel (forme 4). Les décors gravés associés à ces coupes sont également identiques (Fig. 9.21). Le décor est toujours effectué au-dessus de la carène. Il s’agit soit de traits gravés en zigzag ou en croisillons, encadrés par des lignes horizontales, soit de motifs similaires dont les bords ne sont pas nets, soit encore de l’association des deux.

85Les autres exemplaires trouvent des parallèles beaucoup moins fréquents dans le cadre de cette étude. La forme complète n° 1 présente un décor obtenu par différence de lustrage sur le fond à l’intérieur. Le décor forme un cercle concentrique de lignes ondulées interrompues par de fins traits rayonnants, d’où partent vers l’extérieur, en rayon, quatre séries de cinq lignes ondulées juxtaposées. La pâte, brune à brun rougeâtre près des parois, est dure et bien cuite. Les surfaces externe et interne sont très bien lissées, voire lustrées, ce qui les rend luisantes en dehors des motifs du décor. Leur teinte noire à brun orangé n’est pas liée à la présence d’un engobe mais sans doute au traitement par lustrage de la paroi et aux conditions de cuisson (enfumage ?). Le plat n° 2 appartient à la même forme. Sur le site de l’ambā Gabriel, un seul individu, attribué à la période 3, est de morphologie similaire (Fig. 9.14, n° 1).

86Enfin, les jattes ou coupes nos 11 et 12, qui apparaissent comme une particularité du site, sont présentées sur la figure 9.22. Les exemplaires les mieux conservés de ces coupes sont issus des sondages I et J.

Fig. 9.19 — Mesḥāla Māryām plats à enğerā et plat

Fig. 9.20 — Mesḥāla Māryām, plats et coupes

Fig. 9.21 — Mesḥāla Māryām décors gravés sur coupes carénées de forme 4

Fig. 9.22 — Mesḥāla Māryām jattes ou coupes de formes 11 et 12

• Formes fermées

87Outre les cruches de forme 6-8 (nos 11 et 12), plusieurs formes fermées de module et de morphologie variés sont présentées sur la figure 9.23. Les individus nos 2 et 8 sont à classer parmi les pots, tandis que le n° 7, eu égard à sa taille et à sa large ouverture, correspond à un vase de stockage de forme 3. Un des pots est atypique par son bord rentrant sans lèvre et son décor (n° 9). L’écuelle n° 1 est également présentée pour son aspect atypique, ainsi que le petit godet dont l’usage reste indéterminé (n° 5), et le gobelet à bord droit (n° 6), dont le façonnage est peu soigné. Enfin, la jatte carénée à bord très rentrant (n° 10) correspond sans doute à un vase à panse bivalve de forme Ο Ε-102 et permet d’illustrer sur ce site la présence d’un mobilier attribué à une période antérieure. Cette planche (Fig. 9.23) illustre également la variété des décors réalisés : bandeau rapporté à décor digité (n° 7), décor en creux obtenu par petites impressions répétées (n° 1), associé à un bandeau à décor d’impressions (n° 9), décors gravés des deux types (n° 10 et 12) et décor par différence de lustrage (n° 11).

88Les exemples de décors gravés réalisés sur les formes 6-8 (Fig. 9.24) illustrent leur complexité, leur finesse et leur raffinement. Ces caractéristiques correspondent à celles de la technique employée pour monter les vases. Malgré des modules importants (par exemple les nos 1, 2 et 5), les parois sont fines, la pâte est bien cuite et un traitement soigné par lustrage est réservé aux surfaces. Le décor orne la moitié ou le tiers supérieur de la panse. Cette zone est séparée du col et de la partie inférieure du vase par des cordons en relief, voire, à la liaison col/panse, par de fines gorges en creux. Sous les cordons supérieurs, le décor gravé se compose de zigzags simples ou élaborés encadrés par ou inscrits dans des lignes horizontales. Sous ce registre, des traits verticaux juxtaposés, comportant ou non des zigzags, sont gravés jusqu’au cordon inférieur.

Eléments d’interprétation et discussion

  • 20 N’oublions pas toutefois que le nomadisme de la cour porte en soi nécessairement la disparition de (...)

89Les vases présents témoignent d’une occupation humaine de nature domestique. Cette caractéristique, associée à l’absence de mobilier de prestige ou importé, ne permet pas de déceler à Mesḥāla Māryām l’empreinte d’un roi et de sa cour20. Cette proposition converge avec les observations proprement archéologiques et l’interprétation qui en a été faite.

90En somme, les formes qui se démarquent de cet ensemble sont les quelques petites coupelles apodes de forme 5, retrouvées en nombre sur l’ambā Gabriel et dont l’usage reste indéterminé, et les vases qui appartiennent au répertoire identifié sur le tumulus de Tater Gur et sont assimilés à une production plus ancienne. Ces objets sont quantitativement anecdotiques.

  • 21 Numéros d’inventaire respectifs des tessons : sdH.5 et sdl.7.

91Tout aussi anecdotique sur le plan numérique se placent trois tessons que nous tenons à distinguer par leur finesse et leur décor. Il s’agit de deux formes fermées, dont une cruche, qui portent à l’extérieur un décor gravé rehaussé par l’incrustation d’un matériau dont la nature reste indéterminée. Au moment de l’étude, ce matériau se présentait sous la forme d’une poudre verte à verdâtre, qui suggère la présence d’oxydes métalliques : cette matière poudreuse fait penser à la dégradation observée sur les alliages cuivreux. La pâte de ces vases est brun-rouge avec un dégraissant fin, la surface externe est brune, brillante, bien lissée. Les contextes concernés sont les sondages H (Fig. 9.24, n° 6) et I21. Les fragments recueillis sont trop lacunaires pour reconstituer les vases. Notons que deux contextes de la période 3 de l’ambā Gabriel ont livré deux vases présentant ce même type d’ornementation (Fig. 9.11, n° 16, et fig. 16, n° 3).

Fig. 9.23 — Mesḥāla Māryām, exemples de formes fermées et autres pots (les chiffres en italiques indiquent le nombre de tessons identifiés pour chacune des formes)

Fig. 9.24 — Mesḥāla Māryām, décors gravés sur formes fermées

92Il faut également signaler un décor gravé dont le motif pourrait s’accorder avec l’hypothèse qui voit pour le secteur « résidentiel » du site l’habitat possible de l’un des prêtres de l’église de Mesḥāla Māryām. Il s’agit d’une cruche de forme 6-8, de petite dimension (Fig. 9.23, n° 12), qui porte une croix au-dessus d’une irise de traits gravés horizontaux et en zigzag. La croix comporte deux traverses de même longueur.

Conclusion

93Pour tenter une comparaison des céramiques des deux sites étudiés, nous disposons uniquement du critère des formes présentes et de leurs proportions relatives. Dans la mesure où le total (en nombre de restes) des formes identifiées est sensiblement le même à l’ambā ou sur le « camp », nous nous autorisons à présenter sous forme graphique les proportions des vases présents sur chaque site (Fig. 9.25).

  • 22 Voir la contribution d’Emmanuel Fritsch & Marie-Laure Derat, « Lecture architecturale et liturgiqu (...)

94Les formes présentes à la fois sur l’ambā Gabriel et sur le « camp royal » sont avant tout des vases qui connaissent une utilisation courante : plats à enğerā, pots et jarres de stockage ou de transport de l’eau, vases à liquides. Les jattes qui se rencontrent exclusivement sur le « camp » ont été elles aussi rattachées à la sphère domestique. Il est fort probable en revanche que, outre le mobilier d’importation, les vases qui sont utilisés de façon privilégiée sur l’ambā ont une relation directe avec la vocation du site ; ce sont les coupelles de petites dimensions et les coupelles à encens ou brûle-parfums. La forte proportion des jarres sur ce site doit être également interrogée en ce sens22.

95Les différences observées dans le mobilier céramique des deux sites ne traduisent pas obligatoirement un décalage chronologique entre les occupations concernées, puisqu’elles peuvent s’expliquer tout simplement par la différence de nature des activités pratiquées. Cependant, le volet chronologique n’a pas du tout été abordé dans cette étude faute de données et de références. Il est donc impossible aujourd’hui de déterminer quelle est la part éventuelle du décalage chronologique dans les dissemblances observées.

96Cette étude apporte un éclairage sur la vaisselle céramique en usage sur deux sites archéologiques de la région du Manz : les aspects descriptifs ont été mis en avant pour proposer une ébauche de corpus. Ce travail est à considérer comme un premier jalon dans la connaissance de la culture matérielle des sites médiévaux des hauts plateaux éthiopiens.

Fig. 9.25 : Tableau comparatif : parts respectives des formes présentes sur les deux sites

Notes

1 Base de données de format FileMaker Pro.

2 La mise au propre des dessins (profils et décors), l’informatisation de l’inventaire et le traitement des données ont pu être en partie réalisées en 2008, grâce notamment au temps alloué par l’Inrap (un mois), dans le cadre des PAS (projet d’activité scientifique) « étranger ».

3 Il nous a été très agréable de mener cette étude au musée national d’Addis Ababa, et nous sommes redevables des bonnes conditions de travail auprès de sa directrice, Mamitu Yilma, et d’Ato Menkir. Qu’ils soient ici remerciés pour leur constante coopération.

4 Mobilier céramique étudié par Alain Wittmann et conservé au musée national d’Addis Abeba.

5 Après une visite, en 2001, auprès des potières du village d’Embwāyē Bado (Manz), nous avons été frappée par les similitudes qui existent entre les poteries actuelles et le mobilier céramique archéologique. Il semble que le mode opératoire de la fabrication des poteries ait très peu varié au cours du temps, depuis l’approvisionnement en matières premières (l’argile est prélevée dans des bancs affleurant à proximité immédiate de l’atelier et est « dégraissée » avec du basalte broyé) jusqu’à la cuisson en meule, en passant par les étapes de façonnage : absence de tour et de tournette, lissage et polissage au galet. De même, certaines formes paraissent invariables ; c’est le cas notamment des grands plats qui sont utilisés pour la cuisson de l’enḡerā.

6 Informations inexistantes au moment du tri-inventaire.

7 Respectivement formes F B1 / F B2 et type Ο E-102 de la morpho-typologie établie pour ce site par A. Wittmann.

8 L’enğerā est une galette faite de tēf ou de blé, qui est la base de la nourriture sur les hauts-plateaux.

9 Pour cette raison, les céramiques dessinées de l’US 8007 sont présentées plus bas.

10 D’autres fragments du même objet ont été recueillis dans les US 8010 et 8016, qui correspondent à la destruction de l’église, au début de la période 3.

11 Cette forme présente des similitudes avec les actuels bunā magāfiyā, petites poêles pour diffuser l’odeur et les fumées du café juste grillé vers les hôtes, lors de la cérémonie du café. Voir un exemplaire de cette forme recueilli dans un contexte de la période 3 et dessiné sur la Fig. 9.11 (n° 10, inv. 8039.8).

12 Wittmann, à paraître.

13 Un tesson de pied creux d’une coupelle à encens de ce type, décoré de motifs en creux, provient également de l’US 8007, qui appartient aux périodes 1 ou 2. Voir la figure 9.8 n° 3.

14 La coupe hémisphérique perforée et les gobelets ne trouvent aucun équivalent parmi l’ensemble du mobilier céramique du site, toutes périodes confondues.

15 Voir la contribution de Bertrand Poissonnier, Kristell Chuniaud et Anne-Marie Jouquand, « Le petit mobilier de l’ambā Gabriel ».

16 L’absence de fragments de fonds (deux tessons de fonds annulaires sont identifiés sur l’ensemble du mobilier céramique du « camp ») permet de proposer pour les formes 11 et 12 des récipients apodes à fonds arrondis, comme c’est d’ailleurs le cas de l’immense majorité de la vaisselle céramique contemporaine dans cette région.

17 Par exemple, il existe aujourd’hui dans le monde méditerranéen des coupelles en céramique, dont le fond est hérissé de « pics », qui servent à réduire l’ail en purée.

18 Les deux possibles fusaïoles, en tant qu’objets, sont exclues de cet histogramme, ainsi que les tessons de bol hémisphérique et de gobelet, numériquement trop faibles pour être pris en compte.

19 Lors de l’étude, l’homogénéité remarquable du mobilier des US 2086 et 2073, ainsi que la quantité des remontages inter-couches, nous ont amené à le regrouper sous le seul numéro d’US 2073. Les données archéologiques confirment ce rapprochement : l’US 2086 est la couche d’abandon à l’intérieur du four, tandis que le numéro d’US 2073 a été attribué pour la partie de ce même comblement perturbée lors du creusement d’une sépulture postérieure.

20 N’oublions pas toutefois que le nomadisme de la cour porte en soi nécessairement la disparition de tous les mobiliers, qui avec les personnels suivaient le souverain dans ses déplacements.

21 Numéros d’inventaire respectifs des tessons : sdH.5 et sdl.7.

22 Voir la contribution d’Emmanuel Fritsch & Marie-Laure Derat, « Lecture architecturale et liturgique des ruines de Gabriel » dans ce volume.

Table des illustrations

Légende Fig. 9.1 — Classification des céramiques du site de l’ambā Gabriel : formes ouvertes
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 9.2 — Classification des céramiques du site de l’ambā Gabriel : formes fermées et couvercles
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 9.3 — Histogramme de distribution des formes pour l’ensemble du mobilier
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 9.4 — Histogramme de distribution des formes des contextes de la période 1
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 9.5 — Céramique de la période 1 (US 8011) ; décor gravé sur bandeau de coupe carénée de forme 4 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 9.6 — Histogramme de distribution des formes
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 9.7 — Mobilier céramique des contextes de la période 2
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 9.8 — Mobilier céramique recueilli dans l’US 8007
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Tableau 9.4 — Site de l’ambā Gabriel, période 2, mobilier céramique de la fosse F1 (US 8023 et 8024)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 9.9 — Céramiques de la fosse F1 (US 8023)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Fig. 9.10 — Histogramme de distribution des formes
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 9.11 — Céramiques des contextes de la période 3. Formes ouvertes : coupelles, couvercle, plats à enğerā
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 9.12 — Céramiques des contextes de la période 3. Formes ouvertes : plats et coupes
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 9.13 — Décors sur coupes carénées de forme 4 des contextes de la période 3
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 9.14 : Céramiques des contextes de la période 3. Formes ouvertes : plats ou jattes atypiques
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 9.15 : Céramiques des contextes de la période 3. Formes fermées : cruches, pots
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 9.16 : Décors sur formes fermées des contextes de la période 3
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 9.17 — Classification des céramiques spécifiques au site de Mesḥāla Māryām « camp royal » : formes ouvertes
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Fig. 9.18 : Histogramme de distribution des formes pour l’ensemble du mobilier du « camp royal », campagne 200118
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 9.19 — Mesḥāla Māryām plats à enğerā et plat
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 9.20 — Mesḥāla Māryām, plats et coupes
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 9.21 — Mesḥāla Māryām décors gravés sur coupes carénées de forme 4
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 9.22 — Mesḥāla Māryām jattes ou coupes de formes 11 et 12
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 9.23 — Mesḥāla Māryām, exemples de formes fermées et autres pots (les chiffres en italiques indiquent le nombre de tessons identifiés pour chacune des formes)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 9.24 — Mesḥāla Māryām, décors gravés sur formes fermées
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 9.25 : Tableau comparatif : parts respectives des formes présentes sur les deux sites
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/878/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

Auteur

Archéologue et céramologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), Clermont-Ferrand

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540