Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gabriel, une église médiévale d’Éthiopie

 | 
Marie-Laure Derat
, 
Anne-Marie Jouquand

7. Le petit mobilier de l’ambā Gabriel

Bertrand Poissonnier, Kristell Chuniaud et Anne-Marie Jouquand

Résumé

Le mobilier archéologique découvert lors de la fouille de l’ambā Gabriel témoigne d’une certaine richesse, notamment parce qu’il compte des objets issus du commerce à longue distance avec la Chine ou avec des régions voisines des rivages de la mer Rouge. Ce chapitre présente le catalogue détaillé des objets en verre, des perles, des objets en alliage, en fer et du céladon chinois mis au jour lors de la fouille. Ce catalogue permet d’avancer quelques hypothèses quant à l’identification des objets et à leur provenance

Note de l’éditeur

Avec, pour l’identification du verre, la collaboration de James Motteau (chercheur associé au LAT-CITERES UMR 6173, Tours) et Stéphanie Boulogne (post-doc, chercheur associée au LAMM-UMR 6572, Aix-en-Provence).

Texte intégral

  • 1 Ce travail a été pris en charge en 2000 par Catherine Cormier, puis en 2001 par Kristell Chuniaud.

1Le petit mobilier de l’ambā Gabriel a été isolé par matière au fur et à mesure de la fouille1. La numérotation comprend toujours le contexte stratigraphique suivi d’un numéro d’isolation de 1 à n (Annexe 4). Une isolation peut regrouper un objet unique ou un lot d’objets. Il a été fait le choix de ne pas bouleverser ce premier classement, dont découle le rangement de la collection au musée national d’Addis Ababa, et de conserver la numérotation initiale, même lorsqu’il s’est avéré nécessaire, au moment de l’étude, de séparer les objets d’un lot. Pour cette raison, il a été parfois utile d’ajouter une lettre à la numérotation initiale, comme par exemple pour le lot de perles de la couche 8023 qui se décline en 8023.2a, 8023.2b, etc.

  • 2 Il est aujourd’hui admis d’utiliser ce terme neutre qui désigne tous les alliages à base de cuivre (...)

2Les comptages ont été effectués classiquement en NR (nombre de restes), mais d’emblée et dans la mesure où les objets sont facilement individualisables, il a été fait le choix de faire les comptages en NMI (nombre minimum d’individus) qui apparaît plus concret. La comparaison entre les deux chiffres permet de rendre compte du taux de fragmentation du mobilier. Il est certain que ce type de comptage a des limites. Si, pour le verre, l’identification des récipients est rendue aisée par un simple tri des tessons par couleur, épaisseur..., il n’en va pas de même pour les fragments de plaques en alliage base cuivre2 dont on ne peut pas faire de remontage. Le NMI est alors estimé. Il n’a pas véritablement de sens car on ne sait s’il s’agit d’un seul et même objet fragmenté et dispersé dans la stratigraphie ou des témoins de plusieurs individus présents sur le site.

  • 3 Les photographies ont été réalisées pour partie par Bertrand Poissonnier, puis par Kristell Chunia (...)

3Dans la mesure du possible, tous les objets ont été figurés (photographie et/ou dessin)3 car ce petit corpus d’objets, si modeste soit-il, doit permettre des comparaisons futures. La quantification précise du matériel, même dans le cas de corpus limité, reste l’un des seuls moyens pour tenter d’aborder les questions relatives au statut d’un site et aux réseaux d’échanges à moyenne et longue distances. À cet égard, l’enquête menée sur les objets en verre ou sur support minéral s’est avérée laborieuse car l’Éthiopie se retrouve géographiquement aux franges de la mer Rouge où transitent dans les deux sens des nombreuses marchandises de provenance lointaine. On gardera à l’esprit que cette première étude apporte seulement quelques pistes sur les provenances mais sans identification formelle. Le catalogue du petit mobilier est organisé par matière sous la forme de tableaux synthétiques avec les descriptions des objets et leurs principales mesures. Les objets sont présentés sur des planches par périodes et par espaces (Fig. 8.1 à 8.10).

4Aux 6982 tessons de céramique retrouvés sur l’ambā Gabriel, il convient donc d’ajouter 116 objets en matériaux divers – verre, roche, alliage base cuivre et fer – inégalement répartis dans les trois périodes d’occupation du site : six objets en période 1, 50 en période 2 et 59 en période 3 (Tabl. 8.1). Rappelons d’emblée que ce sont avant tout les couches de cette dernière période, liées à la destruction de l’église, qui ont été fouillées. La forte proportion d’éléments en fer attribuables à cette période (NR = 53) est donc logique dans ce contexte, car ces éléments proviennent pour l’essentiel des huisseries et de la charpente de l’édifice qui a brûlé. A contrario, on remarquera que les objets dans les autres matières, tels que le verre ou les alliages base cuivre, sont mieux représentés dans les périodes antérieures. Là encore quelques précisions sur les contextes stratigraphiques s’imposent. Il faut en effet évoquer la petite fosse FI installée sous le maqdas (Pièce 2), dont on parlera en détail plus bas, qui concentre à elle seule près de la totalité des objets (verre, perles, alliage base cuivre) (neuf sur les quinze récipients en verre et la totalité des perles) attribués à la période 2. De même, il convient d’évoquer l’amas d’objets métalliques (US 8021 et 8049) observés sur le sol du maqdas qui totalise 20 objets en fer sur les 31 que compte cette même période. Si l’on exclut ces deux ensembles particuliers du corpus, le petit mobilier perdu ou rejeté sur l’ambā est relativement rare : on retiendra dix fragments de verre qui permettent de restituer six récipients, deux perles dont l’une accompagne la sépulture S21, six éléments en alliage base cuivre dont cinq fragments de plaques mal identifiés et 66 objets en fer, soit seulement 80 objets au total.

Tabl. 8.1 — Répartition du mobilier (hors céramique) par période

Tabl. 8.1 — Répartition du mobilier (hors céramique) par période

Le verre

5Le tri des 64 fragments de verre permet de restituer environ 15 récipients différents (Tabl. 8.2). L’état de conservation est plutôt bon mais tous les exemplaires sont fragmentés et très incomplets puisque le plus souvent ne subsiste qu’un seul tesson. Seules cinq formes peuvent être très partiellement restituées, ce qui laisse peu de chance pour effectuer des comparaisons satisfaisantes. Comme il a été dit plus haut, neuf d’entre eux proviennent de la fosse F1 et les six autres fragments se répartissent dans les trois périodes : un en période 1, deux en période 2 et trois en période 3.

  • 4 Aucun exemple ne correspond à cette taille dans l’ouvrage de Du Pasquier (Du Pasquier, 2007).
  • 5 Du Pasquier, 2007, 42 (flacon à khôl, sans date) ; Meyer, 1992, n° 548-553 (flacon, datation large (...)
  • 6 Malheureusement non daté, Du Pasquier, 2007, 81.
  • 7 Du Pasquier, 2007.
  • 8 Anfray, 1978, pl. XXXVI, 2.

6Ces objets ont tous été importés en Éthiopie, mais leurs origines restent incertaines. Les colorations des verres sont très variées : blanc translucide, violet transparent, jaune très pâle transparent, bleu cobalt, pourpre... et laissent envisager des provenances diversifiées. Quelques analogies peuvent cependant être tentées avec la plus grande prudence. Le fragment 8003-2 de verre jaune foncé tirant sur le brun clair, épais de 4 mm, sans aucune irisation ni bulle visible, appartient vraisemblablement à un gobelet à hydromel relativement récent, en tout cas semblable à ceux utilisés encore aujourd’hui. La position stratigraphique de ce fragment – couche de décapage de surface – renforce cette hypothèse. D’un point de vue morphologique, les fragments 8007.2 (Fig. 8.1 n° 2) et 8023.5c (Fig. 8.2, n° 24) s’apparenteraient à un bol ou à une coupe côtelés de type Isings 3 bien connu en Occident dans les contextes du Ier siècle-début IIe siècle. Les exemplaires observés sur l’ambā peuvent-ils avoir une origine antique ? Cela paraît difficilement plausible d’autant qu’aucun autre élément, en particulier céramique, ne permet d’envisager cette hypothèse. Les deux fragments de panse 8023.5 (Fig. 8.2, n° 28) décorés d’incisions en grains de riz, meulées et longitudinales peuvent correspondent à un bol ou à une bouteille. Ces décors sont connus aux IIe-IIIe siècles dans tout l’Empire romain. Ce motif ne semble plus être à la mode dans le verre taillé du Proche-Orient aux XIVe-XVe siècles4. Les trois fragments 8021.14 (Fig. 8.1, n° 7), sans aucun doute issus d’un même vase, dont la forme est très incomplète, peuvent appartenir à un flacon à khôl5 ou à un bol côtelé6. Le gobelet 8023.5b (Fig. 8.2, n° 27) semble avoir été soufflé dans un moule avec un bourrelet horizontal et des arcades (?) sur la panse. Les deux fonds de récipients 8024.2a et b (Fig. 8.2, nos 22 et 26), peuvent correspondre à des bouteilles (?) avec des pontils bien marqués et très nets. Le verre islamique du Moyen Âge ne présente pas de traces évidentes de pontil7. Par analogie, et par analogie seulement, ces récipients pourraient être relativement modernes en raison du diamètre du pontil (de 1,7 à 2 cm ; comparaison avec les bouteilles en Europe de l’Ouest à partir du XVIIe siècle et surtout du XVIIIe siècle). Le col droit et rentrant, en verre pourpre 8049.19 (Fig. 8.1, n° 6), présente de nombreuses bulles étirées latéralement. L’appartenance typologique de cet objet est incertaine. Il pourrait s’agir d’une sorte d’ampoule plus ou moins globulaire, dont la panse forme un angle aigu avec le col. Mais cette dernière angulation pourrait aussi correspondre à un repli, un peu à l’image de l’exemplaire retrouvé sur le site d’Enselalé8 en Éthiopie.

Tabl. 8. 2 — Répartition du mobilier en verre (récipient) par périodes, contextes stratigraphiques et espaces fouillés, les * indiquent les objets non figurés

Tabl. 8. 2 — Répartition du mobilier en verre (récipient) par périodes, contextes stratigraphiques et espaces fouillés, les * indiquent les objets non figurés
  • 9 Fouilles sous la direction de C. Hardy-Guilbert, chercheur CNRS, Islam médiéval UMR 8167.
  • 10 Boulogne & Hardy-Guilbert, à paraître.
  • 11 Hardy-Guilbert, 2002.

7Les fragments de vaisselle en verre découverts sur l’ambā Gabriel présentent quelques analogies chromatiques et stylistiques avec ceux provenant des fouilles de Shihr au Yémen en Hadramaout, datés des XIVe-XVIIIe siècles9. Le matériel de Shihr se caractérise par un ensemble de vaisselle et bijoux, des bracelets surtout, fabriqués en verre vert. Toutefois, il y a quelques exceptions : ainsi, quelques fragments de couleur ambre ou blanc opaque et pourpre. Le site a livré des traces d’ateliers de verriers ainsi que des scories, dont une boule verte et une boule pourpre10, des creusets également, présumant la fabrication locale d’au moins une part du matériel pour la période entre le XIVe et le XVIIIe siècle. L’Hadramaout est considéré très tôt, dès le XIIIe siècle, comme un centre de fabrication du verre. Des échanges entre l’Afrique et Shihr sont bien attestés par les textes dès le XIIIe siècle ; et quelques bracelets de verre ont été rapprochés de découvertes faites sur la côte africaine11.

Les perles

  • 12 Francis, 2002, 103-140.
  • 13 Meyer 1992, perle n° 592.
  • 14 Meyer 1992, perle n° 370.
  • 15 Fouilles de S. Berthier, chercheur CNRS au LAMM-UMR6572, Aix-en-Provence, E. Al-Ajii DGAMS et IFPO
  • 16 Dublin, 1987.

8Comme le verre, les perles, qu’elles soient en verre, en pâte de verre ou en roche, sont des importations. Sur les huit perles retrouvées sur l’ambā, six proviennent de la fosse F1 implantée sous le maqdas (Tabl. 8.3). Le fragment de perle attribuable à la période 1 est trop incomplet pour permettre d’en identifier la forme (Fig. 8.1, n° 1). Deux exemplaires sont taillés dans un support minéral. Celle en calcédoine (Fig. 8.1, n° 10) attribuable à la période 3 est associée, comme il a été précisé plus haut, à la sépulture S21. Elle présente quelques imperfections dans sa forme qui n’est pas parfaitement circulaire. Cependant, comme la perle 8023.6 en onyx (Fig. 8.2, n° 20), elle est de très belle facture. Les perforations centrales sont parfaitement centrées et de diamètre constant. Ces deux perles ont été de toute évidence fabriquées dans un atelier spécialisé, car un tel façonnage requiert des savoir-faire et un outillage adapté. Il apparaît probable que ces objets puissent provenir des ateliers attestés dans l’Ouest ou le Sud de l’Inde qui ont très largement dominé le marché des perles minérales depuis l’Antiquité12. La perle biconique 8023.2b (Fig. 8.2, nos 17 et 19) trouve quelques parallèles en Égypte. C. Meyer date ces perles de la fin du XIIe siècle au XIVe siècle13. La perle 8023.2a (Fig. 8.2, nos 13 et 14) peut être classée dans la catégorie des perles côtelées en melon. C. Meyer, dans son étude sur le commerce du verre dans l’océan Indien, à partir du port égyptien de Qaseir Al-Qadim, considère que ces perles sont d’époque romaine (Ier-IIe siècle) et qu’elles n’existent plus à l’époque mamelouke (XVe siècle)14. Cependant, la fabrication relativement peu soignée de l’exemplaire de l’ambā laisse supposer une datation bien plus récente que les premiers siècles de notre ère. À titre de comparaison, les perles découvertes sur l’ambā Gabriel peuvent être rapprochées d’exemples provenant des fouilles de la citadelle de Damas15 notamment une de forme melon datée de la période ayyoubide (XIIe-XIIIe siècle), morphologie également attestée en Iran à Nishappur, ainsi qu’une série de perles de forme cylindrique datées de la période des Ayyoubides à celle des Ottomans, rapprochées d’items attribués à l’Asie et à l’Europe16. La citadelle de Damas, après Fustat, est l’un des rares sites de l’époque médiévale à avoir révélé de nombreuses perles de verre ; en effet, il semblerait que ce matériel tende à disparaître en Orient à la période islamique au profit des bracelets de verre.

Tabl. 8. 3 — Répartition des perles par périodes, contextes stratigraphiques et espaces fouillés

Contexte

Secteur

Description

Période 1 : NR = NMI = 1

8007.5

sondage ouest

Fragment de perle en verre ou pâte de verre bleu (de type bleu cobalt). Le fragment de perle fait actuellement 6 mm de diamètre mais aucune surface externe originelle n’est conservée, à part une partie de la perforation interne. La taille et la forme de cette perle sont donc impossibles à restituer.

Période 2 : NR = NMI =6

8023.2a

F1-Pièce 2

Perle côtelée en verre jaunâtre translucide de 16 mm de diamètre extérieur. La perforation cylindrique centrale de 1,5 à 1,6 mm de diamètre est très régulière.

8023.2b

F1-Pièce 2

Perle bitronconique en verre bleu turquoise opaque de 10 mm de diamètre sur 6,5 mm de hauteur. Perforation évasée et non centrée.

8023.2c

F1-Pièce 2

Perle cylindrique verte en verre ou en pâte de verre. Matière verte, opaque, homogène et brillante de 3,7 et 4 mm de diamètre (irrégulier) et de 2,8 et 3 mm hauteur, perforation d’un diamètre approximatif de 0,8 mm.

8023.2d

F1-Pièce 2

Perle cylindrique verte en verre ou en pâte de verre. Matière verte, opaque, homogène et brillante de 3,7 et 4 mm de diamètre (irrégulier) et de 2,8 et 3 mm hauteur, perforation d’un diamètre approximatif de 0,8 mm.

8023.2e

F1-Pièce 2

Perle cylindrique légèrement déformée jaune en pâte de verre. Matière homogène, opaque, mate. Présence au cœur de cercles concentriques de matière vitreuse jaune translucide. Le cylindre est découpé un peu en biseau, de 5,3 à 5,7 mm de diamètre et de 5,3 mm de hauteur, perforation interne de 1,4 à 1,9 mm.

8023.6

F1-Pièce 2

Perle biconique allongée en onyx de couleur brun-foncé à bandes claires de 34,5 mm de longueur et de 19,5 mm de largeur. Les deux extrémités sont abîmées par des chocs anciens. La perforation axiale de 1,7 mm de diamètre est parfaite.

Période 3 : NR = NMI = 1

S21.4

galerie

Perle bitronconique aplatie, en calcédoine (ou cornaline) gris-jaune, de 12 mm de diamètre et de 6 mm d’épaisseur, avec une perforation tubulaire de 1,7 mm. La couleur partiellement jaune clair de la calcédoine s’explique soit par une coloration naturelle du matériau, soit par une faible chauffe, et on devrait alors parler de cornaline.

Total

NMI=8

Les objets en alliage base cuivre

  • 17 Gerster, 1968, planche 61.

9Ils se répartissent là encore dans les trois périodes d’occupation du site : trois en période 1 dont une bague, seul élément de parure, associée à une phalange humaine, deux en période 2 et trois en période 3 (Tabl. 8.4). Les « plaques » sont des fragments plats en bronze parfois au plomb, peu explicites, sans forme restituable et de taille toujours réduite (Fig. 8.1, nos 4 et 5). Elles ne permettent pas de savoir à quel objet elles se rapportent (vaisselle ?). Les petits « maillons » 8049.20 (Fig. 8.1, n° 8) retrouvés sur le sol du maqdas ne semblent pas être des éléments indépendants associés dans un même objet, telle une chaînette par exemple, mais apparaissent fabriqués à partir d’un seul et même fil de laiton enroulé en boucles successives sur lui-même et brisé par la suite. La forme apparaît peu propice à un usage personnel (parure). Il s’agit plus probablement d’un petit élément de décor (?). L’objet le plus remarquable provient là encore de la fosse F1 (Fig. 8.3, n° 29). Il s’agit de fragments de tôle en laiton qui présentent tous un décor réalisé selon la technique du repoussé. La tôle, épaisse de 0,7 mm, a été déformée par pression ou percussion par un petit outil à pointe fine dont les impacts sont bien visibles en lumière rasante. La forme primitive de la tôle n’est pas restituable car aucun bord n’est conservé intact (bande ou carrée ?), mais son épaisseur permet d’envisager un plaquage destiné à décorer un objet probablement en bois ou en cuir. Le décor, tel qu’il est restituable, se compose de trois registres. Le décor central est composé de caissons successifs où l’on identifie clairement des fleurs à huit pétales et des croix grecques en alternance. Les deux registres externes sont composés de petits motifs à trois feuilles disposés en quinconce, entrelacés d’une fine bande ondulée. On ne sait pas s’il s’agit d’un objet éthiopien ou d’importation. Quoi qu’il en soit, ces motifs sont fréquents dans l’art éthiopien dès le XIIIe siècle, comme l’atteste le décor peint sur le plafond de la nef latérale droite de l’église Bēta Māryām à Lālibalā17, dont on ne connaît pas l’origine.

Tabl. 8.4 — Répartition des objets en alliage base cuivre par périodes, contextes stratigraphiques et espaces fouillés, les * indiquent les objets non figurés

Tabl. 8.4 — Répartition des objets en alliage base cuivre par périodes, contextes stratigraphiques et espaces fouillés, les * indiquent les objets non figurés

Le fer

10Le mobilier en fer se compose de 86 objets auxquels il convient d’ajouter quelques petits lots de fragments indéterminés (NR95) (Tabl. 8.5). Ils se répartissent entre les périodes 2 et 3, et seul un petit clou de type incertain a été retrouvé dans un contexte de la période 1. L’état de conservation de ces objets est très inégal. Relativement préservés dans le sol, en particulier dans les contextes d’incendie, certains montrent un état de conservation remarquable pour ce type de matériau. En revanche, le processus de corrosion s’est, dans d’autres cas, accéléré depuis leur mise au jour, et ces objets tendent à se fragmenter un peu plus. La grande majorité des objets sont cependant identifiables et les formes relativement standardisées permettent de distinguer aisément six grands types :

  • les « anneaux-charnières » (type 1), comme l’exemplaire n° 39 (Fig. 8.3), obtenus à partir d’un anneau de section carrée, parfois torse, de 3,3 mm à ± 5 mm, replié en deux temps. Les dimensions varient de 26 × 19 × 18 mm à 34 × 21 × 20 mm. Cet objet est destiné à assembler deux tiges perpendiculaires l’une à l’autre. à l’inverse de la soudure, ce dispositif permet le démontage de l’assemblage (restitution proposée Fig. 8.6) ;
  • les crochets (type 2), comme les exemples n° 56 et n° 57 (Fig. 8.4), obtenus à partir d’une tige de section carrée de 7 mm en moyenne, variant de 3 mm à 8 mm. Ils sont épointés à une extrémité et aplatis et recourbés à l’autre ; le métal est étalé en une palette toujours plus large que la tige. Le plus souvent, ces objets sont coudés, mais certains sont demeurés droits. Les dimensions sont très variables, avec des longueurs de 60 à 120 mm ;
  • les pitons (type 3), comme l’exemple n° 73 (Fig. 8.5), obtenus à partir d’une tige de section quadrangulaire, dont les deux extrémités sont associées par martelage, puis épointées. Les longueurs sont comprises entre 80 et 90 mm ;
  • les agrafes (type 4), comparables à l’exemple n° 38 (Fig. 8.3), obtenues à partir d’une barre de section rectangulaire dont les deux extrémités épointées sont repliées de manière symétrique ;
  • les grandes tiges (type 5), comparables à l’exemple n° 102 (Fig. 8.6), de section carrée de 6 mm à ± 5 mm. Les dimensions varient de 110 cm à 117 cm pour les deux plus grandes et de 24,5 cm à 31 cm pour les plus petites. Les autres sont soit pliées, soit fragmentaires. Il n’est guère possible de savoir si les exemplaires légèrement recourbés ont été déformés pour un usage particulier ou s’il s’agit plutôt de déformations accidentelles postérieures ;
  • les petites tiges à extrémités droites non ou peu épointées (type 6), comparables aux exemples nos 42 et 43 (Fig. 8.4), sont de section carrée. Elles s’apparentent sans doute au type 2. Il pourrait s’agir d’objets en cours de fabrication ou de préformes réalisées ailleurs et acheminées sous cette forme jusqu’à l’église. Rappelons que si un ferraillage occasionnel est envisageable sur le site – un foyer bien ventilé peut suffire pour épointer les tiges sur place –, en revanche aucune forge d’une certaine importance n’a été reconnue sur le site.

Tabl. 8.5 — Répartition du mobilier en fer par périodes, contextes stratigraphiques et espaces fouillés, les * indiquent les objets non figurés

Tabl. 8.5 — Répartition du mobilier en fer par périodes, contextes stratigraphiques et espaces fouillés, les * indiquent les objets non figurés

11Trois lots se distinguent clairement :

12— Les types 2, 3, 4 et 6 sont liés à la construction de l’église. Ils permettaient d’assurer les assemblages de pièces de bois des huisseries et de la charpente. Le type 2 est le mieux représenté avec 46 exemplaires. Les types 3 et 4 semblent anecdotiques avec respectivement deux et trois exemplaires. Le faible nombre de type 6 (5 NMI) renforce l’hypothèse d’objets neufs rapportés sur le site, car leurs extrémités droites et non épointées ne permettent pas d’envisager une fixation en l’état dans une pièce de bois. À cela s’ajoutent deux ensembles identiques, fort bien conservés, formés chacun de deux maillons, resserrés au centre et liés à deux pitons à œil (Fig. 8.4, nos 62 et 63). Leurs longueurs totales sont de 165 et de 170 mm. Les pointes des pitons sont repliées dans trois cas sur quatre, ce qui indique qu’ils ont été fixés dans une pièce de bois (Fig. 6.2).

13Ces objets se concentrent logiquement dans l’église : 10 ont été retrouvés dans la pièce 1, 20 proviennent de la pièce 2 et 11 sont issus des galeries. Seuls deux crochets (type 2) ont été retrouvés dans les espaces extérieurs.

  • 18 Voir à ce propos l’interprétation proposée plus haut dans la contribution de Marie-Laure Derat et (...)

14— Les types 1 et 5 se concentrent pour l’essentiel dans la pièce 2 où ils ont été retrouvés concentrés dans la moitié sud (Fig. 8.6). Ils appartiennent à un même ensemble : amas retrouvé au sol, constitué de tiges brisées et d’anneaux-charnières, probablement un meuble démontable18. Plusieurs fragments de tiges étaient d’ailleurs encore fixés entre eux par les anneaux-charnières. Deux autres exemplaires retrouvés dans la pièce 1 (8001.5, Fig. 8.3, n°39 et 8012.3*) pourraient là encore indiquer la présence d’un dispositif démontable de même nature. Enfin, la grande tige retrouvée dans la couche d’abandon du massif de l’escalier d’accès à l’ambā semble complète (Fig.8.5, n° 89). Elle présente une extrémité droite et l’autre épointée. Longue de 31 cm, sa section carrée de 8 mm présente des arêtes soigneusement rabattues. Elle ne s’apparente pas aux autres tiges et sa fonction nous échappe encore.

15— Enfin, deux bracelets retrouvés aux avant-bras de l’un des squelettes de la sépulture S21 sont les seuls éléments identifiés de parure en fer (Fig. 8.5, nos 85 et 86).

Le céladon chinois

16Lors de la fouille du bâtiment central rectangulaire, le sol de la pièce 1, sondé à l’angle sud-ouest, a livré quatre fragments de céladon qui ont été recollés ensuite au musée national d’Addis Ababa (8031-2).

17On rappellera que l’on nomme céladon un type de grès porcelaineux extrême-oriental particulier, présentant une teinte plus ou moins verte, conséquence d’une cuisson réductrice des oxydes de fer de la couverte à haute température. Le mot français de céladon, qui a été appliqué à ce type de production à partir de 1862, et qui est passé avec cette signification dans les autres langues occidentales, tire son origine d’un célèbre roman du XVIIe siècle écrit par Honoré d’Urfé, L’Astrée, où le personnage principal du nom de Céladon portait un costume orné de rubans vert tendre. En mandarin, le terme correspondant pour désigner ces grès verts est qingci,qing représente une couleur indéfinissable en français, intermédiaire entre le bleu du ciel et le vert de la mer, rappelant le jade.

  • 19 Medley, 1980, 147.

18L’exemplaire de l’ambā Gabriel est un fragment inférieur de grand bol de belle qualité (Fig. 8.7a). Il montre une base annulaire d’un diamètre externe de 9 cm, dont la partie la plus inférieure ne porte pas de couverte, mais des traces brun-rouge formées lors de la cuisson sur la pâte exposée (Fig. 8.7e). Ces dernières sont bien caractéristiques des productions méridionales chinoises, au contraire de celles du Nord19. Le fond est légèrement convexe (Fig. 8.7b).

Un bol décoré

19La base de la panse, côté externe, comporte un décor très classique, incisé, de larges pétales de lotus, découpés et dressés, avec un net relief côtelé s’affirmant vers la partie supérieure (Fig. 8.7c). Les nervures axiales sont présentes, mais peu accentuées.

20Le décor est souligné visuellement par l’épaisseur variable de la couverte, qui est remarquablement épaisse dans les creux (1,2 mm) et moins sur les reliefs (0,6 cm dans la partie centrale des pétales) (Fig.8.7d). Ainsi, les pétales paraissent plus clairs et se détachent subtilement sur un fond plus sombre. Cette épaisseur témoigne de la dépose de plusieurs couches successives de couverte. Celle-ci est gris-vert, avec un aspect nuageux, « microbullé », qui produit cette impression de dispersion de la lumière si propre aux céladons. En outre, la pâte est gris-blanc, très fondue, sans aucun dégraissant visible, proche d’une porcelaine, et sa pâleur permet à la couverte d’exprimer une certaine translucidité (Fig.8.7d).

21La couverte est demeurée très solide, mais montre à l’intérieur du bol de fines microtraces linéaires d’orientations multiples qui témoignent d’une utilisation du récipient, probablement à des fins culinaires et/ou rituelles : nous les interprétons comme des traces de découpe (Fig. 8.7c).

Une production des fours de Longquan

  • 20 Crick, 2005, 27.

22Les premières céramiques à couverte verte, cuites à haute température, remontent en Chine à l’époque Shang (vers – 1500 à vers – 1050/1025) puis se perfectionnent graduellement. À partir des Han, on parle de grès véritable. La température de cuisson dépasse 1310° à la fin des Han de l’Est (25-220), et l’on parle alors de grès porcelaineux. La couverte devient de plus en plus soignée. En Chine du Sud, dans le Zheijiang, les céladons de Yue en particulier, à partir des Tang (618-907) et des Cinq Dynasties (907-960), sont cuits à l’intérieur de cassettes qui peuvent être hermétiquement fermées, produisant une couverte lisse et lustrée, assez épaisse, variant du vert teinté de jaune au bleu-vert. Le corps est fin et compact, d’un gris clair20.

  • 21 Jingshi, in Crick, 2005, 151.
  • 22 Tregear, 1982, 168.

23À partir de la dynastie des Song (960-1279), les fours de Longquan (Zheijiang) produisent des quantités de céladons, d’abord influencés par ceux de Yue. À la fin de l’époque des Song du Nord (960-1127), la plupart des bols produits portent un décor incisé de fleurs de lotus et de pétales dressés21. En outre, un détail typologique est classique des productions Song du Sud : comme pour l’exemplaire de l’ambā Gabriel, le pied annulaire des bols est droit du côté externe et évasé du côté interne22.

  • 23 Jingshi, in Crick, 2005, 154.

24En 1129, la cour impériale se déplace vers le sud et se rapproche donc des zones de production du Zheijiang. La situation profite largement aux ateliers de Longquan. Ainsi, sous les Song du Sud (1127-1279), la couverte prend une teinte verte caractéristique, proche de celle du jade quand elle est appliquée en couche épaisse, et montre de nombreuses petites bulles et des grains de silice et d’argile non dissous. Les bols à pétales de lotus demeurent très fréquents. Ces pétales sont pleins et charnus, avec des nervures saillantes qui donnent l’impression d’un fort relief23.

25Sous la dynastie des Yuan (1279-1368), à domination mongole, la couverte est appliquée en couche moins épaisse. La teinte verte dominante change, devenant « vert ciboule », avec une couverte plus transparente et de plus grosses bulles. Les céramiques tendent à devenir plus épaisses et plus robustes, caractères que l’on corrèle volontiers avec une production industrielle tournée désormais vers l’exportation, souvent à grande distance. Dans le cas des bols à décor de pétales de lotus, ceux-ci s’amincissent, se rapprochant des pétales de chrysanthème, tandis que les nervures et l’impression de relief disparaissent.

  • 24 Goddio et al., 2002, 88.

26Sous les Ming (1368-1644), la production décline, mais maintient une certaine dynamique d’exportation, notamment vers la côte orientale de l’Afrique, jusqu’à l’interdiction d’exporter qui frappera la seconde moitié de la dynastie. Les bols en céladon ont une couverte foncée allant du vert soutenu au « vert haricot ». Comme on peut l’observer sur les céladons retrouvés sur l’épave de la jonque Lena, au XVe siècle, le pied annulaire des céladons est plutôt arrondi à l’extérieur et droit sur sa face intérieure24, à l’inverse de ce que l’on constate sur l’exemplaire de l’ambā Gabriel.

  • 25 Anfray, 1965 ; Anfray, 1978.
  • 26 Anfray, 1978, 157.
  • 27 Anfray, 1978, pl. XXXVI, n° 1.
  • 28 Goddio et al., 2002, 136-178.

27Le céladon de l’ambā Gabriel n’est pas le premier tesson chinois ancien à avoir été signalé sur un site archéologique en Éthiopie. Ainsi en 1964, lors des fouilles du bâtiment d’Enselalé, probable église des XIVe ou XVe siècles dans l’Est du Šawā, donc dans un contexte analogue à celui de l’ambā Gabriel, F. Anfray a signalé des fragments de porcelaine, hors stratigraphie25. L’auteur les décrit comme « des fragments d’une tasse en porcelaine blanche au décor de fleurettes bleues : porcelaine d’époque Ming ? Il semble bien26 ». Au vu des clichés publiés27, il semble que, d’après le diamètre suggéré par les lèvres, on puisse être en présence d’un récipient peut-être plus grand qu’une tasse (bol, voire plat creux) dont le décor à base de feuilles trilobées est effectivement très courant sous les Ming. L’épave de la Lena, au XVe siècle, en contenait en particulier de nombreux exemplaires28.

  • 29 Rougeulle, 1991, 2000, 2005 ; Tampoe, 1989 ; Zhao, 2004.
  • 30 Yuba, 2005, 90-92, fig. 15.
  • 31 Hasebe, 2005, fig. 1.
  • 32 Zhao & Lombard, 2005.

28Si le céladon de l’ambā Gabriel demeure le seul signalé en Éthiopie, et de plus au cœur des hauts plateaux abyssins, en revanche les côtes de la mer Rouge et celles de l’océan Indien ont livré d’abondantes séries de céramiques chinoises, dont des céladons29. À Fostat (Égypte), la mission archéologique japonaise a évalué à 700 000 le nombre de fragments de céramique chinoise retrouvés en fouille. Parmi d’autres origines, 2 400 fragments de céladons de Longquan ont été déterminés. La plupart, dont ceux à décor de pétales de lotus, sont attribués aux Yuan30. Il y a aussi de nombreux céladons Yuan-début Ming, de médiocre qualité. Sur la péninsule du Sinaï, des céladons de Longquan attribués à la charnière Song du Sud-début Yuan ont été signalés sur le site d’al-Tur, avec des décors de pétales de lotus31. Une série remarquable de céladons de Longquan a été décrite sur le site de Qal’at ai-Bahreïn (173 tessons, soit 86 % de l’importation chinoise antérieure au XVIe siècle sur ce site32.

  • 33 Rougeulle, 1991.
  • 34 Chittick, 1974, 311 ; Hardy-Guilbert, 2002, 49.
  • 35 Pradines, 2000, 22-23 et fig. 4.

29Dans la partie africaine du Nord de l’océan Indien, entre les IXe et XIVe siècles, les céramiques chinoises sont connues sur les sites de Manda, Shanga, Bui, Pate, Kiungamwini (archipel de Lamu), Unguja Ukuu (Zanzibar) et M’ro Deoua (Moheli, aux Comores)33. À Kilwa, on note la présence de bols de Longquan à décor de pétales de lotus34. À Gedi, un ensemble de céladons de Longquan, dont des bols à décor de pétales de lotus, sont attribués à un niveau du XIIIe siècle35.

  • 36 Insoll, 2001, 47, fig. 1.

30Enfin, les céladons publiés les plus proches se trouvent dans les îles Dahlak (Érythrée), où quatre tessons sont signalés à Dahlak Kebir36.

31En résumé, le bol décoré de pétales de lotus de l’ambā Gabriel s’inscrit dans les productions classiques des ateliers chinois de Longquan (Zheijiang). L’association des détails de son décor, de la qualité et de l’épaisseur de sa pâte, des caractéristiques de sa couverte, des traces brun-rouge laissées sur sa base exposée lors de la cuisson et des détails typologiques de son pied annulaire est caractéristique et suggère une attribution aux Song du Sud (1127-1279), ou au plus tard au début des Yuan (1279-1368). Le fait que les nervures des pétales soient peu accentuées suggère plutôt la partie basse de la fourchette, qui recouvre le XIIIe siècle.

Remarques sur la fosse F1 et le mobilier de la période 1

  • 37 Il s’agit d’une coupe hémisphérique perforée et de quatre coupelles à encens à pied creux, de deux (...)
  • 38 Poissonnier, Briois, Farago, Midant-Reynes, à paraître.
  • 39 Il s’agit peut-être d’une inscription.

32La fosse F1 concentre à elle seule la plupart des petits objets retrouvés sur l’ambā : neuf des quinze récipients en verre, six des huit perles et la tôle en laiton décorée de motifs d’inspiration chrétienne (Tabl. 8.6). À cela s’ajoutent 872 tessons de céramique, une fusaïole en terre cuite (Fig. 8.2, n° 21), cinq pièces lithiques et une dent d’ovin-caprin. L’étude céramique montre la présence conjointe de vaisselle domestique « classique » (faisselle, plat à inğera...) et de formes particulières, moins fragmentées, le plus souvent absentes des autres contextes fouillés sur l’ambā 37. Deux des formes sont bien représentées sur le tumulus de Tater Gur, tout proche géographiquement, monument considéré comme bien antérieur à l’église38. Ces productions d’origine locale, dont ces quelques formes « archaïques », côtoient, outre les récipients en verre et les perles importés, trois petits tessons glaçurés bleu-roi comportant des motifs dorés39, également exogènes. À l’exception des perles, tous les autres éléments sont fragmentés et incomplets. Il s’agit d’objets rassemblés intentionnellement mais la signification de ce geste nous échappe et aucune structure de cette nature n’est actuellement connue dans les églises médiévales d’Éthiopie.

33Cette petite fosse implantée sous le maqdas reste une énigme que la fouille n’a pas résolue car on ignore à quelle étape de l’histoire du site elle doit être associée, même si elle a été attribuée à la période 2. Rappelons qu’elle n’a été observée qu’une fois que le sol de la pièce avait été entièrement retiré. Mais comme l’a très bien montré la fouille, les murs de l’église, et en particulier ceux du maqdas, ont été posés sur le rocher préalablement décapé. La fosse était donc visible et connue lors de la construction de l’église, elle peut donc (hypothèse qui a été retenue) être en lien direct avec la construction de l’église. Cependant son remplissage peut-il être antérieur, et de combien, à la fondation de l’édifice ? L’étude du mobilier n’apporte pas d’informations chronologiques suffisamment précises pour répondre à cette question, dans la mesure où ces objets sont très mal datés. Toutefois, le décor sur la tôle de laiton est bien quant à lui de tradition chrétienne et ne peut pas être antérieur à la christianisation de cette région dont le camp royal de Mesḥāla Māryām est l’élément fondateur.

34La découverte d’une bague sur une phalange humaine dans la couche 8007 attribuable à la période 1 du site, et à travers laquelle le mur de la galerie ouest est implanté, apparaît bien surprenante. Elle sous-entend la présence d’une deuxième sépulture, autre que la fosse F10, ayant pu être bouleversée par la construction de l’église. Cette hypothèse reste plausible mais un réexamen de la stratigraphie permet d’émettre des doutes sur cette attribution. En effet, si, à la fouille, cette couche est apparue uniforme dans sa texture et sa coloration, son épaisseur de près de 0,90 m et la présence de gros blocs de basalte juxtaposés et disposés dans sa portion supérieure permettent d’envisager une rupture stratigraphique à la base des gros blocs, tel que cela a été restitué sur la coupe présentée (Fig. 5.6). Les objets, en provenance de ce contexte (US 8007), peuvent donc avoir été trouvés dans cette strate restituée et seraient à classer en période 3, liée à l’abandon du site.

Tabl. 8.6 — Inventaire simplifié du mobilier (hors céramique) de la fosse F1, les * indiquent les objets non figurés

Isolation

Description simplifiée

Récipient en verre NR= 54 pour un NMI de 9

8023.5a

un vase globulaire

8023.5b

un gobelet à bord droit

8023.5c

un récipient indéterminé avec des cannelures externes

8023.5d

une anse

8023.5e

un gobelet à bord droit

8023.5f*

un récipient indéterminé

8023.5g*

un récipient indéterminé

8024.2a

un flacon

8024.2b

un flacon

Perles NR=NMI=6

8023.2a

perle côtelée en verre

8023.2b

perle bi-tronconique en verre bleu

8023.2c

perle cylindrique verte en verre ou en pâte de verre

8023.2d

perle cylindrique verte en verre ou en pâte de verre

8023.2e

perle cylindrique légèrement déformée jaune en pâte de verre

8023.6

perle biconique allongée en onyx

8023.14

treize fragments d’un même objet en tôle décorés

Terre cuite

8024.4

une fusaïole

Lithique NR=3

8023.3*

deux éclats et un fragment d’outil

8024.3*

un éclat et un nucléus (?)

8024.5*

deux éclats

Faune NR=1

8023.4*

une dent d’ovin-caprin

Conclusion

  • 40 Anfray, 1965, 25-26 et pl. XXII ; Anfray, 1978.
  • 41 On se remémorera au passage les quelques pierres sculptées comparables réemployées dans les bâtime (...)
  • 42 Anfray, 1978, 157 et pl. XXXVI, 2.
  • 43 Non figurés.

35Il est bien difficile de trouver des comparaisons éthiopiennes pour ce petit lot d’objets découvert dans l’église de l’ambā Gabriel, tant la recherche archéologique fait défaut sur ce point. Néanmoins, la découverte de nombreux crochets de fer évoque celle faite en 1964 lors des fouilles du bâtiment d’Enselalé, dans l’Est du Šawā, à 80 km d’Addis Abeba40. Ces fouilles ne permirent alors pas d’identifier à coup sûr la nature de l’édifice, mais le plan dégagé, la présence d’une tombe, les éléments d’architecture et de décor41 mis au jour, comme le mobilier découvert, évoquent bien une église médiévale. Selon Francis Anfray, le contexte chronologique serait à placer au XIVe ou au XVe siècle. Les analogies avec l’église Gabriel ne s’arrêtent pas là. Il a, en effet, été recueilli dans cet édifice carré de 11,70 m de côté, détruit par un incendie, de nombreux clous et crochets en fer, un fragment de récipient en verre peut-être proche de notre exemplaire 8049.1942, ainsi que des fragments de porcelaine qui semblent former le pendant des découvertes réalisées sur l’ambā Gabriel : trois fragments glaçurés (8023.7) dans la fosse F143 et les quatre fragments de céladon dans le sol de la pièce 1 (8031.2).

  • 44 Ricci, 1976.

36Toujours dans le Šawā, à Ginbi, Lanfranco Ricci a effectué en 1973 des recherches archéologiques sur une église appartenant au même groupe que la précédente44. Il a découvert, à cette occasion, du petit mobilier dont des perles en verre bleu-violet, bleu ciel (et d’autres couleurs non détaillées), des grains d’enfilage en verre blanc facetté, ou de couleur ambrée. Il cite aussi des perles de Venise (conterie) et deux minuscules dés en or (cubetti di oro).

37Comme ces divers exemples le montrent bien, les objets importés en provenance de Chine, d’Inde, d’Égypte ou du Moyen-Orient parviennent bien au Moyen Âge jusqu’aux hauts plateaux éthiopiens et en particulier dans le Šawā mais dans des proportions sans doute modestes, voire anecdotiques. Ces objets, prestigieux au demeurant, sont probablement conservés et transmis par héritage et/ou don sur la longue durée, phénomène difficilement analysable en l’état des connaissances. Le pays n’est donc pas imperméable aux échanges qui restent réservés à une élite, mais l’Éthiopie semble bien rester à la marge des grands courants commerciaux qui transitent par la mer Rouge, passage obligé des marchandises entre l’océan Indien et la Méditerranée.

Fig. 8.1 — Mobilier verre, minéral et alliage base cuivre des périodes 1 à 3 (hors F1)

Fig. 8.2 — Mobilier verre, minéral et alliage base cuivre retrouvés dans la fosse F1 dans la pièce 2 (maqdas)

Fig. 8.3 — Mobilier alliage base cuivre retrouvés dans la fosse F1 dans la pièce 2 (maqdas)

Fig. 8.4 — Les objets en fer retrouvés dans la pièce 1 (périodes 2 et 3), crochets (type 2), agrafe (type 4) et anneau-charnière (type 1)

Fig. 8.5 — Les objets en fer retrouvés dans la pièce 2 (périodes 2 et 3), crochets (type 2) et petites tiges (type 6)

Fig. 8.6 — Les objets en fer retrouvés dans la pièce 2 (périodes 2 et 3), crochets (type 2) et les deux assemblages de pitons

Fig. 8.7 — Les objets en fer retrouvés dans les galeries (périodes 2 et 3), crochet (type 2), piton (type 3), agrafe (type 4) et bracelets

Fig. 8.8 — Les objets en fer des niveaux extérieurs (période 3), grande tige (type 5), crochets (type 2) et un crochet (type 2) hors stratigraphie

Fig. 8.9 — Les objets en fer retrouvés en amas dans la pièce 2 (période 2), anneaux-charnière (type 1) et restitution, grandes tiges (type 5), crochet (type 2), piton (type 3)

Fig. 8.10 — Céladon de l’ambā Gabriel, a : dessin, b : vue interne, c : vue externe, d : détail de sa tranche. Noter l’épaisseur variable mais importante de la couverte, e : détail de la base du pied sans couverte, f : détail de la couverte d’aspect « nuageux »

Notes

1 Ce travail a été pris en charge en 2000 par Catherine Cormier, puis en 2001 par Kristell Chuniaud.

2 Il est aujourd’hui admis d’utiliser ce terme neutre qui désigne tous les alliages à base de cuivre, car le bronze est un alliage binaire composé de cuivre et d’étain, et le laiton est composé de cuivre et de zinc.

3 Les photographies ont été réalisées pour partie par Bertrand Poissonnier, puis par Kristell Chuniaud. Les dessins et les coupes des objets sont de Kristell Chuniaud.

4 Aucun exemple ne correspond à cette taille dans l’ouvrage de Du Pasquier (Du Pasquier, 2007).

5 Du Pasquier, 2007, 42 (flacon à khôl, sans date) ; Meyer, 1992, n° 548-553 (flacon, datation large, IXe-XIIe siècle ou plus).

6 Malheureusement non daté, Du Pasquier, 2007, 81.

7 Du Pasquier, 2007.

8 Anfray, 1978, pl. XXXVI, 2.

9 Fouilles sous la direction de C. Hardy-Guilbert, chercheur CNRS, Islam médiéval UMR 8167.

10 Boulogne & Hardy-Guilbert, à paraître.

11 Hardy-Guilbert, 2002.

12 Francis, 2002, 103-140.

13 Meyer 1992, perle n° 592.

14 Meyer 1992, perle n° 370.

15 Fouilles de S. Berthier, chercheur CNRS au LAMM-UMR6572, Aix-en-Provence, E. Al-Ajii DGAMS et IFPO.

16 Dublin, 1987.

17 Gerster, 1968, planche 61.

18 Voir à ce propos l’interprétation proposée plus haut dans la contribution de Marie-Laure Derat et Emmanuel Fritsch, « Une lecture architecturale et liturgique du plan de Gabriel ».

19 Medley, 1980, 147.

20 Crick, 2005, 27.

21 Jingshi, in Crick, 2005, 151.

22 Tregear, 1982, 168.

23 Jingshi, in Crick, 2005, 154.

24 Goddio et al., 2002, 88.

25 Anfray, 1965 ; Anfray, 1978.

26 Anfray, 1978, 157.

27 Anfray, 1978, pl. XXXVI, n° 1.

28 Goddio et al., 2002, 136-178.

29 Rougeulle, 1991, 2000, 2005 ; Tampoe, 1989 ; Zhao, 2004.

30 Yuba, 2005, 90-92, fig. 15.

31 Hasebe, 2005, fig. 1.

32 Zhao & Lombard, 2005.

33 Rougeulle, 1991.

34 Chittick, 1974, 311 ; Hardy-Guilbert, 2002, 49.

35 Pradines, 2000, 22-23 et fig. 4.

36 Insoll, 2001, 47, fig. 1.

37 Il s’agit d’une coupe hémisphérique perforée et de quatre coupelles à encens à pied creux, de deux gobelets carénés à profil en bobine, de vases de formes fermées bivalves (F B1/FB2) et de jattes à bord rentrant (type OE-102). Voir à ce propos la contribution de Kristell Chuniaud, «  L’étude des céramiques des fouilles du Manz », et l’étude céramique d’Alain Wittmann, à paraître.

38 Poissonnier, Briois, Farago, Midant-Reynes, à paraître.

39 Il s’agit peut-être d’une inscription.

40 Anfray, 1965, 25-26 et pl. XXII ; Anfray, 1978.

41 On se remémorera au passage les quelques pierres sculptées comparables réemployées dans les bâtiments de Mesḥāla Māryām (Anfray, 1983 ; Hirsch & Poissonnier, 2000, 62, fig. 3).

42 Anfray, 1978, 157 et pl. XXXVI, 2.

43 Non figurés.

44 Ricci, 1976.

Table des illustrations

Titre Tabl. 8.1 — Répartition du mobilier (hors céramique) par période
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/876/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Tabl. 8. 2 — Répartition du mobilier en verre (récipient) par périodes, contextes stratigraphiques et espaces fouillés, les * indiquent les objets non figurés
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/876/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
Titre Tabl. 8.4 — Répartition des objets en alliage base cuivre par périodes, contextes stratigraphiques et espaces fouillés, les * indiquent les objets non figurés
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/876/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Tabl. 8.5 — Répartition du mobilier en fer par périodes, contextes stratigraphiques et espaces fouillés, les * indiquent les objets non figurés
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/876/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 8.1 — Mobilier verre, minéral et alliage base cuivre des périodes 1 à 3 (hors F1)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/876/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 8.2 — Mobilier verre, minéral et alliage base cuivre retrouvés dans la fosse F1 dans la pièce 2 (maqdas)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/876/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 8.3 — Mobilier alliage base cuivre retrouvés dans la fosse F1 dans la pièce 2 (maqdas)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/876/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 8.4 — Les objets en fer retrouvés dans la pièce 1 (périodes 2 et 3), crochets (type 2), agrafe (type 4) et anneau-charnière (type 1)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/876/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 8.5 — Les objets en fer retrouvés dans la pièce 2 (périodes 2 et 3), crochets (type 2) et petites tiges (type 6)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/876/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 8.6 — Les objets en fer retrouvés dans la pièce 2 (périodes 2 et 3), crochets (type 2) et les deux assemblages de pitons
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/876/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 8.7 — Les objets en fer retrouvés dans les galeries (périodes 2 et 3), crochet (type 2), piton (type 3), agrafe (type 4) et bracelets
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/876/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 8.8 — Les objets en fer des niveaux extérieurs (période 3), grande tige (type 5), crochets (type 2) et un crochet (type 2) hors stratigraphie
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/876/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 8.9 — Les objets en fer retrouvés en amas dans la pièce 2 (période 2), anneaux-charnière (type 1) et restitution, grandes tiges (type 5), crochet (type 2), piton (type 3)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/876/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 8.10 — Céladon de l’ambā Gabriel, a : dessin, b : vue interne, c : vue externe, d : détail de sa tranche. Noter l’épaisseur variable mais importante de la couverte, e : détail de la base du pied sans couverte, f : détail de la couverte d’aspect « nuageux »
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/876/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

Auteurs

Archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), Pessac. Il a séjourné en Éthiopie de 1998 à 2000 comme chercheur détaché auprès de l’Authority for Research and Conservation of the Culture Heritage (ARCCH), et a effectué de nombreuses missions de recherche et d’archéologie préventive dans ce pays

Archéologue et céramologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), Clermont-Ferrand

Archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), Tours, et membre du laboratoire Archéologie et Territoires (UMR 6173 CITERES, CNRS et université de Tours)

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540