Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gabriel, une église médiévale d’Éthiopie

 | 
Marie-Laure Derat
, 
Anne-Marie Jouquand

5. Une lecture architecturale et liturgique des ruines de Gabriel

Emmanuel Fritsch et Marie-Laure Derat

Résumé

L’église de l’ambā Gabriel, incendiée dans la première moitié du XVIe siècle, témoigne d’une architecture que l’on peut comparer avec celle d’autres églises éthiopiennes connues par ailleurs, et encore en place. Ce chapitre vise à restituer cette église de la deuxième moitié du XVe siècle à partir de données liturgiques et architecturales, afin de tenter de comprendre les fonctions des différents espaces et matériaux mis au jour lors de la fouille. Quelle était l’utilité d’une seconde porte latérale conduisant de la nef au sanctuaire ? Quelle était la fonction de la fosse F1 ? L’église de Gabriel avait-elle une vocation funéraire ? Pourquoi une citerne a-t-elle été aménagée à mi-pente de l’accès à l’église ?

Texte intégral

  • 1 Le bêma désigne tout d’abord un degré, d’où un endroit élevé construit dans un espace plus grand. (...)
  • 2 Pour une analyse des fonctions liturgiques de ces différents espaces et de leur évolution, voir Le (...)
  • 3 Voir précisément les deux articles cités en note 2.

1Dans les anciennes églises éthiopiennes, le plus souvent de plan appelé communément « basilical », l’espace est divisé en trois. D’est en ouest, on trouve le sanctuaire (ou maqdas), surélevé, où l’on accède par l’arc triomphal ; puis plus à l’ouest, de l’autre côté de l’arc triomphal, le bêma1, plate-forme prolongeant le sanctuaire vers l’ouest, ou qeddest ; et enfin le qenē maḫlēt2, où les fidèles s’assemblent pour suivre l’office. Bien que cette présentation constitue la doxa pour interpréter les différents espaces de l’église, quelques travaux montrent que cet état de fait est le fruit d’une évolution liée en grande partie à l’évolution de la liturgie3 et que par conséquent il n’est pas très intéressant de plaquer ce prêt-à-penser sur n’importe quel plan d’église pour lui donner corps, mais qu’il est plus judicieux au contraire de mesurer le rapport aux modèles fournis par l’Éthiopie antique et l’Égypte grâce en particulier à l’étude de la liturgie comparée pour tenter de situer chronologiquement l’édifice en question et ce qu’il révèle des pratiques liturgiques de son temps.

  • 4 Emmakinā Medḫānē Ἁlam, construite dans une grotte, est en effet de petite dimension puisqu’elle fa (...)
  • 5 Zoz Ambā est une église semi-monolithique dont le toit n’a pas été séparé du rocher (observation r (...)
  • 6 Les salles principales des deux hypogées nord et sud de Degum mesurent toutes deux 3,40 m sur 3,40 (...)

2L’église de Gabriel présente des caractéristiques marquantes. Installé sur une éminence rocheuse de petite taille, le bâtiment est très ramassé (10,50 m de long et 7,40 m de large, sans compter la galerie extérieure) sans toutefois incarner une exception puisque les églises d’Emmakinā Medḫānē ‘Alam4 (dans le Lāstā) et de Zoz Ambā5 près de Guhālā (Mesrāq Balas, Nord-Gondar) ou de Degum dans le Tegrāy (Gar῾altā)6, pour ne citer que quelques exemples, lui sont tout à fait comparables du point de vue de la taille. Une sorte de galerie court le long du bâtiment, ménageant un espace pour desservir les trois entrées de l’église, à l’image de ce que l’on peut voir à Lālibalā Medḫānē ‘Alam, Gannata Māryām, ou plutôt celles de Sarzenā Mikā’ēl, Qanqānit Mikā’ēl ou Ašetan Māryām, dont la galerie ne fait pas le tour complet.

  • 7 Autant de choses qui correspondent d’ailleurs à ce que l’on trouve dans les églises semi-monolithi (...)

3Au moins cinq sépultures antérieures à la destruction par le feu témoignent d’une utilisation funéraire du bâtiment originel, en particulier parce que deux des sépultures étaient installées dans le sanctuaire. Nous préférons pour l’instant parler d’utilisation plutôt que de vocation. En effet, une vocation funéraire du bâtiment supposerait, nous semble-t-il, une disposition centrale de tombes marquantes et bien bâties, ou bien la présence d’une tombe bien faite dans un secteur latéral du sanctuaire, ou encore la proximité d’une tombe soigneusement préparée en dehors du bâtiment lui-même mais en relation évidente avec lui7. Nous verrons plus loin s’il y a lieu de parler de vocation funéraire.

4Enfin, le mobilier retrouvé sur le sol de l’église et dans la fosse du sanctuaire est le signe d’une certaine richesse qui interroge quant au patronage de l’église et à l’identité des personnes inhumées en son sein, alors que l’absence de dallage au sol et de peintures sur les murs (puisque ceux-ci ne portaient pas de trace d’enduit) paraît contredire cette affirmation, à moins que la partie boisée formant la base verticale d’un éventuel plafond ait été peinte comme à Emmakinā Medḫānē Ἁlam ou à Zammado Māryām (voir plus bas).

5Afin de mieux interpréter les vestiges de l’église de Gabriel et proposer une restitution du bâtiment avant son incendie, il est nécessaire de replacer l’édifice dans le corpus des églises éthiopiennes. En particulier, il serait utile de répondre aux questions suivantes : Quelle était la fonction de la seconde porte latérale aménagée dans le mur ouest du maqdas ? Est-il courant de trouver des sépultures dans les églises ? Cet édifice adopte-t-il un modèle classique d’église à vocation funéraire ?

Le sanctuaire et la nef

6L’église de Gabriel est composée de deux pièces. La première, à l’est, constitue le sanctuaire et se distingue par trois éléments sur lesquels nous reviendrons : deux portes sont aménagées dans le mur de séparation avec la grande pièce située à l’ouest ; les restes d’un poteau de bois (F5), brûlé par l’incendie, sont encore visibles ; et une fosse carrée (F1) a livré un mobilier divers et relativement riche (perles, verre, faïence, céramique...).

  • 8 Fritsch, 2010 : 103-111.

7La seconde pièce de Gabriel, la plus grande, est donc le qenē māḫlēt. On y accède par trois entrées (à l’ouest, au nord et au sud) qui desservaient probablement en fait une nef centrale et deux nefs latérales ou ailes, comme dans la plupart des églises quadrangulaires d’Éthiopie. Ces nefs sont généralement marquées par des piliers, souvent quatre ou seulement deux, qui déterminent trois nefs8 du nord au sud (soit la nef centrale et deux ailes) et un nombre de travées d’est en ouest proportionnel au nombre de piliers/poteaux, deux ou trois. Les vestiges de l’église de Gabriel n’ont pas livré les restes de tels piliers ou poteaux de bois mais ils ont pu être brûlés s’ils étaient en bois et, d’autre part, il faut rappeler que, étant donné le nombre considérable de sépultures, l’ensemble de la pièce n’a pas été fouillé et le sol d’occupation n’a pas été mis au jour. Si bien que si des traces de poteaux se trouvaient au sol, celles-ci n’ont pas été mises en évidence.

  • 9 Trois en comptant le sanctuaire.
  • 10 Claude Lepage et Jacques Mercier notent Agabo (Lepage & Mercier, 2005 : 102 sq.). Sur place, on tr (...)
  • 11 Sur ces églises, voir Lepage, 1973 : 416-454 ; Lepage & Mercier, 2005 : 62-71, 102-103.
  • 12 Pour reprendre l’expression employée par Mercier & Lepage (2005 : 130) qui traduisent ainsi l’expr (...)

8Toutefois, un détail dans les murs latéraux plaide à la fois en faveur d’un plan basilical à trois nefs et deux travées (voir Fig. 5.19)9 et en faveur d’un plafond dans la grande pièce qui pourrait bien avoir été construit sur une ferme centrale à entrait retroussé, peut-être placé au-dessus d’un entrait, et deux autres fermes engagées dans chacun des murs délimitant la pièce à l’est et à l’ouest, ou constituées par ces murs. En effet, les renflements des murs nord et sud à l’est de chaque entrée pourraient bien être en réalité des piliers engagés à mi-longueur de la nef et témoigner peut-être de la nécessité de soutenir une charpente et en particulier une poutre transversale visant à porter le plafond et le toit, probablement à double pente, tout comme à Zarēma Giyorgis, Agawo/Agobo Qirqos10 (Tegrāy oriental, respectivement attribuées aux IXe et XIe siècles)11, à Yemrehanna Krestos (attribuée au XIIe siècle), Emmakinā Medḫānē Ἁlam (fin XIIIe siècle, Fig. 6.1) ou encore Bētalēhem (Gāyent, ca. 1400), etc. Les petites dimensions de l’église ne s’opposent pas à une telle superstructure, bien au contraire. Le plafond a donc pu avoir été plat au niveau des nefs latérales et à trois pans et fermes ouvertes12. La couverture extérieure du toit suivait probablement une ligne à double pente partant du faîte et couvrant les galeries extérieures, avec, pour ce faire, une pente propre au côté ouest s’appuyant sur les poteaux F33, F34, F28, F29, F30, plantés dans le mur ouest de la galerie.

Fig. 6.1 — Le plafond de l’église de Emmakinā Medḫānē ῾ālam

  • 13 Lepage, 2006 : 20.

9Au moins la superstructure de l’église de Gabriel était faite de bois. En témoignent les objets en fer retrouvés sur le site, pitons, crampons et crochets qui servaient à assembler ou à renforcer des pièces de bois (voir Fig. 6.4 à 6.9 ; pour un usage toujours actuel, Fig. 6.2). Il faut ajouter que, dans les édifices de ce type que nous connaissons, les plafonds en bois sont richement peints. Ce qui a pu être le cas de l’église de Gabriel, entièrement détruite par le feu. D’ailleurs, l’absence de traces d’enduit sur les murs qui témoigne de l’absence de peintures est peut-être un autre indice d’une décoration en bois dont il ne resterait plus aucune trace. On notera toutefois que l’absence de dallage au sol, attestée au moins dans le sanctuaire qui a été fouillé jusqu’au substrat, dénote l’absence de grande richesse. Il faut cependant admettre que le dallage du sol des églises est un fait rare en Éthiopie13.

Fig. 6.2 — Crochets, crampons et pitons pour assembler des pièces de bois. Église d’Abreḥā et Asbeḥā (Tigrāy) ; église d’Aksum Seyon

10La seconde pièce de Gabriel présente trois sépultures : une dépouille a été retrouvée dans un cercueil monoxyle (S8) et, à côté, une autre est entièrement enterrée (S37) et sous elle un dernier corps (S61) n’a été qu’entr’aperçu. Les deux premières présentent des traces d’incendie, ce qui laisse penser qu’elles sont antérieures à la destruction de l’église, de même que la troisième sépulture installée en partie sous la tombe S37, au contraire de toutes les autres sépultures retrouvées sur l’ambā Gabriel. Mais nous reviendrons sur les sépultures et sur la vocation funéraire de l’église dans un deuxième temps.

  • 14 Pour comparaison, les portes d’entrée dans l’église mesurent 1,14 m pour celle qui est située au c (...)

11On pénètre dans le sanctuaire depuis la grande pièce par deux portes. L’une, centrée, est large de 70 cm tandis que la porte latérale à l’extrémité sud mesure 80 cm. D’après les observations réalisées lors des fouilles, les deux portes sont contemporaines et leur taille n’a pas changé durant l’occupation du site. Il faut cependant relever l’étroitesse de la porte centrale14 qui a pourtant une fonction essentielle dans la liturgie puisque c’est par cette porte que le prêtre officiant sort du sanctuaire avec les autres ministres pour proclamer l’évangile et ensuite pour distribuer l’eucharistie aux fidèles. Notons à titre de comparaison que l’ouverture du sanctuaire d’Emmakinā Medḫānē Ἁlam est large de 82 cm.

  • 15 À ce sujet, voir Fritsch, 2008.
  • 16 Fritsch, 2012 :462.

12Quelle a pu être l’utilité de la seconde porte, légèrement plus large que celle du sanctuaire ? Elle correspond à la porte de ce qui aurait été jusqu’au XIIe siècle le pastophorion sud dans les églises éthiopiennes15. Cette ouverture s’est parfois transformée en porte de sanctuaire secondaire et elle a survécu comme porte sud du sanctuaire carré des églises circulaires construites à partir du XVIe siècle, probablement, jusqu’à nos jours. On peut donc se demander si c’était une porte de service, ou la porte de communication entre un éventuel autel placé dans la partie sud du sanctuaire et le reste de l’église, ce qui est le plus probable du fait de la multiplication des autels16.

  • 17 Voir la contribution d’Anne-Marie Jouquand, Bernard Farago-Szekeres et Deresse Ayenachew dans ce v (...)

13La fosse F1 dans le sanctuaire soulève des problèmes d’interprétation. Pour rappel, elle présentait des morceaux de céramique, faïence, verre et une plaque de bronze décorée de fleurs et des perles. Aucun objet complet n’a pu être reconstitué et tout porte à croire que ce mobilier était en mauvais état au moment de l’incendie. Une première hypothèse concernant cette fosse consisterait à y voir un dépotoir. Mais elle paraît bien grande pour un tel office. Par ailleurs, le sanctuaire des églises éthiopiennes contient un trou nommé azaqt, normalement situé dans l’angle sud-ouest du maqdas. On y dépose les restes d’eau, de cendres de l’encensoir ou d’autres choses liées à la célébration de l’eucharistie. Mais l’idée de dépotoir ne correspond pas à sa fonction, ne serait-ce que parce qu’on n’y a pas trouvé de traces de cendres. Peut-être cette fosse n’est-elle tout simplement pas à mettre en rapport avec l’église mais appartient à une phase d’occupation antérieure, comme le laissent entendre les incertitudes de la stratigraphie17.

14Parmi les objets mis au jour dans le côté sud du maqdas de l’église de Gabriel, regroupés autour d’une zone charbonneuse assez fugace et rectangulaire, se trouvent des tiges et des sortes d’anneaux de fer. Une autre tige de même facture était également posée sur le sol mais localisée près de la porte centrale du sanctuaire, un peu plus au nord. Les tiges sont à peu près de la grosseur d’un doigt et de section circulaire. Ces éléments prédatent l’incendie du bâtiment.

15L’une des hypothèses est qu’il pourrait s’agir d’un support de rideau servant peut-être à séparer le sanctuaire de la nef. Mais il est encore difficile de dater les différents usages des rideaux dans les églises éthiopiennes et il est aussi difficile de faire le rapport entre les types d’« anneaux » visibles sur les tiges et quelque chose qui devrait coulisser. Les anneaux retrouvés sont en fait impropres à tenir un rideau puisqu’ils ont été pliés en vue d’une fonction qui implique un rapport fixe entre deux barres. D’autre part, la tringle la plus proche de la porte a été retrouvée sans aucun anneau. Si elle avait servi à cet usage, les anneaux auraient été de bois, de corde ou de tissu. L’hypothèse du rideau en rapport avec les objets en métal retrouvés à Gabriel n’est donc pas satisfaisante. Il est vraisemblable qu’il y ait eu un rideau entre le sanctuaire et la nef, mais son système d’attache a disparu.

16Une seconde hypothèse envisageable serait d’identifier cet ensemble de tiges et d’anneaux de fer posés à un lutrin ou pupitre de lecture (Fig. 6.3). Un tel lutrin existe encore dans les églises de Bētalēhem, de Yemrehanna Krestos et beaucoup d’autres. Il est en fer forgé, se replie, le support pour le livre étant fait de cuir ou de tissu.

  • 18 Ces observations font partie d’une communication d’Emmanuel Fritsch sur certains développements de (...)

17Une hypothèse aussi vraisemblable, bien que faisant appel à quelque chose d’encore pratiquement inconnu, est de considérer qu’on a affaire aux restes d’un autel fabriqué en fer forgé, comme on peut en voir à Ašetan Māryām (près de Lālibalā) ou à Emmakinā Medḫānē Ἁlam, par exemple (Fig. 6.4)18. De tels autels sont constitués de quatre montants verticaux de longueur égale, dressés aux quatre angles. Ils peuvent mesurer quelque 2 cm de diamètre. Ces montants peuvent être munis à leurs extrémités supérieures de pointes destinées à recevoir quelque ornement ou cet ornement lui-même – par exemple des croix. Leur extrémité inférieure forme leurs pieds, plus ou moins bien travaillés pour correspondre à leur fonction.

18À Emmakinā Medḫānē Ἁlam, ils ressemblent à des ventouses métalliques. Les montants sont réunis entre eux par quatre barres horizontales par niveau. On peut trouver de deux à trois de ces niveaux : il y a d’abord nécessairement le niveau de la table même, faite d’une lanière de cuir tendue entre les montants de son niveau ; puis on trouve les montants qui tiennent solidement les pieds. Enfin, on peut trouver un niveau supérieur dans le cas de grands autels, où une pièce de cuir peut être tendue à la manière d’un dais au-dessus de l’autel entre les éléments décoratifs qui le surplombent. Les barres de fer sont attachées aux montants sans soudure ni boulonnage mais par un procédé encore à vérifier qui comporte des sortes d’embouts dans lesquels s’emboîtent les extrémités.

19À Gabriel, les archéologues ne pensent pas que les anneaux charnières aient été soudés à l’origine ou bien par l’incendie. Il s’agit d’un assemblage plutôt amovible, avec un anneau en fer plié sur une première tige permettant de tenir une seconde tige perpendiculairement sans qu’il y ait besoin de soudure car ce système remplacerait toute soudure ou lien en matière organique pour maintenir des tiges entre elles (voir Fig. 8.10).

Fig. 6.3 — Le lutrin de l’église de Yemrehanna Krestos

Fig. 6.4a — Barres de fer forgé de Gabriel

Fig. 6.4b — L’autel en fer forgé de l’église d’Ašetan Māryām

20Le nombre de barres de taille plus courte qui pourraient avoir été les transversales liant les montants est intriguant. Il faut sans doute considérer qu’il y avait, à Gabriel, plusieurs objets utilisant ce procédé et donc que ces hypothèses ne s’excluent pas mais se complètent.

La galerie extérieure

21L’église de Gabriel est entourée d’un muret. Il constitue selon toute vraisemblance la partie inférieure du mur extérieur d’une galerie. L’espace ainsi aménagé est de largeur variable : entre 1,50 m et 1,60 m sur les trois côtés est, nord et sud, et 2,50 m à l’ouest, c’est-à-dire à l’entrée principale de l’église. Du côté ouest, on a retrouvé, enfoncés dans ce muret, des pieux de bois (du nord au sud : F33, F34, F28, F29, F30). Leur fonction directe à cet endroit devait être de soutenir un toit couvrant du côté ouest la zone plus large du porche ouest, le principal. Cela devait se faire indépendamment de la couverture de l’ensemble de l’église, qui était vraisemblablement un toit à double pente. Cette toiture débordante conçue pour protéger la maçonnerie devait elle-même reposer à son extrémité inférieure sur un appui. Cet appui a toutes les chances d’avoir été le sommet des parties nord, sud et est du muret actuel. Comme il se trouve qu’aucun reste de pieu n’a été retrouvé sur toute cette longueur alors que pour la partie ouest nous avons cinq pieux, on peut douter de leur existence et conclure pour l’instant que le muret est sans doute ce qui reste d’un mur qui formait et le soutien du toit et un corridor autour de l’église, et qu’il était un mur plein ou ajouré de fenêtres ou de quelques arcades, avec une porte vers leur extrémité orientale puisque l’accès pour monter à l’église se trouve au nord-est. Peut-être pourrait-on retrouver réutilisés chez l’habitant des morceaux de l’appareil qui correspondrait à un tel ouvrage et devrait laisser des traces s’il était de qualité. Le muret ouest ressemble donc à un mur bahut portant une série de pieux, ce qui donne à ce côté l’allure d’un portique qui convient bien à l’abord du porche qui est aussi l’endroit le plus large de la galerie.

  • 19 Di Salvo, 1999 : 73-76.

22Il faut remarquer que 1’église elle-même a été bâtie sur un terrassement préparé pour cet espace. Le pourtour où se trouve le muret et l’espace entre celui-ci et les murs extérieurs de l’église sont de qualité moindre. Ils n’ont pas été conçus comme un tout, mais il y a et l’église et la galerie qui lui a été donnée. La notion de « plan à carré central19 » ne semble donc pas s’appliquer ici.

  • 20 La colonnade, qui permet à peine à une personne de passer, n’est manifestement pas faite pour être (...)

23La ressemblance la plus approchante avec Gabriel pourrait être, dans le registre des églises taillées dans le roc, l’église de Qanqanit (près de Lālibalā) où on trouve des piliers sur la façade ouest et des murs non ou peu percés d’ouvertures sur les côtés nord et sud. Mais le côté est de l’église n’est pas entouré d’un passage. Quelque chose de similaire existe à Sārzenā Mikā’ēl ainsi qu’à Ašetan Māryām, encore dans les environs de Lalibala Tandis qu’une colonnade orne l’entrée principale de ces églises, les côtés sont utilisés pour soutenir le toit et protéger l’église même et ses abords immédiats. Ceci contraste avec les colonnades majestueuses de Bêta Medḫānē Ἁlam à Lālibalā 20 et de Gannata Māryām mais pourrait ressembler davantage à l’aspect de Dabra Gārzan (Gunda Gundē) (Fig. 6.5).

Fig. 6.5 — Plan de l’église de Dabra Garzen (d’après Antonio Mordini, 1954 : 37)

Une église à vocation funéraire ?

24Des cinq sépultures contemporaines de l’église, deux ont été retrouvées dans le sanctuaire. On peut estimer que si Gabriel a eu une vocation funéraire, celle-ci concernait en priorité non pas les sépultures retrouvées dans la grande pièce mais les sépultures situées dans le sanctuaire, comme il se doit depuis une haute époque.

25Dans cette perspective d’une église construite pour abriter des sépultures, peut-on alors interpréter la présence de la galerie extérieure comme ayant un usage de déambulatoire lié à un pèlerinage ? Si l’on s’en tient aux pratiques liturgiques de l’Église éthiopienne, notamment la célébration du tazkār (l’anniversaire de la mort) qui attire de nombreux fidèles à la tombe des saints, rien ne permet d’affirmer que les fidèles et les ecclésiastiques s’engagent dans une procession autour de l’église en empruntant le corridor qui l’entoure. Tout juste peut-on préciser qu’aujourd’hui, lors d’un enterrement, on fait faire le tour de l’église à la dépouille, mais à une distance commode des murs et galeries, toujours pour des raisons de place. Par conséquent, il y a tout lieu de penser que la galerie de Gabriel n’avait pas de rapport avec des pratiques funéraires ou commémoratives.

26Un dernier détail peut laisser penser que l’église de Gabriel était un lieu de pèlerinage en lien avec sa vocation funéraire : il s’agit de la présence d’une citerne à mi-pente de l’amba au nord-est, là où se trouve l’accès pour monter à l’église. Cette citerne contenait-elle de l’eau bénite qui, du fait de la présence d’une sépulture particulière à Gabriel, aurait été reconnue pour ses vertus ? En Éthiopie, l’eau bénite ou plutôt eau sainte (dabal) est une eau de source souvent réputée pour ses propriétés curatives, liées à un miracle, ou bien l’eau qui a séjourné dans le sanctuaire de l’église au moins pendant le temps de la liturgie eucharistique. Dans le cas de Gabriel, à partir des observations contemporaines, il semble que seule l’eau de pluie alimentait cette citerne, ce qui tendrait à réfuter l’idée que cette citerne contenait de l’eau bénite si on n’avait des exemples du contraire : par exemple, il est connu que les femmes qui ont des difficultés à enfanter se plongent dans l’eau de la citerne creusée au nord-est de la cour de Bēta Māryām à Lālibalā (mais depuis quand, nul ne le sait). Plus probablement, la citerne de Gabriel avait pour fonction, pendant la saison des pluies, de capter l’eau nécessaire à l’ablution des prêtres et diacres qui se lavent les pieds et les mains avant de s’habiller pour célébrer la messe. L’eau est également nécessaire pour faire le vin eucharistique, laver les mains du prêtre au tout début de la messe ainsi qu’après le credo, laver les mains des autres prêtres et diacres avant qu’ils communient, procéder aux ablutions de la patène et du calice, « couvrir l’eucharistie » – c’est-à-dire boire l’eau du « refroidissement » après avoir communié (car le Saint Esprit est un feu ardent) – ou comme ersatz d’eucharistie pour ceux qui ne sont pas en mesure de s’en approcher. En principe, c’est une jeune fille non pubère qui est chargée d’aller chercher l’eau à la rivière (dans notre cas, la rivière Say est à quelques centaines de mètres) la veille de l’office afin de pourvoir les prêtres en eau. La citerne devait alors servir en saison des pluies à épargner ce voyage.

27Si tel était l’office de la citerne, alors il serait logique que le bētalehēm – le lieu où l’on prépare l’eucharistie avant la messe, généralement situé au nord ou à l’est du sanctuaire – se trouve à proximité. Ce qui pose quelques problèmes d’espace en cet endroit puisque la citerne est aménagée à mi-pente de l’amba. Y avait-il la place suffisante pour que le bētalehēm soit implanté là ? Il est pour l’heure difficile d’aller plus loin.

  • 21 À ce sujet voir Derat, 2007 : 43-55 ; et « Enjeux autour des tombes des saints éthiopiens dans les (...)

28Par conséquent, il est fort probable que l’église de Gabriel ait été construite afin d’abriter les sépultures de personnages importants, notables ou saints. Rien ne nous permet de trancher quant à leur identité. Trois autres sépultures ont été déposées dans l’église, les premières ayant peut-être eu un rôle attractif. Ce qui pourrait indiquer que les personnes qui furent inhumées dans le sanctuaire bénéficiaient d’une certaine réputation. En ce qui concerne l’une de ces sépultures, abritée dans un cercueil monoxyle, il est certain que nous avons affaire à une personne d’un statut social et/ou politique élevé, tant l’emploi de ce type de cercueil est rare en Éthiopie au XVe siècle, comme l’attestent les textes hagiographiques21.

29Ni le mobilier retrouvé dans l’église, ni ces quelques remarques sur les sépultures ne permettent de déterminer qui fut le fondateur de cette église ni quelles furent les personnes inhumées avant l’incendie qui eut lieu probablement dans la première moitié du XVIe siècle. Mais ces éléments viennent en tout cas soutenir l’hypothèse que cette église était soit liée au camp royal installé à Mesḥāla Māryām, à quelques kilomètres de là, soit liée à une élite politique et religieuse locale qui, de toute façon, eut un rôle dans l’installation du camp du roi Ba’eda Māryām au cours de la deuxième moitié du XVe siècle dans la région.

Notes

1 Le bêma désigne tout d’abord un degré, d’où un endroit élevé construit dans un espace plus grand. Un sens spécialisé de tribune, tribunal, ambon, sanctuaire ou même « bêma » (plate-forme dressée autrefois au centre d’un certain nombre d’églises syriaques pour la liturgie chrétienne de la Parole) peut éventuellement lui être attribué. Ici nous souhaitons à dessein garder l’ouverture du sens de plate-forme sans préjuger de la fonction du lieu.

2 Pour une analyse des fonctions liturgiques de ces différents espaces et de leur évolution, voir Lepage, 1972 : 77-114 ; Fritsch & Gervers, 2007 : 7-51.

3 Voir précisément les deux articles cités en note 2.

4 Emmakinā Medḫānē Ἁlam, construite dans une grotte, est en effet de petite dimension puisqu’elle fait 9,5 m de long et 6,5 m de large (Balicka-Witakowska, 2004 : 9).

5 Zoz Ambā est une église semi-monolithique dont le toit n’a pas été séparé du rocher (observation réalisée en février 2008 par E. Fritsch). Elle mesure 11 m de long et 6 m de large (Lepage & Mercier, 2002 : 151).

6 Les salles principales des deux hypogées nord et sud de Degum mesurent toutes deux 3,40 m sur 3,40 m, Lepage & Mercier, 2005 : 52.

7 Autant de choses qui correspondent d’ailleurs à ce que l’on trouve dans les églises semi-monolithiques du Tigrāy et qui sont expliquées par les analyses de Lepage : 1997, 199-211.

8 Fritsch, 2010 : 103-111.

9 Trois en comptant le sanctuaire.

10 Claude Lepage et Jacques Mercier notent Agabo (Lepage & Mercier, 2005 : 102 sq.). Sur place, on trouve aussi Agawo.

11 Sur ces églises, voir Lepage, 1973 : 416-454 ; Lepage & Mercier, 2005 : 62-71, 102-103.

12 Pour reprendre l’expression employée par Mercier & Lepage (2005 : 130) qui traduisent ainsi l’expression bien connue de saddle-back ceiling.

13 Lepage, 2006 : 20.

14 Pour comparaison, les portes d’entrée dans l’église mesurent 1,14 m pour celle qui est située au centre, 0,95 m pour celle qui figure au côté nord et 1,10 m au côté sud.

15 À ce sujet, voir Fritsch, 2008.

16 Fritsch, 2012 :462.

17 Voir la contribution d’Anne-Marie Jouquand, Bernard Farago-Szekeres et Deresse Ayenachew dans ce volume.

18 Ces observations font partie d’une communication d’Emmanuel Fritsch sur certains développements de l’autel éthiopien (Fritsch, 2012). Emmanuel Fritsch est reconnaissant à Claude Lepage qui, le premier, lui a parlé de telles choses et lui en a montré quelques photographies (conversation du 20 janvier 2006, Paris), Fritsch, 2012 : 495-497, 506-507.

19 Di Salvo, 1999 : 73-76.

20 La colonnade, qui permet à peine à une personne de passer, n’est manifestement pas faite pour être un déambulatoire d’aucune sorte. Elle aurait plutôt été conçue pour produire un effet esthétique et plus précisément, d’après le consensus entraîné par Heldman (1992 : 230-232), évoquer l’ancienne cathédrale Maryam Ṣeyon d’Aksum.

21 À ce sujet voir Derat, 2007 : 43-55 ; et « Enjeux autour des tombes des saints éthiopiens dans les récits hagiographiques du XIVe au XVIIe siècle », dans cet ouvrage (p. 205-221).

Table des illustrations

Légende Fig. 6.1 — Le plafond de l’église de Emmakinā Medḫānē ῾ālam
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/873/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 6.2 — Crochets, crampons et pitons pour assembler des pièces de bois. Église d’Abreḥā et Asbeḥā (Tigrāy) ; église d’Aksum Seyon
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/873/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 6.3 — Le lutrin de l’église de Yemrehanna Krestos
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/873/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 6.4a — Barres de fer forgé de Gabriel
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/873/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 6.4b — L’autel en fer forgé de l’église d’Ašetan Māryām
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/873/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 6.5 — Plan de l’église de Dabra Garzen (d’après Antonio Mordini, 1954 : 37)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/873/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Auteurs

Liturgiste, chercheur associé au Centre français des études éthiopiennes (CFEE, USR 3137-IFRE 23, CNRS, ministère des Affaires étrangères), Addis Abeba

Historienne, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), affectée au Centre français des études éthiopiennes (CFEE, USR 3137-IFRE 23, CNRS, ministère des Affaires étrangères) depuis 2008

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540