Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gabriel, une église médiévale d’Éthiopie

 | 
Marie-Laure Derat
, 
Anne-Marie Jouquand

4. Lieu de cultes sur l’ambā Gabriel : stèles, église, sépultures

Anne-Marie Jouquand, Bernard Farago-Szekeres et Deresse Ayenachew

Résumé

L’ambā Gabriel, à moins de deux kilomètres du site de Mesḥāla Māryām, abrite une église détruite qui a été fouillée lors de deux campagnes. Les observations archéologiques ont permis de distinguer trois périodes d’occupation du site. La première période, qui se poursuit jusqu’au XVe siècle, correspond à une occupation non chrétienne et associe des stèles avec une fosse dans laquelle au moins deux sépultures ont été aménagées. La seconde période voit la construction de l’église de Gabriel, au cours de la deuxième moitié du xve siècle, et l’installation de cinq tombes exceptionnelles dans la nef et dans le saint des saints. Après destruction par un violent incendie, s’ouvre une troisième période courant du XVIe au XXe siècle. Au cours de celle-ci, une centaine de tombes est aménagée dans les déblais de l’église sur plusieurs siècles, respectant le plan de celle-ci, comme si son souvenir était conservé alors que le bâtiment s’effondrait petit à petit

Texte intégral

1L’ambā Gabriel est une petite éminence rocheuse de moins de 350 m2 détachée du plateau basaltique par l’érosion, entourée de champs cultivés de céréales (Fig. 5.1). Elle est localisée à 1,8 km à l’ouest de Mesḥāla Māryām (Fig. 2.2). Sur le terrain, on devinait sous la terre végétale de l’ambā un micro-relief sensible et deux maçonneries émergeaient partiellement de la végétation (Fig. 5.2).

  • 1 Sur le terrain, l’équipe de fouille était constituée de Deresse Ayenachew (CRCCH), d’Anne-Marie Jou (...)
  • 2 Les travaux sur le terrain ont été limités à quatre semaines en 2000 et six semaines en 2001.

2La fouille réalisée au sommet de l’ambā s’est déroulée sur deux campagnes de terrain aux printemps 2000 et 20011. Dès les premiers jours de recherche, quelques ossements humains erratiques, rapidement suivis par d’authentiques sépultures, ont clairement assigné une fonction funéraire à ce lieu. Au fur et à mesure de l’avancement des découvertes, les objectifs ont été modulés, mais plusieurs axes ont d’emblée été poursuivis. Comme il semblait improbable que la totalité de la surface puisse être explorée exhaustivement dans le cadre de ce programme2, il s’agissait avant tout de reconnaître l’organisation générale des vestiges puis de confirmer la fonction de l’édifice qui émergeait peu à peu. Il convenait donc d’en dégager un plan le plus complet possible sans oublier de documenter les accès originels à l’ambā. Aujourd’hui en effet, on grimpe au sommet par un petit sentier ménagé sur son flanc sud-est, après avoir gravi les ruines d’une maison abandonnée récemment.

Fig. 5.1 — Vue du nord-ouest de l’ambā Gabriel

Fig. 5.2 — L’ambā Gabriel avant la fouille en 2000 avec l’équipe

3Bien évidemment, établir une chronologie de l’occupation paraissait incontournable. En premier lieu, l’édifice repéré correspondait-il véritablement à une église contemporaine du camp royal mentionné dans les textes du XVe siècle ? D’autre part, compte tenu de sa topographie remarquable, ce petit piton avait dû susciter quelque intérêt à des époques anciennes : l’idée d’une succession possible d’occupations était d’emblée dans les esprits. Trois séries de datations radiocarbone ont été réalisées et viennent confirmer les trois périodes distinguées lors des fouilles.

4Une des surprises de cette fouille fut sans aucun doute la découverte d’une multitude de tombes disséminées sur toute la surface de l’ambā. Afin de ne pas monopoliser toutes les énergies sur les seuls aspects funéraires, toutes les sépultures identifiées n’ont pas pu être examinées. Malgré des choix parfois drastiques, l’échantillon désormais disponible (une cinquantaine de tombes documentées sur les 90 repérées) apparaît, à ce stade des études, suffisant pour faire un premier état des lieux sur la question funéraire, sachant que l’on ne dispose pas encore en Éthiopie de corpus de comparaison pour cette période.

5Afin d’assurer la conservation des vestiges mis au jour, il paraissait primordial de ne pas accentuer les dégradations du monument fragilisé par l’érosion. La fouille des niveaux antérieurs à l’édifice maçonné a donc été limitée à de petits secteurs ciblés et l’extrémité orientale de l’ambā, déjà très dégradée, n’a pas été explorée en totalité.

Les observations archéologiques

Remarques générales

• L’état de conservation des vestiges

6L’érosion naturelle due aux précipitations, très fortes sur les hauts plateaux éthiopiens, a provoqué le démantèlement de certaines portions de l’ambā, en particulier l’extrémité orientale du rocher. Il manque les deux angles de la galerie et ceux du bâtiment central rectangulaire sont en cours d’effondrement. A fortiori, le mur d’enceinte n’existe plus sur cette façade orientale. Tout autour dans la plaine, une couronne composée de gros blocs de rocher témoigne de cette lente destruction (Fig. 5.1). Si l’épaisseur de sédiment conservé sur le sommet de l’ambā est d’environ 1 m à 1,20 m pour les maçonneries, en revanche, au-delà des murs des galeries qui ceinturent le bâtiment rectangulaire, la stratigraphie est très inégalement conservée dans les pentes et varie de 0,20 m à plus de 1,30 m. Le sédiment de texture limoneuse est en général peu lisible et très compact surtout en période sèche. Il prend alors une teinte gris-beige homogène. En général, aucune stratigraphie ne peut être clairement distinguée à travers le dépôt.

• L’enregistrement des données

7La méthode choisie est celle utilisée en France sur les sites stratifiés historiques. Les espaces délimités par les murs sont définis comme des secteurs. Dans chacune de ces divisions de l’espace, chaque couche ou unité stratigraphique identifiée est numérotée, décrite et interprétée. Elles sont ensuite regroupées en périodes en fonction des événements majeurs qui rythment l’histoire d’un site. Afin d’éviter un mélange du mobilier archéologique avec les autres sites fouillés lors de cette mission, il a été décidé de démarrer l’enregistrement à l’US 8000. Près de 90 couches ont été enregistrées (Annexe 3). À cette numérotation s’ajoute celle des murs (M), des faits (F) et des sépultures (S). Afin d’illustrer au mieux la puissance de la stratigraphie, plusieurs coupes ont été relevées (Fig. 5.3). Les plans pierre à pierre et les relevés de coupes effectués au 1/10 ou au 1/20 ont été complétés par une couverture photographique systématique des vestiges.

  • 3 Visite du site par Anne-Marie Jouquand en février 2002.

8Les décapages ainsi que la fouille des couches d’abandon et de démolition ont été réalisés à la pelle et la pioche par étapes sans précipitation. Les surfaces des sols d’occupation et les murs ont été décapés traditionnellement à la truelle. Avant notre départ, le sommet de l’ambā et les zones de fouille ont été remblayés jusqu’à l’arase supérieure des maçonneries qui ont été recouvertes de blocs soigneusement disposés (Fig. 5.4). Un an après l’arrêt des fouilles, la végétation reprenait ses droits3.

9La fouille des sépultures a également été menée de façon extrêmement classique. Si quelques-unes d’entre elles ont inévitablement souffert du décapage préliminaire et n’ont été identifiées qu’à l’apparition du squelette, la plupart des tombes ont pu être repérées sans difficulté notoire : soit leur emplacement se dessinait nettement sur la surface décapée (différence de nature, couleur et compacité entre le remplissage de la fosse et le substrat encaissant), soit encore un dispositif particulier (dalles de couverture, pierres posées de chant ou amas d’ossements redéposés dans la fosse) en signalait la présence.

Fig. 5.3. Plan général des vestiges de l’ambā Gabriel, toutes périodes confondues, et localisation des coupes stratigraphiques

Fig. 5.4 — Remblayage du site de l’ambā Gabriel après la fouille en 2001

10La fouille elle-même (dégagement du squelette et des différents éléments contenus dans la fosse) a, dans un premier temps, privilégié les questions relatives à l’architecture générale de la tombe et au mode d’inhumation du corps : forme de la fosse et profondeur d’enfouissement, analyse de l’espace de décomposition du cadavre d’après la disposition des pièces osseuses et présence éventuelle d’un contenant (coffre de pierre ou de bois, cercueil), voire d’une enveloppe souple autour du corps, position du défunt et, le cas échéant, du mobilier qui l’accompagne dans la tombe.

11Chaque sépulture a donc été numérotée (S01, S02, etc.), enregistrée et photographiée (vue d’ensemble et clichés de détail), puis topographiée (localisation et altitude en différents points). Les délais impartis ne permettant pas d’envisager un véritable dessin de chacune des tombes, un ou plusieurs relevés sommaires au 1/10e ont systématiquement été établis (contour de la fosse, dalles de couvertures, pierres de coffres ou vestiges ligneux, position des principaux os longs) de façon à pouvoir a posteriori redessiner la tombe d’après la documentation photographique. Selon leur état de conservation, certaines pièces particulières – mandibules d’enfants et coxaux d’adultes notamment – ont parfois été consolidées par injection de colle (Paraloïd B72 dilué à l’acétone) puis le squelette prélevé.

12L’aspect biologique n a été abordé que de façon très succincte durant la fouille et, compte tenu de son piètre état de conservation, la série de squelettes n’ont fait l’objet que d’observations minimales après prélèvement (estimation de l’âge au décès des enfants et du sexe des adultes). L’ensemble des données concernant les 90 sépultures de l’ambā sont présentées sous la forme d’un catalogue pour chaque période d’occupation du site.

• La chronologie relative du site

13L’édifice a été détruit par un violent incendie qui a laissé de nombreuses traces. Cet incident majeur, dont on ignore bien évidemment la cause, a été suivi de l’effondrement des élévations de maçonneries qui ont définitivement scellé l’édifice. C’est sur ces ruines que la plupart des tombes ont été aménagées, directement à travers les gravats ou encore dans l’épaisseur des murs arasés. Seules cinq tombes semblent être antérieures à l’incendie et contemporaines du fonctionnement de l’église : leur présence au cœur du sanctuaire apparaît comme exceptionnelle. Enfin, plusieurs indices attestent que l’ambā a été fréquentée avant la construction de cet ensemble architecturé et une sépulture au moins, établie en fosse dans le rocher, est indiscutablement liée à cette occupation précoce (F10).

14À partir de ces observations, l’histoire de l’ambā a été découpée en trois périodes distinctes. La période 1 regroupe tous les vestiges antérieurs à l’édifice maçonné même s’ils ne sont probablement pas tous contemporains. La période 2 regroupe tout ce qui concerne directement l’édifice, de sa construction jusqu’à l’incendie. Enfin la période 3 intègre tous les éléments postérieurs à cet événement destructeur et regroupe plusieurs siècles d’occupation jusqu’à sa redécouverte au printemps 2000. Le mobilier isolé retrouvé sous la terre végétale ainsi que certains vestiges, dont l’attribution à l’une ou l’autre des périodes n’est pas établie stratigraphiquement, ont également été associés à cette dernière période.

• Éléments de chronologie absolue

15Une série de datations radiocarbone a été effectuée à l’issue de chacune des deux campagnes de fouille : la première porte sur des fragments de bois appartenant à des éléments architecturaux de l’église (planche de seuil et poteau porteur), la seconde concerne des ossements humains provenant de trois tombes appartenant chacune à une période différente. Pour tenter de combler les lacunes apparues à l’issue de ces premiers résultats, une troisième série de datations a été effectuée, toujours sur des ossements humains. La confrontation de l’ensemble de ces données permet de proposer une fourchette chronologique pour chacune des trois périodes d’occupation du site.

16Les esquilles osseuses appartenant à la plus ancienne inhumation retrouvée sur le site ne contenaient malheureusement plus de collagène : aucune datation n’a donc été possible. En revanche, une calotte crânienne et une mandibule, toutes deux recueillies dans le comblement supérieur de cette même sépulture précoce, fournissent des résultats concordants : 460 ± 40 BP, soit une datation calibrée de 1410-1470 AD (Beta-257096) pour le crâne et 350 ± 40 BP, soit une datation calibrée de 1450-1650 AD (Beta-282531) pour la mandibule. Si ces résultats ne permettent guère d’apprécier la durée de l’occupation ancienne au sommet de l’ambā, ils montrent que les inhumations pratiquées durant la période 1 se poursuivent au moins jusqu’au milieu du XVe siècle, voire au-delà : l’église ne peut donc avoir été édifiée avant cette date.

  • 4 Le résultat complet de la datation de cet échantillon est : 1530-1560 AD et 1630-1680 AD et 1740-18 (...)

17Les deux fragments de bois provenant de l’église offrent un résultat apparemment plus déconcertant : le bois du seuil F7 de la porte méridionale de l’église date de 1005 ± 30 BP, soit 985-1150 AD après calibration (Ly-10239) et celui du poteau F5 retrouvé dans le maqdas date de 580 ± 30 BP, soit une datation calibrée de 1302-1416 AD (Ly-10238). Il s’agit néanmoins là d’un problème récurrent pour la datation des bois architecturaux : l’analyse radiocarbone détermine au mieux l’époque de l’abattage de l’arbre et non celle de son utilisation. Il apparaît manifestement ici que certains des bois de construction de l’église sont des matériaux plus anciens remployés. Trois autres datations ont donc été tentées sur des ossements humains provenant de sépultures contemporaines de l’utilisation de l’église (période 2) : le corps contenu dans le cercueil monoxyle installé dans la nef (S08) date de 240 ± 40 BP, soit une datation calibrée de 1530-1560 et 1630-1680 AD (Beta-282532)4, un des corps inhumés dans le maqdas (S62) date de 360 ± 40 BP, soit une datation calibrée de 1440-1640 AD (Beta-278483) et le troisième échantillon (S37) ne contenait plus de collagène.

18Enfin, la datation obtenue pour les ossements d’une sépulture (S50) postérieure à la destruction de l’église (période 3) est de 280 ± 40 BP, soit une datation calibrée de 1490-1670 AD et 1780-1790 AD (Beta-257098). Cette double fourchette chronologique, qui s’explique par l’existence de plateaux dans les courbes de calibration, pose ici un problème évident. Si ce créneau possible désignant la fin du XVIIIe siècle n’était pas apparu, tout le monde se serait accordé sur une séquence chronologique apparemment cohérente et qui, de surcroît, correspond aux résultats escomptés d’après les données historiques : construction et utilisation de l’église entre le milieu du XVe et le XVIe siècle, destruction de l’édifice et implantation du cimetière dans le courant des XVIe-XVIIe siècles. La possibilité de datations très tardives tant pour le corps inhumé dans la nef (milieu XVIIe siècle) que pour l’une des tombes postérieures à la disparition de l’édifice (fin XVIIIe siècle) invite donc à la prudence et nous rappelle qu’aucun des résultats obtenus ne permet ici de dater formellement la construction, l’utilisation et la destruction de l’église Gabriel. La séquence chronologique attendue, XVe-XVIIe siècle, reste néanmoins compatible avec l’ensemble des résultats radiocarbone à ce jour obtenus.

La période 1 : une tombe et des stèles païennes ?

19Les vestiges antérieurs à l’édifice maçonné sont peu nombreux car les sondages profonds ont été limités à quelques mètres carrés (Fig. 5.5). Il s’agit avant tout de lambeaux de stratigraphie testés çà et là et d’une fosse isolée F10. D’autres structures, repérées mais non fouillées, disséminées dans la pente nord entre M8 et M1l, pourraient également être associées à cette première période d’occupation de l’ambā.

Fig. 5.5 Plan général de la période 1 du site de l’ambā Gabriel

Fig. 5.6 — Coupes stratigraphiques A/B et C/D de l’ambā Gabriel

Des lambeaux de stratigraphie sur le rocher

20À l’extrémité ouest de la coupe A/B, le sondage effectué jusqu’au substrat a mis en évidence un dépôt stratigraphique de plus d’un mètre d’épaisseur (Fig. 5.6 et 5.7). On note à la base, formant une croûte à la surface du rocher, une fine couche (US 8090) de texture argilo-limoneuse gris foncé. Elle est surmontée d’une seconde couche (US 8089) de texture limoneuse orangée contenant des petits fragments de basalte. Ces deux couches n’ont pas livré de mobilier et semblent être le résultat d’une érosion naturelle du substrat. Au-dessus de ce dépôt, trois séquences stratigraphiques ont été piégées du fait de la déclivité du terrain. La première (US 8036) se compose d’une succession de fins niveaux de texture sablo-limoneuse. Elle contient un peu de céramique et des charbons de bois. La deuxième (US 8035) est de texture limoneuse surmontée d’un sol induré rubéfié. La troisième (US 8011) est comparable à la précédente. L’ensemble est scellé par un remblai hétérogène limoneux brun gris (US 8007). C’est à travers cette dernière couche que le mur M9 de la galerie est fondé. De toute évidence, ces ensembles stratigraphiques sont antérieurs à la construction de la galerie et par conséquent du bâtiment rectangulaire.

Fig. 5.7 — Vue depuis le nord du sondage à l’extrémité ouest de la coupe stratigraphique A/B (ambā Gabriel)

  • 5 Briois & Midant-Reynes, 2000 : 30-35 ; voir aussi plus loin la contribution de S. Hinguant, « L’ass (...)

21Sous la pièce 2 du bâtiment rectangulaire, le décapage intégral du rocher en fin de fouille a livré quelques éclats lithiques, plus nombreux qu’ailleurs, qui présentent quelques retouches (US 8052, 8051, 8050, 8057). Ces quelques pièces, peu expressives d’un point de vue technique et stylistique, ne permettent pas une attribution chronoculturelle très assurée. Leur étude précise permet cependant de les rapprocher des autres lots rassemblés dans l’environnement immédiat du site de Mesḥāla Māryām5. Comme les lambeaux de stratigraphie, ils témoignent juste que l’ambā a probablement été fréquentée anciennement, mais ne fournissent pas d’information sur les modalités de cette occupation (chronologie, ampleur, nature...).

Une sépulture en fosse (F10)

22La structure en creux F10 a été repérée dès la première campagne de fouille par un affaissement ponctuel du sol dans la galerie sud (Fig. 5.8). Cet affaissement, bien marqué, laissait présager le tassement progressif d’un comblement organique antérieur à l’édifice maçonné. Un sondage a permis d’étudier partiellement cette fosse et son comblement, mais la structure n’a pas été fouillée entièrement : sa portion orientale, dont on ignore bien évidemment l’étendue, se développe encore sous la limite du sondage. Quoi qu’il en soit de ses dimensions exactes, l’antériorité de cet aménagement est assurée : les traces d’incendie (couche charbonneuse US 8091) recouvrent uniformément le sol de la galerie et la zone affaissée.

Fig. 5.8 — Vue depuis le sud de l’effondrement du sol de la galerie (ambā Gabriel)

23La fosse F10 est un creusement probablement oblong d’un mètre de large sur plus de 1,20 m de long qui entame le rocher basaltique sur une profondeur de 0,50 à 0,70 m (Fig. 5.9). Les bords sont très légèrement inclinés et plutôt irréguliers alors que le fond est plat. De nombreuses traces d’outil sont visibles sur le pourtour du creusement : elles sont peu marquées et se présentent sous forme de fines incisions linéaires qui évoquent un outil en forme de pointe.

Fig. 5.9 — Vue de F10 en fin de fouille depuis l’est (ambā Gabriel)

Fig. 5.10 — Vue depuis le sud du comblement qui scelle F10 (ambā Gabriel)

Fig. 5.11 — Vue depuis le sud de l’un des crânes présents dans le comblement de la fosse F10 (ambā Gabriel)

24Le remplissage de cette structure se décompose en deux comblements très distincts : le premier est directement lié à un usage funéraire alors que le second semble plutôt condamner ou sceller la structure (Fig. 5.6, coupe C/D).

25Le dépôt inférieur, qui contient quelques blocs de basalte, est constitué par un sédiment homogène de texture sablo-limoneuse brun gris (US 8061) et recouvre des restes humains qui gisent sur le fond de fosse (Fig. 5.9). Ce premier comblement est surmonté par une fine couche brun orangé de texture fibreuse évoquant des éléments de bois décomposés (US 8060). C’est vraisemblablement le tassement de ce premier comblement qui a entraîné l’affaissement du terrain observé en surface.

26Le scellement de la fosse est assuré par de nombreux blocs de basalte roulés, mélangés à un sédiment meuble brun clair de texture limoneuse qui recouvre également la surface naturelle du rocher (US 8059) (Fig. 5.10). Aucune organisation particulière n’a été décelée au sein de cette nappe de blocs basaltiques, si ce n’est qu’elle accuse un très net pendage vers l’intérieur de la fosse sous-jacente. De rares tessons de céramique ainsi que quelques ossements humains ont été recueillis entre les blocs de basalte : calotte crânienne et mandibule d’un côté, fragments de crâne et d’une seconde mandibule un peu plus loin (Fig. 5.11). C’est sur cette épaisse couche de 0,40 à 0,60 m d’épaisseur que le bâtiment maçonné a été construit.

Fig. 5.12 — Relevé de la fosse F10 (ambā Gabriel) et proposition d’interprétation

27Les restes humains retrouvés au fond de la fosse sont malheureusement très mal conservés : les ossements sont réduits à l’état de traces pulvérulentes et les dents, bien que reconnaissables, ne sont plus signalées que par la fine pellicule d’émail qui les recouvre (Fig. 5.12). Si cette dissolution quasi complète de la matière osseuse constitue un sérieux handicap, la disposition des rares éléments observés appelle néanmoins quelques remarques. Une importante concentration d’esquilles écrasées et très altérées pourrait signaler un amas d’os longs déposé contre la paroi nord. D’autre part, plusieurs lots de dents sont disséminés à l’extrémité ouest de la fosse : pour chacun de ces lots, les dents sont en connexion entre elles et dessinent un arc dentaire, complet ou partiel, inférieur ou supérieur. Une mandibule complète et un maxillaire ont ainsi été identifiés à l’extrémité de l’amas d’esquilles. à quelque distance, un second ensemble correspond lui aussi à une mandibule et un maxillaire, mais les deux éléments sont cette fois en bonne position relative : il s’agit là d’une véritable connexion anatomique trahissant la présence d’un crâne et de sa mandibule, seuls vestiges conservés d’une inhumation qui semble être en place.

28Malgré une fouille très partielle et des observations pour le moins lacunaires, cette fosse F10 correspond véritablement à une sépulture et contient les restes d’au moins deux corps adultes. Les indices relevés suggèrent la possibilité de deux inhumations successives : les ossements d’un premier corps semblent avoir été repoussés sur le côté alors que ceux d’un second défunt pourraient être en place sur le fond de la fosse. Si les détails d’une éventuelle architecture ou d’aménagements particuliers à l’intérieur de la fosse nous échappent, il apparaît néanmoins qu’un couvercle de bois venait clore la tombe : les traces ligneuses relevées en témoignent et l’ampleur de l’effondrement ultérieur montre qu’un dispositif périssable a permis de maintenir temporairement un espace vide à l’intérieur de la fosse.

29La nature exacte de l’amas de blocs de basalte qui surmonte le couvercle de bois est en revanche plus délicate à établir puisque le niveau de circulation contemporain du creusement de la tombe n’a pas été formellement identifié : ces blocs pourraient aussi bien correspondre à un bouchon de fermeture de la fosse que signaler la présence d’un tertre de pierres surmontant à l’origine la tombe. Une troisième hypothèse, apport ponctuel de matériaux destinés à niveler le terrain préalablement à la construction de l’édifice, paraît moins convaincante : elle supposerait l’existence d’une dépression assez inexplicable à 1 emplacement de cette tombe et l’on sait par ailleurs que l’affaissement de terrain à cet endroit ne s’est produit que tardivement. Le sol de la galerie, et donc le couvercle de bois, semblent en effet n’avoir cédé qu’après l’incendie de l’église, probablement sous le poids des matériaux provenant de l’effondrement des murs. À moins, évidemment, que prêtres et fidèles ne se soient guère émus d’un énorme nid de poule situé au beau milieu de leur passage...

  • 6 Le tumulus de Tater Gur est l’un des sites fouillés lors de la campagne 2000, à proximité de Mesḥāl (...)

30Cette sépulture F10 signale donc ici clairement que l’ambā a été un lieu à vocation funéraire bien avant la construction de l’église. Sa position stratigraphique est parfaitement explicite et ses caractéristiques générales (profondeur, comblement, état de conservation) la désignent comme une tombe unique parmi toutes les autres sépultures découvertes sur le site. La dissolution quasi totale des ossements n’est pas ici sans rappeler un phénomène similaire observé à l’intérieur du tumulus voisin de Tater Gur6. Si cette altération particulière est vraisemblablement due à une acidité excessive du milieu environnant, on ne peut néanmoins utiliser cet argument pour attester de l’ancienneté de la tombe : ce phénomène peut en effet aussi bien résulter d’un séjour prolongé dans le sol que d’un traitement particulier du corps ou de l’emploi de matériaux périssables lors des funérailles.

  • 7 Joussaume, 2007.

31Quoi qu’il en soit, la séquence observée lors de l’examen de cette tombe (inhumations en fosse, couverture de bois, amas de pierres contenant des ossements humains) évoque indiscutablement les résultats obtenus sur le site de Tuto Fela7. L’étude de cet ensemble funéraire monumental, situe dans le Sidamo au sud de l’Éthiopie, a mis en évidence plusieurs phases dans l’occupation des lieux. Les plus anciennes sépultures sont installées à l’intérieur de fosses creusées dans le sol (cuvettes, puits ou « fosses en chaussette ») parfois obturées par un opercule de bois et surmontées par un tertre de pierres. Au fur et à mesure des inhumations, d’autres corps seront directement déposés dans la masse des monticules de pierres existants : le cairn monumental que l’on peut admirer aujourd’hui résulte en fait de la juxtaposition et la superposition d’une multitude de tombes et de tertres. La comparaison s’arrête évidemment là : l’unique tombe repérée sur l’ambā Gabriel n’a fait l’objet que d’observations très limitées et son aspect originel a manifestement été tronqué et bouleversé, tant par la construction de l’église que par l’effondrement qu’elle a subi. Les quelques ossements humains retrouvés dans l’épaisseur de la nappe caillouteuse qui surmonte la tombe correspondent-ils ici aux restes d’inhumations pratiquées dans la masse du tertre ? Rien n’est moins sûr, mais la configuration particulière de ce dépôt – deux lots distincts associant chacun un crâne et une mandibule différents – ne contredit pas formellement cette hypothèse. En définitive, la tombe F10 considérée dans son ensemble a livré les restes d’au moins quatre corps adultes.

32Un dernier détail mérite enfin d’être souligné : à Tuto Fela, comme sur de nombreux sites funéraires éthiopiens, les tombes sont généralement signalées par des stèles dressées...

Les prismes basaltiques erratiques : des stèles ?

33Cinq prismes basaltiques ont été mis au jour dans l’angle nord-ouest de l’ambā directement sous le couvert végétal (Fig. 5.5 et 5.13). De module assez constant (environ 0, 26 m de large pour 1 m de long), ils sont tous couchés et présentent une forme très légèrement tronconique. On propose d’associer à cet ensemble un sixième élément (F40) distant de moins d’un mètre de la sépulture F10.

Fig. 5.13 — Vue de l’angle nord-ouest de l’ambā Gabriel

34Trois de ces prismes sont intégrés dans la construction de l’église : F18 et F19 appartiennent au mur d’enceinte M11 ; et F40 est inséré dans les fondations du mur de la galerie M6. Au premier abord, rien de surprenant à ce que ces éléments, disponibles en abondance dans la campagne environnante, aient pu être acheminés là : leur forme naturelle se prête volontiers à un usage architectural. Pourtant, ils ne sont en définitive employés que de façon très anecdotique pour la construction de l’église Gabriel. Un examen plus attentif montre très clairement que trois d’entre eux au moins (F14, F15 et F19) portent les traces d’un polissage à l’une de leur extrémité. La surface polie forme une cuvette ovoïde relativement modeste, de l’ordre de 0,20 m de diamètre, et celle de l’exemplaire F14 présente en outre deux petites perforations périphériques (Fig. 5.14 à 5.16). Cette surface polie a été observée sur la face visible de deux des prismes, mais il a en revanche fallu retourner le troisième pour la faire apparaître. Les trois derniers prismes (F18, F17 et F40) n’ont pas été retournés : on ignore donc s’ils portent ou non des traces similaires à l’une de leurs extrémités.

35La nature anthropique de ces façonnages ne fait aucun doute et deux hypothèses peuvent être avancées concernant l’usage de ces pièces. Il est par exemple possible que ces pierres couchées aient été utilisées comme meules : la présence d’un espace réservé à l’élaboration du pain de messe sur l’ambā est en effet envisageable. Le prisme pour lequel la trace d’usure a été retrouvée face contre terre a évidemment pu être déplacé à n’importe quel moment, mais il reste malgré tout surprenant que seules les extrémités les moins larges de chaque pierre aient servi pour moudre, ce qui ne semble pas correspondre à un usage habituel.

Fig. 5.14 — Prisme F14 (ambā Gabriel)

Fig. 5.15 — Prisme F15 (ambā Gabriel)

Fig. 5.16 — Prisme F19 (ambā Gabriel)

  • 8 Joussaume, 2007.

36Une seconde hypothèse peut difficilement ne pas être évoquée : si l’on redresse ces prismes aujourd’hui couchés, on obtient des stèles, thème récurrent en Éthiopie. Des milliers de pierres ont en effet été dressées dans toute la Corne de l’Afrique – Kenya, Éthiopie, Érythrée, Somalie – et une récente synthèse met en lumière la diversité des formes (prismes bruts, stèles phalliques, anthropomorphes ou historiées) et des fonctions (funéraire, commémorative ou calendaire) de ces pierres érigées durant près de deux millénaires et jusqu’à nos jours8. Si les dimensions des prismes retrouvés sur l’ambā correspondent bien au plus petit module des stèles recensées dans le Sud du pays, il faut en revanche reconnaître que la cupule ovoïde sommitale – décor frustre symbolisant timidement un visage ? – constitue à ce jour un type d’ornementation totalement inédit. D’autre part, aucune fosse ou trace de calage n’a été identifiée ou ne peut leur être clairement associée : rien ne permet ici de prouver formellement que ces pierres ont un jour été dressées, mais il est vrai que la fouille des niveaux précoce reste très partielle.

37En définitive, la présence de ces six prismes au sommet de l’ambā restera sujette à discussion. Seul le fait que trois de ces éléments soient en remploi dans différents murs indique qu’ils appartiennent très probablement à une occupation antérieure à l’édifice maçonné. Le regroupement apparent de cinq de ces pierres sur un même secteur, de même que la proximité immédiate d’un prisme et d’une sépulture avérée pourraient ne pas être simplement fortuits. Ces prismes ont-ils jamais été érigés ? Marquaient-ils des tombes ou ont-ils été façonnés pour matérialiser un autre rituel effectué sur l’ambā ? Proviennent-ils éventuellement d’un autre site et ont-ils été rapportés là uniquement comme matériaux de construction ? À moins d’une poursuite de la fouille, ces questions resteront posées.

Conclusion

38Cette fouille confirme donc que le sommet de l’ambā a bien été fréquenté avant l’édification de l’église, mais, rappelons-le, la fenêtre d’observation de ces niveaux précoces est bien trop étroite pour pouvoir restituer en détail la nature de cette occupation et la physionomie primitive des lieux, d’autant que le chantier lié à la construction de l’édifice a probablement oblitéré une grande partie des vestiges antérieurs.

39Quelques lambeaux de stratigraphie et les pièces lithiques qui les accompagnent ont été observés çà et là, mais ce matériel, peu expressif d’un point de vue technique et stylistique, ne permet pas d’attribution chronoculturelle très assurée. Le jaspe comme l’obsidienne ont été largement exploités de tous temps : leur présence sur l’ambā n’apparaît ni surprenante ni particulièrement pertinente.

40L’existence d’une sépulture est en revanche avérée et assigne indubitablement une fonction funéraire à ce lieu. La fosse, creusée dans le substrat basaltique, contient les restes d’au moins deux corps adultes. Elle a été obturée par un couvercle de bois et très vraisemblablement surmontée par un tertre de pierres. Il n’est pas impossible que deux autres inhumations aient par la suite été pratiquées dans la masse du cairn de pierres. Au nord-est immédiat de cette tombe, le secteur correspondant à l’emprise du maqdas de l’église a été intégralement fouillé jusqu’au rocher : cette zone d’environ 20m2 n’a pas livré la moindre fosse sépulcrale. Cet espace vide suggère que la densité de tombes n’était pas très élevée, au moins sur le tiers oriental de l’ambā.

41En l’état actuel des données, la présence des prismes couchés et façonnés restera énigmatique, mais les réponses aux questions qu’elle soulève sont toujours enfouies dans les entrailles du site. L’éventualité de stèles à l’origine dressées au sommet de l’ambā est ici d’autant plus séduisante que la fonction funéraire du lieu est assurée. Dans cette hypothèse, et à moins que certains de ces prismes aient été récupérés, voire débités pour la construction de l’église, leur faible nombre invite à imaginer un cimetière de taille relativement modeste, peut-être composé d’une succession de petits tertres disséminés sur le sommet.

  • 9 Joussaume, 2007.

42Enfin, la datation de cette phase d’occupation précoce reste délicate à cerner. Une analyse radiocarbone effectuée sur un des crânes recueillis dans le comblement supérieur de la sépulture F10 fournit un résultat de 460 ± 40 BP, soit une datation calibrée comprise entre 1410 et 1470 de notre ère (Béta-257096). Si des inhumations ont donc bien été pratiquées sur l’ambā au moins jusqu’au début du XVe siècle, l’origine de cette occupation funéraire est en revanche très incertaine. La sépulture F10 ne contient aucun mobilier caractéristique et sa seule morphologie ne permet pas de l’intégrer à l’évidence dans un faciès chronologique ou culturel particulier. À titre de comparaison, et malgré un grand écart géographique – voire culturel – peut-être déraisonnable, on signalera que les seules datations radiocarbone actuellement disponibles montrent que, dans le Sud du pays, les sépultures en fosse surmontées de stèles (phalliques, anthropomorphes, historiées ou simples prismes) se mettent en place entre le XIe et la fin du XIVe siècle9.

43L’église Gabriel s’installe donc sur un cimetière vraisemblablement non chrétien. On ignore tout du groupe humain auquel appartiennent ces tombes, peut-être surmontées de stèles au décor sommaire mais original. Sont-ils les représentants d’une élite locale par la suite christianisée ? Leurs racines plongent-elles dans cette culture Say récemment mise en lumière et qui rayonne dans cette région des hauts plateaux entre les VIIIe et Xe siècles ? Toute filiation reste évidemment à démontrer, mais la permanence dans la nature de l’occupation des lieux – cimetière puis église funéraire – est ici troublante. Toujours est-il que l’église Gabriel, dont il va être maintenant question, n’a en aucun cas pu être bâtie avant le début du XVe siècle, date à laquelle l’heureux propriétaire du crâne découvert sur le site était bel et bien vivant.

La période 2 : une église à vocation funéraire ?

44Le plan général dégagé est très clair : un bâtiment rectangulaire, composé de deux pièces et entouré d’une galerie, a été implanté sur l’ambā selon une orientation strictement ouest-est (Fig. 5.17). On reconnaît traditionnellement à l’est le maqdas, le saint des saints, dont l’accès est strictement interdit aux laïcs, lieu où l’on conserve le tābot (autel), pièce de bois ou de pierre comportant une courte incription consacrée par l’évêque. La construction de cet ensemble de 186 m2 semble avoir été réalisée d’un seul jet. L’accès s’effectuait en contrebas, depuis l’ouest, par un aménagement en bois (échelle ou escalier) encastré dans le rocher. Toute l’emprise disponible sur l’ambā semble avoir été investie à des degrés divers. L’espace est délimité par un muret d’enceinte plus ou moins bien conservé établi en bordure de l’éperon.

Le modelé de l’ambā et ses conséquences

  • 10 Cette information est assurée pour M3, M4, M5, M1 et la portion est de M2 directement posés sur l’a (...)

45Même si le rocher n’a pas été atteint sur la totalité de l’emprise, les observations réalisées ponctuellement font apparaître un modelé sommital assez accidenté, avec un dénivelé pouvant atteindre 1,60 m d’amplitude. Grosso modo, le sommet de l’ambā épouse la forme naturelle d’une pyramide tronquée (Fig. 5.18) On remarque, malgré les lacunes, que le bâtiment rectangulaire central a été établi sur la petite emprise sommitale plus plate du rocher. Les murs de galerie sont quant à eux implantés à la rupture de la pente. Tout porte à croire que les constructeurs se sont donc adaptés à la topographie d’origine de l’ambā et que c’est elle qui a conditionné la taille de l’édifice. Sans doute afin d’assurer la meilleure stabilité possible, les murs du bâtiment central sont tous posés directement sur le rocher préalablement déblayé10, sauf semble-t-il à l’emplacement de la fosse F10. Partout, la végétation a été retirée. Les premiers blocs sont poses sur le rocher mis à nu et les premières assises en épousent fidèlement le modèle. Les murs de galerie sont établis au droit de la rupture de pente sur des remblais – sans aucun doute les terres repoussées sur les pourtours. De cette manière, on a probablement cherché à agrandir artificiellement l’espace constructible. Il apparaît donc bien que le bâtiment central ait été privilégié par les bâtisseurs. Malgré tout, plusieurs affaissements et désordres se sont produits au fil du temps dans les maçonneries. Plusieurs causes peuvent être évoquées telles que la poussée des terres après les effondrements des élévations – c’est le cas de M3 qui penche dangereusement vers l’est –, le tassement progressif de structures excavées ponctuelles antérieures – fosse F10 par exemple sous M4 – ou bien enfin les nombreuses tombes postérieures à l’édifice aménagées dans l’épaisseur des murs.

Fig. 5.17 — Plan général de l’église Gabriel, période 2

Fig. 5.18 — Restitution de la topographie naturelle de l’ambā Gabriel

Le bâtiment central rectangulaire

46Les maçonneries du bâtiment central rectangulaire sont homogènes et sont toutes chaînées aux angles. Larges de 0,60 à 0,70 m en moyenne, elles sont constituées par deux parements assisés de blocs de basalte et plus rarement de tuf blanc liés à la terre. Le bourrage interne est assuré par un mélange de terre brune et de blocs plus petits. Les éclats en basalte utilisés pour la construction présentent en général des arrêtes saillantes qui témoignent d’un débitage préalable. Les piédroits des portes et accès sont tous construits avec soin. Les blocs choisis sont de formes et de modules plus réguliers et taillés de préférence dans du tuf. Le liant est un mélange de terre et de végétaux – paille – bien visibles dans les joints cuits lors de l’incendie. Tout indique que les murs étaient nus car les parements observés ne présentent pas d’enduit et aucun fragment n’a été retrouvé dans la démolition à l’intérieur comme à l’extérieur de l’édifice. Les maçonneries sont conservées sur un mètre de hauteur en moyenne.

47Le bâtiment central forme un rectangle de 7,40 m sur 10,50 m soit de 77,70 m2 (Fig. 5.17). Il se compose de deux pièces séparées par le mur M5 chaîné aux murs latéraux. La pièce 1, la plus grande établie à l’ouest, est un carré de 5,90 m sur 5,30 m. Elle possède trois seuils aménagés sur les maçonneries. En revanche, l’accès à la pièce 2 se fait par une simple interruption du mur interne M5 (F25) (Fig. 5.19). Large de 0,70 m, elle n’est pas accompagnée d’un aménagement au sol et le passage d’une pièce à l’autre s’effectue sur un même niveau de sol en terre. La maçonnerie qui encadre ce passage ménagé au centre de la pièce est extrêmement soignée (Fig. 5.20).

Fig. 5.19 — Vue de la baie F25 depuis l’est (ambā Gabriel)

Fig. 5.20 — Détail du piédroit nord de F25 (ambā Gabriel)

48Une autre interruption a également été découverte à l’extrémité sud de M5. À cet endroit, la couche de démolition de l’édifice était recoupée par une fosse ovoïde F2, dont la fonction n’est pas clairement établie. Cette dernière n’a livré qu’un crâne humain erratique (US 8019). Si à cet endroit le mur a été partiellement arasé par le creusement et que des blocs sont de toute évidence manquants, en revanche le parement interne de M4 est conservé au-dessus des arrachements, même si quelques blocs sont affaissés (Fig. 5.21). Ainsi cette fosse pourrait être liée à la récupération d’un seuil, peut-être en bois, encastré dans M4. Cette interruption de 0,80 m de large (F36) peut être interprétée comme un second accès entre les deux pièces.

Fig. 5.21 — Vue de détail du parement de M4 et de l’interruption F36 (ambā Gabriel)

Fig. 5.22 — Vue depuis l’ouest du seuil F9 (ambā Gabriel)

  • 11 Voir ci-dessous la contribution de Bertrand Poissonnier, Kristell Chuniaud, Anne-Marie Jouquand, «  (...)

49La pièce 1 n’a pas été entièrement fouillée du fait de la présence d’au moins 20 sépultures. Seule la démolition a été évacuée (US 8001, 8010, 8012) et la couche d’incendie soigneusement décapée (US 8020, 8013). Un sondage très ponctuel établi dans l’angle sud-ouest a permis cependant d’atteindre le rocher. Le sol est une couche de terre de texture limoneuse brun-gris comportant quelques charbons de bois (US 8031). Aucune stratigraphie n’est visible dans ce dépôt de 0,20 à 0,30 m d’épaisseur. Cette couche est rapportée car elle scelle la base des murs posée sur le rocher. En surface, elle n’est pas plane ni même indurée. Elle a livré deux petits fragments d’un même vase en céladon importé de Chine11. La couche charbonneuse liée à l’incendie (US 8020-8013) qui recouvre cet espace est également meuble et parfois assez épaisse (0,20 à 0,30 m). Si la texture hétérogène et le faible tassement de la surface de circulation sous-jacente permettent de proposer des végétaux jonchant le sol tels que du foin ou de la paille, ils n’expliquent pas à eux seuls l’épaisseur de la couche d’incendie. La combustion d’éléments en bois de plus gros module comme ceux d’une charpente ou d’un plafond doit également être évoquée.

50Les trois seuils qui permettent d’accéder au bâtiment central rectangulaire sont disposés symétriquement par rapport au plan de l’édifice. L’entrée principale établie à l’ouest (F9), large de 1,14 m est parfaitement centrée (Fig. 5.22). Elle est encadrée sur le parement externe par des retraits de la maçonnerie de 0,44 m de large et de 0,10 m de profondeur qui évoquent des piédroits (Fig. 5.23). L’encadrement est réalisé avec soin car tous les blocs employés ont été taillés en forme de parallélépipède. Cependant aucun module ne transparaît. Le seuil est aménagé par deux planches disposées sur l’arase de quelques blocs qui assurent le calage (Fig. 5.24). Une troisième planche, établie parallèlement aux deux autres, prolonge le seuil à l’intérieur de la pièce 1. Quelques fragments de bois carbonisés permettent de restituer des montants verticaux. Il n’y a pas de trace de crapaudine.

Fig. 5.23 — Vue de détail du parement de M1 au nord du seuil F9 (ambā Gabriel)

Fig. 5.24 — Vue de détail depuis le sud de l’aménagement en bois du seuil F9 (ambā Gabriel)

Fig. 5.25 — Vue de détail depuis l’ouest de l’aménagement en bois du seuil F7 (ambā Gabriel)

51Les deux autres seuils aménagés dans les murs latéraux ont une largeur très voisine 0,95 m pour F8 et 1,10 m pour F7. Ce dernier seuil, établi dans le mur nord, est assez mal conservé, car il a été recoupé en partie par une tombe (S75). Seuls subsistent quelques blocs de calage. Il n’y a pas de trace d’aménagement en bois. Au contraire F7, établi dans le mur sud est bien lisible (Fig 5.25). À cet endroit, la maçonnerie est large de seulement 0,40 m et seul le parement interne est continu. Le pas est aménagé de deux planches de bois : l’une directement posée sur l’arase de la maçonnerie, l’autre est posée sur la terre et sur quelques blocs dans le décrochement côté externe. Là encore, quelques fragments de bois carbonisés attestent des pièces de bois verticales plaquées contre la maçonnerie. Il n’y a pas de trace de crapaudine.

52Sur les deux parements externes des maçonneries qui encadrent F7 et F8, on note à l’est des seuils un léger décrochement de la maçonnerie cette fois en saillie (Fig. 5.26 et 5.27). Ces anomalies ne se retrouvent pas à l’ouest des seuils ni sur les parements internes qui sont homogènes. Intégrées dans les maçonneries, il ne s’agit pas de simples contreforts mais plus probablement de piliers intégrés, destinés à supporter à cet endroit une charge particulière. On remarquera que ce dispositif est établi aux deux tiers du bâtiment rectangulaire, le premier tiers correspondant au mur interne M5. On notera enfin la présence d’un seul poteau en bois retrouvé carbonisé dans la pièce 1 (F24) qui apparaît être aligné avec les deux décrochements. Il est localisé à 0,25 m du mur nord. Isolé, il ne permet a priori pas de restituer un cloisonnement de l’espace interne, mais cette hypothèse ne doit pas être exclue parce que c’est un schéma universel dans les églises éthiopiennes.

Fig. 5.26 — Vue depuis le sud du parement externe de M4 à l’est du seuil F7 (ambā Gabriel)

Fig. 5.27 — Vue depuis l’est de M2. On remarque les blocs assisés faisant saillie sur le parement externe, à l’est de F8 (ambā Gabriel)

53La pièce 2 a été entièrement fouillée jusqu’au basalte. Les observations sont très similaires à celles faites dans la pièce 1. Le rocher a été préalablement nettoyé avant la construction de l’édifice. Les murs sont posés sur le rocher. Seuls subsistent à l’extrémité nord de la pièce 2 des lambeaux de sédiment, incrustés à la surface du basalte dans les anfractuosités du rocher, qui ont livré quelques éclats de matériel lithique mentionnés ci-dessus et attribués à la période 1. Le sol de cette petite pièce de 3 m sur 6,15 m soit 18,45m2 est très comparable à celui de la pièce 1 à l’exception de la couche charbonneuse noire qui est ici absente (Fig. 5.28). Il s’agit d’un sédiment de texture limoneuse gris clair très compact contenant de nombreux petits blocs de pierre et des charbons de bois (US 8021, 8022, 8046). La texture est hétérogène et aucune stratigraphie n’est visible. Dans l’angle sud-est de cette pièce, un petit lot de vases a été retrouvé dans l’épaisseur du sédiment (US 8022). Un autre lot a également été retrouvé dans la moitié nord de la pièce (US 8049). Aucun creusement n’a été observé et il semble donc que ces vases ont été scellés par des recharges du sol non identifiable à l’œil (brassage occasionné par la mise en place des sépultures S60 et S62 ou bien encore par la fosse F1). Le poteau carbonisé F5 (US 8026) de 20 cm de diamètre et établi approximativement au centre de la pièce prend appui sur le rocher sans creusement préalable. Il pourrait avoir été mis en place dès la phase de construction de l’édifice. La surface « bosselée » du sol dans cette pièce n’est pas particulièrement indurée. Il convient cependant de préciser que ce secteur a été perturbé par de nombreuses galeries aménagées par une colonie de termites (Fig. 5.28). L’absence ici de l’épaisse couche charbonneuse notée dans la pièce 1 indiquerait un traitement différentiel du sol, mais sans doute aussi un système de couverture différent où le bois est moins présent. Cette hypothèse se trouve renforcée par les observations effectuées lors du décapage de surface (Fig. 5.29). La couche de démolition qui scelle la pièce 2 était essentiellement constituée de blocs de pierres débités en petites dalles qui ne se retrouvent pas dans les maçonneries de l’édifice – les blocs sont en général plus épais et les modules moins calibrés – ni dans la pièce 1 où les blocs sont beaucoup moins nombreux. Il convient donc de garder l’hypothèse d’une couverture partiellement maçonnée au-dessus de cet espace.

Fig. 5.28 — Vue depuis le sud de la pièce 2 en cours de fouille (ambā Gabriel)

Fig. 5.29 — Vue des blocs de démolition retrouvés dans la Pièce 2 (ambā Gabriel)

  • 12 Voir ci-dessous les contributions de B. Poissonnier, « Le petit mobilier de l’ambā Gabriel », et de (...)

54À la surface du sol, directement sous l’épaisse couche de démolition, plusieurs objets ont été retrouvés (US 8021) au sud de la pièce. Il s’agit d’un ensemble de tiges et d’« anneaux-charnière » en fer. Ces éléments métalliques étaient posés sur un élément carbonisé de faible épaisseur de forme plutôt rectangulaire (Fig. 5.30). L’ensemble était mêlé à quatre vases céramiques. Une autre grande tige en fer de même facture a été retrouvée à 2,50 m plus au nord. Ces éléments métalliques sont homogènes et appartiennent à un même ou à plusieurs objets en fer, probablement à vocation liturgique, entreposés dans cet espace12.

  • 13 Voir ci-dessous les contributions de B. Poissonnier, « Le petit mobilier de l’ambā Gabriel », et de (...)

55Il convient enfin d’évoquer la présence de la petite fosse carrée Fl, de 0,90 m sur 1 m de côté, creusée sur une profondeur de 0,70 m dans le substrat (Fig. 5.31). Elle semble être scellée par le sol de cette pièce ou tout du moins elle n’a pas été repérée avant. Un doute subsiste sur sa position stratigraphique, mais le sédiment très compact n’a pas permis de vérifier la présence d’un creusement dès l’apparition du sol. Son attribution à la période 2 est donc mal assurée. Son fond est plat et ses bords sont verticaux. Ses caractéristiques permettent de la rapprocher de la fosse ancienne F10, observée dans la galerie extérieure sud, mais ses dimensions plus modestes au demeurant ne permettent pas de proposer une fonction primitive funéraire. Son comblement (US 8023 et 8024) est également bien différent. Il se compose d’un sédiment limoneux brun-gris mêlé à de gros blocs de basalte qui a livré un mobilier varié sans organisation particulière et dont l’étude détaillée montre clairement son caractère exceptionnel (perles, fragments de récipients en verre et en faïence, petite tôle en alliage cuivreux décorée et fragments de céramique commune13...). Cette fosse n’a pas livré d’ossements humains ; il ne s’agit donc pas cette fois d’une sépulture. Les objets ont été regroupés et enfouis volontairement puisque le sol de la pièce n’a pas, quant à lui, livré d’objets comparables. Ce dépôt ne peut pas être interprété comme un simple dépotoir.

Fig. 5.30 — Mobilier retrouvé sur le sol du maqdas (US 8021), relevé et photos de détail (ambā Gabriel)

Fig. 5.31 — F1, localisation, coupe, plan et photo en fin de fouille (ambā Gabriel)

56Des fragments d’objets et non des objets complets ont été rassemblés intentionnellement. Il ne s’agit donc pas non plus d’un dépôt primaire. S’agit-il d’un dépôt de fondation ou d’une simple cachette d’objets sacrés en mémoire d’événements majeurs qui se sont déroulés sur l’ambā, sorte de reliquaire ? Les fragments, à l’exception de la céramique de tradition indigène, proviennent tous d’objets importés, pour la plupart des produits de luxe.

La galerie

  • 14 Le parement externe est en cours d’éboulement mais, entre M3 et le « lambeau » de M7, le sol se pré (...)

57Bien que le plan ne soit pas entièrement dégagé, et que des pans entiers de l’ambā soient manquants sur sa bordure orientale, tout indique que le bâtiment central rectangulaire est entouré par une galerie périphérique le ceinturant entièrement. La maçonnerie M7 établie parallèlement au mur oriental du bâtiment central est en effet attestée sur une longueur d’au moins 1,20 m. Elle est comparable aux autres murs bien qu’elle soit médiocrement conservée14.

58La largeur de la galerie n’est cependant pas constante (Fig. 5.17). Cet espace large d’1,50 m à l’est, d’1,60 m au sud et au nord s’élargit sensiblement à l’ouest devant l’entrée F9 pour atteindre 2,50 m. Ainsi la portion la plus large protège logiquement l’entrée principale de l’édifice central. C’est à cet endroit également que débouche l’escalier d’accès (F35). Les murs qui délimitent la galerie, larges de 0,60 à 0,70 m, ne sont conservés que sur trois assises au mieux et seulement deux pour M7. Rien ne permet d’ailleurs d’assurer qu’ils aient connu une élévation importante. Fn deux points, on a pu observer qu’ils étaient établis à la rupture de pente de l’ambā. à ces deux endroits, le parement interne prend appui sur le rocher alors que la face externe est fondée à travers les remblais qui nivellent l’ambā. Ces murs sont peu soignés et s’apparentent davantage à un mur de clôture car les blocs employés ne sont pas taillés. Comme les murs de l’édifice central rectangulaire, ils sont formés de deux parements de blocs et d’un bourrage de terre et de blocs plus petits. Mais ici les pierres apparaissent globalement plus érodées et le bourrage interne moins tassé. Plusieurs poteaux – sept ont été observés – insérés dans le parement interne ponctuent leur tracé. Quatre sont encore en place (F31, F33, F34 et F28) et ont été carbonisés. Un exemplaire est conservé en négatif (F26). Il a probablement été récupéré avant l’incendie. Ces éléments en bois, de 0,20 m de diamètre environ, ne sont pas des ajouts postérieurs aux maçonneries. Ils ont été mis en place lors de la construction, car les blocs et le liant à base de terre et de végétaux enserrent parfaitement les poteaux. Le négatif F26 présente une profondeur de plus de 0,50 m qui indique un ancrage profond. Si ces faits sont bien établis, en revanche la fonction exacte de ces poteaux est plus incertaine. Il peut bien sûr s’agir des éléments porteurs de la toiture, cette dernière serait alors débordante pour protéger la maçonnerie. Ces poteaux ont peut-être eu également comme fonction de renforcer le mur, établi rappelons-le en partie à travers des remblais ? Les deux propositions ne sont d’ailleurs pas contradictoires. Si, d’emblée, on est tenté de restituer cette maçonnerie comme un mur bahut de faible élévation du fait de son implantation particulière et de son aspect, en revanche la position des éléments en bois dans le parement interne semble exclure la restitution d’un stylobate.

59Partout, les derniers niveaux d’occupation observés directement sous la démolition sont recouverts d’une pellicule hétérogène plus ou moins charbonneuse mêlée à des fragments de terre rubéfiés (US 8091, 8033, 8028). Il y a en général peu de mobilier. On a pu remarquer que la couche charbonneuse était plus homogène à l’est devant l’entrée F9. En général, le sol de la galerie a pu être assez facilement distingué, même à l’extrémité est, car il est beaucoup plus induré que dans le bâtiment rectangulaire. Ce détail indique sans doute une circulation plus importante et une gestion du sol différente. À l’exception de l’aménagement F35, aucun accès n’a été repéré sur les maçonneries qui sont toutes chaînées. Rappelons encore une fois que les deux angles orientaux sont manquants.

L’accès à l’ambā, la citerne et le mur d’enceinte

Fig. 5.32 — Vue du jeu de gabatā grave sur le rocher en contrebas de l’ambā Gabriel

  • 15 Jeu employant des fèves ou des cailloux à distribuer dans des trous.

60L’accès à l’ambā s’effectuait depuis le nord-ouest en longeant le rocher qui sur cette face n’est pas vertical sur toute la hauteur. La base de l’ambā s’élargit en pente douce et forme un plan incliné naturel. À mi-pente, un jeu de gabata15 a été gravé dans la roche (Fig. 5.32). Ce cheminement se fait assez aisément et permet d’atteindre le pied de l’ambā, en contrebas de l’escalier F35. À cet endroit, le rocher présente deux encoches ovoïdes d’une dizaine de centimètres de diamètre qui permettent de proposer un escalier ou plus probablement une échelle en bois pour gravir le dénivelé abrupt de 5,50 m.

61Au cours de cette petite ascension, on rencontre à quelques mètres du jeu gravé dans la roche un autre aménagement (F22) très particulier, creusé à la base de la paroi verticale de l’ambā (Fig. 5.33). Il se compose d’un creusement principal de section circulaire d’1,20 m de profondeur, dont le profil en poire présente un diamètre de 0,60 m à l’ouverture et environ 1,10 m pour le fond qui est plat. À 0,50 m du fond, la paroi présente une encoche de 8 cm de profondeur qui peut permettre à un individu de faible corpulence de prendre appui.

Fig. 5.33 — F22, localisation, coupe, plan et photos (ambā Gabriel)

62À l’extérieur de cette fosse qui évoque une petite citerne, deux trous ovoïdes de 0,35 m de diamètre et de 0,30 m de profondeur environ semblent reliés au creusement principal par une cuvette associée à des petites encoches linéaires. La très légère pente de ces derniers éléments vers les deux trous permet de les interpréter comme des petits canaux. Ces vestiges comblés de terre brune et de blocs de basalte n’ont pas livré de mobilier (US 8075). Lors de la reprise des fouilles, ils n’étaient plus visibles car parfaitement recouverts par la végétation.

63Si, en fin de période sèche, la cuve est sans doute vide, lors des pluies, elle se remplit très rapidement formant une petite réserve d’eau. À chaque pluie en effet, l’eau traverse l’ambā en suivant des failles naturelles du basalte pour se concentrer dans la citerne. Certaines entailles anthropiques du rocher effectuées en bordure de la fosse concentrent l’écoulement. Sa localisation en bordure du chemin d’accès à l’édifice n’est pas le fruit du hasard et le fait que l’alimentation ne soit pas pérenne ne contredit pas un usage liturgique. Elle est très comparable à la petite citerne aménagée dans la paroi du rocher en bordure du chemin d’accès à l’église d’Ašeten Māryām, localisée au sommet du piton rocheux qui surplombe les églises de Lālibalā dans le Lāstā (Fig. 5.34). Là aussi la source ne semble pas pérenne.

Fig. 5.34 — Vue de détail de la petite citerne aménagée sur le chemin d’accès à l’église d’Ašeten Māryām

64L’escalier proprement dit (F35) est très sommaire (Fig. 5.17 et 5.35). Il permet de gravir un dénivelé beaucoup plus modeste de l’ordre de 1 m entre le bord de l’ambā et le seuil F9 du bâtiment rectangulaire. Les deux massifs d’échiffre distants de 0,70 à 1,25 m sont chaînés, à l’est, aux murs de la galerie et, à l’ouest, au mur de l’enceinte établi sur le pourtour de l’ambā. Les deux murs sont assisés et de même facture que les autres maçonneries (0,60 m de large). Ils encadrent deux séries de quelques marches réalisées par des alignements de blocs. Entre les deux, le cheminement s’effectue en pente douce. Le sol est en terre sans aménagement particulier. Il est recouvert par une pellicule charbonneuse. On note également un petit prisme posé horizontalement comme première marche. Tous les blocs sont usés. Enfin, la jonction avec la galerie est encadrée par deux poteaux carbonisés.

Fig. 5.35 — Vue de l’escalier F35 depuis le sud (ambā Gabriel)

65La présence récurrente de blocs alignés en bordure supérieure de l’ambā suggère que cette dernière a pu être entièrement entourée d’une enceinte. Compte tenu de l’érosion, il n’est pas possible de restituer la hauteur de cette clôture. Aujourd’hui, il ne subsiste en général qu’une seule assise de l’un des parements. Lorsque la maçonnerie est mieux conservée, comme au nord-ouest, elle présente le même aspect que les autres maçonneries du site, à l’exception du module des blocs qui est dans l’ensemble plus gros. Elle se compose de deux rangées de blocs, parfois des fragments de prismes basaltiques, distantes de 0,60 m. Le bourrage interne est assuré par un sédiment de texture limoneuse brun orangé mêlé à des blocs de petits modules (US 8037). La maçonnerie n’est conservée en élévation que sur une très petite portion. Au sud, elle n’est pas directement établie en bordure de l’ambā. Un important retrait du rocher à cet endroit peut expliquer le décalage du mur.

66Enfin, l’angle nord-est de l’ambā semble avoir été renforcé par une puissante maçonnerie constituée de blocs de basalte, établie en contrebas de la plateforme principale (Fig. 5.36). Comme au sud, on note à cet endroit un retrait important du rocher. On a visiblement cherché à compenser cette lacune. Le parement est réalisé par un encorbellement de gros blocs soigneusement disposés. On ignore si cet aménagement a été réalisé lors de la construction de l’édifice ou s’il s’agit plutôt d’une consolidation postérieure.

Fig. 5.36 — Vue de l’ambā Gabriel depuis le nord-est

Les espaces extérieurs

67L’emprise délimitée par la clôture externe et le mur de la galerie est relativement vaste de l’ordre de 160m2 (Fig. 5.17). Cependant, elle présente une topographie très inégale. Parfois la pente est très raide, comme au nord-est où elle avoisine les 45 % (Fig. 5.37). Ailleurs, le terrain est en pente plus douce, mais jamais horizontal. Ce secteur semble avoir subi une très forte érosion et il est probable qu’une partie de la stratigraphie soit définitivement détruite (US 8089, 8030). On ignore de quelle manière on accédait à cet espace car les murs de la galerie ne présentent pas d’interruption, mais il est vrai que le plan présente quelques lacunes. Directement sous la terre végétale, qui seule a été décapée, on note de nombreux blocs mêlés à un sédiment de texture limoneuse brun orangé. Certains d’entre eux peuvent provenir des effondrements des maçonneries mais ici il n’y a pas de trace de l’incendie. Cette observation indique que cet espace était non couvert. Aucun cheminement ou secteur induré n’a été identifié. Plusieurs alignements ou amas de blocs sont apparus sous la terre végétale de surface. Ils sont présentés en période 3 car ils ne sont pas datés mais ils peuvent être malgré tout contemporains de l’église. C’est également le cas de la céramique qui a été retrouvée en abondance dans la portion nord-est de l’espace extérieur (US 8041, 8045). Le grand nombre de tessons indiquerait une zone de rejet privilégiée en lien avec l’église mais leur position dans la stratigraphie est imprécise. Enfin, il convient de souligner que l’espace réservé à la préparation du pain de messe, appelé le bētalēhem, normalement situé à proximité de l’église, n’a pas été localisé.

Fig. 5.37 — Vue depuis l’ouest de l’espace compris entre M11 et M8, à l’angle nord-est de l’ambā Gabriel

Les tombes à l’intérieur de l’édifice

68Parmi toutes les sépultures repérées au sommet de l’ambā, cinq au moins paraissent antérieures à l’incendie qui a ravagé l’église (Fig. 5.17 et 41 à 45). Toutes sont installées à l’intérieur de l’édifice : cette situation est ici loin d’être anodine puisque leur présence pourrait bien déterminer une des fonctions, voire la vocation de l’église Gabriel.

• Deux sépultures dans le maqdas

69Deux de ces tombes sont localisées dans le sanctuaire (S60 et S62, pièce 2) et semblent contemporaines de l’utilisation de cet espace. La légère incertitude quant à leur position stratigraphique exacte est assez paradoxalement liée à la nature des plafonds couvrant l’église. Il est probable que la galerie périphérique et la nef (pièce 1) étaient couvertes par une charpente ou des boiseries, alors que le maqdas (pièce 2) était plutôt couvert en pierres : l’épais niveau charbonneux consécutif à l’incendie recouvre en effet toute la surface du bâtiment, exception faite de l’espace du sanctuaire. L’absence de cette couche si aisément reconnaissable ne permet donc pas d’affirmer ici que les deux tombes lui sont à l’évidence antérieures. Elles paraissent néanmoins scellées par l’épaisse couche caillouteuse de démolition et leurs caractéristiques générales les différencient très nettement de toutes les autres sépultures installées plus tardivement.

70D’une manière très générale, les tombes relatives à la période 3 présentent en effet une orientation très variable, percent ou entament fréquemment les murs ruinés de l’édifice, ne sont souvent creusées qu’à travers la couche de démolition et contiennent ou mettent en œuvre des matériaux appartenant manifestement à l’édifice. à l’inverse, ces deux tombes, S60 et S62, parfaitement orientées, sont installées dans l’angle nord-est de la pièce 2 où elles s’alignent rigoureusement le long des murs. Les deux fosses sépulcrales, creusées côte à côte, dessinent un contour ovalaire régulier et entament profondément le substrat basaltique. Les corps qu’elles contiennent sont recouverts par des blocs de basalte bruts soigneusement juxtaposés et empilés sur deux niveaux : le sommet de cette couverture de pierre correspond très exactement au niveau du sol du sanctuaire.

71La tombe S60 contient les restes de deux corps (Fig. 5.38, 5.41 et 5.42) alors que l’autre, S62, n’en contient qu’un seul. Les squelettes sont très médiocrement conservés : il s’agit à chaque fois d’un adulte dont le sexe n’a pu être déterminé. Les conditions d’inhumation paraissent en tous points similaires : chaque défunt semble avoir été enveloppé dans une natte végétale, une pièce de textile ou de cuir, avant d’être déposé dans la fosse puis recouvert de terre. Les deux corps retrouvés dans la même fosse ont apparemment été inhumés rapidement l’un après l’autre, voire simultanément. Les dépouilles sont toujours allongées sur le dos, tête à l’ouest, membres supérieurs et inférieurs en extension, pieds joints, mains posées sur les hanches ou le pubis pour deux d’entre elles au moins.

Fig. 5.38 — Sépulture S60, vue de l’est (ambā Gabriel)

72Deux petites coupelles en céramique, l’une apode et l’autre à pied creux, ont été recueillies au pied de la sépulture S62. Ces deux objets n’accompagnent pas véritablement le corps à l’intérieur de la tombe mais ont plutôt été déposés sur la couverture de pierres qui scelle la fosse, au niveau du sol de la pièce. L’un de ces deux récipients repose à plat à l’emplacement de la tombe, le second, retrouvé légèrement de biais et en appui contre le mur oriental de la pièce, gît en limite du creusement de la fosse et paraît presque être extérieur à la tombe (Fig. 5.39). Rien ne permet ici d’associer formellement ce dépôt à une tombe particulière puisqu’il n’a pas été enfoui avec le défunt : tout porte à croire au contraire que les coupelles ont été posées à même le sol. Dans ce cas, il n’est pas impossible qu’elles aient pu être légèrement déplacées : on ne saurait donc dire si elles ont toujours été rassemblées au-dessus de la même tombe ou si, à l’origine, chacune d’entre elles signalait la présence des deux sépultures voisines installées dans ce coin du sanctuaire. Quoi qu’il en soit, ces coupelles à encens (?), peut-être déposées lors des funérailles, ont pu marquer l’emplacement des tombes dans le maqdas, voire être régulièrement utilisées pour perpétuer le souvenir de ces défunts.

Fig. 5.39 — Sépulture S62, coupelles posées au pied de la tombe (ambā Gabriel)

• Cercueil monoxyle et sépultures dans la nef

73L’espace central de l’église (pièce 1) n’ayant pas été intégralement fouillé, il restera difficile d’estimer le nombre réel de tombes qui y ont éventuellement été installées. Trois sépultures au moins (S08, S37 et S61) sont manifestement contemporaines de l’utilisation de l’édifice et toutes ont été découvertes dans la moitié sud de la pièce (Fig. 5.17).

74L’une d’entre elles mérite sans aucun doute une attention particulière : cette tombe, S08, creusée dans l’épaisseur du sol de la nef, contient en effet un cercueil monoxyle (Fig. 5.40). Toute la partie supérieure du cercueil est fortement brûlée et le couvercle en bois, carbonisé, s’est effondré à l’intérieur de la cuve : il ne fait aucun doute que ce cercueil a été mis en place avant l’incendie, alors que l’église était encore en fonction. Cette carbonisation superficielle montre également que le cercueil n’était pas profondément enfoui, peut-être même le couvercle apparaissait-il au niveau du sol de l’église. Le cercueil est réalisé dans un tronc d’arbre évidé : parois latérales et extrémités sont bien conservées, mais le fond, en revanche, ne subsiste qu’à l’état de lambeaux. Cette tombe contient les restes d’un adulte allongé sur le dos, tête à l’ouest, jambes étendues et avant-bras le long du corps. Les os coxaux sont malheureusement trop altérés pour que l’on puisse déterminer son sexe et la disposition générale des pièces osseuses conservées n’évoque aucun détail particulier sur les conditions de dépôt du défunt (présence d’un vêtement, enveloppement de la dépouille ?). Un second crâne est déposé aux pieds du corps : il s’agit là du seul ossement surnuméraire identifié – mais il est vrai que la conservation des pièces osseuses est très médiocre – et cet indice, à lui seul, est trop maigre pour que l’on puisse déterminer si ce crâne appartient à une inhumation antérieure (cercueil réutilisé ?) ou s’il a été transféré dans la tombe à l’occasion des funérailles du personnage principal. Enfin, aucun mobilier n’a été recueilli, ni en surface de la tombe, ni à l’intérieur du cercueil.

75Une seconde sépulture, S37, a été découverte contre la paroi sud du cercueil. La fosse est partiellement recouverte par le niveau d’incendie et les ossements qu’elle contient ont apparemment fortement chauffe, notamment au niveau des membres inférieurs (coloration brun-noir) : là encore, cette tombe est antérieure à l’incendie de l’édifice. Il s’agit cette fois d’une fosse simple, sans contenant ni architecture interne évidente, à l’intérieur de laquelle les restes humains sont en très mauvais état : le défunt, de sexe indéterminé, pourrait avoir été allongé sur le dos ou sur le côté, tête à l’ouest, membres inférieurs en extension, membres supérieurs probablement le long du corps. La relation entre cette tombe et la sépulture voisine restera ambiguë : rien ne permet ici de déterminer si la fosse a été installée contre le cercueil monoxyle ou, au contraire, si ce dernier est venu la recouper.

76Enfin, une troisième sépulture, S61, a simplement été entr’aperçue sous la tombe précédente : il s’agit apparemment d’une simple fosse à l’intérieur de laquelle le défunt semble être allongé sur le dos, tête à l’ouest. Son antériorité évidente par rapport à la sépulture S37 montre qu’elle aussi a été mise en place avant l’incendie.

Fig. 5.40 — Cercueil monoxyle dans la nef, vue de l’est (ambā Gabriel)

Sépulture 60 (Période 2 ?)
Deux adultes, sexe indéterminé, inhumés dans une fosse.
La tombe, orientée O/E, est installée dans la partie nord du maqdas, dans la largeur de la pièce (pièce 2). La fosse est creusée dans l’épaisseur du sol de la pièce et entame le substrat basaltique. La présence de cette tombe n’a pas été perçue dans le niveau de démolition de l’édifice, mais il est vrai qu’au moins trois autres sépultures (S.02, 16 et 42) sont postérieurement venues se superposer à cette tombe.

La fosse est oblongue (extrémités arrondies), présente une rive sud verticale et une rive nord beaucoup plus irrégulière (nombreuses galeries de termites). Toute la partie supérieure du remplissage est constituée par un amas très dense de blocs de pierres, dont le sommet correspond au niveau du sol de la pièce.
Le premier corps inhumé paraît être à peu près centré au fond de la fosse. Les connexions anatomiques sont préservées et un effet de paroi est visible du coté droit : ce corps a semble-t-il été enveloppe puis recouvert de terre. Le second corps est quant à lui déposé légèrement de biais, en appui contre la paroi sud de la fosse, sur le corps précédent. Les connexions anatomiques sont également strictement conservées et la dépouille semble là aussi avoir été enveloppée avant d’être recouverte de terre.
Inhumations simultanées ou successivement pratiquées sur le même emplacement ? Les deux squelettes sont au contact l’un de l’autre et, au niveau des membres inférieurs notamment, les éléments appartenant aux jambes de chacun des deux corps (tibias, fibula, pieds) reposent tous en parfaite connexion sur le fond de fosse. De la même façon, le fémur et l’humérus gauche du second corps sont exactement à la même altitude que les ossements du premier corps. Seul le crâne du second inhumé semble être resté en équilibre sur celui du premier corps, mais, dans ce cas précis, la forme du creusement de l’extrémité céphalique de la fosse, aménagée dans le basalte, ne permet pas au second crâne de s’affaisser en contrebas. Il y a donc fort peu de chances qu’un laps de temps important se soit écoulé entre les deux inhumations et l’on peut exclure l’hypothèse d’une réouverture tardive de la fosse, qui aurait nécessairement perturbé les restes du premier inhumé : les deux corps, chacun enroulé dans une natte, ont pu être déposés simultanément dans la fosse, ou encore inhumés rapidement l’un après l’autre, avant que le premier corps et/ou son enveloppement ne soient décomposés.
Les deux corps sont allongés sur le dos, tête à l’ouest, membres supérieurs et inférieurs en extension, pieds joints (gauche sur droit pour le premier inhumé, droit sur gauche pour le second).

Fig. 5.41 Sépulture S60, relevé et description de la tombe (ambā Gabriel)

Sépulture 62 (Période 2)
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée O/E, est installée dans l’angle nord-est du maqdas, très exactement le long du mur nord, sans le recouper (Pièce 2, murs M2 et M3). La fosse est creusée dans l’épaisseur du sol de la pièce et entame le substrat basaltique. La présence de cette tombe n’a pas été perçue dans le niveau de démolition de l’édifice.
La fosse est oblongue (extrémités arrondies), présente une rive sud verticale alors qu’au nord, le long du mur, le creusement se rétrécit à partir du substrat basaltique. Toute la partie supérieure du remplissage est constituée par un amas très dense de blocs de pierres, dont le sommet correspond au niveau du sol de la pièce.
Le squelette n’est plus représenté que par le crâne, la mandibule et les os des membres inférieurs : la position du crâne, en appui contre l’extrémité de la fosse, ainsi que celle des pieds (talus et calcanéum droits et gauche maintenus en connexion et en équilibre, face antérieure) suggèrent un ensevelissement du corps lors de l’inhumation.
Le corps est allongé sur le dos, tête à l’ouest, membres inférieurs en extension, pieds joints.
En surface du remplissage, au niveau de la couverture de pierres (et donc du sol du maqdas ?), deux coupelles en céramique, l’une apode (S62.3), l’autre à pied creux (S62.4), ont été déposées au pied de la tombe : l’une repose à plat, l’autre est appuyée contre le mur oriental du maqdas. Le remplissage de la tombe a également livré quatorze tessons de céramique, parmi lesquels trois fragments de plat et trois fragments de pot.

Fig. 5.42 — Sépulture S62, relevé et description de la tombe (ambā Gabriel)

Sépulture 08 (Période 2)
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans un cercueil monoxyle.
La tombe, orientée O.SO/E.NE, est installée à l’intérieur de l’église, dans la moitié sud de la pièce 1. La fosse est creusée dans l’épaisseur du sol de la pièce et toute la partie supérieure du cercueil (couvercle et rebord de la cuve) est fortement brûlée : cette sépulture est sans aucun doute antérieure à l’incendie de l’édifice.
Le cercueil est réalisé dans un tronc d’arbre évidé : si les parois latérales et les extrémités sont bien conservées, le fond, en revanche ne subsiste qu’à l’état de lambeaux. Le couvercle, carbonisé, s’est effondré à l’intérieur de la cuve. Le squelette n’est plus représenté que par son crâne et ses principaux os longs : le corps est allongé sur le dos, tête à l’ouest, membres supérieurs et inférieurs en extension.
Un second crâne est déposé aux pieds du corps.

Fig. 5.43 — Sépulture S08, relevé, photographies et description de la tombe (ambā Gabriel)

Sépulture 37 (Période 2)
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée O.SO/E.NE, est installée dans la nef de l’église (pièce 1), « à côté » du cercueil monoxyle (S08).
La position stratigraphique de cette tombe reste ambiguë : le tracé de la fosse, particulièrement au niveau des pieds, semble bien être recoupé par l’installation du cercueil monoxyle. À l’intérieur de la fosse, les restes osseux, malheureusement en très mauvais état, sont beaucoup moins explicites : la partie gauche du squelette ne semble pas recoupée, puisque l’on retrouve des traces de l’humérus gauche (contre la paroi du cercueil), deux fragments de diaphyses correspondant vraisemblablement aux radius et ulna gauches et le fémur gauche. Bien que ces ossements soient effectivement présents et en position anatomique, la disposition générale du squelette est assez surprenante puisque les ossements appartenant aux parties droite et gauche sont très proches de l’axe médian du corps. Les restes du défunt, qui repose tête à l’ouest, membres inférieurs en extension, pourraient donc avoir été repoussés latéralement lorsque le cercueil monoxyle a été installé, à moins que, à l’inverse, le corps ait été comprimé contre le cercueil – voire déposé en position latérale – auquel cas cette inhumation est postérieure à la mise en place du cercueil et l’impression d’une fosse recoupée aux pieds est inexacte.
Dans tous les cas, les ossements ont apparemment fortement chauffé, notamment au niveau des membres inférieurs (coloration brun-noir) et ce phénomène n’affecte aucun des autres squelettes découverts sur l’ambā : cette sépulture est donc très probablement antérieure à l’incendie de l’édifice.

Fig. 5.44 — Sépulture S37, relevé et description de la tombe (ambā Gabriel)

Sépulture 61 (Période 2)
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans une fosse. La tombe, globalement orientée O.NO/E.SE, est installée à l’intérieur de l’église, dans l’angle sud-est de la pièce 1, à proximité du cercueil monoxyle (S.08). Cette sépulture n’a été que très partiellement fouillée (aucune limite de fosse reconnue) et n’a été identifiée que grâce à la présence d’ossements en connexion anatomique : crâne, mandibule et rachis cervical, humérus gauche.
Cette sépulture est antérieure à la sépulture S. 37 et elle est également très probablement antérieure à l’incendie de l’édifice : bien que le contour de la fosse n’ait pas été reconnu, le niveau d’incendie qui recouvre le sol de la pièce 1 n’est manifestement pas perturbé à l’emplacement de la tombe.
Le corps semble allongé sur le dos, tête à l’ouest.

Fig. 5.45 — Sépulture S61, relevé et description de la tombe (ambā Gabriel)

• Sépultures médiévales et tradition orale

77La découverte d’une multitude de tombes au sommet de l’ambā a d’emblée suscité bien des questions et l’idée d’une enquête, menée auprès des anciens et/ou des ecclésiastiques du village à propos des pratiques funéraires actuelles ou dont le souvenir est resté vivace, s’est rapidement imposée (cf. encadré). Un certain nombre de conditions paraissaient en effet réunies. D’une part, les sépultures chrétiennes découvertes sur le site, qu’il s’agisse des tombes contemporaines de l’église ou de celles installées plus tardivement, sont « relativement récentes » et ne peuvent en tout cas être antérieures aux XVe-XVIe siècles. D’autre part, la région de Mesḥāla Māryām est encore aujourd’hui très isolée : la vie de la petite communauté chrétienne, rassemblée autour d’une ancienne église royale – certes récemment reconstruite mais dont la fondation remonte au XVe siècle – reste profondément empreinte de traditions dont les prêtres sont les garants. S’il n’est évidemment pas question d’interpréter directement les résultats archéologiques grâce aux récits des anciens, il paraissait séduisant de tenter une confrontation entre ces deux types de sources. L’ensemble des sépultures découvertes sur l’ambā ont été prises en compte, mais nous n’évoquerons ici, dans un premier temps, que certains détails relatifs aux cinq tombes contemporaines de l’édifice.

78Les deux sépultures installées dans le coin nord du sanctuaire, S60 et S62, présentent une morphologie très comparable : une fosse ovalaire est ouverte dans le sol de la pièce et, lorsque le substrat basaltique est atteint, le creusement se rétrécit très nettement au moins au niveau de l’extrémité céphalique et de l’un des deux côtés de la fosse. Le corps, une fois déposé, sera soigneusement recouvert de pierres. Cette configuration évoque évidemment la « maison du mort », bēta adem, décrite par l’un des informateurs, et l’emploi de pierres pour couvrir les tombes est encore en usage aujourd’hui.

79à l’intérieur de la sépulture S60, chacun des deux squelettes retrouvés dans la fosse porte les stigmates d’un enveloppement du corps : les effets de paroi latéraux observés dans la disposition des pièces osseuses témoignent ici d’une contrainte exercée sur le cadavre. Un phénomène similaire a également été constaté sur bon nombre des corps inhumés plus tardivement sur l’ambā, mais aucun indice archéologique particulier (fragment textile ou végétal conservé) ne permet d’identifier la nature de cet enveloppement. Lors de l’enquête menée auprès des anciens, deux des personnes interrogées signalent qu’encore aujourd’hui le défunt est recouvert d’un tissu et d’une natte – sans toutefois indiquer s’il est enroulé dans une natte – et la troisième précise même que le corps peut être enfilé dans un sac

80Par ailleurs, pour chacun des deux squelettes de la sépulture S60, les connexions anatomiques au niveau des pieds (tarse, métatarse et quelques phalanges proximales) sont parfaitement préservées : les pieds sont joints et reposent l’un sur l’autre, droit sur gauche dans un cas, situation inverse dans l’autre. La position de ces pieds (Fig. 5.46), qui se chevauchent très légèrement et uniquement au niveau du premier rang – celui correspondant au gros orteil –, est d’autant plus étonnante ici que les deux corps ne reposent pas exactement dans la même position : le premier inhume est allonge à plat au rond de la fosse alors que le second vient se superposer légèrement de biais, en appui contre la paroi. Là encore, cette position des pieds, parfaitement joints, voire légèrement superposés, a également été observée pour les sépultures plus tardives et cette fois, tout le monde s’accorde à dire qu’aujourd’hui, après le décès, on unit les pouces des mains et des pieds du mort.

Fig. 5.46 — Position particulière des pieds dans la tombe S60 (ambā Gabriel)

  • 16 Voir chapitre suivant, « Une lecture architecturale et liturgique des ruines de Gabriel ».

81Dans un autre registre, il est frappant de constater qu’un nombre restreint de tombes semblent avoir été installées dans l’église. Certes, la nef n’a pas été intégralement fouillée mais le cercueil monoxyle constitue malgré tout l’unique tombe visible au niveau du sol de la pièce. De la même façon, le maqdas ne contient que deux tombes, regroupées dans un angle du sanctuaire : l’espace intérieur de l’église apparaît donc comme un lieu d’inhumation réservé, même si les seules données archéologiques ne permettent guère ici de qualifier les personnages qui y ont été enterrés. Ce constat est corroboré à la fois par quelques autres exemples d’églises éthiopiennes16 mais aussi par les dires des informateurs, pour lesquels l’inhumation à l’intérieur de l’église revêt toujours un caractère exceptionnel et ne concerne que de très hauts dignitaires. Enfin, aucune des sépultures retrouvées dans l’église n’a livré de mobilier et, encore aujourd’hui, pas le moindre objet n’accompagne le mort dans la tombe.

82Ce rapide inventaire ne constitue que l’ébauche d’une véritable étude comparative sur l’évolution et la pérennité des pratiques funéraires entre le XVe siècle et nos jours : l’enquête orale mériterait d’être approfondie et bien des tombes devront encore être fouillées. Il apparaît néanmoins, en première analyse, qu’un certain nombre de pratiques actuelles trouvent un écho extrêmement favorable dans le panorama des gestes que l’on perçoit au travers de l’examen de quelques tombes anciennes. Par certains aspects, et parfois même dans les moindres détails, le traitement du mort ne semble guère avoir évolué en quelques siècles. Doit-on pour autant considérer que toutes les informations livrées par nos contemporains sont immédiatement transposables ? La gestuelle du mort, par exemple, pourrait constituer un élément d’interprétation majeur. Si la codification actuelle des postures est effectivement héritée d’un usage ancien, quatre des six défunts retrouvés dans l’église et allongés mains sur le pubis ou simplement bras le long du corps pourraient être des laïcs. D’autre part, si l’accès à l’intérieur de l’église a toujours été réservé au roi, au métropolite ou à des prêtres de renom, cette fameuse – et pudique – position des mains élimine ici tout statut ecclésiastique : nous serions donc peut-être là face aux tombes d’une famille royale ou noble dont l’un des membres, particulièrement illustre ou honoré, a été enseveli dans la nef et exposé à la dévotion des fidèles.

Enterrer ses morts dans le Manz au XXIe siècle
Enquêtes réalisées par Marie-Laure Derat & Deresse Ayenachaw
Parallèlement à la fouille des sépultures découvertes au sommet de l’ambā, une enquête a été menée en avril 2000 et février-mars 2001 auprès de différents habitants de Mesḥāla Māryām. Au fil des discussions, Meqereč Warqē, Amesē Sefrāyeču et Šarwa Malaka, trois habitants des lieux, réputés pour leur savoir et dont deux étaient en lien avec l’église, ont ainsi évoqué différents aspects des pratiques funéraires actuelles. Cette enquête n’est pas une véritable étude d’anthropologie funéraire. Il s’agissait avant tout de fournir des éléments d’informations pour les archéologues qui ne disposaient que de très peu de référents éthiopiens. Les informations recueillies ont été soigneusement vérifiées auprès d’Alemnaw Azene, prêtre de Dabra Warq, par Emmanuel Fritsch afin de s’assurer de leur plausibilité, même si certaines pratiques ne se vérifient pas dans toutes les régions.
• La tombe
Selon Meqereč Warqē, une première fosse est d’abord réalisée, puis un espace plus étroit est ensuite surcreusé d’un mètre pour y placer le corps : on l’appelle la maison du mort (bēta adem). La profondeur de la tombe peut atteindre deux mètres. Une fois le corps descendu dans la fosse, on le recouvre de bois ou de pierres. La fosse est ensuite rebouchée par la terre extraite lors du creusement et signalée par un amas de pierres.
Pour Amesē Sefrāyeču, la tombe est creusée sur 1,25 m, des pierres sont placées en dessous et autour du corps. Une grande pierre vient recouvrir le défunt. Quand il s’agit d’un moine, il est enveloppé d’une natte, et la tête est couverte d’une pièce de tissu. Sur le corps, une planche ou un morceau de bois est placé, sur lequel on plante sept bougies allumées. Puis on ferme la tombe avec des pierres ou des branchages. Cet informateur considère que l’utilisation d’un cercueil en bois est une pratique ancienne aujourd’hui abandonnée.
Pour Šarwa Malaka, la fosse est habituellement creusée sur une profondeur d’une coudée et un quart, voire deux coudées si un cercueil est utilisé. L’usage de cercueil reste cependant rare et est en fait soumis aux moyens financiers du mort. Aucun objet n’est placé à côté du corps. En revanche, on encense la tombe au moment de l’inhumation, puis l’encens brûlé est vidé, avec tout le contenu de l’encensoir, dans la fosse, mais pas dans une céramique.
• Le traitement du mort
Les trois informateurs s’accordent à dire que lorsqu’un homme meurt, son corps est lavé, la bouche est fermée, le nez et les oreilles sont bouchés avec du coton. Les pouces des pieds et des mains sont liés. Amesē Sefrāyeču ajoute que, s’il s’agit d’un moine, des bandelettes de coton sont placées sur les yeux, autour du nombril et sur les genoux. Ces bandelettes, reliées entre elles par un fil, enserrent le corps devant et derrière. Pour Ato Meqereč, le corps est ensuite enfilé dans un sac (magnas) qui le recouvre entièrement et, selon les deux autres informateurs, la dépouille est simplement enveloppée d’un vêtement de coton (gābi) ou d’une natte. La position que l’on donne aux bras du mort traduit son statut social ou ecclésiastique :
— les laïcs reposent mains sur le pubis ;
— les prêtres et les moines reposent mains sur le visage pour se cacher les yeux (pour signifier que ces morts n’ont pas vu le monde) ;
— les diacres reposent mains sur les épaules (ils signifient qu’ils sont prêts pour le service).
• Gestion de l’espace funéraire
Dans la pratique, tout le monde se fait enterrer auprès de l’église, à l’extérieur ou à l’intérieur de l’enclos. Ato Meqereč précise que les enfants non baptisés sont inhumés juste en dehors de l’enclos et, pour Šarwa Malaka, l’emplacement de la tombe dépend du statut social : gens du commun à l’extérieur, familles plus riches à l’intérieur. Il relate également qu’à l’église Raphaël de Mesḥāla Māryām, la première tombe creusée en dehors de l’enclos fut celle de qēs Argaw Tačeberu, qui vivait dans les années 1870. En signe d’humilité, cet homme choisit de se faire inhumer entre deux genévriers géants. Les membres de sa famille se firent par la suite enterrer à proximité, ce qui explique la présence d’un petit cimetière à l’extérieur de l’enclos de l’église. L’inhumation à l’intérieur de l’église revêt toujours un caractère exceptionnel et ne concerne que le métropolite et la famille royale. Ato Meqereč précise que seul le métropolite a accès au maqdas, alors que pour Šarwa Malaka, métropolite, prêtre de renom, ou abbé, roi ainsi que sa femme peuvent être enterrés dans le sanctuaire. Dans ce cas, le roi repose comme un laïc, mains sur le pubis, et le métropolite est allongé mains sur les oreilles, pouces attachés derrière la tête.
Enfin, rien n’interdit d’enterrer deux personnes dans la même tombe, à condition qu’elles appartiennent à la même famille (frère et sœur, père ou mère et enfant) : mari et femme ne peuvent en revanche être inhumés ensemble.

Conclusion

  • 17 Voir ci-dessous la contribution d’Emmanuel Fritsch et Marie-Laure Derat, « Une lecture architectura (...)

83Les vestiges observés permettent de restituer un édifice modeste où la sobriété architecturale semble de mise. On reconnaît dans ce plan l’organisation habituelle des églises éthiopiennes : le maqdas, à l’est, et la nef, à l’ouest. Il n’y a pas de trace de décor sculpté ou peint. Les matériaux utilisés sont de provenance locale. Le bois est utilisé pour l’aménagement des seuils et des poteaux. Il ne reste rien des élévations, de la charpente, ni de la toiture même si la tradition locale indique l’usage du chaume. L’absence d’une épaisse couche charbonneuse sur le sol du maqdas et l’importante couche de démolition constituée de blocs en plaquettes repérée dans ce même espace laissent entrevoir un traitement bien différent de la couverture du sanctuaire, qui pourrait être quant à elle maçonnée (voûte ?). Le plan rectangulaire, bien qu’évident au premier coup d’œil, permet de formuler plusieurs hypothèses sur la définition des espaces, mais de nombreuses questions restent en suspens, comme par exemple le rôle de la galerie, sorte de déambulatoire, ou encore celui de la seconde porte d’accès au sanctuaire17.

84La présence de sépultures au cœur de l’édifice indique que cette église a bien eu une fonction funéraire. Cinq tombes, contenant au total les restes de six, voire sept adultes, ont à ce jour été découvertes : deux sont installées dans un coin du sanctuaire et les trois autres ont été mises en place dans la partie sud de la nef. Si, traditionnellement, on considère que l’accès à l’intérieur de l’église est réservé à des personnages de haut rang, seule ici la présence remarquable d’un cercueil réalisé dans un tronc d’arbre évidé permet d’évoquer le statut particulier de son propriétaire : aucun signe de richesse ou d’ostentation ne se perçoit clairement, ni dans la conception des tombes, ni dans le traitement des corps, ni dans le mobilier d’accompagnement des défunts. Peut-être ces tombes appartiennent-elles malgré tout à une lignée prestigieuse, mais ce ne sont pour l’instant que pures spéculations.

85Les quelques fragments de céladon et le mobilier exceptionnel retrouvés dans la petite fosse du maqdas sont en revanche bien présents. Rappelons néanmoins qu’aucun de ces objets n’est clairement associé à l’une des tombes : il ne s’agit en fait que de fragments d’objets brisés, pour la plupart rassemblés et enterrés dans une fosse dont la fonction nous échappe. La présence de ce mobilier luxueux qui témoigne d’échanges lointains – s’agit-il de cadeaux ou d’offrandes, de reliques, d’objets liturgiques ? – permet en tout cas de s’interroger sur le statut de l’édifice, pourtant modeste au premier abord, et des liens qu’il entretient avec le camp royal tout proche.

86Enfin, la vocation réelle de cette église risque fort de rester un sujet de débat pour quelque temps encore : les seuls vestiges matériels issus du sous-sol ne permettront guère ici de trancher. Néanmoins, il est certain que l’église s’installe sur un ancien cimetière au sein duquel des inhumations sont encore pratiquées jusque dans le courant du XVe siècle. Faute de données comparatives sur les conditions générales d’implantation des églises éthiopiennes, il est aujourd’hui difficile de savoir s’il s’agit là d’un phénomène fréquent ou bien si ce cas de figure constitue une spécificité de l’église Gabriel. Quoi qu’il en soit, et compte tenu de la datation tardive des dernières inhumations non chrétiennes, on peut douter que l’implantation de l’édifice sur ce lieu soit totalement fortuite ou que le souvenir des tombes antérieures ait été complètement oublié. Une fois construite, l’église Gabriel a sans aucun doute eu une fonction funéraire et a accueilli quelques tombes privilégiées. Quels liens entretenait-elle avec l’église royale toute proche établie à Mesḥāla Māryām ? On ne saurait le dire mais, de façon assez surprenante, l’église Gabriel n’a pas été reconstruite après avoir été ravagée par les flammes : comme nous allons le voir maintenant, plus d’une centaine de tombes vont investir ses ruines. Si, là encore, la question de la datation exacte de ces événements reste posée, le souvenir très précis de l’église disparue transparaît clairement dans la mise en place de ces nouvelles sépultures. Les morts constituent donc à l’évidence un dénominateur commun aux différentes occupations qui se sont succédé sur l’ambā durant trois ou quatre siècles au moins. Dans cette perspective, cimetière non chrétien/église/cimetière chrétien, et dans la mesure où aucun hiatus chronologique ne peut pour l’instant être démontré, doit-on considérer l’église Gabriel comme une parenthèse dans l’occupation des lieux ou plutôt comme une espèce de « chaînon manquant » ? Cette église ne serait-elle pas avant tout un tombeau, et l’ambā un cimetière, celui d’une lignée prestigieuse dont les péripéties se confondent avec celles de l’histoire récente des hauts plateaux éthiopiens ?

La période 3 : un lieu de mémoire ?

87Suite à l’incendie qui l’a ravagé et après l’effondrement total de l’édifice, l’ambā redevient donc un cimetière : près d’une centaines de tombes, regroupant hommes, femmes et enfants, vont investir les lieux (Fig. 5.47). Le secteur est ensuite déserté et ne sera plus fréquenté que par les troupeaux de chèvres et leur berger.

L’incendie et l’abandon de l’édifice

88Les circonstances de l’incendie qui a détruit l’édifice ne sont bien évidemment pas connues mais une destruction volontaire est envisageable. L’édifice rectangulaire ainsi que la galerie ont été le lieu d’un violent incendie : les blocs des parements du bâtiment rectangulaire en ont gardé la trace à de nombreux endroits. L’église était peut-être vide lorsqu’elle a brûlé : très peu d’objets gisent sur les sols de la nef ou du sanctuaire, et le tabot, l’autel, n’a d’ailleurs pas été retrouvé. Ce qui plaide en faveur d’une destruction volontaire, qui fut soit anticipée par les habitants et le clergé qui ont mis à l’abri le trésor de l’église, soit précédée d’un pillage systématique de ce même trésor, pratiques que l’on rencontre usuellement dans les sources textuelles. Cependant, il est certain qu’un nettoyage a été effectué après l’incendie : pas de poutres carbonisées dans les couches de démolition ou sur les sols et, au niveau des ouvertures, seules subsistent les planches des seuils, les portes elles-mêmes ayant disparu. Il convient donc d’envisager qu’un certain laps de temps s’est écoulé entre incendie et effondrement des murs. Ce dernier ne s’est d’ailleurs pas produit instantanément et, dans le sanctuaire notamment, on observe clairement que les sépultures s’installent au fur et à mesure de l’avancement des effondrements (US 8015, 8002, 8001, 8010, 8012, 8016, 8025, 8032, 8027).

Fig. 5.47 — Plan général période 3 (ambā Gabriel)

Fig. 5.48 — Vue depuis le sud-est de l’ambā Gabriel

89Le dérasement des murs du bâtiment rectangulaire à 1 m du sol est assez homogène et peut paraître surprenant. Indique-t-il que le sommet de l’ambā a été nivelé ? Cela est peu probable. Les ruines se sont stabilisées naturellement et la végétation a fixé l’ensemble (US 8000, 8039, 8003, 8006, 8005). La quantité de blocs, recueillis lors de la fouille et triés par les ouvriers, n’est pas assez importante ici pour un remonter des murs sur une hauteur de 4 ou 5 m, hauteur acceptable pour un édifice de cette taille : des matériaux ont donc manifestement été prélevés. La présence de ruines d’un toukoul (maison d’habitation) au pied de l’ambā au sud-est pourrait expliquer la récupération assez massive de blocs (Fig. 5.48). D’après le voisinage, les installations, dont il ne subsiste aujourd’hui que les murs de clôture, ont été abandonnées il y a moins de trois décennies.

Les vestiges mal datés

90Les anomalies mal datées sont au nombre de quatre (Fig. 5.47). Trois sont localisées dans l’espace extérieur compris entre M11 et M8. Il s’agit d’un alignement (F20) et d’une concentration de gros blocs de basalte (F12) qui sont apparus sous la terre végétale, et d’une fosse (F13) comblée par un sédiment charbonneux où apparaissent quelques ossements humains en surface (US 8066). La fouille trop superficielle dans ce secteur n’a pas livré d’éléments permettant d’avancer une interprétation pour ces diverses structures. La dernière, F6, est également localisée dans l’espace extérieur mais cette fois au sud, entre M10 et M6. Il s’agit d’une petite structure maçonnée en fer à cheval (Fig. 5.49). Elle émergeait légèrement de la végétation et n’est pas fondée (US 8004). Il s’agit d’une structure récente dont la fonction nous échappe. Il n’y a aucune trace d’utilisation (zone rubéfiée, charbons ou mobilier...).

Fig. 5.49 — Vue de F6 depuis l’est (ambā Gabriel)

91à l’extrémité nord-est de l’ambā, le rocher, qui présente une forte pente, affleurerait directement sous la terre végétale. Le mobilier est très abondant à cet endroit (US 8041, 8045). C’est également le cas au pied de l’ambā dans le même secteur, légèrement en contrebas (US 8057, 8058). Les tessons sont assez gros, ce qui indique qu’ils ont été peu remaniés et probablement jetés depuis la galerie. Ce mobilier serait donc en lien avec le fonctionnement de l’église mais on ignore bien évidemment à quel moment et à quel rythme ces rejets ont été effectués. Tous les décapages du rocher réalisés en contrebas ont livré des tessons de céramique mêlés à des blocs (US 8055 au sud-est ; US 8047 au pied de l’escalier et US 8048). Si une partie de ce mobilier peut avoir un lien avec le toukoul établi au pied de l’ambā, là encore, une partie des tessons proviennent probablement du sommet.

Un cimetière tardif

  • 18 Sépultures S05, S22, S23, S35, S39, S40, S63 non localisée, S82, S83, S84, S86 et S87.

92Outre les sépultures précédemment décrites (une tombe non chrétienne et cinq contemporaines de l’église), 84 autres sépultures ont été découvertes au sommet de l’ambā (Fig. 5.47). Pour la plupart, c’est-à-dire pour les 72 d’entre elles qui sont très précisément installées sur l’emprise de l’église (sanctuaire, nef et galerie), ces tombes sont manifestement postérieures à la ruine de l’édifice : elles entament fréquemment les murs arasés, sont souvent creusées à travers la couche de démolition ou viennent percer le niveau d’incendie, recèlent ou mettent en œuvre des matériaux appartenant manifestement à l’édifice détruit. Le remplissage de toutes ces fosses contient en effet systématiquement quantité de matériaux carbonisés : sédiments charbonneux ou gros fragments de bois brûlés, pierres, briques ou nodules d’argile fortement rubéfiés. Les douze dernières tombes18, en revanche, occupent un emplacement moins explicite : toutes sont situées en marge de l’église, dans l’espace situé entre le mur de la galerie et le muret extérieur. À cet endroit, stigmates de l’incendie et traces de démolition sont moins nettement visibles : difficile donc de prouver que ces sépultures leur sont assurément postérieures. Parmi ces 84 sépultures, 41 ont simplement été repérées par leur tracé au sol, les 43 autres ont été fouillées, intégralement ou partiellement pour quelques-unes d’entre elles (Fig. 5.58 à 5.86).

93Compte tenu des espaces non décapés et des secteurs incomplètement fouillés, il est probable que bien plus d’une centaine de corps ont été ensevelis au sommet de l’ambā après destruction de l’église. Les données recueillies, qui ne portent certes que sur un peu plus d’une quarantaine de tombes, montrent en tout cas que l’on retrouve, parmi ces défunts, toutes les composantes d’un petit groupe humain : hommes, femmes et enfants de tous âges s’y côtoient.

Les tombes

94Rien ne subsistait d’un éventuel marquage au sol de ces tombes : pas le moindre tertre ou monticule de pierres ou de terre, tels ceux que l’on peut observer sur les tombes actuelles, n’était visible à la surface de l’ambā. Un remplissage de fosse a néanmoins livré les restes d’un pieu de bois, fiché verticalement à une des extrémités de la tombe (S10) et, d’une manière générale, le regroupement de certains corps ou les inhumations successivement pratiquées dans une même fosse suggèrent que l’emplacement des tombes était matérialisé d’une façon ou d’une autre. Trois grands types de sépultures ont été identifiés : les coffres de pierres, les fosses aménagées et les simples fosses.

  • 19 S01, S02, S09, S14, S16, S30, S33, S42 et S49 non fouillée.
  • 20 S18, S29, S56, S57 et S59.

95Les coffres de pierres, une quinzaine environ, sont toujours conçus avec des matériaux provenant de l’église incendiée : neuf d’entre eux sont intégralement conservés19, les cinq autres, situés en limite de fouille ou recoupés par d’autres tombes, n’ont que partiellement été observés20. Tous adoptent un plan rectangulaire à chevet plat et sont assemblés à l’aide de pierres plates – moellons équarris provenant des murs ou pierres taillées appartenant à l’encadrement d’ouvertures – posées de chant à l’intérieur de la fosse (Fig. 5.50 et 5.51). Aucun de ces coffres ne possède de fond aménagé – le corps repose directement sur la terre – et tous sont fermés par un couvercle composé de simples dalles juxtaposées. Ces coffres semblent préférentiellement destinés à des enfants, pour lesquels l’âge au décès se situe entre la naissance et une dizaine d’années (10 cas sur 14).

  • 21 Pierre à la tête : S45, S47 et S50 ; pierre aux pieds : S12, S20 et S41 ; pierre à la tête et aux p (...)
  • 22 Le piètre état de conservation des ossements ne permet cependant pas de déterminer s’il s’agit de d (...)

96Les fosses « aménagées », au nombre de sept, se caractérisent par la présence d’une pierre, plate ou taillée, posée verticalement à la tête et/ou aux pieds du défunt21. Lorsque la fosse ne contient qu’une unique pierre, soit dans six cas sur sept, la fonction de cette dernière reste assez énigmatique : ces tombes sont relativement bien conservées et rien ne laisse supposer que cette pierre constitue l’ultime vestige d’un coffre de pierres dont les éléments auraient été ultérieurement récupérés (Fig. 5.52). L’hypothèse d’un coffrage mixte installé dans la fosse – montants latéraux en bois et extrémité en pierre – est certes envisageable mais reste difficile à argumenter : pas de traces ligneuses ni d’effets de parois dans le remplissage des fosses ou dans la disposition des pièces osseuses, pas plus que de stigmates évidents d’une décomposition du corps dans un espace vide. Cette pierre ne correspond apparemment pas non plus à un moyen de signalisation de la tombe puisqu’elle est manifestement enfouie dans la fosse. Peut-être s’agit-il d’un dispositif permettant l’appui d’une couverture en matériau périssable, mais peut-être tout simplement cette pierre n’est-elle pas strictement fonctionnelle. La septième tombe (S21), en revanche, est la seule à posséder deux pierres disposées l’une à la tête et l’autre aux pieds et a vraisemblablement contenu un coffrage de bois : en premier lieu, deux gros fragments de planches, dont l’un au moins pourrait appartenir au montant du coffrage, sont conservés, d’autre part la tombe, qui est la seule à contenir deux corps superposés, pourrait avoir été réutilisée22 et, par ailleurs, elle contient la réduction d’un troisième corps dont les ossements sont empilés entre la paroi de la fosse et l’emplacement supposé du montant latéral du coffrage (Fig. 5.53).

Fig. 5.50 — Coffre de pierres d’adulte, 516 (ambā Gabriel)

Fig. 5.51 — Nouveau-né inhumé dans un coffre de pierres, S09 (ambā Gabriel)

Fig. 5.52 — Sépulture S50 (ambā Gabriel)

Fig. 5.53 — Sépulture S21 (ambā Gabriel)

  • 23 S03, S04, S06, S10, S13, S15, S17, S31, S44, S46, S48 et S51.
  • 24 S05, S07, S13bis, S17bis, S39, S43, S52, S54, S55, S63 et S85.

97Les simples fosses sont des tombes creusées dans le sol et à l’intérieur desquelles aucune architecture évidente n’a été perçue ou reconnue23. Parmi ces douze sépultures, trois au moins présentent un léger aménagement céphalique : lors du creusement de la fosse, une petite banquette de terre est réservée à l’une des extrémités et permet de soutenir la tête du défunt. Les autres fosses, enfin, sont trop arasées pour que l’on puisse les attribuer à l’une ou l’autre de ces catégories de tombes24.

  • 25 S07, S43, S51 et S58 non fouillée.

98La couverture de ces tombes semble avoir été réalisée de différentes façons. Tous les coffres de pierres, on l’a vu, sont clos par un couvercle constitué de dalles plates. Dans un certain nombre de cas, la présence de cette couverture pérenne s’accompagne effectivement, au niveau de la disposition des pièces osseuses du squelette, des stigmates d’une décomposition du corps dans un espace vide. Ce type de couverture, dalles plates juxtaposées, recouvre également quelques fosses à l’intérieur desquelles aucun coffre ou contenant n’a été mis en évidence25.

99Deux tombes présentent en revanche les vestiges d’une couverture mixte réalisée en pierres et bois. La première, S13, est partiellement recouverte de pierres : une dalle est posée à l’emplacement de la tête et deux pierres taillées couvrent les pieds. La partie médiane de la couverture est constituée – ou semble avoir été soutenue – par deux planches de bois, parfaitement conservées, qui prennent appui sur les pierres situées aux extrémités : la position particulière de ces planches montre clairement qu’elles ne peuvent appartenir à un éventuel coffrage interne mais bien à un dispositif de fermeture de la tombe (Fig. 5.54). La seconde, S21, est moins explicite : un fragment de planche, disposé dans l’axe de la fosse, s’est effondré au niveau du thorax des deux corps qu’elle contient et pourrait constituer le vestige d’un des montants latéraux du coffrage alors qu’une seconde planche, cette fois recouverte d’au moins une pierre et disposée transversalement à l’extrémité inférieure de la fosse, appartient plutôt à un système de couverture.

Fig. 5.54 — Sépulture S13 (ambā Gabriel)

100Trois autres fosses présentent quant à elles des restes ligneux appartenant à une pièce de bois – planche, rondin ou branchage – disposée longitudinalement dans l’axe de la fosse et retrouvée au contact du squelette (S 12, S41 et S47). Ces trois tombes appartiennent à la catégorie des fosses « aménagées » à l’intérieur desquelles une pierre a été posée verticalement à la tête ou au pied du défont : peut-être y a-t-il corrélation entre les deux éléments, pierre et bois, et l’ensemble pourrait constituer un dispositif destiné à soutenir une couverture périssable.

101Enfin, aucune des autres sépultures fouillées n’a livré d’indice matériel concernant une éventuelle couverture de la fosse et, bien souvent, le piètre état de conservation des squelettes limite la lecture taphonomique et la restitution du mode de décomposition du cadavre : on hésitera donc, faute d’argument pertinent, entre des corps ensevelis à même la terre ou bien encore protégés un temps par un dispositif sommaire (couverture périssable isolant la dépouille du contact avec la terre).

Les défunts et le traitement des corps

  • 26 Parmi les 23 tombes « non orientées », 11 appartiennent plutôt à des adultes et 12 sont celles d’en (...)

102Tous les défunts, adultes et enfants, sont allonges sur le dos : aucune autre position (corps reposant sur le côté, en position fléchie ou contractée, voire allongé sur le ventre) n’a été identifiée. L’orientation du corps dépend évidemment en partie de celle de la fosse, mais lorsque la tombe est orientée, le défunt, quel que soit son âge, repose toujours tête à l’ouest (20 cas). Dans le cas contraire, les orientations sont assez partagées : le corps peut être allongé tête au sud (9 cas) ou au nord (4 cas), au nord-ouest (8 cas) ou au sud-ouest (2 cas), sans que l’on puisse clairement associer ces orientations à une autre variable connue, âge au décès par exemple26.

  • 27 Sur les 43 tombes fouillées, la position des membres inférieurs reste inconnue dans 9 cas (sépultur (...)
  • 28 Pied droit sur pied gauche : S13, S17, S31. Pied gauche sur pied droit : S17bis, S44, S45, S46, S48

103Dans bien des cas, la disposition des pièces osseuses du squelette porte les stigmates d’une contrainte exercée sur le corps au moment de l’inhumation. Les différents effets de parois observes, qui affectent aussi bien le torse que les jambes, ne sont jamais provoqués ici par la forme ou l’étroitesse de la fosse : tout porte à croire qu’ils résultent plutôt d’un enveloppement du cadavre. Quel qu’ait été le moyen utilisé – pièce de tissu ou natte végétale –, il semblerait que le corps ait été strictement maintenu, la position particulière des pieds en témoigne bien souvent. Les membres inférieurs des défunts sont en effet pour la plupart en extension27 et, lorsque l’observation a pu être faite, les pieds sont toujours joints : dans les cas où les ossement des pieds ont été bouleversés ou ne sont pas conservés, les tibias sont toujours serrés, voire en contact au niveau de la cheville (18 cas) et lorsque, au contraire, la position des pieds est clairement lisible, ils sont joints (3 cas) ou légèrement superposés l’un à l’autre28 (8 cas). Ce constat quasi systématique et l’absence notoire de pieds un tant soit peu écartés suggèrent bien l’existence d’un dispositif de maintien des membres inférieurs : pièce de tissu serrée autour du corps en différents points (épaules, taille, genoux, chevilles ?), ce qui évoque le traitement des morts décrit lors des enquêtes (voir encadré).

104Le seul corps qui n’a pas été inhumé membres inférieurs en extension est celui du bébé déposé dans un petit coffre de pierres (S09) : il est allongé sur le dos, genoux fléchis sur le ventre, et le maintien de cette position quasi fœtale suggère là aussi que le petit corps a pu être emmailloté. Les trois autres nouveau-nés sont malheureusement trop mal conservés pour savoir s’ils ont eux aussi été déposés dans la même position : deux d’entre eux, dont il ne subsiste que les restes d’un torse étroitement comprimé, semblent néanmoins avoir été aussi enserrés dans un linge (S33 et S51).

105La position des membres supérieurs offre apparemment peu de variantes et l’on ne retrouve pas ici de mains jointes sur la poitrine, position de prière chère aux chrétiens médiévaux occidentaux (Tabl. 5.1). Chez les enfants, quel que soit l’âge, les avant-bras sont le plus souvent disposés le long du corps (7 cas) ou bien les mains sont jointes sur le pubis (3 cas) : seul un nouveau-né présente un avant-bras fléchi sur la poitrine (S09). Chez les adultes, en revanche, les membres supérieurs ne sont jamais en extension le long du corps : à une exception près, toutes les positions lisibles signalent des mains jointes sur le pubis ou posées sur le haut des cuisses, qu’il s’agisse d’hommes ou de femmes (16 cas). Dans ce panorama général où les positions basses prédominent largement, la posture de l’un des défunts fait sans aucun doute figure de curiosité : le corps est allongé sur le dos et ses avant-bras sont ramenés sur les épaules, poignet droit sur épaule droite, poignet gauche sur épaule gauche (S31, Fig. 5.55).

Fig. 5.55 — Sépulture S31 (ambā Gabriel)

106La remarquable constance dans la disposition des membres supérieurs suggère que la posture du défunt répond bien à une règle ou à un usage : on peut douter que la position singulière de l’un des corps ne soit ici qu’une aimable fantaisie. Probablement est-elle réellement signifiante et l’on est tenté de se tourner à nouveau vers les récits des habitants de Mesḥāla Māryām et la gestuelle du mort qu’ils décrivent. Selon l’enquête orale, les laïcs sont enterrés mains sur le pubis alors que les diacres peuvent être inhumés mains sur les épaules. Bien qu’il y ait là une évidente concordance entre postures archéologiques et informations orales, la plus grande prudence s’impose et l’on ne peut forcer l’interprétation. En premier lieu, les informations recueillies par les enquêtes ne sont, à ce jour, pas encore validées par la fouille de tombes anciennes pour lesquelles on connaît le statut de l’occupant. D’autre part, la position exacte du corps dont les restes ont été retrouvés dans la tombe S31 est également incertaine : puisque les ossements des mains n’ont pas été conservés et que, d’autre part, des mouvements d’amplitude variable sont toujours possibles lors de la décomposition, rien ne permet ici d’affirmer si les mains de ce défunt étaient, à l’origine, posées sur les épaules, le visage ou les oreilles. Dans ce cas précis, la détermination du sexe eût été un indice fort utile, quitte à ce qu’une diagnose sexuelle féminine vienne ruiner cet échafaudage d’hypothèses. Mais la dégradation des os coxaux laisse ici la porte ouverte à toutes les spéculations.

Tabl. 5.1 — Position des membres supérieurs (ambā Gabriel)

107Le mobilier d’accompagnement des défunts est très peu fréquent et seule une tombe a livré quelques menus objets de parure : une unique perle en verre et deux bracelets en fer. Cette sépulture, S21, est celle qui contient les restes de deux corps exactement superposés, un adulte puis un(e) adolescent(e). La perle retrouvée sous la mandibule du plus jeune des deux était apparemment portée autour du cou, et les bracelets, encore enfilés autour des deux os de l’avant-bras, ornaient manifestement les coudes droit et gauche. Là encore, les squelettes sont réduits à leurs principaux os longs, eux-mêmes très altérés : impossible donc de les différencier et de déterminer si ces parures appartiennent au même défunt ou si elles étaient partagées entre les deux corps.

  • 29 La question est certes des plus banale, mais rappelons que nous ne disposons ici d’aucun corpus de (...)
  • 30 Cette coupelle n’a pas été localisée lors de la fouille : elle n’a en tout cas pas été retrouvée au (...)
  • 31 Il s’agit bien là du nombre de fragments découverts, et non pas du nombre de coupelles auxquelles c (...)

108Trois céramiques, de type « coupelle à encens », proviennent d’autant de tombes différentes mais le statut exact de ce mobilier reste sujet à discussion : à partir de quels indices ou arguments l’objet présent dans la tombe devient-il un véritable dépôt29 ? L’une de ces coupelles, retrouvée auprès d’un(e) adolescent(e) d’une quinzaine d’années (S47), est située à gauche des pieds et repose sur le fond de fosse, légèrement de biais en raison du profil en cuvette qu’accuse le creusement : bien qu’aucun lien ne puisse clairement être établi, peut-être s’agit-il là d’un objet associé au défunt (Fig. 5.56). La position des deux autres coupelles paraît plus douteuse : l’une provient du remplissage d’une fosse, sans précision aucune30 (S21), et l’autre a été retrouvée sous le fémur droit du squelette, en contact avec l’os (S29). L’hypothèse d’un objet volontairement déposé sous la cuisse du défunt reste évidemment envisageable, mais ces coupelles, quel que soit leur usage réel, étaient semble-t-il très présentes à l’intérieur de l’église : plusieurs centaines de fragments31 et quelques exemplaires entiers ont été découverts tant dans l’épaisseur du sol de la nef et du sanctuaire que dans les niveaux de démolition de l’édifice. Concernant ces petites céramiques, l’éventualité d’une présence accidentelle dans le remplissage de ces tombes tardives ne peut donc être totalement éliminée. Près d’une quinzaine de sépultures contiennent d’ailleurs divers débris éparpillés dans leur comblement, fragments de vases ou de tiges de fer, silex ou clou, vestiges probables des occupations antérieures. Le dépôt d’une coupelle lors de l’ensevelissement du corps est donc ici loin d’être avéré : il ne peut au mieux s’agir que d’un geste très occasionnel.

Fig. 5.56 — Sépulture S47 : coupelle retrouvée aux pieds du défunt (ambā Gabriel)

  • 32 Huit tombes contiennent un squelette en place et quelques ossement surnuméraires. Dans la moitié de (...)

109Les tombes semblent avant tout être ici des sépultures individuelles : le corps est inhumé et la fosse est close. Aucun caveau ou autre structure destinée à recevoir plusieurs corps n’a été découvert, pas plus d’ailleurs que d’ossuaire ou d’aménagement permettant de rassembler des ossements. Il arrive cependant qu’une fosse contienne les restes de plusieurs corps : dans la plupart des cas, il s’agit d’ossements exhumés lors du creusement de la fosse, qui recoupe alors une ou plusieurs tombes antérieures, et ils sont simplement redéposés avec le défunt ou dans le comblement de sa sépulture32. Seule une tombe contient manifestement les restes de trois corps (S21). Les ossements appartenant à un adulte sont rangés entre la paroi de la fosse et le montant du coffrage de bois qu’elle contient : rien ne permet de savoir si ces restes ont été exhumés lors de la mise en place de la tombe ou bien s’ils viennent d’ailleurs et ont été transférés à l’occasion de cette inhumation. Le coffrage contient quant à lui deux corps superposés, mais il reste difficile de déterminer s’ils ont été déposés en même temps ou si la tombe a été réouverte. Cette sépulture est par ailleurs la seule à avoir livré quelques objets de parure et sa situation pourrait ne pas être anodine : elle barre la galerie et est située en avant de la porte occidentale, accès principal à l’église. Peut-être cet emplacement était-il particulièrement prisé et, quoi qu’il en soit, rien n’interdit encore aujourd’hui d’enterrer deux personnes dans la même tombe, à la seule condition qu’ils soient du même sang (frère et sœur, père ou mère et enfant) : mari et femme ne peuvent en revanche être inhumés ensemble.

110Enfin, l’étude biologique des squelettes a été réduite au strict minimum : âge au décès des enfants, évalué d’après le stade de maturation dentaire, et détermination du sexe des adultes, fondée sur la morphologie des os coxaux (Tabl. 5.2). Si l’on considère l’ensemble des ossements humains attribuables à cette période 3 (inhumations en place, ossements surnuméraires contenus dans certaines fosses et ossements recueillis ça et là), cette série se compose d’au moins 30 adultes, parmi lesquels au moins cinq femmes et trois hommes, et 23 enfants dont l’âge s’échelonne depuis la naissance jusqu’à l’adolescence. Aucune approche démographique n’a ici été tentée : compte tenu du piètre état de conservation osseuse, la diagnose sexuelle reste très limitée et, d’une manière plus générale, l’échantillon disponible ne représente que la moitié des tombes repérées et probablement guère plus du tiers de la population inhumée. Ce rapide survol biologique montre au moins que les deux sexes ainsi que les différentes classes d’âge sont représentés et qu’il n’y a, a priori, aucune raison de soupçonner un recrutement particulier : cette population inhumée au sommet de l’ambā regroupe apparemment toutes les composantes d’une petite communauté ou d’un ensemble familial, au sens le plus large du terme.

Tabl. 5.2 — Données biologiques (ambā Gabriel)

Organisation de l’espace

  • 33 L’accès principal par la porte occidentale n’a été obturé que tardivement par une petite tombe d’en (...)

111Les morts vont donc progressivement investir les lieux et probablement accédait-on au cimetière par le chemin et l’escalier qui desservaient à l’origine l’église. Au sommet de l’ambā, les murs de l’édifice incendié sont encore visibles, bien qu’il soit difficile de préciser leur état de ruine lorsque les premières tombes s’installent. Un épais niveau de gravats recouvre le sol, mais certains pans de murs semblent encore être en élévation : le comblement général de l’espace du sanctuaire montre en effet que des éboulements ponctuels s’intercalent entre les creusements des différentes fosses. Dans un premier temps au moins, les portes de l’église ont pu permettre le cheminement d’un espace à l’autre33 mais, au fur et à mesure des effondrements et de la récupération des matériaux, les vestiges du bâtiment central, bien que toujours visibles, ont fini par être uniformément nivelés : les fosses sépulcrales l’entament de tous côtés et de petites tombes d’enfants sont même installées sur son arase, dans l’épaisseur des murs.

112La genèse et les étapes de développement de ce cimetière restent très délicates à appréhender : les tombes ne contiennent aucun élément de datation, les pratiques funéraires paraissent être homogènes, les particularités que l’on décèle çà et là (présence ou non d’un coffre de pierres, orientation des fosses) ne traduisent pas à l’évidence de lien chronologique entre les tombes concernées et, d’une manière plus générale, la stratigraphie, peu lisible, n’offre aucun repère évident – traces de nivellement, apport de remblai ou tout autre événement d’une certaine ampleur – permettant d’établir des phases distinctes dans la mise en place des tombes. Les quelques recoupements observés apportent certes des informations, mais toujours de portée locale : une tombe est évidemment postérieure à celle(s) qu’elle recoupe, mais qu’en est-il de sa relation avec les sépultures voisines ? Les éléments ou indices touchant à l’organisation de l’espace funéraire sont donc ici principalement issus de la lecture du plan d’ensemble, qui offre le reflet, certes incomplet, du cimetière dans son état final.

  • 34 Sépultures S22, S23, S39, S82, S83 et S84.
  • 35 Rappelons que la nef n’a pas été intégralement fouillée : le plan d’ensemble ne signale que les tom (...)

113Il apparaît clairement que les anciens espaces – sanctuaire, nef et galerie – restent durablement matérialisés au sol et contraignent très fortement la mise en place des tombes au sein du cimetière (Fig. 5.57). À l’entrée, par exemple, un petit groupe de sépultures viennent occuper le recoin délimité par le muret d’enceinte, le mur extérieur de la galerie et le montant de l’escalier34 (murs M11, M9 et M13) : la configuration de cet espace explique probablement ici l’orientation de certaines fosses. Dans la galerie, les tombes sont souvent installées dans l’axe de l’ancien passage et de préférence le long du mur de l’église. L’orientation des fosses s’adapte alors à la topographie des lieux : sépultures orientées dans les galeries nord ou sud et plutôt disposées nord-sud dans les galeries ouest ou est. À l’intérieur de l’église, une vingtaine de tombes au moins35 viennent prendre place dans la nef et une dizaine d’autres investissent le sanctuaire.

114D’une manière générale, les vestiges de l’ancien édifice sont un peu partout entamés par le creusement des fosses sépulcrales : la présence d’un mur ne semble guère constituer un obstacle insurmontable. Cependant, aucune tombe ne vient jamais ouvrir de brèche entre deux espaces différents : les sépultures dans la galerie empiètent au mieux sur le parement extérieur de l’église tandis que celles installées dans la nef et le sanctuaire ne font que grignoter le parement intérieur de la pièce dans laquelle elles se situent. Le seul exemple qui paraît déroger à cette règle est une tombe d’entant (S01) mais elle est en fait précisément installée à l’emplacement d’une ancienne ouverture, la porte occidentale de l’église. À aucun moment de son histoire, ce cimetière ne vient donc oblitérer totalement les vestiges de l’édifice disparu : tout au long de son existence, il respecte au contraire scrupuleusement une division de l’espace héritée de l’occupation antérieure.

Fig. 5.57 — Répartition spatiale des tombes, période 3 (ambā Gabriel)

115La distribution des tombes à l’intérieur de l’ancienne église illustre de surcroît un phénomène tout à fait remarquable. Dans la nef, le fameux cercueil monoxyle installé dans la travée sud est épargné : aucune fosse ne vient le recouvrir ni même le recouper. Dans le même registre, l’image qu’offre le sanctuaire est d’autant plus saisissante que cet espace a été intégralement fouillé : les sépultures s’enchevêtrent dans sa moitié nord, où elles se superposent parfois aux deux inhumations anciennes sans jamais les entamer, mais, en revanche, pas la moindre tombe ne vient coloniser la moitié sud, espace qui, précisément, recèle en son centre les fragments d’objets précieux à l’origine enfouis dans l’église (fosse F1). Peut-être s’agit-il là d’une simple coïncidence, ou peut-être un obstacle quelconque – dont on n’a cependant retrouvé aucune trace en surface – empêchait-il matériellement les tombes d’investir cette moitié sud du sanctuaire. À moins que le souvenir très précis de certains emplacements dans l’ancienne église n’impose règles ou interdits dans la mise en place des tombes. De façon assez inattendue, cette distribution des sépultures tardives pourrait ici consacrer le caractère très particulier de cette partie du sanctuaire, voire de la mystérieuse petite fosse dont on ignore toujours la fonction exacte.

Conclusion

116La présence d’un cimetière tardif illustre ici de façon saisissante la permanence d’une tradition chrétienne attachée à l’ambā : une petite communauté vient ensevelir ses morts à l’emplacement d’une église détruite. L’attraction du lieu demeure donc très forte et pourrait être en lien avec les inhumations privilégiées établies au cœur du sanctuaire.

117Plus d’une centaine de corps ont ainsi été acheminés par l’étroit sentier qui mène au sommet de l’ambā. La mise en terre des défunts paraît toujours très sobre : une simple fosse, parfois aménagée avec des matériaux récupérés sur place, est creusée dans le sol. Le corps, enveloppé dans une pièce de tissu ou une natte, est allongé dans la fosse. Simplicité et dépouillement semblent de mise : le défunt n’est que très exceptionnellement paré et encore ne s’agit-il que de bijoux modestes. L’usage de récipients ou de coupelles à encens reste évidemment possible lors des funérailles mais rien ne suggère que ces objets soient ensuite déposés avec le corps. La tombe est enfin close et peut-être surmontée d’un tertre. Rien, dans la tombe, ne permet ici d’identifier un défunt ou d’évoquer son statut : appareil funéraire et traitement du corps semblent être les mêmes pour tout le monde, mais il est vrai qu’une position sociale peut se révéler dans la richesse ou la qualité d’une étoffe par exemple, ce qui ne laissera évidemment aucune trace dans le sol.

118L’empreinte de l’église incendiée semble exercer une influence considérable sur le développement et l’organisation du cimetière qui s’établit sur ses ruines. Certes, son tracé reste dessiné au sol mais ces murets qui émergent constituent avant tout un obstacle symbolique. Tout porte à croire que la mémoire des anciens espaces et, nécessairement, des prérogatives qui se rattachent à chacun d’eux imprègne encore fortement les lieux. Lorsque l’église était en activité, sanctuaire, nef et galerie n’avaient évidemment pas les mêmes fonctions liturgiques mais surtout leur accès était strictement codifié. Après la disparition de l’édifice, peut-être ces règles prévalent-elles toujours dans le choix d’un lieu d’inhumation. Le cimetière pourrait ici apparaître comme un espace divisé en quatre secteurs bien distincts : quelques-uns élisent sépulture dans le sanctuaire, aux côtés de ceux qui avaient déjà accès au maqdas, ou encore sont admis dans la nef et accompagnent l’illustre personnage qui repose dans son cercueil de bois. Les autres colonisent la galerie et se pressent au plus près de l’église, sans pouvoir toutefois y pénétrer, tandis que les derniers sont inhumés (rejetés ?) dans les espaces extérieurs. On remarquera d’ailleurs qu’à chaque fois hommes, femmes et enfants se côtoient dans chacun des espaces : on peut imaginer que le lien familial entre les défunts prime ici sur la fonction des uns ou des autres. Il ne semble pas y avoir, à titre d’exemple, d’espace dévolu aux « enfants » ou de lieu réservé aux « prêtres » mais plutôt, dans ce dernier cas, un lieu pouvant accueillir un prêtre et sa famille.

119Cette hiérarchisation des espaces, qui révèle peut-être la structure de la communauté à laquelle le cimetière appartient, n’est cependant proposée qu’à titre d’hypothèse et n’est finalement fondée que sur une lecture du plan d’ensemble : aucun argument, ni biologique, ni même archéologique, ne permet ici d’approcher l’état civil de ces défunts ou la nature des liens qui unissent deux tombes voisines. Seule la parole des habitants aujourd’hui nous invite à ressusciter un groupe de laïcs parmi lesquels le petit diacre paraît un peu perdu.

120Sépulture 01 (Période 3)
Enfant de 3 ans (+/- 12 mois) inhumé dans un petit coffre de pierres.
La tombe, orientée O.SO/E.NE, est percée dans l’épaisseur du niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée à l’emplacement du piédroit nord de la porte occidentale de l’église (pièce 1, seuil F9).
Le coffre est très sommairement installé : quelques pierres de chant constituent les parois latérales, l’extrémité céphalique est aménagée dans un remblai de pierres appartenant au remplissage d’une sépulture sous-jacente (S.21). Deux grosses pierres plates couvrent encore la moitié ouest de la tombe (moitié orientale probablement piochée lors du décapage de surface). L’espace interne du coffre n’a pas été colmaté au moment de l’inhumation. Néanmoins, du sédiment d’infiltration s’est rapidement introduit à l’intérieur de la tombe.
Seule subsiste la moitié supérieure du squelette : l’enfant est allongé sur le dos, tête à l’ouest, de face, membres supérieurs le long du corps.

Sépulture 02 (Période 3)
Enfant de 3 ans (+/-12 mois) inhumé dans un petit coffre de pierres. La tombe, orientée NO/SE, est percée dans l’épaisseur du niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée à l’intérieur de l’église, dans l’angle nord-est du maqdas (pièce 2).
Le coffre est là encore très sommairement aménagé à l’aide de petits moellons non jointifs à l’origine posés de chant (certains ont basculé ultérieurement). Le couvercle du coffre n’est plus représenté que par deux pierres posées à plat.
Le squelette, perturbé, n’est plus représenté que par ses principaux os longs : l’enfant semble avoir été allongé sur le dos, tête au nord-ouest.

Fig. 5.58 — Sépultures S01 et S02, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépulture 03 (Période 3)
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée O.NO/E.SE, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée à l’intérieur de l’église (pièce 1).
La fosse est oblongue (rives verticales, fond plat, extrémités arrondies) et ne contient pas le moindre élément témoignant d’une architecture interne construite. Seule une banquette de terre ménagée à l’extrémité céphalique de la fosse permet de maintenir la tête du défunt légèrement surélevée.
Bien que le squelette ne soit plus représenté que par ses principaux os longs, les connexions sont dans l’ensemble strictement préservées : seuls les os des pieds présentent les stigmates d’un affaissement en avant (vide sous-jacent et effet de paroi). Il est peu probable, dans ce cas, qu’un dispositif quelconque (couvercle périssable) ait permis le maintien d’un espace vide à l’intérieur de la tombe. Le corps a en revanche pu être enveloppé dans une natte avant d’être recouvert de terre.
Le squelette est représenté par son crâne et ses principaux os longs : le corps est allongé sur le dos, tête à l’ouest et légèrement tournée vers la droite, membres supérieurs le long du corps, mains posées sur les hanches, membres inférieurs en extension, pieds joints en appui contre l’extrémité de la fosse.

Sépulture 04 (Période 3)
Femme adulte inhumée dans une fosse.
La tombe, orientée O.SO/E.NE, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle recoupe partiellement le mur sud de la galerie (M6), à l’emplacement de deux tombes antérieures (S. 17 et S.17bis).
Comme pour la sépulture précédente, la fosse est oblongue (rives verticales, fond plat, extrémités arrondies) et ne contient pas d’indices témoignant d’une architecture interne construite. Une banquette de terre ménagée à l’extrémité céphalique de la fosse permet de maintenir la tête de la défunte légèrement surélevée.
Les connexions anatomiques sont dans l’ensemble strictement préservées et la disposition des pièces osseuses témoigne ici d’un net effet de paroi latéral gauche (alignement humérus, fémur, tibia, pied) à quelque distance de la paroi de la fosse. Côté droit, un tel alignement est plus difficile à percevoir, mais la position des métatarsiens évoque malgré tout la présence d’une paroi le long de laquelle le pied droit s’est affaissé. Il est là encore probable que le corps ait été enveloppé dans une natte avant d’être recouvert de terre.
Le squelette est bien représenté : la défunte est allongée sur le dos, tête à l’ouest et tournée vers la droite, membres supérieurs le long du corps, mains posées sur les hanches, membres inférieurs en extension, pieds joints.
La partie supérieure du remplissage de cette tombe contient quelques ossements surnuméraires, appartenant manifestement aux deux squelettes sous-jacents (S.17 et S.17bis) recoupés par le creusement de la fosse.

Fig. 5.59 — Sépultures S03 et S04, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépulture 05 (Période 2 ou 3 ?)
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée O.SO/E.NE, est installée au nord de l’église, dans l’espace extérieur situé entre la galerie et le mur d’enceinte qui borde l’ambā. Dans ce secteur septentrional, les niveaux d’incendie puis de démolition de l’église ne sont guère perceptibles : la position stratigraphique de cette sépulture reste donc incertaine.
De la même façon, la morphologie exacte de la tombe est délicate à restituer : le squelette, très altéré, semble entouré, au nord et au sud, par deux alignements de grosses pierres (dont un très gros bloc basaltique) sans que l’on puisse déterminer si certaines de ces pierres appartiennent effectivement à l’architecture de la tombe ou si, au contraire, la sépulture est creusée entre les blocs.
Seuls subsistent un fragment de crâne et une paire de fémurs et tibias : le corps est allongé sur le dos, tête à l’ouest, membres inférieurs en extension.
Le nettoyage à proximité immédiate de cette sépulture (US 8038) a livré quelques vestiges osseux, dents notamment, signalant la présence d’un autre adulte et d’un enfant de 3 ans +/- 12 mois (dents supérieures et inférieures)

Sépulture 06 (Période 3)
Femme adulte inhumée dans une fosse.
La tombe, orientée O.NO/E.SE, est percée à travers les niveaux de démolition de l’édifice. Elle est installée dans la galerie sud et recoupe partiellement le mur sud de l’église (M4), à l’emplacement d’une tombe antérieure (S.26, non fouillée).
Bien que très arasée, la fosse semble oblongue (extrémités arrondies) et ne contient pas d’indices témoignant d’une architecture construite. Le fond de fosse présente deux paliers situés à des hauteurs différentes : côté ouest, l’arase du mur de l’église a simplement été dégagée et constitue le fond de la tombe alors que plus à l’est, le creusement a été poursuivi sur une vingtaine de centimètres de profondeur.
Les connexions anatomiques sont dans l’ensemble strictement préservées et l’on peut percevoir deux effets de paroi latéraux (alignement crâne, humérus, patella à droite et humérus, coxal, pied à gauche) à quelque distance de la paroi de la fosse. Lors de la décomposition, le corps s’est progressivement affaissé et le squelette a fini par épouser la forme particulière en paliers du fond de fosse. S’il est certain, dans ce cas, qu’aucun dispositif construit (coffre ou coffrage) n’a été installé dans la tombe, il est en revanche possible que le corps ait été enveloppé dans une natte avant d’être recouvert de terre.
Le squelette est bien représenté : la défunte est allongée sur le dos, voire très légèrement sur le côté droit, tête à l’ouest et tournée vers la droite, membres supérieurs en extension mains jointes sur le pubis, membres inférieurs très légèrement fléchis, pieds joints.
Le remplissage de cette tombe a également livré quelques ossements (fragments de diaphyses, de crâne et de mandibule) appartenant à un enfant âgé de 3 ans (+/- 12 mois). Ces éléments pourraient signaler la présence d’une sépulture antérieure partiellement recoupée.

Fig. 5.60 — Sépultures S05 et S06, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépulture 07 (Période 3)
Nouveau-né (naissance +/-2 mois) inhumé dans un coffre de pierres (?)
La tombe, orientée O/E, est percée dans l’épaisseur du niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée à l’intérieur de l’église, dans l’axe de la porte occidentale (pièce 1, seuil F9).
La sépulture n’a été identifiée qu’à l’apparition des ossements du bébé : elle était probablement aménagée dans l’amas de pierres correspondant à la démolition de l’édifice. Une grosse pierre, située au pied de la tombe, évoque les vestiges d’une couverture et les ossements reposent sur une pierre plate en net pendage.

La partie conservée du squelette est en parfaite connexion (arcs neuraux, corps vertébraux, cotes) et la position de la scapula droite, maintenue latérale, pourrait aussi bien s’expliquer par l’emplacement d’une pierre (arrachée au décapage ?) que par un effet de contrainte (emmaillotement du corps ?).
Le squelette n’est plus représenté que par sa moitié supérieure : le bébé semble avoir été allongé sur le dos, tête à l’ouest, membre supérieur droit le long du corps.

Sépulture 09 (Période 3)
Nouveau-né (naissance +/- 2 mois) inhumé dans un petit coffre de pierres.
La tombe, orientée NO/SE, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée à l’intérieur de l’église (pièce 1), près de la porte de communication avec le maqdas (pièce 2).
Le coffre, soigneusement assemblé à l’aide de cinq moellons provenant des murs de l’église, adopte un plan légèrement trapézoïdal : une pierre plate en constitue le chevet et deux pierres chacun des montants latéraux. Trois autres pierres sont utilisées comme couvercle.
À l’intérieur, le squelette ne présente pas les stigmates évidents d’une décomposition du corps dans un espace maintenu vide : du sédiment d’infiltration s’est rapidement introduit dans le volume du coffre (dalles de couverture non jointives) et/ou le petit corps était emmailloté (maintien de la position genoux fléchis).
Le squelette est bien conservé : le corps du bébé repose en position fœtale, allongé sur le dos, tête au nord-ouest, membres supérieurs fléchis sur la poitrine, membres inférieurs fléchis, genoux ramenés sur l’abdomen.

Fig. 5.61 Sépultures S07 et S09, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépulture 10 (Période 3)
Enfant de 9 ans (+/- 24 mois) inhumé dans une fosse
La tombe, orientée S.SO/N.NE, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée à l’intérieur de l’église, dans le maqdas (pièce 2), et entame légèrement le mur (M5) au niveau de la porte de communication centrale entre les pièces 1 et 2.
La fosse est oblongue (extrémités arrondies, rives verticales et fond plat). Deux petits fragments de bois (non brûlés) ont été retrouvés de part et d’autre des os coxaux (vestiges de planches ou éléments erratiques ?).
Les connexions anatomiques entre les principaux os longs sont préservées. Un effet de paroi est perceptible côté droit et les ossements des pieds sont passablement dispersés : il est là encore possible que le corps ait été enveloppé dans une natte.
Le squelette est représenté par l’ensemble crâne/mandibule et les principaux os longs : l’enfant est allongé sur le dos, tête au sud, membres supérieurs et inférieurs en extension.

Sépulture 11 (Période 3)
Sépulture non fouillée.
La tombe, orientée Ε/O, est percée à travers le niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée dans l’épaisseur du mur sud du maqdas (pièce 2). La maçonnerie dans laquelle elle est creusée constitue probablement l’équivalent d’un coffre et quelques pierres plates la recouvrent.
Quelques ossements (humérus et ulna apparemment en connexion lâche) apparaissent à l’endroit où les pierres de couverture ont disparu : cette tombe pourrait être celle d’un adulte, allongé tête à l’ouest et reposant peut-être sur le côté gauche, membres inférieurs légèrement fléchis (longueur de la fosse plus courte que la moyenne des sépultures d’adultes).

Fig. 5.62 — Sépultures S10 et S11, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépulture 12 (Période 3)
Enfant âgé de 12 à 15 ans (?) inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée S.SO/N.NE, est percée à travers le niveau d’incendie de l’édifice. Elle est installée à l’extérieur de l’église (dans la galerie est ?), contre le mur oriental du maqdas (pièce 2). Cette sépulture semble antérieure à une autre tombe, aménagée dans l’épaisseur du mur oriental du maqdas (S.24, non fouillée).
La fosse, très arasée, est oblongue (extrémités arrondies et fond plat). Une unique pierre posée verticalement semble marquer l’extrémité inférieure de la fosse mais paraît néanmoins insuffisante pour suggérer la présence d’un coffre.
Le squelette n’est représenté que par une partie du crâne et les principaux os longs : l’enfant est allongé sur le dos, tête au sud, membres supérieurs en extension mains posées sur le pubis, membres inférieurs en extension. En l’absence de dents, l’âge au décès n’est ici estimé qu’à partir de la dimension des os longs (comparaison avec les enfants dont l’âge dentaire est connu).
Un morceau de bois long et fin (L : 83 cm) est conservé à l’intérieur de la tombe : il est posé dans l’axe du corps, sur les membres inférieurs (du bassin aux pieds), directement en contact avec les ossements. Malgré son altération, sa forme générale évoque plus un bâton (un bâton de berger ?) déposé avec le corps qu’un élément de bois appartenant à la construction de la tombe.

Sépulture 14 (Période 3)
Enfant de 18 mois (+/- 6 mois) inhumé dans un coffre de pierres.
La tombe, orientée O.SO/E.NE, est percée à travers le niveau d’incendie de l’édifice. Elle est installée dans l’angle nord-ouest de la galerie.
Le coffre, entièrement conservé, est soigneusement aménagé avec des pierres plates issues des murs de 1 église et posées de chant. Il possède un chevet plat, n’est pas fermé à son extrémité inférieure et est couvert par une seconde série de pierres plates. Bien que du sédiment se soit rapidement introduit dans la tombe (éléments de la partie supérieure du rachis en connexion), la décomposition du corps s’est effectuée dans un espace vide (mobilisation des ossements dans la partie inférieure).
Le squelette est bien conservé : l’enfant est allongé sur le dos, tête à l’ouest, membres supérieurs et inférieurs en extension.

Fig. 5.63 — Sépultures S12 et S14, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépulture 13 (Période 3)
Enfant de 8 ans (+/- 24 mois) inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée N/S, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée dans la galerie ouest, contre le mur de l’église, immédiatement au nord de la porte occidentale (pièce 1, Ml, seuil F9). La fosse est rectangulaire (extrémités arrondies, rives verticales), le fond est sensiblement plat sauf à l’extrémité céphalique où l’épaule droite de l’enfant repose sur une grosse pierre. Bien qu’aucune pierre de chant ne suggère l’existence d’un coffre aménagé à l’intérieur de la tombe, la présence d’une couverture est néanmoins matérialisée par plusieurs dalles posées à plat (un moellon du mur de l’église à la tête, deux pierres taillées provenant d’un encadrement de porte aux pieds) et par deux planches de bois prenant appui sur les pierres de couverture (cf. S.21).
Les connexions anatomiques semblent préservées et un effet de paroi se dessine côté latéral droit (alignement crâne, humérus, fémur, tibia) : là encore, le corps de l’enfant pourrait avoir été enserré dans une natte avant d’être recouvert de terre.
Le squelette est représenté par l’ensemble crane/mandibule et les principaux os longs : l’enfant est allongé sur le dos, tête au sud, membre supérieur gauche légèrement fléchi, main posée sur le pubis, membres inférieurs en extension pieds joints (droit sur gauche).

Sépulture 13bis (Période 3)
Enfant de 7 ans (+/- 24 mois) inhumé dans une fosse (?).
Cette tombe, vraisemblablement en grande partie recoupée (S.78, non fouillée), n’est plus représentée que par un crâne et une mandibule en connexion retrouvés à l’extrémité nord de la sépulture précédente. Compte tenu de la position des vestiges osseux, cette tombe était probablement orientée N/S et installée dans la galerie ouest, contre le mur occidental de l’église (Pièce 1, M1).
L’enfant, dont la position générale restera inconnue, repose tête au sud.

Fig. 5.64 — Sépultures S13 et S13bis, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépulture 15 (Période 3)
Homme adulte inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée SO/NE, est percée à travers le niveau d’incendie de l’édifice. Elle est installée dans l’angle nord-ouest de la galerie. Une autre sépulture, non fouillée (S.34) recoupe son extrémité inférieure.
La fosse est oblongue (extrémité céphalique arrondie, rives verticales et fond plat) et ne contient pas d’indices témoignant d’une architecture interne construite.
Les connexions anatomiques sont apparemment strictement préservées. Aucun effet de paroi n’est perceptible et la position exagérément écartée des coudes semble aller à l’encontre d’un quelconque effet de contrainte exercé sur le corps.
Le squelette est relativement bien conservé : le défunt est allongé sur le dos, tête au sud-ouest, membres supérieurs légèrement fléchis (coudes écartés) mains posées en pronation sur le pubis, membres inférieurs en extension.
Le remplissage de la fosse contient les restes d’un autre adulte (fémurs, éléments des pieds, humérus) déposés sur le corps en place, à la périphérie de la fosse (sépulture partiellement recoupée ou vestiges d’une inhumation antérieure sur le même emplacement ?).

Fig. 5.65 — Sépulture S15, relevé et description de la tombe (ambā Gabriel)

Sépulture 16 (Période 3)
Homme adulte inhumé dans un coffre de pierres.
La tombe, orientée NO/SE, est percée à travers le niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée à l’intérieur de l’église, dans la moitié nord du maqdas (pièce 2). Cette sépulture est l’une des dernières à avoir été mises en place dans cette partie du cimetière : elle recoupe deux tombes d’enfants (S.42 et 43) et se superpose à deux autres tombes d’adultes (S.45 et 60).
Le coffre, entièrement conservé, est aménagé avec des pierres plates provenant des murs de l’église et posées de chant. Il adopte un plan grossièrement rectangulaire, possède un chevet plat et n’est pas fermé à son extrémité inférieure. Le fond est plat (pas d’aménagement particulier) et le coffre est recouvert par une série de dalles plates qui se chevauchent.
Bien qu’à la découverte l’intérieur du coffre soit entièrement comblé de sédiment d’infiltration, le squelette présente les stigmates évidents d’une décomposition du corps dans un espace vide. Les perturbations sont d’ailleurs d’une ampleur inhabituelle sans raison très évidente (pas de pendage particulier pouvant expliquer le glissement d’une partie des os du torse vers la moitié inférieure de la tombe). Peut-être le passage d’un fouisseur a-t-il pu provoquer de tels bouleversements (présence d’un terrier au niveau des pieds).
Le squelette est parfaitement conservé : le défunt est allongé sur le dos, tête au nord-ouest, membre supérieur gauche probablement en extension, membres inférieurs en extension.
Le remplissage de la tombe contient les restes de deux enfants (3 ans +/- 12 mois et 7 ans +/- 24 mois) correspondant aux deux sépultures recoupées (S.42 et 43).

Fig. 5.66 — Sépulture S16, relevés et description de la tombe (ambā Gabriel)

Sépulture 17 (Période 3)
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée O.NO/E.SE, est percée dans l’épaisseur du mur de la galerie sud (M6). La relation entre cette sépulture et la tombe d’enfant voisine (S.17bis) est délicate à établir, toutes deux étant partiellement recoupées par une sépulture plus tardive (S.04). L’orientation assez divergente des deux corps 17 et 17bis permet de supposer qu’il s’agit bien de deux sépultures différentes. Par ailleurs, la position du fémur droit de l’enfant et du fémur gauche de l’adulte suggère que la tombe de l’enfant pourrait être postérieure à celle de l’adulte.
La fosse est oblongue, adopte un plan légèrement trapézoïdal (plus large aux épaules qu’aux pieds) et ne contient aucun indice signalant la présence d’une architecture interne construite. À la surface du remplissage, quelques blocs de pierres dispersés correspondent plus vraisemblablement à la signalisation de la tombe (base d’un petit tertre de pierres ?) qu’à un véritable dispositif de couverture.
Les connexions anatomiques, notamment au niveau des pieds, sont strictement préservées et le corps, avec ou sans natte, a vraisemblablement été recouvert de terre.
Le squelette n’est représenté que par son crâne et ses principaux os longs : le corps est allongé sur le dos, tête à l’ouest, membre supérieur droit en extension main sur le pubis, membres inférieurs en extension, pieds joints (droit sur gauche).

Sépulture 17bis (Période 3)
Enfant de 6 ans (+/-24 mois) inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée E/O, est percée dans l’épaisseur du mur de la galerie sud (M6). Elle pourrait recouper la tombe voisine (S. 17) et est partiellement amputée par le creusement d’une sépulture plus tardive (S.04).
La fosse est très arasée et le squelette n’est plus représenté que par ses membres inférieurs : l’enfant est allongé sur le dos, tête à l’ouest, membres inférieurs en extension, pieds joints (gauche sur droit)

Fig. 5.67 Sépultures S17 et S17bis, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépulture 18 (Période 3)
Enfant de 10 ans (+/-30 mois) inhumé dans un coffre de pierres (?).
La tombe, orientée O.NO/E.SE, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée à l’extérieur de l’église (dans la galerie est ?), contre le mur oriental du maqdas (pièce 2). Cette sépulture est l’une des dernières à avoir été mises en place dans cette partie du cimetière : elle se superpose à plusieurs autres tombes d’adultes (S.54, 55, 56, 57, 59).
La fosse a été très arasée au décapage : il pourrait s’agir d’un petit coffre de pierres (une pierre posée de chant au niveau du genou gauche et empreinte de pierres arrachées sur la longueur du côté gauche). Deux pierres plates, vestiges d’une couverture, recouvrent directement tibias et pieds.
La moitié supérieure du squelette est bouleversée (terrier sous-jacent) : l’enfant est allongé sur le dos, tête à l’ouest, membres inférieurs en extension.

Sépulture 19 (Période 3)
Sépulture non fouillée
La tombe, orientée O/E, est percée à travers le niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée à l’extérieur de l’église et de la galerie orientale, dont elle entame apparemment le mur. Compte tenu de ses dimensions, il s’agit probablement d’une tombe d’adulte.
Sépulture 20 (Période 3)
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée NO/SE, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée à l’extérieur de l’église, dans la galerie ouest.
La fosse est oblongue (extrémités arrondies, rives verticales et fond plat). Une unique pierre posée verticalement marque l’extrémité inférieure de la fosse mais paraît néanmoins insuffisante pour suggérer la présence d’un coffre.
Les connexions anatomiques semblent strictement préservées, notamment au niveau des pieds, superposés l’un sur l’autre : le corps, avec ou sans natte, a probablement été directement recouvert de terre Le squelette est représenté par son crâne et ses principaux os longs : le corps est allongé sur le dos, tête au nord-ouest, membres supérieurs en extension, mains posées sur le pubis, membres inférieurs en extension, pieds joints (droit sur gauche).
Le remplissage de la fosse contient quelques ossements surnuméraires, retrouvés directement au contact du squelette en place et appartenant à un adulte.

Fig. 5.68 — Sépultures S18, S19 et S20, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépulture 21 (Période 3)
Cette sépulture contient les restes de trois corps : un adulte de sexe indéterminé, dont les ossements sont rassemblés contre la paroi de la fosse, et deux autres squelettes en connexion sur le fond de fosse, un adulte de sexe indéterminé et un(e) adolescente) de 15 à 18 ans.
La tombe, orientée O/E, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée à l’extérieur de l’église, dans la galerie ouest, dans l’axe du piédroit de la porte occidentale (seuil F9).
La fosse, creusée jusqu’au substrat basaltique, est rectangulaire (rives verticale et fond plat). Deux pierres, dont l’une provient de l’encadrement d’une ouverture de l’église, sont fichées verticalement à la tête et aux pieds. Aucune autre pierre n’a été retrouvée posée de chant le long des parois latérales. Le remplissage de la fosse a en revanche livré deux fragments de planches de bois : l’une d’entre elles est disposée transversalement à l’extrémité inférieure de la fosse, l’autre est posée à plat, dans l’axe de la fosse, à l’extrémité supérieure. Ces deux planches reposent en partie directement sur les ossements et le net pendage de la planche posée aux pieds indique qu’elle s’est effondrée sur un espace vide. Un amas de pierres occupe la partie supérieure du remplissage.
Le piètre état de conservation des ossements contenus dans la tombe n’apporte guère de certitude quant aux modalités de décomposition des corps : les quelques déplacements enregistrés suggèrent malgré tout la persistance d’un vide à l’intérieur de la tombe. Il est donc possible que cette tombe ait à l’origine été aménagée (coffrage mixte pierre et bois pour les parois latérales). Elle était en tout cas dotée d’un système de couverture (planches maintenues par des pierres, cf. S.13).
Les ossements appartenant à l’adulte réduit proviennent probablement d’une sépulture antérieure en grande partie détruite par le creusement de la fosse : ces ossements sont en effet plaqués contre les parois latérales (effet de paroi qui confirme l’existence d’un coffrage) ou encore déposés derrière la pierre qui marque le pied de la tombe.

Fig. 5.69 — Sépulture S21, relevés, mobilier et description de la tombe (ambā Gabriel)

La situation des deux squelettes partiellement en connexion sur le fond de la fosse est plus délicate à appréhender. Les squelettes sont en effet très incomplets, très érodés et les deux sujets sont graciles : bien que les dentitions et l’unique épiphyse conservée permettent d’identifier la présence d’un adulte et d’un adolescent, il est souvent difficile d’attribuer les ossements en place à l’un ou l’autre des deux sujets.
La position des ossements sur la moitié inférieure de la tombe montre sans ambiguïté que le corps de l’adolescent repose sur celui de l’adulte : les membres inférieurs du second inhumé (coxal gauche, fémurs et tibias en connexion) se superposent exactement à ceux de l’adulte (coxal et fémur gauches en connexion, traces de tibia). De la même façon, à l’extrémité céphalique, les deux ensembles crâne/mandibule reposent côte à côte et la mandibule de l’adolescent recouvre partiellement celle de l’adulte. La situation est en revanche un peu plus confuse au niveau des membres supérieurs, plus incomplets et difficiles à attribuer : on retrouve néanmoins deux ensembles scapula/humérus droits en connexion gisant côte à côte ainsi que les ossements signalant la position des avant-bras.
Il apparaît donc que chacun des deux corps est allongé sur le dos, tête à l’ouest, membres supérieurs et inférieurs en extension, pieds joints pour l’adolescent, mais il restera difficile de déterminer s’il s’agit de deux corps inhumés simultanément ou successivement.

Cette sépulture est la seule à contenir des éléments de parure : une unique perle en calcédoine ou cornaline (S21.4) a été retrouvée au niveau du cou des deux sujets et deux bracelets en fer au niveau des coudes (S21.3a et b), à droite et à gauche, sans que l’on puisse malheureusement attribuer ces objets à l’un ou l’autre des deux défunts. Le remplissage de la fosse a également livré une coupelle en céramique (non positionnée) (S21.2), ainsi qu’une dizaine de tessons de céramique, parmi lesquels un fragment de coupe carénée à décor gravé.
Sépultures 22 et 23 (Période 3)
Sépultures non fouillées.
Ces deux tombes, orientées respectivement N/S et NO/SE, sont percées à travers le niveau d’incendie de l’édifice. Elles sont toutes les deux installées à l’extérieur de l’église, à l’extrémité occidentale de l’ambā, entre la galerie ouest et le mur d’enceinte (M9 et M11).
Sépulture 24 (Période 3)
Sépulture non fouillée.
La tombe, orientée N/S, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée à l’extérieur de l’église, dans la galerie orientale, et est aménagée dans l’épaisseur du mur oriental du maqdas (pièce 2).
La fosse est recouverte par une série de dalles plates qui font office de couverture.

Sépultures 25 et 26 (Période 3)
Sépultures non fouillées.
Ces deux tombes, orientées O/E, sont percées à travers le niveau d’incendie de l’édifice. Elles sont toutes les deux installées côte à côte à l’extérieur de l’église, dans la galerie sud. La plus petite d’entre elles (S.25) correspond vraisemblablement à une tombe d’enfant alors que l’autre (S.26) est probablement celle d’un adulte.
Sépultures 27 et 28 (Période 3)
Sépultures non fouillées.
Ces deux tombes, orientées respectivement O/E et O.NO/E.SE, sont percées à travers le niveau d’incendie de l’édifice. Elles sont toutes les deux installées à l’extérieur de l’église, à l’extrémité sud de l’ambā, entre la galerie sud et le mur d’enceinte (S.27 contre le mur de la galerie M6, S.28 contre–voire à travers–le mur d’enceinte M10.

Fig. 5.70 — Sépultures S22 et S23, S24, S25 et S26, S27 et S28, descriptions des tombes et S24, relevé et description de la tombe (ambā Gabriel)

Sépulture 29 (Période 3)
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans un coffre de pierres (?).
La tombe, orientée O.SO/E.NE, est percée à travers le niveau d’incendie de l’édifice. Elle est installée à l’extérieur de l’église, dans la galerie sud.
La fosse, qui n’a été dégagée que sur sa moitié ouest, entame en partie le substrat basaltique, à l’aplomb du mur de la galerie sud. Il est possible qu’un coffre de pierres ait été, au moins partiellement, installé dans la moitié orientale (non fouillée) de la fosse : deux pierres, dont l’une provient de l’encadrement d’une ouverture de l’église, posées de chant de part et d’autre des fémurs, apparaissent dans la coupe transversale de la fosse. Aucun élément de couverture en pierre n’est cependant conservé. La partie supérieure du remplissage contient en revanche quelques pierres, dont un très gros bloc basaltique qui pourrait marquer l’extrémité céphalique de la tombe.
Le squelette est représenté par son crâne et ses principaux os longs : le corps est allongé sur le dos, tête à l’ouest, membres supérieurs en extension, mains posées sur le pubis, membres inférieurs probablement en extension.

Une céramique, de type « coupelle à encens » provient de cette sépulture, mais occupe une position pour le moins étonnante : elle a été retrouvée posée à plat sur le fond de fosse, sous le fémur droit. S’il s’agit bien là d’un dépôt lié à l’inhumation, cette coupelle aurait donc été déposée sous la cuisse du défunt.

Fig. 5.71 — Sépulture S29, relevés, mobilier et description de la tombe (ambā Gabriel)

Sépulture 30 (Période 3)
Enfant de 1 an (+/- 4 mois) inhumé dans un coffre de pierres.
La tombe, orientée S.SE/N.NO, est percée à travers le niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée dans l’épaisseur du mur occidental de l’église, à l’angle sud-ouest.
Le coffre, entièrement conservé, est aménagé avec des pierres plates issues des murs de l’église et posées de chant. Il n’est fermé à aucune de ses deux extrémités et est couvert par une seconde série de pierres plates. Bien que du sédiment se soit rapidement introduit dans la tombe, la décomposition du corps semble s’être effectuée dans un espace vide (mobilisation des ossements) mais contraint par un enveloppement semi-rigide (effets de paroi latéraux à distance des pierres du coffre) : probablement le corps de l’enfant était-il là encore protégé par une natte.
Le squelette est bien conservé : l’enfant est allongé sur le dos, tête au sud, membres supérieurs légèrement fléchis, mains posées sur le pubis, membres inférieurs en extension.

Sépulture 33 (Période 3)
Nouveau né (naissance +/- 2 mois) inhumé dans un petit coffre de pierres.
La tombe, orientée S/N, est percée à travers le niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée dans l’épaisseur du mur occidental de l’église, à l’emplacement du piédroit sud de la porte (pièce 1, mur M1, seuil F9).
Le coffre est aménagé avec des pierres plates issues des murs de l’église et posées de chant. Son chevet est constitué par une des pierres du parement du mur de l’église et la tombe est couverte par une grosse pierre plate. À l’intérieur, le corps semble avoir été contraint (effets de paroi latéraux) : probablement le bébé était-il emmailloté.
Seule la moitié supérieure du squelette est conservée : le bébé est allongé sur le dos, tête au sud, membre supérieur droit le long du corps.

Fig. 5.72 — Sépultures S30 et S33, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépulture 31 (Période 3)
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée O.SO/E.NE, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée à l’intérieur de l’église (pièce 1) et recoupe apparemment au moins une autre tombe (coffre de pierres S.69, non fouillé).
La fosse est oblongue (rives verticales, fond plat, extrémités arrondies) et ne contient pas le moindre élément témoignant d’une architecture interne construite. Seule une banquette de terre ménagée à l’extrémité céphalique de la fosse permet de maintenir la tête du défunt légèrement surélevée. La partie supérieure du remplissage de la fosse est constituée par des pierres posées à plat (base d’un tertre surmontant la tombe ?).
Les connexions anatomiques sont dans l’ensemble strictement préservées : seuls les os des pieds présentent les stigmates d’un affaissement en avant (vide sous jacent et effet de paroi). Il est peu probable, dans ce cas, qu’un dispositif quelconque (couvercle périssable) ait permis le maintien d’un espace vide à l’intérieur de la tombe. Le corps a en revanche pu être enveloppé dans une natte avant d’être recouvert de terre.
Le squelette est relativement bien représenté et la posture du corps est originale : il est allongé sur le dos, tête à l’ouest, membres supérieurs complètement repliés sur eux-mêmes, main droite sur épaule droite, main gauche sur épaules gauche, membres inférieurs en extension, pieds joints (droit sur gauche) en appui contre l’extrémité de la fosse.

Le remplissage de la tombe a livré une mandibule appartenant à un enfant de 9 ans (+/- 24 mois) qui pourrait provenir d’une sépulture partiellement recoupée, voire du coffre de pierres sous-jacent (S.69), bien que les dimensions de ce dernier évoquent plutôt une tombe d’adulte.

Fig. 5.73 — Sépulture S31, relevés et description de la tombe (ambā Gabriel)

Sépulture 32 (Période 3)
Sépulture non fouillée.
La tombe, orientée E/O, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée à l’intérieur de l’église, contre le mur nord en avant de la porte (pièce 1, mur M2, seuil F8).
Sépulture 34 (Période 3)
Sépulture non fouillée.
La tombe, orientée E/O, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée contre le mur extérieur de l’église, dans la galerie nord, et recoupe l’extrémité d’une autre sépulture (S.15).
Sépulture 35 (Période 3 ?)
Sépulture non fouillée.
La tombe, orientée N.NE/S.SO, est installée à l’extérieur de l’église, à l’extrémité nord-ouest de l’ambā, près du mur d’enceinte (M11) et semble recouper un muret de pierres.
Sépulture 36 (Période 3)
Sépulture non fouillée.
La tombe, orientée E/O, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée à l’intérieur de l’église (pièce 1), dans l’axe de la porte qui permet d’accéder au maqdas (seuil F25).
Sépulture 38 (Période 3)
Sépulture non fouillée.
La tombe fait partie d’un groupe d’au moins trois sépultures (S.38, 70 et 71) dont les contours individuels n’ont pas été reconnus mais qui percent le niveau d’incendie de l’édifice et sont installées à l’intérieur de l’église (pièce 1).
Sépulture 39 (Période 3 ?)
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée N/S, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée à l’extérieur de l’église, à l’extrémité occidentale de l’ambā, entre la galerie ouest et le mur d’enceinte (M9 et M11). Sa moitié supérieure est recoupée par une autre sépulture (S.23).
La fosse est très arasée et seule la partie inférieure du squelette est conservée : le corps semble allongé sur le dos, tête au nord, membres inférieurs en extension.

Fig. 5.74 — Sépultures S32, S34, S35, S36, S38 descriptions des tombes et S39 relevé et description de la tombe (ambā Gabriel)

Sépulture 40
Sépulture (?) non fouillée.
Quelques ossements humains retrouvés à l’intérieur d’une petite structure maçonnée en fer à cheval (F6, moderne ?), située au sud de l’église, entre la galerie sud et le mur d’enceinte (M6 et M10).
Sépulture 41 (Période 3)
Enfant de 9 mois +/- 3 mois inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée N/S, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée à l’extérieur de l’église, contre le piédroit sud de la porte occidentale (pièce 1, mur M1, seuil F9).
La fosse est oblongue (extrémités arrondies, rives verticales et fond plat) et une unique pierre posée de chant marque le pied de la tombe. Un long fragment de bois (planche ? bâton ?), disposé longitudinalement dans l’axe de la fosse, prenait vraisemblablement appui sur la pierre posée aux pieds et appartient à un dispositif permettant de couvrir la sépulture.
Les connexions anatomiques semblent préservées et la position des tibias, au contact l’un de l’autre, suggère que le petit corps était emmailloté.
Le squelette est représenté par le crâne, la mandibule et les principaux os longs : l’enfant est allongé sur le dos, tête au nord, membres supérieurs et inférieurs en extension.

Sépulture 42 (Période 3)
Enfant de 7 ans (+/- 24 mois) inhumé dans un coffre de pierres.
La tombe, orientée O.SO/E.NE, est percée à travers le niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée à l’intérieur de l’église, dans la moitié nord du maqdas (pièce 2). Cette sépulture se superpose à une tombe d’adulte (S.60) et est partiellement recoupée par un coffre de pierres (S.16).
Le coffre, dont seule la moitié inférieure est conservée, est grossièrement aménagé avec des pierres plates de module variable provenant des murs de l’église et à l’origine posées de chant. Il n’est pas fermé à son extrémité inférieure, son fond est plat et il est recouvert par une série de dalles plates qui se sont par la suite effondrées dans le coffre, entraînant dans leur chute les parois latérales.
Le squelette n’est représenté que par ses principaux os longs : l’enfant est allongé sur le dos, tête à l’ouest, membre supérieur gauche et membres inférieurs en extension. L’âge au décès est établi grâce aux dents (fragments de crâne et de mandibule) retrouvés dans le remplissage de la sépulture S.16.

Fig. 5.75 — Sépultures S40, S41 et S42, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépulture 43 (Période 3)
Enfant de 3 ans (+/- 12 mois) inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée SO/NE, est percée à travers le niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée à l’intérieur de l’église, dans la moitié nord du maqdas (pièce 2). Cette sépulture se superpose à une tombe d’adulte (S.45) et est presque entièrement recoupée par un coffre de pierres (S.16).
La fosse n’a pas été perçue à la fouille : les restes de la tombe ont été reconnus grâce à une pierre taillée, provenant d’une ouverture de l’église, recouvrant les membres inférieurs de l’enfant.
Le squelette n’est plus représenté que par une paire de tibias/fibula : l’enfant semble avoir été allongé sur le dos, tête au sud-ouest. L’âge au décès est établi grâce aux dents (fragments de crâne et de mandibule) retrouvés dans le remplissage de la sépulture S.16.

Sépulture 44 (Période 3)
Femme adulte inhumée dans une fosse.
La tombe, orientée O/E, est percée à travers le niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée à l’intérieur de l’église, dans la moitié nord du maqdas (pièce 2).
La fosse est oblongue et adopte un plan légèrement trapézoïdal. Tout autour du squelette, en périphérie de la fosse, le remplissage est principalement constitué de plaquettes provenant de la démolition de l’église. Certaines de ces pierres sont posées de chant ou bien encore ont basculé vers l’intérieur de la tombe, particulièrement le long des membres inférieurs. L’ensemble de la tombe était recouvert de plaquettes de pierres, mais le système de couverture n’a pas été identifié immédiatement puisque la sépulture est creusée dans le niveau général de démolition de l’édifice.
Le squelette porte les stigmates d’une décomposition du corps dans un espace vide et semble avoir été contraint (effets de paroi latéraux)
Dans ce cas, la présence d’un véritable coffre de pierres peut paraître discutable : les pierres utilisées sont de petit module, les éventuelles parois latérales sont très incomplètes et assez désorganisées, aucune Halle plate de couverture n’a été repérée et la physionomie générale de la tombe diffère très nettement de celle d’un véritable coffre (S.16 par exemple). On peut en revanche imaginer que ce corps a été enroulé dans un contenant semi-rigide (natte ?) et recouvert par les pierres extraites lors du creusement de la fosse (position et pendage des plaquettes compatibles avec cette hypothèse).
Le squelette est très bien représenté : la femme est allongée sur le dos, tête à l’ouest, membres supérieurs en extension mains jointes sur le pubis, membres inférieurs en extension pieds joints.

Fig. 5.76 — Sépultures S43 et S44, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépulture 45 (Période 3)
Femme adulte inhumée dans une fosse.
La tombe, orientée NO/SE, est percée à travers le niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée à l’intérieur de l’église, dans la moitié nord du maqdas (pièce 2).
La fosse est oblongue et l’extrémité céphalique est marquée par une pierre taillée, provenant d’une ouverture de l’église et plantée de chant. Le remplissage de cette sépulture présente des similitudes avec la tombe précédente : nombreuses plaquettes de pierres insuffisamment organisées pour former un véritable coffre de pierres. L’ensemble de la tombe était également recouvert de plaquettes de pierres.
Le squelette porte lui aussi les stigmates d’une décomposition du corps dans un espace vide et semble avoir été contraint (effets de paroi latéraux)
On peut là encore proposer que ce corps a été enroulé dans un contenant semi-rigide (natte ?) et recouvert par les pierres extraites lors du creusement de la fosse.
Le squelette est très bien représenté : la femme est allongée sur le dos, tête au nord-ouest, membres supérieurs en extension mains posées en pronation sur les hanches, membres inférieurs en extension pieds joints.

Sépulture 46 (Période 3)
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée O/E, est percée à travers le niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée à l’intérieur de l’église, dans l’épaisseur du mur nord du maqdas (pièce 2, mur M2).
La fosse est oblongue (rives verticales, fond plat, extrémités arrondies), trois de ses côtés sont constitués par l’élévation du mur du maqdas. Son remplissage ne contient pas le moindre élément témoignant d’une architecture interne construite.
Le squelette n’est représenté que par ses principaux os : le corps est allongé sur le dos, tête à l’ouest, membres supérieurs en extension mains posées sur le pubis, membres inférieurs en extension pieds joints (gauche sur droit).

Fig. 5.77 — Sépultures S45 et S46, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépulture 47 (Période 3)
Adolescent 15-18 ans inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée N.NO/S.SE, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée à l’extérieur de l’église, contre le mur occidental, dans la galerie ouest.
La fosse est oblongue et l’extrémité céphalique est marquée par une pierre taillée, provenant d’une ouverture de l’église et plantée de chant. Deux fragments de bois sont conservés dans le remplissage de la tombe : l’un d’entre eux repose sur le crâne, dans l’axe médian de la sépulture (à l’origine en appui sur la pierre posée à la tête ?), l’autre est situé contre la paroi latérale gauche de la fosse, à mi-hauteur du remplissage.
Les connexions anatomiques sont dans l’ensemble préservées mais la dispersion des pieds témoigne de la persistance d’espaces vides. Les effets de parois latéraux et le resserrement des membres inférieurs montrent que le corps a été contraint : on peut là encore proposer l’enveloppement du défunt dans une natte.
Le squelette est bien représenté : l’enfant est allongé sur le dos, tête au nord, membre supérieur droit en extension, membre supérieur gauche fléchi sur l’abdomen, membres inférieurs en extension, pieds joints.
Une coupelle en céramique est déposée aux pieds de l’enfant, côté latéral gauche.

Fig. 5.78 — Sépulture S47, relevé, mobilier et description de la tombe (ambā Gabriel)

Sépulture 48 (Période 3)
Femme adulte inhumée dans une fosse.
La tombe, orientée NO/SE, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée contre l’angle sud-ouest de l’église, dans la galerie occidentale, et recoupe une tombe plus ancienne (S.80, non fouillée).
La fosse est oblongue (rives verticales, fond plat, extrémités arrondies) et ne contient pas le moindre élément témoignant d’une architecture interne construite.
Les connexions anatomiques sont dans l’ensemble préservées : bien qu’aucun effet de paroi linéaire ne soit clairement perceptible, la légère dispersion des mains et la mise à plat des pieds suggèrent que le corps n’était pas directement enseveli dans la terre, mais protégé ou enveloppé.
Le squelette est assez bien représenté : la femme est allongée sur le dos, tête au nord-ouest, membres supérieurs en extension mains jointes sur le pubis, membres inférieurs en extension pieds joints (gauche sur droit).

Sépulture 49 (Période 3)
Enfant inhumé dans un coffre de pierres.
Sépulture non fouillée.
La tombe, orientée O.NO/E.SE, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée contre l’angle sud-ouest de l’église, dans la galerie occidentale, à côté de la sépulture précédente (S.48).
Le coffre est aménagé avec des pierres plates provenant des murs de l’église. Il est fermé à son extrémité ouest (chevet ?) et possède encore un couvercle.

Fig. 5.79 — Sépultures S48 et S49, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépulture 50 (Période 3)
Homme adulte inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée N.NO/S.SE, est percée à travers le niveau de démolition l’édifice. Elle est en partie installée dans la galerie est et recoupe le mur oriental de l’église (pièce 2, mur M3).
La fosse est oblongue (rives verticales, fond plat, extrémités arrondies) et ne contient pas d’éléments témoignant d’une architecture interne construite. Son extrémité céphalique est marquée par une pierre provenant d’un mur de l’église et plantée de chant.
Les connexions anatomiques sont dans l’ensemble préservées (seules les extrémités distales des os de l’avant-bras gauche se sont légèrement déplacées) et aucun effet de paroi linéaire n’est clairement perceptible dans la disposition des pièces osseuses.
Le squelette est assez bien représenté : l’homme est allongé sur le dos, tête au nord-ouest et tournée vers l’ouest, membres supérieurs en extension mains posées en pronation sur les hanches, membres inférieurs en extension pieds joints.
Le remplissage de la fosse a livré quelques ossements surnuméraires, rangés le long des membres inférieurs et appartenant vraisemblablement à une sépulture sous-jacente partiellement recoupée (S.55).

Fig. 5.80 — Sépulture S50, relevés, mobilier et description de la tombe (ambā Gabriel)

Sépulture 51 (Période 3)
Nouveau-né naissance (+/- 2mois) inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée N/S, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée à l’intérieur de l’église, en avant de la porte occidentale (pièce 1, seuil F9).
La fosse, très perturbée par un terrier, semble oblongue et ne contient pas le moindre élément témoignant d’une architecture interne construite. Elle est en revanche recouverte par une série de pierres plates dont certaines se sont effondrées vers l’intérieur de la tombe, signe que la fosse n’a probablement pas été colmatée après l’inhumation.
Le squelette n’est représenté que par sa moitié supérieure : le bébé semble allongé sur le dos, tête au sud.

Sépulture 52 (Période 3)
Enfant inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée O/E, est percée à travers les niveaux de démolition et d’incendie de l’édifice. Elle est installée contre le mur sud de l’église, dans la galerie sud (mur M4).
La fosse n’a été fouillée qu’à son extrémité céphalique : l’enfant est allongé tête à l’ouest.

Fig. 5.81 — Sépultures S51 et S52, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépulture 53 (Période 3)
Enfant inhumé dans un coffre de pierres (?)
Sépulture non fouillée.
La tombe, orientée N.NE/S.SO, est percée à travers le niveau de démolition de l’édifice. Elle est aménagée dans l’épaisseur du mur occidental du maqdas (pièce 2, mur M5) et possède encore des éléments de couverture.

Sépulture 54 (Période 3)
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans une fosse.
La tombe, coupée longitudinalement, apparaît dans la coupe stratigraphique à l’est de l’église : elle est orientée O/E et perce le niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée dans la largeur de la galerie orientale et recoupe le mur est de l’église (pièce 2, mur M3). Cette sépulture se superpose à au moins quatre autres tombes mises en place dans le même secteur (S.55, 56, 57 et 59).
Seul le côté nord de la fosse a été dégagé et n’a livré aucun indice témoignant d’une architecture interne construite. La coupe montre que la partie supérieure du remplissage est constituée de pierres calcaires posées à plat (vestige d’un tertre de pierres surmontant le comblement de la tombe ?) et le pied gauche, en parfaite connexion, suggère que le corps, enveloppé ou non, a été recouvert de terre lors de l’inhumation. Le corps est allongé sur le dos, tête à l’ouest, membres supérieur et inférieur gauches en extension.

Fig. 5.82 — Sépultures S53 et S54, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

121Sépulture 55 (Période 3)
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée N/S, est percée à travers le niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée contre le mur est de l’église, dans la galerie orientale (mur M3).
La tombe est quasi entièrement recoupée par d’autres sépultures (S.50, 56, 57 et 59) : il n’en subsiste que l’extrémité céphalique.
Le squelette n’est plus représenté que par le crâne, la mandibule et quelques vestiges du membre supérieur gauche : le corps semble être allongé sur le dos, tête au nord.

Sépulture 56 (Période 3)
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans un coffre de pierres.
La tombe, orientée S.SE/N.NO, est percée à travers le niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée contre le mur est de l’église, dans la galerie orientale (mur M3). Elle recoupe deux sépultures plus anciennes (S.55 et 59) et la partie supérieure de son remplissage est recoupée par deux autres sépultures (S.18 et 54). Seule la moitié nord de cette tombe a été fouillée (moitié sud dans la coupe de la galerie orientale).
Le coffre de pierre n’est plus représenté que par quelques pierres posées de chant le long de la paroi latérale gauche.
Seule la partie inférieure du squelette a été dégagée : le corps semble allongé sur le dos, tête au sud-est, membres inférieurs en extension.
Le remplissage de la fosse a livré quelques ossements surnuméraires, rangés le long des membres inférieurs, entre la paroi de la fosse et le côté du coffre de pierres, et appartenant à un adulte de sexe indéterminé (S.55 ?).

Fig. 5.83 — Sépultures S55 et S56, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépulture 57 (Période 3)
Enfant de 8 ans (+/- 24 mois) inhumé dans un coffre de pierres.
La tombe, orientée N.NO/S.SE, est percée à travers le niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée contre le mur est de l’église, dans la galerie orientale (mur M3). Elle recoupe une sépulture plus ancienne (S.59) et est partiellement recoupée par une sépulture voisine (S.56). Seule la moitié nord de cette tombe a été fouillée (moitié sud dans la coupe de la galerie orientale).
Le coffre de pierre est constitué de pierres provenant des murs de l’église et posées de chant. Il possède un chevet plat et son couvercle n’est pas conservé.
Le squelette n’est plus représenté que par quelques dents en connexion : le corps semble avoir été allongé tête au nord-ouest.

Sépulture 58 (Période 3)
Enfant inhumé dans un coffre de pierres (?)
Sépulture non fouillée.
La tombe, orientée O/E, est percée à travers le niveau de démolition de l’édifice. Elle est aménagée dans l’épaisseur du mur sud de l’église, dans le piédroit oriental de la porte sud (pièce 1, mur M4, seuil F7).
La présence d’un coffre n’est que supposée mais la tombe possède encore une couverture constituée de deux grandes dalles plates.

Fig. 5.84 — Sépultures S57 et S58, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépulture 59 (Période 3)
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans un coffre de pierres.
La tombe, orientée S/N, est percée à travers le niveau de démolition de l’édifice. Elle est installée contre le mur est de l’église, dans la galerie orientale (mur M3). Elle recoupe une sépulture plus ancienne (S.55) et est partiellement recoupée par deux autres sépultures (S.56 et 57). Seule la moitié nord de cette tombe a été fouillée (moitié sud dans la coupe de la galerie orientale).
Le coffre de pierre n’est plus représenté que par quelques pierres posées de chant le long de la paroi latérale droite et par une pierre de fermeture au niveau des pieds. Son couvercle n’est pas conservé.
Seule la partie inférieure du squelette a été dégagée : le corps semble allongé sur le dos, tête au sud, membres inférieurs en extension.

Sépulture 63
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans une fosse. Cette tombe ne figure pas sur le plan (non localisée). Il ne reste que quelques dents, molaires supérieure et inférieures.
Sépultures 64 à 68 (Période 3)
Sépultures non fouillées.
Ces cinq tombes percent toutes le niveau d’incendie de l’édifice et sont installées à l’intérieur de l’église (pièce 1). Leur orientation varie légèrement, O/E (S.64), O.SO/E.NE (S.65 et 68), O.NO/E.SE (S.66), NO/SE (S.67) et l’une d’entre elles entame le mur ouest de l’église (S.68).
Sépulture 69 (Période 3)
Coffre de pierres non fouillé.
La tombe, orientée O/E, perce le niveau d’incendie de l’édifice et est installée dans la nef de l’église (pièce 1). Elle est recoupée par une autre tombe (S.31). Le coffre, qui n’a que très partiellement été aperçu, est constitué de pierres de l’église plantées de chant et possède encore des dalles de couverture.
Sépultures 70 et 71 (Période 3)
Sépultures non fouillées.
Ces deux tombes font partie d’un groupe d’au moins trois sépultures (S.38, 70 et 71) dont les contours individuels n’ont pas été reconnus mais qui percent le niveau d’incendie de l’édifice et sont installées à l’intérieur de l’église (pièce 1). Le remplissage supérieur de la tombe S.70 a livré les restes d’un adulte de sexe indéterminé (réduction ?).
Sépultures 72 et 73 (Période 3)
Sépultures non fouillées.
Ces deux tombes, respectivement orientées NO/SE et O/E, percent le niveau d’incendie de l’édifice. Elles sont installées à l’intérieur de l’église, dans l’angle sud-est (pièce 1).

Fig. 5.85 — Sépulture S59, relevé et description de la tombe et sépultures S63 à S73 descriptions des tombes (ambā Gabriel)

Sépultures 74 à 77 (Période 3)
Sépultures non fouillées. Ces quatre tombes, orientées O/E (S.76) ou O.SO/E.NE (S.74, 75, 77), percent le niveau d’incendie de l’édifice. Elles sont installées à l’extérieur de l’église, dans la galerie nord. Deux d’entre elles entament légèrement le mur nord de l’église (S.74 et 75).
Sépultures 78 et 79 (Période 3)
Sépultures non fouillées. Ces deux tombes, orientées N/S, sont percées à travers le niveau de démolition de l’édifice. Elles sont toutes deux installées à l’angle nord-ouest de l’église, la première dans la galerie contre le mur occidental, la seconde, probablement une tombe d’enfant, dans l’épaisseur du mur occidental.
Sépulture 80 (Période 3)
Sépulture non fouillée. La tombe, orientée N/S, perce le niveau d’incendie de l’édifice. Elle est installée contre l’angle sud-ouest de l’église, dans la galerie occidentale. Elle est partiellement recoupée par deux sépultures (S.48 et 49).
Sépulture 81 (Période 3)
Sépulture non fouillée. La tombe, orientée Ε/O, perce les niveaux d’incendie et de démolition de l’édifice. Elle est installée dans l’espace extérieur qui entoure l’église, entre le mur sud de la galerie, en partie recoupé, et le mur d’enceinte (murs M6 et M10).
Sépultures 82, 83 et 84 (Période 3 ?)
Sépultures non fouillées. Ces trois tombes, orientées NE/SO, sont installées dans l’espace extérieur qui entoure l’église, contre le mur nord de l’escalier d’accès à l’ambā.
Sépulture 85 (Période 3)
Adulte, sexe indéterminé, inhumé dans une fosse.
La tombe, orientée O/E, perce le niveau de démolition de l’édifice et est installée dans l’espace extérieur qui entoure l’église, contre le mur de la galerie nord. Cette tombe n’a été que très partiellement fouillée : seuls apparaissent les membres inférieurs (paire de tibia/fibula) sous une pierre de couverture.
Le corps semble être allongé sur le dos, tête à l’ouest, membres inférieurs en extension.

Sépultures 86 et 87 (Période 3 ?)
Sépultures non fouillées. Ces deux tombes, orientées respectivement O/E et N/S, sont installées dans l’espace extérieur qui entoure l’église, entre le mur de la galerie nord et le mur d’enceinte.

Fig. 5.86 — Sépultures S74 à S87, descriptions des tombes et S85, relevé et description de la tombe (ambā Gabriel)

Des ossements humains ont été identifiés lors du tri et de l’identification du mobilier provenant des différentes unités stratigraphiques (US). Dans quelques cas, ces ossements forment un lot conséquent et cohérent : il s’agit manifestement là de sépultures accidentellement détruites lors de la phase de décapage (piochage des niveaux de démolition). Les autres ossements, qualifiés d erratiques, ont une origine plus incertaine : certains pourraient provenir de la partie supérieure du comblement de sépultures.
US 8000
Décapage superficiel de la terre végétale (période 3). Un fémur de très jeune enfant.
US 8005
Décapage superficiel de la terre végétale, secteur nord-ouest (période 3). Une diaphyse de tibia, adulte.
US 8012
Démolition dans la moitié nord de la nef (période 3). Enfant de 9 ans +/- 24 mois dont le squelette est bien représenté : fragments de crâne et maxillaire, mandibule complète, paire d’humérus, un radius, une scapula, une clavicule, quelques cotes, paire de fémurs, un tibia, fragment de fibula. Ce lot correspond manifestement à une sépulture endommagée lors du décapage.
US 8016
Démolition dans la galerie sud (période 3). Fragments de crâne et de mandibule, extrémité distale d’humérus, diaphyse de radius, fragment de tibia, adulte. Ces ossements, d’une couleur gris sombre à blanc-gris, paraissent avoir brûlé.
US 8019
Comblement d’une fosse creusée à l’emplacement de la porte sud de communication entre nef et sanctuaire (période 3). Un crâne isolé, adulte.
US 8021
Sol du sanctuaire (période 2). Deux diaphyses de métatarsiens, adulte.
US 8027
Démolition dans la galerie est (période 3). Fémur gauche (2/3 proximal) et fragment de coxal, adulte. Connexion anatomique ?
US 8032
Démolition à l’angle nord-ouest de la galerie (période 3). Fragment de diaphyse, fémur ou tibia, adulte.
US 8039
Décapage superficiel de la terre végétale, sanctuaire (période 3). Fragments de crâne, adulte.
US 8040
Démolition dans la galerie nord (période 3). Mandibule complète, adulte.
US 8041
Décapage superficiel de la terre végétale, périphérie nord de l’ambā (période 3). Paire de calcaneum, un talus, adulte. Il pourrait s’agir là d’une paire de pieds signalant la présence d’une sépulture.
US 8042
Décapage de la terre végétale, immédiatement au nord de l’escalier d’accès (période 3). Fragments de crâne, adulte.
US 8046
Démolition dans la moitié nord du sanctuaire (période 3). Deux fragments de métatarsiens, adulte.
US 8054
Démolition dans la galerie sud (période 3). Fragment de crâne, diaphyse de fémur, de tibia et de radius ou d’ulna, adulte.
US 8055
Nettoyage au pied de l’ambā. Fragment de diaphyse, adulte.
US 8064
Décapage, périphérie nord de l’ambā (période 3 ?). Fragment de crâne et diaphyses de fémur et d’humérus, adulte.

Fig. 5.87 — Inventaire des ossements humains retrouvés « hors sépultures » (ambā Gabriel)

Notes

1 Sur le terrain, l’équipe de fouille était constituée de Deresse Ayenachew (CRCCH), d’Anne-Marie Jouquand (Inrap), archéologues, et de Bernard Farago-Szekeres (Inrap), anthropologue ; secondée par des ouvriers recrutés dans le voisinage. Plusieurs membres de la mission et des amis archéologues en visite sont ponctuellement venus renforcer l’équipe : Bertrand Hirsch, Catherine Cormier, Patricia Mornais et Jacques Pernaud. L’ensemble des plans ont été réalisés par Régis Bernard (Inrap), topographe de la mission. Le traitement du mobilier a été effectué sur place sous la direction de Catherine Cormier (SRA Poitou-Charentes) en 2000 puis Kristell Chuniaud (Inrap) en 2001 qui a ensuite pris en charge l’étude globale de la céramique de l’ambā. Le petit mobilier a été étudié par Bertrand Poissonnier (Inrap-CRCCH) avec la collaboration de Kristell Chuniaud et Anne-Marie Jouquand.

2 Les travaux sur le terrain ont été limités à quatre semaines en 2000 et six semaines en 2001.

3 Visite du site par Anne-Marie Jouquand en février 2002.

4 Le résultat complet de la datation de cet échantillon est : 1530-1560 AD et 1630-1680 AD et 1740-1800 AD et 1940-1950 AD. Les deux possibilités désignant la seconde moitié du XVIIIe siècle et le milieu du XXe siècle ne peuvent être retenues.

5 Briois & Midant-Reynes, 2000 : 30-35 ; voir aussi plus loin la contribution de S. Hinguant, « L’assemblage lithique du tumulus de Mesḥāla Māryām et de l’ambā Gabriel ».

6 Le tumulus de Tater Gur est l’un des sites fouillés lors de la campagne 2000, à proximité de Mesḥāla Māryām. Sa publication est actuellement en cours.

7 Joussaume, 2007.

8 Joussaume, 2007.

9 Joussaume, 2007.

10 Cette information est assurée pour M3, M4, M5, M1 et la portion est de M2 directement posés sur l’ambā.

11 Voir ci-dessous la contribution de Bertrand Poissonnier, Kristell Chuniaud, Anne-Marie Jouquand, « L’étude du petit mobilier de l’ambā Gabriel ».

12 Voir ci-dessous les contributions de B. Poissonnier, « Le petit mobilier de l’ambā Gabriel », et de M.-L. Derat & E. Fritsch, « Une lecture architecturale et liturgique du plan du Gabriel ».

13 Voir ci-dessous les contributions de B. Poissonnier, « Le petit mobilier de l’ambā Gabriel », et de K. Chuniaud, « L’étude des céramiques des fouilles du Manz ».

14 Le parement externe est en cours d’éboulement mais, entre M3 et le « lambeau » de M7, le sol se présente comme ailleurs dans la galerie. Il s’agit bien d’un espace couvert. Ces observations incitent à restituer une galerie ceinturant entièrement l’édifice. Nous pensons, mais il n’y a pas de certitude, que la lacune du plan dans l’angle nord-est a pour origine un éboulement du rocher.

15 Jeu employant des fèves ou des cailloux à distribuer dans des trous.

16 Voir chapitre suivant, « Une lecture architecturale et liturgique des ruines de Gabriel ».

17 Voir ci-dessous la contribution d’Emmanuel Fritsch et Marie-Laure Derat, « Une lecture architecturale et liturgique des ruines de Gabriel ».

18 Sépultures S05, S22, S23, S35, S39, S40, S63 non localisée, S82, S83, S84, S86 et S87.

19 S01, S02, S09, S14, S16, S30, S33, S42 et S49 non fouillée.

20 S18, S29, S56, S57 et S59.

21 Pierre à la tête : S45, S47 et S50 ; pierre aux pieds : S12, S20 et S41 ; pierre à la tête et aux pieds : S21.

22 Le piètre état de conservation des ossements ne permet cependant pas de déterminer s’il s’agit de deux corps déposés en même temps ou si au contraire, les défunts ont été inhumés successivement, ce qui impliquerait une réouverture de la tombe.

23 S03, S04, S06, S10, S13, S15, S17, S31, S44, S46, S48 et S51.

24 S05, S07, S13bis, S17bis, S39, S43, S52, S54, S55, S63 et S85.

25 S07, S43, S51 et S58 non fouillée.

26 Parmi les 23 tombes « non orientées », 11 appartiennent plutôt à des adultes et 12 sont celles d’enfants. Bien que ces derniers semblent majoritairement allongés tête au sud (7 cas), leur corps peut néanmoins reposer selon toutes les autres orientations possibles.

27 Sur les 43 tombes fouillées, la position des membres inférieurs reste inconnue dans 9 cas (sépultures tronquées ou reconnues par leur seule moitié céphalique) ; d’après la position des fémurs, ils sont en extension, sans précision supplémentaire, dans 5 cas (tibias et pieds disparus) ; les pieds sont véritablement joints dans 29 cas. Seul un bébé, S09, a été déposé genoux fléchis sur le ventre.

28 Pied droit sur pied gauche : S13, S17, S31. Pied gauche sur pied droit : S17bis, S44, S45, S46, S48.

29 La question est certes des plus banale, mais rappelons que nous ne disposons ici d’aucun corpus de référence sur les pratiques funéraires médiévales en Éthiopie.

30 Cette coupelle n’a pas été localisée lors de la fouille : elle n’a en tout cas pas été retrouvée au niveau des ossements et provient de la terre qui comblait la tombe.

31 Il s’agit bien là du nombre de fragments découverts, et non pas du nombre de coupelles auxquelles ces fragments appartiennent.

32 Huit tombes contiennent un squelette en place et quelques ossement surnuméraires. Dans la moitié des cas, S4, S16, S50 et S56, la fouille a effectivement montré que ces ossements appartiennent bien à des sépultures recoupées. Pour la quatre autres, S06, S15, S20 et S31, l’environnement de ces tombes n’a pas été totalement exploré.

33 L’accès principal par la porte occidentale n’a été obturé que tardivement par une petite tombe d’enfant superficielle (S01) et aucune tombe n’est installée ni dans la porte méridionale de l’église, ni dans la porte de communication entre nef et sanctuaire.

34 Sépultures S22, S23, S39, S82, S83 et S84.

35 Rappelons que la nef n’a pas été intégralement fouillée : le plan d’ensemble ne signale que les tombes repérées.

Table des illustrations

Légende Fig. 5.1 — Vue du nord-ouest de l’ambā Gabriel
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 5.2 — L’ambā Gabriel avant la fouille en 2000 avec l’équipe
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 5.3. Plan général des vestiges de l’ambā Gabriel, toutes périodes confondues, et localisation des coupes stratigraphiques
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 5.4 — Remblayage du site de l’ambā Gabriel après la fouille en 2001
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 5.5 Plan général de la période 1 du site de l’ambā Gabriel
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 5.6 — Coupes stratigraphiques A/B et C/D de l’ambā Gabriel
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 5.7 — Vue depuis le nord du sondage à l’extrémité ouest de la coupe stratigraphique A/B (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 5.8 — Vue depuis le sud de l’effondrement du sol de la galerie (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 5.9 — Vue de F10 en fin de fouille depuis l’est (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 5.10 — Vue depuis le sud du comblement qui scelle F10 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 5.11 — Vue depuis le sud de l’un des crânes présents dans le comblement de la fosse F10 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 5.12 — Relevé de la fosse F10 (ambā Gabriel) et proposition d’interprétation
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 5.13 — Vue de l’angle nord-ouest de l’ambā Gabriel
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 5.14 — Prisme F14 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 5.15 — Prisme F15 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 5.16 — Prisme F19 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 5.17 — Plan général de l’église Gabriel, période 2
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 5.18 — Restitution de la topographie naturelle de l’ambā Gabriel
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 5.19 — Vue de la baie F25 depuis l’est (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 5.20 — Détail du piédroit nord de F25 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 5.21 — Vue de détail du parement de M4 et de l’interruption F36 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 5.22 — Vue depuis l’ouest du seuil F9 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 5.23 — Vue de détail du parement de M1 au nord du seuil F9 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 5.24 — Vue de détail depuis le sud de l’aménagement en bois du seuil F9 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 5.25 — Vue de détail depuis l’ouest de l’aménagement en bois du seuil F7 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 5.26 — Vue depuis le sud du parement externe de M4 à l’est du seuil F7 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 5.27 — Vue depuis l’est de M2. On remarque les blocs assisés faisant saillie sur le parement externe, à l’est de F8 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 5.28 — Vue depuis le sud de la pièce 2 en cours de fouille (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 5.29 — Vue des blocs de démolition retrouvés dans la Pièce 2 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 5.30 — Mobilier retrouvé sur le sol du maqdas (US 8021), relevé et photos de détail (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 5.31 — F1, localisation, coupe, plan et photo en fin de fouille (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 5.32 — Vue du jeu de gabatā grave sur le rocher en contrebas de l’ambā Gabriel
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 5.33 — F22, localisation, coupe, plan et photos (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 5.34 — Vue de détail de la petite citerne aménagée sur le chemin d’accès à l’église d’Ašeten Māryām
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 5.35 — Vue de l’escalier F35 depuis le sud (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 5.36 — Vue de l’ambā Gabriel depuis le nord-est
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 5.37 — Vue depuis l’ouest de l’espace compris entre M11 et M8, à l’angle nord-est de l’ambā Gabriel
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 5.38 — Sépulture S60, vue de l’est (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 5.39 — Sépulture S62, coupelles posées au pied de la tombe (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 5.40 — Cercueil monoxyle dans la nef, vue de l’est (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 5.42 — Sépulture S62, relevé et description de la tombe (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 5.43 — Sépulture S08, relevé, photographies et description de la tombe (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 5.44 — Sépulture S37, relevé et description de la tombe (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 5.45 — Sépulture S61, relevé et description de la tombe (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 5.46 — Position particulière des pieds dans la tombe S60 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 5.47 — Plan général période 3 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 5.48 — Vue depuis le sud-est de l’ambā Gabriel
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 5.49 — Vue de F6 depuis l’est (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 5.50 — Coffre de pierres d’adulte, 516 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 5.51 — Nouveau-né inhumé dans un coffre de pierres, S09 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 5.52 — Sépulture S50 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 5.53 — Sépulture S21 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 5.54 — Sépulture S13 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 5.55 — Sépulture S31 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Tabl. 5.1 — Position des membres supérieurs (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 5.56 — Sépulture S47 : coupelle retrouvée aux pieds du défunt (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Tabl. 5.2 — Données biologiques (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 5.57 — Répartition spatiale des tombes, période 3 (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 5.62 — Sépultures S10 et S11, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 5.65 — Sépulture S15, relevé et description de la tombe (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 5.66 — Sépulture S16, relevés et description de la tombe (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 5.68 — Sépultures S18, S19 et S20, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 5.69 — Sépulture S21, relevés, mobilier et description de la tombe (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 5.74 — Sépultures S32, S34, S35, S36, S38 descriptions des tombes et S39 relevé et description de la tombe (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 5.76 — Sépultures S43 et S44, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 5.77 — Sépultures S45 et S46, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 5.78 — Sépulture S47, relevé, mobilier et description de la tombe (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 5.80 — Sépulture S50, relevés, mobilier et description de la tombe (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 5.81 — Sépultures S51 et S52, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 5.82 — Sépultures S53 et S54, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 5.84 — Sépultures S57 et S58, relevés et descriptions des tombes (ambā Gabriel)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/871/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

Auteurs

Archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), Tours, et membre du laboratoire Archéologie et Territoires (UMR 6173 CITERES, CNRS et université de Tours)

Anthropologue physique à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), Poitiers

Assistant professor au département d’histoire et gestion du patrimoine de l’université de Dabra Berhan en Éthiopie

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable