Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gabriel, une église médiévale d’Éthiopie

 | 
Marie-Laure Derat
, 
Anne-Marie Jouquand

3. Le « camp royal » : structures et archéologie comparée

Pascal Lotti, Frédéric Champagne, Bertrand Poissonnier et Stéphan Hinguant

Résumé

Ce chapitre présente les fouilles réalisées à Mesḥāla Māryām sur le site considéré comme étant le « camp royal » et conservant, d’après la tradition orale, des vestiges d’une installation royale au xve siècle. Les structures fouillées sont décrites par ordre de grandeur, d’abord les complexes rassemblant plusieurs structures, puis les structures isolées — y compris un tumulus éventré. Les observations réalisées lors des fouilles sont ensuite mises en regard avec des observations faites sur une maison de prêtre, peut-être construite au cours du XIXe siècle et qui offre de nombreux points de comparaison avec les structures du « camp royal ».

Texte intégral

1Le « camp royal » de Mesḥāla Māryām se présente comme une légère éminence quasi circulaire d’une vingtaine d’hectares où se dresse au centre l’église actuelle de Raphaël. Délimité au sud par un profond canyon où coule la rivière Emmazawā, il domine le paysage alentour de quelques mètres. Le pourtour est matérialise par un muret en pierres sèches qui suit à peu près la rupture de pente. D’une hauteur variant de 0,20 m à 1 m, ce dernier n’est pas continu et fait office, au nord de l’église, de mur de terrasse. Il est constitué de une à cinq assises de moellons de moyenne dimension. Plusieurs entrées en chicane ont été reconnues.

2Ce qui frappe tout d’abord en ce lieu, c’est l’exubérance de la végétation. En effet, l’ensemble de ce territoire, propriété de l’église de Raphaël, est planté d’oliviers et de genévriers dont les troncs atteignent souvent un mètre de diamètre et parfois plus, indiquant des arbres vraisemblablement pluricentenaires. Considérés comme sacrés, leur exploitation est interdite. Cette végétation abrite les ruines de trente et une « structures » isolées, plus ou moins bien conservées et réparties inégalement autour de l’église entourée d’un mur d’enceinte (Fig. 4.1). Les vestiges se présentent sous des formes variées : cercles de pierres partiellement enfouis dans l’herbe et recouverts de mousse et d’arbustes (Fig. 4.2) ; certains dessinent des lignes de plusieurs mètres de longueur et évoquent des murets ; d’autres forment de simples amas de pierres. À ces structures simples s’ajoutent quatre « enclos complexes » qui associent des enceintes emboîtées ponctuées de cercles de pierres qui évoquent des unités organisées.

Fig. 4.1 — Plan général du « camp royal » de Mesḥāla Māryām aux abords de l’église contemporaine de Raphaël

  • 1 Hirsch & Poissonnier, 2000 : 59-87.
  • 2 Sur le terrain, l’équipe de fouille du complexe 1 était constituée lors de la campagne 1999 de Pasc (...)

3À l’occasion de la première prospection réalisée en 1998, un sondage, effectué par Bertrand Poissonnier dans l’un de ces ensembles (complexe 4) situé à 35 m au nord de l’église actuelle, avait permis de mettre en évidence une maison circulaire construite à partir d’une ossature de bois ancrée dans le sol ceint d’un mur de clôture. Ces observations, publiées à la suite de ces premières recherches de terrain, ne sont pas intégrées dans ce présent ouvrage1. Compte tenu du bon degré de lisibilité de ces vestiges, il a été jugé opportun, dans le cadre des campagnes suivantes (1999 à 2001), d’aborder l’un des enclos les plus vaste du site (complexe 1), de surcroît potentiellement rattaché, aux yeux des habitants actuels du lieu, au palais du roi Ba’eda Māryām. Pour les structures isolées, il a été fait le choix d’effectuer des sondages ponctuels et, lorsque cela était possible, des dégagements complets. Les efforts de la campagne de fouille 2001 ont plus particulièrement porté sur deux des structures circulaires localisées au sud-est de l’église (Str. 300 et 301)2.

Fig. 4.2 — Vue de la structure 315 (Mesḥāla Māryām) avant la fouille

  • 3 Afin de ne pas mélanger le mobilier, les US rencontrées dans les sondages effectués en 1999 ont été (...)

4Les vestiges mis au jour lors de ces campagnes successives ont été enregistrés de manière classique. À la numérotation des unités stratigraphiques (US) est venue s’ajouter celle des faits (F). Les vestiges isolés ont été définis sous le terme générique de « structures » (Str.)3.

La fouille du complexe 1 (Pascal Lotti)

Historique et méthode des interventions archéologiques

5Cet ensemble d’enclos accolés, distant d’environ 75 m de l’actuelle église de Raphaël, est localisé sur la frange nord-est du « camp », et son flanc oriental se développe en partie dans une zone en forte pente. Les murets étaient bien visibles sous la végétation. Le complexe 1 était présenté par la tradition orale soit comme l’emplacement des appartements royaux, soit comme la maison de l’un des prêtres de l’église initiale, ou bien encore comme le lieu du banquet.

Fig. 4.3 — Plan général du complexe 1 (Mesḥāla Māryām)

6Lors de la première mission de 1999, une tranchée longue de 31 m pour 1 m de large ainsi que deux sondages ont été réalisés de façon à tester l’ensemble des sous-espaces, plus ou moins apparents, résultant d’une compartimentation complexe de cet enclos (Fig. 4.3). La coupe stratigraphique A/B a été relevée à cette occasion (Fig. 4.4). La fouille a été réalisée par une suite de décapages à la truelle visant à identifier les différentes unités stratigraphiques, le mobilier étant systématiquement relevé en plan (Annexe 2.1). Celles-ci ont été enregistrées classiquement (description et interprétation) et les vestiges construits ont été enregistrés en tant que fait (F). Les différentes zones délimitées par ces structures ont reçu un numéro d’espace afin de simplifier 1’expose. Au terme de cette première campagne de fouille, il est apparu que si les vestiges étaient dans l’ensemble bien conservés, en revanche la stratigraphie avait beaucoup souffert des bioturbations liées, entre autres, à la présence de nombreux genévriers géants. Ces premières observations ont permis d’orienter les investigations, pour les deux missions suivantes, vers la fouille en aire ouverte, afin de pouvoir appréhender les vestiges sur la surface la plus vaste possible (Annexe 2.2). Le relevé systématique du mobilier a été abandonné car il était devenu évident qu’il n’apporterait pas d’information complémentaire pour la compréhension et l’analyse des vestiges.

Fig. 4.4 — Coupe stratigraphique A/B (Mesḥāla Māryām)

7La seconde mission réalisée en 2000 s’est focalisée sur la partie sud-ouest de l’enclos où le diagnostic préliminaire avait permis de déceler la présence de bâti alliant des murs en pierres et un mur de terre à ossature de bois. Par ailleurs, un sondage négatif (rocher en place sous 10 à 20 cm de sédiment très perturbé), sous la forme d’une tranchée, a également été pratiqué dans l’espace 11.

8L’ultime campagne de fouille de 2001 a permis d’achever la fouille de la partie « résidentielle » de cet ensemble et d’une partie de l’espace 10 où une structure de combustion a été mise au jour (F44). La fouille des abords immédiats de cette structure a confirmé la faiblesse de la stratigraphie et son extrême perturbation dans la partie nord de l’enclos ; dès lors, le reste des vestiges situés sur la partie sommitale du plateau ont simplement été nettoyés afin de rendre lisibles l’ensemble des murs. Enfin, lors de ces deux dernières missions, le relevé pierre à pierre de la partie sud-ouest de l’enclos a été réalisé.

Une première occupation mal cernée

9Ce vaste ensemble bâti est construit sur une zone qui a déjà connu une occupation humaine structurée, comme en témoignent les vestiges mis au jour dans la partie sud de l’enclos (F42, F43, F43 bis, F50 et peut-être F51). Il s’agit d’alignements, souvent discontinus, de fragments de prismes en basalte qui sont apparus noyés dans un sédiment argileux scellé par les niveaux d’occupation associes a l’habitat médiéval postérieur (Fig. 4.5). Cette première phase de construction, extrêmement ténue, n’a pas été décelée lors du sondage initial. L’interprétation de ces vestiges n’est pas aisée et rien n’assure d’ailleurs qu’ils soient synchrones. Aucun plan cohérent ne se dégage. Tout au plus peut-on émettre l’hypothèse que F42 soit associé, comme le suggère sa courbe, à une construction circulaire presque entièrement récupérée. Il s’agit en effet du seul élément qui puisse être interprété comme un mur ; il conserve, à son extrémité orientale, un double parement en tout point comparable à ceux mis en œuvre dans les bâtiments postérieurs.

10Le sondage réalisé en 1999 n’ayant pas mis en évidence de niveaux archéologiques en place associés à ces structures, on a fait le choix de ne pas poursuivre la fouille au-delà de leur niveau d’apparition (Fig. 4.4). Il est toutefois probable qu’une partie du mobilier contenu dans les couches faiblement anthropisées recouvrant le substrat rocheux soit liée à cette première occupation.

Fig. 4.5 — Plan de détail des vestiges antérieurs au complexe 1 (Mesḥāla Māryām)

L’occupation principale

• Un plan complexe

  • 4 Les murs F53 et F23 prennent appui contre le mur F36.
  • 5 Successivement délimités par les murs F20 et F53 construits sur une rupture de la pente, puis F23.

11Les limites générales de cet ensemble définissent une aire subcirculaire d’environ 40 m de diamètre, scindée en de nombreux espaces (Fig. 4.3). La fouille a permis de démontrer, en observant les contacts entre les différents murs4, que ce vaste périmètre résultait de la juxtaposition de plusieurs espaces. En effet, à un enclos principal ovoïde situé sur la partie sommitale délimitée par les murs F11, F52 et F36 viennent successivement se greffer, vers l’est, deux autres espaces localisés dans la pente5. Au vu de la déclivité de cette zone, il semblait dès le démarrage de la fouille qu’il s’agissait de secteurs « annexes ». L’absence de structures observée dans l’espace 13 pendant les sondages réalisés en 2000, puis en 2001 lors de la fouille d’une surface plus importante dans l’espace 9, corrobore cette impression initiale. On observera toutefois que l’une des trois entrées mises en évidence (entrée 1) permettait un accès direct à cet espace depuis l’extérieur. L’enclos principal est lui-même divisé en deux secteurs principaux par le mur F15 qui s’appuie contre les murs périphériques F1l et F36. Au sud de celui-ci, l’espace est partiellement cloisonné et occupé par deux bâtiments ; il constitue vraisemblablement la partie « résidentielle » de l’ensemble. Le secteur situé vers le nord, au-delà du mur F15, est très largement cloisonné et de fait subdivisé en de multiples espaces de taille très variable et dont la seule structure « domestique » mise au jour est un four (F44). Il s’agit donc sans nul doute d’un secteur connexe à la partie résidentielle de l’enclos.

12Les murs périphériques élaborés avec des fragments de prisme de basalte présentent un seul mode de construction ; d’une largeur comprise entre 1 et 1,50 m, ils sont dotés de parements très irréguliers de blocs bruts, moyens et grands, dont les éléments les plus longs, pouvant approcher le mètre, sont disposés à plat. Le blocage interne est invariablement réalisé à l’aide de terre qui inclut sporadiquement des petits fragments de basalte et du mobilier archéologique. Leur état de conservation est assez inégal : on note une élévation maximale d’une cinquantaine de centimètres pour les murs situés sur le plateau, avec deux à trois assises en place, tandis que, dans la pente, seule la première assise est conservée. Ces murs très largement récupérés et bouleversés en maints endroits par de gros arbres pouvaient donc, compte tenu de l’épaisseur de leur base, s’élever sur plusieurs mètres de hauteur. Ce mode de construction se retrouve à l’identique pour les murs cloisonnant l’espace interne de l’enclos, avec toutefois un emploi moins fréquent de blocs de grande dimension.

13Parmi les trois accès observés, deux sont construits avec soin et s’ouvrent sur le plateau (entrées 1 et 2). Larges de 0,70 à 0,80 m, ces entrées présentent des piédroits réguliers (Fig. 4.6). Le troisième accès reconnu (entrée 3) est situé entre les murs F52 et F36. Il ménage une ouverture large de 1 m environ. Cette ouverture est la seule qui permette d’accéder à l’enclos depuis la zone située légèrement en contrebas de la partie sommitale du plateau.

Fig. 4.6 — Vue de l’entrée 2 depuis l’espace 6 (Mesḥāla Māryām)

• À l’est : des enclos pour le parcage des animaux ?

14Les deux espaces situés dans la pente, à l’est (espaces 9 et 13), n’ont fait l’objet que d’une fouille partielle menée en deux temps (cf. supra). Le mur médian les séparant (F20) est installé immédiatement au-dessus d’une rupture de pente marquant un accroissement de la déclivité.

  • 6 Sondage 1 : US 1042 ; sondage 2 : US 1045.
  • 7 On peut légitimement estimer que le couvert forestier ancien était largement plus développé et que (...)

15Dans l’espace 9, les deux sondages réalisés au contact du mur F20 ont livré une stratigraphie très réduite ; sous une line couche d’humus, une couche de terre faiblement anthropisée, d’une épaisseur comprise entre 5 et 30 cm6, repose directement sur le substrat (basalte altéré). La relation entre ces sédiments et le mur est mal assurée ; toutefois il semble peu probable que l’installation de l’enclos se soit effectuée après un nettoyage préalable du rocher7 et que ces couches se soient accumulées postérieurement contre l’élévation. Il est beaucoup plus vraisemblable que le mur ait été légèrement ancré dans le sol primitif, a fortiori dans une pente. L’hypothèse retenue est que les couches contemporaines de l’occupation de l’enclos ont ici été complètement érodées. Dans le sondage 2, les vestiges d’un foyer sommaire (F22) ont été découverts scellés par l’US 1045. Il est construit à l’aide de petits blocs de basalte disposés en arc de cercle (US 1047), posés directement sur le substrat et qui limitent une couche faiblement charbonneuse (US 1048).

  • 8 La stratigraphie se décompose ici de la sorte : l’US 2065 correspond au décapage de l’humus ; l’US (...)

16La fouille menée dans l’espace 13 a été effectuée dans le secteur le moins en pente, au contact de l’angle formé par les murs F21 et F36. Ces investigations n’ont pas apporté d’information directe au sujet de son utilisation en raison de l’absence d’aménagement interne et du peu de mobilier céramique, très fragmenté, recueilli8.

17La topographie de cette zone n’étant aucunement propice au déroulement d’activités domestiques ou artisanales, on peut raisonnablement émettre l’hypothèse d’un secteur principalement destiné à parquer des animaux.

• Au nord-ouest, une zone d’activités domestiques ?

18Cette zone est divisée en plusieurs espaces de surface très variable par une série de larges murs inégalement conservés (F45, F46, F47, F49 et F54), dont le mode de construction, cela a été dit, est globalement analogue à celui des murs périphériques (Fig. 4.3). Ils s’accolent, quand cela a pu être vérifié, aux murs matérialisant le périmètre de la zone.

  • 9 Pour l’espace 6, la stratigraphie se décompose de la façon suivante : l’US 2060 correspond au décap (...)

19Aux abords du mur F15, qui sépare ce secteur de la zone « résidentielle » méridionale, sont situés trois espaces globalement triangulaires (espaces 6, 7 et 8). Ils sont, du fait de leur forme et de leur surface réduite, très énigmatiques. Seuls les deux premiers ont fait l’objet d’une fouille intégrale, qui n’a pas apporté d’information pertinente au sujet de leur fonction9. La stratigraphie ne permet pas ici d’affirmer si la création de ces espaces est contemporaine du reste de l’occupation. Toutefois, si les murs sont effectivement construits après les murs principaux de l’enclos, rien n’indique qu’ils le furent après son abandon, au moment d’une éventuelle réoccupation des lieux qui, en outre, n’aurait été perçue nulle part ailleurs. Devant ce manque d’arguments, on a retenu l’hypothèse qu’ils participent dès l’origine à l’organisation interne de l’ensemble. En plus de ces premières difficultés, l’analyse de ce plan se heurte également à l’absence totale de passage entre ces espaces. Seul l’espace 6 est doté d’une entrée bien élaborée (entrée 2) qui permet un accès depuis l’extérieur de l’enclos.

  • 10 Pour l’espace 10, on note là encore une stratigraphie très simple : l’US 2067 correspond au décapag (...)

20La partie septentrionale de cette zone est occupée par les espaces 10 et 11 qui adoptent des plans plus « classiques ». Ils communiquent entre eux par un passage situe entre l’extrémité nord du mur F54 et le mur périphérique F52, à proximité immédiate de l’entrée 3. L’espace 11 n’a pas été fouillé en raison de la faible couverture sédimentaire recouvrant le rocher. La fouille de l’espace 10, centrée sur la structure de combustion F44, n’a pas permis d’apporter d’information complémentaire10.

  • 11 Sépulture 3, non datée ; son installation dans la structure est opportuniste, le double parement de (...)
  • 12 Le mobilier a été regroupé lors de l’étude céramique sous l’US 2073, voir plus loin la contribution (...)

21Il s’agit d’une structure circulaire d’un diamètre moyen de 2,40 m, matérialisée par une double couronne de fragments de prismes de basalte qui délimite une aire de chauffe de 1,40 m de diamètre (Fig. 4.7 et 4.8). À l’ouest, cette construction est dotée d’une ouverture large d’une trentaine de centimètres qui est encadrée par deux fragments de prismes basaltiques disposés de chant. À proximité immédiate se trouve un siège (F48) élaboré à l’aide de deux fragments de basalte de taille inégale, le plus grand servant de dossier (Fig. 4.9). À l’opposé, le double parement est très partiellement détruit par le creusement d’une sépulture postérieure11. La structure n’est pas dotée d’une sole construite, l’aire de chauffe est juste excavée d’une quinzaine de centimètres par rapport aux niveaux de circulation voisins. Elle est recouverte par une épaisse couche de charbon de bois (US 2090), elle-même scellée par une fine lentille de nodules de terre rubéfiée (US 2089). L’abandon de la structure est marqué par le rejet de très nombreux fragments de céramique (1 000 tessons) mêlés à une couche de terre incluant de nombreux nodules de terre rubéfiée et du charbon de bois (US 2086)12.

Fig. 4.7 — Vue de F44 (Mesḥāla Māryām)

Fig. 4.8 — Plan et coupes de détail de F44 (Mesḥāla Māryām)

Fig. 4.9 — Vue générale de F48 et de F44 depuis le sud (Mesḥāla Māryām)

22L’hypothèse d’un simple foyer ouvert ne semble pas devoir être privilégiée, en effet si aujourd’hui les foyers dans les fermes alentour sont délimités par de bas murets en terre, ceux-ci sont continus. Par ailleurs la présence d’une ouverture encadrée par deux prismes faisant office de piédroit évoque l’ouverture d’un four. Il reste toutefois difficile, dans cette hypothèse, de restituer l’élévation de la voûte même s’il apparaît vraisemblable qu’elle ait été construite en terre sur une ossature de bois, dont la base aurait pu être calée entre les deux ceintures de pierres. La fine couche de terre rubéfiée (US 2089) pourrait en être l’ultime vestige ; elle ne comportait toutefois aucun agrégat de terre rubéfiée évoquant une paroi de four.

  • 13 Voir plus loin la contribution de Kristell Chuniaud, « L’étude des céramiques des fouilles du Manz  (...)

23La fonction de cette structure est encore moins évidente à déterminer : est-elle liée à un usage strictement domestique (dans le sens culinaire) et/ou destinée à la cuisson de céramique ? Il est en effet tentant de voir dans l’importante quantité de tessons, provenant pour la plupart de vases brisés sur place ou pour le moins à proximité immédiate, dans la couche d’abandon de la structure, un rejet de ratés de cuisson. L’analyse minutieuse des fragments n’a pas permis de trancher entre les deux hypothèses car aucun tesson ne présente de trace de « surcuisson » ou de déformation13.

• Au sud, le secteur résidentiel

24Les seuls bâtiments identifiés dans l’ensemble de l’enclos sont situés dans ce secteur (Fig. 4.10). Ce dernier adopte une forme en goutte d’eau légèrement aplatie dont les dimensions maximales sont de 21 m d’est en ouest pour un peu moins de 15 m du nord au sud. Aucun seuil permettant d’y accéder n’a été repéré. Son extrémité occidentale est occupée par un petit bâtiment quadrangulaire adossé au mur périphérique (bâtiment 2) qui s’ouvre sur une petite cour (espace 4) séparée du reste de la zone par un puissant mur. La partie principale est occupée par un bâtiment circulaire (bâtiment 1) situé au centre d’une cour plus vaste (espace 3).

25C’est dans cette partie de l’enclos, la plus épargnée par le lessivage des sols, que la stratigraphie est la mieux préservée et perceptible (annexe 2.2). Les couches liées à la destruction des murs ont scellé des niveaux d’occupation mieux marqués, quoique ténus, et plus riches en mobilier que dans les autres zones. Ils étaient bien lisibles dans les deux constructions, notamment dans le bâtiment circulaire où ils étaient recouverts par une couche d’incendie marquée par la présence de nombreux agrégats de terre rubéfiée issue de la cloison intérieure.

  • 14 Diamètre de 0,20 m, apparemment non doté de calage, il n’a pas été démonté et réenfoui comme le res (...)

26Le bâtiment 1 est une construction circulaire de 8,50 m de diamètre, dotée de deux murs concentriques et d’un poteau central14 (F25) (Fig. 4.11). Une ouverture d’une largeur de 2,50 m est située à l’ouest. Le mur externe élaboré en pierres montre deux modes de construction. Vers le nord, depuis le seuil et jusqu’au sud-est, à hauteur du mur de refend F27, la construction est relativement hétérogène (F13-F14). Si sa partie occidentale est presque entièrement détruite et se résume à un alignement disparate de pierres, il est par ailleurs bien conservé. À l’est, là où il est le plus large (0,50 à 0,60 m), il est constitué de deux à trois assises de petits fragments de prismes de basalte dont la base est partiellement enterrée. Au nord, son épaisseur diminue (entre 0,30 et 0,60 m), sa base est construite à l’aide de blocs de basalte disposes de chant tandis que la partie supérieure montre des assises irrégulières de petites pierres blanches. La construction est uniformément liée à la terre. L’élévation maximale observée est de 0,48 m.

Fig. 4.11 — Vue générale du bâtiment 1 (Mesḥāla Māryām)

Fig. 4.10 — Plan de détail de l’ensemble résidentiel dont les bâtiments 1 et 2 (Mesḥāla Māryām)

Fig. 4.12 — Vue de détail de la jonction des murs F30 et F28 (Mesḥāla Māryām)

27La seconde partie du mur (F28) est beaucoup plus homogène (Fig. 4.12), elle est uniformément construite à l’aide de petites pierres blanches irrégulièrement assisées et liées à la terre, qui reposent sur une première assise de prismes partiellement enterrés. Sa largeur varie de 0,30 à 0,40 m pour une élévation conservée sur une moyenne de 0,45 m. À la hauteur de l’entrée, son extrémité nord amorce un retour à angle droit vers l’intérieur du bâtiment sur 0,50 m de long (Fig. 4.13). Dans l’angle ainsi formé, trois fragments de prismes de basalte sont disposés à plat (F41). Enfin, notons que le tracé de F28 présente une petite interruption (0,30 m) immédiatement à l’ouest du puissant mur F30 qui scinde la cour en deux, et son extrémité orientale se prolonge jusqu’au refend F27 (espacement de 0,30 m).

Fig. 4.13 — Vue de détail du retour observé à l’extrémité de F28 et de l’aménagement F41 (Mesḥāla Māryām)

Fig. 4.14 — Vue de détail de la cloison interne F37-F19 (Mesḥāla Māryām)

  • 15 L’un de ces piquets a été prélevé afin d’effectuer une datation par radiocarbone : le résultat est (...)

28La cloison interne, discontinue (F19 au nord et F37 au sud), délimite une pièce circulaire de 4 m de diamètre environ. Elle est construite à partir d’une ossature de bois enduite de terre, comme en témoigne la base de nombreux piquets carbonisés mis au jour15 (section circulaire à ovalaire, dimensions variables avec un maximum de 5 x 10 cm) (Fig. 4.14). Ce cloisonnement laisse place à deux passages. Le premier, à l’ouest, en face de l’entrée du bâtiment, est large de 1,30 m. Le second, à l’est, semble large d’environ 3 m et débute à hauteur du refend F27. On ne peut toutefois exclure que cette dimension importante soit liée à la disparition totale des vestiges de l’ossature de bois. En effet, un fragment de cloison rubéfiée long d’une vingtaine de centimètres, conservé in situ, a été découvert approximativement au centre de cette ouverture. Enfin une troisième ouverture, large de 1 m, existe probablement vers le nord, à moins qu’il ne s’agisse d’une impression liée à la destruction totale de la cloison.

29La pièce centrale (espace 1) n’est dotée d’aucun aménagement particulier, il en est de même pour le « couloir » périphérique (espace 2). Celui-ci est toutefois cloisonné par le refend F27, un mur de pierre large de 0,50 m construit de manière identique au mur F13, avec lequel il n’est pourtant pas chaîné. On ne peut cependant exclure qu’il s’agisse d’un rajout. La largeur somme toute modeste des murs suggère une élévation d’une ampleur relativement faible, peut-être rapidement compensée par une forte pente de la toiture. Le sol n’a bénéficié d’aucun traitement particulier.

30La cour ceignant cette maison (espace 3) est également partiellement cloisonnée par un large mur (F30, largeur moyenne de 1,70 m) construit comme les murs principaux de l’enclos. La seule structure présente dans la cour est un possible calage de poteau (F40) adossé au mur F15.

31Le modeste bâtiment 2, légèrement trapézoïdal, s’appuie contre le mur de l’enclos (F12) (Fig. 4.9 et 4.15). Les murs, F31 chaîné à F32 et F33, le ferment sur les trois autres côtes et délimitent une surface interne de 2 à 2,5 m du nord au sud pour 2,50 m d’est en ouest, soit environ 6 m2. Les murs F31 et F32, larges de 0,60 à 0,70 m, sont très soigneusement construits (Fig. 4.16). Ils présentent un double parement de prismes de basalte de taille moyenne disposés à plat. Le blocage est constitué de terre. Un seuil, large de 0,80 m, est localisé au nord-ouest. Il jouxte un petit four mal conservé (F34) accolé au mur F33 (Fig. 4.17). Sa forme vaguement circulaire mesure environ 1 m de diamètre. Légèrement excavé par rapport au niveau de circulation, il conserve encore le départ d’une paroi épaisse d’une dizaine de centimètres. La couche de sédiment chargée de terre rubéfiée qui s’étend vers le sud résulte probablement de sa destruction (US 2019), elle est associée à deux amas de charbon de bois difficilement interprétables (US 2020 et 2021 ; pièces de bois carbonisées in situ ?). Ces couches scellent un niveau de circulation peu marqué qui s’estompe progressivement vers le sud (US 2022). Malgré l’absence d’un abondant mobilier, il faut identifier cet espace comme étant lié à la cuisson des repas.

Fig. 4.15 — Vue générale du bâtiment 2 et de l’espace 4 (Mesḥāla Māryām)

Fig. 4.16 — Vue générale du bâtiment 2 et du foyer F34 (Mesḥāla Māryām)

Fig. 4.17 — Vue de détail du foyer F34 aménagé dans le bâtiment 2 (Mesḥāla Māryām)

32Cette « cuisine » s’ouvre sur une cour (espace 4) limitée par ailleurs par les murs F12, F15 et par le mur F35 qui la séparent très nettement de la zone où est implanté le bâtiment circulaire. Ce denier mur est une construction massive, large de 1,60 m au nord à 1,20 m au sud, identique dans sa réalisation aux murs de l’enclos (Fig. 4.18). Il a peut-être été réalisé en deux temps, comme le suggère son brutal amincissement au contact d’un possible piédroit noyé dans la construction définitive. Sa partie méridionale aurait été rajoutée afin d’isoler un peu plus cet espace de la cour voisine, l’ouverture entre ces deux zones passant alors de 2,50 m à 0,80 m.

Fig. 4.18 — Vue de F35 depuis le sud (Mesḥāla Māryām)

• L’abandon

33Les traces d’un incendie sont clairement perceptibles dans le bâtiment circulaire et à sa périphérie immédiate. Toutefois celui-ci semble avoir eu lieu alors que ce bâtiment était déjà vide. En effet, à l’exception d’un couvercle en céramique oublié au pied de la cloison et d’une cruche ébréchée également en céramique, abandonnée au niveau de l’entrée du bâtiment, aucun vase ou autre témoin matériel de la vie quotidienne ne s’est retrouvé piégé sous les décombres, comme cela aurait pu être le cas si ce bâtiment n’avait pas été déserté. Ce constat est valable pour l’ensemble de l’enclos, même si ailleurs les couches de destruction observées sont plus certainement liées à la récupération d’une partie des murs qu’à un sinistre.

• Conclusion

  • 16 Voir ci-dessous la contribution de Bertrand Poissonnier, « La maison contemporaine d’un prêtre proc (...)
  • 17 Il est alors légitime de s’interroger sur la présence des tombes, peut être reléguées hors de l’enc (...)

34Si de nombreuses questions, comme la restitution dans le détail des élévations, mais aussi celle des accès entre les différents secteurs de l’enclos, et encore celle de la fonction de certains espaces, resteront en suspens, l’interprétation de cet ensemble est cependant moins problématique qu’il n’y paraît. L’absence de tout artefact « luxueux » ou importé, et l’architecture somme toute « rustique » employée permettent a priori d’écarter l’hypothèse d’une résidence royale. En revanche, la contribution de Bertrand Poissonnier concernant la maison de prêtre semble pertinente à ce stade de l’analyse16. Les analogies relevées entre le bâti contemporain sur lequel son étude est menée, qui correspond à la maison d’un prêtre, et celui étudié ci-dessus sont telles qu’elles gomment les quelques variations qui peuvent être observées (dimensions, matériaux, complexité accrue de la partition de l’enclos pour l’ensemble fouillé, cuisine séparée dans la partie résidentielle...). Il est donc clair que tant que l’association entre ce modèle architectural et la fonction religieuse de son commanditaire n’est pas remise en question, l’hypothèse la plus pertinente concernant les vestiges du complexe 1 fouillés lors de ces trois missions est qu’il s’agit de l’habitation d’un prêtre17.

35À propos de la période d’occupation de cet ensemble, la prudence s’impose. La datation radiocarbone réalisée sur l’un des piquets appartenant à l’ossature bois de la cloison du bâtiment 1 offre une fourchette de près de deux cents ans pour l’abattage de l’arbre (360 ± 30 BP, soit de 1448 à 1637 Cal AD (LY 10195)). Une autre datation radiocarbone réalisée à partir de charbons prélevés à proximité du four du bâtiment 2 (US 2020, 2021) présente des résultats identiques (355 ± 30 BP, soit de 1453 à 1635 Cal AD [LY 10236], US). Elles rendent plausible le fait qu’il s’agit bel et bien de la demeure de l’un des premiers prêtres ayant officié dans l’église de Mesḥāla Māryām même s’il est plus probable qu’il s’agisse de celle de l’un de ses successeurs.

Les structures isolées (Frédéric Champagne)

36La zone sud-ouest du camp, délimitée au sud par la falaise surplombant le canyon, est couverte par une végétation particulièrement dense et recèle les vestiges de sept structures circulaires variant de 4 à 7 m de diamètre (Fig. 4.1). Selon les enquêtes orales, ces bâtiments font partie des vestiges du « camp royal » de Ba’eda Māryām et correspondent tantôt à une école traditionnelle de l’église, tantôt à des logements de prêtres ou de soldats. Deux d’entre elles (Str. 300 et 301) ont été entièrement dégagées.

37Les autres vestiges dispersés ont fait l’objet soit de dégagement complet ou partiel, telles les structures 311 et 315, soit de sondages ponctuels afin de vérifier la présence d’une éventuelle stratigraphie. Dans le cadre de l’étude du camp royal, la fouille d’un tumulus très dégradé (Str. 324) a permis de préciser quelques données architecturales sur le monument et de collecter une série d’artefacts lithiques et céramiques probablement en lien avec son utilisation et/ou repris dans les terres du tertre.

38La dispersion des vestiges à l’échelle du camp ne laisse pas transparaître d’organisation très claire mais indique que les abords de l’église ont fait l’objet d’incessants aménagements depuis le Moyen Âge. Ces vestiges sont regroupés sous la forme d’un inventaire sommaire, et seuls les vestiges les mieux conservés sont présentés (Annexe 2.3).

La structure 300 : un espace réservé à l’enseignement ?

39La structure 300 est un cercle de pierres aménagé au pied d’un genévrier particulièrement imposant (plus de 1 m de diamètre), sur lequel il prend appui. Elle se présente comme un double parement de blocs de basalte d’une largeur variant de 0,30 à 0,50 m. La double couronne de pierres, d’une seule assise, repose directement sur le socle basaltique et forme un cercle de 4 m de diamètre (Fig. 4.19). Le comblement interne est composé d’un sédiment brun homogène et meuble d’une épaisseur variant de 0,20 à 0,30 m, perturbé par les racines. Aucune stratigraphie n’y a été reconnue. Comme pour les pierres de parement, il repose directement sur la roche. À l’intérieur de la structure, à environ 0,70 m du tronc de l’arbre, le sédiment est plus cendreux et pourrait correspondre aux restes d’un foyer dont les limites ne sont pas matérialisées. Il est probable que la sécheresse du début de la campagne de fouille ait en partie oblitéré la lecture des sédiments déjà bouleversés par les racines.

Fig. 4.19 — Vue générale de la structure 300 (Mesḥāla Māryām)

40L’interprétation de cette structure reste sujette à caution. Il ne semble pas que cette structure soit les vestiges d’un bâtiment maçonné. En effet, aucune trace de poteau porteur n’a été reconnue, que ce soit sur le pourtour ou à l’intérieur de la structure. De la même façon, il n’y a pas d’interruption dans la circonférence ni de trace d’un accès vers l’intérieur. Le comblement n’a pas non plus livré de bloc de pierre ou d’élément permettant de caractériser la destruction ou l’effondrement d’une superstructure maçonnée. Enfin, le mobilier découvert consiste en quelques tessons de céramique très érodés. Cette indigence du mobilier ne plaide pas en faveur d’une occupation domestique. Il ne faut cependant pas exclure la possibilité d’une couverture légère, en toile ou en branchages. Un tel système ne demande que quelques perches coincées entre les pierres de parement, ces dernières pouvant tout aussi bien prendre appui sur l’arbre qui abrite la structure. Dans ce cas, il est peu probable qu’un tel abri soit pérenne.

41D’après Amesē Sefrāyeču, l’un des dabtarā de l’église de Raphaël, il s’agit là de l’exemple typique d’une structure liée à l’enseignement religieux. Le prêtre se tenait à l’intérieur du cercle de pierres, sous l’arbre, et enseignait aux élèves installés en cercles concentriques autour de lui. Le feuillage persistant de l’arbre protège le prêtre à la fois du soleil et des intempéries. Rien ne contredit cette interprétation mais des éléments de comparaison font cruellement défaut pour étayer cette hypothèse.

La structure 301 : une maison d’habitation modeste

42Il s’agit d’une structure maçonnée circulaire de 6 m de diamètre munie, à l’ouest, d’une ouverture de 0,80 m de large (Fig. 4.20). Le mur est construit en deux parements concentriques. Le parement interne est constitué de prismes basaltiques jointifs légèrement plantés dans le sol (aucune tranchée de construction n’a été reconnue). Les prismes d’une longueur variant de 0,50 m à 1 m présentent une section grossièrement hexagonale. Cette géométrie particulière permet de réaliser une paroi quasiment jointive. Cela se remarque particulièrement au niveau de l’entrée, où le mur est le mieux conservé (Fig. 4.21). Ailleurs, les blocs partiellement effondrés empêchent une restitution exacte du parement originel. Ce premier cercle est doublé par un parement extérieur constitué de blocs de basalte de dimension plus modeste. Ces derniers sont plutôt disposés à plat. La largeur totale du mur varie de 0,60 à presque 1 m et le blocage interne est assuré par de la terre noire argileuse (US 3011). Le comblement supérieur (US 3012) est un sédiment argileux noir 11 qui scelle une couche de gravats sur toute la surface de la maison (US 3013). Les gravats sont constitués de prismes basaltiques couchés et de moellons de moyens et petits modules noyés dans une matrice argileuse jaune. Cette couche contenant quelques fragments de céramique repose directement sur le sol de la maison. Dans l’axe de l’entrée, à environ 1 m de la porte, un trou de poteau et son calage en pierres représentent les vestiges du poteau central de la maison au sommet duquel s’appuyaient probablement les perches de la charpente.

Fig. 4.20 — Vue générale de la structure 301 (Mesḥāla Māryām). On aperçoit à droite de l’entrée de la maison le trou du poteau central ceint d’une banquette circulaire, le foyer situé à gauche de l’entrée et, au fond à gauche, la banquette appuyée contre le mur

Fig. 4.21 — Vue de détail de l’entrée de la structure 301 (Mesḥāla Māryām)

43Le sol (US 3014) est en terre battue. S’il présente encore çà et là des petites surfaces indurées, les perturbations racinaires n’ont pas permis de le reconnaître sur la totalité de la surface du bâtiment.

44Immédiatement à gauche de l’entrée, contre le mur, se trouvent les vestiges d’un foyer surélevé d’environ 0,20 m par rapport au sol de la maison. Délimité du reste de la maison par un petit muret formant un angle droit, il fait environ 1,20 m de large pour une profondeur de 1 m. Le muret est constitué de pierres sèches parfois difficiles à distinguer des gravats qui le recouvrent. Il ne subsiste de la sole qu’un peu de terre rubéfiée, indurée par endroits. Le foyer, comme le sol de la maison, a été perturbé par les racines. Il a livré quelques tessons de céramique érodés et très fragmentés.

45Presque en vis-à-vis de l’entrée, une petite structure maçonnée rectangulaire est appuyée contre le mur (Fig. 4.22). Surélevée d’environ 0,30 m par rapport au sol, il s’agit vraisemblablement d’une banquette. Elle est constituée d’un blocage de cailloux de petites dimensions délimité par trois pierres. Ses dimensions sont de 0,80 sur 0,50 m.

46Aucun trou de piquet ou de potelet pouvant suggérer des étagères ou des partitions internes n’a été reconnu. Il s’agit d’une maison ne comportant qu’une seule pièce. Le poteau central est ceint par un cercle de pierres disposées en long qui forment une banquette circulaire d’un peu moins de 1 m de diamètre (Fig. 4.23).

Fig. 4.22 — Vue de détail d’une petite banquette maçonnée implantée contre le mur périphérique de la structure 301 (Mesḥāla Māryām)

Fig. 4.23 — Vue de détail du poteau central de la structure 301 (Mesḥāla Māryām)

47La structure 301 est une maison circulaire de 6 m de diamètre à poteau unique décentré vers l’entrée. Les seuls aménagements sont un foyer, une banquette maçonnée appuyée contre la paroi et une banquette autour du poteau central. Le seul mobilier consiste en quelques tessons de céramique très fragmentés, des éclats de jaspe et d’obsidienne. La céramique ne présente pas de décor ou de facture particulière permettant de la dater.

48Un des critères permettant de donner une date approximative de son abandon semble être la végétation. Il a été remarqué en effet que des genévriers vraisemblablement pluricentenaires jalonnent le site, certains d’entre eux scellant des vestiges qui sont par conséquent probablement médiévaux. Or, si la totalité des ruines de la série de maisons à laquelle appartient la structure 301 sont maintenant en partie recouvertes d’arbres et d’arbustes, ces derniers n’excèdent pas 0,20 m de diamètre. Par conséquent, ces vestiges circulaires ne sont probablement pas très anciens.

La structure 324 ; un tumulus (Stéphan Hinguant)18

• Architecture et morphologie

49Le monument se situe immédiatement à l’est de l’église actuelle. Seul un léger monticule de terre et de pierres, sous le couvert d’un bosquet de genévriers et d’eucalyptus, en trahissait la présence avant notre intervention. Un amas de blocailles et une excavation en partie comblée étaient par ailleurs visibles dans un grand quart nord-est et au centre de l’ensemble, témoignant que des activités d’extraction de matériaux et une réutilisation comme dépotoir avaient affecté le monument. L’étalement des terres qui couvraient autrefois le tumulus a pu s’observer sur un diamètre d’environ 28 m (Fig. 4.24). L’élévation actuelle du tumulus n’est ainsi que de 1,50 m maximum, traduisant la forte érosion qu’il a subie depuis son édification. Afin d’apprécier au mieux la morphologie du tertre et de la chambre funéraire, une tranchée de sondage de 3 m de large a été effectuée au milieu du tumulus selon un axe est-ouest. Une tranchée supplémentaire, perpendiculaire, a par ailleurs permis de retrouver la limite extérieure nord du monument d’origine, au-delà de la carrière récente. Au centre du monument, et sitôt identifiés les premiers témoins encore en place, des sondages manuels ont enfin permis de préciser les caractéristiques architecturales du tumulus et de sa chambre comme de collecter l’essentiel du mobilier archéologique.

50Formant une auréole d’environ 20 m de diamètre, la limite externe originelle du tumulus est marquée par un mur de pierres sèches d’un mètre de largeur en moyenne, construit avec de gros fragments de blocs basaltiques. Au niveau des sondages, seule une assise de blocs était conservée. De place en place, cette auréole a été identifiée à la surface du sol actuel sur le pourtour du tumulus, permettant sa restitution. Le parement externe, lorsqu’il a pu être observé, était bien agencé, suggérant une construction soignée et l’hypothèse d’une couronne qui devait être visible lors de l’utilisation du monument. La blocaille interne composant la masse du tertre, formée de blocs basaltiques de modules variables mais ne dépassant que rarement 30 à 40 cm de diamètre, venait donc sans doute s’appuyer à l’origine sur ce mur. Une couverture limoneuse peu épaisse devait sceller l’ensemble qui ne dépassait vraisemblablement pas une hauteur de 2 m. Ce sont ces terres aujourd’hui étalées qui soulignent l’emprise actuelle de ce tumulus très dégradé.

  • 19 Hirsch et Poissonnier, 2000.

51La chambre funéraire, située au centre de l’ensemble, présente un plan subcirculaire d’environ 2 m de diamètre interne. Elle a fait en priorité l’objet d’un pillage et d’une récupération de matériaux à une période que nous ignorons, mais qui ont occasionné des perturbations et des dommages irrémédiables sur le monument. Si la lecture architecturale est encore possible dans les grandes lignes, force est de constater qu’aucun niveau de sol correspondant à l’utilisation de la chambre sépulcrale n’est conservé, de même que nous déplorons l’absence de tout dépôt qui a pu y être associé (défunt(s), offrandes...). Le pourtour interne de la chambre semble avoir été, au moins pour partie, construit par l’assemblage de grands prismes de basalte plantés verticalement. Plusieurs fosses de calage ont été identifiées, dont l’emplacement suggère une construction opportuniste avec ce matériau local, naturellement apte, par la morphologie des prismes, à ce type d’agencement. La récupération postérieure de ces éléments, sans doute destinée à d’autres constructions dans le camp royal, empêche cependant d’être catégorique sur la nature des monolithes qui ont servi dans le tumulus. Les nombreux gros fragments de prismes basaltiques qui se trouvaient dans le comblement de la chambre et en rejet sur le tertre suggèrent cependant bien que ce matériau a été utilisé et sans doute débité dans un second temps sur place dans la perspective d’autres maçonneries. De même, un des trous de calage de la périphérie de la chambre présentait les nettes caractéristiques d’un arrachage pouvant confirmer l’utilisation de l’un de ces monolithes dans la construction. Des prismes de basalte dans les architectures des tumulus sont d’ailleurs déjà signalés sur le site de Mesḥāla Māryām, notamment pour la couverture des chambres19. L’ouverture du tumulus, à des fins de pillage ou de récupération de blocs, a quoi qu’il en soit accéléré sa dégradation et probablement son exploitation comme carrière au fil des années. Démantelée puis comblée de matériaux hétéroclites, la chambre funéraire n’a dès lors pas livré les éléments archéologiques que nous aurions aimé recueillir pour préciser la nature et la chronologie de ce tumulus. On notera dans ce comblement, outre les pièces lithiques décrites infra, la présence de quelques fragments d’os longs humains (diaphyse fémur immature, diaphyses fibula) qui pourraient correspondre aux restes du (des) défunt(s) inhumé(s) dans le tumulus.

Fig. 4.24 — Tumulus, plan général et profil nord-sud

52Sur le côté ouest de la chambre, deux très gros blocs de basalte en vis-à-vis semblent former une entrée. Ils sont séparés l’un de l’autre par un espace de 40 cm de large. Leur position, la jonction qu’ils présentent avec les blocs constituant la masse du tertre et leur ancrage, quoique modéré, dans le paléosol plaident pour un agencement intentionnel que nous interprétons comme l’accès à la chambre funéraire. Renforçant l’idée d’un aménagement dans cette partie du tumulus, un alignement de blocs de basalte a par ailleurs été identifié juste à l’ouest de cette entrée supposée. Il s’agit d’un mur composé d’une seule assise conservée, reconnu sur 4,50 m de long mais pour lequel nous n’avons pas les extrémités nord et sud. Se démarquant de toute évidence de l’aspect anarchique de la masse du tertre, les blocs sont simplement posés sur le paléosol, sur une seule rangée, et semblent bien faire partie d’un élément architectural à part entière. S’agit-il d’une construction participant à la structuration interne du tumulus lors de son édification, ou bien d’un aménagement particulier en lien avec l’entrée de la chambre funéraire, ou de sa condamnation ?

• La stratigraphie

  • 20 Hirsch et Poissonnier, 2000.
  • 21 Au sujet de l’étude du matériel lithique trouvé à Mesḥāla Māryām et à Gabriel, voir Stéphan Hinguan (...)

53Les observations de terrain et les coupes stratigraphiques conservées sur les parois des tranchées ont rapidement fait état d’un monument fortement dégradé, ayant subi de nombreux remaniements. Les perturbations anthropiques, accentuées par les bioturbations liées au couvert végétal, ont ainsi généré d’évidents mélanges de couches et par là même celui des vestiges mobiliers. Dans la chambre funéraire elle-même, aucun niveau formellement en place n’a pu être identifie. Seules trois unités stratigraphiques fiables sont finalement décrites, dans le secteur immédiatement à l’ouest de la chambre, zone que nous avons dénommée « parvis ». On distingue ainsi, sur une dizaine de centimètres d’épaisseur et scellés par les blocailles du tertre, un lambeau d’une couche sablo-argileuse rouge et un niveau sous-jacent de limon argileux compact gris venant s’appuyer sur le mur limitant la partie ouest de la chambre. L’ensemble repose sur un paléosol brun rougeâtre fonce que nous avons sondé devant le parement afin de chercher le contact avec le socle basaltique. Celui-ci apparaît une vingtaine de centimètres sous la surface, marqué par des prismes de basalte subverticaux plus ou moins altérés ou démantelés (Fig. 4.25). Les deux couches mises en évidence sur le « parvis » semblent fortement anthropisées, et la possibilité d’un apport volontaire est même envisageable. En effet, l’altération naturelle de la roche en place et la pédogenèse qui en découle sont celles d’un horizon brun rouge grumeleux sans commune mesure avec le sédiment gris compact que nous avons identifié. De plus, les tumulus fouillés ou sondés dans le secteur20 montrent la plupart du temps un décapage systématique du sol jusqu’au substrat avant toute construction. Cela ne semble pas avoir été le cas pour notre monument, le fond de la chambre funéraire ne laissant apparaître que ponctuellement la roche. Nous pourrions être dans le cas de figure d’un arasement d’une partie du sol avant l’édification du tertre et, au niveau du « parvis », d’une aire aménagée avant la fermeture de la chambre, peut-être dans l’optique d’une cérémonie funéraire. La présence de la couche rouge, semblant liée à des activités de combustion malgré l’absence de charbon de bois et de structures de chauffe construites, pourrait d’ailleurs être en lien avec cette hypothèse. La manière dont s’appuient ces niveaux sur le parement externe du mur est quoi qu’il en soit étonnante et ne semble pas en accord avec un processus naturel. Dans l’impossibilité de trancher à l’issue de la fouille et compte tenu de l’état dégradé du monument, nous resterons donc sur ce constat stratigraphique. Il demeure néanmoins que la majorité des pièces lithiques collectées proviennent de ces couches du « parvis » (cf. Tableau 10.1)21.

Fig. 4.25 — Tumulus, croquis stratigraphique du « parvis » et de la chambre funéraire. En noir, couche rouge ; en gris foncé, couche grise. En bas, socle basaltique surmonté d’un paléosol

Les sondages sur les structures dispersées

• La structure 302

54Un grand mur orienté est-ouest a été dégagé (Fig. 4.26). Large de 0,60 m, il est composé d’un double parement de pierres et a été reconnu sur 20 m de long. Noyé en partie sous la végétation, ses extrémités semblent avoir été récupérées. Il est probable qu’une partie de cette maçonnerie a servi de carrière, expliquant ainsi que les extrémités ne correspondent ni à des anomalies du relief, ni à des ruines avérées. Un passage de 0,70 de large matérialisé par des boutisses a été identifié. Environ 0,50 m à l’est de cette porte, les vestiges d’un probable foyer de 0,60 m de diamètre scellent en partie les vestiges du mur. Sous ce foyer, quelques pierres alignées vers le nord sur une longueur d’un peu moins de 1 m pourraient évoquer un retour du mur. Il est fort probable que les structures 302, 305, 318 et 319 soient les vestiges d’un seul ensemble. Ces maçonneries ne sont pas associées à une stratigraphie, et le mobilier archéologique est ici absent. Ces vestiges ne font l’objet d’aucun commentaire parmi les informateurs locaux.

Fig. 4.26 — Vue de détail de la structure 302

• La structure 315

55Cette structure apparaît comme une ellipse de 24 m sur 16 m, matérialisée par un double parement de pierres (Fig. 4.1 et 4.27). Les deux parements, parallèles, sont constitués de blocs de basalte de moyenne dimension (entre 0,20 et 0,60 m de module) et forment une ceinture dont la largeur varie de 0,90 à 1,50 m. L’espace entre les deux rangées de pierres est vide et aucun trou de poteau ou de piquet n y a été reconnu. Aucune interruption ne permet d’y situer une entrée. Un sondage couvrant le quart sud-est a permis de mettre au jour deux fosses (F1 et F2). Ces fosses subcirculaires profondes d’environ 0,30 m étaient comblées de terre brune et n’ont livré aucun mobilier.

56Cette structure, qui n’a livré ni stratigraphie, ni mobilier, n’a fait l’objet d’aucun commentaire chez les informateurs locaux. Au regard de sa taille, il pourrait s’agir des vestiges d’un enclos pour le bétail.

Fig. 4.27 — Plans de détail des structures 315 et 311

• La structure 311

57Localisée au sud de l’enclos de Raphaël, cette structure de 5 m de diamètre est constituée de deux cercles de pierres de basalte parallèles qui évoquent les parements d’une maçonnerie de 0,80 m de largeur (Fig. 4.1 et 4.27). On note une interruption de la maçonnerie sur son flanc occidental mais l’absence d’agencement particulier laisse envisager une destruction plutôt qu’un accès. Cette structure qui évoque un bâtiment de dimension modeste n’a pas livré de mobilier, et la stratigraphie est totalement détruite. Les blocs reposent sur la roche en place.

• La structure 323 (Stéphan Hinguant)

58Sans lien absolu avec la structure funéraire 324 (tumulus), cet ensemble de sondages (Sd. C), a livré un corpus lithique et céramique assez abondant évoquant la série collectée dans le tumulus (Fig. 4.1 et 4.28). L’hypothèse d’une contemporanéité peut être évoquée sur la base de l’assemblage lithique, présenté infra, mais la fonction de la structure 323 demeure totalement inconnue. Vestiges ultimes d’un enclos a (fonction d’habitation, agricole ou artisanale, la structure 323 dessine un plan à fossés curvilignes interrompus. Les creusements, à profil en cuvette de 30 à 40 cm d’ouverture au sommet, ne dépassent pas 30 cm de profondeur conservée. Les comblements, homogènes et évoquant une sédimentation lente, ont livré une part importante du matériel archéologique, mais c’est surtout le décapage du sondage C2 qui a fourni l’essentiel du corpus avec plus de 280 pièces (cf. Tabl. 10.4).

Fig. 4.28 — Structure 323, plan général et localisation des sondages

• Les alignements d’arbres remarquables

  • 22 Ces arbres n’ont pas été cartographiés et ne sont pas présentés sur le plan général.

59Parmi la végétation qui couvre le « camp », il est intéressant de noter des alignements remarquables de genévriers et d’oliviers, dont le diamètre dépasse le mètre (Fig. 4.1). D’après les informateurs locaux, ces arbres ne poussent pas naturellement, mais ont été plantés. Il semble difficile d’évaluer l’âge de ces arbres mais leur taille indique qu’ils sont en place depuis plusieurs siècles. Il est même probable qu’ils aient été plantés, pour les plus anciens, dès la construction de l’église primitive. Bien qu’aucun vestige n’y soit associé, on a supposé qu’ils pouvaient être les témoins, au même titre que les maçonneries, de la hiérarchisation de l’espace. Ils ont été cartographiés. Deux alignements remarquables ont particulièrement attiré notre attention. Le premier (alignement 1) est constitué de deux lignes sensiblement parallèles de six arbres chacune, délimitant une allée de 5 à 6 m de large et longue de 60 m. Cette « allée », orientée nord-sud, longe le mur d’enceinte de l’église actuelle. Le second (alignement 2), également orienté nord-sud, est composé de six arbres et se développe sur 80 m de longueur, le dernier arbre se trouvant à l’intérieur du mur d’enceinte de l’église. Les deux alignements semblent converger vers le complexe 1. Des arbres de dimensions similaires ont été également observés de façon systématique de part et d’autre des accès ouest et nord-ouest du camp22.

60Deux sondages ont été pratiqués parmi ces alignements. Le premier, implanté sur toute la largeur de l’alignement 1, a permis de mettre au jour un petit fossé ou rigole (Str. 323) qui passe sous le mur de l’enceinte de l’église et continue au-delà. Sensiblement perpendiculaire à l’alignement d’arbres, il ne nous a pas été permis de vérifier son parcours à l’intérieur de l’enclos de l’église. Le tracé de ce petit fossé forme un S allongé et mesure en moyenne 0,40 m d’ouverture pour une profondeur ne dépassant pas 0,30 m sous la terre végétale. Aucun mobilier n’y a été découvert. L’hypothèse d’un fossé de drainage reste la plus plausible. Le second sondage réalisé entre deux arbres de l’alignement 2 à l’extrémité nord du plateau n’a livré aucun indice de vestige archéologique.

La maison contemporaine d’un prêtre proche de Mesḥāla Māryām : un modèle interprétatif pour des structures du « camp royal » (Bertrand Poissonnier)

61Lors de la campagne de 1999, à l’occasion d’une prospection en compagnie de Nicole Mohaupt, une maison abandonnée d’un type original a été découverte. Elle est située à cinq minutes à pied de la principale entrée méridionale du « camp royal », non loin du rebord du canyon. Son architecture apparaissait inédite tant elle détonnait par rapport à celle que l’on peut voir habituellement dans la région, et son étude détaillée a donc été menée conjointement à une enquête orale auprès du propriétaire.

  • 23 Nous ne parlerons pas ici des tentatives récentes d’implanter localement des bâtiments de plan rect (...)

62En effet, les maisons des paysans du Manz, du moins de nos jours, sont construites par des maçons spécialisés et sont, ne serait-ce que de ce fait, assez standardisées. Quand, du reste, quelqu’un déclare avoir « construit » une maison, il signifie par là qu’il est le commanditaire des travaux. Au contraire du bâtiment présenté dans cette étude, ces maisons de paysans, de plan circulaire23, ne comprennent toujours qu’un seul mur porteur. On peut y trouver parfois une petite extension rectangulaire dans laquelle on pénètre depuis l’intérieur par une porte, et qui est dans la plupart des cas utilisée pour stocker des ustensiles domestiques, diverses poteries, de grandes jarres pour faire la bière, etc. Dans le cas où l’extension est accessible depuis l’extérieur, elle est utilisée pour abriter de jeunes animaux durant la nuit.

Une architecture originale

63L’ensemble étudié est constitué d’une cour elliptique mesurant 35 m sur 30 m, pourvue d’un accès unique au sud-ouest (Fig. 4.29). À l’intérieur, on remarque d’emblée une maison de plan circulaire. Elle est surmontée d’un toit conique, dont la structure rayonnante formée de perches est supportée par un poteau unique, en position centrale (Fig. 4.30). Les éléments végétaux superficiels qui lui confèrent son imperméabilité ont désormais disparu, mais on note que les perches reposent sur deux murs concentriques, la pente du toit étant assurée par le mur interne plus élevé.

Fig. 4.29 — Maison de prêtre proche de Mesḥāla Māryām. Les éléments primitifs du bâtiment principal sont portés en noir

Fig. 4.30 — Le toit conique de la maison à structure rayonnante reposant sur un unique poteau central

64Le mur externe mesure 10 m de diamètre, pour une épaisseur moyenne de 0,65 m. Il est constitué de pierres liées par un mélange terreux. Une bonne part de sa circonférence est maintenue par un contrefort de pierres qui lui semble accolé (Fig. 4.31). À l’intérieur de cet espace, le mur interne, qui lui est concentrique, montre un diamètre de 6,50 m, pour une épaisseur de 0,65  m. De fait, ce mur est constitué de pans disjoints, qui montent jusqu’à la toiture sans se rejoindre. Un enduit subsiste par endroits (Fig. 4.32).

65Dans l’espace interne, on remarque un foyer appuyé sur le mur (Fig. 4.29). Au centre exact de la maison, on trouve le poteau en bois fiché dans le sol, d’un diamètre de 0,20 m, qui soutient la toiture (Fig. 4.32). L’entrée de la maison est localisée au sud-ouest. Le mur externe montre une interruption large de 2,60 m, en vis-à-vis d’une interruption du mur interne, dans laquelle on peut encore voir un cadre en bois qui maintenait la porte (Fig. 4.32, 4.33, et 4.34).

Fig. 4.31 — Vue externe de la maison proche de Mesḥāla Māryām, avec le contrefort ceinturant la base du mur externe

Fig. 4.32 — Détail de l’encadrement de la porte interne de la maison proche de Mesḥāla Māryām, avec le poteau central en arrière-plan

Fig. 4.33 — L’entrée de la maison proche de Mesḥāla Māryām. On remarque les deux murs concentriques sur lesquels repose la toiture conique

Fig. 4.34. — L’entrée de la maison proche de Mesḥāla Māryām. Un mortier en pierre demeure dans l’espace entre les deux murs

66La cour est aujourd’hui divisée en trois espaces par des murs récents datés du xxe siècle. Les autres aménagements de la cour principale se composent d’une mangeoire à droite de l’entrée (Fig. 4.29), d’une petite construction circulaire à fonction indéterminée, au nord-ouest, ainsi que d’un petit abri à moutons entouré d’un mur.

La mémoire de la maison

67Selon le propriétaire actuel, Asčālaw Lammā, cette maison a été construite il y a sept générations par un homme du nom de Qetāw. Le mur externe, détruit pour partie durant la guerre contre les Italiens, a été reconstruit ensuite par le père de notre informateur, Ato Lammā. La plupart des informations rapportées par Asčālaw correspondent à des événements liés à la vie de son père.

68Le premier propriétaire de cette maison aurait été un prêtre de l’église de Raphaël. L’église, qui possédait la terre autour du camp royal à cette époque, avait donné ce lopin à Qetāw. Selon Asčālaw, durant cette période, un autre roi régnait sur le camp de Ba’eda Māryām, du nom de Lebna Dengel, ce qui constitue à l’évidence une contradiction : Lebna Dengel est en effet le petit-fils de Ba’eda Māryām, qui régna au début du xvie siècle (de 1508 à 1540). Si l’on compte approximativement vingt ans pour une génération en Éthiopie, Ato Qetāw ne peut guère avoir vécu avant 1850. Au-delà de ce décalage important noté dans la chronologie, ce rappel erroné confirme une fois de plus la forte prégnance de Ba’eda Māryām et de son petit-fils dans la mémoire du lieu.

69Asčālaw, lui-même diacre bien qu’il en ait abandonné la charge il y a quelque temps, insiste sur le fait que ce type de maison dotée de deux murs concentriques était strictement lié à la charge de prêtrise de son propriétaire. Les prêtres étaient enclins à adopter une architecture similaire à celle d’une église. Les paysans n’étaient en revanche pas autorisés à faire de même. De nos jours, cette façon de se distinguer a été abandonnée. Asčālaw ne se rappelle pas avoir vu un bâtiment de ce type récemment construit. Les gens qui suivaient notre conversation ont indiqué que seule une autre maison du même type existait dans la région, près de l’ambā où Rās Katamā, l’un des gouverneurs locaux du roi Ba’eda Māryām, aurait résidé.

70En raison des reconstructions, certaines dispositions d’origine ont été modifiées. Ainsi, les murs bas qui divisent aujourd’hui la cour sont récents : deux maisons mitoyennes se tenaient originellement dans l’espace aujourd’hui compartimenté (Fig. 4.29). Asčālaw ne se rappelle plus la fonction primitive de ces bâtiments. Il pense cependant qu’il s’agissait plutôt d’habitations que de greniers ou d’étables. Il dit que les divisions de la cour servaient pour les animaux, mais aussi pour que les enfants s’amusent. Aucune partie ne semblait destinée à un animal particulier, à l’exception d’un petit abri à moutons entre la maison principale et le petit bâtiment ovoïde localisé à l’ouest.

71Le mur interne de la maison était constitué à l’origine de quatre pans indépendants et de même taille. Au moment de la prospection, les deux portions orientales étaient reliées entre elles de façon à constituer trois pans d’inégale longueur (Fig. 4.29). La reprise postérieure est bien visible sur les deux parements. Le mur d’enceinte extérieur qui entourait à l’origine toute la maison, et qui ne possédait qu’une entrée au sud-ouest, a été sévèrement endommagé ; à l’opposé de l’entrée, au nord-est, une partie a même entièrement disparu. Ce trou se situe exactement au droit de la reprise observée dans le mur interne. Ce n’est sans doute pas anodin, car en effet, c’est de ce côté, celui du canyon, que les intempéries et surtout le vent sont le plus violents. À ce niveau, en outre, les murs internes et externes se rejoignent. Asčālaw n’a pas pu donner de raison pour cet aménagement : était-il plus facile de fermer ainsi le mur externe ? L’état précédent ne fut-il pas trouvé pratique, ou devint-il simplement désuet ?

72Deux niches, placées assez haut dans le mur externe de l’est, datent aussi du temps d’Ato Lammā, c’est-à-dire du temps de la guerre contre les Italiens. Elles sont censées servir d’étagères pour recevoir de petits objets domestiques. Asčālaw ne peut rien préciser concernant la partie supérieure du mur externe avant sa destruction. Selon lui, l’espace entre les deux murs était utilisé pour entreposer des biens domestiques, de grandes poteries, et constituait un lieu de travail pour les femmes et les enfants, tout particulièrement dans le secteur oriental. Contre la cloison qui relie les murs interne et externe du côté ouest, il se rappelle avoir vu un lit. Toujours dans ce même espace, mais un peu plus loin vers l’entrée, de jeunes veaux ou chevaux étaient abrités. Aujourd’hui encore, à la base du mur, on peut voir plusieurs petites ouvertures qui permettaient d’évacuer l’urine vers l’extérieur.

73L’espace central de la maison est décrit comme étant la pièce principale où l’on recevait les gens. Le foyer se trouvait à l’origine plus loin vers le nord. Selon Asčālaw, rien ne justifiait ni ne régulait la position du foyer dans une maison donnée. Il pense plutôt qu’il était habituel de déplacer le foyer de temps en temps, exactement comme on bouge les meubles pour réarranger son intérieur. Juste à côté de l’ancien foyer, contre le nouveau mur, était placée une meule. Quand celle-ci a été enlevée par Asčālaw, il s’est rappelé un vieux proverbe : « Si tu cherches un trésor, creuse sous la meule ! » qui l’a incité à faire des recherches dans le sol de la maison. De nombreux tessons de poterie ont été observés à cette occasion. Considérés sans valeur, ces derniers ont été jetés.

74La maison possédait en outre un espace particulier, surélevé, qui était localisé au-dessus de l’entrée. Cet endroit était destiné au jeune homme qui avait demandé la main de la fille du prêtre. Le prétendant devait être lui-même fils d’un prêtre et, si la famille de la fille était riche, il se devait alors de lui offrir ses services durant plusieurs années, avant que la fille ne lui soit donnée ainsi que des animaux et du terrain. Tandis que n’importe quel membre de la maisonnée pouvait se déplacer librement dans le bâtiment, le jeune homme avait le choix entre rester assis à l’extérieur sur une meule, ou se glisser silencieusement dans la maison, mais dans ce cas-là, uniquement pour grimper directement dans sa chambre. Là, il attendait qu’on lui donne de l’ouvrage, ou d’autres ordres. Durant plusieurs années, il devait ainsi vivre comme un serviteur et était censé souffrir pour marier la fille qu’il désirait.

75Après que la maison a été détruite par les Italiens, Ato Lammā a procédé à des reconstructions et des consolidations. Notre informateur Asčālaw lui-même l’a habitée à son tour, avant de construire sa propre maison non loin de là. À la mort d’Ato Lammā, la maison a été abandonnée et le toit s’est progressivement dégradé. Une partie des murs ont été récupérés par Asčālaw lui-même pour construire sa nouvelle demeure. Enfin, il a dit avoir le projet de restaurer le bâtiment, avec son beau-frère, pour permettre à celui-ci d’y vivre avec son épouse.

Une maison de prêtre identifiée sur le « camp royal » ? Le complexe 4

  • 24 Hirsch & Poissonnier, 2000 : 59-87.

76En 1998, lors de notre première campagne de fouilles sur le « camp royal », deux sondages ont été réalisés dans une structure très arasée (complexe 4, Fig. 4.1) qui s’est révélée être probablement une maison au sein d’une cour ceinturée d’une ellipse irrégulière formée de deux lignes de pierres24. Si les tranchées ont permis de restituer une maison de plan circulaire, d’un diamètre de 4,30 m, avec un poteau central, en revanche, les sondages trop limités n’ont pas permis de reconnaître la présence d’un éventuel second mur concentrique qui aurait pu évoquer une maison de prêtre.

  • 25 Z1, ens 1, S1D, US 1011, n° 2.
  • 26 Z1, ens. 1, S1C, US 1009, n° 1.

77Deux datations au radiocarbone ont été effectuées sur ce bâtiment. Le premier échantillon correspond à des charbons retrouvés au niveau du fossé circulaire correspondant au mur palissadé de la maison25. Le résultat a donné 1620 ± 35 BP, soit 362 à 536 ap. J.-C. Cal AD (LY-10234). Le second échantillon provient du double cercle de pierres qui constitue l’enceinte26. Le résultat est 585 ± 30 BP, soit 1302 à 1413 ap. J.-C. Cal AD (LY-10235). Ces deux résultats ne sont pas concordants, et il est probable que l’on soit en présence d’un problème lié à la nature des charbons. En effet, les genévriers géants (Juniperus procera) ont un bois imputrescible, qui a été fort utilisé (et réutilisé) de longue date pour toutes sortes d’usages. Du reste, parmi les stèles de pierre fouillées à Neb Gedel, près du tumulus de Tater Gur, se trouvaient de grands éléments ligneux en Juniperus procera, très bien conservés malgré plus d’un millénaire passé en plein air, avec leur couleur originelle orange et une très forte senteur de résine. De même la population locale se sert toujours de fragments glanés pour les faire se consumer en guise d’encens. Il va sans dire qu’une datation réalisée sur de tels charbons ne correspond en rien à la date de la carbonisation, mais bien à celle des tissus ligneux, parfois de beaucoup antérieure. On notera cependant que la seconde date est identique à celle qui a été obtenue sur le poteau F5 planté dans le sol du maqdas de Gabriel et pour laquelle nous émettons les mêmes réserves.

78Si le plan incomplet du complexe 4 ne peut être directement comparé à l’exemple contemporain présenté ci-dessus, en revanche le dégagement complet du complexe 1 présenté par Pascal Lotti permet de faire cette fois des rapprochements convaincants (Fig. 4.35). Ainsi, à l’intérieur d’une cour entourée de murs, le bâtiment 1 se présente sous la forme d’une maison circulaire comportant deux murs concentriques. Le mur interne, à ossature bois, a brûlé et les séries d’éléments carbonisés en place présentent des interruptions, qui ne sont pas sans rappeler les pans de murs disjoints du modèle contemporain. Au centre se trouve la trace de l’implantation d’un poteau unique (F25). Enfin, on note que l’entrée est orientée au sud-ouest, tout comme celle du modèle. Ces similitudes sont telles, tout en différant radicalement de l’architecture domestique habituelle du Manz, qu’il paraît vraisemblable d’y reconnaître une maison de prêtre.

Fig. 4.35 — Comparaison entre la maison contemporaine d’un prêtre proche de Mesḥāla Māryām (à gauche) et le complexe 1 observé sur le camp (à droite). Les éléments des bâtiments principaux sont portés en noir

Synthèse (collectif)

79Les vestiges enregistrés autour de l’église de Raphaël, assez nombreux au demeurant, sont les témoins d’une occupation permanente des abords du lieu de culte, occupation qui s’est développée sur une longue durée depuis le Moyen Âge à des rythmes qui nous échappent. Dans l’ensemble, les éléments qui subsistent sont médiocrement conservés, ce qui ne permet pas de faire une interprétation satisfaisante. Dans la quasi-totalité des cas, les sondages n’ont pas livré de mobilier et l’on est dans l’impossibilité de proposer un phasage de ces éléments isolés. Il n’y a pas de preuve archéologique tangible de la présence royale, ni dans le mobilier indigent, ni dans l’architecture très fruste. Les modestes structures circulaires observées dans la partie méridionale du plateau peuvent être rattachées à la communauté religieuse qui a sans doute séjourné de manière permanente ou temporaire au voisinage immédiat de l’église : étudiants et peut-être même quelques moines. On évoquera à titre d’exemple bien documenté les deux structures 300 et 301 dont les plans sont très clairs mais la datation inconnue.

80Les éléments bâtis visibles sur le plateau font encore aujourd’hui l’objet de prélèvements réguliers pour l’aménagement des tombes des fidèles qui se concentrent désormais aux abords sud de l’enclos ecclésial. Seul le complexe 1, situé à la périphérie, semble avoir échappé à cette pratique. Il a livré un plan complet et original d’une unité d’habitation comportant des espaces hiérarchisés où la vie domestique est bien représentée. L’interprétation qui a été retenue est celle d’une maison d’un prêtre par comparaison avec un exemple contemporain présenté à la suite des données de la fouille. Quant à la datation de ce bâtiment, il n’est pas possible de trancher dans la fourchette large de deux cents ans proposée : milieu xve siècle-première moitié xviie siècle, d’autant plus que le bois fait l’objet dans cette région de nombreux remplois. Si l’identification de cette maison est retenue, elle fournit un exemple étonnant de permanence entre une fonction et la manière d’habiter qui obéissent à des règles et des usages.

81Au-delà de cette question délicate et non résolue par l’archéologie de la présence du camp du roi Ba’eda Māryām, ce travail pionnier permet de poser un premier jalon, même large, sur la typologie des structures et du mobilier dans un contexte historique bien maîtrisé.

Notes

1 Hirsch & Poissonnier, 2000 : 59-87.

2 Sur le terrain, l’équipe de fouille du complexe 1 était constituée lors de la campagne 1999 de Pascal Lotti (Inrap) et de Kalamwa Araya (CRCCH), puis lors des campagnes suivantes, la fouille a été réalisée par Pascal Lotti en collaboration avec François-Xavier Fauvelle (CFEE) et Assamaro Dessie (CRCCH). Les travaux sur les structures isolées ont été réalisés par Frédéric Champagne (Inrap), Assamaro Dessie (CRCCH) et Marie-Laure Derat (CNRS). Sauf exception, les plans généraux et de détail ont été réalisés par Régis Bernard (Inrap). Tous ces travaux ont nécessité la collaboration d’ouvriers recrutés localement.

3 Afin de ne pas mélanger le mobilier, les US rencontrées dans les sondages effectués en 1999 ont été numérotées de 1012 à 1049 à la suite des travaux de Bertrand Poissonnier, puis lors des campagnes suivantes de 2000 à 2099 pour le complexe 1 et de 3000 à 3032 pour les structures isolées. Il existe donc trois inventaires distincts (annexes 2.1 à 2.3, p. 331-341).

4 Les murs F53 et F23 prennent appui contre le mur F36.

5 Successivement délimités par les murs F20 et F53 construits sur une rupture de la pente, puis F23.

6 Sondage 1 : US 1042 ; sondage 2 : US 1045.

7 On peut légitimement estimer que le couvert forestier ancien était largement plus développé et que de fait les sols étaient moins dégradés qu’actuellement.

8 La stratigraphie se décompose ici de la sorte : l’US 2065 correspond au décapage de l’humus ; l’US 2071 est une couche de démolition constituée de petits fragments de basalte pris dans une matrice terreuse incluant des inclusions charbonneuses et cendreuses, et enfin l’US 2079 est un niveau de circulation comportant quelques tessons à plat reposant sur une couche de terre très faiblement anthropisée (US 2085).

9 Pour l’espace 6, la stratigraphie se décompose de la façon suivante : l’US 2060 correspond au décapage de l’humus ; l’US 2064 est une couche de démolition constituée de petits fragments de prismes basaltiques pris dans une matrice de terre, et enfin l’US 2076 est un fin niveau de circulation marqué par quelques tessons disposés à plat directement au contact du terrain naturel. Elle est analogue dans l’espace 7 avec respectivement les US 2061, 2074 et 2075.

10 Pour l’espace 10, on note là encore une stratigraphie très simple : l’US 2067 correspond au décapage de l’humus ; l’US 2072, fine couche faiblement anthropisée, scelle le niveau d’apparition de la sépulture 3 qui recoupe le four F44, et enfin l’US2075 se compose d’un sédiment charbonneux sporadiquement piégé entre les prismes basaltiques à proximité du four.

11 Sépulture 3, non datée ; son installation dans la structure est opportuniste, le double parement de pierre ayant probablement servi à marquer la tombe.

12 Le mobilier a été regroupé lors de l’étude céramique sous l’US 2073, voir plus loin la contribution de Kristell Chuniaud, « L’étude des céramiques des fouilles du Manz ».

13 Voir plus loin la contribution de Kristell Chuniaud, « L’étude des céramiques des fouilles du Manz ».

14 Diamètre de 0,20 m, apparemment non doté de calage, il n’a pas été démonté et réenfoui comme le reste des vestiges, la puissance de son ancrage au sol reste donc inconnue.

15 L’un de ces piquets a été prélevé afin d’effectuer une datation par radiocarbone : le résultat est de 360 ± 30 BP, soit 1448 à 1637 ap. J.-C. (LY-10195). Voir tableau récapitulatif des datations.

16 Voir ci-dessous la contribution de Bertrand Poissonnier, « La maison contemporaine d’un prêtre proche de Mesḥāla Māryām ».

17 Il est alors légitime de s’interroger sur la présence des tombes, peut être reléguées hors de l’enclos de l’église et installées ici après l’abandon de l’habitat.

18 Les aléas de la conservation des collections au sein du musée national d’Addis Abeba sont à l’origine de la perte des minutes de terrain concernant la fouille du tumulus. Relevés pierre à pierre, plans et coupes stratigraphiques, ainsi que notes manuscrites n’ont pas été retrouvés et la description du tumulus, comme son interprétation reposent uniquement sur les données topographiques et les souvenirs de l’auteur.

19 Hirsch et Poissonnier, 2000.

20 Hirsch et Poissonnier, 2000.

21 Au sujet de l’étude du matériel lithique trouvé à Mesḥāla Māryām et à Gabriel, voir Stéphan Hinguant, « Étude des assemblages lithiques des fouilles du Manz ».

22 Ces arbres n’ont pas été cartographiés et ne sont pas présentés sur le plan général.

23 Nous ne parlerons pas ici des tentatives récentes d’implanter localement des bâtiments de plan rectangulaire, en particulier durant la période du Derg (1974-1991).

24 Hirsch & Poissonnier, 2000 : 59-87.

25 Z1, ens 1, S1D, US 1011, n° 2.

26 Z1, ens. 1, S1C, US 1009, n° 1.

Table des illustrations

Légende Fig. 4.1 — Plan général du « camp royal » de Mesḥāla Māryām aux abords de l’église contemporaine de Raphaël
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 4.2 — Vue de la structure 315 (Mesḥāla Māryām) avant la fouille
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 4.3 — Plan général du complexe 1 (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 4.4 — Coupe stratigraphique A/B (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 4.5 — Plan de détail des vestiges antérieurs au complexe 1 (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 4.6 — Vue de l’entrée 2 depuis l’espace 6 (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 4.7 — Vue de F44 (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 4.8 — Plan et coupes de détail de F44 (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 4.9 — Vue générale de F48 et de F44 depuis le sud (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 4.11 — Vue générale du bâtiment 1 (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 4.10 — Plan de détail de l’ensemble résidentiel dont les bâtiments 1 et 2 (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 4.12 — Vue de détail de la jonction des murs F30 et F28 (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 4.13 — Vue de détail du retour observé à l’extrémité de F28 et de l’aménagement F41 (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 4.14 — Vue de détail de la cloison interne F37-F19 (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 4.15 — Vue générale du bâtiment 2 et de l’espace 4 (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 4.16 — Vue générale du bâtiment 2 et du foyer F34 (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 4.17 — Vue de détail du foyer F34 aménagé dans le bâtiment 2 (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 4.18 — Vue de F35 depuis le sud (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 4.19 — Vue générale de la structure 300 (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 4.20 — Vue générale de la structure 301 (Mesḥāla Māryām). On aperçoit à droite de l’entrée de la maison le trou du poteau central ceint d’une banquette circulaire, le foyer situé à gauche de l’entrée et, au fond à gauche, la banquette appuyée contre le mur
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 4.21 — Vue de détail de l’entrée de la structure 301 (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 4.22 — Vue de détail d’une petite banquette maçonnée implantée contre le mur périphérique de la structure 301 (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 4.23 — Vue de détail du poteau central de la structure 301 (Mesḥāla Māryām)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 4.24 — Tumulus, plan général et profil nord-sud
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 4.25 — Tumulus, croquis stratigraphique du « parvis » et de la chambre funéraire. En noir, couche rouge ; en gris foncé, couche grise. En bas, socle basaltique surmonté d’un paléosol
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 4.26 — Vue de détail de la structure 302
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 4.27 — Plans de détail des structures 315 et 311
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 4.28 — Structure 323, plan général et localisation des sondages
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 4.29 — Maison de prêtre proche de Mesḥāla Māryām. Les éléments primitifs du bâtiment principal sont portés en noir
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 4.30 — Le toit conique de la maison à structure rayonnante reposant sur un unique poteau central
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 4.31 — Vue externe de la maison proche de Mesḥāla Māryām, avec le contrefort ceinturant la base du mur externe
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 4.32 — Détail de l’encadrement de la porte interne de la maison proche de Mesḥāla Māryām, avec le poteau central en arrière-plan
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 4.33 — L’entrée de la maison proche de Mesḥāla Māryām. On remarque les deux murs concentriques sur lesquels repose la toiture conique
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 4.34. — L’entrée de la maison proche de Mesḥāla Māryām. Un mortier en pierre demeure dans l’espace entre les deux murs
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 4.35 — Comparaison entre la maison contemporaine d’un prêtre proche de Mesḥāla Māryām (à gauche) et le complexe 1 observé sur le camp (à droite). Les éléments des bâtiments principaux sont portés en noir
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/868/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

Auteurs

Archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), Toulouse

Archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), Tours

Archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), Pessac. Il a séjourné en Éthiopie de 1998 à 2000 comme chercheur détaché auprès de l’Authority for Research and Conservation of the Culture Heritage (ARCCH), et a effectué de nombreuses missions de recherche et d’archéologie préventive dans ce pays

Archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), Cesson-Sévigné, et membre du Centre de recherches en archéologie, archéosciences, histoire (UMR 6566, CNRS et université de Rennes)

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540