Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gabriel, une église médiévale d’Éthiopie

 | 
Marie-Laure Derat
, 
Anne-Marie Jouquand

1. Jalons pour une histoire et une archéologie du christianisme

Marie-Laure Derat

Texte intégral

  • 1 Le sens de l’expression Mesāla Māryām n’est pas très clair, d’autant que l’orthographe adoptée dan (...)
  • 2 Manz est le nom de la région. Nous utilisons le terme manze comme adjectif et/ou substantif, notam (...)
  • 3 Les travaux menés à Mesāla Māryām ont fait l’objet de deux publications préliminaires : Hirsch & P (...)

1Cet ouvrage publie les résultats de plusieurs campagnes de fouilles et d’enquêtes historiques menées dans la région de Mesāla Māryām1 (Manz, Šawā2), à environ 320 km au nord d’Addis Abeba. Ce site était connu par des textes du xve siècle comme étant l’une des églises fondées par le roi Ba’eda Māryām au cours de son règne, entre 1468 et 1478. Des prospections menées en 1997 ont non seulement établi que l’église actuelle de Mesāla Māryām, qui venait tout juste d’être reconstruite, était implantée dans l’enceinte de l’ancienne église royale mais aussi que de nombreux vestiges affleurant au sol, aux alentours de cette enceinte, jouissaient d’un potentiel important, d’un point de vue archéologique et historique, les habitants les désignant comme les restes du camp royal de Ba’eda Maryām3.

  • 4 À ce sujet, voir Derat, 2003 : 272-278 ; Hirsch, 2000 : 67-69.

2L’association sur un même espace de ces deux symboles du pouvoir royal, l’église et le camp, n’était pas surprenante et venait confirmer ce que les textes nous laissaient soupçonner. Bien que la cour royale éthiopienne fût mobile au xve siècle, elle empruntait un parcours relativement bien balisé qui passait par les églises royales fondées entre le xiiie et le xve siècle par les souverains de la dynastie dite salomonienne4. Selon toute probabilité, Mesāla Māryām avait donc intégré ce parcours après sa fondation. La mise au jour de ce site et la possibilité d’y engager des fouilles archéologiques – sauf dans l’enceinte même de l’église – ouvraient par conséquent de larges perspectives, jusque-là inespérées.

  • 5 Kropp, 1988 : 52-53, 64-65.
  • 6 Perruchon, 1893 : 23-29, 31-32, 39-40.
  • 7 Beckingham & Huntingford, 1961 : 437-449.
  • 8 Taddesse Tamrat, 1972 : 267-275 ; Kropp, 1988 ; Deresse Ayenachew, 2009.
  • 9 Kropp, 1988 : 52-53, 64-65 ; Derat, 2002a : 41-52 ; Derat, 2002b : 267-274.

3Mis à part quelques descriptions de la cour éthiopienne, datant du milieu du xve et du début du xvie siècle, nous ignorions presque tout de l’organisation spatiale et matérielle de celle-ci. Car les textes en question n’avaient pas comme propos de dessiner un tableau précis de cette organisation mais plutôt d’établir des règles quant à l’organisation du banquet royal5, ou bien de mettre en valeur l’activité exceptionnelle d’un souverain du xve siècle qui fit construire sa cour à proximité de l’église qu’il avait fondée, pour y séjourner durant quatorze ans6. Seul le témoignage d’un chapelain portugais, Francisco Alvares, qui accompagnait une ambassade dépêchée auprès du roi d’Éthiopie dans les années 1520, brosse une représentation du camp royal7. Mais étant étranger et n’ayant pas accès à tous les espaces, sa description est tronquée et soumise à ses propres conceptions de la mise en scène du pouvoir. Quelques travaux ont cependant tenté de dépasser ces écueils pour proposer des schémas de l’organisation spatiale du camp royal8, des analyses du fonctionnement de la cour et de sa culture matérielle par le biais de l’étude du banquet royal9. Les fouilles archéologiques avaient donc pour objectif de compléter et de corriger les recherches déjà accomplies.

  • 10 Heldman, 1994.
  • 11 Derat, 2003 ; Pennec, 2003 ; Bosc-Tiessé, 2008 ; Wion, 2011.

4Bien que l’ancienne église de Mesḥāla Māryām n’ait pas été fouillée parce qu’elle est dans l’enceinte consacrée de l’église actuelle, la problématique des églises royales a alimenté nos travaux et nos réflexions. C’est Marilyn Heldman qui, la première, a mis en valeur la qualité exceptionnelle des établissements fondés par les rois, en s’intéressant à la création artistique et aux artistes qu’ils abritaient10. Son travail a en quelque sorte donné naissance à un courant qui s’est intéressé à la place aussi bien politique que religieuse des églises et des monastères royaux dans le royaume éthiopien sur le temps long, depuis le xiiie jusqu’au xviiie siècle11. Ces recherches multiplient les points de vue sur les églises royales, s’intéressant aussi bien à leur mise en réseau, leur rôle de résidence, leur assise économique, leur place dans le patronage artistique royal ou encore leur position vis-à-vis de la politique religieuse des souverains. Toutes ces études ont servi de point d’appui pour analyser la documentation écrite et orale recueillie à Mesḥāla Māryām.

Les campagnes de terrain de 1998 à 2001

  • 12 Nous ne savons pas quelle était la dédicace de cette église. C’est la raison pour laquelle nous avo (...)
  • 13 Un inventaire de ces tumuli a fait l’objet d’une publication préliminaire. Voir Fauvelle-Aymar, Der (...)

5Les fouilles engagées à partir de 1998 sur le site du camp royal de Mesḥāla Māryām se sont très vite élargies à d’autres sites dont l’importance s’est révélée au cours des différentes campagnes (Fig. 2.1). Dès 1999, des tumuli ont été fouillés, dont le mobilier (céramiques et perles essentiellement) renvoyait au premier millénaire de notre ère. Puis, en 2000, en plus du camp et des tumuli, un nouveau chantier a été ouvert sur une petite éminence rocheuse (une ambā, butte isolée) surplombant la plaine entourant Mesḥāla Māryām, à la suite d’indications orales concernant l’existence en cet endroit d’une église dédiée à l’archange Gabriel. Au cours de deux campagnes de fouilles, les structures d’une ancienne église détruite par un incendie, de nombreuses sépultures d’époques différentes et un mobilier relativement riche (fragments de céladon, perles de verre, tiges en métal...) ont été dégagés, ce qui par comparaison faisait cruellement défaut sur le site même de Mesḥāla Māryām, le camp royal du xve siècle, dont les restes matériels, il faut bien l’avouer, n’étaient pas à la hauteur des attentes. Cet ouvrage rend compte des travaux menés sur les sites chrétiens, ceux du camp royal et de l’église de Gabriel12. Les tumuli, témoins d’une culture plus ancienne, feront l’objet d’une publication à part, même s’ils sont indispensables à la compréhension de l’histoire du Manz13.

Fig. 2.1 — Sites étudiés dans le cadre du projet « ACI-Histoire et archéologie du haut plateau central de l’Éthiopie » : tumulus, «  camp royal » et ambā Gabriel

  • 14 À l’exception notable d’églises anciennes (antérieures au Xe siècle), comme celles d’Adoulis, de Ye (...)

6Gabriel est sans doute le site chrétien fouillé dans le Manz où l’on a retrouvé le plus d’indices d’une présence ou d’un patronage sinon royal, du moins lié à un personnage d’une grande opulence, tandis que sur le site de Mesāla Māryām le mobilier est indigent. Il est vrai que l’enclos de l’église et l’église elle-même n’ont pu être fouilles et que par ailleurs ce site a fait l’objet de remaniements, y compris tout récemment puisque l’église actuelle de Mesāla Māryām aurait été achevée en 1996-1997. Alors qu’a contrario le site de Gabriel a été préservé et constitue une rareté dans les études éthiopiennes. Les églises éthiopiennes ont rarement fait l’objet de fouilles14. Pour une raison simple : sur les ruines des églises, de nouvelles églises sont le plus souvent reconstruites avec les matériaux anciens, ce qui limite toute chance d’explorer l’univers matériel des chrétiens dans le passé.

  • 15 Voir à ce sujet, Guebre Sellassie, 1930 : vol. 1, 169.
  • 16 Un inventaire des tumuli du Manz a été publié par Fauvelle-Aymar et alii, 2007-2008.
  • 17 Les premiers éléments d’information concernant cette culture ont été publiés par Hirsch & Fauvelle- (...)

7Les fouilles réalisées à Gabriel en 2000 et 2001 sont d’un apport essentiel pour les travaux sur l’architecture des églises, les fonctions liturgiques des espaces de 1’ecclesia, les modes de sépulture, la richesse matérielle d’une petite église bien éloignée de la région de prédilection des recherches sur les anciennes églises d’Éthiopie, le Tigré. Mais il faut bien reconnaître les carences de l’historien face à ces données, en particulier du fait de l’absence de sources, aussi bien écrites qu’orales, entourant cette église de Gabriel. Pour l’heure, le site est donc une pierre d’attente. Mais les progrès dans la compréhension du site et de sa signification historique peuvent intervenir rapidement, depuis deux voies. Tout d’abord, les données recueillies à Gabriel gagneront à être comparées avec d’autres sites d’églises qui peuvent être fouillés. Nous pensons en particulier à des sites d’églises royales, abandonnés, comme Makāna Śellāssē au Wallo, ou peut-être d’autres sites moins connus, qui n’auraient pas fait l’objet de fouilles à l’époque de Ménélik, pour mettre au jour les traces d’une présence chrétienne ancienne dans ces régions occupées majoritairement par les Oromo entre les xvie et xixe siècles15. D’un point de vue plus régional, le site de Gabriel, associé à celui de Mesāla Māryām, pourra intégrer une histoire locale dont la connaissance est en plein renouvellement avec la découverte des tumuli16 et la mise au jour de la « culture Šay17 », qui doivent faire l’objet d’une publication très prochainement.

Archéologie et histoire

8L’un des défis des campagnes de terrain menées entre 1997 et 2001 était de faire dialoguer archéologues et historiens. Ce constat peut paraître futile, voire déplacé tant histoire et archéologie partagent un même objet : les recherches sur le passé des hommes. Mais si l’objet est commun, les chemins empruntés pour l’enquête sont si éloignés, les résultats si différents qu’il est parfois bien difficile de faire coïncider les travaux menés par les uns et les autres sur un même sujet. Les cas du camp royal de Mesāla Māryām et de l’église de Gabriel sont tout à fait symptomatiques de ce handicap. Concernant Mesāla Māryām, les historiens disposent d’un dossier relativement fourni, constitué de sources écrites (mention de la fondation de l’église dans une chronique royale du xve siècle, dans une vie de saint rédigée au début du xvie siècle, et chartes établies par le roi pour doter sa fondation) et de traditions orales sur lesquelles nous reviendrons plus loin. De leur côté, les archéologues, en dépit des nombreuses tentatives effectuées, n’ont pas pu établir que les structures en pierre visibles en surface autour de l’enclos de l’église de Mesāla Māryām étaient des vestiges du camp royal installé en ce lieu au xve siècle. Car vérifier une telle hypothèse supposait de mettre au jour par exemple du mobilier (céramique, objets d’importation) attestant du rang des occupants, ou bien encore de trouver dans les différentes structures visibles une organisation spatiale correspondant aux rares descriptions du camp royal dont nous disposons, notamment au début du xvie siècle. Or rien de tout cela n’a surgi sous les truelles des archéologues. Nous avons pu montrer qu’en effet les structures au sol étaient les vestiges d’une occupation humaine, que les habitations étaient probablement des constructions légères pouvant éventuellement évoquer un camp. Mais de présence royale, aucun témoignage. Encore fallait-il savoir ce qui pouvait s’apparenter à la culture matérielle de la cour. Certes les objets d’importation pouvaient être un bon indice. Quant à la vaisselle, par exemple, devait-elle être différente de celle employée par le commun des mortels ? On voit bien ici que le manque d’éléments de comparaison avec d’autres sites fouillés pour la même période est l’une des gageures auxquelles nous avons dû faire face. Il faut donc prendre ces travaux pour ce qu’ils sont : l’établissement d’un premier corpus de données archéologiques sur un site d’occupation chrétienne du xve siècle.

  • 18 Guebre Sellassie, 1930 : vol. 1, 169.

9Sans doute les questions n’étaient-elles pas les bonnes, en tout cas pour ce site-là. Les historiens souhaitaient en effet vérifier deux hypothèses : le camp royal, essentiellement composé de tentes d’après le témoignage du début du xvie siècle, ne comportait-il pas également certaines constructions en dur, pérennes, dans la mesure où les rois circulaient entre différentes capitales, toujours les mêmes, et revenaient donc régulièrement aux mêmes lieux ? Quant au camp lui-même, était-il structuré en plusieurs enceintes, comme le laissent entendre les sources écrites dont nous disposons, et quelle forme prenaient ces enceintes ? Le site choisi pour tenter de répondre à ces questions, en fonction de la vivacité des traditions entourant la présence d’un camp royal au xve siècle et l’absence de fouilles antérieures – comme ce fut le cas sur d’autres sites royaux au cours du règne de Ménélik18 –, ne pouvait pas apporter ces réponses notamment parce qu’une faible puissance stratigraphique y a été constatée. Mais cet écueil auquel nous avons été confrontés très tôt au cours des fouilles a contraint les historiens à chercher dans les textes, dans les traditions orales des éléments qui permettraient d’aider les archéologues dans leurs travaux. Où fouiller ? Que chercher ?

10À l’inverse, Gabriel n’aurait jamais émergé sans les archéologues. La mention par nos informateurs d’une église en ces lieux aurait été consignée dans un cahier de terrain et peut-être rapidement évoquée, voire oubliée dans une publication future tant il était difficile d’employer cette information dans nos travaux sur le camp royal. Or les fouilles ont fait surgir une petite église, certes, mais de construction soignée et possédant un riche mobilier. Cette découverte a littéralement inversé la perspective, de même que la mise au jour des tumuli le long de la rivière Šāy. C’est toute notre conception de l’histoire du Manz qui s’en est trouvée bouleversée. Elle était jusqu’à présent orientée par l’historiographie locale qui tendait à situer le Manz comme un bastion chrétien aux xvie et xviie siècles et un point de départ des reconquêtes chrétiennes du Šawā parce que, au xve siècle, cette région était l’un des territoires de prédilection des souverains chrétiens, comme en témoignait Mesḥāla Māryām.

  • 19 Perruchon, 1893 : 94.

11Les tumuli découverts dans la région viennent nous rappeler que l’histoire du Manz s’est faite aussi indépendamment du royaume chrétien. Ils signalent peut-être l’existence d’une élite locale relativement aisée et possédant une culture matérielle certes influencée par la culture aksumite mais disposant de traits propres. L’église de Gabriel, si elle est antérieure à celle de Mesḥāla Māryām (?), prolonge cette hypothèse. Avec la christianisation, les élites locales n’ont peut-être plus construit de tumuli, mais des églises, et ceci indépendamment d’un pouvoir royal qui n’était pas forcément très présent dans le Manz avant le xve siècle. En un sens, l’archéologie a remis le Manz au cœur de sa propre histoire et impose de considérer autrement l’implantation d’un camp royal dans cette région : une élite locale relativement fortunée, disposant d’une culture propre, représentait sans doute un danger pour une dynastie dont l’ambition au xve siècle était vraisemblablement d’unifier les chrétiens en un seul royaume, celui d’Éthiopie19.

La région du Manz au Šawā

12Le Manz est une région de très hauts plateaux (en moyenne 3 000 m d’altitude) située au nord du Šawā. C’est l’un des territoires les plus froids des hautes terres d’Éthiopie. La rigueur du climat n’y a d’égal que les contrastes du relief. Les trois hauts plateaux qui forment le Manz (du nord au sud : Gērāmeder, Lālomeder et Māmāmeder) sont isolés par de profondes entailles, dessinées par les rivières, qui exigent de longues journées de marche pour les franchir et atteindre le plateau voisin (Fig. 2.2). Le froid limite les cultures sur le plateau (en zone dagā – hautes terres au climat froid) essentiellement à l’orge en plein champ où les cailloux sont plus nombreux que les épis. La pierre est si abondante que les maisons, les greniers et les enclos sont érigés en murs de pierre sèche. Les parcelles de terre sont également délimitées par des murets en pierre, qui parfois font office de retenue contre l’érosion lorsque les cultures sont étagées sur des pentes lavées par les pluies qui peuvent être torrentielles entre juin et septembre (la grande saison des pluies, appelée kremt) et en avril (la petite saison des pluies, ou belg). Les quelques terrains qui ne sont pas mis en culture servent de pâture pour le bétail, moutons et chèvres, quelques rares vaches et bœufs pour le lait et les labours, mulets et ânes pour le portage.

Fig. 2.2 — Les plateaux du Manz et la localisation de Mesḥāla Māryām

13La végétation est rare. Des eucalyptus, arbre australien introduit en Éthiopie au xixe siècle, sont plantés aux abords des maisons pour procurer le bois nécessaire aux constructions, et des euphorbes pour former une barrière défensive. Le bois de chauffe est insuffisant pour les besoins quotidiens. Aussi l’essentiel du combustible est-il constitué des déjections animales consciencieusement ramassées par les jeunes gardiens de troupeaux, moulées comme des galettes et mises à sécher en piles dans les enclos familiaux. Quelques vieux arbres, majestueux, ont été jalousement préservés aux abords des églises, qu’ils signalent désormais. Le plus spectaculaire de ces bois est sans nul doute celui constitué par les genévriers et oliviers pluriséculaires de Mesḥāla Māryām qui entourent l’enceinte de l’église.

14Les pentes abruptes des canyons abritent encore une faune sauvage qui visite parfois les champs et villages en surplomb pour se procurer de la nourriture : quelques colonies de babouins géladas, des panthères et des hyènes. C’est aussi le domaine des acacias, accrochés à la roche et dont le bois mort est ramassé régulièrement par les femmes qui en remontent de lourds chargements sur leur dos pour le vendre ou pour les besoins du foyer. Les quelques replats sont cultives et occupes par des familles qui ont la jouissance de ces terres. Parfois ce sont des églises ou des communautés monastiques qui occupent ces espaces du qolla (basses terres au climat plus chaud) lorsqu’ils sont suffisamment larges, à 1’image de la communauté de Yalemānā Senboč Gedām, située en contrebas du village de Senboč, où se retirent les artisans – tisserands, potiers, forgerons – pour leurs vieux jours.

15C’est sur le plateau du Gērāmeder, à proximité de Mehāl Mēdā, que nous avons entrepris nos campagnes de fouilles et nos enquêtes historiques. Cette région avait déjà fait 1’objet de quelques études essentielles du point de vue de l’histoire postérieure au xvie siècle et qui ont été d’un grand apport pour situer nos propres travaux et interpréter nombre de traditions orales et écrites recueillies au cours de nos enquêtes.

  • 20 Isenberg & Krapf, 1968 : 297-311.
  • 21 Gräber & Smidt, 2007 : 437.

16Quelques voyageurs ont en effet circule dans le Manz au xixe siècle et ont livré leurs impressions et leur regard sur cette région à la fois rude et accueillante. Les premiers à traverser la région du Šawā dans les années 1840 furent les missionnaires protestants Isenberg et Krapf de la Church Missionary Society dont le journal a été publié en 1843. Krapf, qui resta seul ensuite, parcourut le Manz du sud au nord en 1842, en relevant notamment quelles étaient les personnes détenant le pouvoir dans la région, leur ascendance et leur lien avec le roi du Šawā, Sahla Śellassē (1813-1847), et quel impôt versaient les habitants du Manz à ce même roi20. Ces notations n’étaient pas dépourvues d’arrière-pensée, dans la mesure où Krapf espérait que la Grande-Bretagne puisse instaurer un protectorat sur l’Éthiopie qui permettrait notamment la diffusion du protestantisme21. Mais cela n’enlève rien à la qualité des informations historiques que nous livre son journal.

  • 22 Dubois, 2003 : 66-69.
  • 23 Soleillet, 1886 : 270-271, 280, 288.

17Dans les années 1880, c’est un Français, Paul Soleillet, qui s’intéressa au royaume du Šawā alors dirigé par Ménélik (1865-1889, puis roi d’Éthiopie de 1889 à 1913). Explorateur ayant parcouru une partie de l’Afrique du Nord et de l’Ouest, Paul Soleillet s’intéresse à 1’Éthiopie par le biais du commerce, tentant de développer la Société française d’Obock en entretenant des liens étroits avec le Šawā. Certains de ses écrits témoignent de sa volonté de favoriser la présence française en Éthiopie au détriment des Anglais22. Si ses mémoires historiques nous sont de quelque utilité, ce sont ses observations et notations sur les sépultures ou sur la place des artisans dans la société manzeh, remarques parfois très caustiques, qui nous sont les plus précieuses23, au regard des attentes suscitées par les fouilles archéologiques et nos enquêtes historiques.

18Les récits de ces missionnaires et explorateurs ont été largement exploités par quelques chercheurs ayant consacré des études dans lesquelles le Manz tient une place remarquable :

    • 24 Levine, 1964 : 204, note 2.
    • 25 Levine, 1965.

    Donald Levine qui a longuement séjourné dans le Māmāmeder et les deux autres plateaux du Manz entre 1958 et 196024, et a employé le matériel anthropologique mais aussi historique qu’il a recueilli lors de son travail de terrain pour son principal ouvrage sur la culture amhara25 ;

    • 26 Stitz, 1974.
    • 27 Dans certaines versions de l’Homélie en l’honneur de l’archange Raguel, il est fait mention explici (...)
    • 28 Basset, 1897 : 291-306, 340, 351, 402.

    Volker Stitz, un géographe, qui dans son étude de la géographie culturelle de l’Éthiopie centrale s’est en fait intéressé au Šawā en tentant de retracer le passé des territoires qu’il étudiait à partir des conquêtes de Grāñ et en montrant notamment la place exceptionnelle du Manz comme bastion chrétien après le ğihād musulman et les migrations oromo du début du xvie siècle, et comme point de départ d’une reconquête chrétienne du Šawā26. L’imam de l’Adāl Ahmad b. Ibrāhīm al-Gāzī, surnommé Grāñ (le gaucher) par les chrétiens, lança une guerre sainte contre le royaume d’Éthiopie à partir de 1527. Le roi chrétien Lebna Dengel (1508-1540) et son armée ne purent que reculer face à ces attaques, tant et si bien que la partie méridionale du royaume fut abandonnée à son propre sort tandis que la cour s’installait durablement à 1’ouest, dans le Goğğām, qui ne fut pas atteint par les incursions des troupes de Grāñ. La région du Manz fut touchée par cette guerre en 153127 et fut régulièrement parcourue par 1’armée musulmane à partir de cette date28. Mais en 1543, la mort de Grāñ signa la fin du ğihād, même si des affrontements réguliers entre le sultanat de l’Adāl et le royaume d’Éthiopie ont eu lieu pendant tout le xvie siècle.

    • 29 Ege, 1996.

    Svein Ege, un historien, qui dans son analyse de l’État du Šawā dans les années 1840, sous le règne de Sahla Śellassē, consacre de nombreuses pages à la place du Manz dans la conquête territoriale au Šawā mais aussi dans la conquête du pouvoir29.

  • 30 Anfray, 1983 : 507-518.

19Cependant, seul Francis Anfray s’intéressa aux vestiges d’une présence royale dans le Manz avant le xvie siècle. Il fit part dans un article d’un inventaire des sites historiques du Manz, signalant notamment les pierres sculptées de l’église détruite de Mesḥāla Māryām et les tumuli de la région30.

  • 31 À ce sujet, voir Derat, 2003.

20Cette production scientifique sur le Manz qui, à l’exception notable de Francis Anfray, fait table rase du passé antérieur au xvie siècle, reproduit la coupure historique du xvie siècle. Celle-ci est liée à deux événements. D’une part, le ğihād de l’imam Ahmed ibn Ibrahim (Grāñ) contre le royaume d’Éthiopie mené de 1527 à 1543 ; d’autre part, les migrations oromo qui ont entraîné l’installation de pasteurs nomades venus des régions méridionales de l’Éthiopie actuelle sur les hauts plateaux centraux. Les habitants de ces régions, qui avaient survécu aux guerres face aux musulmans, ont été contraints d’évacuer les terres les plus convoitées et de se retirer dans quelques régions forteresses, comme le Manz, ou dans les régions plus chaudes et moins salubres des pentes et des vallées en contrebas des plateaux. Tout se passe donc comme si, dans les travaux scientifiques, le royaume du Šawā qui se construit aux xviiie et xixe siècles, tremplin pour la conquête du royaume d’Éthiopie, n’avait aucun lien avec le Šawa du xve et du début du xvie siècle, dont 1’histoire a été oblitérée, alors qu’il s’agissait de l’une des régions centrales du pouvoir éthiopien, où les souverains passaient une grande partie de leur temps31.

  • 32 Basset, 1897 : 291-306.
  • 33 Levine, 1964 : 207.

21Mais les auteurs de ces travaux ne sont pas responsables de la rupture dans la chaîne du savoir. Celle-ci est le reflet d’un manque de sources historiques, principalement lié aux destructions du xvie siècle, souvent invoquées, mais ici à juste titre, puisque les armées de Grāñ ont effectivement pillé et incendie ce qu’elles pouvaient dans le Manz au cours de l’année 153132. Ces auteurs ne sont pas plus responsables de l’amnésie des habitants occupant aujourd’hui ces territoires, soit parce qu’ils sont les descendants des nouveaux venus au XVIe siècle, soit parce qu’ils sont les premières victimes de la disparition des textes anciens. Pourtant, un souvenir antérieur au xvie siècle émerge des mémoires. Celui de l’implantation dans le Gērāmeder du camp royal de Ba’eda Māryām au milieu du xve siècle, qui a laissé des traces matérielles, sujettes à de nombreuses interprétations aujourd’hui, mais aussi des traces mémorielles, que Donald Levine avaient relevées dans les années 196033, et qui sont toujours vives. Ce sont ces traces qui sont à l’origine des campagnes de fouilles menées à Mesḥāla Māryām entre 1998 et 2001.

Une brève histoire du Manz

  • 34 Kropp, 1994 : 5 (texte) = 9-10 (trad.) ; Marrassini, 1993 : 56-57.
  • 35 Voir à ce sujet Fiaccadori, 1988 : 141-150 ; Fiaccadori, 1989 : 146-147, 155-157 ; Reminick & Sokol (...)
  • 36 Au sujet de ce sultanat, voir notamment Cerulli, 1941 : 5-42.
  • 37 Poissonnier, Ayenachew, Bernard, Hirsch, 2011.

22Que savait-on de l’histoire du Manz jusqu’aux enquêtes que nous avons menées ? Le Manz n’apparaît dans la documentation ancienne qu’au moment où sa conquête par le pouvoir chrétien et sa christianisation sont en cours aux alentours des xive et xve siècles. La première mention du Manz dans les textes produits dans le royaume chrétien figure dans l’Histoire des guerres d’Amda eyon, qui fait le récit des campagnes victorieuses de ce souverain contre les sultanats musulmans en 1332. Le Šawā est au cœur du conflit qui oppose chrétiens et musulmans, et pour un temps, la région du Manz prend le parti des musulmans, mais est finalement vaincue par les troupes d’Amda Ṣeyon34. C’est la raison pour laquelle on considère communément que l’intégration du Manz au royaume d’Éthiopie remonte au xive siècle et que sa christianisation, sous les auspices d’un saint connu comme l’apôtre du Manz, Yoḥannes l’Oriental (Meśrāqāwi), affilié au mouvement monastique de Takla Haymanot, est la suite logique de cette conquête35. Cette information a le mérite de souligner qu’avant la présence chrétienne le Manz était sous influence musulmane, probablement parce que, jusqu’au xiiie siècle au moins, le sultanat musulman du Šawā36 avait plus de pouvoir dans la région que le royaume chrétien qui ne s’étendait pas alors sur des régions si méridionales. Des traces archéologiques et mémorielles de la présence musulmane ont été détectées dans le voisinage du Manz, à Gozé, et ont fait l’objet de travaux récents37.

  • 38 Marrassini, 1981 : XL, XLVI.
  • 39 D’après Gianfranco Fiaccadori, Yoḥannes l’Oriental peut être identifié avec un personnage qui aurai (...)
  • 40 Marrassini, 1981 : XXXV-XXXVI.
  • 41 Pour une localisation de ces monastères, voir Marrassini, 1981 : XLI-XLVI ; Fiaccadori, 1988 : 142- (...)
  • 42 Levine, 1964 : 209, note 2. Nous avons visité l’église de Ferkuttā en 1997 et nous avons pu y voir (...)

23L’apôtre du Manz, Yoḥannes l’Oriental, nous est connu par ses actes qui ont été rédigés à la fin du xvie ou au tout début du xviie siècle38, alors que la période d’évangélisation du Manz est généralement située au xive siècle39. Cet écart temporel important explique en partie la raison pour laquelle l’hagiographie du saint semble très peu construite sur des faits historiques. Yoḥannes est en effet présenté comme étant né en Palestine, ayant séjourné en Égypte avant de venir en Éthiopie à la demande du grand saint du Šawā du xiiie siècle, Takla Haymānot. Il aurait passé trente années auprès de ce dernier, Dabra Libānos, avant d’être nommé à la tête du Šawā nord-oriental comme évangélisateur. Il y aurait fondé quatre monastères, Dabra Safeğ, Dabra Azalo, Dabra Sagaro et Dabra Garo. Après avoir vécu cinq cents ans, il mourut et fut enterré à Dabra Egora40. Aucune de ses fondations monastiques ne figure dans le Manz41. Seul Dabra Egora, le lieu de sa sépulture, est aujourd’hui identifié comme étant Ferkuttā dans le Manz (au Gērāmeder), dans les traditions régionales sur le saint Yoḥannes42. Mais dans ces traditions orales, eč̣̣č̣̣ā Yoḥannes est considéré comme un saint ayant vécu durant le règne de Iyāsu Ier (1682-1706). On voit bien ainsi comment un personnage est devenu le symbole d’un mouvement de christianisation sans doute beaucoup plus complexe et plus long dans le temps que ce que peuvent nous en dire les récits hagiographiques, et comment Yoḥannes l’Oriental incarne à lui seul plusieurs figures de cette christianisation, sur plusieurs périodes.

  • 43 Levine, 1964 : 209. On pourrait se demander si cette tradition d’une fondation par Zar’a Yā‘eqob n’ (...)
  • 44 Au sujet de ces textes, voir plus loin, p. 29-37.
  • 45 À ce sujet, voir plus loin p. 60-61.
  • 46 EMML 1842, fol. 84r. Pour de plus amples développements sur ces églises, voir plus loin p. 61-62.
  • 47 Voir plus loin p. 26-37.

24Il faut attendre de fait le xve siècle pour disposer d’informations plus assurées sur l’intégration du Manz au royaume chrétien d’Éthiopie. D’après les traditions orales recueillies par Donald Levine, le roi Zar’a Yā‘eqob (1434-1468) aurait fondé une église à Ferkuttā, précisément là où les fidèles considèrent que Yoḥannes l’Oriental fut enterré43. Mais aucun document dans cette église ne permet de confirmer cette tradition. En revanche, de nombreux textes attestent de la fondation d’une église par le roi Ba’eda Māryām (1468-1478), fils et successeur de Zar’a Yā‘eqob à Mesḥāla Māryām44. À la fin du xve siècle, le roi Nā’od (1494-1508) aurait même fondé trois églises supplémentaires dans le Manz. Un seul document évoque ces événements. Il s’agit de l’Histoire des églises d’Éthiopie intégrée à l’Homélie en l’honneur de l’archange Ouriel, dont la première version est peut-être à dater de la fin du xviie ou du xviiie siècle45. D’après ce texte, le roi Nā’od aurait construit trois églises dans le Manz, dont la localisation nous échappe totalement : Dabra Mesrya, Dabra Qopros Dangāzē, et dans la région de Kālinā, Emmagwā46. Ces fondations royales, en particulier celle de Mesḥāla Māryām, qui est la plus assurée, soulignent la volonté du souverain éthiopien de marquer sa présence et son pouvoir dans le Manz, et de s’installer régulièrement en ces lieux puisque l’un des rôles des églises royales était de servir de point d’attache pour la cour royale itinérante47.

  • 48 Derat, 2003 : 213-218.
  • 49 Stitz, 1974 : 79-82.
  • 50 Mohammed Hassan, 1990 : 18-33.
  • 51 Stitz, 1974 : 79-82, 98-102.
  • 52 Lusini, 2005 : 140-141 et Bosc-Tiessé, 2010 : § 20-29.

25Ces symboles de la présence royale qu’étaient les églises royales furent des cibles privilégiées des attaques menées par les troupes de l’imam de l’Adāl, Grāñ48. Dès le milieu du xvie siècle, les Oromo, population de pasteurs dont l’origine est sujette à controverses, ont commencé à migrer vers le nord, s’engouffrant dans l’espace abandonné par les chrétiens, sous le coup des guerres de Grāñ, et laissé libre par les musulmans repoussés vers l’est49. Ils ont avancé rapidement au point de s’installer au Šawā à la fin du xvie siècle50, le royaume chrétien étant désormais centré sur les régions plus au nord et à l’ouest. Mais quelques poches chrétiennes ont été très peu touchées par ces migrations et, parmi elles, figure notamment la région du Manz51. Dans un texte chrétien du début du xviie siècle52, intitulé l’Homélie en l’honneur de l’archange Ragouel, le fléau apporté par les guerres de Grāñ et les migrations oromo est expliqué par les fautes commises par le roi Lebna Dengel (1508-1540). Ce texte se présente comme une prophétie, annoncée par Raguel au roi Lebna Dengel, sur ses successeurs. Le Manz y occupe une place à part :

  • 53 Caquot, 1957 : 99 (texte) = 113 (trad.).

Comme je te l’ai dit hier, il y aura pendant 250 ans beaucoup de païens dans toute la terre du Choa, au pied du Yarar et du Zeqwālā, dans les terres de Mugar et de Katatā, de Wagdā et de Sehgā, jusqu’au fleuve de Geyon et de Suhal, dans le pays de Tagulat et de Wifāt, mais non pas dans le Manzeh, car c’est le pays que garde Ouriel, l’ange qui a puisé le sang pur du flanc du Christ, ce sang qui purifie les hommes de leurs péchés et c’est ce pays que tes pères, les rois justes, ont donné (à Ouriel) pour que son nom y soit commémoré. (Les païens) ne dépasseront pas le fleuve de Libānos en direction du Manzeh. Ce pays, dont le nom est indiqué par Ἐ et dont je t’ai parlé, ton Dieu saint le préservera par ma main de l’atteinte des païens jusqu’à ce que règne un roi pacifique et juste53.

  • 54 Caquot, 1957 : 93 ; Guebre Sellassie, 1930 : vol. 1, 56 («  Mais au Choa, Yaeqob, le plus jeune des (...)
  • 55 Ainsi, dans la chronique du roi Ménélik II (1889-1913), on trouve le passage suivant au sujet de Le (...)
  • 56 Guebre Sellassie, 1930 : vol. 2, 163.

26D’après ce texte, l’un des fils de Lebna Dengel, Yā‘eqob, aurait trouvé refuge dans le Manz. La branche dynastique qu’il fonda atteignit son apogée avec l’arrivée sur le trône d’Éthiopie du roi Susneyos (1607-1632). Selon des traditions postérieures, Yā‘eqob serait l’ancêtre de l’un des futurs acteurs de la reconquête chrétienne du Šawā, Nagāśē Krestos54 (ca. 1682-1705). Cette ascendance n’est pas vraiment assurée mais le fait que Nagāśē Krestos et ses descendants s’en soient prévalus montre que l’Homélie en l’honneur de l’archange Ragouel eut un certain écho dans les milieux lettrés et que le texte servit comme base de construction de la nouvelle histoire du Šawā55. Plus tard, c’est bien sûr le roi du Šawā devenu roi d’Éthiopie, Ménélik II (1889-1913), qui fut identifié comme le «  roi pacifique et juste » annoncé dans la prophétie de l’archange Ragouel56.

  • 57 Levine, 1964 : 207-208 ; Stitz, 1974 : 89-98.

27Entre la fin des guerres de Grāñ et les débuts de la reconquête chrétienne du Šawā sous les auspices de Nagāśē Krestos à la fin du xviie siècle, les informations sont particulièrement floues et lacunaires. Tout juste peut-on évoquer une tradition toujours très vivace dans le Manz, concernant Gērā et ses deux frères, Lālo et Māmā. Celle-ci est très bien rapportée par Donald Levine. Un souverain éthiopien, selon les versions le roi Galawdēwos (1540-1559) ou un roi de Gondar (capitale du royaume chrétien d’Éthiopie à partir de 1632), aurait nommé à la tête du Manz trois frères, Gērā, Māmā et Lālo. L’étendue de leur territoire fut délimitée par la capacité de chacun à parcourir le plus d’espace possible en un seul jour. Gērā aurait été le plus rapide et aurait ainsi remporté le plus grand territoire57. Cette tradition donne ainsi une interprétation aux noms des trois plateaux qui constituent le Manz. Elle tend également à montrer que les liens entre le Manz et le royaume chrétien d’Éthiopie n’étaient pas rompus.

  • 58 Voir à ce sujet Ege, 1996 : 21.
  • 59 Stitz, 1974 : 102 ; Ege, 1996 : 21.

28Toutes les traditions s’accordent pour présenter Gērā comme un contemporain de Nagāśē Krestos, ce qui repousse la période de sa vie à la fin du xviie siècle. Ces deux personnages entrèrent en concurrence pour l’exercice du pouvoir sur le Manz. Mais c’est Nagāśē Krestos qui a laissé le plus d’empreintes dans l’histoire, probablement parce qu’il parvint, suite à de nombreuses expéditions militaires, à agrandir le territoire sous son contrôle, bien au-delà des limites du Gērāmeder où il était installé. D’après les historiens du Šawā, Nagāśē Krestos aurait été chargé en 1696 par le roi Iyāsu Ier d’assister les musulmans Argobba voisins contre les Oromo58. Mais cette information ne figure pas dans la chronique de Iyāsu Ier. Sa fonction est claire : elle donne une légitimité à l’action de Nagāśē Krestos, probablement en concurrence avec Gērā pour le contrôle politique de la région. Toujours est-il qu’à sa mort, en 1703, Nagāśē Krestos avait établi son pouvoir sur une région qui s’étendait du Gērāmeder au Māmāmeder au sud, à l’est jusqu’au mont Tārmābar, et il avait orienté la reconquête chrétienne vers le sud du Šawā59.

  • 60 Stitz, 1974 : 102-105 ; Ege, 1996 : 21-23.

29La succession de Nagāśē Krestos fut compliquée. Mais c’est l’un de ses fils, Sebestē (1703-1718), qui finit par l’emporter et se donna lui-même le titre de mar‘edāzmāč. Il établit sa résidence non plus dans le Manz mais à Doqāqit, beaucoup plus au sud, en bordure de la région musulmane de Yefāt (Fig. 2.2). Ce n’est que le successeur de Sebestē, Abeyē (1718-1743), qui revendiqua à nouveau le contrôle du Manz sur le successeur de Gērā, son petit-fils Golē, et obtint la soumission de celui-ci60. Cet affrontement a laissé de nombreuses traces dans les traditions historiques du Gērāmeder, mais nous y reviendrons ultérieurement. Malgré cette reprise en main, les nouveaux leaders du Šawā se sont matériellement éloignés du Manz, et la fondation de la résidence d’Ankobar par le mar‘edāzmāč Amha Iyāsus (1743-1774), qui connut un avenir florissant puisqu’elle resta l’une des résidences des rois du Šawā jusqu’au règne de Ménélik II, en est le symbole.

  • 61 Isenberg & Krapf, 1968 : 296-299 ; Ege, 1996 : 175-176.

30Afin de maintenir leur autorité sur le Manz, les mar‘edāzmāč du Šawā ont entretenu des relations matrimoniales avec les descendants de Gērā. La reine Zanamawarq illustre bien cette politique. Elle était la petite-fille de Golē, qui avait été obligé de se soumettre au mar‘edāzmāč Abeyē, et la mère du rās Sāhla Śellāsē (1813-1847), qui lui donna le gouvernement du Manz. Elle avait des possessions foncières dans la région du Gērāmeder, ce qui lui conférait sans aucun doute une autorité légitime sur la région. Et pendant son règne, les impôts prélevés par Sāhla Śellāsē sur le Manz furent très faibles61. Cet ensemble marque à la fois l’importance symbolique de la région dans l’assise politique des rois du Šawā et le poids encore considérable des descendants de Gērā au Manz.

  • 62 Cette généalogie figure dans le premier manuscrit conservé par Bagāšāw Walda Hānnā. Une édition et (...)

31La suite de l’histoire, la prise de contrôle du royaume éthiopien par les rois du Šawā, échappe pour partie à la région du Manz. C’est pourquoi nous ne l’évoquerons pas ici. Les événements qui se déroulent à partir du xviie siècle et la manière dont ceux-ci ont été rapportés par les historiens soulignent le rôle pionnier du Manz dans la reconquête chrétienne du Šawā et par là dans la conquête du pouvoir suprême. La plupart des historiens font remonter l’ascendance de Nagāśē Krestos au fils du roi Lebna Dengel, Yā‘eqob, en accord avec la prophétie figurant dans l’Homélie en l’honneur de l’archange Ragouel citée plus haut. Par cette ascendance prestigieuse, un lien est maintenu entre les souverains régnant avant les guerres de Grāñ et ceux qui ont reconquis les régions chrétiennes au xviie siècle. Pourtant, aujourd’hui au Gērāmeder, il est rarement question de ce fils de roi. Les ancêtres de Nagāśē Krestos ne sont évoqués que dans une généalogie manuscrite qui établit à la fois un lien avec Gondar au xviie siècle et une origine non pas manzeh, mais voisine62 (la région de Geša). En revanche, la figure de Gērā est beaucoup plus précise et son ascendance bien plus prestigieuse encore que celle de Nagāśē Krestos puisqu’il est présenté comme le petit-fils du roi Ba’eda Māryām (1464-1478) qui fonda l’église royale de Mesḥāla Māryām dans le Manz. C’est donc un autre lien qui est revendiqué : celui avec les grands souverains du xve siècle, au pouvoir incontesté, qui ont fait du Manz l’un des centres de pouvoir du royaume en installant une église royale dans la région. Cette prédilection pour la figure de Gērā dans les traditions locales manifeste aussi un trait de caractère très particulier. Les Manzeh sont jaloux de leur indépendance. Même s’ils tirent une certaine fierté de l’action de Nagāśē Krestos et de la place du Manz dans celle-ci, après tout, ce qu’ils apprécient le plus, c’est le combat de Gērā et de ses descendants pour conserver leur autonomie vis-à-vis des mar‘edāzmāč du Šawā, même si ce combat a échoué.

32Les enquêtes historiques et archéologiques que nous avons menées de 1997 à 2001 dans la région de Mesḥāla Māryām avaient pour principal objectif de mieux comprendre comment s’organisait la cour royale éthiopienne d’un point de vue matériel et spatial, situant notre propos résolument au xve siècle, période de l’installation du roi Ba’eda Māryām dans la région. Cette perspective s’est considérablement élargie au fil du temps, du fait de la mise au jour de tumuli qui témoignaient d’une culture bien antérieure au xve siècle, mais aussi d’une église du xve siècle qui ne semblait pas avoir de lien particulier avec le roi, au contraire de Mesḥāla Māryām. Les enquêtes ont également élargi le spectre des recherches tant les traditions se référant à Gērā et à Nagāśē Krestos étaient prégnantes et poussaient à s’intéresser à l’histoire locale pour mieux saisir les enjeux de la construction de cette histoire et sa préservation dans les mémoires. Tant et si bien que la région du Manz qui paraissait ne devoir être qu’un décor, certes grandiose mais secondaire, est devenue un objet principal dans nos travaux.

33Avant de présenter les fouilles réalisées à Mesḥāla Māryām, sur le site présumé du camp royal de Ba’eda Māryām, et à Gabriel, l’église du xve siècle révélée par les enquêtes, et leurs résultats, ainsi que le mobilier recueilli sur ces sites, il nous a paru nécessaire de présenter les traditions orales, les documents écrits que nous avons recueillis autour de ces sites. De cette enquête historique, il se dégage une histoire du royaume éthiopien au xve siècle vue depuis l’église royale de Mesḥāla Māryām, mais aussi une histoire du Manz, et plus précisément du Gērāmeder. C’est à un aller et retour constant entre passé et présent, entre mémoire et histoire que cet ouvrage invite le lecteur, tant le terrain, le présent de l’enquête ne peuvent se dissocier des fouilles, des mémoires et des archives.

Notes

1 Le sens de l’expression Mesāla Māryām n’est pas très clair, d’autant que l’orthographe adoptée dans les textes du XVe siècle n’est jamais la même. Si l’on accepte l’orthographe que nous avons choisie de conserver dans cet ouvrage, Mesāla, on peut alors traduire le nom de cette église royale comme étant la Nappe de Marie, meshāl étant la nappe qui couvre l’autel ou celle qui couvre les corps. Toutefois, une autre signification pourrait être acceptée, en adoptant une autre orthographe : Maṡhāla Māryām, qui voudrait dire Baldaquin de Marie. Mais cette orthographe est plus rare que la première.

2 Manz est le nom de la région. Nous utilisons le terme manze comme adjectif et/ou substantif, notamment pour désigner les habitants de cette région.

3 Les travaux menés à Mesāla Māryām ont fait l’objet de deux publications préliminaires : Hirsch & Poissonnier, 2000 : 59-87 ; Hirsch & Fauvelle-Aymar, 2002 : 315-335.

4 À ce sujet, voir Derat, 2003 : 272-278 ; Hirsch, 2000 : 67-69.

5 Kropp, 1988 : 52-53, 64-65.

6 Perruchon, 1893 : 23-29, 31-32, 39-40.

7 Beckingham & Huntingford, 1961 : 437-449.

8 Taddesse Tamrat, 1972 : 267-275 ; Kropp, 1988 ; Deresse Ayenachew, 2009.

9 Kropp, 1988 : 52-53, 64-65 ; Derat, 2002a : 41-52 ; Derat, 2002b : 267-274.

10 Heldman, 1994.

11 Derat, 2003 ; Pennec, 2003 ; Bosc-Tiessé, 2008 ; Wion, 2011.

12 Nous ne savons pas quelle était la dédicace de cette église. C’est la raison pour laquelle nous avons conservé ce qu’en disait la tradition orale et avons désigné cette église comme l’église de Gabriel, l’ambā elle-même étant appelée Gabriel.

13 Un inventaire de ces tumuli a fait l’objet d’une publication préliminaire. Voir Fauvelle-Aymar, Deresse Ayenachew, Hirsch, Bernard, 2007-2008.

14 À l’exception notable d’églises anciennes (antérieures au Xe siècle), comme celles d’Adoulis, de Yeha, d’Enda Cerqos ou de Ginbi, voir Paribeni, 1908 ; Doresse, 1956 ; Contenson, 1961 ; Ricci, 1976. En ce qui concerne des périodes plus récentes, seule l’église d’Enselalē (ca. XVe siècle) a fait l’objet d’une étude archéologique - relevé et ramassage de surface - mais pas de fouilles à proprement parler (voir Anfray, 1978).

15 Voir à ce sujet, Guebre Sellassie, 1930 : vol. 1, 169.

16 Un inventaire des tumuli du Manz a été publié par Fauvelle-Aymar et alii, 2007-2008.

17 Les premiers éléments d’information concernant cette culture ont été publiés par Hirsch & Fauvelle-Aymar, 2002 : 326-328.

18 Guebre Sellassie, 1930 : vol. 1, 169.

19 Perruchon, 1893 : 94.

20 Isenberg & Krapf, 1968 : 297-311.

21 Gräber & Smidt, 2007 : 437.

22 Dubois, 2003 : 66-69.

23 Soleillet, 1886 : 270-271, 280, 288.

24 Levine, 1964 : 204, note 2.

25 Levine, 1965.

26 Stitz, 1974.

27 Dans certaines versions de l’Homélie en l’honneur de l’archange Raguel, il est fait mention explicitement de la destruction de l’église de Mesḥāla Māryām par les troupes de Grañ, cf. C. Bosc-Tiessé, 2010 : 7-8 (de l’article) ; EMML 41, fol. 65r-66v ; EMML 60, fol. 53v-55r ; EMML 428, fol. 53v-55r.

28 Basset, 1897 : 291-306, 340, 351, 402.

29 Ege, 1996.

30 Anfray, 1983 : 507-518.

31 À ce sujet, voir Derat, 2003.

32 Basset, 1897 : 291-306.

33 Levine, 1964 : 207.

34 Kropp, 1994 : 5 (texte) = 9-10 (trad.) ; Marrassini, 1993 : 56-57.

35 Voir à ce sujet Fiaccadori, 1988 : 141-150 ; Fiaccadori, 1989 : 146-147, 155-157 ; Reminick & Sokolinskaia, 2007 : 752.

36 Au sujet de ce sultanat, voir notamment Cerulli, 1941 : 5-42.

37 Poissonnier, Ayenachew, Bernard, Hirsch, 2011.

38 Marrassini, 1981 : XL, XLVI.

39 D’après Gianfranco Fiaccadori, Yoḥannes l’Oriental peut être identifié avec un personnage qui aurait été nommé par l’abbé Filpos de Dabra Libānos à la tête de la région de Kel’at au Šawā au XIVe siècle, cf. Fiaccadori, 1988 : 141-143 ; Fiaccadori, 1989 :146-147, 155-157.

40 Marrassini, 1981 : XXXV-XXXVI.

41 Pour une localisation de ces monastères, voir Marrassini, 1981 : XLI-XLVI ; Fiaccadori, 1988 : 142-143.

42 Levine, 1964 : 209, note 2. Nous avons visité l’église de Ferkuttā en 1997 et nous avons pu y voir le manuscrit des actes de Yoḥannes l’Oriental, qui portait l’indication selon laquelle il fut microfilmé par le projet EMML, sous le n° 7676. Ce sont bien les actes édités et traduits par Paolo Marrassini que les personnes rencontrées sur place nous ont résumés.

43 Levine, 1964 : 209. On pourrait se demander si cette tradition d’une fondation par Zar’a Yā‘eqob n’est pas liée à une forme de concurrence avec les traditions entourant Mesāla Māryām qui attribuent l’église au fils et successeur de ce roi, Ba’eda Māryām. D’autres traditions attribuent la fondation de l’église de Ferkuttā non pas à Zar’a Yā‘eqob mais au saint du XIIIe siècle, Takla Hāymānot (Cecchi, 1886 : vol. 1, 375).

44 Au sujet de ces textes, voir plus loin, p. 29-37.

45 À ce sujet, voir plus loin p. 60-61.

46 EMML 1842, fol. 84r. Pour de plus amples développements sur ces églises, voir plus loin p. 61-62.

47 Voir plus loin p. 26-37.

48 Derat, 2003 : 213-218.

49 Stitz, 1974 : 79-82.

50 Mohammed Hassan, 1990 : 18-33.

51 Stitz, 1974 : 79-82, 98-102.

52 Lusini, 2005 : 140-141 et Bosc-Tiessé, 2010 : § 20-29.

53 Caquot, 1957 : 99 (texte) = 113 (trad.).

54 Caquot, 1957 : 93 ; Guebre Sellassie, 1930 : vol. 1, 56 («  Mais au Choa, Yaeqob, le plus jeune des fils d’Atié Lebnè-Denguel qui était resté à Guèmié dans la province de Mènz avec les vêtements royaux, engendra Sègoua-qal, ce dernier engendra Nègassi, qui engendra Sebestianos. Or le Seigneur, voulant réaliser la promesse faite à Atié Lebnè-Denguel par l’entremise de saint Ragouel, donna à Sebestianos la vigueur nécessaire pour rétablir par ses efforts et par sa vigilance le royaume du Choa ») ; Levine, 1965 : 289 note 24 ; Dege, 2007 : 1110-1111.

55 Ainsi, dans la chronique du roi Ménélik II (1889-1913), on trouve le passage suivant au sujet de Lebna Dengel : «  L’Atié [Lebna Dengel], s’enfuyant du Choa, laissa à Guèmié, dans la province de Mènz, son plus jeune fils appelé Yaeqob avec les vêtements royaux et partit lui-même pour le Tigré avec son fils aîné Guèlaoudéos [...]. La Sainte Vierge lui députa l’ange Ragouel chargé de lui transmettre sa réponse. Ce dernier lui apparut en une vision et lui dit : “Tu mourras en exil, mais ton royaume se rétablira et, parmi tes enfants, Guè régnera, Mi sera vendu ; Fi mourra ; Ya vivra heureux et en paix dans ton pays.” Il lui révéla ainsi ce qui devait arriver plus tard à ses enfants et à son royaume » (Guebre Sellassie, 1930 : vol. 1, 50-51).

56 Guebre Sellassie, 1930 : vol. 2, 163.

57 Levine, 1964 : 207-208 ; Stitz, 1974 : 89-98.

58 Voir à ce sujet Ege, 1996 : 21.

59 Stitz, 1974 : 102 ; Ege, 1996 : 21.

60 Stitz, 1974 : 102-105 ; Ege, 1996 : 21-23.

61 Isenberg & Krapf, 1968 : 296-299 ; Ege, 1996 : 175-176.

62 Cette généalogie figure dans le premier manuscrit conservé par Bagāšāw Walda Hānnā. Une édition et une traduction des deux manuscrits vus dans le Manz et conservés par Bagāšāw Walda Hānnā, un paysan de la région, doivent paraître prochainement dans la revue Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire, consultable en ligne.

Table des illustrations

Légende Fig. 2.1 — Sites étudiés dans le cadre du projet « ACI-Histoire et archéologie du haut plateau central de l’Éthiopie » : tumulus, «  camp royal » et ambā Gabriel
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/866/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 2.2 — Les plateaux du Manz et la localisation de Mesḥāla Māryām
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/866/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

Auteur

Historienne, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), affectée au Centre français des études éthiopiennes (CFEE, USR 3137-IFRE 23, CNRS, ministère des Affaires étrangères) depuis 2008

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540