Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gabriel, une église médiévale d’Éthiopie

 | 
Marie-Laure Derat
, 
Anne-Marie Jouquand

Avant-propos

Bertrand Hirsch

Texte intégral

1Nous sommes nés dans le Manz.

2Au-delà d’un parcours individuel, d’un chemin fait de rencontres, de hasards, de lectures, de découvertes, sur lequel nous sommes « jugés » et « évalués », la recherche est un « nous », l’expérience et l’histoire d’une communauté construisant un langage commun, qui ne collectivise pas les singularités mais leur donne la liberté d’exister les unes avec les autres.

3Notre première expérience commune se fit dans le Č̣āqātā (lire Tchaqata), nom actuel d’une région du Sud-Ouest du Wallo (capitale Wagaddi), l’antique Walaqā des sources médiévales. J’avais choisi cette région pour y étudier les processus de christianisation, espérant y combiner des sources monumentales – les restes de nombreuses églises rupestres, signalées par Stephen Wright, Roger Sauter et Francis Anfray – avec les gadl, les hagiographies des saints ayant œuvré dans cette région, dont le fameux Giyorgis de Sāglā. Une mission exploratoire, en décembre 1992, en compagnie de Tafari Abate, originaire de la région, qui rédigeait alors son doctorat de sociologie et m’avait été recommandé par Berhanou Abebe, en charge des relations extérieures de l’université d’Addis Ababa, avait confirmé le potentiel de la région, une région mal connue en raison de son éloignement de la capitale et de la difficulté de s’y rendre. L’année suivante, une équipe, composée principalement d’étudiants et d’étudiantes de l’université Paris 1, en cours de maîtrise ou de DEA, se rendit au Č̣āqātā pour inventorier et décrire les églises rupestres, visiter les monastères, comme celui de Gasseččā où se trouvait la tombe d’Abbā Giyorgis, et photographier les manuscrits liés à l’histoire locale. Nous y apprîmes que l’histoire médiévale de l’Éthiopie ne pouvait se faire, si nous voulions en renouveler le questionnement, que par des enquêtes de terrain, parce que le passage par le contemporain nous aidait à mieux saisir les processus de réécriture de l’histoire et sa dimension fondamentalement politique. C’est ainsi que nous croisâmes sans cesse la figure du mamher Tesfā, un moine de la région, qui avait dédié son existence à montrer que cette terre, aujourd’hui peuplée de paysans oromo, pour beaucoup musulmans, était dans le passé une terre chrétienne. Aussi avait-il resanctifié certaines églises anciennes, exhumé des hagiographies, milité sans cesse auprès des autorités centrales pour faire reconnaître sa « reconquête chrétienne » du Č̣āqātā. En somme, il mobilisait – et inventait à nouveau – le passé médiéval, comme l’avaient fait les lettrés chrétiens de la cour de Ménélik, à l’affût de manuscrits anciens, de vestiges archéologiques et d’églises en ruines, pour « démontrer » que de nombreux territoires conquis militairement en cette fin du XIXe siècle appartenaient historiquement au royaume chrétien depuis l’époque médiévale. Nous ne pûmes rencontrer mamher Tesfā puisqu’il décéda à Addis Abeba peu de temps après le début de notre projet, mais nous collectâmes de nombreux textes écrits par lui, dont une sorte d’autobiographie, rédigée sous la forme d’un texte hagiographique. Si plusieurs travaux individuels furent rédigés à la suite de cette mission, mémoires universitaires ou articles, notre conviction qu’il fallait continuer dans une approche collective et pluridisciplinaire en sortit renforcée. Le fait aussi que nous n’avions pas pu dater les églises rupestres inventoriées et décrites – une approche stylistique n’était pas suffisante pour assurer la datation de ces monuments –, qu’il nous était donc impossible de décrire chronologiquement le processus de christianisation de la région (était-ce à l’époque des rois Zāgwē, avant ou après ?) et de situer ces monuments rupestres en regard des textes manuscrits découverts nous fit prendre conscience qu’un travail en commun avec des archéologues était l’étape suivante et nécessaire de notre parcours.

4Une occasion se présenta quelques années plus tard. Comme souvent, elle fut le fruit d’une rencontre fortuite. Au départ, le projet était de découvrir un camp royal de l’époque médiévale et d’y mener des recherches archéologiques. Nous savions que les camps des rois étaient mobiles, provisoires, donc qu’ils avaient laissé très peu de traces, mais aussi que certains d’entre eux étaient liés à la fondation d’une église et d’un monastère qui parfois avaient subsisté jusqu’à nos jours. En discutant de ce projet avec un membre du CRCCH (Centre for Research and Conservation of Cultural Heritage), Ato Arega Bereded, celui-ci nous indiqua que dans sa région d’origine, le Manz, se trouvait une église du nom de Mesḥāla Māryām et que les habitants des alentours avaient conservé une mémoire de l’installation auprès de l’église du camp royal du roi Ba’eda Māryām, fils et successeur du roi Zar’a Yā‘eqob, qui régna de 1468 à 1478. Après une première visite du site, qui nous intrigua par la présence de vastes cercles de pierres sur le pré qui entourait l’église, une église récente mais qui réemployait des éléments décoratifs provenant d’une église ancienne, dont les motifs étaient semblables à ceux trouvés dans d’autres ruines d’églises datant des XIVe-XVe siècles, et à la suite d’entretiens avec les paysans de la région qui corroboraient l’existence d’une géographie palatiale dans les mémoires locales, nous décidâmes de bâtir un programme de recherche liant histoire et archéologie. D’autres contacts le rendirent possible. Par l’intermédiaire d’Ato Arega, je rencontrai l’ancien gouverneur de la région à l’époque de Hayle Sellase, qui nous soutint et écrivit plusieurs missives aux responsables de l’église et aux chefs des communes locales (qaballé) pour les convaincre d’accepter nos recherches et notre présence. Au Centre français des études éthiopiennes, dont je venais de prendre la direction, arrivait Bertrand Poissonnier, archéologue détaché de l’AFAN (Association française d’archéologie nationale), qui avait déjà une longue expérience des fouilles en Éthiopie dans les équipes dirigées par Roger Joussaume qui travaillaient sur le mégalithisme. Enfin, le renfort de François-Xavier Fauvelle-Aymar, qui venait de terminer sa thèse et vint passer un an en Éthiopie, particulièrement pour s’occuper de ce programme, fut déterminant. Ensemble, nous bâtîmes un projet pour le soumettre à un financement émanant du ministère de la Recherche, une ACI (action concertée indicative) dite « blanche », c’est-à-dire non fléchée.

5Le projet était ambitieux. Il s’agissait de mener des recherches historiques et archéologiques dans un « transect », une étroite portion de territoire allant du site de Mesḥāla Māryām, au cœur du Manz, jusqu’au rebord de l’escarpement, avec la perspective de fouiller et d’investiguer trois sites, le possible camp royal chrétien de Mesḥāla Māryām, un site « païen », en l’occurrence un site mégalithique, et un site musulman, avec l’espoir, si ces sites dataient de la période médiévale, de mieux comprendre les dynamiques historiques de cette région, en particulier avant et après l’arrivée du christianisme et de l’islam. Nous étions alors persuadés, et le sommes toujours, que l’une des impasses de l’histoire de l’Éthiopie était de faire du royaume chrétien un isolat, de céder à un modèle simpliste centre/périphérie, de partager l’idée d’une continuité, mythique, dans le temps long entre les différentes formes de l’État chrétien, d’Aksum à aujourd’hui, plutôt que d’essayer de comprendre de façon diachronique et synchronique l’histoire des différentes sociétés qui ont coexisté dans cet espace, en postulant que, parfois, des mêmes populations, parlant les mêmes langues, avaient pu avoir des destins différents sous l’effet de changements de religion et de domination politique.

6Le projet fut accepté et financé. Il bénéficia, du côté des autorités éthiopiennes, d’un soutien sans faille de nos collègues du CRCCH. Se constitua alors une équipe mixte d’archéologues (Régis Bernard, Frédéric Champagne, Kristell Chuniaud, Bernard Farago, Stéphan Hinguant, Pascal Lotti, Bertrand Poissonnier) et d’historiens (Marie-Laure Derat, Deresse Ayenachew, François-Xavier Fauvelle-Aymar et moi-même) qui allait pendant plusieurs années enquêter à Mesḥāla Māryām et dans ses environs, à raison d’un mois par an. Pour l’essentiel, les uns venaient de l’AFAN (aujourd’hui INRAP – Institut national de recherches archéologiques préventives), les autres de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ajoutons que les premiers, souvent, prenaient sur leurs congés pour venir faire des fouilles à Mesḥāla Māryām.

7Nous souhaitions, dès le départ, construire notre objet de recherche en commun et confronter nos questions et nos méthodes au terrain lui-même. Le « pluri » ou « multi » voire « trans »-disciplinaire n’existe pas vraiment dans les colloques ou autour des tables rondes, sinon en intention. Il se pratique dans la recherche au jour le jour, dans le choix d’une zone du site à fouiller, dans les discussions passionnées, le soir, lorsque le chantier est clos, dans le choc des interprétations, dans l’histoire légendaire qui se crée malgré vous et autour de vous, dans les relations vivantes, c’est-à-dire parfois conflictuelles et souvent pleines de malentendus qui se nouent avec les habitants du lieu. Insistons sur cette banalité, dont on ne soupçonne pas assez les implications : l’histoire et l’archéologie se font au temps présent. En ce cas dans une région aux paysages de montagne où la vie et le labeur sont rudes, où presque tous les habitants sont paysans, où la survie est la préoccupation constante. Et où la fierté d’être amarā, chrétien, c’est-à-dire d’être relié au passé glorieux du royaume chrétien, est portée très haut. Notre camp, de toile lui aussi, était installé près de l’église. Il fallait obtenir, pour mener des recherches, l’assentiment des prêtres mais aussi celui des responsables du qaballé. Rien ne peut se faire sans la participation des habitants du lieu, qui vous prennent dans les rets de leur propre conception du passé. Ils guident, montrent les lieux, ou pas, tracent des généalogies et des histoires, permettent ceci ou déconseillent cela. Et interprètent bien entendu ce qu’ils voient se faire sous leurs yeux, et avec eux, dans des récits qui nous sont peu accessibles et qui mêlent curiosité, irritation, hilarité parfois : que venir donc chercher sur ces hautes terres déshéritées ? Quel passé nous intéressait-il et pourquoi ? Quels objets, quels trésors aimantaient nos envies ?

8L’archéologie de l’époque médiévale – que l’on peut, par convention, définir ici comme la période allant de la fin du royaume d’Aksum, aux VIIe/VIIIe siècles, à la période dite gondarienne qui commence à la toute fin du XVIe siècle – était peu développée en Éthiopie, au profit de l’étude des seuls textes, à l’exception de quelques sites chrétiens fouillés notamment par Francis Anfray et des sites mégalithiques fouillés par Roger Joussaume, qui appartiennent pleinement à cette période, mais qu’il est encore difficile de faire coïncider avec des sociétés connues. Cela entraîne une conséquence majeure : la rareté, voire l’absence complète de collections de référence, en particulier pour la poterie ou les objets de parure, et la difficulté de faire des comparaisons avec d’autres bâtiments de la même époque. à vrai dire, nous partions un peu à l’aveugle. Il y avait certes la mention dans la chronique de Ba’eda Māryām de la fondation d’une église en ce lieu et le fait que nous y avions immédiatement « vu » – par imagination, mais n’est-elle pas l’aiguillon, trop souvent tu, de la recherche ? – le site idéal pour un camp royal, d’autant qu’il le restait encore dans les légendes topographiques et toponymiques locales.

9Pierre Michon, qui vint participer à l’une des campagnes de fouilles, décrit ainsi les raisons qu’il voit au choix par Ba’eda Māryām de ce site du Manz :

La fouille délimitait la ville de tentes d’un roi médiéval qui avait pris soin, comme Végèce le conseille ; « d’asseoir son camp dans un lieu sûr, où l’on puisse avoir en abondance du bois, du fourrage, de l’eau et un air sain ». Il y avait de tout cela en abondance ; il y avait aussi du grain, que les gens de là-bas enfouissent avec un soc de mimosa dur, moissonnent à la faucille et battent sur l’aire ; des genévriers géants, tabulaires, régaliens, propres à ombrager les rois ; des orgues basaltiques déchaussées, un culbutis de rocs, de beaux blocs polyédriques effondrés, qu’on aurait mangés, comme dans la Faim de Rimbaud, sur lesquels on s’asseyait, comme un roi ; et, passé le camp du roi et les orgues écroulés, il y avait une prairie longue et large plantée d’eucalyptus, tombant à pic sur le rempart naturel d’un canyon de trois cents mètres de haut. (Corps du roi, Paris, Verdier, 2002, p. 76).

10La description de ce passé peut-être fastueux, adossé à une géographie proprement fascinante, ne doit dissimuler ni la pauvreté actuelle de cette région ni le défaut des connaissances que l’on a de son passé. Les questions ne manquaient pas : si ce lieu avait vu un temps l’établissement du camp du roi, même pour une courte période comme il était d’usage au XVe siècle, ce katamå avait-il laisse des traces archéologiques ? S’agissait-il uniquement de traces discrètes, comme on pouvait s’attendre d’un camp fait de tentes et de poteaux en bois ? Ou construisait-on aussi des bâtiments plus pérennes ? Pourrions-nous, si le camp était repéré, en dresser le plan et le comparer au plan idéal du camp permanent que le roi Zar’a Yā‘eqob installa à Dabra Berhān, plus d’une décennie auparavant et que documente sa chronique ? Et, au-delà du seul camp royal, allions-nous trouver des vestiges antérieurs à la christianisation et nous permettant de mieux caler chronologiquement ce phénomène ? Serait-il possible de croiser documents archéologiques, textuels et mémoriels ?

11Comme souvent, la recherche est l’histoire d’une déception féconde. Nous n’avons trouvé aucune preuve tangible de l’établissement d’un camp royal sur ce site, les ruines autour de l’église étant probablement des traces d’habitat domestique. Le titre même de cet ouvrage, qui insiste sur l’église de Gabriel et des sites chrétiens aux environs de Mesḥāla Māryām, le montre bien ; rien donc qui permettrait de comprendre in situ l’organisation d’un camp royal du XVe siècle. Le camp de Ba’eda Māryām a ainsi été pour nous un mirage, dont la réalité s’éloignait à mesure que nos enquêtes progressaient. Au fond, que nous n’ayons pas trouvé exactement ce que nous recherchions est plutôt rassurant : l’histoire ne procède pas du dévoilement d’une réalité que nous supposons être ; et l’archéologie n’est pas la confirmation, par l’étude des traces conservées dans le sol, d’une histoire déjà construite au préalable. Les vestiges résistent à l’interprétation. Et seule cette résistance, si nous savons la regarder en face, nous donne la liberté de changer, peut-être, de paradigme.

12Si le camp royal ne fut pas trouvé, d’autres pistes se sont montrées fécondes ; outre la fouille de l’église médiévale de Gabriel, la mise au jour d’une culture de tumuli funéraires dans cette zone (baptisée « culture shay », du nom d’un cours d’eau local) et la fouille de plusieurs de ces monuments nous ont livré des éléments très neufs sur les populations de cette région avant leur intégration dans le royaume chrétien. La fouille du site mégalithique de Gadilloméda, site le plus septentrional actuellement connu avec des stèles phalliques, constitue une pierre d’attente pour une future intégration des recherches archéologiques sur les sociétés à stèles dans l’histoire médiévale de l’Éthiopie. Enfin, la fouille de la mosquée d’un site urbain ruiné de la période médiévale (Faqqi Dabbis), réalisée comme la précédente par une équipe conduite par Bertrand Poissonnier, a été le point de départ d’une dizaine d’années de recherches archéologiques et historiques dans les sites urbains musulmans de l’Ifāt, menées en compagnie de François-Xavier Fauvelle-Aymar.

13Mais revenons à ce volume, qui fixe, du point de vue des publications, le point de départ de ce long itinéraire collectif. Il marque à mon avis un tournant dans l’histoire de l’Éthiopie chrétienne des hauts plateaux à l’époque médiévale, et ce pour au moins trois raisons. Du point de vue de la méthode, il instaure, pour cette région et cette période, un véritable croisement entre archéologie et histoire, sans rien cacher des difficultés de cette rencontre, avec pour ambition de confronter l’ensemble des traces du passé : matérielles (issues des fouilles), écrites et orales. Il constitue aussi la première étude archéologique extensive d’une église de l’époque médiévale, l’église dite de Gabriel, qui permet de replacer ce monument dans son contexte chronologique, de s’interroger sur le lien entre église chrétienne et pratiques funéraires, et de réfléchir sur son organisation liturgique. Enfin, l’analyse minutieuse du matériel exhumé pendant les fouilles devrait fournir un cadre de référence pour les études à venir sur la période médiévale.

14Pour ce travail pionnier, nous devons féliciter les deux coordinatrices de l’ouvrage, Marie-Laure Derat, historienne au CNRS, et Anne-Marie Jouquand, archéologue à l’INRAP, qui ont su concrétiser avec talent cette alliance entre archéologie et histoire, et dépasser la discordance des temps qui marque parfois ces disciplines. Sans oublier François-Xavier Fauvelle-Aymar, qui a su mobiliser les énergies de toute l’équipe pour rendre possible la publication des premiers résultats de nos investigations dans le Manz. Nos pensées vont enfin à deux amis, piliers de ces recherches, disparus avant la publication de cet ouvrage : Arega Bereded et Kalamwa Araya.

Auteur

Historien, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ancien directeur du Centre français des études éthiopiennes (CFEE) de 1997 à 2001, il est membre du Centre d’études des mondes africains (UMR 8171, CNRS et université Paris 1)

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540