Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bulletin de la Maison des études éthiopiennes | Novembre 1993. N°3

 | 
Jacques Bureau

Éditorial

Texte intégral

1Ce troisième numéro du Bulletin de la Maison des études éthiopiennes est consacré à quatre des principales tendances de la recherché éthiopisante française.

2Archéologue spécialiste du mégalithisme européen, Roger Joussaume étudie aussi, depuis plus de vingt ans, les mégalithes d’Éthiopie. Ayant déjà publié un premier ouvrage sur les monuments mégalithiques du Harrar, en 1980, et son étude du site de Tiya devant très prochainement paraître, Roger Joussaume nous présente ici les arguments de sa recherche. Situant le cas éthiopien dans l’ensemble des recherches sur le mégalithisme dans le monde (voir aussi son volumineux ouvrage intitulé Des dolmens pour les morts, Paris, Hachette, 1985) il introduit le lecteur à la connaissance des principaux sites d’Éthiopie, retrace ce qui a été entrepris de leur étude, et souligne toute la nécessité et tout l’intérêt qu’il y a à poursuivre cette recherche. Roger Joussaume ouvre d’ailleurs en ce moment même un nouveau chantier de fouille dans la région Sidama ; il s’agit en l’occurrence d’étudier les très nombreux sites de stèles phalliques, dont maintes images ont été reproduites depuis plus de soixante ans, mais dont on ne sait toujours pas quand elles ont été érigées, par qui, et pourquoi.

3Historien, enseignant à Paris I - Sorbonne, Bertrand Hirsch publie ici, en collaboration avec Tafari Abate, enseignant à l’Université d’Addis-Abeba, les premiers résultats de leur mission de 1992 dans la province du Wollo. Assistés cette année de trois de ses étudiants, Bertrand Hirsch entreprend de retrouver les traces de l’histoire religieuse, culturelle et politique de cette région dont il reste à préciser le rôle qu’elle a longtemps joué dans la construction de l’identité nationale chrétienne, et dans la préservation de celle-ci après les invasions musulmanes et les migrations oromo du xvie siècle. Passant par la visite de nombreuses églises, jusqu’à maintenant non répertoriées, et par la collecte de manuscrits et de traditions orales, cette recherche s’inscrit certes dans la grande tradition éthiopisante classique, mais pour revivifier celle-ci par des méthodes nouvelles ainsi que s’en explique Bertrand Hirsch.

4Chargé de recherche au CNRS et professeur de littérature éthiopienne à l’École nationale des Langues et Civilisations Orientales, Alain Rouaud, dont nous avons déjà présenté la magistrale étude de l’écrivain Afä Wärq dans le Bulletin n1, s’attache à la réédition et à la traduction des premiers classiques de la littérature amharique moderne. Nous avons ainsi choisi sa réédition, dans le Bulletin des Études Africaines de l’INALCO, des brefs conseils adressés par un anonyme intellectuel éthiopien à ses compatriotes en partance pour l’Europe. Le lecteur éthiopien y découvrira un amharique limpide, et singulièrement rafraîchissant ; quant au lecteur francophone, découvrant dans ce texte les soucis d’un homme à la fois bien né et respectueux des coutumes de l’Autre, il pourra s’interroger sur les pas que l’Occidental aurait faits, ou aurait dû faire, vers l’Abyssin.

5Dans le même sens que son collègue Alain Rouaud, mais tourné ici vers les sociétés éthiopiennes sans tradition écrite, Jacques Bureau présente quatre des textes de son recueil de littérature Gamo à paraître prochainement. Il s’agit de quelques uns de ces innombrables récits historiques des peuples d’Éthiopie méridionale dont la publication manque encore à la littérature éthiopisante.

© Centre français des études éthiopiennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter