Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bâtisseurs sur les deux rives de la mer Rouge

 | 
Jean-François Breton

Conclusion : architectures d’Axoum et d’Himyar

Texte intégral

1Himyar et Axoum se présentent comme deux mondes traditionnels, clos, isolés l’un de l’autre, à l’écart des grands courants architecturaux du monde gréco-romain et peu sensibles au « goût du jour » gréco-romain.

2Traditionnels tout d’abord, par les techniques de construction et par la conception de la plupart des édifices. Soulignons le d’emblée, la mise en œuvre de puissants soubassements de pierre, aux murs internes liaisonnés à l’orthogonale, formant des radiers surélevés, et surmontés d’étages en bois remonte à des périodes très anciennes que l’on pourrait tenter de remonter aux IXe-VIIe siècles avant notre ère. Au cours de la longue période s’étendant de la période sabéenne archaïque à la période axoumite, bien que peu de monuments puissent l’attester, la conception et la réalisation de ces bâtiments semble similaire. L’aspect extérieur des édifices offre les mêmes caractères, massifs, défensifs et prestigieux. Deux points toutefois distinguent les édifices himyarites des axoumites : la généralisation des appareils réguliers en Arabie du Sud (opposée au petit appareil à moellons renforcé dans les angles à Axoum), et la complexité des armatures de bois en Arabie (opposée à la seule présence de bois sans chaînages à Axoum). Simples coïncidences ou signes d’interactions, la généralisation des édifices à piliers et chapiteaux monolithes en pierre dans les deux territoires accentue l’effet des similitudes. Que ces techniques aient été en usage pendant plus d’un millénaire témoigne bien d’un savoir traditionnel peu sensible aux influences extérieures.

3Une image devrait retenir notre attention, celle de deux mondes clos. Les hautes terres du Tigray comme de Himyar se situent, tant par leur histoire que par leur relief, à l’écart des grandes routes commerciales. Au Yémen, la vieille route caravanière semble peu à peu délaissée au profit de la lointaine navigation par mer, tandis qu’Axoum ne s’est guère tourné vers la mer Rouge, hormis par son unique point d’entrée, Adulis. L’autarcie de ces deux massifs montagneux l’emporte sur une ouverture nécessaire vers l’extérieur. Certes, à plusieurs reprises au cours des Ve et VIe siècles, Himyarites et Axoumites ont franchi la mer Rouge, certes les Abyssins ont occupé Himyar et y ont installé leur contrôle, mais il resterait à évaluer leurs interactions dans le domaine de l’architecture et du décor. Il est vrai qu’hormis la « cathédrale » de Sanaa, dont il ne reste presque rien, on ne peut compter aucun édifice proprement axoumite au Yémen, et de même aucun bâtiment sudarabique ne semble avoir été élevé à Axoum. L’architecture d’Axoum, du moins ce que l’on en connaît, parait résulter de fortes traditions locales ou régionales et non d’une quelconque influence extérieure majeure.

4Deux paysages architecturaux, urbains et iconographiques semblent, au risque d’une simplification extrême, s’opposer. Les villes d’Arabie du Sud héritent de longues traditions d’une architecture militaire et religieuse. Elles se sont développées à l’intérieur de remparts, parfois imposants, où les portes ont servi à l’organisation des circulations intérieures. Certes un certain nombre d’établissements échappent à cette règle, comme en Hadhramawt et sur certains hauts-plateaux, mais la règle demeure de villes et villages fortifiés. Quant à leur urbanisme, il semble marqué par une forte emprise sociale des tribus, et par une multitude de sanctuaires (tribaux ou fédéraux).

5S’il fallait en quelques mots résumer l’urbanisme des villes axoumites, ce serait à l’opposé. Aucune grande ville ne comporte de remparts, aucune porte n’a donc laissé son empreinte dans l’organisation urbaine. Les sanctuaires de l’époque païenne sont curieusement absents : à Axoum aucun d’entre eux n’a été jusqu’à présent formellement identifié, et seuls les villages de Hawelti/Haoulti et de Ouchatei Golo en comptent un. La fonction religieuse de ces établissements reste encore à démontrer.

6À ces deux mondes himyarite et axoumite, il fait défaut d’une longue tradition iconographique que les sanctuaires illustrent souvent, beaucoup plus que les édifices civils. L’iconographie que les périodes anciennes ont livrée se caractérise soit par sa rareté soit par une certaine maladresse d’exécution. Quelles œuvres majeures les périodes pré-axoumites ont-elles laissées, hormis les personnages féminins assis de Hawelti et de Meqaber Ga’wea ? En Arabie du Sud, on ne peut énumérer qu’une dizaine, tout au plus, de statues de bronze. L’art oriental gréco-romain devait, alors fournir des modèles nombreux et variés, et Rome exportait ses statuettes ou statues en grandes quantités. Himyar s’ouvrit un peu au goût du jour mais dans des proportions limitées, à en croire les quelques statues de bronze de Jabal al-‘Awdh et de Ghaymân. Mais à l’inverse, Axoum semble en avoir peu importé, dans un premier temps, puis copiées par la suite et n’a produit aucune statuaire de pierre. En définitive, on ne saura guère quelles images ont élaboré les représentants de l’idéologie officielle ou des religions successives, païennes puis chrétiennes. Ce qui en dit long sur la présence d’un éventuel milieu artistique, réduit sans doute à illustrer le monnayage. Ces monnaies royales axoumites, à l’effigie des rois, représentent sans doute la seule véritable tradition iconographique propre.

© Centre français des études éthiopiennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540