Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bâtisseurs sur les deux rives de la mer Rouge

 | 
Jean-François Breton

Chapitre 8. L’architecture des périodes tardives en Arabie du Sud et au Tigray (Ier-VIe siècles)

Texte intégral

8.1. Himyarites et Axoumites

  • 1 Desanges 1978 : 155-173.
  • 2 Strabon, Géographie, II, 5, 12 puis XVII, 1, 13.
  • 3 L’identification du port de Myos Hormos reste incertaine, Sidebotham 1989 : 204-205.

1Dès le IIe siècle avant notre ère, les marins s’aventuraient régulièrement en mer Rouge ; depuis longtemps ils trafiquaient entre l’Égypte et l’Inde en franchissant le détroit de Bab al-Mandab. Les Arabes étaient cependant leurs intermédiaires obligés : il fallait bien transborder les marchandises à Aden puisque les bateaux indiens ne parvenaient pas jusqu’en Égypte. Vers 117 avant notre ère, un marin dénommé Eudoxe de Cyzique entreprit son premier voyage, il utilisa à cet effet le régime des vents et des courants qui sont majoritairement orientés vers le sud en juillet ; à l’inverse, au retour, il se servit des vents qui tournent au nord en janvier, au moins au niveau du détroit et des côtes d’Arabie du Sud1. Bien entendu, il fallut attendre quelques années voire quelques décennies pour que des liaisons prissent un tour régulier impliquant la maîtrise du système des moussons. Strabon porte au crédit des derniers Lagides l’organisation de ces flottilles d’une vingtaine de bateaux qui chaque année franchissaient les détroits2 et s’élançaient vers l’Inde à partir du cap de Gardafui. Plus louangeur encore à l’égard d’Auguste, il précise que cent vingt navires mettaient désormais la voile de Myos Hormos (l’actuel port d’Abu Sha’ar3 ?) pour l’Inde, au temps d’Aelius Callus. Le nombre de navires aurait ainsi sextuplé au début de l’occupation romaine de l’Égypte et encore augmenté sous Tibère.

8.1.1. Un manuel pour commerçants : Le Périple de la mer Érythrée

  • 4 Casson 1989.

2Le Périple de la mer Erythrée, étrange document rédigé vers le milieu du Ier siècle, dévoile ces nouveaux horizons commerciaux. Œuvre anonyme, il se présente comme un manuel renfermant toutes les informations utiles à un négociant romain qui voudrait se lancer dans une expédition commerciale en mer Rouge et dans l’océan Indien4. Celui-ci y trouve les itinéraires, les noms des principaux ports, les catégories de marchandises disponibles ou encore les affaires à réaliser, sans oublier les noms des chefs locaux et des souverains.

3Le Périple mentionne d’abord les quatre ports majeurs sur les côtes d’Arabie : Mouza (Mawza’ au sud de l’actuelle Makhâ), Océlis (probablement l’actuelle Shaikh Saîd), Arabie Heureuse (Aden) et Qana’ (l’actuelle BirAlî). Les deux premiers appartiennent, rappelons-le, aux rois de Saba’ et dhû-Raydân : le « Charibaël » n’est autre qu’un Karib’îl, roi des Homérites (Himyarites) et Sapahar la capitale de Zafâr. Les maîtres d’Aden ne font l’objet d’aucune mention car il n’est pas assuré que les Qatabanites le tiennent encore. Quant à Qana’, il appartient au roi du Hadhramawt Eléazos (Ilî’azz Yalût). Enfin, le Périple ne mentionne qu’un seul grand port sur la côte occidentale de la mer Rouge : Adulis.

  • 5 Robin 1991 : 1-31.

4Ce Périple constitue donc une mine de renseignements sur la géographie, sur les ports et sur leur activité au milieu de notre ère, plus précisément entre 40 et 70, date probable de sa rédaction5. Hormis ce texte fondamental, d’autres documents, à vrai dire peu nombreux et très disséminés, illustrent aussi ces relations commerciales. Sur les rives égyptiennes de la mer Rouge, à Leukos Limen (le port le plus proche de Coptos, sur le Nil), on a retrouvé les traces d’un commerçant himyarite et d’un négociant d’Aden entre 57 et 70. À Alexandrie, qui accapare alors tout le trafic de la mer Rouge, il est probable que des Sudarabiques trafiquaient aux côtés des Syriens et des Indiens. Désormais les horizons commerciaux de l’Arabie méridionale et de l’Éthiopie (dans une mesure qu’il reste à démontrer) s’ouvrent très largement et naturellement les emprunts culturels suivent.

8.1.2. L’expansions de Himyar (fig. 8.1)

  • 6 Moyenne sur dix ans (1978-1988) à Yarîm avec un maximum de 1717 mm en 1981. La moyenne au col de Su (...)
  • 7 Ryckmans 1963 : 211-226.

5Sur les hautes montagnes du Yémen central, dans la région de Dhâmar et de Yarîm, une modeste tribu d’origine qatabanite, Himyar, commence pour des raisons encore obscures à émerger de cet horizon tribal et à créer un ensemble plus cohérent. Celui-ci s’organise autour des maîtres du château de Raydân à Zafâr, à quelques kilomètres au sud-est de Yarîm. C’est ce lignage qui impose peu à peu son titre de « dhû-Raydân » et sa domination sur toute la plaine de Dhâmar jusqu’au col de Yaslah. Contrairement aux périodes archaïques, cette nouvelle confédération n’a pas pour ciment le culte d’une divinité, en l’occurrence ‘Athtar, mais l’allégeance à un maître commun. Vers 110 avant notre ère, ce territoire se constitue en principauté indépendante qui s’étend progressivement à l’ouest vers les montagnes situées au-delà de la zone de partage des eaux, et au nord où elle se heurte aux tribus sous domination sabéenne. La rupture définitive intervient dans le dernier quart du 1er siècle avant notre ère lorsque les maîtres de Raydân se proclament « rois de Saba’ et dhû-Raydân ». La raison en est simple : la dynastie himyarite s’est probablement emparée du royaume de Saba’. Les raisons d’un tel succès demeurent obscures. Le cœur de Himyar correspond à ce Yémen vert et prospère de la plaine de Dhâmar et de ses environs. Des pluies abondantes (près de 400 mm par an à Dhâmar et plus de 900 mm à Yarîm6), et des sols fertiles permettent une production agricole abondante et un élevage intensif. L’introduction du cheval au Ier siècle eut probablement des conséquences importantes, il permit la constitution d’une cavalerie7. Au IVe siècle enfin, l’Arabie méridionale est unifiée par la dynastie himyarite et cette unité ne sera plus remise en cause jusqu’à la conquête perse.

8.1.3. Axoum et l’Arabie du Sud

6Au IVe siècle en Arabie du Sud, l’événement majeur est la conversion au judaïsme de la dynastie himyarite, suivie de celle des grands lignages. Elle est à peu près contemporaine de la conversion au christianisme du roi ‘Ezana en Éthiopie. Les Éthiopiens, alliés de Rome, étaient alors très actifs en mer Rouge et certains s’étaient déjà installés en Arabie du Sud dès la fin du IIIe siècle.

  • 8 Bowersock 2012 : 23-26.

7En 518, un usurpateur, Yûsuf As’ar Yath’ar, affirmant avec vigueur son judaïsme, s’en prend aux Éthiopiens du Yémen puis aux chrétiens de Najrân. Kaleb, négus d’Éthiopie, soutenu par Rome, envahit alors le Yémen, et en fait un royaume vassal. Quelque temps plus tard, vers 542, le trône est occupé par un Éthiopien du nom d’Abrâhâ qui prend progressivement ses distances vis-à-vis d’Axoum8. Vers 570 la présence axoumite s’efface et les Perses occupent le pays sans difficultés.

8.2. L’architecture sur les hautes terres himyarites

8Prospections et fouilles permettent désormais de mieux connaître l’architecture des hautes terres du Yémen, de la région du Khawlân au nord, à celle de Hugariyah au sud, soit sur près de 300 kilomètres du Nord au Sud. Ces régions se situent en moyenne à 2000 mètres d’altitude dominées par quelques montagnes qui culminent à 3760 mètres au Jabal Nabî Shu’ayb. Elles produisent en grande quantité des pierres, du calcaire, du tuf volcanique, des grès et des granits. Quant aux pierres semi-précieuses, déjà mentionnées au Xe siècle, elles se classent en quartz, agate, calcédoine, albâtre, etc.

8.2.1. Matériaux de construction

9Les calcaires colorés de diverses nuances, gris, vert, rose et basaltes sont couramment utilisés dans les régions septentrionales. On suppose que les bâtiments prestigieux, comme le fameux palais Ghumdân à Sanaa, étaient construits en calcaires de diverses couleurs. Les granits sont d’un usage courant dans le Hugariyah, aux environs d’al-Baydâ’ et sur toutes les hauteurs qui dominent les wâdîs Harîb et Bayhân. Comme le bois semble avoir été fort abondant, il n’est pas étonnant que les constructions à ossatures de bois aient été si fréquentes, les écrits, même tardifs, de Hasân al-Hamdâni font état de violentes destructions par le feu de ces édifices princiers.

8.2.2. Les grands socles de pierre

10Une grande partie des édifices himyarites ont disparu soit par destructions ou incendies successifs soit par réoccupations ou transformations postérieures. Il n’en demeure pas moins que de nombreux soubassements de pierre, certains en appareil régulier de belle qualité, sont encore visibles de nos jours, surmontés parfois de constructions en moellons modernes.

11Les socles carrés ou rectangulaires constituent, comme dans les périodes les plus hautes, le module général de construction. Aucune dimension moyenne ne peut être fournie : on note des socles de petite taille (8 m sur 8 m), de plus grandes (de 10 m sur 12 m) et à Sirwâh (Arhâb) un socle exceptionnel de 37 mètres sur 31 mètres. Dans la ville d’al-Mî’sal, les dimensions varient entre 8 et 10 mètres ; à Qaniya al-Husn le palais mesure 16 mètres sur 11,50 mètres ; à Silâ’ (dans le Jabal Kânin) 22 mètres sur 15 mètres. Ces soubassements comportent des murs disposés à l’orthogonale, formant une trame régulière décaissons bourrés de matériaux divers, destinés à supporter les charges des superstructures. Cette trame consiste généralement en deux murs longitudinaux et de murs perpendiculaires déterminant ainsi l’organisation du rez-de-chaussée : les deux premiers correspondant au couloir axial et les autres aux pièces latérales. Ces fondations peuvent aussi supporter des bases de piliers qui forment alors une ou des salles hypostyles, comme on en voit tant dans les régions du Arhab et du Khawlân, au nord de Sanaa.

12Nombreux sont ces puissants soubassements qui comportent des dédicaces de construction encastrées sur leurs flancs.

8.2.3. La diffusion des piliers et chapiteaux de pierre (fig. 4.21, 8.2 et 8.3)

N° inscription

Lieu

Nom de la maison

Date

Al-Iryâni n° 19

Mâ’rib

maison CRT

mil. IIIe siècle

Qâniya 1

Qâniya

2 maisons

mil. IIe siècle

Qâniya 3

Qâniya

maisons HRN and N’MM

IIe siècle

Gl 1209

Itwâ’

maison ‘TWTm

RES 4708

Nakhlat al-Hamra

maison HMW

mil. IIIe siècle

CIH 37

Ya’ûd

maison HY’D

mil. IIe siècle

A 671

M. Halamlam

tour YF’M

IIe siècle

RES 4648

Shibâm-Sukhaym

maison Yagûr

IIIe siècle

RES 403

Zafâr

maison dhû-YKR

IVe-Ve siècle

Istanbul 7630

inconnu

maison dhû-DHR DHRN

IVe/Ve siècle

CIH 644

inconnu

maison Yarish

VIe siècle

13Des centaines de piliers de pierre, carrés, octogonaux ou aux pans parfois coupés ont été relevés sur les hautes terres, certains par Rathjens (dès 1953) puis par Griaznevitch (en 1994). Ils se terminent par des chapiteaux monolithes aux handes superposées soit lisses soit ornées de rainures horizontales ou encore de motifs de pseudo-boutisses. On compte ainsi 2 bandes horizontales, 4, voire 6 alternant bandes lisses et bandes décorées de motifs divers ; leur hauteur moyenne avoisinant 30 centimètres (fig. 8.6) et hon nombre d’entre eux comportent des tenons sur leur face supérieure (fig. 8.2).

  • 9 Rathjens 1953 : fig. 26.
  • 10 Radt 1973 : pl. 9-10.

14L’apparition de ces piliers à section rectangulaire et à chapiteaux monolithes s’inspire de façon assez lointaine de l’architecture sabéenne antique ; toutefois leurs modules et leurs proportions semblent assez différents. Soulignons un fait nouveau : l’apparition de colonnes dont l’architecture sabéenne ne connaît pas l’emploi. Bien qu’ils soient vraisemblablement tardifs (IIIe ou IVe siècles), deux fragments de colonnes ont bien été trouvés dans le palais royal de Shabwa). De son côté, C. Rathjens a découvert quelques fragments de colonnes à ‘Amrân9 et d’autres à Sûq al-Shibâm (fig. 8.3) et à Silâ. Dans son catalogue du musée de Sanaa, W. Radt publie quelques colonnes cannelées en provenance de Shibâm-Kawkaban10 et de Baynûn, ainsi que quelques colonnes monolithes comprenant bases et fûts, ce qui paraît une bien curieuse adaptation de modèles classiques.

  • 11 Radt 1973 : pl. 8-9, nos 23-24.
  • 12 Simpson 2002 : 152.

15Des chapiteaux à feuilles d’acanthe ont enfin été relevés à Shibâm-Kawkabân11, à Tan’im et à Baynûn. Ces feuilles d’acanthe à fonction décorative et non fonctionnelle adaptées de modèles classiques. Elles en diffèrent profondément par leurs proportions et leurs arrangements ; en effet, contrairement aux modèles classiques : les feuilles sont placées directement les unes aux dessus des autres12.

  • 13 Voir notamment Krencker 1913 : 106. Certains chapiteaux ornés d’une croix pourraient remonter au mo (...)

16Sur les hautes terres axoumites, on trouve certes quelques exemplaires de chapiteaux à feuilles d’acanthe – de lointaines imitations de modèles gréco-romains13. Néanmoins, ils ne sont guère nombreux. Dans l’attente de nouvelles découvertes, concluons provisoirement que l’influence gréco-romaine n’a fait qu’effleurer l’art axoumite.

8.3. Le travail de la pierre à Axoum (J.-Cl. Bessac)

17Axoum présente une assez grande uniformité de formules architecturales, de matériaux, de techniques de construction qui justifie une place particulière dans ce volume.

8.3.1. Les roches d’Axoum utilisées pour les monuments

18Sur les marges nord et nord-est du site, dès qu’on aborde les flancs des massifs de Beta Giyorgis et de Mai Qoho, une sorte d’orthogneiss de couleur dominante brun affleure presque partout. Il est surtout visible sur les bords du réservoir de Mai Shum, le tombeau rupestre et le tombeau de Bazen où il a été taillé à même le substrat. Il est cependant impossible d’en extraire de la pierre de taille du fait des nombreuses fissures qui se recoupent dans les trois dimensions. Sa fragmentation naturelle, l’érosion et, en moindre mesure, son creusement pour les ouvrages rupestres ont produit des petits blocs de tout-venant qui ont été employés pratiquement sans retouche pour la construction de murs ordinaires. C’est principalement cette catégorie de roche que l’on observe entre les angles en pierre de taille des tombeaux, notamment celui de la stèle n° 1 ou encore, au sommet du site, ceux de Kaleb et Gabra Maskal. Il en est de même pour le palais de Dongour, à l’ouest du même site.

8.3.1.1. La pierre de taille et les monolithes (fig. 8.4)

  • 14 Pieri 1966 : 562 et Perrier 2004 : 248.
  • 15 Perrier 2004 : 384-387.

19La roche employée à Axoum comme pierre de taille et pour les monolithes se présente sous la forme d’une variété de syénite à dominante gris bleutée. Bien que les géologues distinguent les syénites des granites, les professionnels de la pierre les considèrent comme des roches quasi équivalentes14. C’est donc dans ce même esprit que des granites seront parfois mis en parallèle ici pour mieux situer cette roche dans les productions antiques. La variété de syénite d’Axoum est à grains fins ou parfois moyens (d’un diamètre de 1 mm à 4 mm) avec quelques veines plus claires de largeur centimétrique. Son pourcentage global de quartz semble très faible, voire inexistant ; il s’agit d’une syénite de type néphéline. Surtout c’est une roche anisotrope, c’est-à-dire dont le comportement technique diffère dans chacune de ses trois dimensions du fait de la présence de microfractures directionnelles15.

8.3.2. La production des blocs de syénite

20Le choix de l’emplacement du chantier d’extraction dépend de la nature de la commande. Si celle-ci nécessite un bloc de moyen ou de grand appareil pour un mur appareillé, une dalle de pavement ou de couvrement ou un long monolithe pour les stèles, alors la recherche de la carrière doit être orientée vers un secteur bien déterminé de l’affleurement. Pour les mégalithes dans lesquels sont taillées les grandes stèles, le site le plus favorable semble la carrière III de Gobedra. Les dalles de pavement ou de couvrement peuvent provenir du même site ou, de manière moins systématique, des autres points d’extraction, y compris des blocs erratiques de bas de pente, comme Gobedra I. Mais ce chantier d’extraction très extensif toutefois convient mieux à la production de blocs plus petits, même s’il est parfois possible d’en tirer des mégalithes d’envergure moyenne. C’est aussi le cas du chantier d’extraction d’Adi Tsehafi qui n’a probablement pas approvisionné la ville d’Axoum mais a plutôt servi pour la construction d’un ouvrage ou d’un établissement en marge de la capitale.

21Notons aussi le cas particulier des tombeaux de Kaleb et Gabra Maskal dont l’approvisionnement en pierre de taille est probablement plus proche de ce site que celui des grandes carrières identifiées à l’ouest et au nord-ouest d’Axoum. Au nord-est de ces tombeaux, le flanc de la petite éminence situé à proximité de ces derniers est totalement dépourvu de blocs erratiques alors qu’un peu plus à l’est, ses pentes en sont parsemées. Contrairement aux ouvrages construits, les emplacements des chantiers des trois tombeaux rupestres d’Axoum : celui de Bazen, l’exemplaire inachevé adjacent et le « Rock Tomb », également inachevé, ont été choisis en recherchant les points les moins fracturés de l’affleurement. Mais ici, il ne s’agit plus de la syénite, ces tombeaux sont tous les trois situés sont situés sur le flanc sud de Mai Qoho qui est composé d’une sorte d’orthogneiss, semblet-il, dont le degré de fracturation varie rapidement d’un endroit à l’autre.

8.3.3. Les techniques d’extraction

  • 16 Technique déjà signalée par les premiers archéologues du site, cf. Krencker 1913 : 42, fig. 78.
  • 17 Il s’agit en fait d’un solide ciseau à bout rond et étroit, cf. Bessac 1998a : 212, fig. 12a.
  • 18 Cunrath 2007 : 78-79, fig. 2.
  • 19 Anfray 1990 : 108 présente une stèle dont l’extraction est restée inachevée sur la colline de Goual (...)

22Mises à part quelques exceptions, les opérations d’extraction se limitent à un débitage et à un équarrissement sur place des blocs et des mégalithes, après les avoir dégagés des sédiments. La plupart des blocs offrent des faces très arrondies, surtout lorsqu’ils sont erratiques et qu’ils ont subi des altérations naturelles millénaires au cours de leur glissement sur les pentes. Les carriers axoumites doivent donc, en premier lieu, les équarrir en délimitant de tous côtés un parallélépipède approximatif (fig. 8.5). En raison du poids important de la plupart des blocs et des mégalithes produits, cette opération doit être réalisée avec le moins de déplacement possible des pierres, voire sans les bouger, mis à part au dernier moment, pour leur transport. Avant toute chose, la convexité de la face supérieure est délimitée par une ligne droite, matérialisée par un piquetage au pic ou à la broche. Souvent, cette opération peut être effectuée dans le sens de la feuille de la syénite car, même sur les pentes, la plus grande face du bloc correspond d’habitude à une fracture naturelle initialement horizontale dans le massif rocheux. Des trous en forme de tronc de pyramide de base rectangulaire sont donc creusés, côte à côte, le long de cette ligne16 à l’aide d’une broche pointue ou d’une sorte de broche à l’extrémité forgée d’un tranchant très étroit (environ 2 mm à 3 mm) et légèrement arrondi17, également dénommée ébauchoir18 par certains granitiers français (fig. 8.6). Dans le sens de la feuille, leur espacement est parfois un peu moins serré que dans d’autres sens de la roche. Cependant, lorsque le carrier voulait être sûr du résultat, il les rapprochait au maximum. Ces emboîtures sont creusées suffisamment profondément (environ 15 cm) et avec un évasement adapté à l’inclinaison des coins métalliques19, de manière à ce que ceux-ci forcent uniformément et que leur extrémité ne touche pas le fond du trou. C’est pourquoi les emboîtures sont tracées avec soin sur la roche ou sur les fronts de taille et leurs contours sont gravés avec la pointe de la broche avant de les creuser. Leur creusement constituait l’une des opérations les plus délicates et était certainement confiée à un carrier très expérimenté. Afin de compenser les éventuelles petites irrégularités du creusement des emboîtures, il est possible que des plaquettes de métal ou de bois (paumelles) aient été interposées entre les coins et les parois, comme le pratiquaient les carriers traditionnels.

8.3.4. La taille des mégalithes

23Afin de grouper les commentaires sur le transport et la mise en place des mégalithes qui relèvent d’un domaine très proche, la phase concernant leur taille n’est présentée que dans cette section, alors qu’en réalité, elle est située entre ces deux opérations. Trois catégories de tailles ont été pratiquées à Axoum : la taille rupestre, la taille des mégalithes et la taille des pierres appareillées. Si toutes présentent des caractères communs, comme l’outillage utilisé, chacune d’elles offre quelques particularités propres. Elles seront donc présentées séparément.

8.3.4.1. Les outils de la taille

  • 20 Ciseau dont le tranchant est découpé de dents rectangulaires.
  • 21 Ciseau forgé de dents pointues.
  • 22 Outil emmanché à tranchant denté analogue à celui du ciseau grain d’orge.

24Les outils utilisés sont identiques pour les trois catégories de tailles. Le plus efficace est le pic, qui est employé principalement pour l’ébauche et les travaux sommaires, comme le creusement des défoncés d’anathyrose dans les joints montants. L’examen de ses impacts permet de proposer un modèle analogue à celui utilisé pour creuser les tranchées en carrière et pour rectifier les plus grandes irrégularités avant le transport des pierres. À l’état neuf ou nouvellement reforgé, ses deux pointes devaient être pyramidales. Cependant, les impacts arrondis prouvent qu’elles s’émoussaient assez rapidement au contact de la roche. Dans l’ordre d’affinage de la taille, le second outil est la broche, outil percuté à l’aide d’une massette et dont la pointe est pratiquement la même que celle du pic. Il existe aussi une variante de cet outil : le ciseau à bout rond étroit ou raffineur dont le tranchant arrondi est de largeur tellement réduite (entre 1 mm et 3 mm) qu’il est très proche d’une pointe de broche. Toutefois, son extrémité est mieux adaptée aux roches granitiques dont il détache plus efficacement les grains. Par ailleurs, cet outil facilite la finition des détails des ornements. Ses traces longitudinales peuvent être parfois confondues avec celles du ciseau commun à tranchant droit et relativement large. Aucune trace de ciseau, de gradine20, de ciseau grain d’orge21, de marteau grain d’orge22 n’a été reconnue sur les blocs observés.

8.3.4.2. La taille rupestre

  • 23 Bessac 2007, p. 96-97 et p. 266,6, fig. 95.

25Les trois tombeaux d’Axoum réalisés en taille rupestre sont tous situés dans le sud-ouest du massif de Mai Qoho, composé d’une sorte d’orthogneiss. Leur creusement n’a été réalisé qu’en taille destructive puisqu’il est quasiment impossible de procéder par extraction de blocs comme cela se pratiquait notamment dans les nécropoles rupestres nabatéennes23. Cette roche se creuse plus facilement que de la syénite, mais il est très difficile d’en obtenir un résultat précis et soigné partout. Seul le tombeau de Bazen a été achevé, les deux autres ont été abandonnés bien avant la fin de leur creusement.

8.3.4.3. La taille des mégalithes

  • 24 Cf. notamment les stèles nos 62 et 75 dessinées en place par D. Krencker 1913, p. 42, fig. 78.

26A priori, la présence sur la nécropole de stèles constituées d’un énorme éclat plus ou moins prismatique avec un côté naturellement arrondi fait penser à un équarrissement des blocs de syénite, pratiqué sur le site même de leur emploi. Ce n’est cependant qu’une impression, les mégalithes étaient logiquement équarris en carrière pour les alléger le plus possible en vue de leur transport (fig. 8.5). Ensuite, les très grands déchets d’équarrissement aux coins ont été également transportés dans la nécropole pour être érigés au même titre que les stèles soigneusement équarries. Quelques exemplaires de cette production marginale sont visibles dans le centre monumental24, bien que cette catégorie de stèles très rudimentaires soit surtout représentée à l’ouest de la ville, dans le champ des stèles (fig. 8.7 et 8.8). Rares sont celles qui ont été l’objet de retouches par rapport à leur état initial de débitage et certaines ne sont issues que de la fracturation naturelle de la roche. Pour les grandes stèles taillées et décorées, il a fallu leur donner une forme géométrique particulière qui correspond à un volume en pyramide tronquée de section rectangulaire. Les tailleurs de pierre ne pouvaient réaliser leur taille qu’en se guidant à l’aide de repères répartis sur toute la longueur de la stèle. C’est ainsi que la stèle 3 n’a été ornée que sur trois de ses quatre faces, et sa face nord est restée dans un état intermédiaire entre équarissement en carrière et décoration : il s’agit de bandes à peu près horizontales, larges de 5 à 10 centimètres et bien aplanies. Ces bandes sont espacées d’environ 60 centimètres et joignent deux arêtes opposées de la stèle.

8.3.4.4. La taille des blocs appareillés

27Cette taille concerne essentiellement les substructures des tombeaux et les quelques vestiges en place du podium de l’église primitive d’Axoum. Dans une moindre mesure, elle est aussi présente dans les dalles de couvrement des corridors du Nefas Mawcha. Son principe est plus commun que les deux précédentes et ne se démarque guère de ce qui est connu ailleurs dans l’Antiquité.

28De la même manière que ceux des monolithes, les parements sont taillés en densifiant progressivement les impacts de la broche dans le cadre d’une taille de finition finement pointée. Néanmoins, faute de l’emploi du ciseau commun pour affiner leurs arêtes, les tailleurs de pierre ont souvent été contraints de les tailler très légèrement en retrait en amorçant à leur emplacement un arrondi à peine marqué. Cette précaution évite d’ébrécher les arêtes.

8.3.4.5. Conclusion

29En dépit des zones d’ombre qui subsistent sur les techniques du travail de la pierre dure dans l’ensemble des contrées voisines du royaume axoumite, les similitudes avec les pratiques propres aux territoires plus au nord (comme l’Égypte, la Syrie et la jordanie) d’époque romaine et byzantine semblent plus marquées qu’avec le Yémen. Cependant, l’extrême rareté des études sur les techniques et plus particulièrement sur le travail de la pierre ne permettent pas de confirmer cette éventuelle influence du Nord. Seules de plus amples recherches pourront confirmer – ou peut-être – infirmer cette hypothèse.

8.4. L’architecture monumentale d’Axoum

30L’une des caractéristiques de l’architecture axoumite réside en son aspect monumental. Les stèles, en premier, sont l’expression d’une monumentalité des rites funéraires et d’une mise en scène impressionnante du cimetière dénommé « Le champ des stèles » ou « The Central Stelae Area » et les tombes qui leur sont associées se développent sur des dizaines voire des centaines de mètres carrés. Enfin, les palais ou les bâtiments dits administratifs, comportaient des soubassements élevés qui impliquaient notamment de majestueux escaliers d’accès et de nombreux étages à l’aspect extérieur de résidences fortifiées.

31On pourrait ainsi supposer que l’architecture axoumite résulte d’une intégration progressive de divers styles régionaux au fur et à mesure de l’expansion du royaume, et que ce style ainsi unifié résulterait donc d’une combinaison tardive de traditions régionales. Il conviendrait à l’avenir de les étudier en détail en tenant compte tant de la diversité des matériaux de construction disponibles que de la variété des formules architecturales.

32D’autre part, l’étude des bâtiments encore peu connus de la période éthio-sabéenne, devraient permettre d’esquisser une histoire de l’évolution architecturale. Constitués d’un puissant soubassement de pierre et d’une trame orthogonale de murs de fondation, les bâtiments de Yeha/Grat Be’al Guebri constituent, dès le VIIIe siècle avant notre ère, un prototype de toute l’architecture civile postérieure. Si cette formule a été mise en œuvre dès cette haute époque jusqu’à la fin de la période axoumite, elle démontrerait alors la continuité de certains plans et de techniques de construction. A l’inverse, la formule des propylônes de pierre serait – sous toutes réserves – progressivement abandonnée ; il ne demeurerait plus – à la période axoumite tardive – que des porches monumentaux en bois, sans doute plus aisés à réaliser.

8.4.1. Les formes architecturales

33Des monolithes de petite taille non taillés aux plus grands, hauts de 20 à 21 mètres, représentant des bâtiments à étages multiples, les stèles d’Axoum témoignent d’une grande variété. Bien que certaines représentent des constructions d’une dizaine d’étages, elles ne transcrivent qu’approximativement la multiplication esthétique de motifs inspirés de l’architecture des « maisons-tours » du Tigray (fig. 8.9 et 8.11).

34Certaines stèles montrent une section avec des saillants d’angle, similaires aux bastions d’angle des soubassements. Au rez-de-chaussée, une fausse porte parfois munie d’une serrure est encadrée d’huisseries fossilisées. Les étages sont décorés de bandes plates représentant des sablières et des traverses saillantes, tandis que les fenêtres s’inscrivent dans cette trame régulière. Enfin, quelques stèles se terminent par des sommets arrondis comportant une partie creuse ou pouvait être scellée une plaque métallique.

35Aussi monumentales que les stèles, les tombes souterraines occupent de vastes surfaces : 18, 30 mètres sur 16 mètres (le « Mausolée ») (fig. 8.10) et 14 mètres sur 12 mètres (la « Tombe aux arches de brique », à l’exception de l’escalier d’accès. À l’est, on accède au Mausolée, par une porte monolithe monumentale, haute de 1,79 mètre et large de 0,94 mètre dont un double figure à l’extrémité occidentale. Quant aux blocs de couverture, ils varient de 1 mètre à 2,80 mètres de long. Non loin, la « Tombe à la fausse porte » (de 12 mètres de côté et de 2,80 mètres de haut) est montée en appareil massif pseudo-isodome et ses salles souterraines comprennent des blocs soigneusement appareillés de très grandes dimensions. Il en est de même dans les deux tombes dites du roi Kaleb et de Gabra Masqal où les salles funéraires sont montées en blocs de grandes dimensions.

8.4.2. Une nouveauté en Arabie du Sud et à Axoum : les arches

  • 25 Yule 2007 : fig. 104.
  • 26 Yule 2007 : fig. 92.

36L’utilisation de l’arche est inconnue en Arabie du Sud aux périodes archaïques. Étonnamment, on ne peut que supposer son introduction au début de notre ère alors qu’elle est attestée depuis fort longtemps au Moyen-Orient et en Égypte. L’archéologie en est donc réduite à inventorier des éléments architecturaux ou décoratifs : des claveaux, des voussoirs, des stèles représentant des arcs de toutes sortes, etc. Parmi les plus belles pièces, mentionnons cette arche monolithe de Zafâr, à Masnaat Marya, longue de 2 mètres, décorée d’oiseaux de proie surmontant des monogrammes, qui semble un élément plus décoratif que fonctionnel25 (fig. 8.12). Comptons enfin quelques rares fragments de voussoirs provenant des hautes terres himyarites : l’un d’entre eux, long de 60 centimètres, est orné d’une chasse au lion et d’un monogramme daté du IVe siècle26.

  • 27 Yule 2007 : fig. 98.
  • 28 Simpson 2002 : n° 142.
  • 29 Al Salami 2012 : 93-95.

37En Arabie du Sud, de nombreuses arches ornent aussi les stèles funéraires. À Bayt al-Ashwal, une stèle montre quatre arches soutenues par des colonnes, chaque niche étant décorée de bustes féminins27 (fig. 8.13). D’autres stèles funéraires plus tardives montrent aussi des arches reposant sur des colonnes à chapiteaux simples ou ornés de motifs géométriques, de feuilles d’acanthes ou encore de fleurs. Ainsi, basses ou pincées, les arches de toutes les formes (décorées de bandeaux simples ou de cordes tressées) forment un vaste corpus décoratif caractéristique du IIIe au Ve siècle (fig. 8.14) et de nombreuses stèles funéraires du Jawf ou de Tamna‘ seraient à classer dans cette catégorie28. D’autres représentations d’arches proviennent enfin des peintures rupestres découvertes à Jarf al-Yahûdî, à 50 kilomètres à l’est de Sanaa29. On y voit deux portes voûtées surmontées d’un étage au parapet couronné de merlons. En comparant cette arche à celle des guerriers en ordre de bataille représentés au-dessous, la hauteur de l’arc peut être estimée de 6 à 7 mètres. Datées entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère, ces peintures constitueraient les premières représentations de portes voûtées.

38La présence d’arches à Axoum (fig. 8.15) constitue un élément majeur dans l’architecture, dès la première moitié du IVe siècle. Trois tombes en attestent l’usage « La tombe dite aux arches de brique » (Tombe of the Brick Arches), la « Structure voûtée en brique » (« Brick Vaulted Structure ») et le « Mausoleum ».

39La première, la « Tombe aux arches de brique » renferme trois arches en fer à cheval. L’arche extérieure (n° 1) qui ouvre sur la tombe, mesure entre 1 et 1,30 mètre de large sur 2,57 mètres de haut. Profonde d’un mètre environ, elle est faite de briques cuites (20 x 20 x 7 cm) jointes au mortier reposant sur des bases de pierre, et une dalle de calcaire forme au-dessus le linteau. Les autres arches sont creusées dans le rocher, avec un remplissage de petites pierres. Les arches de la « Tombe aux arches de brique » ressemblent de près à l’arche qui marque l’entrée de la chambre R de la « Structure voûtée en brique », et pourraient être datées de la première moitié du IVe siècle.

  • 30 Voir Spencer 1979.

40Selon quels itinéraires les arcs et les voûtes se sont-elles diffusées jusqu’en Arabie du Sud et dans le Tigray ? Les réponses plausibles pourraient être différentes selon ces régions. En Arabie du Sud, les arcs appartiennent, semble-t-il, essentiellement au registre décoratif tandis qu’au Tigray les voûtes constituent des éléments architecturaux majeurs au moins dans les tombes. Largement utilisée en Égypte depuis les plus hautes époques30, ce serait probablement là qu’il faudrait trouver leur origine.

8.5. Architecture et statuaire en Arabie du Sud et au Tigray

  • 31 La description du bâtiment, la chronologie et la numérotation des structures suit la publication de (...)
  • 32 Ce bâtiment s’étage sur près de 6 m de dénivelé, de la cote : 116,49 m à la base à 122 m au point c (...)

41S’il existe un édifice qui intègre harmonieusement architecture et statuaire monumentale, c’est bien le présumé « grand temple » de Shabwa (fig. 8.16). Dans son dernier état31, cet édifice de prestige se présente comme un étagement de plusieurs terrasses reliées par des escaliers et alignées devant un mur de fond où le rôle de ces escaliers apparaît comme essentiel32.

  • 33 Breton & Darles 1998 : fig. 43.
  • 34 Certes le premier état du bâtiment comportait un podium, mais celui-ci ne se dressait pas dans une (...)

42Dans sa partie occidentale, un escalier large de 7,50 mètres, assez bien conservé mène à une série de quatre bases en pierre alignées est-ouest et précédées de petits socles de statues. Cet escalier est encadré de part et d’autre par deux socles monumentaux ; l’un d’eux est encore bien préservé, avec sa base de statue, l’autre serait peut-être le monolithe voisin33. Du côté oriental, une terrasse basse surmontée d’une succession de petites terrasses hautes auxquelles on accède par des marches. Enfin, au centre du bâtiment, un dernier escalier latéral, accolé au mur de fond, permet d’accéder au sommet du rocher. De façon générale, cet étagement de terrasses comporte un décor destiné à être vu de loin et non point des éléments architecturaux emboîtés (cour d’entrée, cella, niches cultuelles) comme dans la plupart des édifices cultuels sudarabiques34.

  • 35 Dimensions : 3 mètres de long sur 2,40/2,60 mètres de large.

43Un certain nombre d’éléments permettent désormais de proposer des éléments de restitution. Considérons tout d’abord la base de pierre35 : elle montre deux saignées longitudinales divergentes, longues de 2,20 mètres, qui ont la configuration de deux grands pieds humains. Un certain nombre de mortaises et de scellements permettent de restituer une statue monumentale en bronze avec une armature intérieure en bois. Il ne saurait s’agir d’un animal, mais d’un personnage. Les comparaisons avec les autres statues monumentales et le contexte religieux d’Arabie suggèrent qu’il s’agissait là d’un personnage civil (d’un roi) et non d’un dieu.

  • 36 Weideman 1983.
  • 37 Mentionnons tout d’abord deux statues de chevaux en bronze dont la distance entre les sabots arrièr (...)

44Cette statue monumentale a probablement été importée en plusieurs morceaux puis montés sur une ossature de bois (fig. 8.17), selon une technique courante dans les mondes grecs et romains. Il en est de même pour les statues de bronze, hautes de plus de 2 mètres, des rois Dhamar Ali Yuha’birr et de son fils co-régent, Tharân, « rois de Saba’ et de Dhû-Raydân36 ». Ces statues, comme tant d’autres, témoignent des relations tant commerciales qu’artistiques entre l’Arabie du Sud et le monde gréco-romain. À titre d’exemple, mentionnons les statues équestres découvertes à Ghaymân de 1929 à 1931, ce groupe monumental représentant peut-être des Dioscures (fig. 8.18 et 8.19). Quant au temple d’Awâm à Mâ’rib, il était, lui-aussi, décoré de statues de chevaux en bronze, de grandeur nature, encadrant un escalier, au nord de l’ovale qui pourraient dater du début de notre ère, voire du IIe siècle37. Au nord-est de Najrân, le site de Qaryat al-Faw, a quant à lui, livré une tête imposante, de 30 centimètres de haut, des fragments de main et un avant-bras plus grand que nature, datés des Ier ou IIe siècles (déposés au musée de l’Université King Sa’ûd de Riyadh). Dans tous ces cas, il est difficile de savoir si ces bronzes sont l’œuvre d’artistes locaux ou de maîtres étrangers venus au moins assembler les fragments sur place.

  • 38 Krencker 1913 : 44, fig. 81 et 82.
  • 39 Krencker suppose une statue de 5 mètres de haut (p. 44).
  • 40 Krencker 1913 : 44, fig. 83.

45Dans la ville d’Axoum, dans l’une des cours présumées du palais d’Enda Sem’on, l’expédition DAE38 a retrouvé une base monumentale de statue de 1,65 mètre sur 1,36 mètre, épaisse de 1,37 mètre. Elle comporte deux mortaises de pied parallèles, longues de 0,92 mètre, percées au talon, et à l’extrémité des pieds de mortaises circulaires profondes. Comme à Shabwa, ces mortaises disproportionnées devaient servir à encastrer l’armature de bois d’une statue monumentale en bronze39 (fig. 8.20). De dimensions supérieures (longue de 2,08 mètres), une autre base de pierre supportant un socle de statue40, permet une restitution du dispositif. Il reste à déterminer si ces deux statues étaient disposées, sur un podium au centre d’une cour ou si elles appartenaient à un ensemble plus vaste ou demeuraient isolées ? Autant de questions auxquelles nous ne pouvons répondre, faute de fouille.

  • 41 Les traces de scellement ne correspondent pas à des sabots de taureaux mais plutôt de chevaux.
  • 42 Premier essai graphique de restitution dans Breton 2002 : p. 34 (dessin Ch. Darles).

46Enfin, la terrasse inférieure du présumé temple de Shabwa comporte quatre épaisses dalles munies de scellements métalliques de sabots. Ces scellements sont au nombre de quatre par dalle, deux sont situés en avant distants entre eux de 60/70 centimètres, et deux autres en arrière, à près de 1,90/2 mètres en moyenne, assurant à ces statues une taille plus grande que nature. Compte tenu d’un certain nombre d’éléments archéologiques et artistiques41, nous supposons qu’elles représentaient des cavaliers42 plutôt que des taureaux.

  • 43 Antiquités, XVII, 29 ff.

47À la lumière des recherches archéologiques récentes, il ne fait aucun doute que le programme iconographique de cet édifice s’inscrit dans le contexte iconographique de l’aire culturelle gréco-romaine, principalement celui des régions orientales. Un certain nombre de monuments en Syrie atteste de formules architecturales similaires. Les travaux menés sur les sculptures du sanctuaire tribal arabe de Sahr al-Ledjâ en Syrie du Sud permettent désormais de reconstituer une vingtaine de statues de grandeur nature et de taille légèrement inférieure à cette dernière, dressées sur un podium carré de 3,32 mètres de côté. Sur le front oriental de la base (fig. 8.21), se trouve la statue grandeur nature d’un homme à cheval vêtu d’une tunique jusqu’à la cheville et d’un lourd manteau. Devant lui sont alignés des cavaliers de taille bien inférieure : quatre d’entre eux portent le même costume que le grand, mais deux sont habillés de cuirasses et de jupes à lambrequins. Cet arrangement de statues est entouré de chaque côté de hauts piliers sur lesquels se dressent des Victoires en équilibre portant des couronnes et tenant des palmes. Une remarque de Flavius Josèphe43 permet de faire un lien entre ce groupe de statues et les deux derniers rois de la maison hérodienne (l’Agrippa I et son fils Agrippa II. En face, c’est-à-dire du côté dirigé à l’ouest de l’entrée de l’adyton, on peut également reconstituer un groupe de statues d’attelages à animaux également entouré de piliers de Victoires.

48En Syrie du Sud et dans les régions voisines, le monument à statues de Sahr n’est en aucun cas singulier. Bien plus, similaires du point de vue iconographique, les fragments de sculpture conservés ailleurs montrent l’existence de groupes, en moins bon état, avec des motifs semblables. La fréquence des chevaux, des chars et des cavaliers en ronde-bosse semble être l’une des particularités des sanctuaires de Syrie du Sud, toutefois leur aménagement exact et leur signification restent hypothétiques.

  • 44 Mentionnons notamment ce sculpteur palmyrénien « Berechei » installé à Béréniké, sur la rive occide (...)
  • 45 C’est le cas de Phokas, « maître bronzier », qui supervise l’assemblage des statues des rois du Yém (...)

49Á Axoum, même si l’argument ne repose que sur l’existence de deux socles de statues, la présence d’une statuaire monumentale de bronze soulève le problème de la circulation des bronzes en mer Rouge. Les textes – comme le Périple de la mer Érythrée – et les statues elles-mêmes semblent clairement attester que ce commerce s’étendait aux deux rives de celle-ci44. Les navires en provenance de Méditerranée devaient, sous toutes réserves, livrer des statues aux cours royales d’Arabie du Sud, de Himyar, du Hadhramawt et du Tigray (Axoum). Sans doute aussi, des artistes orientaux devaient assembler des pièces forgées ailleurs45 et, par la même occasion, former des artisans locaux. Là encore, tant l’absence de statues (ou même de fragments) à Axoum que le silence des inscriptions axoumites ne permettent pas à ce jour d’étayer de telles hypothèses.

8.6. Un décor d’Arabie du Sud sans équivalent au Tigray (IIIe siècle)

50L’architecture comme la décoration des derniers états du palais royal de Shabwa témoignent d’un art de cour unique en Arabie du Sud au IIIe siècle.

  • 46 Seigne 1992 :144-145.

51À cette époque, la cour centrale est entourée d’un bâtiment à étage précédé de portiques au rez-de-chaussée, simple sur les côtés est et ouest mais double du côté nord. La cour est alors ceinte d’une haute banquette de pierre décorée de motifs à panneaux encastrés et de rainures horizontales. Le portique est soutenu par des piliers octogonaux de bois qui soutenaient une galerie couverte à l’étage (fig. 8.22). Au premier étage, la galerie couverte ouvrait sur la cour par des fenêtres hautes de 2 mètres environ munie d’un meneau central en pierre46. Comme ces meneaux montrent des rainures verticales, des panneaux ajourés en bois s’y encastraient sur toute la hauteur créant ainsi une galerie fermée (fig. 8.23). Son plafond était constitué de grands caissons creux dont le sommet était fermé par de petites planches alternant avec des plaques d’albâtre. Enfin, des gargouilles de pierre à tête de taureau, retrouvées au pied de chaque pilier, s’encastraient entre les poutres principales de la toiture.

  • 47 Dentzer-Feydy 2009 : 132-137.
  • 48 Bataya’1986 : pl. 47,2, à Shibâm-Kawkabân, pl. 48, 3c, à Haz, pl. 48, 3d, pl. 51, 6b, pl. 53, 8d, à (...)
  • 49 Bataya‘ 1986 : pl. 99A et B, colonnes de Zafâr, pl. 100, A et B, colonnes de Dâf.
  • 50 Seigne 1992 : 126.
  • 51 Albini 1990 : fig. dans les chapitres 2 et 5.

52La forme de ces meneaux ne se rattache pas aux normes architecturales gréco-romaines par leurs fûts octogonaux et encore moins par leurs chapiteaux de plan rectangulaire et de face trapézoïdale à flancs concaves (fig. 8.24). D’après l’étude de ces meneaux et de ces chapiteaux menée par J. Dentzer-Feydy47, les piliers octogonaux ont été fréquents dans l’architecture antique yéménite48. Ces colonnes surmontées de chapiteaux dérivés de chapiteaux corinthiens indiquent que de tels piliers ont été en usage à une époque antérieure au dernier état du palais de Shabwa, mais aussi à des périodes plus récentes49. Il est probable que cette forme de fût à facettes conservée dans l’architecture en pierre dérive de l’architecture en bois. Le fait que les fûts de bois du portique du rez-de-chaussée du palais étaient également octogonaux paraît en attester50. De même, et bien que leur décor soit sans rapport, la forme des chapiteaux de Shabwa, par son plan rectangulaire et son volume évasé vers le haut avec des registres de décor superposés, n’est pas complètement étrangère aux chapiteaux plus anciens couronnant les fûts octogonaux. Sur le fond, ce sont des chapiteaux de conception simple, comparables à ceux que l’on trouve dans les portiques en bois de l’architecture arabique, où l’on superpose directement au fût plus ou moins cylindrique un volume de plan quadrangulaire51.

  • 52 Hackin 1954 : planches, n° 34a, fig. 9, n° 34d, fig. 10, n° 211c, fig. 12, n° 198, fig. 13, n° 224d (...)
  • 53 Hackin 1954 : 29-30.

53La structure de ces chapiteaux est différente de celle des chapiteaux de colonnes gréco-romaines. Les particularités des chapiteaux de Shabwa sont d’une part leurs faces plates, qui constituent un support au décor figuré, et d’autre part leurs flancs concaves. Sur ce dernier point, il est difficile de trouver des comparaisons satisfaisantes dans la région. Bien que fort éloignés dans l’espace, on peut supposer une analogie de forme et de figuration avec les chapiteaux représentés sur les ivoires de Bégram (Ier-IIe siècles)52. Bien que ce type d’abaque sur-dimensionné se trouve représenté dans l’Inde ancienne, la présence d’animaux fantastiques adossés sur les chapiteaux des plaques de Begram se rattache très probablement aux modèles persépolitains53. Entre les ivoires de Begram et les chapiteaux de Shabwa, il manque certainement plusieurs maillons, même si l’on peut entrevoir une filiation gréco-orientale adaptée au monde sud-arabique.

  • 54 De Franciscis 1975 : pl. 17, 23, triclinium 14.

54Le décor des piliers n’est pas non plus conforme aux usages décoratifs gréco-romains. Le fait de décorer les fûts de rinceaux de vigne ou d’acanthe n’est pas inconnu dans le monde gréco-romain. La peinture romaine nous en a laissé quelques témoignages54, mais, dans ce cas, la représentation végétale s’enroule autour du fût, comme une plante grimpante. Sur les meneaux de Shabwa, les rinceaux de vigne sont sculptés en longues bandes étroites sur six des facettes de chaque fût. Cette représentation de rinceaux de vigne en bandes évoque précisément à la Syrie intérieure et les domaines parthe et sassanide.

8.6.1. Les peintures du palais royal (fig. 8.25)

  • 55 Breton 2009 : 111-123.

55Après l’incendie des années 225-227, le bâtiment Β du palais royal de Shabwa est reconstruit sur ses fondations, vers 230-250. Il comporte alors une série de pièces au rez-de-chaussée ouvrant sur un portique. Par la suite, tout cet édifice est surélevé d’un étage auquel on accède désormais par deux escaliers symétriques situés dans les angles de la cour. C’est à cette phase qu’il faut attribuer, d’une part, la construction de la banquette à dossier qui court le long du mur de fond du portique, interdisant ainsi toute communication entre ce dernier et les pièces situées en arrière, et d’autre part la réalisation des peintures qui se trouvent au-dessus de la banquette. La grande majorité des panneaux provient du mur occidental qui constitue l’arrière du portique55. Ce mur est fait, comme tous les autres, d’une ossature de bois composée de poutres et de poteaux. Les poteaux sont placés à un intervalle irrégulier de 36 à 41 centimètres, et les panneaux mesurent 1,50 mètre de hauteur. Comme ces poutres étaient apparentes, les dimensions des panneaux peints sont donc connues : 40 centimètres de large sur 1,50 mètre de haut.

  • 56 Barbet 2009.

56Deux motifs, parmi les mieux conservés, sont ici présentés 8 : la femme voilée et deux bustes d’un couple56. Sur un fond limité par des bordures marrons et blanches, se détache une figure de femme, en position rigoureusement frontale. Elle est vêtue d’une tunique à manches courtes à plis bouffants, resserrée à la taille par une large ceinture, et d’un manteau attaché par une fibule ronde sur l’épaule droite. Au niveau des genoux, la disposition des plis de sa tunique suggère qu’elle était peut-être assise. La tête est couverte d’une coiffe compliquée : un diadème à deux montants à rivets circulaires et ornement central, verticaux, sur laquelle est jeté un voile que la jeune femme écarte de sa main droite. Le bras est orné de deux bracelets, l’un au poignet, l’autre au biceps. Elle tient un objet semi-circulaire vraisemblablement un petit éventail en forme de feuille ronde.

  • 57 Barbet 2009 : 124.

57Une plaque plus petite conserve le buste d’une jeune femme, à haute coiffe, analogue à celle de la femme voilée57 (fig. 8.25). Le voile qui l’entourait se déploie à droite au-dessus de l’ornement pyramidal central marron. Elle est vue de face, les yeux tournés vers la droite. Le vêtement remonte de façon symétrique, à gauche et à droite. La fibule visible à droite est décalée par rapport à cet agencement de plis et devrait appartenir à un second buste, dont les plis en V du milieu de la poitrine sont bien reconnaissables à l’extrême droite. En effet, d’après de multiples exemples, la fibule est toujours attachée sur l’épaule droite. Celle de Shabwa appartient forcément à un second personnage placé à droite du premier dont la fibule n’apparaît pas : il s’agit donc d’un couple de personnages, la femme regardant son partenaire.

8.6.2. L’art d’Axoum

  • 58 Krencker 1913 : 107-110.
  • 59 Buxton & Matthews 1974.

58À ce jour, les archéologues n’ont pu mettre au jour de vestiges similaires d’édifices civils dans le royaume d’Axoum. Certes les orientations stratégiques des fouilles successives ne se sont guère attachées aux grands édifices civils de la capitale, hormis les dégagements de la Deutsche Aksum-Expedition de 1906-190758. Diverses raisons peuvent certes expliquer ces choix : destructions anciennes, extension de la ville, disparition des bois en raison de l’humidité, etc. Qui plus est, à l’exception de D. Buxton et D. Matthews59, les archéologues et les architectes ne se sont guère attachés à des restitutions précises des villae et des palais. Mais il reste toutefois peu vraisemblable, au moins à court terme, que des bâtiments à portiques similaires au palais royal de Shabwa soient dégagés et restitués à Axoum.

  • 60 Voir Phillipsson 2000 : 77-86, etc.

59L’une des raisons réside sans doute dans la dissymétrie des influences architecturales et artistiques. Autant certaines cours d’Arabie du Sud témoignent d’une profonde pénétration des influences orientales, autant les cours du Tigray semblent moins perméables. Si les raisons ne sont ni géographiques puisque le commerce en mer Rouge touche bien ses deux rives, ni économiques puisque la prospérité d’Axoum équivaut à celle de Himyar, faudrait-il évoquer des raisons d’ordre idéologique ou social relevant d’une plus grande résistance aux « goûts du jour » en vigueur dans le monde gréco-romain du Ier au IVe siècle de notre ère ? Parmi ces goûts, mentionnons celui des peintures murales totalement absentes de cet art de cour axoumite. Et pourtant cette cour importait bien verres, perles, ivoires et céramique orientales60 et sans doute aussi textiles, broderies et produits de luxe. Elle concédait même à faire représenter un personnage (homme barbu ou méduse) au sommet de l’une des stèles qui dominait la ville (fig. 8.26). En définitive, l’hellénisation de l’Orient, si présente dans les provinces de l’Empire romain, n’aurait que très peu pénétré le monde axoumite. Quant aux textes axoumites eux-mêmes, ils ne sont pas plus loquaces sur les pratiques et les modes à la cour.

Notes

1 Desanges 1978 : 155-173.

2 Strabon, Géographie, II, 5, 12 puis XVII, 1, 13.

3 L’identification du port de Myos Hormos reste incertaine, Sidebotham 1989 : 204-205.

4 Casson 1989.

5 Robin 1991 : 1-31.

6 Moyenne sur dix ans (1978-1988) à Yarîm avec un maximum de 1717 mm en 1981. La moyenne au col de Sumara s’établit autour de 650 mm.

7 Ryckmans 1963 : 211-226.

8 Bowersock 2012 : 23-26.

9 Rathjens 1953 : fig. 26.

10 Radt 1973 : pl. 9-10.

11 Radt 1973 : pl. 8-9, nos 23-24.

12 Simpson 2002 : 152.

13 Voir notamment Krencker 1913 : 106. Certains chapiteaux ornés d’une croix pourraient remonter au moins au IVe siècle.

14 Pieri 1966 : 562 et Perrier 2004 : 248.

15 Perrier 2004 : 384-387.

16 Technique déjà signalée par les premiers archéologues du site, cf. Krencker 1913 : 42, fig. 78.

17 Il s’agit en fait d’un solide ciseau à bout rond et étroit, cf. Bessac 1998a : 212, fig. 12a.

18 Cunrath 2007 : 78-79, fig. 2.

19 Anfray 1990 : 108 présente une stèle dont l’extraction est restée inachevée sur la colline de Goual-Doura qui, selon ce chercheur, présente des cavités pour des coins de bois. N’ayant pu observer ces traces, il est difficile de se prononcer sur cette hypothèse, mais tous les exemplaires que nous avons pu étudier et ceux présentés par J. B. Phillips et J. P. Ford (2000, p. 229-247) sont d’un format adapté aux coins métalliques.

20 Ciseau dont le tranchant est découpé de dents rectangulaires.

21 Ciseau forgé de dents pointues.

22 Outil emmanché à tranchant denté analogue à celui du ciseau grain d’orge.

23 Bessac 2007, p. 96-97 et p. 266,6, fig. 95.

24 Cf. notamment les stèles nos 62 et 75 dessinées en place par D. Krencker 1913, p. 42, fig. 78.

25 Yule 2007 : fig. 104.

26 Yule 2007 : fig. 92.

27 Yule 2007 : fig. 98.

28 Simpson 2002 : n° 142.

29 Al Salami 2012 : 93-95.

30 Voir Spencer 1979.

31 La description du bâtiment, la chronologie et la numérotation des structures suit la publication de Breton & Darles 1998.

32 Ce bâtiment s’étage sur près de 6 m de dénivelé, de la cote : 116,49 m à la base à 122 m au point conservé le plus haut. La cote la plus basse correspond approximativement à 711 m d’altitude.

33 Breton & Darles 1998 : fig. 43.

34 Certes le premier état du bâtiment comportait un podium, mais celui-ci ne se dressait pas dans une cella ; en outre, il a été entièrement noyé postérieurement par un massif de brique crue.

35 Dimensions : 3 mètres de long sur 2,40/2,60 mètres de large.

36 Weideman 1983.

37 Mentionnons tout d’abord deux statues de chevaux en bronze dont la distance entre les sabots arrière et avant est de l’ordre de 1,70/1,80 m et dont la patte inférieure de l’un d’entre eux est en partie conservée. Plus au Sud, se trouve l’emplacement d’une statue de taureau (?) de dimensions similaires dont les mortaises de fixation ne comportent ni métal ni traces de bronze ni mortier.

38 Krencker 1913 : 44, fig. 81 et 82.

39 Krencker suppose une statue de 5 mètres de haut (p. 44).

40 Krencker 1913 : 44, fig. 83.

41 Les traces de scellement ne correspondent pas à des sabots de taureaux mais plutôt de chevaux.

Nous renvoyons pour cela à l’article de Breton & Weber 2011. Sans discussion aucune, Α. V. Sedov propose d’y voir des statues de taureaux dont les pattes seraient curieusement en position de marche et donc décalées (Sedov 2005 : p. 53).

42 Premier essai graphique de restitution dans Breton 2002 : p. 34 (dessin Ch. Darles).

43 Antiquités, XVII, 29 ff.

44 Mentionnons notamment ce sculpteur palmyrénien « Berechei » installé à Béréniké, sur la rive occidentale de la mer Rouge, vers 180 de notre ère. Voir Sidebotham & Wendrich 1998.

45 C’est le cas de Phokas, « maître bronzier », qui supervise l’assemblage des statues des rois du Yémen.

Voir Weideman 1983.

46 Seigne 1992 :144-145.

47 Dentzer-Feydy 2009 : 132-137.

48 Bataya’1986 : pl. 47,2, à Shibâm-Kawkabân, pl. 48, 3c, à Haz, pl. 48, 3d, pl. 51, 6b, pl. 53, 8d, à al-Huqqa, pl. 49,4a, à Bayt Ghufr, pl. 49, 4b, à Sirwâh, pl. 50, 4c, pl. 52, à Hakîr, pl. 50, 5a, à Na‘it, pl. 50, 5b, 8e, à Sanaa, etc. Tous ces exemples appartiennent à l’architecture himyarite des trois premiers siècles et proviennent presque tous des hauts-plateaux du Yémen.

49 Bataya‘ 1986 : pl. 99A et B, colonnes de Zafâr, pl. 100, A et B, colonnes de Dâf.

50 Seigne 1992 : 126.

51 Albini 1990 : fig. dans les chapitres 2 et 5.

52 Hackin 1954 : planches, n° 34a, fig. 9, n° 34d, fig. 10, n° 211c, fig. 12, n° 198, fig. 13, n° 224d, fig. 15.

53 Hackin 1954 : 29-30.

54 De Franciscis 1975 : pl. 17, 23, triclinium 14.

55 Breton 2009 : 111-123.

56 Barbet 2009.

57 Barbet 2009 : 124.

58 Krencker 1913 : 107-110.

59 Buxton & Matthews 1974.

60 Voir Phillipsson 2000 : 77-86, etc.

© Centre français des études éthiopiennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540