Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bâtisseurs sur les deux rives de la mer Rouge

 | 
Jean-François Breton

Chapitre 6. Fortifications et urbanisme

Texte intégral

  • 1 Breton, 1994 : 11-13.

1La plupart des villes sudarabiques se trouvent dans le couloir, situé à une altitude variant entre 800 mètres et 1 000 mètres, qui sépare les monts du Yémen ou les plateaux du Hadhramawt du désert de Ramlat as-Sab‘atayn. Cette bande de terre est traversée, à intervalles irréguliers, par les wâdis qui descendent des hauteurs donnant ainsi naissance à des oasis. Les capitales des royaumes antiques se trouvent respectivement au débouché du wâdî Dhana (Mâ’rib), du wâdî Bayhân (Tamna‘), du wâdî Markha (Hajar Yahirr), du wâdî Atf/Irma’ (Shabwa)1. Quant au wâdî Jawf, l’un des plus grands fleuves, diverses capitales ou grandes villes s’y trouvent : as-Sawdâ’, Kamna, Khirbat Hamdân et Ma‘în.

  • 2 Breton, Robin, Seigne & Audouin, 1987.
  • 3 Breton & Bessac, 2002.

2Ces villes et bon nombre d’autres établissements sont ainsi étroitement liés à leur situation au bord de ces rivières torrentielles, la mise en œuvre de champs, plus ou moins proches, détermine leur environnement voisin. Mais cette situation comporte autant d’avantages que de risques : à la commodité des transports de produits agricoles entre oasis et cité voisine s’oppose le risque de crues parfois violentes. C’est pourquoi certaines villes ont développé un système complexe de protection par digues et par canaux, ont créé des réservoirs face à la crue (à Raybûn par exemple), ou ont recherché des hauteurs pour s’y installer (à Shabwa ou à Naqab al-Hajar par exemple2). D’autres villes, comme Mâ’rib, ont progressivement surélevé leurs fortifications pour faire face à l’alluvionnement de leurs champs voisins. Dans le Jawf, quelques établissements ont couronné, à l’époque sudarabique, des tells plus anciens remontant au IIe millénaire (cas de Kamna où le rempart sudarabique suit le sommet d’un tell haut de 9 mètres par endroits3). En définitive, l’association entre la ville et son environnement agricole, détermine à la fois les contraintes de la situation et les choix architecturaux.

6.1. Les premiers systèmes défensifs

  • 4 Des sondages ont toutefois été menés récemment à Sirwâh. Voir Schnelle, 2012.
  • 5 Edens, Wilkinson & Barratt, 2000.

3L’origine des premiers systèmes défensifs restera longtemps encore bien obscure tant que des fouilles profondes n’auront pas été conduites sur une série de sites4. Sur les hauts plateaux, seul le site de l’âge du bronze de Hammat al-Qâ, non loin de Dhâmar, a fait l’objet de sondages5. Quant à la période sudarabique, la seule pendant laquelle de nombreuses fortifications sont édifiées (et ainsi étudiées), il importe de distinguer soigneusement les différents types de fortifications. Le premier type, comprend des murs à caissons ou à casemates, et le second des systèmes défensifs faits d’édifices juxtaposés ou plus ou moins contigus (type enclosed settlements).

6.1.1. Les murs à casemates

  • 6 Breton, 1994 : 141-142.
  • 7 Lapp, 1976 : 30-54.

4Dans l’état de nos connaissances, une seule enceinte semble comporter des caissons : Hajar al-Barka dans le wâdî Markha6 (fig. 6.1). Là, le rempart septentrional comporte deux longs murs parallèles, reliés par des murs de refend disposés à intervalles réguliers de 2,30/2,70 mètres ; les caissons ainsi formés sont bourrés de terre et de blocs divers. De la même façon, une portion du mur occidental montre deux murs parallèles reliés par des murs perpendiculaires tous les 4 ou 5 mètres. La fortification d’Hajar ar-Râ, dans le wâdî Mafâyir, à 30 kilomètres environ plus au nord, pourrait avoir été édifiée de façon similaire. Appartiendraient aussi à cette catégorie, plusieurs systèmes défensifs de cette région (Hajar Tâlib, al-Janâdila (fig. 6.2) etc.) Des parallèles avec les fortifications de Palestine de l’âge du bronze (comme Tell Beit Mirsim, Tell Qasileh, Beth-Shemesh) et les forteresses du Negev (Ramad Matred) permettraient peut-être de dater certains murs à casemates d’Arabie du Sud des environs du Xe siècle avant notre ère7, et d’autres comparaisons avec des sites comme Tell al-Fûl ou Beersheba (niveaux III-I) de l’âge du fer II.

6.1.2. Les enceintes faites d’édifices juxtaposés

  • 8 De Maigret & Robin, 1989 : 280-283.

5Les systèmes défensifs faits d’édifices juxtaposés semblent plus fréquents que les précédents. Ils sont majoritaires dans les villages, de 300 à 500 mètres de pourtour, de tracé polygonal, parfois rectangulaires, mais aussi attestés dans de grandes cités comme Yalâ, Hinû az-Zurayr et Najrân. Ce système consiste en une série de maisons disposées en circonférence, chaque maison étant toutefois édifiées séparément et reliées entre elles par des murs simples ou doubles. L’accès à l’intérieur du périmètre se fait par un simple passage entre deux maisons. Aucun de ces systèmes n’a été fouillé extensivement hormis sans doute Najrân. Toutefois, un exemple suffit : la ville de Yalâ comporte un tell central comptant une vingtaine de bâtiments formant enceinte (fig. 6.3). La maison dite A appartenant à l’anneau des structures de la « ville haute » comportait un étage8.

6Le meilleur exemple serait sans doute la ville de Hinû az-Zurayr dans le wâdî Harîb (fig. 6.4). La ville haute, bâtie sur un plan trapézoïdal, de 250 mètres à la base et de 200 mètres au sommet intègre sur son pourtour des maisons au soubassement de pierre comportant des murs liaisonnés à l’orthogonale, et des édifices divers (deux bâtiments parallèles dans l’angle nord-ouest et un édifice en L dans l’angle sud-ouest). Ce système se perpétue durant le développement de la ville : lorsqu’il fut décidé d’étendre la ville vers l’ouest afin d’inclure, semble-t-il, le sanctuaire, la nouvelle ligne défensive se compose de soubassements d’édifices similaires à ceux de la couronne antérieure.

  • 9 Zarins, 1983 : 24-28.

7Enfin, la ville de Najrân (fig. 6.5) édifiée sur un plan carré de 235 m de côté, comporte une succession irrégulière de soubassements de pierre soit juxtaposés, soit reliés par des murs de pierre simples ou doubles. Les soubassements montés en appareil le plus souvent régulier, comportant des murs liaisonnés à l’orthogonale, et surmontés de vestiges de leurs superstructures en bois/brique, ne laissent aucun doute sur leur nature : ce sont bien des fondations de maisons et non de « bastions ». Si l’on en croit certains sondages, le système défensif pourrait remonter au VIe siècle avant notre ère9 voire plus tôt.

  • 10 Herzog, 1983 : 44-49.
  • 11 Herzog, 1984 : 78-80.
  • 12 Herzog, 1983 : 44.

8De nombreux établissements de ce type existent en Palestine, notamment dans le Negev vers les XIe-XIIe siècles avant notre ère10. Le niveau VII de Beer-Sheba, par exemple, est un établissement fermé (enclosed settlement) constitué de grandes maisons indépendantes aux murs mitoyens, déterminant un espace central clos non bâti11. Ces maisons sont construites sur un « schéma préétabli afin de créer un périmètre défensif12, formant à l’extérieur comme à Khirbat al-Mshash un tracé irrégulier de parties saillantes et rentrantes. De façon générale, en Palestine, les systèmes défensifs faits de maisons juxtaposées ont peu à peu remplacé les casemates (cas de Beer-Sheba aux niveaux VII et IX).

6.1.3. Des édifices contigus aux remparts

9Un certain nombre de sites montrent à l’évidence que les systèmes constitué d’édifices juxtaposés ont peu à peu fait place à une muraille continue. Deux sites illustrent particulièrement cette évolution : Yalâ et Hizmat Abû Thawr.

  • 13 De Maigret & Robin, 1989 : 289.

10À Yalâ, deux phases de développement de la ville doivent être distinguées, la première correspondant à la mise en place d’un « anneau d’habitation », et la seconde à la construction d’un rempart plus vaste, n’impliquant pas nécessairement l’abandon des maisons antérieures (fig. 6.3). Selon certaines inscriptions et résultats de datations au C 14, il est probable que l’abandon de l’anneau primitif se soit fait vers le VIe siècle avant notre ère, et que le rempart ait été mis en place vers cette date13.

  • 14 Robin 1986 : 188-190.

11Dans la vallée du Jawf, le site de Hizmat Abû Thawr offre trois dédicaces de construction relatives à l’évolution du système défensif. Si les deux plus anciennes relatent l’édification de maisons sur l’enceinte de la ville, vers le VIe siècle avant notre ère, la plus tardive rapporte l’édification d’une enceinte par un souverain à une date légèrement postérieure14. Comme à Yalâ, le processus semble évident, la construction d’un rempart continu encercle l’anneau ancien de maisons juxtaposées, il faudrait y voir la marque d’une volonté politique évidente.

6.1.4. Les premières fortifications sabéennes

12À compter au moins du VIe siècle voire du VIIe siècle avant notre ère, les Sabéens entreprennent une conquête territoriale au nord et à l’est de Mâ’rib qui les conduisent à entreprendre des travaux défensifs sur quelques sites, déjà habités pour certains.

  • 15 Hauteur visible de nos jours, à l’origine sans doute plus considérable.
  • 16 Robin & Ryckmans 1980 : 121-124, 152-153 et Robin & Breton, 1981 : 92-93.

13C’est notamment dans le wâdî Ragwân que les souverains sabéens construisent des remparts d’une certaine importance. Le premier d’entre eux, Khirbat Sa’ûd (fig. 6.6), est désormais muni d’une enceinte de pierre de 200 mètres de long sur 170 mètres de large. Ses murs, épais de 3 mètres environ, hauts de 4 mètres environ15, sont renforcés à intervalles réguliers de contreforts où les dédicaces de construction sont encastrées. Mentionnons la plus ancienne inscription, au nom de Karib’il Watar, fils de Dhamar’alî, moukarrib de Saba’ qui munit l’enceinte d’un contrefort dénommé Hlhln, texte qu’il faudrait dater du VIIe siècle avant notre ère16. A leur tour, ses successeurs continuent les travaux, en respectant les normes antérieures.

  • 17 Robin & Ryckmans 1980 : 121-124.

14Une autre ville, à 2,5 kilomètres de celle-là, fait aussi l’objet de l’édification d’une enceinte continue, al-Asahîl. La plus ancienne dédicace rapporte que le souverain sabéen, Karib’il Watar, fils de Dhamar’alî, munit la ville de ‘rrtm d’une enceinte17. Deux successeurs poursuivront l’ouvrage sur des modes toutefois différents : un mur fait de décrochements irréguliers (secteurs nord-est et nord-ouest), et un autre rectiligne, épaulé de puissants contreforts à intervalles réguliers.

15Une autre fortification, bien qu’isolée dans le wâdî Jufrâ, à quelque 43 kilomètres au nord-ouest de Khirbat Sa’ûd, Jidfir ibn Munaykhir est à rapprocher des enceintes précédentes en raison de la similitude de son architecture. Ses murs comprennent des décrochements qui évoquent ceux, mais moins réguliers, des secteurs (fig. 6.8).

16Aucune de ces fortifications ne comporte de tours qui dominent les courtines, le sommet de celles-ci comme de celles-là semble plat et assez large pour une circulation continue de ses défenseurs. De même, les accès à l’intérieur ne sont conçus que comme de simples passages, sans dispositif particulier. Ils sont d’ailleurs peu nombreux, parfois placés de façon symétrique. Ces accès sont parfois prolongés par un couloir intérieur (Khirbat Sa’ûd, al-Asâhil) parfois flanqué de pièces intérieures (jidfir ibn Mumaykhir et Mâ’rib à la porte ouest).

6.2. Les fortifications (du VIIe siècle avant notre ère au Ier siècle de notre ère)

6.2.1. Construction

17Les enceintes « classiques » juxtaposent désormais divers types de structures ; des massifs en brique crue, et des murs extérieurs en pierre liaisonnés avec ceux-ci.

18Les massifs en brique crue, élément majeur du rempart, ont été peu étudiés, faute de fouilles. Ils mesurent 2,70 mètres d’épaisseur en moyenne à HajarYahirr, 3 mètres en moyenne à Shabwa, 2 mètres en moyenne à Barâqish, 3,50 mètres à Mâ’rib (secteur sud) sur une hauteur estimée à 2,20 mètres à al-Baydâ’, à 4 mètres par endroits à Shabwa, à 6 à 7 mètres à Barâqish et à 3,50 mètres à Ma‘în. Le mur extérieur en pierre est lié au massif de brique crue par une série verticale de boutisses en alternance avec les carreaux et disposés à intervalles réguliers. À Ma‘în (là où les observations sont les plus aisées), les murs comportent à intervalles réguliers, tous les 3 mètres, des boutisses noyées à l’arrière dans le massif de brique. Ces boutisses, disposées en séries, une assise sur deux entre les carreaux, forment ainsi un système cohérent d’accrochage du mur de pierre dans le massif de brique.

  • 18 Schnelle, 2008. La technique dite « implantäte » consiste à édifier de façon simultanée des murs l (...)

19Plus composite encore, le système défensif de Sirwâh (fig. 6.7) juxtapose des éléments très différents : des lignes rectilignes alternant tours et courtines (au sud-est), de longues lignes dépourvues de saillants (au nord), des lignes défensives doubles (au sud) et des secteurs bâtis selon le mode dit « implantäte18, (secteur nord-ouest). Toutes ces variétés ne sont pas contemporaines, elles s’échelonnent entre le VIIIe et le IIe siècle avant notre ère. Deux principaux bâtiments sont intégrés dans la muraille : le temple d’Almaqah (dit « temple » ovale) à l’est et un « bâtiment administratif » au nord-est.

6.2.2. Le tracé des murs

20Les fortifications situées en bordure du désert offrent plusieurs types de tracé des murs classés ici dans un ordre chronologique provisoire, en l’état des connaissances.

  • 19 Notons que ces contreforts sont peu saillants, moins d’un mètre en général.

21Les murailles de Khirbat Sa’ûd et des secteurs sud-est et sud-ouest d’al-Asâhil montrent de longues sections rectilignes que ne défendent aucune tour. Elles sont constituées d’un mur épais, à double parements, renforcé de puissants contreforts mesurant en moyenne 7,50 mètres de long à al-Asâhil, et 7,85 mètres de long à Khirbat Sa’ûd. Ces contreforts encadrent des portions de murs rectilignes, longues de 13,85 mètres en moyenne à Khirbat Sa’ûd et de 12,80 mètres à al-Asâhil19.

22L’enceinte de Hajar Yahirr, dans le wâdî Markha, constituée d’un mur de pierre brutes adossé à un massif de brique crue, présente lui aussi des sections rectilignes, longues de 50 mètres à 70 mètres, ou très légèrement incurvées, épaulées par de rares saillants. De même, le rempart de Yalâ est constitué d’un mur totalement rectiligne, dans son secteur occidental et légèrement courbe au nord comme à l’est. Ce mur, épais de 2,5 mètres à 3 mètres, renforcé de contreforts larges de 5,50 mètres et espacés de 4,50 mètres en moyenne, ne compte qu’un seul saillant.

23Quelques remparts montrent des décrochements à crémaillère. Jidfir ibn Munaykhir offre le meilleur exemple de ce type de tracé : il comporte une succession assez régulière de sections longues de 27,50 mètres en moyenne (40 m pour la plus longue) séparées par des rentrants ou des saillants de 0,70/0,80 mètre (fig. 6.8). Cette enceinte n’est défendue par aucun saillant à l’exception d’un bastion flanquant la porte nord, et d’un autre au sud, vraisemblablement postérieur à la muraille. D’autres portions de remparts présentant ce même type de murs à décrochements, se rencontrent dans les secteurs nord-est et nord-ouest d’al-Asâhil et nord-est et sud-ouest de Ma‘în. Il faudrait enfin mentionner l’enceinte extérieure de Shabwa, au sud de la colline d’al-Hajar, qui présente tous les 12/15 mètres des décrochements de 2 à 3 mètres perpendiculaires au nu du mur : c’est un mur de 4,20/4,50 mètres d’épaisseur fait d’un massif de brique crue et d’un parement maçonné.

24Signalons enfin quelques exemples de murs courbes. À Kamna, un long mur convexe, long d’une dizaine de mètres, se situe en avant d’un angle de l’avancée orientale. À Tamna‘, un mur concave d’une cinquantaine de mètres de long était constitué en glacis de pierres brutes, incliné à 45° environ. Mais seule la muraille de Hajar Yahirr présente de longues sections convexes ou concaves qui se suivent dans l’angle nord, sur plus d’une centaine de mètres.

25La datation de ces systèmes défensifs parait encore aléatoire. Plusieurs dédicaces de construction, au nom de Karib’il Watar, fils de Dhamar’alî, encastrées dans les murs de Khirbat Sa’ud et d’al-Asâhil, remonteraient donc au milieu du VIIe siècle avant notre ère, quant à Yalâ, la construction de son rempart semble postérieure de quelques générations à ce souverain. Mais d’autres remparts, dépourvus de dédicaces de construction, comme Jidfir ibn Munaykhir ou Hajar Yahirr, semblent très difficiles à dater en l’absence de fouilles.

6.2.3. Saillants et courtines

  • 20 Breton 1994 : 45-48.

26Les remparts, moins épais que leurs prédécesseurs, montrent une succession régulière de saillants et de courtines, Cette appellation de saillant soulève la question de la transformation des contreforts primitifs en saillants (ou tours). On pourrait invoquer des raisons militaires, celles de pouvoir faire des tirs de flanquement pour défendre les courtines, mais leur saillie semble en général limitée. Une autre raison est sans doute d’ordre technique, les saillants liés dans les angles par des assemblages en harpe servent en fait de contreforts. C’est sans doute la raison pour laquelle les saillants, installés à des intervalles réguliers, s’élargissent tandis que les courtines se raccourcissent. À Barâqish, les courtines sont longues de 8,5 mètres (en moyenne) et les saillants longs de 5,8 mètres ; à Shabwa les courtines sont à peine plus longues que les saillants. Deux exemples suffisent. Le rempart d’al-Baydâ’ (fig. 6.8) compte 58 saillants et courtines ; les saillants mesurent 7,70 mètres en moyenne, en débord de 2,20 mètres en moyenne, et les courtines 19,65 mètres en moyenne20. Les murs de ces deux éléments n’excèdent pas 4,40 mètres de haut. Les saillants comportent à 2 mètres de hauteur des mortaises d’encastrement des poutres soutenant une plateforme intérieure pour les défenseurs.

  • 21 Breton 1994 : 49, 53 et pl. 21 ; Voir restitution dans Breton & Bessac, 2002.
  • 22 Breton 1994 : 51-52.

27À Ma‘în, (fig. 6.10 et 6.11) fortification postérieure, les courtines, comme les saillants, mesurent 7,80 mètres de haut21, ce qui souligne une évolution considérable de l’architecture militaire et des techniques défensives. Elle consiste notamment dans la construction d’étages à des hauteurs régulières (un premier étage vers 3,60 mètres de haut et un second vers 7,20 mètres) construits en bois, reliés par des escaliers. Dans l’ultime phase de développement, les courtines de Barâqish s’élèvent à 13,60 mètres de haut, ce qui suppose un massif de brique crue à 7,65 mètres de haut, un premier niveau de circulation à 10,20 mètres, un second vers 12,75 mètres22 (fig. 6.12).

6.3. Éléments d’urbanisme

28Comment l’espace urbain était-il organisé et comment les divers groupes sociaux se partagent son territoire ? Une telle question semble d’importance mais malheureusement inscriptions ou fouilles ne permettent pas toujours d’y répondre.

6.3.1. Les murailles et leurs inscriptions

29Les fortifications fournissent tout d’abord des dédicaces relatives aux bâtisseurs des tours, des courtines et des portes.

30La plupart des fortifications sabéennes sont l’œuvre de souverains (moukarribs notamment) qui munissent la ville d’une enceinte ou qui édifient un saillant, une tour ou une porte. Ces fondations ou ces travaux défensifs signifient-ils l’installation de colons sabéens ou l’assujettissement des populations antérieures ou même les deux ? Les textes ne permettent pas de répondre. À Shabwa, l’on ne sait si les rois finançaient directement le rempart sur des terrains qui ne leur appartenaient peut-être pas.

  • 23 Robin, 1982 : 18-22.
  • 24 Breton, 1994 : 155-157.

31À l’inverse, les dédicaces de construction minéennes ont le plus souvent pour auteurs des membres influents des grandes tribus. L’intérêt de ces textes de construction est de mettre en évidence les structures sociales du royaume de Ma‘în (fig. 6.10). Celui-ci comprend un certain nombre de grandes tribus dont la plus importante est celle de Ma‘în même (la tribu royale : Sha’ab Ma‘în) divisée en clans appelés’hl, eux-mêmes divisés en sous clans (‘hl). Au niveau inférieur, se trouvent encore un certain nombre de lignages puis de familles restreintes23. À M‘aîn comme à Barâqish, la plupart des inscriptions de fortifications mentionnent les clans de Gab’ân, divisé lui-même en une trentaine de sous clans dont ceux des Zalwamân, ‘Amam, Sha’thum, Bawsân, etc. Comment les tribus et les clans minéens se répartissent-ils les tâches d’édification des fortifications ? Seul le secteur oriental de Barâqish fournit des éléments de réponse (fig. 6.12). En dressant la liste des personnages qui consacrent des ouvrages militaires, on constate qu’une dizaine d’entre eux appartiennent au clan Gab’ân ; ce clan occupe également une position prépondérante à Ma‘în. La localisation de ces dédicaces met en valeur la répartition tribale des travaux dans le secteur sud-ouest de Barâqish ; ils sont le fait que quatre sous clans : Zalwamân, Yafa’ân, Bazr Sakhfân et Sha’thum24. Mais c’est ce dernier qui fait édifier la plus grande partie du rempart : tours I (?), 2, 3, 4, 5 et 58 sous le règne de Abîyada’ Yatha’. Certains de ses membres par exemple mettent en chantier la tour 2 (Yatha’ân). Ajoutons aussi que des membres du clan Yafa’ân s’associent à d’autres membres du sous clan Sha’thum pour édifier les tours 4 et 5.

32L’édification d’une enceinte comme Barâqish permet donc, approximativement, de dresser un cadastre des propriétés foncières, car il est à croire qu’elles bâtissaient sur leurs terrains. De façon plus générale, les fortifications minéennes sont donc un lieu privilégié d’une certaine cohésion sociale puisque ces tribus doivent s’entendre sur un programme de construction et une organisation des chantiers.

  • 25 Bessac, 1998a : 202.
  • 26 Sur le financement des fortifications, voir Breton, 1994 : 158-159.

33En observant les murailles de Ma‘în, J.-Cl. Bessac remarque que les intervalles moyens de 3 à 4 mètres séparent les séries verticales de boutisses et les harpes laissées en attente de chaque côté (pan inachevé de Ma‘în)25. Il suppose que la construction des remparts progressait ainsi par tranches verticales de cette longueur, sous entendant une entente entre commanditaires d’un ou de plusieurs groupes sociaux. Celle-ci implique aussi la répartition ou la mise en commun de ressources financières propres. Les personnages les plus aisés des tribus peuvent financer directement l’érection d’un ouvrage défensif ; d’autres s’associent pour cofinancer telle ou telle partie de la muraille. Ainsi à Barâqish, les membres de la tribu des Gaba’ân financent l’essentiel du rempart qui témoigne de son prestige26.

  • 27 Jamme, 1958.
  • 28 Pirenne, 1990 : 54-55, pl. 45a.pl. XLV a.

34Quelles autres fortifications permettent-elles d’esquisser la composition tribale du territoire urbain et de l’organisation sociale ? Mâ’rib ne fournit guère de données, faute de dédicaces détaillées sur ses murs et de textes de construction intra-muros. À Tamna‘, on connaît principalement les constructeurs de maisons voisines à la porte méridionale, les maisons proches : Yafash et Yarish ; ce sont des membres du clan Muhasi’um qui acquièrent et restaurent (?) la maison Yafash (Jamme 119 et 120) et les superstructures (ou la maison ?) de la maison Yarish (Jamme 121) qui avait été bâtie par des membres du clan Dharhan27. Ces inscriptions semblent toutefois trop peu nombreuses pour saisir la composition sociale du quartier sud-ouest. À Shabwa, les inscriptions font essentiellement mention de souverains du Hadhramawt qui entreprennent des travaux défensifs ; aucune d’entre elles ne fait référence à l’affiliation des personnes aux lignages. Une seule inscription, datée des IIIe-IIe siècles avant notre ère, fait toutefois état de membres de tribus : SH/VI/76/8128, qui mentionne un certain ‘Ammanas du clan qui finance une tour et un fragment de courtine pour le compte de la communauté.

35À Shabwa et en Hadhramawt, les textes semblent confirmer l’originalité de ce royaume, notamment par l’absence de références à des tribus On connaît la tribu principale de Shabwa, « la tribu de Hadhramawt » mais elle ne devait pas être pas la seule. Aucune dédicace archaïque ne peut encore attester la composition tribale de la ville, à l’exception de Ma’dhin, une tribu sabéenne (inscription Hamilton 9) à l’origine d’un petit royaume indépendant au milieu du VIIe siècle avant J.-C. dont un ou plusieurs des membres s’installent, semble-t-il, à Shabwa.

  • 29 Frantsouzoff 2013.
  • 30 Pirenne 1990 : 55-56, pl. 45b. C’est ainsi que le texte Shabwa III, daté du début de notre ère, ra (...)

36S. A. Frantsouzoff explique cette absence de lignage par la structure uniquement territoriale des communautés locales qui ont perdu les traces de liens claniques29. L’apparition de lignages serait due à l’infiltration des nomades ou seminomades alliés au royaume du Hadhramawt30. Pendant les trois premiers siècles de notre ère, il semblerait que les groupes sociaux de Shabwa aient, lentement sans doute, pris conscience de former une certaine communauté : ce sont les « habitants de Shabwa » mentionnés dans deux textes tardifs :

  • ḌĠRT, fils de MKYDM, des habitants de Shabwa » (S/77/Madhi) ;
  • THMM, fils de QR’M, habitant de Shabwa, des habitants de la ville » (Shabwa 4)31.
  • 32 Texte ainsi numéroté, et non pas Chantier V, 1975, comme dans Pirenne 1990 : p. 76.

37On possède enfin diverses mentions de clans ou de familles : Sadiqdhakar (76/VI/81), Maran (Hamilton 7/5), Marayhân (RES 4691/1), Shaharum (76/VII/3732) etc., mais on ne peut leur attribuer une quelconque localisation topographique dans la ville.

  • 33 Frantsouzoff 2013.

38Les inscriptions de Raybûn semblent démontrer qu’il n’existait ni tribus ni clans ni lignages, mais une seule communauté religieuse et territoriale. Franztsouzoff suppose l’existence d’une institution très ancienne (sans tribu ou sha’ab), d’une phase « pré-étatique », indépendante des souverains de Shabwa, et organisée seulement autour d’un dieu ; de nombreux textes sont alors datés par des éponymes, un système attesté en Hadhramawt à Raybûn et à Bir Hamad33. Les inscriptions de la ville font certes mention de membres importants de certaines familles, d’habitants ou d’émigrants (?) (hwr), de tailleurs de pierre (grby) et d’immigrants établis en ville comme clients.

6.3.2. Le tracé des murailles

39La topographie du site de Shabwa ne connaît pas d’équivalent sur les pourtours du désert de Sab‘atayn, aucune ville ne s’est installée dans un relief aussi contraignant mais aussi aisé à défendre (fig. 6.14 et 6.16). Deux cas se présentent en général soit les fondations récentes (cas des colonies sabéennes d’al-Asâhil ou d’al-Baydâ’) adoptent un plan assez géométrique, soit les établissements se munissent, vers les VIIIe-VIIe siècles avant notre ère, d’une enceinte de pierre qui suit en général les contours du tell (cas des enceintes polygonales de Kamna et d’as-Sawdâ’). Dans ces deux cas, au moins pour les villes du Jawf, il n’existe aucune enceinte double délimitant des terrains compris entre les deux murs ni aucune citadelle isolée.

40Toutefois, la même politique urbaine caractérise la plupart de ces villes : l’édification d’une muraille a pour fonction première d’englober un établissement plus ancien et de délimiter l’extension future de la ville ; c’est, comme pour Shabwa, un acte principalement politique et administratif.

  • 34 Cette citadelle porte le nom de Mâwiyat dans l’inscription CIH 621 de Sumuyafa’ Ashwa’, gravée sur (...)
  • 35 Ce sanctuaire, fouillé par Shrinsky en 1972, a fait l’objet d’une restitution approximative.
  • 36 Sedov-Robin & Ballet 1997 : 21 ne fournissent guère d’indices décisifs en faveur de l’identificati (...)
  • 37 Les vestiges de cette muraille n’apparaissent pas sur le plan dont le plus récent remonte à 1997 ( (...)
  • 38 Malheureusement toute vérification paraît difficile en raison de l’épaisseur des niveaux tardifs e (...)
  • 39 Sedov 2001 : 35.

41Hormis les pourtours de ce désert, seul le site de Bir Alî (l’antique Qanâ’ ou Kané) offre quelques similitudes avec celui de Shabwa. Tout d’abord par l’existence, amplement justifiée par le relief, d’une citadelle34 à l’accès difficile situé sur le flanc oriental du cône volcanique de Husn al-Ghurâb (le « fort du Corbeau ») (fig. 6.20). Sur le rebord septentrional du piton, on reconnaît encore une puissante porte, un rempart de pierre et quelques tours. Au sommet du volcan se dressait, sans doute dès le Ier siècle avant notre ère un sanctuaire, non loin du rebord méridional35 et peut-être une vigie (ou un phare ?36). Plusieurs citernes et magasins permettaient enfin de tenir un siège assez long. La ville qui s’étend au pied du volcan a été très partiellement fortifiée37, avec des tours carrées et une porte étroite face à l’océan Indien. Certains édifices étaient installés sur les pentes, avec des ruelles en escalier et des terrasses aménagées ; ce qui pourrait être le cas à Shabwa sur le versant occidental de la citadelle d’al-Hajar38. On ne peut exclure, d’après Sedov39, que les autres secteurs urbains aient été défendus par des maisons très proches, séparées par d’étroits passages, selon un principe bien attesté dans les régions sabéennes et qatabanites.

  • 40 Porte fouillée en 1951, non publiée. Photographie dans Phillips 1955 : p. 188 ; plan restitué dans (...)
  • 41 Breton 1994 : 118, fig. 43.

42Shabwa, munie d’un rempart continu, s’oppose surtout à toutes les villes dont le système défensif est constitué d’un anneau de bâtiments juxtaposés ou reliés par des murs simples ou doubles. Ce système dont les origines se situeraient probablement à l’âge du Bronze survit toutefois dans de nombreuses régions, en particulier dans les territoires qatabanites. Deux de ses principales villes, Hajar Kuhlân (l’antique Tamna‘) et Hinû az-Zurayr (l’antique Harîb) montrent un anneau de bâtiments comme défense principale. Ce sont surtout des maisons à soubassement de pierre, d’une dizaine ou douzaine de mètres de côté, édifiées séparément et reliées par des murs. Un tel système n’exclut pas la présence de portes : quatre à Tamna‘ dans chacun des angles40), et au moins deux à Hinû az-Zurayr sur les côtés oriental et occidental. En raison de la longueur du système défensif de Tamna‘, près de 1850 mètres41, on pourrait estimer le nombre de maisons sur le pourtour à une centaine.

6.3.3. Les portes : passages et péages

  • 42 Breton 1994 : 106 (plan de la ville).
  • 43 Breton 1994 : 74 (fig. 30). Voir aussi restitution : Breton-Bessac 2002.
  • 44 Porche muni d’un dispositif de franchissement à l’étage.

43Les villes fortifiées sur plan rectangulaire comptent en général quatre portes symétriques, chacune étant percée au milieu des côtés. À Ma‘în, les portes ouest, nord et sud, les mieux conservées, montrent toutefois des dispositifs différents, impliquant sans doute des fonctions spécifiques42. Les portes méridionale et orientale, d’un type simple, s’inscrivent entre deux tours de flanquement. Quant à la porte ouest (la principale ?), elle fait l’objet de diverses extensions43 : la plus importante consistant en l’édification d’une avant-cour munie d’un portique latéral au sud, et d’un porche à l’ouest44 (fig. 6.13).

  • 45 Breton, Robin, Seigne & Audouin 1987 : 1-20.

44Il faudrait aussi inclure, dans cette série, la porte méridionale de Naqab al-Hajar, sur les marges méridionales du Hadhramawt45. C’est la porte principale, d’un accès aisé à partir des champs irrigués ; la seule dont la construction est consignée par des inscriptions en place. Aménagée dans un secteur concave de la muraille, entre les tours n° 16 et n° 17, elle montre une avant-cour, parallèle à l’enceinte, large de 6 à 7 mètres, longue de 15 mètres et à ciel ouvert, barrée en son centre par une construction sans doute munie d’un dispositif de fermeture central.

  • 46 Bron 1991 : 35-39.

45Ces dispositifs complexes qui ne concernent qu’une seule porte dans chaque fortification, semblent jouer un rôle particulier, probablement liés – sous toutes réserves – à une quelconque réglementation. La porte occidentale de Ma‘în (fig. 6.13), la plus importante de la ville par ses dimensions, comporte une inscription (RES 2830) qui mentionne « à côté de cette inscription (se trouve) le bureau de perception de la taxe, six coudées en direction de l’ouest46... », ce qui reviendrait à le situer dans l’avant-cour sous son portique latéral.

  • 47 Pline, Histoire naturelle, XII, 63-64.

46On pourrait enfin se poser la question de la fonction des portes à Shabwa (fig. 6.14 et 6.15). À défaut d’inscriptions en place, évoquons le texte de Pline : « L’encens récolté est transporté à dos de chameau à Sabota où une seule porte lui est ouverte. Prendre une autre porte est un crime que les rois ont puni de mort47. » Quel sens faut-il donner à cette remarque, et de quelle porte pourrait-il s’agir ? Première hypothèse, les caravanes entrant dans le territoire urbain s’acquittaient de taxes à l’une des portes extérieures de la ville. Trois portes principales pourraient revendiquer ce droit : les deux portes septentrionales (n° 7 et n° 8) munies de défenses supplémentaires et la porte occidentale (n° 6) proche du centre urbain. Après acquittement des taxes, les caravanes faisaient halte à Sabkha sans pénétrer dans l’espace intra-muros. Seconde hypothèse, les péages étaient prélevés à l’une des portes intérieures, soit la porte n° 4 soit la n° 3. Dans cette dernière, le dispositif tardif construit à l’intérieur du passage n’était-il pas destiné au prélèvement de quelque taxe ? Faute de documents, aucun élément ne permet de répondre.

6.3.4. Des espaces résiduels aux rues

47Tenter une synthèse de l’organisation intérieure des villes sudarabiques parait presque une gageure : peu d’espaces urbains ont fait l’objet d’une reconnaissance générale, et encore moins de dégagements de surface, même limités, permettant de saisir au moins quelques caractéristiques de leur urbanisme.

  • 48 Il s’agit des bâtiments 52 (Breton 1998b : 27-38) et 55, le palais royal (Seigne 1992).

48C’est sans doute Shabwa, puis Tamna‘, qui permettent le mieux d’évoquer ces questions d’urbanisme. À Shabwa, dès le début de ses travaux, la Mission française tenta de résoudre la nature et la fonction de ces socles de pierre, au nombre d’environ 130 dans la seule zone occidentale de la ville. La mission entrepris d’abord le relevé du bâtiment dégagé précédemment par les Britanniques, la fouille de deux de ces édifices48 dont le palais royal (fig. 6.15-6.16), et le premier sondage stratigraphique permit le dégagement du bâtiment n° 41. L’étude des édifices n° 7 et n° 8, dégagés lors de la fouille du rempart occidental, compléta notre première connaissance des constructions à l’intérieur de l’enceinte. Montés en appareils rustiques ou soignés, ces puissants soubassements s’élevant à quelques mètres au-dessus du sol, comportent des murs intérieurs liaisonnés formant des caissons bourrés de matériaux divers (brique crue, terre, etc.) : ce sont des fondations surélevées assurant la stabilité de l’édifice dans des terrains meubles (fig. 6.17). Les superstructures des édifices sont faites d’une ossature régulière de bois et d’un remplissage de brique crue. Pourvus à l’origine d’un seul étage, ces bâtiments devaient être des sanctuaires, mais comportant plusieurs étages, ils devaient être des maisons.

49Les maisons de Shabwa, indépendantes, ne comportent pas de murs mitoyens, elles comportent quatre façades et ne semblent pas avoir été entourées de clôtures, de murs ou de jardins. La juxtaposition des bâtiments amène rapidement à la création d’îlots ou du moins de zones plus densifiées. La création d’un îlot par simple juxtaposition d’édifices pose cependant la question de l’éclairement et de la ventilation des pièces.

  • 49 Darles 1998a : 6.
  • 50 La partie orientale, même recouverte partiellement par les ruines du hameau de Mathnâ’, regroupe p (...)

50Il est difficile d’admettre la possibilité d’un carroyage initial ou même d’un partage géométrique préalable à la constitution de la ville de Shabwa49. L’espace intra-muros semble régulier mais il n’existe aucune trace d’un découpage imposé ou même d’un cadastre. Il faut chercher le sens de cette régularité ailleurs50. En l’absence de tout tracé régulateur lisible, l’implantation des édifices dans la cité n’est pas sans raison. La présence de nombreux espaces vides ne peut pas s’expliquer par la simple volonté de conserver de la surface foncière constructible.

  • 51 Selon les relevés de G. E. Burcaw d’avril 1951, au 1/100e.
  • 52 On pourrait comparer cette terrasse haute à celle qui borde le bâtiment n° 52 de Shabwa, délimitan (...)

51La ville de Tamna‘ compte quatre portes situées chacune dans l’un des angles du rectangle urbain. La porte sud-ouest, la seule extensivement fouillée en 195151, ouvre sur un espace bordé de plusieurs édifices élevés postérieurement à l’édification de celle-ci ; si la porte date en effet des environs du IVe siècle avant notre ère, les maisons ne semblent guère antérieures au IIe siècle avant J.-C. (fig. 6.18). Celles-ci, sont au moins au nombre de quatre : à l’ouest se trouve le bâtiment Yafa’am (building A) d’orientation oblique par rapport à la porte, dont on peut supposer plusieurs étapes de construction ; il se prolonge par un mur orienté nord-sud qui pourrait appartenir à une terrasse haute52. Au centre se dresse la maison Yafash (building B), flanquée au nord d’une « annexe » de 8,50 mètres sur 7,40 mètres (sans doute un sanctuaire, en raison de sa salle hypostyle supportée par une série de poteaux) ; notons aussi qu’un autre édifice à plusieurs pièces s’est ajouté contre sa face orientale. À l’est d’une rue, large de moins de 3 mètres dans son état final, s’élève la maison Hudath (building D) à laquelle est accolé un autre édifice trapézoïdal, long de 10,50 mètres. Au nord, un passage étroit (2,50 mètres) sépare Hadath d’un bâtiment (building C) de grandes dimensions (15 mètres sur 11 mètres) flanqué d’annexes.

52Ainsi à Shabwa comme à Tamna‘, des extensions postérieures et des murs de terrasse semblent avoir donc régularisé très approximativement les principaux « axes de communication » ; d’un vide initial laissé entre les bâtiments, les habitants en ont fait des rues (fig. 6.16). À Tamna‘, au terme d’une longue évolution, il s’est ainsi constitué en arrière de la porte sud-ouest, une petite place, de 15 mètres sur 11 mètres (nord-sud), soit moins de 200 mètres carrés, ouvrant sur deux axes divergents. Le premier, à l’ouest, situé entre les édifices Yafa’am et Yafash, n’excède guère 5,50 mètres de large ; le second, à l’ouest, se dirigeant vers le nord, entre Yafash et Hadath, ne dépasse guère 3 mètres de large : ce sont dans ces deux cas des voies bien étroites pour des caravanes.

53La ville de Najrân (fig. 6.5) n’est pas sans similitudes avec celle de Tamna‘, constituée elle aussi de maisons juxtaposées formant enceinte, et pourvu de « portes » imbriquées dans ce système domestique. Deux portes seulement ont été reconnues sur les côtés ouest et nord mais l’existence d’une porte par côté semble vraisemblable. En arrière de la porte occidentale, se trouve un espace libre où s’ouvre un axe parallèle à la muraille, et un second transversal, orienté est-ouest, bordé par les édifices n° 17, n° 32, n° 33 et n° 65. Ce qui serait la porte nord (ou plutôt nord-est), semble ouvrir, elle aussi, sur un espace polygonal dont on perçoit toutefois mal toutes les possibilités d’accès.

  • 53 Akopyan 1996 : 103-109 ; Sedov & Griaznevich 1996 : 64-84 et 103-116, etc.
  • 54 Plan dans Frantsouzoff 2001 : fascicule B, plan du site.
  • 55 Sedov dans Frantsouzoff, 2001 : 21. Il est néanmoins certain que l’érosion tardive a mis en valeur (...)

54Dans le Hadhramawt, à Raybûn, l’étude de surface menée en 1978, avait déjà permis de dénombrer une vingtaine d’édifices principaux dont une dizaine au moins étaient très ruinés. Au cours des diverses campagnes de fouilles, les archéologues russes ont fouillé cinq temples (dont ceux de Hadrân et de Rahbân) mais seulement quatre maisons53. Le plan, récemment publié (fig. 6.19) semble montrer que la ville s’est développée sans fortifications54 ni portes, ce qui conduirait à supposer l’absence d’un axe central de communication. « Les édifices, disposés sur le site d’une manière assez chaotique, occupaient des collines naturelles de loess, de dimensions et de hauteurs différentes, séparées par des cavités, des ravines et des vallons assez profonds. Le désordre des édifices permet difficilement de retrouver l’orientation des rues originelles et l’emplacement des espaces ouverts ; la construction des bâtiments dans cette cité ne paraît pas s’inscrire dans un plan régulier55 ». Ces remarques trop succinctes ne permettent guère de préciser le processus d’urbanisation de la ville.

  • 56 Sedov 1997 : 192-196 et 2001 : 32-35.

55Quant à la ville de l’antique Qanâ’ (la moderne Bir Alî), elle comporte elle aussi un certain nombre de bâtiments visibles au sol, dont l’organisation s’est faite irrégulièrement56. Dans les zones nord et nord-est au bord de l’océan Indien, les maisons plus vastes et munies de cours intérieures, semblent correspondre à un habitat aisé ; dans les autres quartiers, elles sont de dimensions moindres : les principes d’urbanisation semblent ici très lâches (fig. 6.20).

6.3.5. Espaces intérieurs et extérieurs

56Un certain nombre de plans de villes montrent l’existence, du moins en surface, d’espaces dits résiduels plus ou moins vastes.

  • 57 Beeston 1971 ; de Maigret, sous presse.

57Le seul espace extensivement fouillé à Tamna‘ démontre l’existence d’un marché intra-muros (fig. 6.21). Il s’agit d’une dizaine de constructions, élevées sur un plan semi-circulaire, délimitant une place ovale. Tous ces bâtiments, faits d’un soubassement de pierre et de superstructures à ossature de bois, sont tous indépendants et reliés entre eux par des murs ; leurs longueurs faisant face à la place. Les archéologues italiens, sur la base de nombreuses dédicaces de construction, identifient là des maisons et un bâtiment public, Au centre de la place se dresse l’obélisque portant un « code du marché », dénommé Samar57.

58Si les autres villes comportaient, selon toute vraisemblance, un marché similaire, aucune installation de ce type, dans l’état de nos connaissances, n’a été formellement reconnue. A Shabwa, au nord-est du palais royal, s’ouvre un vaste terrain en hémicycle bordé d’édifices (du n° 57 au n° 66) qui pourrait remplir une fonction similaire.

  • 58 Breton 1996 : 107 (niveau 150 : datations 2335+/–235 BP, et niveau 151 : 2255+/–155 BP).
  • 59 Zarins 1983 : Part I, pl. 16.

59La présence d’une « ville basse » ou au moins de quartiers extra-muros est attestée, comme à Shabwa, sur de nombreux sites. A Qanâ’, au-dehors des limites de la ville que ne matérialise aucun rempart, s’élèvent seulement trois constructions : à l’ouest, un sanctuaire de 44 mètres sur 64 mètres dédié à une divinité inconnue, au nord-ouest la synagogue, et vers la baie méridionale un grand bâtiment (un poste douanier ?) Quant à la nécropole, située à quelque 300 mètres au nord-ouest de la ville basse, elle compte une quinzaine de tombes datées des IIe-Ve siècles (fig. 6.20). En Qataban, la ville de Tamna‘ comporte une vaste extension méridionale au moins dès les Ve-IVe siècles avant notre ère reconnaissable58 à son épaisseur d’occupation, à ses niveaux d’incendie et à sa céramique de surface ; aucun soubassement de pierre n’y a, dans l’état de nos connaissances, été décelé. Cette observation permettrait, comme à Shabwa, de croire qu’aucun édifice de qualité et de prestige ne s’élevait dans ce secteur. La ville de Najrân comporte, elle aussi une large zone d’extension vers le nord-est, et une plus restreinte vers l’ouest59 mais un seul édifice extra-muros qui ne peut être identifié comme une maison.

60Un seul trait semble en conclusion caractériser ces zones extra-muros : l’absence de tout soubassement de pierre pourrait signifier que les édifices y sont d’une autre nature. Aux bâtiments de qualité intra-muros, s’opposeraient des bâtiments de brique crue, des fermes, des maisons ou des ateliers. Les fouilles en cours à Shabwa montrent toutefois les limites d’une telle règle.

6.3.6. Fortifications et urbanisme dans le Tigray

61Dans l’état de nos connaissances, aucun site axoumite ne parait avoir été entouré de murailles ; c’est là sans doute le trait le plus original de ces établissements. Ni Axoum, ni les villes situées plus au nord (Matarâ, Tokonda, Kaspase, Qohaito, Adulis) ou plus à l’est (Maqaber Gae’wa) ne semblent comporter d’éléments défetisifs urbains.

62Il serait sans doute un peu naïf de croire que la paix a toujours régné sur ces hautes terres, que l’extension du royaume d’Axoum ne se soit faite que pacifiquement et que nul besoin de se défendre ne se soit exprimé pendant quelques siècles, du Ier siècle avant J.-C. au VIIe siècle après J.-C.

  • 60 Dostal 1983 : 99-101.

63On pourrait supposer que la défense des villes se soit reportée sur les campagnes, au moyen de tours, de lignes avancées de fortins, de murs légers de défense, de points de contrôle des accès (routes, chemins, vallées, cols, etc.). De tels systèmes légers sont attestés dans certaines campagnes d’Arabie traditionnelle. Des tours sont implantées dans les territoires agricoles moins pour protéger les familles et leurs biens que pour servir de guets. Sur les frontières tribales, des villages et des tours se combinent entre elles pour former un système défensif unifié60.

64Que les maisons-tours plus ou moins hautes contribuent dans une large mesure à la défense urbaine, cette conception est aussi largement mise en œuvre en Arabie du Sud. Elle l’a été même dans le cas où des villes étaient munies de puissantes fortifications.

Notes

1 Breton, 1994 : 11-13.

2 Breton, Robin, Seigne & Audouin, 1987.

3 Breton & Bessac, 2002.

4 Des sondages ont toutefois été menés récemment à Sirwâh. Voir Schnelle, 2012.

5 Edens, Wilkinson & Barratt, 2000.

6 Breton, 1994 : 141-142.

7 Lapp, 1976 : 30-54.

8 De Maigret & Robin, 1989 : 280-283.

9 Zarins, 1983 : 24-28.

10 Herzog, 1983 : 44-49.

11 Herzog, 1984 : 78-80.

12 Herzog, 1983 : 44.

13 De Maigret & Robin, 1989 : 289.

14 Robin 1986 : 188-190.

15 Hauteur visible de nos jours, à l’origine sans doute plus considérable.

16 Robin & Ryckmans 1980 : 121-124, 152-153 et Robin & Breton, 1981 : 92-93.

17 Robin & Ryckmans 1980 : 121-124.

18 Schnelle, 2008. La technique dite « implantäte » consiste à édifier de façon simultanée des murs longitudinaux reliés par des murs de refends et délimitant ainsi des caissons remplis de façon grossière de blocs de travertin (Schnelle 2008 : 49-50).

19 Notons que ces contreforts sont peu saillants, moins d’un mètre en général.

20 Breton 1994 : 45-48.

21 Breton 1994 : 49, 53 et pl. 21 ; Voir restitution dans Breton & Bessac, 2002.

22 Breton 1994 : 51-52.

23 Robin, 1982 : 18-22.

24 Breton, 1994 : 155-157.

25 Bessac, 1998a : 202.

26 Sur le financement des fortifications, voir Breton, 1994 : 158-159.

27 Jamme, 1958.

28 Pirenne, 1990 : 54-55, pl. 45a.pl. XLV a.

29 Frantsouzoff 2013.

30 Pirenne 1990 : 55-56, pl. 45b. C’est ainsi que le texte Shabwa III, daté du début de notre ère, rapporte le renforcement de la muraille par un certain « ... X, fils de Ra’aba » pour le roi de Hadhramawt.

31 Pirenne 1990 : 72, pl. 55a, 78, pl. 60a. Traductions de Pirenne 1990.

32 Texte ainsi numéroté, et non pas Chantier V, 1975, comme dans Pirenne 1990 : p. 76.

33 Frantsouzoff 2013.

34 Cette citadelle porte le nom de Mâwiyat dans l’inscription CIH 621 de Sumuyafa’ Ashwa’, gravée sur le chemin d’accès et datée de 531. Le texte mentionne explicitement « (l. 6)... ont écrit cette inscription/sur le mont Mâwiyat, quand ils en ont aménagé les murailles, la porte, les citernes et les voies d’accès/quand ils s’y sont retranchés à leur retour du pays... »

35 Ce sanctuaire, fouillé par Shrinsky en 1972, a fait l’objet d’une restitution approximative.

36 Sedov-Robin & Ballet 1997 : 21 ne fournissent guère d’indices décisifs en faveur de l’identification d’un phare.

37 Les vestiges de cette muraille n’apparaissent pas sur le plan dont le plus récent remonte à 1997 (fig. 15).

38 Malheureusement toute vérification paraît difficile en raison de l’épaisseur des niveaux tardifs et du bâti contemporain.

39 Sedov 2001 : 35.

40 Porte fouillée en 1951, non publiée. Photographie dans Phillips 1955 : p. 188 ; plan restitué dans Breton-Coque-Arramond & Gentelle 1998 : 180, fig. 25, photographie dans le même ouvrage, p. 191, photographie 15.

41 Breton 1994 : 118, fig. 43.

42 Breton 1994 : 106 (plan de la ville).

43 Breton 1994 : 74 (fig. 30). Voir aussi restitution : Breton-Bessac 2002.

44 Porche muni d’un dispositif de franchissement à l’étage.

45 Breton, Robin, Seigne & Audouin 1987 : 1-20.

46 Bron 1991 : 35-39.

47 Pline, Histoire naturelle, XII, 63-64.

48 Il s’agit des bâtiments 52 (Breton 1998b : 27-38) et 55, le palais royal (Seigne 1992).

49 Darles 1998a : 6.

50 La partie orientale, même recouverte partiellement par les ruines du hameau de Mathnâ’, regroupe près de 70 bâtiments contre une quarantaine dans la partie occidentale.

51 Selon les relevés de G. E. Burcaw d’avril 1951, au 1/100e.

52 On pourrait comparer cette terrasse haute à celle qui borde le bâtiment n° 52 de Shabwa, délimitant ainsi un nouveau tracé de la « rue » principale.

53 Akopyan 1996 : 103-109 ; Sedov & Griaznevich 1996 : 64-84 et 103-116, etc.

54 Plan dans Frantsouzoff 2001 : fascicule B, plan du site.

55 Sedov dans Frantsouzoff, 2001 : 21. Il est néanmoins certain que l’érosion tardive a mis en valeur les socles des édifices en creusant des ravines.

56 Sedov 1997 : 192-196 et 2001 : 32-35.

57 Beeston 1971 ; de Maigret, sous presse.

58 Breton 1996 : 107 (niveau 150 : datations 2335+/–235 BP, et niveau 151 : 2255+/–155 BP).

59 Zarins 1983 : Part I, pl. 16.

60 Dostal 1983 : 99-101.

© Centre français des études éthiopiennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540