Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bâtisseurs sur les deux rives de la mer Rouge

 | 
Jean-François Breton

Chapitre 5. L’architecture en terre et en bois

Texte intégral

1L’architecture de terre et de brique crue est relativement peu connue, les archéologues et architectes se sont principalement attachés aux édifices de pierre, fortifications, sanctuaires et palais. Dans tous ces bâtiments, la brique crue apparaît comme secondaire, limitée aux murs des soubassements intérieurs ou au doublage des murs des remparts. En outre, peu de fortifications ayant été fouillées, les informations disponibles sur les massifs internes de brique restent rares. Ce n’est qu’à partir des années 1990 que des bâtiments en brique ont été mis au jour en Hadhramawt à Raybûn, Jûja, Makaynûn et Shabwa.

2Quelques remarques préliminaires s’imposent :

  1. Les soubassements de nombreux édifices reposent généralement sur des plateformes de brique ;

  2. D’épais massifs de brique constituent l’intérieur des remparts, et la pierre ne forme alors que le doublage extérieur ;

  3. L’habitat dans les oasis est principalement en terre crue, parfois en brique, sauf dans les régions granitiques ;

  4. La forme et les dimensions des briques ont, à ce jour, peu de valeur chronologique.

5.1. La brique crue

3Il est difficile d’affirmer que les dimensions des briques crues soient standardisées et que leurs variations aient une quelconque signification chronologique ou régionale. Si une standardisation a bien existé, c’est essentiellement dans les fortifications, malgré l’absence de données, faute de fouilles. Quelques dimensions sont toutefois disponibles : à Barâqish (45 cm sur 27 cm sur 9 cm), à Hajar Yahirr (45 sur 27 sur 9 cm), à Shabwa (al-Hajar : 28 sur 24 sur 8 cm ; à la porte sud 50 sur 32 sur 9 cm), ou encore à Mâ’rib (30 sur 25 sur 9-10 cm ou encore 25 sur 20 sur 9 cm).

  • 1 Breton, Darles & Roux 2010.
  • 2 Breton, Darles &. Roux 2010 : 42.

4Au centre de Shabwa, les niveaux datés des XIIe-VIe siècles avant notre ère montrent une architecture de brique crue très complète1. Les briques sont faites d’un limon fin, compact et hétérogène, de couleur brun clair, avec des inclusions de quelques nodules de mortier et de rares petits fragments de brique (2 cm). Les briques sont en général rectangulaires et mesurent de 7 à 11 centimètres d’épaisseur. Deux modules se distribuent chronologiquement : le premier (45-53 cm sur 36-43 cm) est fréquent aux périodes les plus anciennes (XIe-VIIIe siècles avant notre ère) et le second (34-40 sur 24-29 cm) aux périodes plus tardives, à partir du milieu du premier millénaire2.

  • 3 Breton, Darles & Roux 2010 : 63.

5En conclusion, plusieurs modules de briques crues apparaissent à Shabwa selon les périodes. Si la taille des briques diminue dans le temps, les formes carrées ou rectangulaires ne se substituent pas l’une à l’autre, laissant simplement un mode dominé selon la période concernée. D’abord de forme rectangulaire et de grandes dimensions, elles se réduisent d’un quart vers le milieu du premier millénaire. À partir du IIe siècle avant notre ère, les briques carrées et de grande taille domineront jusqu’au Ier siècle de notre ère ; des modules rectangulaires seront aussi utilisés. Durant cette longue période les murs sont construits d’une seule rangée de briques posées en parpaing. Il semblerait qu’à partir des Ier et IIe siècles – et jusqu’au IVe siècle –, des briques rectangulaires de plus petites dimensions s’imposent de nouveau mais de petites dimensions ; la brique carrée (ou proche du carrée) n’a pas vraiment disparu mais sa taille a été alors réduite de moitié. Le format plus petit des briques modifie la mise en œuvre ; les éléments sont agencés sur deux rangs tout en conservant une même épaisseur des murs3.

5.1.1. Les massifs de brique (fig. 5.1)

5.1.1.1. En fondation

  • 4 Breton 1994 : 21.

6Dans toutes les fortifications, la brique crue joue un rôle important, tout d’abord en fondation. Elles reposent sur une fondation de brique que l’érosion a parfois mis au jour (Ma‘în, as-Sawdâ’). Elle sert aussi à monter de puissants massifs associés à des murs constitués d’une ou de deux rangées de pierre à l’horizontale. Tous ces massifs constituent l’intérieur des tours et des courtines des grandes enceintes sudarabiques. Les assises de brique crue sont alors montées simultanément avec les carreaux et les boutisses, les éclats de rectification sur place des lits d’attente et des joints, déblayés à chaque fois, apparaissent bien entre les lits de brique4.

5.1.1.2. En élévation

7Dans presque toutes les fortifications, de puissants massifs de brique crue ont été élevés en même temps que les doublages en appareil régulier de pierre. À Shabwa leur présence est attestée à plusieurs endroits, notamment aux alentours de la porte n° 1 et de la porte n° 10. Dans ces deux points, l’épaisseur moyenne avoisine 3,50 mètres. La mise en œuvre est difficile à comprendre vu l’absence de fouilles archéologiques. Néanmoins les dégagements menés à l’arrière de la porte n° 10 ont permis de comprendre localement le mode de travail. Le premier travail consiste à implanter des murets de briques perpendiculaires à la pente ; les caissons ainsi constitués sont remplis de terre rapportée. Les plates-formes crées servent ensuite de fondations au massif proprement dit. Les briques sont posées horizontalement, par secteurs, sans croisement des joints. Les briques de l’assise immédiatement supérieure sont orientées à 90° de manière à alterner les joints. L’absence de module adéquat fait que le décalage progressif amène une superposition des joints.

8La hauteur de ces massifs de brique pose souvent plus d’un problème. Dans le rempart d’al-Baydâ’, la limite supérieure des boutisses marque la hauteur du massif de brique : 2,20 mètres. À Ma‘în, la hauteur du massif atteint 4 mètres dans la courtine ouest à Shabwa, 4 mètres à al-Hajar et 5 à 7 mètres à Barâqish (fig. 5.1). En raison de cette hauteur, un massif de forme trapézoïdale aurait permis d’économiser des briques. Toutefois, dans la plupart des cas, ce massif est bien vertical ; en outre, afin de le protéger des intempéries, ce massif est doublé d’un mur de pierre de petit appareil.

  • 5 Breton, Robin, Seigne & Audouin 1987.

9La brique crue, élément pourtant essentiel dans la construction de ces remparts, fait rarement l’objet de mentions dans les dédicaces de construction. Elle y est désignée, deux fois, semble-t-il, par le terme ftl dans les inscriptions de Naqab al-Hajar5 et par libn shams (brique crue séchée au soleil) à Libnâ.

5.1.2. Les murs de brique crue

  • 6 Breton, Darles & Roux 2010 : 40-41.

10Aux périodes anciennes (Xe-VIIIe siècles avant notre ère), les rares murs de brique crue existant comportent généralement une rangée de brique ; seuls deux spécimens à Shabwa (les murs MR 62 et MR 25a) en comportent deux ; les briques sont alors disposées en parpaings et en boutisses. Les murs à simple rangée de briques, de 35 à 45 centimètres d’épaisseur, ne comptent alors que des parpaings. Le mur MR 67, partiellement observé dans l’angle sud-est du sondage sud, est conservé sur 3 assises de briques posées en parpaings (épaisseur : 10-10-12 cm). Le mur MR 108 a conservé 1 à 3 assises de briques (épaisseur : 11-10-8 cm) disposées en parpaing et boutisse (largeur : 27-28-28-29 cm) avec des joints peu épais de 0,2 centimètre. Le mur 102 (MR 102) est conservé sur 7 assises de briques (épaisseur : 11-8-10-7-8-10 cm) posées en parpaing et boutisse (dimensions des briques : 24-26 x 40-41 cm) avec des joints de limon brun épais de 0,3 centimètre en moyenne6.

5.1.3. Les plateformes en brique crue

  • 7 Breton 2003 : 201-202.

11La brique sert aussi à monter de grandes plateformes, recouvertes parfois par des dallages, et souvent invisibles en surface. L’exemple le plus connu est la plateforme sous la cour centrale du palais royal de Shabwa. Mesurant 22,50 mètres sur 28,50 mètres, elle s’élève à plus de 5 mètres au-dessus de la rue. Des sondages ont montré qu’elle est montée en parpaings le long de la façade nord du socle de pierre du palais, et qu’elle est antérieure à celui-ci. Du côté méridional, un autre massif aurait été édifié entre les XIe et le IXe siècle avant notre ère7.

  • 8 Breton & Darles 1992 : 96 et 108.

12Dans le « grand temple » de Shabwa, une plateforme de brique, édifiée contre le flanc de la colline, sert de fondation à une terrasse haute (érodée de nos jours). De même, au sud des quatre bases de pierre, et donc en arrière, il existe une plateforme de brique, longue de 14 mètres de long, large de 3 mètres et haute de 1,60 m. Tardivement dallée, cette plateforme sert en outre de fondation à l’escalier monumental8.

  • 9 Sedov 2005 : 95.
  • 10 Hansen 2004 : 62-63.

13Dans certains temples du Hadhramawt, des plateformes de brique ont, postérieurement servi, à d’autres édifices. À Raybûn 1, une construction archaïque de brique a été postérieurement nivelée pour servir de fondation à un autre édifice9. À Jujâ, les ruines d’un ancien temple ont servi de fondation au « Temple plateforme », ses murs ont été recreusés et les caissons bourrés de terre et de brique ; une couche de sable y a été ajoutée pour servir de fondation aux murs extérieurs (vers les vers les IVe-IIIe siècles avant notre ère)10.

5.1.4. Les bâtiments en brique au-dessus de plateformes de pierre

  • 11 Sedov 2005 : 89.
  • 12 Sedov 2005 : 106.

14Il n’est pas rare que des édifices de brique s’élèvent au-dessus de soubassement en pierre. Tel est notamment le cas de nombreux bâtiments à Raybûn et à Najrân. À Raybûn, le « sanctuaire archaïque » (early sanctuary) se présente comme une « structure, élevée à l’origine à la place d’un temple, édifié en brique », datée des VIe-Ve siècles avant notre ère11. Approximativement à la même période, à Raybûn V, un édifice de brique est bâti au-dessus d’un socle de pierre de 9 mètres sur 8 mètres environ, les murs de brique au-dessus atteignant 1 metre12.

15Une centaine de bâtiments semblables se trouvent à Najrân/al-Ukhdûd. Ce sont en général des socles de 8 mètres sur 9 mètres ou 12 mètres sur 14 mètres, conservés sur 3/4 mètres de haut, bâtis en blocs de granit brun ou beige d’appareil irrégulier. La plupart d’entre eux n’ont toutefois jamais été fouillés. Certains de ces soubassements plus ou moins alignés participant au système défensif de la ville, ont été récemment mis au jour dans le secteur oriental. Quelques indices permettent de supposer qu’ils servaient de fondations à des édifices de brique avec quelques renforcements en bois. Selon certains indices, les plus anciens socles remonteraient aux VIIIe/VIIe siècles avant notre ère.

5.1.5. Les structures en terre massive13 (fig. 5.2)

  • 13 Breton, Darles & Roux, 2010 : 44-45.

16Dans le dernier sondage de Shabwa (chantier XV) six superstructures différentes en terre massive ont été reconnues dans les séquences I, III et V du premier millénaire avant notre ère. Trois correspondent à des murs (SB63, SB64 et massif sud) tandis que les trois autres montrent des utilisations diverses du matériau : un rattrapage d’horizontalité dans un mur brique (SB 107), une chape de fondation d’une maison et une base de travail quadrangulaire (SB74).

  • 14 Breton, Darles & Roux 2010 : 45.

17« La terre limoneuse utilisée est de même nature que celle de la brique crue. Cependant sa texture très compacte montre une densité et une homogénéité parfaites du matériau qui le différencie sans ambiguïté de la brique. Pour les murs aucune trace de façonnage n’est observé en coupe bien que certaines structures soient préservées sur au moins 0,80 mètre de haut ; il est impossible de définir à l’œil nu la mise en œuvre du matériau. Ainsi, il faut avoir recours à l’analyse micromorphologique qui permet de reconnaître les mécanismes pédosédimentaires spécifiques aux opérations techniques propres aux différents modes de mises en œuvre en terre crue comme par exemple le malaxage, les ajouts et les compactages14. »

  • 15 Breton, Darles & Roux 2010 : 46.

18« La construction en terre massive, appelée généralement “hauge”, consiste à modeler manuellement ou à l’aide d’outils (par exemple une fourche), sans coffrage ou moulage, de la terre rendue plastique par addition d’eau, donnant un matériau moyennement humide pour pouvoir tenir en place sans s’affaisser lors du montage. Cette technique constructive fait appel à la propriété plastique du matériau qui est façonné directement comme une poterie. Par rapport à la hrique crue qui demande un temps de fabrication et de séchage, le façonnage direct est un mode de construction rapide non négligeable en gain de temps, permettant de bâtir rapidement avec peu de préparation au préalable, hormis le fait que le mélange (terre, eau et parfois fibres) repose pendant un ou deux jours avant utilisation15. »

  • 16 Breton, Darles & Roux 2010 : 46.

19« L’utilisation de la bauge dans l’architecture et les aménagements domestiques de Shabwa est très diversifiée mais son usage reste cependant bien défini. Si son emploi au niveau domestique n’a rien d’extraordinaire à cette époque (“tannour”, table de travail au sol, etc.), son utilisation dans l’architecture domestique est bien particulière et paraît plutôt réservée à la construction de chape de terre et de sol d’habitation. La terre massive est fréquemment employée sur le site pour stabiliser un niveau sous une habitation quand le sous-sol est meuble (sable, éolien). Des couches de terre massive de 0,60 à 0,80 mètre d’épaisseur ont été rencontrés dans les sondages stratigraphiques du chantier VII (niveau VIA) et du chantier XV (séquence V, phase 6b). Des chapes moins épaisses de 0,10 à 0,40 mètre ont aussi été mise en place sous les maisons extramuros du chantier XIII construites sur du sable ; servant aussi servi de sol habitation16. »

20Décrivons brièvement deux de ces murs du chantier XV de Shabwa :

  • 17 Breton, Darles & Roux 2010 : 45.

21SB63. (fig. 5.2) La structure de ce mur observée en coupe ne présente aucune trace spécifique découlant d’une mise en œuvre particulière ; aucun joint de lit de terre successif n’apparaît à l’œil. Les parois à l’origine verticales présentent de chaque côté une érosion de quelques centimètres de profondeur (sillon destructeur) ce qui induit que les parements étaient en contact avec l’extérieur ; la structure est interprétée comme un mur de clôture. Elle est montée en limon fin, très compact et homogène de couleur beige, avec quelques inclusions de rares charbons de bois (0,5 cm) et cailloux (8 cm) ainsi que quelques nodules de mortier blanc17.

22SB64. (fig. 5.2) Mur observé en coupe dans la berme nord du sondage sud (séquence I, phase 10b) (? x 0,44-0,48 mètre x 0,52 mètre). Comme pour le mur SB63, cette masse de terre ne comporte aucune trace de mise en œuvre ; c’est probablement un mur de clôture.

5.1.6. Les pavages en brique crue18

  • 18 Breton, Darles & Roux 2010 : 43.

23Deux pavages en briques crues couvrant les sols d’une maison ont été observés dans un sondage (séquence V, phase 6b). Les pavages 82 et 84 reposent sur une chape de terre massive. Ils se composent de briques entières (40 cm) et de fragments de taille diverse liés à la terre. Les éléments sont constitués d’un limon peu compact et homogène, de couleur beige, incluant quelques nodules de mortier et de rares charbons de bois.

  • 19 Roux 1992 : 327, fig. 7 et 8.

24Le pavage 82 présente une largeur de 0,80 mètre pour une épaisseur de 0,15 mètre. Il est formé de deux lits de brique crue superposés dont le niveau supérieur est usé (épaisseur des briques : inférieur 8,5 cm, supérieur 5-6 cm). Le pavage 84 (d’une largeur reconnue de 1,31 mètre pour une épaisseur de 0,14-0,16 mètre), comprend deux lits superposés de brique crue dont l’assise supérieure, moins épaisse, est vraisemblablement usée. À Shabwa encore, des pavages de brique identiques ont été reconnus dans le chantier XIII extra-muros dans les pièces 5 et 6 de la phase 2. Ils sont constitués de deux lits de briques carrées de 38-40 centimètres de côté sur 10 centimètres d’épaisseur reposant sur un lit d’attente de 1 à 2 cm d’épaisseur19 (fig. 5.3).

5.1.7. Les enduits des murs

25De façon générale, les murs de brique sont recouverts d’un enduit de terre. C’est ainsi que les murs des « fermes » d’al-Huraydha et d’al-’Oqm à Shabwa sont couverts d’un enduit souvent peint en rouge. À Jûja, dans le « temple archaïque » (early temple) les enduits étaient décorés de points, de figures géométriques, de figurines zoomorphiques ou anthropomorphiques et de lettres.

5.1.8. La brique en Éthiopie

  • 20 Krencker 1913 : 114.
  • 21 Anfray 1963 : 99.

26Dans l’architecture axoumite, la brique connaît un usage multiple, toutefois ni son usage ni ses fonctions n’ont fait l’objet d’études détaillées. D. Krencker rapportait brièvement quelques murs de brique dans le palais de Τa’akha Maryam dans l’aile sud et dans le bâtiment central20. À Matarâ, à tous les niveaux archéologiques, aucun mur de brique crue, n’a été relevé. A Axoum, dans le palais de Dongour, des niveaux anciens démontrent l’utilisation de la brique crue, sans précisions supplémentaires. F. Anfray note toutefois la présence de fourneaux en terre cuite sans préciser s’il s’agit bien de fours à brique21.

  • 22 Munro-Hay 1989a : 113, 156-157, 162.

27Bien préservés dans les tombes souterraines d’Axoum, des ouvrages en brique cuite ont été récem - ment étudiés en détail, notamment dans la « Tombe aux arches de briques » (« Tomb of the Brick Arches ») et dans le « Mausolée ». Le premier édifice compte trois arches en fer à cheval, et le second douze. S. C. H. Munro-Hay note également l’usage de la brique dans le bâtiment dit « Brick Vaulted Structure » partiellement fouillé en 197322. Les briques y mesurent 27 x 28 x 6,7 centimètres d’épaisseur (« Tomb of the Brick Arches »), 20 x 20 x 7 centimètres (« Brick Vaulted Structure ») mais elles sont peu standardisées. Elles sont cuites à basse température et assemblées par un mortier de terre.

5.2. L’architecture en bois

28De nombreuses inscriptions font état de l’utilisation du bois dans les constructions, témoignant ainsi du fait que, dans des régions désormais dépourvues de couverture forestière, le bois était d’un commun usage. C’est donc un choix volontaire dans la construction. Il semble même que le recours au bois se soit accru pendant les cinq premiers siècles de notre ère.

29De nombreux textes des remparts du Jawf mentionnent le bois – par exemple RES 2783 = M 37 à Ma‘în rapporte la « réparation d’une courtine en bois (‘ḍ) et en pierre taillée (ou en appareil régulier) (tqr) », et RES 2965 = M 185 à Barâqish énumère « toutes les structures (?) et les aménagements intérieurs (planchers, escaliers, assemblages ?) en bois et en pierre taillée (ou en appareil régulier (tqr) ».

5.2.1. Les ossatures de bois (fig. 5.4 et 5.5)

30Les maisons aisées de toute l’Arabie du Sud sont faites d’un puissant soubassement de pierre supportant des ossatures de bois avec un remplissage en terre ou en brique crue. L’important n’est point la quantité de bois dans la construction mais le recours à des ossatures de bois. C’est un système répétitif, du rez-de-chaussée aux étages supérieurs.

31Au sommet du socle de pierre, des traverses sont disposées à intervalles réguliers (tous les 30 ou 40 cm) ; leur longueur étant égale à l’épaisseur du mur (de 60 cm à 80 cm). Deux sablières basses sont alors fixées au-dessus le long du mur puis une rangée supérieure de traverses est alors assemblée par-dessus. Chaque traverse supérieure est munie de quatre mortaises – à raison de deux par extrémités – pour y recevoir des poteaux hauts de 1,10 mètre à 1,50 mètre. Ces poteaux sont ensuite connectés par des mortaises similaires à des traverses supportant une autre sablière haute. Une autre rangée de traverses supporte alors une autre série de poteaux. Cette ossature constituée de traverse/sablières/poteaux est ainsi doublée pour atteindre une hauteur de 3 mètres environ, constituant un premier étage, puis se répétant en fonction du nombre d’étages désiré.

32En livrant un nombre considérable de poutres, le palais de Shabwa a permis de déterminer leurs types, leurs tailles et leurs modes d’assemblage.

33Ceux-ci sont désormais connus :

  • les longues poutres ou sablières sont assemblée par des joints à mi-bois (en place dans le bâtiment B) ;

  • les pièces horizontales sont assemblées par des tenons et mortaises ;

  • les traverses sont munies de deux mortaises trapézoïdales à chacune de leurs extrémités pour recevoir des poteaux munis de tenons de la même section.

34Si ce type d’assemblage minutieux montre des variétés, deux points restent communs à tous les édifices. Tout d’abord, il n’existe ni pièce oblique ni croix de Saint-André. D’autre part, comme aucun d’eux n’a été découvert, il semble que les angles résultaient d’une interpénétration de deux ossatures orthogonales, sans assemblages et sans poteaux corniers, ce qui constituait sans nul doute un point de fragilité.

35L’équarrissage et la taille permettaient de produire des pièces similaires. On suppose ainsi que toutes les traverses et sablières étaient standardisées en vue de la construction d’un édifice. Deux poteaux de 1,50 mètre donnent un demi-niveau ; doublé, ils forment un étage (de 3 à 3,50 mètres compte-tenu de l’épaisseur des poutres), puis un second étage à 7 mètres de haut environ. Les planchers sont assemblés par des sablières puis enduit de mortier. Les huisseries des portes et des fenêtres s’encastrent dans l’ossature.

  • 23 Grianevich 1994 : fig. 4, 7 etc. mentionne de nombreuses plaques de calcaire similaires sur certain (...)

36Ces ossatures de bois devaient être visibles de l’extérieur : c’est du moins ce que l’étude architecturale du palais de Shabwa et d’autres maisons démontre. Parfois, des plaques de calcaire s’inséraient entre les ossatures de bois (comme à Shabwa, mais aussi à Hajar Ibn Humayd, à Bâ-qutfa, et ailleurs23). Leur usage couvre une très longue période que l’on estime des VIIe/VIe siècles avant notre ère (comme à Bâ-qutfa), jusqu’aux IIIe-IIVe siècles de notre ère (à Hajar Ibn Humayd et à Shabwa).

37Les plafonds de bois ont en général laissé peu de traces, hormis dans le palais de Shabwa. Une série de pièces de bois et de planches étaient assemblées pour construire des caissons rectangulaires dont le centre était occupé par une plaque d’albâtre translucide. Unique dans tout le Yémen, ce plafond à caisson – daté du milieu du IIIe siècle de notre ère – montre de nombreux parallèles avec l’architecture domestique gréco-romaine d’Alexandrie ou de Perse.

5.2.2. Les poteaux de bois (fig. 5.6 et 5.7)

38Ces poteaux intérieurs sont destinés à supporter un étage dans les vastes bâtiments. Leur nombre démontre la taille de ceux-ci et leur organisation en rangées permet de constituer de grandes salles.

39Dans le bâtiment dit TT1 à Tamna‘, une série de bases de piliers de pierre était construite au sommet des murs de fondation en pierre, et certains au croisement même des murs des caissons du socle, Ces bases soutenaient des poteaux de bois alignés permettant de couvrir de grandes superficies. Il en est de même dans le temple voisin d’Athirat où les bases de pierre occupent des positions similaires.

  • 24 Sedov 2005 : 103.
  • 25 Sedov 2005 : 95, 116-117.

40Les salles hypostyles des sanctuaires du Hadhramawt comportent en général deux rangées de piliers divisant la salle en trois nefs. Certains comptent cependant quatre rangées de piliers pour cinq nefs (comme au temple de Dhât Himyam dhât-Kafash à Raybûn V)24. Des galeries ouvertes sont aussi soutenues par des rangées de piliers de bois (voir le bâtiment 4 à Raybûn 1, et le temple de Sayîn dhû-Mayfa’an à Raybûn XIV)25.

5.2.3. Les huisseries

41Porches, portes et fenêtres étaient constitués d’une ossature de bois, plus ou moins complexe.

42Le palais de Shabwa montre un assemblage très complexe de poutres et de poteaux. Édifié sans doute au milieu du IIIe siècle, il fut incendié vers la fin du IVe siècle, laissant en creux tous les emplacements des poutres basses et des traverses (fig. 5.7). On peut le décrire de la façon suivante : sur le socle de pierre, quatre poutres principales (longues de 1,60 m, épaisses de 0,20 m et larges de 0,25 m) ont été posées. De chaque côté de la porte, des sablières, des traverses et des poteaux forment l’ossature de celle-ci. Les poteaux d’huisserie sont au nombre de trois, disposés en retraits réguliers de 0,20 mètre. On compte ainsi trois retraits successifs tant en largeur qu’en hauteur. Dans les angles, les poutres font saillie tandis que l’intervalle entre deux linteaux était occupé par une frise de pierre de têtes d’ibex. La fouille a enfin livré plusieurs serrures de bronze.

  • 26 Darles 2005 : 165 et fig. 8-9.
  • 27 Darles 2005 : 165-168 et fig. 11-12.

43Au nord de cette porte s’élevait un porche de bois dont les détails ne sont pas tous assurés. Si le porche se situait en retrait de la façade nord du palais, huit piliers seulement suffisaient à soutenir le mur nord – quatre isolés et quatre contre les murs latéraux ; en ce cas, le portique hypostyle se trouvait au fond du retrait26. Au contraire, si le porche se situait dans le prolongement de la façade nord, il comprenait alors une rangée supplémentaire de huit piliers – quatre dans les angles des murs et quatre en double rangée ; dans ce cas, le porche comptait huit piliers à intervalles réguliers27 (fig. 5.7). Enfin, des ouvertures sont aménagées dans les huisseries : les plus grandes ne peuvent excéder en hauteur comme en largeur celles que forment les ossatures de bois – soit 30 à 40 centimètres de large et 1 mètre de haut dans le palais de Shabwa – tandis que les plus petites sont encadrées de pièces de bois et probablement munies de volets.

5.2.4. Les plafonds (fig. 5.8)

44Dans les bâtiments à ossature de bois, les planchers comme les plafonds s’intègrent dans ces constructions en bois. Les plus communs – parce que les plus faciles à monter – sont à l’horizontale.

45La longueur des poutres ne dépassait jamais 3 mètres et déterminait l’emplacement des poteaux qui les soutiennent.

  • 28 Seigne 1992 : 144-145.

46Il est intéressant de mentionner la diffusion des plafonds à caissons en Arabie du Sud comme en Éthiopie. L’exemple le mieux conservé apparaît dans les portiques du bâtiment B du palais de Shahwa, daté du IIIe siècle. Un ensemble de pièces de bois empilées, montées transversalement puis longitudinalement, forment par encorbellements successifs, de grands caissons creux, chaque caisson correspondant à un entrecolonnement du portique. Le sommet des caissons est fermé par de petites planches alternant avec des dalles d’albâtre glissées dans des feuillures aménagées dans les éléments de la structure28.

  • 29 Phillipson 2009 : 99-100, fig. 143.
  • 30 Phillipson 2009 : 100, fig. 144.
  • 31 Lepage & Mercier 2005 : 65-69. Ces salles servant de porche ont été détruites en 1997.
  • 32 Lepage & Mercier 2005 datent les plafonds à caissons des IXe-XIe siècles.
  • 33 Phillipson 2009.

47Des églises du Tigray comportent elles aussi des plafonds à caissons. L’église de Yohannes Metmek Gazien a conservé un plafond à caisson en bois « a finely carved lantern ceiling » couvrant la pièce la plus méridionale29. Quant à l’église voisine de Madhane Alem Addi Qesho, elle montre un plafond creusé dans le rocher imitant des caissons de bois30. Dans l’église de Zarema Giyorgis, une pièce carrée de construction axoumite comportait « un plafond à caissons constitué de poutres posées en oblique sur chacun des angles, le carré subsistant au centre étant facilement fermé par d’autres planches »31. On pourrait encore citer les plafonds à caissons des églises de Mika’el Debra Selam ou de Tcherqos Agobo32, et les charpentes élaborées des églises Imrahanna Kristos, de Debra Damo, de Debra Tekla Haymonot Bethlehem dont les datations sont encore incertaines33.

5.2.5. Esquisse d’une chronologie des ossatures de bois

48Depuis une vingtaine d’années, les découvertes archéologiques permettent d’esquisser une histoire de l’utilisation des bois dans la maçonnerie. On suppose que le texte RES 3946, daté du VIIIe siècle avant notre ère, fait allusion à son usage quand il précise la réparation (ou l’édification) du palais Salhîn à Mâ’rib, de ses fondations et de ses parties supérieures (en bois ou en brique ?)

  • 34 Sedov 2005 : 98.

49Les sanctuaires du Hadhramawt montrent un usage continuel du bois. À Raybûn 1, le temple archaïque de Rahbân, bâtiment 2 (La « maison du prêtre ») se compose d’un socle de pierre supportant une ossature de bois : « Des poteaux et des sablières forment une ossature et l’intervalle est rempli de brique crue et de terre. L’intérieur et l’extérieur de ces murs sont revêtus de plaques de calcaire, polies ou décorées, ou éventuellement recouverts d’un enduit de mortier », précise Α. V. Sedov34. Rien qu’il ne fournisse aucun détail sur la charpente, il date le bâtiment d’après des charbons de l’ossature de 804+/-775, soit le début du VIIIe siècle avant notre ère ; ce serait ainsi le plus ancien édifice à ossature de bois de la région.

  • 35 Sedov 2005 : 188.

50Plus tardivement, à Raybûn V, le sanctuaire de Kafash/Na’man, bâtiment 1 (le « réfectoire ») comportant une salle hypostyle aux murs à ossature de bois et 25 piliers, serait daté des daté des VIIIe-VIe siècles avant notre ère35. À la même époque, à Raybûn 1, le temple de Rahban, bâtiment 4 (le « sanctuaire principal ») a livré des échantillons de bois, provenant des murs extérieurs, datés du VIIe siècle avant notre ère environ. Plus tard encore, à Raybûn V, le sanctuaire de Kafash/Na’man, bâtiment 1 (le « réfectoire ») a fourni des charbons provenant de la couche de destruction datée du IVe siècle avant notre ère environ, de nombreux autres charbons fournissant une date similaire. Enfin, des charbons d’une niche insérée dans une charpente sont datés du Ier siècle avant notre ère au Ier siècle de notre ère. En conclusion, la ville de Raybûn témoigne d’une utilisation continue de charpentes entre le VIIIe siècle avant notre et le début de notre ère.

51La plupart des sanctuaires du Hadhramawt montre des caractéristiques similaires. C’est ainsi que la cella du temple de Bâ-qutfa montre un socle de pierre surmonté d’une ossature de bois. Des plaques de calcaire, recouvertes de dédicaces, étaient insérées entre les poteaux et les sablières, sans doute vers les VIIe-VIe siècles.

  • 36 Breton, Darles & Roux 2011 : 51-52.

52À Shabwa, l’utilisation la plus ancienne, en provenance du bâtiment 44, ne remonte pas avant les Ve-IVe siècles avant notre ère. D’autres édifices sont datés de même : le 74 est daté par son ossature de 350-330 avant notre ère ; le 77 de 60 avant notre ère à 220 de notre ère. Les fouilles récentes ont aussi démontré l’utilisation simultanée de bâtiments à ossature de bois et de constructions en brique crue. Vers les IVe-IIIe siècles avant notre ère, l’apparition d’une construction en bois est concomitante avec des maisons en brique : c’est le cas du mur MR 29 comportant des traverses et des sablières basses assemblées par clavetage (et non à mi-bois) appartenant à un édifice dépourvu, semble-t-il, de soubassement de pierre36. Quant au palais royal, détruit une première fois vers 227 de notre ère et reconstruit vers 230-250, il est définitivement incendié vers le milieu du Ve siècle. Il existe donc à Shabwa une continuité de la mise en œuvre d’ossatures de bois pendant des siècles. L’architecture de Tamna‘ n’est guère différente. Quant aux zones sabéennes, elles ne devraient pas faire exception à cette longue utilisation du bois.

  • 37 Faris 1938 : 42.

53Enfin, sur les hautes terres du Yémen, les Himyars semblent avoir fait un usage similaire des ossatures de bois bien que peu de traces aient été retrouvées. Seul l’écrivain Hasân Ahmed al-Hamdâni mentionne le château de Hanbas avec ses charpentes et ses portes : « ces châteaux (Damigh, etc.) ont été incendiés par les Abyssins qui ont brûlé leur ouvrages en bois de grande taille »37.

5.2.6. L’architecture de bois dans le Tigray

  • 38 Munro-Hay 1989 : 163.
  • 39 Krencker 1913 : 7-8 “Die altäthiopische Holzbauweise”.
  • 40 Krencker 1913 : 5, fig. 9.
  • 41 Anfray 1973 : 42.

54L’usage du bois en architecture est attesté dans bon nombre de bâtiments, des périodes les plus anciennes à la fin de la période axoumite38. D. Krencker avait étudié le mode d’assemblage des bois dans les constructions axoumites. Il avait ainsi déterminé, en comparaison avec des églises médiévales du Tigray39, le mode d’assemblage fait de traverses, de sablières et de poteaux déterminant des cadres réguliers remplis de terre ou de brique. Bien que la figure n° 940 de son ouvrage fût abondamment reprise, il manqua longtemps la confirmation archéologique dans les édifices pré-axoumites ou même axoumites. Un outre, D. Krencker avait étudié les huisseries des portes des églises, comportant des emboîtements de poteaux et de linteaux en saillie les uns par rapport aux autres avec des projections de têtes de poutres dites « à tête de singe » (ou « monkey heads »). Bien plus tard, F. Anfray soulignait l’usage du bois comme « renforcement » dans le bâtiment de Grat Beal Guebri/Yeha41.

5.2.6.1. L’utilisation du bois aux périodes archaïques (VIIIe-VIe siècles avant notre ère)

  • 42 Anfray 1997 : 20.
  • 43 Communication orale de I. Gerlach, S. Japp et M. Schnelle que nous remercions ici.

55Le bâtiment de Yeha/Grat Beal Guebri comporte un puissant socle de pierre supportant des murs renforcés de pièces de bois. Des poutres longitudinales ou sablières apparaissent dans les murs des superstructures, et des traverses sont disposées en alternance à intervalles réguliers. Des poteaux auraient même été retrouvés dans l’angle du « portique » T4, selon F. Anfray, et dans le mur occidental42. Les fouilles en cours par la mission allemande démontrent bien la présence de sablières et de traverses de bois dans les murs du rez-de-chaussée de cet édifice. Les sablières sont en effet disposées tous les 0,80/1 m en hauteur, l’espace compris entre elles étant occupé par deux traverses disposées à intervalles réguliers. Il n’existe ni poteau ni assemblage par tenons ou mortaises entre ces pièces de bois. La fouille démontre donc que les ossatures de bois, telles qu’elles sont attestées en Arabie du Sud, n’existaient pas (au moins dans cet édifice) vers les VIIIe-VIIe siècles avant notre ère43. A la période pré-axoumite le bois était certainement aussi utilisé comme piliers pour couvrir des grandes salles et comme huisseries pour les portes et fenêtres.

56Il est tentant d’établir des comparaisons entre l’Arabie du Sud et les régions septentrionales de l’Éthiopie aux périodes comprises entre le VIIIe et le VIe siècle avant notre ère. Il faut toutefois remarquer, dans l’état de la documentation, que la conception et l’usage des ossatures de bois semblent plus systématiques et plus répétitifs dans l’architecture sudarabique. Dans l’état de la documentation, le principe même d’ossatures assemblées et porteuses des murs ne semble pas attesté dans le Tigray.

5.2.6.2. L’utilisation du bois aux périodes axoumites (IIIe-VIIe siècles)

57Les fouilles même partielles des grands « palais » de ‘Enda Mikâ’el et de Ta’akhâ Mâryam avaient démontré que les pièces de grandes dimensions com - portaient des piliers de bois reposant sur des socles de pierre et surmontés de chapiteaux (probablement en bois).

  • 44 Munro-Hay 1989 : 137-138.
  • 45 Gajda & Dugast, 2013 : rapports préliminaires.

58À Axoum, dans le secteur de’Enda Sem’ôn, les fouilles de S. C. Munro-Hay44, ont mis au jour des murs avec des sablières de section 24 x 16 centimètres, séparées par des intervalles de 48 centimètres et des traverses circulaires de 12 centimètres de diamètre, espacées de 50 centimètres environ. Ces dernières sont situées au-dessus des sablières, elles ne sont pas liaisonnées avec celles-là. La fouille en cours de Wakarida démontre aussi l’utilisation de longues pièces de bois dans la construction ; des sablières basses sont installées à la base des murs du bâtiment Β2 mais aucune trace de traverses n’y a été mise au jour jusqu’à présent45.

59Dans tous ces cas, le système semble similaire : des doubles sablières sont disposées à intervalles régulières en hauteur de part et d’autre de l’épaisseur du mur ; les traverses sont elles aussi placées à intervalles régulières et forment comme des « harpes ». cependant les traverses ne sont jamais liaisonnées aux sablières, ce qui constitue une distinction majeure par rapport aux huisseries sudarabiques. En outre, l’utilisation de poteaux liés aux sablières ne se rencontre pas dans l’architecture pré-axoumite ni axoumite.

Notes

1 Breton, Darles & Roux 2010.

2 Breton, Darles &. Roux 2010 : 42.

3 Breton, Darles & Roux 2010 : 63.

4 Breton 1994 : 21.

5 Breton, Robin, Seigne & Audouin 1987.

6 Breton, Darles & Roux 2010 : 40-41.

7 Breton 2003 : 201-202.

8 Breton & Darles 1992 : 96 et 108.

9 Sedov 2005 : 95.

10 Hansen 2004 : 62-63.

11 Sedov 2005 : 89.

12 Sedov 2005 : 106.

13 Breton, Darles & Roux, 2010 : 44-45.

14 Breton, Darles & Roux 2010 : 45.

15 Breton, Darles & Roux 2010 : 46.

16 Breton, Darles & Roux 2010 : 46.

17 Breton, Darles & Roux 2010 : 45.

18 Breton, Darles & Roux 2010 : 43.

19 Roux 1992 : 327, fig. 7 et 8.

20 Krencker 1913 : 114.

21 Anfray 1963 : 99.

22 Munro-Hay 1989a : 113, 156-157, 162.

23 Grianevich 1994 : fig. 4, 7 etc. mentionne de nombreuses plaques de calcaire similaires sur certains sites des hauts-plateaux dans la région de Sanaa.

24 Sedov 2005 : 103.

25 Sedov 2005 : 95, 116-117.

26 Darles 2005 : 165 et fig. 8-9.

27 Darles 2005 : 165-168 et fig. 11-12.

28 Seigne 1992 : 144-145.

29 Phillipson 2009 : 99-100, fig. 143.

30 Phillipson 2009 : 100, fig. 144.

31 Lepage & Mercier 2005 : 65-69. Ces salles servant de porche ont été détruites en 1997.

32 Lepage & Mercier 2005 datent les plafonds à caissons des IXe-XIe siècles.

33 Phillipson 2009.

34 Sedov 2005 : 98.

35 Sedov 2005 : 188.

36 Breton, Darles & Roux 2011 : 51-52.

37 Faris 1938 : 42.

38 Munro-Hay 1989 : 163.

39 Krencker 1913 : 7-8 “Die altäthiopische Holzbauweise”.

40 Krencker 1913 : 5, fig. 9.

41 Anfray 1973 : 42.

42 Anfray 1997 : 20.

43 Communication orale de I. Gerlach, S. Japp et M. Schnelle que nous remercions ici.

44 Munro-Hay 1989 : 137-138.

45 Gajda & Dugast, 2013 : rapports préliminaires.

© Centre français des études éthiopiennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540