Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bâtisseurs sur les deux rives de la mer Rouge

 | 
Jean-François Breton

Chapitre 4. La maçonnerie et les éléments architecturaux (VIIIe siècle-Ier siècle avant notre ère)

Texte intégral

4.1. La maçonnerie de pierre

4.1.1. Les appareils

1De façon générale en Arabie du Sud, la structure des constructions en pierre peut se classer en appareil monolithique, en maçonnerie cyclopéenne, en appareil de pierres sèches et en appareil régulier (petit et grand).

4.1.1.1. Les monolithes

2Les monolithes sont de longs blocs dont au moins une face couvre plusieurs mètres carrés, constituant à eux seuls une partie essentielle du bâtiment. Dès les périodes les plus anciennes (VIIIe-VIIe siècles avant notre ère.), les monolithes semblent réservés à la construction des grands bâtiments cultuels. Ils y occupent la place habituellement réservée, dans les régions forestières, aux longues pièces de bois de forte section, c’est-à-dire les piliers et les poteaux. Dans certains sanctuaires du Jawf, les piliers peuvent être considérés comme de véritables mégalithes dont le poids varie entre 2 et 5 tonnes (fig. 4.1).

3Les rapprochements antiques que l’on peut proposer pour la production d’éléments en pierre dure à cette échelle, sont situés en Éthiopie (à Axoum) et en Égypte (voir chapitre 7). L’assemblage des blocs du temple d’as-Sawdâ’ (Jawf, Yémen) (fig. 4.1, 4.2 et 4.3).

  • 1 Breton 2011.
  • 2 Breton 2011.

4Dans le sanctuaire d’as-Sawdâ’1 aucun mortier de chaux ou de plâtre n’a été employé dans le temple, les blocs du petit appareil de son enceinte étant stabilisés avec une petite couche de limon qui remplit des joints irréguliers de 0,5 à 1,5 centimètre d’épaisseur. Dans les parties les plus larges des joints, ce mortier naturel est souvent renforcé par l’insertion de petits éclats de pierre issus de la taille des blocs effectuée à pied d’œuvre. L’usage de grands monolithes a obligé les constructeurs du sanctuaire à mettre en œuvre des systèmes d’assemblage plus sophistiqués2. Toutefois, sur les cinq procédés reconnus dans les ouvrages comparables de la région, seuls deux ont été employés :

4.1.1.1.1. Assemblage à mortaise cylindrique et gougeons métalliques (fig. 4.2)

5Cet assemblage sert à fixer les architraves sur les piliers. Le même procédé, attesté également sur des éléments du sanctuaire de Kharibat Hamdân, implique une très grande précision dans l’implantation et le forage des trous, surtout lors de la mise en œuvre des pesants monolithes pour arriver à faire coïncider les tenons et les mortaises dans les assemblages verticaux.

4.1.1.1.2. Assemblage à mortaise carrée et tenon en pierre taillée

6Dans ce procédé, le tenon est réservé lors de la taille du lit d’attente des piliers et la mortaise est creusée dans le lit de pose des architraves.

4.1.1.1.3. Assemblage par l’intermédiaire de feuillures latérales ou longitudinales3

  • 3 Bessac 2011 : 72-73.

7Des feuillures sont creusées sur les bords supérieurs de dalles de franchissement des portiques, puis posées horizontalement à intervalles réguliers pour constituer la partie inférieure du couvrement du temple d’as-Sawdâ’ (fig. 4.3). La facette horizontale de ces feuillures fait office de lit d’attente pour les monolithes plus minces qui s’intercalent entre les blocs inférieurs pour former le sommet du couvrement. Chaque nouvelle dalle est ainsi soutenue verticalement et bloquée latéralement. Ce procédé a été particulièrement bien étudié sur le portique du temple d’as-Sawdâ’. Pour faciliter la taille des joints montants des architraves et pour obtenir un contact précis entre ces pierres, les constructeurs ont taillé des cadres d’anathyrose de 5 à 6 centimètres de large sur les quatre arêtes de ces faces. Le creux central, qui est bûché au ciseau à bout rond étroit, forme un retrait d’environ 0,5 centimètre.

4.1.1.1.4. Assemblage par refouillement d’un ressaut dans la masse du support

8Ce système consiste à creuser la pierre servant de support vertical d’un refouillement de profondeur égale à plus de la moitié de la largeur de la section de l’architrave au-dessus. Un tel système s’apparente à l’assemblage à mi-bois des charpentiers.

4.1.1.1.5. Assemblage par superposition simple

9Plusieurs dalles et architraves reposent sur les blocs inférieurs sans aucun procédé de fixation ou d’assemblage spécifique (fig. 4.4). A l’exception de ce dernier mode d’assemblage- qui est aussi le plus simple- les autres systèmes ne sont guère signalés dans l’architecture antique. L’architecture égyptienne qui connaît un usage similaire des grands monolithes a recours à des assemblages ordinaires.

4.1.1.2. Le petit appareil

  • 4 Noël 1936 : 136.

10Cet appareil, dénommé aussi « petit appareil allongé »4, comporte des pierres de 5 à 15 centimètres de hauteur, de 20 à 60 centimètres de longueur et de 15 à 25 centimètres d’épaisseur en queue. Cela donne des modules de blocs dont le volume peut varier entre deux et une vingtaine de décimètres cubes, la moyenne se rapprochant davantage de cette dernière valeur que de la première. En tenant compte des volumes en poids, près de 2,5 kilogrammes/mètre cube, on obtient un peu moins d’une cinquantaine de kilogrammes par bloc. Les dimensions du petit appareil sont pratiquement définies par les caractères géologiques de l’affleurement d’où ils sont extraits. S’il est probable que la carrière devait aussi offrir des blocs d’une plus petite dimension, ces modules-là ont été retenus en raison des facilités de bardage, de transport et de levage – 50 kilogrammes représentant la charge optimale d’un ouvrier, sans aide, habitué à cette tâche.

4.1.1.3. L’appareil prismatique

  • 5 Darles 1992 : 108-109.

11Il est particulièrement bien représenté à Shabwa, dans les édifices nos 34, 36, 41, 87, 89, 104, 107 et 1095. Il s’agit de petits moellons de calcaire, d’un diamètre le plus fréquemment inférieur à 20 centimètres, grossièrement circulaires, assemblés au mortier. Cet appareil semble fréquent aux premiers siècles de notre ère.

4.1.1.4. Le moyen appareil

12Dans ce type d’appareil, les blocs ont une hauteur comprise entre 15 et 40 centimètres, et une longueur de 30 à 70 centimètres au maximum. Dans le Jawf, la grande majorité des blocs doit être classée dans le grand appareil car elle excède cette dernière dimension.

4.1.1.5. Le grand appareil

13Il offre des hauteurs d’assises très variable, depuis 26 centimètres jusqu’à 53 centimètres de haut, tous sites confondus. Chaque site offre évidemment ses spécificités : les hauteurs d’assises des remparts en calcaire ferme d’as-Sawdâ’, varient de 40 à 53 centimètres, alors qu’à Mâ’rib, où la pierre dure prédomine, on relève une variation de 22 à 38 centimètres. Il semble donc que la qualité de calcaire oolithique ferme offre des possibilités supérieures de hauteur de banc par rapport à la qualité dure. Cependant, pour les différentes longueurs, il est moins évident de distinguer des particularités propres à chaque site et donc à chaque catégorie de pierre. Les longueurs moyennes semblent varier de 80 à 190 centimètres. Dans le Jawf en général, le poids moyen des blocs peut varier de 0,5 à 1 tonne voire exceptionnellement plus.

4.1.1.6. L’appareil cyclopéen

14C’est l’appareil qui caractérise notamment le soubassement du « grand monument » (dit TT1) de Tamna‘. Il se définit par l’emploi de très grands blocs de granit en carreaux ou en boutisses, et en orthostates dans les niches. L’angle sud-ouest du soubassement, dégagé sur près de 4 mètres de haut en moyenne, montre des blocs, longs de 1 à 2 mètres, voire 3 mètres exceptionnellement, disposés en assises à peu près régulières hautes de 0,80 à 1,20 mètre. Le fond des diverses niches, et dans certains cas celui de leurs parois, est constitué de grands orthostates : le bloc du mur de fond de la niche Ε 1 mesure ainsi 4,30 mètres de longueur, 2,26 mètres de hauteur et à 0,22 mètre d’épaisseur.

4.1.2. Les assemblages et structures internes

  • 6 Darles 1998a : 11-16.
  • 7 Bessac 1998a : 192-195 et 1998b : 257-258.

15Le principe du mur à un rang de pierres parementées sur une seule face est le plus commun à l’ensemble de la région. Ces murs étaient toujours construits en grand ou en moyen appareil, l’arrière étant renforcé, au moins à la base, par un doublage de briques crues ou bien par un blocage de pierres de tout-venant pour les soubassements à caissons comme ceux de Shabwa6. Bien que composés principalement de carreaux, ces murs sont en général consolidés par des séries verticales de boutisses disposées à intervalles réguliers7.

4.1.2.1. Murs composés horizontalement d’une seule rangée de pierres de taille8

  • 8 Bessac 1998a : 193 ; 1998b : 257-258.

16Ce sont, semble-t-il, les plus nombreux dans toute l’architecture sudarabique. Composés de carreaux, ces murs comportent toutefois, à des intervalles assez réguliers, des boutisses noyées à l’arrière dans le doublage interne (souvent en brique crue). Bien souvent l’irrégularité de la profondeur en queue des carreaux suffit à les liaisonner correctement avec les briques en arrière.

17Dans les remparts, ces boutisses sont intercalées, une assise sur deux, entre des carreaux formant ainsi une sorte de jambe harpée. Sous les effets des tassements différentiels, entre brique crue et blocs, des blocs intercalaires ont été disposés entre les boutisses afin d’éviter leur cassure au ras de la face arrière.

  • 9 Wright 1987 : 92-94, fig. 21-23.

18Une variante de ce système de liaison entre le mur de pierre de taille et la maçonnerie interne apparaît à Mâ’rib dans les appareils à carreaux des écluses9. Elle est composée, tous les deux ou trois mètres, de couples de séries verticales de boutisses formant avec les carreaux des jambes harpées. Ces jambes sont décalées d’une assise sur l’autre et espacées de telle manière qu’elles s’imbriquent suffisamment pour ne former qu’un seul ensemble disposé intérieurement comme les assemblages dans certains murs du Jawf.

  • 10 Besssac 1998a : 194.

19Une seconde variante de ce mode d’assemblage, étudiée dans le Jawf, consiste en l’imbrication de deux séries de boutisses alternées pour renforcer les angles des tours et de certains saillants de l’enceinte de la ville de Ma‘în. De tels renforts d’angle se retrouvent aussi dans les tours de Barâqish. On doit donc conclure à la généralisation du principe de chaînes verticales de boutisses imbriquées dans les massifs de brique crue situés à l’arrière des façades uniquement pour sa fonction de liaison. Au-delà de la première phase de construction, ce principe aurait évolué vers un système de renfort des angles sans pour autant délaisse son rôle premier10.

4.1.2.2. Murs composés horizontalement de deux rangées de pierre de taille

  • 11 Breton 1984 : 49, fig. 8.

20Même si leurs qualités diffèrent, les murs à double rangs de pierre de taille sont assez répandus dans l’architecture sudarabique ancienne. On en observe notamment dans les remparts de Kamna et de Mâ’rib ; en contrepartie, ils sont quasiment absents à Shabwa. La variété de pierre la plus facile à obtenir – souvent la moins présentable – n’est taillée que sommairement et placée côté intérieur du mur. Le mur à double rang de blocs de la même catégorie de pierre existe aussi, par exemple dans les remparts de Ma‘în11. Là, un pan de courtine, haut de 8 mètres, conservé sur la totalité de son élévation, montre deux rangs de pierre et, à ses extrémités, des séries verticales de boutisses parementées sur leurs deux côtés visibles en façade. Comme dans les murs à un seul rang de pierres, ce sont des séries régulières et verticales de boutisses qui garantissent leur cohésion. Ces murs à double rangs de pierre de taille sont cependant absents d’un site comme Shabwa où l’usage du mortier de chaux favorise la solution du doublage en solide maçonnerie à l’arrière.

  • 12 Bessac 1998a : 195-197, fig. 32-33.

21L’assemblage le plus sophistiqué qui ait été reconnu à ce jour au Yémen est à joint sec ; il apparaît dans le bâtiment à redans d’al-Baydâ’ construit en pierre ferme12. Vu de dessus, il est constitué de blocs taillés en forme de trapèze, imbriqués tête bêche l’un dans l’autre. En façade extérieure, un bloc sur deux est à crossettes et forme un retour double en Τ qui s’aligne verticalement avec ceux des autres assises pour constituer les redans (fig. 4.6). Un tel dispositif est très résistant aux poussées latérales et ne peut être démonté qu’en commençant par son sommet.

  • 13 Wright 1987 : 90-91, fig. 18-19.

22Dans le mur de la culée nord du barrage de Mâ’rib, il existe un système de blocage de la construction un peu comparable bien que beaucoup moins sophistiqué et systématique. Il est constitué par des boutisses à queue trapézoïdale et à double retour en façade, qui sont réparties entre des carreaux de façon aléatoire en fonction de la longueur de ces derniers13. La taille imprécise de ces pierres a été compensée par l’emploi abondant de mortier contrairement au mur à redans d’al-Baydâ’ qui est ajusté à joints vifs. C’est probablement l’usage quasi général du mortier de chaux à Shabwa qui a dispensé les constructeurs de la ville de l’usage de tels dispositifs.

4.1.2.2.1. Des techniques qui semblent naître dans l’aire sudarabique14

  • 14 Bessac 2009 : 52-53.
  • 15 Breton 1994 :108.
  • 16 Bessac 1998a : 194.

23Si les techniques de ce second groupe paraissent naître au Yémen, puis se diffuser ailleurs, la plus indiscutable est l’emploi des doubles boutisses d’angle. Elle est attestée notamment à Ma‘în, dans les angles de la tour nord de la partie orientale et à Shabwa, notamment dans les angles du soubassement du palais. Malheureusement, aucune de ces constructions n’est très précisément datée : la tour susmentionnée de Ma‘în pourrait remonter aux Ve-VIe siècles avant notre ère15 ; le palais de Shabwa est probablement antérieur au début de notre ère ; quant à la tour d’angle sud-ouest de Shabwa, elle semblerait dater au plus tard du VIe siècle avant notre ère. On peut donc supposer que les doubles boutisses d’angle font leur apparition aux abords des Ve-VIe siècles avant notre ère, sans plus de précision. Ailleurs, l’existence de ce type de renfort d’angle a été déjà signalée dans quelques constructions grecques et perses de la même époque – ou peut-être légèrement antérieures aux réalisations sudarabiques – bien qu’il s’agisse d’appareils assez différents de ceux du Yémen antique16.

24Les jambes harpées de boutisses régulièrement distribuées dans les murs sudarabiques en pierre calcaire se trouvent dans le Jawf et à Shabwa dans des constructions de diverses époques, y compris les plus anciennes et ceci en dépit de leur proximité technique avec les doubles boutisses d’angle. Cette sorte de raidisseurs verticaux est aussi associée avec des murs doublés de briques crues, par exemple sur les remparts d’al-Baydâ’, avec des murs à double parement comme à Ma‘în ou encore à caissons maçonnés, notamment à Mâ’rib ou à Shabwa. Le plus ancien spécimen est probablement celui d’al-Baydâ’ qui pourrait remonter au moins au VIe siècle avant notre ère. À l’instar des angles à double boutisses, les jambes harpées de boutisses existent dans les mêmes appareils réguliers grecs et perses du nord de la péninsule Arabique. Il est donc toujours possible d’en tirer la même hypothèse concernant un éventuel emprunt du système mais l’ancienneté de cette technique au Yémen plaide en faveur d’une mise au point proprement sudarabique.

4.1.2.3. Murs épais à liaisonnements internes (fig. 4.5)

25Parmi les murs à simple rangée de pierre, il faut mentionner une variante, semble-t-il, propre aux régions sabéennes (Mâ’rib et Sirwâh). Il s’agit d’un système de construction de type « murs épais à liaisonnements internes » ou « emplecton » qui évoquent de loin des casemates.

  • 17 Schnelle 2007.
  • 18 Albright 1958 : 218.

26Distants de 4 à 5 mètres, deux murs parallèles, ne comportant qu’une seule rangée de pierre sont édifiés parallèlement. À des intervalles assez réguliers, de 5 à 6 mètres, ces murs sont liaisonnés avec des murs de refend à l’orthogonale, délimitant des caissons rectangulaires. Au fur et à mesure de la construction, des blocs de tout venant sont disposés à l’intérieur des caissons ; les déchets de taille des lits d’attente sont balayés vers l’intérieur montrant ainsi la simultanéité des opérations. On ne peut donc y voir un remplissage postérieur. Qualifié d’« implantate » par M. Schnelle17, ce type de construction a été mis en œuvre en plusieurs points de la muraille de Sirwâh. Il a été aussi relevé par N. Röring au temple d’Almaqah de Sirwâh. C’est également de cette façon que le mur extérieur du temple d’Awâm à Mâ’rib a été construit. Les murs intérieurs et extérieurs, en appareil régulier, sont liés par des murs de refends orthogonaux, disposés par paires, distantes de 0,50-1 mètre. F. P. Albright compte ainsi une soixantaine de paires de murs de refends disposés tous les 3 à 3,50 mètres18.

4.1.3. Les tailles (Jean-Claude Bessac)

27Il existe plusieurs types de taille des pierres. Les tailles fonctionnelles se distinguent des tailles ornementales d’abord par leur caractère essentiellement utilitaire et non par l’interprétation esthétique. De façon générale, en Arabie du Sud, il convient de distinguer tailles fonctionnelles des tailles ornementales.

4.1.3.1. Les tailles fonctionnelles

28Elles visent à obtenir, dans les meilleures conditions possibles, des surfaces ou des formes bien adaptées à la seule fonction de l’élément concerné.

  • La taille brute d’extraction : en raison de leur forme quadrangulaire, parfois assez régulière, certaines pierres ont été employées telles quelles. Dans le cas du petit appareil (par exemple du temple d’as-Sawdâ’), les blocs présentent 5 à 6 faces naturelles, et les retouches étant donc restreintes à quelques points formant de trop grosses irrégularités. La taille éclatée, proche de la précédente, offre une surface parsemée de gros éclats formant des creux et des bosses sans autres retouches19. Cette taille n’apparait que sur les faces perpendiculaires aux joints de stratification et donc verticales une fois la pierre employée dans le mur. C’est le cas notamment des faces postérieures et des parements cachés, par exemple en fondation. Cette taille est propre à certaines pierres fermes et surtout aux calcaires durs et froids souvent disposés en bancs d’épaisseur inférieure à 50 centimètres correspondant à la plupart des pierres du Jawf.
  • La taille smillée de dégrossissage, pratiquée au ciseau à bout rond étroit (smille), s’apparent à la taille pointée de dégrossissage. Elle se caractérise par des impacts, qui, au lieu d’être très courts et dispersés en tous sens, s’allongent en petits sillons d’environ 2,5 centimètres de long, à peu près parallèles, et souvent disposés obliquement par rapport aux arêtes de la pierre20. C’est cette taille qui prédomine à Shabwa sur des parements employés bruts d’équarrissement de carrière.
  • La taille ciselée oblique irrégulière n’est visible que sur des surfaces assez réduites. Là, le ciseau ne sert qu’à aplanir sommairement les irrégularités des faces naturelles, souvent constituées de plan de fracture géologique. Les impacts du ciseau sont distribués obliquement dans leur ensemble mais sans obéir à une direction précise ni à une distribution homogène21. Cette taille est commune à de nombreux sanctuaires du Jawf dès les époques les plus hautes (VIIIe-VIIe siècles avant notre ère).

4.1.3.2. Les tailles décoratives (fig. 4.7)

  • 22 Bessac 1998a : 188.

29Les taillés ornementales sont des tailles de finition, volontairement réalisées dans un but esthétique au-delà du processus strictement fonctionnel22. Dans ce cas, les tailleurs de pierre disposent les impacts de leurs outils d’une façon prédéfinie, non induite par les seules exigences techniques.

4.1.3.2.1. Taille ciselée oblique régulière

30C’est une variante de la taille ciselée oblique : les coups sont tous alignés en oblique à environ 25° à 35° par rapport aux arêtes longues du bloc. Elle semble surtout avoir été utilisée dans la préparation des champs épigraphiques, notamment à Barâqish.

4.1.3.2.2. Taille ciselée perpendiculaire

31Cette taille se caractérise par des impacts réguliers de ciseau droit disposés perpendiculairement à la longueur du bloc, quelle que soit la position de ce dernier. Elle est attestée sur les sites de Ma‘în, de Barâqish et sur les hauts plateaux du Yémen. Ce type de taille sert à la préparation de champs épigraphiques (surtout à Barâqish).

4.1.3.2.3. Taille pointée relevée d’une ciselure ou taille pointée ornée de marges23

  • 23 Bessac 1998a : 189.
  • 24 Ginouves & Martin 1985 : 130.

32C’est la taille ornementale la plus commune dans l’architecture sudarabique. Elle est toujours cernée de ciselures périmétriques taillées à peu près perpendiculairement à l’arête qui la limite vers l’extérieur. Les ciselures cernant les tailles ornementales dans le Jawf sont généralement de largeur assez régulières, très souvent supérieures à celle du ciseau qui les taille, soit de 2 à 8 centimètres. Il est commun que les ciselures verticales soient plus étroites que les horizontales. De même, il arrive fréquemment que leur largeur soit de moitié moindre. Cette taille pointée occupe toute la surface restante au centre du cadre ainsi délimité par les ciselures. Très proches de celles de la taille pointée, ses caractères techniques s’en distinguent néanmoins par une plus grande finesse et une homogénéité de la distribution des impacts, ces derniers résultant d’une multitude de percussions perpendiculaires produites à l’aide d’un gravelet à bout rond étroit. Le terme de « parement piqueté »24 peut aussi être employé pour ce type de taille.

  • 25 Bessac 2009 : 37.

33Dans la gamme des tailles pointées fines cernées d’une marge décorative, celles qui ornent les dalles en pierre ferme qui s’encastraient entre les ossatures de bois des étages sont à distinguer des autres25. Ces tailles pointées spécifiques possèdent en effet des marges intermédiaires indépendantes des arêtes de la pierre qu’elles décorent, contrairement aux tailles du même type qui ornent les parements du soubassement. Cette disposition détermine un faux réseau de joints orthogonaux qui simule une découpe d’appareil rectangulaire irrégulier dont les pierres seraient de dimensions très inégales d’un placage à l’autre – voire même au sein d’un élément. Les variations de tracé des marges entre les plaques sont accentuées par un traitement du piquetage très individualisé d’un élément à l’autre. Les différences de répartition des impacts se voient plus nettement que sur la taille précédente parce que leur densité est plus faible : elle varie d’environ 64 à 320 par décimètre carré d’une plaque à l’autre. Il est évident que ces plaques de pierre ont été taillées par divers ouvriers. Cette taille ornementale pointée apparaît donc, dans son ensemble, à la fois comme plus hétérogène et plus marquée que celle du soubassement.

  • 26 Seigne 1992 : 119.

34Cette taille pointée ornementale sur plaque est considérée comme plus tardive que les autres parce que les dalles qui proviennent du palais sont issues d’un second état de ses superstructures26 daté du IIIe siècle. D’autre part, ce type de taille n’a pas été réalisé au ravalement, contrairement aux soubassements, mais à pied d’œuvre sur des dalles totalement pré façonnées et assemblées au sol. Ce mode de production explique aussi pourquoi elles comportent toutes des marques lapidaires de positionnement gravées sur leur chant.

4.1.3.3. Des tailles spécifiques

35Dans les régions granitiques, comme celles de Bayhân et de Mâ’rib, les tailles de pierre peuvent se classer en deux catégories correspondant, pour les premières à la taille lithique et pour les secondes à une taille avec des outils métalliques pour les calcaires durs.

  • 27 Bessac 1998b : 254.

36Il s’agit d’une taille obtenue par un piquetage serré et quasiment perpendiculaire aux faces27 réalisée à l’aide d’un gros éclat de pierre dure tenu en main. Aux abords des arêtes, la force des impacts est sensiblement réduite et leur densité est augmentée tout en travaillant plus obliquement, de manière à ce que le coup soit dirigé de l’extérieur vers l’intérieur de la pierre. Ces précautions sont prises essentiellement en parement afin d’éviter de casser les arêtes par des chocs perpendiculaires trop forts. Pour atteindre ce but, les tailleurs de pierre arrondissent légèrement les abords des arêtes. De ce fait, ces dernières sont repoussées un peu en retrait, déterminant ainsi une sorte de bossage de faible relief.

37Le processus de la taille lithique sudarabique est beaucoup moins connu dans son ensemble que celui de la taille avec des outils métalliques. D’un point de vue statistique, les exemples sont plus rares et nous ne disposons pas d’éléments inachevés qui auraient permis d’analyser la totalité du processus de taille. On peut néanmoins souligner les quelques particularités de cette taille qui la distinguent ou la rapprochent de sa concurrente utilisant le métal. L’efficacité de cette technique lithique repose d’abord sur un choix bien adapté des types de roches. Il faut d’abord rechercher des blocs avec des faces approximativement orthogonales entre elles. La fracturation naturelle du granit (à Tamna‘ comme à Axoum) illustre bien cette règle. Lorsque le bloc était beaucoup trop grand, les bâtisseurs n’hésitaient pas à mêler plusieurs formats, rectangulaires, trapézoïdaux et cyclopéens (à Axoum).

4.1.3.4. Les marques lapidaires

38Plusieurs types de marques apparaissent sur les blocs, on distingue (fig. 4.8) :

  1. Des marques sur des blocs de carrière, gravées ou peintes, probablement destinées au paiement des ouvriers à la tâche. La plupart d’entre elles ont ensuite disparues lors de la taille des blocs à pied d’œuvre.
  2. Des marques d’identification des tailleurs de pierre qui avaient une fonction assez proche de la catégorie précédente mais qui identifiaient le travail personnel de la phase de taille précédant la mise en place définitive du bloc. Elles sont nombreuses à Shabwa dans le palais, dans le mur du fond MI du « haut-lieu » et dans la tombe de Gebre Maskal à Axoum28.
  3. Des marques de pose (ou marques de situation) qui désignent la place de la pierre dans le bâtiment.
  4. Enfin, des marques d’assemblage dont le rôle se limite à préciser les côtés des deux blocs contigus qui doivent être ajustés ensemble. Le meilleur exemple de ce type de marque se trouve sur le dallage de la cour du bâtiment TT1 de Tamna‘.

39Cette présentation des différentes techniques liées à la maçonnerie de pierre suggère que l’appareil régulier apparaît en Arabie du Sud dès la période archaïque, entre les Xe et IXe siècles avant notre ère, comme en témoignent certains remparts, notamment à Kamna. La maçonnerie à joints secs – particulièrement visible dans les murailles –et les tailles ornementales se sont vraisemblablement développées à la même époque. Enfin, à Ma‘în, Kamna ou encore Barâqish, les nombreux textes épigraphiques mis en place dès ces hautes périodes semblent étroitement liés à ces types de maçonnerie ou aux différentes parties du mur (soubassement, élévation, etc.)

4.1.3.4.1. En Éthiopie, le temple de Yeha

40Les maçonneries des temples de Yeha (Tigray), de Ma‘în et de Barâqish (Arabie du Sud) offrent des ressemblances très significatives. Ce sont surtout les modèles de murs qui offrent de telles similitudes. Tous les murs sont montés en appareil régulier isodome, avec deux rangées de pierre à l’horizontale, ce qui donne une épaisseur moyenne de 1,25 mètre à la base à Yeha et de 0,90 à 0,98 mètre à Ma‘în.

  • 29 La présence de ces doubles boutisses pourrait correspondre à l’encastrement des poutres de la toit (...)

41Sur la façade nord de Yeha, il n’existe pas de chaîne verticale de boutisses – seules des boutisses sont disposées en alternance une assise sur deux, voire une sur quatre ; sur sa façade orientale quelques boutisses apparaissent en désordre ; seule la façade sud en compte une ligne verticale. À Ma‘în, ce sont les remparts qui montrent les meilleurs témoins de chaînes verticales de boutisses. Dans les angles, le temple de Yeha compte ainsi trois chaînages alternés de doubles boutisses, en hauteur29 dans l’angle nord-est. Le sanctuaire de Ma‘în compte régulièrement des faux renforts composés de pseudo- boutisses dans chacun de ses angles, comme le temple de Barâqish : c’est un dispositif classique en architecture minéenne et sabéenne notamment à Sirwâh.

  • 30 Ces bouchons trapézoïdaux, en élévation comme en plan, agissent en fait comme des clefs dans les m (...)

42Les assises extérieures régulières, de hauteur similaire (de 0,26 à 0,27 mètre à Yeha, et de 0,22 à 0,32 mètre à Ma‘în), sont montées avec des carreaux de longueurs moyennes similaires, autour de 1 mètre (avec un maximum de 3 mètres à Yeha sur la face nord et de 1,60 mètre à Ma‘în) ; les bouchons trapézoïdaux n’existent qu’à Yeha30 où de nombreux carreaux ajustés sans mortier montrent d’évidentes traces d’utilisation d’un conformateur malléable, si fréquent en Arabie du Sud, notamment dans les constructions du Jawf Les faces extérieures des carreaux sont décorées d’une ciselure périmétrique irrégulière (large de 4,5/5,5 mètres à Ma‘în et de 3 centimètres à Yeha) en taille légèrement oblique. Les piliers intérieurs du temple de Ma‘în montrent enfin des ciselures régulières sur chaque face délimitées linéairement par les impacts perpendiculaires du ciseau de taille.

4.2. Les éléments architecturaux

4.2.1. Les soubassements de pierre

  • 31 Darles 1992 : 110.

43De plan généralement rectangulaire et hauts de plusieurs mètres, les puissants soubassements de pierre sont caractéristiques de l’architecture d’Arabie du Sud, probablement dès l’époque archaïque. Leurs dimensions sont, semble-t-il, standardisées : 9 x 9 mètres, 12 x 10 mètres ou 12 x 12 mètres. À Shabwa, un second tiers d’entre eux mesure 11,60 x 11 mètres, un tiers 13,30 x 11,60 mètres et un quart 14,23 x 10,80 mètres31. Ces soubassements constituent des plateformes surélevées supportant des superstructures. La trame interne consiste en deux murs longitudinaux et des murs orthogonaux divisant le socle une multitude caissons destinés à être remplis de terre ou d’autres matériaux. Quant aux murs principaux servant de fondation aux murs du couloir longitudinal et les autres aux pièces adjacentes (fig. 4.9).

  • 32 Breton 1998 : 27-38.

44L’exemple le plus régulier de ce type de soubassement est l’édifice 52 de Shabwa, fouillé de 1975 à 1977, jusqu’à ses fondations32 (fig. 4.10 et 4.11). Son puissant soubassement de 14,30 mètres de large (sud-est/nord-ouest) sur 19,50 mètres est conservé sur près de 5 mètres de haut ; on accède à son rez-de-chaussée par un escalier en L accolé à son flanc nord-ouest. Ce bâtiment est enfin flanqué au nord-est d’une terrasse basse, longue de 16,80 mètres et large de 3,80 mètres, qui domine la rue principale de 2 mètres environ.

45Du bâtiment, il subsiste principalement un soubassement qui a été dégagé sur trois faces (à l’exception de la face sud-est). Ce socle est fait d’un mur d’enveloppe, épais de 1 mètre en moyenne, monté en grand appareil régulier et composé horizontalement d’une seule rangée de pierre. Les angles extérieurs sont renforcés d’un chaînage à double boutisse, et les murs comptent des séries verticales de boutisses espacées de 2,30 à 2,96 mètres et alternées d’une assise sur l’autre. Les assises varient de 0,48 à 0,56 mètre de hauteur, et les blocs de calcaire dur blanchâtre variant de 0,95 à 1,56 mètre de longueur. L’appareil est soigné, des ciselures périmétriques déterminent un cadre régulier décoré d’une taille pointée fine, et les arêtes horizontales inférieures sont chanfreinées.

46Ce soubassement comporte un quadrillage de murs qui détermine à son niveau supérieur 34 caissons, numérotés structures 201 à 234. Ils résultent de la construction de murs de refends intérieurs, épais de plus d’un mètre en moyenne. Ces murs déterminent des caissons alignés en rangées régulières, à l’exception de la partie nord-ouest où un caisson fait défaut entre les structures 216 et 232, et de l’angle sud où il n’existe qu’un seul caisson, la structure 225. Tous ces caissons sont de dimensions assez homogènes (de 1,30 à 1,60 mètre de côté) aux murs de moellons irréguliers liaisonnés au mortier rose. Tous ces caissons ont été bourrés de matériel divers, terre, déblais, ossements d’animaux et humains, céramique, qui permettent de dater approximativement l’édifice du IIe siècle avant notre ère. Au sommet, ce bourrage était recouvert d’une ou de deux assises de brique crue, puis d’un sol de mortier : des bouchages similaires de brique ont été dégagés dans les structures 209, 218, 229. Enfin, des sondages effectués dans les caissons 202, 204, 209 et 225 ainsi qu’au pied des façades nord-est et sud-est, montrent que la structure interne observée dans la partie supérieure du massif correspond à sa dernière étape de construction.

  • 33 Niveau zéro de la fouille en 1977. Breton, 1998a, p. 27-28.

47La partie la plus profonde, la fondation du bâtiment, ne comporte que les fondations d’un mur périphérique se trouve à 0 mètre d’altitude33, et de deux murs centraux parallèles. Ces murs de fondations (murs A) sont faits de gros blocs de calcaire liaisonnés au mortier ; les intervalles délimités par ces murs sont alors bourrés de briques crues. À 1,50 mètre au-dessus, de nouveaux murs (B) sont alors édifiés sur le tracé des murs A. Ces murs relient les deux murs centraux au mur de l’enveloppe extérieure ; les intervalles sont à leur tour remplis de briques crues. Enfin, à l’altitude de 3,50 mètres, le réseau de murs de refends s’étend à toute la superficie. On note une reprise du plan des murs B marquée par une subdivision des caissons par des murs (C) orientés nord-ouest/sud-est et un remplissage en brique des caissons ainsi délimités. C’est également à ce niveau qu’apparaissent les murs reliant les deux centraux nord-ouest/sud-est.

48Si l’on tente une restitution du rez-de-chaussée, on doit considérer que le niveau maximum de conservation du sommet du socle correspond à peu près au niveau du rez-de-chaussée du bâtiment. En dépit de la disparition de la totalité des superstructures, on peut supposer qu’elles étaient similaires à celles qui surmontent les autres soubassements de la ville. Le couloir principal longitudinal, et donc orienté sud-est/nord-ouest, se situe des caissons 227/228-254, sa largeur est à peu près égale à 2,50 mètres et sa longueur à 15 mètres. Il séparait ainsi de part et d’autre des petites pièces dont la disposition correspondait à la trame des murs de fondation. On pourrait ainsi compter sept pièces latérales de part et d’autre du couloir, larges de 1,50 mètre et longues de 4 mètres environ, séparées par des murs mitoyens épais de 0,80 mètre environ. Il ne reste rien de la cage de l’escalier, sans doute axial, comme dans la plupart des maisons de l’époque.

  • 34 De Maigret 2003.

49Cette disposition interne n’est pas partout régulière. À Tamna‘ la maison B/B compte des compartiments réguliers (en moyenne de 2,20 m sur 1,40 m) disposés de part et d’autre du couloir central. Quant à la maison B/A, elle comporte un caisson central long de 8 mètres, 2 caissons au sud-ouest (en incluant un plus large de 6 mètres) et 4 caissons au nord-est34 (fig. 4.12). À Raybûn, la plupart des maisons sont organisées de la même façon : un couloir central et des pièces latérales. Ce type d’architecture civile est ainsi généralisé dans tout le Hadhramawt (fig. 4.13).

  • 35 Breton, Darles, Robin & Swauger 1997 : 42-50.
  • 36 Du côté sud du couloir central, les caissons larges de 0,97 m, 0,88 m, 0,90 m, 1,20 m et 0,80 m so (...)

50La fonction de ces puissants soubassements ne fait aucun doute : ils servent de fondation à des superstructures hautes d’un ou de plusieurs étages. La hauteur du socle n’est pas nécessairement proportionnelle à la hauteur des étages. Haut de 5 mètres et reposant sur 3 assises de fondation de 0,50 mètre de hauteur, le soubassement du palais de Shabwa ne parait pas excessif par rapport à la dizaine de mètres de hauteur de ses étages. À Tamna‘, la hauteur totale du socle avoisine 10,30 mètres de hauteur35. Trois arguments militent en faveur d’un grand nombre d’étages : la puissance de l’appareil cyclopéen du mur extérieur d’enveloppe, et la présence de saillants (ou de bastions) servant de contreforts et enfin la trame très serrée des murs des caissons intérieurs36.

51Toutes les régions d’Arabie antique connaissent le même type de soubassements. 11 semble donc que ce soit une formule architecturale généralisée, et non une adaptation à un terrain bien spécifique. Si les puissants socles de Shabwa peuvent constituer une réponse à des sols spongieux pendant la saison des pluies, d’autres socles se dressent aussi sur des terrains fermes voire rocheux. Ils sont donc destinés à supporter de lourdes charges. Comme ceux-ci combinent à la fois des murs de pierre et des caissons remplis de matériaux divers, ces socles constituent des plateformes (ou des radiers) assurant une distribution égale de lourdes charges.

  • 37 De Maigret-Robin 2006
  • 38 Hamilton 1942 : 121-122. Voir Breton 1998c : 39-48.

52La destination finale (ou secondaire ?) de certains caissons a été soulevée tant à Tamna‘ qu’à Yeha/Grat Beal Guebri ou encore à Matarâ. À Tamna‘, dans le bâtiment H, il semble que certains d’entre eux étaient vides et comportaient des murs enduits de plâtre et de la céramique : ils pouvaient probablement servir de réserves auxquelles on accédait par un escalier. Dans une seule maison seulement (maison B/E de Tamna‘), un escalier en pierre a été retrouvé37. À Shabwa, R. A. B. Hamilton décrit certains caissons du bâtiment 72 comme des « réserves » sans qu’il ne fournisse aucun détail sur leur matériel38.

  • 39 Anfray considérait ces caissons comme des pièces et non des caissons de fondation d’un édifice.
  • 40 Anfray 1963 : 95-96. Il est difficile de savoir. si l’utilisation de ce caisson comme « cachot » e (...)

53À Yeha, le bâtiment dit « Grat Beal Guebri » comporte une trame régulière de caissons dans le soubassement que F. Anfray semblait considérer comme des pièces39. À Matarâ, dans la construction principale de 12,60 mètres sur 11,20 mètres dont le socle est conservé au moins sur 2,50 mètres de haut, seule la salle C comporte un escalier de huit marches en équerre, renforcé dans un angle par une pile maçonnée. Cette salle communique avec sa voisine par une petite ouverture « en forme de placard ». Plus petite, la salle F, de 2 mètres sur 0,95 mètre, aurait servi de cachot auquel on accédait par une trappe en bois40.

  • 41 Schmidt & Curtis 2007 : 122-123.

54Près d’Asmara, une maison de Sembel comporte un petit nombre de pièces (A-C2) dont les murs se sont partiellement effondrés à l’intérieur. Les archéologues, s’étonnant de ne trouver ni portes intérieures ni accès extérieurs, supposent un accès par le toit au moyen d’échelles. En fait, les murs conservés n’appartiennent qu’aux fondations, et les seuils des portes n’apparaissent pas41.

4.2.2. Du soubassement à l’étage

55De façon générale, les murs du soubassement servant de fondation aux murs du rez-de-chaussée, leur épaisseur doit être directement mise en relation avec celle des fondations. Deux cas particuliers doivent être envisagés : les piliers maçonnés à l’intérieur des caissons et les murs de fondation supportant des piliers.

  • 42 Anfray 1965 : pl. XXV.
  • 43 Anfray 1965 : pl. XLI.
  • 44 Anfray 1990 : 102.

56Édifiés à l’intérieur même des caissons, les piliers maçonnés de section circulaire – et se terminant au niveau du plancher du rez-de-chaussée – constituent vraisemblablement l’une des caractéristiques de l’architecture axoumite. De tels piliers apparaissent en effet à Matarâ (édifice Β central : salles E, F, H, I42 ; édifice C43 : bâtiment central ; site Ε1 : bâtiment central). De nombreuses pièces du palais de Dongour à Axoum comportent des piliers maçonnés, au nombre de deux dans les plus petites pièces et au nombre de quatre dans les plus grandes44. À notre connaissance, ce type de pilier n’apparait pas en Arabie du Sud. Il conviendrait de s’interroger sur l’originalité de ce dispositif à la fin de l’époque axoumite. Sans doute, ne disposait-on que de courtes pièces de bois pour couvrir de grands caissons.

  • 45 Breton, Darles, Robin & Swauger 1997 : 45. Certaines pièces, probablement du côté ouest, étaient a (...)

57Dans le second cas, des bases de pierre disposées à intervalles réguliers au sommet des murs sont destinées à supporter des piliers. Le soubassement du palais de Shabwa comporte ainsi deux longs murs situés de part et d’autre du porche d’entrée, surmontés d’une série de bases rectangulaires, disposées à intervalle réguliers de 2 mètres. Ils soutenaient des piliers de bois divisant ainsi les deux grandes pièces septentrionales. Il en est de même dans le « grand monument » de Tamna‘ où des bases de piliers d’environ un mètre de section sont disposées tant à l’Est que de part et d’autre du couloir central, supportant des piliers de bois45. À Tamna‘ encore, le socle du temple d’Athirat (22,70 m sur 19,40 m) montre une trame longitudinale de murs en fondation reliés par de courts murs de refends ; ceux-ci sont tous surmontés de bases de piliers rectangulaires. Disposés en rangées, ces piliers déterminent une série de pièces bordant les côtés nord, ouest et sud ; la restitution de la partie centrale demeurant toutefois hypothétique.

  • 46 Communication personnelle d’Iris Gerlach et Mike Schnelle.

58De même, le bâtiment dit « administratif » de Yeha/Grat Beal Guebri comporte un saillant renfermant trois murs parallèles en fondation surmontés chacun de trois bases de calcaire, soutenant à l’origine des piliers de bois46.

4.2.3. Les escaliers d’accès (fig. ? ? et 4.15)

  • 47 Schmidt 1997/1998 : fig. 21-25.
  • 48 Van Beck 1958 : 291-294.
  • 49 Breton, Darles, Robin é Swauger, 1997 : 53-54.

59Pour accéder au rez-de-chaussée de ces hauts soubassements, des escaliers sont accolés à l’une des façades. Ils sont en général en forme de « L » comportant une partie inférieure étroite et un palier supérieur plus large. Sur la façade nord-ouest du soubassement du bâtiment 52 de Shabwa, l’escalier est ainsi une construction, en forme de L, longue de 10,60 mètres et large de 1,90 mètre dans sa partie étroite et de 2,45 mètres au niveau du palier supérieur. Cet escalier comporte trois murs de refends accolés à la façade du socle déterminant quatre caissons de dimensions variables, bourrés de terre et de matériel divers. Ne supportant qu’une structure assez légère, ces murs en conséquence peu fondés. Cette structure en L, bien attestée à Shabwa – par exemple dans le bâtiment 53 – (fig. ? ?) correspond à un escalier d’accès. Dans le cas d’escaliers monumentaux, leurs murs de flanquement (d’écharge) sont couronnés de blocs décorés de pseudo-boutisses et de statues de bronze, comme à Mâ’rib47. Dans le grand monument (dit TTi) de Tamna‘, un escalier tardif a été aménagé dans l’un des retraits du mur septentrional. En forme de L, il comporte un palier flanqué d’un mur d’écharge, haut de 2,80 mètres, décoré d’une taille pointée datant du VIe au IVe siècle avant notre ère48 (?) Sur la face nord de ce monument, un magnifique escalier large de 10 mètres comporte une volée basse de 7 marches menant à un palier, puis 3 marches supérieures ; les têtes des deux murs d’écharge sont ornées de motifs « à panneaux encastrés49 (fig. 4.15). Ces motifs à panneaux encastrés parfois peints en rouge ornent très fréquemment les escaliers. Bon nombre de musées au Yémen en conservent quelques exemplaires.

4.2.4. Les propylônes

60En général, les temples sont précédés d’un propylône plus ou moins monumental qui doit être considéré comme un élément architectural indépendant. Il consiste en une plateforme (ou stylobate) faite de larges blocs alignés selon l’axe du bâtiment, et de piliers à leur extrémité exextérieure ; leur position exacte est délimitée par des mortaises, de 2 à 3 centimètres de profondeur. Dans certains temples, ces derniers sont encore en place – comme à celui de Ba’rân à Mâ’rib –, d’autres brisés – comme dans le temple de Nakrah à Barâqish – ou encore disparus – voir le TTi à Tamna‘. Dans l’ensemble de la région, ces piliers présentent une apparence similaire, en taille légèrement décroissante en élévation et terminés par des tenons de pierre supportant une architrave de pierre.

  • 50 De Maigret & Robin 1993 :440-442. La terminologie utilisée ici est celle de l’article.

61Vers l’ouest, le temple de Nakrah à Barâqish50 est précédé d’un « avant-corps » constitué d’une estrade avec des gradins de chaque côté et d’un podium qui soutient dans sa partie médiane un stylobate avec quatre piliers. Ce stylobate est constitué de grands blocs à l’horizontale, muni chacun d’une mortaise carrée supérieure destinée à soutenir quatre piliers monolithes. Hauts à l’origine, de 5,50 mètres, ces piliers, soutiennent à leur tour, au moyen de tenons, une architrave monolithe sur laquelle s’encastrent de longues dalles, sans doute inclinées, reposant à leur extrémité orientale sur le sommet du mur d’enveloppe du sanctuaire. La stratigraphie montre que ce propylône appartenait au « niveau minéen C » du sanctuaire, soit aux environs des VIIe-VIe siècles avant notre ère.

  • 51 Breton Darles, Robin & Swauger 1997 :45-48.
  • 52 Breton Darles, Robin & Swauger 1997 : 48-49 et fig. 14-15.

62Dans le grand édifice (dit TT i) à Tamna‘, on accède au rez-de-chaussée du soubassement par une plateforme longue de 7,75 mètres hors-tout encore relativement bien conservée51 (fig. 4.16). Celle-ci comporte une série de huit bases monolithes parallèles précédées d’un escalier monumental de trois marches. À leur extrémité occidentale, ces bases comportent toutes une mortaise rectangulaire sur leur lit d’attente, large de 40 centimètres, longue de 50 à 57 centimètres et profonde de 2 centimètres. Chacune de ces mortaises servait d’encastrement à un pilier monolithe dont un seul fragment était encore en place en 1967. À leur extrémité orientale, les bases comportent une partie piquetée, de tracé le plus souvent rectangulaire, correspondant à la base d’un autre pilier. L’escalier d’accès, long de 6,85 mètres et large de 0,90 mètre52, comportait une marche supérieure ornée de statues de bronze.

  • 53 Breton 1998a : 63.
  • 54 Anfray 1997.

63Le propylône du temple extra-muros de Ma‘în est certainement le mieux conservé d’entre tous53 (fig. 4.17). Large de 4,77 mètres et en saillie de 2,30 mètres du mur extérieur, il comporte quatre piliers carrés en avant (A, B, C et D) de 51 centimètres de section, distants de 84 centimètres pour les piliers extérieurs (A-B et C-D) et de 1,05 mètre pour les piliers centraux (B-C). Ces piliers soutiennent une puissante architrave longue de 4,86 mètres. À 1,80 mètre en arrière des piliers A-D s’élèvent les deux autres piliers Ε et F distants de 2 mètres et supportant trois longues architraves superposées, en débord les unes par rapport aux autres. L’architrave inférieure mesure 4,23 mètres de long, la médiane 4,70 mètres et la supérieure 4,96 mètres. Cette dernière architrave supporte à son tour trois dalles de largeur variable (de 47 centimètres à 61 centimètres) et de 30 centimètres d’épaisseur dont les extrémités ouest reposent plus haut sur l’architrave qui surmonte les piliers A-D. Ainsi cet édifice comme tant d’autres de son époque (VIIIe-VIe siècles avant notre ère) comporte un accès monumentalisé dont les éléments auraient pu être utilisés par F. Anfray pour la restitution de l’entrée de Grat Beal Guebri54.

4.2.4.1. Propylônes des tombes de Mâ’rib (fig. 4.18)

  • 55 Röring 2005 : 153-155.
  • 56 Roring 2005 : 158.

64Dans la zone A, quelques-unes des tombes monumentales de Mâ’rib, sont précédées d’un podium supportant un portique. Dans la tombe 29, le podium sur la façade nord, haut de onze assises de calcaire, compte deux escaliers latéraux symétriques menant à un portique de cinq piliers distants d’environ un mètre chacun. Ils soutiennent une architrave monolithe, surmontée de blocs décorés de pseudo-boutisses, supportant à son tour cinq dalles de pierre reposant à l’une de leur extrémité sur le mur de la tombe55. Plus loin, la tombe 51 est accessible au nord par deux escaliers symétriques coudés de part et d’autre d’un podium très élevé, menant à un portique comptant cinq piliers de forte section56.

65En conclusion, ce type de propylône est caractéristique de l’architecture sudarabique dès les VIIe-VIe siècles avant notre ère – qu’elle soit religieuse ou funéraire dans toutes les régions minéennes (Ma‘în et Barâqish), sabéennes (Mâ’rib, Mâsajid et Sirwâh) (fig. 4.19), qatabanites (Tamna‘) et hadhramies (Raybûn).

4.2.4.2. Éthiopie, Tigray

  • 57 Anfray 1997.
  • 58 Anfray 1997 : 9-10. À la lumière des fouilles récentes, ces fondations montrent plusieurs états(co (...)

66Dans le grand édifice de Grat Beal Guebri57, en cours de fouille, le dispositif d’entrée est constitué d’un grand escalier, haut de 4 mètres, menant à une plateforme constituée de six socles de pierre (2,14-2,30 m de long, 1,20-1,35 m de large sur 0,66-0,50 m d’épaisseur) distants d’environ 0,75 mètres les uns des autres. Sur chaque face supérieure, une mortaise rectangulaire est aménagée de façon à recevoir des piliers monolithes dont quelques fragments sont encore en place ; leur hauteur pourrait avoisiner une dizaine de mètres de hauteur. En arrière, le porche est constitué de deux piliers en forme de « L », distants de 1,10 mètre, installés sur des socles massifs dans des mortaises préparées pour leur encastrement. Tous ces socles reposent sur des fondations en maçonnerie « solidement établie, constituant dans leur partie supérieure une plateforme rectangulaire »58.

  • 59 De Maigret & Robin 1998 : 764-767. Les numéros de structures correspondent à la figure 22.

67Quant au temple adjacent de Yeha, il est lui-aussi précédé d’un podium (A), accolé contre la façade du temple, servant de socle aux propylées59. Long de 10,40 mètres (nord-sud) sur 5,10 mètres (est-ouest), et haut de plus de 4 mètres, il est monté en appareil régulier décoré de ciselures périmétrales. Son plan supérieur supporte six grands monolithes horizontaux parallèles en pierre volcanique (larges en moyenne de 1,10 mètre et épais de 0,65 mètre) munis à leur extrémité occidentale, de mortaises rectangulaires (0,90 m sur 0,75 m). Sur celles-ci reposaient six piliers monolithes, hauts de 9,20 mètres, dont il ne reste néanmoins aucun vestige. À leur tour, ces piliers soutenaient une ou plusieurs architraves servant d’appui aux dalles horizontales couvrant le dispositif d’entrée. En effet, à 5 mètres en arrière vers l’est, le mur d’enveloppe du temple comporte un portail large de 1,20 mètre seulement donnant sur la nef principale. C’est donc un véritable propylône, similaire à ceux des temples sabéens ou minéens, qui se dressait en avant du sanctuaire. Il est fort probable que le podium était enterré, aucune trace d’escalier latéral n’a été relevée ; le sol devait être au niveau des bases des monolithes Ta-Tf.

4.2.5. Piliers et colonnes

  • 60 Sedov 2005.
  • 61 Radt 1973 : taf. 10.

68Les piliers monolithes quadrangulaires constituent l’élément caractéristique des portiques (ou propylées) des temples. Mentionnons quelques sections : 25 sur 45 centimètres à Dhât Kafash de Raybûn V60, 25/28 sur 34/37 centimètres dans le temple de Sayîn dhû-Mayfa’an de Raybûn XIV, 35 sur 46 centimètres dans la tombe 29 de Mâ’rib. Leur hauteur varie entre 5,58 mètres (temple de Nakrah à Barâqish), 8,30 mètres (temple de Bar’ân à Mâ’rib) (fig. 4.20), 7,65 mètres (temple d’Awâm à Mâ’rib). L’usage des piliers de pierre est fort courant dans l’architecture des hautes terres du Yémen. Les sites d’al-Huqqa, de Na’ît, de Riyâm, de Hâz, d‘Amrân, de Ghaymân, etc. comportent tous des toitures soutenues par des rangées de piliers rectangulaires dont un grand nombre a été relevé par C. Rathjens et A. Griaznevich61 (fig. 4.21).

  • 62 Le Musée national de Sanaa en renferme quelques exemplaires, voir Radt 1973 : taf. 9, n° 24c et d (...)

69En Arabie du Sud, les colonnes ne semblent pas antérieures au début de notre ère. Elles sont nombreuses dans les édifices des hauts-plateaux, sur les sites de Ghaymân, Hâz, Shibâm-Kawkabân, Zafâr, etc. Curieusement, elles sont parfois solidaires de leur base (comme à Shibâm-Kawkabân), ornées de rosettes, de fleurs et de rinceaux. Il existe enfin quelques imitations de chapiteaux corinthiens, ornés de feuilles d’acanthes62. À l’inverse, les colonnes de pierre sont quasi-absentes des basses terres.

4.2.6. Les stèles

  • 63 Breton & Arramond 1998 : 140, 178 fig. 17. D’autres références à des stèles figurent dans cet ouvr (...)

70Les stèles de pierre apparaissent dès l’âge du Bronze dans des édifices dont la nature et la fonction ne sont pas toujours assurées. Bon nombre d’entre elles ont été retrouvées dans les wâdîs Surbân, Hammâm et tout autour du Jabal al-Nisiyîn. À an-Nusayb (wâdî Surbân), un édifice rectangulaire de 13,30 sur 9,20 mètres compte deux pièces dont l’une est munie d’une stèle dressée63.

  • 64 Breton 2011 : 12, 13 (maquette du temple), pl. 17 et 19.
  • 65 Breton 2011 : 12-19 et pl. 68, 80 et 81.

71L’usage le plus ancien (VIIIe siècle avant notre ère) (fig. 4.22) de stèles en architecture monumentale est attesté dans le temple d’Athtar d’as-Sawdâ’64. De part et d’autre de l’entrée, sa façade occidentale est flanquée de deux longs podiums, dans lesquels est fichée toute une série de stèles trapézoïdales sans aucun décor – à raison de quatre au nord et six au sud (blocs nos 185-190)65. De même, dans le passage qui mène à la cour centrale, deux stèles s’élèvent sur de petits podiums (blocs nos 134 et 194). Au fond de cette cour, deux stèles anépigraphiques occupent enfin l’angle sud-est.

  • 66 De Contenson 2005 : 38.
  • 67 Les stèles extérieures du temple d’as-Sawdâ’ mesurent 2,26 m de haut (stèle n° 82), 1,76 m (n° 167 (...)

72Non loin d’Axoum, le bâtiment d’Ouchatei Golo, fouillé en 195866, de plan rectangulaire, est constitué d’une haute plateforme de 12,65 mètres (nord-sud) sur 10,80 mètres (est-ouest). Ses angles sont renforcés de bastions saillants de 20 centimètres seulement, selon la tradition axoumite. « Autour des murs extérieurs sont disposées à des intervalles irréguliers sept stèles en pierre bleue qui se détachent sur les façades en calcaire blanc ; ce sont de longues dalles, dressées sans avoir subi ni épannelage et polies par l’érosion. » La plus haute mesure 1,75 mètre de haut67. Malgré les différences de datation, on ne peut que constater des similitudes du rôle de ces stèles anépigraphiques.

  • 68 Sedov 2005 : 106.
  • 69 Breton, Robin & Ryckmans 1981.

73Les stèles peuvent aussi marquer un territoire sacré. Dans l’oasis de Raybûn, à une cinquantaine de mètres du temple de Kafash/Na’man une stèle haute de 3 mètres délimite la zone sacrée, et on peut considérer que tout la zone renfermant divers sanctuaires, était ainsi protégée68. De même, au sud-ouest de Barâqish, une série de hautes stèles délimite le territoire sacré de Darb as-Sabî69.

4.2.7. Bancs et banquettes

  • 70 Breton & Robin 1982 : 622, fig. 15 et 624-625.

74Différents types de banquettes se trouvent dans les temples, les salles ou les portes des villes. Associées à de longues tables, des banquettes, sont disposées dans les immenses salles à ciel ouvert au pied du Jabal al-Lawdh. Mentionnons par exemple, l’édifice 1, de 98 mètres de long sur 37 mètres de large, comprenant deux salles séparées : dans la salle orientale, deux séries de tables basses, longues de 18,60 mètres et larges de 0,60 mètre, sont associées à des banquettes, et dans la salle occidentale, 48 tables basses sont chacune associées à d’étroites banquettes ordonnées de part et d’autre d’un couloir central (fig. 4.23)70. À environ 50 mètres plus au sud (édifice 2), une autre salle, comporte un dispositif similaire de tables basses associées à des banquettes étroites. Ces édifices servaient probablement aux cérémonies connues sous l’appellation de « pactes de fédération de tribus », et on peut se demander si, durant ces cérémonies, des repas étaient servis sur ces « tables basses ».

  • 71 Schmidt 1982 : 73-77 et pl. 31-32.
  • 72 Breton 2011 : 16 et fig. 29-30.
  • 73 Sedov 2005 : 106.

75Des banquettes et tables similaires se retrouvent dans quelques sanctuaires de la région de Mâ’rib, à Dish al-Aswâd notamment (fig. 4.24). Ce temple comporte une grande salle à ciel ouvert avec une allée centrale séparant 14 banquettes longues de 6 mètres et larges de 0,40 mètre71. Dans le temple archaïque de Jûja, daté des IXe et VIIIe siècles avant notre ère, deux banquettes basses sont édifiées le long des murs du vestibule (locus 23a) et près de l’entrée. Dès cette époque, le sanctuaire d’as-Sawdâ’ comporte une cour centrale munie de banquettes latérales aménagées entre les piliers des portiques latéraux. En outre, de chaque côté de la cour, une banquette basse court le long des murs sur une longueur totale de 5,90/6 mètres72. De même le temple de Nakrah à Barâqish compte deux séries de tables d’offrandes munies de banquettes. Tous les sanctuaires du Hadhramawt comportent des séries de banquettes latérales, généralement situées entre les piliers de la nef ou contre les murs latéraux ou encore sous les portiques de la cour extérieure. C’est ainsi que dans le « réfectoire » de Raybûn I les murs ouest et nord sont flanqués de banquettes de brique crue (hautes de 0,40 mètre et larges de 0,30 mètre) (fig. 4.25). Dans le temple de Dhât-Himyam, à Raybûn V, le bâtiment « tardif n° 2 » compte des banquettes de brique édifiées entre les piliers, tandis que des bancs de brique occupent tout l’intervalle entre les piliers73. L’une des caractéristiques de ces bancs est la présence d’inscriptions courtes, mentionnant souvent du nom du donateur. C’est ainsi que l’on connaît le « banc de Qatham » dans le temple de Mayfa’an, ou le « mur de Dasmân » dans le sanctuaire de Rahbân. Dans la longue galerie couverte du bâtiment 3, le nom de ces donateurs est répété à l’envie avec une grande régularité.

  • 74 Albright 1982 : pl. 7.
  • 75 Breton 2009b : 112-113.

76Le « bâtiment monumental » identifié par F. P. Albright comme un temple74, mais plus probablement une tour défensive, comporte une banquette de pierre (haute de 0,40 mètre) contre les murs sud et nord qui étaient destinées, selon lui, aux fidèles participant à des cérémonies ou des repas rituels. À Shabwa enfin, les banquettes du palais royal sont de deux types : les plus anciennes, dans le « théatrôn central », sont très basses (15 centimètres seulement) et larges de 0,40 mètre, et les plus tardives se situent sous les portiques bordant la cour centrale, elles sont faites de plaques verticales décorées et de dalles supérieures, toutes assemblées au moyen de tenons de pierre et de mortaises75.

  • 76 Breton 1994 : 68-69 et fig. 27.

77Plus surprenant, les portes des villes sont souvent munies de banquettes latérales. Le meilleur exemple est la porte sud de Tamna‘76. Cette porte est défendue par deux imposants bastions de 11 mètres sur 5 mètres de large, délimitant un passage central bordé de part et d’autre d’une banquette latérale, haute de 0,50 mètre, constituée d’une plaque de pierre posée sur un socle maçonné. Contre le bastion ouest, cette banquette mesure 5 mètres de long, et contre le bastion oriental 2,70 mètres seulement (fig. 4.26).

4.3 Conclusion : quelques caractéristiques des techniques de construction sudarabique

4.3.1. Des murs ordinaires mais aussi des assemblages et des renforts inédits

  • 77 Darles 1998a : 11-16.
  • 78 Bessac 1998a : 192-195 et 1998b : 257-258.
  • 79 Bessac 1998a : 219, fig. 28.
  • 80 Bessac 1998b : 271 et 281.
  • 81 Breton 1994 : pl. 12, fig. a.

78Le principe du mur à un rang de pierres parementées sur une seule face est le plus commun partout. Ces murs étaient toujours construits en grand ou en moyen appareil, l’arrière étant renforcé, au moins à la base, par un doublage de briques crues – c’est le cas dans le Jawf –, ou bien par un blocage de pierres de tout-venant pour les soubassements à caisson, comme ceux de Shabwa77. Bien que composés principalement de carreaux, ces murs sont en général consolidés par des séries verticales de boutisses disposées à intervalles réguliers78. Dans les angles saillants, les boutisses sont fréquemment doublées : par exemple à Ma‘în, dans les tours orientales79 à Shabwa en divers points de l’enceinte80 et à Sirwâh81.

  • 82 Breton 1994 : 31 et pl. 31b.

79Des édifices, comme le temple intra-muros de Ma‘în comportent aussi des fausses boutisses d’angle. Il existe aussi des assises horizontales de fausses boutisses plus franchement ornementales, au sommet de certaines tours comme à al Baydâ’, le seul endroit où elles sont bien conservées en place82.

4.3.2. Les murs à double rangs de pierre de taille, mais de qualités différentes

  • 83 Breton 1994 : 49, fig. 8.

80Ils sont assez répandus dans l’architecture sudarabique ancienne (remparts de Kamna et de Mâ’rib, etc.) La variété de pierre la plus facile à obtenir – souvent la moins présentable – n’est taillée que sommairement et placée côté intérieur du mur. Le mur à double rang de blocs de la même catégorie de pierre existe aussi, par exemple dans les remparts de Ma‘în83. Comme dans les murs à un seul rang de pierres, ce sont des séries régulières et verticales de boutisses qui garantissent leur cohésion.

Notes

1 Breton 2011.

2 Breton 2011.

3 Bessac 2011 : 72-73.

4 Noël 1936 : 136.

5 Darles 1992 : 108-109.

6 Darles 1998a : 11-16.

7 Bessac 1998a : 192-195 et 1998b : 257-258.

8 Bessac 1998a : 193 ; 1998b : 257-258.

9 Wright 1987 : 92-94, fig. 21-23.

10 Besssac 1998a : 194.

11 Breton 1984 : 49, fig. 8.

12 Bessac 1998a : 195-197, fig. 32-33.

13 Wright 1987 : 90-91, fig. 18-19.

14 Bessac 2009 : 52-53.

15 Breton 1994 :108.

16 Bessac 1998a : 194.

17 Schnelle 2007.

18 Albright 1958 : 218.

19 Bessac 1998a : 184.

20 Bessac 1998a : 186. Ginouves & Martin appellent ce type de taille « parement strié à la pointe » (1985 : 131).

21 Bessac 1998a : 186.

22 Bessac 1998a : 188.

23 Bessac 1998a : 189.

24 Ginouves & Martin 1985 : 130.

25 Bessac 2009 : 37.

26 Seigne 1992 : 119.

27 Bessac 1998b : 254.

28 Une seule marque a été relevée à Axoum dans la tombe dite « Mausoleum ». Voir Phillipson 2000 : 177, fig. 152. D’autres marques figurent dans le même ouvrage p. 256, fig. 228.

29 La présence de ces doubles boutisses pourrait correspondre à l’encastrement des poutres de la toiture de la salle hypostyle.

30 Ces bouchons trapézoïdaux, en élévation comme en plan, agissent en fait comme des clefs dans les murs.

31 Darles 1992 : 110.

32 Breton 1998 : 27-38.

33 Niveau zéro de la fouille en 1977. Breton, 1998a, p. 27-28.

34 De Maigret 2003.

35 Breton, Darles, Robin & Swauger 1997 : 42-50.

36 Du côté sud du couloir central, les caissons larges de 0,97 m, 0,88 m, 0,90 m, 1,20 m et 0,80 m sont séparés respectivement de 1,15 m, 0,95 m, 1 m : c’est dire la densité du maillage des murs de fondation.

37 De Maigret-Robin 2006

38 Hamilton 1942 : 121-122. Voir Breton 1998c : 39-48.

39 Anfray considérait ces caissons comme des pièces et non des caissons de fondation d’un édifice.

40 Anfray 1963 : 95-96. Il est difficile de savoir. si l’utilisation de ce caisson comme « cachot » est contemporain de la construction.

41 Schmidt & Curtis 2007 : 122-123.

42 Anfray 1965 : pl. XXV.

43 Anfray 1965 : pl. XLI.

44 Anfray 1990 : 102.

45 Breton, Darles, Robin & Swauger 1997 : 45. Certaines pièces, probablement du côté ouest, étaient ainsi divisées par une série de piliers de bois.

46 Communication personnelle d’Iris Gerlach et Mike Schnelle.

47 Schmidt 1997/1998 : fig. 21-25.

48 Van Beck 1958 : 291-294.

49 Breton, Darles, Robin é Swauger, 1997 : 53-54.

50 De Maigret & Robin 1993 :440-442. La terminologie utilisée ici est celle de l’article.

51 Breton Darles, Robin & Swauger 1997 :45-48.

52 Breton Darles, Robin & Swauger 1997 : 48-49 et fig. 14-15.

53 Breton 1998a : 63.

54 Anfray 1997.

55 Röring 2005 : 153-155.

56 Roring 2005 : 158.

57 Anfray 1997.

58 Anfray 1997 : 9-10. À la lumière des fouilles récentes, ces fondations montrent plusieurs états(communication orale de M. Schnelle).

59 De Maigret & Robin 1998 : 764-767. Les numéros de structures correspondent à la figure 22.

60 Sedov 2005.

61 Radt 1973 : taf. 10.

62 Le Musée national de Sanaa en renferme quelques exemplaires, voir Radt 1973 : taf. 9, n° 24c et d et taf. 41).

63 Breton & Arramond 1998 : 140, 178 fig. 17. D’autres références à des stèles figurent dans cet ouvrage.

64 Breton 2011 : 12, 13 (maquette du temple), pl. 17 et 19.

65 Breton 2011 : 12-19 et pl. 68, 80 et 81.

66 De Contenson 2005 : 38.

67 Les stèles extérieures du temple d’as-Sawdâ’ mesurent 2,26 m de haut (stèle n° 82), 1,76 m (n° 167), 1,56 m (n° 168) et 1,39 m (n° 169). Voir Breton 2011 : 33.

68 Sedov 2005 : 106.

69 Breton, Robin & Ryckmans 1981.

70 Breton & Robin 1982 : 622, fig. 15 et 624-625.

71 Schmidt 1982 : 73-77 et pl. 31-32.

72 Breton 2011 : 16 et fig. 29-30.

73 Sedov 2005 : 106.

74 Albright 1982 : pl. 7.

75 Breton 2009b : 112-113.

76 Breton 1994 : 68-69 et fig. 27.

77 Darles 1998a : 11-16.

78 Bessac 1998a : 192-195 et 1998b : 257-258.

79 Bessac 1998a : 219, fig. 28.

80 Bessac 1998b : 271 et 281.

81 Breton 1994 : pl. 12, fig. a.

82 Breton 1994 : 31 et pl. 31b.

83 Breton 1994 : 49, fig. 8.

© Centre français des études éthiopiennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540