Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bâtisseurs sur les deux rives de la mer Rouge

 | 
Jean-François Breton

Chapitre 3. Les matériaux de construction du VIIIe siècle avant notre ère au debut de notre ère

Texte intégral

3.1. La pierre (Jean-Claude Bessac)

  • 1 Bessac 2009 : 42.

1La construction sudarabique se caractérise par l’emploi des roches dures1. L’essentiel des productions monumentales de cette période se trouve au pied des hautes montagnes à l’est du Yémen, à son contact avec le désert de Ramlat as-Sab‘atayn. Les constructeurs sudarabiques se sont limités à l’emploi de pierres des environs immédiats de leurs villes. À l’exception de certaines roches ornementales tels que l’albâtre gypseux et la calcédoine (silice), le rayon de leur aire d’approvisionnement en pierre de taille ne dépasse que rarement une quinzaine de kilomètres. C’est pourquoi, chaque site a adapté ses techniques et ses choix de construction à ses particularités géologiques locales. Par exemple, la région du Jawf, qui comprend les villes de Barâqish, Ma‘în, Kamna, al Baydâ’ et as-Sawdâ’, possède uniquement des roches sédimentaires. Leurs possibilités dimensionnelles et leur résistance sont très diversifiées parce qu’elles comprennent aussi bien des calcaires fermes à grains moyens que des variétés très dures et cassantes à grains fins ([lierres dites froides), auxquelles il faut ajouter des qualités intermédiaires dures, gréseuses ou légèrement coquillières, mais jamais tendres.

2D’une ville à l’autre de cette petite région du Jawf apparaissent déjà des choix liés aux possibilités d’accès à ces diverses roches. À Mâ’rib, outre des calcaires durs et froids, les parements intérieurs des murs sont souvent constitués d’un conglomérat volcanique cendreux très tendre qui prend ici la place occupée ailleurs par les briques crues. Toujours plus au sud, les constructeurs de la ville de Tamna‘, située en zone granitique, ont utilisé essentiellement cette roche très résistante, sauf pour les dalles de pavement et pour quelques constructions exceptionnelles, la pierre de ces dernières provenant des affleurements de calcaire dur les plus proches.

3À Shabwa, des grès locaux durs sont employés en fondation mais des calcaires durs, froids et très résistants – exploités à quelques kilomètres du site – prédominent dans les murs. Un calcaire ferme est représenté en quantité modérée sous la forme de placages et dans la sculpture des gargouilles du palais. Aucune roche tendre de construction n’est disponible dans cette contrée à l’exception des environs immédiats de Mâ’rib. On peut donc considérer que les pierres dures prévalent nettement dans l’ensemble des monuments sudarabiques.

4Dans le Jawf et, dans une moindre mesure, à Mâ’rib et à Tamna‘, la pierre de taille est généralement assemblée à joints sec, donc sans mortier. Mais à Mâ’rib, des constructions comme les tombes de la nécropole d’Awâm sont liées au plâtre ; il en est de même pour certains aménagements mineurs et tardifs de la porte ouest des remparts de Ma‘în. À l’inverse, presque tous les édifices de Shabwa ont fait appel au mortier de chaux, tandis qu’à Mâ’rib ce liant a été plutôt réservé à certains ouvrages hydrauliques. Dans l’état d’avancement actuel de la recherche, il serait imprudent d’utiliser la présence ou l’absence de ces liants comme indice chronologique. En effet, il semblerait que le choix du plâtre à Mâ’rib ait été principalement dicté par des facilités d’accès aux gisements de gypse. Le calcaire est nettement plus commun que le gypse dans l’ensemble de la région mais le plâtre reste le liant le plus économique parce que sa fabrication nécessite beaucoup moins de combustible que celle de la chaux.

3.1.1. Le calcaire

  • 2 Ces catégories sont présentées par Bessac 1998a : 174-176.

5Les pierres sont présentées ici d’un point de vue technique et non géologique. Principalement dans les régions du Jawf et de Mâ’rib, cinq types de calcaire sont majoritairement présents2 :

3.1.1.1. Le calcaire lumachellique3

  • 3 Bessac 1998a : 174.
  • 4 Bessac 1998a : 174.

6Il se présente sous la forme d’une roche très dense, les coquilles qui lui donnent son caractère de lumachelle sont très fragmentées et noyées dans un ciment calcaire très fin, compact et dense, donc pratiquement dépourvu de vides4. Le ciment calcaire beige donne la couleur dominante au matériau. Cette roche appartient aux catégories froides et dures. Ce type de calcaire est utilisé pour les grands monolithes dont la section et la longueur témoignent de la puissance et de la régularité des bancs de carrière (pierres de plus de 3 m de long pour une section carrée ou rectangulaire de 40 cm à 60 cm). Il s’agit là de la catégorie de pierre la plus fréquente dans le Jawf notamment dans les temples les plus anciens.

3.1.1.2. Le calcaire gréseux

  • 5 L’Association française de normalisation (AFNOR) établit des normes pour la construction. Voir défi (...)

7C’est un calcaire gréseux à grains très fins comportant quelques fossiles dispersés dans la masse. Sa dureté peut être évaluée à 9/10 dans l’échelle AFNOR5, le rangeant ainsi dans la catégorie des pierres dures, dont la présence et l’usage sont notamment attestés à Ma‘în.

3.1.1.3. Le calcaire oolithique ferme

8C’est une roche beige ou blanche, parfois rosée, composée d’oolithes calcaire de tailles diverses mêlées à des débris fossiles, parfois assez gros, pouvant atteindre 6 centimètres de long. Le ciment calcaire liant les diverses composantes de cette roche n’est pas très résistant, ce qui ne donne qu’une dureté moyenne : n° 6/7 de la norme AFNOR. Dans le Jawf, la variété de couleur beige est plus répandue que la variété blanche.

3.1.1.4. Le calcaire oolithique dur

9Contrairement à la pierre calcaire précédente, celle-ci est pratiquement dépourvue de fossiles visibles à l’œil nu. De plus ses oolithes sont fondus dans le ciment qui les lie. Sa dureté peut être estimée à 7/10 de la norme AFNOR. En carrière, l’épaisseur des bancs disponibles varie entre 20 et 40 centimètres, et les pierres variant quant à elles de 20 à 50 centimètres de long. Ce calcaire est largement utilisé dans le mur extérieur du temple d’Athtar d’as-Sawdâ’, dans les remparts de Ma‘în ou de Mâ’rib, tout comme dans la nécropole de ce dernier (VIIe-VIe siècles avant notre ère).

10Il est difficile de savoir quels termes utilisaient les maçons sudarabiques pour nommer ces types de calcaires. Considérant la fréquence du terme « blq » à Ma‘în et à Rarâqish, il est probable qu’il désignait bien ce calcaire oolithique dur.

3.1.1.5. Le calcaire oolithe froid

11Cette roche ressemble beaucoup à la précédente, si ce n’est que les oolithes ne se distinguent plus du ciment calcaire. Il n’apparaît donc plus qu’une pâte homogène très fine et cassante qui donne, comme le silex, un profil conchoïdal aux éclats, lors de sa taille. Estimée à 12/13 de la norme AFNOR, cette pierre est la plus dure du Jawf. Ce cinquième type de calcaire se trouve essentiellement sur le site de Kamna, où il sert de doublage à la muraille. À Shabwa, cette catégorie de pierre de taille prédomine très nettement. Issue surtout du Tertiaire et constituée de calcaires à grain très fin et à cassures souvent conchoïdales, elle apparaît dans la plupart des édifices quelle que soit leur époque de construction. Ces calcaires contiennent parfois quelques gros fossiles, leur dureté est assez forte et leur indice de difficulté de taille peut être estimé entre les nos 9/12 de la norme AFNOR. La singularité de ces calcaires réside principalement dans leur structure lithostratigraphique. Certains sont homogènes et peuvent être utilisés en blocs de grand appareil, car les bancs dont ils proviennent sont suffisamment épais, d’autres, naturellement fragmentés en tous sens, ne conviennent que pour du petit appareil.

12Même si les carriers antiques savaient qu’ils disposaient de pierres de qualités variables, ils ont parfois fourni des blocs apparemment sains mais qui se sont révélés ensuite très fissurés. Dans cette évolution de la dégradation interne, la structure de la roche joue un rôle primordial et c’est habituellement sous la forme de très gros nodules qu’elle se fissure. Comme pour la couleur, l’apparition des microfissures est irrégulière et peut se limiter seulement à une partie d’un bloc.

  • 6 Noel 1965 : 245.

13Il en est tout autrement des petites cavités d’origine karstique que les professionnels de la pierre nomment moyes ou moies6. Certains blocs de calcaire dur en contiennent plusieurs et leur taille varie entre d’environ 1 centimètres cubes à 1 décimètre cube. Quasiment écartés des édifices prestigieux – comme le palais royal de Shabwa –, ces défauts sont bien tolérés sur le grand appareil, en particulier sur celui du rempart intérieur. D’une manière générale, les pierres de taille utilisées pour la construction étaient d’assez bonne qualité, à condition d’effectuer des tris sélectifs en fonction de la valeur des bâtiments auxquels on les destinait. Néanmoins, ces types de calcaires restent très difficiles à sculpter en ronde-bosse, voire en haut-relief. Leur gravure s’avère aussi très délicate, ce qui pourrait expliquer en partie la grande rareté des inscriptions à Shabwa.

3.1.2. Les calcaires fermes7

  • 7 Bessac 1998b : 246.

14Beaucoup plus rares que les précédents, ces calcaires sont utilisés surtout dans les phases tardives du site. Ils sont employés en particulier sous la forme de dalles épaisses de 5 à 10 centimètres, servant de décor dans les murs supérieurs des maisons. Ce sont des calcaires coquilliers à grains fins et serrés, comportant de très petites vacuoles souvent inférieures à 1 millimètre cube. Sous le choc d’un outil, ils rendent un son très clair attestant ainsi leur excellente homogénéité et leur absence de microfissure. Alors que leur couleur naturelle oscille d’ivoire à beige clair, ils prennent une patine jaunâtre plus foncée après quelques années d’exposition à l’air libre. Leur indice de difficulté de taille AFNOR peut être évalué entre 6 et 9 ; par conséquent, certains sous-faciès sont assez proches des pierres dures.

15Leur provenance exacte demeure inconnue. Cependant l’une des carrières examinées à 17 kilomètres au nord de Shabwa fournit une pierre de nature géologique et technique très proche de ces matériaux.

16On peut donc supposer qu’il s’en trouve d’autres sous faciès à proximité de ce point. Les faces postérieures des plaques décoratives taillées dans ce matériau montrent l’aspect moutonné spécifique des joints de stratification et non celui des fractures artificielles. Cela permet de savoir qu’elles se présentent en carrière surtout selon des bancs peu épais, assez faciles à extraire. Toutefois, l’exemplaire de bloc épais situé sur la porte sud du rempart de Shabwa montre qu’il était aussi possible d’obtenir, si nécessaire, des éléments plus importants.

17Le façonnage de ces pierres fermes est beaucoup plus aisé que celui du calcaire précédent. Elles sont taillées directement au ciseau ordinaire avec seulement un minimum d’ébauche au ciseau à bout rond étroit. Leur moindre dureté facilite aussi des finitions en adouci au grès, avant de réaliser des tailles ornementales par piquetage. La sculpture de motifs, même assez fragiles, comme les gargouilles représentant des têtes de bœufs ou bien des chapiteaux, a souvent été réalisée dans ce matériau.

3.1.2.1. Le grès8

  • 8 Bessac 1998b : 247.

18Cette roche est présente à Shabwa même où elle constitue l’éperon oriental. En cet endroit, les couches de roches sédimentaires ont été relevées, pratiquement à la verticale, à la suite de mouvements géologiques. Cette poussée a fractionné les bancs de grès de 30 à 60 centimètres d’épaisseur en blocs moyens, d’un volume variant d’un huitième à un quart de mètre cube, très commodes à récupérer. Ils ont été généralement employés tels quels, souvent en fondation des bâtiments. Sa couleur interne gris clair, nuancé de rose, ne correspond souvent pas à son aspect extérieur. En surface, les migrations d’oxyde de fer concentrent ce minéral et lui donnent souvent une teinte brune caractéristique que l’on retrouve dans les constructions de la ville. Son indice de taille correspond approximativement au n° 7 ou H de la norme AFNOR, une zone médiane dans la catégorie des roches dures.

19Ce grès présente toutefois un défaut majeur, il est très sensible aux remontées salines qui se cristallisent à sa surface et détruisent rapidement son épiderme. En outre, comme tous les grès, malgré ses facilités de taille, il reste une pierre excessivement abrasive qui use très vite l’outillage. Cette usure concerne surtout les tranchants et les pointes aciérées qui s’échauffent et se détrempent perdant ainsi rapidement leur efficacité. Afin de diminuer quelque peu les effets d’échauffement du fer et de réduire la production de poussière nocive, les tailleurs de pierre doivent mouiller très fréquemment leur surface de travail. Ce défaut majeur, ajouté à l’usure intensive de l’outillage métallique (le fer s’avère assez rare dans la ville), pourrait dès lors expliquer la quasi-absence d’une taille fine du grès dans cette région. Cette hypothèse semble néanmoins toute relative puisque la région du Jawf, qui connaît des conditions similaires, emploie assez fréquemment le grès comme pierre de taille, notamment, sous la forme de grands monolithes.

3.1.3. Les pierres ornementales

20Cette catégorie de pierres comprend toutes les roches utilisées essentiellement pour leur couleur dans le décor architectural et parfois pour confectionner certains objets en pierre. C’est surtout sous cet aspect-là qu’elles seront présentées ici, plutôt que sous un angle minéralogique. L’aspect technico-économique étant le premier visé ici, l’ordre de présentation de ces roches ornementales s’aligne sur leur fréquence d’apparition sur le site de Shabwa.

3.1.3.1. La calcédoine9

  • 9 Bessac 1998b : 248.

21C’est la pierre ornementale la mieux représentée sur le site entre autres sous la forme d’onyx. Elle a servi surtout à tailler des plaques décoratives, souvent polies sur au moins une face et parfois moulurées, mais dont on ignore la fonction exacte. Du petit mobilier architectural, probablement cultuel, a souvent été confectionné dans ce matériau.

22La calcédoine est une roche siliceuse très dure pouvant recevoir un poli brillant. C’est une pierre souvent translucide comme l’albâtre avec lequel elle est très fréquemment confondue. La variété utilisée à Shabwa présente une couleur de base blanc bleuté avec des veines rouges plus ou moins foncées. Quelques exemplaires comportent des veines vertes, beaucoup de petits éclats de taille découverts dans les quartiers artisanaux de la cité permettent d’affirmer que la plus grande partie de cette roche était importée à l’état brut sur le site. Les carrières de calcédoine étant inconnues dans la région de Shabwa, ces matériaux provenaient d’assez loin au contact de la zone volcanique du Yémen. L’équarrissement des blocs de calcédoine et l’ébauche des plaques exigent un outillage de qualité très résistant, à base de fer bien aciéré et convenablement trempé. Le polissage de cette roche peut se pratiquer avec des grès de plus en plus fins, utilisés avec de l’eau. Si une finition avec de la poudre abrasive d’émeri peut s’avérer très efficace, la silice finement broyée peut également convenir, bien que nécessitant un travail beaucoup plus long.

3.1.3.2. L’albâtre gypseux10

  • 10 Bessac 1998b : 248.

23Quelques gargouilles sculptées provenant du château royal sont taillées en albâtre gypseux blanc laiteux translucide, légèrement veiné de gris clair. Ce matériau à la fois tendre et homogène peut se tailler avec des outils non aciérés. Les gargouilles en albâtre se terminent par des têtes de bœuf d’environ 5 centimètres de diamètre ; la facilité de la taille de cette roche a permis aux sculpteurs de les représenter avec des cornes. Il existe de l’albâtre gypseux, notamment dans la région de Sanaa et de Mâ’rib, mais il semble inconnu dans les abords de Shabwa. L’albâtre calcaire, communément appelé «  albâtre égyptien », est absent du matériel archéologique local.

24Ce rapide survol des roches ornementales présentes à Shabwa permet de déduire qu’elles étaient suffisamment prisées sur le site pour les importer brutes, probablement d’assez loin pour certaines. Mais, étant donné que la plupart ont été utilisées en plaques, on peut penser que le poids des plus gros blocs bruts importés ne dépassait guère un quintal, afin qu’ils puissent être acheminés par chameaux. Le travail sur place de ces roches souvent très dures suggère aussi l’existence à Shabwa d’un artisanat spécialisé de bon niveau.

3.1.4. Pierres diverses

3.1.4.1. Granit11

  • 11 Bessac 1998b : 248. Sous ce terme sont regroupées diverses roches granitiques parmi lesquelles figu (...)
  • 12 Coque-Delhuille 1998 : 5-8.

25Dans le Yémen central, la région de BayhânMarkha correspond dans sa totalité au socle précambrien12. C’est un ensemble métamorphiquecomplexe composé essentiellement de gneiss, de schistes (schistes à hornblende, etc.) et de quartzites, disposés en bandes étroites et recoupés par des granites alignés NNE-SSO selon les grandes orientations structurales. Ce sont tous ces granits intrusifs qui servent de matériaux de construction aux établissements antiques de l’ensemble de la région (Tamna‘, Hajar ibn Humayd) et à tous les petits établissements installés au débouché des wâdîs qui descendent du Jabal al-Nisiyîn.

  • 13 Aucune étude n’a été menée à Tamna‘ sur les tailles de pierre sur granit, pourtant le seul matériau (...)

26Si dans la région de Tamna‘, le granit est une roche de construction très commune car constitutive du susbtrat, il est absent à Shabwa et doit être importé d’assez loin. Il n’est utilisé qu’en très faible quantité, exclusivement en raison de son caractère ornemental. Aucun élément identifiable taillé dans ce matériau n’a été découvert, et c’est uniquement à partir de quelques éclats, trouvés en surface sur le site, que sa présence est attestée. On ne peut rien dire de plus sur ces granits, si ce n’est que ce sont des roches très dures qui ont dû nécessiter l’emploi d’un outillage d’excellente qualité13.

3.1.4.2. Tuf volcanique

  • 14 Bessac & Breton 2002.
  • 15 Brunner 1989 : 28, fig. 1.

27Cette roche de couleur sombre et de dureté à peine supérieure à celle de la brique crue, exposée à l’extérieur, se décompose assez rapidement par un processus de décohésion de ses composants14. Elle provient probablement des coulées volcaniques proches de Mâ’rib15. Son extraction a pu être pratiquée à ciel ouvert à l’aide d’un outil de terrassement ordinaire en creusant des tranchées périmétrales autour des blocs. Une extraction souterraine est également envisageable dans cette catégorie de roche très tendre car elle se présente en masse suffisamment homogène pour pouvoir creuser des galeries à l’intérieur. Cependant, la forte détérioration des faces de ces pierres, peu résistantes une fois mises en œuvre, n’a pas permis de conserver la moindre trace d’outil qui pourrait nous informer au sujet des techniques adoptées.

3.1.4.3. Ardoise

  • 16 Breton & Warburton 1998.

28La principale caractéristique de cette pierre schisteuse est son clivage résultant d’une intense pression latérale. Sa couleur est liée à la présence de fer et de substances carbonatées, aux variations vertes, grises ou brunes. Débitées en fines lamelles, les ardoises servent de couverture, ordonnées en lignes parallèles, légèrement en oblique, et disposées au-dessus des ouvertures (portes ou fenêtres). De nombreuses ardoises ont été mises au jour dans le palais de Shabwa, longues de 50 centimètres et épaisses de 4 centimètres. Ces ardoises sont aussi utilisées en dallage dans les maisons ou dans les escaliers16.

29Dans le Tigray, des ardoises sont utilisées de façon similaire pour protéger des ouvertures ; elles sont alors disposées en lignes horizontales, fichées dans la maçonnerie ou dans le rocher.

3.1.4.4. Galets

30Les galets des rivières, constitués de minéraux divers très résistants, sont parfois utilisés dans la construction comme fondations des murailles ou des soubassements. Dans le palais de Shabwa, le massif de soutènement de l’escalier principal est fait d’un massif de galets, long de 10,50 mètres (est-ouest), large de 4,25 mètres et haut de 6 mètres environ, disposés en bancs épais (de 40 à 50 cm) séparés par de fines couches d’éclats de taille.

3.1.5. Plâtre et gypse

  • 17 Bessac & Breton 2002.
  • 18 Le poinçonnement consiste en une concentration des charges supérieures d’une construction sur un ou (...)
  • 19 Breton 1994 : 25, 107-108.

31À part le limon, seul le plâtre est utilisé comme liant de base dans les tombes de Mâ’rib, sans que ce procédé soit, semble-t-il, systématique17. Il apparaît sous deux formes, la première, très affinée et blanche, donne un coulis de plâtre fin utilisé pour lier et stabiliser les pierres de parement, au niveau du contact de leur lit d’attente et de leur lit de pose, évitant ainsi les effets de poinçonnement18. Ce coulis se trouve notamment dans les murs des tombes 9 du secteur B et dans la tombe 1 du secteur A. La seconde catégorie de plâtre est granuleuse, elle a donc été probablement moins tamisée à la sortie du four à gypse. Son usage a été identifié très ponctuellement, en particulier sur la façade de la tombe n° 1 du secteur A pour réparer de petits éclats dans les joints des pierres utilisées pour le bouchage des portes. C’est le même type de mortier de plâtre que l’on trouve à Ma‘în dans les aménagements les plus récents de la porte ouest, datant du IIIe ou IIe siècle avant notre ère19, voire peut-être un peu avant.

  • 20 Bessac 1999 a : 198.
  • 21 Wright 1987 : 79-96.

32Le gypse nécessaire à la fabrication du plâtre est présent en différents points du plateau yéménite, notamment près de Sanaa, sur la route de Mâ’rib. Jusqu’à présent, son usage antique sous la forme de mortier de plâtre n’est attesté qu’assez tardivement dans la région et uniquement à Ma‘în20. À Shabwa, tous les mortiers sont à base de chaux. Dans l’état actuel de la recherche, il faut donc considérer l’emploi du plâtre dans les tombes de Mâ’rib comme le plus ancien témoignage de cet usage en Arabie du Sud. Pour mémoire, notons aussi un usage, très vraisemblablement antérieur à notre ère de deux ou trois siècles, de mortiers de chaux dans les ouvrages hydrauliques de Mâ’rib, notamment dans les grandes écluses nord et sud21.

3.2. Les carrières de Shabwa22

  • 22 La présentation des carrières d’Axoum a été regroupée avec l’étude de la pierre (chapitre 8).

33Dans le Yémen antique, seules les carrières de Shabwa ont fait l’objet d’une étude très détaillée. Bien que de nombreuses observations aient été faites à Mâ’rib et Sirwâh, elles n’ont à ce jour fait l’objet d’aucune synthèse.

34Parmi les diverses pierres de taille et d’ornementation ont été utilisées à Shabwa, la plupart sont d’origine locale et ont été extraites dans un rayon inférieur à 20 kilomètres autour du site. Dans la région de Shabwa, la taille de pierre de haute époque n’est pas représentée et le développement monumental de ce matériau est un peu influencé par l’emploi de la chaux et par les progrès de l’outillage en fer.

3.2.1. Le grès d’al-’Aqab

  • 23 Gentelle 1992 : 6-10.

35Limitant le côté oriental de la ville, l’éperon de roches sédimentaires d’al-’Aqab soulevé par l’extrusion sous-jacente du dôme de sel gemme23, comporte des bancs de grès durs, épais de 30 à 60 centimètres environ, redressés à la verticale et fragmentés en blocs d’un volume variant de 1/8e à 1/4 de mètre cube par les poussées tectoniques. Cette roche de construction est donc la plus proche de la ville mais aussi la plus facile à extraire, la nature ayant déjà réalisée le travail de débitage des bancs.

3.2.2. Les carrières de calcaire dur à l’ouest de Shabwa24 (fig. 3.1)

  • 24 Bessac 1998b : 232.

36Le calcaire massif affleurant à ce niveau est impropre à la taille, l’exploitation n’a concerné que les pans de roche contenus dans l’éboulis au pied de la falaise. C’est donc un calcaire beige, très dur, provenant de plus haut, entre 100 et 200 mètres au-dessus, sur les bords du plateau du Khushm Ghalîh, qui a été exploité à Shi’b al-Layl. Ces pans de roche, sont naturellement détachés et ne résultent pas d’une extraction initiale dans le calcaire massif au sommet du plateau. Dans ces conditions, étant donné que les rochers sont déjà isolés, on doit parler de débitage primaire de gros blocs naturels plutôt que d’une extraction en règle. Vu la proximité de la ville, par rapport à cette exploitation, les meilleurs blocs disponibles ont dû disparaître rapidement de ce lieu.

  • 25 Bessac 1998b : 232.

37Les traces visibles sur ces blocs forment 3 lignes parallèles de points de percussions sur leur face supérieure25. Les impacts sont inégaux et peu nets, et font penser à l’action de pointes très émoussées d’outils assez lourds, très probablement à percussion lancée. Leurs caractères rendent l’usage d’outils de fer assez improbable, en revanche l’emploi de gros percuteurs de pierre dure laisse des traces similaires. Le principe de fracture est fondé sur un affaiblissement progressif de la pierre, selon un plan perpendiculaire à la surface percutée. Les carriers traditionnels disent d’une telle action qu’elle «  étonne » la pierre.

38C’est essentiellement la bordure du plateau qui a été concernée par ces activités extractives et de transformation du calcaire en chaux. A quelques exceptions près, concernant la pierre à chaux, les fronts de carrière se développent presque en continu le long de la ligne de rupture de pente sur une longueur de l’ordre de 2 à 3 kilomètres.

39Vue du sommet du plateau, l’extraction la plus évidente se trouve sur des sortes de petits dômes de calcaire de quelques mètres de haut et d’une vingtaine de mètres de diamètre, aux pentes recouvertes d’éboulis. Sur les flancs de ces monticules sont tracés des chemins secondaires qui rejoignent la voie principale du plateau. Au pied des dômes, des traces blanches transparaissent sous les éboulis et marquent les emplacements de cuisson de la chaux. Au sommet des plateaux, la roche est très fracturée et la fréquence des lithoclases est en moyenne décimétrique. Cet état de choses autorise, tout au plus, l’extraction de blocs d’environ 40 centimètres de long, 15 à 20 centimètres de large et 20 centimètres de haut. Le rendement en pierre de taille peut être estimé approximativement à 1 mètre cube pour 15 ou 20 mètres cubes de roche extraite. Ainsi, l’essentiel de la production est constituée de très petits blocs informes de 2 à 5 décimètres cubes de volume, destinés aux fours à chaux.

3.2.3. Les carrières de calcaire dur et de grès de Shi’b al-Sultan26

  • 26 Bessac 1998b : 233-234.

40Ces exploitations sont installées à proximité de la passe d’Aqayba, environ 3,5 kilomètres à l’est de Shabwa. Les extractions de calcaire sont localisées en bordure du méplat, à la rupture de pente, à une soixantaine de mètres au-dessus de la plaine alluviale. La largeur des chantiers est de 4 à 6 mètres, leur longueur additionnée est supérieure à une centaine de mètres et la hauteur des fronts est d’environ de 2 à 3 mètres. La roche se présente en strates secondaires séparées en hauteur par des joints de stratification irrégulièrement espacés, souvent de plus de 70 centimètres.

41Horizontalement, les joints de stratification délimitent la hauteur du bloc et verticalement, les lithoclases sont utilisées au maximum. Toutefois, en plusieurs endroits, il a fallu fracturer les bancs entre deux fissures trop espacées. Là aussi, la méthode du martelage linéaire dans une petite rainure profonde d’un à deux centimètres a été utilisée et les traces produites sont identiques à celles déjà décrites. Plusieurs blocs de grand appareil, d’environ un mètre cube, abandonnés sur place, illustrent bien ces pratiques. Une fois le bloc fracturé à l’emplacement voulu, une pince de carrier est introduite dans la fissure horizontale pour le soulever peu à peu, en faisant levier et en le calant au fur et à mesure avec des petites pierres. Ensuite, d’autres cales sont introduites au-dessous l’axe longitudinal du bloc, d’ici que ce dernier soit en équilibre et assez haut pour pouvoir être facilement basculé. De cette manière, par rotation successive, il est amené au bord de la pente et peut être précipité en bas jusqu’au niveau de la plaine. Mais les blocs subissent souvent une nouvelle division qui les amène à des poids plus réduits, inférieurs à une tonne.

3.2.4. Carrières de granit27

  • 27 Bessac 2009 : 46.
  • 28 Les vestiges d’emboîtures sont peu profonds - 2 à 3 cm - et n’auraient pu recevoir des coins de boi (...)

42Aucune grande carrière de granit n’a été identifiée, seules quelques traces d’emboîtures de coins antiques, mais non datées précisément, ont été repérées dans le wâdî Markha au nord-ouest du site de Hajar Yahirr. Il s’agit d’une extraction de tranches d’environ un mètre carré de surface et épaisses d’environ 30 centimètres. Les carriers ont profité de la présence d’une lithoclase subverticale, parallèle au front, dans une partie en surplomb de la roche, pour creuser par-dessous une série de six emboîtures. Des coins métalliques28 ont été forcés, du bas vers le haut, dans ces petites cavités pour écarter la fissure. La dalle s’est fracturée vers son sommet, au deux tiers de sa hauteur et verticalement de son côté gauche, le côté opposé étant naturellement limité par une fissure géologique. Le tiers supérieur de la tranche de roche a subi ensuite la même opération. On dispose donc ici d’un exemple d’extraction de roche granitique aux coins qui tire profit au maximum de ses faiblesses géologiques. En dehors de ce point d’exploitation, les observations sur l’extraction des granits se limitent aux blocs terminés (notamment à Tamna‘), mais ces derniers n’ont livrés aucune trace d’extraction et de débitage.

3.3. La terre crue

43En Arabie du Sud, aucune terre n’est particulièrement favorable à la fabrication de la brique crue ; inévitablement la terre à portée de l’édifice sert à la construction. La terre y est moulée en briques rectangulaires, mais aucun moule n’a été retrouvé. Faute de documents, il est difficile de proposer une évolution chronologique des types de briques pour l’ensemble du Yémen, tout au plus par site (à Mâ’rib voire à Shabwa).

3.4. Le bois

44Il faut nuancer l’affirmation selon laquelle l’Arabie heureuse était recouverte de forêts. Sans doute, celles-ci étaient plus denses sur les hauteurs du ‘Asîr et du Yémen, mais les piémonts orientaux où les précipitations n’excèdent pas 100 millimètres annuellement, devaient en être assez dépourvus.

  • 29 Olivier europeae est une espèce d’arbres ou d’arbustes de la famille des Oleaceae répandue à traver (...)

45De nos jours la déforestation a gagné toutes ces régions. Même sur les montagnes, la pratique des cultures en terrasses réduit le nombre des arbres à des bosquets plus ou moins clairsemés. Il ne reste plus que de rares exemples des genévriers (juniperus) et des oliviers (europeae)29 qui constituaient les étages forestiers au-dessus de 2 000 mètres d’altitude.

46Et pourtant les fouilles ont démontré l’utilisation intensive du bois dans la construction. En raison de la sécheresse, le bois est relativement bien conservé dans les édifices antiques des villes de Shabwa, Mâ’rib, Sirwâh et Tamna‘. Des centaines de poutres ont été découvertes dans les vestiges du palais de Shabwa : consumées à l’étouffée, elles ont conservé leurs tenons et mortaises, et pour certaines leur traces de peinture.

  • 30 Bein & Habteetalii, 1996 : 242-243.

47Mentionnons tout d’abord les espèces de piémonts du désert, au-dessous de 1 500 mètres d’altitude : le Zyzyphus ou Paliurus Spina Christi (en arabe : ‘ilb) attesté tant à Shabwa qu’à Tamna‘, l’acacia (et ses nombreuses variétés : tortilis, etbaica, gerrardii, tamarisk). Elles sont toutes présentes sur les basses terres d’Ethiopie et d’Erythrée aux altitudes similaires. Sur les escarpements, dominant de part et d’autre la mer Rouge, poussent des ficus (Vasta et Sycomorus) mais la variété dominante est le Cordia Abyssinica. Les genévriers (Juniperus Phoenica et le Juniperu Excelsa), poussent au-dessus de 2000 mètres d’altitude sur les sommets du ‘Asîr, du Khawlân as-Shams et du Hugariya. Le Juniperus Procera est bien attesté en Erythrée, des monts Soira au nord aux monts Hager au sud aux mêmes altitudes. Son tronc droit, haut de 40 mètres, et sa qualité en font un excellent bois de construction30.

3.5. Minerais et métaux

48Il est difficile de dresse un tableau des mines de l’Antiquité tant celles-ci n’ont pas encore fait l’objet d’une étude systématique et tant les quelques mines reconnues offrent peu d’éléments de datation.

  • 31 Benoit, Ferau & Micheaud, 2003.

49Au nord de Mâ’rib, des mines de plomb argentifère ont été reconnues dans les monts Jabalî, mais leur utilisation dans l’antiquité est encore incertaine31.

50Le cuivre était à l’origine d’un artisanat très développé à toutes les périodes en Arabie du Sud : statues, ornements architecturaux, plaques votives contenaient de 95 % à 97 % de cuivre. Sur les hauts-plateaux d’al-Baydâ’, des mines de cuivre se présentent sous la forme de longues tranchées, profondes de 5 à 6 mètres, éparpillées en fonction des filons. Quant à l’étain, indispensable pour les alliages, aucune mine n’a été reconnue à ce jour.

  • 32 Bessac 1998b : 235.

51Les mines de fer ne sont pas mieux connues. Autour de Shabwa, le Jabal Harash montre des traces d’exploitation minière. Là, le minerai se présentait sous trois formes : en dépôt de surface, en concrétions à la base des couches de grès, et en nodules isolées de 2 à 5 centimètres de diamètre ; c’est probablement cette dernière catégorie qui intéressait les métallurgistes32. Dans un rayon de 500 mètres, une dizaine de sites d’extraction de fer ont été reconnus, la plupart à ciel ouvert, mais quelques-uns en souterrain, sous forme de galeries, longues de 5 à 8 mètres. A l’entrée de l’une d’elles, des marques en caractères sudarabiques peuvent correspondre à des comptages de quantités (ou de paniers ?) Toutes ces mines devaient permettre une petite métallurgie du fer, orientée, semble-t-il, vers la production d’un outillage métallique.

52Dans le Tigray, l’exploitation de l’or par orpaillage dans les rivières semble remonter à l’antiquité ; elle est encore pratiquée de nos jours.

Notes

1 Bessac 2009 : 42.

2 Ces catégories sont présentées par Bessac 1998a : 174-176.

3 Bessac 1998a : 174.

4 Bessac 1998a : 174.

5 L’Association française de normalisation (AFNOR) établit des normes pour la construction. Voir définition dans le glossaire.

6 Noel 1965 : 245.

7 Bessac 1998b : 246.

8 Bessac 1998b : 247.

9 Bessac 1998b : 248.

10 Bessac 1998b : 248.

11 Bessac 1998b : 248. Sous ce terme sont regroupées diverses roches granitiques parmi lesquelles figurent aussi de véritables granites.

12 Coque-Delhuille 1998 : 5-8.

13 Aucune étude n’a été menée à Tamna‘ sur les tailles de pierre sur granit, pourtant le seul matériau de construction disponible.

14 Bessac & Breton 2002.

15 Brunner 1989 : 28, fig. 1.

16 Breton & Warburton 1998.

17 Bessac & Breton 2002.

18 Le poinçonnement consiste en une concentration des charges supérieures d’une construction sur un ou quelques points, parfois matérialisés dans la pierre de taille par des aspérités ou des proéminences résultant de défauts de façonnage.

19 Breton 1994 : 25, 107-108.

20 Bessac 1999 a : 198.

21 Wright 1987 : 79-96.

22 La présentation des carrières d’Axoum a été regroupée avec l’étude de la pierre (chapitre 8).

23 Gentelle 1992 : 6-10.

24 Bessac 1998b : 232.

25 Bessac 1998b : 232.

26 Bessac 1998b : 233-234.

27 Bessac 2009 : 46.

28 Les vestiges d’emboîtures sont peu profonds - 2 à 3 cm - et n’auraient pu recevoir des coins de bois, d’autant que ces derniers auraient été disposés la tête en bas dans une position où le surplomb de la roche interdisait la fixation d’une réserve d’eau. En contrepartie, on peut supposer l’interposition, entre la roche et le métal du coin, d’une fine cale de bois, dénommée paumelle par les carriers occidentaux et waraqâ par leurs confrères de Syrie du Nord (Bessac, Abdulmassih & Valat 1997 : p. 184-185) qui permettait de bien bloquer les coins, dès les premières percussions, et de mieux répartir leur poussée (Voir chapitre 7).

29 Olivier europeae est une espèce d’arbres ou d’arbustes de la famille des Oleaceae répandue à travers l’Afrique, l’Asie et l’Europe méditerranéenne et dont une variété a été domestiquée et cultivée pour devenir l’olivier.

30 Bein & Habteetalii, 1996 : 242-243.

31 Benoit, Ferau & Micheaud, 2003.

32 Bessac 1998b : 235.

© Centre français des études éthiopiennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable