Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bâtisseurs sur les deux rives de la mer Rouge

 | 
Jean-François Breton

Chapitre 2. La découverte de l’Arabie du Sud et de l’Éthiopie : similitudes et disparités

Texte intégral

2.1. Brève chronologie des recherches archéologiques

  • 1 Il s’agit des recherches archéologiques relatives aux périodes dites respectivement pré-axoumite et (...)
  • 2 Krencker 1913 : 165-166, à l’exception de Tokonda recouvert par des cultures.
  • 3 Krencker 1913 : 141-162.

1En Éthiopie, les premiers travaux archéologiques en Éthiopie septentrionale datent des années 1906-1907. Entrepris par la mission allemande dite « Deustche Aksum-Expedition », dirigée par Enno Littmann, ils bénéficient du concours de deux architectes Daniel Krencker et Theodor von Lüpke1. Avant de parvenir à Axoum, ils parcourent les sites antiques d’Adulis2, de Tokonda, de Qohaito, de Kaskase et de Matarâ, dont une partie des vestiges est encore visible3. À Axoum même, ils entreprennent de nombreux relevés de stèles, de trônes, de soubassements d’édifices visibles et d’éléments architecturaux et décoratifs, puis ils dégagent partiellement trois grands édifices, appelés « ‘Endâ Mikâ’el », « Ta’akha Maryâm » et « ‘Endâ Sem’on », mettant au jour une abondante collection de céramique. L’apport de cette mission reste d’autant plus considérable que l’accroissement récent de la ville d’Axoum a recouvert de nombreux bâtiments tandis que d’autres étaient profondément altérés. Les types de bâtiments, leur conception, leur réalisation architecturale, et les types de décor décrits forment le fondement, encore aujourd’hui, de notre connaissance de l’architecture axoumite, et il n’est point de publication qui n’y fassent encore référence.

2.1.1. L’ouverture tardive du Yémen à l’archéologie (fig. 2.1)

  • 4 Rathjens & Wissmann, 1932.

2Les recherches archéologiques ne commencent au Yémen que bien après la Première Guerre mondiale. Les premières furent le fait des deux savants allemands, Carl Rathjens et Hermann von Wissmann qui mirent au jour le petit sanctuaire d’al-Huqqa au nord-ouest de Sanaa en 1928 ; la formule architecturale4 de ce temple, datée du début de notre ère, héritait déjà d’une longue tradition (fig. 2.2).

  • 5 Caton-Thomson 1944.

3Tirant parti de la position dominante de la Grande-Bretagne à Aden, les Anglais interviennent dans le Sud de l’Arabie dès les années 1940. Une équipe féminine dirigée par Gertrude Caton-Thomson dégage en Hadhramawt le temple d’al-Huraydha qu’elle date des VIe-Ve siècles avant notre ère ainsi que sa nécropole et un bâtiment voisin, dénommé « Farmstead »5. Le travail mené par cette équipe est d’autant plus remarquable qu’il correspond à l’introduction des premières méthodes de fouille en Arabie du Sud. Enfin, les recherches entreprises par Gertrude Caton-Thomson aboutissent à la constitution du premier corpus de céramiques sudarabiques.

  • 6 Cleveland 1965.
  • 7 Van Beek 1969 et aussi Phillips 1955.
  • 8 Voir la collection « Fouilles de Shabwa », volumes I-IV et volume V sous presse.

4En 1950, une mission de l’American Foundation for the Study of Man entreprend les fouilles du village de Hajar Ibn Humayd, de la ville de Tamna‘, capitale de l’antique royaume de Qataban, et de sa nécropole voisine Hayd Ibn ’Aqîl6. L’année suivante, la mission se déplace à Mâ’rib où elle ne reste que peu de temps7. Il faudra attendre encore plus de vingt ans pour que les fouilles reprennent au Yémen. Ce n’est qu’en 1974 que l’ex-République démocratique et populaire du Yémen confie à une mission française, sous la direction de J. Pirenne puis de J.-F. Breton, le soin d’entreprendre des fouilles à Shabwa, l’antique capitale du royaume du Hadhramawt8. Cette mission française étendra peu à peu ses recherches dans le Hadhramawt, puis dans les wâdîs Markha, Dura’ et Bayhân. Au Yémen du Nord (alors République arabe du Yémen), des prospections épigraphiques et archéologiques, menée par Ch. Robin, s’étendent des environs de Sanaa au Nihm (hauts-plateaux au nord-est de Sanaa) puis à la vallée du Jawf (au nord-ouest de Mâr’ib).

2.1.2. Dans le Tigray

5Dans le Tigray (fig. 2.3) des fouilles de grande ampleur sont menées successivement à Axoum par Neville Chittick (1972-1974), puis R. Fattovich et K. Bard (1993-1995) et enfin D. W. Phillipson (1993-1996). D’autres fouilles sont ensuite ouvertes à Yeha par I. Gerlach (à compter de 2010), à Meqaber Ga’ewa (2008) par P. Wolf et U. Nowotnik. (à compter de 2008), à Wakarida par I. Gajda (2011) et à Seglamen, au sud d’Axoum par L. Sernicola (2012).

2.2. De Yeha aux bâtiments sabéens

  • 9 Anfray 1963 : 171-232.
  • 10 Fakhri 1951. Le volume de planches, Part III, Plates, contient un grand nombre de dichés de monumen (...)
  • 11 Tawfiq 1951.
  • 12 Il s’agit d’un temple intra-muros n° 1 (voir Breton 1998 : 61).

6En 1963, lorsque F. Anfray commence à travailler à Yeha9, il ne pouvait connaître les monuments de la vallée du Jawf, de Barâqish et de Ma‘în, hormis par quelques photographies et descriptions de A. Fakhrî10 et de M. Tawfîq11, dont l’étude aurait toutefois déjà pu permettre quelques comparaisons pertinentes. Il faut en effet attendre les années 1980 pour que le Jawf s’ouvre enfin aux recherches archéologiques et que les monuments de Ma‘în, de Barâqish et d’as-Sawdâ’ commencent à être relevés et pour certains fouillés. Rien n’est désormais plus évident : le temple de Yeha offre plus d’une comparaison avec les temples intra et extra-muros de Ma‘în12, de Sirwâh et de Mâ’rib, ainsi qu’avec le sanctuaire de Nakrah à Barâqish (fouillé entre 1980et 1982). Ces similitudes démontreraient – s’il ne fallait encore en douter – l’intervention de « tailleurs de pierre » ou de « maçons » sabéens dans le Tigray aux VIIIe-VIIe siècles avant notre ère.

2.2.1. Yeha (fig. 2.4 et 2.5), Barâqish (fig. 2.6 et 2.7) et Ma‘în (fig. 2.8)

  • 13 Breton 1998a : 63-64.

7De dimensions voisines (15,20 m sur 18,90 m à Yeha, 9,15 m sur 7,05 m à Ma‘în intra-muros et 20 m sur 14 m à Ma‘în extra-muros13, 12 m sur 11 m à Barâqish), tous ces sanctuaire sont encore visibles jusqu’à leur sommet (14 m à Yeha, 3,70 m à Ma‘în intra-muros et plus de 6 m à Barâqish).

8Deux temples ont conservé leur toiture de pierre (Barâqish, et Ma‘în intra-muros où la toiture est presque complète), celle de Yeha et de Ma‘în extra-muros ayant malheureusement disparu. Deux d’entre eux ont conservé leur propylône (l’entrée en bon état (Ma‘în extra-muros et Barâqish), contrairement au temple de Yeha et à celui intra-muros de Ma‘în, accessible par un couloir d’entrée latéral. C’est ainsi que ces propylônes, au moins ceux de Ma‘în, auraient pu servir de modèles pour des comparaisons. L’organisation intérieure de leur salle hypostyle se ressemble aussi : deux rangées de trois piliers chacune, espacés de 1,50 m à Ma‘în ; quatre rangées de trois piliers chacune dans le sens de la longueur à Yeha, quatre rangées de quatre piliers à Barâqish, deux rangées de sept piliers à Ma‘în extra-muros. Ces séries de piliers soutiennent des architraves de pierre à Ma‘în (intra-muros), dont la majorité est encore en place, et aussi à Yeha où elles ont entièrement disparu.

  • 14 Ces similitudes ne sont pas toujours admises, même dans les ouvrages les plus récents (Phillipson, (...)

9Hormis ces remarques succinctes, il existe entre tous ces édifices des similitudes de mise en oeuvre des blocs, de modules, d’appareillages, de décors, etc. qui tentent de démontrer la prégnance des modèles architecturaux sabéens14.

  • 15 Anfray 1997.

10En 1997, Anfray publie la fouille de Grat Beal Guebri/Yeha qu’il avait entreprise de 1971 à 197315. Il avait alors dégagé une partie d’un vaste édifice composé d’un escalier monumental menant à une plateforme soutenant un dispositif d’entrée. Celui-ci se compose de bases horizontales supportant à leur extrémité des restes de piliers monolithes (fig. 2.10). En outre, F. Anfray avait fouillé, en arrière, un certain nombre de caissons appartenant au soubassement de l’édifice. I1 existait déjà là des éléments suffisants tant pour une restitution architecturale que pour une datation (vers le VIIIe siècle avant notre ère).

2.2.2. Tamna’(Yémen)

  • 16 L’article de G. Van Beek 1952 est un premier rapport détaillé de la fouille du bâtiment dit TT1.
  • 17 Breton, Darles, Robin & Swauger 1997 : 58 et 66-67.

11Or, la mission de l’American Foundation for the Study of Man avait dégagé depuis longtemps (en 1950-1951) le grand monument, dit « Tamna‘ 3 Temple 1 » ou TT1, ou le « palais Harîb » dont les principaux éléments architecturaux ressemblaient fort à ceux de Yeha, offrant ainsi une clef majeure du synchronisme sud-arabe-éthiopien16 (fig. 2.9). En effet, ce grand édifice se compose d’un puissant soubassement aux caissons alignés auquel on accède par un escalier monumental menant à une plateforme supportant un dispositif d’entrée (ou propylône) constitué de bases horizontales surmontées de piliers monolithes. Il est dès lors fort probable cet imposant édifice ait été érigé vers le VIIIe siècle avant notre ère17.

  • 18 Phillips 1955 : 170 relatait l’évacuation de ces déblais carbonisés par un incendie. Certains sont (...)

12En outre, cette mission américaine avait aussi mis au jour les vestiges des ossatures de bois de l’étage (ou des étages). Calcinés par un violent incendie, les poutres des ossatures avaient toutefois laissé en creux leur empreinte entre les remplissages de brique crues. Or ces massifs de brique avaient été évacués dès les premiers jours de la fouille, en février 1951, sans tentative d’explication. I1 en fut de même pour tous les fragments de poutres dégagés à la surface du bâtiment A18. Il était toutefois vraisemblable que ces poutres enserrant un remplissage de brique appartenaient aux élévations. Un tel constat aurait permis de proposer quelques éléments de restitution à Tamna‘, et d’offrir ainsi aux bâtiments axoumites des solutions de restitution ; il n’en fut malheureusement rien dans les années cinquante. La simple comparaison entre les édifices aurait aussi permis, dès 1973, de souligner les similitudes entre les édifices de Yeha et de Tamna‘ en termes de datations (environ VIIIe siècle avant notre ère), de conception et de techniques de construction. Un temps considérable aurait ainsi été gagné dans la compréhension de l’architecture axoumite.

2.3. Bâtiments à piliers de pierre des hauts-plateaux du Yémen et du Tigray

  • 19 Krencker 1913 :154-162.
  • 20 Krencker 1913 : 101-102.
  • 21 Krencker 1913 : 101.

13La mission de D. Krencker avait relevé de très nombreux édifices constitués d’un haut soubassement à caissons internes, supportant des pièces soutenues par des piliers de pierre (et mm des poteaux de bois). Le site antique de Qohaito compte ainsi près de 8 édifices rectangulaires dont les salles du rez-de-chaussée comportent des rangées de piliers de pierre, de section carrée, aux pans coupés, surmontés de chapiteaux à bandes plates19 (fig. 2.11 et 2.12). Sur le site de Tokonda, à 4 kilomètres au sud d’Adi Kayeh, au moins trois édifices (« Ruine A, Il et C ») montrent des alignements de piliers de pierre (parfois disposés sur deux rangées) au-dessus de puissants soubassements à caissons de période axoumite. D. Krencker qui reconnut aussi d’autres bâtiments semblables à Adulis et à Axoum, pouvait ainsi dresser un tableau synthétique de ces types de piliers, de leur section20, et des détails de leur base ou de leur chapiteau. Il mit ainsi en valeur l’une des caractéristiques de l’architecture axoumite : l’utilisation généralisée de piliers de pierre à chapiteau à bandes plates non décorées, dans des bâtiments de taille variable. Mais il ne pouvait, faute de fouille, mettre en rapport l’utilisation des piliers de pierre avec celle des poteaux (de bois) ; il établit certes quelques comparaisons avec l’Arabie, en mentionnant notamment le site d’al’Ula21, mais ne put aller plus loin dans ses analyses.

  • 22 Rathjens 1953 : 93-95, 121-127.

14À cette époque, l’exploration de l’Arabie du Sud était encore balbutiante du point de vue archéologique. En 1927, puis régulièrement à partir de 1931, Carl Rathjens et Hermann von Wissmann explorent les environs de Sanaa, découvrant quelques bâtiments à piliers (à Sûq an-Nâm, à Silâ’ (fig. 2.13), etc.) et des piliers de pierre isolés avec leur chapiteau monolithe22.

15Ce synchronisme aurait aussi pu susciter une interrogation sur l’utilisation de la pierre pour des piliers, résultant ou non d’une déforestation devenue critique. À Axoum, celle-ci n’est guère attestée à cette époque – du moins à notre connaissance – et il faudrait admettre la mise en œuvre de techniques de construction différentes dans les villes plus au nord, dans les régions de Tokonda-Qohaito. Il en serait de même à Adulis sur la côte de la mer Rouge, où la faible densité forestière aurait dû limiter les possibilités de construire en bois.

2.4. Éléments architecturaux et décoratifs d’Arabie et du Tigray

16Dans les années 1950-1960, le nombre de pièces publiées ou mises au jour lors de fouilles s’accroît considérablement.

  • 23 Rathjens 1953.
  • 24 Yule 2007.

17Au Yémen, en 1951, A. Fakhry publie An Archaeological Journey to Yemen (March-May 1947) au Caire et M. Tawfîq Les monuments de Ma‘în (Yémen) (Études sud-arabiques : tome 1). En 1953, C. Rathjens publie les volumes de Sabaeica (volumes I, II et III)23, résultats de toutes les missions qu’il avait entreprises de 1931 à 1938, principalement autour de Sanaa. Si l’essentiel de ces résultats ne fut publié qu’avec des années de retard, ces données auraient déjà pu fournir quelques éléments de comparaison avec l’architecture axoumite puisque la plupart des édifices himyars des hauts plateaux sont au moins datés des Ier ou IIe siècles, sinon encore des siècles suivants24.

  • 25 Le Baron Bowen & albright 1958.
  • 26 Cleveland 1965.

18À partir de 1958, les archéologues de l’American Foundation for the Study of Man sortent successivement Archaeological Discoveries in South Arabia en 195825 et plus tard, en 1965, An Ancient South Arabian Necropolis, Objects from the Second campaign (1951) in the Timna’ cemetery26.

  • 27 De Contenson 2005 : VII (91-108), VII (109-142) et IX (143-158).

19A la même époque, la Section d’archéologie du gouvernement impérial éthiopien lance divers projets de fouille en Éthiopie, notamment dans la région d’Axoum. Trois campagnes de fouille se sont poursuivies de 1956 à 1959 à Axoum sur le « champ des stèles », et d’autres fouilles sont aussi entreprises dans les environs à Gobo Chela, Enda Tcherqos, Mezaber ou encore Haoulti-Melazo27, etc. dont les Annales d’Éthiopie rendent régulièrement compte. Le nombre de pièces archéologiques s’accroît alors considérablement, permettant ainsi d’esquisser les premiers contacts entre Arabie du Sud et Tigray.

  • 28 Krencker 1913 : 18, fig. 35.

20Les panneaux décoratifs à motifs encastrés avaient déjà retenu l’attention de D. Krencker qui n’avait pas manqué d’établir une comparaison avec une plaque du musée d’Istanbul en provenance du Yémen28. Dans les années 1960, des plaques similaires à motifs encastrés peu à peu découvertes dans les territoires axoumites, offraient ainsi plus d’une comparaison avec l’Arabie du Sud. Malheureusement aucune d’entre elles n’avait été retrouvée in situ. Il faudra attendre longtemps, au Yémen, pour retrouver quelques plaques in situ, dans le temple Rar’ân à Mâ’rib ou dans le palais royal de Shabwa, notamment utilisées en façade des murs d’échiffre.

  • 29 Rathjens 1953 : 66, 67, 68, 101.
  • 30 De Contenson 2005.
  • 31 Rathjcns 1953 : 71, 72.

21Les plaques ornées de rainures horizontales ou des motifs à rainures sont aussi très fréquentes en Arabie du Sud, à Mâ’rib, dans la vallée du Jawf, sur les hauts-plateaux du Yémen29), mais aussi dans le Tigray à Haoulti-Melazo (De Contenson30) et à Enda Cherqos (Leclant). Quant aux frises d’ibex, elles proviennent autant des hautes terres du Yémen31 que des villes situées en bordure du désert. En Éthiopie, on les trouve principalement à Yeha (fig. 2.14).

  • 32 Robin & De Maigret 1998 : 775, fig. 51.
  • 33 Krencker 1913 : 84, fig. 177.
  • 34 Breton 2011.
  • 35 Seigne 1992 047 et 152.
  • 36 Rathjcns 1953 : 68, 69, 103. Pseudo-boutisses ou denticules.
  • 37 Le Baron Bowen & Albright 1958 : 248 et suiv.
  • 38 Bibliographie abondante. Pour l’Arabie du Sud : voir notamment Brcton-Bataya, 1992 : 365-378 ; Hass (...)

22Des fragments de panneaux incisés de deux serpents entrelacés32 ont été découverts à Yeha uns en 191333, les autres en 1998. Ils évoquent les serpents enlacés des sanctuaires du Jawf, d’as-Sawdâ’ et de Ma‘în qui, eux, ne seront connus que beaucoup plus tard34. Il en est de même pour les gouttières à tête de taureau dont la localisation sur les toitures ne s’inspirait alors, faute de fouilles, que des maisons traditionnelles yéménites. Les premières gouttières in situ proviennent du bâtiment à portiques du palais de Shabwa35. Quant aux blocs aux motifs de pseudo-boutisses36, les premiers in situ couronnaient le sommet du mur d’enceinte du temple d’Awâm à Mâ’rib37 et 1 es mêmes motifs ornent de nombreuses plaques de calcaire ou d’albâtre. On note enfin la présence de brûle-parfums, de petite taille, généralement en terre cuite, provenant des environs d’Axoum et de Yeha, bien qu’elle soit moins généralisée que sur les sites sudarabiques38.

  • 39 De Yeha provient une seuletable à libation en albâtre importée d’Arabie du Sud.
  • 40 Wolf-Nowotnick 2010a et 2011 : 206.

23Dans ce tableau des pièces mises au jour ou publiées dans les années 1960, il conviendrait, de dresser une liste, non exhaustive, des objets ou éléments architecturaux qui semblent faire défaut dans la région d’Axoum. L’absence de têtes masculines ou féminines, d’albâtre ou de calcaire, parait étonnante sur les sites éthio-sabéens. À l’inverse, nécropoles et sanctuaires d’Arabie du Sud en fournissent un grand nombre dans les régions comprises entre le Wâdi Bayhân et le jawf ; la plupart d’entre elles ont été en usage entre le IIe siècle avant notre ère et le IIe siècle de notre ère. De même les piliers stèles en calcaire avec ou sans niche à visage ne sont guère connus dans le Tigray. On notera enfin, mais la liste peut être longue, la rareté des tables à libation en calcaire39 le plus souvent munies de gouttière en tête de taureau (hormis sur le site de Meqabar Ga’ewa)40 (fig. 2.15 et 2.16).

24En dépit des prospections et des fouilles, il ne fait aucun doute que nos connaissances sur la culture matérielle du Tigray sont encore bien lacunaires. Les stèles en calcaire, les statuettes en métal, le matériel funéraire, les ornements et bien d’autres éléments ont largement disparu. En outre, nos informations sur la culture matérielle de la période pré-axoumite reposent principalement sur deux sites (Yeha et Meqaber Ga’ewa) et celle de la période axoumite sur trois sites (Axoum, Haoulti et Matarâ). Le présent ouvrage tient compte, dans la mesure du possible, des autres sites en cours de fouille ou de publication.

Notes

1 Il s’agit des recherches archéologiques relatives aux périodes dites respectivement pré-axoumite et axoumite, les autres périodes ne constituant pas l’objet principal de cet ouvrage.

2 Krencker 1913 : 165-166, à l’exception de Tokonda recouvert par des cultures.

3 Krencker 1913 : 141-162.

4 Rathjens & Wissmann, 1932.

5 Caton-Thomson 1944.

6 Cleveland 1965.

7 Van Beek 1969 et aussi Phillips 1955.

8 Voir la collection « Fouilles de Shabwa », volumes I-IV et volume V sous presse.

9 Anfray 1963 : 171-232.

10 Fakhri 1951. Le volume de planches, Part III, Plates, contient un grand nombre de dichés de monuments.

11 Tawfiq 1951.

12 Il s’agit d’un temple intra-muros n° 1 (voir Breton 1998 : 61).

13 Breton 1998a : 63-64.

14 Ces similitudes ne sont pas toujours admises, même dans les ouvrages les plus récents (Phillipson, 2012 : 26) en raison d’une profonde méconnaissance des travaux réalisés en Arabie du Sud depuis une trentaine d’années. Les éléments de comparaisons entre Yeha et l’architecture sudarabique font l’objet d’une étude détaillée dans le chapitre 4.

15 Anfray 1997.

16 L’article de G. Van Beek 1952 est un premier rapport détaillé de la fouille du bâtiment dit TT1.

17 Breton, Darles, Robin & Swauger 1997 : 58 et 66-67.

18 Phillips 1955 : 170 relatait l’évacuation de ces déblais carbonisés par un incendie. Certains sont encore visibles non loin de l’édifice attestant bien la présence des ossatures de bois en élévation.

19 Krencker 1913 :154-162.

20 Krencker 1913 : 101-102.

21 Krencker 1913 : 101.

22 Rathjens 1953 : 93-95, 121-127.

23 Rathjens 1953.

24 Yule 2007.

25 Le Baron Bowen & albright 1958.

26 Cleveland 1965.

27 De Contenson 2005 : VII (91-108), VII (109-142) et IX (143-158).

28 Krencker 1913 : 18, fig. 35.

29 Rathjens 1953 : 66, 67, 68, 101.

30 De Contenson 2005.

31 Rathjcns 1953 : 71, 72.

32 Robin & De Maigret 1998 : 775, fig. 51.

33 Krencker 1913 : 84, fig. 177.

34 Breton 2011.

35 Seigne 1992 047 et 152.

36 Rathjcns 1953 : 68, 69, 103. Pseudo-boutisses ou denticules.

37 Le Baron Bowen & Albright 1958 : 248 et suiv.

38 Bibliographie abondante. Pour l’Arabie du Sud : voir notamment Brcton-Bataya, 1992 : 365-378 ; Hassell, 2002 ; Simpson, 2007 ; pour le Tigray : Musée d’Axoum, (aucun autel publié à Matarâ).

39 De Yeha provient une seuletable à libation en albâtre importée d’Arabie du Sud.

40 Wolf-Nowotnick 2010a et 2011 : 206.

© Centre français des études éthiopiennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540