Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bâtisseurs sur les deux rives de la mer Rouge

 | 
Jean-François Breton

Chapitre premier. De l’Arabie du Sud à l’Éthiopie : des milieux géographiques similaires

Texte intégral

1.1. Deux massifs séparés par la mer Rouge

  • 1 Sanlaville, 2000 : 18-19.

1De l’Arabie à la Corne de l’Afrique, l’histoire de ce vaste ensemble régional s’est forgée dans l’ouverture de la mer Rouge, que l’on peut brièvement résumer en deux principales étapes. L’ouverture de la mer Rouge débute avec la phase alpine, voilà près de 30 milliards d’années, lorsque la plaque arabique commence à se détacher de l’Afrique. A la fin du Pliocène, vers 5 milliards d’années, l’ouverture par distension de la mer Rouge et du golfe d’Aqaba reprend, à la vitesse de 1,6 centimètres par an, donnant ainsi les 60 kilomètres de la fosse axiale actuelle. Elle s’est accompagnée d’un puissant volcanisme et d’un soulèvement des bordures, plus important à l’est qu’à l’ouest1.

2Du côté de l’Arabie, la plaine côtière de la Tihâma, très étroite au nord, s’élargit au sud pour atteindre une soixantaine de kilomètres au Yémen. Dans les grandes failles, orientées perpendiculairement (est-ouest), de courts wâdîs mais au profil très relevé, ont façonné de grandes cônes alluviaux. Ces wâdîs, aux crues rares mais violentes, ont permis l’implantation de sites antiques. Toutefois, la plaine côtière de la Tihâma est peu accueillante en raison de ses fortes températures (32° C à Aden en été), de son humidité atmosphérique (75% à 80%), de ses très faibles précipitations (100 mm à Hudayda) et de ses vents de sable. De telles conditions se retrouvent sur la côte occidentale de la mer Rouge, de Port Soudan à Assab.

3Le sud-ouest de la péninsule Arabique se distingue par son relief élevé, son climat humide lié au système des moussons et l’ancienneté de son peuplement. C’est particulièrement le cas au Yémen où la montagne occupe une place considérable tant dans sa géographie que dans son histoire (fig. 1.1).

4Le flanc occidental du Yémen est constitué par un formidable escarpement qui culmine à 3760 mètres (Jabal Nabî as-Shuyab) entaillé de profondes vallées qui descendent vers la mer Rouge. Un tel soulèvement donne son originalité et sa beauté à cette zone appelée « Sira ». Les hautes terres centrales, situées à une altitude moyenne de 2500 mètres, juxtaposent plateaux élevés et bassins agricoles à fond plat (plaine de Dhâmar). Des cônes volcaniques récents forment des coulées fraîches autour de Sanaa et de Dhâmar. Plus au nord, les hauts plateaux de Saada sont marqués par des précipitations moins abondantes.

5À l’est de ces hautes terres, les plateaux s’abaissent progressivement vers l’est et dominent l’immense fossé Jawf-Mâ’rib-Shabwa qui converge vers la dépression centrale du Ramlat as-Sab’atayn. Le plateau du Hadhramawt, à l’est des monts du Yémen, s’est développé dans les calcaires de couleur claire dont la puissance peut atteindre 1 000 mètres. Ce calcaire donne un plateau sec et dépourvu de nos jours de végétation, qu’accidentent corniches et replats, dominant certains sites antiques (Shabwa, Barira). Il est traversé d’ouest en est par la profonde vallée du Wâdî Hadhramawt qui reçoit de nombreuses vallées affluentes, cultivées et mises en valeur dès l’âge du Bronze, et cultivées jusqu’à nos jours. Plus en aval, le Wâdî Hadhramawt se rétrécit, et prend le nom de wâdî Masîla avant de rejoindre l’océan Indien vers Sayhût.

  • 2 L’altitude du triangle afar peut être parfois négative avec un maximum de : – 155 m au lac Assal.
  • 3 Présentation générale dans Gascon 2006

6L’Éthiopie n’est pas loin de présenter le même étagement de plaines côtières, de plateaux et de montagnes (fig. 1.2). En effet le fossé du Rift appartient au système d’effondrement s’étendant de la péninsule Arabique au sud-est de l’Afrique. Il se compose, dans le sud-est de l’Éthiopie, du triangle de l’Afar2 connu pour sa sécheresse et ses activités volcanique et tectoniques importantes. À l’est du Rift, les hautes terres du sud incluent les massifs élevés du Sidamo, du Baris et du Haragué. Plus à l’est, les monts du Harar forment une chaîne avoisinant les 2 000 mètres d’altitude, où de grands wâdîs prennent leur source (wâdî Chébéllé)3. Quant aux grands massifs de l’Ouest, la région la plus étendue d’Éthiopie, ils comprennent des blocs massifs compartimentés et séparés par de profondes vallées, scan-dant les territoires du Tigray, du Wollo, du Gojjam, du Wollega, du Choa et, plus au sud, du Kafa. Les monts du Choa sont compris dans les bassins versants de l’Abbay, de l’Awash et du Guibé-Omo. Celui-ci et les affluents de l’Abbay marquent la frontière entre ces montagnes du Choa et celles situées au sud-ouest de cet immense massif occidental, se terminant à l’ouest par un piémont entaillé de profondes gorges, couvertes de marécages.

1.2. Des climats dominés par les moussons

7Contrairement à tout le Moyen-Orient, les monts du ‘Asîr et du Yémen bénéficient de pluies abondantes liées à leur position privilégiée dans le système général des moussons qui se forment au-dessus de l’océan Indien ; il en est de même sur la rive occidentale de la mer Rouge (fig. 1.3).

8De mai à octobre, la mousson se déplace de l’océan Indien vers l’Inde, entraînant en mer Rouge un mouvement de compensation vers le Sud, en direction de l’océan Indien. Les vents du nord, comme les courants marins, de dirigent vers le sud ; de juin à août, toute la région connaît alors les pluies de la mousson d’été (fig. 1.4). En hiver, d’octobre à avril, la mousson se décale de l’Inde vers le sud-ouest, et donne en mer Rouge des vents du sud-est, accompagnés de courants poussant les eaux de l’océan en mer Rouge.

9Les parties hautes des montagnes peuvent recevoir près de 500 millimètres de pluie annuellement. Les précipitations augmentent avec l’altitude (plus de 1 mètre au sud de Sanaa) tandis que les températures moyennes s’abaissent progressivement (le gel apparaît vers 2 000 mètres). Sur les hautes terres centrales, les contrastes thermiques diurnes et saisonniers sont élevés, entre les hivers froids et secs et les étés chauds mais pluvieux.

  • 4 Ozer & Mahamoud 2010. La moyenne des précipitations annuelles avoisine 44 mm seulement, soit un dé (...)

10Les pluies d’été, liées à la remontée de la convergence intertropicale, sont les plus abondantes ; le maximum se plaçant très nettement en juillet-août, tandis qu’un pic secondaire est atteint en avril. Sur les côtes méridionales faiblement arrosées de la mer Rouge (îles Kamaran, Hanish, Dakhlak), le principal pic des précipitations correspond à l’hiver (décembre) et le secondaire, à l’été. Aden ne reçoit que 38 millimètres de pluie par an et Djibouti 44 millimètres.4

  • 5 Gascon 2006 : 33-34 et figure 4.

11L’Éthiopie offre approximativement la même répartition climatique et pluviale que le Yémen. Les dépressions du Rift et de l’Afar se caractérisent par un climat aride et désertique, avec des températures moyennes de 27° C à 37° C et une pluviométrie annuelle inférieure à 400 millimètres. Les rebords immédiats du Rift septentrional ainsi que le nord du Tigray connaissent un climat semi-aride et des précipitations variables de 400 à 820 millimètres. Située entre 1700 et 3 500 mètres d’altitude, la majeure partie des territoires éthiopiens bénéficie davantage d’un climat tropical d’altitude, caractérisé par des amplitudes thermiques journalières importantes et, surtout, deux saisons de pluies – une petite en mars-avril (appelée Belg en amharique) et une plus longue de juin à octobre (Keremt5). On compte 1 000 millimètres de pluie dans l’ovale couvrant le Sämien, le Wällo, le Choa et le Wälläga, et plus de 2 000 millimètres dans le Käfa.

12Ainsi quand les Axoumites quittèrent leur capitale à 2 150 mètres d’altitude (avec des précipitations de l’ordre de 700 millimètres par an (fig. 1.2) ou la région d’Adigrat (aux alentours de 2 400 mètres d’altitude), au début du VIe siècle, pour s’emparer de Sanaa à 2 300 mètres d’altitude (avec des précipitations de l’ordre de 250 millimètres) ou pour s’installer vers Zafâr, l’ancienne capitale himyarite, à 2 800 mètres d’altitude (avec des précipitations vers Yarîm de l’ordre de 800 millimètres), ils rencontrèrent des conditions géographiques et climatiques similaires. Des hauts plateaux éthiopiens à ceux de l’actuel Yémen, cette continuité des milieux permit vraisemblablement aux Axoumites de s’adapter aisément aux territoires abrupts et aux fortes pluies de mousson. La continuité géographique et climatique qu’ils rencontrèrent de l’autre côté de la mer Rouge leur offrit en outre l’opportunité de continuer à pratiquer une agriculture en terrasses.

1.3. Cultures et forêts

  • 6 Pline, Histoire naturelle, Livre XIII, 28-29.
  • 7 Levkovskaya & Filatenko 1992 : 241-247.

13Les plantes cultivées sont le sorgho, le blé et l’orge, mais principalement les fruits et la vigne. Dans les zones irriguées se dressent de nombreux palmiers6 ; deux espèces antiques ont été identifiées, le Medemiaet et le Hyphaene, cette dernière ayant disparu de nombreuses régions du Hadhramawt7. Parmi les nombreuses espèces d’arbres, le Zyzyphus Spina Christi, de la famille des jujubiers vient en premier lieu. Il est utilisé principalement pour la construction, mais aussi en médecine. On trouve aussi des acacias, les plus communs en bordure du désert étant le tortilis et le hamulosa avec leur silhouette si caractéristique à tête plate. Ces espèces servent à monter les ossatures de bois si communes dans l’architecture civile et religieuse du Hadhramawt. Vers la fin de l’occupation de ces cités, entre le IIIe siècle et le IVe siècle, on peut considérer que la couverture forestière ressemblait à celle que l’on y trouve aujourd’hui ; aucune végétation naturelle ne lui a succédé. Quelques rares plants d’acacias, d’arbres à myrrhe, de tamaris subsistent encore ici ou là, mais les forêts de haute futaie, chères aux auteurs anciens, ont bel et bien disparu.

  • 8 On distingue le Ficus sycomorus et le Ficus vasta (voir Tadesse 2012 : 142-145). Ces ficus dont le (...)
  • 9 Tadesse 2012 : 178-181.
  • 10 Hepper & Wood 1979 : 65-71.

14La déforestation ne s’est pas limitée aux abords des villes des basses-terres ; les monts du Yémen ont connu le même phénomène. Les espèces déjà citées y étaient fréquentes, mais aussi les diverses variétés de ficus (ou sycomore8), de genévriers, de Dracaena, d’Olea Africana9 et toutes sortes d’essences que l’on retrouve aux mêmes altitudes sur les hauts-plateaux d’Éthiopie. Le déboisement y a sévi pour des raisons diverses (construction, usages domestiques...) de telle sorte que les genévriers ne forment plus que de rares bouquets dans le Hujariyya, dans la région de Ta’izz et dans les monts du ’Asîr10.

15Dans le Tigray, les archéologues commencent à peine à entrevoir la végétation antique. Les paysages de Maqala et d’Adigrat montrent une forêt secondaire avec quelques ficus, genévriers, isolés ou regroupés en maigres bosquets tandis que les eucalyptus en forment l’essentiel.

  • 11 Groom 1981 ouvrage désormais dépassé.
  • 12 Asfaw & Demissew 2009 : 89. Les noms vernaculaires : Kafal (Oromo), Libanat (Ad), Libaanata (Oromo (...)
  • 13 Bulakh & Fiaccadori 2007 : 129-132. L’article comporte une photographie de boswellia papyrifera da (...)
  • 14 Asfaw & Demissew 2009 : 86-88.
  • 15 Strelcyn 1973 : 197, n° 163 ; Bulakh & Fiaccadori 2007 : 130.

16Il faut enfin mentionner les arbres à encens de type Boswellia papyrifera11. De nombreux travaux récents permettent de mieux localiser les peuplements de boswellia. Les botanistes ont repéré des peuplements conséquents de papyri fera (Hochst) dans le Tigray, le Gonder, le Godjam et le Shewa, aux altitudes comprises entre 950 mètres et 1 800 mètres, aux flancs d’escarpements abrupts rocailleux ou volcaniques12. L’appellation la plus commune en amharique serait « mäqär », idem en tigrinya, et « libânät » en harari13. Quant aux autres variétés de Boswellia (microphylla Chiov. et Boswellia neglecta S. Moore), elles ont été répertoriées dans le Sud-Est de l’Éthiopie, dans le Bale, le Sidamo, le Harerge et vers la Somalie14. La résine (en guèze : « ‘atan » ou « labn », termes sans doute interchangeables), de couleur jaunâtre, est bien attestée pour ses vertus médicinales et pour son parfum, une fois brûlée15.

1.4. L’homme et le paysage

17Les monts du ‘Asîr et du Yémen, considérés comme les régions les plus favorisées de la péninsule Arabique, leur a valu et leur vaut encore les termes traditionnels de « Pays vert » ou « Arabie heureuse ». Le système des moussons de printemps et d’été, induit deux phases annuelles d’écoulement des eaux, en général torrentiels. Alors que ces phases pourraient être totalement bénéfiques, la raideur des pentes favorise malheureusement le ruissellement au détriment de l’infiltration tandis que la proximité du socle basaltique interdit la constitution de vastes aquifères similaires à ceux d’Arabie Saoudite voisine.

18Depuis l’âge du bronze, les populations se sont remarquablement adaptées à ces conditions géographiques et climatiques. Elles ont su capter l’eau torrentielle des crues, trouver ses solutions pour retenir la terre, en forçant parfois l’eau à s’infiltrer dans le sol et à déposer ses limons dans les champs. Deux techniques principales prévalent :

1.4.1. L’agriculture en terrasse16 (fig. 1.5)

  • 16 Cette technique de récupération des eaux par des terrasses aménagées est parfois appelée « sawaqi  (...)
  • 17 Wilkinson 1999.

19consiste en un aménagement systématique des versants pour récupérer l’eau de ruissellement. Les pentes sont aménagées en terrasses d’autant plus dénivelées que la pente est abrupte (leurs murs pouvant atteindre 6 mètres de hauteur). Celles-ci coupent la pente, freinent le ruissellement, facilitent l’infiltration et retiennent les sols. Ces terrasses artificielles, probablement crées dès l’âge du bronze, ont toujours permis, moyennant un travail constant, l’existence de densités considérables de populations sur des versants naturellement inhospitaliers17.

  • 18 Wilkinson & Edens 1999 ; Edens, 2000.

20Dès l’âge du bronze, si ces hautes plaines ont servi de pâturages, elles ont en outre bénéficié de précipitations suffisantes pour permettre des cultures en terrasses. Conçues pour retenir la terre, ces terrasses permettent de régulariser les précipitations et de faciliter l’infiltration18. Ces terrasses en lanière, larges de quelques mètres, peuvent être soutenues par des murs de 3 à 4 mètres de hauteur en moyenne.

21Cette technique explique la pérennité d’un tel paysage agricole jusqu’à nos jours. L’organisation sociale qui permet leur fonctionnement consiste en une distribution autant équitable que possible, des terres et de l’eau. Des recherches archéologiques récentes prouvent que le sorgho, le seigle et des céréales étaient mis en culture dès le second millénaire, favorisant le développement d’établissements agricoles et de réseaux de distribution des eaux.

  • 19 Butzer 1998 et 2000.

22Sur les hautes terres d’Ethiopie, entre 1 500 et 2 500 mètres d’altitude, cette technique est évidemment attestée. Cependant, malgré les recherches géo-archéologiques menées dans les années 1970 par K. W. Butzer19 et, plus récemment, dans les années 1990 par une mission italo-éthiopienne (autour de Μakala et d’Adigrat), l’histoire de l’environnement du Tigray reste encore largement à écrire.

  • 20 S. Munro-Hay 1991 1258-260.
  • 21 Travaux en cours menés par O. Barge et E. Regagnon dans le cadre dela mission archéologique de Wak (...)

23Dès la fin de l’Holocène, durant une phase humide, une agriculture intensive s’est développée autour d’Axoum pendant toutes les périodes pré-axoumite et axoumite. Il en résulte une pression démographique continue qui semble avoir atteint son maximum au cours de la première moitié du Ier millénaire. Selon K. W. Butzer le premier cycle de dépression se situerait aux IIIe et IVe siècles, correspondant à de fortes précipitations et une érosion des sols accélérée par la déforestation. Autour des VIIe et VIIIe siècles, un second cycle résulterait d’une baisse des rendements suite une surexploitation des terres arables, que Butzer met en relation avec l’abandon partiel de certains établissements et le déclin du royaume d’Axoum20. Les recherches géo-archéologiques dans la région de Wakarida, dans le Tigray oriental, pourraient confirmer ces hypothèses et expliquer l’abandon du site vers le VIe ou VIIe siècle21.

  • 22 A. Gascon 2006 : 55.
  • 23 A. Gascon 2006 :75-78.

24Les travaux menés dans la région par les géographes ont souvent laissé croire que l’aménagement en terrasses, associé à une irrigation très locale, n’ait été jamais pratiqué que dans le massif du Harrar. Ailleurs, ils ne mentionnent que des aménagements de pente, mais s’attardent surtout sur le paysage d’openfield, consécutif au déboisement, où les parcelles et les champs sont organisés en auréoles autour d’un habitat groupé en hameaux22. De tels paysages agraires se retrouvent au Yémen, dans les bassins ou cuvettes qui connaissent aussi un habitat groupé et fortifié, le plus souvent, juché au sommet d’escarpements rocheux. Ainsi, l’histoire des massifs d’Éthiopie et celle des monts du Yémen s’inscrit probablement dans la tradition ancienne des « montagnes les plus construites au monde23 ».

1.4.2. L’utilisation des crues temporaires

25Dans la plaine de la Tihama tout comme sur le rebord oriental des piémonts du Yémen, là où les précipitations sont moindres, une autre technique d’irrigation a été mise en place. Elle consiste à mettre à profit l’eau des crues dévalant des hauteurs pour la capter et la diriger dans des champs préalablement aménagés. Quant à la côte orientale de la mer Rouge, elle se caractérise par le moindre nombre de fleuves prenant leurs origines sur les hauts plateaux. Un seul fleuve mérite d’être mentionné, le wâdîs Haddas irriguant l’oasis d’Adulis (cf. infra).

1.4.3. La maîtrise des crues

26Contrairement à la région où ils prennent leur source – pourtant située à moins de 150 kilomètres –, les grands wâdîs descendant le rebord oriental des monts du Yémen rencontrent un milieu aride où les pluies sont inférieures à 100 millimètres par an. Les étés sont très chauds, les moyennes annuelles se situant entre 31° C et 32° C, avec des maxima absolus à 43° C. Il s’ensuit évidemment une très forte évaporation. De rares pluies peuvent se produire en juillet-août. Mais l’essentiel des eaux vient de l’arrière-pays, de ces hautes-terres du Yémen ; elles dévalent ensuite les horizons dénudés des massifs calcaires, en charriant terre et cailloux, et s’engouffrent dans les défilés. Deux ou trois fois par an, ces pluies forment des crues soudaines, les flash-flood en anglais ou sayl en arabe (fig. 1.6).

  • 24 Gentelle 1992 : 5-55.

27L’habileté des paysans de l’Arabie antique consiste à utiliser la force des crues. Depuis des millénaires, ils ont appris comment retenir ces flots par de simples digues ; ils en ont fait l’expérience au débouché de petits wâdîs secondaires là où les crues n’excèdent point quelques mètres cubes. Ils connaissent les lignes de pente où le flot se ralentit, les possibilités du terrain où ils peuvent aménager des champs et les méandres où ils peuvent placer une prise d’eau. Ils apprennent ainsi à faire converger les flots vers des surfaces préparées à l’avance et à les gérer par des vannes de bois ou de pierre. Ils peuvent alors assurer le détournement de la majeure partie des eaux vers les zones d’irrigation où se déposent les particules les plus fines des limons nourriciers. Il est probable que ce long apprentissage couvre au moins les IVe (?) et IIIe millénaires, puis les paysans commencent à dompter des torrents de plus en plus puissants et à irriguer des superficies de plus en plus vastes. Au IIIe millénaire, ils entreprennent de maîtriser les crues des wâdîs Dhana et Markha. Ce type de contrôle assez délicat repose sur une organisation très stricte de la masse d’eau admise sur les terres irriguées et sur une gestion précise de la crue24. L’habileté des Sabéens permet de renouveler chaque année, et plusieurs fois par ans, si possible, l’irrigation des champs sans destruction majeure. Là repose le problème. Comment canaliser ces flots subits dans un large lit à sec toute l’année ? Seuls des ouvrages en pierre peuvent y résister. On construit d’abord des seuils empierrés destinés à briser la force des flots, puis de longs murs de pierre (ou de terre) pour les diriger vers un point précis.

  • 25 Herberg 1986 et 1987 Gerlach 2012.

28À Mâ’rib, des ouvrages hydrauliques monumentaux édifiés dans le lit même du wâdî Dhana ont été récemment découverts. Le plus ancien d’entre eux serait une écluse, située à deux kilomètres environ au sud-ouest du débouché du wâdî et datée de la seconde moitié du IIIe millénaire. Quelques siècles plus tard, au début du second millénaire, une autre écluse est édifiée en amont. Ces deux vannes se présentent de la même façon : de longs môles de pierre, au nombre de trois ou de quatre, sont disposés parallèlement à une distance de 3 à 4 mètres (fig. 1.7). Leur tête dirigée face à la crue est soigneusement arrondie, et leur queue se prolonge par des massifs maçonnés. Les môles sont reliés entre eux par des seuils de pierre, comportant parfois des rainures latérales assez larges pour y faire coulisser des vannes de bois25. Les levées de terre qui leur étaient associées ont disparu depuis longtemps, érodées par les crues postérieures. On s’étonne encore de la qualité de la maçonnerie, de la taille très soignée de ces blocs de grandes dimensions et du soin de leurs assemblages par tenons et mortaises ou par emboîtement de faces convexes. Si ces datations se vérifiaient, ce serait l’histoire de toutes les techniques de construction en pierre qu’il faudrait alors réévaluer.

  • 26 Gentelle 1992 :42-43.

29En aval de ces monuments, des canaux de terre distribuent l’eau. Ce sont tout d’abord les canaux principaux, larges de 7 à 8 mètres, aboutissant à de grandes vannes de pierres appareillées, munies elles aussi de rainures verticales pour y glisser des poutres. En arrière encore, des canaux plus étroits mènent à des répartiteurs (fig. 1.8). Ce sont des ouvrages tantôt monumentaux tantôt plus modestes ou encore à plusieurs entrées. L’eau doit atteindre les champs à une vitesse réduite pour ne pas éroder les levées de terre, mais suffisante néanmoins pour transporter de façon uniforme les limons fins. À intervalles réguliers, on pratique dans les canaux des saignées qui se situent en tête du champ à irriguer. Délimité par plusieurs chenaux, le champ prend alors une forme quadrangulaire, souvent même carrée. Sa taille dépend évidemment de la quantité d’eau fournie26.

1.4.3.1. La « double oasis » de Mâ’rib (fig. 1.9)

30Des systèmes similaires fonctionnent dans la plupart des wâdîs dévalant périodiquement des hauteurs. Les villes de Jidfir ibn Munaykhir dans le wâdî Jufra, de Tamna‘ dans le wâdî Bayhân, de HajarYahirr dans le wâdî Markha, de Shabwa dans le wâdî ’Irma et de Raybûn dans le wâdî Hajarayn, ont toutes construit, à travers leur histoire, des réseaux d’irrigation leur permettant de se développer. Le principe est partout identique : le détournement d’une portion de crue brève mais violente vers des champs préparés à l’avance ; le type d’ouvrage semble partout similaire : des murs déflecteurs renvoyant la crue par des vannes de pierre dans des canaux.

  • 27 Schaloskc 1995 : 162-164 ; Wagner 1993.

31Le limon, source de richesse, est aussi à l’origine de difficultés techniques. Avec l’eau, les champs reçoivent une forte quantité de sables et de limons ; ils s’exhaussent ainsi naturellement, à la vitesse moyenne supposée de 0,7 centimètres par an. Cela représente au moins 0,7 mètres par siècle. C’est un calcul théorique car les crues ne se ressemblent pas, et tous les périmètres ne sont pas mis en eau en même temps. Mais, inexorablement, l’ensemble du périmètre se surélève sur une trentaine de mètres à Ma’rib27 et une quinzaine de mètres en d’autres lieux.

32Pour contrer ce phénomène chronique, la première et la plus aisée des solutions, consiste à curer les canaux. Cependant, elle n’est efficace que dans les premiers hectomètres du trajet, car l’accumulation des déblais autour des champs empiète rapidement sur les surfaces cultivées. Curer les champs est une tâche d’une toute autre ampleur : elle a été effectuée à Shabwa dans certains champs aux époques récentes et sans doute les plus prospères (fig. 1.10). Les traces de cet exhaussement sont multiples. La ville de Mâ’rib a dû constamment lutter contre ce phénomène. Le rempart occidental, face à la digue, a dû être surélevé plusieurs fois, malgré la présence d’un « mur de protection » situé en amont. Le temple de Bar’ân, édifié dès le IXe siècle avant notre ère, dont l’avant-cour fut la plus menacée, a été peu à peu entouré de sédiments. Ses portes furent alors surélevées puis comblées. Vers le IIIe siècle, un mur de brique épais de 3 mètres fut édifié au nord et à l’ouest, puis renforcé dans une seconde étape par trois tours rectangulaires. Le grand sanctuaire de Mahram Bilqîs dut faire face aux mêmes menaces : son mur ovale fut ainsi régulièrement surélevé. Dans l’oasis, les hameaux et fermes isolées ont été peu à peu ensevelis sous les limons. Cà et là des murs de brique apparaissent dans les coupes récentes.

1.4.3.2. La côte occidentale de la mer Rouge

  • 28 Mchari & Ghebru 2005 : 89-97.

33Les particularités de la côte occidentale – notamment les conditions singulières de la dépression « afar » – ont vraisemblablement limité la réalisation de réseaux d’irrigation par crues. Au nord du port de Massawa, sur la côte, des réseaux d’irrigations ont été installés sur de petites superficies le long des wâdis Laba, May Ule (autour du village de Sheeb) et Wekiro (autour du village du même nom) mais il est toutefois impossible de préciser les dates de leur mise en place28 ; seule, la ville antique d’Adulis a mis en oeuvre un important réseau d’irrigation.

1.4.3.3. Adulis (fig. 1.11)

  • 29 Pluviométrie moyenne annuelle de 500 mm répartis principalement sur les mois de juillet et d’août. (...)

34Une situation exceptionnelle au débouché de plusieurs wâdîs, telle est la fortune de la ville d’Adulis. Trois grandes rivières alimentent le bassin versant. Le plus septentrional d’entre eux est le wâdî Aligide (ou Aligeddeh) dont la source se trouve à l’est d’Asmara ; au centre le wâdî Comaile (ou Kumheyle) naît aux environs d’Adi Kayeh (Adi Keyh) et de Sén’afé c ; enfin, à l’est le wâdî Haddas. Les trois cours d’eau se rejoignent près du village de Hedele. Ce bassin fluvial, d’environ 2 000 kilomètres carrés, draine les eaux consécutives aux abondantes pluies de mousson qui s’abattent sur le flanc occidental du rebord de la mer Rouge durant les mois d’été29. Il les concentre ensuite à proximité du village moderne de Foro. A cet endroit, la petite plaine de Foro est barrée à l’est par une étroite barrière rocheuse, et c’est précisément là que les prises d’eau étaient aménagées.

35De nos jours, tous les ouvrages antiques ont été recouverts par un barrage-poids, long de 200 mètres, accroché à deux éminences rocheuses au sud comme au nord et supportant une route. Malgré son dispositif d’évacuation au sud, la plaine de Foro, se trouve inondée aux périodes de crues, et forme alors le Lac Zula, avoisinant les 50 mètres d’altitude. Il convient d’ajouter que l’édification de la digue conduit les eaux à s’évacuer par un trop plein situé à environ un kilomètre au sud, et qu’en conséquence le lit actuel du wâdî Haddas ne correspond plus, tout du moins en partie, à son tracé d’origine.

36Les prises d’eau disparaissent désormais sous la digue moderne qui masque définitivement le défilé et la disposition originelle des prises d’eau. En contrebas de la digue, on peut toutefois estimer la largeur de la vallée à 50 mètres tout au plus, ce qui correspond à la largeur du défilé. Un système de prise double est toutefois assuré, l’un associé à l’oasis nord et l’autre à son symétrique méridional.

37Du côté nord, à l’est du barrage récent, on peut observer un canal taillé dans le rocher, large de 6 à 7 mètres, au fond ensablé (profondeur hypothétique : 4 mètres). Ce canal suit tout d’abord un tracé assez rectiligne sur 200 mètres de long environ (direction est-nord-est), puis débouche sur un répartiteur de forme ovale aménagé sur le rocher. De là, un canal secondaire se dirige vers le nord-est, en direction de l’actuel village d’Afta, tandis que le canal principal oblique vers le sud-est.

38Du côté sud, sur la rive droite du wâdî, se trouve une prise d’eau symétrique, à une cinquantaine de mètres au sud de la précédente. Cette prise se poursuit par un canal taillé dans le rocher, large de 3 mètres au maximum, au fond couvert d’alluvions, dominant le cours ancien du wâdî de près de 3 mètres ; à une époque récente, quelques ouvrages (vannes à portes coulissantes et bassins en béton) y ont été construits. A près de 250 mètres d’un tracé plutôt convexe, ce canal, marquant un coude brusque muni d’un trop-plein (associé probablement à un canal), s’oriente alors vers le sud-est. Plus au sud-est encore, le canal principal d’alimentation, accroché au relief, domine tout juste la plaine de 1 à 2 mètres seulement, pour ensuite disparaître dans le lit récent du fleuve.

1.4.3.4. Canaux et cours du fleuve

39Il est malaisé de suivre sur le terrain le tracé des canaux antiques tant le sable recouvre parfois de vastes étendues, le recours aux photographies satellite est alors d’une grande utilité

  • 30 Schmidt & Matthews 2008 : 305.

40Dans l’oasis nord, à partir du répartiteur ovale, on repère bien une branche secondaire orientée vers le nord-est desservant la zone entourant le village d’Afta. A partir de ce même répartiteur, le canal taillé dans le rocher apparaît de façon assez claire, tout comme les différents canaux de sortie orientés vers l’est. Le canal principal suit un tracé rectiligne sur 500 mètres environ jusqu’à un répartiteur tripartite, desservant au nord une branche menant au site d’Adulis (qui se poursuit encore plus à l’est sur quelques kilomètres), à l’est une branche rectiligne, orientée est-ouest, et vers le sud-est une dernière branche partiellement remaniée vers 2005. Le site d’Adulis se trouve ainsi au milieu de ses champs irrigués, un peu au nord d’un canal. Le sommet du tell, à près de 25 mètres d’altitude, domine les niveaux des canaux de 5 mètres environ30. Il est difficile d’estimer la totalité de la superficie cultivée. Toutefois, sur la base de photographies aériennes, la superficie des champs autour et à l’est de Adulis serait de 6 kilomètres carrés et celle des champs au nord-ouest (vers le village d’Afta) de 4 kilomètres carrés, soit un total de 10 kilomètres carrés ou un millier d’hectares environ.

41Du côté méridional, le canal principal d’amenée suit un tracé sinueux (cf. supra) puis disparaît entièrement sur plus de 800 mètres, en raison du nouveau cours forcé du wâdî. En direction du sud, il longe tout d’abord une zone irriguée (de datation incertaine), puis un premier répartiteur le divise en deux branches, enserrant une zone toujours cultivée de nos jours. Si la branche méridionale se termine peu après contre un relief, à l’inverse la branche septentrionale se poursuit sur 3 kilomètres environ et se connecte, après un autre répartiteur, à un canal important, orienté nord-sud. Sur ce canal principal, viennent ensuite se brancher quatre canaux secondaires, orientés cette fois-ci ouest-est. Leur tracé se suit aisément jusqu’aux premiers éléments de relief, car il borde l’oasis à l’Est, là où l’essentiel des champs antiques – au moins visibles de nos jours – était regroupé sur une superficie estimée à 4,5/5 kilomètres carrés.

  • 31 Ce calcul ne tient pas compte des champs emportés par le nouveau cours du wâdî.

42Avec cette zone de près de 1 kilomètre carré irriguée par le cours moyen du canal (située au nord-ouest de la zone susmentionnée), la superficie de l’oasis sud atteindrait 5,5/6 kilomètres carrés, soit 550/600 hectares31. La double oasis d’Adulis totali serait ainsi une superficie de 1 500 à 1 600 hectares.

1.4.3.5. Problèmes chronologiques

  • 32 Peacock-Blue 2007 : 79-108.

43Au-delà de ces estimations spatiales, la datation des réseaux d’irrigation demeure l’une des questions les plus importantes. Si l’on admet que ceux-ci sont contemporains de la cité d’Adulis alors il convient de questionner les résultats des fouilles et du ramassage de surface, menés sur les six principaux sites identifiés autour de la ville32.

  • 33 Ces fragments se trouvent au musée d’Asmara, cf. Manzo 2010.

44Des fragments d’une plaque d’albâtre avec des pieds (ou de véritables pieds de trône) probablement datés du milieu du Ier millénaire avant notre ère ont été mis au jour par Paribeni33. De la céramique pré-axoumite et des coquillages ont été retrouvés dans le secteur sud-ouest d’Adulis les dates calibrées de quatre échantillons de coquillages remontant, pour les plus hautes, au Ier siècle avant J.-C., représentant par assimilation, la céramique la plus ancienne de cette époque. Quant à la plus tardive, elle serait constituée d’importations d’amphores « Late Roman 1 et 2 » généralement datées de la fin du Ve siècle et du VIe siècle et de céramique axoumite des VIe-VIIe siècles. La séquence longue obtenue par Paribeni en 1907 débute au IIIe siècle avant J.-C. avec la présence de matériel « ptolémaïco-romain », d’amphores et de lampes à huile alexandrines, etc., entre la cote – 4 mètres et la cote – 10 mètres.

45Que faut-il en conclure, sinon que l’irrigation aurait été pratiquée au moins du Ier siècle avant J.-C. au VIIe siècle après J.-C., mais plus vraisemblablement du IIIe siècle avant J.-C. au VIIe siècle ? La hauteur moyenne de l’accumulation des sédiments (5-6 m) pourrait constituer un argument en ce sens.

  • 34 Phillips 2005.

46Mais la date de la mise en œuvre du réseau d’irrigation pose problème : remonte-t-elle au IIIe siècle avant notre ère – voire même encore beaucoup plus tôt ? Aucun élément de réponse ne peut, dans l’état de nos connaissances, être fourni. On n’a recueilli à Adulis aucune céramique des IXe-VIIe siècles avant notre ère, similaire à celle que livrent les sites d’al-Hamid et de Wâqir (dans le wâdi Sihâm, dans la Tihâma yéménite, en face d’Adulis34) ou encore de Kasawbah et d’al-Midaman (non loin de Zabîd). Des fouilles en profondeur, similaires à celles de Paribeni, pourraient, faut-il du moins l’espérer, fournir des réponses plus précises.

1.4.3.6. D’Adulis à Mâ’rib

47Le système d’irrigation d’Adulis témoigne-t-il d’une conception locale ou d’un modèle importé ? En raison des relations tant politiques qu’économiques unissant les deux rives de la mer Rouge depuis le VIIe siècle avant notre ère, on serait tenté, mais avec bien des réserves, d’y voir l’expression d’un savoir-faire sudarabique.

48En effet, les comparaisons entre réseaux d’irrigation sur les deux rives de la mer Rouge ne manquent pas en effet. Une double prise d’eau, installée dans un resserrement de la vallée, de part et d’autre d’un wâdî, conduit à la formation de « deux jardins ». Ceux-ci, outre leur alimentation par un canal principal, peuvent être aussi irrigués par des prises d’eau échelonnées à intervalles irréguliers dans les méandres du fleuve (à Tamna‘comme à Adulis). Les oasis de Mâ’rib, de Tamna‘, ou encore de Shabwa sont, entre autres, de bons exemples de la maîtrise de l’irrigation, et Adulis aurait pu reprendre des modèles attestés en Arabie du Sud. En conclusion, faute de textes historiques, relatifs notamment aux travaux agricoles, l’histoire de la mise en œuvre des « deux jardins » d’Adulis reste encore à écrire.

1.4.3.7. Des « sociétés hydrauliques » ?

49Une oasis comme celle de Ma’rih devait compter des milliers de paysans pratiquant une agriculture jardinatoire. Mais que serait la richesse de ces terres s’il n’existait une organisation collective ? Comment ne pas supposer une entente pour la distribution des eaux, afin que les terres les plus proches des vannes reçoivent autant d’eau que celles qui se trouvent à l’extrémité des canaux ? Il faut en effet supposer tout d’abord l’existence d’un système foncier cohérent, notamment à travers une entente entre les tribus. Cette situation fut, au cours de l’histoire, probablement instable. Des tribus influentes peuvent agrandir leur domaine ou prendre possession des terres les plus proches des têtes des canaux, celles qui « boivent » le mieux. La violence des rivalités actuelles pour l’appropriation des terres à Ma’rib donne une idée, même imprécise, des conflits antiques. Le bon fonctionnement d’une oasis suppose une organisation collective. Il est le signe le plus visible de l’existence d’une communauté et d’une union sociale aux contours malheureusement encore flous. Cette collectivité choisissait un « maître des eaux » qui devait diriger les opérations de partage des crues, veiller à leur répartition en volume ou en temps et arbitrer d’inévitables conflits.

Notes

1 Sanlaville, 2000 : 18-19.

2 L’altitude du triangle afar peut être parfois négative avec un maximum de : – 155 m au lac Assal.

3 Présentation générale dans Gascon 2006

4 Ozer & Mahamoud 2010. La moyenne des précipitations annuelles avoisine 44 mm seulement, soit un déficit de 73 % par rapport aux trente dernières années (1981-2010) où elle se situait vers 164 mm. Pour les récentes évolutions dans la corne de l’Afrique, voir: Omondi, Awango 2013.

5 Gascon 2006 : 33-34 et figure 4.

6 Pline, Histoire naturelle, Livre XIII, 28-29.

7 Levkovskaya & Filatenko 1992 : 241-247.

8 On distingue le Ficus sycomorus et le Ficus vasta (voir Tadesse 2012 : 142-145). Ces ficus dont les troncs varient entre 25 m et 50 m de haut, ont fourni dans le Tigray des portes d’églises d’une largeur de plus de 80 cm et d’une hauteur de près de 2 m.

9 Tadesse 2012 : 178-181.

10 Hepper & Wood 1979 : 65-71.

11 Groom 1981 ouvrage désormais dépassé.

12 Asfaw & Demissew 2009 : 89. Les noms vernaculaires : Kafal (Oromo), Libanat (Ad), Libaanata (Oromo), Meqer (Maqâr) (Tigray), etc.

13 Bulakh & Fiaccadori 2007 : 129-132. L’article comporte une photographie de boswellia papyrifera dans les montagnes de Tämben, au-dessus de la rivière War’i, dans le Tigray (cliché : W. Schmid).

14 Asfaw & Demissew 2009 : 86-88.

15 Strelcyn 1973 : 197, n° 163 ; Bulakh & Fiaccadori 2007 : 130.

16 Cette technique de récupération des eaux par des terrasses aménagées est parfois appelée « sawaqi ».

17 Wilkinson 1999.

18 Wilkinson & Edens 1999 ; Edens, 2000.

19 Butzer 1998 et 2000.

20 S. Munro-Hay 1991 1258-260.

21 Travaux en cours menés par O. Barge et E. Regagnon dans le cadre dela mission archéologique de Wakarida.

22 A. Gascon 2006 : 55.

23 A. Gascon 2006 :75-78.

24 Gentelle 1992 : 5-55.

25 Herberg 1986 et 1987 Gerlach 2012.

26 Gentelle 1992 :42-43.

27 Schaloskc 1995 : 162-164 ; Wagner 1993.

28 Mchari & Ghebru 2005 : 89-97.

29 Pluviométrie moyenne annuelle de 500 mm répartis principalement sur les mois de juillet et d’août. À titre de comparaison le bassin versant du wâdî Dhana, à l’est de Mâ’rib, s’étend sur près de 8 000 km2.

30 Schmidt & Matthews 2008 : 305.

31 Ce calcul ne tient pas compte des champs emportés par le nouveau cours du wâdî.

32 Peacock-Blue 2007 : 79-108.

33 Ces fragments se trouvent au musée d’Asmara, cf. Manzo 2010.

34 Phillips 2005.

© Centre français des études éthiopiennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540