Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bâtisseurs sur les deux rives de la mer Rouge

 | 
Jean-François Breton

Introduction

Texte intégral

1Depuis plus d’un siècle, les relations dans l’Antiquité entre l’Arabie du Sud et l’Éthiopie du Nord, au sens le plus large, sont régulièrement mentionnées au gré des découvertes archéologiques. Dès 1907, en effet, les membres de la « Deutsche Aksum-l’expédition » n’évoquaient-ils pas certaines similitudes entre des motifs décoratifs d’Axoum et du Yémen ? Depuis cette date, les fouilles comme les découvertes fortuites fournissant des matériaux de plus en plus conséquents, le débat s’est considérablement approfondi, au point même de constituer matière à des publications de plus en plus spécialisées.

2Notre propos s’inscrit dans cette perspective des relations entre l’Arabie du Sud et l’Éthiopie du premier millénaire avant notre ère, jusqu’au milieu du premier millénaire après. Il se limite toutefois aux questions de techniques de construction et d’architecture. Certes, les problèmes de langues, de religions, de cultures et d’art, fournissant la trame indispensable d’une histoire croisée, ne sont pas écartés mais ils ne sont guère traités en eux-mêmes. Faisant état d’une certaine méconnaissance réciproque de l’état des travaux dans les deux régions concernées, nous avons voulu fournir, sous la forme d’un manuel français-anglais, un répertoire aussi systématique que possible des éléments architecturaux. Cet angle de vue peut paraître restrictif, car lié à en premier lieu à des fouilles passées ou en cours, mais assez large toutefois pour laisser place à de futurs travaux d’ordre plus général.

  • 1 Le Goff, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ? 2014 :15.

3Mettre en relation l’Arabie du Sud avec l’Éthiopie du Nord revient tout d’abord à établir des cadres chronologiques aussi précis que possible. Certes, le découpage en périodes ou en tranches peut, dans l’état de nos connaissances, paraître provisoire, et « si la périodisation offre une aide à la maîtrise du temps ou plutôt à son usage, elle fait parfois surgir des problèmes d’appréciation du passé1 ». Tant pour des raisons de pédagogie que de simplicité, cet ouvrage fait référence à des cadres connus, établis dans des ouvrages dits de vulgarisation, qu’il ne remet pas volontairement en question.

4Ainsi, pour le Tigray, F. Anfray et H. de Contenson proposaient, dans les années 1960, la périodisation suivante :

  1. Période d’influence sudarabique : Ve-IVe siècles avant notre ère ;
  2. Période de transition, avec peut-être une influence méroïtique : IIIe siècle avant J.-C.-1er siècle de notre ère ;
  3. Période axoumite-pré-chrétienne : 1er siècle milieu du IVe siècle ;
  4. Période axoumite chrétienne : milieu IVe siècle-VIIe siècle.
  • 2 Fattovich et Bard 2000 : 23-26.

5Plus récemment, R. Fattovich et K. Bard découpaient schématiquement les grandes périodes de l’Éthiopie du Nord et plus particulièrement du Tigray, de la manière suivante2 :

  • État éthio-sabéen de Da’mat au milieu du Ier millénaire avant notre ère ;
  • Période proto-axoumite (environ 400-150 avant notre ère) ;
  • Période axoumite (environ 150 avant notre ère-700 de notre ère).
  • 3 Munro-Hay 1991 : 67-68.

6Stuart Munro-Hay3 (1991 : 67-68) propose, notamment sur la base du monnayage, une chronologie plus fine de la période axoumite :

  • Période 1 : période axoumite ancienne jusqu’au règne de CDRT (Ier-IIe siècles de notre ère),
  • Période 2 : du règne de GDRT à celui d’Endubis (début IIIe siècle jusqu’en 270),
  • Période 3 : du règne d’Endubis à celui d’Ezana (270-330),
  • Période 4 : du règne d’Ezana converti au christianisme à celui de Kaleb (330-520),
  • Période 5 : de Kaleb à la fin du monnayage (520-début VIIe siècle).

7Ces périodisations sont sans cesse remises en question, au fur et à mesure des recherches archéologiques. C’est ainsi que les fouilles sur le site de Yeha démontrent désormais que l’établissement sabéen pourrait remonter aux environs des IXe-VIIIe siècles avant notre ère ; quant au sanctuaire de Maqaber Ga’ewa, il pourrait être daté, dans son premier état, des VIIIe-VIe siècles avant notre ère.

  • 4 Selon Maigret, 2005, les tranches d’histoire pourraient s’établir ainsi : – Les «  royaumes carava (...)

8Pour l’Arabie du Sud, de façon générale, la terminologie utilisée dans cet ouvrage est la suivante : période archaïque (IXe-VIIe siècles avant notre ère), période « classique » ou « sudarabique ancienne » correspondant à la domination sabéenne(VIIe-Ve siècles avant notre ère), période des « royaumes caravaniers » (royaumes de Saba’, de Ma‘în, de Nashshân, de Qatabân et du Hadhramawt)(VIIe-Ier siècles avant notre ère), royaumes des hautes-terres et des rois de Saba’ et dhû-Raydân (Ier siècle avant notre ère-IIIe siècle de notre ère), Empire himyarite(IIIe-VIe siècles) et enfin domination abyssine (525-570)4.

9L’objectif de cet ouvrage n’est pas de réviser ce découpage en tranches historiques, patiemment élaborées par les épigraphistes, les historiens et les archéologues, mais de l’utiliser à des fins pratiques pour situer les principaux bâtiments édifiés de part et d’autre de la mer Rouge.

10Ces édifices forment en effet le cœur du sujet. Ils témoignent à la fois d’une conception de formules, en général assez simples, d’une mise en œuvre de techniques de construction et d’un ordonnancement d’éléments architecturaux bien définis. ()r, il est curieux de constater que ces trois thèmes, élaborés tôt dans l’histoire de l’Arabie du Sud, sans doute dès la période archaïque, ont connu une diffusion bien au-delà de leur berceau et de leur temps de mise au point. Prenons deux exemples : la mise en œuvre de soubassements de pierre aux murs de refends disposés à l’orthogonale, formant de puissants radiers, et surmontés d’étages de matériaux divers, servira de modèle aux édifices civils comme religieux à travers les âges. L’utilisation du bois, soit pour former les ossatures des murs des étages, soit pour entrer massivement dans leur édification, est attestée tant en Arabie du Sud qu’au Tigray à des périodes très différentes ; elle s’y poursuivra même dans les églises médiévales.

  • 5 Krencker 1913 :7, fig. 9.

11Aussi certaines traditions traversent la plupart des phases historiques ci-dessus mentionnées. Cette constatation faite, il conviendrait d’en souligner les apports et les limites. Souligner que l’usage du bois dans les murs des étages des bâtiments s’est poursuivi pendant plus d’un millénaire, tant en Éthiopie qu’au Yémen antique, ne serait qu’une affirmation sans fondement si elle n’était pas étayée par des fouilles et donc par des dates même plus ou moins précises. L’usage du bois devait être connu dans le Tigray au début du second millénaire avant, mais il revient sans doute aux sabéens d’avoir introduit le système d’armature comme le démontre l’édifice dit « administratif » de Grat Be’al Guebri/Yeha aux IXe et VIIIe siècles avant notre ère. Que cet usage se soit perpétué jusque dans les édifices axoumites, du début de notre ère au Ve siècle environ, il ne pourrait s’expliquer que par la longévité des bâtiments, et donc par une mémoire visuelle des bâtisseurs. De même, on pourrait supposer que les constructions axoumites en bois les plus tardives ont inspiré les architectes des monastères de la région (par exemple à Debre Damo). Les limites de cette approche sont pourtant évidentes : elles demeurent formelles, voire incantatoires. Un certain nombre de publications récentes illustrent ces permanences en juxtaposant un croquis des huisseries de bois dessiné selon les stèles d’Axoum, par D. Krencker5 à des vues du monastère de Debre Damo. Or, la mise en œuvre des pièces de bois dans les murs n’est guère similaire, les véritables armatures avec répétition de poteaux font, semble-t-il, défaut dans les murs pré-axoumites et axoumites.

12Faire état des permanences en architecture, c’est aussi souligner les ruptures. Il faut croire en effet que les Sabéens ont introduit dans le Tigray, notamment à Yeha ainsi qu’à Nole Kabba (Waraqa) : des formules architecturales (un temple à propylône ouvrant sur un édifice à trois ou cinq rangées de piliers longitudinales et trois cellae) et des techniques d’appareillage régulier aux modules et aux décors propres à l’architecture sabéenne de Sirwâh et de Mâ’rib. Sauf erreur de notre part, aucun édifice antérieur au VIIIe siècle avant notre ère, n’offre de telles caractéristiques. Que ces formules et ces techniques d’appareillage aient eu quelques succès et aient été copiées dans les siècles qui suivirent, il resterait encore à le démontrer précisément, aucun sanctuaire pré-axoumite, bâti entre le VIIe et le 1er siècle avant notre ère ne peut le démontrer de façon évidente.

  • 6 Breton 1994

13Mentionnons une autre rupture, cette fois, dans le domaine sudarabique. Les premières fortifications édifiées dans le domaine sabéen, vers les VIIIe-VIIe siècles avant notre ère, telles qu’ai-Asâhil et Khirbat Sa‘ûd, se composent d’un mur de pierre, épais de 3 à 4 mètres, assez élevé, renforcé de contreforts à intervalles réguliers. Or, sans doute à partir du VIIe siècle avant notre ère, les murailles se constituent désormais d’un épais massif de brique crue, doublé à l’extérieur par un mur de pierre, le plus souvent d’appareil régulier liaisonné à celui-ci par des boutisses6 C’est un changement majeur qui a quelque succès, puisqu’il a été diffusé dans la plupart des remparts des « royaumes caravaniers » d’Arabie du Sud.

14Citons un autre exemple : dans le Tigray, l’utilisation des coins métalliques (fer ou bronze) pour l’extraction en carrière ne semble pas apparaître avant le début de notre ère. Cette technique, attestée en Égypte à partir de l’époque romaine, aurait été introduite à cette époque, modifiant sans doute profondément les habitudes des carriers.

15Cet ouvrage s’attache donc à mettre en valeur tant les « traditions » locales ou régionales que les nouveautés techniques ou architecturales, en s’appuyant sur des exemples certes précis, mais de datations parfois incertaines.

16A trop vouloir chercher des traditions communes en Arabie du Sud et au Tigray, on en viendrait sans doute à sous-estimer les caractéristiques propres à chacun de ces deux pôles.

17L’Arabie du Sud forme un monde assez isolé, à la période archaïque. On peut donc supposer que des techniques de construction originales ont été éléborées dans cette région. Mentionnons-en brièvement quelques-unes. Dans les murs d’appareil régulier des fortifications, on note la présence de boutisses régulièrement distribuées, tous les 3 mètres, et intercalées d’une assise sur deux entre des carreaux. Ce système d’accrochage du mur de pierre dans son doublage interne se reconnaît dans les murs d’al-Baydâ’ et de Ma‘în, sans doute dès le VIIe siècle avant notre ère. De même, les angles des murs des temples et de certaines fortifications sont renforcés par l’imbrication de deux séries de boutisses alternées. Ce principe de construction, conçu par chaînes verticales de boutisses lancées dans les massifs de brique crue à l’arrière des façades des murs, aurait ainsi évolué vers un système de renforts des angles, sans abandonner son rôle primitif. Or, toutes ces techniques semblent proprement sudarabiques.

18On peut aussi croire que le Tigray constitue aux époques pré-axoumites – voire axoumite – une région à l’écart des grands courants. Son architecture résulte ainsi principalement, non d’importations, mais d’élaborations de formules propres. L’une des formes architecturales les plus développées à Axoum, aux premiers siècles de notre ère, consiste en l’érection de grandes stèles monolithes. Certes, d’autres stèles de petites dimensions ont été érigées à travers les âges, surtout en Éthiopie (et plus rarement en Arabie du Sud), mais jamais aucune d’entre elles n’a atteint de telles dimensions : la plus grande, la stèle n° 1, mesure en effet 33 mètres de haut, pour un poids estimé à 520 tonnes ; la stèle n° 2 : 24,60 mètres (hors sol) de haut pour un poids de 170 tonnes environ ; et la stèle n° 3 20,60 mètres de haut (au sol), pour un poids de 160 tonnes environ. Jamais l’antiquité classique n’avait érigé de tels monolithes et jamais des charpentiers de marine – les seuls à pouvoir dresser de telles stèles – n’avaient fait preuve d’une si grande maîtrise technique.

19En raison de tous ces facteurs, poids des traditions architecturales et relatif isolement des deux mondes sudarabiques et tigréens, cet ouvrage ne saurait adopter en premier lieu un découpage par tranches historiques. Nous avons d’abord voulu étudier les conditions du développement de cette architecture très particulière à ces deux mondes. Par conditions, nous entendons les milieux géologiques, les types de matériaux (calcaires, granits, basaltes, grès et tufs volcaniques), les conditions de leur extraction en carrière, leur taille et leur mise en œuvre. Parmi ces matériaux, une place aussi large que possible a été faite à la brique crue et au bois qui, tous deux, n’ont malheureusement laissé que peu de traces, au Tigray notamment.

20Puis, sur une longue période couvrant approximativement tout le premier millénaire avant notre ère, il convenait d’étudier, aussi systématiquement que possible, les types de murs, les appareils et les assemblages. Tout d’abord, de longs développements sont consacrés à l’architecture de pierre, à la classification de ses principaux éléments : socles (ou soubassements), superstructures, piliers, propylônes, banquettes, stèles, etc. L’architecture de terre (en brique crue ou en pisé) n’est pas mise à l’écart, alors que ses vestiges ne sont pas toujours étudiés, souvent en raison de leur mauvais état de conservation. Autant que possible, toutes les datations de ces éléments sont mises à contribution, avec les incertitudes et les approximations exposées dans les publications. À ceux qui pourraient objecter que les dates précises de l’origine de nombreux éléments architecturaux sont tellement incertaines qu’elles invalident toute tentative de classement, nous répondrons que l’extension des fouilles devrait, dans un avenir proche, fournir de nombreux compléments. C’est notamment le cas de nombreux édifices civils, tant en Arabie du Sud, plus ou moins datés par leurs dédicaces de construction, qu’au Tigray où celles-ci font majoritairement défaut. Là encore, utiliser les termes de traditions séculaires n’est qu’un palliatif en attendant de nouvelles fouilles.

21La présence d’un chapitre sur les fortifications mérite quelques explications. Il s’agit en effet d’une architecture militaire propre à l’Arabie du Sud, attestant un grand art de bâtir, souvent en appareil régulier, et un rôle décisif dans l’urbanisation. En outre, les dédicaces de construction, encastrées dans les murs, témoignent du rôle des souverains ou des tribus impliquées dans leur édification. Cette architecture est sans équivalent sur les hautes terres du Tigray, et il conviendrait d’en rechercher les raisons.

22Le dernier chapitre tente de regrouper l’essentiel de l’architecture des premiers siècles de notre ère. Il nous a semblé plus cohérent d’y placer tout d’abord les traits caractéristiques de l’architecture axoumite ; les disséminer au fil des chapitres aurait estompé leur unité, voire leur cohérence. Car il s’agit bien d’une architecture originale, peu sensible aux influences extérieures venues tant d’Égypte que d’Arabie du Sud. Dans le domaine du décor architectural, en pierre comme en bronze, à l’inverse du Tigray, l’Arabie du Sud offre quelques beaux exemples d’un art de cour copiant des modèles hellénisés. C’est dans certaines demeures princières himyarites ou dans le palais de Shabwa que s’illustre au mieux l’importation de statues de bronze ou la copie des décors peints ou gravés sur pierre. Mais en définitive l’hellénisation de l’orient n’a fait qu’effleure le monde de l’Arabie du Sud.

Notes

1 Le Goff, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ? 2014 :15.

2 Fattovich et Bard 2000 : 23-26.

3 Munro-Hay 1991 : 67-68.

4 Selon Maigret, 2005, les tranches d’histoire pourraient s’établir ainsi : – Les «  royaumes caravaniers » et les moukarribs de Saba’(IXe-Ve siècles avant notre ère) ; – Les «  royaumes caravaniers » et les rois de Saba’(Ve-Ier siècles avant notre ère) – Les royaumes des hautes-terres et les rois de Saba’et de dhû-Raydân (1er siècle avant J.-C.-IIIe siècle) ; – L’Empire de Himyar (IVe-VIe siècles).

5 Krencker 1913 :7, fig. 9.

6 Breton 1994

© Centre français des études éthiopiennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540