Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mégalithisme dans le Chercher en Éthiopie

 | 
Roger Joussaume

Conclusion générale et perspectives

Texte intégral

1Les recherches archéologiques que nous avons conduites dans les monts du Chercher entre 1970 et 1973 font suite aux investigations pionnières de François Azaïs et Roger Chambard dans la première moitié des années 1920. Si elles apportent, comme il se doit de toute recherche, des éléments nouveaux à la connaissance des monuments mégalithiques érigés à différentes époques entre le IIe millénaire avant J.-C. et le VIIIe-XIIIe siècle de notre ère, elles restent d’une grande indigence pour tout ce qui concerne le développement historique de cette région, voie importante de l’islamisation éthiopienne alors que la chrétienté, depuis le nord, abordait les régions païennes du grand sud de l’Abyssinie.

2Nous ne savons pratiquement rien de la mise en place des premières sociétés pastorales et agricoles dans la Corne de l’Afrique. Certes les gravures rupestres du Harar, du Sidamo et du Tigray en Éthiopie, de l’Erythrée, de Djibouti et du Somaliland dans les autres parties de la Corne, témoignent d’un élevage de bovins sans bosses qui se réfère à un bœuf africain (bos africanus) antérieur à l’introduction du zébu (bos indicus) que l’on voudrait dater du Ier millénaire avant J.-C. sans plus de précision. Ces premiers pasteurs seraient apparus localement au début du IIIe millénaire avant J.-C., voire quelques siècles plus tôt, suivant les premiers résultats obtenus sur le site d’Asa-Koma à Djibouti (Joussaume 1995, Gutherz & Joussaume, 2000). Ils peuvent trouver leur origine chez les premiers éleveurs du Soudan dont on peut penser qu’ils auraient introduit en même temps, dans ces régions orientales, la connaissance de l’agriculture, mais aucune preuve tangible n’a encore été apportée à ce schéma de diffusion.

3De l’autre côté de la mer Rouge, au Yémen, dans ce IIIe millénaire avant J.-C., les populations locales utilisent des instruments en bronze et semblent entretenir, depuis longtemps déjà, des rapports économiques avec les côtes africaines à travers des échanges d’obsidienne en provenance d’Éthiopie en particulier. C’est également à cette époque, Âge du bronze (IIIe-IIe millénaires avant J.-C.), que des monuments de type « dolmen » sont dressés au Yémen. Nous devons envisager un rapport possible entre les monuments yéménites et ceux du Harar dont on ne connaît rien de comparable en Afrique en dehors de la lointaine Afrique du Nord. Mais que sait-on des auteurs des daga kofiya des montagnes du Chercher ? Rien ou presque. Certes on peut dire que les groupements qu’ils forment, indiquent probablement des communautés plutôt sédentaires pratiquant l’élevage des bovins (gravures rupestres), et sans doute des ovins, sans que nous ayons la moindre idée des pratiques agricoles connues ou non, de l’organisation sociale des groupes humains, de leur vie journalière, de leurs croyances. Aucun village, à ce jour, n’a été recensé, et seul un squelette humain, dont on ne sait s’il ne réoccupe pas une tombe plus ancienne, a été retrouvé dans un de ces « dolmens ».

4À quel moment s’est-on arrêté de construire des cistes dolméniques pour y déposer un défunt ? Celui-ci devait avoir un statut particulier pour mériter cet honneur qui n’était pas attribué à tous. Devons-nous pour autant le rattacher obligatoirement à une hiérarchisation de la société ? Sans l’exclure, on retiendra que d’autres systèmes sociaux permettent de reconnaître le mérite de certains individus indépendamment d’une hiérarchisation établie du groupe.

5Archéologiquement, nous ne savons rien de ce qui s’est passé dans le Chercher entre l’époque de l’édification des cistes dolméniques, au IIe millénaire avant J.-C., et les cairns les plus anciens dont certains remontent au début du Ier millénaire avant J.-C. et bien avant encore à Djibouti (Poisblaud 2004-5). Encore faudrait-il s’assurer par de nombreuses autres datations que les daga kofiya du Chercher ont bien été édifiés au IIe millénaire avant J.-C. (peut-être avant) et pendant combien de temps ?

6Il reste qu’actuellement, dans le Chercher, à travers les vestiges étudiés, nous passons de l’époque des « dolmens » et de l’art rupestre aux premiers tumulus et sites muraillés qui apparaissent, suivant les datations 14C que nous possédons, au VIIIe siècle de notre ère. Il y a là un vide historique de 1 000 à 1 500 ans qui devra être comblé par de nouvelles études.

  • 1 Je dois rappeler que je suis un préhistorien spécialisé dans lʹétude du mégalithisme. Je suis venu (...)

7La plupart des tumulus et sites muraillés que nous avons étudiés ont été en grande partie détruits depuis longtemps. Ils n’ont fait l’objet de notre part que de fouilles très réduites. Celles-ci apportent cependant quelques éclairages, loin d’être négligeables, sur les coutumes d’une époque très mal connue1.

8L’étude succincte de quelques tumulus, tous déjà éventrés par les paysans, a montré la diversité de ce qu’ils recouvrent : chambres funéraires à dépôts collectifs accompagnés d’un riche mobilier archéologique (poteries, éléments de parure, armes) qui permet d’établir quelques comparaisons avec des monuments similaires de régions voisines ; sépulture individuelle d’un personnage particulier entouré de très nombreuses poteries sous un cairn dans le Mänz par exemple. Ils appartiennent à une époque que l’on peut situer entre le VIIIe et le XIIIe siècle de notre ère et furent édifiés par un peuple païen occupant des villages perchés sur les hauteurs, parfois fortement muraillés, comme s’il avait dû se protéger d’un éventuel ennemi : chrétiens au nord-ouest, musulmans à l’est. La région n’était cependant pas fermée et des contacts à longue distance semblent bien établis avec des peuples du sud, au moins jusqu’au nord du Kenya mais également de l’est, la mer Rouge, d’où proviennent des coquillages, des perles en verre, ainsi que le khôl trouvé dans de petites fioles en verre, en provenance de l’Inde. Les habitants du Chercher de l’époque connaissaient l’usage du fer, du cuivre ou bronze, de l’argent et de l’or. Ces cultivateurs-éleveurs (bœufs et moutons), possédaient aussi des chevaux. C’étaient également des guerriers armés de javelines et d’arcs à pointes de flèches à armatures en fer. Ils portaient des bijoux (perles et bracelets) et leurs tombes recevaient à la fois des hommes, des femmes et des enfants. On peut penser que cette société était relativement hiérarchisée et que les tumulus que nous avons étudiés étaient dévolus à des familles de haut rang.

9Mais tout cela est le fruit d’une interprétation quelque peu subjective à partir d’éléments trop peu révélateurs. Il reste un long travail de recherche archéologique à entreprendre pour appréhender cette société qui se dessine à peine et sur laquelle on ne dispose encore que de très peu d’éléments.

10Dans un premier temps, il serait utile d’entreprendre l’inventaire exhaustif de tous les daga kofiya, tous les tumulus et tous les sites fortifiés du Harar, accompagné d’un positionnement GPS, d’une carte de situation par rapport au relief et à l’hydrographie, de plans, de photographies et de descriptions du site. Il faudrait profiter de l’occasion pour recueillir tous les objets, tous les fragments de poteries qui jonchent les habitats et autres lieux d’occupation, ainsi que les tumulus éventrés par des fouilles clandestines antérieures. Le classement de tout ce matériel permettrait d’effectuer des sériations des poteries et autres objets en fonction des différents types de monuments reconnus.

11Les études effectuées au début des années 1970 n’ont été pratiquées que sur des cistes dolméniques déjà vidées pour la plupart et des tumulus éventrés. Il faudra rechercher des monuments en bon état de conservation pour en effectuer la fouille complète avec l’emploi de toutes les méthodes et moyens modernes d’investigation.

12Enfin, devant le danger des destructions intempestives, il sera indispensable de préserver quelques-uns de ces monuments les plus représentatifs par un classement national, voire mondial dans le cadre de l’Unesco.

Notes

1 Je dois rappeler que je suis un préhistorien spécialisé dans lʹétude du mégalithisme. Je suis venu en Éthiopie en 1970 pour y étudier les « dolmens » du Harar et les pierres dressées du sud qui avaient été reconnues par le Père Azaïs au début du XXe siècle. Nʹayant aucune référence archéologique fiable sur le mégalithisme du Harar, il me fallait tout dʹabord établir une chronologie des monuments de la région et donc effectuer la fouille de quelques-uns dʹentre eux, représentatifs des architectures rencontrées. Lʹétude entreprise nʹétait donc basée sur aucune connaissance historique ce qui explique le titre donné à la première édition de cet ouvrage : « Le mégalithisme en Éthiopie : Monuments funéraires protohistoriques du Harar ». Il sʹagit en fait dʹune « Protohistoire persistante », comme lʹappela Francis Anfray, dans la mesure où aucun écrit se rapportant à cette époque, dite « médiévale » par dʹautres, ne nous est connu.

© Centre français des études éthiopiennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable