Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mégalithisme dans le Chercher en Éthiopie

 | 
Roger Joussaume

Chapitre V. Sites muraillés du Chercher

Texte intégral

1L’étude des monuments mégalithiques nous a conduit à nous intéresser à ce que le père Azaïs avait appelé « les vieilles villes aux murs cyclopéens », expression que j’ai reprise dans la publication de 1974 mais que je préfère remplacer aujourd’hui par celle de « sites muraillés » plus en rapport avec la réalité. En fait, la plupart des sites repérés sont de surface modeste et n’ont jamais été de véritables villes. Par ailleurs, l’édification des murailles, si elle emploie parfois des blocs de pierre de très grosse taille, n’est pas pour autant « de construction cyclopéenne ». La proximité de ces sites avec des tumulus, mais plus encore, la similitude des céramiques rencontrées sur ces deux types de sites nous incitèrent à y regarder d’un peu plus près, même si notre objectif premier n’était pas l’étude de ces sites défensifs. C’est dire que notre analyse reste très superficielle et devra être largement complétée par de véritables fouilles archéologiques de quelques-uns de ces lieux, ce qui n’a pas été fait au cours des quarante années écoulées.

  • 1 Ce trilithe fut la cause dʹune erreur dʹinterprétation de F. Azaïs qui y voyait un « dolmen », err (...)

2Plusieurs sites muraillés ont été signalés par Azaïs et Chambard (1931) : Chenassen, au nord de Jijiga ; Derbiga au nord-ouest du précédent ; Amareyti, au sud de Harar ; Bio à l’est de Harar, qui renferme dans son enceinte un monument mégalithique formé d’une dalle de pierre reposant sur deux pierres dressées formant le porche trilithe1 du passage d’une chambre funéraire à une cellule latérale ; Hejersa, en face de Bio, où les fouilles à l’intérieur d’une maison rectangulaire livrèrent quelques objets en métal cuivreux et en fer ; Derbi, près de Baté, où furent découverts quelques fragments d’une stèle écrite en Arabe koufique ; Dobba (il s’agit en réalité de Molé) où Azaïs signale « plusieurs moyés qui sont des pierres creusées en forme de pétrins indigènes qui ont dû servir à écraser les olives » ; Laga Oullo, vers la montagne de Kumbi ; et enfin Assabot où se trouvent un monastère et une ville en ruine selon l’auteur.

3En 1970, Francis Anfray, dans ses « Notes archéologiques » signale les ruines de Koufa Kamona « au nord du pays de Fadis, à l’altitude de 1900 m, à l’est de mont Gara-Moulata, à une dizaine de kilomètres de la ville de Harar ».

4Cette même année 1970, au cours d’une première mission archéologique dans le Chercher, nous avons reconnu les ruines d’un site muraillé au sud de Déder en descendant vers Sourré. Pour accéder à ce site perché sur un piton rocheux, il faut emprunter un escalier large et bien construit aujourd’hui en partie détruit.

5Les prospections de 1971 dans la région de Dobba nous ont permis, grâce à l’aide du père Emile Foucher, de connaître plusieurs nouveaux sites : Molé, déjà vu par Azaïs ; Koubi, véritable forteresse en bon état de conservation ; Addas et Mito ; enfin Abadir, nom d’un des chefs de l’Emir Nur qui succéda en 1553 à Mohamed Gragne (le Gaucher) et qui entreprit la construction des remparts de la ville de Harar.

6En 1972 nous avons repéré des restes d’habitations rectangulaires au-dessus de Sourré-Kabanawa. Sur une montagne non loin de là subsistent les imposants vestiges de Eidou Rallo. Nous y avons ramassé quelques tessons de poteries et photographié plusieurs « moyés » de différentes dimensions. Une aire limitée par un mur en pierre sèche sur laquelle se dressent quelques pierres est en fait un lieu de culte musulman.

7La mission 1973 amena la connaissance de deux anciennes places fortes près du village de Hassan Abdi. Elles contrôlent magnifiquement la vallée qui s’enfonce vers le sud. Une autre enceinte muraillée se dresse près de Kouloubi. Nous l’avons aperçue lors d’une excursion qui devait nous conduire aux peintures rupestres de Laga Oda.

8Toujours situés sur des hauteurs d’où la vue s’étale largement, ces sites sont entourés de murs de deux à quatre mètres d’épaisseur, formés de gros blocs de pierre entassés atteignant parfois plusieurs tonnes. Tous ces sites ne sont probablement pas de la même époque. Nous reviendrons sur leur datation après avoir étudié le matériel archéologique recueilli en relation avec certains d’entre eux.

9Trois sites ont fait l’objet d’observations plus précises que nous allons présenter maintenant. Tout d’abord les sites de Molé et Koubi qui dépendent de Dobba, le premier sur Ganda Chaffé et le second sur Ganda Kadana à deux heures de marche à l’ouest du précédent. Le troisième se trouve à Ganda Hassan Abdi, dépendant de Chélenko.

A. Molé (Dobba)

10À 2 200 m d’altitude, sur le sommet arrondi d’une colline qui domine le petit bassin de Chaffé, le site de Molé est aujourd’hui réduit à peu de chose : quelques vestiges de murs çà et là. L’endroit est maintenant cultivé et il est bien difficile, sans fouilles, de retrouver le plan des structures qui devaient occuper ce vaste espace. Toutefois un grand nombre de vestiges archéologiques jonchent le sol : céramiques, silex, mortiers et bassins... Comme sur la plupart des autres sites de ce type, nous n’y avons pratiqué aucun sondage.

11Tout le matériel archéologique recueilli a été déposé au Musée national à Addis-Abeba. Une petite collection subsistait au moment de notre passage dans la mission catholique de Chaffé ainsi qu’un fragment de stèle à inscription koufique.

1. La céramique (fig. 109)

a. Les formes

12Elles sont difficilement restituables en raison de l’intense fragmentation des récipients. On remarque cependant le grand nombre de bols hémisphériques ou à rupture de pente, de coupes et de vases sphériques à col droit. Les fonds ronds sont parfois à pied annulaire plus ou moins haut (fig. 109, c 4 et 5).

13Des formes particulières sont à signaler : plateaux circulaires en argile qui rappellent les actuels plats à injera (galette de tef ou de sorgho) (fig. 109, c 8-9) ; un fragment de passoire (fig. 109, c 7) ; un goulot cylindrique (fig. 109, b 4) et une fusaïole en terre cuite (fig. 109, b 5).

b. Les décors

14Le décor poinçonné est le plus fréquent. Il semble qu’il ait été produit à l’aide d’une baguette enfoncée le plus souvent obliquement dans la pâte molle. Il se rencontre surtout sur des bols : une ligne ou deux, quelquefois trois, à peu de distance du bord (fig. 109, d 1 à 6). On le trouve également sur des bords aplatis (fig. 109, a 1 et 4), mais aussi en haut de la panse de vases ronds à col droit et anses. Le décor du tesson n° 2 de la figure 109 d paraît avoir été obtenu à l’aide d’une baguette creuse appliquée perpendiculairement à la paroi ; la courbure des lignes laisse envisager un décor en demi-cercle. Autre type de décor poinçonné sur le tesson n° 6 de la figure 109 a : il s’agit ici de triangles au champ poinçonné auquel s’ajoute un cordon à impressions parallèles et obliques.

15Des cordons à impressions digitales (fig. 109, c 1 et 3) souvent sur de grands vases sphériques à col droit, à la base du col (fig. 109, c 1), quelquefois sur la panse même (fig. 109, c 3). Dans les tumulus, que ce soit à Déder, à Sourré Kabanawa ou à Chaffé, nous avons rencontré ces grands vases avec ce décor. À Déder les vases qui possèdent ce décor proviennent de tumulus et sont des urnes funéraires à incinérations remplis de cendres et de fragments osseux humains.

16Bien que moins répandu, le décor incisé existe également : décor de lignes incisées parallèles sur le pied annulaire à fond rond (fig. 109, c 4). Ce même type de décor se retrouve, situé de la même manière, sur des vases de monuments à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à quelques centaines de mètres au pied de Molé.

17Un tesson (fig. 109, c 6) porte une coulée de pâte, décor tout à fait exceptionnel.

18Enfin un autre tesson (fig. 109, c 2) présente un décor très particulier exécuté sur engobe noir très brillant. Une fois encore, nous avons des exemplaires absolument semblables dans un monument à chambre circulaire et cellule latérale, celui de Chaffé, mais aussi sur des tessons provenant du site de Bio Karamillé ainsi que sur des céramiques du site de Hassan-Abdi.

c. Les moyens de préhension

19À côté des anses cylindriques qui appartiennent à de grands récipients ou à des vases à fond rond et col droit, existent des oreilles de préhension qui peuvent être pleines ou percées. Elles sont à attaches verticales ou horizontales redressées. Elles se situent le plus souvent à quelques centimètres du bord ou au niveau de la rupture de pente. Sur les vases sphériques à col droit l’anse ou les anses boudinées joignent le col à la panse.

Fig. 109 – Site muraillé de Molé : divers formes et décors de poteries (dessins R. Joussaume)

20Il existe également quelques boutons ronds ou allongés situés sous le bord.

d. Perforations pré-orales

21Un tesson porte deux perforations circulaires pré-orales (fig. 109, b 2). Il faut rapprocher ce fragment d’un vase du tumulus de Déder, polypode à socle formé d’une plaque d’argile que l’on retrouve sur tous les types de sites de la région, aussi bien dans les tumulus de Chaffé que de Sourré Kabanawa ou Hassan Abdi ainsi que sur d’autres sites muraillés.

e. Les teintes et les pâtes

22Les pâtes sont le plus souvent assez grossières mais assez bien cuites. La teinte dominante est le rouge mais il y a aussi des beiges et des noirs assez nombreux et parfois très luisants. Nous n’avons relevé aucune trace de peinture sur les céramiques de ce site.

23Cette description des céramiques recueillies à la surface du site de Molé montre les similitudes frappantes qui existent entre les poteries d’un site muraillé et celles des différents monuments du groupe des tumulus. Cette constatation implique que les occupants des sites muraillés aient été aussi ceux qui utilisaient ces tumulus pour y déposer leurs morts.

2. Le lithique

24Sur le flanc ouest de ce site muraillé, nous avons eu l’opportunité de trouver une abondante industrie lithique essentiellement composée de grattoirs en jaspe et silex dont nous pensons qu’ils appartenaient à des tanneurs de peaux comme nous avons eu l’occasion d’en voir, de nos jours encore, dans le Wolayta par exemple. Sur un espace réduit d’environ 80 m de long pour 50 m de large (quartier des tanneurs ?) nous avons recueilli près de 3 000 silex en quelques heures (fig. 110, n° 1 à 6). Il s’agit principalement de grattoirs tout à fait comparables à ceux d’Axoum (Puglisi 1946) dont la ressemblance ne tient peut-être qu’à une utilisation identique. Ils sont de deux types, longs et courts. Les grattoirs longs sur éclats allongés mesurent de 3 à 5 cm, alors que les courts se répartissent en petits grattoirs avec plan de frappe et bulbe de percussion ; grattoirs sur éclats fracturés, dont la fracture est probablement le produit du travail ; grattoirs circulaires retouchés sur tout le pourtour et grattoirs sur éclat à plusieurs fractures. Trois de ces grattoirs seulement sont en obsidienne.

25Les autres pièces de l’industrie lithique sont peu nombreuses : quelques perçoirs (fig. 110, nos 7 et 8) ; des pièces esquillées (fig. 110, n° 10), de très rares lames (fig. 110, n° 9) ; des éclats retouchés (fig. 110, n° 11) mais également des racloirs dont certains de grande taille comme l’exemplaire que nous présentons (fig. 111).

Fig. 110 – Site muraillé de Molé : Industrie lithique : 1 à 6) grattoirs ; 7 et 8) perçoirs ; 9) lame ; 10 et 11) éclats retouchés (dessins R. Joussaume)

Fig. 111 – Site muraillé de Molé : gros racloir (dessin R. Joussaume)

26Un peu partout sur le site, nous avons recueilli des meules ou fragments de meules ainsi que des mortiers portatifs. On remarque en bien des endroits, sur de gros blocs fixes, des bassins parfaitement exécutés et de dimensions très variables ; il s’agit des « moyés » (fig. 112, n° 3, p. 182) signalés par Azaïs et Chambard (1931) dont ils disent qu’ils devaient servir à écraser les olives.

27Il nous faut également signaler des disques de pierres taillés qui atteignent jusqu’à une vingtaine de centimètres de diamètre dont on ignore complètement la fonction.

B. Koubi (Dobba)

28Pareillement situé sur une hauteur, le site muraillé de Koubi était en bon état de conservation lors de notre visite au début des années 1970. Il se trouve sur Ganda Kadana à plus de deux heures de marche de Chaffé. L’ascension est longue et difficile.

29Il s’agit d’un éperon naturel, qui domine la vallée du Dobba, long de 120 m environ pour une largeur de 20 à 30 m, soit une surface relativement réduite d’à peu près 3 000 m2, entièrement ceinturé de murailles imposantes. Les murs, hauts parfois de plus de 10 m, ont une largeur qui peut atteindre 3 m. Ils sont constitués de très gros blocs, de plusieurs tonnes parfois, qui furent trouvés dans les environs immédiats (fig. 112, nos 1 et 2).

30Une végétation arbustive couvrait l’ensemble et il fut difficile de distinguer toutes les parties qui composent ce site fortifié. Deux murs transversaux partagent la surface en trois zones. À l’intérieur de l’une d’elles, une aire d’environ 6 m de diamètre est limitée par de petites dalles de pierre fichées dans le sol. Il pourrait s’agir des restes d’une structure habitée. On y trouve aussi plusieurs bassins creusés dans des blocs de pierre, identiques à ceux rencontrés à Molé, Raré, Moulata et Karkassa. Pour autant il ne faut pas voir ici un site d’habitat comme celui de Molé mais essentiellement un site défensif de peu d’extension.

31Deux entrées ont été pratiquées dans l’enceinte, l’une sur le flanc nord, face à Kadana, l’autre à l’est vers l’arrière de l’éperon (fig. 112, n° 1).

32Cet éperon se prolonge à son extrémité ouest, la plus étroite, après un étranglement, par un espace élargi qui a également été aménagé. Complété par cet avant-poste, le site de Koubi apparaît comme une véritable forteresse dominant largement son environnement.

33Les vestiges archéologiques recueillis en surface sont très rares : quelques tessons qui se rapportent à des plats semblables aux actuels plats à injera. Des fouilles seraient nécessaires pour dater plus précisément ce site.

  • 2 À lʹest de Harar, le Somaliland est un pays, partie de la Somalie, qui sʹest autoproclamé indépend (...)

34Il nous a été dit que chaque année au mois d’avril, des sacrifices étaient effectués à l’entrée est du site. Le lieu est donc sacré pour les musulmans qui y pratiquent ces offrandes. Ces cérémonies laissent penser que les musulmans considèrent que cette occupation est liée à leurs ancêtres, peut-être en relation avec l’expansion, à partir du VIIIe siècle, de l’Islam depuis Harar, provenant du Yémen par les villes musulmanes (Curle 1937) et le port de Zeyla, au bord du golfe d’Aden, dans le nord du Somaliland2.

Fig. 112 – Site muraillé de Koubi :
1) une entrée à travers le mur ;
2) mur bâti avec d’énormes blocs ;
3) grand bassin taillé dans un bloc de pierre sur le site de Molé (clichés R. Joussaume)

C. Hassan Abdi (Chélenko)

35Sur une hauteur dominant deux vallées, le site d’Hassan-Abdi contrôle toute la région, c’est une zone de passage obligé vers le sud. Les vestiges y sont rares en dehors de quelques restes de murs. La présence de deux emplacements particuliers signalés par des habitants d’Hassan Abdi, nous a conduit à effectuer une étude plus importante que ce simple signalement. Le premier concerne un tas de tessons de poteries et le second un gros dépôt d’ossements.

1. Amas de fragments de poteries

36En bas du promontoire, sur le flanc nord, au pied d’un mur de soutènement d’une ancienne terrasse, un espace a été aménagé au milieu des blocs de pierre. Il était littéralement bourré de tessons de poteries mais nous n’y avons trouvé aucun vase entier. Il s’agit d’un amoncellement de fragments de pots sur environ un mètre d’épaisseur moyenne, couvrant une surface de près de trois mètres de large pour deux mètres de profondeur, soit au moins 5 m3 de tessons. Aidé par trois jeunes voyageurs de passage qui restèrent une semaine avec nous, nous avons recueilli près de 200 kg de fragments de poteries caractéristiques dont nous avons établi un classement typologique.

37Dans cet amas se trouvaient également quelques ossements d’animaux ainsi que des charbons de bois qui furent datés au Laboratoire des Faibles Radioactivités de Gif-sur-Yvette (France) grâce à l’obligeance de madame Delibrias :

38Gif. 3041 : 1170 ± 90 BP, soit une datation réelle comprise entre le VIIIe-Xe siècle de note ère.

a. Les formes

39Deux grandes séries marquent cet ensemble : d’une part les coupes et les bols (vases ouverts) et d’autre part les vases sphériques à col (vases fermés). Il faut y ajouter des vases à pied annulaire (fig. 116, n° 13), de rares polypodes et quelques fragments de plateaux (fig. 118, n° 8). Les goulots latéraux sont assez fréquents (fig. 116, n° 4) en haut de la panse de ces vases (fig. 116, n° 7) ou près du bord de quelques coupes profondes (fig. 116, nos 5 et 8). On note aussi la présence de vases à perforations multiples (fig. 116, n° 10) et une nouveauté par rapport à ce que nous connaissons ailleurs : deux vases à fond aplati (fig. 116, nos 9 et 12).

b. Les moyens de préhension

40Anses cylindriques verticales qui joignent le col à la panse de vases sphériques à col droit (fig. 113, nos 4, 5, 7, 8, 9 ; fig. 116, n° 1) et anses horizontales sur le haut de la panse de vases sphériques à col droit plus ou moins élevé (fig. 114, n° 11 ; fig. 117, nos 1, 3, 4 et 6).

41Boutons à perforation horizontale, essentiellement sur des coupes et des bols (fig. 117, nos 2, 6, 7 et 8) et boutons pleins simples (fig. 118, nos 2, 4, 7, 9, 11, 14 et 15) ou doubles sur un bol (fig. 117, n° 9).

42Languettes de préhension, droites ou redressées, uniquement sur des coupes (fig. 118, nos 1, 3, 5 et 6).

43Le vase à col n° 5 de la figure 117 porte une anse en croissant sur le haut de la panse.

c. Les décors

44Décors impressionnés à l’aide d’une tige circulaire creuse appliquée sur la pâte molle. Une ligne d’impressions peut se trouver au passage col-panse (fig. 113, n° 4 ; fig. 114, nos 1, 6, 8, 9 et 10) ou sous le bord d’une coupe (fig. 115, n° 9). Ils peuvent être associés à un moyen de préhension ou orner un petit cordon (fig. 115, nos 5 et 8). L’impression d’une extrémité de baguette simple se retrouve sur quelques poteries. Une autre impression assez fréquente est faite au doigt, en général au passage col-panse des vases à col (fig. 115, nos 1, 2 et 4), parfois sur un cordon (fig. 115, n° 12).

45Les décors incisés sont moins nombreux : une ligne au passage col-panse, barrée de courtes incisions obliques (fig. 116, n° 2) ; trois lignes parallèles sur un vase sphérique à col droit (fig. 116, nos 1, 3 et 6).

46Les décors plastiques concernent un petit bourrelet lisse perpendiculaire à la panse (fig. 115, nos 6, 7, 9 et 11), un autre bourrelet en « moustache » sous un cordon parallèle à l’ouverture au niveau col-panse (fig. 115, n° 10), un petit cordon impressionné (fig. 115, nos 5 et 8). On ajoutera à tout cela des pastilles circulaires en relief (fig. 117, nos 10, 11 et 12).

2. Amas d’ossements

47Le prélèvement de terres nécessaires à la construction d’une habitation amena les gens du village à découvrir, à une centaine de mètres, légèrement au-dessus du site précédent, un emplacement où de nombreux ossements d’animaux avaient été ensevelis.

48La fouille, dans la pente abrupte du terrain permit de recueillir bon nombre de ces ossements attribuables à des bovinés, des ovicaprinés et quelques équidés.

49Nous n’avons pas compris, tant pour les poteries que pour les ossements, la raison d’être de ces deux dépôts. Ils apparaissent comme le résultat de la récolte en surface du site de tous ces éléments. Mais pourquoi ont-ils été regroupés dans ces deux amas, nous n’en savons rien... Avons nous affaire à des rejets détritiques ou faut-il chercher une raison plus métaphysique ? Il m’est impossible de donner une réponse.

50Parmi les ossements de ces animaux se trouvaient aussi d’assez nombreux tessons de poteries tout à fait comparables à ceux que nous avons étudiés dans l’autre amas.

51Fait troublant cependant, au milieu de tous ces ossements, deux vases entiers ont été recueillis. De facture très grossière (fig. 119, nos 7 et 8 et fig. 120, nos 1 et 2), ils ne présentent pas un intérêt très particulier et l’on s’interroge sur leur situation en ce lieu.

52D’autres vestiges se trouvaient au milieu de ces ossements : petits cônes céramiques qui peuvent avoir fermé l’orifice de vases à col (fig. 120, nos 3 et 4) ; quelques pièces d’industrie lithique dont une grande pièce en roche dure (fig. 121).

53Les charbons de bois étaient abondants et ont permis une autre datation 14C :

54Gif 3042 : 1030 ± 90 BP soit une date réelle comprise entre le Xe et le XIe siècle de notre ère. Ces deux dépôts pourraient être contemporains.

D. Conclusions relatives à l’étude des sites muraillés

55Nous noterons que les deux datations obtenues se recouvrent sur le Xe siècle de notre ère. Nous ne retiendrons cette moyenne du Xe siècle qu’à titre indicatif.

56Par l’étude des céramiques comme par les datations obtenues, on note un rapport évident entre les sites d’habitats muraillés et l’ensemble des tumulus que nous avons présentés. Tous appartiennent à une période sans écriture, « protohistorique », longue de 600 ou 700 ans (VIIIe-XIIIe siècle), qui a précédé l’adoption de l’Islam mais qui nécessitait de se défendre contre d’éventuels envahisseurs. Après cette période l’Islamisation du Chercher se généralisera progressivement. Elle conduira au XVIe siècle à une tentative de conquête de toute l’Éthiopie d’alors sous les coups de Mohamed Gragne entre 1523 et 1543.

Fig. 113 – Céramiques des dépôts trouvés au pied d’un mur du site muraillé de Hassan Abdi (clichés R. Joussaume)

Fig. 114 – Céramiques des dépôts trouvés au pied d’un mur du site muraillé de Hassan Abdi (clichés R. Joussaume)

Fig. 115 – Céramiques des dépôts trouvés au pied d’un mur du site muraillé de Hassan Abdi (clichés R. Joussaume)

Fig. 116 – Céramiques des dépôts trouvés au pied d’un mur du site muraillé de Hassan Abdi (clichés R. Joussaume)

Fig. 117 – céramiques des dépôts trouvés au pied d’un mur du site muraillé de Hassan Abdi (clichés R. Joussaume)

Fig. 118 – Céramiques des dépôts trouvés au pied d’un mur du site muraillé de Hassan Abdi (clichés R. Joussaume)

Fig. 119 – Céramiques des dépôts trouvés au pied d’un mur du site muraillé de Hassan Abdi ; 7 et 8 : deux petits vases entiers ; 9 : meule et molette ; 10 : mortier en pierre (clichés R. Joussaume)

Fig. 120 – Deux vases entiers (7 et 8 de la figure 119, p. 191) et deux « bochons en céramique » trouvés dans le dépôt de Hassan Abdi (dessin R. Joussaume)

Fig. 121 – Grande pièce retouchée du dépôt de Hassan Abdi (dessin R. Joussaume)

Notes

1 Ce trilithe fut la cause dʹune erreur dʹinterprétation de F. Azaïs qui y voyait un « dolmen », erreur récemment reprise par A.Chekroun et al. (2011).

2 À lʹest de Harar, le Somaliland est un pays, partie de la Somalie, qui sʹest autoproclamé indépendant en 1991. Il recouvre lʹancienne Somalie britannique.

Table des illustrations

Légende Fig. 109 – Site muraillé de Molé : divers formes et décors de poteries (dessins R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/783/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 682k
Légende Fig. 110 – Site muraillé de Molé : Industrie lithique : 1 à 6) grattoirs ; 7 et 8) perçoirs ; 9) lame ; 10 et 11) éclats retouchés (dessins R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/783/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 111 – Site muraillé de Molé : gros racloir (dessin R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/783/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig. 112 – Site muraillé de Koubi :1) une entrée à travers le mur ;2) mur bâti avec d’énormes blocs ;3) grand bassin taillé dans un bloc de pierre sur le site de Molé (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/783/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Fig. 113 – Céramiques des dépôts trouvés au pied d’un mur du site muraillé de Hassan Abdi (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/783/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 114 – Céramiques des dépôts trouvés au pied d’un mur du site muraillé de Hassan Abdi (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/783/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Légende Fig. 115 – Céramiques des dépôts trouvés au pied d’un mur du site muraillé de Hassan Abdi (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/783/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 116 – Céramiques des dépôts trouvés au pied d’un mur du site muraillé de Hassan Abdi (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/783/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Légende Fig. 117 – céramiques des dépôts trouvés au pied d’un mur du site muraillé de Hassan Abdi (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/783/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 118 – Céramiques des dépôts trouvés au pied d’un mur du site muraillé de Hassan Abdi (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/783/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 119 – Céramiques des dépôts trouvés au pied d’un mur du site muraillé de Hassan Abdi ; 7 et 8 : deux petits vases entiers ; 9 : meule et molette ; 10 : mortier en pierre (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/783/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 120 – Deux vases entiers (7 et 8 de la figure 119, p. 191) et deux « bochons en céramique » trouvés dans le dépôt de Hassan Abdi (dessin R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/783/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 121 – Grande pièce retouchée du dépôt de Hassan Abdi (dessin R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/783/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

© Centre français des études éthiopiennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540