Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mégalithisme dans le Chercher en Éthiopie

 | 
Roger Joussaume

Chapitre IV. Hypogées et tombes en puits d’Éthiopie

Texte intégral

1La découverte dans les hypogées d’Ijabolé, non loin de la ville d’Assela en territoire Oromo-Arsi, de céramiques en tous points comparables à celles des tumulus du Chercher, nous conduit à aborder la question des hypogées et des tombes en puits en Éthiopie.

A. Hypogées du Chercher

2Aucun hypogée n’a été reconnu dans le Chercher, toutefois il nous a été donné de trouver non loin du tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé un puits quadrangulaire taillé dans le calcaire du sol. Il était en partie comblé de pierres et de terre et seule sa partie sommitale était visible. Nous ne savons donc quelle profondeur il atteignait et surtout s’il desservait une chambre souterraine. Sa ressemblance avec des puits axoumites, à Axoum, à Yeha ou à Matara pour ne prendre que ces quelques exemples, est telle qu’il pourrait s’agir du même type de tombe : puits vertical donnant accès à une ou plusieurs chambres funéraires taillées dans le roc. Malheureusement nous n’avons pu aller plus avant dans notre recherche et nous laissons à d’autres le soin de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse plausible. En effet on imagine mal une autre fonction à ce puits.

B. Hypogées du sud Wollo

3Sur le site de Ketetiya dans le sud du Wollo, quelques hypogées ont été mis au jour en 1997 par les paysans (Fauvelle-Aymar et Poissonnier 2012). Quatre chambres funéraires auxquelles on accède par deux puits verticaux ont ainsi été reconnues. Des fouilles très limitées dans une de ces chambres non perturbée ont montré qu’un niveau d’ossements humains en connexion recouvrait un niveau sépulcral avec poteries à incinérations datées des XIIIe-XIVe siècles.

C. Hypogées d’Ijabolé en territoire Arsi

4Au cours d’une prospection effectuée en janvier et février 2000 (Joussaume et Cros 2001), dans le but de trouver les limites territoriales est des sites à stèles phalliques du Sidamo, notre guide du Service culturel d’Assela, à l’est du lac Zway, nous a conduit à 7 km au nord de la ville, au pied d’une carrière dont le front venait d’être récemment abattu. Dans cette coupe, à quelques mètres au-dessus du sol, apparaissaient plusieurs alvéoles et leurs puits d’accès tranchés par les engins mécaniques. Nous n’avons pu les approcher davantage.

5La structure la plus au sud était formée d’un puits creusé dans le calcaire d’environ 1,50 m de diamètre et de profondeur. Il aboutit à une galerie en pente, taillée également dans le roc, qui donne accès à une chambre en coupole aménagée dans la masse du calcaire. Cette chambre funéraire sectionnée semble avoir environ 3 m de diamètre et contenait encore d’après notre guide des restes osseux et des poteries.

6À une dizaine de mètres au nord de la précédente, la seconde structure est une moitié de chambre funéraire à fond plat et plafond en coupole dont le diamètre dépasse 5 m. Son puits d’accès a disparu ou aboutit plus en arrière, dans un endroit non visible depuis notre poste d’observation. Lors des travaux, des ossements humains et des poteries ont été détruits selon les dires de notre guide qui a cependant recueilli quelques vestiges archéologiques.

7Encore plus au nord, apparaît un puits vertical d’environ 2 m de profondeur sous la terre végétale. Il était comblé de terre et de pierres. On imagine qu’il permettait d’accéder à une chambre située à l’arrière qui n’aurait pas été atteinte par le front de taille de la carrière.

8Les vestiges sauvés de la destruction se limitent à deux poteries et quelques ossements conservés actuellement au Service culturel d’Assela. Ils proviennent de la chambre centrale de la coupe de la carrière (fig. 108). Nous soulignerons que sa section est tout à fait comparable à celle d’une chambre couverte en encorbellement comme il s’en trouve dans les tumulus du Mänz et probablement aussi dans le Chercher, d’après nos informateurs de Déder. Ce rapprochement formel n’est certainement pas fortuit. Dans les deux cas, il s’agit de « tombe à couloir » mais alors que l’une est aménagée dans le sol et qu’on y accède par un puits plus ou moins vertical, voire un escalier taillé dans la roche tendre, c’est donc un hypogée, l’autre est édifiée sur le sol, ou légèrement surcreusée, à l’intérieur d’un tumulus et on y accède par un couloir horizontal.

Fig. 108 – Hypogées d’Ijabolé, au nord d’Assela en pays Arsi : 1) deux hypogées dans la coupe de falaise ; 2) puits comblé de pierres, creusé au fond d’une fosse en cuvette aménagée dans le sol et remplie de sédiments noirs. Ce puits devait conduire à une chambre funéraire souterraine non visible sur la photographie ; 3) base d’un vase polypode à socle ; 4) coupe à bord vertical et anse unique. Ces deux poteries, très comparables à des vases des tumulus du Chercher, proviennent de l’hypogée central (clichés J.-P. Cros)

Analyse des ossements par Jean-Paul Cros

Il s’agit de fragments crâniens, de restes dentaires et d’un fragment de diaphyse d’humérus.

Les fragments crâniens appartiennent à une partie de voûte crânienne d’un adulte jeune, comprenant la plus grande partie du frontal, la partie supéro-médiale des deux pariétaux, une partie de l’occipital et le temporal gauche. Il n’y a pas de particularité notable, pas de cribla orbitalia et l’épaisseur de la voûte est moyenne. Quelques os suturaires sont observables sur la suture lambdoïde à gauche, non observable à droite.

Les restes dentaires conservés concernent les 24, 25, 26 et 27. La 26 présente une carie de sa couronne, avec une usure à 1 ; l’usure de la 27 peut-être cotée entre 0 et 1.

Tous ces restes humains peuvent appartenir à un même individu dont l’âge au décès peut être évalué entre 18 et 25 ans. Nous ne pouvons assurer pour autant qu’il s’agisse d’une tombe individuelle. L’ampleur de la cavité plaide au contraire en faveur d’une sépulture collective. Le prélèvement peut avoir été très localisé sur un seul sujet, l’humérus se trouvant près du crâne.

9Les restes céramiques appartiennent à deux vases (fig. 108). Le premier est une coupe basse à fond arrondi et petite anse unique placée sur la partie verticale du récipient de teinte grise, assez bien lissée extérieurement. Son diamètre est de 17 cm pour 6 cm de profondeur. Du deuxième, il ne reste qu’une portion de la base constituée de quatre pieds cylindriques fixés sur une plaque d’argile à perforation centrale. Ce type de vase est particulièrement intéressant car nous avons eu l’occasion de le trouver dans différents sites des monts du Chercher : sépulture collective sous tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré, associé à des coupes morphologiquement proches de celle d’Ijabolé, de Mijou n° 3, de Sourré n° 2, de Déder, et, en modèle plus réduit, dans le tumulus à sépulture individuelle de Hassan-Abdi, etc., mais aussi sur le site muraillé de Molé. Ainsi une même ambiance culturelle se retrouve sur les hauteurs sud de la Rift Valley des monts du Chercher jusqu’à Assela en pays Arsi en correspondance à ce qui se passe à la même époque de l’autre côté de la dépression du Rift, dans le Mänz.

10Ailleurs nous connaissons ce type de vase polypode à Djibouti dans le village de Handoga (Grau 1981), à 250 km au nord du Harar et jusque dans deux tumulus fouillés par A.-T. Curle en 1927 à la frontière entre l’Éthiopie et le Kenya (Curle 1933 et 1937) à plus de 600 km au sud des monts du Chercher. Ces vases polypodes à socle, dans le Chercher, sont datés entre le VIIIe et le XIIIe siècle de notre ère.

11En 1927, A.-T. Curle fouilla un grand tumulus de pierres situé à environ 3 km au sud de Mondera au Kenya et à 5 km de la rivière Dawa qui forme la frontière entre le Kenya et l’Éthiopie en cet endroit. Situé au flanc d’une montagne, ce tumulus avait 12 m de diamètre pour une hauteur maximale de 2 m par rapport à la base du côté de la vallée. Un vase polypode à socle fut découvert à un mètre du centre vers le sud. Il accompagnait les restes osseux, en mauvais état de conservation, d’une seule personne semble-t-il. Son diamètre à l’ouverture était de 24 cm et sa hauteur totale de 18 cm. La coupe hémisphérique était supportée par quatre pieds réunis par une plaque ronde. Près du squelette fut trouvé un anneau en métal cuivreux de 7 cm de diamètre. Cette même année 1927, A.-T. Curle fouilla un autre tumulus de 20 m de diamètre près de Wajir dans la même région. Il y découvrit un vase en tous points identique au précédent.

12Il est peut-être téméraire d’envisager, à partir d’éléments aussi éloignés, une culture « protohistorique » comme je l’ai nommée en 1974, qui s’étendrait de Djibouti au nord, à la frontière entre Kenya, Éthiopie et Somalie au sud, en passant par les montagnes du Chercher au centre et la région d’Assela, à l’est du lac Zway, en Éthiopie. Cependant, partout se retrouvent des vases polypodes à socle, associés à des tumulus. Ce type de vase accompagne des incinérations (Déder dans le Harar), des tombes individuelles (Tumulus de Hassan-Abdi dans le Harar et tumulus de la frontière entre Éthiopie et Kenya), des tombes collectives (monument à chambre circulaire et cellule latérale du Chercher en Éthiopie) et des hypogées (région d’Assela en Éthiopie). Il y a là un élément de réflexion qui méritera d’être approfondi. Pour l’heure, ce type de vase polypode à socle, ne semble pas avoir franchi la dépression de la Rift Valley au nord : il n’est pas connu dans les tumulus du Mänz, où les influences semblent plutôt provenir de l’aire axoumite, ni dans les sites à stèles du sud de l’Éthiopie. Toutefois l’adoption d’un vase particulier par un groupe humain ne fait pas pour autant une culture particulière. Elle marque cependant une circulation établie sur ce vaste territoire d’environ 800 km du nord au sud durant cette période.

D. Autres tombes en puits d’Éthiopie

13Les hypogées, tombes souterraines creusées dans le substrat rocheux, sont donc des chambres funéraires simples ou multiples, plus ou moins collectives, auxquelles on accède par un couloir horizontal si la tombe est creusée au niveau du sol dans une falaise ; une rampe en pente, un escalier ou un puits vertical, lorsque la chambre funéraire est aménagée au-dessous d’un sol horizontal. Il existe aussi des tombes creusées en hauteur dans les parois rocheuses (Toradja des Célèbes) (Joussaume 2012) ; elles possèdent ou non des couloirs d’accès. On peut considérer que ce mode de sépulture est une représentation de la grotte naturelle qui fut souvent utilisée comme lieu d’inhumation un peu partout dans le monde, dès le Paléolithique.

14Il est bien difficile d’établir à quand remonte, en Afrique de l’Est, cette tradition de déposer ses morts dans des chambres creusées dans le sol, aménagée latéralement au fond d’un puits. Elle était déjà présente dès le groupe A nubien aux IVe et IIIe millénaires avant J.-C. Elle se retrouve à l’époque axoumite dans le nord de l’Éthiopie et en Erythrée il y a 2 000 ans. On la connaît également dans des tombes antérieures au tumulus de Tuto Fela (Joussaume 2007) dans le sud du pays vers le Xe-XIIe siècle et chez les peuples Oromos (Salviac de 1901), dont les actuels Arsi, jusque chez les Konso (Joussaume & Metasebia 2002-03) au sud du lac Chamo. Rien ne permet d’établir un lien entre tous ces peuples au cours de l’histoire et il faut certainement envisager, comme pour les « dolmens » dans le monde, des créations multiples dont certaines ont pu influencer les populations voisines de ces lieux d’émergence. Dans l’Est africain, cette question des tombes en hypogées méritera de longues études.

Table des illustrations

Légende Fig. 108 – Hypogées d’Ijabolé, au nord d’Assela en pays Arsi : 1) deux hypogées dans la coupe de falaise ; 2) puits comblé de pierres, creusé au fond d’une fosse en cuvette aménagée dans le sol et remplie de sédiments noirs. Ce puits devait conduire à une chambre funéraire souterraine non visible sur la photographie ; 3) base d’un vase polypode à socle ; 4) coupe à bord vertical et anse unique. Ces deux poteries, très comparables à des vases des tumulus du Chercher, proviennent de l’hypogée central (clichés J.-P. Cros)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 572k

© Centre français des études éthiopiennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540