Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mégalithisme dans le Chercher en Éthiopie

 | 
Roger Joussaume

Chapitre III. Les tumulus ou daga touli du chercher

Texte intégral

A. Les tumulus à chambre circulaire et cellule latérale

1Les tumulus à chambre circulaire et cellule latérale (que nous avions appelée cella dans notre ouvrage de 1974) sont des sépultures collectives sous tumulus, construites sur le sol ou aménagées dans une fosse. La chambre est limitée à sa périphérie par des murs en pierre sèche et des dalles dressées mégalithiques, voire uniquement par une de ces techniques. Nous en avons reconnu plusieurs dans les centres étudiés près de Dobba (Chaffé) et de Chélenko (Sourré et Hassan Abdi), plus ou moins détruits dans le passé par des chercheurs de trésor. Sur les trois exemplaires étudiés, l’axe de la cellule latérale à la chambre circulaire de Chaffé (Raré) forme un angle de 70° avec le nord magnétique (fig. 64 a, p. 99), celui de la cellule latérale de Mijou n° 1, un angle de 30° (fig. 79, p. 118) et celui de Mijou n° 2, 150° (fig. 82, p. 122). Bien que limitées, ces observations semblent indiquer que la position de la cellule sur le pourtour de la chambre, n’était pas spécialement recherchée par rapport à une orientation préférentielle. Ces monuments paraissent donc avoir été édifiés avant que l’introduction de l’Islam dans la région ait eu un impact important sur l’ensemble de la population. À ses débuts l’islamisation du Harar s’est faite de manière progressive et apparaît très diluée dans les coutumes locales restées traditionnelles.

1. Dobba (Chaffé) : tumulus de Raré

a. Architecture

2Sur le bord d’un plateau qui domine au sud le désert Danakil et au sud-est la ville de Bio, s’élève une série de monuments mégalithiques, dont les cistes dolméniques de Raré présentées dans le chapitre précédent. C’est à quelques mètres des cistes 1 et 2 de Raré que fut édifié le tumulus que nous allons décrire maintenant (fig. 64).

3Lors de ma première visite le 20 octobre 1970, le monument se présentait sous la forme d’une masse de pierres en plateforme haute de 1 m à 1,20 m pour un diamètre d’environ 14 m, au milieu de laquelle une chambre avait été aménagée. Le plus grand désordre régnait dans cet espace, dû à l’intervention récente du propriétaire des lieux.

4Les parois de la chambre plus ou moins circulaire de 4,50 m de diamètre, en partie creusée dans le sol, sont formées de l’alternance de dalles et de murs en pierre sèche. À l’ouest se dresse une dalle mégalithique de 3,10 m de longueur pour 2,30 m de hauteur (PI). Elle dépasse de 0,90 m en hauteur les autres dalles du pourtour de la chambre. On peut penser que des murets en pierre sèche s’élevaient au-dessus des pierres dressées les plus basses pour atteindre une hauteur d’environ 2 m au-dessus du sol de la chambre funéraire. Peut-être celle-ci était-elle couverte par un montage en encorbellement supportant une dalle de fermeture au sommet. Il fut relativement difficile de déterminer la forme précise de cette chambre très bouleversée par nos prédécesseurs et c’est d’après leurs dires que nous avons reconstitué les parties manquantes (en pointillés sur le plan). Nous pensons, à partir de quelques pierres dressées dans un espace reconnu au nord-ouest entre deux dalles mégalithiques, qu’un couloir à travers le tumulus desservait cette chambre (fig. 64) (Joussaume 1970, p. 186). Un tel désordre régnait en ce lieu que nous ne pouvons assurer son existence bien probable cependant.

5Une coupe pratiquée dans le tumulus nous a permis de constater que les dalles dressées et les murs en pierre sèche du pourtour de la chambre étaient maintenus en place par une masse de terre très compacte mêlée à de petites pierres provenant probablement du creusement de la chambre. Cette masse était recouverte de blocs de pierres dont certains, à la périphérie du tumulus, étaient de forte taille.

6Le nombre important de vestiges archéologiques – ossements et fragments de poteries – qui jonchaient la chambre bouleversée à tous les niveaux (fig. 64), nous incita à y pratiquer une fouille.

7Quelques dalles de pierre dressées, qui subsistaient ici ou là, montraient à l’évidence que la chambre avait été compartimentée et que chaque compartiment devait contenir plusieurs corps, ou parties de corps, entassés. Ces compartiments internes pouvaient avoir été fermés par une ou plusieurs dalles de couverture. Le monument avait dû contenir un grand nombre de corps si l’on en juge par les ossements mêlés au remplissage de la chambre sur toute sa hauteur (fig. 64 b). Seule la base de la partie est semblait avoir moins souffert. De fait nous y découvrîmes les restes d’au moins deux personnes à l’entrée d’une cellule mégalithique passée inaperçue aux yeux des derniers fouilleurs (fig. 64 cet 65.2). Il s’agissait d’une chambrette polygonale limitée par des dalles dressées. En dehors d’une petite figurine en calcaire (fig. 77.20, p. 115), nous n’avons rien trouvé dans cette cellule si ce n’est une dalle de pierre qui fut peut-être la dalle de couverture du porche permettant le passage d’une chambre à l’autre. Elle était donc tombée dans un espace vide. Les squelettes découverts à l’entrée de cette cellule, c’est-à-dire en avant de la dalle de couverture effondrée en biais, nous portent à croire que le dépôt funéraire est postérieur à la chute de cette dalle. La date 14C obtenue pour un charbon de bois recueilli près des corps, Gif. 1895 : 500 ± 80 BP, soit une date réelle située entre les XIIIe et XVIe siècles de notre ère, indique une réutilisation du monument à cette époque, ou son utilisation sur le long terme.

Fig. 64 a – Plan du monument à chambre circulaire et cellule latérale de Raré, à Chaffé dans son tumulus avec couloir d’accès

Fig. 64 b – Remplissage bouleversé près du pilier I

Fig. 64 c – Dépôt funéraire devant l’entrée de la cellule latérale ; en gris, ossements en connexion ou en relation de proximité qui peuvent être attribués au sujet 1 (d’après J.-P. Cros)

Étude anthropologique par Jean-Paul CROS

La fouille partielle de ce monument a été effectuée dans la partie nord-est de la chambre, mieux préservée, au niveau de l’entrée d’une cellule latérale située au nord-est.

Une coupe du remplissage près du pilier I (fig. 64 b) montre la présence d’ossements humains sur toute la hauteur, fragmentés, en désordre, mêlés à du sédiment et à des pierres de différents modules, certaines de bonne taille. Aucune organisation n’est identifiable, nous avons là le résultat de remaniements nombreux étalés au cours du temps et dont les derniers sont relativement récents.

La fouille du secteur nord-est de la chambre peut être étudiée sur un relevé et 5 photos (fig. 64 c et 65, n° 2). Au premier abord, il existe un grand désordre dans ces ossements situés à l’entrée de la cellule, accompagnés d’une coupe et d’un vase à col. Deux crânes sont visibles ainsi que deux mandibules, de nombreux os longs des membres inférieurs et supérieurs, des éléments du rachis et du thorax, et même quelques rares os des extrémités. Tous ces éléments semblent compatibles avec deux sujets. En y regardant de plus près, on peut déceler un semblant d’organisation qui permet de retrouver la position initiale probable d’un des deux individus (fig. 64 c). Nous avons réussi à latéraliser quelques parties de squelette, aidés en cela par la présence de quelques connexions.

Un membre supérieur gauche en connexion apparaît plutôt en vue antérieure, avant-bras en supination. Sur le relevé sont figurés des éléments de main dans le prolongement de l’extrémité distale des deux os de l’avant-bras, il semble logique de les attribuer à la main gauche, et d’envisager que cet avant-bras est en position primaire, très proche de sa position de dépôt.

Un membre inférieur, en connexion lâche, est situé sous la coupe en céramique. Le fémur, qui est gauche, et les deux os de la jambe, sont parallèles. Le relevé montre trois diaphyses de métatarsiens proches de l’extrémité distale du tibia, on pourrait les attribuer au pied gauche. De même, un coxal, bien visible sur le plan (mais très fragmentaire sur la photo), est en connexion lâche avec l’extrémité proximale du fémur. Il est fort probable que nous soyons ici en présence d’un membre inférieur gauche conservé dans sa position initiale de dépôt ou qui a peu bougé.

Si on ajoute à ces membres supérieur et inférieur gauches un ensemble de vertèbres, bien visibles sur le plan (avec les lombaires proches du coxal et les thoraciques et cervicales plus loin), ainsi que des restes de côtes, on obtient une certaine logique anatomique pour un sujet 1 déposé sur le côté gauche, tête au nord, dos à l’ouest. Le crâne qui peut lui être attribué est celui qui est situé au nord de l’entrée de la cellule. Ce crâne apparaît en vue supéro latérale droite, il ne peut être dans sa position primaire de dépôt, il a visiblement bougé. Tous les ossements appartenant au côté droit de cet individu, donc situés plus haut, ont été déplacés lors d’interventions ultérieures. On pourrait lui attribuer : un fémur droit situé près du crâne, un humérus (plutôt droit) situé entre les restes du rachis et l’humérus gauche, une mandibule située près de l’extrémité distale de ce même humérus gauche, des os de la jambe situés près du crâne du sujet 2...

Le deuxième individu, déposé très certainement en premier, est beaucoup plus difficilement analysable :

À la partie inférieure du dépôt, un membre supérieur non latéralisable montre ses trois composants en relation de proximité. L’extrémité distale de l’avant-bras est située sous la partie distale du fémur gauche du sujet 1. Son dépôt est donc antérieur au sujet 1.

Un « fagot » composé d’os longs des membres inférieurs (deux fémurs et au moins un tibia), est situé sous le crâne, le fémur droit et le coxal du sujet 1. Il est associé à un coxal gauche. Enfin le crâne de ce deuxième sujet serait celui qui est situé près du bord sud de l’entrée de la cellule.

On aurait donc là les restes très perturbés du sujet 2, certainement par l’installation du sujet 1. Sa position initiale de dépôt ne peut être donnée avec précision : les quelques restes que l’on peut lui attribuer, s’ils n’ont pas trop été mobilisés lors du dépôt du sujet 1, sont compatibles avec un dépôt tête au sud, dos à l’ouest, genoux vers l’est, donc un individu couché sur le côté droit.

Rappelons que ces deux sujets ont été déposés près de l’entrée d’une cellule qui a été trouvée vide en dehors d’une petite figurine en calcaire. Une dalle qui servait probablement à couvrir cet espace, avait chuté obliquement à l’intérieur. Il est impossible de déterminer quel était le rôle de cette cellule, mais il est manifeste que les deux sépultures ont été installées secondairement à son utilisation, probablement même alors que la dalle de couverture était tombée.

La présence de dalles verticales dans le remplissage du monument laisse supposer, comme à Mijou 3, que cette chambre circulaire avait été compartimentée (dès le début, ou dans un second temps ?) pour accueillir des défunts déposés soit à partir du haut, soit en utilisant un couloir et des zones de circulation ménagées à l’intérieur de la chambre. Ce monument à chambre circulaire de Raré a donc accueilli des sujets en position primaire, déposés au fur et à mesure de leur décès au cours du temps. Lors du dépôt de nouveaux corps, les ossements des sujets déjà présents étaient déplacés, ou (et) rangés ? Il s’agissait donc d’une sépulture collective. Les intervalles entre les dépôts étant variables, les désordres et déplacements engendrés par les nouveaux arrivants intervenaient donc au cours de différents stades de la décomposition des cadavres, ce qui a permis dans certains cas le maintien de connexions, comme celles des coudes ou des jambes.

Fig. 65 – 1) Raré : chambre et cellule latérale ; 2) Deux squelettes dans l’entrée de la cellule : 3, 4 et 5) différentes vues du crâne situé à gauche sur la photo 1 (clichés R. Joussaume)

b. Matériel archéologique recueilli

8Les mélanges observés dans la chambre nous obligent à traiter ce matériel comme un tout alors que nous avons vu que le tumulus semble avoir été longuement utilisé.

b.1 – La céramique

b.1.1. – Les formes

9Nous avons retenu deux grands types de formes. Les formes ouvertes : coupes et bols (fig. 66) et les formes fermées : vases sphériques à col (fig. 67).

b.l.1.1. Les formes ouvertes

10• Coupes et bols à fond rond :

11Coupes relativement élevées, sans aucun moyen de préhension. Elles sont nombreuses. Leur diamètre est sensiblement le double de la hauteur. Les plus grandes atteignent 25 cm de diamètre. Le bord peut être plat ou arrondi.

12Coupes relativement élevées avec anse unique verticale ou oreille de préhension. Leurs dimensions sont identiques aux précédentes, mais elles sont plus rares dans le monument.

13Coupes basses à languette de préhension unique souvent légèrement redressée. Les dimensions sont autour de 15 cm de diamètre pour 6 cm de hauteur (fig. 66, nos 1 à 3). Une coupe de ce type fut trouvée entière posée sur les jambes d’un squelette à l’entrée de la cellule latérale (fig. 64 c, p. 99 et 65, n° 2).

  • 1 Dites aussi à « rupture de pente » dans la mesure où le fond rond et le haut de la panse du vase f (...)

14Coupes carénées1. Elles sont très rares. Celle que nous avons représentée est une poterie noire, bien lissée. Elle mesure 19 cm de diamètre à l’ouverture et 22 cm au niveau de la carène pour une hauteur de 7 cm.

15Les bols sont moins fréquents que les coupes. Ils sont parfois carénés.

16• Coupes à pied :

17Elles se rencontrent en nombre beaucoup plus réduits dans la sépulture.

18Coupes à pied annulaire :

  • Petit pied annulaire : cordon d’argile dont la hauteur n’est que de quelques millimètres.
  • Pied annulaire élevé. Il est parfois perforé de plusieurs trous circulaires. Il arrive aussi qu’il soit décoré de plusieurs incisions verticales (fig. 68, p. 104)

19Coupes polypode à socle :

20Ce vase si caractéristique a été rencontré dans de nombreux sites de natures différentes : tumulus à chambre circulaire et cellule latérale, divers autres types de tumulus et sites muraillés.

Fig. 66 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé : différents types de coupes et bols (dessins R. Joussaume)

Fig. 67 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé : Vases à col (à anse simple ou double). En effet, certains vases à col n’ont pas d’anse (ex. fig. 79) (dessins R. Joussaume)

Fig. 68 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé : 1 à 4 - Supports annulaires de coupes profondes

21• Vases tripodes dont le support est formé de trois boudins d’argile reliés à la base par une plaque d’argile qui peut être triangulaire ou ronde (fig. 69).

22• Vases quadripodes à socle quadrangulaire ou rond.

23La coupe polypode à socle peut être affectée d’une série de perforations circulaires sous le bord. Ces vases ne sont jamais décorés, comme pour les vases à pied annulaire élevé, jamais décorés non plus, sauf en ce qui concerne le pied. Nous pensons qu’il s’agissait de brûle-parfums.

Fig. 69 – Bases de vases polypodes à socle (dessins R. Joussaume)

b.1.1.2. Formes fermées : vases sphériques à col (fig. 67)

24Ces formes céramiques sont également très nombreuses dans ce monument.

25• Vases sphériques à col dont la hauteur n’excède pas 18 cm :

26Vases à col à deux anses verticales diamétralement opposées (fig. 67, n° 2). Cette forme est très commune. Ces poteries sont souvent décorées d’un motif imprimé sur le haut de la panse et la base du col ; c’est-à-dire que le décor passe à l’intérieur des anses situées à cheval sur le col et la panse. La hauteur du col droit est sensiblement égale à la moitié de celle du corps de la poterie. Le bord est arrondi. Il arrive souvent qu’une dépression, faite par l’impression d’un doigt, se situe en haut de l’anse boudinée. Ces vases sont souvent de fabrication assez grossière.

27Vases à col à anse horizontale située sur la panse (fig. 67, n° 3). Les caractéristiques principales sont très proches du type précédemment décrit, mais il semble que la majorité des vases soient mieux finis, mieux lissés. Les cols sont fréquemment rentrants. Les bords sont également arrondis. Ils sont moins nombreux dans la sépulture que les vases précédents.

Fig. 70 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale à Chaffé : différentes céramiques (cliché R.Joussaume)

28• Vases sphériques à col dont la hauteur est supérieure à 24 cm :

29Ils sont moins nombreux que les précédents.

  • Sans anses, ils possèdent souvent un cordon digité à la base du col.
  • De forme identique aux précédents, ils possèdent une anse qui peut être située sur la panse, ou à cheval sur le col et la panse. C’est dans ce type que nous avons trouvé les plus beaux vases décorés.
  • Type rare qui allie à la forme précitée un petit support annulaire de quelques millimètres de hauteur (fig. 67, n° 1, p. 104).

30• Vases sphériques à petit col droit. Forme très peu courante.

31Il résulte de cette étude typologique que toutes les céramiques recueillies dans le monument à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé (Dobba) sont à fond rond. Certaines possèdent un pied annulaire plus ou moins élevé ou sont polypodes à socle, mais nous n’avons trouvé aucun fond plat ou aplati.

32Il aurait été utile d’effectuer une étude des pâtes et d’en rechercher les provenances. Nous n’avons pu la faire à cette époque et ce travail ne fut jamais repris.

Fig. 71 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé : inventaire des formes céramiques ; A : récipients ouverts : A1, coupes et bols ; A2 : a) à support annulaire, b) polypodes à socle ; Β : récipients fermés (ou à col) (R. Joussaume)

33Nous l’avons dit, ce monument avait été complètement bouleversé. Les vestiges recueillis proviennent presque essentiellement des déblais des précédents fouilleurs. Nous n’avons donc récupéré que très peu de poteries entières pour plus de cent kilogrammes de tessons. Ceci explique qu’il ne nous fut pas possible d’établir des pourcentages de formes. Toutefois les formes reconnues ont fait l’objet d’un classement typologique réuni dans les deux tableaux des figures 71 pour les formes et 72 pour les décors. On notera les différences essentielles qui existent entre les poteries de Raré comparées à celles du tumulus du Mânz (fig. 107, p. 164), celles du site à stèles aux épées de Tiya (fig. 73 a et b) dans le Soddo et celles du tumulus à stèles anthropomorphes de Tuto Fela (fig. 74) dans le Sidamo, chaque groupe, sensiblement contemporain des autres, ayant ses propres caractéristiques. Il sera très intéressant de comparer ces études à celle, en cours, des céramiques de l’époque de l’établissement des églises rupestres de Lalibela.

Fig. 72 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé : inventaire des décors céramiques (R. Joussaume)

Fig. 73 a et b – Pour comparaisons : inventaire céramique du site à stèles aux épées de Tiya dans le Soddo. Plusieurs formes et décors trouvent des correspondances dans les poteries des tumulus du Chercher (dessin R. Joussaume). La stèle c mesure 2,10 m de hauteur

Fig. 74 – Pour comparaissons : formes et décors des céramiques du tumulus à stèles anthropomorphes de Tuto fela en pays Gédéo. Aucun rapprochement ne peut être effectué avec les céramiques des tumulus du Chercher ni du site à stèles de Tiya (dessin des céramiques : Sylvie Barbier)

b.1.2. Les moyens de préhension
b.1.2.1. Les languettes de préhension

34Elles sont essentiellement associées aux coupes. Situées près du bord, certaines sont droites, d’autres, plus fréquemment, sont redressées et vont jusqu’à atteindre le niveau du bord. Elles sont collées sur la paroi sans cheville de fixation. Leur longueur varie de 20 à 25 mm.

b.1.2.2. Les anses cylindriques (dites aussi boudinées)

35C’est le type d’anse le plus commun sur les céramiques de ce monument. Elles sont verticales ou horizontales.

36Verticales : Ce sont de beaucoup les plus nombreuses. Elles se trouvent généralement par deux, diamétralement opposées, sur des poteries sphériques à col droit. Sur ce type de vase, elles partent de la panse pour aboutir sur le col en un point qui varie selon la hauteur du col (fig. 75, n° 1 à 3). Elles peuvent s’attacher au bord du vase. Il arrive, mais c’est un cas très rare, que l’anse soit fixée uniquement sur la panse. Il faut remarquer l’existence fréquente d’une dépression ovalaire, marque d’un doigt enfoncé dans la pâte molle, au sommet de l’anse.

Certaines anses boudinées appartiennent à de très grands récipients grossiers dont la forme n’est pas aisée à apprécier, peut-être des vases sphériques à col et anses multiples, dans l’esprit des vases à eau encore en usage chez les Amhara.

Des anses boudinées se trouvent également sur des coupes près du bord, ou au niveau de la rupture de pente, mais c’est très peu fréquent

Des anses brisées permettent de voir qu’elles étaient fabriquées à partir d’une plaque d’argile roulée sur elle-même. Il en est qui sont collées sur le vase alors que d’autres possèdent une cheville de fixation (fig.75, n° 4).

37Horizontales : Bien que plus rare, ce type d’anse se rencontre également dans ce monument, le plus souvent sur des vases sphériques à col, mais aussi sur quelques coupes profondes.

Sur les vases sphériques à col, elles se situent sur le haut de la panse, souvent par deux et diamétralement opposées (fig. 67, n°3, p. 104). Elles sont en général plus petites que les anses verticales et sont souvent redressées vers l’ouverture.

b.1.2.3. Les anses rubanées

38Elles sont assez peu communes et appartiennent à des vases de grande dimension.

b.1.2.4. Les tétons ou oreilles

39Ils sont beaucoup plus décoratifs que fonctionnels. On les rencontre essentiellement sur des coupes plus ou moins profondes. Ils sont de trois types.

  • allongé simple, perpendiculaire à l’ouverture du vase (fig. 75, n° 6)
  • allongé bifide, parallèle à l’ouverture (fig. 75, n° 7)
  • rond ; assez peu commun.

40Tous ceux que nous connaissons sont collés sur la paroi.

Fig. 75 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé : 1 à 3) Anses boudinées verticales ; 4) Cheville de fixation ; 5) Anse boudinée horizontale redressée ; 6) Languette verticale allongée ; 7) Languette bifide ; 8 et 9) Décors de lignes incisées ; 10 et 11) Perforations (dessins R. Joussaume)

b.1.3 - Les décors

41Six types de décors ont été rencontrés :

42• Bourrelets et cordons :

43Ils sont situés au passage entre le col et la panse des vases sphériques à col (fig. 72). Pour certains vases, c’est le seul décor. Remarquons que ce cordon est souvent un moyen de renforcer la soudure entre le col et la panse. Il peut également avoir eu un usage fonctionnel pour le passage d’un lien autour de la poterie pour la transporter.

44• Cordons digités :

45Comme les précédents, ils sont situés au passage col panse et leur but premier est sans doute de renforcer cette zone fragile. Ils sont couverts d’une série d’impressions digitales, exécutées dans la pâte molle, oblique de droite à gauche.

46• Impressions digitées sur le bord :

47Des vases sphériques à col portent ce décor. Dans un cas l’impression est oblique de gauche à droite, peut-être liée à une question de latéralité de la potière (si, comme aujourd’hui, la fabrication des poteries était une activité féminine).

48• Décor poinçonné :

49C’est de beaucoup le plus fréquent sur des vases sphériques à col. Il est généralement formé de deux lignes parallèles de points (fig. 72), voire de traits courts, situés au sommet de la panse. Ces deux lignes, lorsqu’elles font le tour du vase, passent à l’intérieur des anses verticales, ou légèrement au-dessus des anses horizontales. Sur certains exemplaires, elles sont interrompues au niveau des anses. Enfin, un unique tesson porte un décor poinçonné estompé au milieu de la panse. Signalons également que sur le fragment qui porte un téton rond, la ligne supérieure de points est au niveau de la base de ce téton.

Fig. 76 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé : 1 à 3) céramiques ; 4) figurine en calcaire ; 5) tige métallique ; 6) parties de pointes de javelines en fer ; 7) anneaux en métal ; 8 à 11) petites fioles en verre ; 12) perles en verre (clichés R. Joussaume)

50• Décor incisé (fig. 75, nos 8 et 9) :

51Ces incisions peuvent être uniques ou groupées par trois. On les rencontre sur des pieds annulaires : séries d’incisions verticales, plus ou moins parallèles qui ont été exécutées après que le vase fut entièrement monté (coupe sur pied annulaire), probablement à l’aide d’une baguette de bois à extrémité bifide qui laisse apparaître une double incision au fond de la principale. Sur les cols droits de trois vases sphériques, elles sont soit perpendiculaires au bord, uniques, ou par trois, délimitant ainsi des panneaux non décorés, soit obliques et par trois. Dans le cas où les trois lignes existent, il semble qu’elles aient été produites ensemble au moyen d’un instrument à trois dents. On rencontre également trois incisons parallèles au passage col-panse ainsi que, dans un cas, sur la panse au-dessous de l’anse, accompagnées d’incisions obliques se dirigeant vers le fond.

52Enfin un tesson qui porte une anse horizontale possède, de part et d’autre de ce moyen de préhension, des lignes incisées horizontales entre lesquelles des incisions obliques ont été pratiquées.

53• Décor sur engobe noir (fig. 67, n° 1, p. 104:

54Après que le vase ait eu sa couverte noire (argile très liquide qui recouvre la totalité de la poterie), la potière a tracé sur la panse de deux vases sphériques à col partiellement retrouvés, des lignes rayonnantes groupées par deux ou par quatre et sur le col des groupes de lignes, perpendiculaires à l’ouverture, délimitant des panneaux dans lesquels un motif formé d’une ligne qui retourne sur elle-même a été exécuté.

55Une autre poterie, coupe à bord droit, possède également cette belle couverte noire lustrée sur laquelle quatre lignes obliques sont visibles.

56Dans les deux cas ces lignes apparaissent en blanc sur un fond noir très brillant du plus bel effet.

b.1.4 - Les pâtes et les teintes

57Les dégraissants les plus usités dans les argiles des poteries sont le calcaire, la calcite et la chamotte (petit fragment d’argile cuite provenant d’une ancienne poterie écrasée).

58Les teintes de surface des poteries sont variées : du beige au noir profond en passant par le rouge. Les petits vases sphériques à anses sont le plus souvent noirs.

59Dans l’ensemble, c’est une céramique solide, bien faite, mais assez grossière. Il existe cependant des pièces d’excellente qualité, en particulier celles à engobe noir lustré et luisant qui devaient s’adresser à une classe supérieure que l’on peut aussi reconnaître par la présence dans les sépultures d’éléments de parure en or.

60Ces tombes s’adresseraient donc à quelques personnages importants d’une société très hiérarchisée de la période médiévale éthiopienne. Peut-être s’agissait-il de tombes de familles de haut rang.

b.2 - Autres vestiges

61Les autres éléments archéologiques recueillis dans ce monument à chambre circulaire et cellule latérale, sont assez peu nombreux. Il faut dire que beaucoup ont dû attirer la convoitise de mes prédécesseurs.

Fig. 77 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé : a à c) bases de pointes de javelines en fer ; 1 et 2) anneaux torsadés ; 3 à 5) tiges métalliques ; 6 à 17) perles en verre multicolores ; 18 et 19) petites fioles en verre ; 20) petite figurine en calcaire provenant de la cellule latérale (dessin R. Joussaume)

62• Les perles :

63Au nombre d’une douzaine (fig. 77, n° 6 à 17). Elles sont en calcaire, en pierre noire, en cornaline, en cuivre et en verre.

64Les perles en pâte de verre, teintées en jaune ou en bleu, peuvent être simples ou bi, tri voire quadrilobées (fig. 77, n° 8 à 10). Des perles semblables ont été recueillies dans plusieurs tumulus du Chercher et jusque dans des monuments de même style dans le Mänz (Derese Ayenachew 2000, Fauvelle et Poissonnier 2012).

65• Anneaux spiralés :

66Il en fut trouvé deux, l’un en argent (fig. 77, n° 1), l’autre en métal cuivreux (fig. 77, n° 2)

67• Tiges métalliques en fer ou métal cuivreux (fig. 77, n° 3 à 5) :

68Certaines peuvent avoir été des alênes ou poinçons, mais on peut penser que d’autres sont des fragments de pédoncules de pointes de flèches en fer, comme il en fut trouvé dans le tumulus à chambre circulaire et cellule latérale n° 1 de Ganda Mijou (fig. 81, n° 1).

69• Flacons en verre :

70Deux flacons de verre ont été recueillis au cours de la fouille de la chambre de ce monument (fig. 77, n° 18 et 19). L’une de ces très petites bouteilles est en pâte de verre de teinte verte, à paroi très épaisse. Elle contenait encore du khôl (poudre d’antimoine utilisée pour le fard des yeux). L’autre, plus fine et au goulot cassé, est en verre translucide.

71• Figurine en calcaire :

72Sur le fond de la cellule latérale gisait une petite figurine très fruste en calcaire tendre formée d’un corps cylindrique surmonté d’une tête ronde où deux petites perforations circulaires marquent les yeux (fig. 77, nos 20). Elle signe une occupation préislamique ou une tradition qui aurait perdurée malgré l’interdit religieux de la représentation humaine.

73• Lames de poignards et pointes de javelines en fer :

74Les vestiges archéologiques en fer sont assez nombreux. Ils se rapportent à deux types de pièces : les poignards dont a été recueillie une lame droite de 25 mm de large, et les pointes de javelines dont aucune n’a été trouvée entière. Toutefois nous pouvons dire, à partir des différents fragments récupérés, que ce sont des pièces au corps triangulaire allongé de 7 à 8 cm de long pour 2 à 3 cm de large à la base, qui possèdent un pédoncule relativement court (fig. 77, a, b, c).

75Pour résumer, le monument de Raré à Tchaffé (Dobba) était un tumulus de pierres (cairn) surmontant une masse mélangée de terre et de pierres dont on ne connaît pas la hauteur. Il contenait une vaste chambre circulaire, creusée en partie dans le sol, limitée par des dalles de pierres dressées mégalithiques et des murets en pierre sèche. Celle-ci contenait des compartiments, également limitées par des dalles dressées, dans lesquels étaient déposés des corps humains probablement en position fléchie sur le côté. Ceux-ci étaient accompagnés d’un abondant viatique : céramiques, armes métalliques et éléments de parures. On ignore comment cette chambre funéraire était couverte mais des éléments laissent penser qu’un couloir pouvait desservir cette chambre collective dont on ne sait combien de temps elle a été utilisée.

2. Chélenko

2.1- Sourré Kabanawa : Mijou 1, 2 et 3

76Trois monuments à chambre circulaire et cellule latérale, comparables à celui de Raré (Chaffé) près de Dobba ont été reconnus au milieu du groupement A des daga kofiya de Ganda Mijou (fig. 78) à Sourré Kabanawa.

77Ces trois monuments à chambre circulaire et cellule latérale sont construits dans la pente, très faible, du terrain. Il ne subsiste pratiquement rien du cairn qui devait recouvrir chacun d’eux. Le fond des chambres fut peut-être dallé, toutefois seul celui de la première était couvert par une dalle de pierre qui en occupait presque toute la surface.

Fig. 78 – Situation relative d’un ensemble de cistes dolméniques et de deux monuments à chambre circulaire et cellule latérale de Ganda Mijou à Sourré Kabanawa (relevé R. Joussaume)

2.1.1. Mijou n° 1

a - Architecture

78Le premier (fig. 79) avait été signalé par F. Azaïs lors de son expédition du début du siècle dernier (Azaïs et Chambard 1931, p. 123) et c’est en bon état que nous l’avons retrouvé cinquante ans plus tard. Pour cet explorateur, les dolmens avaient été construits au-dessus de ces chambres comme mausolée de la sépulture. Jamais il ne nous fut permis de confirmer cette hypothèse.

79Le principe architectural est identique à celui de Raré mais ici la chambre circulaire profonde de 1,20 m, fut creusée dans le sol et entièrement bâtie en pierre sèche sans l’utilisation d’aucune dalle mégalithique. On y retrouve une cellule circulaire latérale, que F. Azaïs n’avait pas vue, mais ici elle est située au nord de la chambre (fig. 79). Le passage d’un espace à l’autre se fait par un porche trilithe formé de deux supports verticaux, hauts de 1,10 m pour 0,60 m de large, soutenant un linteau, dalle de calcaire longue de 1,60 m pour 0,50 m de large et 0,15 m d’épaisseur. La largeur de ce passage est de 0,50 m et l’on constate l’existence d’un seuil à 0,90 m sous le linteau (fig. 79 et 80).

Fig. 79 – Monument à chambre circulaire et cellule latérale n° 1 de Mijou : a) Plan de la chambre et de sa cellule latérale ; b) élévation au niveau du passage de la chambre à la cellule (relevé R. Joussaume)

Fig. 80 – Monument à chambre circulaire et cellule latérale de Mijou n° 1 : 1 et 17) chambre et cellule avec passage trilithe de l’une à l’autre ; 2) petites perles simples multicolores en verre ; 3) perles segmentées en verre ; 4) pointe de flèche en fer ; 5) pendentifs en métal ; 6, 7, 8,11 et 12) perles de différents types ; 9) fragment de peigne pendentif décoré en bois ; 10) fragment de bracelet en fer ; 14 à 16) éléments de javeline et de lame de poignard ou épée en fer (clichés R. Joussaume)

80La chambre est un cercle presque parfait de 2,70 m de diamètre, soit une surface presque deux fois inférieure à celle de Rare. La cellule latérale, elle aussi de plan circulaire, possède un diamètre d’environ 1 m. Elle est également bâtie en pierre sèche. Rien de mégalithique donc dans cette chambre au plan identique au monument de Raré. On ne sait rien des superstructures qui recouvraient la chambre et sa cellule latérale. Un tumulus de pierres probablement ? Aucun couloir n’a pu être mis en évidence.

81La chambre principale a été vidée de son contenu archéologique à une époque indéterminée. Il n’en était pas de même de la cellule latérale qui était passée inaperçue. De nombreux ossements épars ont été recueillis. Curieusement ce sont essentiellement des os des mains et des pieds, quelques vertèbres et fragments crâniens, mais aucun os long des membres inférieurs et supérieurs. C’est là un fait troublant qui implique des prélèvements secondaires d’os longs et de crânes.

b - Matériel archéologique

1 - La céramique

82Les tessons de poteries sont assez nombreux et se rapportent à des formes que nous avons étudiées pour le monument de Raré. Aucun vase n’est entier.

83Quelques fragments de coupes, mais aucune languette de préhension. On retrouve le pied annulaire peu élevé et des anses boudinées appartenant à des vases sphériques à col. À signaler des tessons d’un vase sphérique sans col sur lequel trois lignes de perforations circulaires ont été pratiquées. Ce type de vase devait posséder un pied.

84Il y a donc peu de chose à dire de la céramique si ce n’est qu’elle montre des affinités évidentes avec celle du monument à chambre circulaire et cella de Raré à Chaffé (Dobba).

2 - Autres vestiges

85• Les perles : elles sont en très grand nombre surtout les petites perles en verre bleues, vertes, rouges ou jaunes, certaines segmentées en plusieurs éléments ronds. Nous en avons recueilli plus de 200. Parmi elles (fig. 81), quatre, en métal cuivreux, dont trois (fig. 81, nos 17, 22, 23) sont faites d’une feuille de métal roulée alors que la quatrième est un noyau de métal facetté. Une perle facettée (fig. 81, n° 26) est en or massif, une autre (fig. 81, n° 21) est en calcaire et deux grosses perles sont en verre irisé (fig. 81, nos 14 et 15).

86• Un fil d’argent spiralé (fig. 81, n° 16) : nous ignorons quel pouvait être l’utilisation de ce fil très fragile. Peut-être une parure de chevelure ou de vêtement.

87• les pendeloques : l’une d’elles (fig. 81, n° 13) est un morceau de calcaire appointé avec une perforation circulaire dans la partie la plus large. L’autre, en bois (fig. 81, n° 12), a la forme d’un petit peigne. Elle possède sur ses deux faces une décoration faite de cercles incisés marqués d’un point central. C’est une décoration connue dans bien des régions du monde a des époques très différentes (En Egypte pharaonique, c’était le symbole du soleil et du dieu Ré).

88• Pendants d’oreilles : Bien qu’identiques dans leurs formes, ces deux pièces furent découvertes à deux niveaux différents du remplissage de la chambre. Il s’agit d’un fil en métal cuivreux dont les extrémités ont été raccordées (fig. 81, nos 7 et 8).

89• Bracelets : Deux fragments de bracelets en fer (fig. 81, n° 9 et 10), et un fragment de bracelet en métal cuivreux (fig. 81, n° 6), formés d’un simple anneau ouvert, ont été mis au jour.

90• Armes en fer : Une pointe de flèche à ailerons et pédoncule apporte la preuve que l’arc était utilisé (fig. 81, n° 1). Des pointes de javelines (fig. 81, n° 2 à 4), fragmentées, semblables dans leur forme à celles du monument de Raré et des fragments de lames de poignards (fig. 81, n° 5) constituent les éléments en fer trouvés dans ce monument.

91• Un cauris scié (cyprea annulus linné) est le seul élément de parure en coquillage que nous ayons découvert.

c - Restes osseux

92Comme nous avons déjà eu l’occasion de le dire précédemment, la fouille de la cellule latérale de ce monument devait nous réserver une surprise en ce qui concerne les restes osseux répartis sans ordre dans tout le remplissage. En effet nous n’avons recueilli ici aucun os long des bras et des jambes alors que les os de mains et de pieds étaient très abondants. Très peu de fragments d’os crâniens mais de nombreuses dents ainsi que quelques vertèbres.

Fig. 81 – Monument à chambre circulaire et cellule latérale n° 1 de Mijou : 1) pointe de flèche en fer ; 2 à 5) fragments de pointes de javelines et de poignards ou épées en fer ; 6, 9 et 10) fragments de bracelets en fer ; 7 et 8) pendentifs en métal ; 11) tige métallique ; 12) petit peigne décoré en bois ; 13) pendeloque en pierre ; 14 et 15) perles multilobées en verre ; 16 et 17) tortillons en métal : 18 à 20) perles segmentées en verre ; 21 à 26) différents types de perles dont une en or (26) (dessin R. Joussaume)

93L’interprétation en est complexe. Nous avons vu en effet que lorsque les vestiges n’ont pas été perturbés, comme c’est le cas devant l’entrée de la cellule latérale du monument de Raré, les corps ont été déposés dans toute leur intégrité, en sépulture primaire dans la chambre principale, généralement en position fléchie sur un côté mains ramenées devant le visage. Nous retrouvons la même disposition, comme nous allons le décrire ci-dessous, dans le monument de Mijou n° 3 où un corps entier gisait en position fléchie au fond d’un compartiment de la chambre sépulcrale. Par ailleurs à Raré, la cellule latérale était vide de tout ossement humain comme celle de Mijou n° 2. Il nous faut donc admettre que dans le cas de la cellule du monument de Mijou 1, il y a eu prélèvement d’os humains alors que les petits os des mains et des pieds ainsi que les nombreuses dents échappées de leurs alvéoles étaient abandonnés sur place. Cela implique soit qu’aucune perle et autres très petits objets n’accompagnaient ces morts déposés ici, soit que leur ramassage fut complet. Pourquoi alors avoir laissé les petits os et les dents ? S’il y a eu prélèvements d’ossements où ces os ont-ils été déposés par la suite ? On peut cependant imaginer le scénario suivant : cette cellule aurait été un lieu de dépôt primaire et temporaire de certains corps, dont les éléments les plus volumineux du squelette auraient été prélevés au bout d’un certain temps pour être déposés dans la chambre du monument ou dans un endroit extérieur. Au moment du prélèvement, le mobilier d’accompagnement encore en bon état (en particulier les colliers dont les éléments seraient encore jointifs), aurait aussi été récupéré, ce qui expliquerait son absence totale dans cette cellule latérale. Mais ces questions restent pour lors sans réponse absolue...

2.1.2. Mijou n° 2

94Le deuxième monument (fig. 82) venait d’être vidé lors de notre premier passage en 1970. Comme le précédent, il s’agit d’une chambre circulaire bâtie en pierre sèche, creusée dans le sol, de 2,80 m de diamètre.

95Dans les déblais nous avons recueilli d’assez nombreux vestiges ostéologiques et céramiques. Ces dernières sont des coupes avec ou sans languette de préhension, des vases sphériques à col et anses boudinées, des vases polypodes à socle, c’est-à-dire, une fois encore, des céramiques du style de celles du monument de Raré (fig. 71 et 72, p. 107-108). Notons également la présence d’un fragment de lame de poignard en fer.

Fig. 82 – Plan et photographie du monument à chambre circulaire et cellule latérale Mijou n°2 (relevé et cliché R. Joussaume)

96Ici aussi, la fouille n’avait pas été effectuée derrière le porche trilithe au sud-est, les auteurs du vidage ayant sans doute interprété ce passage comme un accès à la chambre funéraire. Nous y avons découvert une cellule ovalaire de 1,40 m de long pour 1,20 de large, remplie de pierres et de sédiments mais vide de tout vestige archéologique.

2.1.3. Mijou n° 3

97Le troisième monument (fig. 83 à 87) à quelques dizaines de mètres des deux autres avait aussi été en partie vidé et détruit. Pourtant tout un secteur au nord-ouest n’avait pas été touché. Il permit des remarques intéressantes.

98Il restait à peine la moitié de la chambre, creusée dans le sol sur environ 1 m de profondeur et bâtie en pierre sèche (fig. 84).

99À l’intérieur de la chambre circulaire, des dalles calcaires posées de chant limitaient une surface rectangulaire longue de 1,30 m pour 0,90 m de large, comblée sur près de 80 cm de hauteur par un amoncellement d’ossements humains qu’accompagnait un matériel archéologique relativement abondant (fig. 83 a, b, c, d et 84). Si tout l’espace interne de la chambre avait été aménagé de la sorte, elle aurait dû contenir plusieurs compartiments. On peut imaginer, hypothèse que nous privilégions, que ces compartiments devaient être ouverts par le dessus, par déplacement d’une dalle de couverture, pour recevoir un nouveau corps. Cette fermeture des compartiments est confortée par une remarque de F. Azaïs qui dit avoir trouvé un squelette sous une dalle de pierre soulevée à la pioche sur le site de Bio, monument à chambre circulaire en ruine avec porche trilithe qui devait conduire à une cellule latérale (Azaïs et Chambard 1931, Atlas Pl. XX, fig. 3). À cette occasion il note que le coffre qui contenait le corps devait être couvert par des dalles de pierre.

100L’accès à la chambre funéraire se serait fait par un couloir aménagé sur le sol à travers le tumulus. Il aurait abouti au niveau des couvertures des compartiments de la chambre elle-même couverte par un encorbellement dont nous avons retrouvé la base au sommet du mur périphérique de la chambre du monument n° 2. Cette interprétation demanderait confirmation par la fouille d’un monument en bon état de conservation. Dans la partie subsistante que nous avons fouillée, nous avons constaté que le corps déposé en position fléchie sur le fond de la chambre, accompagné d’une coupe polypode à socle, était à un niveau inférieur à celui du compartiment dont une dalle latérale était dressée dans le vase polypode à socle. Il semble donc que les compartiments soient postérieurs à un premier niveau d’utilisation de la chambre funéraire. Cette chambre, dans un premier stade de fonctionnement, pourrait n’avoir contenu que quelques individus, voire un seul.

101Tous les ossements ont été relevés sur papier millimétré sur trois plans superposables (fig. 83). Nous nous sommes heurtés à des difficultés dues principalement à leur très mauvais état de conservation. La plupart des os « tombaient en poussière » pour reprendre une expression chère au père Azaïs. Ils n’avaient plus d’extrémités spongieuses et supportaient très mal les ardeurs du soleil. Tous ceux que nous avons pu récupérer sont aujourd’hui au Musée national à Addis-Abeba comme tous les vestiges que nous avons recueillis au cours de nos quatre missions.

Fig. 83 – a) compartiment limité par des dalles dressées dans la chambre circulaire du monument 3 de Mijou à Sourré Kabanawa. Premier niveau de remplissage. Les trois-quarts de cette chambre, qui devait posséder une cellule latérale, sont détruits

b) deuxième niveau de remplissage dans le même compartiment

c) troisième niveau de remplissage où se trouvent deux avant-bras d’enfants autour desquels se volent des bracelets en fer et en métal cuivreux. Des coquillages de la mer Rouge, aménagés (cauris et olives), parsèment la surface au milieu des ossements (les trois relevés sont de R. Joussaume)

Étude anthropologique par Jean-Paul CROS

Ce monument à chambre circulaire était grandement perturbé par d’anciennes fouilles : une zone non touchée a cependant permis de réaliser une étude de son remplissage. Le travail a été réalisé avec minutie compte tenu des conditions, et nous avons pour notre étude 3 relevés correspondant à 3 niveaux de décapage et 11 photos.

Moins d’une moitié de la chambre, construite en pierre sèche et creusée dans le sol, était conservée. Un espace de 1,30 m sur 0,90 m limité par des dalles calcaires posées de chant, avait été aménagé à l’intérieur de la chambre circulaire. Cette « cellule » s’appuie par son côté ouest sur le parement interne de la chambre (fig. 83 et 84 a). Sur près de 0,80 m de hauteur, cet espace contenait de nombreux restes humains associés à du matériel archéologique.

La partie haute du remplissage montre de nombreux éléments osseux en grand désordre (fig. 83 a). Seules les diaphyses des os longs sont conservées, les extrémités spongieuses sont presque toujours détruites. L’examen des photos et des plans montre la présence des restes thoraciques (scapulas, vertèbres, côtes), et de quelques os des extrémités. La fouille a montré la présence de quelques connexions. Sur le plan et les photos en notre possession, il existe certes quelques relations de proximité anatomique (fémur/tibia et humérus/ulna) mais on ne peut assurer formellement la présence de connexions, même partielles. En revanche, il existe un « fagot » d’os longs constitué d’éléments des membres supérieurs et inférieurs, prouvant que des rangements ont eu lieu à l’intérieur de cet espace. Il est à noter la présence d’un crâne, assez haut situé semble-t-il dans la limite nord de la zone.

Le deuxième relevé (fig. 83 b et 84 b) montre le niveau intermédiaire de décapage. Là encore règne un grand désordre, mais il semble exister une connexion avérée. Un membre supérieur (droit ?) montre humérus et ulna en connexion, avec un radius en relation de proximité.

Sur le troisième relevé (fig. 83 c), il semble exister des rangements dans le secteur ouest alors que les autres éléments osseux ne montrent aucun agencement particulier. Il est à noter que ce niveau montre pour la première fois des os coxaux. Par contre, les restes partiels de deux enfants de 4/5 ans et de 8/10 ans sont présents le long de la dalle nord. Sont présents des os longs des membres, des côtes, ainsi qu’une mandibule. Aucun élément crânien leur appartenant n’est visible sur les photos et le plan. De nombreux coquillages, cauris et olives, sont présents autour des restes des deux enfants. L’un d’entre eux portait à l’avant-bras 3 bracelets, le second 1 seul, toujours à l’avant-bras. Compte tenu du peu de restes osseux présents et de leur grande dispersion, aucune position de dépôt ne peut être proposée pour ces enfants.

Au fond de cette « cellule », sous les restes des deux enfants, a été mis au jour le squelette d’un individu en bon état de conservation (fig. 83 d).

Il se présente couché sur le côté gauche, membres inférieurs en double flexion, membres supérieurs plaqués sur le thorax, les avant-bras entièrement fléchis sur le bras. Le rachis, avec une cyphose dorsale bien marquée, apparaît en vue latérale droite, les côtes droites en vue exo-thoracique. La seule anomalie majeure se situe au niveau du bloc crânio-facial, qui apparaît en vue latérale gauche stricte, et de l’épaule droite qui montre une clavicule verticalisée et surtout une scapula qui apparaît par son pilier, « plantée » entre les épineuses des vertèbres cervicales, la mandibule et la base du crâne.

La position de ce bloc crânio-facial, qui regarde vers l’arrière, est totalement anormale. L’atlas et l’axis ne sont pas visibles sur les photos, mais les 5 dernières cervicales sont en position anatomique et apparaissent bien une vue latérale droite. Il faut quand même noter une rectitude du rachis cervical qui a perdu sa lordose. La mandibule quant à elle est en position anatomique. Comment peut-on expliquer cette position aberrante du bloc crânio-facial ? Soit elle existait déjà au moment du dépôt du corps, soit elle résulte de l’évolution taphonomique, soit d’actions anthropiques post dépositionnelles.

Fig. 84 – Monument à chambre circulaire et cellule latérale de Mijou 3 : compartiment au nord-ouest de la chambre : a) niveau supérieur avec un vase polypode à socle vu du sud

b) deuxième niveau de remplissage dans le compartiment vu dans son entier depuis le nord

c) troisième niveau avec bracelets sur les avant-bras de deux enfants et nombreux coquillages (cauris et olives) (clichés R. Joussaume)

Fig. 85 – Sous le 3e niveau, sur le fond de la chambre, un squelette, accompagné d’un vase polypode à socle, était déposé en position fléchie sur le côté, sa tête ayant été retournée (dessin J.-P. Cros et cliché R. Joussaume)

La seule étiologie acceptable pour la première hypothèse serait une décollation : mais nous n’avons aucun renseignement sur les deux premières vertèbres cervicales, elles ne sont pas visibles sur les photos. Celles-ci indiquent que la base du crâne est en mauvais état. La seule chose que l’on peut dire, c’est que les deux mastoïdes sont intactes.

La deuxième hypothèse ferait intervenir une position initiale de dépôt du corps qui pourrait aboutir au cours de la décomposition à cette position de la tête. Il faut alors imaginer un corps ligoté (et même installé dans un sac), déposé assis contre la dalle verticale proche. Au cours du temps, sa chute aurait maintenu le corps en position, sauf le bloc crânio-facial qui aurait tourné de 180° mandibule comprise : ceci est difficile à admettre, les articulations temporo-mandibulaires étant assez labiles, en tout cas beaucoup plus que les contentions entre atlas et axis et l’occipital. De plus, la position anatomique de ce squelette, couché sur le côté gauche, est trop respectée et cohérente pour valider cette hypothèse.

Nous optons pour la troisième hypothèse, qui fait intervenir des manipulations anthropiques, pour plusieurs raisons. Quelques éléments nous font penser que ce corps n’a pas été inhumé et s’est décomposé en espace vide, ou contraint par une enveloppe périssable, ce qui a permis d’intervenir sur le squelette quelque temps après le dépôt. Ce laps de temps a été assez long pour permettre le lâchage des systèmes de contention capsulaires et ligamentaires entre l’axis et la troisième vertèbre cervicale, de même qu’entre les éléments de l’épaule droite. Par ailleurs il existe aussi, semble-t-il, un décalage de l’extrémité proximale du fémur droit. Au moment de l’installation de nouveaux corps (peut être ceux des deux enfants situés juste au-dessus), il y a eu certainement intervention sur le haut du corps de ce sujet. Le crâne et la mandibule ont été retournés, et l’épaule droite désolidarisée, ce qui explique la position aberrante de la scapula, de la clavicule et peut être de l’extrémité proximale de l’humérus.

Il semble bien que ce sujet ne fasse pas partie des premiers déposés dans ce monument. D’une part, la fouille a montré quelques restes osseux sous ce squelette en connexion (fig. 83 d2) et de plus, la dalle verticale située au nord repose sur le vase polypode à socle situé dans le dos du sujet, vase qui, lui aussi, pourrait appartenir à une phase antérieure de dépôts.

Il est impossible de donner un NMI (nombre moyen d’individus), ne serait-ce qu’approximatif. Sur les documents en notre possession, en dehors du sujet le plus bas situé et des deux enfants, soit trois individus, quatre sujets au moins sont représentés par leurs os longs et deux crânes. Mais seule une partie de la chambre du monument a été fouillée, le reste ayant été précédemment détruit.

Fig. 86 – Monument à chambre circulaire et cellule latérale de Mijou 3 : différents ossements recueillis dans la chambre. Les trois os longs réunis ici permettent de se faire une idée de leur mauvais état de conservation (cliché R. Joussaume)

Le fonctionnement de ce monument peut donc être synthétisé comme suit :

  • Construction d’une chambre circulaire creusée dans le sol. Nous ne savons pas si elle possédait une cellule latérale, mais c’est probable dans ce type de monument, et un couloir d’accès, ce qui est envisageable sans plus.
  • Dépôt des premiers corps, qui ne sont pas inhumés (c’est-à-dire pas enterrés), mais posés sur le sol : peut-être existait-il des systèmes de protection en matériaux périssables. Cette première période d’utilisation qui concerne toute la chambre fonctionne-t-elle déjà comme une sépulture collective, était-elle réservée à un ou quelques individus ? Il est impossible de le dire.
  • Dans une seconde phase, mais par la même population, construction à l’intérieur de la chambre d’un (ou plusieurs) grand(s) coffre(s) rectangulaire(s) limité(s) par des dalles de chant. Ces dalles reposent en partie sur le remplissage initial, même s’il y a eu vidange partielle préalable.
  • Dépôt d’un premier individu au fond du coffre étudié.
  • Au cours de dépôts ultérieurs (en particulier celui des deux enfants qui portent des bracelets aux avant-bras), ce premier sujet déposé (à statut particulier ?) sera respecté, quoique subissant quelques manipulations osseuses au niveau de la partie haute du corps.
  • Les dépôts continuent dans le temps, les nouveaux venus venant grandement perturber l’agencement des sépultures antérieures. Il semble y avoir eu quelques rangements (relevés de la figure 78). Il est impossible de dire si les manipulations osseuses ont continué dans les niveaux supérieurs, ni s’il a existé des prélèvements osseux. Notons quand même qu’il existe une absence notable d’éléments crâniens dans ce compartiment. Pour les enfants, seule une mandibule a été retrouvée...

Le fonctionnement de ce coffre est donc un fonctionnement collectif, les sujets sont amenés et déposés au fur et à mesure de leur décès. Mais quel en est le recrutement ? Sommes-nous en présence du lieu de sépulture d’un clan ou d’un lignage, ou de tous les défunts du village ? Là encore, il est impossible de le dire.

Quelques remarques complémentaires peuvent être faites en relation avec le sujet déposé à la base du coffre :

  • Si le sujet en connexion fait partie de la phase « coffre », ou compartiment, il est le premier déposé (donc c’est peut-être pour lui, et par la suite pour des gens de son clan, ou de son lignage, ou de sa famille, que la structure a été créée). De toute façon, lors des dépôts successifs, notamment celui des deux enfants, ses restes ont été respectés, hormis la tête et l’épaule, manipulées ou bousculées accidentellement, puis remises en place sans se soucier de la position première de ces éléments.
  • Si le sujet en connexion et le vase qui lui est associé, font partie d’une première phase d’utilisation de la chambre, avant la construction du « coffre », celle-ci le respecte, même si une dalle verticale est installée en partie sur le vase, et si le haut de son corps est quelque peu déplacé. Nous nous retrouvons peut-être dans le même cas de figure que dans la première hypothèse : le coffre est installé en fonction de ce personnage, pour des défunts ayant une relation avec lui (descendance ou autre...).
  • 2 Expression assez représentative de cette période pour un Européen mais qui ne veut absolument rien (...)

On soulignera aussi dans ce monument un fait inhabituel lié à l’association dans un même espace funéraire d’enfants et d’adultes que nous n’avons pas retrouvé tant sur le site à stèles aux épées de Tiya dans le Soddo (Joussaume dir. 1995) que dans le tumulus à stèles anthropomorphes à croisillons de Tuto Fela en pays Gédéo au sud de l’Éthiopie (Joussaume dir. 2007), tous ces sites de peuples différents étant sensiblement de la même époque qualifiée parfois de « médiévale »2.

Matériel recueilli dans le compartiment fouillé
• Céramique

En surface du dépôt nous avons récupéré quelques tessons de poteries dont les restes d’un grand vase sphérique à col, à cordon ceinturant la base du col, décoré d’impressions sur le haut de la panse ; un grand fragment d’une jatte noire à cordon pré-oral et décor impressionné tout à fait identique à une céramique découverte accompagnant le squelette couché au fond du tumulus que nous avons fouillé à Ganda Hassan Abdi (fig. 99, p. 150), ainsi qu’un fragment de coupe profonde à perforations pré-orales circulaires qui appartenait probablement à un vase polypode à socle semblable à celui du tumulus de Deder (fig. 98.2, p. 147).

Au milieu des ossements du compartiment fouillé dans la chambre ont été recueillis trois vases entiers polypodes à socle. Le premier, vers le haut du remplissage, contenait des charbons de bois qui laissent penser qu’il aurait pu servir de brûle encens. Le second était légèrement plus bas alors que le troisième reposait sur le fond près du squelette en position couchée sur le côté. Ces trois vases ont été reconstitués et font l’objet des figures 87, nos 1, 2 et 3 ainsi que 88, nos 1 et 2. Ils sont tous quadripodes. Il apparaît ainsi que l’agencement interne de la chambre funéraire a pu évoluer avec le temps. Toutefois l’homogénéité des céramiques prouve que nous avons affaire à un même peuple du bas en haut du remplissage, déposant ses morts successivement. Il s’agit donc, en fin d’utilisation, de chambres funéraires collectives à cellules internes parfois modifiées. Ces cellules devaient être couvertes individuellement par une ou plusieurs dalles de pierre et nous pouvons émettre l’hypothèse, comme nous l’avons déjà souligné, d’un montage en encorbellement à partir du mur périphérique de la chambre, servant de plafond à l’ensemble de la structure.

• Autres vestiges

- Deux perles seulement (fig.87, nos 12 et 13), l’une en os, très friable et une plus grosse, découverte à l’aplomb des dalles dressées du compartiment subsistant ; une pendeloque faite d’une plaquette osseuse présentant une perforation biconique (fig. 87, n° 10) et un poinçon en fer (fig. 87, n° 11).

À cela s’ajoutent de nombreux coquillages et des bracelets métalliques.

- Les coquillages sont associés aux deux enfants. Ils sont de deux sortes : 35 cauris (cyprea annulus linne) et 40 olives (oliva ericea linne) dont 10 grosses.

Les cauris et les olives sont sciés à l’apex (fig. 87, nos 8 et 9 ; fig. 87, nos 4 et 7). Les cauris sont encore très utilisés de nos jours en particulier chez les Arsi, peuple Oromo établi à l’est des lacs éthiopiens de la Rift Valley. Ces derniers jusqu’à ces dernières années enterraient encore leurs morts dans la cellule latérale d’une chambre souterraine sous tumulus entouré de stèles, pouvant atteindre jusqu’à deux mètres de hauteur, décorées et peintes de motifs géométriques, dressées par leurs enfants. Ils utilisent les cauris dans la parure corporelle et pour décorer des récipients en peaux et vanneries. Population d’éleveurs-agriculteurs, ils sont organisés suivant un système de classes d’âges assez compliqué (gada). Ces coquillages proviennent de la mer Rouge, distante, au plus près, de plus de 300 km.

- Les bracelets (fig. 87 et 88) sont au nombre de quatre.

Fig. 87 – Monument à chambre circulaire et cellule latérale de Mijou 3 :1 à 3) vases polypodes à socle ; 4 à 6) bracelets placés sur l’avant bras d’un des enfants (le 4 est en métal cuivreux et les deux autres en fer) ; 7) bracelet en métal cuivreux placé sur l’avant-bras de l’autre enfant ; 8 à 13) perles et coquillages (dessins R. Joussaume)

Fig. 88 – Monument à chambre circulaire et cellule latérale de Mijou 3 :1 et 2) vases polypodes à socle ; 3, 5 et 6) bracelets ; 4 et 7) cauris et olives ; 8) pendeloque (clichés R. Joussaume)

Un des enfants portait trois bracelets à l’un de ses avant-bras. Le premier, simple anneau ouvert en fer, était en très mauvais état de conservation (fig. 87, n° 5). Les deux autres sont en métal cuivreux (fig. 87, nos 4 et 6). L’un d’eux est aussi un simple anneau ouvert aux extrémités pointues. L’autre, sur le même modèle, possède un triple renflement médian.

L’autre enfant ne portait qu’un seul bracelet à un avant-bras (fig. 87, n° 7). Il est aussi en métal cuivreux comme l’un de ceux associé à l’autre enfant : bien que plus petit, il possède lui aussi un triple renflement médian et ses extrémités sont légèrement renflées.

Ces bracelets, dans leur simplicité sont comparables à plusieurs autres trouvés dans les tumulus de Mashalä Maryam dans le Mänz où de nombreuses perles multicolores ont également été découvertes (Fauvelle et Poissonnier 2013).

D’autres comparaisons intéressantes sont à établir avec un anneau en métal cuivreux de 7 cm de diamètre recueilli par A. T. Curle en 1927 (Curle 1933) dans un tumulus situé à 3 km au sud de Mandera (Kenya) non loin des frontières Éthiopie-Somalie-Kenya. Ce rapprochement est d’autant plus intéressant que le fouilleur trouva dans ce monument un vase polypode à socle semblable à ceux des tumulus des monts du Chercher en Éthiopie.

2.2 - Rachid Hussein

102Non loin de Sourré-Kabanawa, toujours sur le territoire de Tchelenko, nous avons vu deux autres monuments à chambre circulaire et cellule latérale, très proches l’un de l’autre. Ils avaient été éventrés et vidés de leur contenu. Ils présentèrent pour nous un grand intérêt car aucun daga kofiya n’existait dans leur environnement immédiat ce qui n’était pas le cas ni à Chaffé ni à Sourré Kabanawa. Or, à ce moment-là, alors que tous les daga-kofiya avaient été trouvés vides, nous n’avions aucun élément pour les dater et nous pensions qu’il y avait peut-être un rapport entre ces deux types d’architecture. Nous avions donc à Rachid Hussein, un premier élément de preuve de leur non-contemporanéité. Cette preuve fut confirmée par le fait qu’aucun monument à chambre circulaire et cellule latérale ne coexistait avec les cistes dolméniques du site de Hassan Abdi. Les datations 14C qui vinrent ensuite furent évidemment décisives pour dissocier ces monuments.

3. Rôle de la cellule latérale dans ce type de monuments

103Les tumulus à chambre circulaire et cellule latérale paraissent assez nombreux dans les monts du Chercher. Si tous ceux que nous avons étudiés étaient très mutilés et plus ou moins vidés de leurs contenus originels pour ce qui concerne la chambre principale, nous avons noté des disparités importantes dans le remplissage des cellules latérales, trouvées vides de tout vestige ou ne contenant que quelques restes osseux de très faibles dimensions s’apparentant à des petits os oubliés ou perdus au cours d’un déplacement. Bertrand Poissonnier (2012) émet l’hypothèse que ces cellules auraient pu être le moyen d’accès à la chambre principale lors du dépôt d’un nouveau corps ou de quelques restes osseux dans cette chambre. C’est une hypothèse a priori très recevable. Il aurait suffi de savoir où se trouvait l’entrée sur le tumulus pour que, après enlèvement des pierres, il soit possible d’accéder à cette cellule et de là, par le porche trilithe, entrer dans la chambre. C’est cependant se compliquer un peu la vie quand une ouverture directe depuis l’extérieur vers la chambre, à travers le tumulus, aurait simplifié le passage. Et puis comment expliquer qu’un même monument tel que Raré ait possédé à la fois un couloir et une cellule latérale : l’un des deux moyens d’accès aurait été inutile. Cette cellule latérale a donc eu un rôle particulier, indépendant de l’accès à la chambre dont nous avons dit qu’elle était compartimentée par des dalles dressées et que chaque compartiment devait être couvert par des dalles de fermeture amovibles, au moins dans sa phase finale d’utilisation.

104Jean-Paul Cros fait remarquer que la cellule de Raré était vide en dehors d’une petite figurine en calcaire où seule la tête ronde était représentée avec trois perforations représentant les yeux et la bouche, alors que celle de Ganda Mijou 1 contenait de nombreux os des extrémités des membres associés à des fragments crâniens et vertébraux, tous de petites taille. Dans ce cas, selon lui, la cellule aurait accueilli des corps entiers avant une ou des vidanges qui auraient consisté à prélever les os longs et ceux d’un certain volume, laissant sur place les petits os ou des fragments. Il remarque par ailleurs qu’à Raré et Mijou I, nous avons des arguments pour penser qu’il y a eu une première phase d’utilisation des monuments avant l’installation des compartiments. Ne peut-on imaginer alors que cette cellule ait été un lieu de dépôt primaire des défunts dont une partie des ossements aurait rejoint la chambre par la suite. Ce rôle de « cellule d’incubation » pourrait avoir disparu lors de la seconde phase d’utilisation du monument. Ce ne sont là évidemment que des pistes de réflexion, d’autres études seront absolument nécessaires pour y voir plus clair dans ces coutumes funéraires qui paraissent bien complexes.

4. Datations des monuments à chambre circulaire et cellule latérale

105Nous avons déjà donné la datation obtenue sur le monument de Raré entre le XIIIe siècle et le XVIe siècle de notre ère.

106Pour ce qui est des sites de Ganda Mijou, trois dates 14C ont été effectuées dans le même laboratoire français.

107Mijou n° 1 : l’échantillon daté provient de la cellule.

108Gif 3289 : 940 ± 90 BP, soit une date réelle comprise entre le Xe et le XIIe de notre ère.

109Mijou n° 3 : deux datations, la première provenant d’un échantillon prélevé au fond du monument et la deuxième à partir d’un échantillon prélevé dans un vase polypode à socle du niveau supérieur.

110Gif 3291 : 1150 ± 90 BP, soit une date réelle comprise entre VIIe et le XIe siècle de notre ère.

111Gif 3290 : 1000 ± 90 BP soit une date réelle comprise entre le IXe et le XIIIe siècle de notre ère.

112La différence des dates entre la base et le haut du remplissage semble indiquer une utilisation de cette chambre funéraire sur plusieurs centaines d’années entre le VIIe et le XIIIe siècle de notre ère. La datation de Raré montrerait des utilisations encore plus tardives.

113La fourchette de datations obtenue à Mijou 1 et 3 est comparable à celle qu’obtiennent François-Xavier Fauvelle-Aymard, Bertrand Hirsch et Bertrand Poissonnier pour « la culture Shay » qu’ils ont définie dans le Mänz. Cette dernière élevait également de grands tumulus à chambre funéraire circulaire, parfois à couloir, mais sans cellule latérale semble-t-il. Ce sont aussi des sépultures collectives où les céramiques sont très nombreuses ainsi que des perles en verre multicolores, des bracelets en fer et métal cuivreux et des armes en fer, donc un assemblage d’objets d’accompagnement des défunts tout à fait comparable à ceux que nous avons mis au jour au début des années 1970 dans les tumulus du Chercher. Toutefois des variantes importantes dans la céramique différencient ces deux groupes dont les modes de vie devaient être assez semblables. Par ailleurs, dans le Mänz, ce niveau d’inhumations collectives, d’après les fouilleurs, surmonte un niveau d’occupation qui n’aurait concerné qu’un seul individu. Nous y reviendrons.

B. Autres tombes sous cairn

1. Structure de Dagen à Addas sur le territoire de Dobba

114C’est une tombe collective assez particulière qui nous a été indiquée par un cultivateur local qui avait eu l’occasion d’y pratiquer quelques fouilles limitées. Le contexte est assez spécial mais mal défini car nous nous trouvions à la base d’une pente où un espace avait été creusé pour y déposer des morts, espace que nous n’avons fouillé que partiellement par manque de moyens adaptés. Il aurait fallu pouvoir dégager davantage la surface occupée par la sépulture qui semble se prolonger sous la masse de terres. À la base de cette pente nous avons ouvert une surface quadrangulaire de près de 18 m2 (fig. 89). Deux autres structures de ce type ont été décelées dans les environs sans que nous y touchions. Il pourrait en exister d’autres mais elles sont pratiquement indécelables dans la pente du terrain sans l’érosion qui pourrait les mettre en évidence.

115La partie ouverte permet de voir, en fin de fouille, une rangée de pierres d’assez faible volume qui dessine un quart de cercle se refermant à l’est vers l’intérieur de la colline. À l’intérieur de cet espace, des pierres plus grosses que celles de la bordure occupent la partie ouest de la structure. La partie est fut fouillée par le paysan jusqu’au niveau du retour vers le nord de la bordure de pierres. Cette ligne de pierres remonte jusqu’à un ensemble de blocs plus gros placés en encorbellement au-dessus d’un dépôt funéraire limité à l’ouest par une couronne d’autres pierres. La surface ovalaire ainsi délimitée à l’ouest, d’environ 1,50 m de longueur nord-sud, se poursuivait à l’est sans que nous ayons pu atteindre le fond de l’alvéole (fig. 89 b). À l’intérieur de cette partie, comblée de sédiments, se trouvait un nombre important d’ossements en relativement bon état mais bouleversés. Quatre sujets adultes au moins ont été déposés là (fig. 90, n° 2), accompagnés de plusieurs poteries (coupes plus ou moins profondes et vases sphériques à col) et une pointe de javeline en fer qui gisait au-dessous du tas d’ossements sur le sol. Une tige métallique fut également découverte dans le vase sphérique à col et deux anses diamétralement opposées (fig. 91).

116Tous ces objets tant par la forme des poteries que par leur décor poinçonné, fait de lignes incisées et de cordons digités, appartiennent à la même famille que ceux découverts dans les monuments à chambre circulaire et cella de Raré et de Ganda Mijou.

117À l’ouest de ce dépôt, un autre amas d’ossements dispersés, associé à une dalle dressée, représentaient les restes d’au moins deux autres personnes qu’accompagnaient deux fragments de coupes.

Fig. 89 – Structure funéraire de Dagen à Addas : a) coupe AB ; b) remplissage dans la partie nord fouillée (relevés R. Joussaume)

Fig. 90 – Monument de Dagen à Addas : 1) section AB correspondant au relevé de la figure 89

2) les dépôts osseux est apparaît au fond, la partie sud du dépôt nord est au premier plan

3) le dépôt nord avec deux coupes en céramique, celle du premier plan ayant été en partie remontée (clichés R. Joussaume)

Fig. 91 – Céramiques du monument particulier de Dagen à Addas. Elles sont tout à fait comparables à celles des monuments à chambre circulaire et cellule latérale de Sourré et de Raré. Ces dépôts humains sont donc à attribuer à un même groupe culturel (dessins R. Joussaume)

118Nous n’avons pas pu aller plus loin dans cette recherche qui montre, après les monuments à chambre circulaire et cella, une autre forme d’architecture contenant des inhumations collectives et datant de la même époque. On pourrait voir une différenciation sociale dans la forme de ces structures funéraires où la coutume d’inhumations collectives reste cependant la même. On notera en particulier l’absence de vases polypodes à socle dans les niches à flanc de colline mais l’échantillon étudié de ces structures est trop peu représentatif pour en déduire une constante.

119Il nous est difficile de nous prononcer précisément sur la forme de cette structure mais nous pouvons imaginer des niches aménagées dans la pente du terrain qui pouvaient être ré-ouvertes à l’occasion de nouveaux décès. Elles s’adressaient peut-être à des unités familiales.

Étude anthropologique par Jean-Paul CROS

Les documents en notre possession pour cette étude sont constitués d’un plan et de 5 photos. Les ossements découverts dans la zone fouillée s’organisent en deux ensembles : un situé au nord, l’autre à l’ouest du précédent (fig. 89 b).

La fouille a montré le maintien de quelques connexions. Le plan et les photos indiquent la présence de toutes les parties du squelette, mais les os longs sont largement majoritaires. Sur le plan, la présence de connexions ne semble attestée que par un ensemble fémur-tibia-fibula au centre de la concentration d’ossements située au nord.

Pour l’ensemble situé à l’ouest, aucune organisation n’est perceptible.

Avec toutes les réserves d’usage, le NMI pour le locus nord est de 4 ou 5 individus (sur fémurs), au moins de deux pour le locus ouest. Des poteries sont associées aux deux ensembles.

La présence des petits os des extrémités, le maintien de quelques connexions, orientent vers des dépôts primaires et vers un fonctionnement en sépulture collective. Les morts étaient amenés au fur et à mesure de leur décès dans le monument, déposés à un emplacement qui ne devait pas être aléatoire. Le recrutement de ces différents locus peut être familial, clanique, ou autre. Les corps se décomposaient en espace vide, ils étaient donc facilement mobilisables lors de dépôts ultérieurs, ce qui explique le grand désordre qui règne dans le monument. Nous sommes surpris par le petit nombre de crânes retrouvés : sur 6 individus, au moins, déposés dans cette sépulture, seul 1 crâne est présent. Il semble qu’un déficit important existait aussi à Sourré Midjou. On sait que dans la plupart les cultures, la tête a fréquemment bénéficié d’un statut particulier. Des crânes ont pu avoir été prélevés, puis sortis du monument pour faire l’objet de cultes particuliers. Peut-être même réintégraient-ils ensuite l’espace privé...

Reste la question du maintien de l’accessibilité à cette structure funéraire. Une sépulture collective nécessite un accès pour le dépôt des défunts sur la durée. C’est le but des couloirs dans les dolmens. Ici l’accès se faisait par l’ouverture creusée à flanc de pente. Sauf à imaginer que ces gens démontaient et reconstruisaient un passage dans le cairn à chaque nouveau décès, on peut aussi émettre l’hypothèse de la mise en place de structures légères pendant le fonctionnement de la sépulture. Le cairn pourrait être une structure de condamnation, installée à la fin de la phase de fonctionnement.

2. Tumulus nos 1 et 2 de Sourré Kabanawa au nord de Chélenko

120Dans la Corne de l’Afrique, les tumulus sont essentiellement des cairns fait d’un amoncellement de pierres. Ils sont particulièrement nombreux depuis le Mänz jusqu’au Harar en Éthiopie, de même qu’en République de Djibouti, au Somaliland et en Somalie jusque sur la frontière avec le Kenya. Un très petit nombre a été étudié et il est impossible à ce jour d’en avoir une vue d’ensemble. Certains, à Djibouti en particulier, semblent devoir être datés du IIIe millénaire avant J.-C. voire antérieurement, beaucoup sont « médiévaux » comme bon nombre de ceux d’Éthiopie et d’autres sont relativement récents. Si la plupart sont des monuments funéraires, d’autres peuvent avoir été des marqueurs territoriaux voire des cénotaphes.

121Au cours de nos missions des années 1970, il nous a été donné de fouiller trois tumulus (daga touli), deux à Sourré Kabanawa en octobre-novembre 1972 et un à Hassan Abdi l’année suivante.

a. Daga touli n° 1 de Sourré Kabanawa

122Construit dans la pente du terrain, ce tumulus a environ 16 m de diamètre pour 2,30 m de hauteur. Il est essentiellement constitué de blocs de pierres, parfois très gros, qui recouvrent une couche de terre et de pierrailles très compacte. Une dizaine de personnes ont participé à la fouille de ce daga touli partagé en quatre quadrants.

123Au centre du monument, dans un espace comblé de pierres, se dressent deux pierres plates hautes de 0,90 m et 1,05 m. Elles se font face et sont espacées de 0,45 m. Entre elles, une troisième dalle est couchée sur le sol (fig. 92). C’est de la sorte que récemment encore les musulmans marquaient l’emplacement d’une tombe si ce n’est que l’espace entre les deux pierres dressées est plus important puisque chaque pierre marque une extrémité du corps placé en position allongée. De même que F. Azaïs et R. Chambard les ont signalés dans leur ouvrage en 1931, nous avons eu l’occasion de visiter plusieurs cimetières musulmans montrant cette disposition des tombes dans le Harar.

Fig. 92 – Tumulus I de Sourré. Au centre et sur le fond du monument, formé d’un tas de pierres, ce petit édifice, fait de deux pierres dressées réunies à leur base par une troisième dalle de pierre, est comparable à un porche trilithe de chambre circulaire à cellule latérale auquel manquerait le linteau (relevé R. Joussaume)

  • 3 Depuis cette époque, j'ai eu l'occasion de voir de tels dépôts d'ossements humains parmi les pierr (...)

124Dans les terres compactes de la base du quadrant est, nous avons recueilli, à plus de 4 m du centre, sous une grosse pierre, sept poteries plus ou moins écrasées, coupes profondes hémisphériques à pied annulaire (fig. 94). Sous une autre dalle de pierre, deux poteries semblables (fig. 93, nos 2, 3 et 4), situées également sous la masse de pierres du tumulus ont été trouvées dans le quadrant ouest à près de 4 m du centre également. C’est dire que ces deux dépôts de poteries semblables étaient séparés de plus de 7 m et ne pouvaient donc s’être trouvés dans une même chambre funéraire circulaire du type de celles que nous avons décrites à Mijou 1, 2 et 3. À proximité des dalles dressées, dans le quadrant nord, gisaient des restes osseux humains sans organisation particulière, qu’accompagnaient des vestiges archéologiques assez nombreux : tessons de poteries et éléments métalliques divers en tous points comparables à ceux des monuments à chambre circulaire et cellule latérale. Il faut noter que plusieurs dépôts d’ossements humains se trouvaient à différents niveaux de la masse du cairn. Il s’agissait probablement de quelques ossements ramenés là par paquets en dépôts secondaires après le décharnement du corps dans un autre lieu, peut-être une sépulture primaire d’où l’on avait extrait quelques os qui vinrent ensuite rejoindre la tombe d’un personnage vénéré3.

Fig. 93 – 1) gros tumulus de la région de Déder ; 2, 3 et 4) deux vases à support annulaire trouvés sur le fond du tumulus n° 1 de Sourré où se trouvait les deux pierres dressées (n° 6) de la figure 86 ; 5) petite fiole en verre, pointe de javeline, anneau métallique et perle (cliché R. Joussaume)

Fig. 94 – Céramiques du tumulus n° 1 de Sourré : vases à support annulaire, coupe et fragment de vase décoré à col (dessins R. Joussaume)

125Il ne nous fut malheureusement pas possible de poursuivre cette étude : les musulmans de cette région ayant l’impression que nous profanions une de leurs tombes, nous avons préféré arrêter là nos travaux.

126Ainsi, trois quadrants, la partie centrale et une faible portion du quatrième quadrant furent entièrement explorés jusqu’au niveau du sol en place. Au centre du tumulus, se trouvaient donc ces deux pierres dressées d’environ 1 m de hauteur dont l’écartement de près de 50 cm était maintenu au sol par une dalle plate. Bertrand Poissonnier et François-Xavier Fauvelle-Aymar (2012 p. 200) nous font justement remarquer l’analogie de cet ensemble avec les porches trilithes des monuments à chambre circulaire et cellule latérale auxquels manquerait le linteau. Toutefois ici nous n’avons pas retrouvé de restes du mur périphérique de la chambre, ni la cellule latérale, mais seulement d’assez nombreux fragments osseux et tessons de poteries mélangés à des objets en fer qui pourraient avoir occupé cette hypothétique chambre funéraire. Cette explication m’apparaît aujourd’hui très recevable et l’on peut envisager que, comme sur la photographie de François Azaïs à Bio (fig. 14 b, p. 31), nous nous soyons trouvés devant un monument à chambre et cellule latérale qui aurait été grandement bouleversé, ne laissant en place que ces trois éléments. Les dépôts sous dalles de pierre des 2 et 7 poteries se seraient trouvés en dehors de la chambre probablement en situation secondaire alors que la chambre avait été détruite. En effet, il faut envisager qu’ils sont postérieurs à l’utilisation de cette chambre datée (Gif 3292) de 1170 ± 90 BP, soit une datation réelle comprise entre la fin du VIIe siècle et le début du XIe siècle de notre ère, date tout à fait comparable à celle obtenue au fond de la chambre circulaire et cellule latérale de Mijou 1.

127Les neuf poteries de ces deux dépôts (fig. 93 et 94) présentent la particularité d’être morphologiquement comparables, tant par leur module que par leur fabrication, à celles qui entourent le squelette découvert dans le petit tumulus de Hassan Abdi (fig. 99, p. 150 et fig. 101, p. 152). Elles ne possèdent pas la qualité des poteries recueillies dans les monuments à chambre circulaire et cellule latérale, même si leur forme est semblable à celle des vases à pied annulaire élevé et aux vases polypodes à socle de ces chambres. Elles pourraient être plus tardives ou appartenir à un autre groupe social contemporain.

128Les autres vestiges archéologiques recueillis peuvent avoir appartenu à cette chambre disparue par la composition même du lot retrouvé : poteries, petite fiole en verre, anneau métallique, perles, coquillages (olives et cauris) et une pointe de javeline en fer (fig. 95 b).

129Dans cet ensemble, des fragments de poteries appartenaient à des coupes dont une à anse verticale, d’autres à des vases sphériques à col ainsi qu’à un vase polypode à socle (fig. 95 a). Les décors incisés et impressionnés sont comparables à ceux que nous avons décrits dans le monument à chambre circulaire et cellule latérale de Raré. La similitude des céramiques avec celles de tous les autres monuments funéraires du Chercher, en dehors des « dolmens » plus anciens, est très frappante et implique l’existence à cette époque (VIIIe-XIIIe siècle) d’un même groupe culturel qui aurait évolué au cours des siècles.

130Les autres vestiges archéologiques trouvés lors de cette fouille sont :

  • Une petite bouteille en verre (fig. 95 b, n° 2) cassée à sa partie supérieure. Elle rappelle les deux exemplaires recueillis dans le monument à chambre circulaire et cellule latérale de Raré et celui de Mijou.
  • Un anneau spiralé en argent (fig. 95 b, n° 6) semblable à un autre du monument de Raré.
  • Une perle en verre.
  • Des coquillages : un cauris et une olive sciés (fig. 95 b, nos 3 et 5) comparables à ceux du monument à chambre circulaire et cellule latérale n° 3 de Mijou.
  • Une pointe de javeline en fer (fig. 95 b, n° 1), fréquente également sur les autres sites funéraires. Celle-ci est pratiquement entière.

Fig. 95 a – Tumulus n° 1 de Sourré : trois fragments de céramiques polypodes à socle dont une à perforations pré-orales

Fig. 95 b – 1) pointes de javeline en fer ; 2) fragment de fiole en verre ; 3 à 6) perles, coquillages et anneaux (dessins R. Joussaume)

b. Daga touli n°2 de Sourré Kabanawa

131Légèrement au-dessus du précédent, le tumulus n° 2 n’avait que 10 m de diamètre et 1,30 m de hauteur. Nous l’avons entièrement fouillé. Il est constitué par l’entassement de blocs de pierre au-dessus d’une couche de terre compacte comparable à celle du tumulus précédent.

132Les vestiges recueillis dans ce tumulus sont extrêmement rares. On note la présence de quelques tessons de poteries épars dont un bord de coupe au décor poinçonné et une grande partie d’une vase polypode à socle à perforations pré-orales (fig. 96, n° 2).

133C’est écrasé sous un amoncellement de grosses pierres que fut trouvé un vase sphérique à col droit (fig. 96, n° 1 et 98, n° 3) identique à celui du tumulus de Hassan Abdi. C’est une belle poterie noire décorée d’incisions parallèles qui ondulent à la base du col sous une série de six lignes incisées horizontales et parallèles marquant le passage entre le col et la panse.

134Derrière cette belle pièce fut découverte une pierre bien équarrie portant un chevron excisé.

Fig. 96 – Tumulus n° 2 de Sourré : 1) grosse bonbonne à col décoré de lignes incisées au niveau du col formant des méandres ; 2) Céramique à perforations pré-orales probablement un vase polypode à socle. Cette association est fréquente dans les tumulus du Chercher (dessins R. Joussaume)

135Sur le fond, au centre du tumulus, alors que la poterie gisait à deux mètres de là au nord, quelques restes osseux, bien incomplets, posent la question d’une inhumation secondaire ou d’une inhumation primaire très dégradée. À un mètre au sud-ouest se trouvaient des ossements d’un capriné (mouton ou chèvre).

136Dans le niveau supérieur des terres situées sous ce tumulus, une industrie microlithique avec segments de cercles et lamelles à dos abattu signe une occupation antérieure (fig. 97). S’il n’y a aucun rapport entre le tumulus et le niveau archéologique qu’il surmonte, nous remarquerons qu’aucune occupation ne vient ici combler l’espace chronologique entre ces deux moments.

  • 4 Cette cellule latérale est interprétée comme un accès possible à la chambre funéraire par Fauvelle (...)

137Ce tumulus est donc bien différent de ceux que nous avons décrits jusqu’ici qui contenaient ou avaient dû contenir une chambre funéraire associée à une cellule latérale à laquelle on accédait par un porche trilithe4. Peut-être faut-il envisager une structure en bois qui aurait protégé les ossements situés au centre du monument.

Fig. 97 – Industrie lithique recueillie dans le niveau supérieur du sol qui supportait le tumulus n° 2 de Sourré : 1 à 5) segments ; 6 à 12 et 15) lamelles ; 13 et 14) éclats retouchés ; 16) nucléus pyramidal ; 17 et 18) lames. Cette industrie semble n’avoir aucun rapport avec le tumulus qui la surmonte (dessins R. Joussaume)

Fig. 98 – 1 et 2) deux vases provenant d’un tumulus de Déder fouillé par des paysans. Le premier, vase à col, contenait des cendres et des petits ossements d’une incinération humaine ; le second, vase polypode à socle contenait des cendres (voir aussi la figure 104) ; 3) vase à col au décor de méandres incisés du tumulus de Sourré n°2 (clichés R. Joussaume)

3. Tumulus de Hassan Abdi au sud de Chélenko

a. Architecture

138Niché au pied d’une falaise abrupte, dominant une zone marécageuse où viennent s’ébattre des quantités d’oiseaux (ibis sacrés, hérons, canards...) Hassan Abdi était, au moment de notre venue, un village formé d’une quarantaine de huttes circulaires abritant une population accueillante, au milieu de laquelle j’ai vécu un mois et demi en novembre et décembre 1973. La région est riche en vestiges archéologiques : cistes dolméniques (daga kofiya), tumulus (daga tuli), sites muraillés perchés en hauteur pour parer à d’éventuelles attaques. Complétée par Sourré Kabanawa, de l’autre côté de la route reliant Addis-Abeba à Harar et Diré-Dawa, cette zone est un des centres archéologiques les plus riches des montagnes du Chercher.

139Le monument que nous avons fouillé cette année-là est un petit tumulus (daga tuli) situé à flanc de montagne à une vingtaine de minutes de marche au sud-est du village. Nous en avons repéré plusieurs autres dans cette zone au-dessus des cistes dolméniques. Si notre choix s’est porté plus spécialement sur celui-ci, c’est qu’il semblait ne pas avoir subi de fouilles antérieures et qu’il possédait des dimensions permettant à une petite équipe de huit personnes une investigation relativement rapide.

140Formé de l’amoncellement de gros blocs de pierre, notre tumulus, noyé dans une végétation épineuse, s’accroche à quelque 2 300 m d’altitude. C’est un monument circulaire d’environ 8 m de diamètre pour une hauteur maximale de 1,80 m au centre. Sa base est limitée sur le pourtour, principalement du côté de la vallée, par des blocs plus gros donnant une assise plus solide à l’ensemble.

141Deux cordes perpendiculaires, axées Nord-Sud et Est-Ouest, délimitent quatre quadrants : Nord-Est (I), Sud-Est (II), Sud-Ouest (III) et Nord-Ouest (IV). La fouille de deux quadrants opposés par le sommet Nord-Est et Sud-Ouest, permit d’avoir une vue complète des coupes orthogonales passant par le centre alors que la moitié du monument seulement était fouillée.

142L’architecture du tumulus est simple. Au centre, sous 1,60 m de grosses pierres mêlées de terre d’infiltration, une couche de 10 à 15 cm d’épaisseur de terre grise comme de la cendre, très compacte, contient quelques petites pierres. Dans le secteur I, près du centre, une fosse, longue de 1,60 m pour une largeur maximale de 1 m et une profondeur variant de 10 à 30 cm, est creusée dans le calcaire. Le fond est presque horizontal. Son orientation est Sud-Est/Nord-Ouest.

143La construction de cet édifice est donc aisée à comprendre :

  1. Creusement d’une fosse dans le calcaire. Il semble que les bâtisseurs aient utilisé un petit surplomb rocheux existant. Il me paraît plus juste de voir l’aménagement d’un espace propice, beaucoup plus qu’un creusement de la roche. Le corps, en position fléchie sur le côté gauche, entouré de 14 poteries, n’était protégé d’aucune manière visible de l’amoncellement de pierres qui le surmontait, mais nous pouvons imaginer une structure en bois qui n’aurait laissé aucune trace décelable (fig. 99, p. 150 et fig. 102, n° 3, p. 153).
  2. Dépôt d’une chape de terre compacte, mélangée à quelques petites pierres. Nous avons constaté l’existence de cette couche dure dans les deux autres tumulus que nous avons fouillés à Sourré Kabanawa. Elle peut, à l’origine, avoir recouvert une structure en bois qui protégeait le corps et le dépôt mobilier.
  3. Disposition de gros blocs de pierre sur le pourtour qui maintiendront l’ensemble.
  4. Remplissage par d’autres blocs jusqu’à la hauteur désirée.

144Les apports éoliens ont comblé les espaces vides entre les pierres et permis à une végétation plus ou moins arbustive de se développer, dissimulant peu à peu le tumulus.

Squelette de Hassan Abdi (par Jean-Paul Cros)

Ce sujet a été déposé couché sur le côté gauche, membres inférieurs fléchis. Le bassin apparaît en vue latérale droite, mais avec une forte composante antérieure. Les articulations coxo-fémorales sont en place. Les membres inférieurs sont en connexion stricte, le droit est plus fléchi que le gauche, ce qui amène le talon gauche au contact de l’ischion droit.

Le rachis thoracique montre une cyphose bien marquée, le bloc crânio-facial apparaît en vue latérale droite. Le membre supérieur gauche est fléchi, ce qui amène la main gauche en avant de la face. Le membre supérieur droit est en extension complète, l’avant-bras en pronation. Sur la seule photo disponible, la main droite semble apparaître en vue dorsale, et surtout fait un angle droit avec l’axe de l’avant-bras.

Ce corps s’est certainement décomposé en espace vide, mais aucun élément osseux ne semble véritablement sorti du volume initial du cadavre. Le cadavre a dû être rapidement recouvert par des sédiments d’infiltration, car on constate uniquement une ouverture du bassin, et une légère mise à plat du thorax. 14 vases sont associés à ce sujet : les 4 qui sont situés au niveau de son dos, semblent avoir chuté sur le corps à l’intérieur de l’espace vide. Les autres ont chuté sur place. Puis est survenu l’affaissement de la structure de protection.

La position de la main droite est difficilement explicable : elle est en adduction de 90° sur l’avant-bras, ce qui est bien au-delà de l’amplitude normale qui est de 40° environ. On peut imaginer que c’est son appui sur le bord de la fosse qui a majoré l’adduction de cette main : mais dans ce cas, il est quand même surprenant de la retrouver en connexion anatomique, sauf si des phénomènes de momification naturelle ont existé ici comme dans la ciste dolménique C1 de Sourré-Kabanawa.

On peut donc envisager avec réserves deux autres possibilités : soit que ce sujet possédait une hyper laxité articulaire majeure, soit que cette main était, au moins en partie, désolidarisée de l’avant-bras au moment du dépôt.

b. Le matériel archéologique

145Le matériel archéologique qui accompagnait le corps de cette jeune personne est composé de quatorze poteries (fig. 99). Aucun autre vestige, en particulier aucun élément de parure, ne fut découvert. En dehors du vase XIV trouvé debout, tous les autres étaient couchés. Ils entouraient le corps et parfois le recouvraient, surtout à la partie supérieure du squelette.

Fig. 99 – Tumulus de Hassan Abdi : tombe contenant un squelette entouré de 14 poteries (relevé R. Joussaume)

146Bien qu’il nous soit impossible de comprendre la raison d’être de cette coutume, il apparaît que certains vases aient été volontairement retournés dans la tombe. Nous avions noté le même fait dans le daga touli n° 1 de Sourré Kabanawa. D’autres sont manifestement tombés. Ainsi les vases III, IV et V, ainsi que le vase sphérique à col (fig. 100, n° 2), devaient être placés sur la petite banquette qui borde le squelette dans son dos au sud. Il fallait donc que l’espace au-dessus du corps fût libre, ce qui implique une structure en matière périssable au-dessus de la fosse qui contenait le squelette. Les poteries ont pu tomber de la banquette avec l’effondrement de cette couverture. Une grande jatte (poterie n° I et fig. 99.I) recouvrait le crâne du personnage ce qui répond à un geste délibéré effectué au moment des funérailles.

147Ces quatorze poteries se répartissent en trois groupes typologiques :

  • Une grande jatte (fig. 100, n° 1 et fig. 102, p. 153) ;
  • Un vase sphérique à col (fig. 100, n° 2 et fig. 102, p. 153) ;
  • Douze coupes profondes à pied dont neuf à pied annulaire et trois quadripodes à socle (fig. 100 et 102, p. 153).

148La grande jatte recouvrant le crâne du squelette est une poterie hémisphérique de teinte gris-foncé, large de 30 cm à l’ouverture pour une profondeur de 16 cm. Un appendice vertical en forme de demi-cercle de 6 cm de diamètre se dresse sur la lèvre arrondie du vase. Plus décoratif que fonctionnel, il rappelle certaines poteries de la civilisation axoumite mais dans des dimensions plus réduites.

149Un cordon de pâte a été collé à environ 1,5 cm sous le bord. Au niveau de l’oreille verticale et partant du bourrelet pré-oral, deux séries de deux cordons, longs de 4 cm, descendent sur la panse. Ce décor plastique est complété de part et d’autre des deux cordons verticaux, par un décor probablement exécuté à l’aide d’un peigne, formant quatre lignes d’impressions pivotantes parallèles au bord. Alors que la ligne supérieure d’impressions pivotantes ceinture le vase au-dessous du bourrelet de pâte, les trois autres, plus bas, forment des panneaux de part et d’autre des cordons descendants.

150Au cours de nos différentes fouilles dans la région, un fragment de grande coupe au décor semblable fut recueilli dans les niveaux supérieurs du monument à chambre circulaire et cellule latérale n° 3 de Sourré Kabanawa : même forme, mêmes dimensions, même bourrelet pré-oral et décor impressionné. Il pose la question de la contemporanéité des monuments à chambre circulaire et cella et des tumulus du type de Hassan Abdi recouvrant une sépulture individuelle, qui sont deux types de monuments bien différents dans leur morphologie et leur mode d’utilisation : sépulture collective pour l’un et sépulture individuelle pour l’autre. Faut-il envisager des monuments contemporains complémentaires ou s’adressant à des groupes sociaux différents ? La société des monts du Harar à cette époque apparaît de plus en plus complexe au fur et à mesure que nous progressons dans nos recherches sur les seules architectures funéraires.

Fig. 100 – Tumulus de Hassan Abdi : deux poteries décorées trouvées au niveau de la tête du personnage (dessins R. Joussaume)

Fig. 101 – Tumulus de Hassan Abdi : 9 vases à support annulaire et 3 vases polypodes à socle qui entouraient le squelette (dessins R. Joussaume)

Fig. 102 – Tumulus de Hassan Abdi : les quatre types de céramiques qui accompagnaient le squelette (clichés R. Joussaume)

151La bonbonne sphérique surmontée d’un col droit légèrement resserré au niveau du goulot, de teinte gris-foncé elle aussi, fut trouvée renversée et écrasée au niveau du thorax du squelette. Elle semble avoir été déposée debout sur la banquette latérale qui court le long du dos du personnage enterré là. Elle est haute de 36 cm pour une largeur maximale de la panse de 29 cm. Un décor d’impressions verticales parallèles est formé de deux bandes en haut du col et de quatre autres à la base débordant sur la panse.

  • 5 Chez les Amhara, actuellement, ce type de vase portant le nom de « gambo », sert à y mettre une so (...)

152Une autre bonbonne, aux dimensions très proches (hauteur 35,5 cm et 28 cm de largeur maximale de la panse) mais au décor différent fut découverte dans le tumulus n° 2 de Sourré Kabanawa soulignant les rapports qui existent entre ces monuments5.

153Ainsi, les deux premières poteries que nous venons de décrire ici, la jatte et la bonbonne, font immédiatement penser à la nourriture du défunt comme nous l’avons déjà souligné pour des couples de vases associés à des squelettes dans des monuments à chambre circulaire et cellule latérale.

Les coupes profondes à pied

154Neuf coupes de teinte rouge, profondes de 9 cm en moyenne pour une quinzaine de centimètres de diamètre à l’ouverture, sont supportées par un pied annulaire plus ou moins évasé vers la base, de 4 à 6 cm de hauteur, et large d’une dizaine de centimètres. La pâte est souvent très grossière et assez mal cuite. Il arrive fréquemment que la coupe soit désaxée sur son support et la fabrication peu soignée. Ces poteries donnent l’impression d’avoir été montées très rapidement et de n’avoir jamais servi. Peut-être n’étaient-elles fabriquées que dans un but funéraire à l’occasion de la mort d’une personne. Il semble que ce soient des brûle encens comparables à de plus grands et de bien meilleure qualité que nous avons trouvés dans des monuments à chambre circulaire et cellule latérale. Ils sont en relation avec la partie supérieure du squelette.

155Trois autres coupes, comparables par leur forme, leur couleur rouge et leur mauvaise finition présentent un support différent fait de quatre pieds en ruban réunis à leur base par une plaque d’argile. Ils furent découverts au niveau du bassin et des membres inférieurs.

156Des recherches effectuées sur les céramiques de l’Éthiopie, en particulier au musée d’ethnographie d’Addis-Abeba, montrent que ces vases ne sont plus en usage de nos jours mais se rapprochent des brûle encens encore largement utilisés.

4. Autres tumulus repérés dans le Harar

157Les tumulus paraissent relativement nombreux dans le Chercher. Nous en avons vu quelques-uns dont certains éventrés contenaient encore de nombreux vestiges archéologiques dans les déblais des pillages plus ou moins anciennement pratiqués. Nous avons effectué quelques ramassages rapides, en particulier à Ganda Biké et à Déder, pour confronter les objets recueillis à ce que nous connaissions dans les monuments étudiés, sans y faire de nouvelles fouilles.

a. Ganda Biké

158Non loin du groupement des daga kofiya de Mijou se dressent plusieurs daga touli au lieu dit Biké. L’un d’entre eux venait d’être pillé lors de notre passage en 1970. Il ne nous fut pas possible de déterminer précisément son architecture, sans doute un monument à chambre circulaire.

159Nous y avons ramassé deux lames de poignards en fer. La première, entière mais trouvée brisée en deux morceaux, est une lame droite à soie courte, longue de 170 mm, pour une largeur maximale de 27 mm (fig. 103, n° 1). L’autre est un fragment d’une lame courbe de 33 mm de large (fig. 103, n° 2).

160Quelques tessons de céramiques furent recueillis, dont la base d’une coupe tripode à socle (fig. 103, n° 5), ainsi qu’une perle segmentée en verre (fig. 103, n° 4).

Fig. 103 – Tumulus de Ganda Biké : 1 - lame droite de poignard en fer ; 2 - lame courbe de poignard, ou épée en fer ; 3, 6, 7 et 8 - bords de vases ; 4 - perle segmentée en verre ; 5 - base de vase polypode à socle ; 9 - perforation sur un fragment de poterie (dessins R. Joussaume)

161D’autres tumulus ont été seulement vus dans cette région : deux à Ganda Tourré, un autre bouleversé à Ganda Hassa Yossouf Oflé et trois autres à Ganda Gabro qui rappellent ceux de Déder. Ils sont alignés et se touchent. Au sommet de l’un d’eux des dalles de pierre effondrées étaient dressées à l’origine d’après des renseignements obtenus auprès de la population locale.

b. Déder

162Les tumulus sont nombreux dans la région de Déder. Ainsi sur la route à mi-chemin entre Kobbo et Déder, au passage d’un col d’où l’on distingue les deux villes distantes de 12 km par la route, s’élèvent au moins quatre tumulus. L’un d’eux est un énorme amoncellement de pierres qui se dresse à droite de la route (fig. 93 n° 1, p. 141). À ses pieds s’étend un cimetière musulman. Les trois autres, plus petits, sur la gauche, ont été bouleversés. Nous y avons recueilli quelques tessons de poteries.

  • 6 qu'il ne faut pas confondre avec Sourré Kabanawa, ce que nous fîmes en 1970 et qui nous valut une (...)

163De l’autre côté de Déder, par une piste assez difficile à l’époque, nous avons atteint la vallée de Sourré6. Sur une montagne qui la domine s’élevait un gros daga touli que deux paysans avaient mis deux ans à démonter. Son architecture première est devenue indéchiffrable mais selon les fouilleurs, il y aurait eu, au centre du monument, une chambre construite en pierre sèche et dalles dressées. C’est dans cette chambre qu’ils recueillirent, au milieu d’ossements et de poteries brisées, huit vases entiers. Ils nous montrèrent des restes de ce qui dut être un couloir bordé de murs en pierre sèche et dalles dressées qui accédait à cette chambre. Nous avons pu photographier et dessiner ces poteries dont deux (fig. 104, nos1 et 2) nous ont été données par les fouilleurs pour les remettre au Musée national à Addis-Abeba où elles se trouvent actuellement présentées. Il s’agissait donc d’un tumulus abritant une chambre funéraire collective circulaire à laquelle on accédait par un couloir. Des monuments comparables ont été signalés ailleurs dans le Harar ainsi que dans le Mänz. On soulignera, une fois encore, les convergences morphologiques de ces monuments avec des dolmens à couloir sous tumulus du domaine atlantique de la France ou ceux des Orcades en Ecosse, mais aussi avec ceux du plateau Imerina à Madagascar, ou les tombeaux des Empereurs du Japon, ou encore les tumulus de San Augustin en Colombie... Une même idée a pu naître dans plusieurs régions du monde au cours du temps sans qu’il y ait eu la moindre connexion entre elles (Testart 2012).

Les huit poteries

164Elles appartiennent à deux types de vases seulement : 7 vases sphériques à col droit (fig. 104, n° 1) et 1 vase polypode à socle (fig. 104, n° 2).

165Les vases sphériques à col sont de dimensions variables. Tous contiennent des cendres mêlées à des fragments osseux incinérés et des dents humaines. Ce sont donc des urnes funéraires à incinérations. Les corps ont été brûlés et leurs cendres ainsi que les quelques fragments osseux qui subsistaient sur le bûcher ont été recueillis dans ces urnes qui furent déposées dans la chambre funéraire où se trouvaient déjà des squelettes non incinérés si l’on en croit les observations rapportées par les fouilleurs. Nous ne savons malheureusement pas si ces deux coutumes sépulcrales ont été utilisées simultanément ou si elles se succèdent dans le temps et alors dans quel ordre. Le fait que nous n’ayons pas trouvé d’incinérations dans les autres types de monuments funéraires que nous avons étudiés dans le Chercher nous incite à penser que l’incinération fut pratiquée après les dépôts en sépultures collectives de corps entiers et peut-être de manière très régionale. C’est le seul cas d’incinérations que nous ayons rencontré au cours de nos quatre missions archéologiques dans le Harargé.

166Chaque vase possède un décor digité sur la lèvre et un cordon digité à l’ongle à la base du col. Il est muni de trois anses en oreille perpendiculaires à ce cordon qui sont également décorées de coups d’ongles. Le vase est sphérique, surmonté d’un long col légèrement concave. La pâte est assez fine, au dégraissant constitué de petits fragments calcaires. La teinte est brune et l’urne est bien lissée en surface. Elle était bouchée par un petit bloc de quartz.

167Le vase polypode à socle est formé d’une coupe profonde de 12 cm. Elle mesure 20 cm de diamètre à l’ouverture et est soutenue par quatre pieds cylindriques reliés à la base par une plaque d’argile formant le socle. La coupe est perforée à environ 4 cm sous le bord d’une série de 15 trous de 1,5 cm de diamètre, espacés irrégulièrement de 20 à 65 mm. La coupe est désaxée par rapport à son support et de ce fait est oblique. La pâte au dégraissant calcaire est assez grossière et le vase ne fut pas lissé. Il peut être considéré comme une sorte de braséro, peut-être un brûle parfum comme nous en avons décrit dans d’autres monuments funéraires du Chercher.

168De nombreux autres tessons de poteries furent recueillis dans les déblais dont certains portent un décor incisé ou poinçonné associé parfois à un cordon (fig. 105).

Fig. 104 – Deux poteries d’un tumulus de Déder (voir également la figure 92) (dessin R. Joussaume)

Fig. 105 – Tumulus de Déder : autres céramiques recueillies dans les déblais de la fouille clandestine (dessins R. Joussaume)

c. Dobba

169Au cours de nos différentes prospections dans cette région en 1971, nous avons repéré plusieurs tumulus de pierres (cairns).

  • 7 Chittick H. N. : « Cairns and Other Drystone Monuments in Somali Régions », texte que m'avait adre (...)

170Tchalalaka : Au-dessus des deux daga kofiya que nous avons décrits et qui firent l’objet de nos premières fouilles, existe un daga touli d’une quinzaine de mètres de diamètre, haut de deux mètres environ, qui présente la particularité d’être entouré à quelque distance par un muret bâti en pierre sèche atteignant à peine un mètre de hauteur avec une ouverture au Nord-Est. Ce monument est toujours un lieu vénéré où des offrandes sont apportées à certaines occasions. De tels monuments sont connus jusqu’en République de Djibouti (Joussaume 2005) et en Somalie (Chittick 1980)7.

171Garba : Un petit tumulus sur la rive gauche ; un second beaucoup plus grand sur la rive droite est une sorte de plateforme.

172Kossosso : À environ une demi-heure de marche du daga kofiya de Kadana, à peu près à mi-chemin entre ce dolmen et l’abri de Garba Atou, au bord de la route de Dobba à Afdem, sur la droite, existe un assez gros tumulus mais de peu d’élévation dans son état actuel.

173Karkassa : Nous avons également vu en ce lieu trois daga kofiya, un daga touli de petite dimension, au pied duquel les habitants du village viennent faire des offrandes pour la pluie, au mois d’avril. Ces offrandes consistent en bouillie de sorgho (noufro), décoction de feuilles de café (hodja) et encens (etan).

174Un deuxième tumulus se dresse non loin d’une toukoule (maison ronde au toit de chaume).

  • 8 Avec celui de Déder, ce troisième tumulus de Karkassa est le deuxième monument à chambre circulair (...)

175Un troisième se voit à une cinquantaine de mètres plus bas. Celui-ci a été éventré et laisse apparaître une chambre ronde d’environ deux mètres de diamètre, construite en pierre sèche avec un couloir d’accès ouvert à 60°8. Ce monument, appelé tombe du Cheik Ebrahim, est également un lieu de cérémonie cultuelle. Des offrandes y sont faites à la fin de la saison des pluies en septembre.

176Sakal : Nous avons trouvé là, au pied du site muraillé de Molé, en direction de Bio Karaba, deux petits daga touli.

177Bien d’autres tumulus nous ont été signalés que nous n’avons pu visiter faute de temps.

C. Les tumulus de l’est et du centre de l’Éthiopie

1. Les tumulus du Chercher

178En dehors de leur taille qui peut varier énormément en diamètre comme en hauteur, les tumulus du Chercher sont des tas de pierres qui ne se différencient surtout entre eux que par ce qu’ils recouvrent. Il est impossible de savoir ce qu’ils contiennent sans en faire la fouille. Ils peuvent former des ensembles de cinq ou six monuments juxtaposés, quelquefois alignés. Ils abritent parfois le corps d’un unique personnage qui devait présenter une certaine importance sociale. C’était sans doute le cas de celui qui fut retrouvé sous le petit tumulus de Hassan Abdi accompagné de 14 poteries dont une grosse bonbonne associée à une grande jatte décorée. Toutefois les autres coupes à pied annulaire ou polypodes à socle de ce monument se retrouvent, en nombre important là aussi, à la base d’un grand tumulus de Sourré. Celui-ci présente la particularité de recouvrir en son centre un ensemble de trois pierres, dont deux dressées, qui pourraient être ce qui reste d’un monument à chambre circulaire et cellule latérale, voire à couloir d’accès. Deux phases d’utilisation sont ainsi reconnaissables dans ce tumulus dont la première était probablement une chambre circulaire à cellule latérale dont ne subsistent que les deux montants du porche trilithe et la dalle de seuil.

179C’est aussi un grand vase sphérique à col droit qui fut trouvé sur le fond d’un autre tumulus de Sourré associé cette fois à un vase de type « braséro » comparable à celui du tumulus de Déder (fig. 98, p. 147 et fig. 104, p. 157). Or ce tumulus de Déder abritait une chambre, desservie par un couloir, qui a livré, avec ce braséro, sept poteries à col contenant des incinérations humaines, ainsi que d’autres restes osseux humains qui n’avaient donc pas été incinérés. On peut ainsi admettre la contemporanéité entre ces deux types de poteries : braséro et vase sphérique à col (bonbonne).

180Enfin, à Chaffé, comme à Sourré, des tumulus cachent des chambres circulaires à cellule latérale qui contiennent, dans des compartiments internes, de nombreux ossements qu’accompagnent des vases polypodes à socle identiques à ceux rencontrés dans tous les monuments précédents.

181Ces tumulus sont à dater entre le VIIIe et le XIIIe siècle de notre ère. Ils sont liés à une même période mais peuvent concerner des personnages différents par leur rang social ou par leur mérite. Ils peuvent aussi concerner des moments différents dans cette période. Nous pouvons considérer qu’ils appartiennent à une même culture, comme a été créée « la culture Shay » pour les tumulus du Mänz, de l’autre côté de la Rift Valley (Fauvelle-Aymar & Poissonnier 2012). Nous pourrions ainsi créer « la culture Chercher » qui se situerait historiquement en parallèle à la culture Shay comme nous allons le voir maintenant.

182Notons qu’en ce qui concerne les tumulus du Chercher, aucun signe chrétien pas plus que musulman n’apparaissent dans les dépôts funéraires. Les auteurs des tumulus du Chercher, qui incinèrent parfois leurs morts, qui en inhumèrent beaucoup d’autres en sépultures simples ou collectives, devaient pratiquer des cultes païens, comme cela a été envisagé pour les tumulus du Mänz.

2. Les tumulus du Mänz ; la culture Shay

183Trente ans après nos études dans le Harar, une équipe franco-éthiopienne dirigée à l’origine par Bertrand Hirsch et Bertrand Poissonnier (2000) a entrepris quelques fouilles sur des tumulus de la région du Mänz au nord de la vallée du Rift (Fauvelle-Aymar et Poissonnier 2012). La proximité de ces deux régions à tumulus de pierres (cairns) nous conduit à en étudier les possibles rapprochements culturels.

184Deux tumulus, appelés localement gour, ont été reconnus par Francis Anfray en 1980 à quelques kilomètres à l’ouest de Mehal Meda dans le Mänz (Anfray 1983). Trois pierres d’environ 1,70 m de hauteur, auraient primitivement été dressées, formant un alignement près d’un de ces gros tumulus.

185Trois monuments seulement ont été partiellement fouillés dans le Mänz dont les données archéologiques ne sont guère plus nombreuses que pour le Chercher. Nous allons sommairement présenter ces trois monuments à partir des articles publiés par nos collègues précités.

a. Tumulus de Qopros

186Ce monument était déjà largement démantelé par les habitants du lieu lorsque les archéologues intervinrent sur le site en 1999. Ils mirent en évidence une chambre légèrement ovalaire, dont les diamètres étaient de 3,80 m et 4,30 m pour une hauteur subsistante de 2 m, construite en pierre sèche. Sur un côté, quelques dalles marquaient, selon les fouilleurs, les restes d’une cellule latérale ou d’un couloir d’accès comme on en trouve dans certains tumulus du Chercher. La fouille de ce qui restait du monument permit de trouver d’assez nombreux vestiges métalliques, dont des bracelets en fer ou métal cuivreux, et des perles en verre et en cornaline, soit un ensemble comparable aux dépôts de différents tumulus du Chercher. Une fouille de ce qui restait en place dans le secteur ouest du monument permit de mettre en évidence des éléments de squelettes avec parfois maintien de connexions anatomiques. Ce monument a donc certainement fonctionné en sépulture collective et a reçu des dépôts de corps dont au moins certains se trouvent en position primaire. Des ossements humains avaient déjà été trouvés par les paysans au cours de leurs travaux clandestins. Ils recueillirent également des poteries.

b. Tumulus de Meshala Maryam

187Depuis 1999, une vingtaine de tumulus ont été repérés dans la région de Meshala Maryam non loin de la rivière Shay. En dehors du tumulus éventré de Qopros que nous venons de présenter, deux autres monuments ont été étudiés par l’équipe franco-éthiopienne.

  • 9 Ce tumulus est appelé 2, car il succède à la fouille d'un autre site appelé tumulus 1 de Meshala M (...)

188La fouille en 1999 du tumulus 29 de Meshala Maryam a fait l’objet d’une présentation dans les Annales d’Éthiopie (Hirsch & Poissonnier 2000) et d’une publication la même année dans un petit fascicule touristique en amharique et anglais (Derese Ayenachew 2000). De nombreuses photographies de ces fouilles et du matériel recueilli m’ont été communiquées par Kalamua Araya, malheureusement aujourd’hui disparue, puis par Aklilou Asfaw et par Derese Ayenachew que je remercie.

189Le tumulus se présentait sous la forme d’un cône à dépression sommitale, tumulus dit « à cratère », comme il s’en trouve beaucoup dans la Corne de l’Afrique et au Sahara (Paris 1996). Cette dépression est souvent mise au compte d’un encorbellement effondré, ou d’une structure en bois disparue ce qui est très plausible mais rarement démontré. Elle pourrait signaler le moyen d’accès à la chambre. Celle-ci, pillée à maintes reprises, est contenue par un mur circulaire qui possède une épaisseur égale à la longueur du couloir quand il existe. Il est formé de colonnes basaltiques, disposées légèrement à l’oblique les unes sur les autres, qui débordent dans la chambre pour constituer progressivement le plafond en encorbellement (fig. 106).

190D’après les éléments de cette fouille actuellement connus, les chercheurs ont mis en évidence deux niveaux d’occupation funéraire dans cette chambre qui ne possédait aucun accès visible. Le niveau supérieur était riche en ossements humains qui paraissent avoir été déposés en connexion anatomique, associés à des ossements d’animaux et à de très nombreuses perles. Dans le niveau inférieur, peu épais et non perturbé, formé de lits alternativement limoneux et cendreux, furent recueillies une trentaine de poteries (fig. 107). Un seul personnage, voire plusieurs, auraient initialement été déposés dans la chambre, associés aux poteries. La chambre aurait par la suite été à nouveau ouverte pour y déposer d’autres corps suivant les besoins de la population. Remarquons que contrairement au monument de Tatar Gour, le recrutement de cette chambre inclut des enfants jeunes, ce qui orienterait vers un fonctionnement basé sur des liens familiaux.

c. Tumulus de Tatar Gour

191Non loin de Meshala Maryam, le tumulus de Tatar Gour a été fouillé par les membres de la même équipe franco-éthiopienne en 2000. Ils ont étudié le « premier dolmen à couloir de l’Est africain » (Hirsh & Poissonnier 2000), « dolmen au sens propre du terme » (Derese et al. 2007), que j’appelle « tumulus à chambre funéraire et couloir », préférant conserver le terme « dolmen » pour des monuments mégalithiques, c’est-à-dire dont la chambre et le couloir sont, entièrement ou en partie, constitués de grosses pierres (orthostates et/ou dalle(s) de couverture). J’ai signalé dès 1974, deux chambres funéraires à couloir sous tumulus dans les monts du Chercher (Déder et Kadana) que je n’avais pas appelées « dolmen » pour la raison que je viens de donner, mais également pour qu’il n’y ait pas de confusion possible avec les « daga kofya », véritables dolmens de l’imagerie populaire, datés du IIe millénaire avant J.-C. alors que ces tumulus ne sont que des VIIIe-XIIIe siècles de notre ère.

192Fauvelle et Poissonnier (2012) présentent le monument de Tatar Gour comme un premier tumulus d’une dizaine de mètres de diamètre abritant une chambre circulaire à couloir d’accès, l’ensemble ayant été recouvert par une autre masse tumulaire qui aurait fait disparaître le couloir. Un personnage « de haut rang », comme dans le tumulus précédent, accompagné d’un riche dépôt funéraire, dont une épée en fer, occupait une position privilégiée au centre de la chambre. L’état de conservation des ossements limite malheureusement l’interprétation de ce monument. Quoi qu’il en soit, la position périphérique de beaucoup de crânes (hormis 5 ou 6 autour du sujet principal) et la présence de rangements d’os longs plaident pour une durée d’utilisation longue de cette chambre. Nous ne souscrivons pas à l’hypothèse de la tombe d’un haut personnage inhumé en une fois entouré de sujets sacrifiés. On ne pourrait alors pas expliquer les dépôts funéraires dans le temps et les rangements. Par contre, il est tout à fait possible que l’individu central ait été déposé entouré de quelques individus non pas sacrifiés, mais en accompagnement (Testart 2004) : ce serait ceux dont les restes crâniens sont toujours groupés dans la partie centrale sud de la chambre, en gros tous ceux qui ne sont pas le long des parois. Puis par la suite, au cours du temps, on serait venu déposer dans des cellules, que nous verrions plutôt en rayon de roue autour de deux zones de circulation situées au sud et au nord de la partie centrale de la chambre, des individus ayant des liens plutôt sociaux ou de dépendance avec le sujet central : en effet il ne semble pas y avoir dans ce monument, contrairement à celui de Meshala Maryam, de sujets jeunes.

Fig. 106 – Tumulus dans le Mänz : 1) coupe théorique d’un tumulus avec chambre et couloir (R. Bernard) ; 2) tumulus 2 de Mashala Maryam : chambre funéraire avec dépôts de céramiques sur le fond, couverte par un montage en encorbellement fait de l’entassement de colonnes basaltiques (cliché Aklilou Asfaw) ; 3) plan de la fouille (B. Poissonnier) ; 4) « brûle parfum » trouvé dans le centre de la chambre au fond (dessin B. Poissonnier). Noter le décor de lignes incisées du pied du brûle-parfum, à rapprocher du décor d’une céramique de la chambre de Raré dans le Chercher figure 68-4

Fig. 107 – Céramiques provenant de la fouille d’un tumulus du Mänz (clichés de Aklilou Asfaw). Des différences notables apparaissent avec les poteries du Chercher. On notera cependant la présence de vases sphériques à col et anse et une coupe sur pied ajouré qui n’est pas sans rappeler les vases polypodes à socle du Chercher. Ces deux régions à la même époque, présentent des cultures assez proches

193Plusieurs dépôts successifs ont donc été reconnus ainsi qu’un matériel d’accompagnement très riche, fait de poteries, dont des vases carénés surbaissés à col cylindrique tout à fait spécifiques (fig. 107, d et e), des bracelets en fer, en métal cuivreux ou en argent, une épée en fer, de nombreuses perles et tortillons métalliques et une très abondante série de perles en verre qui rappellent les dépôts des chambres funéraires des tumulus du Chercher. D’après les datations 14C obtenues sur le fond du monument, celui-ci aurait été édifié dans la première moitié du Xe siècle de notre ère.

194Non loin du tumulus de Tatar Gour une quinzaine de monolithes dont certains ont été aménagés, rappellent les remarques de F. Anfray au sujet des trois pierres dressées qui devaient être dressées près du tumulus de Gragn Gour. Notons qu’à Djibouti les pierres dressées associées à un tumulus sont considérées comme représentant les adversaires tués par celui qui serait enterré dans le monument. Cette mention n’a encore jamais été assurée et il sera bien difficile de le faire puisque qu’il n’y a généralement rien au pied des pierres dressées ce qui est aussi le cas pour celles de Nab Gadal près du tumulus de Tatar Gour.

3. Les tumulus de la « culture Shay » du Mänz et ceux du Chercher

195Des observations faites sur les trois tumulus du Mänz, il ressort que ce sont des monuments imposants qui recouvrent une chambre plus ou moins circulaire assez vaste d’environ 4 m de diamètre. Un doute est émis sur l’existence possible d’une cellule latérale dans une de ces chambres. La chambre funéraire est desservie ou non par un couloir et recouverte par un montage en encorbellement de prismes basaltiques. Dans deux cas il apparaît qu’un personnage a été déposé sur le fond, au milieu de la chambre, entouré d’un nombre plus ou moins important d’autres corps, déposés successivement sur le long terme, dont les ossements sont parfois rangés le long des parois. Ils sont accompagnés d’un grand nombre de poteries, quelques armes en fer (javelines et épées) ainsi que d’éléments de parures abondants faits de perles, principalement en verre, et de bracelets en métal cuivreux et fer. Ces corps déposés dans ces chambres funéraires associés à des céramiques particulières, des armes et des éléments de parure, permettent aux auteurs de l’étude de définir la « culture Shay » du nom de la rivière au long de laquelle les tumulus ont été édifiés autour des Xe-XIIIe siècles de notre ère. Aucune influence chrétienne ou musulmane n’y est attestée. Il s’agirait donc d’une culture païenne, comme il en existe d’autres sur les terres du sud de l’Éthiopie, ayant précédé ces deux courants religieux. Rien n’est connu des villages, de la vie journalière et de l’organisation sociale de ce peuple.

196Les choses sont un peu plus compliquées dans le Chercher car, du point de vue architectural, trois types de tumulus au moins ont été mis en évidence au cours de nos recherches entre 1970 et 1973 :

  • tumulus recouvrant une chambre funéraire, plus ou moins creusée dans le sol, d’environ 4 m de diamètre, sur laquelle se greffe une cellule latérale, et à laquelle aboutit parfois un couloir ;
  • tumulus de grandes dimensions recouvrant des dépôts funéraires aménagés sur le sol, dont on pense qu’ils étaient protégés par une structure en matière périssable ;
  • et enfin petits tumulus dissimulant un seul corps en position fléchi sur le côté accompagné de poteries nombreuses, déposés dans une dépression du sol et qui, ici aussi, devait être protégé par une structure en bois.
  • À ceux-là s’ajoutent des monuments formés d’un tas de pierres installés dans la pente d’un terrain (pseudo tumulus de Dagen à Addas).

197Les premiers, monuments à chambre circulaire et cellule latérale de Chaffé et Sourré Kabanawa présentaient une architecture interne faite de compartiments juxtaposés, édifiés avec des pierres dressées et fermés semble-t-il par des dalles de pierre. Chacun d’eux contenait plusieurs squelettes, ou parties de squelettes, superposés, accompagnés d’un riche mobilier faits de poteries, d’armes en fer, de bracelets métalliques, de très nombreuses perles en verre multicolore et de coquillages de la mer Rouge. À Mijou n° 3, le compartimentage interne de la chambre funéraire a été installé au-dessus d’un premier niveau d’occupation avec en particulier une poterie polypode à socle qui a fourni la date la plus ancienne du site au VIIIe siècle. Les datations obtenues pour ce type architectural indiquent une occupation allant du VIIIe au XIIIe siècle. Ces monuments sont donc contemporains, au moins en partie, de ceux du Mänz. Toutefois ils montrent des différentes frappantes dans les céramiques déposées, en particulier un vase polypode à socle qui n’existe pas dans les monuments étudiés dans le Mänz. En revanche le reste du matériel d’accompagnement tant par son abondance que par les objets qui le composent (armes, bracelets, perles et pendeloques) est très comparable d’une région à l’autre.

198Les autres tumulus actuellement étudiés dans le Chercher ne présentent, en dehors de leur aspect formel, aucune affinité avec les monuments du Mänz. Il paraît donc logique, bien que le raisonnement soit basé sur des données encore bien insuffisantes, de dissocier la culture Shay de ce qui pourrait être appelée « culture Chercher », d’autant que cette dernière présente des composantes complémentaires avec les autres tumulus et des lieux d’occupation. Quelques-uns de ces lieux devaient regrouper des communautés importantes comme le site de Molé, alors que d’autres n’étaient probablement que des sites défensifs protégés par de grosses murailles sur les hauteurs. Tous feront l’objet d’un prochain chapitre.

Le point de vue de l’anthropologue (Jean-Paul Cros)

Dans le Mänz, en dehors du monument de Qopros retrouvé trop dégradé pour permettre une étude recevable, les monuments de Meshala Maryam et de Tatar Gour semblent montrer deux phases de fonctionnement. Une première au cours de laquelle était déposé dans la chambre un seul individu (ou un tout petit nombre) à statut privilégié, accompagné d’un dépôt mobilier exceptionnel en nombre et, pour Tatar Gour, en qualité avec peut être, pour ce dernier, la présence de quelques accompagnants. Puis commence une seconde phase d’utilisation où de nombreux individus viennent rejoindre ce personnage de haut rang. Ils sont déposés dans des « cellules » aménagées à la périphérie de la chambre, le long du parement, et c’est à l’intérieur de ces espaces délimités que se font les dépôts successifs avec remaniements des restes osseux déjà présents (rangements de crânes le long des parois, os longs rassemblés en fagots...). Nous sommes là dans un fonctionnement typique de sépultures collectives. Dans le monument de Meshala Maryam, la présence d’individus de tous âges, dont plusieurs jeunes enfants, oriente vers une gestion familiale de cette chambre. Par contre, à Tatar Gour, le recrutement est tout autre : il ne semble exister dans cette chambre que des sujets adultes, ce qui nous oriente vers un fonctionnement basé sur les relations sociales ou de dépendance. Rappelons qu’à Meshala Maryam, les dépôts successifs se faisaient très certainement par le haut de l’encorbellement, alors qu’à Tatar Gour, la présence d’un couloir permettait un fonctionnement beaucoup plus classique.

À l’image d’un « caveau familial et communautaire » que renvoie le premier monument Meshala Maryam, Tatar Gour semble montrer un monument ostentatoire marquant la puissance d’un individu de haut rang accompagné dans sa dernière demeure immédiatement (?), ou au moins sur le moyen et long terme, par des individus ayant avec lui des relations de pouvoir ou de dépendance.

Dans le Chercher, nous avons mis en évidence pour la chambre du monument de Mijou 3 un fonctionnement que l’on peut rapprocher des monuments du Mänz : il semble bien exister deux phases de fonctionnement, les compartiments venant s’installer sur un niveau funéraire antérieur qui, bien que peu présent, comporte céramiques et quelques restes osseux. On aurait là encore un premier état d’utilisation, puis une seconde phase funéraire utilisant des « coffres » limités par des dalles de chant, construits à l’intérieur de la chambre. Malheureusement, nous ne pouvons pas affirmer ici que cette phase funéraire initiale n’a mobilisé qu’un seul ou un tout petit nombre de défunts. Mais pour la seconde phase, le fonctionnement collectif est avéré. Pour le monument de Raré, rien ne s’oppose à imaginer un fonctionnement identique, mais l’état de dégradation du monument ne nous a livré aucune certitude en ce sens.

Notes

1 Dites aussi à « rupture de pente » dans la mesure où le fond rond et le haut de la panse du vase forment une ligne de rupture bien marquée.

2 Expression assez représentative de cette période pour un Européen mais qui ne veut absolument rien dire en Éthiopie méridionale qui n'a pas connue de période « antique ». C'est une mauvaise habitude des européens qui plaquent leurs normes historiques sur des peuples dont les chemins de l'histoire n'ont pas suivi les leurs.

3 Depuis cette époque, j'ai eu l'occasion de voir de tels dépôts d'ossements humains parmi les pierres d'un grand tumulus démonté par les habitants, également musulmans, de Dorra en République de Djibouti. Ils démontaient le monument pour récupérer les pierres devant servir à la construction d'une école.

4 Cette cellule latérale est interprétée comme un accès possible à la chambre funéraire par Fauvelle et Poissonnier (2012) ce qui ne parait pas très évident quand on réalise qu'un tumulus recouvrait l'ensemble. Mais pourquoi pas ? (cf. discussion de ce point p. 133-134).

5 Chez les Amhara, actuellement, ce type de vase portant le nom de « gambo », sert à y mettre une sorte de bière, la « talla ».

6 qu'il ne faut pas confondre avec Sourré Kabanawa, ce que nous fîmes en 1970 et qui nous valut une vaine recherche des cistes dolméniques. Au moins nous savons qu'il ne s'en trouve pas dans ce secteur.

7 Chittick H. N. : « Cairns and Other Drystone Monuments in Somali Régions », texte que m'avait adressé en 1980 H. Neville Chittick, qui fut directeur du British Institute in Eastern Africa, dans lequel il décrivait les différents types de tumulus de cette région.

8 Avec celui de Déder, ce troisième tumulus de Karkassa est le deuxième monument à chambre circulaire construite en pierre sèche et possédant un couloir d'accès, que nous avons signalé une bonne trentaine d'années avant la découverte du premier « dolmen à couloir de l'Est africain » de Bertrand Poissonnier dans le Mänz.

9 Ce tumulus est appelé 2, car il succède à la fouille d'un autre site appelé tumulus 1 de Meshala Maryam qui s'est avéré ne pas être un tumulus.

Table des illustrations

Légende Fig. 64 a – Plan du monument à chambre circulaire et cellule latérale de Raré, à Chaffé dans son tumulus avec couloir d’accès
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 64 b – Remplissage bouleversé près du pilier I
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 64 c – Dépôt funéraire devant l’entrée de la cellule latérale ; en gris, ossements en connexion ou en relation de proximité qui peuvent être attribués au sujet 1 (d’après J.-P. Cros)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 65 – 1) Raré : chambre et cellule latérale ; 2) Deux squelettes dans l’entrée de la cellule : 3, 4 et 5) différentes vues du crâne situé à gauche sur la photo 1 (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Fig. 66 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé : différents types de coupes et bols (dessins R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 67 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé : Vases à col (à anse simple ou double). En effet, certains vases à col n’ont pas d’anse (ex. fig. 79) (dessins R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 68 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé : 1 à 4 - Supports annulaires de coupes profondes
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 69 – Bases de vases polypodes à socle (dessins R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 70 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale à Chaffé : différentes céramiques (cliché R.Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 71 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé : inventaire des formes céramiques ; A : récipients ouverts : A1, coupes et bols ; A2 : a) à support annulaire, b) polypodes à socle ; Β : récipients fermés (ou à col) (R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 72 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé : inventaire des décors céramiques (R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 73 a et b – Pour comparaisons : inventaire céramique du site à stèles aux épées de Tiya dans le Soddo. Plusieurs formes et décors trouvent des correspondances dans les poteries des tumulus du Chercher (dessin R. Joussaume). La stèle c mesure 2,10 m de hauteur
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Fig. 74 – Pour comparaissons : formes et décors des céramiques du tumulus à stèles anthropomorphes de Tuto fela en pays Gédéo. Aucun rapprochement ne peut être effectué avec les céramiques des tumulus du Chercher ni du site à stèles de Tiya (dessin des céramiques : Sylvie Barbier)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Légende Fig. 75 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé : 1 à 3) Anses boudinées verticales ; 4) Cheville de fixation ; 5) Anse boudinée horizontale redressée ; 6) Languette verticale allongée ; 7) Languette bifide ; 8 et 9) Décors de lignes incisées ; 10 et 11) Perforations (dessins R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Fig. 76 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé : 1 à 3) céramiques ; 4) figurine en calcaire ; 5) tige métallique ; 6) parties de pointes de javelines en fer ; 7) anneaux en métal ; 8 à 11) petites fioles en verre ; 12) perles en verre (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 77 – Tumulus à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Chaffé : a à c) bases de pointes de javelines en fer ; 1 et 2) anneaux torsadés ; 3 à 5) tiges métalliques ; 6 à 17) perles en verre multicolores ; 18 et 19) petites fioles en verre ; 20) petite figurine en calcaire provenant de la cellule latérale (dessin R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 78 – Situation relative d’un ensemble de cistes dolméniques et de deux monuments à chambre circulaire et cellule latérale de Ganda Mijou à Sourré Kabanawa (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 79 – Monument à chambre circulaire et cellule latérale n° 1 de Mijou : a) Plan de la chambre et de sa cellule latérale ; b) élévation au niveau du passage de la chambre à la cellule (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 80 – Monument à chambre circulaire et cellule latérale de Mijou n° 1 : 1 et 17) chambre et cellule avec passage trilithe de l’une à l’autre ; 2) petites perles simples multicolores en verre ; 3) perles segmentées en verre ; 4) pointe de flèche en fer ; 5) pendentifs en métal ; 6, 7, 8,11 et 12) perles de différents types ; 9) fragment de peigne pendentif décoré en bois ; 10) fragment de bracelet en fer ; 14 à 16) éléments de javeline et de lame de poignard ou épée en fer (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende Fig. 81 – Monument à chambre circulaire et cellule latérale n° 1 de Mijou : 1) pointe de flèche en fer ; 2 à 5) fragments de pointes de javelines et de poignards ou épées en fer ; 6, 9 et 10) fragments de bracelets en fer ; 7 et 8) pendentifs en métal ; 11) tige métallique ; 12) petit peigne décoré en bois ; 13) pendeloque en pierre ; 14 et 15) perles multilobées en verre ; 16 et 17) tortillons en métal : 18 à 20) perles segmentées en verre ; 21 à 26) différents types de perles dont une en or (26) (dessin R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Fig. 82 – Plan et photographie du monument à chambre circulaire et cellule latérale Mijou n°2 (relevé et cliché R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 83 – a) compartiment limité par des dalles dressées dans la chambre circulaire du monument 3 de Mijou à Sourré Kabanawa. Premier niveau de remplissage. Les trois-quarts de cette chambre, qui devait posséder une cellule latérale, sont détruits
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende b) deuxième niveau de remplissage dans le même compartiment
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende c) troisième niveau de remplissage où se trouvent deux avant-bras d’enfants autour desquels se volent des bracelets en fer et en métal cuivreux. Des coquillages de la mer Rouge, aménagés (cauris et olives), parsèment la surface au milieu des ossements (les trois relevés sont de R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 84 – Monument à chambre circulaire et cellule latérale de Mijou 3 : compartiment au nord-ouest de la chambre : a) niveau supérieur avec un vase polypode à socle vu du sud
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende b) deuxième niveau de remplissage dans le compartiment vu dans son entier depuis le nord
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende c) troisième niveau avec bracelets sur les avant-bras de deux enfants et nombreux coquillages (cauris et olives) (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende Fig. 85 – Sous le 3e niveau, sur le fond de la chambre, un squelette, accompagné d’un vase polypode à socle, était déposé en position fléchie sur le côté, sa tête ayant été retournée (dessin J.-P. Cros et cliché R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 86 – Monument à chambre circulaire et cellule latérale de Mijou 3 : différents ossements recueillis dans la chambre. Les trois os longs réunis ici permettent de se faire une idée de leur mauvais état de conservation (cliché R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 87 – Monument à chambre circulaire et cellule latérale de Mijou 3 :1 à 3) vases polypodes à socle ; 4 à 6) bracelets placés sur l’avant bras d’un des enfants (le 4 est en métal cuivreux et les deux autres en fer) ; 7) bracelet en métal cuivreux placé sur l’avant-bras de l’autre enfant ; 8 à 13) perles et coquillages (dessins R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 88 – Monument à chambre circulaire et cellule latérale de Mijou 3 :1 et 2) vases polypodes à socle ; 3, 5 et 6) bracelets ; 4 et 7) cauris et olives ; 8) pendeloque (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 89 – Structure funéraire de Dagen à Addas : a) coupe AB ; b) remplissage dans la partie nord fouillée (relevés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Fig. 90 – Monument de Dagen à Addas : 1) section AB correspondant au relevé de la figure 89
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende 2) les dépôts osseux est apparaît au fond, la partie sud du dépôt nord est au premier plan
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 3) le dépôt nord avec deux coupes en céramique, celle du premier plan ayant été en partie remontée (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende Fig. 91 – Céramiques du monument particulier de Dagen à Addas. Elles sont tout à fait comparables à celles des monuments à chambre circulaire et cellule latérale de Sourré et de Raré. Ces dépôts humains sont donc à attribuer à un même groupe culturel (dessins R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Fig. 92 – Tumulus I de Sourré. Au centre et sur le fond du monument, formé d’un tas de pierres, ce petit édifice, fait de deux pierres dressées réunies à leur base par une troisième dalle de pierre, est comparable à un porche trilithe de chambre circulaire à cellule latérale auquel manquerait le linteau (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Fig. 93 – 1) gros tumulus de la région de Déder ; 2, 3 et 4) deux vases à support annulaire trouvés sur le fond du tumulus n° 1 de Sourré où se trouvait les deux pierres dressées (n° 6) de la figure 86 ; 5) petite fiole en verre, pointe de javeline, anneau métallique et perle (cliché R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 94 – Céramiques du tumulus n° 1 de Sourré : vases à support annulaire, coupe et fragment de vase décoré à col (dessins R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 95 a – Tumulus n° 1 de Sourré : trois fragments de céramiques polypodes à socle dont une à perforations pré-orales
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 95 b – 1) pointes de javeline en fer ; 2) fragment de fiole en verre ; 3 à 6) perles, coquillages et anneaux (dessins R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 96 – Tumulus n° 2 de Sourré : 1) grosse bonbonne à col décoré de lignes incisées au niveau du col formant des méandres ; 2) Céramique à perforations pré-orales probablement un vase polypode à socle. Cette association est fréquente dans les tumulus du Chercher (dessins R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 97 – Industrie lithique recueillie dans le niveau supérieur du sol qui supportait le tumulus n° 2 de Sourré : 1 à 5) segments ; 6 à 12 et 15) lamelles ; 13 et 14) éclats retouchés ; 16) nucléus pyramidal ; 17 et 18) lames. Cette industrie semble n’avoir aucun rapport avec le tumulus qui la surmonte (dessins R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 98 – 1 et 2) deux vases provenant d’un tumulus de Déder fouillé par des paysans. Le premier, vase à col, contenait des cendres et des petits ossements d’une incinération humaine ; le second, vase polypode à socle contenait des cendres (voir aussi la figure 104) ; 3) vase à col au décor de méandres incisés du tumulus de Sourré n°2 (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 99 – Tumulus de Hassan Abdi : tombe contenant un squelette entouré de 14 poteries (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Fig. 100 – Tumulus de Hassan Abdi : deux poteries décorées trouvées au niveau de la tête du personnage (dessins R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 101 – Tumulus de Hassan Abdi : 9 vases à support annulaire et 3 vases polypodes à socle qui entouraient le squelette (dessins R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Fig. 102 – Tumulus de Hassan Abdi : les quatre types de céramiques qui accompagnaient le squelette (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 103 – Tumulus de Ganda Biké : 1 - lame droite de poignard en fer ; 2 - lame courbe de poignard, ou épée en fer ; 3, 6, 7 et 8 - bords de vases ; 4 - perle segmentée en verre ; 5 - base de vase polypode à socle ; 9 - perforation sur un fragment de poterie (dessins R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Légende Fig. 104 – Deux poteries d’un tumulus de Déder (voir également la figure 92) (dessin R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Fig. 105 – Tumulus de Déder : autres céramiques recueillies dans les déblais de la fouille clandestine (dessins R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Fig. 106 – Tumulus dans le Mänz : 1) coupe théorique d’un tumulus avec chambre et couloir (R. Bernard) ; 2) tumulus 2 de Mashala Maryam : chambre funéraire avec dépôts de céramiques sur le fond, couverte par un montage en encorbellement fait de l’entassement de colonnes basaltiques (cliché Aklilou Asfaw) ; 3) plan de la fouille (B. Poissonnier) ; 4) « brûle parfum » trouvé dans le centre de la chambre au fond (dessin B. Poissonnier). Noter le décor de lignes incisées du pied du brûle-parfum, à rapprocher du décor d’une céramique de la chambre de Raré dans le Chercher figure 68-4
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende Fig. 107 – Céramiques provenant de la fouille d’un tumulus du Mänz (clichés de Aklilou Asfaw). Des différences notables apparaissent avec les poteries du Chercher. On notera cependant la présence de vases sphériques à col et anse et une coupe sur pied ajouré qui n’est pas sans rappeler les vases polypodes à socle du Chercher. Ces deux régions à la même époque, présentent des cultures assez proches
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/781/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 334k

© Centre français des études éthiopiennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540