Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mégalithisme dans le Chercher en Éthiopie

 | 
Roger Joussaume

Chapitre II. Les cistes dolméniques ou daga kofiya

Texte intégral

1Les cistes dolméniques nous sont apparues comme des monuments relativement petits n’ayant pu contenir qu’un seul corps déposé sur le dallage de la chambre quadrangulaire (Foucher 1981). Nous avons parfois gardé l’appellation « dolmen » pour l’image populaire qui surgit à l’esprit de chacun dès qu’il est prononcé, mais marquer en même temps l’unicité du dépôt funéraire (ciste) dans un monument de faible ampleur. D’où l’expression « ciste dolménique » appliquée à ces coffres de pierres à table débordante et cellules distales trouvés par groupes plus ou moins importants dans le Chercher.

A. Les régions étudiées

1. Doba (Chaffé)

2Après avoir quitté la route Addis-Abeba/Harar au kilomètre 375, à une dizaine de kilomètres vers le nord se trouve la petite ville de Dobba. Il faut encore deux bonnes heures de marche à travers la montagne pour atteindre Chaffé à 2 100 m d’altitude (fig. 16). C’est ici que le Père Azaïs signalait six « dolmens ». Plusieurs ensembles y ont été reconnus.

a. Chalalaka (fig. 17)

3Deux tables de calcaire dans le prolongement l’une de l’autre émergeaient à peine à la surface du sol dans la pente du terrain qui fut quadrillé à partir de deux axes perpendiculaires orientés sur les points cardinaux à l’aide d’une boussole.

4La table sud, longue de 1,75 m pour une largeur de 1,25 m et une trentaine de centimètres d’épaisseur moyenne, recouvre une chambre rectangulaire limitée par deux rangées de piliers parallèles dressés directement sur le sol rocheux dont la pente atteint 30 %. De ce fait, les piliers I et II à l’est ne mesurent que 45 cm alors que ceux de l’ouest ont une hauteur de 80 cm d’où une parfaite horizontalité de la dalle de couverture. L’espace entre ces deux séries de piliers est de 55 cm. Au nord, une petite dalle dressée et un amas de pierres ferment la chambre. Dans son état actuel, la chambre n’est pas fermée au sud. Les piliers est sont maintenus par un blocage de pierres formant un mur extérieur au monument qui se prolonge jusqu’aux blocs rocheux en place au sud. Il y a donc un petit espace non couvert à cette extrémité que nous appelons cellule distale. C’est dans cet espace que nous avons recueilli quelques débris de céramiques et des obsidiennes sans grand intérêt car difficiles à situer chronologiquement (fig. 26 a et b, p. 51).

Fig. 17 – Chalalaka : Plan de cistes dolméniques jumelles (relevé R. Joussaume)

5La chambre qui semble avoir été dallée, si on en juge par les quelques pierres plates que nous avons trouvées éparses, était au trois-quarts remplie d’une terre fine et cendreuse, résultat d’un dépôt par les eaux d’infiltration. La cendre provient probablement d’offrandes successives qui consistent à brûler de l’encens sur des braises posées sur un tesson de poterie. Cette coutume, qui ne se pratique plus sur ce monument, a été observée de nos jours sur d’autres. Elle explique une date 14C moderne obtenue sur un charbon de bois recueilli dans cette chambre.

6La table nord touche celle du monument décrit précédemment, mais la fouille a montré qu’elle s’était déplacée vers l’ouest. Longue de 2,20 m pour une largeur maximale de 1,60 m, elle recouvrait une chambre rectangulaire dont les grands côtés sont constitués de deux séries de deux piliers parallèles espacés de 50 cm.

7Alors que les tables sont des blocs naturels probablement trouvés à peu de distance au-dessus des monuments, les piliers sont le plus souvent bien équarris.

8La table reposait en partie sur le pilier I du monument sud. Les piliers III et IV du monument nord, insuffisamment calés du côté de la pente, se sont inclinés à une époque indéterminée, en entraînant la table, ce qui provoqua la cassure du pilier I de l’autre monument.

9Aucune fermeture ne fut découverte au nord de la chambre. L’existence d’un amas de pierres et d’une petite dalle au niveau du contact des deux tables prouve qu’il ne s’agit pas d’un monument unique formé d’une chambre longue de 3,40 m mais de deux chambres juxtaposées complètes avec leurs quatre murs périphériques à l’origine. Nous aurons l’occasion de retrouver un tel jumelage en particulier à Hassan Abdi. On peut parler de ciste dolménique double.

10Comme cela s’est malheureusement très souvent produit au cours de la fouille de cistes dolméniques, l’intérieur de la chambre était entièrement occupé par une termitière.

11La fouille de ces deux monuments fut la première pratiquée dans le Harar. Or selon les dires du Père Azaïs, de tels monuments devaient avoir été édifiés au-dessus d’une chambre circulaire aménagée dans le sol à laquelle on accédait par un porche trilithe. Malgré de gros efforts pour soulever et déplacer des blocs de taille respectable, nous n’avons absolument rien trouvé autour et au-dessous des deux monuments.

12Le fait que le pilier I du dolmen sud ait également supporté la table nord implique, soit que les deux monuments aient été érigés en même temps, soit que la ciste dolménique sud ait été construite la première. Personnellement, j’opte pour la seconde hypothèse car le pilier I est oblique, caractéristique que nous trouvons sur bien d’autres monuments ; cela ne s’expliquerait pas pour le monument nord. Cet orthostate appartient donc au mégalithe sud et sa position en débordement de la table a fait qu’il fut utilisé dans la construction de l’autre monument. Le daga kofiya sud est donc un monument complet avec entrée oblique, chambre rectangulaire et cellule à ciel ouvert située à l’autre extrémité, disposition que nous rencontrerons à plusieurs reprises dans le Harar.

13Ce sont là les deux seules cistes dolméniques que nous ayons trouvées à Chalalaka.

b. Raré

14Les cistes dolméniques ont été nombreuses dans le secteur de Raré, malheureusement il en subsiste peu de chose. La plupart des monuments ont été bouleversés et leur dénombrement est bien difficile. Par ailleurs l’ensemble mégalithique de cette zone est assez complexe par sa diversité : cistes dolméniques, tumulus avec chambre circulaire et cellule latérale, tables de pierre n’abritant aucune ciste mais plus ou moins associée à de petites stèles, bassins et cupules taillés dans les rochers, puits creusé dans le calcaire et fermé par une dalle de pierre, gros murs de barrage dans les pentes de terrains, stèles à inscriptions coufiques, enceinte muraillée sur la hauteur de Molé. Ce mélange d’architectures différentes n’est pas fait pour aider la compréhension. Nous avons dénombré là une douzaine de cistes dolméniques. Beaucoup ont perdu leur dalle de couverture et les piliers émergent au-dessus du sol. Nous ne décrirons que les mieux conservées.

Dag a kofiya n° 1 de Raré (fig. 18)

15Dans un chaos de gros blocs rocheux se trouve un ensemble d’au moins cinq monuments très proches les uns des autres. Deux d’entre eux possèdent encore leur dalle de couverture en place. Celle d’un troisième, énorme, est fichée, presque verticale, dans le sol. Des deux autres, seul le haut des piliers apparaît.

16Pour une longueur de 2,40 m et une largeur de 1,90 m, la table de ce premier mégalithe est épaisse de 40 à 80 cm, ce qui est assez exceptionnel (fig. 18a). On peut estimer son poids à environ 4 tonnes. Elle recouvre les restes d’une chambre limitée à l’ouest par deux piliers bien préparés, hauts de 1 m, alors que le seul qui subsiste à l’est ne mesure que 60 cm. Il repose sur un bloc de calcaire et supporte un autre bloc qui maintient à l’horizontale la dalle de couverture. À 55 cm de profondeur, une pierre plate indique la présence d’un dallage en grande partie détruit. Le petit côté sud-ouest est marqué par deux petites dalles dressées, alors qu’au nord-est une pierre de chant, haute de 35 cm, limite la chambre. C’est dans le faible espace entre cette ciste dolménique et le mégalithe n° 2 que furent découverts quelques vestiges archéologiques dont une pièce bifaciale en roche dure de petite dimension et des obsidiennes (fig. 18 b).

Fig. 18 a – Ciste dolménique (daga kofiya) n° 1 de Raré : plan et coupe du monument (relevé R. Joussaume)

Fig. 18 b – Industrie lithique recueillie lors de la fouille (dessin R. Joussaume)

Daga kofiya n° 2 de Rare (fig. 19)

17Très proche de la précédente, cette deuxième ciste lui est pratiquement perpendiculaire. Elle est en très mauvais état de conservation et semble avoir utilisé plusieurs blocs en place pour son implantation (fig. 20). La table mesure 2,10 m de long pour 1,60 m de largeur maximale et une épaisseur de près de 50 cm. Trois pierres alignées forment le côté est. Au nord et au sud la dalle de couverture repose sur des blocs de calcaire en place alors qu’une petite dalle dressée ferme plus ou moins le côté ouest. Rien ne fut trouvé dans cet espace.

Daga Kofiya n° 3 de Raré (fig. 21a, b, c et fig. 23.1)

18Cette ciste dolménique avait complètement échappé à nos investigations lors de notre première visite en 1970. Elle ne fut découverte, dans la pente abrupte du terrain face au désert Danakil, qu’au cours d’une prospection systématique en 1971. C’est un beau monument très bien dissimulé à la vue. La table est une dalle de calcaire de 2,20 m de longueur pour une largeur maximale de 1,70 m et une épaisseur moyenne de l’ordre de 25 cm. Au nord, les piliers de la chambre sont deux gros blocs naturels qui se trouvaient probablement là avant la construction de l’édifice. Le pilier I mesure 2 m de long pour une épaisseur et une largeur qui atteignent 1 m par endroits. Le pilier II, redressé et fiché dans le sol, a une hauteur apparente de 1,70 m ; nous n’avons pu chercher sa base sans risquer d’ébranler l’ensemble.

Fig. 19 – Ciste dolménique (daga kofiya) n° 2 de Raré : plan et coupe du monument (plan R. Joussaume)

Fig. 20 – Section au niveau des cistes dolméniques A et Β de Rare (relevé R. Joussaume)

Fig. 21 – Ciste dolménique (daga kofiya) n° 3 de Raré : a) plan du monument ; b) coupe Est-Ouest ; c) coupe Nord-Sud (relevés R. Joussaume)

19On peut penser que, voyant le parti à tirer de la disposition de ces rochers, les bâtisseurs ont creusé le sol entre eux et le banc calcaire qui se voyait sur la pente du terrain, au sud, à environ 1,50 m. Il suffisait alors d’aménager le côté sud de la chambre. Les deux piliers III et IV, qui sont des dalles très bien préparées de 90 cm de haut, furent alors dressés et bloqués par des pierres plus petites. La chambre ainsi délimitée mesurait de 0,70 m à 1 m de large. À l’est, dans le prolongement des piliers III et IV, un mur en pierre sèche fut édifié sur une longueur de 1,20 m. Une petite dalle dressée, qui n’atteint pas la dalle de couverture, marque la limite ouest de la chambre. En arrière existe un espace au milieu des rochers qui rappelle la petite cellule non couverte que nous avions observée sur le monument de Chalalaka. C’est au fond de celle-ci que nous avons découvert un grand racloir en roche dure (fig. 22, p. 44 et 23.3, p. 46). L’intérieur de la chambre avait été complètement bouleversé. Aucun vestige archéologique n’y fut recueilli si ce n’est, au-dessous de la base des piliers sud, donc en position aberrante, un morceau de calcaire tendre triangulaire d’une vingtaine de centimètres de hauteur et de largeur, qui semble avoir été façonné avec une lame métallique. Devons-nous en conclure que les utilisateurs de ce mégalithe connaissaient le métal ? Pourquoi pas mais à quel moment de son utilisation ?

Fig. 22 – Grand racloir en roche dure provenant du daga kofiya n° 3 de Raré (dessin R. Joussaume)

20Un détail important à signaler au sujet de ce mégalithe est l’existence d’une stèle, de forme triangulaire pour la partie émergeant du sol, fichée dans l’entrée est de la chambre (fig. 21 b, p. 43 et 23.1, p. 46). La hauteur totale de ce bloc est de 1,30 m mais ne devait pas dépasser la surface du sol de plus de 70 cm. La partie supérieure de la stèle se situe à quelques centimètres au-dessous du plan de la face interne de la dalle de couverture et à environ 1 m du bord est de celle-ci. Sa surface plane triangulaire est située exactement dans l’axe de la chambre.

Table de pierre et stèles à Raré (fig. 23 et 24)

21L’ensemble mégalithique que nous allons présenter maintenant est vraiment très particulier. On ne lui connaît rien de comparable. Une surface en demi cercle d’une dizaine de mètres de diamètre a été aménagée par l’enlèvement des blocs qui devaient s’y accumuler. Ils ont été redressés sur le pourtour de cette surface ou basculés au bas de la marche que forme le banc calcaire. Au milieu de cette aire, une dalle, en tous points identique à une dalle de couverture de ciste dolménique, repose directement sur le banc calcaire (fig. 23.5 et fig. 24). Aucune pierre équarrie ayant pu servir de pilier n’a été découverte à proximité immédiate de la dalle. La zone en demi cercle a été entièrement fouillée. À une trentaine de centimètres à l’ouest de la dalle, gisait une pierre triangulaire parfaitement façonnée (fig. 23.2, 23.5 et 24) : triangle isocèle de 50 cm de hauteur. De l’autre côté de la dalle et en contrebas, c’est une pierre oblongue, haute de 90 cm pour une largeur de 25 cm qui fut découverte renversée (fig. 24). Nous avons pratiqué une fouille profonde à l’emplacement de cette stèle, sans résultat. La stèle triangulaire rappelle, mais en plus petit, celle de l’entrée du daga kofiya n° 3 de Raré ; la dalle, posée à plat sur le banc calcaire au milieu de l’aire semi-circulaire dégagée de ses pierres, est comparable par ses dimensions à une dalle de ciste dolménique ; quant à la stèle oblongue, nous avons eu l’occasion d’en trouver une semblable dans l’entrée d’une ciste dolménique à Hassan Abdi. Nous y reviendrons. Il nous paraît logique de penser que ceux qui ont édifié les daga kofiya sont aussi ceux qui ont aménagé ce monument particulier. Peut-être faut-il y voir un lieu cultuel et je serais tenté d’interpréter ces stèles comme la manifestation des principes mâles (stèle allongée à l’ouest) et femelles (stèle triangulaire à l’est, du côté du soleil levant). Tout cela reste évidemment dans le domaine des hypothèses.

c. Autres monuments visités dans la région de Chaffé

22Quelquefois à pied, mais le plus souvent à cheval, nous avons prospecté une vaste zone autour de notre camp de base à Chaffé. Nous avons vu d’assez nombreux monuments dont nous avons relevé des plans sommaires mais aucune fouille n’a été pratiquée. Nous nous bornerons donc à citer ces daga kofiya en donnant leur emplacement et leurs caractéristiques principales. Il est à peu près certain que nous sommes passés à coté de monuments cachés et il faudrait envisager de patientes recherches pour qui voudrait exécuter une cartographie assez détaillée de ce type architectural. Dans l’immédiat, quarante ans après nos travaux, aucune nouvelle recherche n’a été entreprise sur ce sujet.

Fig. 23 – Ciste dolménique (daga kofiya) n° 3 de Raré : 1) Vue générale du daga kofiya ; 3) Grand racloir provenant de Raré 3 ; 2 et 5) Petite stèle triangulaire accompagnant une dalle mégalithique sur le sol, une autre petite stèle allongée est dressée à droite de cette dalle ; 4) petite stèle trouvée dans la ciste A1 de Hassan Abdi (clichés R. Joussaume)

Fig. 24 – Rare : Une stèle allongée et une petite stèle triangulaire ont été dressées de part et dautre d’une dalle posée à plat sur une plateforme naturelle, dans un espace partiellement limité par des dalles dressées (relevé R. Joussaume)

Ganda Koro

23À une heure de marche au nord de notre camp de base de Chaffé, sur le territoire de Ganda Koro, au pied de Toula, face à Bio Karaba, au lieu-dit Wadessa, existe un daga kofiya sur une petite crête à 1 790 m d’altitude. C’est probablement le monument le plus bas que nous ayons rencontré dans le Chercher, les autres étant normalement situés entre 2 000 et 2 300 m d’altitude. Il est formé d’une table longue de 1,80 m pour une largeur maximale de 1,50 m et une épaisseur de 30 cm. Cette dalle repose au nord sur un petit mur en pierre sèche et au sud sur deux piliers qui présentent la particularité d’être perpendiculaires à l’axe du monument. Comme dans la plupart des cas observés, la table touche le sol sur un de ses côtés, ici le côté nord. La chambre ouverte à ses deux extrémités, dans son état actuel, mesure 60 cm de large. Nous n’avons vu aucun autre monument aux alentours, mais on nous a signalé la présence de deux autres daga kofiya sur une colline à trois heures au nord de Karamillé, vers le désert de Edjersara.

Ganda Kadana (fig. 25)

24Sur le territoire de ce village, à deux heures de cheval à l’ouest de notre camp de base, se trouve un monument assez particulier. Avec 1,10 m, c’est la dalle de couverture la plus épaisse que nous connaissions pour ce type de mégalithe. Sa longueur à la base est de 1,80 m et sa largeur maximale de 1,30 m. Elle repose sur deux lignes de deux piliers espacées de 55 à 60 cm. La ciste dolménique se dresse au milieu d’une plateforme circulaire haute d’environ 1 m. C’est le seul emplacement où nous avons pu observer une telle architecture. Ce monument est encore l’objet d’offrandes de la part des Oromos musulmans qui parfois viennent de loin pour effectuer leur rite. Le Père Emile Foucher dont la mission catholique était établie à Chaffé où il résidait, nous a communiqué les renseignements qu’il a recueillis à ce sujet : « Chaque année, en septembre, les musulmans de la région y célèbrent une cérémonie (Wadaja) en l’honneur des “aoulia” » (de l’arabe wali : protecteur, saint) et en action de grâces pour la récolte qui arrive à maturité. Le monument est donc une sépulture vénérée pour l’âme des défunts qui ont été divinisés. On croit encore que les âmes des morts habitant les tombes, continuent d’y mener une existence crépusculaire.

Fig. 25 – Daga kofiya de Ganda Kadana (clichés R. Joussaume)

25A l’occasion de cette cérémonie on immole une bête (bœuf, mouton, chèvre) que l’on mange sur place. Les pieds et les poumons sont jetés. Un vautour s’en emparera ce qui est un signe de bon augure. Si aucun vautour n’apparaissait, ce serait un signe de mauvais augure et il faudrait alors s’attendre à quelque malheur : maladie, épidémie (homme ou bétail). Des grains de sorgho seront également éparpillés autour du monument. Ils seront picorés par les oiseaux alors que le reste sera consommé par les participants à la cérémonie.

26Des grains d’encens sont brûlés sur un tesson de poterie placé dans la chambre dolménique où ils devront rester toute l’année jusqu’à la prochaine cérémonie. Personne n’osera y toucher car le tout est considéré comme chose sacrée.

27Pendant ce temps le « Kabira » (prêtre musulman) récite des passages du coran alors que les assistants mâchent des feuilles de chat (le kat des Arabes) et boivent de l’hoggia, décoction de feuilles de caféiers.

  • 1 Des coutumes païennes ont survécu parfois jusquʹà nos jours alors quʹune nouvelle religion a été a (...)

28Emile Foucher ajoute dans son texte manuscrit rédigé en 1971 à ma demande : « On notera que cette cérémonie est contraire à l’esprit de l’Islam orthodoxe, Mahomed ayant interdit l’adoration des pierres levées, des tombes, etc., mais l’Islam a dû céder à la pression populaire, qui, par ses traditions, sa tendance au merveilleux, est fort inclinée à manifester de cette manière sa religiosité1. »

29Lors de notre visite à Kadana en 1971, nous avons pu constater l’existence de nombreux tessons de poteries au milieu des cendres dans la chambre mégalithique. La dernière offrande, faite le mois précédent, était là également, petit tas de cendre, reste de l’encens brûlé et du bois carbonisé, sur un fragment de pot à anse.

30Nulle part ailleurs nous n’avons pu constater cette coutume encore en usage. Toutefois le Père Azaïs la signale à Sourré Kabanawa lors de son passage en 1925. Elle explique les nombreux tessons plus ou moins anciens que l’on trouve assez fréquemment auprès ou à l’intérieur même des cistes dolméniques, ainsi que les couches de cendres qui se superposent dans leur remplissage.

31À environ dix minutes au sud du monument mégalithique de Kadana, en direction de l’enceinte muraillée de Koubi, nous avons repéré une dalle de calcaire d’environ 2,50 m de long, sur le flanc abrupt de la montagne. Cette pierre horizontale semble soutenue par des piliers. Bien que nous n’ayons pas eu le temps d’y effectuer la moindre fouille, nous y avons trouvé deux tessons de poteries, signe d’anciennes offrandes.

Ganda Toula

32À une bonne demi-heure au nord de Chaffé, une fois encore sur un point élevé qui domine la rivière de Bio, se trouvent quatre cistes dolméniques.

33n° 1 – La première a une table de 2 m de long et 1,90 m de large soutenue par deux rangées de piliers parallèles espacées de 70 cm.

34n° 2 – La deuxième possède une dalle de couverture également longue de 2 m mais large de 1,40 m seulement. Elle est bien fermée à ses deux extrémités par une dalle dressée.

35n° 3 – De la troisième on n’aperçoit que la dalle de couverture qui apparaît entre les deux autres monuments.

36n° 4 – Un quatrième daga kofiya existe sur le même flanc de montagne à une cinquantaine de mètres de là.

Ganda Karkassa

37Sur le territoire de ce village, qui dépend administrativement de Afden et non de Dobba, nous avons reconnu trois cistes dolméniques et une dalle qui pourrait appartenir à un quatrième monument encore largement enfoui dans le sol. Dans la mesure où nous n’avons pas retrouvé d’autres monuments sur le territoire d’Afden, il nous semble préférable de traiter ceux de Karkassa avec les groupes de Dobba.

38Les deux premiers monuments ne sont séparés l’un de l’autre que de 3,50 m, la table du premier étant au niveau de la base des piliers du second.

39n° 1 – Ciste dolménique dont la table calcaire, longue de 2,10 m et large de 1,70 m pour une épaisseur variant de 50 à 70 cm, recouvre une chambre rectangulaire longue de 1,50 m. Trois piliers longs de 90, 20 et 40 cm limitent le côté sud, alors qu’au nord subsistent deux piliers de 70 et 60 cm. La chambre est fermée à l’ouest par une petite dalle dressée. Sa largeur est de 60 cm. L’axe du monument est orienté sur 82°.

40n° 2 – Au-dessus de la ciste dolménique n° 1, la ciste n° 2 possède une table longue de 2,40 m pour une largeur de 1,60 m qui recouvre une chambre large de 55 cm fermée par trois pierres à l’ouest. Les côtés nord et sud sont formés de trois piliers chacun dont la longueur totale atteint 1,40 m. L’orientation de cette chambre est également 82°.

41n° 3 – Grande dalle calcaire qui pourrait cacher une ciste dolménique au-dessus et à 10 m à l’est des deux premières.

42n° 4 – Légèrement plus haut et à une trentaine de mètres à l’est, une autre ciste dolménique est formée d’une table longue de 2,10 m et large de 1,20 m, orientée à 80°.

d. Matériel archéologique recueilli lors des fouilles des daga kofiya de la région de Dobba

43À Tchalalaka, l’intérieur des cistes dolméniques, rempli de terre fine et cendreuse, n’a livré en surface que quelques rares petits tessons.

44Les vestiges recueillis à l’extérieur et presque exclusivement au sud et au sud-est, sont constitués de tessons de poteries, la plupart de faible dimension. À l’exception d’un petit bol (fig. 26 a, n° 1), il y a peu de formes reconstituables. Il faut noter aussi la présence d’un fragment de plat en terre cuite qui rappelle les actuels plats à injera (fig. 26 b, n° 6). Quelques tessons sont décorés de coups de poinçons (fig. 26 b, nos 1, 2, 3 et 5). Enfin l’un d’eux possède un cordon digité (fig. 26 b, n° 4).

45Il fut également découvert, autour de ces monuments, des silex, obsidiennes et quartz dont voici le décompte et les caractéristiques principales : 14 éclats bruts de silex ; un grattoir sur éclat de jaspe ; obsidiennes : 12 éclats bruts de petites dimensions, 3 éclats retouchés, 1 grattoir sur éclat ; 1 coche sur éclat, un outil composite (grattoir-burin) et un petit bloc retouché très roulé ; quartz blanc : 1 nucléus ; 2 éclats et un galet.

46Nous avons également recueilli un bloc en roche éruptive très usé à chaque extrémité et qui a dû servir de broyeur. De telles pierres sont encore en usage de nos jours.

47À Raré, autour des monuments 1 et 2 et principalement dans une petite fosse entre les deux cistes, furent recueillis un petit biface, trois éclats retouchés en obsidienne et un burin, auxquels il faut ajouter trois éclats informes d’obsidienne, trois éclats de silex translucide, un éclat de jaspe et une vingtaine de tessons de poteries sans grand intérêt. Seul un fragment d’anse boudinée est à signaler.

48On rappellera aussi la stèle triangulaire trouvée dans l’entrée de la ciste n° 3 qui a également produit, dans un espace non couvert à l’ouest du monument, un grand racloir en roche dure long de 20 cm (fig. 22, p. 44). La seule autre trouvaille, faite sur le fond même de la chambre, est un bloc de calcaire de forme triangulaire haut et long d’une vingtaine de centimètres, pour dix de large, parfaitement taillé. Les traces de l’outil qui ont fait ce travail sont bien visibles. Il s’agit probablement d’une lame métallique. Un travail tout à fait identique se voit au sommet d’un pilier du monument, formant un bassin. Une autre petite ciste dolménique de Raré, en partie détruite, montre aussi, sur l’un de ses piliers, un travail semblable à celui que nous venons de décrire.

49Notons que si nous n’avons aucune explication précise concernant ces grattages dans les cas qui nous préoccupent ici, de telles altérations des stèles dans le sud du pays, le Wolayta en particulier, sont liées à la récupération par la population locale, de poudre qui possèderait des caractères thérapeutiques (Joussaume et al. 2007, p. 160).

Fig. 26 a et b – Quelques vestiges recueillis lors des fouilles des cistes dolméniques de Chalalaka (dessins de R. Joussaume)

2. Chelenko

50Le plus important des sites à cistes dolméniques que nous connaissons, se situe sur le territoire de Chélenko à environ 450 km à l’est d’Addis-Abeba (fig. 27). Nous y avons effectué deux campagnes de fouille : la première en 1972, notre camp de base étant alors à Sourré Kabanawa, à 1 h 30 de marche au nord de la route Addis-Abeba /Harar ; la deuxième en 1973, à Hassan Abdi sur le bord sud de cette même voie de communication.

a. Sourré Kabanawa (souvent appelé uniquement « Sourré »)

51Pour faciliter le classement des nombreuses cistes dolméniques existant à Sourré Kabanawa, nous les avons réunies en trois groupes selon qu’elles se trouvent au sommet (A) sur le flanc nord (B), ou sur le flanc sud (C) de la montagne.

Groupe A (Ganda Mijou)

52Il existe sur cette montagne, au lieu-dit Ganda-Mijou, huit monuments que nous allons décrire. Les daga kofiya 3 à 6 (fig. 28 a) sont très proches les uns des autres alors que les deux autres (7 et 8) sont à quelques mètres de là.

Fig. 27 – Carte des régions de Sourré Kabanawa au nord et Hassan Abdi au sud avec situation des sites à cistes dolméniques et à tumulus (DAO Teddy Taraud)

  • 2 Azaïs, op. cit., p. 47.

53A 1 (fig. 28 b) : c’est un des tout premiers monuments vus par le père Azaïs au début du XXe siècle. Son architecture est limitée à quelques éléments qui ont trompé l’inventeur dans l’interprétation de ces constructions2.

54La pente du sol est ici très faible, le daga kofiya est dégagé. La dalle de couverture en calcaire, longue et large de près de 2 m, est soutenue par deux rangées de piliers parallèles, hauts d’une cinquantaine de centimètres, espacées de 55 à 60 cm. Le calcaire de cette région se délite en plaques beaucoup plus minces qu’à Chaffé, d’où des monuments aux tables sensiblement plus grandes. Ici l’un des montants ouest atteint 1,40 m de longueur pour une épaisseur n’excédant pas 15 cm. La chambre est limitée au sud par une petite dalle bien préparée dont le bord supérieur est 50 cm au-dessous de la table. Le vide entre les deux pouvait être fermé par une autre pierre plate amovible comme nous en avons trouvé sur d’autres monuments. Aucune fermeture ne fut mise en évidence au nord. Vu l’état précaire de l’équilibre du monument, nous ne l’avons pas fouillé.

Fig. 28 a – Groupe A des cistes dolméniques de Mijou (relevé R. Joussaume)

Fig. 28 b – Sourré Kabanawa : daga kofiya A1 de Mijou, plan et coupe (relevés R. Joussaume)

55A 2 (fig. 29) : La table de cette ciste en bon état de conservation mesure 2,40 m de long et de large pour une épaisseur moyenne de 25 cm. Elle doit donc approcher 3 tonnes. Elle recouvre une chambre rectangulaire formée de deux parties distinctes. La chambre proprement dite est longue de 1,30 m pour une largeur de 70 cm. Le côté sud est formé d’un seul pilier long de 1,50 m et haut de 85 cm pour une épaisseur de 15 cm. Deux piliers, II et III, constituent le côté nord. Deux dalles accolées à l’est ferment l’ouverture qui est rétrécie par deux pierres verticales au sud. Le fond de la ciste est dallé en opus incertum. À l’ouest, les piliers IV et V, délimitent une autre surface au dallage plus lâche et moins bien réalisé que dans la chambre. Il se poursuit au dehors du côté nord. Il s’agit donc d’une antichambre que la table recouvre également. Une zone non dallée entre chambre et antichambre prouve qu’une pierre, plantée là, fermait cette ouverture. À l’est, deux petits orthostates supplémentaires forment avec un rocher naturel, une cella non couverte comme nous en avons reconnu à Raré (Chaffé). La table repose au sud-ouest sur un gros rocher en position naturelle. L’intérieur était rempli de terre sur une hauteur de 30 cm mais aucun vestige archéologique ne fut recueilli dans le monument, l’un des mieux conservés qu’il nous a été donné d’étudier. Des fouilles pratiquées sous le dallage et à l’extérieur n’ont apporté aucun résultat.

Fig. 29 – Sourré Kabanawa : daga kofiya A2 de Mijou, plan et coupe (relevés R. Joussaume)

56A 3 (fig. 30) : C’est le monument le plus au nord d’une série de quatre dont les tables se touchent (28 a, n° 3 à 6). Nous n’y avons pratiqué aucune fouille. La table atteint 2,20 m de long pour une largeur maximale de 2,30 m et une épaisseur de 20 à 30 cm.

Fig. 30 – Daga kofiya A3 de cet ensemble (relevés R. Joussaume)

57A 4 (fig. 31) : Une table longue de 2,20 m pour une largeur maximale de 1,70 m est soutenue à 70 cm au-dessus du sol par deux séries de piliers espacés de 55 à 70 cm. Une petite dalle verticale ferme en partie l’extrémité est.

Fig. 31 – Daga kofiya Mijou A4 : plan, vues latérales et section (relevés R. Joussaume)

58A 5 (fig. 32) : Longueur de la table calcaire : 1,80 m ; largeur : 1,50 m ; épaisseur : 20 cm. Deux séries de piliers espacés de 50 à 70 cm soutiennent la table. Aucune trace visible de fermeture à l’est et à l’ouest. Toutefois une pierre plate qui gisait eu nord-ouest aurait pu être la fermeture de cette extrémité.

Fig. 32 – Daga kofiya Mijou A5 : plan, vues latérales et section (relevés R. Joussaume)

59A 6 (fig. 33) : Cette ciste est en grande partie enfouie dans la terre. La dalle de couverture mesure 2 m de longueur pour 1, 70 m de large.

60De tous les sites visités, c’est le seul où il nous a été donné de voir un ensemble comme celui-ci. Remarquons que les monuments A 7 et A 8, que nous allons décrire maintenant, se trouvent très près des A 3, 4, 5 et 6.

Fig. 33 – Daga kofiya Mijou A6 (relevé R. Joussaume)

61A7 (fig. 34) : Cette ciste mégalithique est intéressante car pratiquement complète, malheureusement les orthostates latéraux se sont légèrement inclinés vers le sud.

62La table a une longueur de 2,40 m pour 1,60 m de large et une vingtaine de centimètres d’épaisseur. Au sud, la terre atteint le niveau supérieur de la dalle de couverture. La chambre est très nettement délimitée. Elle mesure 1,40 m de long et 0,55 m de large et possède un beau dallage en opus incertum à 60 cm au-dessous de la face inférieure de la table. Le côté sud est formé d’un long pilier de 1,60 m maintenu en place par d’autres petites dalles dressées. Les extrémités est et ouest sont marquées par deux pierres plates debout qui ne dépassent que de 20 cm la surface du dallage. Alors qu’à l’est une dalle verticale ferme complètement le monument, une antichambre identique à celle que nous avons remarquée sur la ciste A2 existe à l’autre extrémité. Les trois parties déjà observées se retrouvent donc ici : antichambre, chambre et cellule distale. Sur cette ciste dolménique, la cellule est un petit espace entre la pierre dressée à l’extrémité du dallage et la pierre de fermeture en arrière. Cet espace mesure environ 20 cm sur 40 cm. Malheureusement nous avions affaire là à un monument probablement vidé depuis fort longtemps de son contenu originel. Aucun vestige archéologique ne fut recueilli dans la couche de terre qui garnissait l’intérieur.

Fig. 34 – Daga kofiya Mijou A7 : pian, vue latérale et section (relevés R. Joussaume)

63A 8 (fig. 35) : Environ quatre mètres au sud de la ciste 7 existe une autre table longue de 2,80 m pour près de 2 m de largeur maximale, de silhouette triangulaire. Elle abrite également une chambre dont les orthostates se sont couchés au nord. Aucune fouille n’y a été pratiquée. Seuls quelques tessons de céramiques ont été recueillis entre les deux monuments.

Fig. 35 – Daga kofiya Mijou A8 : plan et section (relevés R. Joussaume)

64A 9 : Il faut signaler ici une dalle renversée et d’autres extraites du sol qui devaient être les piliers d’une autre ciste complètement bouleversée peu de temps avant notre passage.

Fig. 36 – Daga Kofiya : 1) Sourré C 2 ; 2) Mijou Β 3 ; 3) Mijou Β 2 (cliché R. Joussaume)

Groupe Β

65Sur la pente nord de la même montagne existait un groupement important de daga kofiya. Nous avons repéré là les restes de 14 monuments dans un espace d’environ 60 m de long pour 40 m de large. La plupart sont effondrés et nous n’allons décrire que les plus remarquables.

66Β 1 (fig. 37) : Ciste dolménique à chambres juxtaposées. C’est le seul exemplaire de ce type rencontré au cours de nos quatre campagnes dans le Harar.

67La table a 2,60 m de long et 2,80 m de large pour une épaisseur qui ne dépasse pas 25 cm. Elle est soutenue par trois rangées de piliers parallèles délimitant deux chambres qui avaient chacune 55 cm de large. La chambre sud, la mieux conservée, possède encore un pilier de fermeture à l’ouest. Une pierre posée à plat à l’est est probablement le vestige d’un dallage. Le pilier central, commun aux deux chambres, mesure 1,50 m de long. Un seul orthostate de la chambre nord subsiste. Il a une longueur de 70 cm. Ce monument n’a livré aucun vestige archéologique.

Fig. 37 – Daga kofiya Mijou B1 : plan et section (relevés R. Joussaume)

68Β 2 (fig. 38 et 36.3) : La dalle de couverture de cette ciste dolménique est un triangle de calcaire qui repose à son extrémité sud, partie la plus pointue du triangle isocèle, sur le banc rocheux aux dépends duquel la ciste a été aménagée. La chambre rectangulaire, dallée en opus incertum, mesure 1,35 m de long pour une largeur de 65 cm et une hauteur de 70 cm. Les grands côtés sont formés l’un et l’autre de deux piliers qui soutiennent la table. La rangée sud est adossée à l’affleurement rocheux. Des pierres plates hautes de 20 cm au-dessus du dallage marquent les limites est et ouest de la chambre. À l’ouest, une seconde pierre a été dressée ménageant un espace de 20 cm en arrière de la limite de la chambre. La fermeture hermétique de la ciste dolménique devait se faire à l’aide d’une dalle qui venait se caler entre ces deux pierres. À l’est, deux pierres plates, dont l’une gisait sur le sol, se joignaient pour fermer l’ensemble. Il est à remarquer qu’un espace subsiste au milieu des rochers naturels à l’ouest de la ciste, formant une petite chambre à ciel ouvert qui n’est pas sans rappeler des observations identiques faites sur d’autres cistes au groupement A de Raré (Tchaffé). C’est donc un monument architecturalement complet que nous avons ici. Mais, comme la plupart des cistes fouillées, aucun vestige archéologique ne fut découvert dans les terres qui la remplissaient en partie.

Fig. 38 – Daga kofiya Mijou B2 : plan et section (relevés R. Joussaume)

69Β 3 (fig. 39 et 36.2) : La table calcaire de ce mégalithe mesure 2,10 m de long et 1,80 m de large. Les piliers des grands côtés ne sont pas disposés avec le soin habituel, la rectitude étant loin d’être parfaite. Le dallage du fond n’est pas non plus très soigné. Les pierres plates fichées de chant qui limitent les extrémités de la chambre, comme à l’ordinaire, ne dépassent que d’une vingtaine de centimètres le niveau du dallage. Les dimensions internes de cette chambre sont : longueur 1,50 m, largeur environ 50 cm et hauteur sous plafond 60 cm. Ce qui fait l’intérêt particulier de cette ciste, c’est l’existence d’une cellule distale construite et non couverte à l’est. Elle est bordée de trois dalles dressées dont une à l’est mesure 1,40 m de longueur. La cellule ainsi créée mesure environ 80 cm sur 40 cm. Une masse de pierres remplit l’espace sous la dalle de couverture entre les piliers et le banc calcaire au nord. D’autres pierres entassées au sud semblent être les restes d’un cairn qui pouvait atteindre le niveau de la dalle de couverture et devait protéger la chambre de toute intrusion.

70Quelques vestiges archéologiques ont été recueillis dans cette ciste : deux tessons de poteries dont un bord de vase à rupture de pente très prononcée, une toute petite bouteille en verre et un grattoir en silex à front élevé (fig. 39 b).

71Fig. 39 a – Daga kofiya Mijou B3 : plan et section (relevés R. Joussaume)

Fig. 39 b – un nucléus, une petite bouteille en verre et un bord de poterie carénée provenant de la chambre mégalithique (dessins R. Joussaume)

72Β 4 (fig.40) : Il s’agit d’une ciste dolménique dont la table ovalaire, longue de 2,30 m et large de 1,50 m, a subi un déplacement vers le nord. La chambre, avec un beau dallage en opus incertum, est rectangulaire. Elle mesure 1,45 m de longueur et 65 cm de large pour 60 cm de hauteur. Le côté sud est limité par un seul pilier long de 1,80 m. Deux piliers de 1,15 m et 60 cm forment le côté nord. Deux petites dalles verticales ferment les extrémités est et ouest.

73Comme sur le monument précédent, une cellule distale a été aménagée à l’extrémité ouest de la chambre : 70 cm de large et 50 cm de long. Les piliers nord sont bloqués par deux grosses dalles en position naturelle alors que ceux du sud sont maintenus par un blocage de pierres plus petites qui occupent l’espace entre eux et des rochers calcaires au sud et à l’est. On notera qu’ici, comme pour la plupart des monuments, les constructeurs ont choisi un emplacement privilégié qui facilite l’édification.

74Aucune découverte archéologique ne fut faite dans cette ciste dolménique.

Fig. 40 – Daga kofiya Mijou B4 : plan (relevé R. Joussaume)

75Β 5 (fig. 41) et Β 6 (fig. 42) n’ont donné lieu à aucune intervention, les dalles de couverture n’étant pratiquement les seuls éléments visibles de la construction qui semble, dans les deux cas, avoir subi d’importants déplacements.

Fig. 41 – Daga kofiya Mijou B5 : plan et section (relevés R. Joussaume)

Fig. 42 – Daga kofiya Mijou B6 : plan et section (relevés R. Joussaume)

Fig. 43 – 1) Daga Kofiya Sourré C 3 avec une petite stèle triangulaire à l’entrée ; 2) dallage de la ciste dolménique de Sourré C 2

Groupe C

76Au-dessus d’une falaise surplombant la rivière de Sourré Kabanawa, nous avons reconnu l’existence de sept cistes dolméniques alignées sur environ 200 m de terrain. Trois d’entre elles sont en très mauvais état – pour deux les tables sont absentes – et nous n’en parlerons pas.

77C 1 (fig. 44 et 45) : Une dalle de calcaire longue de 3,10 m pour une largeur de 1,50 m recouvre une chambre dallée longue de 1,60 m pour 0,60 m de large. Le pilier ouest, unique, mesure 1,70 m alors que deux piliers de 1 m et 60 cm forment le côté est. Le monument est bloqué à l’ouest par une couronne de pierres qui atteignent la dalle de couverture. Le dallage est limité au nord et au sud par deux petites dalles dressées qui ne dépassent pas de plus de 15 cm le niveau du plancher intérieur.

Fig. 44 – Daga kofiya Sourré Cl avec une partie de son cairn et contenant un squelette en position fléchie sur le dallage de la chambre (relevé R. Joussaume)

78Il y avait environ 30 cm de terre dans la ciste qui contenait le squelette d’une jeune femme de 25-30 ans, de grande taille (plus de 1,80 m). Elle avait été déposée sur le dallage, en position fléchie sur le côté droit, tête au nord, mains ramenées devant le visage et jambes repliées au sud. Elle avait été déposée sur le dallage dans un espace vide qui permit à son thorax de s’affaisser légèrement vers l’avant. Le squelette était en parfait état de conservation : aucun os ne manquait. De son vivant, cette personne avait été victime d’un traumatisme thoracique, dans la partie médiane gauche de la poitrine, qui avait provoqué la cassure de deux côtes ; mais bien qu’elle soit décédée relativement jeune, elle a survécu à cette blessure et les côtes se sont ressoudées. Des petites pierres avaient été déposées dessus, dessous et autour du crâne. Une pierre plate triangulaire était placée de chant dans son dos. Malheureusement aucun objet n’accompagnait la défunte qui ne possédait aucun élément de parure. À l’époque, nous n’avons pas voulu détruire la moindre partie de ce squelette pour une analyse 14C avant que l’étude anthropologique en soit faite. Il serait intéressant d’entreprendre cette datation aujourd’hui alors que la quantité d’os nécessaire est devenue très minime. Notons que le fait de placer une pierre sous la tête d’un mort est une coutume chrétienne en Éthiopie. Toutefois, la position fléchie sur le côté est bien antérieure à l’introduction du christianisme, époque à laquelle les corps sont inhumés en position allongée sur le dos.

79Ce sera la seule ciste dolménique, parmi celles que nous avons étudiées, à posséder encore un dépôt funéraire.

Fig. 45 – Daga kofiya Sourré C1 : squelette sur le dallage et différentes vues de la tête (clichés R. Joussaume)

Étude du Squelette de la ciste dolménique C1 de Sourré Kabanawa Jean-Paul CROS

Ce sujet féminin se présente dans une position de dépôt un peu particulière. Elle est déposée sur le côté droit, tête au nord, membres supérieurs plaqués contre le thorax, les mains sous la tête qui apparaît par son côté gauche, les membres inférieurs fléchis. Certains déplacements osseux indiquent que le corps s′est décomposé en espace vide. Le membre inférieur gauche est plus fléchi que le droit : la jambe gauche croise par dessus la partie distale de la cuisse droite. Les deux genoux sont en appui contre l′orthostate sud-ouest. Tous les os des pieds sont en connexion anatomique stricte. Le bassin apparaît globalement en vue latérale gauche, mais le coxal gauche a un peu glissé vers l′avant. La tête fémorale droite est sortie de la cavité cotyloïde à cause de la disparition des muscles fessiers et certainement par appui de la jambe gauche.

Mais ce qui est surprenant, c′est que le thorax ne se présente pas par son côté gauche, mais en vue postéro-latérale-gauche avec une importante composante postérieure. Les côtes apparaissent par leurs arcs postérieurs, elles sont presque symétriques par rapport au rachis qui est comme « enfoncé » entre les deux hémi-thorax.

On peut faire deux hypothèses : soit cette jeune femme a été déposée sur le ventre, tête tournée de 90° vers la gauche, soit ce sujet a été installé véritablement sur son côté droit, et il s′est produit au cours de la décomposition une rotation de tout le thorax vers la gauche. Deux éléments au moins nous font privilégier cette seconde hypothèse : le rachis thoracique haut est décalé vers l′avant par rapport au rachis cervical, et la position observée des deux coxaux n′est pas très compatible avec une position en procubitus. Par contre, il existait certainement déjà au moment du dépôt une rotation sensible du thorax vers la gauche.

Un autre élément surprenant pour une décomposition en espace vide est l′absence de mise à plat du thorax, qui a gardé un volume proche de celui du vivant. Il semble que ce soient des phénomènes partiels de momification naturelle qui aient maintenu cette position.

De même, le pied droit s′est maintenu en position de déséquilibre, les métatarsiens sont superposés. Mais dans ce cas, en plus de probables phénomènes de momification, on peut l′expliquer par des apports localisés de sédiment causé par du ruissellement.

Cette jeune femme a donc été déposée sur le côté droit, thorax en partie tourné contre le sol, membres supérieurs hyper-fléchis et membres inférieurs fléchis. Le corps s′est ensuite décomposé en espace vide, ce qui a entraîné des déplacements de certaines parties du squelette. Des processus de momification naturelle expliquent le maintient du volume thoracique et le maintient de positions de déséquilibre.

80C 2 (fig. 46.1 et 2, 36.1 et 43.2) : Cette ciste dolménique est le plus beau daga kofiya que nous ayons vu dans les monts du Harar. Sa dalle de couverture longue de 3,10 m pour 2,20 m de large en fait l’un des plus grands monuments connus dans cette région. Avec une épaisseur de 25 cm, on peut estimer son poids à plus de 3 tonnes. Elle recouvre une chambre dallée dont la hauteur sous plafond est de 80 cm, alors qu’elle atteint 1,55 m de longueur pour 90 cm de large, ce qui en fait la plus large étudiée. À l’ouest, la chambre est fermée par plusieurs dalles verticales dont l’une atteint la base de la table. Une seule pierre dressée limite la chambre à l’est. L’intérieur de cette ciste était rempli aux trois quarts par une stratification de terre fine et de couches de cendres qui sont probablement le résultat d’offrandes anciennes pratiquées sur le monument. Aucun vestige archéologique n’y fut découvert.

Fig. 46.1 – Daga kofiya Sourré C2 : létoile signale l’emplacement où fut trouvée une petite poterie au col cassée dans laquelle se trouvaient 67 pièces de monnaies arabes (dessins et clichés R. Joussaume)

81Le côté nord de la chambre se continue à l’extérieur vers l’ouest par un mur en arc de cercle formant, ici aussi, une petite antichambre en partie dallée. Au nord, le monument est maintenu en place par un blocage de pierres qui l’enveloppe largement. À l’est une cellule dallée subsiste, limitée par quelques pierres verticales. C’est là que nous avons trouvé une petite poterie noire, légèrement carénée, dont le col est absent, qui contenait 67 pièces de monnaie arabes en argent. Elles ont probablement été cachées là par leur propriétaire et personne n’est venu les récupérer. Elles ont été déposées au Musée national à Addis-Abeba.

Trésor monétaire dans une ciste dolménique du Chercher par Carine JUVIN Collaboratrice scientifique au Département des Arts de l′Islam, Musée du Louvre, Paris

Un trésor monétaire a été découvert lors de la fouille à l′extrémité Est du monument C2 de Sourré-Kabanawa, utilisé comme cachette. Une petite cruche en céramique à panse globulaire et large col droit (fig. 46.1) contenait 67 pièces d′argent. Cette découverte isolée n′a fourni aucun élément supplémentaire apportant à la connaissance de ce dépôt monétaire.

Leur étude n′a pu être réalisée qu′à partir de deux planches photographiques en noir et blanc. La figure 46.2 montre 24 pièces présentées sur l′avers ou le revers. La figure 46.1 contient l′avers et le revers de l′une des monnaies figurant sur la 46.2. Cette monnaie isolée a été mesurée et pesée : son poids est de 0,39 g ; son diamètre équivaut à 12 mm.

L′examen des inscriptions - tronquées par la rognure des bords et une frappe décentrée - a permis une attribution précise : il s′agit de monnaies d′argent ottomanes, appelées 'uthmānī (nom arabe pour désigner l′aqçeh ottoman). Ces pièces en argent souvent altéré (ajout de cuivre) étaient de faible valeur.

Il s′agit en l′occurrence ici de monnaies émises en assez grand nombre au cours du règne du sultan Soliman - Sulaymān ibn Salīm (926-974H/1520-1566), dont le nom figure sur l′avers. Sur l′une des pièces (fig. 46.1), on peut lire la date de 948H/1541-42. Par ailleurs, sur certaines pièces, il est possible de restituer le lieu de frappe : Zabid, qui est le plus ancien lieu d′émission ottoman du Yémen et le principal lieu d′émission de monnaies d′or, d′argent et de cuivre, sous le règne de Soliman.

Restitution des inscriptions-type sur ces monnaies 'uthmānī :

Les Ottomans s′implantent progressivement au Yémen à partir de 923H/1517. La première mention dans les sources d′une frappe au nom d′un sultan ottoman au Yémen (à Zabid et à Ta′izz) remonte à 931H/1525 ; cependant les monnaies les plus anciennes connues portent la date de 933H/1526-27.

La date d′émission de 948H/1541-42 qui figure sur l′une des monnaies - les autres monnaies étant attribuables à la même date ou aux années environnantes, correspond à la période de la conquête ottomane du Yémen, entre la prise de Ta′izz en 946H/1539 et la prise de San′a en 957H/1547. Le dépôt a, bien sûr, put être effectué à une date postérieure, en sachant que - en principe - lorsqu′un nouveau sultan accédait au pouvoir, les monnaies du règne précédent étaient interdites de circulation.

Cette date d′émission est bien antérieure à la création d′une province ottomane d′Éthiopie (Habesh Elayet), à partir de 964H/1557, autour des deux ports de Massawa et Arkiko puis du centre administratif de Dawariya (Deberoa), résidence du Beylerbeyi, où ont peut-être été frappées quelques monnaies de cuivre datées 974H. On sait que les Ottomans, avant leur implantation militaire en Éthiopie avaient soutenu l′émir du Harar dans sa lutte contre le royaume chrétien d′Éthiopie. Surtout, les relations commerciales entre les deux rives de la mer Rouge justifieraient la circulation de monnaies ottomanes d′une rive à l′autre. Néanmoins, cette circulation n′a jusqu′à présent guère été mise en évidence par des découvertes archéologiques ou fortuites, ce qui rend par conséquent cette trouvaille particulièrement intéressante.

Fig. 46.2 – 24 des 67 pièces de monnaies recueillies dans la ciste dolménique C2 de Sourré Kabanawa (cliché R. Joussaume)

Bibliographie
S. Album, Sylloge of Islamic Coins in the Ashmolean, volume 10 : Arabia and East Africa, Ashmolean Museum Oxford, 2000.

N. Kabaklarli, Ottoman Copper Coins Minted in Yemen 1517-1640/ Mangir : Yemen′de Darbedilen Osmanli Bakir Paralari, Turkish Numismatic Society, Istanbul, 2007.

V. Popp, G.-R. Puin et H. Wilski : « Ottoman Coins of the Yemen », in : A Festschrift Presented to Ibrahim Artuk on the Occasion of the 20th Anniversary of the Turkish Numismatic Society, Istanbul, 1988, p. 251-266.

Site web : ZENO.RU - Oriental Coins Database, (pages : Currency, Medals and Orders in al-Yaman)

82C 3 (fig. 47 a et b) : Ciste dolménique formée d’une dalle de couverture longue de 2,20 m et large de 1,80 m qui recouvre une chambre dallée en opus incertum de 1,30 m de longueur, pour une largeur de 60 cm et une hauteur sous dalle de 80 cm. Les deux piliers ouest sont surmontés de dalles posées à plat afin de maintenir la table au niveau des piliers est. Chaque extrémité est en partie fermée par une dalle dressée de 70 cm de hauteur.

83Une petite cellule a été aménagée au nord-est. Le côté ouest de la chambre se prolonge à l’extérieur par un mur oblique dont la hauteur va en décroissant. Ce monument est donc très comparable au C 2 précédemment décrit.

84Le seul vestige archéologique recueilli fut un coquillage (cauris) dans les terres du remplissage intérieur. Il peut être interprété comme un élément de parure porté par le défunt qui occupait cette tombe.

Fig. 47 a – Daga kofiya Sourré C3 : plan et section (relevé R. Joussaume)

Fig. 47 b – Coupe

85C 4 (fig. 48) : Ce monument est en assez mauvais état de conservation. La dalle de couverture longue de 2,25 m pour une largeur de 1,70 m s’est inclinée vers la vallée à la suite du glissement d’un pilier est de la chambre. L’autre pilier situé du même côté a disparu. La chambre mesure 1,40 m de long pour 70 cm de large. Adossé à un pointement rocheux, ce daga kofiya, comme les précédents, est bloqué à l’aide de pierres de différentes dimensions. Aucun vestige archéologique n’y fut découvert.

Fig. 48 – Daga kofiya Sourré C4 : plan (relevé R. Joussaume)

Fig. 49 – Cistes dolminiques de Sourré : A 2, A 7 et groupement A (cliché R. Joussaume)

Fig. 50 – 1 : Daga Kofiya A7 de Hassam Abdi ; 2 : Daga Kofiya Β1 de Mijou ; 3 : Daga Kofiya de Ganda Karkassa (Afden) [clichés R. Joussaume]

b. Hallayou

86Sur une autre montagne à une heure de marche des groupements de Sourré Kabanawa existent cinq cistes dolméniques que nous n’avons pas fouillées. Nous donnons ici le plan sommaire de trois d’entre elles (nos 1, 2 et 3 de Hallayou) (fig. 51, 52 et 53)

87La caractéristique essentielle réside dans l’emploi par les constructeurs d’une très grosse dalle calcaire pour la couverture de la ciste n° 1. Cette dalle triangulaire mesure 2,60 m de long pour 2,20 m de large et une épaisseur qui atteint 70 cm. On peut donc estimer son poids à environ 4 tonnes.

88Une autre ciste dolménique est édifiée plus bas dans la vallée entre les sites de Sourré-Kabanawa et Hallayou. On nous a signalé d’autres monuments en direction de Ourso et Kararou au nord.

Fig. 51 – Daga kofiya de Hallayou 1 : plans et coupes (relevés R. Joussaume)

Fig. 52 – Daga kofiya de Hallayou 2 : plan et coupes (relevés R. Joussaume)

Fig. 53 – Daga kofiya de Hallayou 4 : plan et coupes (relevés R. Joussaume)

c. Hassan Abdi

89Non loin après Chélenko, sur la droite de la route Addis-Abeba / Harar, se trouve Hassan Abdi. C’est sur la place de ce petit village que nous avons installé notre campement en 1973. Dans les hauteurs environnantes, deux groupes de cistes dolméniques occupent les flancs de deux montagnes qui se font face.

Groupe HA

90Ce groupe à Hassan Abdi se compose de dix monuments (HA 1 à 10).

91HA 1 : Ciste dolménique très dégradée. La chambre est limitée à l’ouest par deux piliers que prolonge au sud un petit mur en pierres sèches. Un seul pilier subsiste de l’autre côté. La fouille a permis la découverte d’une petite stèle cylindrique en calcaire.

92HA 2 (fig. 54 a et b) : Nous avions fondé beaucoup d’espoir sur ce mégalithe dont seule une partie de la dalle de couverture émergeait à la surface du sol. Sa construction rappelle le n° 3 de Raré à Chaffé. Les bâtisseurs ont utilisé l’espace formé par trois pointements rocheux et deux blocs libres situés en avant, du côté de la vallée. La table triangulaire est longue de 2,60 m et mesure 2 m de large. Elle repose à l’est sur les deux blocs libres et quatre piliers par groupes de deux et à l’ouest sur un pilier long de 1,40 m. Le dallage, en partie conservé, est à 40 cm sous la table. Il repose sur un niveau terreux, également épais de 40 cm, posé sur le substrat calcaire. Bien que la chambre ait été vide de tout vestige archéologique, des charbons de bois, appartenant à des foyers situés à la base de chacune de ses extrémités, ont permis deux datations par le dosage du 14C dont de nouvelles calibrations modifient quelque peu celles obtenues en 1974 : au sud, (Gif 3040) : 3200 ± 100 soit une date réelle qui doit se situer entre 1700 et 1250 avant J.-C. ; au nord, (Gif 3039) : 3450 ± 100 soit une date réelle qui doit se situer entre 2000 et 1500 avant J.-C. Les deux dates se situent dans le IIe millénaire avant notre ère (plutôt dans la première moitié) ce qui devrait être la période de construction des cistes dolméniques (daga kofiya) des monts du Chercher.

93HA 3 : C’est l’un des plus petits daga kofiya reconnus dans cette région à 2 260 m d’altitude. La dalle de couverture rectangulaire ne mesure que 1,50 m de longueur pour 1,30 m de large. Elle repose à l’est sur un pointement rocheux naturel et à l’ouest sur deux piliers qui se sont couchés. Le fond de la chambre, à 40 cm sous la table, est constitué par la roche en place.

Fig. 54 a – Daga kofiya Hassan Abdi A2 : plan (relevé R. Joussaume)

Fig. 54 b – Daga kofiya Hassan Abdi A2 : coupe (relevé R. Joussaume)

94HA 4 et 5 (fig. 55) : Ces deux cistes dolméniques, situées dans le prolongement l’une de l’autre, ont leurs tables distantes de 50 cm. Ces monuments jumeaux sont situés à 2 290 m d’altitude. Le monument n° 5 est complètement effondré. La table du mégalithe n° 4, cassée en deux parties, mesure 2,50 m de long pour 1,60 m de large. Elle abrite une chambre dallée longue de 1,60 m pour une largeur de 50 à 70 cm. La hauteur sous plafond est de 50 cm. Un pilier long de 1,60 m limite le côté sud alors que deux piliers soutiennent la table au nord. Seule une partie de la fermeture est subsiste. Dans le prolongement du côté sud, un mur en pierres sèches, aujourd’hui effondré, faisait la liaison entre ces deux monuments. Une fois de plus aucun vestige archéologique ne fut découvert au cours de la fouille.

95Il faut remarquer la formation de trois petites stalactites longues de 1,5 cm sous la dalle de couverture du daga kofiya n° 4.

Fig. 55 – Daga kofiya Hassan Abdi A4 : plan (relevé R. Joussaume)

96HA 6 : Il s’agit une fois encore d’un petit monument en très mauvais état de conservation. La table, cassée en deux morceaux, gisait à côté des piliers. Nous l’avons remise en place sans pratiquer de fouille.

97HA 7 et 8 (fig. 56) : C’est l’ensemble le plus intéressant que nous ayons trouvé dans le Chercher.

98Construites à flanc de montagne, ces deux cistes jumelles sont situées dans le prolongement, à 2,80 m l’une de l’autre.

Fig. 56 – Daga kofiya Hassan Abdi A7-A8 : plans et coupes de monuments jumeaux (relevés R. Joussaume)

99La table de la ciste n° 7, au nord, mesure 2,25 m de long et 1,60 m de large pour une épaisseur de 30 cm. Elle recouvre une chambre rectangulaire dallée, longue de 1,60 m pour une largeur moyenne de 70 cm. La hauteur entre le dallage et la face inférieure de la dalle de couverture est de 65 cm. Les deux côtés de la chambre sont formés chacun de deux piliers de 20 cm d’épaisseur. Les extrémités sont fermées par des pierres plates bien équarries hautes de 60 cm.

100Au nord, un mur en pierres sèches, en arc de cercle, de hauteur décroissante de l’ouest vers l’est, maintient la terre située en arrière.

101Le côté ouest de la chambre se prolonge au sud par un mur en pierres sèches, alors que deux dalles dressées juxtaposées prolongent vers l’est l’autre côté, l’ensemble formant une antichambre ou couloir d’accès qui peut être resté à ciel ouvert. Dans cet espace dallé fut recueillie une petite stèle cylindrique comparable à celle que nous avons trouvée dans le monument HA 1 de ce même groupement.

102La dalle de couverture du daga kofiya n° 8, au sud du premier, est de forme irrégulière. Elle atteint 1,90 m de long et 1,50 m de large. Elle abrite une chambre rectangulaire longue de 1,40 m et large de 65 cm, dallée, elle aussi, en opus incertum. Quelques pierres posées sur le dallage, au nord, devaient servir à maintenir la tête du défunt.

103Le côté ouest se prolonge au nord par un parement bien construit en direction du monument n° 7 mais ne le rejoint pas dans l’état actuel du site.

104Le côté ouest se prolonge au sud par un mur oblique en pierres sèches limitant une surface dallée. Un espace aménagé dans ce dallage permettait de recevoir une stèle oblongue haute de 80 cm, que nous avons trouvée gisant en deux morceaux sur ce dallage. Elle rappelle la stèle triangulaire plantée pareillement dans le monument n° 3 de Raré à Tchaffé.

105Un grand racloir en calcaire fut également découvert dans ce daga kofiya n° 8, comparable à la pièce trouvée dans le monument n° 3 de Raré.

106HA 9 : Ciste dolménique effondrée dont la table mesure 2,40 m de long, 2, 20 de large et de 15 à 25 cm d’épaisseur.

107HA 10 (fig. 57) : Le côté ouest de la dalle de couverture, longue de 2,90 m pour 1,80 m de large, repose sur la roche en place. La chambre rectangulaire, dans laquelle subsiste une partie du dallage, mesure 1,60 m de long et 60 cm de large. Deux dalles dressées au nord forment, avec la roche en place aménagée, une petite cellule ouverte au nord-est comme c’est souvent le cas. Dans cette chambre comme dans celles des monuments 1 et 7 de Hassan Abdi se trouvait une petite stèle cylindrique haute seulement de 15 cm.

Groupe HB

108Ce deuxième groupe à Hassan Abdi ne se compose que de quatre monuments situés au flanc de la montagne, de l’autre côté de la vallée, face au groupement HA. Le plan de ces monuments, qui n’ont pas été fouillés, n’a pas été relevé.

109HB 1 : Ciste mégalithique très dégradée. La dalle de couverture est cassée. L’espace entre deux rangées de piliers parallèles est de 50 cm. 3,10 m séparent deux dalles dressées à chaque extrémité qui ne peuvent correspondre aux dalles de fermeture de la chambre.

110HB 2 : Ciste dolménique très dégradée dont les piliers sont renversés. La table mesure 2,10 m de long, 1,30 m de large et 0,20 m d’épaisseur.

111HB 3 : Ciste dolménique située à 8 m de la précédente, en très mauvais état : table fracturée et piliers renversés.

112HB 4 : Ciste dolménique caractérisée par sa très grosse dalle de couverture, longue de 2,50 m pour une largeur de 2 m et une épaisseur de 0,70 m, soutenue par deux séries parallèles de gros piliers. On peut estimer à plus de 7 tonnes le poids de cette table.

Fig. 57 – Daga kofiya Hassan Abdi A10 : plan (relevé R. Joussaume)

d. Nord de Chélenko

113Les monuments dont nous allons parler maintenant n’ont été l’objet d’aucune fouille ni relevé de plan. En effet, partis de Sourré Kabanawa le matin de bonne heure, il nous a fallu huit heures de marche, uniquement pour les recenser. Il est à peu près certain que bien d’autres daga kofiya existent dans cette région mais nous n’avons pas eu le temps d’étendre nos investigations plus loin. Nous allons nous contenter ici de citer ceux que nous avons vus.

114Ganda Hassan Yossouf Oflé : deux cistes dolméniques récemment bouleversées et quatre autres dont trois sont très proches les unes des autres.

115Ganda Hamo : Nous avons vu là trois cistes dolméniques à flanc de montagne mais il doit y en avoir bien d’autres au milieu des nombreuses pierres de cette région.

116Ganda Galmo : Deux cistes dolméniques. Pour l’une d’elles, les bâtisseurs ont utilisé un espace naturel, au milieu des rochers, qu’ils ont recouvert d’une table de pierre. À l’intérieur, les parois sont couvertes de nombreux traits plus ou moins profondément gravés. Nous avons trouvé des traits identiques, associés à un dessin complexe exécuté par piquetage, sous un gros rocher naturel, à Ganda Hassan Abdi.

117C’est également à Ganda Galmo que nous avons vu un monument dérivé des cistes dolméniques classiques. Un couloir naturel, long de 3 m et large de 80 cm, entre deux séries de blocs en place, a été recouvert de quatre dalles. L’une des extrémités était encore fermée par une pierre lors de notre visite. Des fouilles avaient été récemment pratiquées par les habitants du lieu. Dans les déblais gisaient quelques ossements d’équidés.

118Dans ce secteur nous avons recensé une douzaine de daga kofiya.

119En 1974 nous avions connaissance de 92 daga kofiya répartis en plusieurs groupes entre les deux régions de Dobba et Chélenko, auxquels il faut ajouter ceux qui nous ont été signalés au nord de Karamillé ainsi qu’à Kararou et jusqu’à Ourso, dont nous ignorons le nombre. Une note (2R. 66) non signée, mais qui pourrait être du Père Azaïs, trouvée dans les archives éthiopiennes du couvent des Capucins à Toulouse mentionne : « Un dolmen nous avait été signalé à Kararou. Nous en constatons l’existence sur cette colline où il se trouve. Nous ne tardons pas à en découvrir une foule d’autres, séparés chacun d’une légère distance. Nous en comptons au moins une trentaine formant une véritable nécropole dolménique... Sur la colline voisine, un peu plus élevée, un plus grand nombre encore de dolmens forment une nouvelle nécropole. Ces deux collines dominent le désert à la hauteur de la station de Ourso. »

120Au total, en tenant compte de la note trouvée à Toulouse, que nous n’avons pu contrôler sur le terrain, ce sont environ 160 daga kofiya qui ont été recensés dans les monts du Harar en deux ensembles centrés sur Dobba et Chélenko. Si chacune des tombes mégalithiques abritait le corps d’une seule personne, ces monuments, édifiés probablement par plusieurs générations, ne devraient représenter qu’une très faible proportion de la population de l’époque et s’adressaient donc, sans doute, à un groupe social particulier. Deux questions se posent alors : qui étaient les personnes déposées dans les daga kofiya et où sont les autres corps ?

e. Matériel archéologique recueilli dans les daga kofiya de la région de Chélenko

121À Sourré Kabanawa, les vestiges archéologiques recueillis dans les cistes dolméniques des différents groupements sont d’une très grande indigence. On pourrait noter ici ou là un ou deux petits tessons de poteries dans les terres autour des monuments. Mais l’intérieur des chambres, pourtant souvent rempli de 30 à 50 cm de terre fine au-dessus du dallage, n’a jamais rien donné sauf dans les cinq cas suivants.

122Ciste A 7 : une stèle polyédrique en calcaire d’une vingtaine de centimètres de hauteur.

123Ciste Β 3 : Un grattoir élevé en silex qui fut probablement un nucléus réutilisé (fig. 39 b.1, p. 65) ; un fragment de jatte carénée (fig. 39 b.2, p. 65) et une petite bouteille en verre (fig. 39 b.3, p. 65). Nous connaissons trois autres petites bouteilles dans des monuments du Chercher : une dans un des plus gros tumulus fouillé à Sourré Kabanawa, et deux autres dans le monument à chambre circulaire et cellule latérale de Raré à Dobba, dont une était remplie de khôl (poudre d’antimoine utilisée comme fard) (cf. tumulus Raré p. 97-117).

124Ciste C 1 : C’est la seule des cistes dolménique fouillées qui contenait encore un squelette humain dont nous avons décrit la position lors de la présentation du monument. Elle n’était malheureusement accompagnée d’aucun dépôt archéologique et ne portait aucun élément de parure ni ornement. Nous ne pouvons juger de son attribution chronologique en absence de datation 14C.

125Ciste C 2 : C’est dans un espace aménagé à l’une des extrémités de la chambre que fut découverte une petite poterie contenant 67 piécettes arabes en argent (fig. 46.1, p. 72 et 46.2, p. 74). Il s’agit, comme nous l’avons déjà dit, d’une cachette relativement récente qui n’a aucun rapport avec l’utilisation première du daga kofiya. Dans la chambre même fut recueilli un gros racloir en pierre dure qui rappelle une pièce comparable trouvée dans la ciste n° 3 de Raré. Nous y avons aussi découvert un fragment de stèle polyédrique comparable à celle de la ciste A 7 de Sourré Kabanawa.

126Ciste C 3 : À l’intérieur de cette ciste se trouvait un cauri scié et quelques tessons de poteries sans grand intérêt. Rien ne permet d’affirmer que ce cauris ait une haute antiquité quand on sait que ce coquillage est encore utilisé pour décorer des poteries dans de nombreuses sociétés du sud de l’Éthiopie.

127Quelques petits tessons de poteries ont été recueillis dans certaines cistes dolméniques de Hassan Abdi qui n’apportent rien à notre connaissance. Seules trois petites stèles en pierre sont à signaler dans trois monuments (fig. 58) que nous devons comparer à celles de Raré (fig. 24, p. 47 et fig. 59).

Fig. 58 – Trois petites stèles en calcaire provenant de différents daga kofiya de Mijou et Hassan Abdi (cliché R. Joussaume)

Fig. 59 – Stèle triangulaire de Raré à Chaffé (cliché R. Joussaume)

B. Implantation, orientation, construction et datation

1. Implantation

128Les cistes dolméniques, en Éthiopie (daga kofiya), se trouvent uniquement dans le Chercher. En 1928, H. Neuville signalait un « dolmen sur la montagne de Lalamba, dans le Taka, composé de deux supports seulement et d’une table ». Il est bien difficile de se prononcer sur la nature exacte de ce monument mais ce n’est pas obligatoirement un daga kofiya. Il se pourrait que ce fut un simple porche trilithe de monument à chambre circulaire et cella, ou tout autre chose. Un contrôle sur place serait nécessaire.

129La répartition des cistes dolméniques du Harar mérite que nous nous y attardions quelque peu.

130Actuellement nous ne connaissons que deux centres où existe ce type architectural : le centre de Dobba et celui de Chélenko, séparés d’une trentaine de kilomètres au niveau de la route des crêtes. Des prospections assez largement étendues nous ont montré que le centre de Dobba se poursuivait au nord en direction d’Afdem, alors que celui de Chélenko s’approche d’Ourso d’après le manuscrit retrouvé à Toulouse qu’il faut certainement attribuer au Père Azaïs. Il ne paraît pas exister de daga kofiya entre ces deux régions, le monument de Bio Karamillé, signalé par Azaïs, n’étant pas de ce type. Il se pourrait toute-fois que ces deux centres se rejoignent par le nord. Il serait donc très utile de conduire une prospection entre ces deux zones pour s’en assurer. Remarquons cependant que le Père Azaïs, qui fit le voyage à dos de mulet, n’en signale aucun.

131Je sais, pour y avoir prospecté un certain temps, qu’aucune ciste mégalithique n’est connue dans la région de Deder où l’on trouve cependant plusieurs grands tumulus et des enceintes muraillées.

132Ayant remarqué que des tumulus se mêlaient fréquemment aux ensembles dolméniques, il nous fallait vérifier si ces divers monuments pouvaient, ou non, être contemporains et avoir un rapport quelconque. À l’ouest de Dobba où les tumulus sont nombreux et imposants, aucune ciste dolménique n’est signalée. Aucune non plus à l’est de Chélenko jusqu’aux abris à peintures rupestres de Laga Oda. Au sud-est de Chélenko, dans le Gara Mulata que nous avons parcouru, rien à signaler non plus. Ces différentes observations contribuèrent à nous faire penser que les bâtisseurs des cistes dolméniques étaient installés sur le versant nord du massif du Chercher, face au désert Danakil, et n’avaient rien à voir avec ceux qui élevèrent les tumulus dont l’aire de répartition était beaucoup plus vaste. Les datations obtenues par la suite devaient confirmer ces déductions.

133Notons aussi que si l’aire de répartition des cistes dolméniques de la région de Chélenko recouvre partiellement celles des abris à peintures rupestres (Laga Oda, Sourré, Wyber, Ourso), aucun abri à peintures n’est connu sur le territoire des cistes dolméniques de Dobba (fig.60). Nous devrions en déduire que ces deux manifestations préhistoriques (mégalithes et peintures rupestres) ne sont pas contemporaines, les peintures de troupeaux de bovins paraissant plus anciennes que le mégalithisme funéraire des cistes dolméniques. Cela reste toutefois à être prouvé de manière précise d’autant que des peintures rupestres semblent avoir été produites sur le long terme jusque dans des périodes relativement récentes pour certaines d’entre elles (Joussaume 2007). Il est en particulier impossible de faire la part des choses entre les peintures des troisième, deuxième et premier millénaires comme entre les différents styles repérés, si tant est que ces styles correspondent à des époques différentes, et savoir ce qui pourrait appartenir au IIe millénaire avant J.-C. qui serait celui de l’édification des cistes dolméniques de la région.

134Les cistes dolméniques que nous avons visitées ne sont que très rarement isolées. Le plus souvent elles sont groupées en de véritables nécropoles. Beaucoup de destructions ont été pratiquées parmi ces mégalithes probablement en rapport avec la mise en culture des terres, mais aussi par les chercheurs de trésor. Actuellement les daga kofiya existants se dressent dans des zones incultes où les pierres sont nombreuses.

135Dans la région de Sourré Kabanawa subsistent 35 daga kofiya que j’ai répartis en trois groupes pour en faciliter l’étude. Une intense prospection de cette zone a montré qu’en fait il s’agissait d’un même ensemble ; des vestiges de plusieurs mégalithes subsistent entre chacun des trois groupements. Le groupement A à Ganda Mijou est installé pratiquement sur le sommet d’une montagne où pousse une végétation arbustive au milieu des blocailles. Les dalles de deux à trois mètres de long sont nombreuses. Il y avait donc peu de travail de manutention pour édifier les mégalithes. Ici, quatre cistes dolméniques sont si proches que leurs tables se touchent deux à deux (fig. 49.3, p. 77), deux autres sont à quelques mètres seulement. Deux monuments à chambre circulaire et cellule latérale (n° 1 et 2), ont été creusés au milieu des daga kofiya de cet ensemble ce qui laissait penser à F. Azaïs, idée reprise par G. Bailloud (1963), que les seconds étaient édifiés au-dessus des premiers. Il n’en est rien : toutes les fouilles pratiquées largement et profondément autour des cistes dolméniques n’ont jamais permis de trouver un monument à chambre circulaire aménagé au-dessous.

Fig. 60 – Carte de répartition des sites à art rupestre reconnus dans le Harar (R. Joussaume, D. Bouakaze Khan et B. Poisblaud)

136Mais nous ne connaissons aucun daga kofiya entre le groupement de Sourré Kabanawa et celui de Hassan Abdi au sud. Environ deux heures de marche séparent ces deux zones à daga kofiya.

137On peut en déduire que les bâtisseurs de daga kofiya, dans lesquels ils déposaient leurs morts de manière individuelle, étaient des agriculteurs-éleveurs, qui vivaient, dans la première moitié du IIe millénaire avant J.-C., en petites communautés, sur un territoire de quelques kilomètres de diamètre. Il est bien difficile d’aller beaucoup plus loin dans une approche de la société si ce n’est pour dire que les tombes mégalithiques devaient ne concerner qu’une partie de la population.

2. Orientation

138Nous avons noté l’orientation à la boussole de l’axe médian des chambres rectangulaires de 54 cistes dolméniques (fig. 61-62). Il découle de nos observations que les constructeurs ne se préoccupaient guère d’orienter leurs monuments sur un point particulier du ciel. Un seul souci présidait à l’édification de la ciste : sa facilité d’installation dans la pente du terrain.

Fig. 61.a – Orientation des cistes dolméniques de Sourré Kabanawa, groupement A

Fig. 61.b – Orientation des cistes dolméniques de Sourré Kabanawa, groupement B

Fig. 61.c – Orientation des cistes dolméniques de Sourré Kabanawa, groupement C

Fig. 62.a – Orientation des cistes dolméniques de Dobba

Fig. 62.b – Orientation des cistes dolméniques de Hallayou

Fig. 62.c – Orientation des cistes dolméniques de Hassan Abdi

139Certains groupements, en particulier le groupement C de Sourré Kabanawa, auraient pu tromper l’observateur : l’axe de tous les monuments est sensiblement aligné sud-est/nord-ouest. En fait, les daga kofiya sont construits le long d’une falaise rectiligne qui borde la vallée d’une rivière, et sont adossés à la pente du terrain. Il s’agit donc d’une orientation fortuite. L’étude du site de Hassan Abdi prouve que les auteurs des daga kofiya ne cherchaient aucune orientation préférentielle mais uniquement la simplicité de l’édification.

140Évidemment ces remarques nous conduisirent à penser que les cistes dolméniques du Harar étaient des monuments préislamiques ce que les datations 14C sont venues confirmer.

3. Construction

141Les cistes des monts du Tchercher sont le plus souvent construites à flanc de montagne dans une zone où les dalles de calcaire sont abondantes. Cette position dans la pente du terrain fait que fréquemment la dalle de couverture touche le sol par l’un de ses grands côtés. Il y a donc de grandes similitudes entre l’édification de ces monuments et ceux de l’Afrique du Nord qui, par ailleurs ont des dimensions très voisines (G. Camps 1962). Ce n’est sans doute qu’un phénomène de convergence résultat de conditions géographiques et géologiques comparables.

142Dans un lieu où les dalles calcaires existent à l’état naturel, les bâtisseurs commençaient par creuser le flanc de la montagne pour obtenir une surface horizontale (fig. 63, I) sur laquelle étaient implantées deux séries de piliers parallèles entre eux et perpendiculaires à la pente du terrain (fig. 63, II). Ces piliers, ou orthostates, généralement bien équarris et d’une hauteur qui peut atteindre 1 m, étaient espacés de 50 à 90 cm. Ils étaient maintenus en place par un blocage de pierres qui atteignaient la dalle de couverture du côté de la montagne. Une murette de pierres sèches prolongeait alors ce côté à chaque extrémité afin de maintenir les terres qui auraient coulé dans la pente. Puis, un dallage en opus incertum était posé dans la chambre à la fois pour bloquer la face interne des longs côtés et pour recevoir le corps du défunt. La couverture de l’espace funéraire se faisait à l’aide d’une dalle, située dans la pente au-dessus du monument, qui était glissée sur les orthostates verticaux probablement à l’aide de leviers en bois. La fermeture des petits côtés était obtenue par des dalles de faibles dimensions fichées dans le sol. Ce n’étaient donc pas des piliers : ils ne servaient jamais à soutenir la table et étaient donc facilement amovibles. En arrière de ces « portes », de petits espaces étaient aménagés, souvent aux deux extrémités, qui pouvaient servir à accéder à la chambre funéraire et devaient contenir les offrandes, voire une petite stèle. Enfin un entassement de pierres autour du monument, et plus spécialement aux extrémités et sur le long côté face à la vallée, formait un petit cairn qui rendait le coffre hermétiquement clos (fig. 63, III). Sous l’effet des intempéries et des prélèvements de pierres le tumulus se dégrade peu à peu laissant apparaître la dalle de couverture de la chambre funéraire (fig. 63, IV). Les cistes dolméniques du Chercher étaient donc recouvertes d’un cairn et auraient, ailleurs, pu être appelées « dolmens simples » qui seraient ainsi les plus vieux dolmens actuellement connus en Éthiopie. Toutefois, ils ne devaient contenir qu’un seul corps alors que les dolmens européens seraient des tombes collectives comme ceux du haut plateau malgache ou de l’île de Sumba en Indonésie, dont certains ne sont pas plus grands que ceux d’Éthiopie, pour ne citer que ces deux exemples.

Fig. 63 – Schéma d’édification théorique d’un daga kofiya (I à III) et de la dégradation de son tumulus de recouvrement (R. Joussaume)

143Dans la plupart des daga kofiya les petites fermetures ont disparu et il ne reste aucune trace du personnage déposé sur le dallage, résultat probable de l’action de pilleurs de tombes dans un passé plus ou moins proche.

4. Datation

144Quatre datations par la mesure du 14C ont été obtenues au laboratoire des faibles radioactivités de Gif-sur-Yvette (France) pour des charbons de bois provenant de trois daga kofiya.

  • Tchalalaka : Gif 2397 : moderne.
  • Sourré Kabanawa n° 6 : Gif 3288 : 940 ± 90 BP
  • Hassan Abdi n° 2, la première au sud et la seconde au nord du fond de la chambre, sur deux foyers différents : Gif 3040 : 3200 ± 100 BP et Gif 3039 : 3450 ± 100 BP

145La datation de Tchalalaka indique un dépôt moderne, celle de Sourré correspond à une réutilisation vers le XIe-XIIe siècle de notre ère. Les deux dernières, comme nous l’avons déjà dit, doivent correspondre à la période d’édification du monument funéraire dans la première moitié du IIe millénaire avant J.-C. En théorie, cette datation devrait situer l’utilisation première des daga kofiya parallèlement à la seconde phase des peintures rupestres de Sourré et Laga Oda, aux personnages en H et aux bovinés à robes cloisonnées (fig. 13 b, p. 27). Nous savons toutefois que les zones à peintures rupestres et celles à daga kofiya ne se recouvrent que partiellement (fig. 60, p. 90), ce qui diminue considérablement l’intérêt de cette remarque et nécessite de nouvelles prospections.

146Rien en Afrique de l’Est ne permettait d’avancer, à l’époque de nos premiers travaux, un âge concernant les cistes dolméniques du Harar, même si nous pensions déjà qu’il serait probablement utile de regarder du côté du Yémen. Ces monuments, isolés dans les montagnes de cette région, étaient considérés comme le produit d’une génération spontanée (Bailloud 1959) probablement édifiés à l’époque « médiévale ». Au Yémen, des monuments morphologiquement comparables, encore assez mal datés dans les années 1970 où ils furent signalés par G. Benardelli et A.-E. Parinello (1971) puis par Roger de Bayle des Hermens (1976), sont désormais datés de l’Âge du Bronze yéménite à la fin du IIIe et au IIe millénaire avant J.-C. (Khalidi 2006). Les daga kofiya du Chercher, dans ce que l’on en sait par ces deux dates, parfaitement insuffisantes, d’un monument de Hassan Abdi, pourraient être contemporains des dolmens yéménites de la plaine côtière de la Tihäma. Nous ne possédons malheureusement aucun argument complémentaire pour établir un rapprochement possible entre ces deux centres de mégalithisme funéraire séparés par la mer Rouge ; aucune céramique, aucun assemblage lithique ou autre, n’ayant été découvert dans les cistes dolméniques du Chercher. Nous savons cependant, par des études de M.-L. Inizan et V.-M. Francaviglia (2002), puis par les observations de Lamya Khalidi (2006) que des obsidiennes d’Éthiopie, sous forme de microlithes géométriques en particulier (segments), se retrouvent dans des cultures néolithiques du Yémen, donc antérieurement, puis parallèlement aux dolmens des deux régions, ce qui implique des rapports précoces entre les deux côtés de la mer Rouge. Reste à étudier plus en profondeur ces deux mégalithismes qui pourraient trouver d’autres parallèles dans les pierres dressées telles celles de al-Manasïb et des alignements de al-Muhandid au Yémen, avec celles de Loyada, première phase, à Djibouti (Joussaume 2005) et celles de la Rift Valley en Éthiopie (Joussaume 1995, 2007, Joussaume et Cros, 2014).

C. Conclusions relatives à l’étude des daga kofiya du Chercher

147À partir des mesures effectuées sur 41 monuments en bon état de conservation nous retiendrons que les dalles de couvertures des cistes dolméniques mesurent entre 1,50 m et 3,10 m de longueur, 1,20 m et 2,80 m de largeur et 0,15 m à 1,10 m d’épaisseur. Quant à la chambre rectangulaire sa longueur varie de 1,30 m à 1,60 m, sa largeur de 0,50 m à 0,90 m et sa hauteur sous plafond de 0,40 m à 0,80 m. Ce qui conduit à retenir que la longueur moyenne d’une dalle de couverture est 2,25 m, pour une largeur moyenne de 1, 80 m et une épaisseur moyenne de 0,30 m. Cette table recouvre une chambre rectangulaire dallée en opus incertum dont les dimensions moyennes sont les suivantes ; L = 1,45 m, 1 = 0,65 m et h= 0,60 m.

148Les deux grands côtés sont formés de piliers (ou orthostates) le plus souvent bien équarris qui peuvent dépasser 1 m de hauteur. Les deux autres côtés ne sont constitués que des petites dalles de fermeture n’ayant aucun rôle dans l’équilibre de l’ensemble. Cette architecture est parfois complétée par deux petites cellules situées à chaque extrémité de la chambre funéraire, le plus souvent partiellement couvertes par la table. L’édifice est maintenu en place par un blocage de pierres de toutes tailles, sorte de petit cairn qui pouvait laisser apparaître une partie de la dalle de couverture. L’existence d’une pierre dressée a été reconnue dans le passage d’entrée de deux cistes dolméniques. D’autres furent découvertes dans la chambre de deux autres monuments.

149Les daga kofiya éthiopiens, édifiés dans la première moitié du IIe millénaire avant notre ère, sont groupés en de véritables nécropoles plus ou moins importantes (Chaffé, Sourré Kabanawa, Hassan Abdi). Un grand vide a été remarqué entre les centres de Chaffé et de Sourré Kabanawa distants de près de quarante kilomètres et nous avons noté qu’il y a environ deux heures de marche entre deux groupements d’un même centre, laissant à penser que les utilisateurs formaient des petites communautés sédentaires. Celles-ci pourraient être en partie les auteurs des peintures rupestres des abris rocheux qui ne se trouvent du côté du centre de Chélenko (Sourré, Ourso, Laga Oda). Toutefois aucun art rupestre n’a encore été reconnu du côté du centre mégalithique de Dobba alors que les abris rocheux à art rupestre débordent largement à l’est de Harar où aucun dolmen n’a été observé (fig. 60, p. 90).

150Si l’on est en droit de penser, grâce à la découverte du squelette de Sourré Kabanawa, que les cistes dolméniques étaient des monuments funéraires destinés à ne recevoir chacun qu’une seule personne – ce que les dimensions mêmes de la ciste laissaient présumer – nous ne savons pratiquement rien de la vie matérielle et spirituelle de leurs bâtisseurs. En effet les vestiges recueillis sont d’une pauvreté décevante et le plus souvent ne possèdent aucune valeur archéologique. L’existence d’une rare industrie lithique en silex ou en obsidienne ne nous est d’aucune utilité car elle peut être très récente, tout comme le sont la plupart des tessons de céramiques rencontrés. Des offrandes sont encore faites de nos jours auprès de quelques cistes dolméniques, qui consistent en particulier à brûler de l’encens sur des braises déposées sur un tesson de poterie.

151Reste la question de ces petites stèles (ou bétyles) que nous avons trouvées lors des fouilles de plusieurs monuments (fig. 58, p. 87 et fig. 59, p. 88).

152En Afrique du Nord (Algérie et Tunisie) où les dolmens forment de très grandes nécropoles, G. Camps (1962) considère « ces pierres auxquelles on a donné une forme grossièrement cylindrique se terminant en cône plus ou moins effilé » comme des symboles phalliques et remarque que « le mégalithe funéraire est souvent, quelle que soit sa forme, un symbole de fertilité et de fécondité ». Faut-il attribuer un symbolisme identique aux petites stèles et cistes dolméniques du Harar ? Pourquoi pas ! Toutefois, si nous n’avons vraiment pas suffisamment d’éléments pour en juger, nous retiendrons qu’ici, comme en Afrique du Nord, l’association des petites stèles à des monuments de type dolmen est à souligner.

153Beaucoup de monuments ont été détruits. Il est impossible d’évaluer le nombre de daga kofyia qui furent édifiés et sur combien d’années. Groupés par ensembles assez restreints, ils sont le fait de petites communautés sédentaires, peut-être agricoles, organisées probablement en chefferies dont seules les élites devaient avoir droit au dépôt de leur corps dans un daga kofiya construit le plus souvent auprès de ceux de leurs ancêtres. Nous devons alors nous interroger sur la découverte du squelette d’une femme dans un daga kofiya à moins de considérer que le prestige d’une femme ait été reconnu à cette époque, ou que le corps fut déposé là à l’occasion d’une réutilisation de la tombe plus tardivement, ce qu’aucune datation ne vient contredire.

154Des prospections nombreuses des régions à daga kofiya sont à entreprendre pour tenter de retrouver les lieux de vie de ces bâtisseurs. Elles apporteraient probablement beaucoup à la connaissance de ces sociétés disparues.

Notes

1 Des coutumes païennes ont survécu parfois jusquʹà nos jours alors quʹune nouvelle religion a été adoptée par la population. Cʹest ainsi quʹen pays Hadiya, situé à lʹouest des grands lacs de la Rift Valley, il nʹest pas rare de voir une stèle dʹaspect phallique dressée sur la tombe dʹun musulman.

2 Azaïs, op. cit., p. 47.

Table des illustrations

Légende Fig. 17 – Chalalaka : Plan de cistes dolméniques jumelles (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Légende Fig. 18 a – Ciste dolménique (daga kofiya) n° 1 de Raré : plan et coupe du monument (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Fig. 18 b – Industrie lithique recueillie lors de la fouille (dessin R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Fig. 19 – Ciste dolménique (daga kofiya) n° 2 de Raré : plan et coupe du monument (plan R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Fig. 20 – Section au niveau des cistes dolméniques A et Β de Rare (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Fig. 21 – Ciste dolménique (daga kofiya) n° 3 de Raré : a) plan du monument ; b) coupe Est-Ouest ; c) coupe Nord-Sud (relevés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Légende Fig. 22 – Grand racloir en roche dure provenant du daga kofiya n° 3 de Raré (dessin R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 23 – Ciste dolménique (daga kofiya) n° 3 de Raré : 1) Vue générale du daga kofiya ; 3) Grand racloir provenant de Raré 3 ; 2 et 5) Petite stèle triangulaire accompagnant une dalle mégalithique sur le sol, une autre petite stèle allongée est dressée à droite de cette dalle ; 4) petite stèle trouvée dans la ciste A1 de Hassan Abdi (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Légende Fig. 24 – Rare : Une stèle allongée et une petite stèle triangulaire ont été dressées de part et dautre d’une dalle posée à plat sur une plateforme naturelle, dans un espace partiellement limité par des dalles dressées (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 25 – Daga kofiya de Ganda Kadana (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 26 a et b – Quelques vestiges recueillis lors des fouilles des cistes dolméniques de Chalalaka (dessins de R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Fig. 27 – Carte des régions de Sourré Kabanawa au nord et Hassan Abdi au sud avec situation des sites à cistes dolméniques et à tumulus (DAO Teddy Taraud)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Fig. 28 a – Groupe A des cistes dolméniques de Mijou (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 28 b – Sourré Kabanawa : daga kofiya A1 de Mijou, plan et coupe (relevés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 29 – Sourré Kabanawa : daga kofiya A2 de Mijou, plan et coupe (relevés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Fig. 30 – Daga kofiya A3 de cet ensemble (relevés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende Fig. 31 – Daga kofiya Mijou A4 : plan, vues latérales et section (relevés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende Fig. 32 – Daga kofiya Mijou A5 : plan, vues latérales et section (relevés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Fig. 33 – Daga kofiya Mijou A6 (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 34 – Daga kofiya Mijou A7 : pian, vue latérale et section (relevés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Fig. 35 – Daga kofiya Mijou A8 : plan et section (relevés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Fig. 36 – Daga Kofiya : 1) Sourré C 2 ; 2) Mijou Β 3 ; 3) Mijou Β 2 (cliché R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Légende Fig. 37 – Daga kofiya Mijou B1 : plan et section (relevés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Fig. 38 – Daga kofiya Mijou B2 : plan et section (relevés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Légende Fig. 39 b – un nucléus, une petite bouteille en verre et un bord de poterie carénée provenant de la chambre mégalithique (dessins R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig. 40 – Daga kofiya Mijou B4 : plan (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende Fig. 41 – Daga kofiya Mijou B5 : plan et section (relevés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 42 – Daga kofiya Mijou B6 : plan et section (relevés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 43 – 1) Daga Kofiya Sourré C 3 avec une petite stèle triangulaire à l’entrée ; 2) dallage de la ciste dolménique de Sourré C 2
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 44 – Daga kofiya Sourré Cl avec une partie de son cairn et contenant un squelette en position fléchie sur le dallage de la chambre (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Légende Fig. 45 – Daga kofiya Sourré C1 : squelette sur le dallage et différentes vues de la tête (clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende Fig. 46.1 – Daga kofiya Sourré C2 : létoile signale l’emplacement où fut trouvée une petite poterie au col cassée dans laquelle se trouvaient 67 pièces de monnaies arabes (dessins et clichés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 46.2 – 24 des 67 pièces de monnaies recueillies dans la ciste dolménique C2 de Sourré Kabanawa (cliché R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende Fig. 47 a – Daga kofiya Sourré C3 : plan et section (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 47 b – Coupe
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 48 – Daga kofiya Sourré C4 : plan (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Fig. 49 – Cistes dolminiques de Sourré : A 2, A 7 et groupement A (cliché R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 50 – 1 : Daga Kofiya A7 de Hassam Abdi ; 2 : Daga Kofiya Β1 de Mijou ; 3 : Daga Kofiya de Ganda Karkassa (Afden) [clichés R. Joussaume]
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 51 – Daga kofiya de Hallayou 1 : plans et coupes (relevés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 52 – Daga kofiya de Hallayou 2 : plan et coupes (relevés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 53 – Daga kofiya de Hallayou 4 : plan et coupes (relevés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 54 a – Daga kofiya Hassan Abdi A2 : plan (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 54 b – Daga kofiya Hassan Abdi A2 : coupe (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 55 – Daga kofiya Hassan Abdi A4 : plan (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Fig. 56 – Daga kofiya Hassan Abdi A7-A8 : plans et coupes de monuments jumeaux (relevés R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 57 – Daga kofiya Hassan Abdi A10 : plan (relevé R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 58 – Trois petites stèles en calcaire provenant de différents daga kofiya de Mijou et Hassan Abdi (cliché R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 59 – Stèle triangulaire de Raré à Chaffé (cliché R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Fig. 60 – Carte de répartition des sites à art rupestre reconnus dans le Harar (R. Joussaume, D. Bouakaze Khan et B. Poisblaud)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 61.a – Orientation des cistes dolméniques de Sourré Kabanawa, groupement A
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 61.b – Orientation des cistes dolméniques de Sourré Kabanawa, groupement B
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 61.c – Orientation des cistes dolméniques de Sourré Kabanawa, groupement C
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 62.a – Orientation des cistes dolméniques de Dobba
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 62.b – Orientation des cistes dolméniques de Hallayou
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 62.c – Orientation des cistes dolméniques de Hassan Abdi
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 63 – Schéma d’édification théorique d’un daga kofiya (I à III) et de la dégradation de son tumulus de recouvrement (R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/780/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

© Centre français des études éthiopiennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540