Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mégalithisme dans le Chercher en Éthiopie

 | 
Roger Joussaume

Chapitre I. Mégalithismes dans le Harar

Texte intégral

A. Les montagnes du Harar (Chercher) : un peu d’histoire et de géographie

1À l’est de l’Éthiopie, les monts du Chercher constituent la bordure sud de l’ouverture en entonnoir de la Rift Valley. La partie la plus élevée de cette chaîne montagneuse, d’orientation générale sud-ouest/nord-est, s’allonge sur plus de 200 km (fig. 12). Son point culminant est le Gara Mulata (3 381 m) situé au sud de Kouloubi, centre religieux très important pour les chrétiens orthodoxes éthiopiens. De la ligne de crête, sur laquelle serpente la route qui joint Asbe Tafari à Harar, de nombreuses rivières descendent vers le sud pour alimenter le fleuve Wabi Shebeli. Celui-ci prend sa source dans le Sidama à l’est de Dilla. Il contourne le massif du Balé par le nord et, traversant l’Ogaden, va se jeter dans l’océan Indien au sud de la Somalie, formant un immense bassin qui, pour des raisons politiques avec la Somalie, n’a encore fait l’objet d’aucune recherche archéologique à ce jour.

  • 1 Depuis le début des années 1970 beaucoup dʹhabitants ont adopté la maison quadrangulaire au toit de (...)

2Les hauteurs du Chercher constituent une région très verdoyante où un habitat de maisons rondes au toit de paille (les toukoules), parsemait la campagne1 aux alentours de 2 000 m d’altitude. Sur les pentes largement déboisées par les hommes au cours des temps, l’élevage de bœufs et de moutons accompagne la culture du sorgho, du tef, d’un café renommé et du kat (ou chat), arbuste aux feuilles toxiques largement consommé par toute une population régionale jusqu’au Yémen.

3Le versant nord des monts du Harar descend de manière beaucoup plus rapide sur le désert Danakil ou coule l’Awash, sur les bords duquel est née Lucie (Autralopithecus Afarensis) voici plus de 3 millions d’années. Il finira son trajet, très affaibli, dans le lac Abbé à la frontière avec la République de Djibouti.

4Sur une colline granitique, à 1 885 m d’altitude, Harar, capitale du royaume Harari entre 1520 et 1568, quatrième ville sainte musulmane dit-on, est renommée pour ses murailles hautes de 4 m (Jegol) qui entourent la vieille ville. Elles furent édifiées du temps de l’émir Nûr Ibn-Mujahid, maître de Harar, vers 1550 de notre calendrier. Leur rôle était de protéger la ville musulmane contre les attaques des Oromos païens originaires du sud du pays et des Amharas chrétiens venant de l’ouest. La ville aurait été créée au XIIIe siècle par un Imam venu de l’Ifat, sultanat établi à cette époque dans le centre-est de l’Éthiopie. Toutefois des traces d’une islamisation plus précoce ont été retrouvées dans plusieurs sites des montagnes du Harar. L’archéologie va nous montrer, à travers les peintures rupestres (fig. 13), liées à un peuple d’éleveurs de bovins dès le IIIe millénaire avant J.-C., et les cistes dolméniques du IIe millénaire avant J.-C., que l’occupation humaine de cette région remonte à une époque bien antérieure à l’islamisation, qui pourrait avoir débuté dès le VIIIe siècle de notre ère. En effet les relations entre les deux côtés de la mer Rouge ont une histoire bien plus longue qui transparait dans l’utilisation d’obsidiennes en provenance d’Éthiopie dès le IVe millénaire pour la fabrication d’outillage préhistorique de populations du littoral yéménite (Inizan & Francaviglia 2002, Khalidi et al. 2010).

Fig. 12 – Carte des montagnes du Chercher avec situation des centres mégalithiques et des principaux sites étudiés (DAO Teddy Taraud)

Fig. 13 – Art rupestre du Harar. a) Sourré : bovidés de style 1 (d’après H. Breuil)

Fig. 13 b – Sourré : bovidés de style 2 (d’après H. Breuil)

Fig. 13 c – Ourso, deux panneaux décorés superposés (d’après G. Bailloud)

Β. Le mégalithisme : définitions

  • 2 Jʹai tenté de donner une définition plus complète du mégalithisme en 2003 dans « Les charpentiers d (...)

5Au cours des années passées, les définitions2 concernant les trois termes, menhir, dolmen et tumulus, ont évolué au point qu’il n’est pas toujours aisé d’y voir clair selon l’époque dont on parle ou l’endroit du monde concerné.

  • 3 Nous éviterons lʹappellation « pierre levée » que lʹon rencontre parfois de nos jours pour désigner (...)

6Dans un passé relativement proche, le « menhir » était une pierre brute dressée au Néolithique dans un but que l’on ignorait. Les chercheurs ont réalisé que des pierres brutes avaient été dressées un peu partout dans le monde et parfois encore actuellement par certaines populations (Konso et Gewada du sud de l’Éthiopie en particulier). Ils ont aussi découvert que les pierres « brutes », qualifiées originairement de « menhirs néolithiques », n’étaient que très rarement aussi « brutes » qu’on le pensait et que beaucoup n’étaient pas néolithiques. Elles pouvaient avoir été aménagées et appartenir à n’importe quelle époque. Parfois elles supportaient des gravures voire des peintures. Enfin ces pierres pouvaient entrer dans la composition de monuments complexes (alignements, cercles de pierres...). Si l’on pouvait, à la rigueur, conserver ce terme pour désigner des pierres dressées en France il y a 5000 à 7000 ans, il devenait très souhaitable de ne plus l’utiliser dans d’autres pays où d’ailleurs ces pierres possèdent le plus souvent leur propre appellation. Nous utilisons l’expression « pierres dressées » qui s’adresse à des pierres que nous décrirons en détail tant pour leur forme et les représentations qu’elles supportent que pour leur utilisation, et quelle que soit la date de leur érection. Certaines seront des stèles commémoratives ou funéraires, « pierres de mémoire » et « pierres de mérite », d’autres pourront rester pleinement énigmatiques mais elles seront toutes des « pierres dressées3 ».

  • 4 Le terme « tumulus » sʹemploie tant au singulier quʹau pluriel. On trouve parfois, pour marquer le (...)

7Les choses se compliquent avec le terme « dolmen », qui veut dire étymologiquement « table de pierre » et qui est en fait un monument funéraire dont la chambre, bâtie avec de grosses pierres, contenait plusieurs corps juxtaposés ou amoncelés. Les « tables de pierre » qui n’ont, ou n’avaient pas cet usage, ne sont donc pas des « dolmens ». C’est le cas dans l’île de Nyas en Indonésie, par exemple (Joussaume 2011), ou au Tibet (Joussaume 1985). Ici aussi les recherches ont permis de comprendre que les « dolmens » européens n’étaient pas toujours aussi mégalithiques qu’on le pensait et que bien d’autres éléments pouvaient entrer dans leur composition comme les petites pierres et le bois. Nous conserverons l’appellation de « dolmen » aux chambres funéraires, sous tumulus, construites avec de grosses pierres tant pour les parois, dans lesquelles interviennent parfois quelques murets en pierre sèche, que pour la couverture. On remarquera cependant que les chercheurs n’utilisent pratiquement plus ce terme, sauf de manière très générale pour garder le contact avec la tradition, alors que d’autres généralisent les « dolmens à couloir » à toutes chambres funéraires sous tumulus quel que soit leur mode de construction (Hirsch & Poissonnier 2000). En Éthiopie, comme en Inde, en Corée ou en République Centrafricaine, il nous paraît souhaitable d’utiliser le vocable en usage dans chaque pays. Nous parlerons, dans le Chercher, de « daga kofiya » (pierre couverte) pour des monuments à dalle de couverture mégalithique, et de « daga touli » (littéralement « tas de pierres ») pour des amoncellements de pierres ou tumulus4. Un « daga touli » peut donc contenir un « daga kofiya ».

  • 5 Il est impossible, sans en faire la fouille, dʹétablir la différence entre un tas dʹépierrement et (...)

8Les « tumulus » sont des amas de terre (tertre), ou plus généralement de pierres (cairn), quand ce n’est pas les deux à la fois. Ces derniers, aux formes variées, sont très nombreux dans le nord de l’Afrique (Paris 1996). L’emploi du terme ne préjuge pas de ce que le monument recouvre ni de l’époque à laquelle il a été édifié. Certains tumulus (cairns) abritent un daga kofiya. D’autres cachent une chambre construite en pierres sèches où des morts ont été déposés, mais il en est aussi qui surmontent des pierres dressées (Hanier 2003). Certes un tas de pierres reste un tas de pierres et nous pourrions conserver l’usage du mot « tumulus » pour les désigner tous. Mais puisqu’il existe un terme local pourquoi se priver de son emploi. Pour nous, dans le Harar, un tumulus sera donc un « daga touli » et nous verrons que ce qu’il recouvre peut être très variable d’un monument à l’autre, même si le plus souvent il s’agit d’un monument funéraire5. Ailleurs, comme dans le Mänz, un tumulus est un « gour », c’est-à-dire, ici aussi, un tas de pierres en langue locale (Anfray 1983).

C. Historique des recherches

  • 6 Un dolmen est une chambre funéraire, ronde, quadrangulaire ou polygonale, dont les parois sont fait (...)

9Personne avant F. Azaïs (Azaïs et Chambard 1931, Barenton 1935) n’avait signalé les mégalithes de type dolmen6 (daga kofiya) qui existent en assez grand nombre dans les montagnes du Harar dits aussi « Amhar mountains » ou « Chercher », terme que nous adopterons généralement.

10Parti de Djibouti le 28 juin 1922, le Père Azaïs atteint Diré-Dawa le jour même par le chemin de fer. Le surlendemain, il est à Harar. C’est au sud de cette pittoresque ville toute blanche que notre explorateur découvrit, non loin du village de Mumet Umer Bico, ses premiers monuments mégalithiques. Malheureusement, ses descriptions manquent de précision et ses interprétations sont erronées (fig. 14 a et b, 15), au point que de nombreux chercheurs, reprenant ses textes, ont maintenu une grande confusion dans l’architecture des différents monuments jusque dans les années soixante du siècle dernier (Bailloud 1962).

11« Le dolmen se compose d’un mur circulaire en pierres sèches d’une hauteur de 60 cm et formant une enceinte de 2,10 m de diamètre. À l’intérieur, face au sud, sur une large dalle de hase, de grosses pierres plates, inégales, formant trois assises, font support à la dalle supérieure qui mesure 1,50 m de long 0,70 m de large et 0,15 m d’épaisseur ». Il y a un désaccord entre ce texte et le plan que l’inventeur donne de l’édifice (fig. 14 a et b). En effet, on constate alors que l’élément mégalithique appartient à l’enceinte ; il serait une sorte de porte donnant accès à la chambre et non pas un monument situé à l’intérieur de celle-ci, voire dressé au-dessus de la fermeture de la chambre. Si l’on se réfère à la photographie publiée en 1931 (Azaîs et Chambard 1931, pl. XIX, fig. 4 ou pl. XX, fig. 3, car c’est deux fois la même à deux échelles différentes), on ne voit qu’une table de pierre dont chaque extrémité repose sur trois pierres superposées, dans une masse de blocailles (fig. 14 b).

12Des fouilles lurent pratiquées a l’intérieur de ce monument qui n’a de dolménique que sa ressemblance à l’image populaire du dolmen : deux piliers soutenant une table de pierre. Piochant sur 50 cm de profondeur, les ouvriers ramenèrent « une petite bague en argent de forme serpentine, un gros collier en métal et quelques fragments de poteries. Puis, un coup de pioche soulevant une forte pierre plate, découvre des fragments d’ossements. Nous constatons d’ailleurs que ces pierres, disséminées sur le sol, sont les unes implantées sur chant, les autres posées à plat pardessus, comme une sorte de couvercle. Les fouilles révélèrent un cadavre dont les pieds se trouvaient en bas de l’ouverture de l’enceinte, en direction du Sud-Est. Le corps s’incurvait de façon à suivre la courbe de la circonférence du côté ouest et vraisemblablement d’autres corps devaient s’y ajouter bout à bout, le diamètre intérieur de l’enceinte dépassant deux mètres et donnant à celle-ci plus de six mètres de tour. Le cadavre avait dû être inhumé accroupi, les genoux repliés » (Azaïs et Chambard 1931, p. 85).

Fig. 14 a – « Dolmen » de Bio dans le Harar (dessin du monument par F. Azaïs)

Fig. 14 b – Photographie de la partie mégalithique de Bio (cliché F. Azaïs)

13Le missionnaire dit avoir dénombré six autres monuments dans cette zone mais ne les a pas décrits. Nous verrons par la suite ce qu’il faut penser d’un tel monument qui n’a rien d’un « dolmen » mais qui trouve des parallèles que nous avons étudiés à Sourré Kabanawa (tumulus à chambre circulaire et cellule latérale).

14De nombreuses autres découvertes devaient être faites dans la partie occidentale du Harar au cours d’une deuxième campagne qui débuta le 17 novembre 1922.

15Ce sont tout d’abord les constructions mégalithiques de Sourré « véritable nécropole dolménique sur le sommet et les deux versants d’une montagne très boisée... Ces dolmens sont encore aujourd’hui l’objet d’un culte funéraire. Les populations avoisinantes ont le sentiment atavique qu’ils n’ont pu être construits que pour servir de demeure aux morts et elles les entourent d’une vénération pieuse en venant, à certains jours de l’année, y brûler de l’encens » (p. 123).

16Les descriptions du Père Azaïs des mégalithes de Sourré montraient qu’il existait deux types de monuments :

  • Des monuments du type de celui de Mumet Umer Bico faits d’une enceinte circulaire avec porte mégalithique (fig. 14). Ils renferment des coffres, ou compartiments, formés de pierres plates qui contiennent au moins un corps en position fléchie sur le côté.

  • D’autres, composés de deux rangées de piliers parallèles faiblement espacés, dont la longueur de chacun d’eux varie de 0,40 m à plus de 2 m, qui soutiennent une table en calcaire (jamais en granite comme le mentionne Azaïs) longue d’environ 2 à 3 m (fig. 15, nos 1, 3 et 4).

17D’où la conclusion du P. Azaïs quant à la construction de ces monuments : « On devait commencer par creuser une chambre circulaire bâtie ensuite en pierres assemblées sans ciment et qui était recouverte d’un toit de dalles et de terre ; Par dessus s’élevait le dolmen comme mausolée de la sépulture. » Une remarque précédente de l’auteur permet d’ajouter qu’une ouverture dans cette enceinte en pierres sèches était composée de deux dalles verticales soutenant une dalle à l’horizontale. Cependant rien dans l’ouvrage ne permet de dire que F. Azaïs ait vu un seul monument correspondant à sa description. Ce n’est que pure supposition. Il a vu des monuments de chaque type et a créé un type composite imaginaire.

Fig. 15 – Plan de « dolmens » du Chercher selon F. Azaïs. Le 2 ne correspond pas au même type de monument que les autres ; 1, 3 et 4 sont des relevés de cistes dolméniques de Sourré auxquelles les fermetures à chaque extrémité n’ont pas été mentionnées (dessins F. Azaïs, 1931)

18Si l’on établit l’inventaire des monuments visités par Azaïs, seuls 22 d’entre eux correspondent à une chambre rectangulaire limitée par des dalles dressées et recouvertes d’une dalle en calcaire, les 11 autres doivent appartenir à des chambres funéraires circulaires plus ou moins bouleversées par les habitants des lieux.

19Tout ce qui a pu être écrit par la suite sur les mégalithes du Harar ne fut toujours que l’interprétation des textes et des photographies du Père Azaïs. R. Verneau (1924) note que les descriptions ne sont pas très claires mais remarque, à juste titre, que l’orientation des monuments à dalles de couverture n’est pas en rapport avec les coutumes islamiques et qu’ils sont donc antérieurs à l’introduction de cette religion dans le pays. A. Kammerer (1926, p. 173) qui par ailleurs ne fait que reprendre ce qui fut déjà dit, estime, sans le démontrer, que les dolmens sont du Ve ou VIe siècle avant J.-C. Conti Rossini (1926) tenta d’établir un rapprochement entre les sépultures de la civilisation axoumite du nord de l’Éthiopie et les monuments dolméniques du Harar, mais nous ne voyons vraiment pas sur quelles bases son jugement peut reposer. Dans une lettre au Père Azaïs, publiée en 1932, l’Abbé Breuil écrit qu’« à son opinion, pour ce qui concerne les dolmens si nombreux découverts en Abyssinie ce n’est pas vers les mégalithes de la Bretagne qu’on doit regarder, mais vers ceux de l’Inde ». Pour G. Bailloud (1959), « il semble que les rapprochements entre les dolmens éthiopiens d’une part, et les mégalithes européens, palestiniens et indiens d’autre part ne puisse se soutenir. Il doit s’agir là de phénomènes de convergence et non de diffusion. » Enfin, selon F. Anfray (1968), « le mégalithisme éthiopien montre une similitude matérielle, formelle, générale, avec les mégalithes méditerranéens (Palestiniens, Sardes, Corses et Français...) ».

20Sur ces bases, je pensais, en 1969 avant de partir accomplir ma première campagne de terrain l’année suivante, qu’il devait exister deux types de monuments mégalithiques dans le Harar. Le premier, type I, devait être une enceinte de pierres sèches d’environ deux mètres de diamètre, à laquelle on accédait par un porche trilithe (fig. 14) alors que l’autre, type II, était formé de deux rangées de piliers parallèles qui soutenaient une dalle de couverture horizontale (fig. 15). Rien ne permettait d’associer ces deux types architecturaux sauf qu’ils semblaient occuper parfois le même espace, à Sourré en particulier.

21Les quelques mentions faites des tumulus du Harar, comme de ceux connus dans le Mänz, région proche de l’ancien sultanat de l’Ifat (Anfray 1983), permettaient seulement de dire qu’il s’agissait toujours d’amas coniques de pierres (fig. 7, p. 19). Ils pouvaient atteindre des dimensions considérables, plusieurs centaines de mètres de circonférence à la base pour des hauteurs dépassant largement la dizaine de mètres. Il en existe aussi de très petits. Plusieurs de ces grands monuments peuvent coexister, parfois associés à un cimetière musulman sans qu’aucun rapport autre que la proximité ne puisse être établi a priori. Certains sont ceinturés d’un muret périphérique à quelque distance dans lequel une ouverture est pratiquée. Si nombre d’entre eux ont été éventrés par les populations locales en quête d’un trésor, rien n’était alors connu de leur organisation interne.

D. Les campagnes de fouille : questions de méthode

22Entre 1970 et 1973, nous avons effectué quatre campagnes de recherches en Éthiopie. Elles représentent près d’une année de travaux sur le terrain, seul ou aidé par mon épouse, Huguette, au cours des campagnes de 1971 et 1972. Le processus d’organisation fut pratiquement toujours le même. Après huit à dix jours passés à Addis-Abeba pour réunir le matériel et les autorisations administratives nécessaires, accompagné d’un représentant de l’Institut Éthiopien d’Archéologie, c’est en véhicule tout-terrain que s’effectuait la première partie du trajet pour aller au plus près du site à étudier. Le matériel de fouille et de vie sous tentes était ensuite chargé sur des ânes et, alors que notre voiture retournait vers la capitale, environ deux heures de marche dans la montagne, voire plus, ou moins, nous permettaient d’atteindre notre camp de base où nous installions nos tentes au milieu d’un petit village. Huit à neuf semaines plus tard, à une date convenue, le trajet inverse nous ramenait à la piste où nous devions retrouver le 4 x 4 et son chauffeur revenus nous chercher. Nous ne disposions alors d’aucun moyen de communication, ni d’ordinateur portable (qui n’existait pas encore en France), ni même d’un niveau de chantier. De retour à Addis-Abeba, le matériel archéologique recueilli lors des fouilles, dont nous avions étudié une grande partie sur place, subissait ses dernières études, dessins et photographies, puis était enregistré, et emmagasiné au Musée national. Aucun objet archéologique ne devait être ramené en France.

23Les méthodes de fouille ont donc été adaptées aux conditions particulières dans lesquelles nous nous trouvions. Aucune dalle de couverture des daga kofiya fouillés au cours de ces quatre campagnes n’a été déplacée de ses supports. Seules les petites dalles dressées qui obturaient les deux extrémités de la chambre rectangulaire, sans soutenir la table de couverture, ont été enlevées lorsqu’elles existaient. Elles furent remises en place à la fin de nos travaux. Sans théodolite ni niveau de chantier, les relevés architecturaux s’avéraient assez compliqués. Toutefois il faut dire que les daga kofiya étant construits dans la pente du terrain, il était aisé d’aménager légèrement au-dessus, un triangle de référence à l’aide de trois tiges métalliques. Il suffisait de tendre à l’horizontale, grâce à un petit niveau à bulle, un élastique autour de ces trois tiges disposées en triangle. Nous avions établi ainsi un plan horizontal. Installé en arrière de ce plan origine, une visée permettait d’aligner le plan horizontal formé par deux des trois côtés sur un mètre placé verticalement au point dont nous voulions connaître la hauteur par rapport au plan origine, et d’en faire la lecture sur cette mire improvisée. En prenant quelques précautions supplémentaires, qu’il serait fastidieux de présenter ici, il était relativement aisé de mesurer toutes les altitudes dont nous avions besoin.

24Disposant d’un plan horizontal de référence, il nous fallait aussi un plan vertical. Pour ce faire, après avoir enlevé les dalles de fermeture de la chambre, une corde était allongée sur la table, maintenue pendante à chaque extrémité par le poids d’une petite pierre attachée à la corde. Une autre corde, au niveau du dallage de la chambre, joignait les deux brins verticaux de la première. Nous disposions ainsi d’un plan vertical qui passait par l’axe de la chambre. Grâce à ces deux plans orthogonaux, il devenait facile de relever les coupes et les plans de tous les monuments, à condition cependant d’être assisté d’une personne tenant la mire verticale (le mètre fixé sur une tige de bois). Ma planchette de relevés, souvenir de mon passage à l’école d’artillerie, permettait d’obtenir les angles droits ; si on ajoute une boussole, un décamètre, un mètre, une corde, une punaise et un rapporteur d’assez grande dimension, on a la panoplie à peu près complète dont je disposais pour effectuer mes travaux topographiques. Tous les plans présentés dans cet ouvrage ont été réalisés suivant cette méthode que nous avons mise au point. C’est dire, bien sûr, qu’il ne faut pas s’attendre à une très grande précision.

25Pour les fouilles, nous avons employé des ouvriers embauchés dans la population locale. Deux personnes étaient suffisantes pour nous aider à l’étude d’un daga kofiya (pierre couverte) alors que nous engagions jusqu’à une dizaine d’hommes pour la fouille d’un daga touli (tas de pierres). Chrétiens et musulmans piochaient et chantaient dans la bonne humeur toute la journée en mâchant du chat (ou kat, Catha edulis : arbuste dont les feuilles contiennent des substances psychotropes).

26Les prospections dans la montagne se faisaient à pied ou à dos de mulet avec localisation des sites rencontrés sur des photographies aériennes de l’Institut de géographie d’Addis-Abeba, dont l’achat m’avait été autorisé par l’administration. Aucune carte à grande échelle n’existait encore pour cette région. De fait, nous nous trouvions, au début des années 1970, dans des conditions pas très éloignées de celles qu’avaient connues, quarante-cinq ans plus tôt le Père Azaïs, en dehors des gardes armés qui le suivaient partout.

27J’ai réalisé les plans en suivant les dispositions pratiques préconisées par R. Vaufray en 1943, quelque peu aménagées et adaptées à notre sujet d’étude :

  • les contours des dalles vues de face en premier plan sont tracés en traits gras ;

  • les contours des dalles vues par la tranche sont tracés en traits fins ;

  • les tranches situées au premier plan sont toujours hachurées : hachures serrées si elles sont visibles, à espacement doublé si elles sont supposées vues par transparence ;

  • les contours supposés vus par transparence sont tiretés ;

  • les contours des pierres de dallages sont pointillés ;

  • les portions de surfaces qui se présentent obliques à l’observateur, ou ne sont pas en premier plan, sont marquées d’un pointillé d’autant plus serré que l’éloignement est plus grand ;

  • les élévations des côtés et des coupes ont été ajoutées aux plans lorsque cela s’est avéré nécessaire pour une meilleure compréhension ou quand cela permet de mettre en évidence des éléments nouveaux ;

  • il n’a pas paru utile de donner les plans des monuments les plus dégradés.

Fig. 16 – Carte de la région de Chaffé au nord de Dobba avec situation des principaux sites étudiés : cistes dolméniques + sites muraillés (DAO Teddy Taraud)

Notes

1 Depuis le début des années 1970 beaucoup dʹhabitants ont adopté la maison quadrangulaire au toit de tôle qui nʹexistait pratiquement pas au moment de nos recherches. Il est évidemment beaucoup plus facile de couvrir une maison quadrangulaire que ronde avec des tôles...

2 Jʹai tenté de donner une définition plus complète du mégalithisme en 2003 dans « Les charpentiers de la pierre », p. 5 à 15.

3 Nous éviterons lʹappellation « pierre levée » que lʹon rencontre parfois de nos jours pour désigner des pierres dressées, car dans un proche passé, de nombreux dolmens en France ont été appelés « Pierre levée » ce qui désignait la dalle maintenue à lʹhorizontal sur des orthostates.

4 Le terme « tumulus » sʹemploie tant au singulier quʹau pluriel. On trouve parfois, pour marquer le pluriel, des « tumuli », terme dont il a été convenu, il y a quelques dizaines dʹannées, que les préhistoriens ne lʹutiliseraient plus.

5 Il est impossible, sans en faire la fouille, dʹétablir la différence entre un tas dʹépierrement et un tas de pierres surmontant une tombe ou un monument quelconque.

6 Un dolmen est une chambre funéraire, ronde, quadrangulaire ou polygonale, dont les parois sont faites de dalles dressées et le plafond dʹune ou plusieurs dalles de pierre horizontales. Parfois, mais pas obligatoirement, un couloir permet dʹaccéder à cette chambre. Il existe de nombreux monuments formellement semblables en pierres sèches ou composites (voire en bois), qui seraient des monuments « paramégalithiques », et quʹil serait préférable dʹappeler seulement chambres funéraires, avec ou sans couloir dʹaccès, comme cʹest le cas de nombreuses chambres funéraires sous tumulus dans le Chercher et le Mänz.

Table des illustrations

Légende Fig. 12 – Carte des montagnes du Chercher avec situation des centres mégalithiques et des principaux sites étudiés (DAO Teddy Taraud)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 13 – Art rupestre du Harar. a) Sourré : bovidés de style 1 (d’après H. Breuil)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/779/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 13 b – Sourré : bovidés de style 2 (d’après H. Breuil)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/779/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 13 c – Ourso, deux panneaux décorés superposés (d’après G. Bailloud)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/779/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 14 a – « Dolmen » de Bio dans le Harar (dessin du monument par F. Azaïs)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/779/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 14 b – Photographie de la partie mégalithique de Bio (cliché F. Azaïs)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/779/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 15 – Plan de « dolmens » du Chercher selon F. Azaïs. Le 2 ne correspond pas au même type de monument que les autres ; 1, 3 et 4 sont des relevés de cistes dolméniques de Sourré auxquelles les fermetures à chaque extrémité n’ont pas été mentionnées (dessins F. Azaïs, 1931)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/779/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 16 – Carte de la région de Chaffé au nord de Dobba avec situation des principaux sites étudiés : cistes dolméniques + sites muraillés (DAO Teddy Taraud)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/779/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 400k

© Centre français des études éthiopiennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable