Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mégalithisme dans le Chercher en Éthiopie

 | 
Roger Joussaume

Introduction. L’Éthiopie et ses monuments mégalithiques

Texte intégral

1Entre le 4e et le 16e degré de latitude nord et le 33e et le 48e degré de longitude est, l’Éthiopie, dans la « Corne » de l’Afrique, couvre une superficie près de deux fois plus grande que celle de la France (fig. 1). C’est un immense plateau volcanique parsemé de sommets dépassant parfois 4 000 m d’altitude, tel le Ras Deshen dans le massif du Simien au nord du lac Tana source du Nil Bleu (Abay), qui atteint 4 620 m. Il est coupé de profondes vallées dans sa partie nord et forme au nord-est deux branches en V qui s’ouvrent sur la mer Rouge et le golfe d’Aden enserrant le désert des Danakil avec Djibouti. Cette dépression en entonnoir se poursuit au sud-ouest par la Rift Valley, zone des lacs éthiopiens (Zouaï, Abyata, Shala, Langano, Awasa, Abaya, Chamo et Chew Bahir) qui rejoint le lac Turkana au Kenya.

2La civilisation axoumite (Munro Hay 1989, Phillipson 2002, Berhanou Abebe 1998) s’est développée sur les hauts plateaux du nord de l’Éthiopie et en Erythrée jusque sur les bords de la mer Rouge, entre la fin du Ier millénaire avant J.-C. et environ 800 après J.-C. (Anfray 1990). Elle fut précédée, à partir des premiers siècles du Ier millénaire avant J.-C., par une période dite pré-axoumite (Schneider 1976, Fattovich 1977) au cours de laquelle l’écriture fut adoptée, début de l’Histoire dans cette région, associée à une architecture monumentale de temples d’origine yéménite (Yéha au VIe siècle avant J.-C.) et de pierres dressées. Cette période pré-axoumite succéda à des sociétés pastorales et agricoles bien antérieures sur lesquelles les connaissances sont encore assez réduites (Gutherz et Joussaume, 2000). Elle se caractérise en particulier par l’existence de sites à peintures rupestres comme celui de Baati-Sullum en Erythrée (fig. 2) et d’abris rocheux où les archéologues ont mis au jour les traces de leurs activités quotidiennes sous forme d’objets en pierre taillée et de tessons de poteries plus ou moins décorés comme dans l’abri sous roche de Quiha (Barnett 1999). Ainsi à Méhal Téglinos, sur la frontière soudano-éthiopienne non loin de Kassala, Rodolpho Fattovich (1988) a étudié une occupation appartenant à la culture de Gasch (Gasch group) datée entre 2500 et 1500 avant J.-C. originaire de l’est du Soudan. Ces hommes pratiquaient la chasse, la pêche et la collecte ainsi qu’un peu d’élevage et d’agriculture. Les bovins ont en effet été introduits dans la région de Kassala dès le IVe millénaire en provenance du Soudan central semble-t-il. Les populations néolithiques de la culture de Gasch dressaient des stèles en pierre en rapport avec les tombes de leurs défunts. Cette tradition semble avoir perduré, et se retrouverait chez les pré-axoumites et leurs descendants axoumites jusqu’à l’adoption du christianisme au IVe siècle de notre ère.

Fig. 1 – Les trois grandes régions à monuments mégalithiques en Éthiopie : Nord : Les stèles du royaume d’Axoum ; Sud : Les stèles et les tumulus du Mänz au Sidamo ; Est : Les cistes dolméniques (Daga kofiya) et les tumulus (daga touli) du Chercher

Fig. 2 – Peintures rupestres de bovidés à Baati-Sullum en Erythrée (d’après P. Graziosi)

3Nous sommes en effet assez peu renseignés sur le développement des sociétés aux IIIe et IIe millénaires avant J.-C. du côtés ouest de la mer Rouge. Du côté yéménite, sur le littoral de la mer Rouge à l’océan Indien, dans le Tihâma, se développe, entre la fin du IIIe millénaire et la première moitié du IXe siècle avant J.-C., la culture de Sabr considérée comme couchitique et tournée vers l’Afrique alors que l’intérieur de la péninsule Arabique se rattache davantage au Proche-Orient (Chelhod 1984-1985, Breton 1998, Khalidi 2006 et 2008, Khalidi et al. 2010, Khalidi & Keall 2011). Du côté africain, la domestication des bovins n’est actuellement pas attestée de manière absolue avant le IIIe millénaire avant J.-C. dans la Corne, à Asa Koma (République de Djibouti) (Joussaume 1995, Gutherz et al. à paraître). Des datations dès le début du IIIe millénaire avant J.-C. pour des populations de pasteurs, qui ont également dressé des pierres, ont récemment été obtenues près du lac Turkana, dans le nord du Kenya (Hildebrand et al. 2011). Elles confirment un élevage des bovins (Néolithique pastoral), sans agriculture connue, dans toute la Corne de l’Afrique dès cette époque. Elles montrent aussi que, tant au sud qu’au nord de l’Éthiopie, mais également à l’est, au Yémen (Khalidi 2006, 2008, Khalidi et al. 2011), plusieurs sociétés ont dressé des pierres pour des raisons diverses souvent liées à la mort (Benardelli & Parinello 1971, Bayle des Hermens de 1976, Bruemer et al. 2003, Steimer – Herbet 2004, Steimer – Herbet dir. 2001).

4Le royaume chrétien d’Axoum périclite alors que l’Islam pénètre progressivement en Éthiopie dans la région de Harar, en provenance d’Arabie par le Somaliland à l’est, dès le VIIIe siècle de notre ère (Fauvelle-Aymar & Hirsch 2011).

1. Le mégalithisme axoumite

  • 1 Soulignons qu'il s'agit à Axoum de stèles en rapport avec des tombes et non d'obélisques comme che (...)

5C’est donc dès la période pré-axoumite, au premier millénaire avant J.-C., que des pierres ont été dressées dans le nord de l’Éthiopie et en Erythrée. Cette coutume, comme nous venons de le voir, peut trouver ses racines dans les cultures antérieures du Gasch Group du Kassala. Ce mégalithisme funéraire atteindra des tailles colossales en particulier avec les sept grandes stèles1 qui furent installées sur des tombes royales à Axoum même aux IIIe-IVe siècles de notre ère. Une seule, monolithe haut de 21 m, était restée debout jusqu’à nos jours. Cinq autres gisent brisées sur le sol. La plus grande dépassait 33 m de longueur et son poids atteignait environ 600 tonnes. Ce fut sans doute le plus grand monolithe jamais dressé au monde, même si la station verticale semble à certains chercheurs avoir été de courte durée, peut-être juste le temps d’un court passage à la verticale lors de son érection... Après son transport à Rome, la septième fut dressée, entre 1937 et mai 2005, près du théâtre de Caracalla. En trois morceaux et par avions gros porteurs, elle est aujourd’hui de retour à Axoum où elle a été redressée non loin de celle qui subsistait en place (fig. 3).

Fig. 3 – Les grandes stèles d’Axoum, après le retour de la stèle de Rome (cliché R. Joussaume, 2012)

6Édifié au pied de la plus grande des stèles d’Axoum, qui s’est d’ailleurs en partie effondrée sur lui, le monument dit Nefas Mawcha (fig. 4) est constitué d’une gigantesque dalle de granite longue de 17,30 m, large de 6,50 m et épaisse de 1,30 m. Cette dalle de plus de 300 tonnes a dû être transportée sur quelques kilomètres pour être installée en ce lieu. Elle provient de Goual-Doura, carrière située à 3 km d’Axoum où se voient encore plusieurs stèles en préparation dont une de 27 m de longueur. L’énorme table de pierre de Nefas Mawcha forme la dalle de couverture d’une chambre funéraire dont les parois étaient constituées de murs en pierres limitant un couloir périphérique couvert par des dalles de pierres jointives. Ce fut, sans nul doute, le plus grand « dolmen » du monde, recouvert par un tumulus de terre aujourd’hui en grande partie disparu.

7Si les grands du royaume étaient honorés par l’érection de gigantesques stèles décorées pour marquer leur tombeau souterrain, le reste de la population utilisait aux mêmes fins des pierres dressées plus ou moins brutes et hautes, probablement en fonction de leur statut social. C’est ainsi que de véritables cimetières de ces peuples historiques ne se reconnaissent plus aujourd’hui que par des ensembles de pierres dressées émergeant, pour celles qui sont encore debout, des terrains cultivés bouleversés de tout temps par des pilleurs de tombes (fig. 5).

Fig. 4 – Deux grandes stèles à Axoum. Celle de gauche fut redressée en 2005 après son retour de Rome ; l’autre, haute de 21 m, est en place depuis son érection au IIIe siècle de notre ère. En avant des deux grandes stèles, la dalle de pierre de Nefas Mawcha, longue de 17,5 m, recouvrait un tombeau axoumite selon N. Chittick (cliché R. Joussaume, 2012)

2. Les stèles du sud

8Le sud de l’Éthiopie est un pays de pierres dressées, de loin la plus grande concentration du continent africain. Par leurs formes et leurs décors, par leur âge aussi, les stèles du sud n’ont rien de commun avec celles qui furent dressées jusqu’au quatrième siècle de notre ère par les Axoumites au nord du pays.

9Elles furent reconnues de longue date par différents voyageurs. C’est ainsi que A. Cecchi (1885) puis P. Soleillet (1886) signalent des stèles aux environs de Debré-Berhan à près de 120 km au nord-est d’Addis-Abeba (fig. 6), alors que V. Chollet et H. Neuville (1905) visitent plusieurs sites du Soddo, à une distance comparable mais au sud de la capitale (Neuville 1928 et 1932). C’est aussi à la fin du XIXe siècle, qu’un conseiller de l’empereur Ménélik, le Suisse Alfred Ilg, a photographié plusieurs des sites de cette région.

Fig. 5 – Pierres dressées du cimetière axoumite de Gudit à Axoum. Chaque pierre signale une tombe (cliché R. Joussaume, 2010)

Fig. 6 – Stèle anthropomorphe du site de Gadiloméda au nord d’Addis-Abeba (cliché B. Farago)

  • 2 Le Sidama, au nord du pays Gédéo, fait partie du Sidamo.

10Les premiers travaux archéologiques d’envergure furent entrepris par F. Azaïs et R. Chambard (1931) (fig. 7) au cours de plusieurs voyages entre 1920 et 1925 qui les conduisirent jusque chez les Konso au sud du lac Chamo. De nombreux sites furent visités tant à l’ouest des grands lacs de la Rift Valley depuis le fleuve Awash jusque dans le Wolayta, qu’à l’est dans le Sidamo plus particulièrement dans le Sidama2 et en pays Gédéo.

11Les stèles décrites, parfois groupées par plusieurs centaines dans le sud, sont de différents types : gravées d’épées dans le Soddo, phalliques ou anthropomorphes décorées de croisillons superposés en pays Gédéo. Les quelques fouilles pratiquées à l’époque permirent d’avancer que les stèles du Soddo et les stèles anthropomorphes en pays Gédéo, étaient des monuments funéraires en rapport avec un défunt, voire deux ou trois, déposés à leur pied dans une fosse plus ou moins profonde.

Fig. 7 – De gauche à droite, Roger Chambard, François Azaïs et trois de leurs accompagnateurs devant un gros tumulus de pierres du Chercher dans les années 1920 (cliché F. Azaïs)

12Il fallut attendre cinquante ans, en 1974, pour voir la reprise des études concernant les pierres dressées du sud de l’Éthiopie sous la conduite de Francis Anfray, chef de la Mission Française d’Archéologie (Anfray 1982 ; Godet & Pierre 1993). Il organisa une vaste prospection de toute la zone mégalithique, accompagnée de la fouille du cimetière de Gattira-Demma où se dressaient cinq stèles décorées, dont deux avec des épées, et qui fut daté des XIIe-XIIIe siècles de notre ère (fig. 8).

Fig. 8 – a) cimetière de Gattira Demma dans le Soddo avec stèles aux épées (en noir) relevé de fouille de F. Anfray et E. Godet ; b, c et d) trois niveaux de décapage

b) cellules marquées au sol par des dalles de chant

c) pierres de couverture sur les tombes

d) squelettes en position repliée dans les tombes sous les dalles de couverture. XIIe-XIIIe siècle de notre ère (d’après F. Anfray, 1982)

Fig. 9 – Grande stèle aux épées (5 m) de Tiya. Remontage informatique à partir de deux fragments dont l’un est sur le site et l’autre au Musée d’Ethnographie de l’Université d’Addis-Abeba (remontage Yves Carpentier)

Fig. 10 – Stèle anthropomorphe du tumulus de Tuto Fela en pays Gédéo après restauration de Bertrand Poissonnier (cliché R. Joussaume)

13À partir de 1982 nous avons entrepris l’étude des sites à stèles aux épées de Tiya (fig. 9) dans le Soddo (Joussaume 1995) et à stèles phalliques et anthropomorphes de Tuto Fela (fig. 10) dans le Sidamo (Joussaume 2007). Le premier, daté également des XIIe-XIIIe siècles, montre qu’il s’agit d’un cimetière dont les tombes de quelques personnages à statut particulier sont marquées par une stèle décorée. Le second, dans le Sidamo est constitué d’un tumulus de pierres surmonté de plus de 300 stèles anthropomorphes au décor croisillonné qui marquent également des tombes aménagées dans la masse du tumulus. Ce tumulus de pierres est établi au-dessus et aux dépens d’un cimetière plus ancien où les tombes en puits, à cellule latérale, creusées dans le sol, étaient parfois signalées par une stèle phallique plus ou moins haute plantée dans leur orifice. La tombe « en chaussette » ne contenait dans sa cellule basale qu’un seul corps en position fléchie, couché sur le côté. L’une d’elles fut datée des XIe-XIIe siècles de notre ère impliquant une date quelque peu plus récente pour le tumulus situé au-dessus. La plupart des stèles phalliques du niveau inférieur ont été réutilisées, voire réaménagées, par ceux qui édifièrent le tumulus.

14Alors que le site à stèles de Tiya a livré des céramiques comparables à celles qui furent découvertes dans le cimetière de Gattira-Demma, les nombreuses poteries recueillies dans le tumulus de Tuto Fela sont complètement différentes tant dans leurs formes que dans leurs décors (fig. 73 et 74, p. 109-110). C’est l’indice d’une production par deux populations différentes, ce que la dissemblance même des stèles décorées laissait supposer.

15Si le caractère funéraire de ces pierres dressées, souvent décorées, a été mis en évidence pour différents types d’entre elles, stèles aux épées du Soddo et stèles anthropomorphes du pays Gédéo en particulier, rien n’était encore vraiment connu des milliers de stèles phalliques du Sidamo en dehors de celles plantées dans les tombes en puits du niveau sous-jacent au tumulus de Tuto Fela.

16En 2009 et 2010 nous avons entrepris une étude de ce type de stèles sur le site de Chelba-Tutitti (fig. 11), non loin de Tuto Fela, qui compte entre 1300 et 1500 pierres dressées selon les estimations. Les résultats ont montré qu’elles n’étaient généralement pas directement associées à une tombe mais pourraient avoir un rapport avec un tumulus de terre allongé situé au nord du site. La fouille de ce tertre, long d’une quinzaine de mètres, permit de mettre en évidence les bases de près d’une centaine de stèles et une fosse creusée dans le sol, liée à une stèle peinte, quelques tessons de poteries comparables à celles de Tuto Fela, deux fragments de haches polies ainsi que de petits trapèzes et segments taillés dans de l’obsidienne. Déjà en 1925, F. Azaïs et R. Chambard (1931) avaient fouillé, à Waheno dans le Sidama, un tumulus associé à des stèles phalliques où ils avaient découvert, dans une fosse, quelques ossements humains, une hache polie et de nombreuses obsidiennes (Joussaume et Cros 2013).

Fig. 11 – Grande stèle phallique du site de Chelba-Tutitti en pays Gédéo (cliché R. Joussaume)

17Nous pouvons donc envisager que cette fosse correspondait à la tombe d’un personnage important. Elle fut entourée de stèles phalliques de différentes tailles, parfois gravées d’un symbole plus ou moins rayonnant et peintes, dont les bases étaient enfouies dans un tertre. Par la suite d’autres stèles s’ajoutèrent aux précédentes en direction du sud, probablement liées à une vénération continue du premier dépôt funéraire. Qui sait même si ces stèles ne marquaient pas chacune une personne enterrée ailleurs, comme cela est encore pratiqué, mais sous une forme particulière, chez les Gewada du sud de l’Éthiopie. Ce serait alors des « pierres de mémoire ».

18Il apparaît que, comme de nos jours, une mosaïque de peuples dont l’organisation sociale nous échappe encore largement, mais aux coutumes parfois très proches, devait occuper cette région sud de l’Éthiopie entre le Xe et le XIVe siècle et probablement bien plus tôt. Toutefois rien ne permet de penser, en l’état actuel de nos connaissances, que cette tradition de dresser des pierres phalliques sur des tombes remonte à une très haute antiquité contrairement à une idée largement répandue sans justification. Il s’agissait de peuples aux croyances dites païennes dans la mesure où elles ne sont ni chrétiennes ni islamiques mais qui pouvaient s’adresser à un dieu unique comme chez les actuels Konso du sud de l’Éthiopie qui dressent aussi des stèles, « pierres de mérite », sur la tombe des hommes valeureux.

19En dehors de quelques peuples actuels du sud de l’Éthiopie (Konso, Gewada, Hadya, Arsi) qui dressent encore des pierres en rapport avec leurs morts, cette coutume semble avoir été abandonnée progressivement avec l’adoption de l’Islam ou du christianisme à partir des XIIIe-XIVe siècles de notre ère.

20L’origine des stèles du sud reste une énigme non élucidée. Certes, nous savons que des peuples du bord du lac Turkana au nord du Kenya, dressaient des pierres en relation avec les morts dès le IVe siècle avant J.-C. Une équipe américaine, étudiant des orientations spécifiques de files de pierres dressées, a même noté qu’elles marquaient l’alignement des étoiles du calendrier Borana 300 ans avant J.-C. (Doyle & Wilcox 1986), indiquant par la même occasion que des pierres étaient mises debout dès cette époque sur la frontière entre le Kenya et l’Éthiopie. Si l’on ajoute que certains chercheurs pensent que l’origine des Oromos est à rechercher chez les Borana, on peut croire en l’idée d’une origine locale, au premier millénaire avant J.-C. au moins, des stèles du sud de l’Éthiopie. Il y aurait cependant quelques jalons à retrouver d’autant que des études très récentes tendent à montrer que des pierres auraient été dressées dès le début du IIIe millénaire avant J.-C. dans cette région du lac Turkana au Kenya (Hildebrand et al. 2011). C’est probablement dans la direction du sud que nous devrions trouver les antécédents des stèles phalliques des territoires Gédéo et Sidama.

21Si l’Éthiopie est un pays de pierres dressées tant au nord, en pays Axoumite, qu’au sud, de part et d’autre de la Rift Valley, elle est aussi une terre de cistes dolméniques dans le Harar à l’est, et de grands tumulus depuis le Harar jusqu’au Mänz dans le centre du pays. Ce sont ces derniers mégalithismes qui vont faire l’objet des chapitres suivants.

Notes

1 Soulignons qu'il s'agit à Axoum de stèles en rapport avec des tombes et non d'obélisques comme chez les Egyptiens, qui étaient des pierres dressées en rapport avec un culte solaire.

2 Le Sidama, au nord du pays Gédéo, fait partie du Sidamo.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Les trois grandes régions à monuments mégalithiques en Éthiopie : Nord : Les stèles du royaume d’Axoum ; Sud : Les stèles et les tumulus du Mänz au Sidamo ; Est : Les cistes dolméniques (Daga kofiya) et les tumulus (daga touli) du Chercher
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 2 – Peintures rupestres de bovidés à Baati-Sullum en Erythrée (d’après P. Graziosi)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/778/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 3 – Les grandes stèles d’Axoum, après le retour de la stèle de Rome (cliché R. Joussaume, 2012)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/778/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Légende Fig. 4 – Deux grandes stèles à Axoum. Celle de gauche fut redressée en 2005 après son retour de Rome ; l’autre, haute de 21 m, est en place depuis son érection au IIIe siècle de notre ère. En avant des deux grandes stèles, la dalle de pierre de Nefas Mawcha, longue de 17,5 m, recouvrait un tombeau axoumite selon N. Chittick (cliché R. Joussaume, 2012)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/778/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Fig. 5 – Pierres dressées du cimetière axoumite de Gudit à Axoum. Chaque pierre signale une tombe (cliché R. Joussaume, 2010)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/778/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 6 – Stèle anthropomorphe du site de Gadiloméda au nord d’Addis-Abeba (cliché B. Farago)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/778/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 7 – De gauche à droite, Roger Chambard, François Azaïs et trois de leurs accompagnateurs devant un gros tumulus de pierres du Chercher dans les années 1920 (cliché F. Azaïs)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/778/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Légende Fig. 8 – a) cimetière de Gattira Demma dans le Soddo avec stèles aux épées (en noir) relevé de fouille de F. Anfray et E. Godet ; b, c et d) trois niveaux de décapage
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/778/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende b) cellules marquées au sol par des dalles de chant
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/778/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende c) pierres de couverture sur les tombes
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/778/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende d) squelettes en position repliée dans les tombes sous les dalles de couverture. XIIe-XIIIe siècle de notre ère (d’après F. Anfray, 1982)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/778/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 9 – Grande stèle aux épées (5 m) de Tiya. Remontage informatique à partir de deux fragments dont l’un est sur le site et l’autre au Musée d’Ethnographie de l’Université d’Addis-Abeba (remontage Yves Carpentier)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/778/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 10 – Stèle anthropomorphe du tumulus de Tuto Fela en pays Gédéo après restauration de Bertrand Poissonnier (cliché R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/778/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 11 – Grande stèle phallique du site de Chelba-Tutitti en pays Gédéo (cliché R. Joussaume)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/778/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

© Centre français des études éthiopiennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540