Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mégalithisme dans le Chercher en Éthiopie

 | 
Roger Joussaume

Avant-propos

Roger Joussaume

Texte intégral

1En 1969, après onze années d’enseignement en école primaire, je présentais, à l’Institut de paléontologie humaine à Paris, un mémoire de diplôme de l’École pratique des hautes études sur « La Préhistoire du littoral atlantique entre Loire et Gironde (France) ». Suite à cela je fus détaché de l’enseignement public comme stagiaire au Centre national de la recherche scientifique. Passionné par l’étude du mégalithisme, je voulais centrer ma recherche sur ce sujet tant en France qu’ailleurs dans le monde.

2Grâce au professeur Lionel Balout, l’opportunité se présenta d’étudier le mégalithisme du Harar en Éthiopie dans le cadre d’une Recherche coopérative sur programme (n° 230) du CNRS que dirigeait Jean Chavaillon.

3Quatre campagnes de recherches dans les montagnes du Harar, le Chercher, entre 1970 et 1973, débouchèrent sur l’écriture d’une thèse de doctorat de IIIe cycle soutenue à l’université de Nanterre en 1974. Sous l’impulsion de Francis Anfray, directeur de la Mission française d’archéologie en Éthiopie, l’ambassade de France à Addis-Abeba publia ce travail en 1980 alors que je terminais une thèse de doctorat d’État sur le Néolithique d’une région littorale atlantique de la France en 1981.

4En 1982, avec une équipe élargie, nous avons repris les recherches sur le mégalithisme éthiopien par l’étude de plusieurs sites à stèles du sud du pays : stèles aux épées de Tiya, site classé au patrimoine mondial de l’Unesco (Joussaume dir. 1995) ; tumulus à stèles anthropomorphes et phalliques de Tuto Fela (Joussaume dir. 2007), stèles anthropomorphes à visage cloisonné (Joussaume 2011) et site à stèles phalliques de Chelba-Tititti (Joussaume, Cros et Bernard 2010), le plus grand site africain à pierres dressées (environ 1 500 stèles) dont nous préparons la publication. Un ouvrage de synthèse sur l’ensemble des pierres dressées du sud de l’Éthiopie est en cours d’édition (Joussaume et Cros 2014).

5Aujourd’hui Le mégalithisme en Éthiopie ; monuments funéraires protohistoriques du Harar est épuisé. À la demande du directeur du Centre français des études éthiopiennes, Éloi Ficquet, et avec l’accord de son successeur Jean-François Breton, que je remercie l’un et l’autre, nous en publions une nouvelle édition. Nous profitons de cette occasion pour refondre complètement la présentation générale de l’ouvrage en séparant davantage l’étude des monuments que nous avons appelés « cistes dolméniques » ou « daga kofiya » datables du IIe millénaire avant J.-C., des tumulus ou « daga touli » aux formes variés qui, comme plusieurs sites muraillés régionaux, sont datés dans le Harar, des VIIIe au XIIIe siècles de notre ère, période très mal connue de l’histoire du pays.

6Il nous est agréable de remercier ici tous ceux, ouvriers, chercheurs et administratifs qui, tant en France qu’en Éthiopie, ont participé à la réussite de nos travaux effectués au cours des quarante-cinq années passées sur le mégalithisme éthiopien.

7Janvier 2013.

© Centre français des études éthiopiennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540