Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mégalithisme dans le Chercher en Éthiopie

 | 
Roger Joussaume

Résumé

Texte intégral

1En Éthiopie, trois grandes régions ont connu, ou connaissent encore pour certains peuples du sud, l'utilisation de monuments mégalithiques : pierres dressées, cistes dolméniques et/ou tumulus. Il s'agit du royaume d'Axoum au nord, du Chercher (Harar) à l'est et de la région qui s'étend du Mänz, au centre du pays, au Sidamo au sud. Le royaume d'Axoum avec ses stèles appartient à l'Antiquité ; dans le Chercher se trouvent des cistes dolméniques préhistoriques du IIe millénaire avant J.-C. et des tumulus protohistoriques des VIIIe-XIIIe siècles de notre ère, alors que du centre au sud de l'Éthiopie ont été élevées de très nombreuses stèles formant des groupements spécifiques par la forme et le décor des pierres dressées datées du Xe au XIVe siècle selon les régions.

2Après un survol des différents mégalithismes éthiopiens, il sera traité ici du Chercher qui a fait l'objet de quatre missions d'étude au début des années 1970.

• Les cistes dolméniques ou daga kofiya du Chercher

3Les « cistes dolméniques » (daga kofiya) du Chercher sont des monuments mégalithiques formés d'une chambre funéraire quadrangulaire de faible dimension, n'ayant contenu qu'un seul corps en position fléchie couché sur le côté. Elle est limitée par des dalles dressées dont celles des grands côtés latéraux supportent une dalle de couverture calcaire longue de deux à trois mètres. Aménagées dans la pente du terrain, elles étaient recouvertes d'un petit tumulus de pierres. Elles forment généralement des groupements plus ou moins lâches dont deux grands centres ont été étudiés : Chaffé et Sourré. La plupart d'entre elles ont été vidées de leur contenu il y a bien longtemps. De petites stèles leur sont parfois associées, seuls vestiges retrouvés dans ces chambres qui quelquefois font encore l'objet de cérémonies par les populations actuelles. Peut-être faut-il rapprocher ces « dolmens », comme les appelait F. Azaïs qui les découvrit (Azaïs et Chambard 1931), de monuments formellement comparables qui existent de l'autre côté de la mer Rouge, au Yémen, où ils sont datés sensiblement de la même époque.

• Les tumulus ou daga tuli du Chercher

4De gros tumulus (daga tuli) de pierres (cairns) pouvant atteindre jusqu'à plus de 6 m de hauteur, parfois groupés à plusieurs sur un espace restreint, d'autres plus petits et souvent seuls dans la nature, se trouvent un peu partout dans les monts du Chercher. Plusieurs d'entre eux, de type différent et presque toujours déjà éventrés par d'anciennes fouilles dues aux populations locales, ont été étudiés au cours des quatre missions.

5Les monuments à chambre circulaire, d'environ 4 m de diamètre, et cellule latérale étaient construits en élévation ou l'ensemble chambre-cellule était creusé en partie dans le sol. La chambre, limitée par des pierres dressées et des murets en pierre sèche, était compartimentée par des dalles dressées. Parfois un couloir permettait d'accéder à la chambre funéraire à travers le tumulus. Chaque compartiment était surmonté d'une dalle de pierre amovible permettant le dépôt successif de plusieurs corps sur le long terme. Ces corps étaient accompagnés d'un mobilier abondant fait de poteries variées, d'armes en fer, de bracelets métalliques et de quantités de petites perles en verre, en cornaline, en métal et en coquillages.

6L'une de ces chambres contenait à la fois des ossements et des poteries remplies de cendre et de petits ossements carbonisés, restes d'incinérations humaines.

7D'autres tumulus recouvraient des dépôts effectués sur le sol même peut-être à l'origine protégés par une petite structure en bois. Ces dépôts consistaient en ossements humains et en poteries diverses.

8Un petit tumulus de pierre recouvrait le squelette d'un personnage, déposé dans une petite dépression du sol calcaire, entouré de 14 poteries. Ici aussi une couverture en matériau périssable est envisagée.

9Les datations obtenues situent l'utilisation de ces monuments par un même peuple entre le VIIIe et le XIIIe siècle de notre ère, dans une fourchette comparable à celle des tumulus du Mänz voisin auxquels ils sont comparés (culture Shay).

• Hypogées et tombes en puits

10Des hypogées et autres tombes en puits sont nombreux en Éthiopie dès l'époque axoumite dans le nord et jusque chez différents peuples oromo et affiliés, certains actuels (Arsi, Konso) du sud de l'Éthiopie. Il s'en trouve aussi dans le Chercher non encore étudiés. En pays Arsi, plusieurs ont été détruits par une carrière à Ijabolé. Quelques vestiges céramiques recueillis à l'occasion de leur destruction montrent une appartenance culturelle identique à celle des tumulus du Chercher en particulier à travers un vase polypode à socle qui peut avoir été un brûle parfums. Celui-ci se retrouve dans des tumulus jusque sur la frontière avec le Kenya au sud et à Djibouti au nord-est indiquant une circulation importante à cette époque.

• Sites muraillés du Chercher

11Perchés sur les montagnes, les sites muraillés des monts du Chercher n'ont pas donné lieu à des recherches spécifiques en dehors d'un tas d'ossements et d'un autre de tessons de poteries en rapport avec le site d'occupation de Hassan Abdi. Plusieurs d'entre eux ont été visités qui ont permis de récupérer des vestiges essentiellement céramiques et lithiques. Ils conduisent à envisager la contemporanéité de plusieurs d'entre eux avec les tumulus à chambre circulaire et cellule latérale ainsi qu'avec d'autres types de tumulus qui tous mériteraient des études beaucoup plus approfondies.

© Centre français des études éthiopiennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540