Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture Shay d’Éthiopie (Xe-XIVe siècles)

 | 
François-Xavier Fauvelle-Aymar
, 
Bertrand Poissonnier

Résumés/abstracts

Texte intégral

1. La culture Shay, chaînon manquant de l’histoire éthiopienne

1La culture Shay, chaînon manquant de l’histoire éthiopienne

2La culture Shay, dont les premiers indices furent découverts à partir de 1998, est caractérisée par ses structures funéraires collectives : tumulus, dolmens à couloir et hypogées. Sa découverte comble une lacune historique, celle qui affectait jusque-là le « haut » Moyen Âge éthiopien, entre le VIIe et le XIIIe siècle. Mais de ce fait, elle modifie aussi la perception des relations entre les « païens » et les sociétés chrétiennes et musulmanes de la même époque. Ce chapitre propose ainsi un survol des sources relatives à cette période, révélant à quel point le récit historique continuiste produit par la dynastie chrétienne salomonienne (à partir de la fin du XIIIe s.) a contribué à occulter la diversité politique qui fut celle de la période antérieure. Ce parcours documentaire souligne également un défi, celui de penser les sociétés païennes qui commencent désormais à être documentées sur le plan archéologique. C’est l’occasion de revisiter le fameux épisode de la reine Gudit, au Xe siècle, comme un épisode de « réaction » païenne, ou encore le royaume « païen » du Damot.

3The Shay culture, a missing link in Ethiopian history

4The Shay culture, whose first clues were discovered from 1998 onwards, is characterised by its collective funeral structures: tumuli, dolmens (passage graves) and hypogea. Its discovery fills a historical gap, that affected until then the Ethiopian Early Middle Ages, between the 7th and the 13th centuries. By its very discovery, it also modifies the perception of the relationships between these "Pagans" and the Christian and Muslim societies of those times. This chapter hence offers an overview of the sources available for the period, revealing to what extent the continuist historical narrative produced by the Christian Solomonide dynasty (from the end of the 13th century onwards) contributed to hide the political diversity that existed in the previous period. This documentary survey also reveals a challenge, that of conceptualizing Pagan societies that are now beginning to be documented on an archaeological level. It also offers the opportunity to cast a new light on the famous episode of Queen Gudit, in the 10th century, seeing it as an episode of Pagan “reaction,” as well as the “Pagan” kingdom of Damot.

2. Les tumulus de Qopros (Mänz). Premiers indices d’une culture originale

5Les tumulus de Qopros (Mänz). Premiers indices d’une culture originale

6Découvert en 1999 alors qu’il était en cours de destruction par les paysans des environs, le tumulus de Qopros, dans le Mänz, n’a pu faire l’objet que d’une fouille rapide. La chambre, de plan elliptique, mesurait 4,30 x 3,80 m au sol, et ses parois étaient préservées sur 2 m d’élévation. Un aménagement formé de dalles semblait indiquer l’existence initiale d’une cella ou d’un couloir d’accès. Le matériel retrouvé à la fouille comprenait les restes de seize bracelets en fer, d’autres objets en fer ou en métaux cuivreux, une pendeloque en pierre verte, une perle en cornaline et 75 perles en verre. Quatre céramiques entières issues du pillage du monument ont été montrées par les paysans aux archéologues. Le monument contenait initialement des ossements humains ; deux d’entre eux, découverts en position croisée, furent présentés aux archéologues comme s’agissant des bras d’une croix chrétienne.

7The tumulus of Qopros (Mänz). First elements of an original culture

8Discovered in 1999 as it was being destroyed by the neighbouring farmers, the tumulus of Qopros, in Mänz, was only to be excavated briefly. The chamber, following an elliptic layout, measured 4.30 x 3.80 m at ground level, and its walls were preserved up to 2 m high. Slabs seemed to indicate the initial existence of a cella or a corridor. During the excavation, unearthed objects consisted in the remains of sixteen metal bracelets, other copper-like objects, a green stone pendant, a carnelian bead and 75 glass beads. Four whole ceramics plundered from the monument were shown by the farmers to the archaeologists. The monument initially contained human bones; two of them, discovered lying across each other, were presented to the archaeologists as being the arms of a Christian cross.

3. Le tumulus 2 de Meshalä Maryam (Mänz)

9Le tumulus 2 de Meshalä Maryam (Mänz)

10Une vingtaine de monuments tumulaires ont été identifiés en 1997-1999 sur le site de Meshalä Maryam, connu pour avoir été un site important du royaume chrétien au XVe siècle. L’un de ces monuments, le tumulus 2, a fourni la preuve qu’il était un monument funéraire. Il se présente comme un amas de pierres au sommet duquel se trouvait, avant l’intervention archéologique, un cratère laissant deviner une couverture initialement encorbellée au-dessus d’une chambre circulaire. Cette chambre avait été pillée avant l’intervention, mais ce pillage n’avait pas entamé les niveaux archéologiques profonds.

11La fouille archéologique de ce tumulus a révélé dans la chambre funéraire l’existence de deux niveaux bien différenciés. Le niveau supérieur contenait de nombreux ossements humains, dont certains, situés le long des parois, semblaient être demeurés en connexion anatomique. De nombreux ossements animaux étaient aussi présents. Le sédiment, tamisé, a livré plusieurs centaines de perles. Le niveau inférieur, d’environ 30 cm d’épaisseur, non perturbé, contenait une trentaine de céramiques entières prises dans une couche où alternaient des lits de sédiments limoneux et de cendres. Les phases d’utilisation du monument ont pu être reconstituées : elles laissent supposer l’existence, associée au monument originel, d’un premier état correspondant au dépôt d’un individu (ou d’un petit nombre d’individus) accompagné d’un abondant dépôt de céramique ; puis de dépôts successifs, à mesure des décès, d’individus constituant un groupe dont la composition évoque des liens d’ordre familial. Le nombre minimum d’individus déposés dans ce monument est de 19.

12The tumulus 2 of Meshalä Maryam (Mänz)

13Around twenty tumuli-like monuments were identified in 1997-1999 on the site of Meshalä Maryam, known as having been an important site of the Christian kingdom during the 15th century. One of these monuments, the tumulus 2, has proved to be a funeral monument. It has the aspect of a stone heap which bore at its summit, before the archaeological excavation, a crater that lets one imagine an initially corbelled roof above a round chamber.

14This chamber had been plundered before the excavation, but this had not disturbed deep archaeological levels. The archaeological excavation of this tumulus revealed the existence of two well distinguished levels inside the funeral chamber. The higher level contained many human bones, certain of which, found alongside the walls, seemed to have retained their anatomic connexions. Many animal bones were also present. The sifted sediments delivered several hundred beads. The bottom level, about 30 cm thick, undisturbed, contained around thirty whole ceramics which were set in a bed of alternating ash and sediments. We were able to reconstitute the different phases of the monument’s use: they enable us to imagine the existence, associated to the original monument, of a first stage corresponding to the burial of an individual (or of a small number of individuals) together with an important storing of ceramics; followed by successive burials, as deaths occurred, of individuals making up a group whose composition evokes family like ties. The minimum number of individuals buried in this monument is 19.

Annexe/Annex A

15Examen du matériel ostéologique du tumulus 2 de Meshalä Maryam (Mänz, Éthiopie)

16Le tumulus 2 de Meshalä Maryam (Mänz) a livré un abondant matériel osseux. Les restes humains sont dominants (19 individus, dont deux individus âgés et cinq juvéniles). Des éléments de trois bovins et deux ovins ont été déposés avec les humains, peut-être au cours de plusieurs phases d’utilisation. Le reste du contenu ostéologique est vraisemblablement non-anthropique et secondaire aux dépôts funéraires.

17Identification of osteological remains found in tumulus 2 at Meshalä Maryam (Mänz)

18Excavation of the tumulus 2 at Meshalä Maryam (Mänz, Amhara region, Ethiopia) yielded numerous osteological remains. Human remains are most common (19 individuals, including two senile individuals and five juveniles). Parts of three bovines and two ovines were buried with the human bodies, maybe through several occurrences. Other osteological content is probably non-anthropogenic and secondary to the funerary deposits.

4. Le tumulus de Tätär Gur (Mänz) : un dolmen à couloir

19Le tumulus de Tätär Gur (Mänz) : un dolmen à couloir

20Le tumulus de Tätär Gur, à proximité de Meshalä Maryam (Mänz) a été découvert en 1999 et a fait l’objet d’une fouille intégrale en mars-avril 2000. La fouille a révélé une architecture tumulaire inédite : le premier dolmen à couloir identifié dans l’Est africain. Nous avons établi qu’une première étape avait vu la construction d’une chambre funéraire circulaire de 3,50 m de diamètre, munie d’un couloir d’accès, au sein d’un tumulus primaire de 10 x 11,50 m. À la fin de l’utilisation du monument, celui-ci fut scellé par un second tumulus de 19,50 m de diamètre, et son couloir initial effacé, tandis qu’une structure linéaire, d’orientation différente, était construite à l’image d’un faux couloir.

21Les niveaux sépulcraux, intacts et d’une épaisseur de 40 à 50 cm sur le substrat décapé, ont livré les restes de plusieurs dépôts successifs organisés autour d’un personnage inhumé en position centrale. Les restes osseux étaient très mal conservés. Le mobilier était constitué de 74 poteries appartenant à plusieurs types, dont un type ultra-caréné (« soucoupes volantes »), 152 bracelets en fer, en métal cuivreux ou en argent, une épée en fer, de nombreuses perles et tortillons métalliques (or, argent ou métal cuivreux) et autres objets en fer, plusieurs centaines de perles en verre appartenant pour la plupart au type indo-pacifique, des parures en roches diverses, et des restes de vêtements.

22Deux échantillons prélevés sur le niveau de construction et de première utilisation du monument ont livré des datations radiocarbone qui inscrivent le début du fonctionnement du monument dans la première moitié du Xe siècle.

23The tumulus of Tätär Gur (Mänz) : a dolmen (passage grave)

24The tumulus of Tätär Gur, found nearby Meshala Maryam (Mänz) was discovered in 1999 and was the object of exhaustive excavations in March-April 2000. The excavation revealed a new type of tumulus architecture: the first dolmen (passage grave) to have been identified in East Africa. We have established that a first stage saw the construction of a round funeral chamber of a diameter of 3.50 m, equipped with an access corridor, inside a primary tumulus of 10 x 11.50 m. Towards the end of the monument’s use, it was itself sealed by a second tumulus of a diameter of 19.50 m, and its initial corridor taken out, while a linear structure, of a different orientation, was built to resemble a fake corridor.

25The sepulchral levels, intact and of a thickness of 40 to 50 cm on the levelled bedrock, revealed the remains of several successive burials organised around an individual buried in a central position. The bone remains were very badly preserved. The objects were made up of 74 potteries belonging to several types, of which an ultra-carinated type («flying sausaucers»), 152 metal, copper or silver bracelets, a metal sword, numerous beads and metallic twists (gold, silver or copper metal) and other objects in metal, several hundred glass beads belonging for the larger part to the Indo-Pacific type, diverse stone ornaments, and clothes remains. Two samples taken at the construction and first use of the monument level delivered Radiocarbon datings that set the beginning of the use of the monument in the first half of the 10th century.

Annexe/Annex Β

26Les restes humains du tumulus de Tätär Gur (Mänz)

27L’étude des restes humains du tumulus de Tätär Gur a été faite in situ au moment de la fouille du monument. Les ossements et dents préservés dans les niveaux sépulcraux présentaient un degré d’altération extrême et une très grande fragilité, qui conduisent à relativiser la portée de l’étude. Cependant, sur la base du décompte des restes et de l’appréciation de leur position relative, on peut estimer que la chambre funéraire contenait au minimum une vingtaine de corps adultes, dont un adulte jeune. Lorsqu’elle était patente, c’est-à-dire rarement, l’organisation des ossements a fait penser à deux cas de figures : des inhumations primaires en place et des rangements secondaires d’ossements. Lorsque l’observation a été possible, les perles sont apparues en connexion et situées à proximité des restes de crânes ou de dents, évoquant des parures de coiffe ou de collier. Des bracelets ont été découverts encerclant des ensembles radius-ulna et un tibia. La présence de restes osseux et mobilier prestigieux en position centrale dans la chambre funéraire invite à s’interroger sur le statut social de cet individu et sa relation avec les défunts situés en position périphérique.

28The human remains of the tumulus of Tätär Gur (Mänz)

29The study of the human remains of the tumulus of Tätär Gur was made in situ at the time of the excavation of the monument. The preserved bones and teeth in the sepulchral levels presented an extreme rate of alteration and a great fragility that leads to relativize the outcome of the study. However, on the basis of the number of the remains and an appreciation of their relative position, one is able to estimate that the funeral chamber contained at least twenty adult bodies, of which one young adult. When it was obvious, i.e. rarely, the organisation of the bones led one to imagine two cases: primary inhumations in place and secondary storing of bones. Where the observation was possible, the beads appeared in connexion and situated nearby the remains of skulls or teeth, evoking hair ornaments or necklaces. Bracelets and anklets were discovered encircling radius-ulna groups and a tibia. The presence of bone remains and of prestigious objects in a central position in the funeral chamber raises the question of the social status of this individual and of his relationship with the deceased situated in a peripheral position.

Annexe/Annex C

30L’alignement de stèle de Nəb Gädäl (Mänz)

31L’alignement de Nəb Gädäl, à proximité immédiate du tumulus de Tätär Gur, était constitué de stèles trouvées effondrées et remaniées. Le site a fait l’objet d’une fouille rapide en mars-avril 2000. Une quinzaine de stèles en rhyolite a été documentée. De forme relativement brute, elles présentent exceptionnellement des traces de travail, dont un double collier figuré qui confère une valeur anthropomorphique à au moins l’une des stèles. Des fragments de bois trouvés à la fouille permettent d’émettre l’hypothèse d’éléments de bois, peut-être des statues, associées aux stèles de pierre. Le site de Nəb Gädäl, qui n’a pas révélé de restes osseux ou mobilier, pourrait avoir été associé avec le tumulus de Tätär Gur dont le couloir initial s’ouvrait en direction des stèles.

32The Nəb Gädäl (Mänz) stelae alignement

33The alignement of Nəb Gädäl, in close proximity to the tumulus of Tätär Gur, was made up of stelae found lying on the ground and moved about. The site was the object of a quick excavation in March-April 2000. About fifteen stelae in rhyolite were examined. Relatively rough in shape, they exceptionally present fashioned elements, of which one figures a double necklace giving an anthropomorphic value to at least one of the stela.

34Wooden fragments found during the excavation enable to venture the hypothesis of wooden elements, perhaps statues, associated with the stone stelae.

35The site of Nəb Gädäl, that did not deliver bone remains or objects, could have been associated with the tumulus of Tätär Gur whose initial corridor opened up in the direction of the stelae.

5. Le site mégalithique de Mähal Wänz (Efrata et Gədəm). Tumulus, stèle et hypogée

36Le site mégalithique de Mähal Wänz (Efrata et Gədəm). Tumulus, stèle et hypogée

37Brièvement visité en 2000 parce que des rumeurs de « trésors » couraient à son sujet, le site de Mähal Wänz (Mänz) n’a fait l’objet que d’observations. Le site livre deux tumulus, dont l’un (tumulus 1 de Mähal Wänz), préservé sur près de 4 m de hauteur, présente une structure linéaire, radiale, couverte de grosses pierres, et qui évoque un couloir. La chambre funéraire de ce possible dolmen était semble-t-il préservée au moment de la mission. Le site présente également une fosse ayant livré des bracelets métalliques et des poteries shay (probablement un hypogée), une stèle sans trace de travail, et plus loin les ruines d’une structure bâtie à caractère défensif. Les relations chronologiques entre ces éléments du site ne sont pas connues.

38The megalithic site of Mähal Wänz (Efrata and Gədəm). Tumuli, stelae and hypogeum

39Briefly visited in 2000 because rumours of «treasures» were running rife about it, the site of Mähal Wänz (Mänz) has only been the object of observations. The site offers two tumuli of which one (tumulus 1 of Mähal Wänz), is preserved to a height of about 4 m, and presents a linear structure, radial, covered in slabs, evoking a corridor. The funeral chamber of this possible dolmen seemed to be preserved at the time of the mission. The site also presents a pit (probably a hypogeum) that delivered metal bracelets and Shay pottery, a stela without any fashioning marks, and further away the remains of a built up structure of a defensive nature. The chronological relationships between these site elements are unknown.

6. Ketetiya (Wällo). Hypogées à céramiques remarquables

40Ketetiya (Wällo). Hypogées à céramiques remarquables

41Le site de Ketetiya (sud-Wällo) a été découvert par des habitants du village en 1997 et a fait l’objet depuis lors de plusieurs interventions archéologiques ou de préservation. Ce chapitre présente l’historique de ces interventions et les résultats d’une mission réalisée par les auteurs en 2008.

42Le site présente quatre chambres funéraires ou hypogées (A, B, C, D) accessibles depuis le sol actuel par deux puits d’accès verticaux (1, 2). Les chambres ont livré des dizaines de poteries ainsi que des ossements humains. La chambre D, non perturbée au moment de la première intervention archéologique, a ainsi livré des ossements humains en connexion anatomique au-dessus d’un niveau sépulcral contenant des poteries. La fouille très limitée (0,60 x 0,60 m) pratiquée en 2008 dans ce niveau jusqu’à la base du remplissage a permis d’observer des poteries en place contenant des cendres et des fragments de dents humaines, qui plaident en faveur d’un emploi funéraire de ce mobilier. Deux datations au radiocarbone permettent d’attribuer le fonctionnement de ce niveau sépulcral aux XIIIe et XIVe siècles. Les croix chrétiennes gravées sur l’une des poteries prélevées permettent d’évoquer la présence d’une teinture chrétienne dans une ambiance culturelle restée « païenne ».

43Ketetiya (Wällo). A hypogeum with remarkable ceramics

44The site of Ketetiya (South-Wällo) was discovered by the inhabitants of the village in 1997 and has since been the object of several archaeological and preservation campaigns. This chapter presents the timeline of these campaigns and the results of a mission undertaken by the authors in 2008. The site presents four funeral or hypogeum chambers (A, B, C, D) accessible from the current ground level by two vertical access shafts (1, 2). The chambers have delivered dozens of potteries as well as human bones. The chamber D, undisturbed at the time of the first archaeological campaign, delivered human bones in anatomic connexion above a sepulchral level containing potteries. The very limited excavation (0.60 x 0.60 m) conducted in 2008 inside this level down to the lower layers made possible the observation of undisturbed potteries containing few burnt bones and the remains of human teeth. Two radiocarbon datings enable to attribute the use of this sepulchral level to the 13th and 14th centuries. The Christian crosses engraved on one of the potteries found enable to evoke the presence of a Christian veneer in a cultural atmosphere that is still "Pagan".

Annexe/Annex D

45Sept céramiques remarquables de Ketetiya (Wällo) en contexte archéologique

46Cette annexe constitue l’inventaire descriptif, accompagné de photographies, de sept céramiques entières provenant du contexte archéologique non perturbé de la chambre D du site funéraire de Ketetiya.

47Seven remarkable ceramics of Ketetiya (Wällo) found in archaeological context

48This annex makes up the descriptive inventory, accompanied by photographs, of seven whole ceramics originating from the undisturbed archaeological context of the chamber D of the funeral site of Ketetiya.

Annexe/Annex Ε

49Céramiques de Ketetiya (Wällo) conservées au musée de Däse

50Cette annexe constitue l’inventaire descriptif, accompagné de photographies, de 27 céramiques entières conservées au musée de Däse. Toutes ces céramiques proviennent des tombes A, Β et C du site de Ketetiya.

51Ceramics of Ketetiya (Wällo) preserved at the museum of Däse

52This annex constitutes the descriptive inventory, accompanied by photographs, of 27 whole ceramics preserved in the museum of Däse. All of these ceramics come from the tombs A, B, and C in the Ketetiya site.

7. Décors mobiliers médiévaux et décors corporels actuels : exercice comparatif ethnoarchéologique Shay/Mursi

53Décors mobiliers médiévaux et décors corporels actuels : exercice comparatif ethnoarchéologique Shay/Mursi

54Ce chapitre propose une comparaison entre le corpus de motifs gravés sur les céramiques shay et celui des décors corporels d’une population actuelle du sud de l’Éthiopie, les Mursi. Ces derniers emploient deux types de motifs corporels : les kichoa, décors tant féminins que masculins qui sont réalisés en divers endroits du haut du corps par scarification ; les riru, marques pratiquées à l’occasion de l’homicide d’un ennemi et formées de cicatrices de brûlures. Les kichoa, comme plus généralement toutes les modifications corporelles impliquant un saignement, apparaissent comme un traitement social destiné à conjurer divers types d’écoulement du sang, qu’il s’agisse des blessures reçues lors des jeux guerriers ou des événements qui affectent le corps de la femme de la puberté à l’accouchement. Elles accompagnent le cycle ordinaire de la vie sociale. De façon symétrique, les riru sont des marques sèches qui matérialisent l’écoulement d’un sang étranger à la société, celui des guerriers tués.

55Sur le plan graphique, les motifs riru et kichoa présents sur les corps des Mursi livrent des parallèles frappants avec les paires d’arceaux des décors de la céramique shay. Les motifs en « hameçons » ont aussi leur parallèle dans la culture Shay, tandis que les lignes de motifs kichoa évoquent plastiquement les lignes de bossettes de la céramique. Mais on doit constater aussi la plus grande variété du répertoire shay par rapport au répertoire mursi. Au final, le répertoire iconographique shay, qui ne peut se décrypter au seul vu du contexte culturel offert par les Mursi, paraît devoir s’inscrire dans un éventail de motifs symboliques présents à une large échelle régionale.

56Medieval objects patterns and contemporary body adornment: a comparative Shay/Mursi ethno-archaeological exercise

57This chapter proposes a comparison between the patterns on Shay ceramics and that of the body adornments of a contemporary population from the south of Ethiopia, the Mursi. The latter use two types of body adornment: the kichoa, which are both feminine and masculine and are undertaken in different parts of the upper body by scarification ; the riru, which are marks applied upon the occasion of the homicide of an enemy and formed by scarification of burnings. The kichoa, and more generally all of the body modifications involving bleeding, appear as a social treatment destined to prevent different types of blood letting, whether consisting in wounds inflicted during war games or the happenings affecting the bodies of women from puberty to childbirth. They accompany the ordinary cycle of social life. In a symmetric fashion, the riru are dry marks that materialise the blood letting which is foreign to the society, that of killed warriors. On a graphic plane, the riru and kichoa motives present on the bodies of the Mursi reveal startling parallels with the hoops of the patterns of Shay ceramics. The “fishhook” motives also find a parallel in the Shay culture, while the raised lines of kichoa motives evoke the ceramic’s lines of bumps. But one also has to take into consideration the greater variety of the Shay repertory when compared to the Mursi one. Finally, the Shay iconography, that cannot be decrypted solely in light of the cultural context offered by the Mursi, seems to have to be inscribed inside a vast set of symbolic motives present on a large regional scale.

8. La culture Shay dans son environnement éthiopien : synthèse archéologique et historique

58La culture Shay dans son environnement éthiopien : synthèse archéologique et historique

59Le corpus de la culture Shay n’est pas clos ; en l’état actuel, il est seulement délimité par les prospections qui ont été conduites sur le terrain. Il y a cependant bien d’autres signalements de monuments tumulaires dans le pays, tant dans l’ouest que dans le Tigray. Rappelons également la présence, dans le Č̣ärč̣är, d’une culture à tumulus contemporaine de la culture Shay, mais présentant une typologie céramique fort différente.

60La culture Shay présente un certain nombre de caractères : tumulus auxquels ont pu être initialement associées des stèles à vocation mémorielle ; hypogées dont la pratique rappelle des données ethnographiques actuelles ; céramique très typique (que caractérise l’association de formes en « soucoupes volantes », de bouteilles carénées, de bouteilles globulaires, de cruches et de cruchons) qui ne trouve pas de comparaison en Éthiopie (mais quelques spécimens sont issus de fouilles à Mäṭära) ; un mobilier non céramique où dominent les perles de verre étiré de type indo-pacifique mais aussi quelques productions indiennes, méditerranéennes et peut-être chinoises.

61De l’ensemble de ces caractères et de leur homogénéité spatiale ressort le sentiment d’une forte identité culturelle. D’où germe la question de la disparition brutale de la culture Shay au plus tard au XIVe siècle. Nous suggérons ici que la fin des grandes structures funéraires collectives doive être mise en relation avec un contexte de christianisation et d’islamisation, sans préjuger des autres aspects de la société, qui ne sont pas encore documentés par l’archéologie. Le remplacement complet et brutal du répertoire céramique invite quant à lui à poser la question des dynamiques de peuplement à l’œuvre sur les hauts plateaux à cette période. Quant à l’assemblage de parures importées provenant des tumulus Shay, il témoignerait d’un long voisinage de la culture Shay avec des colporteurs liés à l’univers commercial islamique. Il est suggéré, en conclusion, que les élites comme les gens du commun appartenant à la culture Shay ont non seulement entretenu des relations nourries avec leurs voisins chrétiens et musulmans, mais ont aussi probablement contribué au façonnage de la société médiévale telle qu’elle nous apparaît dans les sources écrites à partir de la fin du XIIIe siècle.

62The Shay culture in its Ethiopian environnent: an archaeological and historic summary

63The corpus of Shay culture is not closed; in the current state of affairs, it is only delimitated by the fieldwork surveys. There are however many other sightings of tumuli monuments in the country, in the west as well as in Tigray. Let us also remember the presence, in the Č̣ärč̣är, of a tumuli culture contemporaneous of the Shay culture, but presenting a very different ceramic typology. The Shay culture presents a number of characteristics: tumuli to which it has been initially possible to associate stelae with a remembrance function; hypogea whose practice evokes current ethnographic data; very typical ceramics (characterised by the association of “flying saucer” shapes, and carinated and round bottles, jugs big and small) that is without comparison in Ethiopia (but a few specimens are issued from excavations in Mäṭära); non ceramic objects dominated by drawn Indo-Pacific type glass beads, but also a few Indian, Mediterranean and possibly Chinese productions. From the grouping of these characteristics and their homogeneity, stems the feeling of a strong cultural identity. From this sprouts the question of the brutal disappearance of the Shay culture at the latest in the 14th century. We suggest here that the end of the great collective funeral structures has to be put in relation to a context of Christianisation and of Islamisation, without jumping to conclusions about other aspects of the society, that are not yet documented by archaeology. The complete and brutal replacement of the ceramic repertory in itself invites the question of the dynamics of the peopling of the high plateaus at the time. As to the presence of imported adornments coming from Shay tumulus, it would bear witness to a long neighbourly relationship of Shay culture with traders linked to the Islamic commercial world. It is suggested, by way of conclusion, that both the elites and common people belonging to the Shay culture not only had strong links with their Christian and Muslim neighbours, but also probably contributed to the emergence of medieval society as it appears to us in written sources from the end of the 13th century onwards.

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540