Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture Shay d’Éthiopie (Xe-XIVe siècles)

 | 
François-Xavier Fauvelle-Aymar
, 
Bertrand Poissonnier

8. La culture shay dans son environnement éthiopien : synthèse archéologique et historique

The Shay culture in its Ethiopian environnent: an archaeological and historic summary

Bertrand Poissonnier et François-Xavier Fauvelle-Aymar

Résumé

Le corpus de la culture Shay n’est pas clos ; en l’état actuel, il est seulement délimité par les prospections qui ont été conduites sur le terrain. Il y a cependant bien d’autres signalements de monuments tumulaires dans le pays, tant dans l’ouest que dans le Tigray. Rappelons également la présence, dans le Č̣ärč̣är, d’une culture à tumulus contemporaine de la culture Shay, mais présentant une typologie céramique fort différente.
La culture Shay présente un certain nombre de caractères : tumulus auxquels ont pu être initialement associées des stèles à vocation mémorielle ; hypogées dont la pratique rappelle des données ethnographiques actuelles ; céramique très typique (que caractérise l’association de formes en « soucoupes volantes », de bouteilles carénées, de bouteilles globulaires, de cruches et de cruchons) qui ne trouve pas de comparaison en Éthiopie (mais quelques spécimens sont issus de fouilles à Mäṭära) ; un mobilier non céramique où dominent les perles de verre étiré de type indo-pacifique mais aussi quelques productions indiennes, méditerranéennes et peut-être chinoises.
De l’ensemble de ces caractères et de leur homogénéité spatiale ressort le sentiment d’une forte identité culturelle. D’où germe la question de la disparition brutale de la culture Shay au plus tard au xive siècle. Nous suggérons ici que la fin des grandes structures funéraires collectives doive être mise en relation avec un contexte de christianisation et d’islamisation, sans préjuger des autres aspects de la société, qui ne sont pas encore documentés par l’archéologie. Le remplacement complet et brutal du répertoire céramique invite quant à lui à poser la question des dynamiques de peuplement à l’œuvre sur les hauts plateaux à cette période. Quant à l’assemblage de parures importées provenant des tumulus Shay, il témoignerait d’un long voisinage de la culture Shay avec des colporteurs liés à l’univers commercial islamique. Il est suggéré, en conclusion, que les élites comme les gens du commun appartenant à la culture Shay ont non seulement entretenu des relations nourries avec leurs voisins chrétiens et musulmans, mais ont aussi probablement contribué au façonnage de la société médiévale telle qu’elle nous apparaît dans les sources écrites à partir de la fin du xiiie siècle.

The corpus of Shay culture is not closed; in the current state of affairs, it is only delimitated by the fieldwork surveys. There are however many other sightings of tumuli monuments in the country, in the west as well as in Tigray. Let us also remember the presence, in the Č̣ärč̣är, of a tumuli culture contemporaneous of the Shay culture, but presenting a very different ceramic typology. The Shay culture presents a number of characteristics: tumuli to which it has been initially possible to associate stelae with a remembrance function; hypogea whose practice evokes current ethnographic data; very typical ceramics (characterised by the association of “flying saucer” shapes, and carinated and round bottles, jugs big and small) that is without comparison in Ethiopia (but a few specimens are issued from excavations in Mäṭära); non ceramic objects dominated by drawn Indo-Pacific type glass beads, but also a few Indian, Mediterranean and possibly Chinese productions. From the grouping of these characteristics and their homogeneity, stems the feeling of a strong cultural identity. From this sprouts the question of the brutal disappearance of the Shay culture at the latest in the 14th century. We suggest here that the end of the great collective funeral structures has to be put in relation to a context of Christianisation and of Islamisation, without jumping to conclusions about other aspects of the society, that are not yet documented by archaeology. The complete and brutal replacement of the ceramic repertory in itself invites the question of the dynamics of the peopling of the high plateaus at the time. As to the presence of imported adornments coming from Shay tumulus, it would bear witness to a long neighbourly relationship of Shay culture with traders linked to the Islamic commercial world. It is suggested, by way of conclusion, that both the elites and common people belonging to the Shay culture not only had strong links with their Christian and Muslim neighbours, but also probably contributed to the emergence of medieval society as it appears to us in written sources from the end of the 13th century onwards

Texte intégral

“Que chacun creuse sa tombe et assemble au-dessus de celle-ci des pierres en forme de hutte, tout en ménageant un accès, avec tous ses biens, et qu’il ferme la porte !”
Récit mythologique collecté dans le Tigray par E. Littmann (1910)

Une culture en bordure des hauts plateaux

Un corpus à compléter

  • 1 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2007-2008.

1Les sites identifiés comme shay occupent la bordure orientale du haut plateau central éthiopien, entre le nord-Shoa et le sud-Wällo, sur une extension minimale (à vol d’oiseau) de 150 km du nord au sud et de 70 km d’est en ouest (Fig. 1.1 & 1.2). Ketetiya représente le site avéré le plus septentrional. La plus grande concentration de sites shay se situe dans le Mänz1, sous forme de tumulus dont une bonne part doit appartenir à cette culture. Le corpus des sites shay actuellement connus s’établit comme suit :

  • les tumulus de Qopros (chap. 2 du présent ouvrage) ;

    • 2 P. Lotti et al. 2012.

    le tumulus 2 de Meshalä Maryam (chap. 3 du présent ouvrage) ; tout proche, le tumulus appelé structure 3242, fouillé dans le cadre général des fouilles de Meshalä Maryam, était tellement ruiné que l’on ne peut guère se prononcer à son sujet ;

  • le dolmen à couloir de Tätär Gur, possiblement lié aux stèles de Nəb Gädäl (chap. 4 du présent ouvrage) ;

  • l’ensemble de Mähal Wänz : dolmen à couloir possible et hypogée, ainsi peut-être que tumulus et stèle (chap. 5 du présent ouvrage) ;

  • les hypogées de Ketetiya (chap. 6 du présent ouvrage).

2À cette liste s’ajoutent deux monuments qui n’ont pas tait l’objet d’interventions archéologiques, mais que des observations faites directement ou indirectement nous permettent d’inclure dans le même ensemble : les tumulus de Däbrä Gur et d’Alben Ṭed Gur dans le Mänz, qui ont livré des perles indo-pacifiques (voir infra), sans autres observations.

3Enfin il nous faut signaler l’énigme de plusieurs céramiques anciennement découvertes sur le site aksumite de Mäṭära en Erythrée et que nous proposons de requalifier comme shay ; nous discuterons de ce point infra. Mäṭära se situe à 380 km (à vol d’oiseau) au nord de Ketetiya, c’est-à-dire en position très excentrée par rapport à la zone de distribution des sites shay. Bien que les céramiques en question soient indistinctes de celle de la culture Shay, il nous est impossible de considérer sans réserves que le locus d’où proviennent ces pièces constitue un « site » shay.

  • 3 F. Anfray 1983.
  • 4 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2007-2008.
  • 5 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2007-2008 : item 50.

4Si l’intérêt des chercheurs pour le mégalithisme en Éthiopie s’est surtout focalisé, depuis le début du xxe siècle, sur le phénomène des stèles, la présence de tumulus (en association ou non avec des stèles) a été remarquée en différents points du pays, même si fort peu de ces monuments ont fait l’objet de fouilles. Dans la région qui nous intéresse ici, des tumulus avaient été signalés par Francis Anfray3. Une prospection menée en 2001 a également permis de répertorier dans une zone assez ramassée du Mänz un ensemble de quelque 75 tumulus certains ou très probables, qui ont fait l’objet d’observations systématiques (quant à leur apparence externe et à leur environnement) et de collectes d’informations orales4. L’absence d’interventions archéologiques, dans un cadre de stricte prospection, interdit évidemment toute généralisation au sujet de leur attribution culturelle ou chronologique, mais l’appartenance d’au moins une partie de ces monuments à la culture Shay paraît indéniable. Ces réserves étant faites, il faut rappeler le potentiel archéologique exceptionnel de certains de ces monuments, parfois groupés en véritables nécropoles et qui peuvent individuellement atteindre des dimensions impressionnantes, à l’instar du tumulus d’Amba Lay Gur, d’environ 25 m de diamètre pour 12 de hauteur5.

  • 6 B. Khun de Prorok 1942 : 112-113. À l’est de Dul, dans l’Eastern Beni Shangul : “Alongside this anc (...)
  • 7 A. E. Jensen 1936.
  • 8 R. Joussaume 2007.

5Il est également impossible, sur la seule base des travaux antérieurs ou réalisés dans le cadre de la présente étude, de prétendre avoir circonscrit toute la zone d’extension de la culture Shay, ou même d’en avoir délimité le foyer ou la zone de plus grande densité. Ces travaux présentent bien évidemment un biais, celui induit par les choix ayant conduit à prospecter telle région plutôt que telle autre. À vrai dire, d’autres régions d’Éthiopie, qui n’ont pas connu un même investissement de la recherche en ce domaine, pourraient amener, à l’avenir, à redéfinir les contours géographiques, sinon peut-être chronologiques et typologiques, de la culture Shay. Quelques indices permettraient peut-être déjà de guider la recherche. Dans l’ouest de l’Éthiopie, les données sont pratiquement inexistantes, à l’exception des fouilles peu connues effectuées par Byron Khun de Prorok en 1933, qui ont mis au jour des éléments de parure a priori comparables avec certains éléments de la Shay6. Dans le Tigray, des tumulus sont connus mais n’ont guère fait l’objet de travaux archéologiques, victimes probables d’une « concurrence » défavorable avec les prestigieux sites antiques du secteur. Dans la région méridionale traditionnellement appelée le Sidamo, des stèles associées à des tumulus ont été étudiées sous la direction de A.E. Jensen7 en 1935 puis plus récemment de Roger Joussaume8. La région du Č̣ärč̣är, à l’ouest de Harar, a fait l’objet de prospections et de fouilles sous la direction de F. Azaïs et R. Chambard dans les années 1920, puis surtout de R. Joussaume dans les années 1970. Leur intérêt est d’autant plus grand que ces tumulus sont contemporains de ceux de la Shay, dont ils forment le pendant du côté sud de la dépression afar. Nous allons maintenant les parcourir rapidement à la lumière des nouvelles découvertes.

Les mégalithes du Č̣ärč̣är

  • 9 F. Azaïs & R. Chambard 1931.
  • 10 R. Joussaume 1980.
  • 11 Qui pourtant conserve concurremment le terme (R. Joussaume 1995 : 69), pour le placer ailleurs entr (...)
  • 12 R. Joussaume 2007 : 14.
  • 13 R. Joussaume 1980 : 103.
  • 14 Calibration OxCal 4.1, IntCal 09, effectuée par les auteurs du présent article en février 2012.
  • 15 Même remarque.

6Les monuments de la région de Harar, et particulièrement ceux du secteur occidental, le Č̣ärč̣är, ont fait l’objet d’une première étude en 1922 par Azaïs et Chambard9, puis par R. Joussaume un demi-siècle plus tard, qui entreprit de fouiller plus méthodiquement les différents types de monuments mégalithiques de la région10. Ceux appelés abusivement « dolmens », par analogie superficielle avec la vision archaïque que l’on avait autrefois de tels monuments en Europe, ont été nommés « cistes dolméniques » par R. Joussaume11. Il s’agit de monuments mégalithiques « formés d’une dalle de pierre reposant sur deux rangées de pierres parallèles limitant un espace rectangulaire fermé à chaque extrémité par d’autres dalles dressées12 ». Les chambres funéraires forment ainsi de petits coffres longs en moyenne de 1,50 m pour 0,65 m de large et presque autant de hauteur. La dalle de couverture peut atteindre 3 m de longueur. Mais ces monuments ne concernent pas le Moyen Âge ; ils ont été datés par le radiocarbone du deuxième millénaire avant notre ère. Deux foyers situés à la base des piliers du monument n° 2 de Hassan Abdi ont fourni une datation : le foyer sud (Gif 3040) a été estimé « entre 1300 et 1590 avant J.-C. » lors de la publication13. La recalibration14 à deux sigmas (95,4 % de probabilité) nous livre trois intervalles : 1738 à 1707 (1,5 %), 1696 à 1257 (93,1 %) et 1234 à 1216 (0,8 %) avant J.-C. L’autre foyer (Gil 3039), au nord, a été d’abord estimé « entre 1600 et 1800 avant J.-C. » La recalibration15 vieillit cette estimation et propose un intervalle à deux sigmas de 2024 à 1520 avant J.-C.

  • 16 R. Joussaume 1980 : 110.
  • 17 R. Joussaume 1980 : 51.
  • 18 Même remarque que plus haut (note 15).

7D’autres monuments funéraires, médiévaux cette lois, ont été étudiés dans le Č̣ärč̣är. Parmi les tumulus, certains présentent une chambre circulaire et une cella adjacente (Fig. 8.1 & 8.2). R. Joussaume les décrit comme ayant une « chambre circulaire, de trois à quatre mètres de diamètre, [...] construite en pierres sèches ou limitée par des piliers en calcaire qui atteignent parfois de grandes dimensions. Sur le pourtour une chambrette a été aménagée. Le passage d’une pièce à l’autre se fait par un porche trilithe formé de deux orthostats, d’un linteau et d’un seuil, constituant une ouverture large de 0,50 m et haute de 0,90 m environ. Ce sont des sépultures collectives. Les morts étaient déposés à l’intérieur des compartiments – il devait y en avoir de quatre à six dans la chambre – accroupis adossés à la paroi16 ». Un mobilier abondant était déposé avec les corps, fort comparable à celui des tumulus shay, nonobstant la typologie céramique, fort différente. La couverture de ces monuments a disparu. Ce type d’organisation interne des tumulus semble propre au Č̣ärč̣är. Néanmoins, au vu du dolmen à couloir de Tätär Gur, nous sommes tentés de faire un parallèle entre les deux régions et d’émettre l’hypothèse que la « cella » des tumulus du Č̣ärč̣är aurait pu correspondre à une structure d’accès à la chambre. L’ouverture située sur le dessus du monument aurait alors conduit non pas directement au centre de la chambre mais dans la cella, grâce à une couverture amovible de cette dernière. L’analogie formelle entre les aménagements sous linteaux observés tant à Tätär Gur que dans ces monuments nous paraît si frappante que nous serions tentés d’y voir une correspondance fonctionnelle. Dans le cas de Qopros, les paysans qui avaient détruit le tumulus principal avaient noté la présence d’un trilithe mégalithique qui peut avoir correspondu à l’un de ces aménagements. Pour le tumulus de Raré à Tchaffé (Fig. 8.1), la « cella » était vide, à l’exception d’une petite figurine en calcaire. R. Joussaume écrit que « les squelettes découverts gisaient à l’entrée de cette cella [depuis le centre de la chambre], c’est-à-dire en avant de la dalle de couverture [de la cella] tombée en biais dans le monument. Ceci nous porte à croire que le dépôt funéraire est postérieur à la chute de cette dalle et que la date C14 obtenue pour un charbon de bois recueilli près des corps [...] marque une réutilisation du monument à une époque relativement récente17 ». La calibration18 à deux sigmas de cette datation (Gif 1895) donne deux intervalles : 1290-1522 (88,7 %) et 1573-1627 (6,7 %) AD.

Fig. 8.1 — Tumulus « à chambre circulaire et cella » de Tchaffé

  • 19 R. Joussaume 1980 : 52-53.
  • 20 À ne pas confondre avec le tumulus appelé aussi par R. Joussaume « n° 1 de Sourré-Kabanawa », qui e (...)
  • 21 R. Joussaume 1980 : 53.

8À Ganda Midjou19, la cella du monument n° 2, bien que non pillée avant la fouille, n’a pas livré le moindre vestige archéologique, information qui va dans le sens d’une possible utilisation comme couloir d’accès. En revanche, la situation était quelque peu différente dans le cas du monument voisin de plan similaire (appelé n° 1 de Sourré-Kabanawa20 par le fouilleur) (Fig. 8.2). Là, la cella a livré de nombreux ossements épars provenant de mains et de pieds, ainsi que quelques vertèbres et fragments crâniens, sans aucun os long, ce qui a conduit le fouilleur à émettre l’hypothèse de sépultures secondaires. Un échantillon prélevé à l’intérieur de la cella a livré une datation au radiocarbone (Gif 3289) dont une calibration récente à deux sigmas nous donne deux intervalles : 899-919 (1,8 %) et 950-1264 (93,6 %) après J.-C. Enfin, à proximité des deux précédents, le tumulus appelé n° 3 de Sourré-Kabanawa, en partie vidé et détruit avant l’intervention archéologique, contenait encore « un amoncellement d’ossements humains qu’accompagnait un matériel archéologique relativement abondant21 », a livré deux datations au radiocarbone. La première correspond à un échantillon découvert « tout à fait au fond du monument » (Gif 3291) qu’une calibration récente à deux sigmas situe entre 674 et 1024 après J.-C. La seconde provient d’un échantillon prélevé à l’intérieur du vase polypode à plaque de la couche supérieure (Gif 3290). La calibration récente à deux sigmas nous donne trois intervalles : 783-788 (0,2 %), 819-842 (1,2 %), et 860-1223 (94 %) ap. J.-C.

  • 22 Voir note 20.
  • 23 R. Joussaume 1980 : 55.

9D’autres tumulus ont été explorés dans le Č̣ärč̣är par R. Joussaume, qui les considère comme différents des précédents. Ainsi, l’exemplaire n° 1 de Sourré-Kabanawa22, de 16 m de diamètre, a été décrit ainsi : « au centre du monument, dans un espace circulaire bâti en pierres sèches, se dressent deux pierres hautes de 0,90 m et 1,05 m, espacées de 45 cm, entre lesquelles une pierre plate a été couchée. C’est de la sorte que, de nos jours encore, les musulmans de la région marquent l’emplacement d’une sépulture23 ». Notre perception est différente : pour autant que l’on puisse en juger au vu du relevé partiel et de la photographie publiés, il nous semble plutôt qu’il s’agisse des restes classiques d’une structure de passage (sans son linteau), entre une « cella » ou un couloir passé inaperçu et la chambre funéraire. Du reste, l’analogie avec une sépulture musulmane n’est pas pertinente, au vu des dimensions : les dalles dressées en contexte musulman le sont au niveau de la tête et des pieds, tout au moins symboliquement, et sont donc écartées d’une distance qui excède largement les 45 cm ici constatés. Le monument a fourni une datation au radiocarbone (Gif 3292) qu’une calibration à deux sigmas situe aujourd’hui entre 678 et 1016 (la publication initiale donnait l’intervalle 730-940), soit une datation identique à celle du niveau de base du monument à chambre et cella n° 3 de Ganda Midjou.

  • 24 R. Joussaume 1980 : 56.

10À une cinquantaine de mètres du précédent, le tumulus n° 2 qui mesurait 10 m de diamètre a été entièrement fouillé par R. Joussaume. Aucun détail n’a été publié concernant son organisation interne, mais il nous est dit qu’« au centre quelques restes osseux humains semblent prouver une sépulture secondaire. À l’Est, à un mètre de ces vestiges humains, gisaient les restes osseux d’un mouton24 ». Un vase sphérique et un bloc calcaire portant un chevron excisé constituaient le seul mobilier.

  • 25 R. Joussaume 1980 : 56.
  • 26 R. Joussaume 1980 : 57.

11À Ganda-Hassan-Abdi25, un tumulus circulaire de 8 m de diamètre recouvrait une fosse dans laquelle un unique corps en décubitus latéral fléchi avait été déposé en compagnie de 14 poteries. Quant à l’énorme tumulus de Déder26, fouillé par des paysans, il semble qu’il ait contenu une chambre qui, selon les informations recueillies par R. Joussaume, aurait possédé un couloir d’accès, information d’importance qui nous fait bien sûr penser aux dolmens à couloir du Mänz.

Fig. 8.2 — Tumulus « à chambre circulaire et cella » n° 1 de Sourré-Kabanawa

  • 27 A. Chekroun et al. 2011.

12Il convient enfin de mentionner l’existence, dans le segment le plus occidental du Č̣ärč̣är, de nombreux autres tumulus, parfois fort spectaculaires par la taille ou la position, et là encore, comme dans le Mänz, parfois groupés en nécropole, mais qui n’ont pas fait l’objet d’interventions archéologiques27.

13Les remarques qui précèdent n’ont eu d’autre but que de rappeler l’existence, dans une autre région d’Éthiopie, caractérisée par une situation topographique en quelque sorte symétrique à celle où se rencontre la culture Shay (les tumulus du Č̣ärč̣är sont situés sur le rebord ou dans l’escarpement nord du haut plateau somali), d’une culture mégalithique médiévale présentant des affinités possibles avec la culture Shay.

Des stèles shay ?

  • 28 Selon un fitawrari (commandant d’un détachement de l’armée) interrogé par Azaïs et Chambard en 1925 (...)
  • 29 F. Anfray 1983.
  • 30 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2007-2008.

14Les stèles du nord du Choa auraient été appelées « pierres des Frandji », c’est-à-dire des Étrangers28 au début du xxe siècle, information que nous n’avons pu confirmer. Francis Anfray en a signalé quelques-unes29 sur le plateau du Mänz, blocs basaltiques bruts parfois associés à un tumulus. Des prospections systématiques conduites dans le Mänz ont également repéré un certain nombre de semblables stèles, en association topographique plus ou moins étroite avec des monuments tumulaires, mais n’ont pu que constater la pratique récente du remploi et de l’érection de prismes naturels, qui parasite l’observation in situ de stèles anciennes30.

15Nous avons proposé dans le chapitre 4 de faire un lien entre le dolmen de Tätär Gur et les stèles voisines de Nəb Gädäl, au vu des associations apparentes remarquées à plusieurs reprises dans la région entre tumulus (ou dolmen) et stèles dressées à proximité. De même, les observations ethnographiques témoignent de la fréquence, sinon de la persistance, de l’érection de stèles à proximité d’une tombe ou d’un mémorial pour commémorer la vaillance du héros, les pierres personnifiant les ennemis tués (et dans certains cas, représentant le héros aussi bien que ses victimes). Dans le cas de Tätär Gur, nous avons signalé le fait que, dans la phase de condamnation du dolmen, le couloir qui ouvrait en direction de l’alignement de stèles avait été bouché et rendu invisible, tandis que dans le même temps était créé une sorte de faux couloir sans justification technique et d’orientation différente. Nous avons interprété ce dispositif comme la tentative de créer un leurre pour égarer d’éventuels pillards. Mais nous pouvons aussi proposer une autre interprétation. La disparition du couloir brise le lien visuel existant entre la chambre funéraire et les stèles et en suggère un autre, dans une direction qui pour nous n’est plus signifiante. En outre, nous ignorons à quand remonte la destruction des stèles de Nəb Gädäl. Nous avons trouvé à notre arrivée sur le site les stèles gisant sur le sol (sauf celles qui avaient été redressées récemment), et nous avons mis ce fait sur le compte d’un état de ruine imputable à l’ancienneté de la structure. Mais on peut aussi imaginer que son abattage a été délibéré et possiblement concomitant de la condamnation du dolmen.

16On ne peut ici, en somme, que suggérer l’existence, au sein de la culture Shay, de pratiques d’érection de stèles associées aux monuments funéraires. La confirmation, ne serait-ce que chronologique, de cette association, et la relation fonctionnelle entre stèles et tumulus, ne pourront être éclairées que par des investigations archéologiques poussées qui bénéficieront de contextes préservés.

Quelques observations ethnographiques

17Nous disposons d’un certain nombre d’observations ethnographiques plus ou moins détaillées, remontant à la fin du xixe ou au début du xxe siècle, et qui ont trait aux coutumes funéraires et plus spécifiquement aux structures qui s’y rapportent. Nous avons sélectionné ici celles des observations qui sont les plus proches de notre secteur géographique.

  • 31 Ε. Littmann 1910.

18Nous bénéficions par exemple d’informations précieuses recueillies au nord de notre zone d’étude, dans la partie maintenant érythréenne du plateau du Tigray, où Enno Littmann collecta une importante série de récits au tout début du xxe siècle dans le cadre de la Princeton Expedition of Abyssinia31.

La fin des Rōm du Tigray, ou comment le mythe explique hypogée et tumulus à couloir
Les géants avaient beau vivre et se reproduire, le temps de leur fin arriva. Et Dieu donna à la tribu de géants le choix suivant : « Dois-Je vous faire périr d’une bénédiction, ou d’une malédiction ? » Et la tribu de géants dit à Dieu : « Eh bien alors, si Tu veux nous faire périr, que ce soit par une bénédiction ! » Et Dieu leur dit : « Eh bien, périssez d’une bénédiction. Vos femmes vous donnerons des enfants mâles, cependant que vos vaches vous donneront toutes des femelles veaux. » Et tout se passa comme Dieu l’avait dit. Leurs femmes enfantèrent des garçons, et quand ils grandirent, ils ne trouvèrent pas de femme à marier, car la tribu entière n’avait engendré que des mâles. Et toutes leurs vaches mirent bas des femelles ; et quand elles grandirent, elles ne trouvèrent aucun taureau pour les saillir, et elles moururent de vieillesse. Alors la tribu des géants s’assembla et tint conseil : « Qu’allons-nous faire ? Nos fils n’ont pas trouvé de femme à marier, ils se rident dans leur grand âge, et notre progéniture s’est amenuisée. Nos vaches n’ont pas trouvé de taureau pour les saillir : elles n’ont ni lait ni couches. » Là-dessus, ils décidèrent ceci : « Que chacun creuse sa tombe et assemble au-dessus de celle-ci des pierres en forme de hutte, tout en ménageant un accès, avec tous ses biens, et qu’il ferme la porte ! » Et chacun s’en alla le faire. Et ils firent ainsi. Chacun creusa sa tombe et assembla les pierres de son tombeau en forme de hutte, et laissa une porte pour y pénétrer ; et prenant tous ses biens et ses vaches, il pénétra dans sa tombe et la ferma. Et de cette façon, tous périrent en même temps. Et aujourd’hui encore, on peut voir leurs tombes, celles qui possèdent de grandes et lourdes pierres. Mais ils n’ont laissé ni village ni habitation, parce qu’ils n’étaient pas civilisés, n’étant que des pasteurs errants. Et aujourd’hui, on dit comme proverbe, quand les pluies tombent au-delà de toute mesure : « Seigneur, ne nous fait pas périr d’une bénédiction comme les géants ! » Et aussi on dit comme proverbe : « Est-ce qu’un homme creuse sa tombe comme les géants ? Au contraire, les siens l’enterrent.a »
a. Littmann 1910 ; 93-94, fig. 11 (trad. Β. Poissonnier).

  • 32 E. Littmann 1910 : 250-260.
  • 33 “Trinkets”.

19Littmann décrit d’une façon globale les rites de funérailles et détaille au besoin les différences liées à la religion des défunts. Ainsi nous précise-t-il que, dans sa tombe, le mort est toujours déposé sur son côté droit et que seule diffère son orientation. Chez les Chrétiens, la tête est installée en direction de l’ouest, le visage vers le sud, et les pieds à l’est. Une petite pierre est mise sous la tête en guise d’appuie-tête. Chez les Musulmans, c’est le contraire, la tête est à l’est, le visage vers le nord et les pieds à l’ouest. Les informations relatives à la morphologie des tombes elles-mêmes sont plus délicates à restituer. E. Littmann a collecté des descriptions certes très détaillées, mais on peut douter qu’il ait été un témoin oculaire. Voyons comment il décrit le cas général32. Sur le lieu de la sépulture (prête au moment du décès ou que l’on creuse alors), les gens se mettent à empiler, toujours une par une, de grandes pierres plates (et autres pierres) jusqu’à ce que le corps soit mis dans la tombe. Tous les objets33 que porte le mort lui sont ôtés. Le corps est déposé sur le bord de la tombe. Des gens de la confession du défunt descendent alors dans la tombe. Les autres restés en haut soulèvent alors le corps et le leur passe. L’habit (ou l’étoffe de couleur violette) qui le recouvrait jusque-là est enlevé et maintenu au-dessus de l’ouverture de la tombe jusqu’à ce que le cadavre soit déposé dans son trou. Ensuite, le « plus petit trou » à l’intérieur de la tombe est fermé avec des dalles qui sont plus ou moins maçonnées à l’aide d’un surprenant mortier formé du sédiment de la tombe mêlé à l’eau récupérée de la toilette du cadavre, qui bouche les interstices. Alors on enlève l’habit ou le tissu violet et le pose sur le sol. Puis la tombe est rebouchée.

20Il est tentant de comprendre cette description à la lumière de l’existence fréquente, dans les données archéologiques, de tombes en fosse que l’on rencontre à Ketetiya, à Aksum, dans le Sidamo ou ailleurs, quel que soit le module : un accès vertical ou oblique, long ou court (disons : le puits) aboutit à un espace distinct, proprement funéraire, où le corps est déposé sans être recouvert de sédiment. Il est au contraire isolé de celui-ci de diverses façons, ici par le « plus petit trou » qui est soigneusement fermé à l’aide de dalles et d’une sorte de mortier. Une fois le corps à l’abri de la terre, le puits d’accès est rebouché. Et d’une façon mal documentée, les pierres déjà accumulées sur place se répartissent au-dessus de la tombe.

  • 34 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2007-2008.
  • 35 E. Littmann 1910 : 261, fig. 16 & 17.

21À la mort de personnages importants (homme ou femme), on leur construit, apprend-on, des tumulus ! Littmann n’en paraît pas surpris et consigne ce qu’il semble prendre pour une description contemporaine, sans lui donner une éventuelle profondeur historique, même brève. Peut-être a-t-il raison, et peut-être en a-t-il même eu la preuve sous les yeux. Cependant, à la lumière des informations orales collectées récemment auprès des habitants du Mänz, qui n’hésitent pas à attribuer la construction de tumulus – « païens » et médiévaux – à des chefs musulmans34, on peut émettre une réserve quant à la pertinence de la compréhension de notre scientifique : il n’a peut-être pas eu la possibilité de faire la part des pratiques vécues et des pratiques imaginées dans le discours de son informateur. Ainsi, il nous donne un exemple où est censé reposer le dénommé Kāmel wad Gabay, à Gäläb (Érythrée) (Fig. 8.3). Il poursuit en nous indiquant que si les gens ne sont pas enterrés sous un tumulus, on les dépose dans ce qu’il nomme des « tombes-village » qu’il décrit comme des « enclos formés d’une haie de pierres », avec un « lit » décrit comme un « empilement de pierres en forme de sarcophage ». Sur les deux clichés qui sont reproduits, les « tombes-village » présentent la forme d’un arc de cercle plus ou moins ouvert, formé d’un muret peu élevé, à l’intérieur duquel se voit un « lit » de pierres dans un cas, et trois « lits », semble-t-il, dans l’autre cas : deux personnages de rangs inférieurs auront rejoint le personnage principal35.

Fig. 8.3 — Tumulus où serait inhumé Kāmel wad Gabay à Gäläb (Érythrée)

  • 36 The Bēt-’Abrĕhē, again, used to place [the dead] formely in the « Cave » of Haygat and to close it(...)
  • 37 E. Littmann 1910 : 263.

22Au détour d’une phrase, on se demande si l’informateur de Littmann n’évoque pas en outre l’utilisation ancienne d’un hypogée, dans le territoire actuel de l’Érythrée36. Enfin, dans la région de Massawa, il note que « si le défunt était un brave, on plante autant de pierres autour de sa tombe qu’il a tué de personnes, et elles sont appelées des ‘témoins’37 ».

  • 38 R.-P. Martial de Salviac s.d. (1900 ou 1901) : 238.

23Chez les Oromo « païens » d’Éthiopie, des pratiques funéraires en partie semblables ont été décrites. À la fin du xixe siècle, le Père Martial de Salviac a assisté aux funérailles de ceux qu’il appelle les Galla. Le défunt est ainsi amené « à la fosse creusée non loin de la maison. Une niche ou alcôve est aménagée dans une paroi de la tombe. On y place le cadavre accroupi, toutes les jointures ayant été repliées et les membres ramenés sur eux-mêmes. Parfois on dépose à ses côtés les mets et la boisson qu’il préférait. Sur la tombe on entasse un cumulus [sic] de pierres, ceint d’une rangée d’autres pierres ; et si le mort est un grand personnage, l’on suspend à des barres de bois les trophées de guerre et de chasse qui permettent à chacun de lire quelle fut la vaillance et la richesse du défunt. Des branches d’arbres ferment le devant de l’excavation intérieure, et la terre rejetée dans la fosse ne pèse pas ainsi sur le mort, qui, sur son séant, paraît un homme au repos attendant le grand réveil38 ».

  • 39 Récipient à bière ou à hydromel en corne de bœuf.
  • 40 J. Borelli 1890 :329-330.

24J. Borelli a lui aussi assisté à des funérailles oromo, à Gardi, en février 1888. Il y décrit une position du corps différente de la précédente : « Ce matin, est mort un guerrier oromo de la maison de l’Abba Koro. Il ne professait pas la religion musulmane. Ses funérailles n’ont pas différé sensiblement de celles que j’ai déjà vues [...]. Une fosse est creusée près de la maison ; deux hommes y reçoivent le cadavre et le placent sur un linceul qui en garnit le fond. On couche le mort, je ne sais pourquoi, sur le côté gauche, le bras droit près du corps ; l’autre, replié sur la tête. [...] On dépose dans la tombe du miel, de la bière, un wintcha39, du pain, de la toile et de la cire. [...] La fosse comblée, on élève un tumulus de pierres amoncelées sans ordre. Sur de forts bâtons fichés dans le sol, on suspend le bouclier et les armes du guerrier défunt, sans oublier les dépouilles de ses ennemis. Quelquefois, on y accroche aussi une tête de bœuf. [...] Ce cérémonial (sauf le dernier détail) est commun à toutes les tribus oromo40. »

25Dans la dépression afar qui borde immédiatement à l’est les territoires Shay, des voyageurs ont noté au début du xxe siècle diverses structures funéraires récentes, qu’ils ont pu nous décrire parfois avec de grandes précisions.

  • 41 L. M. Nesbitt 1935.
  • 42 W. Thesiger 1996.
  • 43 L. M. Nesbitt 1935 : 247-248 décrit ainsi une tombe de chef Danakil (i.e. Afar) : « built, not with (...)
  • 44 Terme afar.
  • 45 W. Thesiger 1996 : 121.
  • 46 W. Thesiger 1996 : 123-127.

26Durant leur traversée du pays afar, L.M. Nesbitt41 en 1927 puis W. Thesiger42 au début des années 1930 décrivent des monuments funéraires variés. Il s’agit habituellement de tourelles et d’enclos de pierres, avec des tumulus, groupés ou non, dont certains aménagements rappellent fortement les aménagements décrits par E. Littmann dans le Tigray43 (Fig. 8.4 & 8.5). W. Thesiger précise que les tombes (waidella44) où sont déposés les défunts sont formées d’un double mur entourant l’endroit où le corps repose sur le sol, de façon à former un cône. Cette forme d’inhumation était toujours très utilisée vers 1930. Le même waidella abrite souvent plusieurs corps d’une même famille, détail important pour nous qui avons à comparer des sépultures collectives45. L’autre construction funéraire, mais qui n’est pas une tombe, le das, est érigée par la famille ou la tribu du défunt, entre un mois et un an après le décès. Elle est destinée à commémorer le souvenir des héros, des guerriers vaillants. Son plan est circulaire, variant fortement en taille et en qualité depuis le simple anneau de pierre peu élevé jusqu’à une sorte de tourelle plus ou moins aménagée. Les monuments réalisés pour les personnages les plus importants se doivent d’être très visibles, soit en position dominante en bord de falaise, soit au bord d’une piste caravanière. Le lieu d’érection ne dépend pas de celui de la tombe, le mémorial se devant d’abord d’être installé en position remarquable. Des dalles dressées à proximité rappellent le nombre de personnes tuées par le « héros » commémoré46.

  • 47 A. Hodson 1919 : 66-67 (nous traduisons).

27Enfin, plus loin de notre zone d’étude, nous avons collecté une information peut-être anecdotique : dans le Wallamo, A. Hodson s’est fait l’écho, au début du xxe siècle, de sacrifices humains pratiqués à l’occasion du décès d’un personnage important. Ainsi, écrit-il, « quand la dernière reine indépendante est décédée, trois filles esclaves furent inhumées avec elle, l’une pour lui faire du café dans l’autre monde, la seconde pour allumer sa pipe, la troisième pour faire son lit47 ».

28Ce tour d’horizon rapide a mis en lumière l’existence, à l’époque sub-actuelle, de pratiques funéraires traditionnelles au sein de populations de diverses religions, et où, par-delà les différences, on remarque de remarquables similitudes, particulièrement en ce qui concerne les inhumations en fosse. Mais, la plupart du temps, il s’agit de tombes individuelles, et l’on est loin des tombes collectives shay au riche mobilier.

Fig. 8.4 — Das avec des stèles indiquant le nombre des victimes

Fig. 8.5 — Différents types de Das

Les hypogées shay et les autres

  • 48 Comme à Yaḥa (F. Anfray 1963b).
  • 49 Comme à Aksum même (S. C. Munro-Hay 1989).
  • 50 J.-P. Cros et al. 2007.
  • 51 R. Joussaume &J.-P. Cos 2002.

29La tradition des tombes en fosse est attestée en Éthiopie depuis le Pré-Aksumite48, et ensuite durant l’Aksumite49. On les connaît aussi dans le sud du pays, à Tuto Fela, entre le milieu du xie et la fin du xiiie siècle50. Le mode d’inhumation semble cependant généralement individuel, hormis peut-être certaines grandes structures souterraines d’Aksum, trop mal préservées cependant pour que l’on puisse connaître leur fonctionnement. En revanche, les véritables hypogées shay, à Ketetiya comme vraisemblablement à Mähal Wänz, ainsi peut-être que ceux d’Idjabolé en pays Arsi51, vraisemblablement médiévaux (au vu de la céramique), attestent de l’importance de la pratique de l’inhumation collective au haut Moyen Âge dans cette partie du pays.

  • 52 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2007-2008.
  • 53 R. Joussaume 1980 : 54.

30Outre les hypogées présents dans la zone éponyme de la culture Shay, les prospections menées ces dernières années ont fait connaître la présence de grottes recelant des ossuaires : les corps, réduits à l’état de squelettes ou partiellement momifiés, portaient encore souvent leurs vêtements et parures (bracelets métalliques ou de perles) qui ressemblent, au premier abord, aux éléments déposés en contexte Shay52. Dans le Č̣ärč̣är, R. Joussaume a signalé des structures funéraires creusées à flanc de montagne, qu’il décrit comme des niches creusées dans le sol munies d’un aménagement en encorbellement, qui servaient de sépultures collectives53. L’ensemble était recouvert de pierres et de terre qui reconstituaient la pente naturelle du terrain et masquaient l’ouverture.

31D’un point de vue formel et fonctionnel, les tumulus munis ou non d’un couloir et les hypogées présentent un certain nombre d’analogies. Les corps sont déposés successivement dans les chambres funéraires, en espace vide, grâce à un accès possible depuis l’extérieur, qui sera bouché et ré-ouvert à chaque fois, jusqu’à la condamnation finale. La morphologie même des chambres funéraires est similaire : de plan circulaire, avec une couverture plus ou moins en dôme. Des dépôts mobiliers accompagnent les défunts, avec notamment des céramiques munies de « signes », mais aussi des parures, menus outils et de rares armes. Mais une différence essentielle distingue tumulus et hypogées, celle de leur visibilité respective, les premiers étant destinés à être vus de loin, en position topographique ostentatoire, les autres étant dérobés au regard.

32L’état des connaissances est encore bien trop limité pour que l’on puisse approcher de façon satisfaisante le fonctionnement de ces divers modes sépulcraux, que l’on peut imaginer avoir fonctionné de façon synchrone et peut-être complémentaire. Ces deux types de monuments ont-ils bénéficié d’un recrutement différentiel en fonction du statut des personnes ? S’agit-il toujours d’inhumations primaires ? Des corps ont-ils été déposés provisoirement dans certains lieux, comme le cas est attesté en Éthiopie méridionale ? Un passage d’un type de sépulture à un autre est-il envisageable ? Y a-t-il eu concurrence et/ou évolution dans les pratiques ? En tout cas, ce n’est sans doute pas un hasard si les dernières tombes shay connues (Ketetiya) sont dissimulées aux yeux des vivants : à une époque où le christianisme entame sa diffusion à partir du foyer monastique du lac Ḥayq, les énormes tumulus des élites païennes appartiennent alors vraisemblablement déjà au passé.

Une céramique très originale

33La céramique Shay nous apparaît comme bien reconnaissable. Au premier regard, on relève dans presque tous les cas documentés la cohabitation de deux catégories de poterie : d’un côté des formes carénées d’aspect poli, de teinte gris foncé à noir, avec des décors gravés ou en bossettes, de l’autre côté des formes souvent plus claires, plus rondes, à la finition nettement moins poussée, avec des décors souvent imprimés, peut-être peints, et parfois en relief.

34Il est bien délicat de débattre d’évolution typo-chronologique au sein de la céramique Shay, dans la mesure d’une part où nous ne disposons que de quelques datations, uniquement liées à deux sites (Tätär Gur et Ketetiya), et où d’autre part nous ne sommes pas parvenus à mettre en évidence une éventuelle séquence stratigraphique au sein de chaque site. Pour autant, nous avons regroupé le registre typologique en six catégories principales, dont les cinq premières nous paraissent, prises ensemble, caractériser l’« assemblage céramique » de cette culture :

  • Les « soucoupes volantes », récipients fermés ultra-carénés, à fond rond et à col tubulaire. Les surfaces externes sont parfaitement régulières et polies. Le diamètre est compris entre une fois et demie et deux fois la hauteur. Quand elles portent un décor, il est souvent ternaire et situé au-dessus de la carène. Elles peuvent parfois posséder une anse accrochée sur la carène.

  • Les bouteilles carénées sont des vases fermés munis d’un col tubulaire, et qui présentent une panse nettement carénée et un fond rond. Elles peuvent être très proches à tout point de vue des soucoupes volantes, hormis leurs proportions, moins comprimées. Habituellement munies d’une seule anse de morphologie variable, elles peuvent aussi en être dépourvues. Cette anse peut s’accrocher au niveau de la carène ou encore raccorder la panse au col. Les décors se localisent sur le haut de la panse, sur le col, voire sur l’ensemble des deux. Ils peuvent être grattés, incisés, imprimés ou plastiques et même, semble-t-il, peints en blanc.

  • Les bouteilles globulaires regroupent des formes fermées hautes, munies d’un col tubulaire et présentant une panse globulaire et un fond plat (parfois rond). Plusieurs exemplaires sont munis d’une anse de morphologie diversifiée (bouteilles verseuses) accrochée juste au-dessus du diamètre maximal ou reliant la panse au col. Les décors peuvent être très couvrant sur les vases, ou ne concerner que la partie supérieure de la panse.

  • Les cruches constituent un ensemble de formes à panse globulaire et fond rond (rarement aplati ou plat) et col court, vertical ou éversé, munies d’une anse. Cette dernière relie le haut de la panse au col, sauf dans de rares cas où elle n’est attachée qu’à la panse. Elle est généralement boudinée. Les décors sont fréquents, et de plusieurs types. Quand ils sont localisés au-dessus du diamètre maximal, ils peuvent associer des petits boutons appliqués, depuis lesquels se développent des séries de traits en direction de la base du col, réalisés à la peinture blanche ou par incision. Des rayures appliquées au brunissoir peuvent affecter tout ou partie du récipient. Les décors plastiques peuvent présenter des motifs, comme des arceaux ou des flèches, et se combiner avec des lignes imprimées.

  • Les cruchons forment un ensemble de petits récipients fermés à panse globulaire et fond rond ou plat, avec un col court, vertical ou éversé, munis d’une anse qui est généralement percée d’un ou deux trous. Les décors plastiques sont le plus souvent constitués de boutons groupés selon diverses modalités, généralement juste au-dessus du diamètre maximum de la panse. Quelques exemplaires présentent un remarquable décor imprimé couvrant la panse, parfois associé à un fort bouton. L’utilisation du brunissoir peut aussi permettre de décorer de rayures sub-verticales ou de croisillons le haut de panse.

  • Les formes ouvertes regroupent un petit lot quelque peu hétéroclite et offrant un corpus minoritaire au sein de la Shay : soit ce type de récipient ne correspond guère au contexte de dépôt, funéraire, soit sa rareté reflète la composition de la vaisselle shay, ce que nous ignorons. On y compte quelques bols, jattes, grands gobelets, plats creux et bassins, dont certains peuvent présenter des décors.

35Enfin, quelques formes rares complètent le corpus, comme un biberon possible à Tätär Gur, des brûle-parfums (coupe à piédestal ajouré) qui peuvent être décorés, une passoire, un couvercle...

36La céramique Shay est souvent décorée, que ce soit par des impressions, des applications de pâte, des gravures, ou même de probables peintures blanches. Contrairement à nombre de poteries actuelles d’Éthiopie, elle offre à l’observateur l’expression de « signes » bien reconnaissables. Nous avons ainsi détaillé dans le chapitre 7 ceux qui pouvaient trouver une comparaison chez les Mursi, essentiellement des déclinaisons d’arceaux, associés de diverses manières et dont certains évoquent des croissants, voire des cornes. À Ketetiya, parmi un véritable foisonnement ornemental, on note des croix et même dans un cas, des lettres du syllabaire éthiopien.

  • 54 F. Anfray 1963a.

37La nature uniquement funéraire des gisements shay aujourd’hui connus nous invite à poser la question du statut des poteries : ne pourrait-il s’agir, en tout ou partie, de récipients dédiés à une fonction funéraire et, partant, présentant une typologie propre ? La présence de motifs manifestement symboliques, voire de lettres dans un cas, pourrait bien en effet évoquer un statut particulier de la céramique. À cela, on peut objecter que, fréquemment, on remarque des traces d’utilisation sur certains récipients, traces qui nous paraissent correspondre à un usage précédant leur dépôt dans les tombes. Mais à quel usage ? Nos indices sont minces, mais la présence d’un biberon vraisemblable (qu’il soit destiné à un bébé ou plus probablement à un animal), ainsi que les restes d’une passoire nous entraînent en direction du monde profane et domestique. Il pourrait alors s’agir d’objets appartenant aux défunts et déposés après leur mort, comme le cas est attesté à l’époque contemporaine en Éthiopie, en contexte « païen ». Mais que penser des « soucoupes volantes » et autres récipients à la physionomie inhabituelle, à la finition parfaite et à l’ornementation soignée (croix, etc.) ? Il serait tentant de faire un rapprochement, par-delà le temps et l’espace, avec les récipients à décor cruciforme, ou encore à syllabes gravées, du monde aksumite, comme à Mäṭära, où de tels objets semblent associés à des établissements cultuels (églises)54. La coexistence dans les tombes de deux catégories de récipients pourrait aussi s’expliquer par une double origine, l’une issue du monde profane et ayant pu appartenir au défunt ou à sa famille, l’autre ressortissant à un usage « sacré »... Mais tout ceci n’est peut-être que vaine conjecture proposée par des archéologues désireux de catégoriser au plus vite des pratiques complexes appartenant à une culture encore à peine connue.

38Les sites connus recèlent des séries céramiques où un style propre est perceptible. Les différences s’inscrivent bien au sein de la variabilité vraisemblable de la Shay, mais on aimerait pouvoir expliquer ces différences dans les cas, comme pour Tätär Gur et le tumulus 2 de Meshalä Maryam, de sites très proches géographiquement. Peut-on arguer d’une différence chronologique ? Une explication séduisante reprendrait les propositions que nous avons faites précédemment, qui concernait de vraisemblables liens de parentés entre les défunts d’une même tombe. S’il en était ainsi, le répertoire céramique refléterait celui de la maisonnée (au sens large), c’est-à-dire une production féminine qui s’apprend et se transmet de mère à fille, avec ses particularités.

Des céramiques comparables en Éthiopie ?

39Les comparaisons céramiques avec les éléments antiques connus à Aksum ne sont a priori guère convaincantes, ce qui n’est pas surprenant du fait non seulement de l’éloignement géographique mais aussi du hiatus chronologique entre les niveaux archéologiques aksumites, d’une part, et médiévaux, d’autre part. Mais il est tentant de voir dans quelle mesure des éléments annonçant éventuellement la Shay peuvent se remarquer (ou pas) parmi des ensembles d’âge intermédiaire.

  • 55 D. W. Phillipson 2000 : 317.
  • 56 R. F. Wilding & S. C. Munro-Hay 1989 : 308.
  • 57 R. F. Wilding & S. C. Munro-Hay 1989 : 308, 310, fig. 16, n° 447.
  • 58 Il s’agit du champ de stèles fouillé par Neville Chittick en 1973-1974, à l’ouest de la stèle 16, d (...)
  • 59 S. C. Munro-Hay & G. Tringali 1999 : 282-283 : A roughly incised line cordon divides this lower pa (...)
  • 60 R. Fattovich 1980.

40Ainsi, au sein des niveaux d’habitat des vie-viie siècles du site D de Kidane Mehret (Late Aksumite), J. Phillips cite bien des bols carénés, de 26 à 35 cm de diamètre, mais ils ne sont malheureusement pas figurés55. Le reste des formes ne s’apparentent guère à la Shay. Au sein des ensembles aksumites publiés, on rappellera l’abondance des décors cruciformes sur céramique, en particulier sur la Brown Aksumite Ware. Quelques rapprochements formels peuvent être tentés avec les éléments considérés comme tardifs de la Grey Aksumite Ware, catégorie céramique largement hétérogène qui regroupe des éléments disparates apparaissant dans les niveaux les plus récents des sondages archéologiques d’Aksum. Bien que R.F. Wilding précise que les carènes soient rares au sein de la Grey Aksumite Ware56, on en compte quelques-unes bien marquées. Ainsi remarque-t-on une bouteille carénée (Fig. 8.6) munie d’une anse reliant le col cylindrique légèrement ouvert à la panse qui est ornée de groupes de boutons allongés, avec une double incision horizontale au niveau de la carène et à la base du col57. Malheureusement, le contexte de découverte n’est pas pour nous guider58. En effet, le niveau 4, dans lequel fut découverte la cruche, contient des éléments aksumites assez variés et se trouve être le niveau archéologique le plus récent du sondage, immédiatement sous les niveaux modernes qui l’entament du reste largement. Bien que R.F. Wilding attribue cette céramique à la Grey Aksumite Ware, il nous paraît prudent de la retirer d’un contexte avéré. Une autre forme, malheureusement non figurée, provient d’Aksum, sans précision ; il s’agit d’une bouteille carénée, avec un décor incisé en zigzag sur la panse supérieure. Le col, élevé et large, possède une ligne grossièrement incisée à sa base. Son diamètre diminue légèrement avant d’atteindre la lèvre. L’anse verticale relie la carène au col au niveau de ses deux tiers supérieurs. Le col est orné de doubles incisions, avec des points aux angles59. Enfin, les comparaisons effectuées avec les éléments publiés de la céramique tardi-aksumite ou post-aksumite de Yəḥa60 ne donnent pas non plus de résultats probants.

Fig. 8.6 — Bouteille carénée d’Aksum

  • 61 Numéro d’inventaire MAT. F. 43. I.

41En revanche, c’est avec Mäṭära (Érythrée) que l’on a pu faire d’intéressants rapprochements. Notre attention avait été attirée en premier lieu par une céramique carénée, décorée, typiquement « Shay » à nos yeux, qui se trouvait dans les réserves du musée national à Addis Abeba, et qui provenait des fouilles de Francis Anfray à Mäṭära61. Il s’agit d’une « soucoupe volante » archéologiquement complète (Fig. 8.7). Ses teintes varient du brun-jaune au gris à l’extérieur et sont grises à l’intérieur. Les surfaces externes sont polies, avec de nombreuses petites facettes parallèles en faisceaux qui s’entrecroisent sans former de décor à proprement parler. A l’intérieur, elles sont laissées brutes sauf au niveau du col, qui est poli. La pâte est grise. Le col est ouvert ; la carène est marquée. Le décor ternaire est incisé/gravé sur pâte sèche ; un graffito est formé par la même technique. Le diamètre externe est de 235 mm, le diamètre externe du col est de 76 mm, et la hauteur est de 147 mm.

Fig. 8.7 — « Soucoupe volante » de Mäṭära, tertre F (fouilles F. Anfray)

  • 62 F. Anfray, in litteris, 10/09/2000 et 24/02/2008.

42Contacté au sujet de cette poterie, Francis Anfray nous a donné d’importantes précisions62. Il n’a rencontré ces céramiques, toutes de couleur noire, qu’à Mäṭära. L’exemplaire que nous avons retrouvé provient du tertre F, locus 43, niveau archéologique supérieur (I), à une profondeur de 0,60 m, mais dans un contexte stratigraphique remanié (selon le fouilleur). Ce locus est situé au nord-est du tertre, à l’extérieur du soubassement d’un édifice ruiné à tenir, selon Francis Anfray, pour une basilique des vie-viie siècles.

  • 63 L’inscription a été publiée sous le n° 377 dans É. Bernand, A.J. Drewes & R. Schneider 1991, : I, 4 (...)

43La poterie porte le numéro d’inventaire 4910 sur le journal d’entrée (J.E.) du Musée national à Addis Abeba. Le graffito est formé de quatre lettres en écriture proto-éthiopienne, stade B63. Le mot inscrit se lit de gauche à droite : zṣrḥ (les voyelles ne sont pas notées). La graphie de ces lettres est proche de celle de l’inscription de Safra (Qohayto), datée du iiie siècle selon des critères paléographiques. Un autre vase noir, identique au précédent selon Francis Anfray, a été découvert dans le locus 66, une dépendance de la basilique, au sud, à une profondeur de 1,10 m. Il est haut de 12,03 cm, avec un diamètre maximal de 19,01 cm. Il est inventorié sous le n° J.E. 4454, mais nous n’avons pas pu le retrouver au Musée national.

  • 64 F. Anfray 1963a : 103, fig.6.
  • 65 F. Anfray 1963a : 104, fig.7.
  • 66 Exemplaire n° J.E.2059 : F. Anfray 1963a : 105-106 et pl. cxa, JE 2059 ; É. Bernand, A.J. Drewes & (...)

44Parmi les éléments publiés, on remarque également une « soucoupe volante » provenant du tertre A et munie d’une incision au-dessus de la carène ainsi qu’à la base du col64. Un décor est présent sur la face supérieure de la panse, composé d’un groupe formé au moins de quatre éléments circulaires disposés en carré (Fig. 8.8). Un autre vase très caréné, proche de la soucoupe volante, de même provenance, possède également une incision au-dessus de la carène ainsi qu’à la base du col légèrement évasé (Fig. 8.9). Il montre un décor apparemment ternaire formé d’une bande verticale de deux lignes parallèles de petites impressions, séparées et encadrées par une incision. Sa restitution graphique lui attribua un fond annulaire65, ce qui ne correspond pas aux formes shay désormais connues. D’autres tessons de céramique noire carénée proviennent de ce même tertre A, dont un exemplaire malheureusement fragmentaire porte un autre graffito en écriture proto-éthiopienne66 (Fig. 8.10).

  • 67 F. Anfray 1963a : 102.

45La datation de ces éléments du tertre A ne peut provenir du contexte stratigraphique, l’auteur de la fouille signalant la présence de tessons identiques du haut en bas de celle-ci67. Et il serait imprudent de s’appuyer sur les seuls critères épigraphiques, s’agissant surtout de graffiti dont le corpus demeure restreint, pour extrapoler une attribution chronologique. Considérons plutôt l’anomalie que représente cet échantillon, si petit soit-il. En effet, la présence sur le site de Mäṭära d’au moins une « soucoupe volante » typique, qui ne déparerait en rien dans un contexte shay, et d’autres céramiques typologiquement proches du corpus shay, ne peut laisser indifférent : cet échantillon ne peut en effet trouver place dans l’état actuel des séries aksumites du iiie siècle : tant par la technologie que par la typologie, ces poteries détonnent. Du reste, comment expliquer que ce type disparaisse après le iiie siècle ? Les séries postérieures, notamment du vie siècles, sont pourtant fort abondantes, notamment à Aksum même, et diffèrent du tout au tout. Faut-il alors les considérer comme des productions appartenant à une culture antique inconnue, contemporaine d’Aksum, et à l’origine du type céramique Shay ? Mais il faudrait alors faire une autre hypothèse, non moins risquée que la précédente : celle d’une perduration du type « soucoupe volante » sur pas moins d’un millénaire..., ce qui serait assurément un record. Une hypothèse alternative que nous proposons ici, avec la limite évidente qu’elle n’est pas fondée sur une expérience directe du contexte archéologique, est que la datation de ces vestiges doit être « rajeunie » de plusieurs siècles et que ces poteries doivent être considérées comme les témoins de contacts avec la culture Shay après la ruine des établissements antiques du tertre A de Mäṭära. Sous toutes réserves, leur présence au sein des niveaux profonds pourrait alors s’expliquer, par exemple, par un dépôt dans un hypogée colmaté, au creusement non perceptible à la fouille.

Fig. 8.8 — « Soucoupe volante » de Mäṭära, tertre A

Fig. 8.9 — Vase proche de la « soucoupe volante » de Mäṭära, tertre A

Fig. 8.10 — Graffito sur céramique noire de Mäṭära

  • 68 K. Chuniaud 2012.
  • 69 K. Chuniaud 2012, fig. 9.9.
  • 70 K. Chuniaud 2012, fig. 9.11, n° 14.

46Peu nombreuses sont les comparaisons possibles entre la céramique shay et d’autres contextes médiévaux éthiopiens. La raison en est que peu de corpus médiévaux ont été documentés. Au sein même de l’aire géographique concernée par la Shay, l’église de l’ambā Gabriel, dans le Mänz, offre dès le xve siècle une série céramique68 en totale rupture avec le répertoire shay, au niveau des formes, des décors et semble-t-il dans une bonne mesure, de la technologie. Les très rares éléments comparables découverts sur ce site sont très vraisemblablement relictuels. Les brûle-parfums décorés découverts dans la fosse FI de Gabriel69 sont fort semblables à celui du tumulus 2 de Mashalä Maryam, mais la datation de cette fosse est incertaine et pourrait contenir des éléments bien antérieurs à la construction de l’église. Seul un petit couvercle à décor imprimé rayonnant est pratiquement identique à l’exemplaire du même tumulus 2 de Mashalä Maryam70 (à moins qu’il ne s’agisse dans ce dernier cas d’une intrusion dans la tombe).

  • 71 R. Joussaume 1980.
  • 72 R. Joussaume 1980 : fig. 72, n° 1, 2 & 4.
  • 73 R. Joussaume 1980 : 63 & fig. 58.

47Dans le Č̣ärč̣är où, nous l’avons vu plus haut, a fleuri une culture mégalithique contemporaine de la culture Shay, les céramiques des tumulus diffèrent radicalement des nôtres71 ; seule exception notable, trois exemplaires provenant du tumulus à chambre et cella de Raré sont pratiquement identiques au brûle-parfum décoré du tumulus 2 de Meshalä Maryam72. En outre, un petit cruchon noir légèrement caréné, muni d’une anse (Fig. 8.Il), rappelle quelque peu, en réduction, certaines bouteilles carénées de Tätär Gur (Fig. 4.25, n°5 & 10). Il fut découvert isolé sur le dallage de la ciste dolménique n° 2 du groupement C de Sourré-Kabanawa, avec à l’intérieur 67 monnaies islamiques en argent73 dont nous n’avons malheureusement pas le détail.

Fig. 8.11 — Cruchon contenant des monnaies de la ciste dolménique n° 2 du groupement C de Sourré-Kabanawa

  • 74 G. Delibrias & M. Fontugne in : R. Joussaume dir. 1995 : 286.
  • 75 R. Joussaume 1995 : 376.
  • 76 F. Anfray 1982.
  • 77 R. Joussaume & J.-P. Cros 2002.
  • 78 R. Joussaume & J.-P. Cros 2002 : fig. 7.

48Pour ce qui concerne le cimetière à stèles de Tiya, en pays gouraghé, les ensembles céramiques diffèrent aussi totalement au corpus shay. Mais de quand date exactement ce cimetière ? Les datations au radiocarbone, toutes concordantes, s’inscrivent dans une fourchette comprise entre 1200 et 1 40074, mais le fouilleur, R. Joussaume, estime que le cimetière fut utilisé entre le xie et le xiiie siècles75. Quant au cimetière à stèles de Gattira-Demma76, dans le même secteur, et d’âge comparable, les rapprochements ne sont pas plus fructueux. Enfin, les deux céramiques découvertes dans l’un des hypogées d’Idjabolé, en pays Arsi77, à savoir un brûle-parfum quadripode à plaque perforée et une écuelle carénée munie d’une anse78, ne s’apparentent guère aux productions shay.

49Les différences remarquées dans la fréquence des types de motifs au sein de la Shay, avec notamment les arceaux de Mähal Wanz d’un côté, et des croix dans le cas de Ketetiya, peuvent a priori s’expliquer tout autant en termes de géographie (les sites sont à l’opposé l’un de l’autre) qu’en termes de chronologie : on ignore encore largement l’évolution interne de la Shay. Les développements futurs de l’archéologie éthiopienne permettront peut-être de cerner les influences historiques qui ont incité à l’adoption de tel ou tel motif au profit de tel autre.

Le mobilier non céramique

  • 79 P. Francis 1986 ; P. Francis 2002a : 19.

50Parmi l’abondant mobilier découvert dans les tombes shay figurent de très nombreuses perles de verre monochrome, que nous avons identifiées comme étant d’origine indo-pacifique, selon le terme proposé par le grand spécialiste Peter Francis en 1986 en remplacement de termes inadéquats plus anciens, tels que mutisalah ou trade wind beads79. Il s’agit de perles étirées (drawn beads), élaborées en étirant à chaud un tube de verre que l’on fait ensuite refroidir avant de le sectionner en petits fragments. Ceux-ci étant très coupants, on les fait chauffer à nouveau à une température avoisinant les 550°, ce qui a pour conséquence de les arrondir sans trop les déformer. Ce mode de fabrication laisse des stigmates sur les perles : les traits visibles sur les côtés sont parallèles à l’axe du trou, témoignant ainsi de l’étirement du tube d’origine. L’absence de perforation véritable (le trou préexistant à l’étirement : une bulle habituellement suffit, si l’on en juge par les dernières productions), explique comment ont pu être réalisées des perles d’aussi petites dimensions.

  • 80 P. Francis 2002a.
  • 81 P. Francis 1991.
  • 82 P. Francis 2002a : carte p. 32.

51Attestée depuis l’Antiquité, la production indo-pacifique est florissante à partir du viie siècle de notre ère au sein du royaume de Srivijaya, centré sur Sumatra, et nourrit abondamment le commerce, en particulier islamique, en direction de la mer Rouge. Mais les coups portés à cette civilisation entraînent un effondrement de la production à la fin du xie siècle80. Ce type sera cependant produit, en quantité moindre, jusqu’à l’époque contemporaine, en particulier sur la côte sud de l’Inde81. Le terme « indo-pacifique » renvoie à la distribution géographique des ateliers connus pour avoir produit ce type de perles pendant cette longue période82.

52L’unique perle indo-pacifique retrouvée en 2008 à Ketetiya, alors qu’elles sont si abondantes dans les tumulus shay, pourrait s’expliquer en partie par une différence chronologique. En effet, l’écrasante majorité des perles retrouvées dans les contextes shay plus classiques sont de type indo-pacifique, issue du pic de production et d’exportation situé entre le viie et le xie siècle. Au-delà, la ressource paraît se tarir. L’exemplaire de Ketetiya pourrait avoir constitué une relique des temps passés. Cependant, cette explication n’est pas suffisante car la rareté des autres types de parures à Ketetiya ne peut se comprendre de cette façon. Il est plus probable que cette pauvreté reflète le statut social des personnes concernées par cette nécropole. À une époque où les élites païennes issues de la culture Shay sont déjà vraisemblablement passées au monothéisme, seules des populations plus marginales maintiennent certaines traditions, avec notamment un remarquable conservatisme des formes et techniques céramiques. Des tumulus pour certains, des hypogées pour d’autres ? Le fort dimorphisme des monuments funéraires shay et la disparité du mobilier entre les deux types le suggèrent.

53Outre les sites étudiés dans cet ouvrage, nous avons également identifié des perles indopacifiques dans le mobilier collecté lors de la prospection réalisée en 2001 à partir de Meshalä Maryam et que nous avons pu étudier au musée national en 2007. Ainsi, aux alentours immédiats du tumulus d’Alben Ṭed Gur ont été ramassés quatre objets dont un anneau brisé en fer, possible boucle d’oreille, de 18 mm de diamètre externe. Sa section apparemment arrondie mesure 2 mm de diamètre ; trois perles en verre complétaient la récolte : l’une est rouge mat (faux corail), assurément indo-pacifique, de 8 mm de diamètre externe, avec une perforation tubulaire de 2 mm. Une seconde est bleue, d’un diamètre externe de 5 mm, avec une perforation tubulaire de 1,5 mm. La troisième est jaune, d’un diamètre externe de 7 mm pour une perforation tubulaire de 3,4 mm.

  • 83 La présence de gisements d’opales de feu est attestée dans le Mänz.

54Sur le tumulus de Däbrä Gur furent collectés 14 objets dont un fragment d’opale de feu naturelle sans trace de façonnage83 (14 x 11 x 9 mm), trois anneaux de fer, certains constituants de possibles boucles d’oreille, de respectivement 17, 20 et 22 mm de diamètre externe, un petit fragment de verre de couleur verte, une perle discoïde en métal cuivreux, formée d’une tôle martelée repliée, d’un diamètre externe de 6 mm et d’une épaisseur de 1,5 mm. Enfin huit perles de verre monochromes se répartissent en plusieurs groupes : trois sont rouge mat (faux corail), assurément indo-pacifiques, d’un diamètre externe respectif de 9, 7 et 7 mm ; l’une d’elles est en tonnelet. Trois autres perles sont jaunes, d’un diamètre externe de 9 mm. Deux sont bleues, d’un diamètre externe de 6,5 mm (ovoïde) et 5 mm.

55Des perles en verre de type différent ont été remarquées, notamment à Tätär Gur. Les spécimens à décor ocellé (Fig. 4.32 cc, n° 5, 8, 9) prolongent des types antiques développés en Méditerranée orientale, et seront communs durant l’époque romaine. Cette production se prolonge durant le haut Moyen Âge, en étant moins fréquente. Les exemplaires à point central entouré d’un cercle, l’ensemble étant inclus dans l’ocelle, type bien représenté à Tätär Gur, deviennent cependant bien rares.

56Une perle en verre à quatre couleurs (rouge, blanc, bleu, jaune) de Tätär Gur (Fig. 4.32 cc, n° 6) a peut-être été percée. Elle pourrait aussi provenir de la zone indo-pacifique.

  • 84 P. Francis 2002b : 24 & fig. 15.
  • 85 H. Beck 1931.
  • 86 Ν. Chittick 1974 (2) : 471-472.

57Une autre perle en verre, du même dolmen, pourrait avoir une provenance encore plus lointaine. Découverte dans le dolmen de Tätär Gur (Fig. 4.32 cc, n° 7), elle est d’un type enroulé (wound bead) particulier, bleu clair avec un fin filet rouge. Obtenue par l’enroulement à chaud d’un fil de verre autour d’une tige métallique, elle a formé des sortes de becs à chaque extrémité, en raison d’une température relativement peu élevée, à l’instar des productions chinoises spiralées (coil beads) exportées durant les périodes Song et Yuan en Afrique de l’Est, dont Fustat84, Zimbabwe85 et Kilwa86.

  • 87 P. Francis 2002b : 28 & fig. 19.

58Certaines perles enroulées sont foncées avec une bande centrale blanche (Fig. 4.32 cc, n° 13), et trouvent d’exacts parallèles à Fustat87, bien que leur lieu de production demeure incertain.

  • 88 P. Francis 2002a : 90.
  • 89 M. Rodziewicz 1984 : 242-243, pl. 72.
  • 90 P. Francis 2002b : 15.

59Les perles segmentées monochromes, fabriquées de 300 avant J.-C. à 1200 après88, sont abondantes au sein de la Shay (Fig. 4.43 cc). Elles sont fabriquées à partir d’un tube réchauffé et étranglé à intervalles réguliers. Les tubes étaient ensuite coupés à la longueur désirée. Cette technique fut une innovation des fabricants de perles hellénistiques dont le centre était Alexandrie, mais fut aussi pratiquée au iiie siècle avant J.-C. à Rhodes. À Alexandrie même ont été retrouvées des moules en pierre plus tardifs, aux sommets rainurés, qui servaient entre les ve et viie siècles à créer ces constrictions89. Au Moyen Âge, la production se déplaça d’Alexandrie à Fustat90, provenance vraisemblable des exemplaires shay.

  • 91 P. Francis 2002a : 93, 94, 99.

60Un autre type bien connu des sites shay est la perle segmentée contenant l’apparence d’une feuille métallique, dorée ou argentée, emprisonnée dans du verre (gold-glass beads) (Fig. 2.16 cc à gauche ; Fig. 4.44 cc). Elles sont habituellement produites par deux tubes de verre transparent dont le plus fin est recouvert d’une feuille de métal précieux puis glissé dans le second. L’ensemble est chauffé et serti sur la longueur jusqu’à provoquer des renflements. Connu depuis la période hellénistique, et probable innovation alexandrine, ce type est toujours fabriqué au début de la période islamique, et est alors exporté massivement vers Srivijaya. Des imitations en sont produites, notamment à Takua Pa (Thaïlande) et à Vijaya (Palembang, Indonésie), à partir de verre brut clair importé... d’Égypte ou du Proche-Orient, vraisemblablement par des fabricants de perles originaires de ces régions : possiblement des Coptes expulsés d’Égypte, selon l’hypothèse formulée par P. Francis en 200291.

  • 92 P. Francis 2002a : 44.

61Une perle étirée particulière de Tätär Gur, de section carrée, possède des filets bleus et blancs à ses quatre angles (Fig. 4.45 cc & 4.46, à droite). Elle joint deux techniques attestées dans la zone indo-pacifique et au-delà : D’un côté, les square drawn tube beads, de section carrée, sans rayures, sont attestées du Sri Lanka (Mantai) au sud de la péninsule Indochinoise (Oc Eo), et répandues dans les terres dans le Sud-Est asiatique et l’Extrême-Orient (Chine, Corée). De l’autres, les perles étirées rayées (striped drawn beads), obtenues par l’ajout de lignes colorées au cône de verre avant l’étirement, qui ont été fabriquées dans au moins deux sites : Mantai (Sri Lanka) et Takua Pa (Thaïlande) où, dans ce dernier cas, des perles bleu foncé avec six à dix rayures blanches ont semble-t-il été produites92.

62Il nous faut dire quelques mots des parures en pierre. Un type semble particulier à la Shay : les possibles parures d’oreille en roche rouge (bauxite ?) qui sont attestées sur plusieurs sites (Fig. 4.48 cc & 4.49 cc).

63D’autres pendeloques ou menus objets sont connus dans ce matériau (Fig. 4.46) ou en roche verte (Fig. 2.15 cc & 4.32 cc, n° 12). Une perle discoïde en amazonite (Fig. 4.32 cc, n° 11) peut être de provenance éthiopienne, de célèbres gisements étant connus notamment dans le sud du pays (Konso). Enfin les perles en sardonyx, ainsi qu’une bonne part de celles en cornaline doivent être d’origine indienne.

  • 93 R. Joussaume 1980 : fig. 80, n° 1.
  • 94 R. Joussaume 1980 : fig. 83, n° 16.
  • 95 R. Joussaume 1980 : fig. 89, n° 4 & 7.
  • 96 Si l’on en juge sur les clichés noir et blanc, les meilleurs publiés étant à notre connaissance dan (...)

64Quant au mobilier métallique, il n’y a guère de comparaison possible à effectuer en Éthiopie en dehors du Č̣ärč̣är. Les anneaux spiralés en argent shay sont identiques à ceux du tumulus « à chambre circulaire et cella » de Raré93 ou du n° 1 de Sourré-Kabanawa94. Le bracelet en argent à renflement de Tätär Gur ressemble aux bracelets en cuivre du tumulus « à chambre circulaire et cella » n° 3 de Sourré-Kabanawa95. À l’épée en fer de Tätär Gur et au couteau du tumulus 2 répondent de nombreux poignards dans le Č̣ärč̣är, tandis que les perles en verre segmentées et celles d’origine probablement indo-pacifiques96 achèvent de signer les grandes ressemblances entre les deux ensembles culturels synchrones, en dehors de la céramique.

65Ce tour d’horizon du mobilier non céramique, incomplet faute d’avoir pu encore analyser sereinement les éléments déposés au musée national, mettent cependant en lumière la présence de productions vraisemblablement locales (objets métalliques en or, fer et cuivre, voire en argent, pendeloques en amazonite et bauxite) et importées (nombreuses perles en verre, cornaline et sardonyx). Parmi ces dernières, on a noté un faisceau d’origines lointaines diverses dont il faudrait se garder d’imaginer le pays Shay comme le réceptacle privilégié. Nous préférons reconnaître dans le mobilier des sites shay le produit vraisemblable d’assortiments de revendeurs qui associent en amont des produits issus du monde indopacifique, et même extrême-oriental, avec des perles égyptiennes ou proche-orientales, pour complaire au marché local.

Quelques réflexions historiques pour conclure

66Nous avions, dans l’introduction, tenté d’inscrire le développement de la culture Shay au sein des données historiques et archéologiques se rapportant à la période du « haut » Moyen Âge. Essayons ici, au terme de cette première étude archéologique de la culture Shay, de rassembler quelques éléments de synthèse, qui constitueront autant des jalons que des questionnements pour de futures recherches.

Homogénéité culturelle et identité

67Soulignons en premier lieu la remarquable homogénéité apparente de cette culture, aussi bien dans le temps que dans l’espace, et en particulier l’exceptionnelle homogénéité du répertoire céramique à l’intérieur de la zone de distribution (reconnue) des sites shay. Certes, la destination funéraire de tels objets (aspect que nous avons cependant été conduits à relativiser plus haut), c’est-à-dire en somme le fort investissement symbolique dont ils sont le produit, n’est peut-être pas pour rien dans la pérennité des techniques, des formes et des décors. Mais suggérons également qu’il puisse y avoir là la manifestation d’une puissante identité culturelle, exprimée dans la permanence des intentions et des gestes mis en œuvre pour la réalisation d’une céramique aussi caractéristique, aussi reconnaissable par l’archéologue, peut-être employée quotidiennement (nous en avons émis l’hypothèse, mais il faudra, pour la confirmer, découvrir des sites d’habitat de la culture Shay), en tout cas mobilisée dans le contexte social qui fait suite à l’événement particulier qu’est la mort de l’individu. Le fait que tumulus et hypogées shay soient incontestablement des sépultures collectives – dont nous avons pu dans certains cas proposer une reconstitution du fonctionnement – contribuait sans doute également à faire de ces monuments, pour la société Shay, des lieux d’investissement collectif propres à réaffirmer périodiquement – à l’occasion de la réouverture et du scellement des monuments – une appartenance au groupe, qu’il s’agisse de la société entière ou de segments familiaux ou communautaires.

  • 97 N. Poissonnier 2009.
  • 98 L’explication économique du type « tombe des riches, tombes des pauvres » fait ici office de servic (...)

68L’éclairage ethnographique témoigne de l’importance en Éthiopie du « complexe du mérite » qui préside fréquemment à la construction des mémoriaux funéraires97. Dans les deux cas les mieux documentés, à savoir le dolmen de Tätär Gur et le tumulus 2 de Meshalä Maryam, un nombre restreint d’individus, probablement un seul, a été d’abord déposé dans la tombe, son décès étant l’élément déclencheur de la construction de monument. S’agirait-il d’une façon ou d’une autre d’un « héros » dont les autres personnes déposées ultérieurement dans son tombeau lui étaient vraisemblablement liées ? Autrement dit, à quoi correspond l’échantillon de la population shay retrouvée dans les tombes ? Devait-on être héros ou parent de héros pour être inhumé ? Dans ce cas, que devenaient les autres ? Y avait-il une hiérarchie, dont les critères nous échappent98, entre les personnes déposées dans des hypogées, des tumulus ou des dolmens à couloir ?

Les Shay : des « païens », oui, mais encore ?

  • 99 Pour autant que l’on puisse en juger au sein des territoires prospectés, qu’il conviendrait d’étend (...)

69De l’ensemble des caractères shay, de leur homogénéité spatiale99 comme de leur étendue, ressort le sentiment d’une forte identité culturelle. D’où germe la question de la disparition brutale de la culture Shay au plus tard au cours du xive siècle. Disparition, vraiment ? Il est vrai que notre corpus s’arrête avec le site tardif de Ketetiya. Après cela, nous ne connaissons plus, dans la même région, que des sites chrétiens et musulmans. Certes, nous n’avons pas manqué de rappeler, à plusieurs reprises, que nous n’avons pour l’instant sous les yeux qu’un faciès de cette culture : le funéraire. Il est fort possible que les autres dimensions de cette culture : l’habitat, le défensif, le productif n’aient pas connu la même transformation. Mais pour en juger sur pièces, il faudra multiplier les recherches archéologiques sur le haut Moyen Age et disposer de corpus comparables dans les domaines chrétiens et musulmans contemporains et postérieurs, ce qui pour l’instant est loin d’être le cas. Si une conclusion provisoire s’impose, c’est que les données nous font cruellement défaut pour savoir ce qu’est devenue la société Shay : on ne peut en tout cas affirmer sa disparition sur la seule foi de l’abandon radical des pratiques funéraires. Car c’est précisément là un domaine qui dut être prioritairement « investi » par les agents de la christianisation et de l’islamisation des hauts plateaux.

  • 100 Notamment dans la vallée de l’Omo.

70Dans le secteur de Meshalä Maryam, le remplacement de la tradition céramique est total avant le début du xve siècle, tant au niveau de la typologie que de la technologie. Or en Éthiopie, l’art de la poterie est traditionnellement affaire de femme, et le savoir-faire se transmet au sein des familles, de mère à fille. C’est dire l’empreinte patrimoniale que revêt cette technique, et la difficulté à la supplanter en un temps bref. Des observations ethnographiques actuelles100 témoignent de cas fréquents où, à l’occasion des transferts exogamiques, les femmes arrivant dans un nouveau contexte continuent durant des années à produire des poteries dans lesquelles on reconnaît la forme sinon les techniques apprises durant l’enfance. Tout ceci nous invite à nous poser la question d’un éventuel mouvement de population dans le Mänz vers le xive siècle, dans une proportion bien difficile à estimer. Sinon comment expliquer qu’à la même époque, le sud du Wällo connaisse encore des sites parfaitement shay (Ketetiya), alors qu’une mutation totale de la céramique se produisait un peu plus au sud, au sein de la même culture ? Et même si on imagine une transformation in situ d’une faible partie de la population, à la faveur de la conversion au christianisme ou à l’islam de ses élites, ceci expliquerait bien l’évolution des pratiques funéraires, et l’abandon des tombes collectives (sélectives ?) au profit des tombes individuelles systématiques. Mais en aucune façon le remplacement si rapide et total de la tradition céramique.

71À Ketetiya, nous avons vu des poteries typiquement shay gravées de croix chrétiennes et de caractères en écriture éthiopienne, témoins de l’influence, dans un contexte archéologique encore marqué par l’attachement aux pratiques funéraires traditionnelles, d’une nouvelle ambiance culturelle. Nous manquons d’observations pour pouvoir ébaucher une discussion sur la diffusion du christianisme et de l’écrit dans les pays Shay, et plus encore pour corréler cette diffusion avec la transformation des loyautés politiques locales avec l’expansion rapide du royaume chrétien en direction du sud. Les modalités d’installation des nouveaux pouvoirs religieux et politiques au sein des populations en place, liées vraisemblablement à un brassage culturel et ethnique, demeurent floues.

72Dans le cours de ces transformations, nul doute que les pratiques funéraires furent les cibles prioritaires des pouvoirs chrétiens. Les Vies de saints chrétiens sont remplies de semblables épisodes de luttes entre le missionnaire et les idoles, dont les enjeux sont des sanctuaires où l’on voudrait reconnaître les monuments shay. Mais il faudra longtemps décanter ces documents pour y retrouver, derrière les lieux communs propres à ces gestes fondatrices d’une nouvelle identité religieuse, des réalités religieuses rencontrées. Nous pouvons dire peu de chose, aujourd’hui, du « paganisme » shay. La tentative de rapprochement de certains motifs shay avec ceux de la culture Mursi actuelle nous a permis de commencer à étalonner une méthode comparative qui, si elle était poursuivie avec d’autres cultures proches, pourrait seule nous proposer un éclairage sur la valeur des symboles dont nous avons montré qu’ils s’inscrivaient dans un répertoire iconographique largement partagé, à une échelle supra-régionale. Plus concrètement peut-être, la discussion au sujet de la relation que nous pensons pouvoir établir entre tombes et stèles, c’est-à-dire entre monuments funéraires et monuments mémoriaux, nous a permis de proposer des rapprochements avec des sociétés éthiopiennes pratiquant un culte des héros. C’est peu. Mais c’est assez pour supposer qu’en effet des prédicateurs chrétiens durent voir d’un mauvais œil l’érection de stèles personnifiées et la répétition de cérémonies de commémoration du grand chasseur ou du grand guerrier, pour ne rien dire de la pratique des inhumations collectives qui devaient apparaître comme un frein inadmissible à l’affirmation de la destinée et de la justification individuelles.

73Si le christianisme a laissé sa légère teinture sur le mobilier funéraire de Ketetiya, constatons en revanche l’absence d’indices de l’islam. Et pourtant, s’il était avéré que le christianisme ne faisait qu’une entrée tardive au sud du lac Ḥayq, ne devrions-nous pas supposer, par induction, une présence antérieure de l’islam dans le voisinage du domaine Shay ? Certaines données textuelles et archéologiques semblent en effet suggérer une présence ancienne, en tout cas antérieure au xiiie siècle, dans l’escarpement du haut plateau central d’Éthiopie, voire sur le plateau lui-même, en bordure du Wällo et du Choa. Faudrait-il alors supposer que, dans certains cas au moins, l’islam constitua un chaînon intermédiaire entre la phase « païenne » et la phase chrétienne ? Nous manquons, ici encore, de données positives. Mais gardons cette idée à l’esprit pour l’instant ; nous verrons plus bas comment la culture Shay dut en tout cas se trouver exposée à des influences islamiques.

74Rappelons ici, enfin, le parallèle frappant entre la culture Shay et la culture du Č̣ärč̣är, qui occupent des positions symétriques, respectivement sur la bordure du haut plateau central et le long du plateau somali, c’est-à-dire de part et d’autre du goulot dessiné par la vallée du Rift et le triangle afar. Aspect divergent : la céramique est différente dans les deux cultures. Mais la domination, dans les deux cas, du faciès funéraire de la culture et leur apparente contemporanéité (jusqu’à plus ample documentation radiométrique) inciteront, à l’avenir, à pousser la comparaison entre les deux domaines.

Concurrences médiévales

75La culture Shay, avons-nous dit, n’est jusqu’à présent documentée que par un faciès limité, celui du funéraire. Mais compte tenu de l’investissement dont ont fait l’objet certains monuments, il est possible d’apporter certains éclairages sur la société des vivants. Et quel investissement ! Les tumulus shay, on l’a vu, ont parfois des dimensions considérables. Quant aux véritables dolmens à couloir, leur découverte constitue une nouveauté en Afrique de l’Est. La présence d’éléments de construction favorables, comme les grands prismes basaltiques, ont permis la réalisation de chambres à encorbellement parmi les plus vastes jamais construites par l’homme. Que sont les modestes hypogées dissimulés au regard en face de ces orgueilleux monuments ? Nous avons déjà souligné le puissant dimorphisme entre tumulus et hypogées, les premiers contenant des morts richement dotés, les seconds possédant moins de mobilier autre que céramique. Comme nous l’avons évoqué précédemment, le caractère somptuaire ou plus humble, selon les cas, des sépultures, peut plaider pour des statuts sociaux fortement différenciés : tumulus et hypogées seraient les demeures posthumes, respectivement, de l’élite et de gens du commun. Mais demeure aussi la possibilité que seuls les héros et leurs proches, plus ou moins hiérarchisés selon des critères difficiles à connaître, aient justifié la construction sinon le creusement des tombes collectives que nous avons repérées. Dans un cas comme dans l’autre, les personnes inhumées dans les tumulus doivent précisément la préservation post-mortem de leur opulence et de leur statut, sinon de leur mémoire, à leur capacité à mobiliser la main-d’œuvre nécessaire à la construction de semblables monuments.

76Ce dimorphisme des dispositifs funéraires et des statuts sociaux ouvre une brèche éclairante dans une société Shay par ailleurs baignée d’obscurité. Il y a là en tout cas un intéressant point de comparaison avec les pratiques de la Chrétienté et de l’Islam éthiopiens. Si l’on privilégie l’hypothèse « économique », en délaissant la lecture en clef mémorielle et héroïque, alors les tumulus et hypogées pourraient constituer tout à la fois, dans une certaine mesure, les pendants « païens », dans le domaine chrétien, des tombes situées dans les sanctuaires et de celles décaissées dans la roche au voisinage des églises, mais encore, dans le domaine musulman, des tombes épigraphiées et des sépultures anonymes. On ne peut qu’être frappé, en tout cas, par le parallélisme des registres vestigiaux entre les trois « religions » qui se concurrencent sur les hautes terres d’Éthiopie au Moyen Âge. D’un point de vue fonctionnel en revanche, quelle que soit l’interprétation retenue, on assiste au remplacement des tombes collectives, au recrutement sélectif, par la pratique des tombes individuelles, creusées systématiquement pour chaque défunt. Car bien que nous ayons jusqu’ici plutôt évoqué la Shay comme antérieure à l’islam et au christianisme, c’est-à-dire avant l’adoption sur son territoire de ces nouvelles religions, il est certain qu’au cours de son développement, elle s’est trouvée confrontée à la réalité territoriale des entités islamiques et chrétiennes, jusqu’à en devenir la victime plus ou moins consentante. Le contexte historique est justement comparable dans le Č̣ärč̣är, où les populations à tumulus se sont maintenues longtemps au contact direct des entités islamisées.

77Or il n’est peut-être pas anodin de constater que c’est justement dans ces deux cas de contacts prolongés, et d’affrontements, que l’on assiste à une concurrence dans l’appropriation visible du territoire, situation se concrétisant historiquement par la réalisation de multiples tumulus parfois énormes, érigés à dessein en position dominante. Encore plus peut-être que les églises et leur cimetière du côté chrétien, et les mosquées avec parfois d’immenses nécropoles musulmanes de l’autre, les tumulus païens jalonnèrent véritablement le territoire, et le jalonnent toujours. Car c’est bien là un aspect à souligner : si ces ensembles monumentaux ont survécu, c’est bien parce que quelque chose de l’ordre de la société s’y était arrimé : le souvenir accumulé des défunts ordinaires, peut-être, mais surtout la mémoire de personnages saints (« héros » à leur façon), le sentiment d’appartenance à une communauté ancrée dans le sol. Si ces sépultures, et en aussi grand nombre, nous sont parvenues, c’est d’abord parce qu’elles n’étaient pas que des sépultures, mais aussi des marques dans le paysage et des signes d’appartenance. On ne peut douter qu’il y ait là un trait culturel commun aux sociétés éthiopiennes médiévales, quelle qu’ait été leur diversité religieuse. Mais on peut peut-être voir aussi dans ce semis parfois extravagant de vestiges funéraires une forme de concurrence mémorielle par laquelle une société ou une communauté affiche, en face d’autres, la gloire ou le prestige de ses morts.

Des monnaies de perles exotiques thésaurisées par les élites Shay ?

  • 101 Cité par M. Munzi 2010 : 45.

78Outre la céramique, assurément produite sur place, l’examen des autres éléments de mobilier fait apparaître d’abondants produits à forte valeur, et vraisemblablement produits en Éthiopie : bracelets et parures en cuivre et en argent, perles en or, et objets en fer dont une remarquable épée, à manche probablement en ivoire. Mais quasi systématiquement sur les sites shay, on retrouve des perles en verre exotiques, parfois par milliers : d’origine indo-pacifique, indienne, égyptienne ou même chinoise, elles posent le problème de leur statut. Bien sûr, il s’agit de parures, dont certaines au moins étaient cousues sur des vêtements. Mais leur présence redondante dans les sites, y compris au cours de prospections, et leur surabondance parfois invite à y déceler un usage monétaire thésaurisé dans les tombes. Aucune monnaie n’a été en effet retrouvée en contexte shay, et de plus, il convient de souligner le fait que l’utilisation de perles en tant que monnaie est attestée anciennement en Éthiopie. Ainsi, James Bruce décrit-il un tel usage dans le Sire en 1768, pour des perles de différentes natures, qu’il appelle borjoke101.

  • 102 F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008, 2010.

79Ceci amène à soulever une nouvelle série de questions. Tout d’abord, que cela nous apprend-il sur les élites ? Faut-il croire qu’elles aient été avant tout, ou en même temps, des élites marchandes ? Rien ne l’autorise. Est-il d’ailleurs nécessaire, pour cela, qu’un authentique commerce à longue distance ait été organisé entre la bordure du haut plateau central et les rives de la mer Rouge ou de l’océan Indien ? On pourrait tout aussi bien suggérer une sorte d’échange down the line, à multiples relais informels, faisant percoler vers le domaine Shay des biens fortement valorisés. Mais, il faut le reconnaître, l’abondance de ces perles dans les tumulus shay et leur possible valeur monétaire implique des flux réguliers, de nature effectivement commerciale. Qui sont alors les marchands ? Subordonnons la question à celle-ci : que sont les marchandises qui empruntent le flux inverse, en direction des côtes ? Nous ne pouvons que le deviner : peaux, cuirs, ivoires, céréales, que se procurent les marchands de la mer Rouge et de l’océan Indien sur les rives africaines depuis l’Antiquité. Et à cette autre : quelles routes empruntent les marchandises ? On ne saurait le dire si l’on conserve un point de vue centré sur le haut plateau. Mais remarquons que les routes commerciales qu’il est possible de reconstituer, avec plus ou moins de probabilité, en suivant le phasage de la diffusion de l’islam en Éthiopie102, épousent d’assez près l’implantation de la culture Shay et de la culture du Č̣ärč̣är. Cela signifie tout simplement que l’Islam – ses marchands, ses clercs, sa culture urbaine – dut pénétrer en direction de l’intérieur de la Corne de l’Afrique en empruntant comme par appel d’air des axes préexistants, en monopolisant progressivement les activités commerciales entre les pôles, côtier d’une part, du haut plateau d’autre part. La distribution spatiale des sites islamiques en Éthiopie est peut-être l’empreinte d’axes animés antérieurement par les « païens ».

80Reprenons le point de vue du haut plateau : la culture Shay, étirée en bordure des plateaux du Choa et du Wällo, constitue peut-être, au haut Moyen Âge, le pôle méridional d’un continuum commercial progressivement soumis, depuis le nord, à une influence croissante d’agents politiques et religieux islamiques. S’il est bien évidemment impossible de valider cette hypothèse sur la foi de sites archéologiques documentant un tel processus d’acculturation, il est notable que l’assemblage des perles importées caractérisant le mobilier funéraire shay dénote la présence plus ou moins lointaine d’agents appartenant au monde islamique : cet assemblage correspond en effet très vraisemblablement à des « paquets » issus de multiples provenances à l’intérieur de l’univers commercial islamique et composés en vue du négoce local. Que ces « paquets » composites destinés – et nécessaires – au « marché » shay aient été, au cours des siècles du haut Moyen Âge, colportés jusqu’à leurs destinataires finaux, à savoir les élites du haut plateau du Choa, par des intermédiaires éthiopiens appartenant à des communautés progressivement islamisées, paraît une hypothèse relativement crédible. Le phasage et les modalités de ce processus restent en revanche à élucider.

De la place de la Shay dans le Moyen Âge éthiopien

81À l’issue de ce tour d’horizon de la culture Shay, des interrogations demeurent, dont les réponses éventuelles auraient des répercussions profondes sur notre vision du haut Moyen Âge éthiopien. Que savons-nous de l’identité ethnique et linguistique de ces gens ? S’agit-il du substrat humain des formations sociales et politiques musulmanes et chrétiennes que nous rencontrons au travers de la documentation écrite à partir du xive siècle ? De cette première hypothèse, il resterait à tirer une induction historique, à savoir que les populations Shay, si nous devions les rencontrer, nous apparaîtraient, en dépit de leur « paganisme », beaucoup plus familières qu’il n’y paraît à première vue : tant sur les plans linguistique que techno-économique, nous y reconnaîtrions les vieilles populations sédentaires de l’Amhara et du Choa. À un second niveau, nous devrions alors nous interroger sur l’attitude des élites Shay face aux transformations sociales que nous venons d’évoquer. Sur ce plan, l’abandon brutal du mégalithisme funéraire comme manifestation ostentatoire du statut serait probablement l’indicateur d’un ralliement rapide des élites locales à d’autres formes de pratiques et de croyances, mieux susceptibles d’assurer la préservation de leur prééminence sociale. Les élites Shay n’auraient probablement eu d’autre choix, devant l’avancée des nouveaux pouvoirs venus du nord, que de fuir ou d’accepter l’allégeance religieuse et politique, payant en quelque sorte la conservation de leur statut, de leur exil ou de leur loyauté. Mais le choix ne fut peut-être jamais tout à fait aussi tranché. Car, à vrai dire, la demande de biens importés, et plus largement le rôle économique exercé depuis des siècles par les élites Shay les auraient certainement exposées à des influences idéologiques véhiculées le long des mêmes routes que les biens commerciaux. En somme, les élites Shay auraient dû, au moins jusqu’à un certain point, participer elles-mêmes aux transformations qui leur assuraient un rôle dans la société en cours de formation. En ce sens, elles n’auraient sans doute pas disparu : c’est simplement qu’en adhérant à des nouveaux référentiels idéologiques (et en abandonnant du même pas leur mégalithisme funéraire) elles auraient vu se modifier leur « signature » archéologique. Les recherches futures devraient ainsi poser la question de savoir jusqu’à quel point la culture Shay a façonné les sociétés musulmanes et chrétiennes postérieures.

  • 103 Taddesse Tamrat 1970 : 96.
  • 104 B. Poissonnier et al. 2011.

82Mais une seconde hypothèse minimise quant à elle l’ampleur des transformations sur place, en envisageant les effets d’une confrontation – finalement perdue par les païens – en termes de remplacement ou d’acculturation des populations. Prenons l’exemple éclairant donné par la céramique. Nous avons vu que dans le secteur de Meshalä Maryam, un remplacement total des traditions potières s’était opéré entre la fin du xe siècle au plus tôt et le milieu du xve siècle au plus tard, alors que durant le xive siècle, à 110 km (à vol d’oiseau) plus au nord, le site de Ketetiya utilisait encore des poteries du plus pur style Shay. Comment pouvons-nous expliquer ce lait ? Une si profonde acculturation des populations, du côté méridional, se serait opérée alors que la Shay se serait maintenue longtemps dans ses traditions un peu plus au nord ? Une explication simple envisage plutôt une diminution de l’espace Shay au cours du temps, à l’occasion d’événements ayant déclenché le départ d’une partie de la population de certains secteurs du Mänz, peut-être à l’occasion de conflits avec le pouvoir chrétien, ou même à la suite d’une compétition entre les différents acteurs païens. Rappelons que c’est au début du xive siècle que le roi ‘Amdä Ṣəyon (1314-1344) mène une campagne contre le fameux royaume païen du Damot et emporte une victoire triomphale103. Quels rapports la Shay aurait-elle pu entretenir avec cette puissante entité païenne, encore bien mystérieuse ? Il est très irritant de ne disposer d’aucun indice archéologique pouvant documenter les populations à l’ouest du Mänz, ce qui limite grandement la portée de nos spéculations. Cependant, considérons un instant l’énigme que constituent à nos yeux les « soucoupes volantes » shay. Ce type céramique n’a de correspondance dans aucune autre culture, à notre connaissance. Si l’on ignore l’époque de son apparition, il est certain qu’il a perduré durant cinq siècles au moins (du xe au xive) en conservant toutes ses caractéristiques. En outre, on doit rappeler la présence de récipients comparables en Érythrée, à Mäṭära. Si la datation épigraphique de ces derniers est bonne, il s’agirait alors d’une continuité sur pas moins de onze siècles. Et dans le cas contraire, s’il s’agit de récipients médiévaux, force est de constater la distance remarquable du rayonnement de cette céramique. Tout cela nous paraît plaider en laveur d’objets au statut ou au contenu particuliers, appartenant à une culture suffisamment puissante, dans le temps comme dans l’espace, pour avoir été garante de cette permanence – et des moyens de ce conservatisme. Mais du reste, que sait-on vraiment des limites géographiques de la Shay ? Immédiatement à l’est, l’escarpement offre une limite écologique majeure. Nous avons documenté récemment une implantation musulmane dans ce secteur, à une quarantaine de kilomètres à l’est de Mähal Wänz, à 1 500 m d’altitude sur les premiers contreforts dominant la dépression afar : la mosquée de Fäqi Däbbis, datée par le radiocarbone des xive-xve siècles, et qui a livré une série céramique sans rapport avec la Shay104. À plus de 250 km au sud-est, au-delà de la dépression afar, les monts du Č̣ärč̣är témoignent d’une culture contemporaine différente. Au nord de Ketetiya, rien n’est attesté à l’exception de Mäṭära, tandis qu’à l’ouest, c’est le parfait inconnu : c’est dire si l’on ignore encore largement l’extension de cette culture. Et si, finalement, ce que l’on appelle la Shay n’était rien de moins que le faciès oriental du puissant ensemble païen des hauts plateaux, qui prit le pouvoir en Éthiopie au xe siècle grâce à une reine ?

Notes

1 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2007-2008.

2 P. Lotti et al. 2012.

3 F. Anfray 1983.

4 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2007-2008.

5 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2007-2008 : item 50.

6 B. Khun de Prorok 1942 : 112-113. À l’est de Dul, dans l’Eastern Beni Shangul : “Alongside this ancient trail were occasional mounds of stones supposed to contain the skeletons of slaves who had died in times long past. Hoping to find a skull or two for our anthropological collection, we camped a little distance from one and began to dig. The natives with our caravan were superstitious, and believed that strange sounds issued from these tombs at night - the cries of imprisoned, tortured souls. After two hours work with pick and shovel we found an opening. When it was big enough I crawled in. Flashlights disclosed a rude chamber made from shafts of stone and roofed with larger slabs ; in one corner lay a pile of stones, but they were so old that they crumbled into dust when I touched them. Under a ledge I found one skeleton intact, and the skull looked like a rare find. It was in such a perfect state of preservation that it must have been embalmed by men who learned their art from the Egyptians. We waxed the skull, and packed it in a benzine can in fine hay. Later we found other skeletons, and strings of carnelians and ancient beads. But we had to stop our digging before dawn - the natives would refuse to go on with us if they learned we had visited a tomb.” C’est nous qui soulignons.

7 A. E. Jensen 1936.

8 R. Joussaume 2007.

9 F. Azaïs & R. Chambard 1931.

10 R. Joussaume 1980.

11 Qui pourtant conserve concurremment le terme (R. Joussaume 1995 : 69), pour le placer ailleurs entre guillemets à la place de ciste dolménique (R. Joussaume 2007 : 14-15).

12 R. Joussaume 2007 : 14.

13 R. Joussaume 1980 : 103.

14 Calibration OxCal 4.1, IntCal 09, effectuée par les auteurs du présent article en février 2012.

15 Même remarque.

16 R. Joussaume 1980 : 110.

17 R. Joussaume 1980 : 51.

18 Même remarque que plus haut (note 15).

19 R. Joussaume 1980 : 52-53.

20 À ne pas confondre avec le tumulus appelé aussi par R. Joussaume « n° 1 de Sourré-Kabanawa », qui est un monument différent (cf. infra).

21 R. Joussaume 1980 : 53.

22 Voir note 20.

23 R. Joussaume 1980 : 55.

24 R. Joussaume 1980 : 56.

25 R. Joussaume 1980 : 56.

26 R. Joussaume 1980 : 57.

27 A. Chekroun et al. 2011.

28 Selon un fitawrari (commandant d’un détachement de l’armée) interrogé par Azaïs et Chambard en 1925 et qui se disait originaire de cette région où ces pierres seraient en « grand nombre » (F. Azaïs & R. Chambard 1931 : 262).

29 F. Anfray 1983.

30 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2007-2008.

31 Ε. Littmann 1910.

32 E. Littmann 1910 : 250-260.

33 “Trinkets”.

34 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2007-2008.

35 E. Littmann 1910 : 261, fig. 16 & 17.

36 The Bēt-’Abrĕhē, again, used to place [the dead] formely in the « Cave » of Haygat and to close it” (E. Littmann 1910 : 261).

37 E. Littmann 1910 : 263.

38 R.-P. Martial de Salviac s.d. (1900 ou 1901) : 238.

39 Récipient à bière ou à hydromel en corne de bœuf.

40 J. Borelli 1890 :329-330.

41 L. M. Nesbitt 1935.

42 W. Thesiger 1996.

43 L. M. Nesbitt 1935 : 247-248 décrit ainsi une tombe de chef Danakil (i.e. Afar) : « built, not with branches of trees, but with stones, for, here, even such parched trees as grow in the open deserts were absent. Only heroes, valiant warriors, have conspicuous tombs erected over their remains. The unknown herd, who have lived their wretched lives guiltless of the notorious infamy which is the usual outcome of extraordinary ability in such a country, are buried in graves the faint signs of which are obliterated by the elements in a few short seasons. These last are rings of small stones, placed where the body lies buried. The tombs of minor heroes are small stone towers, solidly built, shaped like a beacon. They stand ten or twelve feet high, and are circular, tapering slightly towards the top. Several of such towers are sometimes seen close together on the same hill, though the Danakils prefer to build the tombs of their great men in places where there are no other tombs, as far as possible. The tombs of the greatest chiefs are always built on the edge of a precipice, in a solitary place. They are of the usual circular form, very massive, and thirty feet or more in diameter. They have a single wall opening in one side, and, inside the outer ring, the truncated cone of the actual sepulchre is placed. Sometimes, before the entrance of the outer wall, a small dead tree is planted. This has to be carried from a distance, for nothing grows in the places where these tombs are situated. A circle of small stones is arranged around the base of the stem of the tree. On his branches are hung the trophies which the dead man removed in his lifetime from the bodies of his victims. In cases where these have been destroyed by the elements during the lapse of time, fragments of the skin of a leopard or other wild animal are frequently hung in their place.”

44 Terme afar.

45 W. Thesiger 1996 : 121.

46 W. Thesiger 1996 : 123-127.

47 A. Hodson 1919 : 66-67 (nous traduisons).

48 Comme à Yaḥa (F. Anfray 1963b).

49 Comme à Aksum même (S. C. Munro-Hay 1989).

50 J.-P. Cros et al. 2007.

51 R. Joussaume &J.-P. Cos 2002.

52 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2007-2008.

53 R. Joussaume 1980 : 54.

54 F. Anfray 1963a.

55 D. W. Phillipson 2000 : 317.

56 R. F. Wilding & S. C. Munro-Hay 1989 : 308.

57 R. F. Wilding & S. C. Munro-Hay 1989 : 308, 310, fig. 16, n° 447.

58 Il s’agit du champ de stèles fouillé par Neville Chittick en 1973-1974, à l’ouest de la stèle 16, dans la tranchée de sondage STXIIE (S. C. Munro-Hay 1989 : 69-70 ; fig. 6.16).

59 S. C. Munro-Hay & G. Tringali 1999 : 282-283 : A roughly incised line cordon divides this lower part of the vessel from the tall, wide, neck part, which tapers slightly as it rises to the rim. A vertical handle joins the carination to the neck about one-third of the way down from the rim. The neck is decorated with double incised lines with dots at the angles.

60 R. Fattovich 1980.

61 Numéro d’inventaire MAT. F. 43. I.

62 F. Anfray, in litteris, 10/09/2000 et 24/02/2008.

63 L’inscription a été publiée sous le n° 377 dans É. Bernand, A.J. Drewes & R. Schneider 1991, : I, 471 et II, pl. 229.

64 F. Anfray 1963a : 103, fig.6.

65 F. Anfray 1963a : 104, fig.7.

66 Exemplaire n° J.E.2059 : F. Anfray 1963a : 105-106 et pl. cxa, JE 2059 ; É. Bernand, A.J. Drewes & R. Schneider 1991, I, p. 471, n° 377 & p.423, n° 316 ; II, pl. 229 & pl. 197.

67 F. Anfray 1963a : 102.

68 K. Chuniaud 2012.

69 K. Chuniaud 2012, fig. 9.9.

70 K. Chuniaud 2012, fig. 9.11, n° 14.

71 R. Joussaume 1980.

72 R. Joussaume 1980 : fig. 72, n° 1, 2 & 4.

73 R. Joussaume 1980 : 63 & fig. 58.

74 G. Delibrias & M. Fontugne in : R. Joussaume dir. 1995 : 286.

75 R. Joussaume 1995 : 376.

76 F. Anfray 1982.

77 R. Joussaume & J.-P. Cros 2002.

78 R. Joussaume & J.-P. Cros 2002 : fig. 7.

79 P. Francis 1986 ; P. Francis 2002a : 19.

80 P. Francis 2002a.

81 P. Francis 1991.

82 P. Francis 2002a : carte p. 32.

83 La présence de gisements d’opales de feu est attestée dans le Mänz.

84 P. Francis 2002b : 24 & fig. 15.

85 H. Beck 1931.

86 Ν. Chittick 1974 (2) : 471-472.

87 P. Francis 2002b : 28 & fig. 19.

88 P. Francis 2002a : 90.

89 M. Rodziewicz 1984 : 242-243, pl. 72.

90 P. Francis 2002b : 15.

91 P. Francis 2002a : 93, 94, 99.

92 P. Francis 2002a : 44.

93 R. Joussaume 1980 : fig. 80, n° 1.

94 R. Joussaume 1980 : fig. 83, n° 16.

95 R. Joussaume 1980 : fig. 89, n° 4 & 7.

96 Si l’on en juge sur les clichés noir et blanc, les meilleurs publiés étant à notre connaissance dans R. Joussaume 1976 : fig. 5, n° 2 & 3.

97 N. Poissonnier 2009.

98 L’explication économique du type « tombe des riches, tombes des pauvres » fait ici office de service minimum.

99 Pour autant que l’on puisse en juger au sein des territoires prospectés, qu’il conviendrait d’étendre à l’avenir.

100 Notamment dans la vallée de l’Omo.

101 Cité par M. Munzi 2010 : 45.

102 F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008, 2010.

103 Taddesse Tamrat 1970 : 96.

104 B. Poissonnier et al. 2011.

Table des illustrations

Légende Fig. 8.1 — Tumulus « à chambre circulaire et cella » de Tchaffé
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/761/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 8.2 — Tumulus « à chambre circulaire et cella » n° 1 de Sourré-Kabanawa
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/761/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 8.3 — Tumulus où serait inhumé Kāmel wad Gabay à Gäläb (Érythrée)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/761/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 8.4 — Das avec des stèles indiquant le nombre des victimes
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/761/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 8.5 — Différents types de Das
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/761/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 8.6 — Bouteille carénée d’Aksum
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/761/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 8.7 — « Soucoupe volante » de Mäṭära, tertre F (fouilles F. Anfray)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/761/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 8.8 — « Soucoupe volante » de Mäṭära, tertre A
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/761/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 8.9 — Vase proche de la « soucoupe volante » de Mäṭära, tertre A
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/761/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 8.10 — Graffito sur céramique noire de Mäṭära
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/761/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 8.11 — Cruchon contenant des monnaies de la ciste dolménique n° 2 du groupement C de Sourré-Kabanawa
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/761/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

Auteurs

Archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) et membre du laboratoire TRACES (UMR 5608, CNRS, université Toulouse-Le Mirail) à Toulouse. Il a séjourné en Éthiopie de 1998 à 2000 comme chercheur détaché auprès de l’Authority for Research and Conservation of the Cultural Heritage, et a effectué de nombreuses missions de recherche et d’archéologie préventive dans ce pays. Email : poiskay@gmail.com

Historien. Directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et ancien directeur du Centre français d’études éthiopiennes (ministère des Affaires étrangères et CNRS), il est membre du laboratoire TRACES (UMR 5608, CNRS, université Toulouse-Le Mirail) à Toulouse et « Honorary Research Fellow » au GAES, université du Witwatersrand, Johannesburg (Afrique du Sud). Email : fx.fauvelle@yahoo.fr

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540