Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture Shay d’Éthiopie (Xe-XIVe siècles)

 | 
François-Xavier Fauvelle-Aymar
, 
Bertrand Poissonnier

6. Ketetiya (Wällo)

Hypogées à céramiques remarquables

Ketetiya (Wällo). A hypogeum with remarkable ceramics

François-Xavier Fauvelle-Aymar, Bertrand Poissonnier, Aurèle Letricot et Habtamu Tesfaye

Résumé

Le site de Ketetiya (sud-Wällo) a été découvert par des habitants du village en 1997 et a fait l’objet depuis lors de plusieurs interventions archéologiques ou de préservation. Ce chapitre présente l’historique de ces interventions et les résultats d’une mission réalisée par les auteurs en 2008.
Le site présente quatre chambres funéraires ou hypogées (A, B, C, D) accessibles depuis le sol actuel par deux puits d’accès verticaux (1, 2). Les chambres ont livré des dizaines de poteries ainsi que des ossements humains. La chambre D, non perturbée au moment de la première intervention archéologique, a ainsi livré des ossements humains en connexion anatomique au-dessus d’un niveau sépulcral contenant des poteries. La fouille très limitée (0,60 x 0,60 m) pratiquée en 2008 dans ce niveau jusqu’à la base du remplissage a permis d’observer des poteries en place contenant des cendres et des fragments de dents humaines, qui plaident en faveur d’un emploi funéraire de ce mobilier. Deux datations au radiocarbone permettent d’attribuer le fonctionnement de ce niveau sépulcral aux xiiie et xive siècles. Les croix chrétiennes gravées sur l’une des poteries prélevées permettent d’évoquer la présence d’une teinture chrétienne dans une ambiance culturelle restée « païenne ».

The site of Ketetiya (South-Wällo) was discovered by the inhabitants of the village in 1997 and has since been the object of several archaeological and preservation campaigns. This chapter presents the timeline of these campaigns and the results of a mission undertaken by the authors in 2008. The site presents four funeral or hypogeum chambers (A, B, C, D) accessible from the current ground level by two vertical access shafts (1, 2). The chambers have delivered dozens of potteries as well as human bones. The chamber D, undisturbed at the time of the first archaeological campaign, delivered human bones in anatomic connexion above a sepulchral level containing potteries. The very limited excavation (0.60 x 0.60 m) conducted in 2008 inside this level down to the lower layers made possible the observation of undisturbed potteries containing few burnt bones and the remains of human teeth. Two radiocarbon datings enable to attribute the use of this sepulchral level to the 13th and 14th centuries. The Christian crosses engraved on one of the potteries found enable to evoke the presence of a Christian veneer in a cultural atmosphere that is still "Pagan".

Texte intégral

  • 1 Southern Wällo ; wäräda Qallu, qäbäle 24,

1Le village de Ketetiya1 est situé sur le haut plateau central d’Éthiopie, à une altitude de 2200 à 2300 m, juste sur l’ourlet de l’escarpement oriental du plateau. Il surplombe une plaine alluviale entre 1500 et 1 600 m d’altitude dont la vallée se ferme en défilé au contact du plateau.

  • 2 La plante présente une allure arbustive comme on trouve au Yémen et non comme celle du Č̣ärč̣är.

2La plaine est entièrement cultivée en larges champs de sorgho. Les hameaux de huttes traditionnellement rondes sont installés sur les flancs, au milieu de terrasses, et entourées de jardins et d’enclos généralement ceints d’euphorbes et de branches d’acacia. Le sorgho occupe tous les étages du gradient altitudinal entre 1 500 et 2 300 m. En revanche, les étages de ce gradient présentent des traits distinctifs. Les étages inférieurs livrent, hormis le sorgho dominant, du sisal (Agave sisalana) planté en haies. Les étages moyens sont plantés en maïs, quoique uniquement à proximité des habitations, bosquets d’eucalyptus, piments et fèves dans les jardins, et nug (Guizotia abyssinica). À l’approche des premiers méplats du plateau, les étages supérieurs présentent une diversité beaucoup plus grande de cultures, avec des parcelles plantées en qat (Catha edulis)2, parfois complanté de fenugrec (Trigonella foenum-graecum), des parcelles plantées en blé souvent associé à de l’orge, des parcelles de teff (Eragrostis teff) associé au lin (Linum usitatissimum), à nouveau le maïs, cette fois associé au haricot (Phaseolus).

3Le troupeau domestique est constitué de l’assemblage habituel dans cette région de rebord de plateau et d’escarpement, à savoir quelques têtes de vaches, de moutons à queue grasse (Ovis aries), de chèvres et d’un ou deux animaux de bât (âne ou chameau). Les jardins du village de Ketetiya livrent, parmi l’assemblage de plantes cultivées, du qat avec du fenugrec, du nug, du teff, du teff associé au lin, de l’éleusine (Eleusine coracana), du maïs associé au haricot (le maïs servant de tuteur, le haricot procurant de l’azote), dans les champs, et dans les jardins des tomates, de l’amarante.

4C’est dans ce paysage luxuriant et fortement anthropisé que se trouve le site dont il va être question. Nous commencerons par rapporter les traditions relatives au site et l’historique des visites archéologiques, avant de présenter les résultats d’une rapide intervention archéologique effectuée en 2008.

Ketetiya : un site et les traditions s’y rapportant

  • 3 Coordonnées : Ν 11° 12´ 40,5" ; Ε 39 52´ 84,1".
  • 4 Tradition consignée sur place en 2008.

5Le site de Ketetiya3 proprement dit est situé au point le plus élevé du village (à l’altitude de 2300 m). Topographiquement, les quelques bâtiments du tout petit village occupent un sommet aplati (dénivelé de l’ordre de 1,50 m) mesurant environ 50 m du nord au sud, et 60 m d’est en ouest, où le rocher de rhyolite est affleurant. Ce sommet est partiellement ceint d’un mur de soutènement. Les tombes connues (Fig. 6.1) sont aménagées sur le rebord sud-ouest du sommet ; le versant est étant occupé par une mosquée quadrangulaire en torchis sur montants de bois qui, d’après les habitants, remonterait à l’installation des premiers musulmans il y a 360 ans4.

  • 5 Tradition consignée sur place en 2008.

6Le nom de Ketetiya, nous dit-on, viendrait de l’association de deux noms, celui d’un homme (Kete) et celui d’une femme (Tiya), qui auraient été les premiers habitants du lieu. Mais il s’agit là très probablement d’une étymologie populaire5.

  • 6 Tradition consignée sur place en 2008.

7L’imam actuel est le descendant du premier imam du village, Hajji Umer, qui serait arrivé avec les premiers musulmans dans la région au temps des conquêtes d’Aḥmad ibn Ibrahim al-Gāzā dit Grañ. Les chrétiens de la région, nous dit-on6, se convertirent ou s’enfuirent vers Kelenso et Arera, villages voisins. La mosquée à toit de tôle a été reconstruite de nombreuses fois, mais toujours au même emplacement. L’actuelle fut construite pendant le Derg ; la précédente, plus petite, était également de bois et de torchis, mais elle était circulaire et son toit était de chaume. L’histoire de la communauté serait contée dans un livre écrit en arabe, mais qui aurait été perdu par un pèlerin à qui il avait été confié. On nous indique la succession des premiers imams : Hajji Umer, cheikh Muhamad, cheikh Kamal Abaye, cheikh Kamal Abdi, cheikh Muhamad Zeynu.

8Au nord-est de la mosquée, une plantation d’euphorbes arborescentes dessine un ovale de 7,50 x 6 m ; elle correspond à une place de réunion où les anciens du village se réunissaient autrefois. Désormais, elle ne sert plus à cet usage, mais aux femmes pour des préparations culinaires, ce qui explique la présence d’un foyer à l’intérieur.

9Dans la parcelle adjacente au site funéraire dont il va être question, en contrebas, vers le nord-nord-ouest, des poteries anciennes auraient été mises au jour lors du creusement d’une sépulture pour une femme musulmane. Le souvenir précis de cette découverte s’est perdu, mais les gens prétendent que les poteries étaient similaires à celles des tombes du site dont nous parlons ici. En outre, selon nos propres observations, bien que rapides et incomplètes, la céramique actuellement en usage à Ketetiya diffère profondément de celle des tombes anciennes, tant par la typologie que par la technologie (intérieur poli et extérieur brut, en particulier).

Fig. 6.1 — Relevé en plan du site de Ketetiya

Historique des découvertes à Ketetiya

  • 7 Les 8-10 novembre 2008.
  • 8 À ce stade, la tombe D n’avait pas encore été repérée.

10L’ensemble funéraire de Ketetiya est situé sur l’enclos d’un paysan nommé Adam Umer. Il fut découvert par le paysan « il y a 11 ans » (à la date de notre dernière visite7), c’est-à-dire en 1997, à la faveur de la reconstruction de sa maison détruite par la foudre : l’homme cherchait alors de la terre pour refaire son mur. Il découvrit ainsi deux puits d’accès, l’un (ci-après puits 1) donnant accès à deux chambres latérales (ci-après, tombes A & B), l’autre (ci-après puits 2) à une seule (ci-après, tombe C)8 (Fig. 6.2). Dans son souvenir, Adam Umer découvrit dans ces trois chambres un total dépassant 150 poteries appartenant selon lui à treize types différents (ce qui indique à tout le moins que les trouvailles durent être abondamment étudiées et commentées), ainsi qu’une bague en métal (de l’argent, selon les personnes présentes lors de notre entretien). Cette découverte ayant été rapportée au chef du qäbäle, les autorités régionales du tourisme et de la culture de Baḥər Dar dépêchèrent sur place, deux ou trois semaines après la découverte, trois experts éthiopiens qui transportèrent toutes les poteries, ainsi que le bijou et quelques ossements humains, au musée de Däse (Wällo).

  • 9 Bertrand Poissonnier.
  • 10 Cette opération intervint le 26 mars 1999.

11En mars 1999, l’un de nous9 fut mandaté pour une mission d’expertise sur le site en compagnie des archéologues de l’autorité éthiopienne compétente (ARCCH). Il procéda à une évaluation du site, tandis qu’un relevé topographique des chambres préalablement fouillées par les villageois était réalisé par Lionel Fadin. B. Poissonnier effectua la fouille des derniers sédiments présents dans le fond de la chambre A et préleva dans celle-ci quelques poteries qui avaient été laissées en place. Il découvrit également, lors d’un sondage de 1,50 x 1,40 m, que le puits n° 2 donnait accès à deux chambres, dont une nouvelle, inviolée (tombe D) et non connue des paysans. Par précaution, sans avoir opéré de fouilles, la dalle de fermeture de la chambre D fut scellée au ciment10 sans même avoir été ouverte.

  • 11 Lors de notre passage dans ce musée en novembre 2008, nous n’avons pu localiser que les poteries.

12Cette mission a fait l’objet d’un rapport en amharique d’Aklilu Asfaw (ARCCH) accompagné d’un inventaire de tous les objets sortis du sol lors de cette mission ; ce rapport a été déposé à l’ARCCH à Addis Abeba. Le lot de poteries, avec quelques ossements humains et quelques éléments de parure, ont été déposés au musée de Däse11.

  • 12 Université de Toulouse.
  • 13 INRAP (ex-AFAN).
  • 14 INRAP (ex-AFAN).
  • 15 É. Crubézy et al. (2001).

13En avril 2001, une équipe composée d’Éric Crubézy12, Stéphan Hinguant13 et Bernard Farago14, fut dépêchée par le Centre Français d’Études Éthiopiennes pour effectuer une fouille de la chambre D et y prélever des ossements dans la perspective d’analyses ADN. Pour diverses raisons, ces analyses n’ont pas été faites mais un rapport de la mission est disponible15. C’est sur ce document que s’appuient les quelques descriptions qui suivent.

  • 16 É. Crubézy et al. (2001).

14Lors de cette mission, l’équipe commença par effectuer un décapage de quelque 10 m2 qui révéla des trous de poteaux de différentes dimensions, des traces de palissade et de fossés, des entrées de puits d’accès interprétées comme des ouvertures de silos. Dans le puits 2, les membres de l’équipe retrouvèrent intacte la dalle de ciment scellant la chambre D, débutèrent la fouille de la chambre, sans cependant (d’après le rapport, confirmé par nos observations) entamer le niveau archéologique. Ils indiquent que le niveau sépulcral « a montré quelques os en connexion [membres supérieurs] sur de la terre, des os mal conservés dont le contexte n’a pu être observé, un crâne manifestement remanié par de la grosse faune [le crâne portait deux impacts de canine de gros carnassier]16. » Le crâne et quelques os furent prélevés et déposés au musée de Däse. Le reste de niveau sépulcral de cette chambre D resta inentamé. Par ailleurs, dans un « silo » (probablement la tombe C), l’équipe procéda à une fouille qui livra le squelette d’un jeune adulte, « déposé initialement au fond du silo » mais dont le squelette fut par la suite remanié.

Fig. 6.2 — Relevé en coupe du site de Ketetiya

15Les membres de cette équipe suggèrent dans leur rapport que les cavités découvertes furent initialement des silos ou des « cachettes » plus tard réutilisé(e)s en tombes, les poteries étant associées à cette réutilisation. Cependant, notre interprétation est différente. En effet, bien que des structures à la morphologie comparable aient été utilisées dans d’autres régions du monde pour la conservation des grains, nous n’en connaissons aucune qui soit attestée en Éthiopie, ni actuellement, ni anciennement. Au contraire, ici comme ailleurs dans le pays, ce type de creusement paraît clairement associé à des tombes.

16Au terme de la mission, l’équipe scella à nouveau la dalle de fermeture de la chambre D. D’après le rapport, l’équipe réalisa également au musée de Däse un inventaire de 114 céramiques entières provenant du site.

  • 17 La mission à Däse, Ketetiya et aux environs s’est déroulée du 8 au 11 novembre 2008.
  • 18 Grâce au soutien des autorités de la culture (en particulier de Kader Mohamed) de Däse et de Fetlew (...)

17En novembre 2008, à la demande de l’ARCCH, le Centre français des études éthiopiennes envoya sur place une équipe composée des auteurs du présent article17. L’équipe put effectuer18 des descriptions et photographies de 27 poteries de Ketetiya conservées au musée de Däse (voir Annexe E), sans avoir pu bénéficier des inventaires antérieurs, disparus, accompagnant initialement ce matériel. De même, aucune des parures ni aucun des ossements antérieurement déposés n’a été retrouvé.

18Dans un second temps, l’équipe, s’étant rendue à Ketetiya, a effectué sur le site un décapage de surface permettant de retrouver l’emplacement précis des puits d’accès 1 et 2 qui étaient entièrement enterrés (à l’exception de l’ouverture sommitale de la tombe C, recouverte d’une dalle affleurant le sol). Ayant retrouvé intacte la dalle cimentée de la chambre D, l’équipe la retira puis réalisa un sondage de 0,60 x 0,60 m dans la partie sud de la chambre, atteignant le socle rocheux à une profondeur de 0,30 m sous le niveau où s’était arrêtée l’équipe d’É. Crubézy. Sept poteries intactes furent collectées, et des charbons furent prélevés dans la perspective de datations. Les poteries ont été déposées, accompagnées d’un inventaire, au musée de Däse ; elles font l’objet d’une description annexée à ce chapitre (Annexe D). Les prélèvements, déposés au Musée national d’Addis Abeba, ont ensuite fait l’objet d’une procédure d’exportation pour analyse. Ce sont les résultats de cette mission, appuyés sur ceux des missions précédentes, qui sont présentés ci-dessous.

Le site funéraire de Ketetiya : un groupe d’hypogées

  • 19 Nous disons « actuellement » car il est possible que ces puits aient été initialement creusés à tra (...)

19Le site, tout au moins dans sa partie explorée, se présente, après notre mission, comme un ensemble plus ou moins linéaire établi le long d’une courbe de niveau et formé de deux sous-ensembles contigus. Chaque sous-ensemble présente un puits d’accès, profond actuellement de 0,70 m19, qui donne accès à deux chambres souterraines de plan plus ou moins ovalaire et disposées transversalement. Une communication a été percée entre les tombes Β et C, peut-être dans un second temps, ce qui fait que trois chambres (A, B, C) étaient accessibles depuis le puits n° 1 lors de la découverte du site par les villageois. Ces structures ont été creusées dans le rocher à l’aide d’outils métalliques qui ont laissé des traces profondes.

20Le sous-ensemble sud montre un puits (n° 1) vertical, de plan circulaire, d’un diamètre de 0,95 à 1 m, et d’une profondeur de 0,70 m sous la surface actuelle. Il traverse un niveau superficiel composé d’altérites, d’une épaisseur de 0,20 m environ, puis le rocher de rhyolite. À sa base, partent deux ouvertures latérales opposées, qui ne présentaient plus leur bouchon d’origine lors de la première intervention en 1999. Elles sont étroites et circulaires, et donnent chacune accès par le haut à une chambre hypogée, soigneusement creusée, à fond plat.

21La tombe A mesure 1,35 m x 1,80 m à la base pour 1,30 m de hauteur, avec une forme sensiblement hémisphérique. On note un aménagement sommaire du côté de l’accès, avec un semblant de gradin réservé qui permet d’escalader plus aisément la paroi qui est assez abrupte.

22La tombe Β mesure 1,40 m x 1,80 m à la base, dimensions presque identiques à la précédente, pour 1 m seulement de hauteur moyenne. On note un aménagement de la paroi du côté de l’accès en tous points comparable à celui de la tombe A.

23Une perforation, déjà signalée, a été pratiquée à travers la paroi nord de la tombe B, et la fait communiquer avec la tombe C (Fig. 6.3). Elle s’ouvre à 0,20 m au-dessus du sol de la chambre, est grossièrement ovalaire, et mesure 1 m de large sur 0,47 m au plus haut. La découpe est irrégulière et tranche sur le mode de creusement généralement observé sur les tombes. Il n’est pas sûr que cette ouverture soit originelle, mais en tous cas on peut faire la remarque que les chambres B et C sont toutes proches, creusées à une profondeur voisine, et que ce percement est judicieusement placé, quoique exigu. L’observation du creusement semble indiquer un percement préférentiel depuis la chambre C. Toutefois, on ne peut écarter la possibilité que ce trou ait été agrandi, et donc que certains des stigmates observés correspondent à une phase ultérieure.

Fig. 6.3 — Ouverture pratiquée entre tes tombes Β et C, vue depuis la tombe Β

24Le sous-ensemble nord (Fig. 6.l) a été découvert lors d’un sondage pratiqué en 1999. Il montre un puits (n° 2) vertical, profond de 0,70 m sous la surface actuelle, qui traverse les mêmes niveaux que ceux décrits précédemment. À sa base partent deux ouvertures latérales opposées, étroites et circulaires, qui avaient conservé un bouchon d’origine formé d’une grosse pierre soigneusement appliquée sur chaque trou (Fig. 6.4). Comme précédemment, elles donnent chacune accès par le haut à une chambre hypogée soigneusement creusée.

25La chambre C était déjà vide lors des observations effectuées en 1999. Accessible depuis la chambre B, il est possible qu’elle ait été précédemment visitée et pillée par cet accès. Nous avions pu prendre en photo depuis l’intérieur de la chambre le bouchon de pierre qui en obstruait l’accès (Fig. 6.5). Il est probable que l’accès funéraire s’opérait initialement par cette ouverture, avant en tout cas que le percement avec la chambre Β ne soit réalisé.

26La chambre C montre un fond légèrement concave, et mesure 1,30 m x 1,90 m à la base pour une hauteur de 1,50 m. La paroi du côté de l’accès par le puits présente une pente abrupte régulière.

27La chambre D, qui était demeurée fermée depuis fort longtemps lorsque nous l’avons découverte en 1999, a été partiellement explorée par l’équipe d’É. Crubézy en 2001, ainsi qu’il a été dit plus haut. Seuls ses niveaux superficiels furent alors dégagés, et seulement en partie antérieure (car la chambre est partiellement éboulée sur la partie opposée à l’entrée). La chambre présente une forme globalement hémisphérique et mesure environ 1,80 m x 1,35 m, soit des dimensions comparables aux précédentes (Fig. 6.2).

Le sondage de 2008

28Nous avons pratiqué dans la chambre D un sondage de 0,60 m de côté, au sud-ouest, jusqu’au substrat qui s’est révélé plat et très régulier (Fig. 6.2). Le niveau archéologique subsistant était constitué d’une trentaine de centimètres d’épaisseur de sédiment argileux brun-rouge, très meuble, intercalé entre de nombreuses poteries entières pratiquement jointives, ainsi que de restes osseux (en particulier humains) sans organisation apparente, qui constituaient l’essentiel du remplissage. La fouille s’est effectuée dans des conditions particulièrement difficiles, accroupis au fond de la chambre, en espace très incommode et par une chaleur excessive.

Fig. 6.4 — Le puits n° 2 lors de la découverte en 1999, avec les bouchons des tombes C et D encore en place (D à droite, C à gauche)

  • 20 P. Francis 2002a.

29Le sédiment issu de la fouille a été systématiquement criblé au tamis fin et n’a livré aucune parure, à l’exception d’une perle en verre (Fig. 6.6 cc). Celle-ci, en verre bleu, mesure 5 mm de diamètre pour 3,5 mm de hauteur, avec une perforation quelque peu ovalisée de plus ou moins 1 mm de diamètre. D’un point de vue technique, la présence de légers filets sur les bords, parallèles à l’axe de la perforation, indique que la perle est issue d’un tube étiré puis coupé. Le fort arrondi général de l’objet témoigne quant à lui d’une chauffe ultérieure prononcée, postérieure à la découpe. Il s’agit à n’en pas douter du type « indo-pacifique20 ». L’exemplaire de Ketetiya, avec ses 5 mm de diamètre, figure parmi les modules maximum de ce type de perles rencontrées en contexte shay, qui sont habituellement nettement plus petites, comme à Tätär Gur.

  • 21 Ces poteries ont été soigneusement conditionnées dans une caisse marquée d’une étiquette « Ketetiya (...)

30Le sondage a fourni sept poteries intactes ou légèrement fragmentées, et le fragment d’une huitième. Leur remplissage, d’allure assez semblable à l’encaissant, a bénéficié individuellement d’un tamisage fin, discriminé selon sa localisation (col, panse, fond) qui a permis de prélever des micro-charbons, des fragments d’os brûlés, une dent humaine mais aucune parure. Les sept poteries intactes ont fait l’objet d’un inventaire qui sera détaillé dans l’Annexe D21. Vingt-sept poteries issues des dépôts effectués avant notre mission ont également fait l’objet d’un inventaire (Annexe E).

Fig. 6.5 — Bouchon en pierre de la chambre C, encore en place au fond du puits n° 2, vu depuis l’intérieur de la chambre

Résultats et interprétation

31Quoique d’extension très limitée, le sondage effectué dans la chambre D du site a mis au jour un ensemble de céramiques qui n’avaient de toute évidence pas été grandement bouleversées depuis le dernier dépôt. Sept céramiques intactes sorties de la fouille, ainsi que des fragments d’une autre, étaient pris dans un sédiment très meuble issu d’une percolation depuis le haut de la chambre. La chute de pierre est vraisemblablement le facteur ayant fragmenté l’une des céramiques et ébréché légèrement quelques autres.

32Les céramiques avaient été posées les unes sur les autres en position plus ou moins verticale ; seule la céramique trouvée immédiatement au contact du sol de la chambre était renversée. Cette disposition plaide pour des dépôts successifs contribuant à bousculer légèrement l’agencement antérieur. Le nombre total de céramiques présentes dans la chambre n’a pas pu être estimé ; au vu du seul sondage réalisé, il s’élève probablement à plusieurs dizaines.

33À en juger par cette disposition, il semble que la chambre D ait fait l’objet d’une utilisation récurrente et intensive, et que son contenu était en place au moment des interventions archéologiques. De ce fait, tout plaide en faveur d’une fonction funéraire prolongée du lieu.

  • 22 É. Crubézy et al. (2001).

34Ainsi qu’il a été dit, le tamisage du contenu des céramiques a été soigneusement discriminé selon sa localisation à l’intérieur des pots. Si le sédiment présent dans la partie du col est très similaire à celui du remplissage du niveau archéologique de la chambre entourant les poteries, le sédiment pris dans les parties plus internes des pots présente un aspect cendreux et pulvérulent et contient des fragments d’os calcinés et une dent humaine. Devons-nous, pour autant, interpréter ces poteries comme des urnes funéraires ayant reçu le produit d’une crémation humaine ? En premier lieu, nous devons préciser que nous n’avons pu taire analyser les os brûlés et donc nous ignorons s’ils étaient bien de nature humaine. Une dent indubitablement humaine était bien présente dans une céramique mais elle n’atteste pas d’une crémation humaine, car cette dernière l’aurait fait éclater. En outre, aucun cas de crémation n’a été documenté en Éthiopie à notre connaissance pour les périodes anciennes et nous rappellerons que l’équipe d’É. Crubézy avait noté la présence, juste au-dessus de l’horizon du niveau sépulcral, d’ossements humains en connexion anatomique22, attestant ainsi de la pratique de l’inhumation.

  • 23 Comparer par exemple avec les nombreuses croix figurées sur les céramiques de Mäṭära ; F. Anfray 19 (...)

35Les céramiques issues de ce sondage, comme du reste des autres chambres, s’inscrivent sans aucun doute possible dans la variabilité des formes et des décors des céramiques shay ; on y retrouve en particulier les formes ultra-carénées, caractéristiques de cette culture. Une observation remarquable est la présence de croix gravées sur l’une des céramiques trouvées en place dans le remplissage du sondage (Annexe D, poterie n° 1 ; Fig. 6.9, 6.10, 6.11). On retrouve ce motif sur certaines des céramiques prélevées sur le site lors des précédentes visites et conservées au musée de Däse (Annexe E, poteries n° 1, 19, 23 ; Fig. 6.33, 6.73, 6.86, 6.87, 6.88). Ces croix, aux extrémités le plus souvent trifurquées et figurant toujours par trois sur les poteries où elles sont présentes, ne sont pas de simples motifs cruciformes plus ou moins ubiquistes ou trans-culturels. Elles sont de type chrétien, placées de façon ostensible sur les récipients, et s’intègrent stylistiquement dans la filiation des productions aksumites et post-aksumites23. Dans le contexte qui nous intéresse, elles pourraient indiquer une teinture déjà chrétienne au sein d’une ambiance culturelle restée « païenne » par la pratique funéraire.

36Une autre observation est la présence très probable de lettres gravées sur l’une des poteries (Annexe E, poterie n° 22 ; fig. 6.79 à 6.82). Ces lettres, qui peuvent être des initiales, indiquent à tout le moins, un environnement alphabétisé.

37Des datations AMS ont été pratiquées sur des restes carbonisés prélevés dans deux poteries issues du sondage que nous avons réalisé.

38Le premier échantillon (n° 1) provient du niveau inférieur du remplissage de la bouteille carénée entière (Annexe D, poterie n° 1), qui se trouvait en position couchée sur le sol de la chambre D. De ce fait, et du fait de son col resserré, elle était peu susceptible d’avoir reçu des éléments en provenance du sédiment interstitiel de façon significative. Correspondant probablement à l’un des premiers dépôts funéraires effectués dans cette chambre, cet échantillon date probablement le terminus post quem de l’utilisation de la chambre. Notons qu’il s’agit de la poterie portant les croix gravées.

39Le second échantillon (n° 2) provient du remplissage de la bouteille carénée (Annexe D, poterie n° 7) dont le col était brisé. Cette céramique fut trouvée affleurante au sommet du niveau sépulcral préservé. Elle appartient au niveau immédiatement antérieur au dépôt d’un corps ou d’un squelette en connexion, qui reste quant à lui non daté.

40Les résultats des analyses sont les suivants. L’échantillon 1 (Beta-252711) s’inscrit dans la fourchette 800±40 BP, soit 1170 à 1280 AD après calibration à 2 sigma. L’échantillon 2 (Beta-252712) livre un âge de 560±40 BP, correspondant à deux intervalles disjoints, l’un de 1300 à 1370, l’autre de 1380 à 1430, après calibration à 2 sigma. Ces datations inscrivent résolument l’utilisation de la chambre D entre le xiiie et le xive siècle, voire le milieu du xve siècle, et confirment l’hypothèse de dépôts successifs (en l’absence d’intersection entre les deux datations). C’est là, outre la typologie céramique, un élément de convergence avec les dépôts observés en tumulus.

  • 24 M.-L. Derat 2003.

41Ces datations paraissent à première vue étonnamment tardives. À une époque où le sud-Wällo, région avoisinante du lac Hayq, est à coup sûr sous l’emprise grandissante du christianisme et de la royauté éthiopienne24, la présence d’hypogées shay témoigne de la continuation de pratiques « païennes ». Plusieurs corps sont en effet déposés dans des chambres souterraines qui communiquent entre elles, avec de très nombreuses poteries entières, dont certaines ont pu servir d’urnes funéraires. Si la présence de croix figurées ainsi que de lettres sur les céramiques peut apparaître surprenante dans un tel contexte archéologique, et si à l’inverse les survivances païennes livrées par l’archéologie peuvent apparaître en contraste avec les données historiques relatives à la présence chrétienne dans cette région, c’est qu’il faut peut-être réviser notre perception des processus à l’œuvre dans cette région d’Éthiopie vers la fin du Moyen Âge et considérer que la christianisation y fut, au cœur même du royaume, moins profonde ou plus lente que ne le disent les sources.

Notes

1 Southern Wällo ; wäräda Qallu, qäbäle 24,

2 La plante présente une allure arbustive comme on trouve au Yémen et non comme celle du Č̣ärč̣är.

3 Coordonnées : Ν 11° 12´ 40,5" ; Ε 39 52´ 84,1".

4 Tradition consignée sur place en 2008.

5 Tradition consignée sur place en 2008.

6 Tradition consignée sur place en 2008.

7 Les 8-10 novembre 2008.

8 À ce stade, la tombe D n’avait pas encore été repérée.

9 Bertrand Poissonnier.

10 Cette opération intervint le 26 mars 1999.

11 Lors de notre passage dans ce musée en novembre 2008, nous n’avons pu localiser que les poteries.

12 Université de Toulouse.

13 INRAP (ex-AFAN).

14 INRAP (ex-AFAN).

15 É. Crubézy et al. (2001).

16 É. Crubézy et al. (2001).

17 La mission à Däse, Ketetiya et aux environs s’est déroulée du 8 au 11 novembre 2008.

18 Grâce au soutien des autorités de la culture (en particulier de Kader Mohamed) de Däse et de Fetlework Haile, responsable du musée de Däse.

19 Nous disons « actuellement » car il est possible que ces puits aient été initialement creusés à travers un niveau de sédiment aujourd’hui disparu.

20 P. Francis 2002a.

21 Ces poteries ont été soigneusement conditionnées dans une caisse marquée d’une étiquette « Ketetiya 2008, ARCCH-CFEE

22 É. Crubézy et al. (2001).

23 Comparer par exemple avec les nombreuses croix figurées sur les céramiques de Mäṭära ; F. Anfray 1966.

24 M.-L. Derat 2003.

Table des illustrations

Légende Fig. 6.1 — Relevé en plan du site de Ketetiya
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/754/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 6.2 — Relevé en coupe du site de Ketetiya
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/754/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 6.3 — Ouverture pratiquée entre tes tombes Β et C, vue depuis la tombe Β
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/754/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 6.4 — Le puits n° 2 lors de la découverte en 1999, avec les bouchons des tombes C et D encore en place (D à droite, C à gauche)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/754/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 6.5 — Bouchon en pierre de la chambre C, encore en place au fond du puits n° 2, vu depuis l’intérieur de la chambre
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/754/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

Auteurs

Historien. Directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et ancien directeur du Centre français d’études éthiopiennes (ministère des Affaires étrangères et CNRS), il est membre du laboratoire TRACES (UMR 5608, CNRS, université Toulouse-Le Mirail) à Toulouse et « Honorary Research Fellow » au GAES, université du Witwatersrand, Johannesburg (Afrique du Sud). Email : fx.fauvelle@yahoo.fr

Archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) et membre du laboratoire TRACES (UMR 5608, CNRS, université Toulouse-Le Mirail) à Toulouse. Il a séjourné en Éthiopie de 1998 à 2000 comme chercheur détaché auprès de l’Authority for Research and Conservation of the Cultural Heritage, et a effectué de nombreuses missions de recherche et d’archéologie préventive dans ce pays. Email : poiskay@gmail.com

Historienne de l’art. Elle a participé à une mission en Éthiopie en 2008 et a co-écrit plusieurs articles sur le sujet

Lecturer au département d’archéologie de l’université d’Addis Abeba. Il a participé à une mission sur le site de Ketetiya en tant qu’expert de 1’Authority for Research and Conservation of the Cultural Heritage

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540