Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture Shay d’Éthiopie (Xe-XIVe siècles)

 | 
François-Xavier Fauvelle-Aymar
, 
Bertrand Poissonnier

Annexe C. L’alignement de stèles de Nǝb Gädäl (Mänz)

The Nəb Gädäl (Mänz) stelae alignement

Bertrand Poissonnier, François Briois et Béatrix Midant-Reynes

Résumé

L’alignement de Nəb Gädäl, à proximité immédiate du tumulus de Tätär Gur, était constitué de stèles trouvées effondrées et remaniées. Le site a fait l’objet d’une fouille rapide en mars-avril 2000. Une quinzaine de stèles en rhyolite a été documentée. De forme relativement brute, elles présentent exceptionnellement des traces de travail, dont un double collier figuré qui confère une valeur anthropomorphique à au moins l’une des stèles. Des fragments de bois trouvés à la fouille permettent d’émettre l’hypothèse d’éléments de bois, peut-être des statues, associées aux stèles de pierre. Le site de Nəb Gädäl, qui n’a pas révélé de restes osseux ou mobilier, pourrait avoir été associé avec le tumulus de Tätär Gur dont le couloir initial s’ouvrait en direction des stèles

The alignement of Nəb Gädäl, in close proximity to the tumulus of Tätär Gur, was made up of stelae found lying on the ground and moved about. The site was the object of a quick excavation in March-April 2000. About fifteen stelae in rhyolite were examined. Relatively rough in shape, they exceptionally present fashioned elements, of which one figures a double necklace giving an anthropomorphic value to at least one of the stela.
Wooden fragments found during the excavation enable to venture the hypothesis of wooden elements, perhaps statues, associated with the stone stelae.
The site of Nəb Gädäl, that did not deliver bone remains or objects, could have been associated with the tumulus of Tätär Gur whose initial corridor opened up in the direction of the stelae

Texte intégral

  • 1 Voir chapitre 4 du présent ouvrage.

1Situé à quelques dizaines de mètres du tumulus à couloir de Tätär Gur1, et découvert en même tant que ce dernier, Nəb Gädäl (littéralement : la « falaise aux abeilles ») présentait les restes d’un alignement de stèles pour la plupart effondrées. La situation topographique est celle du plateau en retrait de la rivière Šay, sur sa berge méridionale, un peu en amont du tumulus. Nous avons noté précédemment que le couloir du tumulus donnait exactement sur le cœur de l’alignement, celui que nous avons étudié. Le groupe de stèles est situé sur des parcelles labourées et a en conséquence fait l’objet d’importants remaniements.

  • 2 Co-dirigée par Bertrand Hirsch et Bertrand Poissonnier. Comme pour Tätär Gur, les données d’enregi (...)

2La fouille rapide de cet alignement a été menée par Béatrix Midant-Reynes et François Briois en mars-avril 2000, en même tant que celle du tumulus de Tätär Gur, et dans le cadre général de l’opération archéologique de Meshalä Maryam2. Quatre sondages ont été pratiqués dans une parcelle qui couvrait apparemment le secteur le mieux préservé du site (Fig. 4.58 et 4.59).

3Lors de notre arrivée sur le site, seule une stèle (n° 4) n’était pas entièrement effondrée. Une autre avait été déplacée et redressée de façon malhabile quelques années auparavant, durant le régime du Derg (Fig. 4.60). D’autres stèles gisant au nord du site, en dehors de l’emprise de notre intervention, avaient probablement fait l’objet d’un déplacement à une date inconnue.

4L’état du site était donc fort médiocre, et ce d’autant plus que sa localisation en affleurement dans une parcelle en labours a favorisé les interventions humaines sur ce tas de pierres. Dans ces conditions, les résultats de la fouille sont assez limités.

Un long ruban de pierres jadis hérissé de stèles

5Les stèles étaient à l’origine implantées au sein d’un long « ruban » de pierres constitué d’amas plus ou moins jointifs de moellons bruts naturels. Ce « ruban » mesure au moins 26 m de long pour une largeur moyenne de 2,80 m, et s’oriente précisément selon un axe nord-sud. Au sud de l’emprise de notre opération, et hors d’atteinte de nos travaux, le « ruban » semblait former un retour orthogonal en direction de l’est, à moins qu’il ne s’agisse des restes arasés d’une autre construction. Dans un cas au moins, la présence d’un parement externe limitant ce « ruban » est attestée le long de la limite orientale du sondage S2 (Fig. 4.59). Ajoutons qu’il ne subsistait généralement, au mieux, qu’une partie du premier niveau de pierres déposées, et l’on doit rester prudent sur les informations obtenues. Nous n’avons pas réussi à mettre en évidence d’éventuels calages ni fosses d’implantation des stèles.

Fig. 4.58 — Nəb Gädäl, plan général de l’alignement de stèles ; éch. 1/400

Fig. 4.59 — Nəb Gädäl, plan de l’alignement de stèles ; détail sur la zone de l’intervention archéologique ; éch. 1/100

Fig. 4.60 — Stèle de Nəb Gädäl déplacée et redressée près de la Šay durant le régime du Derg

Des stèles peu travaillées

6Un minimum d’une quinzaine de stèles a été documenté (Fig. 4.61 à 4.78), la plupart ayant été morcelées, et certaines retaillées pour en faire des auges. Ces stèles sont en roche volcanique ressemblant à la rhyolite. Leur morphologie est dans la plupart des cas celle d’un prisme naturel non transformé, comme il en existe de nombreux exemplaires dans les environs. Quelques stèles permettent d’évaluer la taille originelle des blocs. La stèle n° 2 ne mesurait que 1 m de longueur, tandis que les stèles n° 1 et 4 mesuraient respectivement 2 m et 2,09 m.

Fig. 4.61 — Nəb Gädäl, stèle n° 1

Fig. 4.62 — Nəb Gädäl, stèle n°2

Fig. 4.63 — Nəb Gädäl, stèle n°3

Fig. 4.64 — Nəb Gädäl, stèle n° 4

Fig. 4.65 — Nəb Gädäl, stèle n°5

Fig. 4.66 — Nəb Gädäl, stèle n° 6

Fig. 4.67 — Nəb Gädäl, stèle n° 7

Fig. 4.68 — Nəb Gädäl, stèle n°8

Fig. 4.69 — Nəb Gädäl, détail du décor de la stèle n° 8

Fig. 4.70 — Nəb Gädäl, détail du décor latéral de la stèle n° 8

Fig. 4.71 — Nəb Gädäl, stèle n° 9

Fig. 4.72 — Nəb Gädäl, stèle n° 10

  • 3 Tekle Hagos 2000, B. Poissonnier, R. Bernard & B. Farago-Szekeres 2000.

7La stèle n° 2 présentait près de son extrémité que l’on pense supérieure (nous l’avons découverte tombée) une certaine constriction qui dégage une morphologie phallique, ou même « céphalique-phallique », faisant hésiter entre les deux comme il est fréquent sur les stèles éthiopiennes, certaines présentant même une association des caractères évoquant une sorte de calembour plastique. Aucune trace assurée d’un travail humain n’y était décelable, mais il nous faut signaler le fait que ces pierres volcaniques exposées depuis longtemps avaient subi une forte météorisation qui peut nous avoir masqué les stigmates recherchés. En revanche, des impacts nets de piquetage se remarquaient sur le flanc de la stèle n° 13 (Fig. 4.75). Bien que le bloc ait subi des réaménagements postérieurs bien visibles, il semble au vu de la patine que l’on puisse associer les impacts à l’arrondissement voulu de la stèle lors de son utilisation dans l’alignement. L’outil utilisé a laissé des impacts en forme de cratère comme en aurait laissé un pic. Enfin, l’extrémité supérieure de la stèle n° 8, seul élément recueilli de cette stèle, montrait un décor indubitable, quoique lui aussi fort érodé (Fig. 4.68, 4.69 et 4.70). Il s’agit de trois traits concentriques qui circonscrivent la partie supérieure en lui conférant la valeur d’une tête. Le trait supérieur, pratiquement effacé, est incisé. Au-dessous, une double incision délimite en faux-relief une nervure nette, tandis qu’au registre encore inférieur se lit une troisième ligne, également incisée. L’ensemble évoque des colliers et, en comparaison avec les manifestations du mégalithisme éthiopien, on peut reconnaître dans cette stèle une représentation humaine. On se reportera pour des exemples parlants au site géographiquement assez proche de Bergebi (parfois désigné sous le nom de Gadilomeda)3.

Fig. 4.73 — Nəb Gädäl, stèle n°11

Fig. 4.74 — Nəb Gädäl, stèle n° 12

Fig. 4.75 — Nəb Gädäl, stèle n°13

Fig. 4.77 — Nəb Gädäl, stèle n°15

Fig. 4.78 — Nəb Gädäl, stèle n°16

Fig. 4.76 — Nəb Gädäl, stèle n°14

Des restes en bois

  • 4 Voir le chapitre 8 du présent ouvrage pour une mise en contexte de cette pratique.

8Lors de la fouille ont été remarqués des fragments parfois de grandes dimensions de bois non brûlé. Il s’agissait de Juniperus procera, le genévrier géant au bois imputrescible. Sa présence au sein du site peut fort bien s’expliquer par une utilisation funéraire, comme le fait est bien attesté dans diverses régions du pays, où statues de bois et stèles de pierre se rencontrent juxtaposées au sein d’ensembles mémoriaux et/ou funéraires4.

Conclusion

  • 5 Voir chapitre 8 du présent ouvrage.

9L’alignement de stèles en pierre accompagnées de vraisemblables éléments de bois (statues ?) de Neb Gädäl pourrait avoir été associé, au moins à un moment de son fonctionnement, avec le tumulus de Tätär Gur. Le couloir du tumulus ouvre en effet directement sur la portion centrale de l’alignement, ce qui ne nous semble pas fortuit, au vu de la très faible distance existant entre les deux sites. En outre, l’association spatiale de stèles et d’un tumulus à couloir a déjà été remarquée dans un certain nombre de cas, notamment dans la vallée de la Šay5.

10L’absence d’éléments mobiliers et de restes osseux au sein de l’alignement peut certes en partie s’expliquer par une mauvaise conservation, mais nous pouvons proposer une autre hypothèse, bien en accord avec le contexte éthiopien : il s’agirait de mémoriaux sans sépulture rappelant le souvenir des défunts enterrés dans le tumulus voisin.

Notes

1 Voir chapitre 4 du présent ouvrage.

2 Co-dirigée par Bertrand Hirsch et Bertrand Poissonnier. Comme pour Tätär Gur, les données d’enregistrement de la fouille de Nəb Gädäl ont été perdues en même temps que d’autres archives de recherche du CFEE. En conséquence, ce texte ne présente qu’un survol incomplet des travaux menés.

3 Tekle Hagos 2000, B. Poissonnier, R. Bernard & B. Farago-Szekeres 2000.

4 Voir le chapitre 8 du présent ouvrage pour une mise en contexte de cette pratique.

5 Voir chapitre 8 du présent ouvrage.

Table des illustrations

Légende Fig. 4.58 — Nəb Gädäl, plan général de l’alignement de stèles ; éch. 1/400
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 4.59 — Nəb Gädäl, plan de l’alignement de stèles ; détail sur la zone de l’intervention archéologique ; éch. 1/100
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 4.60 — Stèle de Nəb Gädäl déplacée et redressée près de la Šay durant le régime du Derg
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 4.61 — Nəb Gädäl, stèle n° 1
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 4.62 — Nəb Gädäl, stèle n°2
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 4.63 — Nəb Gädäl, stèle n°3
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 4.64 — Nəb Gädäl, stèle n° 4
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 4.65 — Nəb Gädäl, stèle n°5
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 4.66 — Nəb Gädäl, stèle n° 6
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 4.67 — Nəb Gädäl, stèle n° 7
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 4.68 — Nəb Gädäl, stèle n°8
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 4.69 — Nəb Gädäl, détail du décor de la stèle n° 8
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 4.70 — Nəb Gädäl, détail du décor latéral de la stèle n° 8
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 4.71 — Nəb Gädäl, stèle n° 9
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 4.72 — Nəb Gädäl, stèle n° 10
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Fig. 4.73 — Nəb Gädäl, stèle n°11
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 4.74 — Nəb Gädäl, stèle n° 12
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 4.75 — Nəb Gädäl, stèle n°13
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 4.77 — Nəb Gädäl, stèle n°15
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 4.78 — Nəb Gädäl, stèle n°16
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Fig. 4.76 — Nəb Gädäl, stèle n°14
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/750/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

Auteurs

Archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) et membre du laboratoire TRACES (UMR 5608, CNRS, université Toulouse-Le Mirail) à Toulouse. Il a séjourné en Éthiopie de 1998 à 2000 comme chercheur détaché auprès de l’Authority for Research and Conservation of the Cultural Heritage, et a effectué de nombreuses missions de recherche et d’archéologie préventive dans ce pays. Email : poiskay@gmail.com

Maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), à Toulouse. Il est membre du laboratoire TRACES (UMR 5608, CNRS, université Toulouse-Le Mirail) à Toulouse

Directrice de recherche au CNRS, est directrice de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire (IFAO)

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable