Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture Shay d’Éthiopie (Xe-XIVe siècles)

 | 
François-Xavier Fauvelle-Aymar
, 
Bertrand Poissonnier

Annexe Β. Les restes humains du tumulus de Tätär Gur (Mänz)

The human remains of the tumulus of Tätär Gur (Mänz)

Bernard Farago-Szekeres

Résumé

L’étude des restes humains du tumulus de Tätär Gur a été faite in situ au moment de la fouille du monument. Les ossements et dents préservés dans les niveaux sépulcraux présentaient un degré d’altération extrême et une très grande fragilité, qui conduisent à relativiser la portée de l’étude. Cependant, sur la base du décompte des restes et de l’appréciation de leur position relative, on peut estimer que la chambre funéraire contenait au minimum une vingtaine de corps adultes, dont un adulte jeune. Lorsqu’elle était patente, c’est-à-dire rarement, l’organisation des ossements a fait penser à deux cas de figures : des inhumations primaires en place et des rangements secondaires d’ossements. Lorsque l’observation a été possible, les perles sont apparues en connexion et situées à proximité des restes de crânes ou de dents, évoquant des parures de coiffe ou de collier. Des bracelets ont été découverts encerclant des ensembles radius-ulna et un tibia. La présence de restes osseux et mobilier prestigieux en position centrale dans la chambre funéraire invite à s’interroger sur le statut social de cet individu et sa relation avec les défunts situés en position périphérique

The study of the human remains of the tumulus of Tätär Gur was made in situ at the time of the excavation of the monument. The preserved bones and teeth in the sepulchral levels presented an extreme rate of alteration and a great fragility that leads to relativize the outcome of the study. However, on the basis of the number of the remains and an appreciation of their relative position, one is able to estimate that the funeral chamber contained at least twenty adult bodies, of which one young adult. When it was obvious, i.e. rarely, the organisation of the bones led one to imagine two cases: primary inhumations in place and secondary storing of bones. Where the observation was possible, the beads appeared in connexion and situated nearby the remains of skulls or teeth, evoking hair ornaments or necklaces. Bracelets and anklets were discovered encircling radius-ulna groups and a tibia. The presence of bone remains and of prestigious objects in a central position in the funeral chamber raises the question of the social status of this individual and of his relationship with the deceased situated in a peripheral position

Texte intégral

1Ce texte est le compte rendu de l’étude des restes humains du tumulus de Tätär Gur. Cette étude s’est faite in situ par l’auteur, qui a participé à la fouille du monument. Les données générales et synthétiques sur le remplissage et le fonctionnement du tumulus sont présentées dans le chapitre 4 du présent ouvrage.

Fig. 4.54 — Tätär Gur, moitié nord de la chambre en cours de fouille

2L’intérieur de la chambre du monument est comblé, sur 40 à 50 cm d’épaisseur, par une importante couche de sédiment qui recouvre et ennoie une grande partie du mobilier contenu dans le tumulus : céramiques, objets métalliques, parures et ossements humains (Fig. 4.54). Ce comblement, plus épais en périphérie qu’au centre de la chambre, se présente sous la forme d’un sédiment brun orangé, pulvérulent et de texture très aérée. Bien qu’aucune analyse spécifique n’ait été effectuée, il est probable que cette accumulation de sédiment provienne de la dégradation d’une importante quantité de matériaux organiques, vraisemblablement d’origine végétale. Plusieurs hypothèses ont été envisagées : présence, à l’intérieur de la chambre tumulaire, d’une architecture de bois plus ou moins imposante (compartimentage de l’espace ?) ou bien encore dépôt, lors des funérailles, d’une grande quantité de végétaux (nattes, litières, branchages ?) accompagnant chaque défunt. Cependant, comme on le verra par la suite, le piètre état de conservation des vestiges osseux ne permet guère d’argumenter de façon définitive en faveur de l’une ou l’autre de ces hypothèses, qui ne sont d’ailleurs pas nécessairement incompatibles. On remarquera simplement que le comblement qui tapisse le fond de la chambre paraît être stratifié : restes osseux et éléments de parure notamment (perles et bracelets) reposent à plat dans toute l’épaisseur de cette couche de sédiment, y compris à sa surface. L’hypothèse d’une architecture interne en bois, quelle qu’elle soit, dont la dégradation aurait progressivement recouvert l’ensemble du dépôt funéraire ne rend donc pas compte, à elle seule, de l’ensemble des phénomènes observés à l’intérieur de la chambre. Quoi qu’il en soit, la présence de ce sédiment a manifestement eu un impact considérable sur la conservation des restes osseux.

Des ossements en mauvais état de conservation

3Tous les ossements sont extrêmement altérés, vraisemblablement sous l’effet de l’acidité excessive du milieu environnant. Dans le meilleur des cas, le squelette n’est plus représenté que par ses principaux os longs, dont il ne reste bien souvent qu’une partie de la diaphyse. Absence systématique des épiphyses, destruction avancée de la corticale et disparition des indices morphologiques caractéristiques, fissuration et fragmentation sont autant de handicaps qui, pour un os donné, rendent son identification délicate et sa latéralisation (droit ou gauche) quasi impossible.

4Les dents, bien que mieux conservées, n’ont pas non plus été épargnées : leur présence n’est souvent plus signalée que par la très fine pellicule d’émail qui les recouvre (Fig.4.55). De petits lots de dents, d’une infinie fragilité, ont ainsi été repérés çà et là dans l’épaisseur du sédiment organique. À chaque fois que l’observation a pu être faite (fouille au pinceau et consolidation), il s’avère que ces dents sont en connexion entre elles et dessinent un arc dentaire, complet ou partiel, supérieur et/ou inférieur. À moins d’envisager un « geste funéraire » improbable (dents volontairement disposées « en forme » de mâchoire...), ces lots de dents correspondent selon toute vraisemblance à des mandibules et des maxillaires pour lesquels la totalité de la matière osseuse a été dissoute.

5Cette dissolution semble affecter tout particulièrement les éléments du squelette situés au cœur de la masse de sédiment de comblement : la carte de répartition générale des vestiges montre en effet que la plupart des ossements retrouvés dans le tumulus sont plutôt situés en périphérie — voire en contact direct avec les parois en pierre de la chambre — et préférentiellement dans les niveaux supérieurs du comblement. Il paraît donc évident qu’une partie, difficilement quantifiable, des restes osseux à l’origine présents dans la chambre a totalement disparu. Ce simple constat relativise évidemment la portée de l’analyse, tant en ce qui concerne les défunts eux-mêmes que l’ensemble des pratiques funéraires ou le fonctionnement global du monument.

Combien étaient-ils ?

6La figure 4.56 cc présente la répartition des restes osseux humains du niveau sépulcral du tumulus de Tätär Gur.

7À l’issue de la fouille, près de 200 fragments osseux ont pu être individualisés : diaphyses d’os longs et fragments de crâne, ainsi que quelques petits os (mains, pieds). Les dents, dont le nombre exact ne peut être estimé en raison de leur extrême fragilité, se répartissent en une quarantaine de lots disséminés sur toute la surface de la chambre.

Fig. 4.55 — Tätär Gur, dents humaines en connexion

8D’une manière générale, les os longs, très dégradés, ne peuvent guère être utilisés ici pour établir un quelconque décompte. Le rocher — partie du crâne compacte et résistante située à la base de l’os temporal — fournit en revanche une première estimation : les 27 rochers recueillis (droits et gauches confondus) signalent incontestablement la présence des restes d’au moins 14 sujets.

9Ce nombre minimum d’individus peut néanmoins être réévalué si l’on compare la distribution de ces rochers et celle des lots de dents à l’intérieur du tumulus. Les 27 rochers se répartissent de la façon suivante : neuf paires, correspondant à chaque fois à un droit et un gauche retrouvés au même emplacement, cinq rochers découverts isolément et quatre recueillis lors du tamisage, donc non localisés. À l’intérieur de la chambre, il existe donc quatorze emplacements différents rassemblant chacun un ou deux rochers auxquels sont systématiquement associés des fragments de calotte crânienne et, à une exception près — un édenté ? —, des dents supérieures. Ces assemblages osseux signalent donc très probablement l’emplacement de quatorze crânes différents, pour la plupart localisés sur le pourtour de la chambre.

10Parmi les lots de dents répertoriés, un certain nombre sont situés à proximité immédiate des quatorze emplacements précédemment définis : faute d’argument ostéologique contradictoire, ces dents peuvent potentiellement appartenir aux crânes déjà identifiés. Il existe en revanche plusieurs ensembles de dents, tous relativement éloignés des rochers conservés et plutôt localisés vers l’intérieur de la chambre. Dans sept cas au moins, ces dents sont en connexion entre elles et signalent la présence d’un maxillaire. Par ailleurs, six de ces sept lots associent dents supérieures et inférieures : une fouille fine a permis de montrer, dans la moitié de ces cas, que mandibule et maxillaire sont en bonne position relative, révélant ainsi l’existence de véritables connexions anatomiques. À moins, là encore, d’évoquer un phénomène pour le moins surprenant (déplacement d’une partie de la calotte crânienne, rochers notamment, sans que ce mouvement n’affecte la position relative du reste du crâne et de la mandibule...), rien ne s’oppose à ce que ces lots de dents correspondent à des crânes supplémentaires pour lesquels la totalité de la matière osseuse, rocher y compris, a été dissoute. La chambre funéraire pourrait donc contenir les restes d’au moins une vingtaine de corps adultes, parmi lesquels un adulte jeune (14-18 ans).

Corps déposés, corps remaniés ?

11L’extrême dégradation des ossements ne facilite guère la lecture des vestiges et la reconstitution des gestes funéraires. Quelques indices, souvent très ténus, permettent néanmoins d’envisager deux cas de figure possibles : la position de certains ossements évoque ici et là des inhumations en place ou, à l’inverse, des effets de rangement.

12L’identification d’un corps inhumé repose ordinairement sur la reconnaissance de connexions anatomiques ou, au minimum, d’une certaine cohérence dans la disposition des différents éléments du squelette. Ici, la position de certains os longs évoque parfois une possible connexion : juxtaposition de deux diaphyses fines (radius et ulna ?) suggérant un avant-bras, proximité d’un fémur et d’un tibia évoquant une jambe... Néanmoins, du fait d’un fort taux d’indétermination et d’une latéralisation souvent impossible, la distribution générale des ossements conservés n’offre malheureusement pas une image claire des corps déposés dans la chambre.

13Les seules connexions véritablement exploitables concernent ici les dents : lorsque deux arcs dentaires, même partiels, sont en bonne position relative (faces occlusales en vis-à-vis), ils ne peuvent que trahir la présence d’un crâne et de sa mandibule, vestiges non perturbés d’un squelette que l’on peut supposer être en place. Dans ces cas, souvent situés vers l’intérieur de la chambre, il est même probable que le corps a été à l’origine allongé sur le sol et non déposé en position assise.

14À l’inverse, l’amas d’ossements observé au nord de la chambre, contre la paroi, témoigne apparemment d’une volonté de rangement. La partie centrale de cet amas est en effet constituée par un fagot d’os longs, rassemblant fémurs, tibias et ossements des membres supérieurs appartenant à au moins deux des quatre corps retrouvés à cet endroit, mais dans une position totalement incompatible avec une quelconque posture anatomique.

15Tous les autres vestiges osseux sont beaucoup moins explicites. La disposition particulière des crânes retrouvés en périphérie de la chambre évoque inévitablement l’image de corps déposés assis en appui contre la paroi. Néanmoins, les observations, même très partielles, diffèrent sensiblement d’un endroit à l’autre de la chambre.

16Pour tous les crânes situés au fond de la chambre (moitié ouest, à l’opposé du couloir d’accès), on remarquera la présence systématique de mandibules — partiellement conservées ou simplement représentées par un arc dentaire inférieur — toujours localisées à proximité des éléments signalant la présence d’un crâne sans pour autant être en connexion stricte avec ces derniers. Cette configuration n’est en aucun cas démonstrative : rien ne prouve ici qu’un crâne et une mandibule proches appartiennent bien au même sujet et la dissolution générale des ossements reste un écueil incontournable. Toujours est-il que cette dislocation répétée du crâne et de la mandibule, seul indice taphonomique perceptible, n’est pas en contradiction flagrante avec l’hypothèse de corps inhumés assis et pour lesquels la décomposition des contentions ligamentaires entraîne inévitablement une dispersion des différentes pièces du squelette.

17De part et d’autre du couloir d’accès, en revanche, seuls des éléments appartenant à la boîte crânienne ont été reconnus : pas la moindre mandibule ni aucune trace de dents inférieures. Peut-être s’agit-il simplement d’un problème de conservation ou d’identification, auquel cas ces crânes et les quelques ossements qui les accompagnent peuvent malgré tout constituer les restes de corps déposés à cet endroit. Une réelle absence conduirait en revanche à une interprétation sensiblement différente : les abords de l’entrée pourraient alors plutôt correspondre à un espace de rangement, comme le suggèrent par ailleurs les empilements de céramiques que l’on peut y observer.

Objets et parures

18Vaisselle et restes de faune (offrandes alimentaires ?), accessoires de parure ainsi qu’une unique épée ont également été recueillis dans le comblement de la chambre. Ces différents objets ne seront considérés ici qu’en tant que mobilier d’accompagnement des défunts.

19Des milliers de minuscules perles en pâte de verre proviennent du comblement de la chambre : si bon nombre d’entre elles ont été recueillies au tamisage, un certain nombre de lots ont néanmoins pu être dégagés in situ. À chaque fois que l’observation a été possible, il s’avère que ces perles sont « en connexion » et dessinent, dans le sédiment de remplissage, des lignes sinueuses et multicolores souvent entremêlées. À deux exceptions près, ces lots de perles sont toujours situés à proximité des restes d’un crâne ou d’une série de dents. L’interprétation la plus immédiate conduit évidemment à considérer que ces perles appartiennent à une parure – coiffe, collier ou pectoral – ornant certaines dépouilles. Le maintien en connexion de ces éléments a priori fragiles pourrait même constituer un argument en faveur d’inhumations primaires peu ou pas remaniées, corps assis ou corps couchés.

20Si cette hypothèse reste sans aucun doute plausible, elle demande néanmoins à être nuancée. En premier lieu, l’objet ou les objets en question n’ont pas formellement été identifiés : s’agit-il de colliers ou bien ces perles sont-elles cousues sur une pièce d’étoffe ? D’autre part, ces perles n’ont jamais véritablement été observées en relation directe avec un squelette ou un tronçon anatomique : s’agit-il d’objets portés ou d’objets déposés ? Enfin, ces perles se retrouvent tout au plus à proximité d’un crâne mais, jusqu’à preuve du contraire, un crâne ne fait pas nécessairement un squelette.

21Des bracelets en fer sont également présents en quantité importante. À deux reprises, de tels bracelets ont été découverts autour d’un radius ou, mieux encore, encerclant un ensemble radius-ulna en connexion : il ne fait donc guère de doute que ces objets pouvaient être portés à l’avant-bras (Fig. 4.57). Deux autres bracelets ont par ailleurs été retrouvés posés à l’extrémité d’un tibia : ces derniers exemples ne sont certes pas totalement convaincants, mais ils suggèrent cependant la possibilité de bracelets portés à la cheville.

22Bien que ces bracelets soient extrêmement dispersés, la plupart d’entre eux apparaissent dans le tiers sud-ouest de la chambre, dans toute l’épaisseur du comblement. Dans ce secteur, leur répartition pourrait évidemment signaler la présence des corps auxquels appartiennent les différents crânes concentrés à cet endroit, mais il semble totalement illusoire d’espérer reconnaître, dans leur distribution, l’emplacement exact de bras et de jambes...

Fig. 4.57 — Tätär Gur, détail d’un bracelet possiblement demeuré en position originelle

Une inhumation privilégiée

23L’épée, enfin, constitue sans aucun doute l’objet majeur découvert dans le tumulus. Cette épée en fer, gaînée dans son fourreau, repose à peu près au centre de la chambre. À proximité immédiate gisent un important lot de perles, des fragments de textile ainsi qu’un très beau bracelet en argent, qui constitue lui aussi une pièce unique. À une cinquantaine de centimètres au sud-ouest de la poignée de l’épée, un lot de dents, portant des traces d’oxydation verte et signalant la présence d’un crâne et d’une mandibule, est associé à une série de perles, parmi lesquelles les seules perles en bronze retrouvées dans la chambre. Ce lot d’objets rares se rapporte manifestement à l’inhumation d’un personnage prestigieux, que l’on imagine, en toute subjectivité, de sexe masculin.

24L’ensemble de ces vestiges repose quasiment à la surface du remplissage de la chambre. Cette situation particulière conduit inévitablement à s’interroger sur la place qu’occupe ce défunt dans l’histoire du monument. S’agit-il d’une inhumation tardive qui intervient lorsque la chambre est en grande partie colmatée ou, au contraire, le corps était-il très nettement surélevé et allongé sur un lit ou une imposante litière ? Aucun argument archéologique ou stratigraphique ne permet véritablement de trancher et, une fois de plus, l’absence d’ossement fait cruellement défaut. On remarquera néanmoins qu’aucun vestige osseux, pas même une dent, n’a été retrouvé à cet emplacement sous les restes du défunt : ce corps ne vient donc pas, à l’évidence, se superposer à des inhumations plus anciennes. Par ailleurs, la répartition générale des vestiges dans le tumulus apporte peut-être un élément de réponse.

25L’intérieur de la chambre semble en effet être subdivisé en deux secteurs inégaux, séparés par une zone quasiment vierge : cette zone se situe approximativement dans l’axe du couloir d’entrée et semble correspondre à un espace de circulation permettant l’accès jusqu’au fond de la chambre. Le secteur situé au nord, qui représente environ un tiers de la surface disponible, rassemble les restes d’au moins huit à neuf corps : deux d’entre eux pourraient être allongés sur le sol, les autres crânes se répartissent assez régulièrement le long de la paroi de la chambre. Le secteur sud, en revanche, présente des caractéristiques sensiblement différentes. En premier lieu, la quasi-totalité des bracelets et des parures en perles, ainsi qu’une grande majorité des pièces de vaisselle s’y trouvent rassemblés. D’autre part, malgré la place disponible, la plupart des crânes retrouvés – et donc des corps inhumés ? – gravitent autour du personnage à l’épée, qui occupe, de fait, une position centrale dans l’organisation du dépôt funéraire. L’hypothèse d’une inhumation tardive, simplement suggérée par la position stratigraphique qu’occupent les restes du défunt, ne semble donc guère pouvoir être retenue.

Conclusion

26Le tumulus de Tätär Gur a donc livré les restes d’au moins une vingtaine de corps, parmi lesquels ceux d’un personnage de haut rang, richement paré et accompagné d’une épée, symbole de prestige. Ce personnage occupe apparemment une place de choix à l’intérieur de la tombe : sa dépouille, installée de façon ostentatoire et entourée par des défunts de rang moindre, semble faire face à un public silencieux de corps déposés contre la paroi opposée de la chambre.

27Les modalités de dépôt des défunts restent extrêmement difficiles à cerner : quelques informations glanées çà et là suggèrent plusieurs positions possibles, corps couchés ou corps assis, ainsi que l’utilisation de litières végétales. Les quelques rangements d’ossements observés plaident également en faveur d’une durée d’utilisation suffisamment longue pour que de telles manipulations soient possibles.

28Cependant, et on l’aura compris tout au long de cette présentation, le piètre état de conservation des ossements constitue ici un handicap majeur et invite à une extrême prudence dans l’interprétation. La dissolution d’une partie des restes osseux est incontestable, la présence des arcs dentaires en témoigne. Il reste cependant impossible de distinguer ce qui n’a pas été déposé dans la tombe de ce qui a disparu pour des raisons de conservation. Cette lacune n’est pas sans conséquences dans l’analyse des gestes funéraires et, au-delà, dans l’appréhension des traits culturels qui caractérisent le groupe humain que l’on se propose d’étudier.

29Dans un tel contexte, le contenu de la chambre peut se prêter à des interprétations fortes différentes. On peut en effet y voir une tombe collective, à l’intérieur de laquelle chacun, au fur et à mesure des décès, vient prendre la place qui lui est assignée en fonction du lien familial ou social qu’il entretient avec le personnage central. Dans ce cas, l’organisation concentrique que l’on pressent dans la distribution des dépôts à l’intérieur de la chambre reflète les cercles hiérarchiques du groupe humain auquel la tombe appartient. À l’inverse, on pourrait également imaginer que le tumulus a été réutilisé comme tombe particulière pour un potentat local qui, lors de funérailles grandioses, se fait inhumer en compagnie des corps qui lui ont été sacrifiés. Dans le même registre, l’absence apparente des enfants soulève des questions similaires sur le statut exact de la tombe et l’identité du groupe inhumé.

Table des illustrations

Légende Fig. 4.54 — Tätär Gur, moitié nord de la chambre en cours de fouille
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 4.55 — Tätär Gur, dents humaines en connexion
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/748/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 4.57 — Tätär Gur, détail d’un bracelet possiblement demeuré en position originelle
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/748/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

Auteur

Archéo-anthropologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap)

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable