Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture Shay d’Éthiopie (Xe-XIVe siècles)

 | 
François-Xavier Fauvelle-Aymar
, 
Bertrand Poissonnier

4. Le tumulus de Tätär Gur (Mänz) : un dolmen à couloir

The tumulus of Tätär Gur (Mänz) : a dolmen (passage grave)

Bertrand Poissonnier

Résumé

Le tumulus de Tätär Gur, à proximité de Meshalä Maryam (Mänz) a été découvert en 1999 et a fait l’objet d’une fouille intégrale en mars-avril 2000. La fouille a révélé une architecture tumulaire inédite : le premier dolmen à couloir identifié dans l’Est africain. Nous avons établi qu’une première étape avait vu la construction d’une chambre funéraire circulaire de 3,50 m de diamètre, munie d’un couloir d’accès, au sein d’un tumulus primaire de 10 x 11,50 m. À la fin de l’utilisation du monument, celui-ci fut scellé par un second tumulus de 19,50 m de diamètre, et son couloir initial effacé, tandis qu’une structure linéaire, d’orientation différente, était construite à l’image d’un faux couloir.
Les niveaux sépulcraux, intacts et d’une épaisseur de 40 à 50 cm sur le substrat décapé, ont livré les restes de plusieurs dépôts successifs organisés autour d’un personnage inhumé en position centrale. Les restes osseux étaient très mal conservés. Le mobilier était constitué de 74 poteries appartenant à plusieurs types, dont un type ultra-caréné (« soucoupes volantes »), 152 bracelets en fer, en métal cuivreux ou en argent, une épée en fer, de nombreuses perles et tortillons métalliques (or, argent ou métal cuivreux) et autres objets en fer, plusieurs centaines de perles en verre appartenant pour la plupart au type indo-pacifique, des parures en roches diverses, et des restes de vêtements.
Deux échantillons prélevés sur le niveau de construction et de première utilisation du monument ont livré des datations radiocarbone qui inscrivent le début du fonctionnement du monument dans la première moitié du xe siècle.

The tumulus of Tätär Gur, found nearby Meshala Maryam (Mänz) was discovered in 1999 and was the object of exhaustive excavations in March-April 2000. The excavation revealed a new type of tumulus architecture: the first dolmen (passage grave) to have been identified in East Africa. We have established that a first stage saw the construction of a round funeral chamber of a diameter of 3.50 m, equipped with an access corridor, inside a primary tumulus of 10 x 11.50 m. Towards the end of the monument’s use, it was itself sealed by a second tumulus of a diameter of 19.50 m, and its initial corridor taken out, while a linear structure, of a different orientation, was built to resemble a fake corridor.
The sepulchral levels, intact and of a thickness of 40 to 50 cm on the levelled bedrock, revealed the remains of several successive burials organised around an individual buried in a central position. The bone remains were very badly preserved. The objects were made up of 74 potteries belonging to several types, of which an ultra-carinated type (“flying sausaucers”), 152 metal, copper or silver bracelets, a metal sword, numerous beads and metallic twists (gold, silver or copper metal) and other objects in metal, several hundred glass beads belonging for the larger part to the Indo-Pacific type, diverse stone ornaments, and clothes remains. Two samples taken at the construction and first use of the monument level delivered Radiocarbon datings that set the beginning of the use of the monument in the first half of the 10th century.

Texte intégral

  • 1 Pour la localisation, voir B. Hirsch & B. Poissonnier (2000 : 74).

1Le tumulus de Tätär Gur1, littéralement la « butte aux pierres », avait été repéré lors d’une campagne de prospection conduite en 1999 aux alentours du site de Meshalä Maryam. Notre attention avait été attirée par la présence d’une structure linéaire radiale énigmatique au sein de la masse tumulaire : il s’agissait d’une ligne de pierres posées à plat à la surface apparente du monticule, qui évoquait alors un possible et surprenant couloir d’accès. En outre, un ensemble de grands blocs, probable alignement de stèles, gisait effondré non loin du monument ; il s’agit de l’ensemble désigné sous le nom de Nəb Gädäl (voir Annexe C).

  • 2 Voir supra, chap. 1 du présent ouvrage.
  • 3 Voir chap. 3 du présent ouvrage.

2L’intérêt d’une fouille du monument s’est alors imposé, pour plusieurs raisons. Il s’agissait en premier lieu d’établir les antécédents possibles de l’occupation du site (au sens large) par une élite sociale et d’inscrire ainsi l’établissement du camp royal du xve siècle2 dans une profondeur temporelle. L’enjeu était de mettre en évidence une possible perduration de l’occupation du site depuis les temps « païens » jusqu’à l’époque chrétienne, en dépit des mutations idéologiques survenues. En second lieu, nous avions l’opportunité de documenter une structure au potentiel exceptionnel, du fait de la présence supposée d’un couloir au tumulus, élément inconnu par ailleurs en Afrique de l’est, et par là même d’apporter un complément à la fouille du tumulus 2 de Meshalä Maryam, situé à quelques kilomètres de là3. Enfin, l’alignement de stèles pouvait avoir entretenu une relation avec le monument, une semblable association topographique (entre stèles et tumulus) ayant déjà été remarquée dans le Mänz sans avoir pu jusque-là faire l’objet d’investigations archéologiques.

Un tumulus fouillé au bord de la Say

3De plan grossièrement circulaire, le tumulus se dresse en position topographique remarquable, en rebord de plateau, à l’intérieur côté sud d’un méandre encaissé de la rivière Say qu’il surplombe, dans un champ actuellement cultivé (Fig. 4.1, 4.2, 4.3). À notre arrivée, il présentait à son sommet un cratère qui pouvait correspondre à l’écroulement de sa couverture initiale, mais aussi à d’éventuelles fouilles clandestines.

  • 4 Les cahiers d’enregistrement de la fouille ainsi que les notes déposés au CFEE à Addis Abeba à l’is (...)

4La fouille manuelle réalisée en mars et avril 2000 a consisté à aborder parallèlement l’intérieur de la chambre par le cratère et le couloir apparent par l’extérieur. La totalité des niveaux archéologiques en place a été fouillée par des archéologues, sans recours aux ouvriers locaux. Les niveaux sépulcraux ont fait l’objet d’une présence soutenue de l’anthropologue de l’équipe. La topographie et la couverture photographique numérique redressée des niveaux et du mobilier ont été assurées par R. Bernard. Tous les niveaux susceptibles de livrer des vestiges de petite taille (perles...) ont été systématiquement tamisés. Une fois la fouille achevée, il a été procédé au rebouchage soigneux du site, en respectant les structures fragiles mises au jour, à l’aide de pierres soigneusement agencées. Nous allons maintenant décrire les principaux résultats de cette fouille4.

Fig. 4.1 — Vue générale du tumulus de Tätär Gur, en direction du nord. Le petit canyon de la rivière Šay s’ouvre juste derrière lui

Fig. 4.2 — Vue générale du petit canyon de la rivière Šay, en direction du sud. On devine au centre du cliché, dominant l’abrupt, le tumulus de Tätär Gur. L’alignement de stèles de Nəb Gädäl se trouve à sa gauche

Fig. 4.3 — Vue du tumulus de Tätär Gur depuis la vallée de la Šay

Une architecture de pierre sèche

5Les structures externes du monument ne furent que très partiellement étudiées. Dans son état actuel, le tumulus se présente sous la forme d’une bosse hémisphérique émergeant au sein d’une mer d’éboulis adjacents (Fig. 4.4). Un parement externe formé de quelques assises irrégulières (Fig. 4.5) entoure une surface discoïde de 300 m2 mesurant 19,50 m de diamètre en moyenne.

Fig. 4.4 — Vue de la façade du tumulus de Tätär Gur

Fig. 4.5 — Vue de la façade du tumulus de Tätär Gur, avec ses parements successifs

Fig. 4.6 — Sondage à l’emplacement supposé d’un faux couloir. Noter les pierres verticales au premier plan, au niveau de la couronne périphérique. Au fond, on voit le parement interne du tumulus

6Un couloir large d’environ 1,20 m (Fig. 4.6) semble s’ouvrir entre deux dalles dressées en façade du parement. Nous avons pratiqué un sondage à son emplacement. Une ligne radiale de pierres se remarquait à la surface du tumulus. Au-dessous, un remplissage homogène de pierraille ne se distinguait pas du remplissage voisin : aucune limite latérale n’était perceptible. En revanche, ce sondage mit en évidence un second mur de parement, présentant des moellons de basalte soigneusement agencés. Il est à noter que de très nombreux tessons de céramique ont été découverts au pied de ce parement. Il semble donc que ce dernier ait été exposé à l’air libre durant une époque suffisamment longue pour que des céramiques y soient déposées, soit à son pied, soit à son sommet. La raison d’être de cette structure linéaire, uniquement perceptible depuis la surface, évoquant un couloir sans en être un, a suscité un questionnement intense au sein de l’équipe. L’hypothèse retenue ici est que cette structure constituait un leurre destiné à détourner les éventuels pillards de cette tombe au riche contenu mais une interprétation alternative tout aussi recevable a priori sera développée au chapitre 8.

7À l’intérieur de cette plate-forme périphérique peu élevée, on rencontre un tumulus de plan légèrement elliptique de 10 m sur 11,50 m. Ce tumulus est circonscrit par un parement conservé sur une hauteur de 1,30 m, avec un fruit modéré : c’est celui qui avait été aperçu lors du sondage du faux couloir.

  • 5 Cette expression imagée désigne traditionnellement une succession de joints alignés visibles dans l (...)

8Les appareillages parementés ne montrent pas d’assises successives soignées mais, au contraire, une juxtaposition de modules variables de roches volcaniques à l’aspect basaltique, le plus souvent compris entre 20 et 40 cm, sans recouvrement systématique au fur et à mesure de l’élévation. Les « coups de sabre5 » y sont ainsi fréquents. Le comblement intermédiaire est formé de pierres et pierraille de modules variables, souvent inférieur à celui des parements.

Une chambre et son couloir

9La chambre présente un plan circulaire ; elle est bâtie sur le substrat soigneusement décapé (Fig. 4.7). L’élévation subsistante des murs (2,10 m) nous permet d’évoquer une couverture en encorbellement. En effet, les murs, constitués de petit appareil, convergent progressivement vers le sommet (Fig. 4.8) Le diamètre de la chambre à la base est de 3,50 m.

10Long de 3,25 m, un authentique couloir architecturé, rectiligne, permettait l’accès à la chambre sépulcrale, depuis le parement intermédiaire (Fig. 4.9). Curieusement, ce couloir ne débouche pas de plain-pied dans la chambre funéraire, mais à 0,85 m de hauteur au-dessus du sol de cette dernière. Vers l’extérieur, il s’ouvre au-dessus d’une petite terrasse parementée de plain-pied avec son sol (Fig. 4.9, 4.5, 4.10).

Fig. 4.7 — Vue de la chambre en fin de fouille, en direction de l’ouest ; le couloir s’ouvre à gauche du cliché

Fig. 4.8 — Tätär Gur, vue générale de la chambre en fin de fouille, le couloir étant sur la gauche

Fig. 4.9 — Plan du couloir de Tätär Gur (éch. 1/50)

Fig. 4.10 — Tätär Gur, plan et coupe au 1/200

11Le couloir sub-horizontal est large de 0,80 m à la base (Fig. 4.11). Ses parements latéraux, construits en petit appareil, sont hauts de 0,90 m en moyenne, et présentent chacun un net dévers. Leur couverture n’était plus présente. Seul le débouché dans la chambre (Fig. 4.12) prend la forme d’un portique mégalithique sur lequel devait s’appuyer la couverture encorbellée. La hauteur du couloir sous le portique n’est plus que de 0,70 m environ.

Fig. 4.11 — Tätär Gur, couloir du tumulus (la chambre est vers la droite)

Fig. 4.12 — Tätär Gur, aperçu de la chambre au travers du couloir

12Lors de notre intervention, le remplissage du couloir était totalement vierge. Ce comblement de pierraille, très homogène, était parfaitement identique au niveau de condamnation qui surmontait les niveaux funéraires de la chambre. Un unique pot entier (Fig. 4.13, n° 38) et quelques perles ont été découverts sous le portique mégalithique, c’est-à-dire au contact de la chambre. Du côté opposé, le couloir avait conservé un bouchon de grosses pierres qui s’intégrait bien dans le parement (Fig. 4.14).

Fig. 4.13 — Cruchons et biberon de Tätär Gur (éch. : 1/5)

Fig. 4.14 — Débouché du couloir vers l’extérieur ; noter le bouchon à droite et la terrasse à gauche

Fig. 4.15 — Vue du cœur de l’alignement de stèles de Nəb Gädäl à travers le couloir du tumulus de Tätär Gur, depuis la chambre. Les personnages se dressent au niveau des stèles

13Il est à noter que ce couloir, orienté au sud-est, se trouve précisément dirigé vers le cœur de l’alignement de stèles de Nəb Gädäl (Annexe C), comme on a pu s’en convaincre en faisant une observation depuis le centre de la chambre, à l’issue de la fouille (Fig. 4.15).

Les niveaux sépulcraux

14Au sein de la chambre qui, rappelons-le, avait perdu sa couverture à notre arrivée, les niveaux supérieurs perturbés contenaient des éléments de la couverture initiale (de gros blocs de basalte) ainsi que des éléments céramiques récents (tels que plats à ənǧära, le pain éthiopien), le tout noyé dans une matrice sédimentaire terreuse infiltrée depuis la ruine de l’édifice.

15Sous ces éléments intrusifs, nous avons rencontré un niveau très homogène formé de pierrailles ; la fraction fine du sédiment interstitiel était rare. Nous l’avons interprété comme un niveau de condamnation qui scellait encore parfaitement les niveaux sépulcraux sous-jacents. Nous nous trouvions donc en présence d’une sépulture demeurée à l’abri non seulement des interventions humaines, mais également des incursions d’animaux fouisseurs.

  • 6 US pour « unité stratigraphique ».

16Le sédiment présent parmi ces niveaux sépulcraux (dont le principal est l’US6 7005) (Fig. 4.16), de quarante à cinquante centimètres en moyenne, était plus épais en périphérie. De couleur généralement brun jaune à brun rouge, sa texture majoritairement fine était relativement pulvérulente et recelait un très abondant mobilier ainsi que quelques pierres. Il était formé de plusieurs apports successifs aux limites spatiales difficiles à appréhender. La nature du sédiment rappelait quelque peu celui du tumulus 2 de Meshalä Maryam, pour lequel l’hypothèse d’une infiltration de cendres volcaniques – qui aurait largement contribué à la disparition des restes osseux, comme ici – avait été émis. Mais dans le cas présent, le sédiment était beaucoup moins pulvérulent. Cette tombe était-elle mieux préservée ?

Fig. 4.16 — Tätär Gur, coupe est-ouest au centre de la chambre

17Juste au-dessus du substrat rocheux décapé par les constructeurs s’individualisait un niveau plus compact et plus foncé, de puissance variable – plus épais du côté du couloir – qui correspondait aux premiers moments du fonctionnement de la chambre : l’US 7008.

18Comme dans le tumulus 2 de Meshalä Maryam, nous avons rencontré des traces d’éléments organiques au sein du remplissage. Mais ici, non seulement les traces étaient plus fréquentes, mais des vestiges d’éléments de bois ont pu être observés. Cependant leur état ne permit pas leur prélèvement. L’hypothèse de compartiments funéraires en bois, que nous émettons ici, est fondée en particulier sur la découverte de trois trous de piquet dans la partie nord de la chambre, creusés dans le substrat décapé (Fig. 4.17). Si l’état de conservation général des vestiges organiques n’a pas permis une restitution de l’agencement d’origine du compartimentage supposé, en revanche les plans de répartition des vestiges montrent une organisation des éléments sépulcraux assurément non aléatoire. Les niveaux inférieurs (Fig. 4.18 cc) et supérieurs (Fig. 4.19 cc) ont fait l’objet de relevés séparés, compilés dans le cadre de cette publication (Fig. 4.20 cc). Au débouché du couloir avait été installé dès les niveaux les plus anciens un empilement triangulaire de pierres, dégageant un espace vide, très vraisemblablement de circulation. De nombreuses poteries entières étaient empilées du côté gauche de cet aménagement (au sud-est de la chambre) (Fig. 4.2l), tandis que seules quelques céramiques plus fragmentées offraient un pâle pendant asymétrique en vis-à-vis. Un demi vase avait été déposé dans ce dernier contexte, possible brûle-parfum, directement sur le substrat (Fig. 4.22).

Fig. 4.17 — Chambre de Tätär Gur, trous de piquets dans le substrat

Fig. 4.21 — Tätär Gur : la chambre en cours de fouille, vue en direction du couloir encore encombré de son comblement. Au premier plan, remarquer le dépôt central avec l’épée et le bracelet à tampon

19L’aménagement triangulaire de l’accès aboutit au dépôt central, qui ne repose pas stratigraphiquement sur le substrat, mais sur des éléments non reconnaissables (bois, torchis ?) dont la lente disparition a tout de même permis un maintien des éléments en élévation. Au nord de ce dépôt, un espace relativement vide, au cœur de la chambre, doit correspondre à des impératifs de circulation minimale et de dévolution des espaces périphériques.

20En périphérie extrême de la chambre se concentrent la plupart des restes humains, soient qu’ils y aient été placés dès l’origine, soit que les os aient fait l’objet de rangements ultérieurs, voire de dépôts secondaires depuis un lieu de sépulture inconnu (voir Annexe B). Les limites de cet espace périphérique sont soulignées par la présence des trous de piquets creusés dans le substrat rocheux, au nord-est. Cet espace périphérique semble formé de deux ensembles funéraires disjoints, au nord et au sud, séparés par une ligne virtuelle empruntant l’axe du couloir, et séparant des groupes de défunts. En effet, à l’opposé de l’accès nous trouvons une zone vide de restes humains, peut-être destinée à un type de stockage (présence de pierres et de très nombreux bracelets). Nous aurions ainsi une vision « cartographique » du dépôt de plusieurs groupes humains. L’un serait très fortement lié au personnage central (à moins qu’il s’agisse d’un même groupe de plusieurs défunts inhumés simultanément). Un autre groupe occuperait le côté droit de la chambre (depuis le couloir d’accès), et un autre le côté gauche. Mais malheureusement, comme l’indique infra Bernard Farago, le très mauvais état de conservation des restes humains limite considérablement la portée de ces spéculations.

Fig. 4.22 — Tätär Gur : grand tesson de poterie découvert tout au fond de la chambre, sur le substrat, et signant l’un des premiers dépôts ; la rangée d’impressions cunéiformes s’interrompt au niveau de deux boutons. Il pourrait s’agir d’un brûle-parfum

Un aperçu du mobilier

21Il nous faut signaler qu’à notre grand dépit, il ne nous a pas été possible de présenter dans le cadre de cet ouvrage une vision complète du mobilier découvert, et ce pour diverses raisons. Outre la disparition de nos notes au CFEE, nous avons eu les plus grandes difficultés à avoir accès après la fouille au mobilier déposé au musée national, à Addis Abeba. Les objets que nous avions déposés dans des caisses scellées, réalisées tout exprès par nos soins, ont été ensuite reconditionnés de façon aléatoire au sein de divers cartons (pour ceux que nous avons pu relocaliser), non étiquetés, ce qui fait que la recherche fut difficile et dans certains cas vaine. En outre, le déménagement des collections en 2008 entre l’ancien et le nouveau musée ne nous ont permis qu’un bref regard (une heure environ) sur les parures, qui avaient en partie refait surface à cette occasion. Nous n’avons alors pas eu le temps de les nettoyer, ni de les mesurer et de les étudier en détail. Bref, les éléments que nous livrons ici ne constituent qu’un premier survol.

22La répartition précise du mobilier a été observée sur clichés redressés à l’aide d’un calage topographique. Des assemblages fragiles d’objets étaient demeurés en place, comme des perles soit enfilées (Fig. 4.23), soit cousues sur des vêtements (semble-t-il), avec des groupements monochromes juxtaposés créant des motifs. On note quelques cas de bracelets apparemment encore enfilés. Un dépôt central particulier (Fig. 4.2l) a livré un ensemble d’objets exceptionnels qui seront évoqués plus loin.

Fig. 4.23 — Tätär Gur : détail de perles en verre demeurées alignées, lors de la fouille de la chambre

La céramique

  • 7 A. Wittmann a réalisé les dessins des poteries retrouvées au Musée national. A. Wittmann, s.d.

23Soixante-quatorze lots de céramiques ont été inventoriés lors de la fouille. Nous présentons ici la plupart – mais non la totalité – de ceux retrouvés au Musée national7. Il s’agit généralement de poteries déposées entières et demeurées soit dans cet état, soit écrasées sur place. Les vases ne semblent pas neufs, mais montrent généralement des traces d’usage antérieures à leur dépôt : des usures diverses, des ébréchures ou des fractures anciennes, souvent sur les anses et les cols, secteurs sur lesquels peuvent se cristalliser les accidents lors d’un usage domestique prolongé. Il pourrait donc s’agir d’objets du quotidien, appartenant peut-être aux défunts et déposés là après leur mort, comme le cas est attesté à l’époque contemporaine en Éthiopie, en contexte « païen ». La présence d’un probable biberon est à ce titre remarquable (Fig. 4.13, n° 30). Rien ne fut découvert à l’intérieur de ces céramiques, soit qu’elles aient été dès l’origine déposées vides, soit que leur contenu ait disparu sans laisser de traces.

  • 8 On se reportera au chapitre 8 du présent ouvrage pour une synthèse générale sur la céramique shay. (...)

24Un regard rapide sur la céramique8 permet de reconnaître les deux composantes habituelles shay, à savoir des céramiques gris noir carénées et d’aspect poli, d’une part, et des poteries à décor imprimé sur des surfaces généralement moins travaillées, d’autre part.

25À la première catégorie appartient la forme à nos yeux la plus typique de la céramique Shay, sans équivalent documenté dans aucune autre culture, et que nous avons appelé la « soucoupe volante » (Fig. 4.24). Elle est ultra-carénée, à fond rond et à col tubulaire. Les surfaces externes sont parfaitement régulières et polies. Le diamètre est compris entre une fois et demie et deux fois la hauteur. Elle peut ne pas être ornée ou bien comporter un décor souvent ternaire au-dessus de la carène. Généralement sans anses, elle peut en posséder une seule, accrochée sur la carène (Fig. 4.24, n° 4).

26Outre les « soucoupes volantes » et l’unique biberon signalé, on peut regrouper la céramique de Tätär Gur en cinq autres catégories : les bouteilles carénées (Fig. 4.25), les cruches (Fig. 4.26), les bouteilles globulaires (Fig. 4.27), les cruchons (Fig. 4.13) et quelques formes ouvertes (Fig. 4.28).

27Nous avons regroupé sous l’appellation de bouteilles carénées un ensemble de formes fermées hautes, munies d’un goulot (ou plutôt d’un col vertical cylindrique élevé), présentant une panse nettement carénée et un fond rond (Fig. 4.25). Elles peuvent être dépourvues de préhension (Fig. 4.25, n° 7) ou le plus souvent montrer une seule anse de morphologie variable (bouteilles verseuses). Cette anse peut s’accrocher au niveau de la carène (Fig. 4.25, n° 5, 6, 8 & 9) ou raccorder la panse au col (Fig. 4.25, n° 10 & 11). Les décors se localisent sur le haut de la panse, sur le col, voire sur l’ensemble des deux. Ils peuvent être grattés, incisés, imprimés ou plastiques, et peut-être même peints en blanc, comme le motif solaire et les zigzags du n° 11 de la Fig. 4.25.

Fig. 4.24 — Récipients hyper-carénés de Tätär Gur, en forme de « soucoupes volantes ». Le n° 4 est muni d’une anse (éch. : 1/5)

Fig. 4.25 — Bouteilles carénées de Tätär Gur (éch. : 1/5)

28Nous avons appelé cruches un ensemble de formes à panse globulaire et fond rond (exceptionnellement aplati) et col court, vertical ou éversé, munies d’une anse (Fig. 4.26). Cette dernière relie le haut de la panse au col, sauf dans un cas (Fig. 4.26, n° 12) où elle n’est attachée qu’à la panse. Elle est généralement boudinée, parfois légèrement aplatie, et présente un sillon vertical externe dans un cas (Fig. 4.26, n° 15). Les décors sont fréquents, localisés le plus souvent au-dessus du diamètre maximal, et habituellement organisés de façon ternaire. Ils associent fréquemment des petits boutons appliqués desquels se développent des séries de traits en direction de la base du col, réalisés par peinture blanche (Fig. 4.25, n° 12, 13, 19 & 20) ou par incision (Fig. 4.25, n° 14).

29Les bouteilles globulaires regroupent des formes fermées hautes, munies d’un col cylindrique élevé, présentant une panse globulaire et un fond plat (Fig. 4.27, n° 21, 22 & 27) ou parfois rond (Fig. 4.27, n° 25). Plusieurs exemplaires sont munis d’une anse de morphologie diversifiée (bouteilles verseuses) accrochée juste au-dessus du diamètre maximal, ou reliant la panse au col. Les décors peuvent couvrir presque la totalité des vases ou se limiter à la partie supérieure de la panse. Les bouteilles n° 21 et 22 (Fig. 4.27) présentent ainsi des ensembles d’impressions remarquables où l’on note dans le second cas un motif particulier : parmi d’autres éléments décoratifs, deux crosses opposées sont séparées par un double trait tireté vertical aboutissant en partie supérieure à un motif circulaire d’où partent en croix des doubles tirets.

30Nous avons appelé cruchons un ensemble de petits récipients fermés à panse globulaire et fond rond ou plat, avec un col court, vertical ou éversé, munis d’une anse (Fig. 4.13). Cette dernière est généralement biforée. Les décors plastiques sont constitués de boutons groupés selon diverses modalités, généralement juste au-dessus du diamètre maximum de la panse. Dans un cas (n° 37), la protubérance est en forme de triangle. Deux exemplaires (Fig. 4.13, n° 28 & 29) présentent un remarquable décor imprimé couvrant la panse, associé dans un cas (n° 29) à un fort bouton.

31Enfin, nous avons rassemblé sous l’appellation de formes ouvertes un petit lot quelque peu hétéroclite (Fig. 4.28). On y voit un grand plat creux à carène haute et bord rentrant (Fig. 4.28, n° 47), sorte de grande terrine avec un décor ondulé présent tant sur le fond interne que sur le bord, et muni de deux perforations rapprochées qui devaient permettre une préhension à l’aide d’un lien. Son fond est rond. Une sorte de réduction du modèle précédent passe sous le diamètre limite de 40 cm, ce qui le fait entrer dans la catégorie typologique des jattes (Fig. 4.28, n° 40). Il ne présente pas de décor. Un bassin hémisphérique est lui aussi sans décor (Fig. 4.28, n° 42).

32Quatre sortes de jattes profondes (Fig. 4.28, n° 43-46) présentent un décor imprimé couvrant de méandres et autres motifs curvilignes. On reconnaît sur le n° 44 une variante du motif : déjà évoqué sur une bouteille globulaire (Fig. 4.27, n° 22). Enfin, le n° 41 (Fig. 4.28), sans décor, a la morphologie d’un gobelet géant de 23 cm de diamètre à l’ouverture.

Fig. 4.26 — Cruches plus ou moins globulaires de Tätär Gur (éch. : 1/5)

Fig. 4.27 — Bouteilles globulaires de Tätär Gur (éch. : 1/5)

Fig. 4.28 — Formes ouvertes de la poterie de Tätär Gur (éch. : 1/5)

Fig. 4.29 — Tätär Gur : détail du dépôt funéraire central. On remarque l’épée en fer avec son manche altéré (en ivoire ?) du côté gauche du cliché, ainsi que le bracelet en argent à tampon, et les restes de vêtements aux ornements spiralés en argent, au premier plan. Remarquer aussi quelques perles en verre, deux bracelets en fer et un petit objet en roche rouge posé sur l’épée

Le mobilier métallique

33Cent cinquante-deux bracelets (ou armilles, ou possibles bracelets de cheville) ont été inventoriés lors de la fouille. Leur dénombrement exact demeure cependant imprécis dans la mesure où nombre de ceux en fer sont brisés et où les fragments n’ont pas encore pu faire l’objet de tentatives d’appariement. S’ils sont en majorité en fer ou en métal cuivreux, on note de rares exemplaires en argent massif. Parmi ces derniers, on remarque un bracelet à double tampon terminal, faisant partie du dépôt central, à proximité de l’épée (Fig. 4.29). À l’opposé des tampons, il présente un épaississement massif biconique limité par deux sortes de bagues crantées (Fig. 4.30).

Fig. 4.30 — Tätär Gur : bracelet à tampons en argent, dépôt central (lot 80) (éch. : ½)

34La courte épée en fer, dont la lame mesure 57 cm, semblait avoir conservé son fourreau. Elle possédait encore les vestiges de son manche très mal conservé. La matière de celui-ci, très dégradée, était vraisemblablement de l’ivoire, notamment en raison de sa grande taille moins compatible avec de l’os. L’ensemble étant extrêmement corrodé, son prélèvement a nécessité une consolidation préalable à l’aide de Rhodopas®. Il est à noter que cette épée est la plus ancienne découverte en Éthiopie.

35De nombreuses perles et tortillons métalliques (cuivre ou alliage cuivreux, argent (Fig. 4.3l) et une seule en or) présentent une typologie variée. La perle en or massif (Fig. 4.32 cc, n° 1) est de forme presque carrée de 6,3 sur 5,8 mm, pour une épaisseur de 4,1 mm. La perforation est quasi cylindrique, mesurant 2,9 mm de diamètre.

Fig. 4.31 — Tätär Gur : parures en argent ou en métal cuivreux

36Trente-trois lots d’objets divers en fer ont été inventoriés au moment de la fouille, comprenant divers instruments corrodés, tels que des pinces (?), épingles et garnitures de sac, ainsi qu’un possible petit couteau ou rasoir (Fig. 4.33).

Fig. 4.33 — Tätär Gur : petit couteau ou rasoir en fer, avec des traces d’emmanchement (éch. : 1)

Les parures non métalliques

37Plusieurs centaines de perles en verre présentaient diverses couleurs unies : bleu (Fig. 4.34, 4.35 cc), jaune (Fig. 4.36 cc), rouge d’aspect « faux corail » (Fig. 4.37 cc, 4.38 cc), noir (Fig. 4.39), orange (Fig. 4.40 cc), blanc (Fig. 4.4l), gris clair (Fig. 4.34), vert (Fig. 4.42 cc)... Beaucoup étaient très petites (2 mm de diamètre) et ont été collectées lors du tamisage des sédiments. La plupart sont des perles étirées de type indo-pacifique, mais on compte aussi des perles moins caractéristiques, cylindriques, plus rarement tubulaires ou parfois en forme de tonnelet, que nous n’avons pu attribuer à une production connue. Leur organisation initiale est délicate à reconstituer. Néanmoins, lors de la fouille, nous avons dégagé de petits secteurs où les perles étaient demeurées groupées grâce à un lien organique fort dégradé. Elles dessinaient des zones unies juxtaposées les unes aux autres. Il faudrait donc se garder d’imaginer uniquement une utilisation sous forme de colliers : tout ou partie des petites perles étaient cousues, vraisemblablement sur des éléments de vêtements ou de parures.

Fig. 4.34 — Tätär Gur : lot de perles majoritairement en verre bleu, de divers types (lot n° 1)

Fig. 4.39 — Tätär Gur : lot de perles en verre noir (et quelques bleues) (lot n° 9)

Fig. 4.41 — Tätär Gur : lot de perles indo-pacifiques majoritairement en verre blanc ; certaines sont enfilées arbitrairement (lot n° 2)

38Quelques perles segmentées se répartissaient en deux catégories : d’un côté des monochromes bleues, violettes ou jaunes (Fig. 4.43 cc), de l’autre des perles à la réalisation complexe, présentant apparemment une feuille d’or ou d’argent insérée dans la pâte transparente (Fig. 4.44 cc).

39Quelques perles particulières en verre ont été regroupées sur une figure. Nous discuterons dans la synthèse (chap. 8 du présent ouvrage) de leurs possibles origines. Quatre ont des décors ocellés (Fig. 4.32 cc, n° 5, 8, 9 & 14) ; une montre des traits blancs sur un fond bleu foncé, évoquant une spirale (Fig. 4.32 cc, n° 10) ; une autre porte un bandeau blanc médian sur fond bleu (Fig. 4.32 cc, n° 13). Une perle enroulée bleu clair possède de minces filets rougeâtres et des cassures vives au niveau de la perforation, liées à la fabrication (Fig. 4.32 cc, n° 7). Une remarquable perle montre des bandes juxtaposées de couleur jaune, rouge, blanc et bleue (Fig. 4.32 cc, n° 6).

Fig. 4.46 — Tätär Gur, dépôt central : parures

40Enfin, on notera la présence d’une perle de section carrée aux angles soulignés de filets bleu clair et blanc (Fig. 4.45 cc, en bas à droite ; Fig. 4.46, en bas à droite).

41D’autres matériaux ont été mis à profit pour la fabrication de perles. Trois perles sont en sardonyx (Fig. 4.32 cc, n° 2, 3, 4) dont un exemplaire biconique de grande taille (n° 4). Deux perles discoïdes sont en roche verte. L’une est en amazonite (Fig. 4.32 cc, n° 11), dont des gisements compatibles existent en Éthiopie (ceux de Konso, dans le sud du pays, sont renommés). L’autre (Fig. 4.32cc, n° 12) est de nature indéterminée, mais ressemble à du jade. Enfin, une série de perles en cornaline ne présente guère une typologie susceptible de nous permettre d’affiner une provenance ou une datation pour des productions prisées qui traversent allègrement les siècles (Fig. 4.47 cc).

42Une série de probables parures d’oreilles en roche rouge étaient identiques à celles découvertes dans le tumulus 2 de Meshalä Maryam (Fig. 4.48 cc, 4.49 cc, 4.50 cc, n° 3 & 4). La nature du matériau est incertaine, mais elle évoque la bauxite. Dans le même matériau, semble-t-il, étaient confectionnés une pendeloque et un petit élément parallélépipédique à perforation borgne muni d’un décor en arêtes (Fig. 4.50 cc, n° 1 ; Fig. 4.45 cc, en bas ; Fig. 4.46, en bas à droite). Ce dernier était déposé sur l’épée (Fig. 4.29).

Peau et tissus

  • 9 De la peau traitée sans un véritable tannage : le cuir au sens strict n’est pas une production éthi (...)

43Le dépôt central (Fig. 4.45 cc, 4.29) a révélé, outre l’épée, la présence d’un probable habit en peau9 sur lequel était encore cousu un ensemble de perles en argent tortillé (Fig. 4.5l). Sous et à coté de ce probable habit en peau demeuraient les ultimes vestiges de vêtement ou parures rendus multicolores par d’innombrables et minuscules perles indo-pacifiques utilisées par juxtaposition de plages (ou motifs ?) monochromes.

Fig. 4.51 — Tätär Gur : torsades en argent enfilées sur des matières organiques dégradées (probablement de la peau) (lot n° 105b)

Interprétation et conclusion

44La fouille a révélé une architecture tumulaire inédite dans cette région d’Afrique : nous reconnaissons dans le tumulus de Tätär Gur le premier dolmen à couloir identifié dans l’Est africain.

Fig. 4.52 — État initial du monument de Tätär Gur

45Nous pouvons tenter désormais de reconstituer l’évolution de l’architecture et du fonctionnement de ce monument :

  • Étape 1 (Fig. 4.52) : construction d’un tumulus en pierres sèches plus ou moins circulaire d’une dizaine de mètres de diamètre, muni d’un long couloir d’accès surélevé ouvert sur la façade du monument et débouchant au-dessus d’une petite terrasse. Ce couloir est orienté au sud-est, en direction des stèles de Nəb Gädäl qui rappellent peut-être le souvenir des défunts enterrés dans le tumulus. La chambre est construite en encorbellement et la couverture, mégalithique, utilise de grands prismes de roches volcaniques. L’accès à la chambre funéraire demeure ouvert depuis le couloir au bouchon terminal amovible. Une première inhumation d’un personnage privilégié est déposée près du centre de la chambre avec une épée et un riche mobilier, sur un aménagement mobilier utilisant du bois et peut-être un mélange de terre et de bouse. Un nombre restreint de personnes est peut-être déposé simultanément avec lui.

  • Étape 2 : au fur et à mesure des décès, une vingtaine d’adultes au moins (dont un jeune adulte) sont amenés depuis le couloir et déposés autour du premier dépôt, au sein de compartiments périssables construits en périphérie de la chambre. Des dépôts de mobilier accompagnent les corps. À l’extérieur du tumulus, sur le parement externe et peut-être à son pied, des poteries sont déposées. Entre deux inhumations, le couloir est refermé. Dans l’hypothèse invérifiable où tous les adultes auraient été sacrifiés et déposés à l’occasion du dépôt de l’homme à l’épée, cette étape 2 n’existerait pas.

  • Étape 3 (Fig. 4.53) : le monument est condamné définitivement en tant que sépulture. La couverture du couloir est enlevée, à l’exception du seuil de la chambre, où l’encorbellement de la couverture prend appui. Les niveaux sépulcraux sont soigneusement recouverts couche épaisse de pierraille, qui bouche aussi entièrement le couloir. Le premier monument disparaît complètement au sein d’un nouveau tumulus de condamnation d’une vingtaine de mètres de diamètre, ceint d’une couronne périphérique peu élevée, marquée par deux pierres dressées qui matérialisent l’accès virtuel à un faux couloir aboutissant directement au parement du premier monument, et que nous interprétons comme un leurre protégeant les dépôts funéraires.

  • Étape 4 : le monument se ruine progressivement, sans toutefois être jamais pillé. Sa présence au sein d’un champ labouré explique un certain va-et-vient entre un prélèvement de grosses pierres pour construire des murs et des terrasses d’une part (d’où la disparition de la couverture) et un apport de blocs d’épierrement agricole en périphérie du monument.

  • 10 Datations effectuées en 2000 auprès du Centre de datation par le radiocarbone de Lyon ; recalibrati (...)

46Cette construction et ce fonctionnement correspondent parfaitement à la définition, certes développée au sein de cultures différentes et éloignées, d’un dolmen à couloir. Mais quand fut-il exactement édifié ? Deux échantillons de charbons prélevés tous deux sur le niveau de construction et de première utilisation du dolmen (US 7008) ont fourni des datations radiocarbone. Aucun échantillon contenant suffisamment de matière organique n’a pu être prélevé dans les niveaux supérieurs du remplissage. L’échantillon n° 1 (LY-10194) s’inscrit dans la fourchette 1190±30 BP, soit 720-944 AD après calibration à deux sigma (95,4 % de probabilité). L’échantillon n° 2 (LY-10237) s’inscrit dans la fourchette 1075±30 BP, soit 895-1020 après calibration à deux sigma (ditto)10.

47Le chevauchement des intervalles de confiance des deux datations nous indique la première moitié du xe siècle pour la construction et l’entrée en fonction du monument (étape 1 du fonctionnement restitué de la sépulture). Quant à son fonctionnement ultérieur, avec l’apport d’une vingtaine de corps au moins et l’hypothèse de dépôts étalés dans le temps (étape 2), il nous est impossible de l’inscrire dans une fourchette chronologique précise. Cependant, nous ne voyons aucun argument allant dans le sens d’un fonctionnement ayant excédé quelques décennies : une utilisation funéraire serait centrée sur le xe siècle de notre ère.

Fig. 4.53 — État du monument de Tätär Gur au moment de sa condamnation en tant que tombeau

Notes

1 Pour la localisation, voir B. Hirsch & B. Poissonnier (2000 : 74).

2 Voir supra, chap. 1 du présent ouvrage.

3 Voir chap. 3 du présent ouvrage.

4 Les cahiers d’enregistrement de la fouille ainsi que les notes déposés au CFEE à Addis Abeba à l’issue de nos travaux ont malheureusement été perdus depuis lors. Cet article présente en conséquence des données en partie incomplètes. Outre l’auteur de cet article et Bernard Farago-Szekeres (anthropologue, auteur de l’Annexe B), la fouille a bénéficié du concours d’Asamerew Desse (ARCCFI), Nicole Mohaupt (Université de Mayence) et Jacques Pernaud (Musée de Tautavel).

5 Cette expression imagée désigne traditionnellement une succession de joints alignés visibles dans le parement d’un mur. Cet alignement est considéré comme un défaut de construction qui néglige une imbrication satisfaisante des pierres.

6 US pour « unité stratigraphique ».

7 A. Wittmann a réalisé les dessins des poteries retrouvées au Musée national. A. Wittmann, s.d.

8 On se reportera au chapitre 8 du présent ouvrage pour une synthèse générale sur la céramique shay. Je me suis inspiré notamment de Balfet et al. (1983) pour le vocabulaire typologique.

9 De la peau traitée sans un véritable tannage : le cuir au sens strict n’est pas une production éthiopienne connue.

10 Datations effectuées en 2000 auprès du Centre de datation par le radiocarbone de Lyon ; recalibration effectuées le 15 février 2012 à partir du logiciel OxCal v. 4.1.7 (courbe de calibration IntCa 04).

Table des illustrations

Légende Fig. 4.1 — Vue générale du tumulus de Tätär Gur, en direction du nord. Le petit canyon de la rivière Šay s’ouvre juste derrière lui
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 4.2 — Vue générale du petit canyon de la rivière Šay, en direction du sud. On devine au centre du cliché, dominant l’abrupt, le tumulus de Tätär Gur. L’alignement de stèles de Nəb Gädäl se trouve à sa gauche
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 4.3 — Vue du tumulus de Tätär Gur depuis la vallée de la Šay
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 4.4 — Vue de la façade du tumulus de Tätär Gur
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 4.5 — Vue de la façade du tumulus de Tätär Gur, avec ses parements successifs
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 4.6 — Sondage à l’emplacement supposé d’un faux couloir. Noter les pierres verticales au premier plan, au niveau de la couronne périphérique. Au fond, on voit le parement interne du tumulus
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 4.7 — Vue de la chambre en fin de fouille, en direction de l’ouest ; le couloir s’ouvre à gauche du cliché
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 4.8 — Tätär Gur, vue générale de la chambre en fin de fouille, le couloir étant sur la gauche
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 4.9 — Plan du couloir de Tätär Gur (éch. 1/50)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 4.10 — Tätär Gur, plan et coupe au 1/200
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 4.11 — Tätär Gur, couloir du tumulus (la chambre est vers la droite)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 4.12 — Tätär Gur, aperçu de la chambre au travers du couloir
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 4.13 — Cruchons et biberon de Tätär Gur (éch. : 1/5)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 4.14 — Débouché du couloir vers l’extérieur ; noter le bouchon à droite et la terrasse à gauche
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 4.15 — Vue du cœur de l’alignement de stèles de Nəb Gädäl à travers le couloir du tumulus de Tätär Gur, depuis la chambre. Les personnages se dressent au niveau des stèles
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 4.16 — Tätär Gur, coupe est-ouest au centre de la chambre
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 4.17 — Chambre de Tätär Gur, trous de piquets dans le substrat
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 4.21 — Tätär Gur : la chambre en cours de fouille, vue en direction du couloir encore encombré de son comblement. Au premier plan, remarquer le dépôt central avec l’épée et le bracelet à tampon
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 4.22 — Tätär Gur : grand tesson de poterie découvert tout au fond de la chambre, sur le substrat, et signant l’un des premiers dépôts ; la rangée d’impressions cunéiformes s’interrompt au niveau de deux boutons. Il pourrait s’agir d’un brûle-parfum
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 4.23 — Tätär Gur : détail de perles en verre demeurées alignées, lors de la fouille de la chambre
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 4.24 — Récipients hyper-carénés de Tätär Gur, en forme de « soucoupes volantes ». Le n° 4 est muni d’une anse (éch. : 1/5)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 4.25 — Bouteilles carénées de Tätär Gur (éch. : 1/5)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 4.26 — Cruches plus ou moins globulaires de Tätär Gur (éch. : 1/5)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 4.27 — Bouteilles globulaires de Tätär Gur (éch. : 1/5)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 4.28 — Formes ouvertes de la poterie de Tätär Gur (éch. : 1/5)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 4.29 — Tätär Gur : détail du dépôt funéraire central. On remarque l’épée en fer avec son manche altéré (en ivoire ?) du côté gauche du cliché, ainsi que le bracelet en argent à tampon, et les restes de vêtements aux ornements spiralés en argent, au premier plan. Remarquer aussi quelques perles en verre, deux bracelets en fer et un petit objet en roche rouge posé sur l’épée
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 4.30 — Tätär Gur : bracelet à tampons en argent, dépôt central (lot 80) (éch. : ½)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 4.31 — Tätär Gur : parures en argent ou en métal cuivreux
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 4.33 — Tätär Gur : petit couteau ou rasoir en fer, avec des traces d’emmanchement (éch. : 1)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 4.34 — Tätär Gur : lot de perles majoritairement en verre bleu, de divers types (lot n° 1)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 4.39 — Tätär Gur : lot de perles en verre noir (et quelques bleues) (lot n° 9)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 4.41 — Tätär Gur : lot de perles indo-pacifiques majoritairement en verre blanc ; certaines sont enfilées arbitrairement (lot n° 2)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 4.46 — Tätär Gur, dépôt central : parures
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 4.51 — Tätär Gur : torsades en argent enfilées sur des matières organiques dégradées (probablement de la peau) (lot n° 105b)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 4.52 — État initial du monument de Tätär Gur
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 4.53 — État du monument de Tätär Gur au moment de sa condamnation en tant que tombeau
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/747/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

Auteur

Archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) et membre du laboratoire TRACES (UMR 5608, CNRS, université Toulouse-Le Mirail) à Toulouse. Il a séjourné en Éthiopie de 1998 à 2000 comme chercheur détaché auprès de l’Authority for Research and Conservation of the Cultural Heritage, et a effectué de nombreuses missions de recherche et d’archéologie préventive dans ce pays. Email : poiskay@gmail.com

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable