Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture Shay d’Éthiopie (Xe-XIVe siècles)

 | 
François-Xavier Fauvelle-Aymar
, 
Bertrand Poissonnier

Annexe A. Examen du matériel ostéologique du tumulus 2 de Meshalä Maryam (Mänz, Éthiopie)

Identification of osteological remains found in tumulus 2 at Meshalä Maryam (Mänz)

Jean-Renaud Boisserie

Résumé

Le tumulus 2 de Meshalä Maryam (Mänz) a livré un abondant matériel osseux. Les restes humains sont dominants (19 individus, dont deux individus âgés et cinq juvéniles). Des éléments de trois bovins et deux ovins ont été déposés avec les humains, peut-être au cours de plusieurs phases d’utilisation. Le reste du contenu ostéologique est vraisemblablement non-anthropique et secondaire aux dépôts funéraires.

Excavation of the tumulus 2 at Meshalä Maryam (Mänz, Amhara region, Ethiopia) yielded numerous osteological remains. Human remains are most common (19 individuals, including two senile individuals and five juveniles). Parts of three bovines and two ovines were buried with the human bodies, maybe through several occurrences. Other osteological content is probably non-anthropogenic and secondary to the funerary deposits.

Texte intégral

1Le tumulus 2 de Meshalä Maryam, une structure tumulaire partiellement endommagée, présentait une chambre interne qui a livré un abondant contenu mobilier et ostéologique réparti sur deux niveaux. La fouille a permis d’identifier ce tumulus comme une structure funéraire pré-chrétienne et pré-musulmane.

  • 1 L’auteur remercie le personnel du musée national d’Éthiopie (Addis Abeba), notamment sa directrice (...)

2Cette courte note reproduit les résultats de la détermination du contenu ostéologique de la chambre, résultats initialement présentés sous la forme d’un rapport du CFEE en décembre 1999. L’objectif était d’identifier les restes osseux sur le plan anatomique et taxonomique et de proposer un nombre minimum d’individus (ΝMI) par taxons présents. Le matériel étudié peut être réparti en deux catégories : macrofaune et microfaune. L’analyse de la macrofaune a été exhaustive, celle de la microfaune a été générale. Elles ont permis d’établir la liste faunique présentée en Table 1. L’ensemble des restes étudiés est conservé au Musée national d’Éthiopie à Addis Abeba1.

Macrofaune : identification et NMI

3Les macro-restes dominants sont ceux d’humains modernes. Bien que le milieu soit apparemment resté confiné depuis le dépôt, la préservation est globalement mauvaise. L’ensemble du matériel montre une certaine porosité de l’os compact et une fragmentation qui touche y compris les restes dentaires. On observe aussi une desquamation importante du périoste, notamment des épiphyses, laissant à nu la trame spongieuse dans de nombreux cas. Si aucune trace de décarnisation n’a été relevée, des traces de « grignotage » ont été identifiées sur plusieurs os. La détermination des éléments et surtout le dénombrement des individus ont donc été délicats et doivent être considérés avec une certaine prudence.

Homo sapiens : squelette appendiculaire

4Le squelette axial est représenté par des vertèbres peu nombreuses et très endommagées. Il a été reconnu, outre de nombreux fragments indéterminables : deux atlas, un axis, une vertèbre cervicale indéterminée, quinze vertèbres thoraciques indéterminées, quatre vertèbres lombaires indéterminées, six corps vertébraux isolés, deux sacrums. L’ensemble correspond à deux individus au minimum. Les côtes sont encore plus mal préservées que les vertèbres. L’ensemble de leurs fragments pourrait appartenir à un seul individu.

5Le squelette appendiculaire est beaucoup mieux représenté. En ce qui concerne les éléments de la ceinture scapulaire, on dénombre : cinq clavicules pour le côté gauche, dont deux ayant appartenu à des individus juvéniles ; quatre clavicules pour le côté droit, dont une juvénile. Les scapulae sont partiellement préservées : il s’agit dans tous les cas d’acromions associés au plus à un fragment de cavité glénoïde. On en dénombre trois gauches et un droit.

6Au final, le nombre minimum d’individus (NMI) estimé pour la ceinture scapulaire est de cinq, dont deux individus juvéniles.

7Le nombre total d’éléments provenant d’humérus s’élève à 19. Outre deux fragments distaux juvéniles, un droit et un gauche, la distribution des éléments ayant appartenus à des individus matures est indiquée dans la Table 2. Ces restes adultes, indiquant un NMI de 5, montrent une fragmentation importante. Au total, on dénombre donc six individus au minimum à partir des humérus.

8On peut rapporter huit fragments à des radius (Table 2 pour les éléments adultes). Un individu juvénile est aussi représenté par une extrémité proximale (symétrie non déterminable), soit un NMI de 4.

9Douze fragments d’ulna viennent s’ajouter à ce compte. À nouveau, un juvénile a été identifié à partir d’une extrémité proximale droite, indiquant un NMI de 5 sur la base des ulna (Table 2).

10Les sept carpiens identifiés se répartissent de la façon suivante : deux scaphoïdes droits, deux magnum droits, deux hamatum droits et un gauche, soit un minimum de deux individus. Le décompte des métacarpiens est récapitulé dans la Table 3. Aucun métacarpien V n’a été identifié.

11La ceinture pelvienne est très mal représentée, avec seuls quelques fragments plus ou moins déterminables qui pourraient appartenir à un seul individu. Par contre, les fémurs sont les os longs les plus abondants, même si leur état de préservation n’est pas globalement plus satisfaisant que pour les autres os. Le total de 31 restes fémoraux inclut la tête articulaire d’un os non mature. Hormis six restes trop fragmentaires pour intervenir dans le calcul du NMI, la Table 4 détaille la distribution des éléments fémoraux matures. Au NMI déduit de 7, il faut donc ajouter un individu juvénile.

12Deux patelles ont été récoltées, une droite et une gauche ayant pu appartenir à un même individu. L’état général des tibias identifiés (Table 4) laisse une grande incertitude dans leur détermination. Un fragment juvénile est reconnu : il s’agit d’une diaphyse (non orientée). Le NMI total est donc de 6, incluant un individu juvénile. Les fibulas sont mal conservées et mal représentées. Les extrémités proximales sont au nombre de deux, pour trois extrémités distales. Au niveau des diaphyses, quatre sont plus ou moins complètes tandis que quatre autres pièces restent très parcellaires. Sur cette base, on peut estimer le NMI à 3 pour cet os.

13Malgré une corticale très altérée pour la plupart des os du tarse, 28 éléments ont été déterminés (Table 5), indiquant un NMI de 5. Parmi les 42 métatarsiens retrouvés, le métatarsien IV n’est pas représenté. En plus des éléments matures (Table 3), un métatarsien II gauche provient d’un individu juvénile. En comptabilisant cet élément, on obtient un minimum de six individus.

14Enfin, un ensemble de 11 métapodes non-identifiés, 44 phalanges et phalangines et cinq phalangettes a été comptabilisé. Le tout pourrait correspondre à deux individus, sans rien ajouter aux calculs de NMI précédents.

15Le nombre d’individus humains minimum est donc de neuf lorsque l’on considère la totalité du squelette post-crânien. Un total de huit individus, dont un juvénile, a été compté à partir des restes de fémur, tandis que les restes de clavicules immatures indiquent la présence d’au moins deux individus juvéniles.

Homo sapiens : squelette cranio-dentaire

16Trois crânes brisés et partiels ont été prélevés durant la fouille. De nombreux autres fragments épars peuvent être attribués au calvarium. Les éléments déterminés, isolés ou associés, sont : un frontal, un pariétal, quatre occipitaux, dix rochers (quatre droits, six gauches), deux maxillaires. Soit un minimum de six individus. Quelques mandibules fragmentaires ont aussi été mises au jour : quatre régions symphyséales, deux ramus droits et un gauche, un corps juvénile. Cela fait donc quatre individus adultes et un juvénile, dont certains portent des dents qui sont dénombrées dans la Table 6.

17Les dents sont les éléments cranio-dentaires les plus nombreux. Beaucoup de petits fragments se sont révélés non-identifiables et n’ont pas été inclus dans les décomptes de NMI. Parmi les dents plus ou moins complètes, 78 n’ont pu être reconnues sur 467 en raison de leur état (desquamation de l’émail) et parfois de leur degré d’usure. Les autres dents ont été classées suivant leur détermination, leur symétrie quand celle-ci a pu être identifiée, et leur degré d’usure. Ces résultats sont reportés dans la Table 6 pour les incisives, les prémolaires et les molaires. Les canines inférieures et supérieures n’ont pas été discriminées. Elles sont au nombre de 30, déterminant un NMI de 8.

18Le NMI de 17 reporté en Table 6 doit être majoré. En effet, parmi les seize individus recensés sur la base des M/1 gauches, on ne retrouve que deux dents neuves ou germinatives contre cinq parmi les M/1 droites. Trois individus juvéniles additionnels doivent donc être ajoutés aux seize premiers. La denture indique donc un total de 19 individus minimum.

  • 2 R. Ρutz & R. Pabst 1994.

19Les éléments de la denture permettent d’estimer les classes d’âge des individus en présence en fonction de l’ordre d’éruption dentaire. Les données de référence utilisées sont issues de Dhem & Gouazé 19972. Elles indiquent :

  • l’éruption des prémolaires entre 9 et 13 ans ;

  • l’éruption des 1res molaires entre 5 et 7 ans ;

  • l’éruption des 2es molaires entre 11 et 14 ans ;

  • l’éruption des 3es molaires entre 18 et 40 ans.

20Sur la base des M3/droites très usées, on établit la présence d’au moins deux individus séniles. Les M/1 germinatives ou non-usées indiquent cinq préadolescents, de moins de 7 ans. Les 12 individus restants sont adultes ou pré-adultes.

Macro-restes non humains

21Une mandibule gauche fracturée portant la totalité des dents jugales et une série de dents isolées sont attribuées à cf. Bos taurus (bœuf domestique). Les dents sont sélénodontes et présentent une hypsodontie très développée. Ceci permet d’identifier un représentant de la famille Bovidae au sein des ruminants. La présence d’une colonnette interlobaire sur les molaires (vestibulaire pour les inférieures, linguale pour les supérieures) indique la sous-famille Bovinae. La grande dimension et les proportions générales de ces dents se rapportent à celles des membres de la tribu Bovini et se rapprochent notamment de l’espèce Bos taurus.

22La mandibule, fracturée à la hauteur de la M/2 et juste au-dessus du foramen mandibulaire, est amputée de sa partie antérieure et du bord ventral du ramus. Elle porte les dents P/3 (en cours d’éruption), dP/4, M/1 à M/3 (en cours d’éruption). Une dP/3 gauche isolée, très usée, appartient certainement à cette mandibule, son insertion étant encore marquée au-dessus de la P/3. Une autre série dentaire inférieure, de la P/3 à la M/3, constitue probablement la rangée dentaire droite de cette même mandibule. Les degrés d’usure sont exactement similaires à ceux de la denture gauche. Cinq incisives présentes (2 l/1 et 3 fragments indéterminés) peuvent peut-être se rapporter à cette mandibule. Enfin, 2 P/3 droites (une neuve et une très usée) complètent la liste du matériel pour la denture inférieure. La denture supérieure est représentée par les M2/ (une droite et une gauche) et la M3/droite d’un même individu. Leurs stades d’usure sont tout à fait compatibles avec ceux de la mandibule. Deux M3/ (droite et gauche) et deux M2/ou M1/ (droite et gauche) se démarquent par une usure très poussée. Elles pourraient appartenir à un seul individu. On peut donc comptabiliser 3 individus au minimum, deux juvéniles et un sénile. Un condyle occipital, la cavité glénoïde fragmentaire d’une scapula et un gros fragment de diaphyse peuvent être rattachés à ce matériel dentaire par leur morphologie bovine et leur grande taille.

23Une hémi-mandibule droite indique la présence d’un ruminant plus petit. Elle porte la série dentaire suivante : dP/2 dP/3 dP/4 M/1 M/2. Deux dents isolées et brisées ainsi que plusieurs restes post-crâniens appartiennent vraisemblablement au même taxon : un fragment distal d’humérus gauche et deux métacarpiens gauches (l’un, juvénile, est complet et l’autre limité à la diaphyse), deux extrémités de métatarsiens (une proximale droite et une distale, mature), une extrémité distale juvénile de métapode, 15 phalanges (sept phalanges, sept phalangines et une phalangette), un astragale gauche, un calcanéum droit, trois cubo-naviculaires (deux droits et un gauche), un cunéiforme. Les dents sélénodontes et très hypsodontes sont celles d’un membre de la famille Bovidae. L’absence de colonnette interlobaire, la petite taille et le bec latéro-distal du cubo-naviculaire en vue palmaire classent ces restes parmi les Caprinae. Enfin, la forme de l’échancrure vestibulaire de la dP/2 en vue occlusale et l’absence d’ectostylide entre les 2e et 3e lobes de la dP/4 indiquent l’espèce Ovis aries. L’ensemble de ces pièces représente au moins 2 individus, dont un juvénile.

Micromammifères

24Cette partie du contenu ostéologique du tumulus 2 de Meshalä Maryam se démarque de la précédente par une bien meilleure qualité de conservation, attestée par la fraîcheur de l’os et la présence de trois crânes sub-complets.

25Un crâne complet est attribuable à un Carnivora de la famille Mustelidae, notamment par la forme de la boîte crânienne, la présence d’une seule molaire supérieure, très élargie dans le sens vestibulo-lingual. L’absence de P1/ et la forme triangulaire de la P/4, plus large que longue, rappellent le genre Mustela. La taille du crâne est importante (L = 69,0 mm, mesurée entre les condyles occipitaux et l’extrémité rostral des prémaxillaires). Ce crâne est accompagné de 2 hémimandibules (droite et gauche). Une 3e hémimandibule, complètement édentée, peut être aussi attribuée à ce taxon.

26De nombreux restes de glires ont été mis au jour. Les éléments appartenant vraisemblablement à un même individu comprennent : deux fragments de mandibule (une droite portant P/3 à M/2, et une gauche portant P/3 à M/1), deux fragments de maxillaire édentés (un droit et un gauche), deux humérus (droit et gauche), un radius droit, un fragment distal de fémur, un tibia gauche et une extrémité distale droite, deux calcanéums (droit et gauche), un astragale droit, huit métapodes et huit phalanges. La présence de la P/3, l’articulation du tibia sur le calcanéum, l’allongement du col de l’astragale, de la partie distale du calcanéum, des métatarses et la grande taille générale du membre postérieur indique un lagomorphe indéterminé.

27Un crâne complet (L = 66,4 mm) associé à deux hémimandibules (une droite et une gauche), un maxillaire droit complet et un fragment de gauche, ainsi que deux incisives supérieures et deux atlas peuvent être rapportés aux Rodentia. Le très gros foramen infraorbitaire et les insertions musculaires observées sur le crâne et les hémimandibules, la structure du toit crânien, les dents à lophes simples et l’ornementation des surfaces dorsales du crâne et des atlas indiquent le genre Lophiomys. En plus, un humérus droit et un fragment distal de gauche, 2 fémurs (droit et gauche) et 2 extrémités distales de tibia gauche (dont un juvénile) ont été rapportés à ce taxon sur un critère de taille.

28Un crâne presque complet, deux hémimandibules (une droite et une gauche) et 2 incisives supérieures ont montré, par les insertions, la même organisation de la musculature cranio-mandibulaire que le genre Hystrix (porcs-épics), ainsi que la même denture et le même renflement du museau. La taille est néanmoins réduite (L = 41,6 mm pour le crâne), l’ornementation du crâne diffère, les bulles auditives sont proportionnellement plus grosses. Ce matériel est rapporté à un membre indéterminé de la famille Hystricidae.

29Enfin, de nombreuses rangées dentaires et incisives de petites tailles, diverses vertèbres, fragment de ceintures et os des membres appartenant à au moins trois taxons différents ont été attribués aux Rodentia, sans plus de précision.

Conclusion

30La nature et la similarité des modes de préservation des macro-restes indiquent qu’ils sont tous d’apport anthropique. Ces ossements humains et ruminants ont été vraisemblablement associés dans le cadre de pratiques funéraires. Par contre, les micro-restes sont sans doute secondaires au(x) dépôt(s) funéraire(s). Cette hypothèse est appuyée par : d’une part, les traces de grignotage relevées sur les macro-restes, imputables aux rongeurs ; d’autre part, la pratique du fouissage commune à tous les taxons déterminés, au moins de manière occasionnelle.

31L’association anatomique observée à la fouille de certains restes humains indique que ces individus étaient sans doute complets lorsqu’ils ont été déposés. On peut s’interroger sur la différence de NMI déterminés à partir de la denture (NMI = 19) et du reste du squelette (NMI = 9). La conservation préférentielle des dents peut expliquer au moins partiellement ce phénomène, mais l’hypothèse d’une réutilisation du site funéraire, avec retrait des restes antérieurs et apport de nouvelles dépouilles, doit être considérée.

32En ce qui concerne les ruminants domestiques, la représentation non exhaustive du squelette pourrait indiquer que seules des portions isolées, peut-être non décarnisées, ont été placées dans la sépulture.

Table 1 — Liste faunique du tumulus 2 de Meshalä Maryam

Table 1 — Liste faunique du tumulus 2 de Meshalä Maryam

Table 2 — Éléments adultes du membre supérieur (stylopode-zeugopode) et NMI déduits. D. : côté droit ; G. : côté gauche ; I. : côté indéterminé ; NMI : nombre minimum d’individus ; en gras : NMI maximums

Table 2 — Éléments adultes du membre supérieur (stylopode-zeugopode) et NMI déduits. D. : côté droit ; G. : côté gauche ; I. : côté indéterminé ; NMI : nombre minimum d’individus ; en gras : NMI maximums

Table 3 — Métapodes et fragments de métapodes adultes identifiés et NMI déduits

Table 3 — Métapodes et fragments de métapodes adultes identifiés et NMI déduits

Table 4 — Éléments adultes du membre inférieur (styiopode-zeugopode) et NMI déduits

Table 4 — Éléments adultes du membre inférieur (styiopode-zeugopode) et NMI déduits

Table 5Os du tarse identifiés et NMI déduits

Table 5 — Os du tarse identifiés et NMI déduits

Table 6 — Dents identifiées (g : gauche, d : droite ; sup. : dents supérieures, inf. : dents inférieures) et NMI déduits. Stades d’usure : 1, non usée ou germe dentaire ; 2, usure moyenne ; 3, usure importante

Table 6 — Dents identifiées (g : gauche, d : droite ; sup. : dents supérieures, inf. : dents inférieures) et NMI déduits. Stades d’usure : 1, non usée ou germe dentaire ; 2, usure moyenne ; 3, usure importante

Notes

1 L’auteur remercie le personnel du musée national d’Éthiopie (Addis Abeba), notamment sa directrice Mamitu Yilma ainsi qu’Are Menkir Bitew, responsable des collections, pour avoir facilité l’accès à ce matériel. Il tient aussi à remercier Élise Dufief pour son aide précieuse pour la mise en forme de ce texte.

2 R. Ρutz & R. Pabst 1994.

Table des illustrations

Titre Table 1 — Liste faunique du tumulus 2 de Meshalä Maryam
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/746/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Table 2 — Éléments adultes du membre supérieur (stylopode-zeugopode) et NMI déduits. D. : côté droit ; G. : côté gauche ; I. : côté indéterminé ; NMI : nombre minimum d’individus ; en gras : NMI maximums
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/746/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Table 3 — Métapodes et fragments de métapodes adultes identifiés et NMI déduits
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/746/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Table 4 — Éléments adultes du membre inférieur (styiopode-zeugopode) et NMI déduits
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/746/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Table 5Os du tarse identifiés et NMI déduits
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/746/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Table 6 — Dents identifiées (g : gauche, d : droite ; sup. : dents supérieures, inf. : dents inférieures) et NMI déduits. Stades d’usure : 1, non usée ou germe dentaire ; 2, usure moyenne ; 3, usure importante
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/746/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

Auteur

Paléontologue, chargé de recherche CNRS à l’Institut de paléoprimatologie, paléontologie humaine : évolution et paléoenvironnements (iPHEP) de l’université de Poitiers, précédemment affecté au Centre français des études éthiopiennes à Addis Abeba (2009-2011). Spécialiste de l’évolution des grands mammifères africains du Cénozoïque, il dirige une mission de recherche dans la basse vallée de l’Omo en Éthiopie (Omo Group Research Expedition) visant à comprendre l’impact de l’évolution environnementale sur celle des hominidés anciens

© Centre français des études éthiopiennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable