Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces musulmans de la Corne de l’Afrique au Moyen Âge

 | 
François-Xavier Fauvelle-Aymar
, 
Bertrand Hirsch

5. Conclusion

Nouveaux jalons

François-Xavier Fauvelle-Aymar et Bertrand Hirsch

Texte intégral

1Au terme du parcours proposé dans les études qui précèdent, reconnaissons que nous sommes moins armés pour avancer des conclusions définitives que pour proposer quelques hypothèses constructives.

  • 1 Al-'umarī 1927 : 4.
  • 2 Al-'umarī 1927 : 19.

2En ce qui concerne Zeyla, toute conclusion doit être sérieusement pondérée par les limites qui furent celles de notre investigation archéologique : temps très limité passé sur place, faible emprise du sondage réalisé, absence de datation radiocarbone. Les résultats ne sont donc susceptibles de livrer que des indices ; leur valeur doit surtout être jaugée à l’aune de la relecture des textes qui est ici proposée. Celle-ci nous amène à suggérer que, si Zeyla fait l’objet de mentions récurrentes depuis la fin du ixe siècle dans la littérature arabo-musulmane, ce n’est qu’à partir de la fin du xiie ou du début du xiiie siècle qu’existent des indices significatifs d’une islamisation de sa population, et ce n’est qu’à compter de la seconde moitié du xiiie siècle que Zeyla s’affiche comme centre d’exportation vers le monde arabe d’esclaves vraisemblablement acheminés depuis l’intérieur de la Corne. Il y a donc tout lieu de penser que c’est à cette même époque « basse » que la cité portuaire a commencé à servir de porte d’entrée régulière pour véhiculer en direction de l’intérieur hommes, idées, marchandises importées. Cela n’exclut bien sûr pas que des avant-coureurs de l’islam, marchands ou hommes de religion, aient été présents en petit nombre ou de façon épisodique dans l’arrière-pays de Zeyla au cours de la période antérieure. Mais on peut douter de l’existence de larges communautés musulmanes organisées dans l’intérieur avant l’époque où Zeyla devient elle-même la plaque tournante qu’elle est à partir de la fin du xiiie siècle. Dans cette perspective, le texte d’al-ʽUmarī se trouve un peu éclairé, qui, au xive siècle, subsume les « royaumes » musulmans d’Abyssinie sous le nom de « pays de Zeylaʽ1 », expression qui prend son sens de ce que, nés de l’« ouverture » de Zeyla à son arrière-pays, ces « royaumes » peuvent être en quelque sorte perçus comme son extension géographique vers l’intérieur. Ajoutons que l’on trouve chez ce même auteur une évocation implicite du caractère récent (à son époque) de l’essor commercial de Zeyla. « Le chemin, qui de Misr conduit dans ce pays, écrit al-ʽUmarī, est une branche du grand chemin qui va vers Amhara et vers les autres pays abyssins2 » : entendons par là que cette route via Zeyla est alors une route nouvelle qui est venue se greffer sur la route antérieure qui, depuis l’Égypte, conduisait par quelque point d’entrée sur la côte de la mer Rouge en droite ligne au royaume chrétien du haut plateau central.

  • 3 F. Rosenthal 1983.

3Cette voie de communication neuve qui s’instaure au xiiie siècle, si l’on en juge par l’essor de l’activité de Zeyla tel qu’il apparaît dans les sources arabes et dans le sol, dont nous voyons une matérialisation politique dans la chaîne de royaumes musulmans évoqués par al-ʽUmarī, il n’en est aujourd’hui pas d’autres traces archéologiques dans l’arrière-pays qu’un chapelet de sites musulmans qui s’étire du plateau du Somaliland à celui du Č̣ärč̣är. Sans doute est-il encore trop tôt, compte tenu du caractère opportuniste des prospections entreprises jusqu’à présent dans cette zone (y compris les nôtres), de prétendre avoir « cartographié » ces formations politiques. Tout nous échappe encore : l’inventaire précis des sites, dans un milieu à la toponymie changeante et insuffisamment prospecté ; la qualification précise des sites en « villes » ou autres, dépendante d’observations encore très incomplètes ; la géographie des pays concernés, de leurs limites naturelles et des voies de circulation anciennes soumises aux contraintes topographiques ; et surtout la correspondance entre ensembles archéologiques – s’il s’en dégage un jour du travail cartographique – et espaces politiques. Mais au moins peut-on déjà accepter l’idée d’un chapelet d’établissements « à caractère urbain » ayant pu polariser les fonctions capitales et commerciales autour d’élites urbaines musulmanes dominant des environnements agricoles, dont la liste des productions nous est fournie par al-ʽUmarī pour chaque description de royaume. Les mosquées isolées que nous commençons à comptabiliser, comme celles de Direbelo et de Warta Dankole, peuvent avoir été aussi bien des mosquées de campagne que des lieux de culte faisant office d’étapes-relais sur la route reliant ce chapelet à Zeyla : une route que devaient fréquenter les voyageurs, les pèlerins, aussi bien que le marchand du début du xive siècle dont le mince témoignage – cependant l’une des rares descriptions de visu sur l’Éthiopie musulmane qui nous soit parvenue de source arabe externe – nous est transmis par Ibn al-Ǧazarī3.

  • 4 F.-X. Fauvelle-aymar & B. Hirsch 2008 : 366-368.

4Pour peu que l’on accepte la catégorisation des monuments archéologiques du Č̣ärč̣är proposée dans le chapitre 3, on peut aussi constater avec une relative sérénité l’« air de famille » de tous les sites musulmans anciens du Č̣ärč̣är et du Somaliland, qui tient aussi bien au type d’architecture (on reviendra plus bas sur ce point), à leur position topographique (sur des plateaux d’altitude, dans des environnements choisis pour la praticabilité d’une agriculture en terrasses), à leur état de conservation différentielle (qui révèle des mosquées relativement bien préservées, au contraire de l’habitat réduit à des arases et des éboulements). Cet « air de famille » pourrait bien venir de ce que, mobilisant dans l’architecture des savoir-faire locaux beaucoup plus certainement qu’importés, germé sur un substrat de population vraisemblablement homogène4, l’islam médiéval aura connu en outre une existence relativement courte, n’excédant sans doute pas trois siècles, disons du milieu du xiiie siècle (au plus tôt) au milieu du xvie siècle. Osons dire que nous savons peu de choses encore de l’organisation et de la culture de ces sociétés. Seul peut-être le site de Harlaa nous entrebâille-t-il aujourd’hui une fenêtre sur cet horizon historique : de là, sans qu’ait encore eu lieu de fouille, viennent irrégulièrement mais de façon concordante, ainsi qu’on l’a vu dans cet ouvrage, des indices de la présence d’une communauté ayant laissé des ruines de cette époque, une vieille mosquée, quelques inscriptions arabes affichant une pratique de l’islam, quelques monnaies témoignant de liens commerciaux avec l’extérieur, des objets référant à une activité artisanale à haute valeur ajoutée.

5Chose intéressante, les sites musulmans à ce jour identifiés dans l’escarpement du haut plateau central présentent indiscutablement le même « air de famille » que ceux de l’arc oriental ; l’ironie veut qu’ils nous en fournissent ici, avec Goze et Fäqi Däbbis, les exemples princeps, étant sans aucun doute aujourd’hui les mieux documentés, tant architecturalement qu’en termes d’attribution chronologique. Ironie en effet, parce que nous sommes là, si l’on suit notre hypothèse d’une seconde voie de pénétration de l’islam depuis Zeyla, en périphérie de la distribution spatiale des sites d’une époque (notre « second » Moyen Âge) qui vit le sultanat de l’Ifāt dominer sur le semis de formations politiques s’étirant du Somaliland au Choa.

6Il faut le reconnaître, les établissements musulmans de l’escarpement du plateau central, ceux appartenant à notre « premier Moyen Âge », continuent à n’exister que par les textes, en premier lieu par le Répertoire chronologique du Šäwa, et par l’épigraphie. Par eux nous savons qu’il existait sur les contreforts de ce plateau, peut-être le long de ce « grand chemin » que mentionne al-ʽUmarī, des communautés musulmanes organisées. Mais leurs traces archéologiques nous échappent encore. Il est en tout cas tentant, en attendant de les retrouver ou d’apprendre à les voir, de proposer, aux termes de cet ouvrage, une caractérisation un peu plus formelle de l’architecture musulmane du second Moyen Âge (xive-xve siècles), permettant dès lors d’employer sur le terrain, à des fins de détermination et de phasage provisoire, ce « fossile directeur » architectural. Nos observations seront fondées sur le bâti religieux, certes pas nécessairement représentatif du bâti ordinaire, mais précisément pour cette raison reconnaissable, et davantage à même d’avoir conservé jusqu’à aujourd’hui des élévations suffisantes pour permettre des observations. La comparaison de bâtiments aux fonctions identiques présente par ailleurs des avantages typologiques évidents. Il appartiendra aux recherches futures d’établir si cette caractérisation s’applique systématiquement ou n’est valable qu’en généralité ; il leur appartiendra aussi de décider ce qui, dans les critères listés ci-dessous, appartient éventuellement à des phases distinctes, voire à des phases de remploi, très postérieurement à leur première phase d’activité, de ces bâtiments remarquables en ce qu’ils ont parfois survécu à plusieurs siècles d’oubli avant d’être réoccupés (et réaménagés).

7Les mosquées du second Moyen Âge se présentent invariablement sous l’apparence d’un bâtiment quadrangulaire consistant en une simple salle de prière dont le mur de qibla est au nord, en face de la porte d’entrée. Ce dispositif ne préjuge pas de l’existence possible d’un espace extérieur à vocation liturgique entourant la mosquée, dont nous n’avons cependant de possibles vestiges qu’à Zeyla. La salle de prière, un carré de petit module (12 à 20 m de côté), présente encore parfois des élévations murales conservant leur hauteur originelle de 4 à 5 mètres. Sa couverture pourrait avoir été aménagée en sol artificiel supporté par des poutres de bois, d’après l’exemple de Goze, mais également par des piliers de pierres de section le plus souvent circulaire, sans exclure les piliers de section carrée. De ce dispositif de toiture peuvent survivre des dalles en débord extérieur au sommet des murs, des trous de boulin dans les parements intérieurs ainsi que des éléments de gouttière. L’appareillage des murs est très soigné et mobilise les roches du substrat local (du calcaire corallien de Zeyla à la rhyolite du Choa). La réalisation des parements interne et externe utilise deux modules distincts d’appareil, un gros module de blocs équarris, ajustés en lits de pose pouvant aller jusqu’à plusieurs mètres de longueur, et un petit module de pierres d’appoint pour pratiquer les calages. On note également la présence discriminante de litières de dallettes plates permettant de rattraper l’horizontalité au fur et à mesure de l’élévation. Les murs sont chaînés par leur parement extérieur avec des blocs bien taillés presque exclusivement de gros modules et souvent plus longs. Le remplissage entre les parements est invariablement constitué d’un comblement de blocailles dans un mortier blanc pulvérulent. Dans l’épaisseur de ses murs d’une section d’une soixantaine de centimètres sont parfois aménagées des fenêtres ou des niches intérieures, toujours les unes et les autres de très petite taille, dont le linteau est de bois. Les façades, tant extérieures qu’intérieures, présentent parfois des restes d’enduit blanc (Zeyla, Direbelo). Enfin, notons que le miḥrāb, toujours placé au nord, présente quant à lui à première vue une grande variabilité. Dispositif liturgique ayant bénéficié de la plus grande attention de la part des constructeurs, s’appuyant sur un saillant externe chaîné au mur et faisant contrefort, probablement aussi consolidé ou réhabilité par des fidèles occasionnels ou par de nouvelles communautés alors même que le bâtiment lui-même était démoli, les miḥrāb sont parfois tout ce qui reste d’une mosquée médiévale, voire d’un site entier.

8Les derniers mots de cet ouvrage ne peuvent servir qu’à souhaiter que les nouveaux jalons qui viennent d’être posés inaugurent quelques voies de recherche sur l’islam ancien d’Éthiopie et de la Corne : prospections intensives dans de larges zones, signalement des témoins de la culture matérielle, relevés de bâtiments, sondages archéologiques, investigations systématiques de sites choisis et de leur environnement, typologie des monuments funéraires, constitution d’un corpus épigraphique, datations radiocarbone permettront d’alimenter ce domaine d’étude ancien, mais toujours neuf.

Notes

1 Al-'umarī 1927 : 4.

2 Al-'umarī 1927 : 19.

3 F. Rosenthal 1983.

4 F.-X. Fauvelle-aymar & B. Hirsch 2008 : 366-368.

Auteurs

Historien de l’Afrique. Directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et ancien directeur du Centre français des études éthiopiennes (ministère des Affaires étrangères et CNRS), il est membre du laboratoire TRACES (UMR 5608, CNRS et université Toulouse-le-Mirail) à Toulouse et honorary research fellow au GAES, université du Witwatersrand, Johannesburg (Afrique du Sud). Email : fx.fauvelle@yahoo.fr

Professeur d’histoire de l’Afrique à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ancien directeur du Centre français des études éthiopiennes (ministère des Affaires étrangères et CNRS) de 1997 à 2001, il est membre du laboratoire CEMAf (CNRS et université Paris 1). Il dirige les Publications de la Sorbonne. Email : bertrand.hirsch@univ-paris1.fr

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540