Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces musulmans de la Corne de l’Afrique au Moyen Âge

 | 
François-Xavier Fauvelle-Aymar
, 
Bertrand Hirsch

4. Les mosquées médiévales de Goze et Fäqui Däbbis (Ifāt)

Bertrand Poissonnier, Deresse Ayenachew, Régis Bernard et Bertrand Hirsch

Note de l’éditeur

Avec la collaboration d’Alain Wittmann.

Texte intégral

  • 2 Qäbäle de Sänbäte.
  • 3 La mission, destinée à produire des relevés fiables de la mosquée de Goze et de ses alentours, s’es (...)
  • 4 Cette mission conjointe éthio-française s’est déroulée du 8 au 17 mars 2000 et comprenait B.H., B.P (...)
  • 5 B. Hirsch & F.-X. Fauvelle-Aymar 2002 : 321-326 ; B. Poissonnier 2005.

1Deux opérations ont été menées en 2000 sur deux mosquées médiévales de l’Ifāt2. La première a consisté à effectuer des relevés et une enquête orale sur le site de Goze, où se dresse une remarquable mosquée ancienne qui semblait intacte3. La seconde a permis de réaliser des sondages et relevés archéologiques dans les ruines de la mosquée de Fäqi Däbbis4. Certaines informations obtenues sur ce dernier site ont déjà été signalées5.

Goze : une mosquée médiévale encore intacte ?

  • 6 Chernet Tilahun 1990.
  • 7 Kebedde Geleta 2000.

2Cette mosquée tout à fait remarquable par son état de conservation apparent avait déjà été signalée. Chernet Tilahun avait en effet décrit les résultats de deux missions du CRCCH en 1985 et 1988, et livré les dessins de certains éléments architecturaux remarquables en bois6. Par la suite, Kebedde Geleta avait rendu compte d’une autre mission du CRCCH, en 19967. Avant d’arriver à l’entrée de la mosquée, il signalait deux cabanes dont l’une est dite abriter les objets du fameux cheikh Fäqi Ahmäd. Il s’agit de sept lances et d’un bâton à pointe ferrée, le tout entouré de tissus, d’un tambour (appelé dibé), d’un plateau circulaire en paille et d’un mortier. En mai 2000, les objets étaient disposés à l’intérieur de la mosquée (Fig. 4.1).

Un établissement haut perché

3Le site actuel de Goze, situé à 225 km au nord d’Addis Abeba par la route, et à 5 km à vol d’oiseau au nord de Šäwa Robit, se compose d’une part d’un piton rocheux (Goze Guba) au sommet duquel se dresse la mosquée, à 1 640 m d’altitude, et de petits villages au pied de celui-ci (Fig. 4.2). L’ensemble domine la plaine, autour de 1 300 m d’altitude, qui s’étend au sud en direction de la ville actuelle de Šäwa Robit (Fig. 4.3). De fait, toute la partie supérieure de la colline révèle des ruines de constructions en pierre dissimulées dans une végétation dense. Les habitants du lieu, qui se disent Argobba, ont déserté vers 1963 le village de la colline et l’ont reconstruit au pied de celle-ci, adoptant une architecture en totale rupture avec la tradition argobba : maisons rondes en bois et terre, à couverture conique végétale, aux remarquables peintures internes. Selon des témoignages locaux, ce déplacement fut motivé d’une part par les difficultés permanentes d’approvisionnement en eau et nourriture au sommet, et d’autre part, d’une façon plus conjoncturelle, par la survenue d’un tremblement de terre.

Fig. 4.1 — Goze. Intérieur de la mosquée. Les objets du cheikh Fäqi Ahmäd y ont été disposés. On reconnaît un paquet entouré de tissus, contre le poteau, qui est censé contenir les sept lances. Contre le mur, on note le bâton à pointe ferrée, un lutrin à armature métallique, un trépied monoxyle, et plus loin des brûle-encens et une table à café monoxyle

Fig. 4.2 Profil topographique nord-sud situant la mosquée de Goze

Fig. 4.3 Localisation de la mosquée de Goze (étoile)

Un bâtiment carré à toit en terrasse

  • 8 Le nord a été pris à la boussole manuelle. Dans cet article, on ne parlera que de nord magnétique.

4Le bâtiment de la mosquée de Goze se présente sous la forme d’un cube de pierres de 8 m de côté, à toit en terrasse, orienté au nord, légèrement au N-NE (12°)8, avec un miḥrāb saillant au centre du mur de qibla, et une porte unique au milieu du mur opposé (Fig. 4.4). La surface interne est de 37 m2.

Fig. 4.4 Goze : coupes de la mosquée

  • 9 Non déterminée.

5Les murs, à double parement, sont constitués essentiellement de blocs bruts ou à peine dégrossis en basalte. D’emblée, on est frappé par la relative fraîcheur du parement extérieur, les fractures de la pierre ne paraissant guère patinées, alors que le basalte se météorise en général rapidement. Un enduit recouvrait-il la façade à l’origine ? On note aussi la présence de blocs en roche plus tendre et plus claire9, qui a été régularisée en parallélépipèdes de taille modeste, servant notamment à confectionner les angles. Quelques éléments aménagés, issus d’une probable récupération, ont été réalisés dans cette roche. Il s’agit de deux pierres à perforation, intégrées comme pierres d’angle (Fig. 4.5), d’un bloc comportant de nombreux trous borgnes effectués par giration (Fig. 4.6) et d’une autre pierre d’angle parallélépipédique à section transversale dissymétrique, avec une rigole axiale qui lui confère un probable rôle antérieur de gouttière.

6Le mode de construction intègre un liant maigre dans l’intérieur des murs, dont les traces demeurent un peu plus visibles à l’intérieur du bâti, avec des restes d’enduit notamment dans la partie haute. Le bon aplomb des murs est une conséquence de l’utilisation d’un liant efficace. Cependant, l’appareil des parements, et notamment l’externe, répond aux règles habituelles de la pierre sèche, chaque élément posé étant d’abord fonction de la morphologie de ses voisins immédiats, avec de nombreux cailloux assurant le calage. En outre, on note l’absence surprenante de lits de pose plus ou moins horizontaux, comme on en remarque habituellement dans les constructions soignées, et notamment les mosquées. On hésite sur les interprétations à donner, d’ailleurs non mutuellement exclusives : adaptation technique a minima à un volume de bâtiment somme toute modeste, construction « pauvre » réalisée localement sans recours à un savoir-faire spécialisé, mortier de chaux indisponible ou trop onéreux, irrégularité des moellons disponibles que l’on n’a pas pu/voulu régulariser... En tout cas, un tel monument a connu des réfections dont l’ampleur pourrait être plus importante qu’il n’y paraît. Une reconstruction partielle sur place, réutilisant les matériaux, n’est pas à exclure.

Fig. 4.5 — Mosquée de Goze : pierres d’angle. Blocs de réemploi présentant des perforations aménagées

Fig. 4.6 — Mosquée de Goze : blocs de réemploi présentant des trous borgnes produits par giration

7L’épaisseur des murs varie quelque peu : 85 cm pour les murs nord et ouest, 90 cm pour celui du sud, et presque 1 m pour celui de l’est. Ils mesurent 4 m sous toiture (3,75 à 3,85 m sous plafond). Deux lucarnes à linteau de bois, petites ouvertures quadrangulaires de 25 cm environ de côté, sont situées en hauteur (2,70 m) sur les murs opposés est et ouest. La porte à encadrement et linteau de bois est large de 1 m et haute de 1,95 m (Fig. 4.7). Le miḥrāb (Fig. 4.9) est globalement ogival, mais avec un sommet sensiblement prismatique. Il mesure 75 cm à la base pour 2,10 m de hauteur. Il est profond de 1,10 m, et saillant sur 75 cm à l’extérieur du bâtiment (Fig. 4.8). Son mode de construction interne est en contraste avec le reste du bâtiment, mettant en œuvre de remarquables pierres de taille soigneusement agencées. La pointe supérieure du miḥrāb est même finement sculptée en creux dans la pierre sommitale.

  • 10 Curieusement, Kebedde Geleta (2000) signale la présence de six poteaux supportant la toiture de la (...)
  • 11 Et non par tenon et mortaise, comme le dit Chernet Tilahun (1990 : 307).

8À l’intérieur, quatre poteaux de bois10 de section ronde (30 cm de diamètre pour 3,25 m de haut), reposant sur des pierres (Fig. 4.10), sont couronnés par de larges chapiteaux de bois prismatiques à degrés (Fig. 4.11). Chaque paire de chapiteaux supporte une poutre composite, assemblée à mi-bois11, orientée est-ouest. Ces poutres, hautes de 3,50 m par rapport au sol de la mosquée, reposent sur des corbeaux aux décors semblables à ceux des chapiteaux (Fig. 4.12). Elles supportent une première série formée de quatre paires de poutrelles orientées nord-sud, qui supportent enfin les poutrelles du plafond, épaisses planches équarries, jointives, qui sont orientées est-ouest. Certaines présentent des figurations réalisées en relief, en taille d’épargne. On y reconnaît une tablette coranique isolée, ainsi qu’un groupe de deux autres voisinant avec un signe en double sablier (Fig. 4.13 & 4.14). Quelques-unes de ces poutrelles, non décorées, ont été changées assez récemment. Au-dessus, la toiture est recouverte de terre, reposant probablement sur une couche de végétaux, bien que nous n’ayons pu vérifier ce dernier point.

Fig. 4.7 — Entrée de la mosquée de Goze

Fig. 4.8 — Mosquée de Goze : vue de la saillie extérieure du mihrāb

Fig. 4.9 — Mosquée de Goze : le miḥrāb. Le bâton ferré de cheikh Fäqi Ahmäd y était entreposé en mai 2000

Fig. 4.10 — Mosquée de Goze : les poteaux de la mosquée reposent sur des pierres

Fig. 4.11 — Mosquée de Goze : le plafond

Fig. 4.12 — Mosquée de Goze : corbeau soutenant une des deux poutres porteuses

Fig. 4.13 — Mosquée de Goze : ornements du plafond

Fig. 4.14 — Mosquée de Goze : ornements du plafond (relevé)

9Une gouttière en bois du côté sud évacue les eaux pluviales (Fig. 4.15). Les bordures de la toiture sont formées d’un empilage de pierres en débord, sur une hauteur de 70 cm (Fig. 4.16 & 4.8).

Fig. 4.15 — Mosquée de Goze : gouttière en bois sur la façade sud

Fig. 4.16 — Mosquée de Goze : angle de la toiture

10La mosquée repose sur une terrasse, elle-même environnée d’autres petits terre-pleins, limités par des murets à l’est, et où l’on remarque un ensemble de structures liées manifestement au bâtiment cultuel (Fig. 4.17). Tout d’abord, un lieu de prière en pierres sèches est accolé à l’angle nord-est de la mosquée, montrant un miḥrāb très net. En outre, nous avons topographié plusieurs tombes bien construites présentant un modèle assez standard, avec des espaces rectangulaires (rarement carrés) ceints de grandes dalles jointives sur chant, avec fréquemment des pierres équarries saillantes aux quatre angles (Fig. 4.18).

Fig. 4.17 — Mosquée de Goze : plan du bâtiment et de ses environs

Fig. 4.18 — Tombes voisines de la mosquée de Goze

  • 12 Kebedde Geleta 2000.

11D’autres tombes plus éloignées, difficiles à repérer sous la broussaille environnante, n’ont été que localisées. Leur position a été mentionnée sur le plan, mais il est possible que d’autres soient demeurées inaperçues. On note un cas de tombes doubles qui partagent un même côté. Un autre cas présente un second entourage de petites pierres distant du premier, fait de dalles. Enfin on note au sud-ouest quelques marquages de tombes formés d’une dalle allongée bordée à ses deux extrémités par une pierre équarrie verticale, jointive, comme on en connaît d’autres cas dans l’Ifāt12.

Une école coranique réputée

12Les informateurs interrogés sur place par l’un de nous (D.A.) assurent que la mosquée de Goze fut la plus petite et la dernière construite à l’époque de la dynastie de l’Ifāt. Elle était destinée à servir à quarante hommes. Après elle, la construction d’une mosquée devint impossible en raison de l’imposition réclamée par le pouvoir chrétien du Sud.

  • 13 Et non deux accès seulement, comme il a pourtant été dit précédemment à Kebedde Geleta (2000), qui (...)

13Goze, en tant qu’ancien établissement argobba, aurait possédé trois entrées importantes13. La première est appelée Berat, la seconde Kure et la dernière Wanfer. Dans les temps anciens, la colline constituait un lieu de défense.

  • 14 Les tablettes coraniques figurées au plafond semblent là pour le rappeler.
  • 15 Ces noms d’origine arabe sont prononcés et donc transcrits en amharique.

14Cette mosquée était un centre renommé pour son enseignement islamique traditionnel14, du temps de Fäqi (= faqīh) Ahmäd15, un chef religieux considéré comme important. Selon des manuscrits conservés localement, mais que nous n’avons pas vus, Fäqi Ahmäd aurait vécu il y a seize générations, aux environs de la seconde moitié du xvie siècle. Outre Fäqi Ahmäd, Goze a connu d’autres responsables de l’enseignement religieux. Il s’agirait de Nur Hussen, Mišiš Šanqo, cheikh Anbäs, cheikh Käfäfälši et cheikh Imborare.

  • 16 D’autres histoires intégrant des jets de lances existent en pays argobba, comme à Korumi, près de H (...)

15Tous ces chefs religieux, incluant Fäqi Ahmäd, désiraient demeurer à Goze pour la vie entière. Le problème vint du fait que la mosquée ne pouvait recevoir qu’un seul responsable (wäli). Ils ne purent s’entendre sur la désignation de celui-ci. Après de longues négociations, ils se mirent d’accord sur l’épreuve suivante, censée départager les prétendants. Il s’agissait de projeter une lance depuis Goze, dans une direction quelconque, dans le but de désigner le siège promis à chacun. Ils lancèrent les armes depuis l’entrée de Wanfer, au sud de la colline. Fäqi Ahmäd lança la sienne, et elle retomba à Set Amba, au nord de Goze. Nur Hussen lança la sienne, qui retomba à la fontaine de Kure, tout au pied de la colline de Goze. Celle de Mišiš Šanqo tomba au lieu-dit Zehon Kab. Les lances de cheikh Anbäs et cheikh Käfäfälši retombèrent au lieu-dit Abomsa. Celle de cheikh Imborare tomba à l’endroit appelé Dimamo. Grâce à cela, tous les prétendants se départagèrent, et la dispute s’acheva16.

Fäqi Däbbis : une mosquée médiévale

16L’importance passée de la mosquée de Fäqi Däbbis, aujourd’hui en ruine, est assurée par les témoignages oraux ainsi que par un important pèlerinage annuel toujours bien fréquenté. Notre objectif était une première prospection archéologique incluant une topographie des lieux, avec des sondages permettant d’asseoir une datation supposée médiévale.

17Fäqi Däbbis se situe à 1 500 m d’altitude, sur les premiers contreforts dominant la dépression afar (Fig. 4.19), à une vingtaine de kilomètres à l’ouest du village-marché de Sänbäte, sans accès carrossable. La seule rivière pérenne dans le proche secteur est l’Ataye. Les habitants du lieu, Oromo plus ou moins imprégnés de culture afar, se décrivent comme des agriculteurs semi-sédentaires. En outre, le site même possède une maison afar toujours périodiquement utilisée, à proximité immédiate de la mosquée. Les environs de cette dernière, bien que totalement incultes de nos jours, montrent de très nombreuses terrasses à flanc de colline qui témoignent d’une valorisation agricole ancienne tout à fait remarquable dans le secteur, notamment au vu de l’aridité actuelle.

Fig. 4.19 — Localisation du site de Fäqi Däbbis

18La prospection aux alentours a permis de reconnaître l’extension apparente de l’agglomération disparue de Fäqi Däbbis (Fig. 4.21). Au nord du site, au-delà de l’Ataye, nous avons localisé la mosquée de Hajji Mur Gälgäča, ainsi que celle de Dugba Sombe, à l’est de Fäqi Däbbis, sur le même promontoire (Fig. 4.20 & 4.21). Les deux bâtiments paraissent récents.

Fig. 4.20 — Coupe topographique sud-nord situant les mosquées de Fäqi Däbbis et de Hajji Mur Gälgäča

Fig. 4.21 — Environs de la mosquée de Fäqi Däbbis

Fig. 4.22 Miḥrāb de la mosquée annexe de Fäqi Däbbis, désignée par la tradition comme la salle de prière personnelle de Fäqi Abas

Fig. 4.23 — Mur nord de la mosquée annexe de Fäqi Däbbis, avec son miḥrāb saillant vers l’extérieur

Un site demeuré vivant dans la tradition orale

19L’un de nous (D.A.) a interrogé sur place Aliy Arbucha Mohammed (Weday Sayi Daga Gna’a Kemona), âgé de soixante-dix-huit ans, paysan, le 14 mars 2000. Aliy Arbucha a vécu trente ans dans le qäbäle de Dulla. Il nomme l’endroit Fäqi Abas, et non Fäqi Däbbis. Selon lui, lorsque les adeptes persécutés du prophète Mahomet vinrent s’établir à Fäqi Abas, l’endroit était inhabité. Ils se mirent à prêcher l’islam et convertirent des païens autochtones. Parmi ces derniers, Fäqi Abas se révéla un grand chef religieux indigène qui devint fameux dans l’Ifāt et les États musulmans. C’est lui qui établit cette mosquée aux environs de 170 de l’hégire (AD 786), date improbable.

20La petite mosquée de Dugba Sombe (Ka’a Sombe ; Fig. 4.20) était l’école coranique de Fäqi Abas. L’autre petite mosquée (Fig. 4.22 & 4.23), près de la grande, servait comme lieu personnel de prière.

21Fäqi Abas aurait été responsable, et même directement impliqué dans l’établissement de deux grands centres d’écoles coraniques de l’Ifāt, Goze (dont l’importance se trouve confirmée ici) et Abba Bekri. En outre, Fäqi Abas aurait permis l’avènement de onze chefs religieux influents qui ouvrirent leurs propres centres ou écoles coraniques dans tout l’Ifāt. Voici leurs noms et les lieux de leur implantation : Fäqi Ahmed et Kulbasi, successeurs immédiats et proches de Fäqi Abas, près de Tolihat ; cheikh Abdallah, près de Gara Dulla ; cheikh Negawo, près de Kore Ketema ; Hajji Mur/Omar, à Gälgäča ; cheikh Mohammed Bedri, près du village de Bedru ; et enfin Abba Bekri, près du village de Bekri. Les quatre suivants, dont Aliy Arbucha a oublié les noms, s’en allèrent vers le Sud de l’Ifāt.

22En ce temps-là, les gens étaient bénis d’Allah. Ils étaient renommés pour leur culture du coton et leur bétail, et s’étaient considérablement enrichis, bien que ne pratiquant pas le commerce. Cependant, en raison même de cette richesse, ces gens se dressèrent contre la volonté d’Allah. Après avoir collecté du lait provenant de cinq qäbäle, ils le versèrent sur le sol où il ruissela. Après avoir récolté du grain en abondance, ils le renversèrent. Pire encore, ils désobéirent aux lois de la religion, comme le jeûne du ramadan et la prière quotidienne, durant six années. Ils tuèrent même le fils de Fäqi Abas encore dans la cour de l’école. La septième année, Fäqi Abas ordonna à son serviteur de signifier au peuple l’arrivée de la période annuelle du jeûne du ramadan. Le peuple refusa de la respecter. Alors le serviteur prophétisa ainsi contre le peuple : « Oh ! Fils de Mahomet ! La malédiction de Dieu arrive sur vous ! »

  • 17 Une version analogue de cette histoire, concernant la fin du peuple des Harla, a été recueillie le (...)

23Au milieu de la nuit, Fäqi Abas et ses collègues vinrent à Tolihat, où il mourut et fut enseveli. Le lendemain, les gens de la ville furent découverts morts de la malédiction d’Allah. C’est ainsi que les gens de la ville finirent et disparurent. Pour couronner le tout, peu de temps après, un grand feu monta de la plaine afar et brûla la mosquée de Fäqi Abas et ses alentours, ce qui acheva sa condamnation. Les survivants s’en vinrent à Šonke, à Goze, à l’est et au sud du royaume17.

24Après que Fäqi Abas fut parti pour Tolihat, l’islam s’affaiblit et les fidèles ne reconnurent plus de chef religieux pour longtemps. Plus tard, des personnalités fameuses firent revivre l’islam dans la région. Leurs successeurs jusqu’à aujourd’hui furent :
1. Fäqi Zuber et Aḥmäd Al-Mussa Ali
2. Fäqi Ašim
3. Mefti Dawod, Aniy, Daniy, Abba Mohammäd et Fäqi Ahmäd
4. Šonkey et Getuwen Bete (ou cheikh Saïd)
5. Hajji Kabir
6. Cheikh Mohammäd Aman
7.Hajji Ibrahim Bekelu, mort en 1986 du calendrier éthiopien (AD 1993/1994)

  • 18 La suite nous montrera que l’expression « temps de son grand-père » est à prendre dans le sens plus (...)
  • 19 Le contexte pourrait éventuellement renvoyer à un éphémère roi Iyasu IV qui régna quelques mois en (...)

25Aliy Arbucha fut interrogé au sujet du cimetière entourant la mosquée. Il déclara que, dans la tradition musulmane, la présence de corps déposés dans un tel contexte n’est pas habituelle. Dans ce cas précis, il s’agit d’un phénomène récent. Il est apparu du temps de son grand-père18. Deux raisons expliquent ceci. En premier lieu, c’est le fait que, lorsqu’un homme est sur le point de mourir, il demande à sa famille de bien vouloir l’enterrer auprès des ruines de la mosquée de Fäqi Abas, considérée comme un lieu saint. La seconde raison est conjoncturelle : du temps de « [s]on grand-père », les fuyards, devant une expédition menée par le roi chrétien Iyasu19, enterrèrent leurs morts précipitamment à côté de la mosquée, qui ne fut plus endommagée depuis lors.

26On retiendra dans ce récit l’énoncé de deux épisodes violents. L’un d’eux est une catastrophe naturelle (volcanique ?), un feu qui brûle la mosquée, l’autre une expédition militaire d’un roi chrétien, qui fait des victimes. Quelles que soient les parts respectives, pour nous inaccessibles, de la mémoire et du mythe, nous verrons que les données de l’archéologie attestent aussi de deux épisodes destructifs, mais c’est le second, lié à un terrible incendie, qui pourrait être d’origine volcanique.

Le voisinage de la mosquée

27Nous avons débroussaillé les abords de la mosquée de Fäqi Däbbis et topographié les éléments les plus proches de cette dernière (Fig. 4.24). Le bâtiment principal est entouré d’un espace libre de quelques mètres, au-delà duquel on reconnaît des tombes aux entourages de pierres. Un groupe se remarque au sud-est, avec huit tombes dont deux ou trois présentent des dalles sur chant en U au milieu de leur propre entourage. Au sud, un enclos formé d’un muret de pierres sèches de plan rectangulaire recèle deux tombes marquées chacune par un entourage elliptique de pierres. Une troisième tombe vient s’accoler à l’enclos, sur son côté oriental. Au sud-ouest, un muret nord-sud voisine avec trois tombes, deux avec un entourage elliptique et l’autre, quadrangulaire. À l’ouest, on remarque sur une terrasse plus basse un entourage de pierres circulaire ainsi que la ruine d’une maison, elle aussi de plan circulaire. Tout à l’est, sur une terrasse inférieure, une tombe isolée montre un entourage de piège de plan carré. Enfin, au nord, on remarque un enclos de pierres de plan carré, avec une ouverture au nord-est, de nature indéterminée.

Fig. 4.24 — Alentours immédiats de la mosquée de Fäqi Däbbis

28Un peu plus éloignée de la mosquée, du côté nord, et dominant la vallée de l’Ataye, se trouve la ruine d’une petite mosquée, décrite par la tradition comme le lieu de prière personnel de Fäqi Abas. Il en subsiste notamment le mur de la qibla muni de son miḥrāb, qui est saillant du côté externe, comme à Goze (Fig. 4.22 & 4.23).

Une mosquée en partie écroulée

  • 20 Comme pour Goze, le nord a été pris à la boussole manuelle et est donc soumis à une marge d’erreur. (...)

29Le grand bâtiment, que nous appellerons le bâtiment 2, se présentait à notre arrivée sous la forme d’une ruine au toit absent, aux murs incomplets, mais ayant conservé au moins par endroits leur hauteur d’origine (Fig. 4.25). Le plan est un étrange trapèze rectangle mesurant à l’intérieur 15,30 x 12,20 x 14,70 x 12,20 m (soit une surface interne de 183 m2) pour 17 x 14,35 x 16,35 x 14,30 m depuis l’extérieur. Les murs nord, est et sud sont orthogonaux et orientés sensiblement selon les directions cardinales (2,8° par rapport au nord magnétique20). En revanche, le mur ouest est orienté à 0,3° sans raison manifeste, en particulier d’ordre topographique.

Fig. 4.25 — Mosquée de Fäqi Däbbis : angle sud-est et mur est

30Les murs ont donné lieu à des relevés pierre à pierre précis, destinés à documenter cette construction dont la ruine complète est proche, et dont les différences de maçonnerie, liées en particulier à l’emploi de pierres de natures différentes, nous avaient intrigués (Fig. 4.26).

Fig. 4.26 — Mosquée de Fäqi Däbbis. Relevé des élévations

31Le mur oriental, d’une longueur totale de 14,35 m pour une épaisseur de 85 cm, est percé de trois ouvertures au moins, très probablement quatre à l’origine, mais un secteur éboulé au nord-est nous prive de l’information. Elles sont de forme rectangulaire, presque carrée, et mesurent 40 cm de large sur 50 cm de haut. Leur linteau de bois a disparu. Dans la partie supérieure du mur, on note les trous d’encastrement de trois des poutres de la toiture (30 cm de large), le quatrième devant se trouver au niveau de la partie écroulée. Nous pouvons ainsi restituer une hauteur sous poutres de 3,65 m par rapport au sol externe actuel. L’appareil externe du mur montre des lits de pose horizontaux, avec une partie basse composée essentiellement de moellons de basalte. En revanche, le tiers supérieur ne comporte que des roches claires. La hauteur totale du mur, jusqu’aux premières pierres en débord marquant la toiture, est de 4,50 m au-dessus du sol extérieur actuel.

32Le mur nord, celui de la qibla, est long de 17 m. Il est haut de 3,80 m (à l’ouest) à 4,50 m (à l’est). Son appareil externe est proche de celui du mur précédent, mais il présente une nette disjonction verticale à 3,70 m de son extrémité orientale. En effet, la partie orientale du mur présente un agencement irrégulier, avec des lits de pose moins stricts et un module des moellons plus aléatoire. Surtout, cette partie ne semble pas avoir été bâtie en même temps que le reste du mur et semble lui avoir été appliquée depuis la base. Il n’est peut-être pas anodin de remarquer que cette disjonction se trouve exactement en vis-à-vis de l’angle parementé du sol aménagé F2 du sondage 1 (Fig. 4.27), sol correspondant à un état du bâti antérieur à la mosquée actuelle, comme nous le verrons plus loin.

33Le mur de qibla, particulièrement large (1,30 m), possède un passage réservé dans la maçonnerie, large de 60 cm, qui devait permettre, à l’aide d’éléments en bois maintenant disparus, d’accéder au toit en terrasse pour l’appel à la prière, juste à l’aplomb du miḥrāb. L’accès est situé dans l’angle nord-est du bâtiment.

34Le mur occidental est conservé sur une longueur de 13 m, pour une longueur restituée de 14,30 m. Il est percé de deux fenêtres identiques à celles du mur opposé. L’appareil externe montre des lits de pose peu réguliers, ondulant dans la moitié sud. Les deux tiers inférieurs sont composés essentiellement de basalte. En outre, c’est le mur le plus mince (70 cm).

35Le mur sud est en grande partie écroulé. Sa longueur restituée est de 16,35 m pour une épaisseur de 80 cm. En revanche, sa hauteur est de 4,50 m, avec une gouttière en pierre en place, immédiatement sous la première pierre en débord. Une autre gouttière du même type était visible à terre (Fig. 4.28). L’appareil du mur est particulièrement soigné, avec des lits de pose bien horizontaux et des modules de moellons réguliers et parallélépipédiques, avec seulement de très rares basaltes. L’emplacement de deux portes a été restitué. Celle du côté oriental, large de 1,30 m, est intercalée entre deux massifs de maçonnerie dont les parements limitent un encadrement disparu. La seconde, du côté ouest, a été reconstituée par symétrie.

Deux sondages dans le bâtiment principal

36Après débroussaillage de l’intérieur du bâtiment en ruine, deux tranchées de sondage (S1 et S2 ; Fig. 4.24) ont été ouvertes, parallèles l’une à l’autre et appuyées sur le mur de la qibla.

Fig. 4.27 — Mosquée de Fäqi Däbbis. Plan des deux bâtiments successifs

Fig. 4.28 — Gouttière en pierre de la mosquée de Fäqi Däbbis, gisant au sol

37Le premier sondage (S1 ; Fig. 4.29 & 4.30) était long de 6,40 m pour une largeur de 1,90 m, avec une profondeur allant jusqu’à 1,50 m sous le sol actuel. Le substrat rocheux a été atteint à trois endroits : au pied du mur de la mosquée actuelle, à l’altitude de 1499,60 m, au centre du sondage (1499,21 m) et au sud de celui-ci (1499,30 m).

38Le niveau de surface (noté US 1001), potentiellement perturbé, a été individualisé sur 10 à 20 cm, par précaution. Il recouvrait un épais niveau au sédiment pulvérulent (US 1002), léger et cendreux, gris clair, extrêmement homogène, et stérile d’un point de vue archéologique. Sa puissance décroissait depuis le contact du mur nord, vers le sud, soit de 70 à 55 cm. Il correspond à la destruction de la mosquée.

39Au-dessous de la couche pulvérulente et immédiatement à son contact, un niveau (US 1003) au sommet parfaitement horizontal (altitude : 1500,13 m) correspondait au sol de la mosquée.

40Sous ce niveau, les restes d’un bâtiment antérieur sont apparus, arasés par les constructeurs de la mosquée. Il s’agit d’un mur (F4) orienté sensiblement nord-sud (356,5°), dont le côté ouest a été dégagé. Sa base parementée n’était conservée que sur une à deux assises. Elle reposait sur une fondation de moellons directement posés sur le substrat, l’ensemble s’élevant sur une hauteur conservée de 60 cm.

41Le mur a subi un réaménagement dans sa partie sud, et de larges pierres ont été mises à profit pour installer l’un des poteaux du bâtiment 2 (c’est-à-dire celui visible actuellement). De fait, l’emplacement était très nettement délimité, le « fantôme » du poteau étant marqué par un sédiment charbonneux (US 1004) qui correspondait à une implantation dans le sol (US 1003) de ce nouveau bâtiment sur une profondeur de 35 cm, avec de part et d’autre une lentille de sédiment sombre (US 1005).

Fig. 4.29 — Mosquée de Fäqi Däbbis : sondage 1 vers le sud

Fig. 4.30 — Mosquée de Fäqi Däbbis : sondage S1

42Du côté nord, la fouille a montré l’existence d’un sol aménagé à l’aide de pierraille prise dans une matrice très compacte, contenant peut-être un peu de mortier (F2, US 1004), limité du côté est par un parement dans le prolongement supposé de celui du mur F4, et du côté nord, par un autre parement formant un retour orthogonal. Le mur du bâtiment 2 n’est à cet endroit pas fondé directement sur le rocher, mais s’appuie sur des éléments désorganisés liés à un précédent état bâti. Un peu de mobilier (céramiques et restes de faune) a été découvert parfaitement scellé au sein de ce sol, qui a du reste livré des charbons de bois dont certains ont été datés par la méthode du radiocarbone (voir infra).

43Au-devant de ce sol aménagé, du côté sud, un empierrement (F3) semble correspondre au retour orthogonal du mur F4 vers l’ouest. Sa nature exacte est incertaine. En effet, il paraît aussi former trois faibles marches formant un possible accès au sol F2 mais, du fait d’une mauvaise conservation, on ne peut guère être affirmatif. En tout cas, un prolongement éventuel vers l’ouest n’a pu être découvert, et un sondage manuel a été opéré sans succès à sa recherche, jusqu’au substrat. Aucune fondation profonde n’a été remarquée.

44Implanté sur de grosses pierres de calage, au sein d’un niveau de remblai, un foyer polygonal (F1) de 55 x 50 cm (côté interne) était circonscrit par des pierres de chant. Son remplissage était cendreux. Son altitude maximale, soit 1500,10 m, le fait affleurer au niveau du sol du bâtiment 2, auquel il devait être associé.

45Le second sondage (S2 ; Fig. 4.32) était long de 6,80 m pour une largeur de 1,20 à 1,70 m. Le substrat, non plan, remontant jusqu’à une altitude de 1500 m, 12 m au sud du sondage, a été atteint par endroits.

46La stratigraphie générale reprenait les éléments supérieurs identiques au sondage 1, à savoir un épais niveau pulvérulent homogène (US 2002, dont le sommet US 2001 potentiellement perturbé a été individualisé par précaution), qui recouvrait un niveau aplani (sol du bâtiment 2), partie supérieure d’un remblai qui s’appuyait sur le substrat. Aucune structure manifeste liée à un bâtiment précédent n’a été remarquée. En revanche, un poteau carbonisé encore en place (F6) était présent dans la partie sud du sondage. D’un diamètre de 50 cm pour une hauteur conservée de 12 cm, il reposait directement sur le substrat, ici particulièrement élevé. Tout près de lui, vers l’ouest, une autre pièce de bois carbonisée (F7), d’une épaisseur conservée de 7 cm pour 24 cm de largeur, semble bien correspondre à une poutre porteuse dont elle aurait du reste conservé la direction (Fig. 4.31).

Fig. 4.31 — Mosquée de Fäqi Däbbis : sondage 2, détail de la base de poteau et de la poutre carbonisés

Fig. 4.32 — Mosquée de Fäqi Däbbis : sondage S2

47Dans la partie centrale du sondage, un ensemble de pierres (F8) constituaient le calage d’une large dalle, épaisse de 10 cm, maintenue parfaitement horizontale à l’aide de plusieurs pierres placées au-dessous (Fig. 4.33). Il s’agit manifestement du soubassement d’un poteau porteur dont la pression est sans doute responsable du bris de la dalle.

48Au pied du mur nord, le miḥrāb fut dégagé entièrement, sur une hauteur totale de 1,50 m depuis le substrat sur lequel une sorte d’empierrement assez sommaire avait été construit, apparemment en connexion avec le soubassement du mur de la qibla, ensemble qui pourrait être partiellement hérité d’un épisode de construction précédent (bâtiment 1 ? Fig. 4.34). Les remaniements importants liés à l’établissement du bâtiment 2 nous privent de la possibilité de faire des observations assurées. Profond de 1 m, le miḥrāb est en forme de demi-cône tronqué se prolongeant en arc brisé. Les blocs en roche claire qui le composent sont soigneusement taillés. Des traces d’enduit jaune se remarquaient à l’intérieur de la niche, sauf dans sa partie la plus basse, évidemment remblayée lors de l’utilisation de la mosquée. Quelques tessons de céramique ont été prélevés dans le remplissage du miḥrāb (Fig. 4.35, au milieu).

Fig. 4.33 — Mosquée de Fäqi Däbbis : soubassement de poteau dans le sondage 2. Vue vers le sud

Fig. 4.34 — Le miḥrāb de la mosquée de Fäqi Däbbis, entièrement dégagé

Fig. 4.35 — Fäqi Däbbis, céramiques du niveau d’occupation de la mosquée

Deux bâtiments successifs

49La lecture des résultats de ces deux sondages met en lumière deux bâtiments successifs. Le premier (bâtiment 1), quadrangulaire, était orienté sensiblement selon les directions cardinales, avec un mur à 356,5°. Sa connexion avec un sol aménagé s’opère selon des modalités qui n’ont pu être précisées de façon satisfaisante lors des sondages, en dehors du fait que les deux semblent bien contemporains.

50Le bâtiment 2 (mosquée actuelle) a été construit sur les vestiges du précédent, après un remaniement profond du site : le substrat a été atteint par endroits, et un remblai a nivelé le site, après récupération probable des pierres. L’orientation de ce bâtiment trapézoïdal diffère de celle du précédent. Son architecture interne a pu être retrouvée (Fig. 4.27), avec un ensemble de douze poteaux porteurs en bois de 50 cm de diamètre, organisés en trois lignes nord-sud déterminant quatre travées inégales deux à deux. Ces poteaux d’un diamètre de 50 cm supportaient des poutres orientées est-ouest, d’une largeur comprise entre 24 cm minimum (information fournie par l’élément carbonisé) et 30 cm (largeur des encastrements). Durant le fonctionnement du bâtiment, les poutres surmontaient de 3,50 m le sol, ce qui est exactement la même hauteur qu’à Goze. Pour asseoir leurs poteaux, les constructeurs ont aménagé des supports en pierre souterrains, si le besoin s’en faisait sentir. L’exemple de Goze nous permet de restituer un toit en terrasse recouvert de végétaux et de sédiments.

51Un foyer construit, affleurant le sol, a pu servir de brûle-encens.

52Le bâtiment 2 a été détruit brutalement par un feu extrêmement intense qui a carbonisé à cœur la toiture et ses éléments porteurs, jusqu’au niveau des fondations. Les épais niveaux pulvérulents qui surmontent le sol d’alors ont parfaitement isolé et préservé les éléments archéologiques. En l’absence d’analyse, leur nature demeure incertaine mais, contrairement à ce que nous avons pensé tout d’abord, il ne semble pas concevable que la seule combustion d’une toiture végétale (bois, branchages, feuillages) recouverte de sédiments, et qui s’est effondrée lors de l’incendie, ait pu produire une telle quantité de cendres homogènes. Une autre hypothèse, nettement plus plausible, et qui accorderait du même coup une valeur historique aux témoignages recueillis sur place, considère la possibilité d’une nuée ardente suivie d’une pluie de cendres volcaniques, qui aurait détruit entièrement la mosquée et ses environs. L’hypothèse est d’autant plus séduisante que le feu de la tradition est censé venir de la plaine afar, c’est-à-dire effectivement de la zone volcanique de la vallée du Rift. La cendre serait restée piégée à l’intérieur du quadrilatère formé par les quatre murs et n’aurait donc pas été lessivée comme à l’extérieur.

53Aucune restauration n’a en tout cas été entreprise depuis cet événement, et la mosquée, bien que toujours fréquentée lors des pèlerinages, est demeurée figée dans ses ruines.

Des céramiques déjà rencontrées dans le Č̣ärč̣är

  • 21 À la fin de 2007, nous n’avons malheureusement pas pu localiser le mobilier au Musée national d’Add (...)
  • 22 La terminologie adoptée suit les normes de H. Balfet et al. 1983.

54La céramique découverte21 (Fig. 4.35 à 4.37) provient essentiellement du sondage 1, tout particulièrement du niveau d’occupation du bâtiment 2 (US 003). Aucune forme archéologiquement exploitable ne provient des niveaux liés au bâtiment 1. La céramique, très fragmentée, ne montre aucune forme complète conservée. La description que nous en donnons repose essentiellement sur la partie supérieure, et on ne saurait écarter la possibilité de formes plus complexes avec une base non hémisphérique (coupes, en particulier)22 :

Fig. 4.36 — Fäqi Däbbis, céramiques du niveau d’occupation de la mosquée

55Les grands bols ( ?) et les jattes ( ?) ont un diamètre externe à l’ouverture variant entre 17 et 27 cm (Fig. 4.36 : 45 ; Fig. 4.35 : 11, 17, 23, 24). Un plat creux (?) (Fig. 4.36 : 34) mesure 40 cm de diamètre. Seul subsiste le col de probables bouteilles (Fig. 4.36 : 42, 47, 55). Un bord correspond très vraisemblablement à un plat à cuire les galettes (injera) (Fig. 4.35 : 28). Les lèvres correspondant au niveau d’occupation de la mosquée sont diverses, arrondies (Fig. 4.36 : 50, 44, 47, 46, 38, 39, 32 ; Fig. 4.35 : 17, 12, 11), aplaties (Fig. 4.36 : 40, 45, 33 ; Fig. 4.35 : 16), parfois éversées et ourlées (Fig. 4.36 : 37) ou présentant un biseau externe (Fig. 4.36 : 31). Quelques-unes sont épaissies (Fig. 4.36 : 34, 53) ou amincies (Fig. 4.36 : 36, 42, 21 ; Fig. 4.35 : 13).

56Certains récipients présentent des préhensions. On note ainsi une anse boudinée horizontale (Fig. 4.36 : 56), des anses verticales sur un vase globulaire à col droit rentrant (Fig. 4.37 : 14) et des languettes horizontales sur un bol (Fig. 4.35 : 16). Une anse fragmentée, trouvée en surface, présente une série d’impressions au poinçon (Fig. 4.35 : 7). En outre, on notera un tesson découvert en prospection parmi les ruines au nord de la mosquée, qui présentait un décor ondé de vagues emboîtées en réserve sur la surface gris anthracite brillante.

Fig. 4.37 — Fäqi Däbbis, céramiques des niveaux supérieurs de la mosquée

  • 23 R. Joussaume & H. Joussaume 1972.

57Parmi la céramique de Fäqi Däbbis, qui présente somme toute peu d’éléments typologiques caractéristiques, un lot de tessons situés tout en surface du sondage 1 (1001 ; Fig. 4.37, au milieu), c’est-à-dire dans la partie supérieure du niveau de destruction, se différencient sensiblement du mobilier présent dans le niveau d’occupation de la mosquée. Ils présentent en revanche de remarquables analogies avec un ensemble de tessons collectés en 1971 dans le Č̣ärč̣är, sur l’emplacement de la « vieille ville » de Mole23. Cet emplacement ceint de vestiges de murs était en effet jonché de mobilier archéologique, céramique et lithique, dont la contemporanéité n’est pas assurée. La datation du site n’est du reste pas connue, même si les prospecteurs tentent un rapprochement entre les grattoirs locaux, essentiellement en jaspe, et ceux d’Aksum.

  • 24 R. Joussaume & H. Joussaume 1972 : pl. IX, 1, 4

58Les petites jattes (?) plus ou moins carénées de Fäqi Däbbis, aux lèvres équarries ornées de coups de poinçon (Fig. 4.37 : 4, 8), trouvent leurs pendants à Mole24, tout au moins en ce qui concerne leur partie supérieure (la seule conservée), avec en outre des décors comparables de cannelures sous le bord. Cette comparaison, bien que fondée sur quelques tessons, nous paraît signifiante, car opérée sur des éléments non ubiquistes au sein de la céramique éthiopienne. Si elle se confirmait, elle permettrait pour la première fois de documenter archéologiquement de possibles rapports liant le Č̣ärč̣är et l’Ifāt au cours du Moyen Âge.

Attribution chronologique

  • 25 L’échantillon étant probablement du ṭed (Juniperus), nous avons, autant que possible, prélevé un fr (...)
  • 26 Les dates ont été calibrées en années solaires (CalAD) à l’aide du logiciel OxCal v.4.0.5 (C. Bronk (...)

59Deux échantillons de charbon de bois nous ont permis de situer chronologiquement la construction et le fonctionnement de la mosquée. Concernant la construction, nous avons daté le poteau carbonisé F6 (sondage S2)25. Le résultat est le suivant : 565 ± 30 BP (Ly-10240), soit 1306-1426 Cal. AD26.

60Un second échantillon, provenant du niveau d’occupation 1003 (sondage S1), conforte le résultat précédent, avec un fonctionnement de la mosquée au cours de la première moitié du xve siècle : 490 ±30 BP (Ly-10196), soit 1402-1450 Cal. AD.

61La date de destruction de la mosquée, en revanche, n’a pu être établie précisément lors de notre opération, mais le contexte historique comme les indices archéologiques ne vont pas dans le sens d’un fonctionnement durable.

62Les éléments de bâti sous-jacents à la mosquée actuelle n’ont pas été dégagés sur une surface suffisante pour nous permettre d’en saisir l’organisation et la véritable nature. En outre, les remaniements profonds liés à la reconstruction du site aux xive-xve siècles nous privent de nombres d’éléments et expliquent probablement le manque de continuité des structures d’un sondage à l’autre. En revanche, des charbons provenant du sol aménagé F2 (sondage S1) ont fourni une datation correspondant au xive siècle : 630 ± 30 BP (Ly-10197), soit 1286-1398 Cal. AD. Ce ou ces bâtiment(s) ont été détruit(s), dans des circonstances que l’on ignore, puis une mosquée a été bâtie par-dessus. Cette mosquée, construite en partie aux dépens du bâtiment précédent rasé jusqu’aux fondations, adopte un plan de trapèze rectangle. Les trois murs orthogonaux sont orientés différemment par rapport au bâtiment précédent (6,3° d’écart), alors que le mur occidental ne présente que 3,8° d’écart avec ce dernier. Doit-on pour autant penser que l’implantation du premier bâtiment a quelque peu influencé celle du second ? Une seconde observation pourrait aller dans ce sens. En effet, nous avons signalé plus haut l’existence d’une nette disjonction dans la construction du mur de la qibla, exactement au niveau de l’angle du sol aménagé lié au bâtiment 1, coïncidence qui ne nous paraît pas fortuite. Même en l’absence d’éléments caractéristiques d’une mosquée, il nous semble donc que, jusqu’à plus ample investigation, l’hypothèse d’une interprétation du bâtiment 1 comme mosquée du xive siècle doit être sérieusement considérée.

Goze et Fäqi Däbbis : des architectures comparables

  • 27 Tesfaye Hailu 2000.

63Les mosquées de Goze et Fäqi Däbbis, avec leur construction en pierre, leur module parallélépipédique et leur toit plat, détonnent avec l’architecture domestique actuelle environnante, qui est en terre et bois, et fréquemment de plan circulaire. Elles rappellent cependant l’architecture traditionnelle argobba, que l’on ne voit plus guère de nos jours en dehors de quelques sites de hauteur dans le Sud du Wällo et dans la région de Harar27. Elles évoquent pareillement les bâtiments traditionnels encore observables plus au nord, sur les plateaux du Tigré, et mieux documentés. Ceux-ci sont parallélépipédiques, avec des murs en pierres d’un module assez régulier, d’une épaisseur de l’ordre de 60 cm. Les fondations sont peu profondes, au maximum 60 cm. La couverture est formée d’une terrasse en terre battue, limitée par des dalles posées à plat au sommet des murs, débordant d’une vingtaine de centimètres. La toiture proprement dite est formée de troncs parallèles jointifs reposant sur les murs à leur extrémité et sur une poutre porteuse dans leur partie centrale. Dans le cas de constructions plus soignées, les troncs sont remplacés par de grosses poutrelles équarries, assemblées en damier ou superposées. La poutre est supportée par un fort poteau central, enterré sur environ 60 cm et reposant (comme dans le cas des mosquées) sur une pierre pour éviter le pourrissement. Au-dessus des troncs du plafond, on dépose des branches et branchages (jusqu’à 1 m d’épaisseur, avant tassement), puis de la terre que l’on dame.

  • 28 J.-M. Prost-Tournier 1972.

64La répartition de ce type d’habitat classique du Tigré s’arrête au sud à la vallée du Täkkäze et à l’amba Alagui. Au nord, elle déborde en Érythrée dans les districts du Seraye et de l’Akkälä Guzay28.

  • 29 F. Azaïs & R. Chambard 1931.
  • 30 Chernet Tilahun 1990 ; Kebedde Geleta 2000.
  • 31 Chernet Tilahun 1990 : Fig. 5 ; F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2006 : 167, photo 6.

65Les autres moquées d’Éthiopie ne sont malheureusement pas datées, ce qui limite la portée des comparaisons. Les prospections de F. Azaïs et de R. Chambard en 1922 dans la région de Harar amenèrent ces deux archéologues à visiter plusieurs mosquées anciennes. Les clichés publiés à cette occasion sont précieux, mais les descriptions désespérément lacunaires29. Pour l’Ifāt, fort peu de données sont disponibles30. On signalera la tablette coranique figurée à la base de la façade occidentale de la mosquée d’Asbäri, dans le Nord-Est du Choa31, qui rappelle celles de Goze. On aimerait aussi pouvoir comparer entre elles les architectures religieuses et domestiques.

  • 32 S. Pradines 2000 ; 2003.

66La situation en Afrique orientale nous montre en revanche des exemples fouillés PS dont la situation rappelle curieusement celle de Fäqi Däbbis. Ainsi, sur la côte kenyane, des mosquées mediévales ont été récemment identifiées32. Les restes de deux exemplaires des xiie et xiiie siècles, orientés NNO ont été dégagés sous une mosquée du xive siècle, cette dernière étant orientée NS (Fig. 4.38). On remarque au passage que le plan de cette mosquée se rapproche aussi de celui de Fäqi Däbbis par son mur occidental, qui dessine avec les autres un trapèze rectangle. Du reste, des plans en trapèze sont connus en Afrique orientale ou dans la péninsule Arabique.

  • 33 S. Pradines 2003 : 31-32.

67Le changement d’orientation au xive siècle est mis en parallèle par S. Pradines avec l’arrivée de bâtisseurs d’origine ethnique et confessionnelle différente. Des sunnites essentiellement hadrami auraient ainsi succédé à des chiites venus du golfe Persique et de l’Inde. Les traditions orales de nombreuses cités swahili attribuent les premières mosquées en pierre, d’orientation NNO, aux Shirazi, entre le xe et le xiie siècle33.

Fig. 4.38 — Plan de la mosquée de Gedi (Kenya), avec ses vestiges sous-jacents

  • 34 M. Horton 1996 : 228-229, Fig. 155.

68Toujours au Kenya, le site de Shanga a livré un ensemble remarquable de bâtiments successifs, empilés les uns sur les vestiges des autres, sur plusieurs siècles. Ils sont interprétés de façon plausible comme mosquées. Ces circonstances exceptionnelles ont permis d’étudier l’évolution de l’orientation de la qibla, en s’appuyant en outre sur les tombes. Celle-ci varie énormément, depuis 308-310° vers l’an 800 pour atteindre la valeur de 359° vers 110034. M. Horton indique que les reconstructions de bâtiments avaient tendance à suivre une rotation graduelle vers le nord, dans le sens des aiguilles d’une montre. Il interprète cette situation comme étant due aux mauvaises connaissances géographiques de l’époque, La Mecque étant située trop à l’ouest, conséquence selon lui d’une surestimation de la longueur du golfe d’Aden, où les bateaux rencontraient des vents contraires entre la mer Rouge et l’Afrique orientale. L’évolution de la qibla refléterait donc celle des progrès géographiques.

69Il est bien entendu pour le moins prématuré d’évoquer une situation parallèle en Éthiopie, ne serait-ce que dans la mesure où l’on n’est même pas assuré de la nature du bâtiment 1, mais il serait hautement intéressant de multiplier les observations à ce sujet dans les futures recherches. Les conséquences éventuelles d’une mise en évidence de ce type, dans un contexte historique et géographique fort différent de celui de la côte swahili, même si celui-ci n’est, dans l’absolu, pas si éloigné, aurait à n’en pas douter des incidences sur l’interprétation à en donner, qui pourrait au passage relativiser celle avancée pour le Kenya.

Goze et Fäqi Däbbis : des destins différents

  • 35 J. Tombo Kodalo (2001) s’est livré au Kenya à un test archéologique sur les traditions orales en ma (...)

70La date de la fondation de la mosquée de Goze n’est pas connue. La tradition locale la considère comme le centre d’une école coranique réputée, la plus récente des mosquées de l’Ifāt, la situant vers la seconde moitié du xvie siècle35, ce que le contexte historique rend bien improbable, puisque, d’après la chronique de Zär’ä Yaʽeqob (r. 1434-1468), l’Ifāt (d’alors) est devenu une province du royaume chrétien sous son règne. Qu’elle ait été ou non plus ou moins reconstruite au cours des âges, cette mosquée constitue en tout cas de nos jours le seul exemplaire complet de type médiéval encore visible dans l’Ifāt actuel, sinon en Éthiopie.

71À Fäqi Däbbis, une mosquée cinq fois plus vaste que Goze, mais formellement très comparable, a été construite vers les xive-xve siècles puis a été détruite par un très violent incendie, d’origine incertaine, peut-être volcanique. L’opération archéologique, même très ponctuelle, a permis de restituer avec grande précision l’architecture originelle de ce bâtiment remarquable, sur le point de s’effondrer. Des céramiques semblables à certaines découvertes sur la « vieille ville » de Mole, dans le Č̣ärč̣är, attestent pour la première fois archéologiquement des rapports entre ces deux régions musulmanes à la fin du Moyen Âge.

72La mosquée de Fäqi Däbbis a été construite sur les restes arasés d’un bâtiment utilisé au cours du xive siècle, de nature incertaine, mais qui pourrait bien se révéler la plus ancienne mosquée éthiopienne repérée à ce jour. Les circonstances de sa destruction ne sont pas documentées, mais le contexte historique du xive siècle dans l’Ifāt, lieu d’affrontement interreligieux, en fait la victime vraisemblable de l’une des expéditions des rois chrétiens contre les musulmans.

Notes

2 Qäbäle de Sänbäte.

3 La mission, destinée à produire des relevés fiables de la mosquée de Goze et de ses alentours, s’est déroulée du 19 au 23 mai 2000 (B. Poissonnier et al., 2000), suite à une première prospection effectuée en 1999 par B.H., B.P. et Ahmed Hassan Orner. L’équipe se composait également de R.B. (topographie, relevés d’élévation) et D.A. (enquête orale, croquis d’élévation).

4 Cette mission conjointe éthio-française s’est déroulée du 8 au 17 mars 2000 et comprenait B.H., B.P., R.B., D.A., Hasen Said (CRCCH, Musée national), Ababu (bureau de la Culture, Kemissé), Ali Mohammed (guide), et Mohammed Arbiyé (chef du qäbäle).

5 B. Hirsch & F.-X. Fauvelle-Aymar 2002 : 321-326 ; B. Poissonnier 2005.

6 Chernet Tilahun 1990.

7 Kebedde Geleta 2000.

8 Le nord a été pris à la boussole manuelle. Dans cet article, on ne parlera que de nord magnétique.

9 Non déterminée.

10 Curieusement, Kebedde Geleta (2000) signale la présence de six poteaux supportant la toiture de la mosquée, au lieu de quatre.

11 Et non par tenon et mortaise, comme le dit Chernet Tilahun (1990 : 307).

12 Kebedde Geleta 2000.

13 Et non deux accès seulement, comme il a pourtant été dit précédemment à Kebedde Geleta (2000), qui précise qu’il existait une piste aménagée pour les mules, qui conduisait au sommet.

14 Les tablettes coraniques figurées au plafond semblent là pour le rappeler.

15 Ces noms d’origine arabe sont prononcés et donc transcrits en amharique.

16 D’autres histoires intégrant des jets de lances existent en pays argobba, comme à Korumi, près de Harar ; D. Vo Van & M. Jami Guleid 2005 : 58-59.

17 Une version analogue de cette histoire, concernant la fin du peuple des Harla, a été recueillie le 16juin 1999 dans la ville du même nom, près de Dire Dawa. Voir J.-L. Le Quellec et al. 1999, et chapitre 3 du présent ouvrage, note 4. Voir aussi l’histoire recueillie en 1922 dans la région de Harar, F. Azaïs & R. Chambard 1931 : 35-36, et celle concernant Asbäri, ville médiévale de l’Ifāt, F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2006 : 157-158.

18 La suite nous montrera que l’expression « temps de son grand-père » est à prendre dans le sens plus vague chronologiquement de « temps des aïeux ».

19 Le contexte pourrait éventuellement renvoyer à un éphémère roi Iyasu IV qui régna quelques mois en 1831, mais il s’agit plus probablement de la figure archétypale d’un roi du même nom appartenant à la période gondarienne (XVIIe-XVIIIe siècle) – figure fréquemment mobilisée dans les mémoires éthiopiennes.

20 Comme pour Goze, le nord a été pris à la boussole manuelle et est donc soumis à une marge d’erreur. Ce nord a permis d’étalonner un nord géographique définitif pour le chantier, à partir duquel ont été calculés tous les angles. Il conviendra donc de prendre les orientations absolues cum grano salis et de ne se fier qu’aux variations.

21 À la fin de 2007, nous n’avons malheureusement pas pu localiser le mobilier au Musée national d’Addis Abeba où il avait été déposé après la fouille et où nous comptions achever son l’étude pour cette publication. Les dessins ont été réalisés en 2000 par A. Wittmann.

22 La terminologie adoptée suit les normes de H. Balfet et al. 1983.

23 R. Joussaume & H. Joussaume 1972.

24 R. Joussaume & H. Joussaume 1972 : pl. IX, 1, 4

25 L’échantillon étant probablement du ṭed (Juniperus), nous avons, autant que possible, prélevé un fragment à la périphérie du poteau carbonisé, de façon à dater la partie ligneuse la plus récente de la période de vie de l’arbre, et donc d’approcher au mieux la date d’abattage de celui-ci, en limitant l’effet vieux bois.

26 Les dates ont été calibrées en années solaires (CalAD) à l’aide du logiciel OxCal v.4.0.5 (C. Bronk Ramsey 2008), courbe IntCal 04 atmospheric (P. Reimer et al. 2004) et sont exprimées à 2 sigma. En raison de l’évolution des courbes de calibration, les intervalles exprimés ici diffèrent légèrement de ceux publiés précédemment (B. Hirsch & F.-X. Fauvelle-Aymar 2001 : 330-331).

27 Tesfaye Hailu 2000.

28 J.-M. Prost-Tournier 1972.

29 F. Azaïs & R. Chambard 1931.

30 Chernet Tilahun 1990 ; Kebedde Geleta 2000.

31 Chernet Tilahun 1990 : Fig. 5 ; F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2006 : 167, photo 6.

32 S. Pradines 2000 ; 2003.

33 S. Pradines 2003 : 31-32.

34 M. Horton 1996 : 228-229, Fig. 155.

35 J. Tombo Kodalo (2001) s’est livré au Kenya à un test archéologique sur les traditions orales en matière de construction et destruction de mosquées, qui s’est révélé bien décevant en ce qui concerne les datations.

Table des illustrations

Légende Fig. 4.1 — Goze. Intérieur de la mosquée. Les objets du cheikh Fäqi Ahmäd y ont été disposés. On reconnaît un paquet entouré de tissus, contre le poteau, qui est censé contenir les sept lances. Contre le mur, on note le bâton à pointe ferrée, un lutrin à armature métallique, un trépied monoxyle, et plus loin des brûle-encens et une table à café monoxyle
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 4.2 Profil topographique nord-sud situant la mosquée de Goze
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 4.3 Localisation de la mosquée de Goze (étoile)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 4.4 Goze : coupes de la mosquée
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 4.5 — Mosquée de Goze : pierres d’angle. Blocs de réemploi présentant des perforations aménagées
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 4.6 — Mosquée de Goze : blocs de réemploi présentant des trous borgnes produits par giration
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 4.7 — Entrée de la mosquée de Goze
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 4.8 — Mosquée de Goze : vue de la saillie extérieure du mihrāb
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 4.9 — Mosquée de Goze : le miḥrāb. Le bâton ferré de cheikh Fäqi Ahmäd y était entreposé en mai 2000
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 4.10 — Mosquée de Goze : les poteaux de la mosquée reposent sur des pierres
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 4.11 — Mosquée de Goze : le plafond
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 4.12 — Mosquée de Goze : corbeau soutenant une des deux poutres porteuses
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 4.13 — Mosquée de Goze : ornements du plafond
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 4.14 — Mosquée de Goze : ornements du plafond (relevé)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 4.15 — Mosquée de Goze : gouttière en bois sur la façade sud
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 4.16 — Mosquée de Goze : angle de la toiture
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 4.17 — Mosquée de Goze : plan du bâtiment et de ses environs
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 4.18 — Tombes voisines de la mosquée de Goze
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 4.19 — Localisation du site de Fäqi Däbbis
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 4.20 — Coupe topographique sud-nord situant les mosquées de Fäqi Däbbis et de Hajji Mur Gälgäča
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 4.21 — Environs de la mosquée de Fäqi Däbbis
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 4.22 Miḥrāb de la mosquée annexe de Fäqi Däbbis, désignée par la tradition comme la salle de prière personnelle de Fäqi Abas
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 4.23 — Mur nord de la mosquée annexe de Fäqi Däbbis, avec son miḥrāb saillant vers l’extérieur
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 4.24 — Alentours immédiats de la mosquée de Fäqi Däbbis
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 4.25 — Mosquée de Fäqi Däbbis : angle sud-est et mur est
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 4.26 — Mosquée de Fäqi Däbbis. Relevé des élévations
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 4.27 — Mosquée de Fäqi Däbbis. Plan des deux bâtiments successifs
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 4.28 — Gouttière en pierre de la mosquée de Fäqi Däbbis, gisant au sol
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 4.29 — Mosquée de Fäqi Däbbis : sondage 1 vers le sud
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 4.30 — Mosquée de Fäqi Däbbis : sondage S1
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 4.31 — Mosquée de Fäqi Däbbis : sondage 2, détail de la base de poteau et de la poutre carbonisés
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 4.32 — Mosquée de Fäqi Däbbis : sondage S2
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 4.33 — Mosquée de Fäqi Däbbis : soubassement de poteau dans le sondage 2. Vue vers le sud
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 4.34 — Le miḥrāb de la mosquée de Fäqi Däbbis, entièrement dégagé
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 4.35 — Fäqi Däbbis, céramiques du niveau d’occupation de la mosquée
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 4.36 — Fäqi Däbbis, céramiques du niveau d’occupation de la mosquée
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 4.37 — Fäqi Däbbis, céramiques des niveaux supérieurs de la mosquée
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 4.38 — Plan de la mosquée de Gedi (Kenya), avec ses vestiges sous-jacents
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/725/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

Auteurs

Archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Il a séjourné en Éthiopie de 1998 à 2000 comme chercheur détaché auprès de l’autorité éthiopienne pour la Culture, et a effectué de nombreuses missions de recherche et d’archéologie préventive dans ce pays. Email : bertrand.poissonnier@inrap.fr

Assistant professor au département d’histoire et de gestion du patrimoine de l’université de Debre Berhan en Éthiopie. Il a soutenu en 2009 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne une thèse d’histoire sur la cour et le camp royal du roi chrétien dans l’Éthiopie médiévale

Topographe à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Il a effectué de nombreuses missions en Éthiopie et dans la Corne de l’Afrique (Somaliland, Djibouti)

Professeur d’histoire de l’Afrique à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ancien directeur du Centre français des études éthiopiennes (ministère des Affaires étrangères et CNRS) de 1997 à 2001, il est membre du laboratoire CEMAf (CNRS et université Paris 1). Il dirige les Publications de la Sorbonne. Email : bertrand.hirsch@univ-paris1.fr

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540