Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces musulmans de la Corne de l’Afrique au Moyen Âge

 | 
François-Xavier Fauvelle-Aymar
, 
Bertrand Hirsch

Annexe

Moules de coulée en pierre trouvés à Harlaa

François-Xavier Fauvelle-Aymar et Romain Mensan

Texte intégral

1Plusieurs curieux objets de pierre gravés ont été trouvés à Harlaa, malheureusement jamais dans un contexte archéologique puisqu’il s’agit dans tous les cas d’objets récoltés par les habitants et montrés aux chercheurs de passage, qui n’ont pu que les photographier. Sept de ces objets sont aujourd’hui documentés (Fig. 3.15), tous en provenance du même site, sans qu’une localisation plus spécifique soit possible. À notre connaissance, il s’agit des premiers objets de cette sorte trouvés en Éthiopie.

2Ces objets sont de formes quadrangulaire et présentent tous un décor en creux. Sur tous on observe des perforations symétriques par rapport à la gravure. Il semble s’agir de moules de coulée en pierre, terme générique désignant des objets pouvant servir à couler tant des médailles que des fibules, des pendants d’oreilles et autres objets.

  • 1 D.S. Robert 1970 : pl. V, fig. 10 ; Ν. Ghali 1983.
  • 2 A. Mekinasi 1959.
  • 3 N. Ghali 1983 : 426.
  • 4 A. Ruhlmann 1935.

3Deux objets en pierre similaires ont été décrits en tant que « moules à couler des médailles » (ou également « moules à médailles ») en provenance de Tegdaoust en Mauritanie, dans les niveaux associés au site médiéval d’Awdaghost1, un important relais caravanier périsaharien des IXe-XIe siècles. Un autre vient du Rif marocain2 et est également rapportable à la période comprise entre le VIIe et le XIe siècle AD3. Là aussi ces objets sont hors contexte et proviennent de prospections. Des objets comparables, mais en terre cuite, ont également été signalés à Volubilis et Dchîra au Maroc, également en contexte islamique4. Les musées de Damas et d’Istanbul possèdent des objets très semblables ; ils proviennent de contexte de l’âge du Bronze (2100-1500 AD) d’Anatolie, de Syrie et du Levant.

4Nous présentons ci-après un catalogue de ces objets, forcément très imparfait compte tenu des conditions de la collecte d’informations, mais qui doit servir à poser des jalons pour des recherches futures. Les numéros des objets renvoient à la figure 3.15. Nos remerciements vont à Jean-Loïc Le Quellec et Bertrand Poissonnier, pour nous avoir généreusement transmis leurs documents photographiques (issus d’une mission effectuée en juin 1999), ainsi qu’à Domenico Patassini, qui a autorisé la reproduction de l’objet n°4, le seul qui ne soit pas inédit.

  1. Moule. Provenance : Harlaa. Dimensions approx. : 6,7 x 4,1 x 1 cm. Roche noire. Cassure dans un angle. Deux perforations en cupules en symétrie latérale ; trace d’une troisième mordue par la cassure. Dos lisse. Observé en juin 1999 par J.-L. Le Quellec et B. Poissonnier. Photo : J.-L. Le Quellec 1999.
  2. Moule. Provenance : Harlaa. Dimensions approx. : 5.3 x 5 x ? cm. Roche noire. Aspect fortement érodé ; plusieurs écaillements. Deux perforations complètes en symétrie diamétrale. Dos lisse. Observé en juin 1999 par J.-L. Le Quellec et B. Poissonnier. Photo : J.-L. Le Quellec 1999.
  3. Moule. Provenance : Harlaa. Dimensions approx. : 4.3 x 3.5 x ? cm. Roche blanche à grain très fin. Deux perforations coniques en symétrie diamétrale. Observé en juin 1999 par J.-L. Le Quellec et B. Poissonnier. Photo : J.-L. Le Quellec 1999. a : vue entière, b : détail du chaton. Inscription ? Noter le motif croisillonné de l’anneau.
  4. Moule, cassé en deux morceaux. Provenance : Harlaa. Dimensions approx. : 10 x 5 1cm. Roche noire. Plusieurs perforations en cupule. Observé par D. Patassini en ca. 2004. Reproduit ici d’après D. Patassini (2004). L’objet est donné par cet auteur comme un calendrier lunaire ou un astrolabe, mais tant le motif de croissant de la tête du bijou que les annelets peuvent se rapprocher des négatifs de l’objet D II 420 de Tegdaoust5. Les pendants d’oreilles ayant cette forme de croissant et des décors de granulation sont du reste connus en islam6.
  5. Moule. Provenance : Harlaa. Dimensions approx. : 4 x 2,6 x ? (< 1) cm. Roche jaune à grain très fin. Polissage fin et aspect très patiné. Une perforation, a : médaille, b : revers. Bosse hémisphérique. Deux perforations incomplètes. Observé en décembre 2006. Photo : CFEE, 2006.
  6. Moule. Provenance : Harlaa. Dimensions approx. : 4,7 x 3 x ? (< 1) cm. Roche noire à grain fin. Trois perforations en cupule. Observé en décembre 2006. Photo : CFEE, 2006.
  7. Moule. Provenance : Harlaa. Dimensions approx. : 3,5 x3,5 cm. Roche grise. Non quadrangulaire mais en forme de gouttière. Observé en décembre2006. Photo : CFEE, 2006.

Fig. 3.15 — Moules de coulée provenant de Harla. Clichés : voir le texte

5Tous ces moules sont réalisés dans des matières différentes, qu’il n’a pas été possible d’identifier. Ils présentent une seule face sculptée, à l’exception du moule 5 qui possède un décor en creux sur une face et un motif en relief sur l’autre. Ils ont tous des perforations disposées de manière symétrique par rapport au décor gravé ainsi qu’un canal de coulée marquée par une incision en entonnoir. Seul l’objet 7 paraît faire exception à ce faisceau de caractères.

6Le procédé de fonte susceptible d’être utilisé par ce genre de moules a été décrit comme suit à partir des objets provenant de Tegdaoust :

  • 7 N. Ghali 1983 : 426.

On devait fort probablement faire couler le métal (or ou argent vraisemblablement) porté à son degré de fusion sur le moule selon l’épaisseur voulue par l’orfèvre ; l’excédent de métal s’écoule par une sorte de petite rigole réservée à cet effet et marquée de manière nette [...]. On devait ensuite séparer ce métal excédentaire de la médaille finie7.

7Les observations faites sur notre échantillon éthiopien permettent de modifier significativement ce point de vue. La présence de perforations sur chaque face du moule est l’indice vraisemblable de l’ajustement d’un contre-moule lors de la fonte de l’objet. Ainsi, la technique de fonte utilisée serait en moule fermé et exclurait clairement d’autres techniques telles que la coulée à plat ou la fonte à la cire perdue, procédé où le moule de l’objet est systématiquement détruit. Ici les moules sont conservés et les matériaux choisis ont donc de l’importance puisqu’ils doivent supporter la température d’un métal en fusion. La création de moules permanents en pierre indique la volonté d’une réutilisation et, dans une autre perspective, l’importance sociale des objets coulés.

8Le moule 5 nous permet d’attester clairement de la réutilisation de ces pièces ; l’une des faces de l’objet (5a, 5c) montre clairement la présence de deux encoches sur un bord de l’objet et une perforation sur la surface permettant d’ajuster un contre-moule. On peut noter d’ailleurs la présence de striations autour du décor, marquant la pression du contre-moule sur le moule. L’autre face (5b) montre quant à elle un motif en relief, une sorte de bouton autour duquel on peut également remarquer des striations circulaires provenant vraisemblablement d’un moule en creux. Ainsi cet objet 5 pourrait, selon la face utilisée, avoir eu la fonction de moule et de contre-moule. Remarquons également que l’objet 3, qui présente de toute évidence le négatif d’une bague, ne paraît pas pouvoir être employé sans le complément d’un dispositif peut-être justement similaire au contre-moule 5b.

9Les moules décrits ici montrent une production d’objets qui n’ont pas d’occurrence dans la documentation archéologique d’Éthiopie. Il est donc très difficile de donner une fonction précise aux objets qui ont pu sortir de ces moules. Si l’objet 3 paraît avoir servi de moule de bague à chaton et l’objet 5 de moule à médaille, si l’objet 4 est compatible avec la production de pendants d’oreilles, avouons cependant qu’il est difficile de se prononcer de façon péremptoire faute de données comparatives. Ce type de moules est en effet totalement inconnu en Éthiopie et il semble difficile de trouver des modèles de comparaison dans le monde musulman médiéval. En revanche, en Europe à l’époque médiévale, la fonte des méreaux utilise la technique des moules fermés, et souvent le système de fermeture laisse la trace de perforations.

10Quoique trouvés hors contexte, l’ensemble des moules ici présentés, dont la fonction est inconnue des habitants actuels du lieu, peuvent être avec une relative confiance attribués à la période d’activité du site sur lequel est établi le village de Harlaa, à savoir les XIIIe XIVe siècles, époque où était établie sur les lieux une communauté musulmane qui a laissé des inscriptions arabes et des monnaies, ainsi que des restes de bâti. L’importance du lot, surtout si on la rapporte au fait qu’il s’agit d’observations fortuites effectuées indépendamment par plusieurs équipes, permet de supposer à Harlaa l’existence d’un centre d’artisanat de quelque importance. Les questions sur la provenance de ces moules, sur leur circulation, sur la circulation des métaux précieux et sur les techniques précises mises en œuvre restent bien évidemment intactes.

Notes

1 D.S. Robert 1970 : pl. V, fig. 10 ; Ν. Ghali 1983.

2 A. Mekinasi 1959.

3 N. Ghali 1983 : 426.

4 A. Ruhlmann 1935.

5 N. Ghali 1983 : 424 : ill. 101.

6 Voir par exemple les pendants en or et émaux, tout à fait compatibles avec ce moule, regroupés sous la notice 85 du catalogue d'exposition de la collection Khalili ; M. Rogers 2009 : 82-83. Ces bijoux, apparemment produits en Espagne au XIIe siècle, sont donnés comme une « version islamique occidentale du modèle fâtimide ».

7 N. Ghali 1983 : 426.

Table des illustrations

Légende Fig. 3.15 — Moules de coulée provenant de Harla. Clichés : voir le texte
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/722/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

Auteurs

Historien de l’Afrique. Directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et ancien directeur du Centre français des études éthiopiennes (ministère des Affaires étrangères et CNRS), il est membre du laboratoire TRACES (UMR 5608, CNRS et université Toulouse-le-Mirail) à Toulouse et honorary research fellow au GAES, université du Witwatersrand, Johannesburg (Afrique du Sud). Email :fx.fauvelle@yahoo.fr

Archéologue, chercheur associé au laboratoire TRACES (UMR 5608, CNRS et université Toulouse-le-Mirail) à Toulouse

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540