Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces musulmans de la Corne de l’Afrique au Moyen Âge

 | 
François-Xavier Fauvelle-Aymar
, 
Bertrand Hirsch

3. Les Harla : archéologie et mémoire des géants d’Éthiopie

Proposition de séquence historique pour les sites du Č̣ärč̣är1

Amélie Chekroun, François-Xavier Fauvelle-Aymar, Bertrand Hirsch, Deresse Ayenachew, Hailu Zeleke, Olivier Onezime et Addisu Shewangizaw

Texte intégral

  • 1 Avec la collaboration de Kebede Geleta (ARCCH), Asnake Wubete (Addis Ababa University) & Ahmed Zeka (...)
  • 2 L’un des auteurs de cet article a effectué un travail universitaire sur ce sujet (A. Chekroun 2007) (...)
  • 3 Par exemple le clan Harla des Issa-Somalis près de Djidjiga (A. d’Abbadie 1890 : 303 ; E. Cerulli 1 (...)
  • 4 Ainsi cette légende relevée, ici au style indirect libre, par Jean-Loïc Le Quellec et Bertrand Pois (...)
  • 5 F. Azaïs et R. Chambard ont entrepris en 1922-1923 l’exploration d’un certain nombre de sites arché (...)

1Les « Harla » sont une population qui apparaît à partir du xiiie siècle dans quelques sources écrites anciennes d’Éthiopie ou relatives à l’Éthiopie, telles que le récit des guerres d’Amdä Ṣǝyon, souverain chrétien du xive siècle, ou le Futūḥ al-Habaša (xvie siècle), récit du ǧihād musulman lancé au début du xvie siècle par des musulmans d’Éthiopie contre le royaume chrétien2. Des populations actuelles d’Éthiopie s’appliquent à elles-mêmes ou se voient appliquer par d’autres la désignation ethnique de « Harla3 ». Des informations orales recueillies dans le Č̣ärč̣är font également mention des « Harla » : il s’agit le plus souvent de simples mentions attribuant des mégalithes ou des sites archéologiques ruinés à ces soi-disant géants, mais les chercheurs ont aussi collecté des formes plus élaborées de ces traditions4 expliquant que les Harla, population d’une taille, d’une richesse et d’une force hors du commun, Furent les bâtisseurs de sites aujourd’hui en ruine, que les archéologues, chose amusante, qualifient parfois de « cyclopéens », rejoignant de la sorte la légende5. Qu’il s’agisse de sites mégalithiques comme des dolmens ou des tumulus, ou de constructions d’époque médiévale comme des mosquées, les populations oromo les attribuent souvent à des Harla, sans toujours avoir d’arguments ou d’explications à fournir quant à cette dénomination. Notons que, si les traditions font des Harla des bâtisseurs, elles fournissent aussi, le plus souvent, une explication à la ruine de ces sites, affirmant que ceux-ci furent abandonnés de leurs habitants ou bien détruits par suite d’un châtiment divin causé par l’arrogance des géants. Il y a tout lieu de penser que de telles traditions, qui ne sont pas présentes chez toutes les populations oromo de l’Éthiopie mais seulement chez celles du Č̣ärč̣är, et chez quelques autres populations de la même région, sont actives depuis l’époque de l’installation de ces populations dans la région au xvie siècle.

Fig. 3.1 Carte de localisation des mentions de « Harla » en Éthiopie. Les localisations sont seulement indicatives. Fond de carte : Google Earth. Données : voir texte

2Il existe donc une constellation archéologique (des sites attribués aux Harla), légendaire (des récits relatifs à la vie et à la disparition des Harla) et identitaire (des populations qui se disent harla ou revendiquent un certain degré de parenté généalogique) autour de ces géants bâtisseurs et arrogants, une constellation bien localisée dans la région du Grand Est éthiopien (Fig. 3.1) – et qui intrigue. Quelques sites dits « harla » ont par le passé été visités dans la région, mais très peu de chercheurs s’y sont intéressés en relation avec la tradition qui les attribue à des géants. Il nous a donc paru nécessaire, afin de mieux comprendre l’histoire de cette région, de poursuivre le signalement de ces sites, de les visiter ou revisiter, de proposer une typologie et une séquence des sites harla, et enfin de nous interroger sur la signification de cette constellation « harla ».

Une archéologie des Harla

  • 6 Une première mission, placée sous l’égide du Centre français des études éthiopiennes (CFEE, Addis-A (...)
  • 7 F. Azaïs & R. Chambard (1931 : 1-146). Sur les recherches d’Azaïs en Ethiopie, voir A. Chekroun (so (...)

3Nous décrivons ci-dessous les informations récoltées lors de plusieurs missions qui se sont déroulées en 2006, 2007 et 20 086. Ces missions avaient pour objectif de visiter et décrire des sites archéologiques récemment découverts, le cas échéant réputés « harla », et d’en effectuer dans certains cas des relevés topographiques ; de situer, et éventuellement décrire, d’anciennes villes dites « harla » mentionnées dans les Cinq Années de recherches archéologiques en Éthiopie du révérend père Azaïs et de Roger Chambard7.

Genda Harla/Qaré Konya

4Depuis Harar, on emprunte d’abord la piste de Djidjiga sur près de 5 kilomètres, puis la piste à droite en direction de Korumi. Après plusieurs centaines de mètres, on laisse à gauche le sanctuaire de Aw Sofi (Ν 09°16’19.2 Ε 42°08’78.2 alt. 1876 m), qui porte le nom de l’un des compagnons d’Abadir, saint patron de Harar. Au km 7,3 (depuis le début de la piste en sortant de Harar), le site de Genda Harla (Ν 09°15’50.2 Ε 42°08’59.9 alt. 1905 m) surplombe la piste sur la droite ; il est appelé par les riverains (des paysans oromo) Qaré Konya. Il s’agit d’une éminence qui jouxte le village oromo de Genda Harla proprement dit (dans le qäbäle de Genda Golla), dont des habitations sont visibles à une centaine de mètres au sud et à l’ouest. De cette éminence on peut apercevoir tous les environs. En continuant la piste vers Korumi, on atteint au km 10,3 l’embranchement qui part à gauche vers le sanctuaire d’ʽAbd al-Qādir al-Ǧilānī (Ν 09°14’51.9 Ε 42°09’01.7 alt. 1803 m). L’entrée de Korumi est au km 16.

5Sur la pente nord de l’éminence de Genda Harla/Qaré Konya, on observe une enceinte bâtie en blocs taillés de gros module (longueur moyenne 70/90 cm x hauteur 50 cm x profondeur 20 cm), bien appareillés. De larges portions sont détruites mais il subsiste encore des élévations importantes de près de 1,5 à 2 mètres. Cette enceinte est grossièrement quadrangulaire. Les mesures des côtés sont d’environ 90 m (N), 108 m (O), 88 m (S), 84 m (E). L’enceinte délimite donc une surface un peu intérieure à un hectare. L’épaisseur moyenne des murs, montés sans mortier, est de 3 m. Plusieurs larges structures bâties circulaires, peut-être des restes de tours, rythment le périmètre de l’enceinte. Par ailleurs, de nombreuses autres structures en pierre sont repérables à l’intérieur comme à l’extérieur, de types différents qui représentent possiblement des bases d’habitations anciennes et des structures plus récentes, voire contemporaines, qui remploient des matériaux de l’enceinte. D’après une femme du village, appelée Fatuma Abdi, l’intérieur de l’enceinte était habité jusqu’à il y a une trentaine d’années par des paysans oromo ; le dernier habitant s’appelait Siyo Umär. Toujours selon Fatuma Abdi, des tombes d’enfants se trouveraient à l’intérieur de l’enceinte, mais nous n’avons pu les repérer lors de la prospection. Le site livre en surface une forte densité de tessons de céramique commune. Actuellement la structure est en culture, avec des parcelles entourées de murets.

6Selon des habitants du village, la grande enceinte quadrangulaire aurait été construite par les Harla, des géants d’une quarantaine de mètres de hauteur pour quelque trois mètres de largeur d’épaule, qui pouvaient chasser les cochons sauvages à main nue en leur brisant la nuque. Les Harla étaient noirs et très beaux ; ils étaient pasteurs et agriculteurs. Un seul Harla pouvait manger un mouton entier pour son petit-déjeuner. Leur complexion explique pourquoi, selon la tradition, ils étaient capables de déplacer d’énormes blocs de pierre et de construire des enceintes de ce type. Un vieil homme d’un village voisin, Mussa Ibrahim, âgé selon lui de cent trente ans, nous raconte que les pâturages des troupeaux des Harla formait un territoire immense depuis la montagne Gara Muleta (le plus haut sommet du massif du Č̣ärč̣är) jusqu’à la montagne Kundudo ; les Harla seraient les anciens habitants du pays. L’homme ne sait rien de leur origine, mais à l’arrivée des Oromo, ils auraient pour partie été intégrés à la population des nouveaux arrivants, la majorité quittant le pays pour un endroit inconnu.

Harlaa

  • 8 Carte NC 37-12 au 1:250 000, Ethiopian Mapping Authority 1973.
  • 9 Nous conservons ici la graphie oromo localement en usage.

7Habité par des paysans oromo, Harlaa se situe à environ 14 km de Dire Dawa sur la route de Harar. Sur les cartes officielles8, il porte le nom de Harlaa9 mais, renseignement pris auprès de ses habitants, le village s’appelle Genda Biyo, dans le qäbäle de Harlaa.

  • 10 M. Schneider 1969 : 339-343, pl. XIX & XX.
  • 11 M. Schneider 1969.
  • 12 Le Crcch (Center for Research and Conservation of Cultural Heritage), organisme du ministère de la (...)
  • 13 J.-L. Le Quellec et al. 1999.

8Ce village a déjà, sous divers aspects, fait l’objet de plusieurs études. Madeleine Schneider, spécialiste des stèles funéraires arabes, a étudié sur photographie (mais sans indiquer d’où proviennent ces documents) deux stèles épigraphiées en provenance de Harlaa, étude publiée en 1969 dans la Revue des études islamiques10. Gravées sur les deux faces, elles sont écrites l’une en coufique et l’autre en nasḫī. La stèle en coufique porte la date de 44x (troisième digit illisible) de l’Hégire, soit 1048-1057 AD ; l’autre, sans date, est attribuable au xive ou xve siècle. Il semblerait que ces stèles furent transportées à Dire Dawa peu de temps avant la publication de l’article11, mais nos propres demandes de renseignements auprès des diverses institutions locales ne nous ont pas permis de les retrouver. En juin 1999, J.-L. Le Quellec et B. Poissonnier réalisèrent une brève mission exploratrice à Harlaa, en compagnie d’un membre de l’autorité éthiopienne pour la Culture (CRCCH)12, Tekle Hagos. Ils ont laissé un rapport de leur mission, non publié13, à la rédaction duquel est associé François Thierry, auteur de l’identification des trois monnaies photographiées au cours de la mission : l’une de ces monnaies serait un dirham ayyoubide, les deux autres des dirhams mamelouk, toutes les trois datant du xiiie siècle. J.-L. Le Quellec et B. Poissonnier ont pu également se faire montrer par les habitants divers objets collectés par eux, dont des objets de pierre polie similaires à ceux observés par nous (voir Annexe).

  • 14 D. Patassini 2004 ; 2006.
  • 15 Sur Zeyla, voir le chapitre 1 du présent ouvrage.

9Selon un chercheur italien, Domenico Patassini14, Harlaa serait une ancienne ville fortifiée du xiiie siècle, capitale d’un « royaume » haräla situé entre l’océan Indien et les hauts plateaux éthiopiens. Cette ville aurait développé des liens commerciaux avec Zeyla, le grand port médiéval du Somaliland15. La cause du déclin de la ville serait incertaine : la défaite de l’imam Ahmad au milieu du XVIe siècle, des insurrections internes ou encore un important tremblement de terre auraient pu causer la dévastation de la région. Au xvie siècle, Harar aurait remplacé Harlaa comme centre politique, religieux et économique du « royaume ». Si ce point de vue historique paraît à certains égards exagéré (aucun « royaume harla » n’est nulle part donné dans les sources), l’auteur a cependant effectué quelques observations (dont celle d’un mur d’enceinte) et documenté un certain nombre d’objets trouvés par les paysans dans la région (dont, à nouveau, quelques-unes de ces pierres quadrangulaires polies dont il sera question plus loin ; voir Annexe).

10Ce site a été visité par nous à plusieurs reprises. L’endroit étant habité (par des paysans oromo), les traces d’habitations anciennes sont très difficiles à repérer ; il nous a cependant été permis de voir des vestiges archéologiques non décrits par les précédentes missions.

11Une première structure se trouve au milieu des habitations du village principal sur une éminence (Ν 09°29’32.1 Ε 41°54’56.4 alt. 1 739 m) surplombant la plaine. Il s’agit d’une structure rectangulaire considérée par les habitants comme une mosquée, quoiqu’aucun miḥrāb ne soit visible à son emplacement traditionnel dans le mur nord, où se trouve une belle porte d’un mètre de large. Le mur nord, long de 9,90 m, le mieux conservé et d’une hauteur de 1,70 m mesurée sur le parement interne, est délabré dans sa partie ouest. Le mur ouest (6,5 m de longueur) a une élévation très réduite à l’intérieur, mais atteint 2,8 m à l’extérieur. Les murs sud et est ne sont quasiment plus visibles, seule leur base restant apparente. L’épaisseur des murs, constitués par un double parement lié par comblement de blocaille, est de 70 à 75 cm. L’appareillage est régulier ; les blocs (équarris) ont une taille moyenne de 30 x 20 cm. Le mortier a été par endroits consolidé récemment ; des traces de ciment sont visibles. Cette structure a une allure relativement récente.

  • 16 J.-L. Le Quellec et al. 1999.

12Plus loin, les villageois nous ont indiqué un tumulus qui semble avoir été éventré par l’aménagement d’un sentier. Une forte densité de tessons de céramique et la présence d’ossements rendent possible cette identification. Sur le chemin menant à la deuxième structure, une pierre porte une tache rougeâtre que les villageois considèrent comme l’empreinte d’un pied de Harla (Ν 09°29’11.0 Ε 41°54’70.0). Il mesure 28 cm de long. Il s’agit sans ambiguïté d’une formation végétale16.

13Tout le chemin, situé sur la ligne de rupture de pente à environ 1 770 m, est bordé du côté est par la base d’un mur formé, alternativement, de très gros blocs naturels et d’un double parement de blocs de chant ; largeur 90 cm.

14À l’écart du village en suivant ce chemin vers le sud se trouve une seconde structure quadrangulaire en ruine, également considérée par les villageois comme une mosquée (Ν 09°29’08.9 Ε 41°54’67.3 alt. 1785 m), qu’ils nomment Kurfa Gurash, du nom du père du paysan qui travaille actuellement la parcelle. Cette structure est en effet une petite mosquée : le miḥrāb, profond de 1,3 m et large de 80 cm, est encore visible dans le mur nord ; il était probablement saillant à l’extérieur. Les murs de cette structure sont mal conservés, quoique la hauteur maximale d’élévation du mur soit encore de 3,25 m et son épaisseur de 90 cm. Le mur nord mesure 9,3 m, le mur est 7,4 m, le mur sud 8,9 m et le mur ouest 6,9 m. Cette mosquée pourrait être ancienne et mériterait en tout cas qu’il y soit pratiqué un sondage (Fig. 3.2).

Fig. 3.2 Harlaa : mosquée de Kurfa Gurash

15À l’est de ce bâtiment, un large puits (2 m de diamètre), en eau, paré de pierres, appelé Laga Hidi ou Laga Hida (hida signifie « fermé » en oromo) (Ν 09°29’08.3 Ε 41°54’77.6) et situé dans le lit de la rivière du même nom, aurait été construit par les Harla. Selon l’un de nos informateurs, Ali Musa Maya, ce puits aurait environ 20 mètres de profondeur. Il est actuellement utilisé par les gens de la région pour leur propre consommation et celle du bétail (Fig. 3.3).

Fig. 3.3 Harlaa : puits de Laga Hidi

16À la périphérie nord du village, un homme qui creusait pour réaménager son champ a mis au jour un segment de mur « harla » qu’il a suivi sur une dizaine de mètres (Ν 09°29’20.3 ; Ε 41°54’67.4). Le mur, bien appareillé, est préservé sur une hauteur d’au moins trois lits. Les habitants nous ont dit que partout où l’on creusait étaient ainsi mises au jour des structures aux murs localement attribués aux Harla faute d’expliquer leur caractère rectilinéaires dissemblable de l’architecture traditionnelle oromo (alors même que le bâti du village actuel est quadrangulaire, fait considéré comme récent).

  • 17 F. Bauden (à paraître).

17Nous avons par ailleurs reconnu dans ce qäbäle deux nouvelles stèles inscrites. Toutes deux, photographiées, ont été laissées en place. À l’est de la seconde mosquée, en direction du puits de Laga Hida, un homme possède dans son champ une stèle gravée d’inscriptions arabes sur trois registres. Elle mesure 50 x 45 cm, pour une épaisseur d’environ 15 cm. Recherchée en mars 2008, avec l’aide des habitants (mais pas de son propriétaire, absent), pour être estampée, cette stèle n’a pas été retrouvée. Une autre stèle se trouve dans l’écart de Genda Oda (Ν 09°29’14.7 Ε 041°54’37.7 alt. 1 735 m), situé au sud du village principal de Genda Biyo. Cette pierre appartient à un certain Hussein Ibrahim qui la conserve pieusement dans sa maison. Elle fut trouvée par son père dans son champ situé non loin du village, pendant le régime du Derg, puis rapportée par Hussein au village. Cette stèle mesure 62 x 45 cm. Elle porte une inscription arabe en relief sur ses deux faces. Ces deux inscriptions feront l’objet d’une publication séparée17.

  • 18 D. Patassini 2006.

18Au village de Genda Biyo proprement dit, un homme conserve dans un coffre toutes sortes d’objets d’époques diverses et d’intérêt archéologique inégal, mais qui constituent sa collection personnelle d’objets « harla ». Un certain nombre de ces objets peuvent retenir l’attention des chercheurs : des poteries ; plusieurs monnaies qui ne sont pas celles étudiées par François Thierry en 1999 (l’une, du reste, a été identifiée de manière catégorique comme une pièce italienne du début du xxe siècle) ; des perles de diverses qualités et anciennetés ; d’étranges objets de pierre formant de petits godets ou encore des objets de pierre polie quadrangulaires, qui évoquent ceux documentés par différents chercheurs (voir Annexe). Quelles que soient les hypothèses émises à leur sujet18, ces objets sont, selon toute vraisemblance, des moules d’orfèvrerie destinés à produire des bijoux (boucles d’oreilles, médailles, bagues...) d’or ou d’argent. Les objets à l’apparence de godets également collectés sur le site pourraient dès lors être considérés comme des creusets d’orfèvre (Fig. 3.4).

Fig. 3.4 Harlaa : échantillons d’objets « harla ». Noter les possibles creusets d’orfèvre

Les tumulus « harla » aux environs d’Asbä Täfäri

19Au sud d’Asbä Täfäri, l’un de nous (H.Z.) avait au début 2007 visité une série de tumulus attribués par les habitants de la région aux Harla. Nous y sommes retournés au cours de l’une de nos missions afin de réaliser un relevé topographique et photographique (Fig. 3.5).

20Un premier ensemble de cinq tumulus de 13 à 30 mètres de diamètre formant une ligne continue (les structures sont contiguës) ESE-NNW se trouve dans un lieu nommé Cheikha Bio. Le monument le plus à l’ouest au sein de cet ensemble a les coordonnées suivantes : Ν 09°01’42.0 Ε 40°47’26.5 alt. 2 217 m. Ces monuments sont partiellement dégradés et présentent à leur sommet un cône d’effondrement marquant l’emplacement de la chambre funéraire (Fig. 3.6).

21Le second ensemble de tumulus (Fig. 3.7), au sommet de la montagne appelée Torbane Bio, rassemble huit tumulus visibles (la photographie aérienne en a révélé un neuvième), positionnés sur une ligne continue orientée de façon similaire au premier ensemble (Fig. 3.5, 3.8). Les coordonnées du tumulus central sont : Ν 09°02’31.8 Ε 40°45’40.7 alt. 2 154 m.

Fig. 3.5 Situation des groupes de tumulus mentionnés dans le texte

Fig. 3.6 Tumulus de Cheikha Bio

Fig. 3.7 Ensemble de tumulus de Torbane Bio

Fig. 3.8 Situation topographique de l’ensemble de tumulus de Torbane Bio

22Trois légendes recueillies par nous sur le site prétendent expliquer l’existence de ce dernier ensemble de tumulus. Pour les uns, il s’agirait de tumulus construits par les Harla afin d’y cacher leur or ; pour d’autres, ce sont les sept tribus (pour autant de tumulus déclarés, bien que soient visibles neuf monuments) de la région qui auraient, lors de la conquête de l’Abyssinie chrétienne par l’imam Ahmad, durant la première moitié du xvie siècle, construit chacune un tumulus (pour le décompte des hommes ?) ; enfin, pour ceux des habitants du voisinage qui sont des Amhara, il s’agirait de monuments bâtis par leurs ancêtres pour y cacher leurs trésors.

Fig. 3.9 Mosquée de Direbelo : vue des ruines

La mosquée de Direbelo

  • 19 Cette mosquée semble être celle visitée par Azaïs et Chambard en 1922, et qu’ils dénomment Mana Kal (...)

23En partant de Dobba (sur la première piste vers le nord après Hirna sur la route d’Asbä Täfäri à Dire Dawa), on atteint la mosquée de Direbelo19 (N 09°17’11.8 E 41°03’00.5 alt. 1 782 m) après une petite heure de piste en voiture et trois quarts d’heure à pied. Il s’agit d’une belle mosquée encore relativement bien conservée de forme carrée (Fig. 3.9) : 11,60 m (murs nord et sud) x 12,50 m (murs est et ouest). L’intérieur de la mosquée est envahi par une végétation luxuriante, et un agréable gazon couvre toute la partie centrale. Un miḥrāb de 1,34 m de largeur et 2,15 m de hauteur est aménagé dans le mur nord et fait face à la porte située dans le mur sud (Fig. 3.10). La largeur des murs est d’un mètre et leur élévation est encore considérable par endroit. Le bâti est constitué d’un double parement de petits blocs et de dallettes, joints par un comblement de blocaille et de mortier blanc pulvérulent ; de larges aplats de crépi sont présents sur les faces interne et externe des murs (Fig. 3.11). Ce qui semble être une base de minaret est visible au sud du mur ouest. Il s’agit d’une structure circulaire pleine au niveau même du mur.

Fig. 3.10 Mosquée de Direbelo : le mihrāb saillant à l’extérieur du mur nord

24À quelques mètres au nord de la mosquée, on repère quelques tombes, dont deux de tort belles dimensions. La première tombe, orientée E-O, mesure 1,70 m x 1,15 m ; elle est composée de trois dalles (la dalle ouest est absente) de 10 cm d’épaisseur. Le fait que la hauteur des dalles (mesurée à l’intérieur de la structure) soit de 50 cm au sud et de 16 cm au nord laisse à penser qu’elle a été pillée. Entre les première et deuxième tombes, quelques pierres dressées semblent indiquer d’anciennes tombes détruites. La seconde tombe, également orientée E-O, est située légèrement à l’est de la première. D’une longueur extérieure de 2,10 m pour une largeur de 1,15 m, elle est composée de plusieurs dalles : les deux longueurs sont chacune formées de deux dalles, la largeur ouest d’une seule dalle et la largeur est de deux. Celle-ci ne présente pas d’indice laissant penser qu’elle ait été fouillée (Fig. 3.12).

25Les villageois qui nous ont accompagnés jusqu’à la mosquée de Direbelo affirment, sans autre précision, qu’il s’agit d’une mosquée des Harla, lesquels étaient des géants. À quelques dizaines de mètres de l’ancienne mosquée s’élève une mosquée moderne de facture modeste en bois et torchis.

Fig. 3.11 Mosquée de Direbelo : mur en élévation. Noter le reste d’enduit et le comblement de blocaille entre les parements

Fig. 3.12 Mosquée de Direbelo : tombe adjacente

La mosquée de Bio Keraba

  • 20 Bio, signifiant « pays » en oromo, est un toponyme très courant dans la région.
  • 21 F. Azaïs & R. Chambard 1931 : 131-134.

26Lors de nos recherches pour retrouver les anciennes villes de Bio20 et de Hedjersera visitées et décrites par Azaïs et Chambard21, nous nous sommes rendus dans le village de Bio Keraba, situé au bout de la deuxième piste vers le nord après la ville de Hirna en direction de Harar. Ce village ne correspond pas à l’ancienne ville décrite par les explorateurs des années 1920, quoiqu’il semble pourtant qu’ils y soient passés :

  • 22 F. Azaïs & R. Chambard 1931 : 137.

Le lendemain nous reprenons la route de Dobba, route isolée, et, à une heure et demie de Baté, dans un endroit appelé également Bio, nous nous arrêtons devant une construction rectangulaire de 19 mètres sur 15, entièrement ruinée, mais qui avait dû être fort bien construite, à en juger par la taille des pierres. Cette rencontre, à proximité des inscriptions musulmanes de Baté, nous fait supposer que ce sont les ruines d’une mosquée22.

27Aujourd’hui, dans le village de Bio Keraba, cette construction n’existe plus. Seule se dresse une mosquée relativement récente (attribuée par les habitants à l’époque italienne) située au centre du village. D’après les informations recueillies sur place, cette mosquée aurait été construite avec les pierres d’une ancienne mosquée ruinée ; il est possible qu’il s’agisse du bâtiment décrit par le père Azaïs. Mais nul dans ce village de regroupement n’avait d’information sur le site et le bâtiment anciens.

La mosquée de Warta Dankole

  • 23 F. Azaïs & R. Chambard 1931 : 131.
  • 24 F. Azaïs & R. Chambard 1931 : 132.

28Poursuivant nos recherches afin de retrouver les deux villes susmentionnées, nous nous sommes rendus dans les villages d’Itissa et de Hedjersera. Itissa se trouve au début de la première piste après le village de Boreda ; il n’y a aucun vestige archéologique. Hedjersera se situe presque au bout de cette même piste, à la limite avec les basses terres, ce qu’Azaïs appelle les « portes du désert23 ». C’est dans ce dernier village que se trouvait à l’époque des voyages d’Azaïs la mission catholique d’Itissa-Hedjersera, annexe de la mission de Lafto. Et c’est aux environs de cette mission d’Itissa-Hedjersera qu’Azaïs localise deux villes anciennes se faisant face, probablement situées sur les collines bordant de part et d’autre la vallée : l’une, Bio (probablement à l’ouest de la vallée), l’autre « [située] précisément au-dessus d’Itissa Hedjersera à 1840 m d’altitude [probablement à l’est]24 ».

29Il nous fut impossible de localiser le site de Bio, que les habitants ne connaissaient manifestement pas. En revanche, nous pensons avoir visité l’ancienne ville d’Itissa-Hedjersera, ou tout du moins le site vu par Azaïs et Chambard, qui ne livre plus guère aujourd’hui de ruines visibles. La zone a été entièrement remaniée par les champs cultivés. Seule subsiste la mosquée du lieu-dit Warta Dankole.

30Non loin du village de Hedjersera, dans un lieu nommé Warta Dankole, dans le qäbäle de Genda Dirbou, une ancienne mosquée entièrement ruinée (Ν 09°25’46.4 Ε 41°20’16.9 alt. 1 849 m) occupe tout le sommet d’une colline entièrement terrassée et cultivée de différentes plantes (sorgho, citronniers, caféiers...). L’espace intérieur de la mosquée est lui aussi cultivé, mais les habitants n’ont pas détruit les vestiges qui subsistent. Cette mosquée constitue peut-être le dernier témoignage du site ancien appelé Hedjersera par Azaïs, les autres vestiges ayant pu être détruits à la suite de la mise en culture de cette montagne, sur laquelle demeurent au sol de nombreux fragments de céramique (Fig. 3.13 & 3.14).

31La mosquée CP sous la forme d’une structure rectangulaire (d’environ 19 x 15 m) composée de murs de 50 cm d’épaisseur et conservant encore au plus haut entre 60 et 80 cm d’élévation. Le miḥrāb est encore bien visible dans le mur nord et fait une saillie semi-circulaire de 1,60 m à l’extérieur. Là encore, il s’agit d’une mosquée réputée « harla », mais nous n’en apprendrons pas plus.

32Au sud-est de la mosquée se trouve une fosse circulaire très bien maçonnée de 3,50 m de diamètre pour 2,50 m de profondeur actuelle, dont les murs présentent une épaisseur de 70 cm. L’intérieur de cette fosse est encore par endroits recouvert d’un enduit. Il peut s’agir d’un réservoir. À 15 mètres à l’E-NE de cette fosse se trouvent trois petites structures similaires, alignées nord-sud, mais de dimensions plus réduites (environ un mètre de profondeur sur un mètre de diamètre). Deux d’entre elles sont maçonnées. Azaïs en faisait déjà mention et les identifiaient comme des fours à chaux.

Fig. 3.13 Mosquée de Warta Dankole : saillant extérieur du mirāb

Fig. 3.14 Mosquée de Warta Dankole

Vers une typologie et une séquence des sites « harla »

33Les sites visités lors de ces missions de prospection ne représentent qu’un petit échantillon des nombreux sites attribués ou associés par les populations actuelles du Sud-Est de l’Éthiopie à des « Harla ». Ils viennent cependant compléter la documentation réunie par nos prédécesseurs (Azaïs et Chambard, Joussaume), et permettent dès à présent d’affiner la typologie des sites archéologiques de la région.

34Parmi les sites précédemment décrits ou documentés ici pour la première fois, nous comptons :

    • 25 D’après observations personnelles d’A.C. en avril 2008.
    • 26 R. Joussaume 1974 : 97.
    • 27 R. Joussaume 1974 : 93.

    des sites livrant une puissante muraille quadrangulaire d’un périmètre cependant restreint, à l’instar de Qaré Konya, associée à des structures de même époque peu nombreuses et à une culture matérielle pauvre. Ces sites ne peuvent mériter le nom de « villes fortifiées » et s’apparentent plutôt à des postes défensifs. On peut considérer qu’à cette catégorie appartiennent peut-être les sites de Bio25, de Koubi26 ou encore de Molé27 ;

    • 28 Ce site est décrit par Azaïs et Chambard (F. Azaïs & R. Chambard 1931 : 33-34) et rassemble deux mu (...)
    • 29 Également visité par F. Azaïs et R. Chambard (1931 : 51), cet ensemble de ruines couvre une colline (...)

    des villes plus ou moins fortifiées, à l’exemple de Harlaa, qui a livré les traces abondantes d’un artisanat spécialisé dans l’orfèvrerie, les traces d’une pratique de l’islam (mosquée, inscriptions funéraires arabes), des indices (monnaies arabes) d’une relation commerciale avec le monde arabo-musulman, autant d’éléments qui, s’ils ne sont pas forcément tous contemporains, permettent néanmoins une attribution sûre au Moyen Âge éthiopien au sens large (avec un cœur de période autour du xiiie siècle). À cette catégorie appartiennent sans doute les sites de Derbiga28, d’Amareyti29, etc. Parmi les anciennes « villes » décrites par Azaïs et Chambard ou encore par Joussaume, il faudra peut-être distinguer, lorsqu’elles auront pu être convenablement documentées, entre les postes défensifs (à l’instar de Bio) et les sites proprement urbains, tels Harlaa ou Derbiga, aux ruines importantes, certainement d’anciennes villes de taille considérable ;

    • 30 Pour une première qualification du style architectural de l’islam médiéval, voir le chapitre 1 du p (...)
    • 31 Selon la description d’Azaïs, mais non visible de nos jours.
    • 32 Voir le chapitre 4 du présent ouvrage.
    • 33 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2006.

    de petites mosquées présentant toujours une facture standard, dont la réunion des caractères qualifient indiscutablement le « style » médiéval30. Ces mosquées sont parfois trouvées en contexte urbain (Harlaa, Hedjersera31), parfois en situation isolée en fond de vallée (Direbelo, Warta Dankole) sur les versants nord du haut plateau ; ces mosquées du Č̣ärč̣är sont en outre très similaires aux mosquées connues dans l’Est du Choa, également trouvées isolément (Goze, Fäqi Däbbis)32 ou en contexte urbain (Mäsal, Asbäri, Nora)33 ;

  • des monuments mégalithiques, tels que les tumulus de la région d’Asbä Täfäri qui sont dans cette zone, cela est à relever, les premiers monuments de ce type attribués aux Harla.

35Tous ces sites présentent la particularité d’avoir été bâtis et d’être aujourd’hui ruinés (à l’exception de quelques mosquées anciennes aux murs conservés et aujourd’hui utilisées en de rares occasions par les fidèles), double justification pour les faire considérer par les habitants actuels, le plus souvent oromo, comme des sites construits par les Harla et détruits par la colère divine.

36Les sites bâtis du Č̣ärč̣är sont pourtant attribuables à des périodes différentes de l’histoire, que nous pouvons tenter de caractériser sur la base de la typologie élaborée plus haut.

  • 34 « Cistes dolméniques ou Daga Kofiya, monuments formés d’une table qui recouvre une chambre rectangu (...)
  • 35 R. Joussaume 1974 : 102-103, pour le monument n°2 de Hassan-Abdi.
  • 36 F. Azaïs & R. Chambard 1931 : 130.

37• L’étage archéologique le plus ancien a été documenté par Roger Joussaume ; il est constitué des « dolmens » ou « cistes dolméniques34 » - monuments qui n’existent (jusqu’à plus ample informé) que dans le Č̣ärč̣är et datent probablement, pour certains d’entre eux au moins, de la période « protohistorique » : l’un d’eux a été daté du milieu du second millénaire BC35. Il s’agit là d’un type de sépultures pouvant avoir eu l’apparence extérieure de tumulus mais dont la morphologie interne les en distingue. Les habitants locaux, qui ne sauraient faire cette distinction, les considèrent aussi comme des ruines harla, comme c’est le cas à Bio36.

38• L’étage archéologique postérieur est celui des tumulus, tertres de pierres ou de terre recouvrant une structure funéraire. La distinction entre dolmens et tumulus à proprement parler semble s’être imposée dans l’archéologie éthiopienne. Francis Anfray résume ainsi la question :

  • 37 F. Anfray 1990 : 224.

Les tumulus se rencontrent dans les mêmes lieux que les cistes ; ne peut-on se demander si les uns et les autres ne seraient pas contemporains ? Roger Joussaume pense que non. S’il est vrai qu’en certains endroits, ils coexistent, ailleurs ils sont séparés. Les modes de sépultures sont différents. Le matériel est quasi inexistant dans les cistes alors qu’il est abondant dans les monuments à caveau circulaire et compartiment latéral. Enfin, argument plus décisif encore, plusieurs vestiges organiques de Sourré-Kabanawa ont permis d’obtenir quatre datations : la fourchette se situe pour toutes entre les viiie et xie siècles de notre ère. Il y aurait donc un espace de temps considérable entre les deux types de monuments : environ deux millénaires et demi37.

  • 38 R. Joussaume 1974 : 102, pour le monument de Sourré-Kabanawa.
  • 39 R. Joussaume 1974 : 101-103.
  • 40 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2007-2008.
  • 41 Ainsi la ciste dolménique située dans l’enceinte de la ville de Bio.

39Notons cependant que l’argument de l’écart chronologique entre formes typologiques pèse assez peu en regard du petit nombre de datations obtenues sur les monuments funéraires mégalithiques d’Éthiopie en général, et par ailleurs de l’attribution sûre, par le radiocarbone, d’une « ciste dolménique » à la période médiévale38. Il n’en reste pas moins, en effet, que nombre de « tumulus » appartiennent résolument à une période allant du viiie au xie siècle, d’après les datations obtenues par Roger Joussaume sur des monuments du Č̣ärč̣är39. Remarquons ici que les tumulus tout à fait similaires du Mänz, en bordure du haut plateau central du pays, sont eux aussi attribuables, sur la foi d’un petit nombre d’éléments de datation, à la période du viiie au xie siècle40. À noter qu’aucun habitat n’est connu archéologiquement pour cette période du haut Moyen Âge (que l’on peut qualifier de préislamique), à moins qu’il faille considérer que certaines « villes » fortifiées (voir plus bas) aient été en activité dès cette période, hypothèse que pourrait valider la présence de monuments mégalithiques dans ou à proximité desdites villes41.

  • 42 F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008.
  • 43 Al-ʽUmarī 1927.

40• Les sites musulmans représentent l’épisode archéologique le plus récent. Notons qu’aucune fouille n’ayant jusqu’à présent eu lieu, aucun de ces sites musulmans du Č̣ärč̣är n’est directement daté. Tout concourt cependant à les attribuer de façon générale à la période allant du xiiie au début du xvie siècle. Peu d’indices d’une présence de l’islam antérieure au xiiie siècle sont en effet repérables dans cette région. Pour l’essentiel, les inscriptions de cette région datent des xiiie-xve siècles42 ; il en va de même des monnaies de Harla trouvées par les habitants, et datant du xiiie siècle. Par ailleurs, le type de mosquées caractérisées plus haut paraît bien, par comparaison stylistique avec des mosquées similaires de l’escarpement du haut plateau central (qui, elles, sont datées), appartenir à la même période des xive-xve siècles. En ce qui concerne la date terminale de cette fourchette, rien n’indique dans les sources écrites que des éléments de civilisation islamique, hormis Harar, aient réchappé des profondes perturbations causées par les mouvements de population oromo et somali du xvie siècle. En somme, les sites musulmans (stèles, mosquées isolées, ensembles urbains) paraissent bien correspondre à la période de rayonnement du sultanat de l’Ifāt, constitué d’une chaîne de royaumes musulmans décrite par al-ʽUmarī au xive siècle43.

  • 44 Nom donné à tout point abyssin fortifié ; voir Deresse Ayenachew 2009.

41• Enfin, si certains sites comme Qaré Konya pourraient être attribués, sur la base d’une absence de restes musulmans, à une période antérieure, il est bien plus probable, considérant le type de bâti, qu’il s’agisse de postes défensifs tardifs faisant partie du système de défense du sultanat de Harar entre les xvie et xixe siècles. Etant donné ce que l’on sait de la géographie médiévale du royaume chrétien et des terres musulmanes à cette époque, il est également peu probable, contrairement à certaines interprétations locales actuelles, qu’il s’agisse de postes avancés construits par le royaume chrétien au Moyen Age pour défendre les « portes du désert » : nous aurions plutôt là une interprétation récente influencée par le modèle des kätäma44 établi par Ménélik II lors de ses conquêtes.

Qui étaient les Harla ?

42Nous avons donc pu, au sein d’un ensemble de sites que la tradition considère comme « harla », opérer une typologie et proposer une séquence historique, sur la base de la littérature existante et de nos propres observations. Ce travail de recensement des sites, commencé par Azaïs et Chambard et continué par Roger Joussaume, sera repris et poursuivi : certains sites vus par Azaïs n’ont jamais été revus ni proprement décrits ; l’habitat associé aux monuments mégalithiques n’est pas connu ; enfin l’Ouest du grand arc oriental du Rift éthiopien, à savoir l’Arsi, n’a jamais été exploré d’un point de vue archéologique. Mais il est possible dès à présent d’émettre quelques pistes de réflexion au sujet de la constellation « harla » que nous évoquions au départ.

  • 45 Dans l’Awsa, on mentionne l’existence d’une race de géants, les Gourlah, auxquels on attribue des m (...)

43Remarquons en premier lieu qu’il existe en Éthiopie un fonds commun de traditions attribuant certains sites ou monuments à l’activité de souverains « identitaires » (Kaleb ou Zärʽa Ya’ǝqob dans le domaine chrétien, par exemple ; dans le Č̣ärč̣är, les identifications locales de kätäma chrétiens ressortissent à cette veine), d’étrangers prestigieux plus ou moins considérés comme fondateurs de l’identité religieuse (dans l’Ifāt, zone musulmane, nombre de mosquées anciennes ou de structures indéterminées sont attribuées à des Arabes), d’infidèles (dans le Manz, zone chrétienne, les tumulus sont régulièrement considérés comme des monuments – tombes, habitations ou cairns de comptage – laissés par les troupes musulmanes durant les guerres de religion du xvie siècle), voire de géants (dans maints endroits du haut plateau chrétien, l’imam Ahmad a laissé le souvenir d’un géant dont les coups de sabre ont produit des failles dans les montagnes et qui attachait la longe de ses chevaux à des stèles monolithes)45. Cependant, nulle part ailleurs que dans le Č̣ärč̣är le corpus de traditions ne documente de façon aussi systématique une race d’autochtones (et non pas d’étrangers), de musulmans (et non pas d’infidèles), de géants bâtisseurs (et non pas seulement de marqueurs du paysage). Cette race est au surplus dotée du nom de Harla, qui ne se rencontre que dans cette même zone, pour l’instant (en attendant de plus amples prospections) circonscrite aux versants nord du massif du Č̣ärč̣är, ainsi qu’à l’est de Harar.

44Il est bien évident que cet ensemble de traditions, du reste hétéroclites (des récits à proprement parler, des toponymes, de simples mentions associant un site avec une population), a une vocation étiologique pour des populations actuelles qui étaient mobiles jusqu’à récemment, ou qui ne possèdent pas de tradition d’architecture bâtie monumentale. Il fournit une réponse à la question : Qui a bien pu ériger ces sites et monuments qui ne sont pas à nous, et pourquoi ont-ils ensuite été abandonnés ? Mais la valeur étiologique de ces traditions n’épuise pas leur intérêt pour l’historien : il reste à s’interroger sur leur remarquable homogénéité et leur association étroite avec une zone géographique bien délimitée.

  • 46 Selon les recherches d’U. Braukämper (2002 : 112-113), l’islamisation des Oromo du Č̣ärč̣är, bien q (...)

45Cette homogénéité des traditions est sans doute à comprendre dans le contexte de l’histoire récente du peuplement de cette région, où les populations actuelles, oromo ou somali, se sont installées à compter de la seconde moitié du xvie siècle. On saisit encore mal les modalités de cette installation : ces populations au moins en partie nomades (Somali) ou agricultrices (Oromo) ont-elles détruit la civilisation urbaine musulmane dont les traces sont nombreuses jusqu’à cette période ? Ont-elles profité comme par « appel d’air » du vide laissé par la « disparition » – par quelle autre cause ? – de cette civilisation, qui avait pris part aux guerres de religion quelques décennies plus tôt ? La migration fait-elle massive, comme le laisse penser l’historiographie des Oromo, ou bien prit-elle la forme d’un lent mouvement de percolation au sein d’espaces plus ou moins densément peuplés ? Quelle forme prit la « réislamisation » de cette zone à partir du xviiie siècle – mouvement qui ne s’est vraiment accéléré qu’au xxe siècle46 ? Quoi qu’il en soit, le mode de vie antérieur dut paraître assez différent aux nouveaux arrivants pour que leurs prédécesseurs fussent perçus à l’égal de géants – de géants taxés de péché d’orgueil sitôt qu’une teinture d’islam vint fournir une explication scripturaire à la destruction des lieux : loin que les géants du Č̣ärč̣är ne soient qu’une figure de folklore accidentellement associée à des ruines ubiquistes, osons l’hypothèse que les Harla, transfigurés en géants bâtisseurs, riches et orgueilleux, seraient précisément les habitants de cette civilisation urbaine médiévale dont les nouveaux arrivants découvrirent les reliques, qu’ils virent s’effondrer, qu’ils détruisirent ou absorbèrent. Qui d’autres que des géants pouvaient être tenus, aux yeux de villageois agro-pasteurs habitant en petits hameaux de huttes circulaires en bois et torchis, pour responsables de la fabrication de villes fortifiées, et tout ensemble des autres monuments du passé de la région ?

46On ne peut pas nier que les Harla ont bien existé : un ethnonyme « Harla » est documenté à plusieurs reprises entre le xiiie et le début du xvie siècle. Sans que nous soyons le moins du monde en mesure de savoir quel(s) groupe(s) s’appliquai(en)t à lui(eux)-même(s) ou se voyai(en)t appliquer ce nom, il reste qu’il était porté par des musulmans de la partie sud-est de l’Éthiopie, c’est-à-dire, approximativement, de la région dont nous parlons. Ce n’est pas forcer les sources que d’avancer l’hypothèse que les traditions étiologiques attribuant à des « Harla » les ensembles archéologiques du Č̣ärč̣är auraient été élaborées au xvie siècle par les populations immigrantes assistant, actives ou spectatrices, à la disparition de toute une « civilisation », celle des musulmans éthiopiens du Moyen Âge, dont certains groupes s’appelaient « Harla ». Dans ce processus, bien sûr, toutes sortes de monuments ruinés, mais appartenant à une époque plus ancienne, furent par assimilation identifiés aux Harla.

  • 47 À l’est de Harar (A.C., observations personnelles).
  • 48 D. Morin 2004 : 173-177 ; François Piguet, communication personnelle à F.-X.F.-A.

47Mais si ce nom de Harla était d’un usage assez répandu dans la zone où fleurirent de si nombreux témoignages archéologiques de la même civilisation musulmane du Moyen Âge éthiopien, bien au-delà du Č̣ärč̣är, comme dans l’Est du Harärge ou encore dans le Somaliland, ne devrions-nous pas trouver de semblables occurrences de présence des Harla dans la mémoire des populations, celles-ci non oromo, qui peuplent aujourd’hui ces régions ? Le fait est que, si de tels indices existent, ce n’est peut-être pas tant dans les traditions relatives aux sites que dans l’ethnonymie que nous les trouvons : un clan issa (somali) porte le nom de Harla ; de nombreuses petites communautés oromo du Č̣ärč̣är, comme à Ganda Harla47, affichent une relation généalogique avec les Harla qui habitaient les mêmes lieux avant elles ; dans l’ensemble afar, on trouve aussi l’ethnonyme Harla (il désigne l’un des clans sédentaires de l’Awsa, des agriculteurs cultivant traditionnellement du sorgho, aujourd’hui du maïs, pratiquant l’araire et l’irrigation, et connaissant une organisation sociale d’allocation de la terre et de l’eau). Ces Harla habitent le delta intérieur de l’Awaš, entre Dubti et Afambo48. Dans tous ces cas, on est conduit à supposer un emprunt de cet ethnonyme auprès d’une population antérieure, par les groupes actuels qui se désignent sous ce nom. Cet emprunt lui-même suppose l’existence d’un processus de fusion sociale entre une population autochtone et une population d’immigrants, la seconde s’appropriant le nom de la première en même temps sans doute que tel ou tel trait culturel (sédentarité, pratique de l’agriculture, généalogie).

Notes

1 Avec la collaboration de Kebede Geleta (ARCCH), Asnake Wubete (Addis Ababa University) & Ahmed Zekaria (Addis Ababa University).

2 L’un des auteurs de cet article a effectué un travail universitaire sur ce sujet (A. Chekroun 2007). Une population nommée « Xaria » apparaît dans La Géographie universelle d’Ibn Sa’īd datant du XIIIe siècle et citée dans la Géographie d’Aboulféda, traduite par M. Reinaud (1848 : 225-228). Un « pays des Harla » est cité dans la chronique d’al-Mufaḍḍal traduite par E. Cerulli (1971 : 264) et J.S. Trimingham (1965 : 69). Le récit des guerres d’Amdā Ṣǝyon (auteur anonyme) évoque par deux fois les Harla : voir la traduction de J. Perruchon (1889 : 147-148 et 191) et celle de P. Marrassini (1993 : 99 et 183). Le Futūḥ al- Ḥabaša écrit par ʽArabfaqīh et traduit par R. Basset évoque des Harla (1901 : 73, 111-112, 118, 123-125, 130, 149, 150 et 171-172). Enfin, une notice historique sur l’Awsa par cheikh Ǧīlānī b. hağği Handa (E. Cerulli 1971 : 181) parle d’un « groupe de Harla ». Voir aussi l’article « Harla » in Encyclopaedia Aethiopica (G. Banti 2005 : 1034) ainsi que l’ouvrage de U. Braukämper (2003 : 16-19, 23, 28, 34-37, 102, 106-109, 120, 136, 171).

3 Par exemple le clan Harla des Issa-Somalis près de Djidjiga (A. d’Abbadie 1890 : 303 ; E. Cerulli 1964 : 223-224) ou les Harälla de la région de l’Awsa (D. Morin 2004 : 173-177).

4 Ainsi cette légende relevée, ici au style indirect libre, par Jean-Loïc Le Quellec et Bertrand Poissonnier en 1999 lors d’un bref passage à Harlaa, village situé à une quinzaine de kilomètres au sud de Dire Dawa : « Les Harla étaient fort riches, richissimes même, si bien qu’ils se comportaient de façon scandaleuse, méprisant travail et gain. C’étaient des pasteurs venus de l’Ogaden, mais leur oisiveté était telle qu’ils laissaient aller le lait de leurs vaches à la rivière et passaient leur temps à se rendre de mariage en mariage, piétinant les plantations de sorgho et de tef. Dans leur excessive fierté, ils en vinrent à commettre divers sacrilèges : ils refusèrent de pratiquer le jeûne rituel et entreprirent même de traduire le saint Coran en langue harla. Bref, ils commirent tant d’excès et d’impiétés que le châtiment divin ne tarda pas à se manifester : ils furent maudits et disparurent » (J.-L. Le Quellec et al. 1999 : 4).

5 F. Azaïs et R. Chambard ont entrepris en 1922-1923 l’exploration d’un certain nombre de sites archéologiques, « Harla » ou non, dans l’ensemble de la « Province du Harar » (F. Azaïs & R. Chambard 1931). En légende de nombre de leurs photographies d’enceintes ruinées de la région, ils utilisent cette expression de « muraille cyclopéenne » (par exemple, planche XXVII, en parlant de l’ancienne ville de Bio) empruntée à l’archéologie classique. Roger Joussaume, dans les années 1970, a repris leur récit et a étudié tout particulièrement les sites mégalithiques (dolmens, « cistes dolméniques » et tumulus) à l’ouest de Harar ainsi que deux anciennes villes dites aux « murs cyclopéens » (Koubi et Molé) attribuées localement aux Harla (R. Joussaume 1974). Il a repris la formulation d’Azaïs et utilise volontiers l’adjectif « cyclopéen » ; ainsi : « la ville de Kubi, véritable forteresse aux murs cyclopéens en bon état de conservation » (R. Joussaume & H. Joussaume 1972 : 22).

6 Une première mission, placée sous l’égide du Centre français des études éthiopiennes (CFEE, Addis-Abeba), s’est déroulée du 28 décembre 2006 au 2janvier 2007 et avait pour membres (par ordre alphabétique) : A.C., D.A., F.-X.F.-A., H.Z., B.H., K.G. Cette mission visita deux sites réputés « harla » (et portant ce nom) situés dans la région de Harar et de Dire Dawa, plus précisément sur le territoire des villages de Genda Harla et de Harlaa, dont l’intérêt avait été récemment signalé par des membres de l’Arcch. La seconde mission, sous l’égide du CFEE et du programme de recherche « Cornafrique » (Agence nationale de la recherche) dirigé par B.H., a eu lieu du 22 au 26 octobre 2007 et s’est concentrée sur la région située entre Asbä Täfäri et Boreda. Les membres de la mission étaient : A.C., D. A, F.-X.F,-A, H.Z., B.H., O.O., A.W., A.S. Une troisième mission réunissant F.-X.F.-A. et A.Z. a eu lieu du 24 au 27 mars 2008 ; elle avait pour objet d’effectuer plusieurs vérifications sur le terrain.

7 F. Azaïs & R. Chambard (1931 : 1-146). Sur les recherches d’Azaïs en Ethiopie, voir A. Chekroun (sous presse).

8 Carte NC 37-12 au 1:250 000, Ethiopian Mapping Authority 1973.

9 Nous conservons ici la graphie oromo localement en usage.

10 M. Schneider 1969 : 339-343, pl. XIX & XX.

11 M. Schneider 1969.

12 Le Crcch (Center for Research and Conservation of Cultural Heritage), organisme du ministère de la Culture éthiopien, est devenu l’ Arcch (Authority for Research and Conservation of Cultural Heritage) en 2001.

13 J.-L. Le Quellec et al. 1999.

14 D. Patassini 2004 ; 2006.

15 Sur Zeyla, voir le chapitre 1 du présent ouvrage.

16 J.-L. Le Quellec et al. 1999.

17 F. Bauden (à paraître).

18 D. Patassini 2006.

19 Cette mosquée semble être celle visitée par Azaïs et Chambard en 1922, et qu’ils dénomment Mana Kallu (F. Azaïs & R. Chambard 1931 : 113).

20 Bio, signifiant « pays » en oromo, est un toponyme très courant dans la région.

21 F. Azaïs & R. Chambard 1931 : 131-134.

22 F. Azaïs & R. Chambard 1931 : 137.

23 F. Azaïs & R. Chambard 1931 : 131.

24 F. Azaïs & R. Chambard 1931 : 132.

25 D’après observations personnelles d’A.C. en avril 2008.

26 R. Joussaume 1974 : 97.

27 R. Joussaume 1974 : 93.

28 Ce site est décrit par Azaïs et Chambard (F. Azaïs & R. Chambard 1931 : 33-34) et rassemble deux murailles d’enceinte défensives, des traces d’habitations dont il ne reste plus que les « fondations au ras du terrain », de la céramique et une vieille mosquée encore relativement bien conservée : « Dans le plan primitif, il devait y avoir quinze colonnes en tout, dix rondes et cinq carrés. Six subsistent encore à peu près intactes », ainsi qu’un cimetière situé à l’écart de la ville. « Certainement il y a eu là autrefois un emplacement de grande ville », concluent-ils.

29 Également visité par F. Azaïs et R. Chambard (1931 : 51), cet ensemble de ruines couvre une colline sur deux kilomètres « en longueur et en largeur », laissant supposer l’importance de cette ancienne ville. Une mosquée ruinée est encore visible non loin de l’enceinte.

30 Pour une première qualification du style architectural de l’islam médiéval, voir le chapitre 1 du présent ouvrage.

31 Selon la description d’Azaïs, mais non visible de nos jours.

32 Voir le chapitre 4 du présent ouvrage.

33 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2006.

34 « Cistes dolméniques ou Daga Kofiya, monuments formés d’une table qui recouvre une chambre rectangulaire dallée en opus incertum » (R. Joussaume 1974 : 28).

35 R. Joussaume 1974 : 102-103, pour le monument n°2 de Hassan-Abdi.

36 F. Azaïs & R. Chambard 1931 : 130.

37 F. Anfray 1990 : 224.

38 R. Joussaume 1974 : 102, pour le monument de Sourré-Kabanawa.

39 R. Joussaume 1974 : 101-103.

40 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2007-2008.

41 Ainsi la ciste dolménique située dans l’enceinte de la ville de Bio.

42 F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008.

43 Al-ʽUmarī 1927.

44 Nom donné à tout point abyssin fortifié ; voir Deresse Ayenachew 2009.

45 Dans l’Awsa, on mentionne l’existence d’une race de géants, les Gourlah, auxquels on attribue des mosquées en ruine sur la côte (François Piguet, communication personnelle à F.-X.F.-A.).

46 Selon les recherches d’U. Braukämper (2002 : 112-113), l’islamisation des Oromo du Č̣ärč̣är, bien qu’ayant débuté au cours du XVIIIe siècle, s’est en effet réalisée au cours du XXe siècle, en réaction à l’annexion de la région à l’Éthiopie chrétienne par Ménélik au début du siècle.

47 À l’est de Harar (A.C., observations personnelles).

48 D. Morin 2004 : 173-177 ; François Piguet, communication personnelle à F.-X.F.-A.

Table des illustrations

Légende Fig. 3.1 Carte de localisation des mentions de « Harla » en Éthiopie. Les localisations sont seulement indicatives. Fond de carte : Google Earth. Données : voir texte
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/717/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 3.2 Harlaa : mosquée de Kurfa Gurash
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/717/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 3.3 Harlaa : puits de Laga Hidi
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/717/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 3.4 Harlaa : échantillons d’objets « harla ». Noter les possibles creusets d’orfèvre
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/717/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 3.5 Situation des groupes de tumulus mentionnés dans le texte
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/717/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 3.6 Tumulus de Cheikha Bio
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/717/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 3.7 Ensemble de tumulus de Torbane Bio
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/717/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 3.8 Situation topographique de l’ensemble de tumulus de Torbane Bio
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/717/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 3.9 Mosquée de Direbelo : vue des ruines
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/717/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 3.10 Mosquée de Direbelo : le mihrāb saillant à l’extérieur du mur nord
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/717/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 3.11 Mosquée de Direbelo : mur en élévation. Noter le reste d’enduit et le comblement de blocaille entre les parements
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/717/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 3.12 Mosquée de Direbelo : tombe adjacente
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/717/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 3.13 Mosquée de Warta Dankole : saillant extérieur du mirāb
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/717/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 3.14 Mosquée de Warta Dankole
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/717/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

Auteurs

Amélie Chekroun prépare une thèse à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sur Les royaumes musulmans en Éthiopie médiévale (xiiie-xvie siècles) et leur conception du ğihād (dir. Β. Hirsch). Son master d’histoire l’avait amenée à travailler plus particulièrement sur la région du Č̣ärč̣är

Historien de l’Afrique. Directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et ancien directeur du Centre français des études éthiopiennes (ministère des Affaires étrangères et CNRS), il est membre du laboratoire TRACES (UMR 5608, CNRS et université Toulouse-le-Mirail) à Toulouse et honorary research fellow au GAES, université du Witwatersrand, Johannesburg (Afrique du Sud). Email : fx.fauvelle@yahoo.fr

Professeur d’histoire de l’Afrique à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ancien directeur du Centre français des études éthiopiennes (ministère des Affaires étrangères et CNRS) de 1997 à 2001, il est membre du laboratoire CEMAf (CNRS et université Paris 1). Il dirige les Publications de la Sorbonne. Email : bertrand.hirsch@univ-paris1.fr

Assistant professor au département d’histoire et de gestion du patrimoine de l’université de Debre Berhan en Éthiopie. Il a soutenu en 2009 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne une thèse d’histoire sur la cour et le camp royal du roi chrétien dans l’Éthiopie médiévale

Expert en archéologie auprès de l’Authority for Research and Conservation of the Cultural Heritage, Addis Abeba, Éthiopie

Topographe à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap)

Expert auprès du bureau de la culture d’Asbe Täfäri, en Éthiopie

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540