Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces musulmans de la Corne de l’Afrique au Moyen Âge

 | 
François-Xavier Fauvelle-Aymar
, 
Bertrand Hirsch

2. Le port de Zeyla et son arrière-pays au Moyen Âge

Investigations archéologiques et retour aux sources écrites

François-Xavier Fauvelle-Aymar, Bertrand Hirsch, Régis Bernard et Frédéric Champagne

Texte intégral

  • 1 1986-1991.
  • 2 Un inventaire de ce patrimoine architectural semble urgent à réaliser.
  • 3 Comme les sondages archéologiques détaillés plus loin le montrent, la ville actuelle semble être si (...)
  • 4 Deux missions de prospection d’une semaine chacune ont été conduites en 2001 au Somaliland (Fig. 2. (...)

1Le port de Zeyla, situé sur la rive africaine du golfe d’Aden, dans le Somaliland actuel, est aujourd’hui un port à l’activité réduite, où, contrairement au port de Berbera, les bateaux de fort tonnage ne peuvent accoster. Il est fréquenté surtout par des bateaux de pêche venus du Yémen et par de petits navires qui assurent les liaisons commerciales avec la république voisine de Djibouti et dont les cargaisons sont emportées vers l’intérieur par camion. La ville a beaucoup souffert des destructions et des bombardements survenus lors de la guerre civile1 et se compose surtout d’habitations de fortune regroupées en quartiers autour des quelques bâtiments, datant des xixe et xxe siècles, qui restent encore debout et sont souvent en ruines2. Situé sur le littoral d’une plaine côtière aride et désertique, au climat particulièrement rude, manquant d’eau potable, difficile à atteindre par la piste depuis la capitale Hargeysa, Zeyla peine aujourd’hui à sortir de son isolement. C’est pourtant ce site3 qui fut, du Moyen Âge au xixe siècle, le débouché commercial des produits venus de l’intérieur de la Corne et une des principales interfaces avec le monde extérieur (pays riverains de la mer Rouge et de l’océan Indien). Nous avons voulu mener une enquête archéologique et historique sur ce port et sur son arrière-pays pour tenter de mieux cerner son importance et son rôle à l’époque médiévale4.

Fig. 2.1 Carte du Somaliland et zones visitées en 2001

Prospections archéologiques au Somaliland

  • 5 A.T. Curle 1936.
  • 6 A.T. Curle 1937.
  • 7 Pour les noms de sites somalilandais, nous adoptons dans cet article une transcription simplifiée, (...)
  • 8 N. Chittick 1976.
  • 9 N. Chittick 1969.
  • 10 Sur le Later Stone Age de la Corne de l’Afrique, voir G. Revoil 1882a, 1882b ; W. Seton-Karr 1896 ; (...)
  • 11 Par exemple I.M. Lewis 2002.
  • 12 K.L.M. Goldsmith & I.M. Lewis 1958 ; I.M. Lewis 1959 [1960], 1960.
  • 13 F. Jousseaume 1895 ; I.M. Lewis 1961 ; J.-P. Cros et al. 2006.
  • 14 I.M. Lewis 1958 ; S.A. Brandt & Ν. Carder 1987 ; X. Gutherz et al. 2003a, 2003b, 2004, 2005 ; R. Jo (...)

2Peu de prospections ont été conduites au Somaliland, hormis les recherches menées par Alexander Curie entre 1930 et 1934, lorsqu’il était political officer dans la colonie alors britannique, chargé du tracé de la frontière avec l’Éthiopie. Curie signala la découverte d’une vingtaine de villes en ruine, d’abord par courrier à la revue Antiquity5 puis par un article à la même revue6 ; il n’y conduisit pas de fouilles, hormis quelques décapages de surface ici ou là ainsi qu’un sondage sur le site d’Amud [Camuud]7. Signalons aussi la brève incursion de Neville Chittick lors de son expédition somalo-britannique de 1975 dans le Nord de la Somalie8, faisant suite à son expédition de 1968 le long de la côte sud9. La seconde expédition de Chittick le conduisit notamment à visiter Abasa [Abasa] et Zeyla [Saylac] ; la mention de Zeyla dans son article est lapidaire, l’équipe n’ayant pas trouvé le site antique auquel seul elle s’intéressait. Si les travaux en préhistoire sont plus abondants que dans les autres domaines de l’archéologie et de l’histoire10, mentionnons cependant l’existence de multiples travaux sur l’histoire somali11, notamment dans le domaine de l’histoire du peuplement12 ; des travaux sur les monuments mégalithiques13 ; et une série de recherches sur les peintures et gravures rupestres du pays14.

3Nos deux missions débutèrent à Hargeysa, capitale de la République du Somaliland. La première nous conduisit d’abord à Zeyla, le chemin de retour vers Hargeysa empruntant une autre piste qui nous permit de visiter les sites urbains ruinés d’Abasa et Amud. Durant la seconde mission, deux mois plus tard, nous pûmes visiter les sites de Sheikh et Berbera, avant de nous rendre de nouveau à Zeyla par une piste longeant la côte ; nous ralliâmes Hargeysa après quelques jours passés à Zeyla et dans plusieurs sites des environs. Du fait de la brièveté de ces séjours au Somaliland et du temps passé sur les sites à proprement parler (en raison du très mauvais état des pistes qui allonge considérablement les temps de transport), nous n’avons pu le plus souvent passer que quelques heures sur chaque site. Dans chaque cas, cependant, nous avons tenté de réunir les informations historiques et archéologiques de base ainsi qu’une petite documentation photographique sur les structures et artefacts. À Zeyla, il fut possible d’entreprendre, lors de la seconde mission, le début d’un relevé topographique de la ville. C’est aussi le seul site où nous pûmes effectuer quelques sondages limités ; une petite quantité d’artefacts ont également été collectés sur chaque site pour les besoins de prises de vue ; ces éléments de mobilier ont été remis au ministère de l’Éducation et de la Culture à la fin de nos missions et n’ont pu être étudiés depuis lors.

4Les sites sont décrits ci-après dans l’ordre de nos visites. Zeyla, principal objectif de nos missions, fera l’objet d’une attention particulière. Les observations archéologiques faites sur place seront examinées à la lumière d’une relecture des sources écrites médiévales.

Zeyla

  • 15 Voir en particulier R.F. Burton 1856 ; G. Revoil 1882a ; A. Cecchi 1885-1887 ; A. Bardey 1981 [ca. (...)

5Zeyla (Ν 11°22’ Ε 43°28’) fut un port fameux du golfe d’Aden, l’un des principaux emporta de la zone, avant d’être réduit à son état actuel de village perdu encombré de ruines par l’essor de Djibouti et de la ligne de chemin de fer de Djibouti à Addis-Abeba dans les premières décennies du xxe siècle. Bien que d’autres ports du détroit de Bab el-Mandeb et du golfe d’Aden (Asab, Tadjoura, Berbera) aient commencé à menacer la domination de Zeyla dès le milieu du xixe siècle, ce port resta jusqu’à la fin du siècle le point d’entrée dans la Corne pour de nombreux voyageurs qui ont laissé des descriptions écrites15 et le cas échéant une mince documentation iconographique.

Fig. 2.2 Relevé topographique. Pour l’explication des secteurs numérotés Z, voir le texte

  • 16 Voir L. Casson 1989 : 115-117.
  • 17 N. Chittick 1976 : 125.
  • 18 La plus utile compilation de ces sources arabes est celle de G. Vantini (1975), qui traite principa (...)
  • 19 N. Chittick 1976.
  • 20 N. Chittick 1976 : 117.
  • 21 A.W. Sa’id et al. 1974.

6Zeyla, que certains auteurs considèrent comme le site du port ptolémaïque d’Avalitès évoqué dans l’anonyme Périple de la mer Érythrée au Ier siècle AD16, contra un certain nombre de commentateurs au sujet de la date de rédaction17, est mentionnée par nombre de sources arabes médiévales à partir du xe siècle AD18 (voir plus loin). Mais en dépit du passé glorieux de la ville, très peu de recherches (dont celles de Neville Chittick en 197519) ont été conduites sur ce site depuis l’époque de Curie, et il n’existe pas, à notre connaissance, de relevé cartographique ou topographique récent. On nous indiqua sur place que des archéologues avaient pratiqué quelque temps avant notre visite des fouilles dans la mosquée « aux deux miḥrāb », mais nous ne pûmes obtenir davantage d’informations à ce sujet. Peut-être s’agit-il de la mission somalo-soviétique signalée par Chittick20, laquelle aurait effectué des prospections (et fouilles ?) en Somalie du Nord, mais nous n’avons pu consulter leur rapport de 197421.

7Le but de notre premier séjour était d’effectuer une première reconnaissance du site et de nous faire une idée sur la présence des restes médiévaux et possiblement antiques. Sur la base de ses résultats, il fut décidé d’entreprendre une seconde mission à Zeyla, dont il sera question plus loin. Les zones archéologiques localisées au cours de la première mission ont été numérotées Z1 à Z8, et plus tard repositionnées sur le relevé topographique effectué lors de la seconde mission (voir Fig. 2.2).

Fig. 2.3 Zeyla : maison en ruine du gouverneur britannique. Noter au premier pian les refuse heaps

8Notre attention fut d’abord sollicitée par les refuse heaps (tertres de rebut) à propos desquels Curle écrit :

  • 22 A.T. Curle 1937 : 316.

The District Officer’s house to the east of the town, just outside the line of the old walls, has been built on the ancient refuse heaps, and it is possible to pick up around the house quantities of fragments of Celadon porcelain, and pieces of Arab pottery and glass22.

9Ces refuse heaps furent rapidement localisés (Fig. 2.2 - Z1) immédiatement à l’est de ce qui est appelé localement la Governor’s House (la District Officer’s House de Curie ; Fig. 2.3), sous la forme d’un épandage de matériel (fragments de céramique et de verre de toutes sortes) d’au moins un hectare. Certains des fragments trouvés sont peut-être anciens ; beaucoup sont tout à fait contemporains (xviiie-xxe siècle). Ce matériel, très fragmenté et épars, est associé à de très nombreux fragments de coquillages, ce qui nous conduit à penser que cette concentration pourrait ne pas être d’origine anthropique mais consister plutôt en un épandage marin produit par les marées.

  • 23 Nous remercions ici Bing Zhao (chargée de recherches au CNRS, UMR 8155) pour les identifications qu (...)

10À quelques 200 mètres à l’est du départ de la jetée du port actuel, près du bâtiment en ruines de la Marine Force, on trouve un gisement très important (Fig. 2.2 - Z2) de tessons de porcelaine chinoise rapportables à la période comprise entre le xvie et la première moitié du xxe siècle, et de porcelaine japonaise des xviiie-xxe siècles (Figs. 2.4 et 2.5), soit une période relativement tardive, à l’exception d’un possible fragment de bol qingbai (antérieur au xve siècle)23. Au-dessus de la plage, un remblai (d’une hauteur de 1,5 mètre) parallèle à la plage (orientée est-ouest) témoigne d’un terrassement d’époque contemporaine ; la terre ramenée vers la mer fait digue contre les grandes marées. Le bâtiment de la Marine Force étant bâti dessus, ce terrassement date au plus tard de l’époque britannique (dont le protectorat commence en 1884). Le fait de rencontrer à cet endroit une grande quantité de tessons, dans une zone visiblement remaniée, indique la présence possible, sous ce remblai, de structures ou d’épandages anciens ; peut-être a-t-on là un épandage marin semblable à Z1, mais le matériel abondant trouvé sur la plage peut aussi avoir été arraché au remblai par les grandes marées.

11Le long d’un segment de la plage entre la zone Z2 et le début de la jetée, on note la présence d’un abondant matériel (Fig. 2.2 - Z3), bien qu’il n’y ait pas de remblai à cet endroit mais une dune de sable. Ce matériel a pu, là encore, être arraché par la mer au remblai de Z2 et rejeté à cet endroit, mais l’observation tend plutôt à corroborer l’hypothèse d’une vaste zone d’épandage courant de Z1 à Z3, correspondant à du matériel rejeté par les marées antérieurement à l’aménagement du remblai. Dans cette hypothèse, il serait très probable que le lagon recèle des épaves.

12Aucune pièce n’a pu être collectée le long de la jetée. Il apparaît que cette jetée, relativement récente, a pu modifier le système des courants dans le lagon et accélérer la modification des contours du littoral. Ici, seule l’étude des cartes de différentes époques et une étude géomorphologique du site pourraient permettre de restituer la forme ancienne des plages et de cibler la localisation des zones portuaires médiévales, voire antiques.

Fig. 2.4 Zeyla : échantillon de céramique provenant du secteur Z2 (collecte de surface)

Fig. 2.5 Zeyla : autre échantillon de céramique provenant du secteur Z2 (collecte de surface)

13La mosquée (Fig. 2.2 - Z4) située au sud de l’usine Zayla Fishing Center est appelée mosquée « aux deux miḥrāb » ; elle serait, d’après les habitants, la plus ancienne de la ville. Cette mosquée contient une tombe, celle de cheikh Babu Dena. D’après nos informateurs, l’endroit a été récemment remanié à la pelle mécanique. La tradition affirme que cette mosquée posséderait deux miḥrāb, légèrement désaxés, l’un orienté vers La Mecque (nord), l’autre vers Jérusalem (nord-ouest). Deux structures sont effectivement visibles. L’une d’elles, un miḥrāb encore debout (Fig. 2.6), est orienté au nord. Seule la base de l’autre structure est visible et il est difficile de décider de sa nature et de son orientation. Nous émettons l’hypothèse que ces deux structures appartiennent à deux stades différents de la mosquée, mais seule une fouille permettrait de vérifier cette hypothèse et d’observer une éventuelle différence d’orientation entre les deux structures. Plusieurs fragments de céramique ont été collectés.

14Une autre mosquée (Fig. 2.2 - Z5), dite de Shahari, située à une centaine de mètres à l’est de la précédente, serait elle aussi l’une des plus anciennes mosquées de la ville. L’édifice est en ruine, mais le minaret et le mur nord (mur de qibla) de la salle de prière sont encore en place. Un mausolée (Fig. 2.2 - Z6), celui de cheikh Eba Abdala, est situé dans un petit enclos de pierres. Un autre mausolée (Fig. 2.2 - Z7) est celui de cheikh Ibrahim en qui la tradition voit le fondateur de Zeyla. La mosquée Mahmud Asiri [Casiri] (Fig. 2.2 - Z8) est située à une centaine de mètres au sud-est du bâtiment de la Marine Force. On trouve là aussi une très forte concentration de matériel (céramique islamique ancienne et moderne, porcelaine chinoise ancienne et contemporaine...). Si l’hypothèse d’un remblai d’époque anglaise (voir Fig. 2.2 - Z2.) se trouvait confirmée, cette mosquée serait située à proximité de structures médiévales aujourd’hui détruites.

Fig. 2.6 Zeyla. Mosquée dite « aux deux miḥrāb » : le miḥrāb en élévation dans le mur nord

  • 24 Sur les données des auteurs antiques relatives à la mangrove, voir j. Desanges & M. Reddé 1994.

15L’île de Saad Din est située à environ 8 km du rivage. L’un des côtés de l’île est couvert d’une épaisse mangrove appartenant, selon nos accompagnateurs, à deux espèces : qandal (« mangrove rouge ») et takhay (« mangrove noire »)24. À propos des prospections qu’il a menées dans cette île, Curie écrit simplement :

  • 25 A.T. Curle 1937 : 316.

The island of Saad Din, now uninhabited and waterless, contains the ruins of many houses with court-yards, spaced far apart, their walls, however, usually not remaining for more than a foot above the ground. A cellar or tank with an arched roof is the only remaining building. All the refuse heaps and relics are found in the southwest corner of the island, and no heaps are visible on the surface near the ruins. Near the refuse-heaps, however, the line of a wall is traceable for several hundred yards25.

16Nos rapides prospections nous ont permis de retrouver le réservoir vu par Curie. Mais ni les murs, ni les refuse heaps, ni les habitations n’ont pu être repérés, peut-être en raison d’une sédimentation éolienne apparemment importante entre sa visite et la nôtre. Si, à mi-chemin entre le réservoir et le tombeau du sultan Saʽad al-dīn (voir infra), nous avons pu repérer un ensemble de structures ruinées affleurant à peine au sol, on peine à croire qu’il s’agit là des habitations vues par Curie : plusieurs de ces structures présentent la forme d’une vaste ellipse, l’une d’elles mesurant une vingtaine de mètres de rayon. Plusieurs ruines semblables forment aujourd’hui de petits tells archéologiques ; les parties visibles de ces structures semblent être en calcaire corallien. On ne saurait répondre catégoriquement à la question de savoir si ce site possède un caractère urbain. On trouve sur place peu d’artefacts, et en particulier très peu de tessons de céramique. Mais on note, aux alentours de ces ruines (et non ailleurs), de nombreux fragments de coquilles d’œufs d’autruche. L’attribution chronologique de ces structures est impossible.

  • 26 A.T. Curle 1937 : 321.

17Sur cette île, un monument est considéré comme le tombeau de Saʽad al-dīn, souverain d’un vaste royaume musulman du xve siècle dont il sera question plus loin. Le tombeau attribué à ce sultan (Fig. 2.7) est orienté est-ouest, à l’intérieur d’une enceinte dont subsistent des murs de 50 cm à 1 m de hauteur. Un abondant matériel a été retrouvé autour du tombeau (céramique verte translucide évoquant le céladon, perles) : il s’agit sans doute de restes d’offrandes. Curie signale la présence de nombreuses perles de traite en pâte de verre (et d’autres types, dont des perles en cristal, en cornaline, en agate, en stéatite) sur plusieurs sites (non précisés) du Somaliland, et tout spécialement sur le site de la mosquée de cheikh Barkab dans l’intérieur du pays, déposées là selon lui en guise d’offrande26. On note également, à une cinquantaine de mètres à l’est du tombeau, la présence d’une petite structure, ainsi que de deux petits amas de pierres signalant deux petites tombes (musulmanes ?). Le site a livré un seul fragment de poterie.

Fig. 2.7 Ile de Saad Din : structure considérée localement comme le tombeau du sultan Saʽad al-dīn

  • 27 R.F. Burton 1856 ; voir spécialement le chapitre II (p. 26-63) intitulé Life in Zayla.
  • 28 F.L. James 1885 : 644-645.
  • 29 Le terme « galla » est aujourd’hui considéré comme péjoratif.

18Richard Burton visita l’île en 185427, suivi trois décennies plus tard par un certain Stewart King28 ; l’un et l’autre ont décrit des tombes, certaines curieuses, dont l’une surmontée d’une grande meule (millstone) dont la tradition rapportait qu’elle contenait un trésor. Fouillée par King, la tombe ne livra rien, mais il fouilla d’autres tombes de l’île, considérées par lui comme « galla29 » (oromo) c’est-à-dire matérialisées par un cairn entouré d’un cercle de pierres, qui livrèrent des éléments de parure en corail et en ivoire, le mort reposant la tête à l’est, au pied d’une dalle dressée. La chose remarquable est qu’aucun de ces deux auteurs ne mentionne de sépulture attribuée à Saʽad al-dīn. Risquons l’hypothèse que l’attribution de ce monument à Saʽad al-dīn pourrait être une tradition récente, peut-être formée d’après le nom de l’île, peut-être également renforcée par les fouilles pratiquées par ces Européens à la fin du xixe siècle...

19À 3 ou 4 kilomètres au sud de Zeyla, on nous signala un site qui serait celui d’une ancienne ville ruinée, capitale d’un royaume ancien ; l’endroit s’appelle Ina Dini (« Fille de Dini » en somali). Fortement sédimenté, le site revêt l’apparence de tells dunaires, avec peu de structures visibles, hormis quelques segments de murs ruinés peu diagnostiques. D’autres ruines, situées le long de la mer, vers l’est, et portant apparemment le même nom d’Ina Dini, nous ont été signalées comme correspondant à l’emplacement d’un port ancien. Un informateur a évoqué à ce propos un « canal d’Ina Dini » par lequel la mer entre à marée haute ; il s’agirait d’un canal aménagé. Il n’a pas été possible de se rendre sur le site, réputé miné.

20D’autres sites nous furent également mentionnés aux alentours de Zeyla, mais n’ont pas été visités lors de cette première prospection. Outre Ina Dini, un site du nom d’Awdal nous a été signalé (voir infra le compte rendu de la seconde visite de Zeyla) ; ce toponyme est connu par les sources écrites éthiopiennes. Nos informateurs ont également évoqué le site de Tooshi, à quelque 7 km à l’ouest de Zeyla ; il s’agirait d’anciennes mines de sel. Une autre île, du nom de Kumale, nous a également été signalée comme possédant des ruines. Enfin, un site du nom de Waraabaley, non localisé avec précision, nous fut mentionné comme un endroit très rocheux présentant des entrées de grottes ; des ruines seraient encore visibles juste à l’ouest.

Abasa

  • 30 A.T. Curle 1936, 1937.
  • 31 A.T. Curle (1937) groupe les sites urbains observés par lui en quatre ensembles : villes côtières ( (...)
  • 32 N. Chittick (1976 : 128) indique qu’Abasa est située in a region where some cultivation is possible (...)
  • 33 Cet argument n’est cependant pas décisif : la présence de meules à moudre les céréales n’implique p (...)
  • 34 A.T. Curle 1937 : 320.

21Le site d’Abasa (Ν 10°07’ Ε 43°03’ alt. 1536 m), situé près du village actuel de Bon, fait partie de la vingtaine de villes médiévales repérées par Curie30 dans le Somaliland britannique et dans le territoire éthiopien, parmi lesquelles treize forment un groupe dense à cheval sur le Sud-Ouest du Somaliland et le Haud éthiopien31. Abasa est selon lui, avec Amud (voir plus loin), Au Bare et Gogesa, l’une des quatre plus importantes localités de ce dernier groupe. Curie estime que ces villes, toutes situées à une altitude comprise entre 5 000 et 6 000 pieds (1 500 à 2 000 mètres) et dans un environnement où seule une activité agricole limitée était à ses yeux praticable32 (observation contredite cependant par les restes nombreux de meules à moudre les céréales)33, datent des xve et xvie siècles ; il est cependant à noter que le matériel qu’il y a collecté en très grande quantité (céramique à glaçure, céladon, monnaies arabes et égyptiennes, vaisselle de verre) et qui fut déposé au Department of Ethnology du British Museum – la collection consiste en several thousand items qui n’ont pas à notre connaissance fait l’objet d’étude postérieure – comprend des pièces qui, selon lui, remontent aux xiie-xve siècles (en particulier du céladon chinois des dynasties Song et Ming34). Ces villes anciennes – du moins les quatre principales –, peuplées par une maigre végétation broussailleuse, livrent chacune, selon Curie, quelque 200 habitations dont les murs présentaient encore, lors de ses reconnaissances, des élévations de 5 mètres, les mosquées présentant le meilleur état de conservation.

22Le site d’Abasa est placé dans une zone montagneuse accessible après une heure de marche. La ville est très étendue, occupant plusieurs hectares dans une plaine traversée par un oued. L’habitat est peu dense, comptant peut-être, comme l’avait estimé Curie, 200 habitations au minimum. Le site, après avoir été visité par Curie dans les années 1930, le fut également par l’équipe de Neville Chittick en 1975. Celui-ci décrit les habitations :

  • 35 N. Chittick 1976 : 128.

The buildings are rectangular and are moderately well built of fairly regular but uncut stone set in mud mortar. The houses are mostly small, consisting of one or two rooms ; it is thought the maximum is three35

23À propos de la mosquée, Curie écrit :

  • 36 A.T. Curle 1937 : 319.

The mosque at Abasa measured some 60 feet by 54 feet [18.60 m x 16.75 m] and contained twelve unevenly placed pillars of varying forms ; some were round and surmounted by built rectangular capitals, others rectangular with the angles recessed, cruciform in plan [...]. No arches appear to have sprung from these pillars, which must accordingly have supported a brushwood roof. Some of the pillars had baulks of wood built into them about three feet from the ground [...]. Their purpose was probably to facilitate the attachment of drapery or hangings. The miḥrāb of this mosque was formed of a series of four recessed rounded arches but unfortunately the back wall has fallen away36

  • 37 N. Chittick 1976 : 128.

24Nous avons pu confirmer les indications de Curie sur la mosquée, dont Chittick a fait un relevé (Fig. 2.8), mais les parties hautes en sont aujourd’hui détruites (Fig. 2.9) ; Chittick avait du reste déjà observé que le monument s’était considérablement dégradé entre 1934 et 1975, l’arche du miḥrāb s’étant effondrée dans l’entremise37. Fort heureusement, un état à peu près préservé du monument dans son élévation d’origine est présenté par Curle en illustration de son article. Cette dégradation est également constatable sur l’ensemble du site ; de nombreux bâtiments présentent cependant des structures encore bien visibles.

Fig. 2.8 Abasa : mosquée. Plan

Fig. 2.9 Abasa : mosquée. État de conservation lors de la visite. Noter les piliers de section circulaire et de section cruciforme

  • 38 N. Chittick 1976 : 128-129.

25Le site dans son ensemble a livré un matériel très abondant, principalement une céramique assez fruste. Nous n’avons pas trouvé de porcelaine chinoise, à la différence de Chittick38 qui en signale en compagnie de céramique islamique, toute deux attribuables aux xve-xvie siècles, mais un fragment de céladon côtelé trouvé sur place pourrait selon lui être rapporté au xive siècle. On note la présence de céramique blanche, ainsi que de coquillages du type cauris (cypraea annulus), certains percés d’un trou régulier, sans doute utilisés comme parures ou comme ornements de calebasse, trouvés sur un espace dégagé qui pourrait avoir été une place de marché (Fig. 2.10). En bordure de cet espace, nous avons pu repérer une large zone de rebut, très cendreuse et comportant une grande quantité d’artefacts.

  • 39 A.T. Curle 1937.

26Nos informateurs ont évoqué l’existence d’un second site, non loin, portant le même nom. Nous ne l’avons pas visité. La carte de Curie39 porte mention d’une localité ancienne située dans le voisinage d’Abasa, le site de Hasadinle – distant d’une dizaine de kilomètres d’après la carte –, dont il écrit simplement que : [its] walls remain to a height of only one or two feet.

Fig. 2.10 Abasa : cauris (cypraea) collectés en surface

Amud

  • 40 A.T. Curle 1937.

27Le site d’Amud (Ν 09°55’ Ε 43°14’ alt. 1504 m) occupe plusieurs hectares sur les pentes d’un plateau calcaire. Il compte plusieurs centaines d’habitations, formant un habitat très dense. Curie pratiqua dans cette ville un sondage dans l’un des refuse heaps situé à proximité d’une habitation40 ; ce sondage livra une épaisseur de 4 pieds et 6 pouces (= 137 cm) de cendres mêlées d’ossements et de rebuts divers ; l’auteur n’indique pas si le substrat a été atteint, mais à la profondeur atteinte par le sondage il indique avoir mis au jour des fragments d’une céramique à couverte noire (burnished pottery) inconnue au Somaliland mais réminiscente selon lui d’un type de céramique de Harar en Éthiopie.

28La mosquée d’Amud est ainsi décrite par Curle :

  • 41 A.T. Curle 1937 : 319.

The miḥrāb of the mosque at Amud has a pointed arch and outside the mosque proper was an antechamber containing a storage well 8 feet deep and lined with plaster to hold the water for ablutions41.

29Il nous fut difficile de retrouver cette mosquée, aujourd’hui presque indistincte des autres structures ruinées, mais l’identification fut cependant possible grâce au puits mentionné par Curie. De semblables trous aménagés dans le sol sont visibles dans toute la ville : il peut s’agir de puits ou de garde-manger. La poterie recueillie sur place est grossière et peu abondante.

30À la limite ouest de la ville, près de ce qui pourrait être les fondations de l’enceinte médiévale, existe un cimetière comportant au moins une centaine de tombes musulmanes sans inscriptions. Il est à signaler que le site a connu, depuis la visite de Curie, une érosion importante, aggravée par le fait qu’il sert (au moins à l’époque de notre visite) de carrière pour les travaux publics de la région. Comme à Abasa, un site jumeau de celui d’Amud nous fut signalé non loin ; il n’a pas non plus été visité.

Sheikh

31Les résultats prometteurs de cette première prospection nous incitèrent, comme il est dit plus haut, à entreprendre une seconde campagne avec l’accord des autorités du Somaliland. Ses objectifs étaient de visiter de nouveaux sites et d’entamer la réalisation d’un relevé topographique de la ville de Zeyla, pouvant éventuellement servir de base à des recherches futures. La mission devait aussi permettre la réalisation de quelques sondages stratigraphiques à Zeyla, destinés à vérifier le potentiel du site.

32La ville actuelle de Sheikh, située à environ 60 km de Berbera (altitude 1 500 m) s’étend à proximité d’une ancienne cité médiévale (Ν 09°56’ Ε 45°11’) connue dans toute la région, et qui fait aujourd’hui (à l’époque de notre visite) l’objet de fouilles par des archéologues amateurs. L’observation du site n’a duré que quelques heures.

33La surface totale observée est d’environ 10 hectares, avec une concentration plus importante dans le secteur nord-est (environ 2,5 hectares), tandis qu’à la limite ouest du site on note les restes d’un mur qui pourrait être un mur d’enceinte. Le mur borde une petite zone de rebut d’environ 9 m de rayon, très cendreuse, et présentant beaucoup de tessons, de cauris et de fragments de céramique vernissée. Deux zones (chacune d’environ 500 m2) avec des concentrations de tombes ont été repérées, dont l’une à la limite sud du site, livrant des tombes orientées est-ouest. On observe de nombreuses bases de murs d’habitations, dont l’organisation est malheureusement difficile à lire. Une structure est présentée par les informateurs locaux comme une mosquée, ce que les observations faites sur place ne permettent pas de corroborer. Une autre structure remarquable est un puits d’environ 3 mètres de profondeur donnant sur une salle souterraine sans doute naturelle, mais présentant des traces d’aménagement. Le sol a été éventré par des fouilles clandestines. Aux dires des informateurs, le trou d’accès était à l’origine bouché par un comblement de branchages et de pierres, surmonté d’une section de tronc d’arbre de 1 mètre de hauteur.

  • 42 Merci à Stéphane Pradines (Institut français d’archéologie orientale, Le Caire) pour les déterminat (...)

34Par son extension, le site de Sheikh apparaît comme un site majeur. Il ne fait pas de doute que la ville connut son heure de gloire à quelque période comprise entre le xiiie et le xviiie siècle. Le nom médiéval en serait Ferdussa (toujours d’après des informations orales). Le matériel collecté ou mentionné sur place comprend de la céramique, des bracelets en pâte de verre, des coquillages, une monnaie arabe non étudiée. Plusieurs artefacts sont attribuables aux xive et xve siècles42 (Fig. 2.11). Les structures bâties, presque totalement ensevelies, paraissent en bon état de conservation et livrent des restes d’enduit. Dans l’hypothèse d’une campagne de fouille, le site de Sheikh pourrait livrer des informations capitales pour l’histoire médiévale du Somaliland, et plus généralement pour l’histoire des populations et des routes commerciales de la Corne de l’Afrique. Il est cependant à noter que le site est menacé par l’extension de la ville actuelle. Une autre menace pour la connaissance de ce site historique remarquable est l’attrait qu’exerce l’endroit auprès des fouilleurs clandestins.

Fig. 2.11 Sheikh : échantillon de matériel archéologique collecté en surface

Berbera

35La recherche du site médiéval de Berbera n’étant pas l’objectif de cette mission, l’équipe n’y est restée que quelques heures. Au vu de quelques ruines visibles, le site médiéval pourrait cependant s’étendre entre la ville actuelle et la plage.

36Le fait remarquable est l’existence d’une immense nécropole le long du littoral, sur une largeur de 20 à 50 mètres et une longueur approximative de 3 kilomètres. Les tombes sont toutes parallèles au rivage, selon un axe NE-SO. Certaines tombes sont visiblement modernes ou ont été restaurées récemment à l’aide de ciment. Il pourrait s’agir dans ce cas de tombes de personnages religieux importants ou de notables. Certaines tombes sont visiblement anciennes, mais il est difficile de se prononcer sur ce sujet, la plupart des sépultures n’étant formées que d’un léger rebond de sable bordé, à une ou deux extrémités, par une pierre dressée.

37Ce cimetière pourrait avoir été utilisé de façon continue depuis le Moyen Âge jusqu’à aujourd’hui. Compte tenu de sa localisation, il est cependant à noter que ce cimetière est sujet aux destructions causées par les grandes marées, et il est significatif qu’un certain nombre de tombes situées en bordure de rivage sont presque totalement arasées. Si le site a quelque ancienneté, les tombes les plus anciennes ont dû être progressivement détruites. La quantité impressionnante de sépultures (sans doute plusieurs milliers) et l’extension du site plaident en tout cas pour une occupation de longue durée.

Recherches archéologiques à Zeyla

38Le principal objectif de notre seconde visite à Zeyla était d’effectuer un relevé planimétrique, forcément provisoire, des structures archéologiques et d’usage actuel (mosquées, mausolées, cimetières) visibles sur la ville actuelle, dont la surface est d’environ 50 hectares (Fig. 2.2). La méthode adoptée a été celle d’un relevé topographique au théodolite (cheminement fermé) en coordonnées locales. Le relevé en plan (Fig. 2.12) de la mosquée « aux deux miḥrāb » fut également effectué, ainsi que le relevé topographique des sondages d’évaluation (Fig. 2.13 & 2.14).

Fig. 2.12 Zeyla. Mosquée dite « aux deux miḥrāb » (Qiblatayn) : relevé en plan. Localisation du sondage S2-S2’

Fig. 2.13 Zeyla. Relevé en plan du sondage S2-S2’. Ensemble des structures associées à l’horizon stratigraphique 2004

Fig. 2.14 Zeyla. Relevé en coupe du sondage S2-S2’

39Après avoir effectué une première topographie sommaire de la ville et réuni quelques informations relevant de la tradition orale, il est apparu que la ville médiévale de Zeyla se serait développée selon un déroulé ouest-est, les éléments les plus anciens se trouvant localisés plutôt dans le secteur ouest de la ville actuelle. Forts de ce premier constat, il fut décidé, pendant le court laps de temps qui nous était imparti, d’effectuer un décapage de surface dans la mosquée « aux deux miḥrāb », réputée comme étant la plus ancienne de la ville, ainsi qu’un sondage archéologique visant à estimer le potentiel stratigraphique du site. Ce dernier sondage (S2-S2’) fut pratiqué sur une zone totalement vierge de bâti située à environ 50 m à l’est de la mosquée « aux deux miḥrāb », sur l’axe formé par les trois mosquées anciennes de la ville.

La mosquée « aux deux miḥrāb »

40Notre intervention archéologique sur ce site a consisté en un nettoyage de surface de l’édifice, qui était en grande partie enseveli sous des amoncellements de gravats, afin d’en dégager le plan. Seul le mur nord (mur de qibla) et son miḥrāb (Fig. 2.6) étaient en élévation à notre arrivée sur le site. Le dégagement des maçonneries a porté essentiellement sur la partie nord-est du bâtiment. Deux phases de construction principales ont été reconnues.

Fig. 2.15 Zeyla. Mosquée dite « aux deux miḥrāb » (Qiblatayn) : niveau de sol ou couche de travail liée à l’enduction du parement extérieur du mur nord

41La phase 1 concerne la construction de la salle de prière (P1). Il s’agit d’une maçonnerie homogène en moellons de calcaire corallien liés par un mortier terreux maigre, d’une largeur de 60 cm (M1 et M2). Le sol intérieur de la pièce n’a pas été atteint. En revanche, un possible niveau de sol ou niveau de travail a été mis en évidence à l’extérieur du bâtiment, à l’aplomb du mur nord. Il est matérialisé par une fine couche de chaux et correspond à la phase d’enduction du parement extérieur du mur nord : en effet, cette couche remonte légèrement contre l’enduit du mur partiellement conservé (Fig. 2.15). Le miḥrāb, toujours en élévation, fut construit dans un second temps : il a en effet été observé qu’il n’était pas chaîné avec le mur M1, mais qu’il s’appuyait contre l’enduit de ce dernier. Les fondations n’ont pas été atteintes, aussi est-il délicat d’affirmer de façon formelle qu’il s’agit d’un ajout postérieur et non pas simplement d’une technique architecturale. Les fondations peuvent malgré tout être chaînées, le miḥrāb ayant pu alors faire l’objet d’une reconstruction lors d’une transformation de la mosquée.

42La phase 2 concerne la construction des pièces P2 et P3. Cette phase apparaît comme celle où il fut procédé à un agrandissement de la mosquée vers l’ouest, le mur M3 s’appuyant contre le mur M1. Il ne s’agit pas d’une technique architecturale particulière, puisque les murs M3, M4 et M5 sont eux chaînés et construits d’un seul jet. Cette nouvelle construction semble englober le bâtiment primitif et définir ainsi une cour intérieure. Deux pièces principales ont été distinguées : P2 et P3. Ces deux pièces sont séparées par un puits, dont la margelle aurait (d’après le témoignage des voisins) été volée récemment lors d’une fouille clandestine. Les sols des deux pièces ont été dégagés. Ils sont constitués d’un béton de chaux installé sur un amas de blocs de calcaire corallien. Le sol de la pièce P3 est parcouru par les vestiges d’une rigole maçonnée aboutissant au puits. L’origine de cette rigole n’a pas été reconnue. Sa connexion avec le puits a été détruite par l’excavation récente. Cet aménagement correspond très vraisemblablement à une adduction d’eau.

  • 43 Merci à Bing Zhao d’avoir bien voulu se livrer à des déterminations sur photos.

43La vidange du remblayage de la fouille clandestine du puits nous permit de mettre en évidence, en coupe, un important remblai de gravats (reconnu sur 1,20 m d’épaisseur) sur lequel sont installés les sols des pièces P2 et P3. Ce remblai, contenant du mobilier attribué au Moyen Âge au sens large (céramique locale), montre que la mosquée a été bâtie sur un bâtiment antérieur dont les gravats ont été laissés en place. La nature et l’étendue de ce bâtiment restent pour l’instant inconnues. Il pourrait s’agir d’une mosquée antérieure. Le mobilier recueilli lors du décapage de surface comprend des tessons de céramique locale ainsi qu’un tesson de porcelaine chinoise des xviie-xviiie siècles, un possible fragment de vaisselle chinoise blanche de date incertaine, et un possible fragment de porcelaine chinoise monochrome qingbai (antérieure au xve siècle)43, le tout représentant une très maigre collecte (Fig. 2.16).

44L’existence de deux bâtiments successifs pourrait fournir une explication à la légende locale de la mosquée « aux deux miḥrāb ». Plutôt qu’un second miḥrāb (qui n’a pas été trouvé lors de nos investigations), la mémoire collective de la ville aurait gardé souvenir de deux états successifs de la mosquée, mais ce n’est là, bien sûr, qu’une hypothèse. Une autre légende locale est également à signaler : elle indique que le ciment et l’enduit utilisés dans les maçonneries anciennes étaient faits à partir de sucre. Il s’agit sans doute là d’une légende d’invention récente ayant pour but d’expliquer la disparition de la ville médiévale, qui aurait en quelque sorte « fondu » avec le temps.

Fig. 2.16 Zeyla. Mosquée dite « aux deux miḥrāb » (Qiblatayn) : échantillon de matériel archéologique provenant du décapage de surface

Le sondage S2-S2’

45Le sondage S2-S2’fut pratiqué le long de ce qui nous semblait être un ancien axe de circulation est-ouest passant devant les trois mosquées de la ville, 50 m à l’est de la mosquée « aux deux miḥrāb », sur un microrelief situé au cœur de ce que nous pouvons considérer – en cela d’accord avec les habitants – comme le site de la ville primitive. Ce choix fut également dicté par une accessibilité directe aux niveaux archéologiques supposés, en raison de l’absence de bâti ou de végétation et du terrassement récent des couches superficielles.

46Une tranchée de 6 x 2 m fut pratiquée selon un axe oblique par rapport aux orientations présumées du bâti ancien. Cette orientation laissait ainsi plus de probabilités de croiser des substructions anciennes si elles existaient. Rapidement, le sondage a été divisé en deux (S2 et S2’) (Fig. 2.13). La moitié est (S2’) fut fouillée couche par couche selon les méthodes employées en Europe dans le cadre d’une fouille urbaine ; la moitié ouest (S2) fut creusée à la pelle et à la pioche, dans un sol meuble, par passes de 20 cm d’épaisseur. Une stratigraphie de 2,10 m de profondeur fut reconnue en S2’sous le niveau de sol actuel (Fig. 2.14). À l’issue du sondage, le sol naturel n’était pas atteint, mais les exigences de sécurité, déjà outrepassées, interdisaient de poursuivre le sondage plus avant.

  • 44 À l’exception d’un unique fragment de céramique possiblement « sassanide » des IXe-Xe siècles trouv (...)
  • 45 C. Hardy-Guilbert 2005.
  • 46 Merci à Stéphane Pradines pour les identifications. La Mustard ware a également été identifiée à Ge (...)

47En résumé, il apparaît que les niveaux profonds (1 à 7) du site, tels que présents dans ce sondage très limité, présentent une alternance de niveaux de destruction et de construction d’un habitat (?) de terre, tandis que les niveaux supérieurs (8 à 12) livrent les traces de constructions enduites sur poteaux sur des sols très perturbés par le creusement de fosses, dans un cas funéraire. Ce changement de mode d’occupation est corrélé à un changement dans le mobilier apparu à la fouille. Une céramique épaisse, granuleuse, à pâte rouge, utilisant un dégraissant minéral, est présente dans toute l’épaisseur de la stratigraphie ; elle est seule représentée dans les niveaux profonds. La céramique importée est apparue à partir des niveaux supérieurs. Ainsi, une passe mécanique (US 2007) de quelques centimètres réalisée dans l’US 2004, à environ 90 cm sous le niveau de sol actuel, a livré les plus anciens spécimens de céramique importée44 issus du sondage (Fig. 2.17) : deux tessons de Mustard ware (aussi appelée Black on Yellow), production yéménite considérée comme un marqueur de la période allant du milieu du xiiie au milieu du xive siècle45, ainsi qu’un fragment de Khung ware datant du xve siècle46. L’US 2001 a livré par ailleurs plusieurs fragments de pâte de verre, dont un fragment de bracelet attribuable aux xive-xve siècles. Aucun tesson de porcelaine chinoise ne provient de ces sondages. Notons enfin que les trois ou quatre derniers siècles représentent un développement stratigraphique très limité, sujet à une sédimentation lente (signe d’une possible désurbanisation) et perturbé en surface par des travaux récents de terrassements. Sédimentation lente et terrassements en bordure de site le long de la plage nord expliquent également le mélange des artefacts récents (xviiie-xxe siècles) dans les épandages de surface.

48En l’absence d’échantillon daté, tant le décapage de surface dans la mosquée de Qiblatayn que le sondage S2-S2’montrent le potentiel archéologique du site de Zeyla. Si le sondage S2-S2’reste sujet à de nombreuses interrogations et ne doit surtout pas être surinterprété compte tenu de sa faible extension, il montre de façon claire que le quartier étudié a fait l’objet de nombreuses destructions et reconstructions. L’épaisseur du dépôt archéologique, la nature des couches, et notamment l’absence de maçonneries en dur, vont dans le sens d’une stratification lente, au moins à cet endroit de la ville médiévale ; mais la présence d’un bâtiment en dur sous la mosquée « aux deux miḥrāb » révèle la possibilité d’un autre schéma de stratification dans d’autres parties, y compris à proximité du sondage. À n’en juger que d’après notre sondage, le mobilier céramique importé n’apparaît qu’à une époque postérieure au xiiie siècle. Il révèle surtout une intense activité à partir du xviiie siècle.

Fig. 2.17 Zeyla. Sondage S2-S2’ : échantillon céramique du niveau 2007

Awdal

49Le site d’Awdal, mentionné mais non visité lors de notre précédent séjour, est localisé à environ 20 km au sud-est de Zeyla, en empruntant la piste qui mène vers Djibouti. Il s’agit d’une nécropole. Celle-ci est implantée sur le sommet et le pourtour d’un affleurement basaltique, marqueur du territoire, en plein milieu d’une zone semi-désertique composée de dunes et d’alluvions fluviatiles. Cette éminence couvre environ une surface de 20 000 m2 pour une hauteur de 12 m. L’ensemble des monuments observés comprennent des cairns de pierre de différentes formes, circulaires ou quadrangulaires. De nombreuses esquilles d’os ont été observées à la surface de plusieurs structures (remontées par des animaux fouisseurs). Aucune présence de mobilier céramique n’a été notée sur le site.

50À environ 1 km à l’est du site, près d’un autre affleurement basaltique, nous avons observé les mêmes types de structures, mais présentant sur la face est des alignements (parements ?) de 40 cm de large sur 3 m de long. L’orientation dominante est NO-SE, sans aucun mobilier.

  • 47 F.L. James 1885 : 645.
  • 48 Sur cette tradition d’origine locale, voir I.M. Lewis 1961.

51Ce site mériterait des observations plus poussées, d’autant qu’il correspond peut-être au site visité peu avant 1885 par le capitaine Stewart King47, qui y décrivit des tombes qu’il attribue aux « Galla48 » (c’est-à-dire les Oromo), bien qu’il les compare aux tombes somali en ce qu’elles sont orientées et entourées d’un cercle de pierres (mais les tombes des chefs somali, ajoute l’auteur, présentent à l’extérieur du cercle autant de pierres dressées que d’ennemis tués par le défunt).

Zeyla : une relecture des sources médiévales (ixe-xve siècles)

52À la lumière des résultats, certes limités, de ces prospections archéologiques, il nous a semblé utile de proposer ici une revisite des sources médiévales relatives à Zeyla, afin d’en tirer éventuellement des éléments de réflexion en vue de futurs travaux archéologiques de plus grande ampleur sur ce site.

Zeyla au xe siècle : un petit port indépendant et non musulman exportant des produits locaux

  • 49 G. Wiet 1937 : 159.
  • 50 Le toponyme Bāḍiʽ ou Bāsiʽ des sources arabes désigne, selon les auteurs contemporains soit, le por (...)

53La première mention connue de Zeyla se trouve dans le Livre des pays (Kitāb al-buldān) de al-Yaʽqūbī, à la fin du ixe siècle. Lorsqu’il traite du Yémen, l’auteur cite quatre localités de la côte africaine de la mer Rouge : « Zailaʽ dans les parages du Mandeb49 », puis « Dahlak, dans les parages de Ghalâfika : c’est l’île du Négus », enfin Raḥsū et Bāḍiʽ50. Mais c’est au xe siècle, époque d’épanouissement de la géographie arabo-musulmane, que plusieurs géographes consacrent des notices au port de Zeyla, que nous allons détailler en raison de leur importance, des interprétations auxquelles elles ont donné lieu et des déformations que certains auteurs leur ont fait subir.

54Quatre auteurs au moins nous ont laissé des informations relativement précises sur Zeyla au xe siècle. Il s’agit d’abord d’al- Ṣayrāfī (vers 916) :

  • 51 G. Vantini 1975 : 93-94. Nous avons systématiquement choisi de citer les traductions dans la langue (...)

The [Red] Sea [...] touches the land of the Habaša, whence the skins of the Barbarī leopards (an-numūr al-barbariyya,) are exported [..]. Then it touches Zaylaʽ, where the amber (al-ʽambar) and the tortoise-shells (dhabl) are found51.

55Al-Iṣṭakḫrī (932-950), dans sa description des pays africains qui bordent la mer Rouge, décrit les Bedja, à l’est de la Nubie chrétienne jusqu’à ʽAydāb, puis le pays des Éthiopiens (Ḥabaša) :

  • 52 G. Vantini 1975 : 113.

[...] who are christians and have a complexion similar to the Arabs, between black and white. They live scattered on the coastal region opposite Aden. All frank-incense (bakhūr), variegated skins (julūd mulammaʽa) and most of the skins which are tanned to make shoes in Yemen, come from their country. They are friendly to Islam (ahl silm), therefore they are no part of the territory of the unbelievers (dār al-harb). On their coast there is a place called Zaylaʽ, a port for embarkment to Hejaz and Yemen52.

56Al-Masʽūdī, dans Les prairies d’or (dont la dernière révision date de 956), parle à plusieurs reprises de cette région. Dans le chapitre consacré à l’océan Indien, il décrit le golfe d’Aden :

  • 53 C. Pellat 1962, I : 93.

Elle [la mer d’Abyssinie = l’océan Indien] forme, sur les côtes d’Abyssinie, un golfe (khalîdj) qui s’avance dans la contrée de Berbera (Barbarâ), dans le pays habité par les Zanj et les Abyssins ; ce golfe connu sous le nom d’al-Khalîdj al-Barbarî a 500 milles de longueur, et sa largeur, d’une rive à l’autre, est de 100 milles53.

57Puis il rapporte des informations de marins d’Oman sur les dangers de la navigation dans le golfe. Dans le chapitre 23, qui porte sur les Sūdān (i.e. les Noirs), il complète ainsi sa description :

  • 54 C. Pellat 1965, II : 321.

Dans un des chapitres précédents, à propos de la mer d’Abyssinie, nous avons parlé d’al-Khalîdj al-Barbarî, des variétés de Noirs qui l’habitent et [nous avons dit que] leur territoire est contigu à celui de Dahlak, az-Zaylaʽ et Bâdiʽ. Ce sont ces [Zanj] qui possèdent les peaux de panthères (nimr) fauves [dont ils se servent] pour se vêtir ; c’est de cette région qu’elles sont exportées en pays musulmans. Ce sont les plus grandes peaux de panthères et les plus belles pour les selles [...]. On exporte aussi de ce pays des écailles de tortue dont on fabrique des peignes, de même [que l’on emploie] la corne [à cet usage]54.

58Enfin, lorsqu’il décrit l’Abyssinie :

  • 55 J.S. Trimingham (1976 : 54) traduit ainsi : To it belongs the coastal plain opposite Yaman where th (...)
  • 56 C. Pellat 1965, II : 331.

Les États de ce roi [le Nadjâshi, i.e. le negus de l’Abyssinie chrétienne] renferment un grand nombre de villes et de vastes régions cultivées ; ils s’étendent jusqu’à la mer d’Abyssinie, et plusieurs villes abyssines s’élèvent sur le littoral de cette mer en face du Yémen ; telles sont as-Zaylaʽ, ad-Dahlak, Bâdiʽ. Il y réside des musulmans, qui sont cependant tributaires des indigènes55. Entre le rivage d’Abyssinie et la ville de Ghalâfiqa située sur la côte de Zabid au Yémen, la mer a une longueur de trois jours de navigation. C’est sur ce point même que les Abyssins la traversèrent lorsqu’ils s’emparèrent du Yémen, à l’époque de Dhû Nuwas, celui du Fossé dont il est fait mention dans le Coran. Le maître actuel de Zâbid est Ibrâhîm Ibn Ziyâd, Sâhib al-Harmali ; ses bâtiments vont sans cesse d’Arabie en Abyssinie, où ils transportent des négociants et des marchandises ; un traité de paix unit les deux pays. C’est en cet endroit que la mer qui sépare l’Abyssinie du Yémen présente le moins de largeur56.

  • 57 C. Pellat 1965, II : 337.

59Pour être complets, signalons qu’al-Masʽūdī revient une dernière fois sur cette région en affirmant que « toute la rive abyssine de la mer Rouge à l’ouest du Yémen, de Djeddah et du Hedjaz, est un pays misérable et improductif ; il ne fournit au commerce que l’écaille et les peaux de panthères dont nous avons déjà parlé57 ».

  • 58 Ce qui laisse à supposer qu’il avait, comme certains manuscrits de son livre en comportent, une car (...)

60Ibn Ḥawqal (mort en 988) situe d’abord les ports africains de la mer Rouge en fonction des temps de navigation et de leur position par rapport aux ports yéménites58 :

  • 59 Ibn Hawqal 1964, I : 41-42.

En continuant le long de la côte, on arrive à l’île de Bâdiʽ, située à une distance de deux journées de navigation. Puis, en suivant le littoral, on se rend d’ici à Dahlak en quatre journées de navigation, et de Dahlak à Zaylàʽ en six journées.
Bâdiʽ est une île riche en vivres et en bétail, en face de Hali. L’île de Dahlak fait face à Aththar, et l’île de Zaylàʽ doit être entre Ghalafiqa et Aden. C’est de ces îles que proviennent les peaux destinées à être tannées à Aden et dans le Yémen, comme le cuir de bœuf, le bigarré et le cuir lourd59.

  • 60 A. Miquel 1978 : 232-233.

61Puis il reprend pour l’essentiel les données d’al-Iṣṭakhrī, dont il fut l’élève60 :

  • 61 A. Miquel 1978 : 54. Pour A. Miquel (1975 : 161, note 6), même si on est « d’autant plus tenté d’ap (...)

Leur pays [= celui des Bedja] confine à la Nubie et à l’Abyssinie : ce sont des chrétiens ; leur couleur s’approche de celle des Arabes, entre le noir et le blanc. Ils vivent dispersés, ou en groupes unis, jusqu’en face d’Aden. Tout ce qui s’y trouve de peaux de panthères (numur) et de peaux de bœufs mouchetés (julud baqariyya mulammaʽa), et la plupart des peaux du Yémen destinées être tannées pour la confection des chaussures proviennent, à Aden, de leur région et de la côte qui est en face d’Aden. Ces gens sont tous pacifiés (ahl as-silm) et leur contrée n’est pas territoire de guerre (dar-al-harb). Au bord de la mer, dans leur région, se trouve une aiguade appelée Zaylaʽ, qui leur sert de port d’embarquement pour le Hedjaz et le Yémen. Ce territoire touche ensuite aux déserts de la Nubie61.

62Enfin, il témoigne, comme Al-Masʽūdī, des relations de cette région avec le Yémen :

  • 62 A. Miquel 1975 : 22-23.

Il [le souverain du Yémen] reçoit, à la suite d’une convention, du seigneur des îles de Dahlak, des présents qui consistent en esclaves noirs, en ambre et en peaux de panthères de premier choix, et d’autres objets. La reine d’Abyssinie lui envoie aussi des présents et des cadeaux bénévoles, qui lui sont offerts en permanence62.

  • 63 Le nom de Barbarī (que l’on retrouve dans le nom actuel du port de Berbera à l’est de Zeyla) est ut (...)

63Quel bilan pouvons-nous tirer de ces notices ? Zeyla était donc connue au xe siècle dans la géographie arabo-musulmane comme un port situé en face du Yémen sur la côte africaine du golfe d’Aden, alors appelé golfe de Barbarī63. Les peaux en constituaient le principal produit d’exportation, qu’il s’agisse de peaux d’animaux sauvages (panthères qui semblent avoir été une spécialité de la région, d’où le nom de « panthères fauves » donné par al-Masʽūdī ou la dénomination de « panthères Barbarī » chez al-Ṣayrāfī) ou de peaux de bœufs, dont la destination semble avoir été la fabrication de chaussures au Yémen. Mais sont mentionnés aussi l’encens, l’ambre, les écailles de tortues.

  • 64 Nous ne pouvons donc pas suivre ici T. Insoll (2003 : 58-60) dans sa reconstruction d’une route de (...)
  • 65 J. Cuoq 1975 : 68.

64Remarquons que, selon ces sources du moins, toutes les marchandises exportées sont des produits locaux, provenant de la côte ou de zones proches de l’intérieur (encens, produits de la chasse). Il ne semble donc pas y avoir encore à cette époque de commerce à longue distance impliquant des produits venant de l’intérieur de la Corne64. La mention d’al-Muqaddasī : « Les eunuques que l’on voit sont de trois sortes : il y a la race de ceux qu’on exporte vers l’Égypte et qui sont de la meilleure race ; il y a la race qu’on exporte à Aden, ce sont les Barbara, la pire race d’eunuques ; il y a la troisième race qui ressemble aux Habaša65 », témoigne peut-être dès cette époque (fin xe siècle) d’un commerce d’esclaves entre Zeyla et Aden, mais il s’agissait en ce cas d’esclaves faits au sein des populations de la région, d’où leur nom de Barbar, et non, comme plus tard, d’esclaves transitant par les circuits de traite avec l’intérieur.

  • 66 L’islamisation des îles Dahlak est en effet plus ancienne. Voir T. Insoll 2003 : 51 ; F.-X. Fauvell (...)

65Notons également que la présence de l’islam n’est pas mise en avant, ce qui laisse à penser que la région n’était pas encore islamisée. On peut certes supposer l’existence de communautés de musulmans, comme le rapporte d’ailleurs al-Masʽūdī pour Dahlak66, Bādiʽ et Zeyla (« Il y réside des musulmans, qui sont cependant tributaires des indigènes »). Concernant spécifiquement Zeyla, il devait surtout s’agir de marchands yéménites, étant donné les relations commerciales entre les deux rives de la mer Rouge, mais ni le pouvoir politique, ni l’ensemble de la population du port n’étaient probablement musulmans.

66Faut-il pour autant penser que le port était alors sous contrôle du royaume chrétien ? C’est une interprétation qui court depuis Conti Rossini et qui fait de Zeyla et de ses environs une zone sous contrôle du royaume chrétien entre le xe et le xie siècle. Ainsi Conti Rossini écrivait, après avoir analysé les textes des auteurs arabes du xe siècle :

  • 67 C. Conti Rossini (1928, I : 281-282). Idée reprise dans un article plus tardif (C. Conti-Rossini 19 (...)

I repetituti accenni a Zeila abissina debbono venir rilevati. In realtà, le fortune del regno abissino tendono al sud : colà dirigonsi essenzialmente i suoi sforzi d’espanzione, oltre i fiumi Giamma e Uancét, verso lo Hauàš, l’alta valle dell’Omo e il Golfo di Aden. Per le quasi completa mancanza di documentazione, non possiamo seguirne le tappe. Nel secolo X l’espansione doveva essere in pieno svolgimento, ed era tornata ad affermarsi sul lido marittimo Somalo67.

67L’hypothèse est reprise par Joseph Cuoq : le déplacement du royaume d’Aksum vers « le Haut-Omo, la vallée de l’Awash et le golfe d’Aden », entre les viiie et ixe siècles, aurait fait que :

  • 68 J. Cuoq (1981 : 55). Voir aussi Taddesse Tamrat (1972 : 38) : [...] by the tenth century contempora (...)

Zaila, dans cette nouvelle conjoncture, était tout naturellement promu à rivaliser avec les autres ports de la mer Rouge. Port vraiment abyssin, en ces xe et xie siècles, en plein essor, il peut prétendre à être l’héritier d’Adulis. Ses relations avec Aden l’ouvraient même au commerce international dans l’océan Indien. Par cette voie, l’Éthiopie renouait un peu avec ses grandes traditions commerciales d’avant l’islam68.

  • 69 J. Cuoq 1981 : 55. C’est d’ailleurs al-Masʽūdī qui évoque le Najâshi, et non Ibn Ḥawqal. R. Pankhur (...)
  • 70 On a vu qu’il prétend décrire ici le pays des Bedja ; interprétation défendue par A. Miquel (1975, (...)

68Cette interprétation est forcée ; elle repose d’abord sur l’idée d’un déplacement du royaume d’Aksum vers l’est, et surtout vers les basses terres et la côte, après sa disparition comme grand centre politique et économique aux viie et viiie siècles, ce qu’aucune source ne vient corroborer. Surtout, la lecture des textes arabes est hâtive, sinon biaisée. Ainsi, Joseph Cuoq introduit l’extrait cité plus haut d’Ibn Hawqal de la façon suivante : « Écoutons Ibn Hawqal (977-978) parler de la population de la cité à l’époque où elle dépendait encore du Najāshi [...]69 ». Or, dans cet extrait, le géographe arabe ne parle nullement de la population de la cité de Zeyla, mais de l’ensemble des Ḥabaša70. Il situe certes cet ensemble des Ḥabaša en fonction de Zeyla, point fixe sur la côte et connu de lui, puis combine des informations qui renvoient au royaume chrétien – la religion chrétienne, la couleur de la peau, la tradition de relative amitié avec les musulmans qui fait que ce pays n’est pas dār al-ḥarb (« terre de la guerre », c’est-à-dire de la guerre légitime contre les païens) – avec des informations plus précises concernant les échanges menés depuis Zeyla.

  • 71 « Finalement, c’est bien l’Abyssinie qui apparaît comme le pays charnière de l’Afrique, puisqu’elle (...)

69On retrouve ici, comme souvent dans les textes des géographes arabo-musulmans de l’époque médiévale, la superposition de plusieurs types de géographies, mal distinguées : une géographie des populations, servant à définir de grandes unités spatiales (le pays des Ḥabaša, en ce sens, est aussi une forme de continuation de l’Æthiopia des auteurs antiques)71 ; une géographie des royaumes – c’est-à-dire des espaces politiques et culturels, pour reprendre notre vocabulaire moderne ; et enfin une géographie plus pratique, provenant des marchands et liée aux échanges, aux itinéraires, en l’occurrence aux échanges maritimes entre les deux rives de la mer Rouge et du golfe d’Aden.

  • 72 Voir A. Miquel 1975, II : 169, à propos de Zeyla dans la géographie de ce temps : « Au plus près d’ (...)
  • 73 J. Cuoq 1975 : 68.

70Dans le découpage géographique, opéré par nombre d’auteurs arabes de l’époque, entre Nubie, pays des Bedja, pays des Ḥabaša, pays des Zanğ, cette zone du golfe d’Aden s’individualise mal (d’ailleurs pourquoi aurait-elle été individualisée, n’étant pas encore musulmane ?), même si une population particulière (les Barbar) lui est parfois attribuée. Elle est donc intégrée à un ensemble plus vaste, celui des Ḥabaša, à la lisière méridionale de cette vaste région, au contact avec le pays des Zanğ72. On le vérifie dans une notice de al-Muqaddasī (mort en 985), autre grand représentant de la géographie arabe dans la seconde moitié du Xe siècle, qui écrit que « les Nuba vivent au-delà de l’Égypte, les Beja au-delà de ʽAîdhâb et les Ḥabash au-delà de Zailaʽ73 », ou dans une des cartes illustrant le texte d’Ibn Ḥawqal, plaçant l’Abyssinie sur la côte africaine du golfe d’Aden, entre les Zanğ et Berbera.

  • 74 Rappelons que ce titre est employé en arabe pour « désigner le souverain éthiopien au temps du Prop (...)
  • 75 Comme le montrent les stèles funéraires dont la plus ancienne est datée de 864. D’après l’historien (...)
  • 76 Ibn Hawqal 1964, I : 56 : « Le pays des Abyssins est gouverné par une femme depuis de nombreuses an (...)
  • 77 Selon M. El-Chennafi (1976 : 119-121), un texte écrit en Égypte par un auteur inconnu confirme que (...)

71Par ailleurs, les connaissances des géographes arabes de ce temps sur les formations politiques de l’intérieur sont très minces. Al-Masʽūdī cite le Naǧāšī, c’est-à-dire le souverain chrétien, mais on peut se demander si cela renvoie à des informations précises de son époque ou si ce n’est pas plutôt la reprise de traditions plus anciennes concernant l’époque d’Aksum, comme le laisse supposer le titre même du souverain74, le rappel des conquêtes de Kaleb dans la péninsule Arabique ou la tradition d’amitié entre le souverain chrétien et les premiers musulmans. En revanche, selon al-Masʽūdī et Ibn Ḥawqal, des contacts étroits entre les maîtres du Yémen (comme Ibrāhīm ibn Ziyād, mort en 902) et les îles Dahlak, où existait déjà une communauté musulmane, sont avérés75. C’est par l’intermédiaire des Dahlak que des relations avec les souverains de l’intérieur ont pu se nouer ; encore qu’al-Masʽūdī ait pu projeter sur son époque, comme on l’a déjà dit, une situation plus ancienne et qu’Ibn Ḥawqal fasse seulement référence à l’énigmatique figure d’une reine d’Éthiopie76 et qui n’était probablement pas chrétienne77. La plus grande prudence est donc de mise en ce domaine.

72L’essentiel des informations pointe donc vers les Dahlak, comme l’écrit explicitement Ibn Ḥawqal : « Il [le souverain du Yémen] reçoit, à la suite d’une convention, du seigneur des îles de Dahlak, des présents qui consistent en esclaves noirs, en ambre et en peaux de panthère de premier choix, et d’autres objets. » C’est pourquoi nous pouvons supposer qu’al-Masʽūdī a probablement opéré dans son texte un glissement de la partie au tout, des relations spécifiques entre le Yémen et les îles Dahlak à une vision géographique plus globale, laissant à penser que, puisque les ports de la mer Rouge et du golfe d’Aden (Dahlak, Bādiʽ, Zeyla) sont situés dans la région des Ḥabaša, ils obéissent au même modèle que celui qu’il décrit pour les îles Dahlak. Mais les historiens ne sont pas obligés de le suivre dans ce glissement de sens.

  • 78 J.S. Trimingham 1976 : 51-52.
  • 79 Comme par exemple chez Ibn Saʽīd, rapporté par Abū I-Fidāʽ (J. Reinaud 1848, II : 209) : « Le pays (...)

73Il nous semble donc qu’affirmer, à l’instar de J.S. Trimingham, que : He [Ibn Ḥawqal] also says that Zailaʽ was in the possession of Abyssinian Christians between whom and the Yamanite peaceful trading relations existed78 constitue un raccourci dangereux et procède d’une confusion entre Ḥabaša, au sens d’une région79, et Ḥabaša comme population chrétienne, renvoyant donc au royaume chrétien. Les historiens contemporains, écrivant l’histoire de la Corne de l’Afrique presque toujours à partir du point de vue du royaume chrétien, ont donc privilégié le sens restreint du terme et imposé de ce fait une lecture déformée des sources arabes.

74Le plus probable est pourtant de supposer que le port de Zeyla et sa région proche étaient alors indépendants d’un quelconque pouvoir chrétien, qu’ils étaient aussi trop lointains pour être sous influence des îles Dahlak et qu’ils n’étaient pas non plus liés à d’autres formations de l’intérieur de la Corne, il est vrai très mal connues à cette époque. On pourrait plutôt évoquer comme modèle celui des premières cités swahili, en relation avec leur arrière-pays immédiat, indépendantes politiquement et creusets d’une culture nouvelle, avec des influences diverses. On retrouverait dans ce cas ce qui, selon Pouwels, a caractérisé la première phase des contacts entre l’islam et la côte swahili (du xe à la fin du xiiie siècle) :

  • 80 R.L. Pouwels 1978 : 206. Dans cet article, R.L. Pouwels montre que les premiers établissements musu (...)

The earlier period was marked by three distinct features: the concentration of Islam in only a few northern trading centers; the political and cultural dominance of non-Muslim over Muslims in the commercial culture; and the fact that Islam made its first inroads among coastal Africans during this period slowly, steadily, and continuously, reflecting on a process of internal cultural change which was proceeding under the influence of externally introduced ideas80.

La Zāliġ d’al-ldrīsī (xiie siècle) est-elle Zeyla ?

75Il faut attendre la seconde moitié du xiie siècle pour avoir de nouvelles informations portant, au moins en première apparence, sur Zeyla, dans le fameux Livre de Roger d’al-Idrīsī et sur les cartes qui l’accompagnent. La Zāliġ du texte d’al-ldrïsï est le port le plus septentrional de la côte africaine de la « mer du Yémen » ou « mer Salée », après le détroit du Bab al-Mandeb :

  • 81 Al-Idrīsī 1999 : 94.

Zâligh est sur le bord de la mer Salée, qui touche à la mer Rouge. Le fond de cette mer est tellement rempli d’écueils jusqu’à Bâb al-Mandab, que les bâtiments de grande taille ne peuvent y naviguer, et que parfois les vents font dériver les petits qui s’y hasardent et les retournent. De Zâligh à la côte du Yémen, il y a trois jours de navigation de la longueur d’un jarî81.

  • 82 C. Conti Rossini 1921 : 451-452.
  • 83 Au point où, comme dans la traduction que nous avons utilisée, le nom de Zeyla est systématiquement (...)

76Tous les commentateurs, depuis Conti Rossini82, identifient cette Zâligh [= Zāliġ] à Zeyla83. Sa position géographique dans le golfe d’Aden, la mention, par al-Idrīsī, des trois jours de navigation entre ce port et la côte yéménite (Ibn Baṭṭūṭa fit le voyage inverse en quatre jours) poussent à cette identification. Mais les choses sont peut-être plus complexes, à l’instar de la géographie que dresse al-Idrīsī de l’intérieur de la Corne, très embrouillée et qui combine des informations venues d’horizons différents.

  • 84 C. Conti Rossini 1921 : 451 : « Gunbaytah (= Jan Bét “casa del re”). »
  • 85 Al-Idrïsï 1999 : 94.
  • 86 Il ne semble pas qu’il y ait eu de mines d’or et d’argent sur les territoires musulmans, même à l’é (...)
  • 87 Notons du reste que des géographes postérieurs ont parfois eu des difficultés à interpréter les don (...)
  • 88 J. Cuoq 1981 : 28. R. Pankhurst (1982 : 54) va encore plus loin et considère le texte comme une pre (...)

77Remarquons d’abord deux éléments complémentaires : al-Idrīsī égrène toute une série de villes portuaires depuis Zāliġ jusqu’à Berbera : Manqūna, Aqant, Bāqṭi, Juwa. Certes, quelques-uns de ces noms sont des reprises de toponymes anciens venant de Ptolémée, mais s’il s’agit bien de la portion de côte entre Zeyla et Berbera, aucun de ces sites n’a laissé de traces. Par ailleurs, et il faut s’en étonner, al-Idrīsī ne mentionne aucun port sur la mer Rouge depuis le détroit jusqu’à ʽAydāb. Il est donc possible que, pour suivre sa conception d’une côte de l’Afrique orientale très étirée et parallèle aux côtes de l’Asie, le géographe ait rempli indifféremment cette zone de toponymes de sites portuaires de la mer Rouge et du golfe d’Aden. Dans ce cas, Zāliġ pourrait très bien représenter (ou représenter aussi) un port de la mer Rouge. On comprendrait mieux ainsi sa connexion avec la ville dénommée Ǧunbayta (située, selon al-Idrīsī, à quatorze jours de marche) dont le nom, selon la lecture proposée par Conti Rossini, pourrait être la déformation de la « maison du roi » en amharique (langue de l’Éthiopie moderne)84, et renvoyer par conséquent à une possible capitale de l’Éthiopie de ce temps. Ǧunbayta est localisée à quatre jours d’hypothétiques mines d’or et d’argent, au sud du pays des Bedja : tout ceci, bien que très confus, pointe plutôt vers le haut plateau septentrional de l’Éthiopie. Dans ce cas, le port principal ne pourrait être qu’un port de la mer Rouge - et non pas du golfe d’Aden. En tout cas, la suite de la notice d’al-Idrīsī sur Zāliġ : (« Zāliġ est une ville peu étendue, mais très peuplée. On y voit beaucoup de voyageurs, et la plupart des navires de la mer Rouge y abordent avec diverses sortes de marchandises dont on fait le commerce en Abyssinie. On en exporte des esclaves et de l’argent. Quant à l’or, il y est rare. Les habitants boivent de l’eau de puits. Ils portent des azirs et des gandouras de coton85 »), ne peut, selon nous, être prise comme une description avérée du port de Zeyla ; elle pourrait tout aussi bien (voire plutôt, si l’on prend en compte la mention d’exportation d’argent et d’or86) être celle d’un port de la mer Rouge comme Massawa ou Dahlak par exemple87, ou, à tout le moins, mélanger des informations concernant Zeyla et un port de la mer Rouge. Il semble en tout cas aventureux, comme le fait Joseph Cuoq, de s’appuyer sur ce passage d’al-Idrīsī pour affirmer : « Le trafic du port [de Zeyla] était sans doute aux xie-xiie siècles considérable. Al-Idrīsī (1154) le confirme clairement88 [...] ».

  • 89 On ne peut donc pas non plus suivre Taddesse Tamrat (1972 : 51) lorsqu’il affirme : It is apparent (...)
  • 90 M. Schneider 1983.
  • 91 S.D. Goitein 1954, 1958, 1987. Sur ces questions de chronologie de mise en fonction des routes comm (...)
  • 92 A. Caquot 1965 : 224-225.

78Force est de constater plutôt que, après des informations relativement nombreuses pour le xe siècle, le port de Zeyla disparaît de l’horizon des sources arabes aux xie et xiie siècles89. On ne peut donc rien connaître par cet intermédiaire de son destin commercial à cette époque. Par ailleurs, c’est probablement les îles Dahlak, où, comme le montrent les inscriptions funéraires, existait un sultanat musulman indépendant dès la fin du xie siècle90, qui assurèrent l’essentiel du commerce des produits venus des hauts plateaux durant cette période, en connexion avec le grand commerce maritime à travers la mer Rouge et l’océan Indien, ainsi que le confirment les lettres de la Geniza du Caire étudiées par S.D. Goitein, qui indiquent que Dahlak était l’escale commerciale dominante aux xie et xiie siècles91. Si tel est bien le cas, le site du port antique d’Adoulis, situé sur le continent devant l’archipel des Dahlak, pourrait bien prétendre à être identifié avec la Zāliġ d’al-Idrīsī : principal débouché maritime du royaume chrétien d’Aksum jusqu’au début du viie siècle, le port est mal documenté au cours des siècles suivants, quoiqu’une présence musulmane y soit rapportée. Le toponyme survit jusqu’aujourd’hui sous la forme indigénisée Zulla ou Zalla, mais on peut formuler l’hypothèse inverse que le nom d’Adoulis ne soit que la forme grécisée d’un vieux toponyme local92.

L’islamisation de Zeyla : un phénomène tardif (fin xiie-début xiiie siècle)

79La question de la date de l’islamisation de Zeyla est décisive, car elle peut nous indiquer à partir de quel moment la ville est devenue un véritable relais pour la diffusion de l’islam vers l’intérieur de la Corne. La première mention en est faite par Abū Ḥāmid al- Ġarnātī, vers 1162, mais dans une notice tellement fantaisiste qu’on ne peut la prendre comme une véritable source d’information :

  • 93 J. Cuoq 1975 :170. Les traditions d’origine somali, qui revendiquent des liens anciens avec des che (...)

Parmi les différentes sortes de Sûdân, sont les gens de Zaylaʽ. Ce sont les plus vertueux des Sûdân. Ils sont musulmans, jeûnent, font la prière, accomplissent à pied le pèlerinage de La Mecque, tous les ans. Du pays des Sûdân aux Zanj et aux mers, il y a une distance de quatorze années de marche. Les gens de Zaylaʽ mangent les chiens qu’ils préfèrent au mouton ; ils mangent aussi les rats93.

  • 94 Traduction de G. Troupeau (s.d. : 76).

80Il faut attendre en fait Yāqūt al-Rūmī (mort en 1229) pour avoir des informations plus précises et moins sujettes à caution. Son répertoire géographique, le Muʽǧam al-buldān, comprend une entrée « Zeyla » ainsi formulée : « Race de Noirs habitant à l’extrémité du pays des Abyssins. Ils sont musulmans et leur pays est appelé az-Zaylaʽ. Zaylaʽ est un village situé sur le bord de la mer dans la région du pays des Abyssins, dont la population est composée d’Abyssins et de gens d’autres races94 ».

81Au début du xiiie siècle, la ville était donc connue pour être majoritairement musulmane, ce qui est confirmé plus tard par Ibn Saʽīd (1214-1274 ou 1286) :

  • 95 G. Troupeau s.d. : 88 (d’après le texte du manuscrit arabe 2234 de la Bibliothèque nationale de Fra (...)

[...] au nombre des villes des Abyssins, il y a Zaylaʽ dont les habitants sont musulmans : ils louent des embarcations aux pèlerins et se rendent à Aden et au Zébid. Zaylaʽ est un port de débarquement et d’embarquement, et c’est de là que sont expédiés les esclaves abyssins vers les pays musulmans situés au bord de la mer (longitude 66° latitude 11° quelques minutes)95.

82Ainsi, dans la seconde moitié du xiiie siècle, le statut de Zeyla semble avoir changé : désormais le port s’affirme comme un point de passage important pour les pèlerins désireux de se rendre en Arabie et il exporte des esclaves venus de l’intérieur.

  • 96 Il s’agit du « Qānūn al-Masʽūdī d’al-Birūnī » (mort en 1048), « ouvrage d’astronomie dédié au princ (...)

83Abū l-Fidā’(1273-1331) livre dans le Taqwīm al-buldān une description plus précise de la ville, dans une notice qui mêle plusieurs types d’informations : des indications de l’auteur du Qānūn, datant du xie siècle96 ; des données reprises d’Ibn Saʽīd, mais complétées avec de précieuses informations, peut-être plus récentes, sur la topographie de la ville et les conditions climatiques, provenant probablement des marchands cités à la fin de la notice, capables de comparer la ville avec le port de ʽAyḏāb et de renseigner sur l’accueil qui leur était réservé par les autorités religieuses locales (les cheikhs).

  • 97 J. Reinaud 1848, II : 231.

Zeyla est le nom d’un des ports de l’Abyssinie, hors du premier climat, du côté du midi. Suivant Ibn-Sayd, c’est une ville considérable, et ses habitants professent l’islamisme. Elle est située au fond d’une baie, dans une plaine. La chaleur y est extrême. L’eau qu’on y boit est de l’eau de puits creusés dans la terre, et elle est sale. On n’y connaît ni jardins ni fruits. L’auteur du Canoun fait remarquer que le port de Zeyla se trouve en face de l’Yémen, et qu’on y pêche des perles. Sa situation est entre la ligne équinoxiale et le premier climat. Au rapport de quelques personnes qui ont visité le pays, Zeyla est une petite ville de la grandeur d’Aydhab : elle est bâtie sur les bords de la mer. Quelques cheikhs y jugent les débats qui s’élèvent entre les habitants. Les marchands descendent chez les cheikhs et en reçoivent l’hospitalité ; c’est avec eux qu’ils vendent et qu’ils achètent97.

  • 98 Al-Mufaddal 1919-1928 : 386-387 ; l’extrait est retraduit et commenté par E. Cerulli (1943 : 278-27 (...)

84Outre les indications sur l’environnement géographique de la ville, l’information à retenir est l’absence de pouvoir centralisé à Zeyla, ce qui est confirmé par les informations livrées par l’écrivain copte de langue arabe al-Mufaḍḍal, dans son Histoire des Mamlouks, écrite avant 135898 :

Quant aux Zaylaʽ et à leurs tribus, ils n’ont pas de rois ; mais ils sont divisés en sept tribus. Ces gens sont musulmans. Leurs imâms récitent la prière (hutbah) au nom de leurs sept chefs. Le roi du Yémen voulut envoyer des gens pour bâtir une grande mosquée à Zaylaʽ, de façon que l’on fît chez eux la prière (hutbah) en son nom. Il envoya les pierres d’Aden ainsi que tous les outils nécessaires. Mais un certain nombre de la tribu des Zaylaʽ se saisirent des pierres et les jetèrent à la mer. Le roi du Yémen mit l’embargo sur leur navire au port d’Aden, en représailles de cette insulte, durant une année entière.

  • 99 Al-Mufaddal 1919-1928 : 386-387.
  • 100 É. Vallet 2007 : 312. Sur le contexte de cette ambassade, voir S.C. Munro-Hay 1997 : 195-199 ; J. C(...)
  • 101 L’importance relative des informations sur les territoires musulmans dans cette notice ne doit pas (...)
  • 102 La mention des « sept tribus » de Zeyla est assez obscure. Elle n’est pas sans rappeler les sept ro (...)

85Mais de quand datent ces informations sur Zeyla ? En fait, al-Mufaḍḍal semble ici rapporter des événements et des données de la fin du xiiie siècle, que l’on peut même attribuer avec une certaine précision : le texte précise en effet que, « parmi les rois de l’Abyssinie il y eut aussi Yûsuf ibn Arsamâyah, qui était seigneur de Gidâya, du Choa, de Qalgûr et des environs ; c’est une nation de rois musulmans99 ». Or, ce souverain du nom de Yūsuf ibn Arsamāya est présent dans une notice du secrétaire de chancellerie Ibn ʽAbd al-Ẓāhir relatant l’arrivée d’une lettre du roi chrétien (Yәkunno ’Amlak) en 1274 : « Parmi les rois d’Abyssinie se trouve Yūsuf b. Arsmaya, maître du territoire de Hadâya, de Sawâ, et de Kalgur, et leurs districts, qui sont dominés par des rois musulmans100 ». On peut donc supposer que l’ensemble des informations d’al-Mufaḍḍal proviennent des porteurs de cette lettre, reçue via le Yémen, au moment des premières années du nouveau pouvoir chrétien venu de l’Amhara, alors que le Šäwa musulman n’avait pas encore été absorbé par l’Ifāt (1285)101. Si tel est le cas, cela indique qu’à cette époque Zeyla est une ville musulmane, indépendante, sans pouvoir centralisé mais suffisamment forte pour rejeter la tentative de contrôle de la ville par un souverain du Yémen. Il n’est pas encore fait mention des relations entre la ville et les royaumes de l’intérieur, ce qui laisserait supposer que l’intégration de la ville dans le royaume de l’Ifāt ne se fit qu’à la fin du xiiie siècle ou au début du xive102.

  • 103 L’islamisation de la ville fut peut-être favorisée par l’arrivée en 1159 de Banū Māgid expulsés du (...)
  • 104 Contrairement à ce qu’affirment la plupart des auteurs, qui considèrent les deux itinéraires comme (...)

86De ces témoignages, on peut donc conclure que l’islamisation de Zeyla fut assez tardive, à la fin du xiie siècle au plus tôt103, voire au début du xiiie, c’est-à-dire à une époque où, déjà, le royaume musulman du Šäwa s’affirmait sur la bordure orientale du haut plateau central de l’Éthiopie. Ceci tendrait à confirmer que ce royaume n’émergea pas à la suite d’une islamisation venue des côtes du golfe d’Aden mais plutôt de l’itinéraire le reliant à la mer Rouge104. Il serait dès lors tentant de mettre en parallèle le développement de la ville comme centre musulman au xiiie siècle et l’essor d’une nouvelle entité politique et territoriale, celle de l’Ifàt, qui réussit à la fin du xiiie siècle à s’emparer du Šäwa. Le basculement politique de cette époque résulterait aussi, dans cette optique, de la prise de pouvoir d’un royaume lié de plus près à Zeyla et à l’islam yéménite par rapport à un royaume plus ancien, connecté avec le monde musulman par l’itinéraire qui joignait la bordure orientale du haut plateau à la mer Rouge et à des sites comme Massawa, les îles Dahlak ou Awānʽ.

87Reste pendante la question de la comparaison avec la ville de Mogadiscio, dont l’islamisation semble a priori plus ancienne : comment comprendre ce décalage, alors que Zeyla était beaucoup plus proche du Yémen, sinon par une absence possible de sources écrites ? D’après les études d’Enrico Cerulli, la ville de Mogadiscio aurait en effet été une colonie établie par des marchands arabes entre 900 et 1250, dès le xe siècle organisée en une fédération de 39 clans issus de 5 tribus, dont émergèrent les clans de la tribu des Muqri qui,

  • 105 E. Van Donzel 1991.

après avoir acquis la suprématie sur le plan religieux et adopté la nisba d’al-Khatânî, formèrent une sorte de dynastie de ʽulamâ’ et obtinrent des autres tribus le privilège de choisir parmi eux le qâdî de la fédération. On ne sait pas à quelle époque l’islam fut bien établi, mais l’inscription arabe la plus ancienne que l’on connaisse en Somalie est une épitaphe datée de 498/1105 à Barâwa105.

88Cette grande ancienneté, affirmée dans les sources locales, est cependant remise en cause par Chittick qui conclut ainsi son étude sur la ville à l’époque médiévale :

  • 106 N. Chittick 1982 : 61.

[...] there is no firm evidence of the existence of a town on the site of Mogadishu before the late 12th century. It is perhaps most likely that it grew during that century to its state of florescence·, which was evidently primarily in the 13th and 14th century106.

  • 107 É. Vallet 2007 : 305 : « Le témoignage de Nûr al-maʽârif laisse peu de place au doute. La plupart d (...)
  • 108 É. Vallet 2007 : 306. La notice la plus complète sur Awān’ est due à Ibn Sa’īd, rapporté par Abū l- (...)

89Du point de vue commercial, la seconde moitié du xiiisiècle apparaît également comme le moment où le commerce avec la côte yéménite est transféré de la mer Rouge vers le golfe d’Aden107. Éric Vallet montre que « le déclin des îles Dahlak dans leur rôle d’intermédiaire entre le Yémen et l’Abyssinie fut contemporain de l’apparition de la localité de Awānʽ au viie-xiiie siècle108 », un port non localisé sur la côte de la mer Rouge, peut-être dans la région de l’actuel Asab, qui disparaît au tournant des xive-xve siècles, au moment de l’apogée de Zeyla.

Zeyla et les royaumes musulmans d’Éthiopie (milieu xiiie-milieu xve siècle)

90C’est donc seulement dans la seconde moitié du xiiie siècle que le port de Zeyla commence à affirmer sa prééminence commerciale sur la côte africaine de la mer Rouge et du golfe d’Aden, et devient le principal intermédiaire des régions de la Corne avec le monde musulman, place qu’il occupe jusqu’au xvie siècle. Cependant, si les sources écrites concernant les royaumes musulmans de l’intérieur deviennent plus abondantes, les informations concernant Zeyla demeurent assez fragmentaires. Nous nous attacherons cependant à essayer de mieux comprendre les liens entre le port et ces territoires musulmans.

  • 109 Al-ʽumarī 1927 : 5.
  • 110 Al-ʽumarī 1927 : 4.
  • 111 Voir par exemple les mentions de trois musulmans éthiopiens, portant chacun cette nisba, actifs au (...)

91Quand al-ʽUmarī, peu après 1330, décrit les royaumes musulmans de la Corne, d’après des renseignements recueillis auprès d’un lettré musulman du nom d’ʽAbd Allāh al-Zeylāʽī et de son entourage, le port de Zeyla fait désormais partie intégrante du royaume de l’Ifāt : « Son roi [celui de l’Ifāt] règne sur Zaylaʽ ; c’est le nom du port où abordent les marchands qui se rendent dans ce royaume109. » D’ailleurs, la domination politique de l’Ifāt sur le reste des territoires musulmans a dû favoriser l’essor commercial du port et en faire le principal débouché des produits venant de l’intérieur de la Corne. Sa renommée à l’extérieur est telle que, selon al-ʽUmarī : « C’est là le pays que l’on appelle en Égypte et en Syrie pays de Zayla : ce n’est pourtant qu’une de leurs villes sur la mer et une de leurs îles, dont le nom s’est étendu à l’ensemble110. » Au xive siècle, la nisba « al-Zaylāʽī » devient assez commune, sans que l’on sache toujours s’il s’agit de personnages originaires de la ville même ou, plus largement, de musulmans des royaumes de l’intérieur111.

  • 112 P. Marrassini 1993 : 99.
  • 113 Il faut attendre la fin du XVIe siècle et le XVIIe siècle pour avoir quelques renseignements dans l (...)
  • 114 E. Cerulli 1943 : 291.

92On ne sait pas quelle était la forme exacte de l’organisation de la ville à cette époque. Le récit en langue gәʽәz (langue classique de l’Éthiopie chrétienne) de la guerre d’Amdä Seyon en 1332 contre une coalition musulmane dirigée par l’Ifāt mentionne un « roi de Zeyla » (negusä Zélʽa)112 parmi les conjurés, mais il est difficile d’en tirer des conclusions sûres. Les textes éthiopiens en arabe, le répertoire chronologique sur les souverains du Šäwa comme celui sur la dynastie des Walasmaʽ ne font aucune allusion à Zeyla113. En 1371, un document rapporte que le nouveau gouverneur nommé à Zabīd est censé avoir autorité sur les gens d’Awānʽ et Zeyla mais, comme le commente Cerulli, il s’agit probablement d’une référence aux Yéménites se trouvant dans ces deux ports plutôt qu’une réelle domination sur ces villes114.

  • 115 Sur les problèmes posés par le voyage d’Ibn Battūta dans l’océan Indien, voir F.-X. Fauvelle-Aymar (...)

93A la même époque (en 1331), Ibn Baṭṭūṭa passe par Zeyla, lors d’un voyage censé l’avoir conduit d’Aden à Mogadiscio puis vers la côte swahili115 :

  • 116 Sur les rares mentions concernant la présence de chiites sur les côtes de la Corne, voir A. Gori 20 (...)
  • 117 C. Defrémery & B.R. Sanguinetti 1949, II : 179-180.

Après être parti d’Aden, je voyageai par mer durant quatre jours et j’arrivai à la ville de Zaylaʽ. C’est la capitale des Berberah, peuplade de Noirs qui suit la doctrine de Chāfiʽy. Leur pays forme un désert, qui s’étend l’espace de deux mois de marche, à commencer de Zaylaʽ et en finissant par Makdachaou [Mogadiscio]. Leurs bêtes de somme sont des chameaux, et ils possèdent aussi des moutons, célèbres pour leur graisse. Les habitants de Zaylaʽ ont le teint noir, et la plupart sont hérétiques116.
Zaylaʽ est une grande cité, qui possède un marché considérable ; mais c’est la cité la plus sale qui existe, la plus triste et la plus puante. Le motif de cette infection, c’est la grande quantité de poisson que l’on y apporte, ainsi que le sang des chameaux que l’on égorge dans les rues. À notre arrivée à Zaylaʽ, nous préférâmes passer la nuit en mer, quoiqu’elle fût très agitée, plutôt que dans la ville, à cause de la malpropreté de celle-ci.
Après être partis de Zaylaʽ, nous voyageâmes sur mer pendant quinze jours, et arrivâmes à Makdachaou, ville extrêmement vaste117.

94La notice d’Ibn Baṭṭūṭa est assez décevante, en raison d’un passage très rapide dans le port : débarquement dans la journée, nuit en mer puis départ pour Mogadiscio. Elle transmet une première impression, celle d’un « touriste » qui se retrouve dans une ville-marché où il repère comme produits dominants des poissons et des chameaux (alliance peut-être surprenante pour lui), et est incommodé par les odeurs. Il ne donne, contrairement à la notice sur Mogadiscio, aucune information sur la structure politique et les autorités de la ville – données qu’il affectionne pourtant. Il lie la ville aux Berbera, que l’on identifie généralement aux Somali, et considère comme un ensemble le territoire qui s’étend de là à Mogadiscio, déconnectant la ville de ses relations avec les territoires musulmans de l’intérieur. Mais cette vision reprend probablement celle de marchands yéménites qui, en fréquentant les ports de la côte, avaient repéré des similitudes entre les populations des deux villes mais étaient peu au fait des entités politiques de la Corne.

95Au final, il y a donc peu d’informations précises sur Zeyla au temps de son apogée (xive-début xvie siècle). Al-Maqrīzī, dans son Kitāb al-Ilmām, terminé en 1438, reprend la description d’al-ʽUmarī mais y ajoute, entre autres choses, une histoire de la dynastie des Walasmaʽ dans laquelle il rapporte que, après de multiples victoires, le sultan Saʽad al-dīn souffrit d’une sévère défaite devant les troupes chrétiennes :

  • 118 Nous reprenons ici la traduction anglaise faite par G.W.B. Huntingford de la version latine de F.T.(...)

The Amhara pursued Saad ad din as far as the peninsula of Zayla, in the ocean, where he took refuge. The Amhara besieged him here, and deprived him of water ; at last one of the impious showed them a way by which they could reach him. When therefore they came upon him, a battle ensued ; and after three days the water failed. Saad ad din was wounded in the forehead and fell to the ground, whereupon they pierced him with their swords. But he died happily, falling in God’s cause, and may He be propitious to him. This happened in the year of the Hejira 805, in about the 30th year of his reign. He was a man of great integrity118.

96Ce texte pose plusieurs problèmes. Le dernier combat de Saʽad al-dīn eut-il bien pour cadre la ville de Zeyla ? C’est ce que retiennent les traditions récentes recueillies dans la ville. L’un des premiers à en faire état est Richard Burton qui, lors de son voyage vers Harar, passe quelque temps à Zeyla et visite, en face de la ville, l’île qui porte le nom du grand souverain Walasmaʽ mort en martyr :

  • 119 R.F. Burton 1856 : 64-65.

We determined on the 9th November to visit the island of Saad el Din, the larger of the two patches of ground which lie about two miles north of the town. [...]. Here, says local tradition, was the ancient site of Zayla, built by the Arabs from Yemen. The legend runs that when Saad el Din was besieged and slain by David, King of Ethiopia, the wells dried up and the island sank. Something doubtless occurred which rendered a removal advisable : the sons of the Moslem hero fled to Ahmed bin El Ashraf, Prince of Senaa, offering their allegiance if he would build fortifications for them and aid them against the Christians of Abyssinia. The consequence was a walled circuit upon the present site of Zayla : of its odd locality almost may be said “periêre ruinae”119.

97C’est sur cette île que l’on montre encore de nos jours le soi-disant tombeau de Saʽad al-dīn, comme nous l’avons rapporté plus haut au sujet de nos prospections. Il est en réalité peu probable que le dernier combat du souverain eût lieu sur cette île, ce qui supposerait que l’armée chrétienne ait pu l’assiéger en traversant la passe avec des navires. Mais il n’est pas certain non plus que la bataille ait eu lieu à Zeyla même. La traduction du Kitāb al-Ilmām que donne J. Cuoq (qui semble avoir été faite d’après le texte arabe, sans que l’on sache à partir de quelle édition) ne dit rien de cette ville :

  • 120 J. Cuoq 1981 : 150.

Saʽad al-Dîn s’enfuit rapidement. Les Amhara l’assiégèrent. Ils lui coupèrent l’eau. [Un traître], un de ceux qui ne craignent pas Dieu, leur indiqua le moyen de parvenir jusqu’à lui. Quand ils purent l’approcher, ils le tuèrent, le blessant en plein front [...]. Saʽad al-Dîn tomba la face contre terre. Les Amhara le percèrent de leurs lances. Il mourut, Dieu l’ait en sa miséricorde120.

  • 121 Franz-Christoph Muth, qui a préparé une nouvelle édition du texte, avec une traduction en allemand, (...)

98En attendant une édition critique du texte de Maqrīzī121, il est difficile de se prononcer ; mais on peut au moins considérer pour l’instant que l’ultime bataille dans le port de Zeyla même et l’éventuel sac de la ville par les troupes chrétiennes – ce qui suppose qu’elles aient pu traverser l’ensemble des territoires musulmans orientaux jusqu’au golfe d’Aden – restent à vérifier (il est étonnant aussi qu’aucune source en gәʽәz n’en ait gardé de trace précise) et pourraient être le résultat d’une élaboration locale postérieure. C’est ici le lieu d’indiquer que, lors de notre première visite à Zeyla, des informateurs locaux évoquèrent, pour rendre compte du passage par l’armée éthiopienne du bras de mer séparant l’île de la terre ferme, l’existence d’une ancienne langue de sable aujourd’hui disparue.

  • 122 Les spécialistes des sources arabes, comme E. Cerulli ou J. Cuoq, suivent la chronologie du réperto (...)

99Une seconde question se pose : celle de la date de la mort de Saʽad al-dīn et donc de l’identité du roi chrétien qui régnait à cette époque. Dans le texte de al-Maqrīzī, la date donnée est l’an 805 de l’Hégire, soit 1402-1403 AD (sous le règne du roi chrétien Dawit), alors que, dans le répertoire chronologique des Walasmaʽ, elle est notée comme étant le 6 du 1-ḥiǧǧa 817, soit le 16 février 1415, sous le règne de Yesḥaq. Cette discordance a attiré l’attention de nombre de commentateurs, les uns accordant créance à la chronologie du répertoire, les autres à celle de al-Maqrīzī122.

  • 123 D. Lange 1977.
  • 124 Il faut noter que les informations données par E. Cerulli sur les neuf documents arabes qu’il copia (...)
  • 125 Sur ce texte et ses sources, voir la précieuse notice de F.-C. Muth (2005 : 123-131).

100Ces deux textes sont de nature différente : ladite « chronique des Walasmaʽ » est un texte très proche, par sa forme, du Dīwān salāṭin Bornū123 ; c’est un répertoire chronologique et généalogique sur la dynastie des Walasmaʽ, qui ne donne pratiquement pas d’informations d’une autre nature (les informations géographiques, par exemple, y sont très rares) et dont la rédaction s’est étalée sur plusieurs siècles124. Le Kitāb al-Ilmām, qui s’appuie peut-être pour partie sur une source proche, mais qui a été complété par des récits (oraux ou écrits) venant d’Éthiopiens musulmans rencontrés par al-Maqrīzī lors de son séjour à La Mecque, est en lait une histoire des relations entre les Walasmaʽ et leurs voisins chrétiens qui en détaille les différents épisodes et met l’accent sur les souverains qui ont mené le combat contre la domination politique du royaume chrétien125.

  • 126 À ce propos, voir les réflexions de J. Boulègue (2004 : 97-108) concernant le rapport entre durées (...)

101L’usage que font ces deux textes des données chronologiques est assez similaire – ce qui va bien dans le sens d’une ou de plusieurs sources communes, reflétant la connaissance chronologique que les lettrés de l’Ifāt avaient de leur histoire. En effet, dans les deux textes, les références à une chronologie absolue (et non plus relative, avec la durée des règnes) commencent avec le règne de Haqq al-dīn, si l’on excepte la mention, dans le Kitāb, que Ṣabr al-dīn, fameux héros de la guerre contre Amdä Ṣeyon, aurait régné « vers l’an 700 de l’Hégire ». Pour al-Maqrīzī, Haqq al-dīn meurt en 776 H, dixième année de son règne (qui correspondrait donc aux années 1364-1365-1374/1375 AD), alors que le répertoire indique les dates 778-788 H, soit 1376/1377-1386/1387 AD. On remarque que, dans les deux cas, la durée du règne est la même, sauf dans le cas de Harb Arʽad ; rien de surprenant à cela, car on peut supposer que c’est la durée des règnes qui était d’abord conservée dans les mémoires des érudits locaux126 ; il s’agit donc de la catégorie d’information temporelle pour nous la plus sûre (même si elle était parfois, comme nous l’indique le répertoire, objet de débats entre « spécialistes »). La variation des dates absolues, en revanche, montre que plusieurs d’entre elles ont sans doute été calculées, dans les deux documents, de façon rétrospective, dans le but d’aboutir à une chronologie cohérente (Fig. 2.18).

Répertoire
Harb Arʽad : règne de 2 ans
Haqq al-dīn : r. 1376-1377/1386 [durée de règne 10 ans]
Saʽad al-dīn : r. 4 mars-ler avril 1386/16 février 1415 [durée de règne 30 années,
2 mois, 5 jours]
Ṣabr al-dīn : 1415/1422 [durée de règne 9 ans]
Manṣûr : [durée de règne : 10 ans et 9 jours ; selon d’autres, 7 ans]
Ǧamāl al-dīn : 1424-1425/2 janvier 1433 [durée de règne : 7 ans]
Badlāy : 27 décembre 1432/26 décembre 1445 [règne de 13 années moins
24 jours ; pour d’autres, 14 années moins 3 mois]
Al-Maqrīzī
Ahmad Harb Arʽad : règne de 8 ans [durée de la captivité de son père dans l’Éthiopie chrétienne]
Haqq al-dīn : meurt en 1374-1375 [règne de 10 ans]
Saʽad al-dīn : meurt en 1402-1403 [règne de 30 ans]
Sabr al-dīn : meurt en 1422
Manṣûr : capturé en 1425 par le roi chrétien
Ǧamāl al-dīn : meurt en 1432

Fig. 2.18 Tableau comparatif des règnes des souverains de l’Ifāt chez al-Maqrīzī et dans la « Chronique des Walasmaʽ »

102Par ailleurs, les dates données par le répertoire sont plus complètes et précises, mais ce n’est pas un argument suffisant pour prouver leur validité : au contraire, les dates très précises peuvent être suspectes, en raison de leur précision qui pourrait justement indiquer aussi un jeu de reconstruction postérieur. Certains règnes de rois fameux comme Saʽad al-dīn ou Bädlay sont indiqués avec les jours et les mois – dans ce cas, la durée des règnes est aussi donnée au jour près, avec mention de variation de calculs, ce qui indique que ces dates étaient l’objet de supputation de la part des lettrés, peut-être précisément pour faire coïncider durées des règnes et calculs chronologiques. Dans le document de al-Maqrīzī, ce sont les dates de la mort des souverains qui dominent.

103Les deux documents sont à peu près conformes à partir de la fin du règne de Sabr ad-dīn, mais divergent à compter du règne de Ḥaqq al-dīn (le répertoire le fait régner douze ans plus tard que al-Maqrīzī). D’où il s’ensuit dans le Kitāb al-Ilmām un décalage difficile à compenser : la durée du règne de Saʽad al-dīn est raccourcie de deux ans par rapport aux trente années annoncées, et la durée du règne de son successeur, Ṣabr al-dīn, n’est pas mentionnée. À la suite de la mort de Saʽad al-dīn, al-Maqrīzī raconte :

  • 127 G.W.B. Huntingford 1955 : 18.

The strengh of the Moslems was abated. For the Hati and the Amhara having acquired this country settled in it, and from the ravaged mosques they made churches. The Moslems they harassed for the space of 20 years, during which the faithful suffered so many defeats and losses that no one is equal to recounting them127.

104Ces vingt années couvrent donc la période qui va jusqu’à la mort de Ṣabr al-dīn, fils et successeur de Saʽad al-dīn, en 1422, et à l’arrivée sur le trône de Manṣūr.

  • 128 E. Cerulli 1931 : 45, note 3. Pour Tandresse Tamrat (1972 : 149, note 3), qui accepte la chronologi (...)
  • 129 E. Cerulli 1931 : 46, note3. En revanche, son argumentation : la data corrisponde per la prima volt (...)

105Les arguments de Cerulli en faveur de la Habilité du répertoire sont assez convaincants : il remarque que al-Maqrīzī fait mourir Ḥaqq al-dīn en 1374-1375 lors d’une bataille censée avoir eu lieu contre les troupes du roi Dawit, qui, par ailleurs, ne commença à régner qu’en 1382128 et n’est pas, contrairement à ce qu’indique al-Maqrīzī, le successeur direct de Säyfä Arʽad ; à partir de cette erreur initiale et pour conserver à peu près une durée de règne de trente années, il date la mort de son successeur, Saʽad al-dīn, de 1402-1403129. On peut y ajouter un argument supplémentaire : autant nous pouvons nous méfier des dates absolues (et particulièrement quand elles sont précises au jour près), autant les durées des règnes (avec leurs variations) sont, selon nous, à prendre au sérieux. Or, ces durées des règnes disparaissent du texte de al-Maqrīzī après la mort de Saʽad al-dīn, alors que celles du répertoire sont parfaitement cohérentes ; on peut supposer qu’elles ne concordaient plus et que al-Maqrīzī les a de ce fait passées sous silence, inventant une longue période de vingt années qui lui permet de revenir à la chronologie admise. Le principe d’économie doit jouer ici : quel serait l’intérêt des rédacteurs du répertoire à maquiller les dates ? Alors que, dans le cas de al-Maqrīzī, on peut donner une explication assez simple à ces transformations : le roi Dawit est resté dans l’histoire comme un roi particulièrement actif contre les musulmans, comme, du côté musulman, la mémoire du martyre de Saʽad al-dīn, puisque dans nombre de textes arabes du xve siècle la région est désormais baptisée « terre de Saʽad al-dīn ».

106Cet épisode de la prise de Zeyla par les armées du roi chrétien ne nous semble donc pas avéré en l’état de la recherche, mais s’il a eu lieu, sa date la plus probable est 1415, à l’époque du roi Yǝsḥaq. Tel est le bilan, provisoire, que l’on peut tirer du dossier des sources écrites concernant Zeyla jusqu’au milieu du xve siècle ; bilan qui comporte encore de nombreuses interrogations et des lacunes évidentes. On comprend dès lors les apports, et probablement les nouvelles pistes, que pourra offrir une archéologie de ce port qui fut, pendant deux siècles au moins, la principale ouverture de la Corne sur le monde extérieur et le grand commerce international.

En guise de conclusion : quelques éléments de discussion

  • 130 N. Chittick 1976 : 125.

107Faisons ici retour aux données archéologiques issues de nos prospections pour tenter d’en tirer, à la lumière de ce long examen des sources écrites, quelques éléments de discussion. En ce qui concerne Zeyla, notons en premier lieu qu’aucune structure ni artefact n’ont pu être attribués à la période antique, observation qui rejoint celle de Chittick130, notre sondage S2-S2’ atteignant les sables stériles immédiatement au-dessous des niveaux archéologiques décrits plus haut. Pour les niveaux les plus anciens atteints dans notre sondage, ils restent non datés et il est impossible de spéculer sur la signification chronologique de la stratigraphie observée. On peut cependant avancer que la présence de mobilier importé attribuable à une période relativement tardive (milieu du xiiie siècle au plus tôt), même si sa signification à l’échelle du site doit être relativisée, va dans le sens d’une ouverture tardive de Zeyla au grand commerce, telle que l’illustre notre relecture des sources écrites. C’est là un point particulièrement saillant, qui va à l’encontre de l’essentiel de la littérature sur le sujet.

  • 131 A.T. Curle 1937 : 320.

108Concernant les sites de l’Ouest du Somaliland, il doit être relevé que, en dépit de leur importance archéologique, aucun texte médiéval n’y fait référence, en tout cas explicitement. Ce silence provient peut-être seulement d’un angle mort des sources, les fonds d’archives du Yémen n’ayant pas encore livré tous leurs secrets. Sur l’attribution chronologique de ces sites, commençons par émettre l’hypothèse qu’ils ne sont pas forcément tous contemporains. S’il n’y a pas lieu de remettre en question l’attribution globale des occupations récentes de la plupart de ces sites aux xve-xviiie siècles, attribution avancée par Curie sur la base de l’abondant matériel (notamment la céramique chinoise bleu et blanc, ubiquiste dans les exportations chinoises de la période Ming et dans ses nombreuses imitations contemporaines et plus tardives ; une céramique à glaçure également ubiquiste jusqu’au xviiie siècle ; des monnaies trouvées à Derbi Adad et Eik, et datant respectivement des xve et xvie siècles) retrouvé tant à Zeyla que dans l’intérieur, notons toutefois que ce matériel correspond presque exclusivement à des collectes de surface, attribuables par conséquent aux dernières occupations, puisque ces sites en vinrent probablement à décroître et à voir leur population déserter à quelque période entre le xvie et le xixe siècle. Dans ce contexte, seule la fouille des sites de l’intérieur permettrait de préciser la profondeur chronologique de leur occupation, que la présence de céladon chinois sur tous les sites131, non confirmée par nos prospections, mais que valide cependant la présence en surface de tessons de céramique islamique distinctivement attribuables aux xive-xve siècles, permet, sous toute réserve, de faire remonter à une période antérieure au xvie siècle.

109Si les sources écrites sont muettes sur ces sites de l’intérieur, c’est peut-être aussi que les rapprochements n’ont pas été faits. La mobilisation du huitième chapitre du Masālik al abṣār fī mamālik al-amṣar de al-ʽUmarī (milieu du xive siècle), traitant des royaumes musulmans d’Abyssinie, permet d’émettre l’hypothèse que le groupement de sites urbains du Sud-Ouest du Somaliland et du Haud voisin correspond au cœur économique de l’un des royaumes de la période, peut-être, sous toute réserve, celui d’Awfāt ou Ifāt (ou peut-être à la partie orientale de ce royaume), à propos duquel al-ʽUmarī écrit :

  • 132 AlUmarī 1927, VIII : 5.

Le royaume d’Awfāt a une longueur de quinze journées sur une largeur de vingt journées de marche normale ; il est tout entier cultivé et peuplé ; les villages se rejoignent les uns les autres ; il a une rivière d’eau courante.
Des sept régions sœurs, d’Awfāt est le plus proche du territoire égyptien et des rivages qui font face au Yémen et elle a le territoire le plus vaste. L’importation y est plus considérable, à cause de la proximité de ces pays. Son roi règne sur Zeilaʽ ; c’est le nom du port où abordent les marchands qui se rendent dans ce royaume132.

  • 133 I.M. Lewis (2002 : 9), qui considère cependant ce phénomène comme récent.

110En somme, la densité de sites urbains dans la région, leur localisation sur le plateau frontalier du Somaliland et de l’Éthiopie, et leur accessibilité depuis la zone de commerce maritime de la mer Rouge, la relation politique et économique entre Zeyla et ce royaume telle qu’attestée par les observations archéologiques faites sur place, la position topographique de ces sites – à une altitude permettant des cultures (contra les observations de Curie) et à proximité de rivières –, tout cela plaide en faveur de l’identification avec un centre politique et économique d’importance, comme le royaume de l’Ifāt, premier royaume (par la localisation géographique et l’importance politique) de la chaîne d’entités musulmanes décrite par al-ʽUmarī au xive siècle. Relevons que des populations somali sédentaires et productrices de sorgho se rencontrent entre Hargeysa et Harar133. Il faudrait donc distinguer, si cette hypothèse est valide, le royaume de l’Ifāt, tel qu’il s’organise économiquement dans l’arrière-pays de Zeyla, et l’Ifāt comme vaste territoire politique, dominant d’autres zones musulmanes, dont l’ancien Šäwa, sur la bordure du haut plateau chrétien, où il installe son centre de gravité politique (d’où le nom d’Ifāt donné par la suite à cette région jusqu’aujourd’hui). Difficile à vérifier dans l’état actuel de nos connaissances, cette hypothèse voudrait attirer l’attention sur les recompositions spatiales (et toponymiques) des territoires musulmans à l’époque médiévale et sur les dangers qu’il y a à avoir une vision figée de ces territoires.

  • 134 Nous avons mentionné l’existence d’un site archéologique du nom d’Awdal aux environs de Zeyla (voir (...)

111Par ailleurs, parmi les « cités mères » de ce royaume – expression qui semble désigner les villes les plus importantes du royaume mais qui paraît renvoyer à un état politique antérieur à l’essor de l’Ifāt proprement dit -, al-ʽUmarī mentionne Adal, site ou région qui correspondrait, d’après la toponymie locale actuelle, à la région de Zeyla et à son arrière-pays immédiat134. Relevons ici que, lors de la renaissance de la dynastie Walasmaʽ sous les fils de Saʽad al-dīn, les nouveaux sultans prennent le titre de « rois de l’Adal ». Bref, tout cela converge vers une localisation initiale assez précise de l’Adal, autour de Zeyla.

  • 135 Notons que si l’identification répétée, dans nos sources, de Zeyla avec le pays des Berbera en fait (...)

112Ces réflexions nous conduisent à appréhender l’organisation des sites et des espaces examinés dans ces pages, tant sous l’angle archéologique que sous celui des sources médiévales, sous la forme d’un emboîtement de formations territoriales de divers types. Ainsi Zeyla, petit établissement côtier jusqu’à l’aube du xiiie siècle, ne fut-elle jusqu’alors que le marché d’un ensemble de populations nomades, probablement somali, rayonnant dans un arrière-pays limité aux basses plaines côtières, auquel aurait été appliqué le nom d’Awdal ou Adal, sans que l’on sache s’il désignait une localité, un espace, ou une forme d’organisation sociale ou politique135. Avec le développement d’un axe vers l’intérieur au xiiie siècle au plus tôt, axe commercial et de pénétration religieuse, les formations antérieures se retrouvèrent employées dans une nouvelle formation politique, l’Ifāt, dont le premier cœur économique fut peut-être constitué par l’ensemble des établissements du Sud-Ouest du Somaliland et du Haud éthiopien.

113Il est difficile de résister à l’idée que ces sites archéologiques, non documentés par les textes, au moins en partie contemporains de cette entité politique puissante documentée par les textes, mais non reconnue par l’archéologie, sont les témoignages de l’essor d’un nouveau pouvoir s’appuyant sur une élite sédentaire, musulmane, commerçante, résolument urbaine. Gageons que, dans ces emboîtements successifs qui entraînent des mutations sociales et économiques profondes, le substrat de population des sociétés impliquées se trouve élargi et recomposé : comment en irait-il autrement alors que l’Ifāt est un pouvoir décidément conquérant qui, pénétrant loin dans l’intérieur sur le chemin de crête du Č̣ärč̣är, finit par emboîter, à la fin du xiiie siècle, les royaumes musulmans de l’escarpement du haut plateau central, dont le Šäwa ? C’est en tout cas l’image que nous donne al-ʽUmarī de ce paysage politique musulman au xive siècle, sans que soit explicite le degré de suzeraineté qu’implique le primat de l’Ifāt sur les pays de la région. Du reste, l’emboîtement que nous observons n’est peut-être rien d’autre que l’effet de cette extension politique, économique et religieuse vers l’ouest, qui s’appuie sur des sociétés profondément transformées, un temps motrices, mais aussitôt laissées en arrière d’un processus galopant. La renaissance au xve siècle, sur la traîne d’un Ifāt défait, d’un royaume empruntant le nom d’Adal, ou la soudaine remobilisation de groupes nomades somali dans le soulèvement musulman du début du xive siècle s’éclairent peut-être moins de l’opposition avec le monde chrétien que de l’histoire même de l’islamisation de cette région. En un siècle, de l’islamisation de Zeyla à la conquête du Šäwa, le processus d’intégration religieuse, politique et économique véhiculé par l’islam aura parcouru des distances immenses, promouvant sur son chemin de nouvelles élites, tandis que d’autres, à peine promues, se trouvaient déjà géographiquement décentrées. Dans ce processus, Zeyla a sans doute tenu un rôle à part : débouché lointain de la longue chaîne des pays musulmans de l’intérieur, porte d’entrée vers l’Abyssinie des hauts plateaux, entrepôt nauséabond et pôle d’attraction des richesses qui y furent échangées à partir du xiiie siècle, Zeyla fut l’horizon et l’intersection de plusieurs géographies. Cette singularité fut sans doute la cause de ce qu’elle resta, en un sens, inatteignable et que son histoire est encore, dans une large mesure, à construire.

Notes

1 1986-1991.

2 Un inventaire de ce patrimoine architectural semble urgent à réaliser.

3 Comme les sondages archéologiques détaillés plus loin le montrent, la ville actuelle semble être située sur au moins une partie du site médiéval. Mais, sachant les fréquents déplacements au cours de l’histoire des ports de la mer Rouge, dans des conditions écologiques très similaires, il serait nécessaire, ce que nous n’avons pu faire, d’effectuer des prospections serrées sur l’ensemble de la zone littorale proche.

4 Deux missions de prospection d’une semaine chacune ont été conduites en 2001 au Somaliland (Fig. 2.1) par les auteurs du présent chapitre, la première en février (F.-X. F.-A. & B.H.), la seconde en avril (R.B., F.C., F.-X. F-A. & B.H.). Notre collaborateur sur place était M. Ahmed Ali, par le moyen de qui furent conduites les enquêtes auprès des habitants. Les objectifs de ces missions étaient de reconnaître des sites historiques importants connus dans la littérature et localisés dans la partie ouest du pays, de se faire une idée de leur potentiel archéologique et d’évaluer leur état de préservation. Avec le soutien des autorités du Somaliland, il nous fut possible de visiter quelques-uns des sites sélectionnés et d’autres qui nous ont été proposés. Nous n’avons rencontré aucun problème de sécurité et avons apprécié partout la coopération chaleureuse de la population.

5 A.T. Curle 1936.

6 A.T. Curle 1937.

7 Pour les noms de sites somalilandais, nous adoptons dans cet article une transcription simplifiée, en indiquant toutefois, à la première occurrence du nom, la graphie somali, dans laquelle le stop glottal est marqué par un c, les voyelles longues par un redoublement.

8 N. Chittick 1976.

9 N. Chittick 1969.

10 Sur le Later Stone Age de la Corne de l’Afrique, voir G. Revoil 1882a, 1882b ; W. Seton-Karr 1896 ; M. Burkitt & C. Barrington Brown 1931 ; M. Burkitt & P.E. Glover 1946 ; G. Bailloud 1954 ; J.D. Clark 1952, 1954 ; S.A. Brandt 1986 ; S.A. Brandt & T.H. Gresham 1989 ; pour un bilan de l’historiographie, cependant déjà daté, voir S.A. Brandt & R. Fattovich 1990.

11 Par exemple I.M. Lewis 2002.

12 K.L.M. Goldsmith & I.M. Lewis 1958 ; I.M. Lewis 1959 [1960], 1960.

13 F. Jousseaume 1895 ; I.M. Lewis 1961 ; J.-P. Cros et al. 2006.

14 I.M. Lewis 1958 ; S.A. Brandt & Ν. Carder 1987 ; X. Gutherz et al. 2003a, 2003b, 2004, 2005 ; R. Joussaume 2007.

15 Voir en particulier R.F. Burton 1856 ; G. Revoil 1882a ; A. Cecchi 1885-1887 ; A. Bardey 1981 [ca. 1887] ; P. Paulitschke 1888 ; L, Robecchi-Brichetti 1899 ; J. Borelli 1890. Voir aussi R. Pankhurst 1985 : p. 275-282.

16 Voir L. Casson 1989 : 115-117.

17 N. Chittick 1976 : 125.

18 La plus utile compilation de ces sources arabes est celle de G. Vantini (1975), qui traite principalement de la Nubie, mais offre également un certain nombre de références se rapportant à l’Éthiopie, à la mer Rouge, à Zeyla et au golfe d’Aden.

19 N. Chittick 1976.

20 N. Chittick 1976 : 117.

21 A.W. Sa’id et al. 1974.

22 A.T. Curle 1937 : 316.

23 Nous remercions ici Bing Zhao (chargée de recherches au CNRS, UMR 8155) pour les identifications qu’elle a pu réaliser non à partir du matériel lui-même (conservé à Hargeysa), mais à partir de photographies souvent de piètre qualité et ne correspondant pas aux exigences en la matière ; compte tenu de ce fait, Bing Zhao nous invite à prendre toutes les déterminations avec prudence.

24 Sur les données des auteurs antiques relatives à la mangrove, voir j. Desanges & M. Reddé 1994.

25 A.T. Curle 1937 : 316.

26 A.T. Curle 1937 : 321.

27 R.F. Burton 1856 ; voir spécialement le chapitre II (p. 26-63) intitulé Life in Zayla.

28 F.L. James 1885 : 644-645.

29 Le terme « galla » est aujourd’hui considéré comme péjoratif.

30 A.T. Curle 1936, 1937.

31 A.T. Curle (1937) groupe les sites urbains observés par lui en quatre ensembles : villes côtières (Zeyla, île de Saad Din) ; villes du Sud-Ouest du Somaliland et de la région adjacente du Haud éthiopien (Amud, Abasa, Au Boba, Au Bare, Derbiga Adad, Biyo Dadera, Damerakhad, Derbile, Gogesa, Qorgab, Hasadinle, Kabab, Musa Hasan, auxquelles s’ajoutent deux petits sites non urbains à Sheikh Barkab et Aroqolab) ; un groupe de villes situées entre 150 et 200 km au sud de Berbera (Eil Humo et Elk) ; enfin, un dernier établissement à Rugayi en Ethiopie.

32 N. Chittick (1976 : 128) indique qu’Abasa est située in a region where some cultivation is possible. Sur les types de végétations du Somaliland, voir W.A. Macfadyen 1950 ; S.B. Boaler & C.A.H. Hodge 1962.

33 Cet argument n’est cependant pas décisif : la présence de meules à moudre les céréales n’implique pas nécessairement l’existence d’une agriculture de céréales domestiques pratiquée dans l’environnement immédiat du site.

34 A.T. Curle 1937 : 320.

35 N. Chittick 1976 : 128.

36 A.T. Curle 1937 : 319.

37 N. Chittick 1976 : 128.

38 N. Chittick 1976 : 128-129.

39 A.T. Curle 1937.

40 A.T. Curle 1937.

41 A.T. Curle 1937 : 319.

42 Merci à Stéphane Pradines (Institut français d’archéologie orientale, Le Caire) pour les déterminations.

43 Merci à Bing Zhao d’avoir bien voulu se livrer à des déterminations sur photos.

44 À l’exception d’un unique fragment de céramique possiblement « sassanide » des IXe-Xe siècles trouvé dans la fosse F1, et par conséquent dans un contexte stratigraphique profondément perturbé.

45 C. Hardy-Guilbert 2005.

46 Merci à Stéphane Pradines pour les identifications. La Mustard ware a également été identifiée à Gedi ; voir S. Pradines 2008.

47 F.L. James 1885 : 645.

48 Sur cette tradition d’origine locale, voir I.M. Lewis 1961.

49 G. Wiet 1937 : 159.

50 Le toponyme Bāḍiʽ ou Bāsiʽ des sources arabes désigne, selon les auteurs contemporains soit, le port de Massawa ou bien l’île d’al-Rīh près du golfe d’Aqiq (Soudan) ; les spécialistes de l’Éthiopie (voir S. Tedeschi 1984 et G. Lusini 2003 : 430-431) sont en général partisans de l’identification avec Massawa mais les archéologues ayant mené des recherches sur le site archéologique situé au sud de l’île d’al-Rīh pensent qu’il s’agit bien de la Bāḍiʽ des sources arabes (M. Kawatoko 1993a, 1993b ; synthèse par T. Insoll 2003 : 91-94). Rahsū n’est pas identifié.

51 G. Vantini 1975 : 93-94. Nous avons systématiquement choisi de citer les traductions dans la langue utilisée par le traducteur afin de ne pas ajouter de distorsions supplémentaires.

52 G. Vantini 1975 : 113.

53 C. Pellat 1962, I : 93.

54 C. Pellat 1965, II : 321.

55 J.S. Trimingham (1976 : 54) traduit ainsi : To it belongs the coastal plain opposite Yaman where there are many cities as Zaila’, Dahlak, and Nasi’(i.e. Badiʽ), in which are Muslims tributary (dhimmi) to the Abyssinians. R. Pankhurst (1982 : 54) écrit de son côté que, selon al-Masʽūdī : Zayla was an Abyssinian coastal town, one of several places inhabited by Muslims, but under the protection of Abyssinia...

56 C. Pellat 1965, II : 331.

57 C. Pellat 1965, II : 337.

58 Ce qui laisse à supposer qu’il avait, comme certains manuscrits de son livre en comportent, une carte sous les yeux. Voir la carte (numérotée 2) de l’Arabie publiée par J.H. Kramers & G.Wiet, entre les pages 20 et 21 (Ibn awqal 1964). On remarque sur cette carte qu’à l’extrémité sud du littoral africain d’une mer Rouge très schématique est inscrit, selon les légendes traduites par J.H. Kramers & G. Wiet (Ibn Hawqal 1964, I : 20) : « La région et les cantons des Zenjs, le désert séparant les Zenjs de l’Abyssinie », au-dessus, le long de la côte : « le pays de l’Abyssinie », puis Berbera, Zeyla (sous la forme d’une île), Bāḍiʽ (sous la forme également d’une île) et Suwākin. L’Abyssinie est ici indiquée au sud de Berbera.

59 Ibn Hawqal 1964, I : 41-42.

60 A. Miquel 1978 : 232-233.

61 A. Miquel 1978 : 54. Pour A. Miquel (1975 : 161, note 6), même si on est « d’autant plus tenté d’appliquer à l’Abyssinie les notations relative à Zayla et au pays “en face d’Aden”, que, ailleurs, le même Ibn Hawqal semble étendre très loin vers le nord le territoire abyssin », il s’agit bien ici d’une description du pays des Bedja, la mention d’un « territoire pacifié qui n’est pas territoire de guerre » renvoyant au baqṭ conclu avec les Bedja.

62 A. Miquel 1975 : 22-23.

63 Le nom de Barbarī (que l’on retrouve dans le nom actuel du port de Berbera à l’est de Zeyla) est utilisé par les auteurs arabes pour désigner les populations de cette région, possiblement les Somali, ce dernier nom n’apparaissant pas avant le milieu du XVe siècle dans une source éthiopienne chrétienne ; voir E. Cerulli 1957, I : 92, note 5.

64 Nous ne pouvons donc pas suivre ici T. Insoll (2003 : 58-60) dans sa reconstruction d’une route de commerce partant vers l’intérieur de la Corne dès le Xe siècle : To the south a further trade route led from the port of Zeila into the north/central Horn. Zeila is mentionned as early as 891-2 by Yaqut (Richard Pankhurst 1985 : 54). Salt, gold, ivory, slaves and skins travelled to the coast, while weapons, metalwork, cloth, glass and glazed pottery were traded into the interior. This route was of equal importance in the gradual process of disseminating Islam away from the Coast, an area, which, Hiskett (1994 :137-9) argues, was sufficiently Islamised by the tenth century to be considered part of dār al-lslām, literally « the abode of Islam ».

65 J. Cuoq 1975 : 68.

66 L’islamisation des îles Dahlak est en effet plus ancienne. Voir T. Insoll 2003 : 51 ; F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008.

67 C. Conti Rossini (1928, I : 281-282). Idée reprise dans un article plus tardif (C. Conti-Rossini 1943 : 167-168) sous la forme suivante : Cio ribadisce il moi vecchio convincimento che l’emigrazione delle tribù Somale verso il sud sia stata se non pure promossa, certo stimolata dalle irruzioni degli Abissini dai monti dell’lfat contro il bassopiano orientale in quel periodo di ripresa e di espanzione, che sembra essersi avuto nei secoli IX e X, tanto che, se prestiamo fede al geografo Ibn Hawqal, Zeila divenne possedimento abissino. Outre les auteurs arabes, le savant italien s’appuie alors sur les monolithes découverts au Choa ou au sud du Choa, ainsi que sur les cistes dolméniques reconnues par Azaïs dans le Č̣ärč̣är, qu’il considère être des monuments érigés par des colonies militaires aksumites venues du nord et donc des témoins de la conquête chrétienne !

68 J. Cuoq (1981 : 55). Voir aussi Taddesse Tamrat (1972 : 38) : [...] by the tenth century contemporary writers describe the kingdom as controlling a vast territory between the Dahlak islands and Zeila on the coast, and from the upper basins of the Ansaba-Barka rivers to the central Shäwan plateau in the interior. Les auteurs contemporains ici évoqués sont al-Masʽūdī et Ibn Ḥawqal.

69 J. Cuoq 1981 : 55. C’est d’ailleurs al-Masʽūdī qui évoque le Najâshi, et non Ibn Ḥawqal. R. Pankhurst (1982 : 54) va encore plus loin dans la déformation en citant Ibn Ḥawqal de la façon suivante : [Zayla] served as the port of embarkation from Christian Abyssinia to Higaz and Yaman (souligné par nous).

70 On a vu qu’il prétend décrire ici le pays des Bedja ; interprétation défendue par A. Miquel (1975, voir supra, note 61). Mais il s’agit bien des Ḥabaša dans le texte d’al-lṣṭakhrī qu’il recopie. Cette confusion démontre la fluidité des conceptions géographiques de l’époque.

71 « Finalement, c’est bien l’Abyssinie qui apparaît comme le pays charnière de l’Afrique, puisqu’elle touche à tout le monde noir : les Zanj, mais aussi les Bedja, la Nubie et même l’Afrique soudanaise de l’Ouest, jusqu’à l’Atlantique, le territoire abyssin recouvrant une notable part de l’Ethiopie antique » (A. Miquel 1975, II : 167).

72 Voir A. Miquel 1975, II : 169, à propos de Zeyla dans la géographie de ce temps : « Au plus près d’Aden, voici Zaylaʽ, tête du transit maritime vers le Hedjaz et le Yémen, incluse, disent certains, dans la mouvance du Négus et même siège du commandant en chef de son armée ; mais cette dernière notation est isolée, et Masʽūdī ou Ibn Hawqal semblent bien hésitants sur l’appartenance de cette région : elle est finalement, sur le vu de ces hésitations mêmes, au carrefour des aires bedja, abyssine et somali. »

73 J. Cuoq 1975 : 68.

74 Rappelons que ce titre est employé en arabe pour « désigner le souverain éthiopien au temps du Prophète et de l’Islam primitif» (E. Van Donzel 1993). La tradition est ainsi synthétisée par Ibn Khaldoun : « Un de leurs [souverains i.e. des Habasa] embrassa l’islam au temps de l’Hidjra, suivant le Sahih. Celui qui se fit musulman au temps du Prophète accueillit, avant l’Hidjra à Médine, des Compagnons, leur offrit asile et les défendit ; le Prophète invoqua la bénédiction divine sur lui et implora la miséricorde à l’annonce de sa mort ; ce souverain portait le nom de Nidjashi » (J. Cuoq 1975 : 340).

75 Comme le montrent les stèles funéraires dont la plus ancienne est datée de 864. D’après l’historien yéménite ‘Umāra al-Yamanī (mort en 1174), the Ziyâdid Ishâq b. Ibrahim, Abu l-Gays (r. 911-81) entertained good relations with the Abyssinian king and with the ruler of the Dahlak islands, from whom he received black slaves, ambergris, leopard-skins and other objects... Ishâq even extended his rule over the islands, on which he imposed a tribute, consisting, among other items, of 500 Abyssinian and 500 Nubian female slaves (E. Van Donzel & R.E. KON 2005 : 65).

76 Ibn Hawqal 1964, I : 56 : « Le pays des Abyssins est gouverné par une femme depuis de nombreuses années : celle-ci a tué le roi des Abyssins, qui s’appelait Hadani. Jusqu’à maintenant elle règne en toute indépendance sur son pays et les alentours du territoire de Hadani, dans le sud de l’Abyssinie. C’est une très grande contrée, sans limites déterminées, avec des solitudes et des déserts difficiles à traverser. » Sur cette reine, voir en particulier E. Cerulli 1943 : 272-276.

77 Selon M. El-Chennafi (1976 : 119-121), un texte écrit en Égypte par un auteur inconnu confirme que le souverain ziyādide Ishāq b. Ibrāhīm, Abū l-Ğayš, reçut un zèbre comme cadeau de cette reine qu’il aurait ensuite envoyé au sultan de l’Iraq en 969-970 (à corriger en 967-968 selon M. El-Chennafi).

78 J.S. Trimingham 1976 : 51-52.

79 Comme par exemple chez Ibn Saʽīd, rapporté par Abū I-Fidāʽ (J. Reinaud 1848, II : 209) : « Le pays des Habasha s’étend jusqu’à la mer, en face du Yémen. On y remarque plusieurs villes. Le pays est contigu au golfe de Berbera. »

80 R.L. Pouwels 1978 : 206. Dans cet article, R.L. Pouwels montre que les premiers établissements musulmans sont probablement les ports de Mogadiscio et Barawa sur la côte Banadir de la Somalie, avec l’arrivée au IXe ou Xe siècle d’un clan, les Banū Qaḥṭānī al-Wā’il, qui exerce dès lors un contrôle politique et religieux sur Mogadiscio (ibid. : 208-209). On ne trouve pas trace d’un tel phénomène à Zeyla, du moins dans les sources aujourd’hui connues. La présence de Zaydites sur toute la côte africaine du golfe d’Aden est indiquée sur une carte publiée dans le livre de M. Horton et J. Middleton (2000 : carte3.1, « Early Muslim influences in East Africa ») sans être aucunement justifiée dans le texte par les auteurs.

81 Al-Idrīsī 1999 : 94.

82 C. Conti Rossini 1921 : 451-452.

83 Au point où, comme dans la traduction que nous avons utilisée, le nom de Zeyla est systématiquement substitué à celui de Zāliġ.

84 C. Conti Rossini 1921 : 451 : « Gunbaytah (= Jan Bét “casa del re”). »

85 Al-Idrïsï 1999 : 94.

86 Il ne semble pas qu’il y ait eu de mines d’or et d’argent sur les territoires musulmans, même à l’époque de leur grande expansion, puisque, au milieu du XIVe siècle, al- ʽUmarī signale que « l’or est importé chez eux de Dāmūt et Sihām » (Gaudefroy-demombynes 1927 : 13). En revanche, de l’or semble avoir transité par les ports de la mer Rouge, comme le montre par exemple le texte d’al-Hamdānī au Xe siècle (D.M. Dunlop 1957 : 29-49). Sur la présence possible de quartz aurifère sur le haut plateau érythréen, voir C. Conti Rossini 1921 : 449-450. La principale région aurifère était évidemment celle du Wādī al-ʽAllāqī en pays bedja.

87 Notons du reste que des géographes postérieurs ont parfois eu des difficultés à interpréter les données d’al-Idrīsī. C’est le cas d’al-Harrānī (ca. 1295) : Zayla’, a town on the coast of the Red Sea, is a very populous commercial centre. The inhabitants draw their water from wells. There is a mine of silver and mercury (zibaq), but gold is very scarce [...]. Plus loin, il situe cette région de manière confuse et septentrionale : The land of Zayla’ is contiguous to the Habasha on the north. It is situated between the Habasha and the Nūba, and the land of Upper Egypt, between the Nile and the Red Sea. The natives are of very black complexion and are pagans. In their country there are several kingdoms (mamālik) ; the people are kind to the merchants. In this country there is a gold mine, but there are neither villages, nor cultivations ; it is only a desert plain which the traders cross on their way to Wādī al-ʽAllāqī. One of their well-known towns is ʽAyḏāb [...] (G. Vantini 1975 : 448-449).

88 J. Cuoq 1981 : 28. R. Pankhurst (1982 : 54) va encore plus loin et considère le texte comme une preuve de l’influence, encore à cette époque, du royaume chrétien sur la ville : Zayla seems to have been still within the political orbit of the Ethiopian state, for the author states that Abyssinia extended to the country of Berbera further to the south-east, which ‘obeyed the Abyssinians’.

89 On ne peut donc pas non plus suivre Taddesse Tamrat (1972 : 51) lorsqu’il affirme : It is apparent that in the days of al-Masūdī and Ibn Hawqal [soit dès le Xe siècle] the importance of Zeila had considerably increased, and fresh lines of communication had been opened between the interior of southern Ethiopia and the Gulf of Aden. The new direction of contact was characterized by the extensive, hot, lowland plains between the Ethiopian plateau and the sea coast. En fait, cette connexion n’est pas avérée avant le XIIIe siècle et il n’est pas évident qu’elle se faisait à travers les basses plaines... Voir aussi, plus récemment, Tekeste Negash (s.d. : 10) qui affirme : Like its predecessor, the Zagwe state was no doubt engaged in long-distance trade. Its main outlet, was, however, Zayla rather than the Red Sea Ports. Contemporary Arab sources appear to be clear on this point. For al-Yakubi, writing in the middle of the ninth century, Zayla was the main outlet, although the Dahlak islands on the Red Sea remained important as well]...].

90 M. Schneider 1983.

91 S.D. Goitein 1954, 1958, 1987. Sur ces questions de chronologie de mise en fonction des routes commerciales vers l’intérieur de l’Ethiopie, voir notamment F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008.

92 A. Caquot 1965 : 224-225.

93 J. Cuoq 1975 :170. Les traditions d’origine somali, qui revendiquent des liens anciens avec des cheikhs yéménites, ne permettent guère d’éclairer la genèse de l’islamisation de cette zone ; voir A. Gori 2006 : 26-27.

94 Traduction de G. Troupeau (s.d. : 76).

95 G. Troupeau s.d. : 88 (d’après le texte du manuscrit arabe 2234 de la Bibliothèque nationale de France).

96 Il s’agit du « Qānūn al-Masʽūdī d’al-Birūnī » (mort en 1048), « ouvrage d’astronomie dédié au prince Ghaznévide Mas’ūdī » (G. Troupeau s.d. : 155, note 252).

97 J. Reinaud 1848, II : 231.

98 Al-Mufaddal 1919-1928 : 386-387 ; l’extrait est retraduit et commenté par E. Cerulli (1943 : 278-279).

99 Al-Mufaddal 1919-1928 : 386-387.

100 É. Vallet 2007 : 312. Sur le contexte de cette ambassade, voir S.C. Munro-Hay 1997 : 195-199 ; J. Cuoq 1981 : 105-109. Les autres références chronologiques du texte concordent parfaitement : l’ambassade se situe bien à l’époque du sultan al-Malik al-Zâhir Baybars qui régna de 1260 à 1277, le roi de l’Éthiopie chrétienne étant alors Yakunno ’Amlak (r. 1270-1285). Voir aussi E. Cerulli (1943 : 278-279). N’ayant pas connaissance de la notice de la chancellerie, Cerulli situait cet événement de la fin du XIIIe siècle ou du début du XIVe. É. Vallet suppose justement que, d’après le répertoire chronologique des souverains du Šäwa publié par E. Cerulli (1941 : 11-13), il devrait s’agir de Dil-Marrāh qui régna entre 1269 et 1279, revint sur le trône en 1280 et mourut en 1283 lors de la conquête du Šäwa par les Walasma’ (É. Vallet 2007 : 312, note 142). On notera enfin que Yakunno ’Amlak, dans la lettre qu’il envoie, demande que l’on envoie le métropolite réclamé par le port de ʽAwān (S.C. Munro-hay 1997 : 197) et non par Dahlak ou Zeyla (sur Awānʽ, voir infra).

101 L’importance relative des informations sur les territoires musulmans dans cette notice ne doit pas nous surprendre : c’était un des sujets sur lesquels les maîtres du Caire cherchaient à obtenir des renseignements auprès des envoyés venus d’Éthiopie ou du Yémen ; d’autre part, les émissaires éthiopiens envoyés au Caire étaient souvent d’origine musulmane (c’est le cas par exemple de l’ambassadeur envoyé par Yagb’ea Seyon en 1289/1290, un certain Yūsuf b. ‘Abd al-Raḥmān, qui meurt durant le trajet).

102 La mention des « sept tribus » de Zeyla est assez obscure. Elle n’est pas sans rappeler les sept royaumes musulmans décrits par al-ʽUmarī au XIVe siècle ou par les sources chrétiennes contemporaines.

103 L’islamisation de la ville fut peut-être favorisée par l’arrivée en 1159 de Banū Māgid expulsés du Yémen, si l’on en croit la tradition rapportée par le Ta’riḫ al Mustabṣir d’Ibn al-Muğāwir, écrit peu après 1229, qui affirme qu’un groupe s’installa à Mogadiscio, un autre à Zafār (au Yémen) et un troisième à Zeyla (d’après J.S. Trimingham 1975 : 124).

104 Contrairement à ce qu’affirment la plupart des auteurs, qui considèrent les deux itinéraires comme parfaitement contemporains ; par exemple, récemment, Abebe Kifleyesus (2006 : 53) : In this context, Islam started to spread towards the hinterlands of Ethiopia from both the coasts of the Dahlak islands and Zäyla during the second half of the 7th century through the activities of merchants and men of religion. Pour une hypothèse autre, voir F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008, et l’introduction au présent ouvrage.

105 E. Van Donzel 1991.

106 N. Chittick 1982 : 61.

107 É. Vallet 2007 : 305 : « Le témoignage de Nûr al-maʽârif laisse peu de place au doute. La plupart des produits importés de l’Abyssinie, même lorsqu’ils étaient dirigés vers Zabīd, passaient dans la seconde moitié duVII e/XIII e siècle par le port de Zayla’, non par Dahlak. »

108 É. Vallet 2007 : 306. La notice la plus complète sur Awān’ est due à Ibn Sa’īd, rapporté par Abū l-Fidā’ : « La situation d’Awan est sous le 68e degré de longitude, et le 13e degré et demi de latitude. C’est une ville considérable, et les Abyssins qui l’habitent professent l’islamisme. À l’heure où le soleil est sur l’horizon, l’on aperçoit de la ville la montagne appelée Aldjenah, Cette montagne se trouve au milieu de la mer et présente une grande élévation. Entre la montagne et l’île de Dahlak, se trouvent plusieurs petites îles qui appartiennent les unes au prince du Yémen et les autres au prince de Dahlak [...]. Au nord-ouest d’Awan est un port célèbre appelé Ghelafeca ; c’est le port de Zebyd. Entre Zebyd et le port, il y a quarante milles » (M. Reinaud 1848, II : 212). Il convient de signaler que, dans un texte d’al-Mufaḍḍal – composé en 1358, mais qui traite ici d’événements de l’époque de Baybars (r. 1260-1277) –, l’auteur copte écrit : « Qui se dirige vers l’Amhara part de la cité de Awânʽ, qui est sur le rivage du pays d’Abyssinie », ce qui indique que c’était peut-être à l’époque l’un des principaux débouchés pour le haut plateau (E. Cerulli 1943 : 264),

109 Al-ʽumarī 1927 : 5.

110 Al-ʽumarī 1927 : 4.

111 Voir par exemple les mentions de trois musulmans éthiopiens, portant chacun cette nisba, actifs au Yémen durant le XIVe siècle et repérés par E. Cerulli (1943 : 288-89).

112 P. Marrassini 1993 : 99.

113 Il faut attendre la fin du XVIe siècle et le XVIIe siècle pour avoir quelques renseignements dans les textes arabes locaux sur la ville à une époque où le centre de gravité de l’Adal, principal royaume musulman d’alors, se déplace vers le nord de Harar ; voir E. Cerulli 1931 : 58-58, 66-67, 72-80. Dans les années 1570-1580, la ville se serait alors entourée de remparts : la ville était encore au XVIIe siècle dans un état de semi-indépendance (E. Cerulli 1931 : 83, note 5).

114 E. Cerulli 1943 : 291.

115 Sur les problèmes posés par le voyage d’Ibn Battūta dans l’océan Indien, voir F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2003 : 75-122.

116 Sur les rares mentions concernant la présence de chiites sur les côtes de la Corne, voir A. Gori 2006 : 25-26.

117 C. Defrémery & B.R. Sanguinetti 1949, II : 179-180.

118 Nous reprenons ici la traduction anglaise faite par G.W.B. Huntingford de la version latine de F.T. Rink de 1790 (G.W.B. Huntingford 1955 : 17-18).

119 R.F. Burton 1856 : 64-65.

120 J. Cuoq 1981 : 150.

121 Franz-Christoph Muth, qui a préparé une nouvelle édition du texte, avec une traduction en allemand, non encore publiées, a eu l’obligeance de nous faire savoir que le texte contenait bien une référence à Zeyla et que, dans sa traduction, les Amhara avaient poursuivi Saʽad al-dīn jusqu’à [...] die Insel Zayla’, mitten im Meer (Muth, communication personnelle).

122 Les spécialistes des sources arabes, comme E. Cerulli ou J. Cuoq, suivent la chronologie du répertoire alors que des spécialistes des sources chrétiennes éthiopiennes, comme Taddesse Tamrat (1972 : 149, note3) ou S. Kaplan (2002 : 86-87), reprennent plutôt la chronologie de al-Maqrīzī qui serait corroborée, selon eux, par des sources chrétiennes. Mais la source gǝʽǝz citée par eux, le Gadla Marqoréwos, si elle signale en effet un conflit entre Dawit et Saʽad al-dīn, pour lequel le roi va chercher le soutien spirituel du saint par l’intermédiaire d’un des grands de sa cour, un certain Del Sägäd, ne dit rien de la mort du souverain Walasmaʽ à cette occasion : « [le moine prédit au roi :] Dieu enfermera dans ta main ton ennemi Säʽelädin » (C. Conti Rossini 1904 : 39). On constate aussi que les connaissances de l’hagiographe sont assez imprécises : il fait de Saʽad al-dīn le fils de Haqq al-din et situe l’épisode dans l’Adal (« apparut un impie du nom de Säʽelädin fils de Häqlädin dans le pays d’Adal » ; C. Conti Rossini 1904 : 38).

123 D. Lange 1977.

124 Il faut noter que les informations données par E. Cerulli sur les neuf documents arabes qu’il copia à Harar et qu’il présente de façon chronologique sont plutôt parcimonieuses (Questi documenti sono stati da me copiati nello Harar da quaderni cuciti all’inizio ed alla fine di libri di Legge musulmane ο di commenti al Corano, E. Cerulli 1931 : 40) et ne permettent pas de comprendre les relations entre les différents textes : s’agit-il de textes indépendants (auquel cas, le répertoire sur les Walasmaʽ, le texte 1 dans les documents publiés, qui se termine en 1520, daterait de cette période) ou peut-on supposer l’existence d’un répertoire dynastique plus large chronologiquement, qui aurait pu être révisé tardivement, et dont on aurait ici des fragments ?

125 Sur ce texte et ses sources, voir la précieuse notice de F.-C. Muth (2005 : 123-131).

126 À ce propos, voir les réflexions de J. Boulègue (2004 : 97-108) concernant le rapport entre durées de règne et chronologie absolue dans le Tarikh as-Sūdān.

127 G.W.B. Huntingford 1955 : 18.

128 E. Cerulli 1931 : 45, note 3. Pour Tandresse Tamrat (1972 : 149, note 3), qui accepte la chronologie de al-Maqrīzī, cette bataille a donc eu lieu sous le règne du roi chrétien Newayä Maryam.

129 E. Cerulli 1931 : 46, note3. En revanche, son argumentation : la data corrisponde per la prima volta alla cronologia di al-Maqrīzī, secondo il quale Sabr ad-dīn pori appunto “intorno all’825”. Poichè al-Maqrīzī assegna al regno di Sabr ad-din la durata di 8 anni, oltre l’anno d’intervallo, ne consegue che Sa’ad ad-dîn sarebbe cosi morto nell’817 ègira : cronologia perfettamente concordante con quella del nostro documenta (E. Cerulli 1931 : 46-47, note 8), est moins convaincante puisqu’en fait al-Maqrīzī ne signale pas, à notre connaissance, un règne de huit ans pour Ṣabr al-dīn (il doit s’agir en fait d’une confusion avec l’information donnée par le répertoire).

130 N. Chittick 1976 : 125.

131 A.T. Curle 1937 : 320.

132 AlUmarī 1927, VIII : 5.

133 I.M. Lewis (2002 : 9), qui considère cependant ce phénomène comme récent.

134 Nous avons mentionné l’existence d’un site archéologique du nom d’Awdal aux environs de Zeyla (voir plus haut) ; le district oriental du Somaliland porte le nom d’Awdal, d’après l’entité politique ancienne dont la région garde le souvenir ; enfin, Zeyla elle-même, encore au XIXe siècle, était appelée Aftali (nom dans lequel on ne peine pas à retrouver celui d’Awdal) en somali et en harari (A. dAbbadie 1890 : 300-301).

135 Notons que si l’identification répétée, dans nos sources, de Zeyla avec le pays des Berbera en fait un établissement indiscutablement somali, le substrat de l’Adal pourrait avoir été Afar, si l’on en juge par l’extension de l’ethnonyme somali Awdali pour désigner les Afars (voir M. Lewis 2002 ; 4, note 3).

Table des illustrations

Légende Fig. 2.1 Carte du Somaliland et zones visitées en 2001
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/714/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 2.2 Relevé topographique. Pour l’explication des secteurs numérotés Z, voir le texte
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/714/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 2.3 Zeyla : maison en ruine du gouverneur britannique. Noter au premier pian les refuse heaps
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/714/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 2.4 Zeyla : échantillon de céramique provenant du secteur Z2 (collecte de surface)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/714/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 2.5 Zeyla : autre échantillon de céramique provenant du secteur Z2 (collecte de surface)
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/714/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 2.6 Zeyla. Mosquée dite « aux deux miḥrāb » : le miḥrāb en élévation dans le mur nord
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/714/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 2.7 Ile de Saad Din : structure considérée localement comme le tombeau du sultan Saʽad al-dīn
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/714/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 2.8 Abasa : mosquée. Plan
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/714/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 2.9 Abasa : mosquée. État de conservation lors de la visite. Noter les piliers de section circulaire et de section cruciforme
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/714/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 2.10 Abasa : cauris (cypraea) collectés en surface
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/714/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 2.11 Sheikh : échantillon de matériel archéologique collecté en surface
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/714/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 2.12 Zeyla. Mosquée dite « aux deux miḥrāb » (Qiblatayn) : relevé en plan. Localisation du sondage S2-S2’
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/714/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 2.13 Zeyla. Relevé en plan du sondage S2-S2’. Ensemble des structures associées à l’horizon stratigraphique 2004
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/714/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 2.14 Zeyla. Relevé en coupe du sondage S2-S2’
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/714/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 2.15 Zeyla. Mosquée dite « aux deux miḥrāb » (Qiblatayn) : niveau de sol ou couche de travail liée à l’enduction du parement extérieur du mur nord
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/714/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 2.16 Zeyla. Mosquée dite « aux deux miḥrāb » (Qiblatayn) : échantillon de matériel archéologique provenant du décapage de surface
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/714/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 2.17 Zeyla. Sondage S2-S2’ : échantillon céramique du niveau 2007
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/714/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

Auteurs

Historien de l’Afrique. Directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et ancien directeur du Centre français des études éthiopiennes (ministère des Affaires étrangères et CNRS), il est membre du laboratoire TRACES (UMR 5608, CNRS et université Toulouse-le-Mirail) à Toulouse et honorary research fellow au GAES, université du Witwatersrand, Johannesburg (Afrique du Sud). Email : fx.fauvelle@yahoo.fr

Professeur d’histoire de l’Afrique à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ancien directeur du Centre français des études éthiopiennes (ministère des Affaires étrangères et CNRS) de 1997 à 2001, il est membre du laboratoire CEMAf (CNRS et université Paris 1). Il dirige les Publications de la Sorbonne. Email : bertrand.hirsch@univ-paris1.fr

Topographe à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Il a effectué de nombreuses missions en Éthiopie et dans la Corne de l’Afrique (Somaliland, Djibouti)

Archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap)

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540