Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces musulmans de la Corne de l’Afrique au Moyen Âge

 | 
François-Xavier Fauvelle-Aymar
, 
Bertrand Hirsch

1. En guise d’introduction

Sur les traces de l’islam ancien en Éthiopie et dans la Corne de l’Afrique

François-Xavier Fauvelle-Aymar et Bertrand Hirsch

Texte intégral

1Un îlot chrétien dans un environnement musulman : ainsi s’exprime couramment la relation entre centre et périphérie dans la Corne de l’Afrique. L’Éthiopie serait un État majoritairement et par essence chrétien, enchâssé au milieu de pays musulmans. Il est inutile de dire à quelles lectures géopolitiques est sujette cette relation. Plus important ici est de remarquer combien elle détermine notre représentation de l’histoire de cette région du monde : le contraste religieux n’a-t-il pas nourri un conflit plus que millénaire entre les pouvoirs de cette région, suscité guerre sainte contre ğihād ? Un islam ancien sur les côtes, un des premiers royaumes chrétiens sur les hautes terres n’avaient-ils pas pour destin de se jeter l’un contre l’autre pour, in fine, se contenir mutuellement et inscrire de la sorte dans le marbre les contours d’entités politiques et religieuses héritées du passé ?

  • 1 S. Munro-Hay 1991.
  • 2 Voir à ce propos les remarques d’A.-L. de Prémare (2002) qui détaille le cas du fameux ʽAmr Ibn al- (...)
  • 3 M. Schneider 1983.
  • 4 Ahmed Hussein 1992.
  • 5 R. Paribeni 1907.

2Que le christianisme et l’islam aient une présence ancienne dans la Corne de l’Afrique est bien connu. Le royaume d’Aksum, qui s’étendait sur le Tigré et l’Érythrée actuels, fut officiellement christianisé au IVe siècle1. Et l’on sait que les rives africaines de la mer Rouge furent très tôt en contact avec l’islam, parce que géographiquement proches de l’Arabie : des commerçants qurayshites fréquentaient les ports africains2 ; certaines îles connurent une islamisation très précoce3. Dès l’essor de l’islam dans les régions riveraines de la mer Rouge, il faut peut-être envisager une cohabitation plus étroite des communautés religieuses que l’on a coutume de le croire : ainsi, avant même l’hégire, des proches de Mahomet trouvèrent refuge auprès du souverain aksumite4 et il y a tout lieu de penser que des communautés musulmanes se fixèrent assez tôt dans le royaume aksumite ou à ses portes. Ne rencontre-t-on pas d’ailleurs des sépultures musulmanes dans le port d’Adoulis, implantées immédiatement au contact des horizons aksumites5 ? Autant de traces d’une présence ancienne de l’islam dans la Corne, sur la foi desquelles s’est construit le récit d’une islamisation précoce de la région depuis ses parties périphériques, montant en quelque sorte à la rencontre, comme par un besoin organique, d’un christianisme ancien, déjà là, massif, tenant le cœur de la région.

  • 6 M.L. Derat 2003.

3Mais bien sûr, ces indices d’une coprésence ancienne du christianisme et de l’islam ne permettent pas de préjuger des phénomènes de consolidation et d’extension des communautés religieuses, de formation et de déplacement des pouvoirs respectivement chrétien et musulman. La christianisation des hauts plateaux centraux à partir du Tigré commence en effet à apparaître comme un processus peut-être beaucoup plus lent, et probablement plus tardif, que ne le laissent accroire les récits de glorification des saints produits dans les monastères d’Éthiopie depuis le XIIIe siècle6. Quant à l’islamisation des parties riveraines des côtes et des arrière-pays, au-delà de la présence de musulmans étrangers et de contacts commerciaux dans les ports, elle n’a pas non plus laissé de traces évidentes au cours des premiers siècles de l’islam. Si bien qu’il faudra sans doute abandonner la vision schématique qui, à ne considérer le tableau qu’à l’échelle de la Corne, accorde la part belle aux questions d’antériorité d’un « bloc » par rapport à l’autre, et commencer à apercevoir, à des échelles plus régionales, des mouvements plus complexes, des processus d’interaction, voire de coopération, et de compétition entre communautés et pouvoirs appartenant aux deux religions. En somme, et même s’il convient de se défier des schémas de perception qui, à l’échelle régionale, construisent christianisme et islam en contraste et en opposition l’un vis-à-vis de l’autre, et comme en préparation de l’inévitable conflit, il reste que ces deux phénomènes sont bons à penser ensemble.

L’islam dans la Corne de l’Afrique : nécessité d’une perspective décentrée

  • 7 Ces lignes réélaborent plusieurs passages de B. Hirsch & F.-X. Fauvelle-Aymar 2004.
  • 8 J. Cuoq 1981.
  • 9 J.S. Trimingham 1961 ; 1976.
  • 10 T. Insoll 2003 : chap. 2.

4Si décloisonner l’étude du christianisme et de l’islam apparaît comme profitable pour ne plus penser les phénomènes religieux en termes de blocs compacts mais bien plutôt en termes de dynamiques, il semble également nécessaire de modifier le regard porté sur l’histoire de l’islam. Reconnaissons en effet que notre compréhension de la place de l’islam dans l’histoire de la Corne est fortement contrainte par le rôle historique accordé à l’islam dans l’historiographie du pays qui occupe le centre de la région, l’Éthiopie. L’islam en Éthiopie a pendant trop longtemps été perçu par les chercheurs comme un phénomène historique périphérique (dans l’espace) et marginal (en termes d’impact sur les processus historiques touchant la nation « Éthiopie »)7. À en croire la doxa, telle qu’elle est exprimée par exemple dans les études de Cuoq8, Trimingham9 ou encore Insoll10, l’islam en tant que phénomène religieux et les musulmans comme force sociale et politique, depuis longtemps établis sur les périphéries côtières de la Corne (correspondant aux régions actuelles de l’Érythrée, de Djibouti, du Somaliland et de Somalie), se seraient tôt (dès le Xe siècle) et résolument risqués, par les voies caravanières, à pénétrer l’intérieur de la région, venant assiéger le royaume chrétien des hauts plateaux à partir du XIVe siècle, au point de menacer son intégrité, dans les années 1520 et 1530, sous les coups du ğihād mené par l’imam Ahmad ibn Ibrāhīm, surnommé le « Gaucher » par les chrétiens. Sauvé in extremis du péril islamique (qui fut arrêté par les chrétiens avant d’être laminé par les migrations des Oromo et des Somali à partir du milieu du XVIe siècle), le royaume des hautes terres devait poursuivre son ascension historique jusqu’à la réalisation du rêve de grande Éthiopie de Ménélik II (r. 1865-1913), dans lequel des populations « païennes » et musulmanes nouvellement conquises se trouvaient, en effet, périphériquement et marginalement intégrées à l’empire. Ainsi se trouvait réalisée l’idéologie à l’œuvre depuis plusieurs siècles.

5Il est utile de dire dès l’abord que cette narration sur la place de l’islam dans l’histoire éthiopienne est une fiction historiographique qui n’a pu prospérer qu’en raison d’une absence d’informations bien étayées. Cette absence est due à plusieurs facteurs :

  • 11 Ibn Fadl Allah AlUmarī 1927.
  • 12 Sur cette question, voir F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008.
  • 13 E. Cerulli 1941.
  • 14 E. Cerulli 1931.

6• La rareté et le caractère dispersé des sources relatives à l’islam et aux sociétés musulmanes de la Corne de l’Afrique, notamment pour ce qui est des périodes les plus anciennes (parmi ces sources, mentionnons le remarquable ouvrage de l’historien égyptien al- ʽUmarī11, qui livre une description très vivante des royaumes musulmans de la Corne de l’Afrique au XIVe siècle)12. Plus criante encore est la rareté des sources endogènes qui permettraient d’étudier l’islam dans cette région. À cet égard, le Répertoire chronologique de la dynastie maḫzūmite du Šäwā, document éthiopien en arabe édité par Cerulli13, apparaît comme un unicum pour la période sur laquelle il nous renseigne, à savoir les XIe-XIIIe siècles, et il en va de même pour l’Histoire des Walasmaʽ14, concernant principalement les XIVe-XVIe siècles.

  • 15 Al-Idrīsī 1999 ; 2000.
  • 16 R. Basset 1897.

7• L’obscurité qui environne certaines sources anciennes, en raison des profonds bouleversements politiques qu’a connus la Corne de l’Afrique entre le XIIIe et le XVIe siècle. Les bouleversements de la fin du XIIIe siècle (relatés dans le Répertoire chronologique) ont complètement réorganisé la géographie politique de l’islam en déplaçant son cœur du plateau central de l’Éthiopie vers le plateau de l’arc oriental du Rift, région qu’avec Azaïs et Chambard nous appelons le massif du Č̣ärč̣är. Ainsi des textes susceptibles de nous donner des informations topographiques sur l’islam antérieurement à la fin du XIIIe siècle (comme les informations d’al-Idrīsī au XIIe siècle15, ou celles véhiculées par le Répertoire chronologique, pourtant si riche en événements) s’inscrivent-ils dans des géographies encore parfaitement abstraites. De la même façon, les phénomènes migratoires du XVIe siècle, d’ailleurs encore mal compris, ont non seulement refondu le peuplement de la région, ils ont aussi effacé la présence musulmane antérieure et aboli la toponymie ancienne : un texte immédiatement antérieur à ces bouleversements, comme la chronique des campagnes de l’imam Ahmad16, pourtant remarquablement précise (elle mentionne les jours de marche, les gués, les passages de frontières), reste pour l’instant l’index à peu près inutilisable d’une géographie des pays musulmans disparue il y a seulement cinq siècles.

  • 17 En mai 2008, une équipe importante dirigée par les auteurs de ces pages a fouillé le site musulman (...)
  • 18 F. Azaïs & R. Chambard 1931 ; R. Joussaume & H. Joussaume 1972 ; R. Joussaume 1974.

8• Le manque de recherches archéologiques sur l’islam dans la Corne : l’instabilité ou la fermeture politique de certains pays, alliées à des difficultés pratiques de terrain beaucoup plus considérables qu’ailleurs, notamment en Éthiopie, ont certainement concouru à ce qu’aucune fouille de quelque ampleur n’ait à ce jour17 ouvert l’un des sites musulmans connus dans la zone (à commencer par Harar !), et à ce que les prospections systématiques soient restées limitées à celles conduites par le révérend père Azaïs et Roger Chambard dans les années 1920 puis par Roger Joussaume, sur les traces des premiers, dans les années 197018.

  • 19 Ahmed Hussein 1992.
  • 20 J. Abbink 1998.

9Ces facteurs, qui s’aggravent mutuellement, ont laissé s’installer une longue méconnaissance et une minimisation du fait musulman en Éthiopie. Mais pourquoi ce déficit d’attention ? Les raisons en ont été signalées par Ahmed Hussein19 et Jon Abbink20. Elles ont à voir avec la marginalité idéologique dans laquelle ont été maintenus les musulmans d’Éthiopie, une marginalité qui s’est construite dans le cadre d’un grand récit historique élaboré dès l’époque médiévale dans l’espace de l’État chrétien des hautes terres par des moines lettrés, qui a produit une histoire que l’on peut définir comme christiano-centrée. Dès lors, les historiens ont eu tendance à considérer les informations historiques sur les zones musulmanes comme de simples compléments devant être articulés à une historiographie dominante elle-même formatée sur l’idéologie chrétienne et impériale éthiopienne. C’est ce biais que le présent ouvrage voudrait contribuer à corriger, en recentrant l’attention sur plusieurs régions de l’Éthiopie et de la Corne considérées sous l’angle de l’archéologie et de l’histoire de l’islam, sans toutefois perdre de vue, autant qu’il est possible compte tenu des données, la problématique des interactions entre ensembles et acteurs politiques et religieux. Si nous n’abordons que de façon cursive, dans cet ouvrage, les sites connus en Somalie et en Érythrée, c’est pour nous concentrer sur les régions entourant le « triangle afar », régions de plateaux à cheval sur l’Éthiopie et le Somaliland qui livrent les plus abondants témoignages d’un passé musulman.

Espaces et dynamiques de l’islam dans la Corne de l’Afrique : trois pôles, deux axes

  • 21 Pour de récents essais de synthèse, voir A. Gori 2006 ; F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008.
  • 22 Voir les études historiques de A. Gori (2003) sur la littérature somalienne en arabe et de Ahmed Hu (...)
  • 23 U. Braukämper 2002.
  • 24 L’article intitulé « Islamic principalities in Southeast Ethiopia between the thirteenth and sixtee (...)
  • 25 F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008.
  • 26 F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2001 ; B. Hirsch & F.-X. Fauvelle-Aymar 2002.

10Si l’on peut noter un renouveau récent de la recherche sur l’islam en Éthiopie et dans la Corne21, en particulier dans l’examen de la littérature musulmane en arabe produite localement22, ce renouveau concerne surtout les recherches sur la période contemporaine, celle consécutive à la réislamisation de larges parties de l’Est et du Sud de l’Éthiopie opérée depuis le XVIIIe siècle. Le monde musulman ancien de l’Éthiopie et de la Corne continue à attirer très peu de spécialistes, qu’il s’agisse d’historiens de l’islam, d’archéologues ou d’arabisants. Il faut noter toutefois la parution du livre important d’Ulrich Braukämper23, recueil d’articles publiés entre 1977 et 1989 dans des revues ou des ouvrages parfois difficiles d’accès. Le premier (dans l’ordre chronologique) de ces articles, largement révisé, constitue le second chapitre de l’ouvrage24 ; il reprend la question de l’histoire et de la localisation des « royaumes » (terme consacré, en dépit de nos incertitudes sur les structures du pouvoir dans ces formations politiques anciennes) musulmans en Éthiopie entre le XIIIe et le XVIe siècle. Nous-mêmes avons tenté ailleurs un exercice similaire en nous appuyant sur les données épigraphiques et archéologiques25. Nous avons également proposé un modèle permettant de comprendre la nature des relations entre pouvoirs chrétiens et musulmans de la région, en émettant l’hypothèse d’une symbiose économique entre pouvoirs (chrétiens) contrôlant l’accès aux ressources du haut plateau – or, ivoire, esclaves – et pouvoirs (musulmans) contrôlant les routes d’acheminement entre ces hauts plateaux et les côtes26. Il en ressort qu’il existe un large faisceau d’indices permettant d’affirmer l’existence ancienne de communautés musulmanes politiquement organisées, situées au cœur des espaces de la Corne, sur les contreforts des plateaux central et oriental du Rift, et en position centrale au regard des pouvoirs du temps. Il en ressort également que l’image d’une lutte séculaire entre chrétiens centraux et musulmans périphériques de la Corne, loin de refléter depuis ses origines l’histoire des relations entre fidèles des deux religions, s’enracine peut-être dans un moment particulier, celui du conflit de la première moitié du XVIe siècle, qui fut si traumatique pour la mémoire chrétienne qu’il amena à repenser l’histoire antérieure sous cette perspective fatale.

  • 27 Le programme dirigé par Bertrand Hirsch était financé par le ministère français de la Recherche dan (...)

11Les travaux réunis dans cet ouvrage sont issus de deux programmes, l’un dirigé en 1998-2001 par Bertrand Hirsch, l’autre lancé par François-Xavier Fauvelle-Aymar et Bertrand Hirsch en 2006, chacun d’eux étant à ces dates directeur du Centre français des études éthiopiennes (CFEE)27. Ces programmes ont eu pour ambition de dresser un premier inventaire des traces (archéologiques, littéraires, mémorielles) du passé musulman de l’Éthiopie et de la Corne à partir des sources publiées et de la littérature secondaire ; d’enrichir cet inventaire par des campagnes de prospection ; de documenter des sites « anciens » (sans meilleure précision chronologique préalable) par des sondages archéologiques ; enfin, d’élaborer de premiers référentiels typologiques (sur l’architecture, la culture matérielle), permettant le cas échéant d’inscrire les traces de l’islam éthiopien dans une dimension diachronique.

12Des travaux de simple « inventaire » archéologique à partir de la littérature, accompagnés de prospections sur le terrain, il est possible de faire apparaître sur la carte (voir Fig. 1.1) trois pôles présentant une forte densité de sites musulmans ruinés rapportables à une période « ancienne » (gardons pour l’instant ce terme conservatoire, sans préjuger d’une attribution chronologique plus précise, mais suffisant tout de même pour distinguer ces sites des établissements « récents » issus d’une renaissance de l’islam éthiopien à partir du XVIIIe siècle). Ces sites possèdent dans nombre de cas des caractères urbains, ainsi que nous le verrons par la suite.

13Ces trois pôles sont les suivants (présentés ici d’est en ouest, dans une simple logique géographique) :

  • L’Ouest du Somaliland (ancien Somaliland britannique, indépendant de la Somalie depuis 1992) où l’on trouve le port de Zeyla et, plus au sud, sur le plateau somalien, plusieurs sites ruinés ; c’est à propos de Zeyla que nous avons conduit des recherches tentant de croiser approches historique et archéologique. Nous en livrerons les résultats dans le chapitre 2.

  • Les hauteurs du massif du Č̣ärč̣är, comprenant, outre Harar qui paraît être le seul site ayant connu une existence continue depuis le Moyen Âge, plusieurs sites ruinés à caractère urbain, tous situés le long d’un segment du plateau oriental du Rift ; c’est dans cette région que se sont concentrées les prospections dont le compte rendu est livré dans le chapitre 3.

    • 28 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2006.

    La province éthiopienne du Choa oriental en Éthiopie, située dans la moitié sud du replat qui s’étend de Šäwa Robit à Kombolča, dans l’escarpement du plateau central du Rift ; c’est là que l’on trouve les sites de Goze et Fäqi Däbbis dont il sera question dans le chapitre 4, ainsi que plusieurs autres sites musulmans récemment découverts ou redécouverts28.

Fig. 1.1 Principaux sites musulmans anciens d’Éthiopie et de la Corne

14Empressons-nous de noter que ces trois pôles ne représentent pas nécessairement des entités pertinentes ; on peut seulement dire qu’il s’agit, à ce stade, de pôles de densité de sites archéologiques correspondant peut-être plutôt à des zones géographiques et topographiques distinctes. Peut-être même ne reflètent-ils sur la carte que des biais d’observation liés aux conditions de la collecte d’information sur le terrain et dans la littérature secondaire (elle-même tributaire des conditions sur le terrain). Ajoutons qu’à ce stade des recherches nous ne saurions affirmer non plus que ces pôles, ni même que les sites regroupés dans ces pôles, sont contemporains ; tout au plus pouvons-nous suggérer qu’ils appartiennent à un horizon historique antérieur au XVIe siècle, époque à laquelle nous devons (sous réserve de révision de ce point de vue par les recherches futures) attribuer leur destruction ou leur abandon. Nous posons cependant pour l’instant l’existence de ces pôles à titre d’hypothèse de travail, qui ne doit en aucun cas laisser préjuger des entités politiques ou économiques sous-jacentes.

15Tous ces sites, dont il ne subsiste aujourd’hui (à l’exception de Harar) que des ruines, ont pour point commun d’être situés à des altitudes moyennes assez élevées : de 1 000 à 1 500 mètres pour les sites de l’intérieur du Somaliland et ceux de l’Ifāt, aux alentours de 1 800 mètres pour ceux du Č̣ärč̣är. Ils sont également le plus souvent situés dans des paysages de collines anciennement terrassées par l’homme et présentent des caractéristiques similaires : concentration de bâtiments où domine l’usage de la pierre ; grande extension spatiale des principaux sites (ce qui en fait des ensembles comparables aux cités du Sahara ou du Sahel médiéval) ; architecture (plan et appareil) qui présente de très fortes similitudes ; absence apparente de murs d’enceinte ; caractères distinctivement musulmans (cimetières, mosquées) ; témoins matériels qui dénotent l’accumulation de richesses et l’intensité des échanges.

  • 29 T. Insoll 2003 : 73-76.
  • 30 F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008.

16Un effet du décentrement que nous proposions plus haut d’effectuer est d’attirer l’attention moins sur les populations nomades de la région, auxquelles on continue d’attribuer la responsabilité du premier essor de l’islam29, que sur des populations que l’on peut à bon droit supposer au moins en grande partie sédentaires puisqu’elles ont laissé dans le paysage des villes et des terrasses agricoles. Que ces populations ne soient pas identifiables aujourd’hui (le chapitre 3 ci-après ébauchera quelques hypothèses à ce sujet), soit qu’elles aient été balayées par les courants de population du XVIe siècle et des suivants, soit qu’elles se soient transformées et aient perdu leur caractère urbain, ne doit pas nous faire perdre de vue les faits : des traces archéologiques existent nombreuses, qui témoignent d’implantations denses de communautés musulmanes sédentaires et urbaines au Moyen Âge, alors que les scénarios faisant des nomades les acteurs d’une diffusion de l’islam à travers les basses terres restent pour l’instant fondés sur des intuitions qui tardent à se concrétiser. Si l’on doit s’appuyer sur les données avérées croisant l’archéologie et l’épigraphie funéraire arabe, force est de prendre en considération la plus grande ancienneté des traces musulmanes de l’Érythrée et du Tigré par rapport à celles des autres régions30. Ce qui amène à suggérer que les trois pôles identifiés ici sont à mettre en relation avec deux axes qui ont pu être des axes de pénétration de l’islam dans la Corne avant de devenir des axes commerciaux reliant le haut plateau central du Rift et la mer (mer Rouge, golfe d’Aden). Ces deux axes (Fig. 1.2) sont les suivants (présentés ici dans l’ordre chronologique de leur entrée en activité) :

  • L’axe nord-sud, depuis les îles Dahlak via le Tigré oriental jusqu’à l’escarpement du haut plateau central, fut probablement, le long de la bordure et en contrebas du pays chrétien, le premier axe de pénétration de l’islam à partir des IXe-Xe siècles AD.

  • L’axe est-ouest, qui ne semble guère en place avant le XIIIe siècle, reliait le golfe d’Aden aux hautes terres du plateau oriental et aux lacs de la vallée du Rift.

17Ajoutons ici que ces deux axes, qui à nos yeux représentent les deux étapes de la séquence de pénétration musulmane et d’activation de dynamiques de circulation religieuse et commerciale dans la région entre le Xe et le début du XVIe siècle, ont été par la suite occultés par les bouleversements du XVIe siècle, causés par les populations pastorales (et non forcément nomades) qu’étaient alors les Oromo et que sont encore largement les Somali. Il est intéressant que ces perturbations sociales causées par des populations sinon nomades, du moins en mouvement et en expansion, qui furent alors les instruments d’un islam radical (pour ce qui concerne les Somali qui accompagnaient l’imam Ahmad), ou qui devinrent au cours des siècles suivants les sujets d’un nouveau processus d’islamisation (pour ce qui concerne les Afar et les Oromo), aient incité les chercheurs à croire que des nomades avaient été, dès le Moyen Âge, les premiers et principaux vecteurs de l’islamisation de la région. Au surplus, il faut peut-être envisager que ces mouvements expansionnistes survenus à partir du XVIe siècle aient occulté une diversité de peuplement antérieure, contribuant de la sorte à simplifier une géographie humaine des basses terres qui, pour le Moyen Âge, nous reste largement ignorée.

  • 31 F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008.
  • 32 E. Cerulli 1941.

18Il est pour l’instant difficile, faute de dates (épigraphiques) et de datations (radiocarbone) en nombre suffisant, d’être plus précis dans l’attribution chronologique des pôles évoqués plus haut et, faute de correspondances établies entre des sites archéologiques et des toponymes connus par les textes, d’émettre ne serait-ce que des hypothèses quant aux« capitales » et aux « frontières » de telle ou telle formation politique ancienne. Il nous semble cependant que c’est à partir de l’étude de ces pôles qu’il deviendra possible de reconstituer la géographie politique des espaces musulmans de l’Éthiopie et de la Corne. En outre, il est peut-être possible, dès à présent, de proposer des hypothèses au sujet du basculement que nous croyons observer au XIIIe siècle entre la route du nord et la route orientale. La Fig. 1.2 présente la séquence des voies de pénétration musulmanes dans la région. La route septentrionale, qui serpente du Tigré oriental jusqu’à l’escarpement du Choa, est attestée du Xe au XIIIe siècle par l’épigraphie31 ; il semble bien également que ce soit à des formations politiques de la zone de l’Est du Choa actuel qu’il faille rattacher les événements politiques des XIe-XIIIe siècles relatés par le Répertoire chronologique du sultanat musulman du Šäwa32, que nul ne saurait précisément localiser à l’heure actuelle. Bien sûr, cette fourchette de dates (Xe-XIIIe siècle) n’est qu’indicative. Surtout, elle ne désigne que la période de mise en circulation des idées religieuses et de dynamique des nouvelles communautés acquises à l’islam, et il est bien évident que des communautés vivaces ont continué leur vie le long de cet escarpement du haut plateau central après le XIIIe siècle, alors même que la route nord à laquelle elles devaient leur existence initiale avait cessé d’être pleinement active, en tout cas que le ressort du dynamisme était désormais passé à la route orientale. Cette voie orientale n’a pas laissé de traces épigraphiques antérieures au XIIIe siècle ; et il semble bien que ce soit à cette région allant du Somaliland au Č̣ärč̣är, parsemées de nombreux sites, qu’il faille rattacher la chaîne de royaumes musulmans dans la sujétion de l’Ifāt décrite par al-ʽUmarī et al-Maqrīzī aux XIVe et XVe siècles.

Fig. 1.2 Séquence des voies de pénétration musulmane dans la Corne et en Éthiopie

  • 33 F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008.

19On ne s’étendra pas ici sur les raisons historiques de ce basculement, qui sont probablement liées à un faisceau de changements politiques survenus à l’échelle des pays riverains de la mer Rouge au milieu du XIIIe siècle33. Repérons-en ici simplement les implications politiques concrètes, puisque le Répertoire chronologique nous informe précisément du déclin politique des formations politiques de l’escarpement du haut plateau central au XIIIe siècle ; de l’éradication des dynasties musulmanes locales à la fin du XIIIe siècle par un pouvoir émergent probablement venu de l’arc oriental ; enfin, de la sujétion des communautés locales à ce pouvoir musulman, l’Ifāt, nouvel acteur que l’on ne tarde pas à rencontrer à partir de cette date dans les chroniques chrétiennes.

Harar, relique de la présence musulmane ancienne

20Les sites archéologiques dont il est question dans cet ouvrage se présentent le plus souvent sous l’apparence de ruines inaccessibles, situées dans des paysages terrassés jusqu’à des altitudes très élevées. Ils signalent que les communautés urbaines vivant en ces endroits avaient établi des relations économiques et sociales avec les populations environnantes d’agriculteurs, dans des zones (comme le Choa oriental ou la région des anciennes villes de l’actuel Somaliland) où les sédentaires ont souvent depuis cédé la place à des nomades.

  • 34 C’est en effet ce qui pourrait expliquer la venue de populations argobba depuis les cités désertées (...)

21Les causes de la disparition de cette civilisation urbaine (qui s’est accompagnée d’une régression des espaces cultivés, d’une ruine des sites, d’une disparition de la culture urbaine et marchande, d’une désislamisation) ne sont pas documentées directement par les sources écrites disponibles. Mais elles sont sans doute à rapprocher d’une série d’événements datant du XVIe siècle qui ont bouleversé la géographie de l’Éthiopie par l’expansion de nouvelles populations nomades ou semi-nomades afar, somali et oromo. Ces populations, alors en phase de dynamisme démographique, profitèrent de l’affrontement entre pouvoirs chrétien et musulmans à l’époque des guerres du « Gaucher » pour s’installer dans de nouveaux territoires, ce qui contraignit les pouvoirs en place à des déplacements géographiques : le pouvoir chrétien se replia alors vers le nord autour de Gondar, où de nouveaux axes commerciaux se mettaient en place avec le Soudan pour se substituer aux anciennes connexions avec le réseau urbain musulman de la Corne ; les pouvoirs musulmans – et peut-être aussi, au moins en partie, les populations musulmanes elles-mêmes34 – s’éloignèrent également de la zone de contact que constituait la bordure orientale du plateau central pour s’enraciner plus à l’est.

  • 35 F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2001.

22Ainsi le laminage de la civilisation urbaine de l’Éthiopie musulmane prend-il place dans une conjonction de facteurs comme la prédominance de l’élément nomade dans le nouvel environnement du XVIe siècle, le primat durable d’une économie de rapine, l’incapacité des États chrétien et musulmans à sécuriser les échanges, enfin l’explosion du vieux cadre de « symbiose concurrentielle35 » entre royaume chrétien et cités musulmanes.

23La seule exception notable à cet effacement (peut-être plus progressif que catastrophique) du fait urbain en Éthiopie est la ville de Harar, qui apparaît en pleine lumière dans les sources écrites au cours de la seconde moitié du XVIe siècle, soit précisément à l’époque où disparaissent les communautés musulmanes anciennes. À partir de cette date, c’est Harar qui capte le commerce et qui s’affirme jusqu’au XIXe siècle comme le véritable nœud commercial entre le haut plateau central, où se reconstitue un pouvoir chrétien, et le golfe d’Aden, à la jonction de routes caravanières qui ne s’appuient plus sur l’ancien réseau urbain, désormais laissé à l’abandon.

24Comment expliquer la survie et l’essor de la ville de Harar ? Question importante, qui permet peut-être, dans le cadre de cette introduction, de reformuler la question de la « désurbanisation » et de la « désislamisation » auxquelles elle est seule à avoir échappé – ou du moins à avoir résisté efficacement.

  • 36 E. Cerulli 1936 : 35-36 ; S. Waldron 1975.

25Les traditions locales de Harar distinguent deux temps dans la fondation de la ville : une fondation très ancienne (vers le Xe siècle), à fortes connotations légendaires, qui aurait vu l’alliance de sept clans, puis une organisation sous le règne de l’émir Nūr (1552-1568), le successeur de l’imam Ahmad : alors la ville est ceinte d’un rempart, elle se structure en cinq quartiers, chacun d’eux correspondant à l’une des cinq portes de la ville et formant une unité administrative, religieuse et sociale, tandis que les terres environnant la ville sont également divisées en cinq grands territoires36. Harar devient ainsi le pôle de l’Éthiopie musulmane entre le XVIIe et le XIXe siècle, le siège d’un émirat indépendant, une véritable cité-État gouvernée par la dynastie fondée par ʽAlī ibn Dāwūd (1647-1662) jusqu’à la prise de la ville par les Égyptiens en 1875, puis par les troupes chrétiennes de Ménélik II en 1887.

  • 37 S. Waldron 1984.
  • 38 R. Burton 1856.

26Cette refondation de la ville au XVIe siècle s’opère par un double mouvement : clôture de la ville par des remparts, alliances matrimoniales et politiques de la dynastie de Harar avec les élites des nouveaux venus dans la région, en particulier des groupes oromo qui sont peu à peu également intégrés dans l’exploitation des terres agricoles entourant la ville37. Ainsi émerge une nouvelle identité urbaine, fondée jusqu’à la fin du XIXe siècle sur le renoncement à l’ouverture qui avait été le propre des villes-marchés de l’époque antérieure ; sur la méfiance vis-à-vis de l’étranger (on se rappelle le déguisement de Richard Burton pour pouvoir pénétrer dans la ville38) ; sur l’affirmation d’une civilité qui est conçue comme l’envers du monde extérieur et rural (urbanité contre rusticité, hygiène contre malpropreté, etc.) ; sur des pratiques de sociabilité qui privilégient des valeurs comme l’échange, l’otium, la pratique religieuse ; sur l’observance d’une foi musulmane dont la rigidité est censée s’opposer au syncrétisme de l’islam villageois, au point que les habitants de Harar font de leur cité une Ville sainte, la quatrième (selon eux) du monde musulman. La présence remarquable de très nombreux tombeaux de saints et de mosquées, qui avoisinent la centaine, jusqu’alors peu expliquée, se comprend mieux si l’on considère Harar comme une sorte de ville-conservatoire, l’héritière d’un monde urbain disparu, qui a ramené à elle et inscrit dans son paysage urbain les principales figures religieuses qui ont marqué l’histoire de l’islam ancien dans la Corne.

Éléments de périodisation de l’islam médiéval

  • 39 Sur les informations livrées sur l’islam éthiopien par les sources yéménites de l’époque rasūlide, (...)

27Si l’exemple de Harar constitue bien un cas d’espèce pour nos ensembles urbains ruinés anciens – ce dont nous ne sommes aucunement certains : la Harar médiévale relève pour l’instant davantage de la tradition que d’une connaissance archéologique –, alors il apparaît que les sociétés musulmanes de la région devaient être organisées en un réseau urbain assez dense (bien sûr, nous ne connaissons rien de l’ampleur de l’islamisation des campagnes et presque rien des relations entre ces campagnes et les centres urbains), dessinant des voies de circulation et d’échange sans doute ponctuées de sites d’autre nature (sites religieux, haltes de marchands ou de pèlerins) et interconnectées avec le monde chrétien. Dans les centres les plus importants, il est clair en tout cas que s’était développée une culture urbaine caractérisée par la pratique de l’islam, une pratique du commerce avec les autres centres urbains du même réseau, l’existence d’une élite. Mais de l’extension des relations entre cette élite, cette culture urbaine, ces commerçants et le reste du monde musulman, et en particulier les centres politiques et marchands de la péninsule Arabique, nous ne pouvons presque rien dire39.

28Nous sommes en terrain plus sûr dès lors que nous abordons la question de la périodisation que nous autorisent à établir les sources écrites et les données archéologiques. La deuxième fondation de Harar au XVIe siècle qu’évoquent les traditions de cette ville procure un terminus post quem pour définir une période « moderne » de l’histoire de l’islam en Éthiopie, période qui voit la lente réislamisation, du XVIIIe siècle à nos jours, et selon des modalités mieux connues (diffusion d’un islam confrérique), de l’Est et du Sud éthiopiens, dont le fonds de peuplement a été profondément bouleversé. À cette période appartient la réorganisation de routes commerciales en voie plus directe depuis les salines du pays afar ou les ports du golfe d’Aden, sous la domination des populations afar et somali dont on peut deviner qu’elles avaient joué un rôle comparable à celui des Oromo dans les phénomènes migratoires et les bouleversements politiques du XVIe siècle.

29Nous proposons que la période antérieure aux bouleversements du XVIe siècle, celle qui voit donc l’efflorescence et l’apogée politiques des sociétés musulmanes de la région, soit appelée « médiévale ». Ce Moyen Âge à son tour connaît deux périodes : un « premier Moyen Âge » qui, du VIIe à la fin du XIIIe siècle, voit la pénétration de l’islam dans la Corne, l’installation d’un islam d’abord étranger des îles Dahlak au Tigré, et l’émergence de pouvoirs locaux musulmans que nous apercevons à travers la description d’al-Idrīsī et que nous voyons bien constitués, mais déjà en déclin, dans le Répertoire chronologique ; un « second Moyen Âge », de la fin du XIIIe au XVIe siècle, qui est celui de la domination politique du sultanat de l’Ifāt sur l’ensemble des territoires musulmans et, paradoxalement, du royaume chrétien sur le sultanat de l’Ifāt. Changement de période qui correspond au basculement géographique de centres politiques et économiques de l’islam éthiopien de l’escarpement du plateau central vers le plateau oriental et au « décollage » économique de Zeyla et des villes du Somaliland. Changement de période qui voit aussi les interactions entre ensembles chrétiens et musulmans passer progressivement d’un modèle de symbiose compétitive à une phase de plus grande agressivité réciproque qui culmine dans le premier tiers du XVIe siècle. Remarquons ici, s’il faut marquer d’une date précise ce basculement et si l’on retient celle de 1285 donnée par le Répertoire chronologique du Šäwa comme la date de la destruction du sultanat du Šäwa par l’Ifāt et de la sujétion des populations musulmanes du Šäwa au nouveau pouvoir, que cet événement fournit un parallèle remarquable avec le changement de dynastie qui s’opère en 1270 dans le royaume chrétien, avec le renversement des Zagwé par les Salomoniens. Cette synchronie trahit un important glissement vers le sud des enjeux de pouvoirs à l’échelle régionale, mais ses raisons profondes et ses implications pour l’histoire éthiopienne restent pour l’instant hors de portée. La priorité actuelle, ainsi que nous avons voulu l’illustrer dans cet ouvrage, est de commencer à mieux documenter les témoins archéologiques de l’islam ancien et à proposer quelques articulations possibles entre sources documentaires, archéologiques, ou relevant aussi bien des traditions locales.

Premiers aperçus archéologiques et historiques sur l’islam médiéval de l’Éthiopie et de la Corne

30Les trois essais réunis ci-après prennent pour objet des sites localisés dans chacun des trois ensembles régionaux considérés plus haut comme les trois pôles de développement de l’islam médiéval. Chacun à sa façon, ils éclairent la situation de l’islam éthiopien et de la Corne avant le XVIe siècle, et nous ne pouvons à ce stade présumer de l’appartenance des sites considérés à telle ou telle des périodes médiévales évoquées plus haut. Mais à tout le moins allons-nous tenter, à partir d’indices parfois maigres, de fournir de premiers référentiels pour des recherches futures.

31La première étude (chap. 2) se rapporte à Zeyla, port du Somaliland réputé avoir été sinon le, du moins l’un des principaux points d’entrée de l’islam dans la Corne de l’Afrique depuis une époque assez haute. Le dynamisme commercial de Zeyla depuis le XVIe siècle, et plus encore au XIXe siècle, est bien connu, et c’est sur la base de ce dynamisme séculaire qu’on lui a supposé, non sans le renfort des sources arabes externes, une ancienneté qui en a fait la « porte » de l’islam dans la région, le point d’entrée de la route orientale que nous évoquions plus haut. A la lumière des observations effectuées plus haut sur la géographie des stèles funéraires, qui nous amenaient à suggérer un phasage différent des voies de l’islamisation, il était important de se pencher plus avant sur les données archéologiques, et de retourner, parallèlement, aux sources écrites relatives à Zeyla. On verra que cette mise à l’épreuve apporte quelques nouveaux éclairages sur la question.

32En présentant les résultats de plusieurs campagnes de prospection dans le Č̣ärč̣är, la seconde étude (chap. 3) suit une approche que nous avons voulue originale, consistant à repérer les mentions relatives aux « Harla », une race légendaire de géants à laquelle sont attribués nombre de sites archéologiques, mais aussi à laquelle se rattachent des traditions de différentes natures. Nous laissons le lecteur juger si le résultat en est probant. Mais du moins avons-nous voulu prendre à revers une lecture courante mais peut-être trop volontiers déconstructiviste, consistant à ne considérer ces mentions aux Harla que comme un simple topos. Topos, oui, mais son inscription dans le paysage livre une géographie qui, pensons-nous, est peut-être à même de livrer quelques indices sur l’horizon historique immédiatement antérieur à la disparition des sites musulmans de la région.

33Le dernier chapitre (chap. 4) présente les résultats d’une enquête historique et archéologique sur deux sites musulmans de la région de l’escarpement du haut plateau central. Leur importance réside dans le fait qu’il s’agit des premières fouilles effectuées sur un site musulman d’Éthiopie, et qu’elles sont par conséquent à même de livrer des jalons typologiques et chronologiques décisifs pour de futures enquêtes archéohistoriques dans le domaine.

34Nous avons bien conscience que les données et hypothèses présentées dans ces pages ne peuvent être que liminaires. Elles inaugurent un champ de recherche. Mais notre objectif aura été atteint si elles peuvent stimuler de nouvelles recherches.

Notes

1 S. Munro-Hay 1991.

2 Voir à ce propos les remarques d’A.-L. de Prémare (2002) qui détaille le cas du fameux ʽAmr Ibn al-ʽĀṣ, futur conquérant de l’Égypte, dont la mère était peut-être éthiopienne. Cette fréquentation expliquerait des emprunts lexicaux en arabe, comme le terme tābūt qui proviendrait peut-être du terme gəʽəz tabot (terme désignant la pierre d’autel d’une église).

3 M. Schneider 1983.

4 Ahmed Hussein 1992.

5 R. Paribeni 1907.

6 M.L. Derat 2003.

7 Ces lignes réélaborent plusieurs passages de B. Hirsch & F.-X. Fauvelle-Aymar 2004.

8 J. Cuoq 1981.

9 J.S. Trimingham 1961 ; 1976.

10 T. Insoll 2003 : chap. 2.

11 Ibn Fadl Allah AlUmarī 1927.

12 Sur cette question, voir F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008.

13 E. Cerulli 1941.

14 E. Cerulli 1931.

15 Al-Idrīsī 1999 ; 2000.

16 R. Basset 1897.

17 En mai 2008, une équipe importante dirigée par les auteurs de ces pages a fouillé le site musulman de Nora pendant un mois. Il s’agissait, à l’exception d’Aksum, de la première ville jamais fouillée en Éthiopie. Cette fouille fera l’objet d’une monographie séparée. On peut déjà se reporter à F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2006.

18 F. Azaïs & R. Chambard 1931 ; R. Joussaume & H. Joussaume 1972 ; R. Joussaume 1974.

19 Ahmed Hussein 1992.

20 J. Abbink 1998.

21 Pour de récents essais de synthèse, voir A. Gori 2006 ; F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008.

22 Voir les études historiques de A. Gori (2003) sur la littérature somalienne en arabe et de Ahmed Hussein (2001) sur celle d’Éthiopie.

23 U. Braukämper 2002.

24 L’article intitulé « Islamic principalities in Southeast Ethiopia between the thirteenth and sixteenth centuries », constituant le chapitre 2 de l’ouvrage précédemment cité (Braukämper 2002 : 12-105), fut initialement publié dans la revue Ethiopanist Notes en 1977.

25 F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008.

26 F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2001 ; B. Hirsch & F.-X. Fauvelle-Aymar 2002.

27 Le programme dirigé par Bertrand Hirsch était financé par le ministère français de la Recherche dans le cadre d’un programme ACI. Le programme lancé par François-Xavier Fauvelle-Aymar et Bertrand Hirsch est soutenu par la Commission consultative des fouilles à l’étranger (ministère des Affaires étrangères), le CFEE et l’Agence nationale de la recherche (programme « Cornafrique »).

28 F.-X. Fauvelle-Aymar et al. 2006.

29 T. Insoll 2003 : 73-76.

30 F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008.

31 F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008.

32 E. Cerulli 1941.

33 F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2008.

34 C’est en effet ce qui pourrait expliquer la venue de populations argobba depuis les cités désertées du Choa oriental vers la région de Harar.

35 F.-X. Fauvelle-Aymar & B. Hirsch 2001.

36 E. Cerulli 1936 : 35-36 ; S. Waldron 1975.

37 S. Waldron 1984.

38 R. Burton 1856.

39 Sur les informations livrées sur l’islam éthiopien par les sources yéménites de l’époque rasūlide, voir É. Vallet 2007.

Table des illustrations

Légende Fig. 1.1 Principaux sites musulmans anciens d’Éthiopie et de la Corne
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 1.2 Séquence des voies de pénétration musulmane dans la Corne et en Éthiopie
URL http://books.openedition.org/cfee/docannexe/image/711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 229k

Auteurs

Historien de l’Afrique. Directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et ancien directeur du Centre français des études éthiopiennes (ministère des Affaires étrangères et CNRS), il est membre du laboratoire TRACES (UMR 5608, CNRS et université Toulouse-le-Mirail) à Toulouse et honorary research fellow au GAES, université du Witwatersrand, Johannesburg (Afrique du Sud). Email :fx.fauvelle@yahoo.fr

Professeur d’histoire de l’Afrique à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ancien directeur du Centre français des études éthiopiennes (ministère des Affaires étrangères et CNRS) de 1997 à 2001, il est membre du laboratoire CEMAf (CNRS et université Paris 1). Il dirige les Publications de la Sorbonne. Email :bertrand.hirsch@univ-paris1.fr

© Centre français des études éthiopiennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540